Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Vietnamiens de Montréal

 | 
Louis-Jacques Dorais
, 
Éric Richard

Chapitre 2. Démographie, économie et capital social

Texte intégral

1Les conditions particulières de migration et d’installation des réfugiés et immigrants vietnamiens au Québec ont facilité, comme l’a montré le chapitre précédent, le développement d’un niveau assez élevé de capital social. Celui-ci se manifeste, entre autres, dans une démographie se caractérisant par une très forte implantation urbaine, une bonne connaissance du français et – chez les jeunes en particulier – un haut niveau de scolarité. Qui plus est, l’intégration économique est généralement réussie.

Les Viéto-Québécois d’aujourd’hui : données sociodémographiques1

  • 1 Les données présentées dans cette section et dans le reste du chapitre sont tirées pour l’essentie (...)
  • 2 Personnes ayant déclaré une origine ethnique vietnamienne lors des recensements canadiens.

2C’est au plus fort de l’exode des boat people que le Canada vit arriver le nombre maximal de ressortissants vietnamiens. Pour les seules années 1979 et 1980, près de 44 000 personnes nées au Vietnam vinrent s’y établir. Pendant cette période, les immigrants d’origine vietnamienne ont représenté 17 % de la population immigrante arrivant au pays. En 1984 et 1985 par contre, les Vietnamiens ne comptaient déjà plus que pour 11 % des nouveaux arrivants et, durant les années 1990, moins de 5 % des immigrants au Canada étaient originaires du Vietnam. En 1994 par exemple, environ 6 400 Vietnamiens, soit 3 % de l’ensemble des immigrants de cette année-là, ont été admis au Canada. Plus tard, entre 1996 et 2001, seulement 11 000 Vietnamiens se sont établis au pays, 2200 par année en moyenne. Ces gens immigraient principalement dans le cadre des programmes de réunification familiale. Une bonne partie des individus d’origine vietnamienne vivant présentement au Canada2 sont donc arrivés relativement récemment. Lors du recensement national de 2001, près de 22 % de ces personnes s’étaient installées au pays durant les années 1991-2001. Environ 31 % d’entre elles avaient immigré entre 1981 et 1990, près de 17 % entre 1971 et 1980 et moins de 1 % avant 1971. Les autres, soit plus de 28 % du total, étaient nées ici. Examinons maintenant quelques données sociodémographiques concernant les Vietnamiens du Canada, et plus particulièrement ceux du Québec.

3Les individus d’origine vietnamienne sont établis un peu partout au Canada. Toutefois, ils se répartissent surtout dans les quatre provinces les plus importantes au point de vue population et les plus dynamiques sur le plan économique : Alberta, Colombie-Britannique, Ontario et Québec. Notons qu’en 2001, 90,8 % des 151 410 Vietnamiens du Canada avaient la citoyenneté canadienne. Le Tableau 1 montre la répartition des Canadiens d’origine vietnamienne par provinces et par territoires pour les trois derniers recensements nationaux.

4En 2001, près de 45 % des Viéto-Canadiens habitaient en Ontario, 18,7 % au Québec, 18 % en Colombie-Britannique et 14,2 % en Alberta. Ces quatre provinces regroupaient donc 95,5 % de tous les Viéto-Canadiens. Ces proportions sont comparables à celles des recensements précédents. En 1991, l’Alberta, la Colombie-Britannique, l’Ontario et le Québec comptaient 93,5 % des Viéto-Canadiens et, en 1996, cette proportion était de 95,1 %. On peut ainsi observer une légère tendance chez les personnes d’origine vietnamienne à vouloir s’établir dans l’ouest et le centre du pays, spécialement en Colombie-Britannique, mais aussi en Ontario. On remarque en effet une hausse importante de la population d’origine vietnamienne dans ces deux provinces entre 1991 et 2001, au détriment du Québec.

TABLEAU 1. Distribution de la population vietnamienne au Canada par provinces et territoires, 1991, 1996 et 2001

TABLEAU 1. Distribution de la population vietnamienne au Canada par provinces et territoires, 1991, 1996 et 2001

TABLEAU 2. Les cinq principales villes canadiennes habitées par les Viéto-Canadiens, 1991, 1996, 2001

TABLEAU 2. Les cinq principales villes canadiennes habitées par les Viéto-Canadiens, 1991, 1996, 2001

5La population vietnamienne du Canada est fortement concentrée en milieu urbain. En fait, près de 95 % des ressortissants vietnamiens vivaient dans une région métropolitaine de recensement pour chacun des trois recensements à l’étude. De plus, comme le montre le Tableau 2, près de 75 % de ces personnes habitaient les villes de Toronto, Montréal, Vancouver, Calgary et Edmonton. Toronto et Vancouver ont connu les hausses les plus importantes de 1996 à 2001, avec une augmentation respective de 3 370 et 5 995 nouveaux résidents d’origine vietnamienne. Pour Vancouver, cela représente une augmentation de 35,5 % en cinq ans.

6Au Québec, selon le recensement de 2001, 90,4 % des Viéto-Québécois habitaient la région métropolitaine de Montréal. Ces proportions étaient de 91,1 % pour 1996 et de 93 % pour 1991. C’est donc à Montréal, agglomération québécoise la plus diversifiée sur le plan ethnoculturel, que réside la très grande majorité des Vietnamiens (voir Tableau 3).

  • 3 Sur la Rive-Sud de Montréal, nous avons recensé, à l’aide de l’annuaire téléphonique 2003-2004, le (...)

7Bien qu’on puisse rencontrer des Viéto-Montréalais un peu partout dans l’île de Montréal et dans les banlieues nord et sud, les familles vietnamiennes se concentrent surtout dans les quartiers Côte-des-Neiges – où, comme on l’a vu au chapitre précédent, vivent 30 % des Viéto-Montréalais (Sanguin, 1996 : 415) – Rosemont, Notre-Dame-de-Grâce, Ville Saint-Laurent et Anjou, de même que dans les villes de Laval (au nord) et de Brossard (au sud). On les retrouve aussi à Ville Mont-Royal, Hampstead, Westmount et Outremont pour ce qui est de la classe plus aisée3.

TABLEAU 3. Distribution de la population vietnamienne dans la province de Québec, 2001

Villes

 % des Vietnamiens du Québec

Montréal

90,4

Québec

3,7

Gatineau/Hull

2,0

Sherbrooke

1,0

St-Jean-sur-Richelieu

0,4

Granby

0,3

Trois-Rivières

0,3

Chicoutimi/Jonquière

0,2

Autres villes

1,7

8La population vietnamienne du Canada et du Québec est légèrement plus jeune que la population canadienne dans son ensemble. En 1991, 46,1 % des Viéto-Canadiens avaient moins de 25 ans (voir Tableau 4). Ce pourcentage était nettement inférieur au Québec, soit 41,5 % (voir Tableau 5). Lors des recensements subséquents, en 1996 et 2001, ces proportions étaient à la baisse. En 2001, les moins de 25 ans représentaient 40,8 % des Viéto-Canadiens et 35,7 % des Vietnamiens du Québec. Inversement, la proportion d’individus d’origine vietnamienne âgés de plus de 44 ans est sensiblement plus élevée au Québec qu’au Canada. En 1991, ils représentaient 20,2 % de l’ensemble de la population vietnamienne installée au Québec, 22,5 % en 1996 et 29,6 % en 2001. Ces proportions étaient, respectivement, de 12,6 %, 15,7 % et 21,5 % pour l’ensemble du Canada.

9Cette situation particulière du Québec peut être en partie expliquée par la présence de Vietnamiennes et Vietnamiens venus y poursuivre leurs études universitaires dans les années 1950-1970 et qui s’y sont établis par la suite. À cette époque en effet, les trois quarts des étudiants viéto-canadiens résidaient au Québec (Dorais, 1996a). À l’instar de la population canadienne en général, la population vietnamienne québécoise est donc vieillissante. Il s’agit d’ailleurs d’une préoccupation majeure des dirigeants de la Communauté vietnamienne de Montréal, qui veulent mettre sur pied un centre de soins (la Maison du Vietnam) pour les aînés vietnamiens.

TABLEAU 4. Distribution de la population vietnamienne au Canada par groupes d’âge, 1991, 1996, 2001

1991

1996

2001

Groupes d’âge

 %

 %

 %

– de 15 ans

27,7

27,6

25,2

15-24 ans

18,4

16,6

15,6

25-44 ans

41,3

40,1

37,7

45-64 ans

9,3

11,4

16,5

+ de 65 ans

3,3

4,3

5,0

Total

100

100

100

TABLEAU 5. Distribution de la population vietnamienne au Québec par groupes d’âge, 1991, 1996, 2001

1991

1996

2001

Groupes d’âge

 %

 %

 %

- de 15 ans

22,6

23,9

21,4

15-24 ans

18,9

15,6

14,3

25-44 ans

38,3

38,0

34,7

45-64 ans

14,0

15,9

22,3

+ de 65 ans

6,2

6,6

7,3

Total

100

100

100

  • 4 Ce pourcentage plus élevé d’immigrantes est peut-être en partie lié à l’arrivée d’un nombre croiss (...)

10On doit aussi noter que les femmes sont plus nombreuses que les hommes. En 2001, sur l’ensemble du territoire canadien, on trouvait 76 585 Vietnamiennes pour 74 825 hommes de même origine, soit un sex ratio de 0,98. Le recensement de 1996 fut le premier où le nombre de femmes d’origine vietnamienne dépassait celui des hommes. En 1991 par exemple, le sex ratio était de 1,09 homme pour chaque femme. Ce déséquilibre peut être attribuable au fait que plusieurs hommes avaient quitté le Vietnam sans leur famille et qu’ils étaient arrivés seuls au Québec (Dorais, 1996a : 46). Il semble donc que les naissances et l’immigration récente ont contribué à renverser cette tendance. En effet, le sex ratio des immigrants vietnamiens arrivés entre 1991 et 1996 se situait en moyenne à 0,8231 homme pour chaque femme4.

  • 5 À titre d’exemple, la Communauté vietnamienne région de Montréal dispense gratuitement chaque same (...)

11Dans un tout autre domaine (Tableau 6), les cours de langue officielle dispensés par les gouvernements et les associations ethniques5 dans le cadre, souvent, des programmes de multiculturalisme ont bien joué leur rôle, contribuant ainsi à augmenter le capital social des nouveaux venus.

TABLEAU 6. Connaissance des langues officielles chez les Vietnamiens du Canada, du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, 2001

Langues officielles

Canada

Québec

Ontario

Colombie-Britannique

 %

 %

 %

 %

Français seul

6,0

30,6

0,4

0,4

Anglais seul

67,7

7,7

80,8

79,6

Français et anglais

14,4

52,0

6,6

4,7

Ni français ni anglais

11,9

9,7

12,2

15,3

12La grande majorité des Viéto-Canadiens parlent au moins une des deux langues officielles du pays. En 2001, 88,1 % (3,2 % de plus qu’en 1996) d’entre eux pouvaient tenir une conversation en français ou en anglais : 14,4 % parlaient français et anglais, 67,7 % ne parlaient qu’anglais et 6 % ne pouvaient converser qu’en français. Toutefois, 11,9 % des Viéto-Canadiens ne parlaient ni l’anglais ni le français. Le pourcentage d’unilingues était plus élevé en Ontario (12,2 %) et en Colombie-Britannique (15,3 %), que dans la province de Québec (9,7 %). Au Québec, la presque totalité des Viéto-Québécois pouvait donc tenir une conversation dans l’une des deux langues officielles, mais, situation propre à cette province, plus de 82 % d’entre eux maîtrisaient le français, à côté de l’anglais (et aussi, bien sûr, du vietnamien) dans la majorité des cas.

13Ce pluralisme linguistique se vérifie particulièrement chez les moins âgés. La plupart des études portant sur les jeunes issus de milieux immigrés vietnamiens (Meintel et Le Gall, 1995 ; Méthot, 1995 ; Richard, 2000) démontrent que comme c’est souvent le cas à Montréal, ces jeunes sont de plus en plus trilingues, ce qui contribue sans aucun doute à augmenter le capital social des Viéto-Québécois face à leurs compatriotes des autres provinces canadiennes. Par contre, ce multilinguisme peut nuire à la survie du vietnamien. En 2001, dans tout le Canada, seuls 63 % des personnes de moins de vingt ans disaient avoir le vietnamien comme langue maternelle, et ce n’était la principale langue d’usage au foyer que pour 53 % des Viéto-Canadiens.

Portrait socioéconomique

  • 6 Mentionnons ici les études de Deschamps (1982 ; 1985) Gilmore (1998) et Guillemette-Roc (1986).
  • 7 Surtout quand on songe qu’ils appartiennent à une « minorité visible », devant en principe affront (...)

14Contrairement à de nombreux chercheurs américains (Montero, 1979 ; Stein, 1979 ; Finnan, 1982 ; Strand et Jones, 1985 ; Kibria, 1993 ; Madamba, 1998 ; McLaughlin et Jesilow, 1998) qui se sont penchés sur différents aspects de la vie économique des Vietnamiens aux États-Unis, peu d’auteurs6 se sont intéressés à ce type de question chez les Viéto-Montréalais. Aujourd’hui, plus de trente ans après l’arrivée de la première vague de réfugiés et malgré leurs effectifs restreints par rapport à d’autres communautés ethnoculturelles, les Viéto-Montréalais possèdent un pouvoir et une vitalité économiques certains, ce qui les démarque d’autres groupes issus de l’immigration7, mais peu d’écrits nous renseignent sur cet aspect de la vie des Vietnamiens de Montréal.

Insertion économique et occupationnelle

  • 8 Les Québécois n’ont-ils pas en tête l’image stéréotypée de l’immigrant vietnamien, acharné et infa (...)

15Il n’était pas rare, lors des premières années d’immigration, de voir des Vietnamiens occuper deux emplois à temps plein, l’un le jour et l’autre le soir, pour arriver à joindre les deux bouts. Plusieurs ont aussi connu l’humiliation de la déqualification professionnelle. Qu’ils aient été fonctionnaires, médecins, avocats ou cadres d’entreprise au Vietnam, plusieurs nouveaux arrivants ont dû travailler comme ouvriers dans des manufactures, manutentionnaires dans des entrepôts, plongeurs dans des restaurants. Ils devaient subvenir à leurs besoins et à ceux des leurs, améliorer le plus rapidement possible leurs conditions de vie, économiser suffisamment d’argent afin de réunir la famille et ne pas « vivre aux crochets » du gouvernement. On peut voir là un effet de la culture confucéenne, qui prône la responsabilité sociale de chacun et la nécessité de contribuer à l’effort collectif, jouant de cette façon un rôle positif dans l’accumulation de capital social8 :

Quand je suis arrivé ici, j’ai été chanceux. J’ai trouvé un emploi. J’ai travaillé à la baie James. Moi, je suis un aventurier. Même les Québécois, ici, ils n’osent pas y aller. C’est trop froid ! Mais moi, je me suis dit : « Moi, je n’ai pas le choix. » C’est la question de survie qui me poussait. [...] On m’a dit de demander de l’aide sociale. Moi non, moi j’ai refusé carrément. (Vietnamien de 76 ans, arrivé au Québec en 1975, ancien haut fonctionnaire du gouvernement sud-vietnamien)

  • 9 Voir, entre autres, Chan et Dorais (1987), Samuel (1987), Gilmore (1998), Renaud et al. (2001) et (...)

16Ces propos résument bien les difficultés, la détermination et la fierté dont ont fait – et font toujours – preuve un très grand nombre d’immigrants vietnamiens au Québec. Bien entendu, tous n’ont pas cette chance. Quelques personnes rencontrées en 2002-2003 ont parlé de difficultés d’insertion au marché du travail. L’un d’eux, un homme de 44 ans arrivé au Québec en 1979, vit des problèmes reliés à la recherche d’emploi, qu’il trouve agaçants. Il est souvent mis à pied et doit constamment changer de travail, ce qui l’amène à déplorer son manque de stabilité professionnelle. Une femme de 53 ans venue au Québec en 1975 était prestataire de l’assurance-emploi au moment de l’entrevue. Elle avait perdu l’emploi qu’elle occupait dans une manufacture plusieurs semaines avant que nous la rencontrions, et peinait toujours à se trouver un nouveau travail. Une autre femme, 55 ans, arrivée au Québec en 1989, connaissait des périodes ponctuelles de chômage parce que son employeur ne pouvait lui garantir un travail stable pour une année complète. Elle vivait cette situation depuis quelques années et trouvait difficile de supporter ces épisodes de pauvreté périodique. Soulignons que ces trois personnes, même si elles ne sont pas seules dans leur cas à l’intérieur de notre échantillon, ont peu de formation scolaire, ne possèdent pas de qualifications professionnelles particulières et éprouvent de la difficulté à s’exprimer avec aisance en français ou en anglais. De telles caractéristiques défavorisent, à court ou à long terme, l’insertion occupationnelle et économique des immigrants en provenance du Vietnam ou d’ailleurs, comme l’ont montré divers auteurs9.

17Qu’ils soient arrivés au Québec dans le cadre du programme de réunification familiale ou avec le statut de réfugié, les immigrants vietnamiens ont donc connu, à des degrés divers, certaines difficultés quant à leur insertion économique à la société québécoise : incapacité de parler l’anglais ou le français, expériences professionnelles antérieures inadéquates ou non reconnues, faible niveau de scolarité, déqualification professionnelle, absence de ressources et précarité des réseaux, salaires insuffisants, reprise des études, discrimination, préjugés, changements structurels de l’économie, etc. Ceci est dû au fait que le niveau de capital social varie d’un individu à l’autre, puisque chacun développe des réseaux personnels et des habiletés (linguistiques par exemple) qui favorisent plus ou moins son insertion économique.

18De plus, comme l’a expliqué Sarah-Ann Gilmore (1998), les premiers immigrants vietnamiens pouvaient avoir une conception du travail différente de celle des Québécois. Ils étaient en effet moins individualistes et favorisaient des relations plus conviviales, ce qu’ils n’ont peut-être pas retrouvé chez leurs collègues et patrons en arrivant au Québec. Cette vision différente de l’organisation du travail (mais pas de sa nécessité), conjuguée à d’autres difficultés d’intégration, a pu se révéler tout d’abord déstabilisante et ralentir quelque peu l’insertion économique et occupationnelle des nouveaux arrivants. Malgré tout, les Viéto-Montréalais se sont très bien débrouillés, s’adaptant assez facilement aux normes de travail nord-américaines et s’insérant tranquillement dans le marché québécois de l’emploi.

19Pour y arriver, ils eurent, bien entendu, recours à différentes ressources. Plusieurs furent aidés par des membres de leur famille, l’entraide familiale étant souvent considérée comme essentielle :

Mon oncle était responsable de moi avec mon autre oncle et ma tante parce qu’on vivait ensemble. Puis, de plus en plus, on a des cousins et des cousines qui vivaient ensemble aussi. On vivait dans un logement puis, de plus en plus, on se le partageait. On s’est entraidés pour un bout de temps. […] C’est très important. Parce que, comme ce n’est pas notre pays, quand on change de pays on a besoin de l’aide des familles. [...] Ceux qui ont de la famille, ils ont moins de difficultés. Mais ceux qui n’ont pas de famille, c’est sûr qu’ils ont des problèmes. (Vietnamienne de 23 ans, arrivée au Québec en 1989)

  • 10 Nous y reviendrons plus longuement au chapitre 3.
  • 11 Voir chapitre 1.

20D’autres ont souligné l’aide apportée par divers groupes religieux – principalement l’Église catholique et les pagodes bouddhiques – et par les organismes communautaires vietnamiens10, qui ont contribué à leur insertion économique en leur offrant un support social et en les approvisionnant en nourriture, vêtements, meubles, etc. Plusieurs mentionnent l’aide offerte par le gouvernement québécois, surtout dans les Centres d’orientation et de formation des immigrants (COFI)11 et les classes d’accueil où les nouveaux arrivants firent leur premier apprentissage du français. Ils soulignent aussi la contribution financière du gouvernement grâce, surtout, à l’aide sociale et aux allocations familiales. Cette aide est généralement jugée suffisante, voire exceptionnelle : « Pour moi, c’était comme un rêve. Je ne pouvais pas demander plus. Je trouvais que c’était trop » (Vietnamienne de 42 ans, arrivée au Québec en 1982).

21L’aide reçue à l’arrivée – rendue en partie possible par les politiques gouvernementales d’appui aux communautés culturelles – n’était pas seulement de nature financière. Elle pouvait aussi consister en formation professionnelle, cours de langue, appui à la recherche d’emploi, approvisionnement en nourriture, en vêtements, en biens essentiels, etc. Aujourd’hui, force est de constater que, même si certaines difficultés économiques perdurent, les Viéto-Montréalais se sont bien intégrés à la vie économique québécoise. Les immigrants vietnamiens au Québec, qui ont connu des moments difficiles et ont dû tout quitter pour repartir à zéro dans un pays étranger, ont fait preuve d’un courage, d’une patience et d’une persévérance importants pour en arriver là où ils en sont aujourd’hui. C’est une caractéristique marquante de leur expérience migratoire, qui les distingue d’autres groupes d’immigrés n’ayant pas vécu de problèmes aussi aigus.

Niveau de scolarité

22Le taux de scolarité relativement élevé de beaucoup de Vietnamiens du Québec explique en partie leur insertion économique généralement réussie. À la fois source et indice de capital social, l’éducation formelle a permis – et permet encore – à plusieurs d’entre eux d’accéder à des emplois de bon niveau technique ou professionnel. Il existe à cet égard des disparités importantes entre les Vietnamiens du Québec et ceux de l’ensemble du Canada. Les Tableaux 7 et 8 montrent clairement que le taux de scolarité des Viéto-Québécois de 15 ans et plus dépasse de beaucoup celui de leurs compatriotes du reste du pays. C’est ainsi qu’en 2001, près de 42 % des Vietnamiens du Québec avaient entrepris ou terminé des études universitaires, ce qui n’était le cas que de 24,8 % de l’ensemble des Viéto-Canadiens et de 35 % du total de la population québécoise. De même, ils étaient moins nombreux à avoir un niveau de scolarité inférieur à la 9e année. Ceci peut s’expliquer par la migration au Québec, dès avant 1975, de plusieurs étudiants vietnamiens venus y compléter des études supérieures, mais aussi par l’arrivée de la première vague de réfugiés, composée essentiellement de professionnels et d’intellectuels issus des élites urbaines aisées et hautement scolarisées. Rappelons que plus de 60 % de ces réfugiés de la première vague s’installèrent dans la province de Québec, venant souvent y rejoindre des parents déjà établis.

TABLEAU 7. Niveau de scolarité des Vietnamiens âgés de 15 ans et plus selon le sexe, Canada, 1996 et 2001

TABLEAU 7. Niveau de scolarité des Vietnamiens âgés de 15 ans et plus selon le sexe, Canada, 1996 et 2001

TABLEAU 8. Niveau de scolarité des Vietnamiens âgés de 15 ans et plus selon le sexe, Québec, 1996 et 2001

TABLEAU 8. Niveau de scolarité des Vietnamiens âgés de 15 ans et plus selon le sexe, Québec, 1996 et 2001
  • 12 12. En 2001, cette proportion était de l’ordre de 66,8 % pour l’ensemble de la population québécoi (...)

23Des disparités importantes apparaissent également entre le niveau de scolarité des hommes et celui des femmes. En effet, en 1996 – les données selon le genre ne sont pas disponibles pour le recensement de 2001 –, les femmes d’origine vietnamienne étaient moins instruites que les hommes, et ce, particulièrement au Québec. Pour l’ensemble du Canada et du Québec, les Vietnamiennes fréquentaient moins l’université et elles étaient plus nombreuses à avoir un niveau de scolarité inférieur à la 9e année. Cette faible scolarisation des femmes tend toutefois à se résorber, grâce aux jeunes Vietnamiennes de deuxième génération nées au Canada, dont le niveau d’éducation formelle tend à égaler celui des garçons. Ajoutons à ce propos que 80 % des jeunes Viéto-Québécois de 15 à 24 ans fréquentaient (à temps plein ou partiel) un établissement scolaire en 2001 (voir Tableau 9), ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale des Viéto-Canadiens (70,5 %) et à celles des jeunes Vietnamiens en Ontario (69,6 %) et en Colombie-Britannique (62,9 %)12.

TABLEAU 9. Population vietnamienne de 15-24 ans selon la fréquentation scolaire, Canada, Québec, Ontario, Colombie-Britannique, 2001

Fréquentation scolaire

Canada

Québec

Ontario

Colombie-Britannique

 %

 %

 %

 %

Temps plein

63,4

72,7

64,6

54,3

Temps partiel

7,1

7,3

5,3

8,3

Pas à l’école

29,5

20,0

30,2

37,4

Total

(100)

(100)

(100)

(100)

  • 13 Nous reviendrons au chapitre 4 sur ce trait de culture confucéen, lorsque nous discuterons de la v (...)

24Avec l’importance accordée aux études dans les familles vietnamiennes13, les taux de fréquentation scolaire et d’obtention de diplômes postsecondaires et universitaires seront probablement encore plus élevés dans les années futures. Même si certains jeunes se posent des questions et demeurent incertains à propos de leur avenir professionnel, et même si plusieurs d’entre eux se disent angoissés en raison de la pression exercée par leurs parents pour qu’ils réussissent leurs études avec brio, l’éducation supérieure représente une préoccupation au centre de leurs projets d’avenir.

Emploi et professions

25Le niveau de scolarité des Viéto-Québécois se reflète dans les emplois qu’ils occupent.

26Le Tableau 10 montre la population active vietnamienne de 15 ans et plus selon le genre et selon la classification nationale des professions pour le Canada et le Québec en 2001. En le consultant, on peut remarquer que seulement 42,6 % des Viéto-Québécois travaillent dans des secteurs de l’industrie qui demandent peu d’instruction (vente, services et restauration ; métiers du transport et de la machinerie ; secteur primaire ; domaine manufacturier ; transformation et fabrication). Cette proportion est de 62,8 % chez les Viéto-Canadiens actifs – dont le taux de scolarité moyen est moins élevé – et de 47,7 % pour l’ensemble de la population québécoise.

27Les statistiques de 1996 montrent que les 24-44 ans – les données par groupes d’âge ne sont pas disponibles pour 2001 – étaient surreprésentés dans ces domaines d’emploi. Si ces jeunes constituaient, par exemple, les deux tiers de la population vietnamienne active du Canada et 61 % de celle du Québec, ils représentaient, respectivement, 74,5 % et 65 % des travailleurs vietnamiens du domaine manufacturier. De leur côté, les 15-24 ans étaient surreprésentés dans les domaines du commerce et de la restauration – domaines dans lesquels ils pouvaient travailler tout en poursuivant leurs études – et bien représentés dans les services gouvernementaux, les services d’enseignement et les services sociaux et de santé.

  • 14 La Classification nationale des professions de 2001 est une version révisée de la Classification t (...)

TABLEAU 10. Population active vietnamienne de 15 ans et plus selon le genre et selon la Classification nationale des professions14, Canada, Québec, 2001

TABLEAU 10. Population active vietnamienne de 15 ans et plus selon le genre et selon la Classification nationale des professions14, Canada, Québec, 2001
  • 15 Notons aussi que la plupart des répondants vietnamiens de Blaser sont des réfugiés qui, faute de r (...)

28On peut également noter que les Viéto-Québécois sont plus nombreux à exercer des professions libérales que leurs compatriotes du reste du Canada. En 2001 en effet, le secteur de la gestion, les domaines de l’enseignement, des sciences sociales, naturelles et appliquées, ainsi que le secteur des soins de santé et des services sociaux attiraient 38,7 % de la population active vietnamienne québécoise, contre seulement 22 % des Viéto-Canadiens. Une étude statistique longitudinale menée par Christine Blaser (2006) auprès de plusieurs groupes d’immigrants vivant à Montréal semble toutefois montrer que, même s’ils surinvestissent dans l’éducation, les Viéto-Montréalais occupent des emplois moins prestigieux et gagnent des salaires moins élevés que l’ensemble des immigrants touchés par sa recherche. On doit cependant noter que son échantillon de 383 répondants ne comprend que 18 personnes de langue maternelle vietnamienne, qui sont arrivées à Montréal et ont rejoint le marché du travail en 198915. Cet échantillon exclut donc les réfugiés de la première vague et les Vietnamiens nés ou scolarisés au Québec, plus enclins que les autres à détenir des emplois de haut niveau socioéconomique.

  • 16 Cette proportion est de l’ordre de 10,3 % pour l’ensemble des travailleurs québécois.
  • 17 Les commerces vietnamiens contribuent grandement à donner du travail aux Viéto-Montréalais, ceux-c (...)

29Une petite proportion (11,4 %)16 des Viéto-Québécois étaient travailleurs autonomes ou propriétaires d’un commerce17. On trouve ainsi des gens d’affaires vietnamiens dans des domaines très variés : restauration, épicerie, bijouterie, salon de beauté, fleuriste, pharmacie, immobilier, assurance, mécanique automobile, agence de voyages, etc. Les Viéto-Montréalais éditent d’ailleurs un annuaire des pages jaunes où leurs compatriotes possédant un commerce peuvent annoncer leur entreprise. Cet annuaire publié en vietnamien est une source importante d’information pour les personnes recherchant des services offerts dans leur langue ou désirant se procurer des produits asiatiques. Voici ce qu’une jeune femme rencontrée en 1999 nous disait à propos des commerçants viéto-montréalais : « C’est sûr que quand on peut, surtout chez les plus vieux, on va faire affaire avec un Vietnamien. Par exemple, si tu as ta télé à faire réparer, tu vas appeler un réparateur vietnamien. C’est comme pour l’encourager, mais aussi c’est qu’on a moins peur de se faire avoir » (Vietnamienne de 19 ans, arrivée au Québec en 1984).

30Il ne faut toutefois pas croire que les commerces vietnamiens s’adressent uniquement aux Viéto-Montréalais. Au contraire, les gens d’affaires vietnamiens ont su mettre au fil des années la plupart de leurs activités commerciales au service de l’ensemble de la population montréalaise. Compte tenu de leur diversité et de celle de leur clientèle, ces commerces ne forment donc pas une enclave ethnique, c’est-à-dire « un lieu où la présence d’un groupe ethnoculturel sera dominante par rapport aux autres » (Charbonneau et Germain, 1998 : 105-106).

  • 18 À titre d’exemple, nous avons dépouillé l’annuaire des pages jaunes vietnamien de 2003, où nous av (...)

31En 1986, Diane Guillemette-Roc a fait un inventaire presque exhaustif de 226 commerces, entreprises et services professionnels vietnamiens situés sur l’île de Montréal. Ceux-ci représentaient divers domaines d’activité. Parmi les types d’entreprises les plus répandus, citons les magasins d’appareils électroniques (5,3 %), les cliniques et les cliniques dentaires (6,2 %), les pharmacies et les magasins de produits spécialisés (11,1 %), les restaurants (22,6 %), ainsi que les dépanneurs alimentaires et les épiceries (30,1 %). À l’heure actuelle, il est presque impossible d’établir un inventaire aussi exhaustif18. Nous pouvons toutefois tenter d’évaluer le nombre total d’entreprises au moyen des statistiques disponibles sur la population active totale de 15 ans et plus selon la catégorie de travailleurs. Nous avons vu plus haut que 11,4 % des Viéto-Québécois travaillent à leur compte ou possèdent un commerce. Cela représente 1600 travailleurs autonomes et propriétaires de commerce vietnamiens pour l’ensemble du Québec, et environ 1440 pour la seule région de Montréal. Nous pouvons donc présumer que le nombre d’entreprises vietnamiennes à Montréal a au moins quintuplé entre le milieu de la décennie 1980-1990 et l’année 2001.

Population active et au chômage

32Selon Statistique Canada et Citoyenneté et Immigration Canada (1996) et une compilation statistique spéciale effectuée par le ministère de l’Immigration et la ville de Montréal selon les données du recensement de 1991 (voir La Tour, 2000), le taux de chômage des Viéto-Canadiens et des Viéto-Québécois est assez élevé. Le premier document fait état d’un taux de chômage chez les Vietnamiens du Canada, après normalisation en fonction de l’âge, de 17,5 % pour 1991. Les données citées par La Tour font le même constat pour les Vietnamiens installés au Québec, soit 17 %. Pour 2001, force est de constater que la situation s’est nettement améliorée, comme le montre le Tableau 11.

  • 19 Notons cependant que la situation des Vietnamiens ne diffère pas de celle de l’ensemble de la popu (...)

33On peut observer que, dans l’ensemble du Canada, les Viéto-Canadiennes actives sont davantage touchées par le chômage que leurs compatriotes masculins, ce qui pourrait résulter d’une plus grande importance des emplois précaires parmi la main-d’œuvre féminine. Par contre, au Québec, les hommes chôment légèrement plus que les femmes, une situation que nous ne pouvons expliquer19. Par ailleurs, le taux de chômage des Viéto-Québécois est au-dessus de la moyenne nationale des ressortissants vietnamiens, tout comme le taux général de chômage au Québec est supérieur à la moyenne nationale. De plus, comme c’est le cas pour l’ensemble de la population québécoise, ce sont les jeunes adultes (de 15 à 24 ans, surtout de sexe masculin) qui, parmi les individus d’origine vietnamienne, sont les plus durement touchés par le chômage (voir Tableau 12). Enfin, le taux de chômage – sexes et âges confondus – est sensiblement plus haut chez les Vietnamiens que dans l’ensemble de la population canadienne (9,3 % contre 7,2 % en 2001) et québécoise (9,9 % contre 8,2 %).

TABLEAU 11. Statut d’activité des Vietnamiens du Canada, du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique âgés de 15 ans et plus selon le sexe, 2001

TABLEAU 11. Statut d’activité des Vietnamiens du Canada, du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique âgés de 15 ans et plus selon le sexe, 2001

Revenus d’emploi

34Les revenus d’emploi moyens de l’ensemble des Vietnamiens du Québec sont plus élevés que ceux de leurs compatriotes du reste du Canada. En 2001, les Viéto-Québécois de sexe masculin avaient des revenus d’emploi de 10,16 % supérieurs à ceux de l’ensemble des Vietnamiens du Canada, de 31,84 % à ceux de la Colombie-Britannique et de 2,98 % à ceux de l’Ontario. La situation était la même chez les Viéto-Québécoises, avec des revenus d’emploi de 15,28 % supérieurs à ceux de l’ensemble des Viéto-Canadiennes, de 31,03 % à ceux de leurs consœurs de Colombie-Britannique et de 13,7 % à ceux des Vietnamiennes vivant en Ontario. Le Tableau 13 expose le revenu moyen de la population vietnamienne âgée de 15 ans et plus au Canada et au Québec, selon le sexe, pour 1996 et 2001.

  • 20 La situation est la même pour l’ensemble des Vietnamiens du Canada, mais avec des disparités plus (...)

35Les Viéto-Québécois des deux sexes ont un revenu d’emploi moyen inférieur à celui de l’ensemble des Québécois. En 2001, celui-ci était de 34 705 $ pour les hommes au Québec, contre 23 282 $ pour les femmes20. De plus, en 2001, 54,8 % des Viéto-Québécois avec un revenu d’emploi avaient un revenu total inférieur à 20 000 $ tandis que cette proportion était de 41,5 % pour l’ensemble de la population québécoise.

TABLEAU 12. Taux de chômage (en %) chez les Vietnamiens de 15-24 ans et de 25 ans et plus selon le sexe, Canada, Québec, Ontario, Colombie-Britannique, 2001

TABLEAU 12. Taux de chômage (en %) chez les Vietnamiens de 15-24 ans et de 25 ans et plus selon le sexe, Canada, Québec, Ontario, Colombie-Britannique, 2001

TABLEAU 13. Revenu moyen d’emploi de la population vietnamienne âgée de 15 ans et plus au Canada, Québec, Ontario et Colombie-Britannique selon le sexe (1996 et 2001)

TABLEAU 13. Revenu moyen d’emploi de la population vietnamienne âgée de 15 ans et plus au Canada, Québec, Ontario et Colombie-Britannique selon le sexe (1996 et 2001)

36Malgré le fait que les revenus des Viéto-Québécois soient supérieurs à ceux de leurs compatriotes du reste du Canada, ils ont connu, à une exception près, la plus faible augmentation au pays entre 1996 et 2001. Durant cette période, les Viéto-Québécois de sexe masculin ont vu leur revenu augmenter de 8,4 % tandis que les Vietnamiens de l’Ontario et de la Colombie-Britannique ont connu des hausses respectives de 19,9 % et de 22,5 %. Quant au revenu moyen des Viéto-Québécoises, il a augmenté de 11,3 % alors que celui des Vietnamiennes de la Colombie-Britannique a grimpé de 20,1 %. Pour leur part, les Vietnamiennes de l’Ontario ont connu une hausse de revenu de seulement 8,3 %.

37Comme c’est généralement le cas pour les autres secteurs de la population, les Viéto-Québécois de sexe masculin disposent d’un revenu moyen supérieur à celui de leurs homologues féminines. En 1996, ce phénomène se vérifiait dans chacun des groupes d’âge au Canada et au Québec, à l’exception des Viéto-Québécoises de 15 à 24 ans, qui avaient des revenus plus élevés que ceux de leurs homologues masculins – les statistiques de revenu par groupes d’âge ne sont pas disponibles pour 2001. La disparité la plus importante touchait les Viéto-Québécois âgés de 45 à 64 ans, parmi lesquels les hommes avaient un revenu de 113,25 % plus élevé que celui des femmes. Cette différence de revenus entre hommes et femmes est sans doute due au taux de scolarité moins élevé des Viéto-Québécoises d’un certain âge, à l’incidence des emplois précaires et à temps partiel – plus nombreux parmi la main-d’œuvre féminine – et, peut-être, au fait que des Vietnamiennes travaillent gratuitement pour une entreprise familiale enregistrée au nom de leur mari.

  • 21 En 1996, pour l’ensemble des Viéto-Canadiens, 80 % des revenus provenaient de l’exercice d’un empl (...)
  • 22 Nous y reviendrons au chapitre 6.

38Soulignons par ailleurs que la proportion des revenus des Viéto-Canadiens et des Viéto-Québécois provenant des paiements de transferts gouvernementaux se compare aux pourcentages observés dans l’ensemble de la population canadienne et québécoise. En 2001, 85 % des revenus des Viéto-Canadiens provenaient de l’exercice d’un emploi. Ces proportions étaient de l’ordre de 84 % pour le Québec, 87 % pour l’Ontario et 78 % pour la Colombie-Britannique. Pour ce qui est des revenus provenant de transferts gouvernementaux, ils atteignaient 12 % pour l’ensemble des Vietnamiens du Canada, 11 % chez ceux du Québec et de l’Ontario et 19 % chez ceux de Colombie-Britannique21. En 2001, la proportion des revenus provenant de transferts gouvernementaux de l’ensemble de la population québécoise était de 13,9 % et elle atteignait 75,1 % pour les revenus d’emploi. Ces données permettent de constater que les Viéto-Québécois se sont intégrés au marché de l’emploi de manière satisfaisante22, même si les revenus qu’ils en tirent sont inférieurs à la moyenne.

Insertion économique et capital social

39Que révèle ce profil statistique des Viéto-Québécois ? Nous pouvons d’abord retenir qu’ils s’en tirent beaucoup mieux, malgré de nombreuses difficultés liées à l’insertion occupationnelle, que leurs compatriotes du reste du Canada, particulièrement ceux des provinces de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, où l’on trouve d’importantes communautés vietnamiennes. Les Viéto-Québécois sont beaucoup plus scolarisés que l’ensemble des Viéto-Canadiens. Ils sont moins nombreux à travailler dans des domaines demandant un faible niveau de scolarité et peu de qualifications, et plus nombreux à exercer des professions libérales. Leur revenu est donc plus élevé que la moyenne vietnamienne de l’ensemble du pays. De plus, leur taux de scolarité est légèrement plus élevé que celui de l’ensemble de la population québécoise et les jeunes de 15-24 ans fréquentent davantage les établissements scolaires de la province. Par conséquent, les Viéto-Québécois sont moins représentés dans les domaines d’emploi qui requièrent peu d’instruction. Notons toutefois que certains Viéto-Montréalais occupent des emplois moins prestigieux, gagnent des salaires plus bas et connaissent plus d’obstacles que d’autres groupes ethniques en ce qui concerne leur insertion économique à long terme (Blaser, 2006). Ceci dénote de nettes inégalités – et même des différences de classes sociales – au sein de la communauté et va à l’encontre de certaines perceptions selon lesquelles la majorité des Vietnamiens de Montréal sont des médecins, dentistes, pharmaciens ou autres professionnels prospères.

  • 23 Nous y reviendrons au chapitre 6 lorsque nous aborderons la question des liens transnationaux.

40Bien que numériquement peu importants et parfois pauvres, les Vietnamiens du Québec détiennent un pouvoir économique non négligeable. Faute de statistiques précises, celui-ci est difficile à chiffrer. Néanmoins, nous pouvons croire qu’il s’élève à plusieurs centaines de millions de dollars dont une certaine partie – si minime soit-elle – est envoyée au Vietnam afin d’aider les parents qui y demeurent toujours23.

41Par ailleurs, il existe des disparités importantes entre Vietnamiennes et Vietnamiens. Les Viéto-Québécoises sont moins scolarisées que leurs compatriotes de sexe masculin et touchent des revenus nettement inférieurs. Elles sont moins présentes sur le marché du travail que l’ensemble des femmes québécoises. On peut donc constater à la lumière de ces données statistiques que les Vietnamiennes sont plus susceptibles que leurs homologues masculins d’être aux prises avec des situations d’isolement, de solitude et d’exclusion, et que le manque de ressources sociales et financières peut ralentir leur participation et leur insertion à la société québécoise. Notons toutefois que ces disparités sont moins grandes chez les Viéto-Québécois que chez les Vietnamiens de l’ensemble du Canada et qu’elles auront fort probablement tendance à s’estomper avec la nouvelle génération de Viéto-Québécoises, encouragées par leurs parents à faire des études supérieures avancées. Ces jeunes femmes seront donc encore mieux outillées que leurs aînées pour participer pleinement à la vie économique, politique et culturelle du Québec.

42C’est cette importance accordée par les Vietnamiens à l’éducation et au travail qui explique en bonne partie l’intégration réussie de beaucoup de Viéto-Québécois. Ils se démarquent de certains autres groupes issus de l’immigration par leur taux de scolarité élevé, le grand nombre de professionnels et de techniciens spécialisés issus de leurs rangs et une participation au marché de l’emploi égale à celle de l’ensemble de la population (malgré un taux de chômage un peu plus haut que la moyenne). Depuis le milieu des années 1990, l’entrée sur le marché du travail de plusieurs centaines de Viêt Kiêu de seconde génération, scolarisés au Canada et désireux de réussir dans la vie, a grandement contribué à améliorer la situation du groupe. Rappelons que le taux de chômage des Viéto-Québécois s’élevait à 17 % en 1991, contre 9,9 % en 2001. Cette réussite professionnelle ne se traduit cependant pas encore en succès économique total. En 2001, le revenu annuel moyen des Vietnamiens du Québec (25 730 $) était de 5,1 % inférieur à celui des Québécois dans leur ensemble (27 125 $). On travaillait donc autant, sinon plus, que la population en général, mais on était moins payé.

  • 24 Et n’ayant pas accès, comme au Québec, à des cours subventionnés de langue et d’initiation à la vi (...)

43Sources de capital social, le taux de scolarité élevé, l’expertise professionnelle – présente au Québec dès avant 1975 – et l’assiduité au travail des Viéto-Montréalais leur ont permis de développer des réseaux d’entraide et d’information – intra- et extracommunautaires – ainsi que des habitudes de vie favorisant leur insertion socioéconomique. Cette insertion a également bénéficié de l’appui d’initiatives gouvernementales (aide à l’installation, formation linguistique et professionnelle, encouragement aux associations ethniques) souvent liées aux politiques multiculturelles. L’absence d’un niveau équivalent de capital social chez les autres Viéto-Canadiens – moins scolarisés et moins outillés professionnellement que ceux du Québec24 – explique leur insertion socioéconomique plus difficile, marquée entre autres par un revenu moyen inférieur à celui de leurs compatriotes viéto-québécois.

44Il faut toutefois apporter un bémol à tout ceci. Les données montrent en effet que s’il facilite l’insertion, le capital social ne garantit pas nécessairement le succès économique puisqu’en 2001 encore, les revenus des Viéto-Québécois étaient en moyenne sensiblement plus bas que ceux de la population québécoise dans son ensemble, et que plusieurs personnes avaient toujours du mal à s’intégrer au marché du travail (Blaser, 2006). À ce propos, il ne faut pas oublier que l’immigration massive des ressortissants vietnamiens au Canada est assez récente. C’est avec beaucoup de détermination, un travail soutenu et malgré peu de moyens que les associations et organismes ainsi que leurs protagonistes ont mis en place depuis 1975 un ensemble de ressources pouvant venir en aide aux membres de la communauté. Les familles et les individus ont aussi tissé au fil des ans des réseaux personnels locaux, nationaux et transnationaux où ils peuvent trouver réconfort, soutien et entraide. Mais il faudra sans doute attendre encore quelques décennies avant que ces efforts portent complètement fruit. Dans le prochain chapitre, nous allons voir en quoi consiste cette vie communautaire, associative et familiale des Viéto-Montréalais, qui semble avoir contribué à leur intégration à la société québécoise.

Notes

1 Les données présentées dans cette section et dans le reste du chapitre sont tirées pour l’essentiel des compilations effectuées par Richard et Dorais (2003) et elles proviennent des trois derniers recensements canadiens accessibles, soit 1991, 1996 et 2001, ainsi que d’un profil de groupe cible préparé par Statistique Canada à l’été 2003 pour le Département d’anthropologie de l’Université Laval (numéro du produit : CO-0669). Le recensement constitue la seule source disponible découlant d’enquêtes systématiques de données statistiques sur les Vietnamiens au Québec. Notons ici que la communauté vietnamienne de Montréal évalue les effectifs des Viéto-Montréalais à quelque 45 000 individus, un chiffre beaucoup plus élevé que ce qu’en dit le recensement.

2 Personnes ayant déclaré une origine ethnique vietnamienne lors des recensements canadiens.

3 Sur la Rive-Sud de Montréal, nous avons recensé, à l’aide de l’annuaire téléphonique 2003-2004, le nombre de ménages vietnamiens selon les 142 patronymes les plus courants. Cela nous a permis de constater que plus de 60 % de ces ménages se trouvent à Brossard.

4 Ce pourcentage plus élevé d’immigrantes est peut-être en partie lié à l’arrivée d’un nombre croissant de fiancées vietnamiennes que les Viéto-Canadiens font venir du Vietnam et de l’étranger.

5 À titre d’exemple, la Communauté vietnamienne région de Montréal dispense gratuitement chaque samedi et dimanche des cours de français à plusieurs dizaines de Vietnamiennes et Vietnamiens.

6 Mentionnons ici les études de Deschamps (1982 ; 1985) Gilmore (1998) et Guillemette-Roc (1986).

7 Surtout quand on songe qu’ils appartiennent à une « minorité visible », devant en principe affronter plus d’obstacles (d’ordre discriminatoire en particulier) que les immigrés non « racialisés ».

8 Les Québécois n’ont-ils pas en tête l’image stéréotypée de l’immigrant vietnamien, acharné et infatigable ? Cette importance donnée au travail n’est pas très éloignée de l’éthique nord-américaine et peut expliquer au moins en partie le succès apparent de l’intégration des Viêt Kiêu.

9 Voir, entre autres, Chan et Dorais (1987), Samuel (1987), Gilmore (1998), Renaud et al. (2001) et Blaser (2006).

10 Nous y reviendrons plus longuement au chapitre 3.

11 Voir chapitre 1.

12 12. En 2001, cette proportion était de l’ordre de 66,8 % pour l’ensemble de la population québécoise et de 62,7 % pour celle du Canada. Nous pouvons donc constater que les jeunes Viéto-Québécois sont nettement au-dessus de toutes les moyennes quant à la fréquentation scolaire.

13 Nous reviendrons au chapitre 4 sur ce trait de culture confucéen, lorsque nous discuterons de la vie familiale des jeunes de deuxième génération.

14 La Classification nationale des professions de 2001 est une version révisée de la Classification type des professions de 1991. Celle-ci a servi au codage des données sur la profession aux recensements de 1991 et 1996. Il s’avère ainsi difficile de comparer les données des recensements de 1996 et de 2001. Afin d’alléger la lecture du tableau, nous avons attribué un titre abrégé à chacun des ensembles de professions. Il nous apparaît toutefois important de définir chacune des dix catégories pour faciliter la compréhension du lecteur. « Gestion » : cadres supérieurs, directeurs spécialistes et directeurs de la vente au détail de la restauration et des services d’hébergement. « Affaires, finance et administration » : personnel en gestion des affaires et en finance, personnel d’administration des finances et des assurances, secrétaires, personnel de supervision du travail de bureau et personnel de bureau. « Sciences naturelles et appliquées » : personnel professionnel et technique relié aux sciences naturelles et appliquées. « Secteur de la santé » : personnel professionnel des soins de santé, professionnels en sciences infirmières, personnel technique et personnel de soutien des services de santé. « Sciences sociales, enseignement, administration publique » : juges, avocats, psychologues, travailleurs sociaux, ministres du culte et enseignants. « Arts, culture, sports et loisirs » : personnel professionnel et technique des arts, de la culture, des sports et des loisirs. « Vente et services » : personnel de supervision, personnel de la vente en gros, vendeurs et commis-vendeurs, caissiers, chefs et cuisiniers, serveurs, personnel de l’hébergement et des voyages, personnel de soutien familial et des garderies. « Métiers du transport et machinerie » : entrepreneurs et contremaîtres, personnel des métiers de la construction, mécaniciens, électriciens, monteurs de télécommunication, machinistes, conducteurs d’équipement lourd, métiers de manœuvres en construction. « Secteur primaire » : professions de l’agriculture, professions de l’exploitation minière, forestière, pétrolière, gazéifère, industrie de la pêche, personnel de la production primaire. « Transformation et fabrication » : surveillants, opérateurs, monteurs et manouvres dans la fabrication et la transformation.

15 Notons aussi que la plupart des répondants vietnamiens de Blaser sont des réfugiés qui, faute de réseaux parentaux déjà en place, n’ont sans doute pas eu accès au même niveau de capital social que les migrants issus du parrainage familial, majoritaires depuis la fin des années 1980.

16 Cette proportion est de l’ordre de 10,3 % pour l’ensemble des travailleurs québécois.

17 Les commerces vietnamiens contribuent grandement à donner du travail aux Viéto-Montréalais, ceux-ci occupant souvent un emploi dans une entreprise familiale.

18 À titre d’exemple, nous avons dépouillé l’annuaire des pages jaunes vietnamien de 2003, où nous avons répertorié plus de 350 annonceurs viéto-montréalais – et cet annuaire ne contient évidemment pas tous les commerces vietnamiens de Montréal. Il n’y a pas de statistiques sur le nombre d’entreprises vietnamiennes dans la métropole.

19 Notons cependant que la situation des Vietnamiens ne diffère pas de celle de l’ensemble de la population québécoise, où le taux de chômage des hommes est plus élevé que celui des femmes.

20 La situation est la même pour l’ensemble des Vietnamiens du Canada, mais avec des disparités plus importantes. Alors qu’en 2001, le revenu d’emploi moyen des Vietnamiens de tout le pays s’élevait à 27 849 $ et celui des Vietnamiennes à 18 560 $, ceux des Canadiens et des Canadiennes atteignaient respectivement 38 347 $ et 24 390 $.

21 En 1996, pour l’ensemble des Viéto-Canadiens, 80 % des revenus provenaient de l’exercice d’un emploi (84 % pour les hommes et 73,2 % pour les femmes). Pour ce qui est des revenus provenant de transferts gouvernementaux, ils étaient de l’ordre de 16,7 % (13,1 % pour les hommes et 22,8 % pour les femmes). La situation était à peu près semblable pour les Viéto-Québécois. Dans le recensement de 2001, ces statistiques ne sont pas disponibles selon le genre. On peut toutefois supposer que les disparités entre Vietnamiens et Vietnamiennes sont demeurées tout aussi importantes qu’en 1996.

22 Nous y reviendrons au chapitre 6.

23 Nous y reviendrons au chapitre 6 lorsque nous aborderons la question des liens transnationaux.

24 Et n’ayant pas accès, comme au Québec, à des cours subventionnés de langue et d’initiation à la vie locale.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Distribution de la population vietnamienne au Canada par provinces et territoires, 1991, 1996 et 2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre TABLEAU 2. Les cinq principales villes canadiennes habitées par les Viéto-Canadiens, 1991, 1996, 2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre TABLEAU 7. Niveau de scolarité des Vietnamiens âgés de 15 ans et plus selon le sexe, Canada, 1996 et 2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre TABLEAU 8. Niveau de scolarité des Vietnamiens âgés de 15 ans et plus selon le sexe, Québec, 1996 et 2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre TABLEAU 10. Population active vietnamienne de 15 ans et plus selon le genre et selon la Classification nationale des professions14, Canada, Québec, 2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre TABLEAU 11. Statut d’activité des Vietnamiens du Canada, du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique âgés de 15 ans et plus selon le sexe, 2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre TABLEAU 12. Taux de chômage (en %) chez les Vietnamiens de 15-24 ans et de 25 ans et plus selon le sexe, Canada, Québec, Ontario, Colombie-Britannique, 2001
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU 13. Revenu moyen d’emploi de la population vietnamienne âgée de 15 ans et plus au Canada, Québec, Ontario et Colombie-Britannique selon le sexe (1996 et 2001)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/19284/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540