Version classiqueVersion mobile

Les Vietnamiens de Montréal

 | 
Louis-Jacques Dorais
, 
Éric Richard

Chapitre 4. Les jeunes Viéto-Montréalais : Québécois et Vietnamiens

Texte intégral

  • 1 Cette recherche, surtout menée par Deirdre Meintel et ses étudiants de l’Université de Montréal, pr (...)

1La recherche sur les jeunes d’origine immigrée effectuée depuis une quinzaine d’années dans le contexte montréalais a démontré, entre autres choses, que la pluralité des origines et des appartenances ne doit pas être perçue comme une cause de problèmes pour les individus concernés1, mais davantage comme une source de capital social, donc comme une richesse, comme un « plus » :

Ces jeunes, en effet, croient avoir tout ce qu’ont les Québécois « de souche » et, plus encore, notamment la connaissance de plusieurs langues, une perspective plus cosmopolite et un sentiment de sécurité par rapport à leurs racines culturelles. Plusieurs commentent l’insécurité des Québécois vis-à-vis leur identité ! (Meintel, 1992 : 82)

  • 2 Voir par exemple Peressini (1988), Grmela (1992), Xenocostas (1992), Elbaz (1993) et Potvin (1999).
  • 3 Voir Robinson (1988), Fillion (1991), Laperrière (1991), Meintel (1992), Meintel et Le Gall (1995), (...)

2Les enquêtes menées auprès de la jeunesse québécoise issue de l’immigration2 traitent principalement de son adaptation sociale, linguistique, cognitive et émotionnelle ; elles abordent les questions relatives à l’« ajustement », à l’« acculturation » et à l’« assimilation » sous divers angles : influence de la famille, transitions importantes de la vie, identité culturelle ou ethnique, difficultés d’intégration, acquisition du français langue seconde, délinquance, santé physique et mentale, etc. Les études menées auprès des jeunes Viéto-Québécois ne font pas exception3. Ces travaux, comme ceux concernant des jeunes d’autres groupes ethnoculturels au Québec, attestent implicitement de la difficulté à définir ce qu’est la « deuxième génération ». En effet, les jeunes Viéto-Montréalais ne forment pas une seule deuxième génération, mais plusieurs. Selon le sociologue Lê Huu Khoa, la « deuxième génération n’a rien d’homogène [...] chaque vague d’émigration a engendré sa propre deuxième génération » (1987 : 49-50). Le lieu de naissance, la durée de séjour des parents, les conditions socioéconomiques, etc., sont des facteurs qui influencent l’expérience des jeunes Vietnamiens nés et élevés hors du Vietnam.

  • 4 À l’instar de Gallant (2002), nous reconnaissons que cette expression peut soulever des protestatio (...)
  • 5 C’est-à-dire des relations qui se fondent sur des interconnections multiformes et constantes qui tr (...)

3La notion de « deuxième génération » est donc essentiellement un concept analytique, qui n’a nullement l’intention de stigmatiser ou de catégoriser les jeunes Viéto-Montréalais4. Nous référant à Portes (1996 : ix), nous qualifierons ici de jeunes de la deuxième génération ceux qui sont nés dans le pays d’immigration des parents, ou encore dans leur pays d’origine, mais qui en ont émigré en très bas âge. Ce chapitre décrit divers aspects de la vie d’un échantillon de Viéto-Montréalais de la deuxième génération, en tenant compte de leurs liens transnationaux5 et de leur expérience, dans une perspective d’acquisition de capital social individuel.

Expériences migratoires

4Presque tous les jeunes Viéto-Montréalais connaissent – certains mieux que d’autres – l’histoire de la migration de leurs parents. Plusieurs ne semblent en retenir que des éléments anecdotiques, ou bien ce que leurs parents ont bien voulu leur en dire. Quelques-uns avouent toutefois être ignorants à ce sujet :

Moi, je ne sais rien, mais ce que je suppose, c’est qu’ils sont venus ici parce que c’est plus industrialisé, c’est un pays plus agréable à vivre, mais je ne sais vraiment pas pourquoi. Ce n’est pas vraiment un sujet de discussion chez nous. […] Ils sont allés vivre quelques années aux États-Unis avant de venir ici. Je sais que ça fait 20 ans qu’ils sont ici au Canada, mais quand ils sont partis du Vietnam, je ne le sais pas. (Vietnamienne de 18 ans, née au Québec)

5Afin d’expliquer pour quelles raisons leurs parents ont quitté le Vietnam, les jeunes Viéto-Montréalais évoquent surtout des facteurs liés à la situation politique du pays. Certains mentionnent cependant des motifs ayant davantage trait aux conditions socioéconomiques, tout en étant fortement teintés politiquement :

Tout ce que j’en sais, c’est ce que mes parents m’en ont dit, c’est que là-bas ils n’ont pas de futur. S’ils étaient restés au Vietnam, ils seraient sûrement encore en train de cultiver du riz et tout ça. […] Alors, ils ont décidé de partir et puis, mon père était marin et ils ont perdu la guerre. Moi, je pense qu’il est parti aussi pour sauver sa peau. (Vietnamien de 19 ans, né au Québec)

  • 6 Notons que ce jeune est celui de nos répondants qui est arrivé au Québec à l’âge le plus avancé – s (...)

6Même si la très grande majorité des jeunes Viéto-Montréalais comprennent la décision de leurs parents d’avoir quitté le Vietnam et sont totalement en accord avec elle, d’autres ont néanmoins certaines réserves à cet égard. L’un d’eux souligne qu’il perçoit bien les causes politiques et économiques de la migration de ses parents, mais il insiste sur le déficit culturel qu’une telle fuite entraîne pour les jeunes6. Un autre répondant, dont la tante est décédée sur le bateau de fortune à bord duquel sa famille fuyait le Vietnam, souligne que, même si, tout compte fait, il approuve la décision de ses parents, leur équipée aurait pu tourner à la catastrophe, tout le monde ayant pu périr en mer.

7Il est clair, malgré tout, que les jeunes Viéto-Montréalais, qu’ils soient d’accord ou non avec le choix de leurs parents, considèrent avoir une dette à l’égard de ceux-ci pour le sacrifice qu’ils ont fait en quittant le Vietnam, afin de leur offrir la liberté et toutes les chances d’un avenir meilleur :

Moi, je n’ai aucun regret. Je trouve que c’est une très bonne décision qu’ils ont prise pour la famille, pour moi et mon frère. Ça a changé ma vie complètement. Et je sais que mes parents ont beaucoup sacrifié pour nous donner une bonne qualité de vie parce que ce n’était pas facile pour eux de venir ici. Ils commençaient à zéro, par des petits boulots, peu importe. (Vietnamien de 28 ans, né à Toronto)

  • 7 Il en va de même en ce qui concerne les différentes vagues d’immigration que nous avons présentées (...)

8Il est intéressant de souligner que quelques-uns des jeunes Viéto-Montréalais que nous avons rencontrés ont une expérience migratoire particulière, du fait qu’ils ont habité d’autres régions du monde que le Vietnam et le Québec (la France et la Côte d’Ivoire par exemple). Nous avons observé chez eux, comme chez nos répondants dont les parents sont venus rejoindre de la famille et des amis au Canada, une certaine tendance à développer et à maintenir des liens transnationaux, et ceci non pas exclusivement avec des amis et des parents résidant dans les pays où ils ont déjà habité, mais aussi avec des proches vivant dans d’autres pays. Nous demeurons toutefois très prudents dans nos affirmations. Nos remarques ne découlent pas de l’observation de tendances générales, mais plutôt de celle de quelques cas particuliers. Il ne semble pas exister de profil type d’expérience migratoire procurant aux jeunes de la deuxième génération la motivation et les ressources nécessaires pour développer des liens transnationaux7. Chaque cas possède ses caractéristiques propres qu’il faut regarder et analyser d’un œil attentif, afin d’en faire ressortir les éléments les plus pertinents et pouvoir ainsi identifier les racines de certains liens transnationaux qui perdurent au fil des années.

Questions identitaires

  • 8 Une stratégie identitaire est le fait de jouer avec « ses diverses appartenances, en rendant plus s (...)

9L’étude de Caroline Méthot (1995) – la plus approfondie qui ait été effectuée sur l’identité des jeunes Viéto-Montréalais – se révèle d’une grande importance pour notre compréhension des processus d’identification des jeunes adultes d’origine vietnamienne. Cette étude présente l’identité des jeunes Vietnamiens en trois volets – construction, expression et transformation – en insistant sur le dynamisme du processus. L’auteure met en évidence six stratégies identitaires8 conscientes ou inconscientes utilisées par les jeunes d’origine vietnamienne : le repli sur la communauté ethnique, la valorisation de ses origines, la valorisation du « métissage » (ou le meilleur des deux mondes), le repli sur la société de résidence, la revendication de sa propre différence et, enfin, la recomposition identitaire.

10Bien que Robinson (1988) et Laperrière (1991) mentionnent la présence de la première stratégie, généralement considérée comme excessive et radicale, chez des Vietnamiens du Québec, Méthot constate qu’un seul de ses répondants semble l’avoir adoptée. En ce qui nous concerne, aucun des jeunes Viéto-Montréalais rencontrés ne se repliait totalement sur son groupe ethnique.

  • 9 La participation des Viéto-Montréalais de la deuxième génération à des associations ou à des groupe (...)

11La stratégie de valorisation de ses origines « correspond à une préoccupation bien réelle de sauvegarde des liens avec son pays, mais surtout avec sa culture, en gardant un contact intime avec sa famille, ses amis vietnamiens et, souvent aussi, en s’engageant dans des mouvements associatifs et communautaires » (Méthot, 1995 : 174)9. Les jeunes – assez nombreux – adoptant cette stratégie se disent fiers d’être Vietnamiens, mais sans balayer du revers de la main d’autres trajectoires identitaires possibles. La majorité de leurs amis sont d’origine vietnamienne et la plupart de leurs activités sont vietnamiennes, mais ils entretiennent aussi beaucoup de contacts avec des Québécois.

12La stratégie de valorisation du « métissage », le mode d’identification le plus utilisé, et de loin, par les jeunes Viéto-Montréalais, consiste à s’approprier les atouts ou les meilleurs côtés des deux cultures en présence. En privilégiant certains aspects de ce qu’ils jugent positifs de la culture du pays de résidence et de la culture d’origine, les jeunes adoptant cette stratégie valorisent l’hybridation et deviennent eux-mêmes en quelque sorte des « métis » culturels, comme en témoigne cette jeune répondante de Méthot :

Moi je voudrais conserver tout, mais quand même pas le côté très traditionnel. Je vais éduquer mes enfants de la façon canadienne, OK très ouverte, mais quand même je leur imposerai la mentalité vietnamienne, et en même temps garder le côté positif nord-américain. (Méthot, 1995 : 176)

  • 10 Une seule personne parmi nos répondants, une jeune fille de 18 ans née au Québec, semble avoir adop (...)

13Tout à l’opposé, mais tout aussi excessive que le repli sur la communauté d’origine, la stratégie de repli sur la société de résidence implique généralement un rejet et une négation des particularités identitaires vietnamiennes. Comme le souligne Méthot (1995 : 181), cette stratégie n’est pas fréquente et peu de jeunes d’origine immigrée laissent transparaître le désir de se fondre dans les groupes majoritaires de la société québécoise – ce que constate aussi Meintel (1992 ; Meintel et Le Gall, 1995). Contrairement, par exemple, à la France ou aux États-Unis, dont les politiques d’immigration sont assimilationnistes, le gouvernement québécois a adopté, comme on l’a déjà vu, une approche interculturaliste qui favoriserait la rétention et la valorisation des caractéristiques ethnoculturelles, tout en insistant sur l’importance de l’intégration civique et linguistique. Il appert donc que le contexte québécois fournit un environnement propice aux identités minoritaires et que, par conséquent, le repli sur la communauté de résidence est peu encouragé et peu adopté10.

  • 11 Bien que moins prégnante, cette stratégie identitaire est aussi présente chez des Viéto-Montréalais (...)

14La stratégie de revendication de sa propre différence correspond à des trajectoires et à des attitudes identitaires variées. En s’inscrivant dans ces trajectoires, les jeunes tentent généralement d’éviter toute référence ethnique ou culturelle. Nous avons pu constater que plusieurs jeunes Viéto-Montréalais insistent sur des qualités qui vont audelà des référents ethnoculturels11 :

Sincèrement, peu importe à mes yeux, j’évite tout genre d’association nationaliste ou autre. (Vietnamien de 24 ans, né au Québec)
Bien, je m’identifie comme moi [rires]. […] Je ne peux pas nier que je suis vietnamienne, parce que quand je sors à l’extérieur, le monde me demande de quelle nationalité je suis. [...] Je veux dire que je suis asiatique, mais je suis vietnamienne aussi. [...] Je me sens moi. Je ne suis pas vietnamienne, je ne suis pas québécoise, je suis moi. Je suis fière d’être moi, au fond. (Vietnamienne de 21 ans, arrivée au Québec à l’âge de 4 ans)

15Finalement, la recomposition identitaire est une stratégie « souvent liée à la production d’une nouvelle identité collective » (Taboada-Leonetti, 1990 : 70). Elle consiste en références identitaires globalisantes par lesquelles les jeunes se désignent et sont désignés par les autres comme « Asiatiques », « Orientaux », « Néo-Québécois », « immigrants », « minorités visibles », « communautés ethnoculturelles », « Vietnamiens de la deuxième génération », etc. Grâce à de tels référents, les jeunes peuvent se reconnaître des appartenances multiples et souvent très complexes :

  • 12 La ressemblance entre Asiatiques renvoie à différentes caractéristiques identifiées par les jeunes (...)

Par exemple, si je parle avec des Québécois, mon groupe d’amis à l’école, je pourrais des fois m’identifier comme Asiatique. Nous les Asiatiques, on fait telle chose, telle chose. Au lieu de dire que nous les Vietnamiens on fait telle chose. (Vietnamien de 25 ans, arrivé au Québec à l’âge de 6 ans)
Il n’y a pas d’appartenance asiatique, pas plus qu’il n’y a de membres du groupe européen. C’est trop large, asiatique. Il y a trop de différences d’un pays à l’autre pour vraiment tout rattacher ensemble. Peut-être que chinois et vietnamien ça se mixe un peu [notons que cette jeune fille est d’origine sinovietnamienne]. Par exemple, au cégep, lorsqu’on n’est pas assez nombreux, on forme un comité des Asiatiques12. Encore là, ça se sépare en sous-comités. Les Vietnamiens ensemble, les Chinois ensemble. (Vietnamienne de 21 ans, arrivée au Québec à l’âge de 7 ans)

  • 13 Pour Méthot (1995), les jeunes Viéto-Montréalais construisent leur identité en fonction des images (...)
  • 14 On l’a vu au chapitre 3, ceci n’empêche pas l’existence de réseaux sociaux et d’organismes se défin (...)

16On peut constater que la définition de l’identité personnelle est un véritable jeu de composition et de redéfinition qui s’adapte aux contextes, aux situations d’interaction et aux appartenances du moment13. Un individu peut même adopter deux ou trois stratégies identitaires différentes simultanément. L’identité est en quelque sorte un continuum mouvant. Les trajectoires identitaires et les sentiments d’appartenance des jeunes Viéto-Montréalais nés ou élevés à l’étranger sont des phénomènes extrêmement variables, fluides, changeants, caractérisés par la mouvance, difficilement saisissables, imprégnés de créativité, et qui vont au-delà des référents ethnoculturels. L’ethnicité constitue ainsi une ressource identitaire parmi d’autres, pouvant favoriser l’acquisition et le développement du capital social. C’est pourquoi il faut « reconnaître que l’identité ethnique des individus ne correspond pas forcément à une collectivité bien définie à laquelle ils “appartiendraient” » (Meintel, 1992 : 85)14. Chacune et chacun s’identifie de manière originale selon ses qualités, expériences et histoires personnelles, comme nous le verrons au chapitre 6 lorsque nous parlerons des identités viéto-montréalaises en général.

  • 15 Ce qui rejoint les conclusions de Dorais (1998a : 59). Nous reviendrons plus loin sur la transnatio (...)

17Enfin, sans nier que le fait de se sentir vietnamien peut contribuer au développement et au maintien de pratiques communautaires et transnationales chez les jeunes Viéto-Montréalais de la deuxième génération, il n’y a rien d’explicite dans les propos de nos répondants nous laissant croire que cela les motive à développer de telles pratiques15. En effet, ceux parmi les jeunes Viéto-Montréalais rencontrés qui témoignent d’expériences transnationales riches et élaborées ont des trajectoires identitaires et des sentiments d’appartenance très différents les uns des autres.

Vie familiale et relations intergénérationnelles

  • 16 Tiré de Liên Hôi Sinh Viên Viêt Nam, journal littéraire de la Fédération des étudiants vietnamiens (...)

Growing up an Asian-Canadian is not an easy task. Sure, I was born a Canadian but my parents are Vietnamese. I clearly look Vietnamese, but am I a true Vietnamese girl? Behind this Asian face I wear, two different cultures are at war. At home, the Vietnamese mentality reigns; at school, I must act differently to integrate myself.
Nguyen Tuyet Nhung16

18Malgré le fait que l’identité des jeunes Vietnamiens nés ou élevés à l’étranger ne soit pas uniquement élaborée et achevée dès le début de leur vie, il n’en demeure pas moins qu’on ne peut nier l’importance de l’institution familiale où ils passeront plusieurs années de leur existence. C’est dans le cadre familial que l’enfant pose la pierre angulaire définissant son identité sociale, culturelle et ethnique. Considérée comme une valeur primordiale et non négociable par la plupart des jeunes rencontrés, la famille s’avère donc très marquante dans le processus de socialisation des jeunes Viéto-Montréalais.

19On l’a vu au chapitre 3, ce cadre familial vietnamien traditionnel est imprégné de morale et de valeurs confucéennes comme la piété filiale, la hiérarchisation de l’autorité, la domination de l’homme, la subordination (souvent toute théorique) de la femme et le respect accordé aux personnes âgées (Chan, 1986 : 66) « considérées comme une source de sagesse » (Dorais n.d. : 3). En général, ce sont surtout les pères qui exercent un contrôle strict sur leurs enfants. La piété filiale est une valeur sacrée de la vie familiale vietnamienne. Les devoirs, les obligations et le respect des enfants envers les parents sont d’une grande importance. Comme ils considèrent avoir une dette immense à leur égard, « les enfants rendent à leurs parents les soins et l’affection qui leur ont été donnés alors qu’ils étaient petits » (Van Esterik, 1981 : 177) en les soutenant pendant leur vieillesse.

20Bien qu’elle soit un soutien précieux pour le Vietnamien, la piété filiale peut forger de véritables chaînes qui l’entravent dans ses activités. Elle « l’oblige moralement à consulter les parents pour tout acte important, à n’importe quel stade de la vie, et à satisfaire éventuellement à tous leurs caprices » (Phan Thi Dac, 1966 : 23). Les Vietnamiens considèrent la famille comme une institution dont l’importance morale, psychologique et sociale est primordiale, et où l’autorité paternelle, et dans plusieurs cas maternelle, est incontestable.

21Certains aspects de la vie familiale traditionnelle ont été transformés par les bouleversements qu’a connus le Vietnam au XXe siècle et par l’émigration de nombreux Vietnamiens vers les pays occidentaux après 1975. Ce dernier phénomène a provoqué des changements particulièrement marquants en ce qui a trait au pouvoir des hommes sur les femmes et sur les enfants (Kibria, 1990 ; 1993), ainsi qu’aux différences entre filles et garçons quant aux perceptions des rôles sexuels de chacun (Zhou et Bankston, 1994 ; 1998). Les valeurs occidentales, l’individualisme et la liberté personnelle sont devenus des facteurs d’importance au cœur du conflit entre parents et enfants vietnamiens (Kibria, 1993 ; Zhou et Bankston, 1998).

  • 17 Quoique plusieurs de nos conclusions rejoignent celles de Méthot (1995), dont l’échantillon était p (...)

22Jetons un regard sur l’ambiance qui règne au sein des familles des jeunes que nous avons rencontrés, ainsi que sur la relation qu’ils entretiennent avec leurs parents. Bien entendu, ce regard émane du point de vue de ces jeunes. Les conclusions auxquelles nous en arrivons seraient fort probablement plus riches et plus justes si nous avions observé nos répondants in situ et si nous avions recueilli les opinions de leurs parents. De plus, elles seraient sans doute différentes si notre échantillon n’était pas uniquement composé de jeunes Viéto-Montréalais de la deuxième génération17.

23Seules deux jeunes répondantes jugent leur situation familiale insupportable. L’une de ces deux jeunes filles a d’ailleurs quitté le domicile familial « parce qu’elle n’en pouvait plus ». Voici ce qu’elle répond lorsque nous lui demandons pourquoi elle est partie :

Faire mes affaires… ma petite vie, ma petite route toute seule... Être responsable, mais quoique je l’étais, responsable. C’est juste que je voulais vraiment décider de ce que je fais. Par exemple, quand je faisais le souper à la maison, il fallait le faire de telle manière, de telle manière, de telle manière, pas ça, pas ça, pas ça… ! C’était vraiment... Maintenant, je rentre à l’heure que je veux. C’est pour ça que je suis partie, j’avais vraiment besoin de ma vie, de ce que je veux faire, de mes propres décisions que j’ai à prendre sans que mes parents me disent : « Non, ne fais pas ça, non, non, non » et finalement, tu ne le fais pas. (Vietnamienne de 21 ans, arrivée au Québec à l’âge de 4 ans)

24D’un autre côté, pour trois autres jeunes femmes, la situation familiale ne cause aucun problème apparent. Leurs cas sont toutefois atypiques. Dans le premier, il s’agit d’une jeune de père vietnamien et de mère québécoise. Elle ne vit donc pas pleinement, selon ses dires, la « situation familiale traditionnelle vietnamienne ». Le deuxième cas concerne une jeune fille dont les parents sont divorcés et avec qui elle a peu de contacts, puisque les deux travaillent énormément. Par conséquent, elle considère avoir beaucoup de liberté et pouvoir faire ce qu’elle désire. Dans le troisième cas, enfin, il s’agit d’une jeune Viéto-Montréalaise dont la mère travaille plusieurs mois par année à l’étranger et qui affirme entretenir une excellente relation avec son père.

  • 18 Ces doléances montrent un certain décalage entre la culture des jeunes et celle – d’inspiration con (...)

25Les 11 autres jeunes que nous avons rencontrés – 8 garçons et 3 filles – semblent être satisfaits de la situation régnant au sein de leur famille. Cependant, tous soulignent des attitudes qu’ils n’apprécient guère chez leurs parents. Leurs doléances principales concernent l’absence de liberté, le contrôle parental sur leur vie, la comparaison avec d’autres et le manque d’encouragement ou de félicitations18. Bien entendu, la situation familiale diffère d’un jeune à un autre. De plus, ces situations semblent moins dramatiques et prennent moins d’ampleur lorsque les individus sont plus âgés. Voici donc des propos tirés de nos entrevues, qui illustrent bien les situations vécues :

Avec mes parents, c’est typique de la mentalité vietnamienne, ils veulent que leurs enfants étudient en médecine ou dans le domaine de la santé. Si on ne va pas vers ce domaine, pour eux, c’est comme si c’était un échec. Et ils font toujours des comparaisons avec d’autres enfants : « Regarde telle famille, leurs enfants sont en médecine, comme ils doivent être fiers. » Ils sont toujours en train de comparer… Mais dans un sens, c’est comme s’ils étaient en train de nous rabaisser. […] C’est sûr que dans un sens ils veulent notre bien, mais quand on n’est pas capable, on n’est pas capable, point à la ligne. (Vietnamien de 22 ans, arrivé au Québec à l’âge de six mois)

Ils te comparent aux autres de façon incroyable. Ça m’énerve parce que je me sens toujours en compétition et c’est toujours moi qui perds : « Tu sais, eux, les fils d’untel, tu sais, ce sont des “bollés” [doués] et ils sont bons à l’école. » (Vietnamien de 19 ans, né au Québec)

  • 19 À l’instar de tous les stéréotypes, celui du « bon élève asiatique » est réducteur et globalisant e (...)

26Bon nombre de jeunes Viéto-Montréalais se donnent beaucoup de peine afin de réussir leurs études supérieures et faire ainsi plaisir à leurs parents, pour qui la réussite scolaire constitue une grande source de fierté. Ces pressions peuvent cependant amener angoisse, sentiments dépressifs et pensées suicidaires. Les jeunes Vietnamiens déplorent également le fait de devoir vivre avec l’étiquette et l’image stéréotypée du « bon élève asiatique », image dont ils ne « tirent pas tous les bénéfices qu’on pourrait espérer à première vue » (Méthot, 1995 : 126)19. Malgré tout, les jeunes Viéto-Montréalais s’accordent pour penser que les études sont très importantes.

27D’autres propos soulignent la différence de mentalité, le manque de liberté et la sévérité des parents vietnamiens. La question de l’autorité du père, qui n’est pas remise en question, est aussi un élément abordé par nos répondants. Le problème de contrôle des sorties est souvent au cœur des propos des jeunes Viéto-Montréalais, tant chez les filles que chez les garçons. Pour les jeunes, les problèmes de contrôle proviennent du fait qu’à leurs yeux, les parents sont trop traditionnels et trop fermés à d’autres pratiques sociales et familiales :

Oui, c’est une bonne relation, sauf qu’ils ont une mentalité vietnamienne. C’est totalement différent de la mentalité d’ici. Alors, tout est sévère, tout est sous contrôle. Quand je dis tout, c’est vraiment tout. […] D’un autre côté, moi, j’ai mes parents et je ne veux pas les blesser. Alors, en gros c’est ça, c’est une question de liberté. (Vietnamien de 19 ans, né au Québec)
Ils appartiennent à une génération autre que la mienne. En ce qui concerne mes activités, par exemple, je sors parfois beaucoup et ça les dérange. Des choses de ce genre, ça les dérange tout le temps. (Vietnamien de 25 ans, arrivé au Québec à l’âge de 6 ans)

28Comme l’indique Do (2002 : 1), les jeunes Vietnamiens de la deuxième génération désirent que l’on comprenne qu’ils doivent négocier entre les pressions venues de deux cultures et que cette négociation est différente de celle que leurs parents ont à mener pour eux-mêmes. Les jeunes Viéto-Montréalais font face à une confrontation évidente des mentalités, dont ils doivent tenir compte afin de se réaliser et de s’épanouir sans générer trop de conflits avec leurs parents. Ces jeunes ne sont pas déchirés entre deux cultures, mais il leur faut négocier quotidiennement avec plusieurs référents culturels afin de s’affirmer et de se définir. Nous avons vu dans les pages précédentes que les jeunes Vietnamiens ont des trajectoires identitaires très fluides, changeantes et imprégnées de créativité. Ils prouvent donc qu’ils peuvent facilement s’adapter et s’intégrer à des contextes différents et à des situations nouvelles.

29Comme nous le verrons dans la prochaine section, l’importance incontestable de la famille et de l’autorité parentale a aussi un impact sur les pratiques transnationales des jeunes de la deuxième génération, puisque ces pratiques sont essentiellement déterminées par les parents.

Rapport aux Vietnamiens d’outre-mer et du Vietnam, liens transnationaux

30Au-delà de leur famille immédiate, nos répondants entretiennent de nombreux contacts avec d’autres Viéto-Montréalais. En effet, qu’il s’agisse de membres de la grande famille ou d’amis, tous les jeunes rencontrés connaissent des personnes d’origine vietnamienne résidant dans la région métropolitaine, quoique certains n’aient pas de parents à Montréal – leur famille immédiate mise à part – ou n’entretiennent pas de contacts avec eux. La compilation et l’analyse des différentes situations de contacts développées et maintenues par nos répondants révèlent une corrélation positive entre la fréquence des contacts locaux et celle des contacts transnationaux. Autrement dit, le fait d’entretenir des relations suivies avec des amis d’origine vietnamienne et des membres de sa parenté habitant Montréal semble être un facteur ou une source de motivation importants, qui poussent les jeunes Viéto-Montréalais à maintenir des liens et des contacts transnationaux.

31Contrairement aux Viéto-Montréalais de la première génération qui se sentent généralement intéressés par leur pays d’origine, les jeunes de la deuxième génération s’intéressent beaucoup moins au Vietnam et à ses habitants, quoique ceux-ci ne soient pas complètement absents de leurs préoccupations. Quant aux liens familiaux transnationaux, Richard (2000) a identifié trois facteurs, en dehors de l’éloignement qui joue un rôle mineur, expliquant le petit nombre de contacts entretenus par les jeunes Viéto-Montréalais avec leur famille au Vietnam : 1) la langue vietnamienne qui est peu lue et plus ou moins bien maîtrisée ; 2) l’absence d’intérêt pour ce qui se passe au Vietnam et, dans une moindre mesure, pour ce qui en provient (culture, traditions, etc.) ; et 3) le fait que le Vietnam se révèle être un monde inconnu qui ne représente rien d’important dans l’imaginaire de beaucoup d’entre ceux de la deuxième génération.

32Malgré le trilinguisme de la plupart des jeunes Viéto-Montréalais, force est de constater que le vietnamien n’est pas la langue qu’ils maîtrisent le mieux. Plusieurs soulignent leur incapacité à lire le vietnamien ou à le parler, et ce, même s’ils le comprennent. De plus, il semble que la langue vietnamienne ait tendance à être confinée à l’univers familial et que son utilisation soit déterminée par la position générationnelle des individus avec qui les jeunes communiquent. En effet, ceux-ci tendent à parler le vietnamien avec leurs grandsparents, leurs parents, leurs oncles et leurs tantes. Par contre, ils préfèrent généralement utiliser le français et l’anglais avec leurs frères et sœurs, leurs cousins et cousines, ainsi que leurs amis. On peut aussi noter que, lorsque des jeunes de la même génération parlent le vietnamien entre eux, il y a fréquemment des changements de code dans leur discours, c’est-à-dire qu’on passe du vietnamien au français ou à l’anglais dans la même phrase ou le même énoncé. Soulignons également que ceux de nos répondants qui maîtrisent bien et utilisent fréquemment la langue vietnamienne semblent vivre des expériences transnationales plus riches, sans qu’on puisse toutefois affirmer que la maîtrise de cette langue joue un rôle fondamental dans le développement et le maintien de pratiques transnationales chez les jeunes Viéto-Montréalais.

  • 20 Ces trois jeunes Viéto-Montréalais sont d’ailleurs les seuls à entretenir des contacts directs avec (...)

33Seuls 3 de nos 16 jeunes répondants de 1999 se disent sensibles à la situation du Vietnam et s’en informent activement, par le biais de journaux vietnamiens ainsi que d’Internet20. Ils accordent une signification majeure à cet intérêt pour le Vietnam et pour ce qui s’y passe : « Je trouve cela important. Je ne veux pas oublier ce que je suis. Je garde contact. Je ne sais pas comment décrire ça, c’est peut-être surtout un sentiment patriotique très... Ça vient du cœur » (Vietnamienne de 18 ans, née à Paris).

34D’un autre côté, nous avons observé que ceux qui sont les moins intéressés par ce qui se passe au Vietnam ou qui ont des attitudes négatives à ce propos n’entretiennent pas de contacts avec leur famille de là-bas, et ce sont eux qui vivent les expériences transnationales les moins riches et les moins développées. Quant aux autres, les nouvelles qu’ils reçoivent du Vietnam proviennent en grande partie de leurs parents, qui restent en contact avec les leurs et s’informent des événements importants et de l’actualité.

  • 21 En vietnamien on dit « rentrer au Vietnam » (vê Viêt Nam) et non « aller au Vietnam » (di Viêt Nam) (...)

35À la différence de Méthot (1995), qui souligne l’intérêt de quelques jeunes Vietnamiens à retourner s’établir au Vietnam, aucun des 16 jeunes Viéto-Montréalais de la deuxième génération rencontrés n’aimerait rentrer définitivement dans « son » pays d’origine. Bien que certains d’entre eux disent souhaiter aller au Vietnam afin de travailler au développement du pays, ou simplement y revenir en visite, les avantages que procure la vie à Montréal comparés aux difficultés de la vie au Vietnam sont trop nombreux à leurs yeux pour justifier un retour définitif ou à long terme. Seulement trois de nos jeunes répondants sont rentrés au Vietnam depuis leur naissance21. On trouve dans ces trois cas l’expression première d’un malaise, d’étrangeté, de défamiliarisation et même parfois de culpabilité qui est toutefois remplacée – du moins dans deux cas – par un sentiment de plaisir et d’enrichissement inestimable. Notons toutefois qu’aucun de ces trois répondants n’entretient de contacts au Vietnam depuis son retour. Seule une jeune fille y conserve des liens avec sa mère, qui y vit quelques mois par année pour des motifs professionnels.

  • 22 Ce qui est aussi le cas de jeunes d’origines ethnoculturelles autres, nés et élevés hors du pays de (...)

36Nous pouvons donc croire, dans une certaine mesure, que les efforts investis pour s’informer de ce qui se passe au Vietnam ainsi que l’attitude de chacun face au pays d’origine de ses parents sont en rapport avec les liens et les contacts transnationaux entretenus avec la famille habitant là-bas. Plus un jeune consacre de temps à se renseigner sur le Vietnam, sur les événements qui s’y déroulent et sur l’actualité, tout en ayant une perception positive du pays ancestral, plus il aura tendance à développer et à maintenir des liens transnationaux avec les membres de sa famille qui y vivent toujours. Mais demeurons une fois de plus très prudents et soulignons que le Vietnam est, pour la plupart d’entre eux, un pays mystérieux et inconnu, un pays avec lequel ils ont peu de contacts et dont ils connaissent très peu de choses. Par exemple, quand nous avons demandé à chacun de nos répondants de dresser le schéma de sa parenté, la plupart d’entre eux ont eu beaucoup de difficulté à identifier le nombre de tantes, d’oncles et de cousins et cousines habitant au Vietnam22. De plus, contrairement à certains jeunes Vietnamiens rencontrés par Méthot, les Viéto-Montréalais de la deuxième génération ne semblent pas ressentir une grande fascination pour le Vietnam, un sentiment de nostalgie ou le désir d’entreprendre des actions pour y renverser le régime communiste.

Les liens familiaux transnationaux

37Comme ce travail le démontre, ce sont davantage les liens familiaux et parentaux que les associations et les organismes communautaires vietnamiens qui jouent le premier rôle dans la structuration et le fonctionnement de la communauté. La très grande majorité des relations transnationales maintenues par les jeunes Viéto-Montréalais, peu importe qu’elles soient de nature économique, culturelle ou autre, sont entretenues avec des membres de la parenté et elles prennent racine au cœur même de la famille immédiate. Il nous apparaît donc évident que la transnationalité vietnamienne, celle des jeunes en particulier, soit presque exclusivement familiale. En effet, seule une minorité de contacts transnationaux observés chez les jeunes Viéto-Montréalais a été forgée en dehors de tout réseau familial. Jetons donc un coup d’œil sur les relations transnationales de nos jeunes répondants.

38Très peu de jeunes entretiennent des contacts avec des membres de la famille habitant au Vietnam, sauf par parents interposés. Ces contacts directs ou indirects se font grâce au courrier électronique ou, moins fréquemment, par le téléphone ou la poste. Ils concernent principalement l’échange de nouvelles, l’envoi de sommes d’argent, l’envoi de biens – objets divers, médicaments, vêtements – ainsi que la réception de cadeaux en provenance du Vietnam.

  • 23 C’est le cas de 14 des 16 jeunes rencontrés en 1999.

39La plupart des jeunes Viéto-Montréalais ont aussi des liens familiaux aux États-Unis23. Ceux-ci donnent lieu à des contacts plus fréquents que ceux qu’on entretient avec les parents du Vietnam, mais ici encore, ces contacts passent souvent par les parents. Certains aimeraient cependant établir des rapports plus directs :

Je veux qu’ils soient plus près que ça. Parce que, d’une certaine façon, je n’ai personne ici. Alors, c’est un peu lassant d’entendre les autres dire : « Ma tante est là, ma tante est ici » et tout ça. Disons que, Noël par exemple, on fête ça juste en famille. Mais moi, j’ai seulement mes parents. J’aurais aimé que toute ma parenté soit réunie. Avec eux je ne suis pas timide parce que je les connais. Disons qu’avec les cousins du Vietnam, la communication serait plus difficile parce que je ne les connais pas encore, mais avec ceux des États-Unis je n’ai aucun problème. (Vietnamien de 19 ans, né au Québec)

40Le tiers des jeunes Viéto-Montréalais rencontrés est en mesure d’identifier des parents habitant au Canada, à l’extérieur de la région de Montréal (Toronto ou Vancouver par exemple). Il n’y a cependant que trois cas où on entretient des contacts directs avec ces parents établis ailleurs au pays. Par contre, un peu plus de la moitié de nos répondants ont de la parenté dans d’autres pays que le Vietnam, les États-Unis et le Canada. Il s’agit de l’Australie, de la France, de la Grande-Bretagne, du Danemark et de la Côte d’Ivoire.

Les amitiés transnationales

41Bon nombre de jeunes Viéto-Montréalais, dont la moitié de nos répondants de 1999, ont des liens d’amitié avec des personnes d’origine vietnamienne habitant à l’extérieur de Montréal, au Canada ou à l’étranger. Ces contacts sont généralement entretenus sur une base occasionnelle et certains sont même rarissimes. Les moyens de communication sont principalement le téléphone, les visites (essentiellement rendues à des amis habitant au Canada), les lettres, le courrier électronique, ainsi que les vidéos (une mention). Il s’agit principalement d’échanger des nouvelles et des cadeaux ou, encore, d’offrir l’hospitalité et de donner des conseils.

42Nous nous permettons de qualifier ces liens d’amicaux parce qu’ils ont été désignés comme tels par les jeunes Viéto-Montréalais rencontrés. Nous tenons toutefois à souligner que la notion d’amitié peut ne pas signifier la même chose pour les Vietnamiens que pour les Québécois francophones. En effet, le sens que chacune des personnes engagées dans une relation d’amitié donne aux attitudes, aux gestes et à la signification de ce qui se passe renvoie au système culturel de chacun. En guise d’illustration, voici l’extrait d’une entrevue réalisée par l’ethnologue Lucille Guilbert :

Il me semble que, quand on fréquente des Viêtnamiens, si on sort toujours avec des Viêtnamiens, on se sent plus en « sécurité », on considère comme si on sort avec nos grands frères et nos petits frères. Tandis que lorsqu’on fréquente des Québécois, à vrai dire, si on sort avec des Québécois, d’après mon expérience, lorsqu’on sort avec des Québécois, par exemple, si on est quelque part et la nuit se fait tard, même s’ils ont des voitures, ils ne te reconduiront pas ! [...] Tandis qu’avec des Viêtnamiens, c’est une responsabilité, quand on sort en groupe, c’est garanti que tout le monde va être reconduit chez soi ! C’est ça qui est bien ! (1993 : 114)

43Nous avons été nous-mêmes témoins de telles attitudes lors de notre enquête.

Vie montréalaise

44Grâce à nos entrevues, nos nombreuses discussions informelles et nos observations, nous avons pu documenter les contacts, les fréquentations et les activités de la vie quotidienne de jeunes Viéto-Montréalais. C’est à Montréal que vivent les personnes qu’ils fréquentent le plus souvent et qui sont les plus importantes pour eux – souvent des amis et des membres de la famille immédiate. C’est aussi à Montréal qu’ils ont vécu les moments et les événements les plus importants et les plus marquants de leur vie, et c’est là que leurs souvenirs prennent sens. C’est aussi le milieu montréalais qui influence leurs goûts et leurs valeurs et qui façonne leur manière de s’identifier. La vie dans la métropole semble très satisfaisante pour ces jeunes Viéto-Montréalais ; elle leur offre ce dont ils estiment avoir besoin : sécurité, perspectives d’emploi, vie sociale intéressante et dynamique.

45Tous les jeunes rencontrés se sentent bien à Montréal et aucun d’eux ne dit éprouver d’insatisfaction due à l’éloignement de plusieurs membres de la grande famille ou à l’absence de liens avec ces parents. À l’instar des Vietnamiens de tous âges rencontrés en 2002-2003 et dont nous avons brièvement mentionné les propos au premier chapitre, ils apprécient différents aspects de la vie montréalaise : atmosphère multiculturelle, bonnes conditions économiques, coût de la vie abordable, environnement sécuritaire, programmes sociaux intéressants, support social :

Oui, j’aime ça, vivre ici. Je veux dire que c’est le fun, je m’amuse, je ne me sens pas rejetée ou quoi que ce soit. [...] Les conditions de vie sont bonnes. Le système de santé par exemple, j’apprécie beaucoup. Parce que c’est le fun que tout le monde puisse s’offrir des soins adéquats. (Vietnamienne de 17 ans, arrivée au Québec à l’âge de 5 ans)

  • 24 Encore une fois, cette attitude est comparable à celle des Viéto-Montréalais plus âgés. En effet, u (...)

46La majorité des jeunes rencontrés sont heureux que leurs parents aient choisi le Québec comme lieu d’installation. Malgré quelques facteurs irritants de la vie montréalaise – hiver, neige, basse température –, aucun de nos 16 répondants de 1999 ne désire émigrer ailleurs de façon définitive24. Au contraire, cinq d’entre eux souhaitent demeurer à tout jamais à Montréal. Dans les autres cas, aucun n’a de plan précis pour aller à l’étranger. Les plus désireux de quitter Montréal sont les plus jeunes (18-19 ans). Enfin, lorsque nos répondants parlent de rentrer au Vietnam, ce projet est toujours associé à une activité professionnelle ou scolaire et il est envisagé pour une période temporaire :

Parce que, même si j’aime beaucoup le pays, je ne veux pas vraiment y vivre. Parce que ça fait plusieurs années que je suis ici. J’aurais donc à m’y réadapter. Non, je ne penserais pas [pouvoir me réinstaller au Vietnam] parce que maintenant je suis habituée ici. Puis... je pourrais peut-être partir là-bas pour y rester environ un an, mais pas y vivre définitivement. (Vietnamienne de 17 ans, arrivée au Québec à l’âge de 5 ans)

  • 25 C’est-à-dire la population majoritaire, francophone « de vieille souche ».

47Tous nos répondants affirment avoir de bonnes relations avec ceux qu’ils appellent les « Québécois »25. Bien entendu, la perception et les propos tenus à l’égard de ces Québécois varient selon les expériences vécues par chacun. De plus, le quart de nos répondants soulignent que les bonnes relations qu’ils entretiennent avec d’autres personnes, qu’elles soient d’origine québécoise ou non, n’ont rien à voir avec l’appartenance ethnoculturelle, mais plutôt avec des affinités personnelles : « J’ai des bonnes relations avec... la majorité. Ce n’est pas une question… de culture. Il y a du monde qui tape [sur les autres], qui nous fait chier, et ça n’a presque rien à voir avec la culture. Je n’ai pas de problème. Moi, je suis très ouvert à d’autres cultures » (Vietnamien de 21 ans, arrivé au Québec à l’âge de 7 ans).

  • 26 Les sept autres répondants reconnaissent avoir des amis éloignés ou des connaissances d’origine qué (...)

48Neuf de nos jeunes répondants, tant des garçons (cinq cas) que des filles (quatre cas), affirment avoir des amis intimes d’origine québécoise26. De plus, la moitié des répondants (cinq garçons et trois filles) disent avoir déjà eu – ou avoir présentement – un ami de cœur d’origine québécoise. Lorsque nous leur demandons s’ils se marieraient avec un Québécois, seuls deux jeunes répondent non d’une manière radicale. Deux autres répondantes, qui « ne veulent rien savoir des Vietnamiens », affirment que si elles se marient cela sera fort probablement avec un Québécois. Enfin, les 12 autres répondants oscillent entre le oui et le non pour différentes raisons. Les justifications les plus souvent évoquées pour ne pas se marier avec un Québécois sont « les réticences familiales », « les mentalités différentes », ainsi que « la préservation de la culture et de la langue ». Par ailleurs, les raisons les plus fréquemment avancées par nos répondants afin d’expliquer pourquoi ils se marieraient avec un Québécois sont « parce que ça peut tomber comme ça », « parce que l’origine ethnique n’est pas importante », « parce que l’important c’est d’être compris par quelqu’un », « parce qu’on n’a pas d’attrait pour les Vietnamiens » et « parce qu’il n’y a pas beaucoup de différences entre un Vietnamien né ici et un Québécois ».

49Toutefois, malgré cette attirance apparente pour les mariages mixtes avec des Québécois « de vieille souche », malgré aussi les bonnes relations qu’ils ont développées avec eux, les jeunes Viéto-Montréalais ne considèrent généralement pas que les Québécois comprennent vraiment les Vietnamiens. En effet, seulement deux jeunes Viéto-Montréalais rencontrés en 1999 pensent que c’est le cas, quatre autres croient que non, un jeune prend de nombreux détours pour éluder le fond de la question, et neuf répondants oscillent avec beaucoup de tact et de prudence entre le oui et le non. Dans un autre ordre d’idées, dix de nos seize jeunes Viéto-Montréalais croient qu’il y a, à divers degrés, des manifestations de racisme ou de discrimination à l’égard des Vietnamiens au Québec :

Il y a des choses dont je n’étais pas conscient. Récemment je suis allé au Mont-Tremblant, j’étais avec deux Asiatiques et un Noir, puis on s’est fait refuser un restaurant ; ça, c’est frustrant. Parce qu’ils disaient qu’il n’y avait plus de tables, mais il y en avait cinq de libres. (Vietnamien de 28 ans, né à Toronto)
Je ne veux pas me vanter, mais nous [les Vietnamiens] sommes assez doués à l’école. Les professeurs au cégep ne m’aimaient pas trop [rires]. Je posais une question et ils ne me répondaient pas. Tandis que j’ai un ami québécois qui posait, lui, une question et là, ils l’accueillaient joyeusement. Un petit peu de racisme de ce côté. (Vietnamienne de 19 ans, arrivée au Québec à l’âge de 4 ans)

50Les témoignages de nos répondants semblent cependant montrer que les manifestations de discrimination dont peuvent être victimes les jeunes Viéto-Montréalais constituent des événements exceptionnels et passagers. Il ne s’agit pas de situations qu’ils vivent quotidiennement. D’ailleurs, la plupart de ces témoignages nous ont été livrés de manière anecdotique. De plus, les jeunes rencontrés définissent le racisme de différentes manières. Pour certains, celui-ci prend la forme de discrimination, pour d’autres d’attitudes xénophobes ou exprimant des préjugés ou des images stéréotypées. Les opinions des jeunes à ce sujet nous semblent donc partagées, comme peuvent l’être celles des Viéto-Montréalais de tous âges.

Aspirations et projets futurs

51À deux exceptions près (deux filles), tous les jeunes rencontrés se disent satisfaits de leur vie actuelle. L’une de ces exceptions affirme se sentir étouffée dans son environnement familial. L’autre, qui étudie depuis peu hors de Montréal, avoue ne pas être à l’aise avec les gens qui l’entourent : « Je me sens souvent seule, car je trouve ça difficile de me connecter avec les gens ici qui sont essentiellement québécois. Je m’entends bien avec eux, mais je trouve ça parfois difficile, car ils sont très différents de moi » (Vietnamienne de 18 ans, née au Québec).

52Près de la moitié de nos répondants disent ne rien vouloir changer à leur existence actuelle. Leur vie professionnelle, scolaire et personnelle est satisfaisante et elle ne soulève pas d’inquiétudes majeures. D’autres, par contre, se posent des questions à propos de leur situation scolaire et professionnelle ; quelques jeunes rencontrés aimeraient ainsi savoir vers quel domaine d’études se diriger ou pour quelle profession opter : « J’aimerais ça savoir ce que je vais faire dans la vie, être branchée, trouver mes intérêts et vraiment foncer dans ce que je veux » (Vietnamienne de 21 ans, arrivée au Québec à l’âge de 4 ans).

53D’autres jeunes mentionnent des attitudes ou des aspects de leur vie familiale qu’ils aimeraient voir changer. C’est le cas, par exemple, d’une jeune femme qui a quitté sa famille pour aller vivre en appartement et qui souhaite se rapprocher de ses parents avec qui elle a eu quelques différends. Ou encore de trois répondants – un garçon et deux filles – qui voudraient acquérir davantage de liberté et d’indépendance face à leurs parents.

54Seuls quelques projets ont un caractère transnational. Une jeune femme désire ainsi poursuivre des études au Vietnam par le biais de stages. Cela lui permettrait sans aucun doute de voir plus fréquemment sa mère qui y travaille plusieurs mois par année. Plus tard, cette jeune femme aimerait partager, à l’instar de sa mère, sa vie professionnelle entre Montréal et le Vietnam. Une autre répondante veut rentrer au Vietnam uniquement pour y voyager quelque temps. Enfin, une troisième désire contacter ses cousins et cousines éparpillés de par le monde, afin de communiquer autrement que par le truchement des parents et dans le but ultime d’établir une généalogie assez exhaustive de sa parenté. À moyen terme, une autre Viéto-Montréalaise aimerait rentrer au Vietnam afin d’y travailler temporairement. Par ailleurs, un jeune homme souhaite trouver du boulot aux États-Unis afin d’y rejoindre ses oncles. Enfin, à long terme, un répondant aimerait voyager un peu partout sur la planète afin d’y rencontrer ses parents et ses amis.

55Nous pouvons donc constater que les liens et les contacts transnationaux des jeunes Vietnamiens de Montréal ne sont pas des aspects de leur existence qui les préoccupent beaucoup et à propos desquels ils élaborent des projets. Il en est de même de leur participation aux organismes communautaires viéto-montréalais – dans lesquels seulement trois répondants de 1999 jouent un rôle actif – qui ne semblent pas faire partie de leur plan de vie. Les aspirations et préoccupations futures des jeunes ont ainsi plus à voir avec leur avenir universitaire et professionnel et leur vie familiale et intime qu’avec le maintien de contacts locaux ou transnationaux les reliant à d’autres personnes d’origine vietnamienne.

Transnationalité, identité et capital social

56Ce chapitre nous a permis de décrire divers aspects de la vie d’un échantillon de Viéto-Montréalais de la deuxième génération, en les mettant principalement en rapport avec leurs liens transnationaux. Malgré la présence de facteurs variés, mentionnés tout au long des différentes sections de ce chapitre, qui semblent favoriser dans une certaine mesure le développement et le maintien de pratiques transnationales, chaque cas constitue une expérience unique qu’il faut comprendre dans son ensemble afin, d’une part, d’en faire ressortir tous les détails et les particularités et, d’autre part, d’en offrir une description juste et pertinente. Force est de constater que l’expérience individuelle demeure singulière. Par conséquent, il nous apparaît impossible de tirer des conclusions explicatives sûres et générales sur l’organisation et l’utilité de ces pratiques chez les jeunes. Néanmoins, nous avons retenu quelques observations que nous jugeons récurrentes et qui nous permettent de mieux comprendre la deuxième génération de Viéto-Montréalais par rapport à ses expériences transnationales et à sa vie sociale en général.

57En premier lieu, les relations et les pratiques transnationales des jeunes Viéto-Montréalais s’incarnent dans les réseaux familiaux et prennent racine à l’intérieur de la famille nucléaire. Les liens transnationaux les plus denses et les plus importants aux yeux de nos jeunes répondants sont entretenus avec des membres de la parenté immédiate ou avec des personnes très proches de celle-ci. De plus, à deux ou trois exceptions près, les relations transnationales d’amitié signalées par les jeunes rencontrés semblent se révéler beaucoup moins importantes. Les amitiés les plus marquantes se développent principalement dans le contexte montréalais. Lieu d’ancrage des amis et de la famille immédiate, celui-ci joue donc un rôle prépondérant dans l’établissement et la mise en acte des relations sociales.

58En second lieu, la vie familiale et le contrôle parental exercent une influence inévitable et incontestable sur les liens transnationaux et communautaires aussi des jeunes Viéto-Montréalais. Très peu de contacts mentionnés par nos répondants se sont développés en dehors des réseaux familiaux. Il ne faut toutefois pas croire que ces jeunes soient totalement exclus de ces contacts, même s’ils n’exercent aucun contrôle direct sur eux. En effet, ils y participent souvent d’une manière semi-active, en accompagnant leurs parents à des activités ou à des célébrations de la communauté, en s’informant à propos de membres de la famille habitant à l’étranger ou au Vietnam, en écrivant un petit mot sur une carte de souhaits, en discutant brièvement au téléphone, etc. Il apparaît donc évident à la lumière de ces deux constatations qu’afin d’étudier le rôle et la place des jeunes Viéto-Montréalais dans les pratiques transnationales, il faut prendre la famille, institution de base de l’organisation sociale vietnamienne, comme unité d’étude et d’analyse. De plus, nous considérons qu’il y a lieu de se demander ici, comme bien des auteurs (Guarnizo et Smith, 1998 ou Mahler, 1998, par exemple) l’ont fait à propos d’autres groupes de migrants, si la transnationalité vietnamienne ne serait pas une affaire propre à la première génération, ce qui remettrait en cause l’existence de diasporas basées sur une mémoire collective diachronique.

59En troisième lieu, soulignons que le fait de se sentir vietnamien n’entraîne pas l’apparition d’un sentiment d’appartenance à une communauté vietnamienne transnationale. Pour les Viéto-Montréalais de la deuxième génération, être vietnamien prend tout son sens dans le contexte montréalais dans lequel ils ont grandi, où leur vie est bien ancrée et auquel ils s’identifient. C’est dans ce contexte, qu’ils disent apprécier, que deviennent signifiantes les valeurs et les pratiques culturelles « vietnamiennes » que la plupart de nos répondants tentent de préserver et d’adapter à la vie nord-américaine.

60Nous pouvons aussi remarquer que le multiculturalisme ambiant fournit un environnement propice à la rétention d’indicateurs ethnoculturels chez les jeunes Viéto-Montréalais, ainsi qu’à l’expression de diverses stratégies identitaires sur le plan des appartenances ethniques. Ces stratégies, qui évitent presque toujours des positions extrêmes telles que le repli sur la communauté d’origine ou sur la communauté de résidence démontrent que les jeunes Vietnamiens de la deuxième génération s’intègrent très bien – socialement, académiquement et professionnellement – à l’ensemble culturel majoritaire québécois, c’est-à-dire à la « culture francophone québécoise », tout en préservant leurs appartenances culturelles et ethniques propres.

61Enfin, force est de constater que ces jeunes Viéto-Montréalais possèdent un haut niveau de capital social. Ils ont su tirer profit de l’organisation communautaire mise sur pied par la génération de leurs parents, tout en développant d’autres liens favorisant l’apparition de réseaux professionnels ou amicaux prenant en grande partie racine dans la société majoritaire. Ces réseaux sont avant tout sources d’un capital de relation qui leur permet, mieux qu’à leurs aînés, de s’insérer de plain-pied et à un niveau souvent enviable dans les systèmes économiques et sociaux québécois et canadien.

62Les jeunes de deuxième génération bénéficient aussi d’un bon capital de cohésion, qui leur facilite l’établissement de relations solides à l’intérieur comme à l’extérieur des réseaux sociaux viétomontréalais. Ce sont ces relations qui leur permettent de faire pleinement jouer leurs stratégies identitaires, en tirant parti, selon les circonstances, de pratiques et de représentations qu’ils définissent comme « vietnamiennes » ou comme « québécoises », ou en décidant parfois de mettre tout référent ethnique à l’écart pour se concentrer sur les études, le travail, l’amitié ou les loisirs. Le capital de cohésion des Viéto-Montréalais de deuxième génération repose, pour la plupart d’entre eux, sur les liens tissés dans la famille, le groupe d’amis, le milieu scolaire ou l’environnement professionnel, mais pour certains, il émane aussi des activités culturelles, sociales ou – nous allons le voir dans le prochain chapitre – religieuses organisées par la communauté vietnamienne.

  • 27 Lie (1995) et Rex (1996) ont montré que le développement de liens transnationaux présuppose l’exist (...)

63C’est sans doute le capital de collaboration, lié surtout aux contacts transnationaux, qui fait le plus souvent défaut aux jeunes Viéto-Montréalais puisque, comme nous l’avons montré dans les pages précédentes, la transnationalité semble jouer un rôle relativement mineur dans leur vie27. Cette faiblesse est toutefois compensée par leur niveau élevé de capital de relation et, aussi, par leur appartenance à des familles issues de l’immigration qui, elles, sont source de pratiques, d’idées, d’opinions et de liens sociaux ouverts sur le monde. Nés ou élevés au Québec dans un milieu multiculturel, soucieux de réussite socioéconomique à la nord-américaine, mais menant une vie familiale où prédominent, le plus souvent, des valeurs et des représentations inspirées du confucianisme, les jeunes Viéto-Montréalais sont généralement en mesure de concilier tous ces apports pour bâtir une existence à la fois pleinement québécoise et, chez la majorité d’entre eux, marquée au sceau d’une identité ethnique proprement vietnamienne.

Notes

1 Cette recherche, surtout menée par Deirdre Meintel et ses étudiants de l’Université de Montréal, prend ainsi le contre-pied de travaux des années 1980, qui voyaient le pluralisme identitaire comme un problème avant tout psychologique (Beauchesne, 1989 ; Camilleri, 1990), un dysfonctionnement (Mecheri, 1984), une crise (Malewska-Peyre, 1978 et 1982 ; Taboada-Leonetti, 1981) ou une pathologie (Giraud, 1987).

2 Voir par exemple Peressini (1988), Grmela (1992), Xenocostas (1992), Elbaz (1993) et Potvin (1999).

3 Voir Robinson (1988), Fillion (1991), Laperrière (1991), Meintel (1992), Meintel et Le Gall (1995), Méthot (1995), Dinh (1996), La Tour (2000) et Richard (2000 ; 2004).

4 À l’instar de Gallant (2002), nous reconnaissons que cette expression peut soulever des protestations et des inquiétudes légitimes chez des individus appartenant à des communautés ethnoculturelles issues de l’immigration qui se demandent : « À quel moment devient-on pleinement Canadien ou Québécois ? » (Bissoondath, 1993 et 1995 ; Labelle et Salée, 2001).

5 C’est-à-dire des relations qui se fondent sur des interconnections multiformes et constantes qui transcendent les frontières internationales (Glick Schiller et al., 1995). Nous y reviendrons au chapitre 6.

6 Notons que ce jeune est celui de nos répondants qui est arrivé au Québec à l’âge le plus avancé – sept ans. À l’instar d’autres jeunes Viéto-Montréalais rencontrés, il note une très grande différence entre les Vietnamiens nés ici et ceux qui sont venus pendant leur enfance et avaient déjà été socialisés au Vietnam. Une jeune fille est allée jusqu’à nous confier que, de son point de vue, les jeunes nés à l’étranger ne sont pas Vietnamiens.

7 Il en va de même en ce qui concerne les différentes vagues d’immigration que nous avons présentées au premier chapitre. En effet, en analysant et en comparant les expériences transnationales de chacun de nos répondants, il nous apparaît impossible d’établir des corrélations entre vagues d’immigration et liens transnationaux.

8 Une stratégie identitaire est le fait de jouer avec « ses diverses appartenances, en rendant plus saillantes celles qui semblent les plus adaptées à une situation, à un interlocuteur » (Gallant, 2002 : 33). Ainsi, nous considérons l’identité à la fois comme un construit subjectif, fluide, constamment soumis à un processus de transformation, et comme une forme d’appartenance construite ou objective, plus ou moins fixe, plus ou moins consciente. Ces appartenances sont diverses : linguistique, professionnelle, ethnique, nationale, politique, économique, associative, sexuelle, de genre, de groupe d’âge, etc.

9 La participation des Viéto-Montréalais de la deuxième génération à des associations ou à des groupes vietnamiens à Montréal est ambiguë. Près des trois-quarts des jeunes rencontrés disent participer à de tels organismes, mais ceux-ci semblent s’avérer peu significatifs pour eux. En effet, nos répondants n’y participent généralement pas sur une base régulière, fréquente et très active – c’est le cas de seulement trois d’entre eux. De plus, les commentaires recueillis au sujet de ces différents groupes et associations sont majoritairement négatifs. Par exemple, des jeunes Viéto-Montréalais considèrent peu pertinentes les associations qui mettent en valeur certains aspects de la culture vietnamienne. D’autres n’apprécient pas la manière dont les différentes activités sont organisées et ils n’aiment pas le type de personnes qui y prennent part. Pour d’autres enfin, ces associations contribuent uniquement à une forme de ghettoïsation, c’est-à-dire à « enfermer les Vietnamiens dans un monde de Vietnamiens ».

10 Une seule personne parmi nos répondants, une jeune fille de 18 ans née au Québec, semble avoir adopté cette stratégie. Elle avoue : « Je n’aime pas ma culture. Je n’aime pas ces gens. Ils me stressent. C’est leur mentalité que je n’aime pas. Leur façon de penser, leur façon d’agir. »

11 Bien que moins prégnante, cette stratégie identitaire est aussi présente chez des Viéto-Montréalais plus âgés de la première génération, comme nous le verrons au chapitre 6.

12 La ressemblance entre Asiatiques renvoie à différentes caractéristiques identifiées par les jeunes Viéto-Montréalais rencontrés : « similarité dans les valeurs familiales » ; « mentalité asiatique » – qu’aucun répondant ne peut définir ; « ressemblances culturelles » ; « ressemblances historiques des pays ». Bien entendu, tous les traits physiques – « peau jaune », cheveux noirs, yeux bridés, etc. – sont aussi mentionnés, parfois de manière ironique.

13 Pour Méthot (1995), les jeunes Viéto-Montréalais construisent leur identité en fonction des images qu’ils ont de la société dans laquelle ils vivent et des gens qu’ils côtoient quotidiennement. L’identité s’incarne en effet dans les interactions et elle se manifeste comme un rapport à l’altérité. Les autres jouent un rôle de premier plan dans l’expression de l’identité (Gallant, 2002).

14 On l’a vu au chapitre 3, ceci n’empêche pas l’existence de réseaux sociaux et d’organismes se définissant comme « vietnamiens », dont les activités forment la trame d’une communauté ethnoculturelle perçue et se percevant comme spécifique.

15 Ce qui rejoint les conclusions de Dorais (1998a : 59). Nous reviendrons plus loin sur la transnationalité des jeunes.

16 Tiré de Liên Hôi Sinh Viên Viêt Nam, journal littéraire de la Fédération des étudiants vietnamiens de Montréal, édition de 1998.

17 Quoique plusieurs de nos conclusions rejoignent celles de Méthot (1995), dont l’échantillon était plus diversifié que le nôtre.

18 Ces doléances montrent un certain décalage entre la culture des jeunes et celle – d’inspiration confucéenne – de leurs parents, qui valorise, comme on l’a vu plus haut, l’autorité parentale et la réussite sociale et professionnelle, tout en se méfiant des attitudes orgueilleuses que pourraient entraîner les louanges et les compliments.

19 À l’instar de tous les stéréotypes, celui du « bon élève asiatique » est réducteur et globalisant et il se base non pas sur l’observation de la réalité, mais sur des idées préconçues, caricaturales et sur le sens commun. Par conséquent, les personnes qui en sont victimes n’en retirent généralement aucun avantage.

20 Ces trois jeunes Viéto-Montréalais sont d’ailleurs les seuls à entretenir des contacts directs avec leur parenté au Vietnam. Soulignons que ces données, basées sur quelques cas, n’ont de valeur qu’indicative puisque d’autres données (nos entretiens de 1997 et de 2002-2003, par exemple) mènent à des résultats partiellement différents, comme on le verra au chapitre 6.

21 En vietnamien on dit « rentrer au Vietnam » (vê Viêt Nam) et non « aller au Vietnam » (di Viêt Nam) (Dorais, 1998a : 43). Le voyage au Vietnam est toujours considéré comme un retour, même pour les jeunes Viêt Kiêu nés à l’étranger.

22 Ce qui est aussi le cas de jeunes d’origines ethnoculturelles autres, nés et élevés hors du pays de naissance de leurs parents, et peut-être également celui de plusieurs jeunes et moins jeunes Québécois « de vieille souche ».

23 C’est le cas de 14 des 16 jeunes rencontrés en 1999.

24 Encore une fois, cette attitude est comparable à celle des Viéto-Montréalais plus âgés. En effet, une seule des 25 personnes rencontrées en 2002-2003 exprime le désir d’aller vivre ailleurs. À la limite, quelques répondants identifient une autre ville canadienne où ils aimeraient habiter, mais pour eux, la qualité de vie au Canada est incomparable et ils considèrent généralement qu’ils n’arriveraient pas à trouver mieux ailleurs.

25 C’est-à-dire la population majoritaire, francophone « de vieille souche ».

26 Les sept autres répondants reconnaissent avoir des amis éloignés ou des connaissances d’origine québécoise.

27 Lie (1995) et Rex (1996) ont montré que le développement de liens transnationaux présuppose l’existence de réseaux – familiaux et autres – déjà établis, qui unissent des individus et institutions du pays d’origine à leurs homologues de l’étranger. Ces réseaux font évidemment défaut aux jeunes Vietnamiens nés ou élevés outremer.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search