Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Vietnamiens de Montréal

 | 
Louis-Jacques Dorais
, 
Éric Richard

Chapitre 3. Vie communautaire : réseaux, associations et familles

Texte intégral

1Comme la plupart des autres groupes ethnoculturels de la région montréalaise, les Vietnamiens constituent ce que les médias, les services gouvernementaux et même plusieurs chercheurs appellent une communauté, c’est-à-dire un ensemble de groupes et d’individus aux intérêts souvent compétitifs, mais qui sont unis par une histoire commune et des relations sociales partagées.

2Les communautés ethnoculturelles ne sont pas homogènes. Certains de leurs membres sont riches, d’autres pauvres. Leurs opinions politiques et leurs croyances religieuses peuvent différer, comme peuvent également varier leur volonté et leur degré d’intégration à la société d’accueil. Ces différences de situations sont souvent fonction d’intérêts économiques, politiques et sociaux divergents, voire opposés. Les membres d’une « communauté » peuvent donc être profondément divisés. Malgré tout, les personnes appartenant à de tels groupes se reconnaissent généralement – et on leur reconnaît aussi – une certaine parenté historique et culturelle liée à leur origine commune et à un parcours migratoire qu’elles partagent en partie.

  • 1 De type « cohésion » et « collaboration » selon la terminologie de Putnam (2000).
  • 2 Surtout de type « relation » (Putnam, 2000).

3Au Canada et au Québec, le multiculturalisme officiel a fortement incité les migrants originaires d’un même pays ou se rattachant à une même ethnie à préserver leur identité culturelle et à s’organiser en réseaux et en associations aptes à les représenter auprès de la société en général, donc à former des communautés. Les Viéto-Québécois en particulier ont su combiner leur capital social endogène1 – surtout fondé sur l’éthique confucéenne et l’expertise professionnelle – avec celui2 qui découlait des politiques multiculturelles, pour développer à Montréal des réseaux formels et informels de relations parentales, amicales, associatives ou autres. Ils ont ainsi été en mesure de constituer une communauté organisée, au sens où nous venons de définir ce terme.

Réseaux sociaux et subdivisions communautaires

4Les réseaux sociaux sont multiformes. Ils ne constituent pas nécessairement des ensembles structurés, fondés sur des objectifs et des activités planifiés et formalisés. Au contraire, il s’agit le plus souvent de regroupements informels, souples et ouverts (leur composition peut changer à tout moment), dont les membres entretiennent divers types de relations. On peut ainsi qualifier de réseaux des ensembles de parents, d’amis et de connaissances qui se téléphonent, se visitent et s’entraident régulièrement. Ou encore des personnes qui se réunissent pour pratiquer de façon plus ou moins régulière des activités liées à leur profession, leurs opinions politiques, leurs croyances religieuses ou leur désir de rendre service à la communauté. Formeront également des réseaux les gens qui pratiquent ensemble une activité de loisir, que celle-ci soit d’ordre sportif, culturel, ludique ou autre.

5Ces réseaux sont donc de nature et de taille diverses. Il peut s’agir de petits groupes informels de parents ou d’amis, comme de grands groupes plus structurés (les membres d’un organisme communautaire par exemple). Certains donnent naissance à des organisations formelles, généralement publiques – associations, institutions culturelles, clubs sportifs, mouvements politiques ou religieux – alors que d’autres, la majorité sans doute, restent confinés au domaine privé. Ils ont cependant tous une chose en commun : leur lien avec le capital social. Plus on possède de capital social, plus on peut se mettre en réseau et, par un mouvement en retour, plus on se met en réseau, plus on augmente son capital social.

Réseaux vietnamiens

  • 3 Nous le verrons au chapitre 6, beaucoup de Viéto-Montréalais participent aussi à d’autres réseaux e (...)
  • 4 Les réseaux sociaux des Viéto-Montréalais – et des Vietnamiens d’outre-mer en général – possèdent a (...)

6Les Viéto-Montréalais appartiennent presque tous à des réseaux sociaux, à titre individuel ou par l’intermédiaire de leur famille. Comme beaucoup de ces réseaux ne comprennent, sauf exception, que des personnes d’origine vietnamienne3, on peut considérer qu’ils constituent, avec la famille, le fondement même de la communauté ethnique viéto-montréalaise. Ils forment aussi sa trame de base, son tissu social premier. Il est en effet loisible de penser qu’il n’existe que très peu de réseaux – parentaux, amicaux ou organisés – qui ne sont pas rattachés par au moins un de leurs membres à un ou plusieurs autres réseaux vietnamiens de Montréal. La communauté peut ainsi être perçue comme un ensemble d’individus et de familles reliés les uns aux autres par des rapports de types divers, et ce, sans solution de continuité, ou presque. Ces gens ne se connaissent et ne se fréquentent pas tous, bien sûr, mais il est probable qu’au moins un membre de chaque réseau soit en relation avec un membre d’un autre réseau, dont au moins un membre connaît quelqu’un appartenant à un troisième réseau, et ainsi de suite. Nos recherches montrent aussi que les relations sociales entre individus, familles et réseaux d’origine vietnamienne sont nettement plus denses et plus durables que celles qui unissent Vietnamiens et non-Vietnamiens4.

  • 5 Voir à ce sujet Dorais, Pilon-Lê et Nguyên (1987 : 36).

7Les Viéto-Montréalais sont beaucoup trop nombreux pour que nous puissions dresser la carte de tous les réseaux qui les unissent, comme cela fut fait à Québec dans les années 19805. Les personnes rencontrées à Montréal nous ont cependant maintes fois signalé la très grande importance qu’elles accordaient aux relations de parenté et d’amitié et, donc, à la constitution de réseaux informels : « Le gros de ma famille est à Montréal. On se voit et on se téléphone. C’est très important de rester proche de la famille » (Vietnamienne âgée de 70 ans, arrivée au Québec en 1981) ; « J’ai beaucoup de contacts avec ma famille. C’est facile, tout le monde se trouve dans la région de Montréal. On peut se voir souvent et on se téléphone aussi assez souvent » (Vietnamien de 24 ans, arrivé au Québec en 1982).

  • 6 C’était aussi le cas de 20 personnes parmi les 21 Viéto-Montréalais rencontrés en 1997 (Dorais, 199 (...)

8L’existence de réseaux familiaux est facilitée par le fait qu’un très grand nombre de Viéto-Montréalais possèdent de la parenté proche ou éloignée à Montréal. Ainsi, sur les 25 personnes de notre échantillon de 2002-2003, 23 avaient de la famille dans la région montréalaise6, 18 d’entre elles affirmant qu’elles contactaient régulièrement leurs proches. Il ne s’agissait pas d’un hasard. Comme on l’a vu au chapitre 1, la réunification familiale a joué et joue encore un rôle important dans les parcours migratoires des Vietnamiens. Ceux-ci tentent en effet souvent de regrouper leurs parents les plus rapprochés dans une même ville (Montréal, en ce qui nous concerne), en parrainant ou en aidant à y immigrer ceux et celles d’entre eux qui vivent toujours au Vietnam ou se sont d’abord établis ailleurs.

9Qu’elles soient familiales, amicales ou fondées sur le partage d’intérêts communs, les visites, les activités collectives, l’entraide et d’autres formes de contacts font partie de la vie quotidienne de chacune et de chacun. Il est donc évident que les réseaux intraethniques, qui émanent de ces contacts, contribuent fortement à maintenir et augmenter le capital social des Vietnamiens de Montréal.

Subdivisions communautaires

  • 7 Nous faisons ici abstraction des divisions liées au sexe, à l’âge et à la classe sociale, communes (...)

10La présence d’une trame quasi continue de réseaux liés les uns aux autres n’empêche pas l’existence de subdivisions au sein de la collectivité viéto-montréalaise. Tout en partageant, comme on l’a mentionné plus haut, une histoire et des relations sociales partiellement communes, les membres d’un groupe ethnique peuvent se différencier et même s’opposer sur certains points : origine sociale, opinions politiques, appartenance religieuse, degré d’intégration à la société d’accueil, etc. Les réseaux communautaires reflètent souvent cette diversité, certains d’entre eux regroupant les tenants de telle ou telle opinion, d’autres les personnes appartenant à tel ou tel sous-groupe. Chez les Vietnamiens de Montréal, on trouve ainsi trois grands types de subdivisions, respectivement liés à l’origine ethnique, la vague d’arrivée et la position politique7.

11En ce qui concerne leur origine ethnique, la majorité des Viéto-Montréalais se considèrent comme Vietnamiens proprement dits, c’est-à-dire comme appartenant – ou descendant de parents appartenant – à l’ethnie viêt, ou kinh, majoritaire au Vietnam. Il existe cependant à Montréal, comme ailleurs au Canada, une forte minorité d’individus d’origine chinoise nés au Vietnam ou y ayant immigré pendant leur jeunesse, les Sino-Vietnamiens (Hoa). Il est difficile d’estimer leur nombre, d’autant plus que beaucoup d’entre eux viennent de familles mixtes (père hoa et mère viêt dans la plupart des cas).

  • 8 Sans doute beaucoup moins puisque parmi les Viéto-Canadiens ayant une langue maternelle autre que l (...)

12De 1978 à 1982, 40 % des boat people vietnamiens accueillis au Canada étaient de langue et de culture chinoises. Il semble qu’au début des années 1980, bon nombre d’entre eux aient quitté leur lieu d’accueil initial pour aller s’installer à Toronto, à Vancouver et dans d’autres grandes villes canadiennes à forte population chinoise. En 2001, 80,6 % des quelque 151 000 résidents canadiens s’étant déclarés d’origine vietnamienne lors du recensement disaient avoir le vietnamien comme langue maternelle. À Montréal, ce pourcentage ne dépassait toutefois pas les 78,6 %. Les Hoa du Vietnam, de langue maternelle cantonaise ou autre, comptaient donc pour moins de 20 %8 de la population viéto-canadienne, quoiqu’un grand nombre d’entre eux aient pu se déclarer d’origine chinoise plutôt que vietnamienne.

13À Montréal, les Hoa qui se considèrent d’origine vietnamienne ne forment sans doute pas plus de 15 % du total des Viéto-Montréalais.

  • 9 Beaucoup d’entre eux, la majorité peut-être, travaillent dans l’import-export ou le commerce au dét (...)

14Il s’agit dans plusieurs cas d’individus issus de couples mixtes hoaviêt, ou de personnes très bien intégrées aux réseaux sociaux proprement vietnamiens, parlant couramment la langue vietnamienne et, très souvent, ayant un conjoint ou une conjointe viêt. On peut donc les considérer comme faisant partie de la communauté. Par contre, Montréal compte quelques milliers de Sino-Vietnamiens s’identifiant comme Chinois9. Ceux-là appartiennent généralement à des réseaux et organismes sino-montréalais, nombreux et bien organisés, tout en préservant souvent un certain particularisme lié au fait qu’ils viennent du Vietnam plutôt que de Hong Kong, de Chine continentale, de Taiwan ou d’ailleurs. À leur arrivée entre 1978 et 1982, les Sino-Vietnamiens furent parfois perçus avec méfiance par les Chinois déjà installés à Montréal qui ne les considéraient pas vraiment comme des compatriotes (Chan, 1991 ; Lam, 1996). C’est pourquoi ils fondèrent en 1983 leur propre organisme ethnique, l’Association des Chinois du Vietnam à Montréal, qui existe encore aujourd’hui.

  • 10 Contrée que les Vietnamiens ont enlevée aux Cambodgiens au tournant du XVIIIe siècle.

15La région montréalaise compte quelques centaines de Khmer Krom de langue et de culture khmères (cambodgiennes), originaires du delta du Mékong10 dans le sud du Vietnam. Plusieurs d’entre eux font partie des réseaux sociaux et des organismes cambodgiens. On trouve aussi à Montréal un nombre très restreint (quelques dizaines tout au plus) de personnes appartenant à d’autres minorités ethniques du Vietnam : Thai, Cham, etc.

16Une subdivision communautaire importante a trait aux vagues d’arrivée des Viéto-Montréalais. On a vu au chapitre 1 qu’outre les premiers arrivants – étudiants venus au Québec avant 1975 –, trois vagues de réfugiés et d’immigrants avaient été accueillies au Canada : première vague de 1975-1976, boat people de 1979-1982, et arrivées généralement parrainées d’après 1982. Chacune de ces vagues possédait ses caractéristiques propres.

  • 11 La vague post-1982 comprenait, entre autres, des personnes venues du nord du Vietnam, région jusque (...)

17Comme les arrivants d’avant 1975, à qui plusieurs d’entre eux étaient d’ailleurs apparentés, les réfugiés de la première vague appartenaient généralement aux classes professionnelles instruites du Vietnam du Sud et parlaient très souvent le français ou l’anglais. Dotés d’un solide capital social, ils eurent donc, pour la plupart, moins de mal que les boat people à s’adapter et à s’intégrer à la société montréalaise. Les réfugiés de la mer ne connaissaient en effet souvent que le vietnamien ou une langue chinoise, et peu d’entre eux étaient fortement scolarisés. Ils comptaient dans leurs rangs un nombre élevé de paysans, de pêcheurs, de travailleurs manuels et de petits commerçants qui, arrivés au Québec en pleine crise économique, eurent plus de mal que leurs prédécesseurs à s’adapter à la société hôte et à intégrer le marché de l’emploi. Quant aux personnes arrivées après 1982, elles étaient, elles aussi, d’origines très variées11.

  • 12 Ce qui permet aux premiers de faire bénéficier les seconds de leur capital social.

18Il est donc normal que des clivages aient existé – et existent parfois encore – entre les premiers arrivants (anciens étudiants et réfugiés de la première vague) et les boat people et autres immigrants. Les seconds reprochent souvent aux premiers d’avoir quitté le Vietnam du Sud avant l’établissement du régime communiste et, donc, de ne pas avoir connu les camps de rééducation et les problèmes économiques et sociaux ayant sévi au Vietnam entre 1975 et 1990. Les premiers, par contre, ne comprennent pas toujours les difficultés éprouvées par ces compatriotes moins scolarisés qu’eux, détenant souvent des emplois peu rémunérés, et qui ont parfois du mal à s’intégrer à la société québécoise. Ces clivages, qui sont loin d’être insurmontables – premiers arrivés et immigrants plus récents appartiennent en bonne partie à des réseaux communs12 –, colorent jusqu’à un certain point la vie sociale des Viéto-Montréalais. On dit par exemple que la plupart des boat people sont beaucoup plus opposés que leurs prédécesseurs – qu’ils accusent parfois de tiédeur politique – au régime actuellement en place au Vietnam, puisqu’ils ont eux-mêmes expérimenté les rigueurs de la société communiste d’après 1975.

  • 13 La politisation est beaucoup moins marquée à Montréal qu’elle ne l’est ailleurs, en Californie par (...)
  • 14 Sans mentionner les étudiants originaires du Vietnam qui, depuis les années 1990, ont recommencé à (...)

19La dernière grande subdivision de la communauté, qui semble toutefois en voie de résorption13, est justement d’ordre politique. Si la majorité des Vietnamiens de Montréal, et ce, quelle que soit leur date d’arrivée au Canada, ne reconnaissent pas vraiment de légitimité au régime communiste en place au Vietnam, il existe un petit groupe de Viéto-Montréalais qui font la promotion de ce régime ou, du moins, acceptent de collaborer avec lui. Il s’agit généralement d’anciens étudiants arrivés avant 1975, ou d’immigrants venus récemment du nord du Vietnam et, donc, ayant longtemps – ou même toujours – vécu à l’intérieur du système communiste installé là-bas depuis 195414.

20Dès 1970, alors que la majorité des étudiants viéto-montréalais faisaient partie de l’Association des étudiants vietnamiens à Montréal (fondée en 1964), dont les positions politiques étaient nettement anticommunistes, une petite minorité de jeunes Vietnamiens opposés à l’intervention américaine dans leur pays d’origine et appuyant le Front national de libération du Vietnam du Sud fondait l’Association des Vietnamiens patriotes. Selon le journaliste David Cobb (1974), l’Association des étudiants comptait environ 400 membres, alors que celle des patriotes en regroupait une soixantaine. Chacune des deux organisations possédait ses propres lieux de rencontre (il y avait ainsi à Montréal des restaurants vietnamiens « anticommunistes » et « procommunistes ») et célébrait séparément le Têt et les autres fêtes.

21En 1975-1976, les deux associations étudiantes se transformèrent en organismes aux visions politiques opposées : la Communauté vietnamienne nationaliste région de Montréal et la section montréalaise de l’Union générale des Vietnamiens du Canada (devenue plus tard le Congrès des Vietnamiens du Canada). Comme nous le verrons plus loin, ces organisations existent toujours. Si, jusqu’en 1990, les clivages politiques entre pro- et anticommunistes entraînaient parfois des incidents (gestes d’intimidation envers des membres de l’Union ; manifestations contre la visite de dignitaires vietnamiens à Montréal ou Ottawa), il en est rarement de même aujourd’hui. L’ouverture du Vietnam au monde extérieur a rendu acceptables les voyages – familiaux ou d’affaires – dans ce pays, quoique plusieurs condamnent encore toute apparence de collaboration avec les autorités vietnamiennes. Aucune des 25 personnes interviewées en 2002-2003 n’a de liens avec le gouvernement du Vietnam (soit par principe, soit parce qu’il ne leur servirait à rien d’en avoir), et une seule, originaire du nord du pays, entretient des contacts professionnels avec l’ambassade vietnamienne à Ottawa.

22Plusieurs Viéto-Montréalais se disent préoccupés par les divisions qu’ils perçoivent au sein de la communauté. À leurs yeux, celles-ci sont autant dues aux facteurs politiques qu’à des chicanes et commérages entre familles et individus : « Il y a eu des chicanes, puis les problèmes sont arrivés. Parce qu’il y a beaucoup de monde qui a fait des études et beaucoup de monde qui n’en a pas fait. Ça fait des petites étincelles des fois, c’est à qui veut diriger et qui ne veut pas diriger » (Vietnamien de 22 ans, né au Québec) ; « Il y a division politique. Il y a des batailles entre communistes et non-communistes » (Vietnamienne de 28 ans, arrivée au Québec en 1988). D’autres, par contre, considèrent la communauté comme plutôt unie et minimisent les différences d’attitudes et d’opinions entre Vietnamiens :

Elle [la communauté] est unie. Les Vietnamiens ont besoin d’être encouragés les uns les autres. Ils ont confiance en la communauté, elle leur apporte ce sentiment d’appartenance. C’est peut-être une question de langue, je ne sais pas. […] Ils ont besoin d’aide de la part de gens comme eux. (Vietnamienne de 46 ans, arrivée au Québec en 1981)

Associations

23Ces opinions divergentes ont un point en commun : elles dénotent une certaine attention apportée à l’organisation communautaire. Chez plusieurs Viéto-Montréalais, cette attention se traduit par une vie associative active. La métropole compte en effet quelques dizaines d’associations vietnamiennes de toutes sortes, qui donnent une forme institutionnelle à certains réseaux sociaux fondés sur des intérêts économiques, politiques, culturels ou religieux partagés. Ces associations cherchent à préserver la spécificité ethnoculturelle des Vietnamiens de Montréal, tout en contribuant à définir leur statut sociopolitique de groupe ethnique issu de l’immigration au sein des ensembles québécois et canadien (Dorais, 1992).

24Nous qualifions ici d’association tout regroupement volontaire d’individus visant des fins spécifiques clairement énoncées, possédant une structure d’autorité et jouissant de la reconnaissance d’au moins une partie de la collectivité. En vietnamien, les associations ainsi définies sont appelées hôi (associations proprement dites), liên hôi (fédérations), co so (groupes) ban ou uy ban (comités), ou encore công dông (communautés). Certaines ont une existence légale (charte provinciale ou fédérale), d’autres non. Quel que soit leur statut, toutes sont considérées par les Viéto-Montréalais – ou par une partie d’entre eux – comme des regroupements bona fide et, à ce titre, la plupart d’entre elles sont répertoriées dans les divers bottins publiés par la communauté.

  • 15 Contrairement à ce qui se passe ailleurs, en France par exemple, où les organismes religieux vietna (...)

25Les activités de chacune de ces associations gravitent autour d’un, deux ou trois des grands centres d’intérêt suivants : 1) l’entraide (aide à l’insertion sociale ou professionnelle) ; 2) la culture et les loisirs (activités de préservation de la culture d’origine et de maintien de liens amicaux) ; 3) la religion (pratique et enseignement d’un culte religieux) ; 4) la politique (prises de position critiquant le gouvernement vietnamien actuel). Aucun des organismes recensés n’a développé l’ensemble de ces centres d’intérêt. La religion reste en effet l’apanage des associations religieuses qui, par contre, s’abstiennent de toute activité ou prise de position politique explicite15.

  • 16 Et aussi au fait que les associations étaient déjà nombreuses dans le Vietnam traditionnel, quoique (...)
  • 17 Cette progression est la suivante (Dorais, 1992 : 84) : 1965 : 1 association ; 1970 : 2 ; 1975 : 5  (...)
  • 18 Ce chiffre est approximatif. Certaines associations, en effet, apparaissent puis disparaissent, pou (...)

26Comme on l’a déjà vu, le multiculturalisme canadien et québécois a favorisé la création d’associations ethniques, organes représentatifs et sources de capital social pour les minorités issues de l’immigration. Cet encouragement officiel à la vie associative, jumelé au développement démographique et au dynamisme propre de la communauté vietnamienne de Montréal16, explique la progression quasi géométrique des associations viéto-montréalaises sur une période de 25 ans17. Alors que Montréal ne comptait qu’un seul organisme vietnamien en 1965, on en dénombrait 63 en 1990. Une fois ce sommet atteint, il y a eu décroissance, certains types d’organisations (comités d’aide aux réfugiés, regroupements étudiants) ayant perdu leur raison d’être. La métropole abrite quand même encore près d’une cinquantaine d’associations vietnamiennes18. Leur nombre passé et présent constitue un bon indice de la vitalité sociale des Viéto-Québécois qui, en peu d’années, ont su s’organiser de façon particulièrement efficace. Ailleurs au Canada (Dorais et al., 1988), ainsi que dans plusieurs villes américaines (San Diego par exemple ; cf. Strand et Jones, 1985), ou encore au Danemark (Dorais, 1998b) et en Norvège (Knudsen, 1988), un niveau moins élevé de capital social – les réfugiés étaient presque exclusivement des boat people peu scolarisés et ne parlant pas la langue locale – a retardé l’apparition d’organismes vietnamiens actifs.

27Dans les pages qui suivent, nous décrirons le fonctionnement des associations viéto-montréalaises, en les classant selon leur activité principale : entraide ; culture et loisirs ; religion ; politique. Les données de cette section sont partiellement tirées du rapport inédit de Dorais (1990) sur les associations vietnamiennes à Montréal, que viennent compléter des informations et des observations plus récentes.

Associations d’entraide

28Leur objectif principal est de favoriser l’insertion de leurs membres à la société québécoise et canadienne. La plupart de ces organismes cherchent également à préserver la culture vietnamienne dans le contexte migratoire, l’intégration n’étant pas, pour eux, synonyme d’assimilation. Certains ont aussi pour fonction de représenter les Viéto-Montréalais – ou une partie d’entre eux – auprès des instances gouvernementales, contribuant ainsi à la bonne gestion de l’identité vietnamienne dans un Montréal pluriethnique.

  • 19 Dans le vocabulaire vietnamien d’outre-mer, « nationaliste » s’oppose généralement à « communiste »
  • 20 Comme en font foi ses objectifs initiaux (Dorais, 1990 : 32) : 1) défendre les droits des immigrant (...)

29La principale et, de loin, la plus importante association d’entraide est la Communauté vietnamienne nationaliste, région de Montréal (Công Dông Nguoi Viêt Quoc Gia vung Montréal), dont on a déjà mentionné l’existence. Rappelons que cet organisme a pris le relais, en 1975 (sous le nom d’Association des ressortissants vietnamiens au Canada), du tout premier regroupement viéto-montréalais, l’Association des étudiants vietnamiens à Montréal (fondée en 1964), qui n’avait plus vraiment sa raison d’être avec l’arrivée de la première vague de réfugiés. La Communauté vietnamienne nationaliste a adopté son nom actuel peu après 1976, année de son incorporation. Ce nom reflète sa tendance politique – partagée par la grande majorité des Viéto-Montréalais – de non-acceptation du régime communiste en place au Vietnam19. Ceci ne veut toutefois pas dire que la Communauté constitue un organisme proprement politique, même si ses positions anticommunistes sont clairement énoncées. Ses principales activités ont en effet consisté, dès sa fondation, à aider les Vietnamiens nouvellement arrivés à s’intégrer à leur société d’accueil tout en préservant leur identité d’origine20.

30En 1978-1979 et au cours des années 1980, la Communauté est intervenue auprès des instances gouvernementales pour les pousser à accueillir plus de réfugiés originaires du Vietnam. Elle a aussi assuré, de concert avec les autorités fédérales, des services de première ligne (accueil, interprétariat, installation) aux nouveaux arrivants. Lors d’une entrevue, l’un de ses fondateurs nous disait :

Trente ans plus tard, la mission de départ est très bien réussie. On a bien intégré les réfugiés des premières vagues et, surtout, on les a aidés à réintégrer leurs professions. Cela a été une réussite que d’obtenir le droit de pratique pour les médecins vietnamiens et les pharmaciens. Ça, nous en sommes fiers.

31De nos jours, les services aux réfugiés ont fait place à une aide apportée aux Viéto-Montréalais ayant des besoins spéciaux : chômeurs, femmes en situation difficile, aînés, personnes ne parlant pas le français, etc. Les objectifs de la Communauté ont donc été redéfinis comme suit (selon une brochure promotionnelle datant de 2003) :

  • Faciliter l’intégration des immigrants vietnamiens à la société canadienne en offrant notamment des services d’« employabilité » : rédaction de curriculum vitae, banque d’emplois, banque de candidats, orientation et formation professionnelle, etc.

  • Lutter contre la pauvreté en aidant à la réinsertion au travail et en contribuant à améliorer les conditions de vie des plus démunis.

    • 21 On peut demander la citoyenneté canadienne après trois ans de séjour au pays, à l’intérieur d’une p (...)

    Promouvoir l’éducation et le rapprochement interculturel par des cours de français, d’alphabétisation et de préparation à l’examen de citoyenneté21, et par des séances d’information socioculturelle et sur la santé.

  • 22 Depuis quelques années, la Communauté vietnamienne tente d’amasser des fonds pour mettre sur pied u (...)

32Même si les clauses concernant la culture et l’identité semblent avoir disparu de ses objectifs, la Communauté supervise toujours l’organisation d’un certain nombre de grandes activités sociales et culturelles : célébration publique du Têt, à laquelle sont conviés tous les Montréalais quelle que soit leur origine ; commémoration de la prise de Saigon par les forces communistes le 30 avril 1975 ; anniversaire du roi Hung, le premier souverain du Vietnam ; fête de la Mi-Automne pour les enfants ; etc. La Communauté collabore étroitement avec d’autres associations vietnamiennes de la métropole, qui s’occupent plus spécifiquement des femmes, des personnes âgées ou de certains groupes professionnels22. Plus généralement, elle est reconnue par les autorités municipales, provinciales et fédérales comme porte-parole principal des Viéto-Montréalais.

33La Communauté est affiliée à la Fédération des associations vietnamiennes au Canada (Liên Hôi Nguoi Viêt Canada), dont le siège est à Ottawa. La Fédération réunit une quinzaine d’associations générales d’entraide situées dans autant de villes canadiennes, du Québec à la Colombie-Britannique. Fondée en 1980, elle se considère – et elle est considérée par le gouvernement fédéral et la majeure partie des Canadiens d’origine vietnamienne – comme la représentante officielle des Viéto-Canadiens. C’est un organisme à but non lucratif, non confessionnel et non professionnel, qui n’est lié à aucun parti politique. La Fédération s’oppose cependant au régime communiste en place au Vietnam – elle a parfois demandé au gouvernement canadien de protester officiellement contre des manquements vietnamiens aux droits de la personne – et l’un de ses objectifs initiaux était de « prôner l’émergence d’un Vietnam libre, démocratique et nationaliste » (Dorais, 1990 : 31).

  • 23 Cette scission reflétait peut-être des positions opposées à propos du doi moi, la politique d’ouver (...)

34Les positions adoptées par la Fédération et la Communauté de Montréal face aux autorités vietnamiennes diffèrent radicalement de celles mises de l’avant par deux associations montréalaises qui, elles, prônent le développement de liens entre le Canada et le Vietnam. L’Union générale des Vietnamiens du Canada (Hôi Nguoi Viêt Nam tai Canada) a remplacé en 1976 l’Association des Vietnamiens patriotes qui – on l’a dit – avait jusqu’alors regroupé un petit nombre d’étudiants et anciens étudiants opposés à l’intervention américaine et au régime en place au Vietnam du Sud. Branche locale d’un organisme international (surtout actif en France), l’Union se proposait de faciliter l’adaptation des Vietnamiens installés à Montréal et ailleurs au Québec, de favoriser l’amitié Canada-Vietnam et de faire connaître au Canada le point de vue et les réalisations des autorités de Hanoi. Elle organisait des célébrations (lors du Têt par exemple) distinctes de celles de la Communauté. Fin 1988, la majorité des responsables de l’Union décida de fonder un organisme nouveau, le Congrès des Vietnamiens du Canada. Celui-ci se dissocia dès lors de l’Union, qui continua cependant à fonctionner à échelle réduite23.

  • 24 Beaucoup de ces familles, qui ont vécu en régime socialiste depuis 1954, se sentent en effet mal à (...)

35Ne touchant qu’une petite minorité de Viéto-Montréalais – surtout des immigrés d’avant 1975 –, ces associations ont trouvé un nouveau souffle avec la reprise des arrivées d’étudiants vietnamiens venus terminer leur cursus universitaire à Montréal. Ce sont elles en effet qui accueillent et encadrent ces étudiants, organisant pour eux la fête du Têt, ainsi que d’autres célébrations auxquelles participe aussi une partie des familles émigrées directement du nord du Vietnam depuis les années 199024.

  • 25 Il existe une pléthore d’organismes humanitaires dans des pays comme la France et les États-Unis, o (...)
  • 26 Notons qu’au cours des années 1980, Montréal comptait pas moins de six organismes viêt kiêu voués a (...)

36À côté des grandes associations d’entraide générale, il existe à Montréal des organismes communautaires ayant pour objectif de secourir les réfugiés et la population vietnamienne demeurée au Vietnam. L’un d’entre eux, la Fondation VN-VN (sic), dissoute en 2004, avait pour but d’appuyer les activités charitables et sociales des Viéto-Montréalais et d’aider les compatriotes en difficulté. Une autre organisation, l’association Compassion, cherche à soutenir directement les gens du pays d’origine en aidant les mutilés de guerre et les enfants handicapés25, alors qu’une troisième, le Comité de parrainage des réfugiés (affilié à la Communauté vietnamienne nationaliste), recueillait jusqu’à récemment des fonds pour faciliter l’accueil de Vietnamiens bloqués dans les camps de réfugiés d’Asie du Sud-Est. La fermeture de ces camps a maintenant rendu plus ou moins caduques les activités du Comité26.

  • 27 Le Service aux aînés de Montréal se définit davantage comme un centre de services que comme une ass (...)

37La communauté viéto-montréalaise compte également des groupes d’entraide à base sociale, c’est-à-dire des associations ayant pour objectif de faciliter l’intégration de deux fractions importantes de la communauté, les femmes et les personnes âgées. Il s’agit de l’Association des femmes vietnamiennes de Montréal, du Club de l’âge d’or « Dragon d’or » (qui a fêté son vingt-cinquième anniversaire en septembre 2006), de l’Amicale des personnes âgées vietnamiennes, de l’Association des personnes âgées et du Service aux aîné(e)s de Montréal27. Les trois premières associations ont été fondées au début des années 1980 et les deux dernières au cours des années 1990. L’augmentation du nombre de groupes de l’âge d’or témoigne du vieillissement de la collectivité viéto-montréalaise. Parmi tous les organismes vietnamiens de Montréal, ce sont eux qui font actuellement montre du plus grand dynamisme quant au recrutement de leurs membres et qui, par conséquent, jouent le rôle le plus actif.

38L’Association des femmes veut aider les membres féminins de la communauté à mieux s’intégrer à la société hôte, par le bais de conférences en vietnamien sur divers sujets, de cours variés, de séances d’information ou d’activités de loisirs. Les clubs de l’âge d’or, de leur côté, cherchent avant tout à briser la solitude des personnes âgées, qui ont souvent du mal à parler le français ou l’anglais et craignent de s’éloigner de chez elles à la mauvaise saison. Ils organisent des sorties et autres activités de loisir et apportent aussi leur aide et leur encouragement aux vieillards seuls, malades, ou ayant subi un deuil récent. L’une de ces associations, l’Amicale des personnes âgées, s’occupe depuis 1985 du « Jardin de la quiétude parfaite » (Vuon An Lac), une section du Cimetière de l’Est de Montréal réservée aux défunts vietnamiens, sans distinction de religion.

39Dans un tout autre domaine, on trouve à Montréal des organismes d’entraide cherchant à faciliter l’intégration et à défendre les intérêts des Vietnamiens pratiquant certaines professions ou inscrits aux études supérieures. Ces regroupements sont parfois anciens, comme l’Association des pharmaciens vietnamiens du Québec, fondée en 1975, ou celle des médecins vietnamiens, établie en 1976. D’abord voués à la réinsertion professionnelle des réfugiés travaillant dans le domaine médical ou pharmaceutique, ces deux groupes jouent maintenant le rôle de tribunes de discussion scientifique, culturelle et sociale pour les professionnels vietnamiens de la santé, que ceux-ci aient été formés au Vietnam ou au Québec.

40Presque aussi ancienne que les deux précédentes, l’Association des anciens militaires de la République du (Sud) Vietnam, fondée en 1977, cherche à favoriser l’insertion de ses membres. Elle joue cependant un rôle politique qui n’est pas à négliger puisque l’un de ses objectifs consiste à « appuyer toutes les organisations de libération du Vietnam » (Dorais, 1990 : 42), c’est-à-dire les groupes qui veulent renverser le régime communiste au pouvoir à Hanoi. Elle est affiliée depuis 1982 à l’Association générale des vétérans des forces armées de la République du Vietnam, un organisme transnational dont le siège est aux États-Unis.

41Il existe d’autres groupes d’intérêt à base professionnelle, comme l’Association amicale des ingénieurs du Vietnam (fondée en 1981) et l’Association des photographes professionnels vietnamiens, beaucoup plus récente. Notons aussi qu’en janvier 2006, de jeunes Viéto-Montréalais ont créé la première chambre de commerce vietnamienne de la métropole.

  • 28 Sans doute parce que les jeunes Viéto-Montréalais n’ont plus besoin des services d’orientation des (...)

42Jusqu’au début des années 2000, on trouvait dans au moins une dizaine d’universités et de collèges d’enseignement général et professionnel (cégeps) de Montréal et de la banlieue des associations étudiantes faisant partie de la Fédération des étudiants vietnamiens de Montréal. Il semble toutefois que ces organismes aient aujourd’hui disparu28. Ce vide a amené une poignée de Viéto-Montréalais à mettre sur pied à l’été 2004 la Confédération des jeunes Vietnamiens de Montréal (Gioi Tre Viet Nam Tai Montréal). Cette association a pour but de regrouper les jeunes d’origine vietnamienne de la région métropolitaine, de développer leur leadership au sein de la communauté et de favoriser les échanges culturels entre Vietnamiens.

Associations de culture et de loisirs

43Le but premier des associations de culture et de loisirs est de favoriser la préservation et le développement de la culture vietnamienne ou de permettre à leurs membres de s’adonner à des activités de loisir avec d’autres Vietnamiens.

44L’organisme culturel viéto-montréalais le plus important est sans aucun doute le Centre culturel vietnamien Hong Duc, qui a vu le jour en mars 2000. Il tenta alors d’orchestrer les activités de divers regroupements à vocation culturelle : la chorale Le Viêt-Nam en chœur, l’Action-Jeunesse vietnamienne, la Fondation de développement culturel vietnamien, pour ne nommer que ceux-là. Depuis sa fondation, le Centre Hong Duc poursuit deux missions : 1) former et éduquer les générations futures ; et 2) préserver et propager la culture vietnamienne. Les activités de cet organisme se rattachent donc, en premier lieu, au domaine de l’éducation, en mettant l’accent sur des cours de langue vietnamienne, de littérature, d’histoire et de géographie du Vietnam. Le Centre organise également des activités culturelles spécialisées : chant, danse folklorique, arts martiaux, musique avec instruments traditionnels, art dramatique, conception de pages Web, etc.

45D’autres associations culturelles ont des objectifs littéraires (Club des écrivains vietnamiens en exil, section Québec), scientifiques (le Centre d’études vietnamiennes, qui publie occasionnellement la revue trilingue – en vietnamien, français et anglais – Vietnamologica) ou liés au monde des communications (l’Association de la télévision et de la radio vietnamiennes, qui diffuse des émissions en vietnamien sur les chaînes communautaires de Montréal). Un quatrième organisme, le Groupe Dân Quyên (Droits de l’Homme), a publié pendant dix ans (1978-1987) une revue d’action culturelle et politique aux visées nationalistes. Depuis, ses activités tournent au ralenti.

  • 29 Dont la revue annuelle Ngàn Thông (« mille pins »), un périodique littéraire publié par des jeunes (...)
  • 30 Notre méconnaissance de la langue vietnamienne ne nous a malheureusement pas permis de tirer parti (...)

46À côté de ces organismes, il existe à Montréal au moins cinq périodiques indépendants publiés en langue vietnamienne : quatre magazines29 et un journal de nouvelles. À ceux-ci s’ajoutent les revues et bulletins des grandes associations (Communauté vietnamienne nationaliste ; Fédération des associations vietnamiennes ; Association des pharmaciens vietnamiens ; etc.) et les périodiques viêt kiêu publiés ailleurs au Canada et aux États-Unis, qu’on trouve assez facilement dans certains commerces vietnamiens de Montréal30. Si on ajoute encore à cela les dizaines de films doublés ou sous-titrés en vietnamien en location dans les clubs vidéo spécialisés, les centaines d’ouvrages dans cette langue disponibles dans les deux librairies vietnamiennes de la métropole (ou dans les bibliothèques municipales) et les milliers de CD, DVD et autres CD-Rom de musique vietnamienne (souvent de type karaoké) vendus un peu partout dans les boutiques asiatiques, on constate que la scène culturelle viéto-montréalaise – à laquelle il faut ajouter les récitals occasionnels de chanteurs et musiciens d’origine vietnamienne – est extrêmement vivante et variée.

47Quelques organismes montréalais permettent à leurs membres de s’adonner à des activités de loisir entre compatriotes. Deux d’entre eux, qui s’adressent aux jeunes, visent aussi la transmission de la culture et de la langue ancestrales : il s’agit des deux troupes appartenant aux mouvements scout et guide, l’une non confessionnelle (fondée en 1979) et l’autre catholique. Quant aux adultes, ils peuvent participer aux activités culturelles et sportives organisées par certaines des associations présentées dans ce chapitre. Outre cela, on trouve dans la région montréalaise trois écoles d’arts martiaux vietnamiens (sa long cuong) dont les maîtres et la majorité des pratiquants – enfants, adolescents et jeunes adultes – sont d’origine vietnamienne (Legault-Mercier, 2005).

48Il existe enfin à Montréal des associations amicales regroupant, dans un cas, les anciens enseignants des écoles du Vietnam et, dans les autres, les diplômés et diplômées de certains établissements d’enseignement vietnamiens. Ces associations, liées à des organismes analogues établis ailleurs (en France notamment) ont pour but de développer l’amitié et le soutien mutuel entre les anciens camarades d’études et leurs professeurs dispersés à l’étranger. On trouve également dans la métropole des réseaux plus ou moins organisés de personnes originaires de la même province ou de la même région du Vietnam, mais il s’agit de regroupements informels qui ne sont pas répertoriés dans les annuaires publiés par la communauté.

Associations religieuses

49Les associations religieuses vietnamiennes de Montréal partagent un objectif commun : faciliter à leurs membres la pratique d’un culte spécifique, tout en veillant à l’administration des biens meubles et immeubles de la congrégation. La plupart d’entre elles se préoccupent aussi de la préservation et de la transmission de la culture vietnamienne, surtout dans ses aspects moraux et cérémoniels.

  • 31 Le caodaïsme est une religion syncrétique fondée au Vietnam au début des années 1920.

50Dès 1975, des réfugiés de confession bouddhique, catholique et protestante commencèrent à se réunir le week-end pour célébrer, chacun à sa manière, le culte religieux qui était le leur au Vietnam. Ce sont les protestants évangéliques qui, semble-t-il, furent les premiers à s’organiser en association formelle, fin 1975 (Association des protestants vietnamiens). Les bouddhistes firent de même un an plus tard (Association bouddhique vietnamienne au Canada) et les catholiques en 1979 (Communauté catholique vietnamienne de Montréal). À l’heure actuelle, Montréal et sa banlieue comptent huit organismes bouddhiques vietnamiens, deux associations catholiques, deux protestantes, deux caodaïstes31 et une qui s’occupe de méditation taoïste. Le chapitre 5 décrit les activités religieuses de leurs membres.

Mouvements politiques

51On trouve enfin à Montréal quelques organisations proprement politiques, dont l’objectif explicite est de travailler – par le biais, surtout, de déclarations publiques orales et écrites – au renversement du pouvoir communiste en place au Vietnam. Il s’agit de la Ligue Vietnam-Liberté, du Front national de libération du Vietnam, section de Montréal ainsi que de l’Alliance pour la démocratie au Vietnam. Ces associations font partie de regroupements transnationaux dont l’existence semble parfois fragile. En 1990, en effet, seuls le Front national de libération (fondé en 1980) et la Ligue Vietnam-Liberté existaient, alors que quatre mouvements actifs à cette époque ont maintenant disparu. Les organismes politiques énoncent souvent de façon explicite et directe des positions anticommunistes partiellement partagées par les leaders d’autres associations.

  • 32 Sauf pour l’Union et le Congrès des Vietnamiens du Canada qui, eux, reconnaissent la légitimité des (...)
  • 33 Ou, plus rarement (dans certains rassemblements de l’Union), celui du Vietnam communiste.

52Comme on l’a vu en effet, les associations d’entraide et certains organismes culturels ont des opinions bien tranchées, généralement hostiles au gouvernement vietnamien32. La vie associative des Viéto-Montréalais est donc parcourue comme en sourdine par des courants politiques qui refont surface à divers moments : célébrations communautaires, où on arbore le drapeau – et d’autres symboles – du Vietnam du Sud33 ; manifestations contre la venue au Canada de dignitaires vietnamiens ; signature de pétitions diverses. Nous verrons plus loin les effets de cette situation sur l’organisation communautaire.

Participation à la vie associative

  • 34 Les études classiques, surtout américaines, sur l’ethnicité estiment à environ 5 % les membres de g (...)

53À quelques rares exceptions près, les associations vietnamiennes ne tiennent pas de registre de leurs membres. Tous les Viéto-Montréalais, par exemple, sont réputés faire partie de la Communauté vietnamienne nationaliste, comme tous les médecins d’origine vietnamienne sont, en principe, représentés par l’Association des médecins vietnamiens au Canada, et toutes les femmes par l’Association des femmes. Si des événements publics, telle la célébration du Têt organisée par la Communauté et les organismes qui lui sont liés, peuvent rassembler quelques milliers de personnes, la proportion de membres actifs au sein des associations est beaucoup plus faible. C’est ainsi qu’à la fin des années 1980, on estimait le taux de participation active aux organismes viéto-montréalais à environ 3-4 % (Dorais, 1990 : 52-53), un chiffre qui n’a sans doute pas beaucoup changé depuis34.

54Les raisons invoquées par nos répondants pour participer aux associations tournent souvent autour du désir de rencontrer du monde, de se faire des amis et de pratiquer la langue vietnamienne. Dans certains cas cependant, les motivations sont plus profondes : aider la communauté, partager une idéologie, pratiquer sa religion. La non-participation, par contre, semble due au manque de temps, au manque d’intérêt ou au désir de ne pas s’engager dans des activités qui rappellent trop le pays d’origine. Il y a parfois aussi désillusion : après quelques années, on cesse de ressentir de l’attirance pour une vie associative qu’on jugeait jusqu’alors importante. Il sera intéressant de voir si les nouveaux moyens de communication électronique développés par les associations, les sites Internet par exemple, réussiront à raviver l’intérêt des membres de la collectivité vietnamienne.

  • 35 Sur les 25 personnes interviewées en 2002-2003, 6 seulement disaient recevoir une aide quelconque d (...)
  • 36 « Ici tout le monde est occupé par le travail, occupé par la famille, c’est pour ça qu’on a moins d (...)

55Il semble qu’à mesure que les nouveaux arrivants s’intègrent à leur société d’accueil, ils développent assez de capital social personnel pour ne plus avoir à compter sur leur communauté ethnique pour les épauler. Les associations perdent donc alors de leur importance. Les organismes d’entraide ne desservent plus qu’une partie de la population immigrée (les personnes âgées en particulier)35, les gens se divertissent et célèbrent les fêtes en famille ou avec leurs amis, les jeunes participent peu aux organismes culturels et récréatifs vietnamiens36, et les idéaux politiques s’émoussent. Seule la religion, semble-t-il, continue à être pratiquée entre compatriotes, et ce sont maintenant les organismes religieux qui auraient le vent en poupe. À cette exception près, les réseaux privés paraissent donc en voie d’occuper, aux dépens des associations formelles, une bonne – sinon la majeure – partie de l’espace social où évoluent les Viéto-Montréalais. Si la prolifération d’organismes ethniques au cours des années 1980 et 1990 était un signe de vitalité adaptative, le désintérêt relatif que ces organismes semblent maintenant connaître pourrait donc témoigner du succès avec lequel les Vietnamiens se sont intégrés à leur société de réinstallation.

Leadership et représentativité

  • 37 Au Québec, comme on l’a vu, à la différence du reste du Canada et d’une bonne partie des États-Unis (...)

56Ce désintérêt est peut-être également dû au fait que les organisations vietnamiennes d’outre-mer ont parfois du mal à trouver des leaders pour les diriger. On a montré ailleurs (Dorais, 1991 ; 1998b) que ces associations ont tendance à se multiplier là où les premiers arrivants (anciens étudiants d’avant 1975) et les réfugiés de la première vague sont relativement nombreux37. Généralement plus scolarisés et financièrement plus à l’aise que la moyenne de leurs compatriotes, ces individus possèdent l’expertise professionnelle et le capital social nécessaires à la mise sur pied et à la bonne administration d’un organisme ethnique, et ils peuvent y consacrer le temps qu’il faut. Or, le nombre de ces leaders « naturels » est assez restreint. Et, toutes les personnes fortement scolarisées et professionnellement stables n’acceptent pas nécessairement de s’investir dans la vie associative. Maints leaders siègent donc en même temps à plusieurs conseils d’administration ou circulent régulièrement d’une association à l’autre.

  • 38 La nécessité d’associer les jeunes à la direction des organismes viéto-canadiens a fait l’objet d’u (...)
  • 39 Là où des femmes siègent – de façon généralement très minoritaire – au bureau de direction de l’ass (...)

57Ces Viéto-Montréalais arrivés au Québec à l’âge adulte il y a trente ans et plus commencent maintenant à songer à la retraite et se retirent peu à peu de la vie publique. Des jeunes seraient souvent prêts à les remplacer, mais la plupart des Vietnamiens ont du mal à accepter qu’une personne de moins de 40 ans occupe un poste de direction, même si certains aînés critiquent une telle attitude38. La participation associative des jeunes se limite donc le plus souvent aux organismes réservés à la jeunesse ou à des tâches de collaboration sous la supervision des aînés. On conçoit difficilement aussi qu’une femme puisse diriger une association, sauf s’il s’agit d’un organisme – l’Association des pharmaciens vietnamiens du Québec par exemple ou, bien sûr, l’Association des femmes – où les personnes de sexe féminin forment la majorité39.

58Les Viéto-Montréalais sont généralement au courant de l’existence et des activités des associations vietnamiennes locales. Rares sont ceux qui, comme cette femme dont le conjoint est un Québécois francophone, disent tout ignorer des organismes communautaires :

Je n’ai aucune espèce d’idée de ce que font ces gens-là, compte tenu du fait que je n’ai aucun contact. Je pense que c’est bon pour les Vietnamiens de se retrouver entre eux et de se tenir au courant des activités. Mais moi, honnêtement, je ne sais pas ce qu’ils font. (Vietnamienne de 48 ans, arrivée au Québec en 1972)

59Les associations jugées les plus importantes par les personnes interviewées en 2002-2003 – jugement corroboré par nos observations – sont la Communauté nationaliste vietnamienne (seize mentions sur vingt-trois), les associations pour aînés (cinq mentions), des groupes à vocation religieuse (trois mentions) et l’Association des femmes (deux mentions).

  • 40 Dont trois rencontrées dans les bureaux même de la Communauté vietnamienne.

60Les répondants semblent plus circonspects quand on leur demande si les leaders des associations représentent bien l’opinion et les intérêts des Vietnamiens de Montréal. Sur 21 personnes ayant répondu à cette question lors des entrevues de 2002-2003, seulement 5 conviennent que oui40. Cinq autres disent ne pas pouvoir répondre parce qu’elles ne connaissent pas suffisamment les milieux associatifs vietnamiens. Neuf répondants par contre – dont six ont moins de 30 ans – croient que certains dirigeants ne représentent pas bien l’opinion des Viéto-Montréalais, et deux ont une opinion mitigée :

Moi je trouve que non. Je ne sais pas, c’est rarement qu’ils demandent l’avis des personnes. (Vietnamienne de 17 ans, arrivée au Québec en 1991)
Chaque personne a une opinion, chaque personne a une valeur différente. […] Si vous prenez chaque valeur personnelle, c’est différent. Mais la valeur de la communauté, je pense que ça se reflète un petit peu [chez les leaders]. Je ne vous dirais pas à cent pour cent, mais c’est quand même assez grand. (Vietnamien de 43 ans, arrivé au Québec en 1975)

61En fait, comme le mentionne ce dernier répondant, les valeurs, les opinions et les intérêts des Viéto-Montréalais sont si variés qu’aucun organisme ne peut refléter les idées de tout le monde, d’où l’impression qu’ont certains de ne pas être écoutés. Par contre, les associations représentent quand même assez « la valeur de la communauté » pour que la plupart des gens soient au courant de leur existence, reconnaissent l’importance de certaines d’entre elles et participent – ne serait-ce qu’occasionnellement – aux activités qu’elles organisent. D’où le rôle joué par les associations et leurs leaders dans la production de capital social communautaire de type « cohésion ».

Associations et communauté

62Ce capital social est multiforme. Il contribue à multiplier et resserrer les relations entre des groupes et des individus aux intérêts divergents, sans pouvoir pour autant – malgré la volonté de certains leaders – rassembler tout le monde dans un grand projet commun. En effet, la communauté vietnamienne de Montréal – comme toute autre collectivité ethnique – est loin d’être unitaire. Ses associations, leurs objectifs et les formes de participation de leurs membres reflètent donc la diversité économique, sociale et idéologique des quelque 25 000 Viéto-Montréalais.

63La vie associative viéto-montréalaise reflète entre autres, on l’a vu plus haut, des subdivisions ethniques, sociales et politiques plus ou moins explicites. Par les prises de position – liées à ces subdivisions – qu’expriment leurs activités et leurs discours, certaines associations jouent le rôle de gestionnaires de l’identité vietnamienne, en cherchant à expliquer à la communauté – et parfois aussi au monde extérieur – le sens profond de ce que sont les Vietnamiens d’outre-mer, par rapport au Vietnam et à leur pays d’installation. Ce processus de représentation ethnique est encouragé par le multiculturalisme officiel, qui y voit le moyen de mieux harmoniser les ethnicités diverses formant la trame de la société canadienne.

  • 41 Elles favorisent ainsi le développement du capital social de type « relation ».
  • 42 Par le communisme avant tout, mais aussi par ce qu’ils perçoivent comme une débandade de la morale (...)
  • 43 Cette dichotomie des discours identitaires, qu’on ne retrouve à peu près pas dans le reste du Canad (...)

64Cohérentes en cela avec les politiques multiculturelles du Canada et du Québec, toutes les associations vietnamiennes de Montréal prônent l’intégration économique et sociale de leurs membres au milieu québécois et canadien41, tout en encourageant la préservation de la culture vietnamienne outre-mer. Beaucoup d’organismes viéto-montréalais à tendances nationalistes considèrent la culture traditionnelle du Vietnam menacée dans son pays d’origine42. Il faut donc la préserver à l’étranger et l’y transmettre aux jeunes générations pour, éventuellement, la réintroduire un jour dans la mère patrie. De leur côté, les associations prônant la collaboration avec Hanoi, qui ne regroupent – rappelons-le – qu’une petite minorité de personnes, estiment le Vietnam menacé par l’occidentalisation, le matérialisme, l’individualisme et divers maux sociaux. Les Viêt Kiêu doivent donc conserver leur identité afin d’aider leur pays d’origine à faire face à tous ces périls43.

  • 44 Qui plus est, l’incompatibilité même d’opinions entre individus et groupes peut contribuer à struct (...)

65Malgré le fait que dans un contexte où coexistent des différences sociales, religieuses et politiques marquées au sein du groupe ethnique, les associations peuvent de prime abord apparaître comme éclatées, aucune d’entre elles ne présentant de projet identitaire apte à satisfaire tout le monde, on ne doit pas s’exagérer l’importance des subdivisions ci-dessus mentionnées. Comme nous l’avons déjà vu, presque tous les Viéto-Montréalais participent à des réseaux familiaux et amicaux informels qui, au-delà des clivages, structurent l’ensemble de la collectivité formée par les personnes d’origine vietnamienne habitant la région montréalaise44. Il faut donc revenir à la famille et aux liens de solidarité primaire pour bien comprendre la vie communautaire des Vietnamiens de Montréal.

Famille

66Quand on demande à un Vietnamien d’outre-mer ce qui caractérise la culture vietnamienne, il y a fort à parier qu’il répondra que c’est la famille. La philosophie confucéenne, qui a inspiré et inspire encore implicitement la société vietnamienne, prône en effet la primauté des liens familiaux. Si ceux-ci sont harmonieux, il en sera de même des rapports sociaux en général. Les liens familiaux perdurent après la mort. Le culte des ancêtres, célébré sous la direction du père de famille, permet – par le biais d’offrandes, de prières et de prosternations – d’honorer la mémoire et de demander l’aide spirituelle des parents, grands-parents et arrière-grands-parents défunts.

  • 45 Avec, pour conséquence, de se sentir parfois très contrôlés par leurs parents (Meintel et Le Gall, (...)

67Dans la pratique, la famille constitue l’unité sociale de base. Les membres de la parenté proche – parents, enfants, frères et sœurs – sont les seules personnes en qui on puisse avoir une confiance absolue. On compte donc sur eux quand on a besoin d’aide morale ou matérielle. Une très grande partie des Vietnamiens ne se sentent ainsi pleinement à l’aise qu’en compagnie de leur famille. Ce fort sentiment familial explique les tentatives des Viêt Kiêu pour regrouper, dans la mesure du possible, tous leurs proches parents dans la même ville. Il explique aussi le fait que les jeunes gens continuent souvent d’habiter chez leurs père et mère tant qu’ils ne sont pas mariés45.

68La famille confucéenne traditionnelle (gia dinh) était imaginée et parfois vécue comme le regroupement de deux, trois ou même quatre générations habitant ensemble au sein d’une maisonnée patrilocale et patriarcale. En réalité cependant, l’organisation familiale ne correspondait pas toujours à ce modèle. La gia dinh (ou dai gia dinh – « grande famille »), en effet, pouvait et peut encore faire référence à la totalité des individus qu’on reconnaissait comme parents, du côté soit du père (gia dinh nôi – « famille interne »), soit de la mère (gia dinh ngoai – « famille externe ») (Luong, 1984). Pour des raisons économiques ou autres, les membres de la gia dinh devaient souvent se disperser, cette dispersion s’étant grandement accrue après 1954 (division du Vietnam en deux entités politiques) et, surtout, 1975, quand elle prit un véritable caractère transnational.

  • 46 Voir Liljestrom et Lai (1991), Gold (1992), Kibria (1993), Chan et Dorais (1998), Kleinen (1999) et (...)

69Les recherches effectuées au Vietnam contemporain comme chez les Vietnamiens d’outre-mer46 montrent qu’en dépit de la dispersion et des changements sociaux récents, les relations familiales gardent aujourd’hui encore toute leur importance, et ce, malgré l’apparition de certaines tensions intergénérationnelles dont nous traiterons au prochain chapitre. Citons ici le témoignage d’une dame de Montréal :

Pour nous, Vietnamiens, la famille n’est pas un concept purement culturel et symbolique à peu près dépourvu de racines biologiques. Pour nous, la famille est une entité vivante, substantielle, composée de personnes réelles, vivantes et décédées, que nous connaissons plus ou moins intimement. Plus encore, la famille est également un principe supérieur et omniprésent qui influence toute notre vie, et de façon plus évidente encore quand nous en sommes physiquement séparés. […] La famille est la base de la société vietnamienne. (Lê Thi Quê, 1986 : 3-4)

Mariage et enfants

  • 47 Les seules exceptions tolérées étaient les bonzes (moines) et nonnes bouddhistes, qui font vœu de c (...)
  • 48 Le couple pouvant, par exemple, adopter l’un des fils du frère du mari.

70Pour les Vietnamiens, il est du devoir de chacun de se reproduire pour assurer la lignée familiale. On considérait autrefois comme une affaire très grave le refus volontaire et non motivé de se marier et d’avoir des enfants47. On allait même plus loin : il était nécessaire d’engendrer des garçons, puisque ce sont eux, et non les filles, qui célébreraient le culte des ancêtres pour leurs parents et grands-parents défunts. L’impossibilité pour un couple d’avoir des fils pouvait amener la femme à chercher une deuxième – ou même une troisième – épouse pour son mari, en espérant que celle-ci en arriverait à corriger la situation. Lorsque le problème persistait, on avait alors recours à l’adoption, le plus souvent à l’intérieur de la famille patrilatérale48.

71Les choses ont maintenant changé. On ne tient plus autant à engendrer des fils, et le célibat – surtout féminin – ou le fait de retarder l’âge du mariage (on se mariait autrefois à 16 ou 17 ans) sont devenus acceptables. Il n’en reste pas moins que la grande majorité des Vietnamiens du Vietnam et de l’étranger ont convolé en justes noces ou prévoient le faire un jour, et qu’ils regardent le plus souvent la naissance d’enfants comme indissociable du mariage. De même, peu d’entre eux considèrent le divorce comme envisageable, quoique les ruptures d’union – tant au Vietnam que chez les Vietnamiens d’outre-mer – ont tendance à augmenter avec les années, sans encore atteindre les mêmes taux qu’en Occident.

72Les Viéto-Montréalais ne font pas exception à la règle. Même chez les jeunes, le mariage et les enfants semblent constituer la voie normale à suivre. La cohabitation hors des liens matrimoniaux est assez mal vue et les fréquentations entre jeunes gens et jeunes filles se terminent généralement par une noce. Les conjoints de fait sont toutefois plus nombreux chez les jeunes Viéto-Montréalais nés au Québec, surtout s’ils proviennent d’une famille mixte, puisque dans leur cas, l’influence du milieu québécois et l’identification à ce milieu se font sentir de manière plus intense.

73À titre indicatif, sur les 25 personnes interviewées en 2002-2003, 14 (7 hommes et 7 femmes) étaient mariées ou l’avaient été à un moment de leur vie. Si on fait abstraction de 5 répondants célibataires de moins de 30 ans qui se marieront probablement un jour, on constate que plus des deux tiers (14/20) de cet échantillon non représentatif vivaient ou avaient vécu en union légale. Parmi les six personnes ayant dépassé la trentaine et qui ne s’étaient jamais mariées, deux (des femmes de plus de 50 ans) étaient célibataires, et quatre (un homme et trois femmes) vivaient en union libre avec un conjoint de fait. Dans trois cas, ce conjoint n’était pas d’origine vietnamienne, comme ne l’était pas non plus la conjointe de fait d’un homme divorcé au Vietnam (et faisant donc partie des 14 personnes ayant déjà été mariées).

  • 49 D’origine sino-vietnamienne dans un cas.

74Parmi les 13 autres répondants ayant vécu en union légale, 9 (5 hommes et 4 femmes) étaient toujours mariés au moment de l’entrevue. Un homme et une femme étaient veufs, et deux répondantes actuellement sans conjoint avaient divorcé. Dans 11 cas sur 13, le conjoint actuel ou ancien était d’origine vietnamienne49 ; 2 femmes avaient un mari québécois « de vieille souche ».

75Un des répondants mariés était bigame. Arrivé à Montréal avec ses deux épouses, lui et sa famille se sont installés dans deux résidences du même quartier. Au Vietnam, la polygamie est illégale depuis 1954, mais elle se pratique quand même toujours de façon limitée. Un certain nombre de ménages polygynes (à plusieurs femmes) ont migré au Canada ou, plus rarement, se sont formés ici. Il va sans dire que, dans tous ces cas, une seule épouse est considérée comme conjointe légale, l’autre passant généralement pour la belle-sœur ou la cousine de son mari.

  • 50 Nous considérons le cas de notre répondant bigame comme un mariage unique et (partiellement) légal.

76Nos répondants de 2002-2003 ne représentent en rien la communauté viéto-montréalaise dans son ensemble. L’examen de leur statut marital permet cependant de constater deux choses. En premier lieu, la presque totalité des unions conjugales présentes ou passées entre conjoints vietnamiens, soit 12 sur 13, sont ou étaient légales, c’est-à-dire sanctionnées par un mariage en bonne et due forme50. Par contre, sur cinq unions de fait, quatre impliquent un conjoint qui n’est pas vietnamien. Ceci semble illustrer la préférence des Vietnamiens pour les unions maritales légales, tout en montrant la variété des situations réelles : mariage, célibat, veuvage, divorce, union libre, et même bigamie.

  • 51 La proportion est de 7 sur 9 pour les couples légalement unis.

77En second lieu, plus de la moitié de nos répondants vivant actuellement en couple (marié ou non), soit 8 sur 14, ont un conjoint d’origine vietnamienne51. Et deux célibataires disent avoir un partenaire de la même origine, avec qui ils ne cohabitent toutefois pas. Ici encore, ces chiffres ne représentent rien, mais ils permettent de poser l’hypothèse – qui s’appuie également sur d’autres approximations – que les deux tiers environ des unions qui se contractent actuellement dans la collectivité impliquent deux Vietnamiens.

78La plupart des couples viéto-montréalais, ou partiellement tels, ont une descendance. Les familles vietnamiennes d’autrefois comptaient souvent 10 ou 12 enfants, ce qui est rarement le cas de nos jours, que ce soit au Vietnam ou chez les Vietnamiens d’outre-mer. On se contente plutôt de deux ou trois fils et filles. Au Vietnam, le gouvernement encourage d’ailleurs fortement la population à ne pas dépasser un ou deux enfants par famille. Par contre, très peu de couples refusent volontairement d’enfanter. Parmi nos 18 répondants de 2002-2003 vivant ou ayant vécu maritalement, 14 ont des enfants, y compris 4 des 5 personnes en union libre. Si on exclut les ménages sans enfants et le répondant bigame, qui a eu 17 rejetons à lui seul, la moyenne par couple est de 2,5 enfants.

79Dans la moitié des 14 familles avec enfants, tous les jeunes résident chez leurs parents. Dans cinq autres ménages, les enfants – ou certains d’entre eux – sont mariés et possèdent leur propre logement, les fils et filles non encore mariés demeurant toutefois au domicile parental. Enfin, deux hommes dont la conjointe de fait n’est pas vietnamienne ne gardent que leur benjamin à la maison. Ces deux derniers cas mis à part, les enfants de nos répondants semblent donc préférer demeurer chez leurs parents tant qu’ils n’ont pas encore trouvé de conjoint.

Vie familiale

80La vie des familles viéto-montréalaises est surtout rythmée par les grands événements de l’existence : naissances, mariages et décès. La naissance ne donne pas lieu à des cérémonies particulières, sauf dans les familles chrétiennes, au moment du baptême, et chez certains ménages pratiquant le culte des ancêtres ou le bouddhisme. Dans ces ménages, le nouveau-né, surtout s’il s’agit de l’aîné ou, mieux encore, du fils aîné, est officiellement présenté aux membres défunts de sa famille paternelle environ un mois après sa naissance, au moment des relevailles. Cette cérémonie est souvent prétexte à une petite fête où on consomme en famille les offrandes déposées sur un autel. Des ménages plus traditionnels pratiquent également le culte des douze Bà Mu, génies féminins qui symbolisent le destin astrologique du nouveau-né et à qui on offre des vêtements miniatures pour qu’elles accordent leur protection au bébé.

  • 52 Au Vietnam, le nom de famille précède toujours les autres appellations. Ainsi, Monsieur Nguyên Van (...)

81Les noms des enfants sont souvent choisis en consultation avec les grands-parents. Ils comprennent généralement le nom de famille – toujours celui du père – un nom intermédiaire et le prénom52. Ce dernier ne doit pas avoir été porté auparavant par un membre vivant ou décédé de la famille, ni par un ami des parents. Sinon, en grondant ou punissant l’enfant, on risquerait d’insulter la personne dont il porte le prénom. Les noms intermédiaires, par contre, sont partagés par tous les membres masculins d’une même génération familiale, c’est-à-dire par tous les fils d’un groupe de frères. Ce sont souvent ces noms qui permettent de distinguer entre branches et générations à l’intérieur d’une même grande famille (dai gia dinh). Chez les filles, le nom intermédiaire le plus courant est « Thi », qui signifie simplement « de sexe féminin ».

  • 53 Dans les campagnes du sud du Vietnam, les enfants pouvaient jusqu’à récemment être désignés par leu (...)

82Les prénoms ont un sens, quoique celui-ci ne soit pas toujours évident puisque la plupart des noms vietnamiens ont été empruntés à la langue chinoise (prononcée à la vietnamienne). Les garçons recevront ainsi un prénom évoquant la sagesse, l’intelligence, la bravoure ou la vertu, alors que les noms de filles évoqueront plutôt la beauté (noms de fleurs ou d’oiseaux), la douceur ou d’autres qualités féminines appréciées des Vietnamiens53. Comme les chrétiens du Vietnam, qui l’ont toujours fait au moment de leur baptême, bon nombre de personnes ajoutent maintenant à leurs noms d’origine une appellation occidentale, jugeant les noms viêt imprononçables pour les étrangers.

  • 54 On considère que les nouveau-nés sont déjà âgés d’un an, puisqu’au moment de leur naissance, ils on (...)

83Traditionnellement, on ne célébrait pas les anniversaires de naissance, puisque tout le monde vieillit ensemble d’un an lorsque arrive le Têt54. Chez les Vietnamiens d’outre-mer cependant, à Montréal comme ailleurs en Occident, on a de plus en plus tendance à célébrer ces occasions, surtout quand il s’agit d’enfants et de jeunes.

  • 55 Ils peuvent aussi consulter des sites viêt kiêu de rencontres, de plus en plus nombreux sur Interne (...)

84Les mariages, autrefois arrangés par les parents, sont maintenant laissés au libre choix des futurs époux. Ceux-ci tiennent toutefois à ne pas mécontenter leur famille et dans la plupart des cas, le garçon ou la fille n’épousera quelqu’un qu’avec l’accord de ses parents. Il arrive souvent, d’ailleurs, que le père ou, surtout, la mère présente à ses enfants des conjoints potentiels, généralement issus de familles que les parents connaissent personnellement ou dont on leur a vanté la réputation. Des jeunes – des garçons en particulier – peuvent aussi demander à leur mère ou à une parente de leur dénicher un conjoint d’origine vietnamienne, s’ils ne connaissent pas de candidat au mariage dans leur entourage55. La personne jouant ainsi le rôle d’entremetteuse – un rôle important dans le Vietnam d’autrefois – pourra alors mettre en action l’ensemble de ses réseaux personnels, tant au Canada qu’au Vietnam ou ailleurs dans le monde. Nous ne possédons pas de statistiques sur l’origine géographique des conjoints, mais nous savons que bon nombre de Viéto-Montréalais épousent une personne résidant au Vietnam ou dans une autre collectivité viêt kiêu (surtout canadienne ou américaine). Dans la plupart des cas, semble-t-il, la future épouse déménage dans la ville de résidence de son fiancé, à moins que celui-ci vive au Vietnam. C’est alors lui qui vient habiter avec sa future.

  • 56 Habitude qui n’a rien de traditionnel ; elle relève plutôt d’une imitation des pratiques chrétienne (...)

85Le mariage ne donne généralement pas lieu à une cérémonie religieuse, sauf chez les catholiques et les protestants qui se marient à l’église, et chez certains bouddhistes qui ont pris l’habitude de s’épouser à la pagode56. Les autres recourent au mariage civil, avant ou après que les fiancés se soient prosternés devant l’autel des ancêtres dressé chez les parents du marié. Dans tous les cas, quelle que soit l’appartenance religieuse des familles, le mariage est aussi célébré par un banquet dansant, servi dans un restaurant asiatique ou dans une salle louée pour l’occasion. On s’attend à ce que les invités contribuent financièrement aux frais de la noce par le biais d’un cadeau en espèces offert aux mariés.

86Ces banquets de mariage regroupent facilement de 200 à 500 personnes, parents et amis venus d’un peu partout. Selon certains Viéto-Montréalais, les noces célébrées outre-mer sont plus élaborées que celles qu’on organisait dans le Vietnam des années de guerre et de rigueur communiste, tant par leur luxe et leur ampleur que par la multiplicité des rites qu’on tente de faire revivre à l’étranger : présentation officielle du futur mari et remise de cadeaux traditionnels à la famille de la promise (devant l’autel des ancêtres) ; enlèvement symbolique de la fiancée le matin du mariage, pour l’emmener chez les parents de son futur ; nombreux changements de toilette de la mariée au cours du banquet de noces ; étalage public des cadeaux reçus ; prise de photos et tournage de documents vidéo. Le banquet est souvent conçu comme un véritable spectacle, suivi d’une nuit de danse sociale avec disc-jockeys. Il semble qu’à un déclin relatif, signalé plus haut dans ce chapitre, des activités collectives des associations, corresponde une certaine surenchère pour ce qui est des célébrations privées : fiançailles, noces, anniversaires de mariage, etc.

  • 57 Avant de célébrer les funérailles, on attend l’arrivée des proches parents vivant ailleurs qu’à Mon (...)
  • 58 L’urne est alors généralement déposée dans un columbarium, souvent sur les terrains d’une pagode bo (...)

87Les décès, par contre, qui, au Vietnam, donnaient – et donnent parfois encore – souvent lieu à des cérémonies extrêmement élaborées (voir, entre autres, Dorais, 2003 : 72-75 et 85-86), sont célébrés ici de façon beaucoup plus sobre. Le défunt est généralement confié à un funérarium où il est exposé deux ou trois jours57. La famille fait venir un bonze (moine bouddhiste) qui psalmodie l’office des morts devant le cercueil ou, s’il s’agit de catholiques, un prêtre ou des laïcs dévots qui récitent des prières. Les visiteurs s’inclinent devant le défunt et, souvent, font un don en espèces à la famille ou envoient des fleurs. Le jour des funérailles, le bonze accompagne le cortège funèbre au cimetière où, après les dernières prières, le défunt est mis en terre ou incinéré58. Les membres de la famille portent alors un turban blanc, couleur du deuil. Les catholiques, de leur côté, assistent à une messe de funérailles à l’église, avant l’enterrement ou l’incinération. Un goûter suit généralement la visite au cimetière, et ce, tant chez les bouddhistes que chez les catholiques.

88Certaines familles plus traditionnelles respectent encore d’anciennes coutumes. On peut, par exemple, exposer le mort à la maison. Les invités se prosternent alors devant l’autel des ancêtres avant de s’incliner devant le défunt. On répand parfois des feuilles de thé au fond du cercueil, pour absorber les fluides corporels du cadavre. Ou on brise une tasse ayant appartenu au défunt, au moment où celui-ci quitte sa demeure, afin de lui signaler que son retour sous forme de fantôme n’est pas le bienvenu. Certains offrent quotidiennement à la personne décédée un bol de riz et un œuf, et ce, pendant les sept semaines qui suivent le décès, car, croit-on, l’âme n’abandonne définitivement ce monde qu’au quarante-neuvième jour. Cette journée-là, la famille invite ses proches et ses connaissances à une dernière cérémonie à la pagode.

Réseaux familiaux

  • 59 De type « cohésion », mais aussi de type « collaboration » dans le cas de liens familiaux transnati (...)

89La famille constitue le premier lieu de sociabilité et, donc, la première source de capital social59. La plupart des Viéto-Montréalais entretiennent des contacts réguliers avec les membres de leur parenté résidant dans la région métropolitaine. Comme nous le verrons au chapitre 6, ils sont aussi en relation avec leurs proches vivant ailleurs au Canada, ainsi qu’au Vietnam et dans le reste du monde. Ces rapports, qui impliquent à la fois les hommes et les femmes, les parents et les enfants, constituent le fondement même des réseaux sociaux sous-tendant la communauté. Une bonne partie des Viéto-Montréalais accorde donc une importance majeure aux rapports entre parents : « Je vois ma mère et toute la famille à toutes les fins de semaine. Elle habite à Longueuil. Tout le monde se retrouve là-bas. On se téléphone aussi souvent. Si je ne vois pas ma mère pendant trois jours, je capote [deviens dingue] » (Vietnamienne de 23 ans, arrivée au Québec en 1983).

90Avec les proches parents on ne se contente pas de se visiter, on s’entraide aussi : « On va utiliser l’argent comme un seul portefeuille pour toute la famille. Si ton appartement manque de quelque chose, c’est comme si c’était le mien qui manquait de quelque chose. Tout le monde va penser à tout le monde » (Vietnamienne de 42 ans, arrivée au Québec en 1982).

  • 60 Les autres types de loisir incluent le sport, la promenade et de rares spectacles de musique vietna (...)

91Ces liens n’empêchent pas l’existence de conflits intrafamiliaux occasionnels. La majorité des Viéto-Montréalais semblent cependant fréquenter assidûment une partie au moins des membres de leur famille établis dans la région métropolitaine. Les visites reçues et rendues constituent la principale activité liée à ces réseaux familiaux. Ces visites actualisent et renforcent les liens de parenté et, aussi, d’amitié. En outre, on peut les considérer comme une forme de loisir peu dispendieux et à la portée de tous, car on profite souvent de la présence de visiteurs pour visionner un film, pratiquer le karaoké ou jouer aux cartes60.

92On ne visite cependant pas n’importe qui. Ce sont surtout les proches parents – et les amis assez intimes – qui sont invités (ou qui s’invitent eux-mêmes) à la maison ou qu’on va voir chez eux. Sauf exception, on ne rend pas visite à de simples connaissances. La visite de courtoisie à l’occidentale ne se pratique que lors d’occasions ritualisées : nouvel an, mariage d’un enfant ou deuil récent.

93Il ne semble pas y avoir de différences liées au genre en ce qui concerne l’importance et la fréquence des visites, quoique, comme nous le verrons plus loin, plusieurs femmes ont peu de temps à y consacrer, eu égard à leurs tâches domestiques. Les gens âgés également, souvent confinés à la maison pendant la saison froide, sortent moins que les autres. Au contraire, les jeunes célibataires, garçons et filles, possèdent généralement un réseau de parents et, surtout, d’amis – incluant parfois, à la différence de leurs aînés, des Québécois d’origine autre que vietnamienne – assez étendu et avec lequel ils entretiennent des contacts fréquents.

  • 61 Notons que l’amitié concerne presque toujours une personne de même sexe que soi, quoique chez les j (...)

94L’amitié constitue, après la parenté, un lien social fondamental. Les amis intimes sont généralement peu nombreux, surtout chez les gens d’un certain âge, les événements au Vietnam ayant souvent provoqué la dispersion des anciens groupes de camarades. Mais les amis qu’on possède jouent presque le rôle de frères ou de sœurs61. On peut leur demander n’importe quoi, comme en témoigne ce Vietnamien cité par Dorais et Pilon-Lê (1986 : 184) et dont les propos sont toujours d’actualité : « C’est vraiment fatigant d’avoir un ami intime. Il peut venir chez vous à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, entrer sans sonner, s’installer et poser les questions les plus indiscrètes qu’on puisse imaginer. Et il sera fâché si on s’en offusque. » Surtout actualisés par des visites et diverses formes d’entraide, et ritualisés lors des mariages et des décès, ainsi qu’à quelques autres occasions, les réseaux fondés sur les relations parentales et sur les liens d’amitié forment donc la trame de base de la communauté vietnamienne de Montréal.

Rapports hommes-femmes

  • 62 On observe ici une différence marquée entre les individus d’ethnie viêt et les Sino-Vietnamiens, bi (...)

95La philosophie sociale confucéenne considère que la femme doit être soumise à l’homme. Dans la pratique cependant, il n’en est pas toujours de même. L’homme agit généralement comme représentant de la famille et, en public, sa parole et ses opinions prédominent sur celles de son épouse. Dans le privé toutefois, c’est souvent la femme qui contrôle la maisonnée. Les femmes mariées sont en effet considérées comme les « Générales de l’Intérieur » (Noi Tuong) et en tant que telles, elles tiennent habituellement les cordons de la bourse domestique. Dans beaucoup de foyers, tous les membres de la famille, y compris le père, remettent leur salaire et leurs autres gains à la mère, et il est de la responsabilité de celle-ci d’utiliser ces fonds pour le bien commun de la maisonnée. Qui plus est, les femmes occupent souvent un emploi à l’extérieur du foyer et ce qu’elles gagnent ainsi leur appartient en propre, quoiqu’elles l’utilisent généralement pour les dépenses familiales. Les décisions majeures (acheter une maison par exemple) sont toutefois prises de concert avec leur époux et leurs enfants adultes62.

96La résidence au mariage, idéalement patrilocale (la nouvelle mariée va habiter chez les parents de son mari), est, en fait, dictée par les circonstances. Chez les Vietnamiens d’outre-mer, le nouveau couple occupe le plus souvent son propre logement, à proximité si possible de ceux des parents ou des frères et sœurs de l’homme ou de la femme (si ceux-ci résident dans la même ville). La bru échappe ainsi quelque peu au pouvoir de sa belle-mère, assez tyrannique dans le Vietnam traditionnel. Par contre, un enfant peut accueillir chez lui un parent âgé, afin de lui éviter d’aller vivre en résidence pour les aînés.

97C’est habituellement la femme qui est chargée des travaux domestiques (cuisine, ménage, éducation des enfants), avec l’aide éventuelle de ses filles, alors que l’homme s’occupe du bricolage et de l’entretien extérieur de la maison. Plusieurs couples de moins de cinquante ou soixante ans se partagent toutefois maintenant les tâches, et on voit de plus en plus de maris viéto-montréalais travailler à la cuisine ou passer du temps avec leurs enfants. Dans certains foyers cependant, la description des activités féminines faite il y a 20 ans par Dorais et Pilon-Lê est toujours valable :

Les femmes […], à quelques rares exceptions près, ont une tâche très lourde, quel que soit leur niveau économique et professionnel. Lorsqu’elles travaillent à l’extérieur, elles doivent toutes pratiquer la double – ou même la triple – journée. Elles sont généralement seules, en effet, à assumer les tâches domestiques : cuisine, ménage, lavage, couture, soins aux enfants, aide aux écoliers faisant leurs devoirs, magasinage. Rares sont les hommes qui acceptent de participer à ces travaux. Certains s’occupent un peu des enfants le dimanche. D’autres, souvent mariés à des Québécoises, mettent parfois la main à la pâte pour ce qui est de la cuisine ou du ménage, mais ils constituent l’exception. L’idéologie sociale confucéenne, qui fait de la maison le domaine des femmes, est encore bien vivante [au] Québec. […]
L’âge ne semble rien changer à l’affaire. Les femmes âgées continuent à être actives au foyer, n’arrêtant pas de s’occuper de la cuisine et du ménage. Elles ont cependant un peu plus de loisirs que les autres, leurs filles adolescentes ou adultes les aidant généralement à tenir la maison.
Les samedis étant consacrés au magasinage – auquel les hommes ne participent pas toujours –, les femmes n’ont guère que le dimanche pour se reposer. Et là encore, certaines en profitent pour repriser le linge, coiffer le mari et les enfants ou faire un peu de ménage. (1986 : 178-179)

  • 63 Souvent parce qu’elles étaient prêtes – à la différence de certains hommes – à accepter des emplois (...)

98Les Viéto-Québécoises continuent donc souvent à jouer, comme c’était le cas au Vietnam, le rôle de piliers de l’économie domestique et de la famille. Leur immigration au Québec, où on valorise l’égalité des genres, a renforcé leur position sociale, mais cela a parfois provoqué des tensions. Plusieurs réfugiées et immigrantes viétomontréalaises ont eu moins de problèmes que leurs maris à trouver du travail63, ce qui a pu donner à ceux-ci l’impression qu’ils étaient infériorisés, puisque leur rôle de chef et principal pourvoyeur de la famille semblait s’éroder. Cette situation a mené certains hommes à la violence conjugale et certains couples au divorce. On a donc dû redéfinir les rôles de chacun à l’intérieur de la maisonnée (les maris d’aujourd’hui participent plus activement aux tâches familiales), y compris, comme nous allons maintenant le voir, les rapports entre générations.

Notes

1 De type « cohésion » et « collaboration » selon la terminologie de Putnam (2000).

2 Surtout de type « relation » (Putnam, 2000).

3 Nous le verrons au chapitre 6, beaucoup de Viéto-Montréalais participent aussi à d’autres réseaux et à d’autres organismes qui, eux, comprennent une majorité de personnes d’origines autres que vietnamienne.

4 Les réseaux sociaux des Viéto-Montréalais – et des Vietnamiens d’outre-mer en général – possèdent aussi une dimension transnationale (un chevauchement des frontières politiques) que n’ont généralement pas les relations entretenues avec des non-Vietnamiens (voir chapitre 6).

5 Voir à ce sujet Dorais, Pilon-Lê et Nguyên (1987 : 36).

6 C’était aussi le cas de 20 personnes parmi les 21 Viéto-Montréalais rencontrés en 1997 (Dorais, 1998a).

7 Nous faisons ici abstraction des divisions liées au sexe, à l’âge et à la classe sociale, communes à toutes les sociétés. Nous ne parlons pas non plus des appartenances religieuses, dont nous traiterons au chapitre 5.

8 Sans doute beaucoup moins puisque parmi les Viéto-Canadiens ayant une langue maternelle autre que le vietnamien, on comptait bon nombre de jeunes nés au Canada, de langue maternelle anglaise ou française.

9 Beaucoup d’entre eux, la majorité peut-être, travaillent dans l’import-export ou le commerce au détail de denrées asiatiques.

10 Contrée que les Vietnamiens ont enlevée aux Cambodgiens au tournant du XVIIIe siècle.

11 La vague post-1982 comprenait, entre autres, des personnes venues du nord du Vietnam, région jusque-là peu représentée chez les Viéto-Montréalais, sauf par des gens qui avaient quitté le nord pour se réfugier au sud en 1954.

12 Ce qui permet aux premiers de faire bénéficier les seconds de leur capital social.

13 La politisation est beaucoup moins marquée à Montréal qu’elle ne l’est ailleurs, en Californie par exemple (voir Valverde, 2002), ou encore en France (Bousquet, 1991).

14 Sans mentionner les étudiants originaires du Vietnam qui, depuis les années 1990, ont recommencé à fréquenter les universités montréalaises. Entretenant peu de contacts avec les Montréalais d’origine vietnamienne, ils ne font pas vraiment partie de la communauté de Montréal telle que nous la définissons dans cet ouvrage.

15 Contrairement à ce qui se passe ailleurs, en France par exemple, où les organismes religieux vietnamiens sont souvent politisés.

16 Et aussi au fait que les associations étaient déjà nombreuses dans le Vietnam traditionnel, quoique leurs objectifs et leur fonctionnement aient été très différents de ce qu’ils sont devenus chez les Vietnamiens d’outre-mer (Dorais, 1990 : 17-26). Dans le Vietnam d’aujourd’hui, toutes les associations sont contrôlées par le parti communiste.

17 Cette progression est la suivante (Dorais, 1992 : 84) : 1965 : 1 association ; 1970 : 2 ; 1975 : 5 ; 1980 : 16 ; 1985 : 47 ; 1990 : 63.

18 Ce chiffre est approximatif. Certaines associations, en effet, apparaissent puis disparaissent, pour réapparaître parfois un peu plus tard. Il est donc impossible de tenir un compte vraiment rigoureux de toutes les associations existant à un moment donné.

19 Dans le vocabulaire vietnamien d’outre-mer, « nationaliste » s’oppose généralement à « communiste ».

20 Comme en font foi ses objectifs initiaux (Dorais, 1990 : 32) : 1) défendre les droits des immigrants vietnamiens et les aider à s’intégrer au Québec et au Canada pour qu’ils puissent accéder à la promotion sociale ; 2) développer le nationalisme, fortifier l’union et l’entraide chez les Vietnamiens de Montréal et d’ailleurs ; 3) sauvegarder et développer la culture traditionnelle du Vietnam ; 4) appuyer les projets, programmes et activités communautaires préconisés par les personnes et associations partageant ses objectifs.

21 On peut demander la citoyenneté canadienne après trois ans de séjour au pays, à l’intérieur d’une période de cinq ans à titre de résident permanent.

22 Depuis quelques années, la Communauté vietnamienne tente d’amasser des fonds pour mettre sur pied un « centre culturel vietnamien ». Ce projet, partagé par un autre organisme, le Centre culturel vietnamien Hong Duc, dont nous reparlerons plus loin, a suscité beaucoup de discussions chez les Viéto-Montréalais, mais il n’a pour l’instant pas encore vu le jour.

23 Cette scission reflétait peut-être des positions opposées à propos du doi moi, la politique d’ouverture mise en place par le gouvernement vietnamien en 1986. Presque disparue du Canada, l’Union est encore très active en France.

24 Beaucoup de ces familles, qui ont vécu en régime socialiste depuis 1954, se sentent en effet mal à l’aise lors des manifestations organisées par la Communauté, puisqu’on y arbore souvent des symboles nationalistes tels que le drapeau et l’hymne national de l’ancienne République du Vietnam du Sud.

25 Il existe une pléthore d’organismes humanitaires dans des pays comme la France et les États-Unis, où l’on trouve des communautés vietnamiennes numériquement importantes et dont la population générale est peut-être plus sensibilisée que celle du Québec au sort des victimes directes et indirectes des guerres d’Indochine.

26 Notons qu’au cours des années 1980, Montréal comptait pas moins de six organismes viêt kiêu voués au sauvetage et au parrainage des réfugiés. Leurs efforts ont permis l’établissement dans la métropole de plusieurs dizaines de familles de boat people.

27 Le Service aux aînés de Montréal se définit davantage comme un centre de services que comme une association. Il répond toutefois à des besoins de type associatif et organise des activités sociales s’apparentant à celles de plusieurs associations.

28 Sans doute parce que les jeunes Viéto-Montréalais n’ont plus besoin des services d’orientation des études et d’aide aux travaux scolaires qu’offraient les associations étudiantes au cours des années 1980 et 1990.

29 Dont la revue annuelle Ngàn Thông (« mille pins »), un périodique littéraire publié par des jeunes et qui contient aussi des textes en français et en anglais.

30 Notre méconnaissance de la langue vietnamienne ne nous a malheureusement pas permis de tirer parti de ces publications, dont le contenu est sûrement très révélateur des activités et opinions des Viéto-Montréalais.

31 Le caodaïsme est une religion syncrétique fondée au Vietnam au début des années 1920.

32 Sauf pour l’Union et le Congrès des Vietnamiens du Canada qui, eux, reconnaissent la légitimité des autorités de Hanoi.

33 Ou, plus rarement (dans certains rassemblements de l’Union), celui du Vietnam communiste.

34 Les études classiques, surtout américaines, sur l’ethnicité estiment à environ 5 % les membres de groupes ethniques actifs dans les associations volontaires (Deirdre Meintel, communication personnelle, février 2006). Le pourcentage serait le même chez les Viêt Kiêu de la capitale française (entretiens avec des représentants d’associations vietnamiennes à Paris, été 2005).

35 Sur les 25 personnes interviewées en 2002-2003, 6 seulement disaient recevoir une aide quelconque des associations : cours de français, aide à la recherche d’un logement, accès à des vêtements à bas prix, conseils divers.

36 « Ici tout le monde est occupé par le travail, occupé par la famille, c’est pour ça qu’on a moins de temps à investir dans les services communautaires » (Vietnamienne de 23 ans, arrivée au Québec en 1989).

37 Au Québec, comme on l’a vu, à la différence du reste du Canada et d’une bonne partie des États-Unis, ou encore en France, par rapport aux autres pays d’Europe occidentale.

38 La nécessité d’associer les jeunes à la direction des organismes viéto-canadiens a fait l’objet d’une discussion et d’une résolution lors d’un atelier tenu à Ottawa en décembre 2005, pour célébrer le vingt-cinquième anniversaire de la Fédération vietnamienne au Canada (<http://www.vietfederation.ca/HoiThao_2005/Report.pdf>).

39 Là où des femmes siègent – de façon généralement très minoritaire – au bureau de direction de l’association, l’une d’elles y occupe souvent le poste de trésorière, rôle traditionnellement dévolu à la mère dans les familles vietnamiennes. Ces femmes sont parfois les épouses de dirigeants de l’association.

40 Dont trois rencontrées dans les bureaux même de la Communauté vietnamienne.

41 Elles favorisent ainsi le développement du capital social de type « relation ».

42 Par le communisme avant tout, mais aussi par ce qu’ils perçoivent comme une débandade de la morale familiale.

43 Cette dichotomie des discours identitaires, qu’on ne retrouve à peu près pas dans le reste du Canada, existe aussi en France (Lê, 1985 ; Bousquet, 1991).

44 Qui plus est, l’incompatibilité même d’opinions entre individus et groupes peut contribuer à structurer la collectivité, puisque la présence à Montréal de personnes et d’organismes se réclamant d’opinions auxquelles on s’oppose renforce chez certains le sentiment d’appartenance à une communauté définie par opposition aux idées de ceux que l’on considère comme ses adversaires.

45 Avec, pour conséquence, de se sentir parfois très contrôlés par leurs parents (Meintel et Le Gall, 1995).

46 Voir Liljestrom et Lai (1991), Gold (1992), Kibria (1993), Chan et Dorais (1998), Kleinen (1999) et Bélanger (2000 ; 2002).

47 Les seules exceptions tolérées étaient les bonzes (moines) et nonnes bouddhistes, qui font vœu de chasteté.

48 Le couple pouvant, par exemple, adopter l’un des fils du frère du mari.

49 D’origine sino-vietnamienne dans un cas.

50 Nous considérons le cas de notre répondant bigame comme un mariage unique et (partiellement) légal.

51 La proportion est de 7 sur 9 pour les couples légalement unis.

52 Au Vietnam, le nom de famille précède toujours les autres appellations. Ainsi, Monsieur Nguyên Van Duc (nom fictif) aura Nguyên pour nom de famille et Duc comme prénom. À l’étranger cependant, les Vietnamiens inversent souvent leurs noms, à la mode occidentale. Nguyên Van Duc devient ainsi Van Duc Nguyên, Duc Van Nguyên, ou encore Duc V. Nguyên en milieu anglophone. Comme les noms de famille sont en nombre limité (au moins la moitié des Vietnamiens s’appellent Nguyên), on s’adresse aux gens par leur prénom. On dira ainsi « Monsieur Duc (ou Monsieur Van Duc) » plutôt que « Monsieur Nguyên ».

53 Dans les campagnes du sud du Vietnam, les enfants pouvaient jusqu’à récemment être désignés par leur rang familial (« Deuxième », « Cinquième », etc.), sans qu’on leur donne de nom proprement dit.

54 On considère que les nouveau-nés sont déjà âgés d’un an, puisqu’au moment de leur naissance, ils ont passé neuf mois dans le ventre de leur mère. Ainsi, un enfant né le dernier jour de l’année lunaire célébrera son deuxième anniversaire le lendemain de sa naissance.

55 Ils peuvent aussi consulter des sites viêt kiêu de rencontres, de plus en plus nombreux sur Internet.

56 Habitude qui n’a rien de traditionnel ; elle relève plutôt d’une imitation des pratiques chrétiennes occidentales.

57 Avant de célébrer les funérailles, on attend l’arrivée des proches parents vivant ailleurs qu’à Montréal.

58 L’urne est alors généralement déposée dans un columbarium, souvent sur les terrains d’une pagode bouddhique.

59 De type « cohésion », mais aussi de type « collaboration » dans le cas de liens familiaux transnationaux.

60 Les autres types de loisir incluent le sport, la promenade et de rares spectacles de musique vietnamienne. Des familles et individus vont occasionnellement au restaurant vietnamien, mais ils fréquentent surtout les établissements à prix modique, les restaurants de pho (soupe « tonkinoise ») en particulier.

61 Notons que l’amitié concerne presque toujours une personne de même sexe que soi, quoique chez les jeunes Vietnamiens élevés au Québec, on commence maintenant à fréquenter des amis appartenant à l’autre genre.

62 On observe ici une différence marquée entre les individus d’ethnie viêt et les Sino-Vietnamiens, bien que dans l’ensemble, les deux groupes partagent la même tradition confucéenne. Chez les Vietnamiens d’origine chinoise en effet, ce sont surtout les hommes qui prennent les grandes décisions (Woon et al., 1988).

63 Souvent parce qu’elles étaient prêtes – à la différence de certains hommes – à accepter des emplois bien en deçà de leurs compétences ou de leurs espoirs.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540