Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Vietnamiens de Montréal

 | 
Louis-Jacques Dorais
, 
Éric Richard

Introduction

Texte intégral

  • 1 En 2001, près de 69 % des résidents de la région métropolitaine de recensement de Montréal étaient (...)
  • 2 Ce néologisme (nous préférons le préfixe « Viéto- » – qui renvoie à l’ethnie majoritaire au Vietna (...)
  • 3 Le mot « communauté » tel que nous l’entendons ici n’a pas le sens péjoratif (groupe minoritaire r (...)

1Cet ouvrage a pour objectif de décrire et faire comprendre la vie économique, sociale et culturelle des personnes d’origine vietnamienne habitant Montréal et sa région. Métropole du Québec et deuxième plus grande agglomération urbaine au Canada, avec 3 425 000 habitants en 2001, Montréal est une ville cosmopolite à majorité francophone1, mais dont les citoyens appartiennent à une centaine de groupes linguistiques et culturels différents. Les Viéto-Montréalais2 forment l’une de ces « communautés ethnoculturelles » issues en majorité de l’immigration. Ce n’est pas la plus nombreuse, mais ses effectifs ne sont pas à négliger non plus. Avec 25 645 personnes s’étant déclarées d’origine vietnamienne lors du recensement de 2001, la communauté3 viéto-montréalaise, seconde en importance au Canada après celle de Toronto, occupe une position de choix dans le paysage ethnique montréalais.

2Pourquoi s’intéresser aux Vietnamiens ? Passons sur l’attirance qu’on peut ressentir envers une culture et une société dont l’origine orientale est, pour plusieurs, symbole d’exotisme. Notons plutôt que les communautés vietnamiennes du Québec, celle de Montréal en particulier, semblent faire maintenant partie de l’imaginaire collectif local. Prenons-en à témoin les personnages d’origine vietnamienne qui – sans être très nombreux – font régulièrement leur apparition dans des romans télévisés et autres émissions produites localement. Pensons également aux restaurants vietnamiens qu’on trouve un peu partout au Québec, synonymes de gastronomie exotique à bon marché, ou aux professionnels (esthéticiennes, pharmaciens, dentistes, etc.) viéto-québécois, aux services desquels on a souvent recours. Ou encore aux voyages au Vietnam, par lesquels passe aujourd’hui l’itinéraire privilégié de tout jeune touriste – des moins jeunes aussi – désirant s’éloigner des sentiers battus.

3Les Viéto-Montréalais sont à la fois étranges – ils arrivent de très loin – et familiers. La plupart d’entre eux se débrouillent bien en français et font preuve d’ouverture envers la culture francophone québécoise. Il s’agit de personnes qui, à plusieurs égards, se sont admirablement adaptées à leur société d’accueil. On pense souvent les connaître, mais que sait-on vraiment de leur vie familiale, de leurs activités économiques et de leurs croyances religieuses ? Dans un Québec qui se définit de plus en plus comme multiculturel et pratiquant la tolérance ethnique, n’est-il pas important de mieux s’informer sur ces voisins venus d’ailleurs, poussés vers nos rives non par le désir de s’enrichir, mais, dans la plupart des cas, par des événements dramatiques qui les ont forcés à l’exil ?

4Depuis une trentaine d’années en effet, des centaines de milliers d’hommes et de femmes originaires du Vietnam ont quitté leur pays pour aller s’installer à l’étranger, et ce, dans des conditions souvent très difficiles. Beaucoup, probablement la majorité d’entre eux, se considéraient comme réfugiés. Ils fuyaient sans l’avoir désiré une contrée déchirée par la guerre et, surtout, à partir du printemps 1975, entièrement soumise au contrôle d’un gouvernement dont ils n’approuvaient pas l’idéologie et les pratiques totalitaires d’inspiration marxiste.

Contenu de l’ouvrage

5Des auteurs se sont déjà penchés sur ces Vietnamiens établis ailleurs, mais les quelques études disponibles sur les communautés vietnamiennes outre-mer (Simon, 1981 ; Dorais et al., 1987 ; Knudsen, 1988 ; Bousquet, 1991 ; Gold, 1992 par exemple) sont souvent anciennes. Après plus de trente ans de présence vietnamienne à l’étranger, on est en droit de se demander ce que sont devenus les réfugiés et leurs descendants. Se considèrent-ils toujours vietnamiens ? Ont-ils l’impression de former une entité spécifique au sein de la société majoritaire ou préfèrent-ils se fondre dans celle-ci ? Cherchent-ils à préserver certains aspects de leur culture ancestrale ? Forment-ils une communauté unie ou, au contraire, sont-ils divisés par des clivages de nature diverse ? Quel est leur rapport au Vietnam ? C’est à ce genre de questions que cet ouvrage tente de répondre. Et il se propose de le faire en prenant pour exemple une communauté – celle de Montréal – qui, malgré son importance certaine pour les Vietnamiens d’outre-mer, n’a jamais fait l’objet d’une description exhaustive. D’où l’originalité du présent travail.

6Par-delà la simple description, nous voulons aussi comprendre les mécanismes ayant permis aux Viéto-Montréalais de rebâtir au Québec – et ce, de façon apparemment réussie – une vie économique, sociale et culturelle nouvelle et en adéquation avec leur identité. Pour y parvenir, nous avons adopté une problématique faisant appel aux notions de capital social et de multiculturalisme.

7On peut définir le capital social comme « ces structures sociales qui permettent aux individus et aux groupes auxquels ils appartiennent d’atteindre les buts qu’ils se sont fixés et de reconstituer des rapports structuraux interindividuels qui leur sont familiers, en générant des réseaux d’obligations, d’attentes et de confiance mutuelle » (McLellan, 2006 : 91 ; notre traduction). Un haut niveau de capital social permet aux familles et communautés immigrées d’établir des relations solides à l’intérieur comme à l’extérieur de leur groupe d’origine. Ces relations favorisent l’apparition de réseaux de parenté et d’amitié, ainsi que celle d’organismes divers, qui facilitent l’insertion économique, l’intégration sociale et l’affirmation ethnoculturelle de celles et ceux qui y participent. C’est pourquoi on a souvent observé que les immigrants et réfugiés ayant su développer leur capital social tendent à s’adapter et s’intégrer plus rapidement à la société d’accueil (Coleman, 1990 : 316 ; Zhou et Bankston, 1994 ; Sanders et al., 2002).

  • 4 Ceux d’origine française ou britannique.

8Au Canada comme au Québec, un niveau élevé de capital social « est particulièrement efficace pour négocier une politique d’identité et de représentation » (McLellan, 2006 : 91). Or, l’existence d’une telle politique s’avère essentielle aux groupes issus de l’immigration s’ils veulent être reconnus et respectés par la société dans son ensemble. Depuis 1971 en effet, le gouvernement fédéral, suivi dix ans plus tard de celui du Québec, a fait du pluralisme culturel une composante essentielle de la nation et un facteur incontournable de la gouvernance étatique. Dans le cadre du multiculturalisme canadien comme dans celui de l’interculturalisme québécois, les « premières nations » autochtones, les peuples dits « fondateurs4 » et les groupes issus d’une immigration plus récente sont officiellement encouragés à préserver leurs cultures d’origine, tout en respectant les principes démocratiques censés caractériser un Canada et un Québec auxquels on les invite à apporter leur allégeance (Kymlicka, 2000 : chap. 8 ; Helly, 2004). On conçoit donc la société canadienne comme formée de cultures en interrelation permanente et régie par des politiques de représentation et de reconnaissance ethnoculturelles qui facilitent l’insertion et l’intégration des immigrés et réfugiés. Nous y reviendrons au chapitre 1.

9Tout au long de cet ouvrage, nous allons nous demander comment et jusqu’à quel point les Viéto-Montréalais ont su tirer parti de leur capital social et du multiculturalisme ambiant pour mieux s’adapter et s’intégrer à leur société d’accueil. Le chapitre 1 présente quelques éléments d’histoire ayant contribué à pousser un nombre important de citoyens du Vietnam à migrer à l’étranger. Nous y décrivons ensuite les différentes vagues d’immigration et les itinéraires migratoires vietnamiens vers le Canada et plus particulièrement vers le Québec, en terminant par une discussion sur la façon dont les Vietnamiens se sont insérés dans le milieu multiculturel montréalais pour y former une communauté dynamique se démarquant à plusieurs égards d’autres collectivités vietnamiennes d’outre-mer.

  • 5 Les Viéto-Montréalais formant plus de 90 % du total des Vietnamiens du Québec, les statistiques qu (...)

10Le chapitre 2 a pour but de brosser un portrait statistique des Viéto-Montréalais. Pour y arriver, nous présentons les données disponibles sur différents aspects de leur sociodémographie (niveau de scolarité, emploi, revenu, etc.) et nous rappelons les principales caractéristiques de l’insertion économique et occupationnelle des premiers immigrants vietnamiens, pour présenter ensuite la situation socioéconomique actuelle des Viéto-Montréalais – et dans une plus large mesure celle des Viéto-Québécois5. Ces données statistiques, qui permettent de quantifier les incidences socioéconomiques du capital social viéto-montréalais, sont comparées, d’une part, à celles portant sur les Vietnamiens de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et de tout le Canada et, d’autre part, à celles qui concernent l’ensemble de la population québécoise.

11Dans le chapitre 3, nous décrivons certaines caractéristiques de la vie communautaire des Viéto-Montréalais : réseaux sociaux, associations, familles. Nous montrons comment le capital social qu’a développé ce groupe issu de l’immigration et le profit qu’il a su tirer des politiques multiculturelles du pays hôte lui ont permis de se constituer en communauté ethnique bien organisée.

12Le chapitre 4 traite de la situation des jeunes Viéto-Montréalais, en tenant compte de la dimension transnationale de leur expérience. L’analyse met en lumière l’impact que les liens et les réseaux transfrontaliers des jeunes peuvent avoir sur différents aspects de leur existence – expériences migratoires ; stratégies et appartenances identitaires ; vie familiale et rapports intergénérationnels ; participation à la collectivité montréalaise, aspirations et projets d’avenir – dans une perspective d’acquisition de capital social individuel.

13Dans le chapitre 5, nous décrivons la façon dont les principales traditions religieuses vietnamiennes se manifestent à Montréal. Nous y traitons successivement de la religion familiale, du culte des esprits, du bouddhisme, du caodaïsme, du christianisme et des autres cultes, en les considérant comme des formes d’affirmation identitaire en contexte multiculturel.

  • 6 La langue vietnamienne compte six tons différents, marqués en écriture par des accents. Ceux-ci in (...)

14Enfin, dans le chapitre 6, nous nous penchons d’abord sur divers types d’intégration (économique, sociale, politique, communautaire) directement liés au capital social développé par les Viéto-Montréalais, tout en discutant des facteurs structurels (racisme, préjugés, discrimination) pouvant limiter l’efficacité de ce capital et faire ainsi obstacle à l’intégration. Nous décrivons ensuite la nature, le fonctionnement et l’efficacité sociale des liens transnationaux qui rattachent les Viéto-Montréalais au Vietnam et aux autres Viêt Kiêu6 (Vietnamiens d’outre-mer) de la planète, avant de clore le chapitre sur une discussion de l’identité vietnamienne dans la métropole du Québec, fortement marquée par le multiculturalisme.

15Notons ici que certains s’opposent à l’usage du terme Viêt Kiêu, qui peut laisser croire que les Vietnamiens d’outre-mer ont abandonné tout lien avec leur pays d’origine et laissé tomber toute revendication à son sujet. En langue vietnamienne, cette appellation désigne en effet des personnes qui ne seraient pas comme les « vrais Vietnamiens » (Nguoi Viêt, « les gens d’ethnie viêt »). On lui préfère l’expression Nguoi Viêt o nuoc ngoai, qui signifie « les Vietnamiens vivant à l’étranger » et ne distingue pas ces Vietnamiens des autres, sauf par le fait qu’ils habitent hors du pays (Uy Ban, 2005 : 11). Dans le cours de l’ouvrage, quand nous parlerons occasionnellement de Viêt Kiêu, nous utiliserons ce terme comme simple synonyme de « personnes d’origine vietnamienne vivant habituellement hors de leur pays natal (ou de celui de leurs parents) », sans lui donner quelque autre connotation que ce soit.

Approche méthodologique

16L’approche d’ordre anthropologique que nous avons adoptée dans ce livre est avant tout qualitative. Nous sommes en effet intéressés, dans la mesure du possible, à nous glisser dans la peau de nos compatriotes d’origine vietnamienne, pour essayer de comprendre la façon dont ils vivent et se représentent leur expérience migratoire – ou le fait d’être issus de parents immigrés, dans le cas des plus jeunes – ainsi que le sens qu’ils donnent à leur situation de Viéto-Montréalais. C’est pourquoi notre méthodologie est d’abord fondée sur l’enquête de terrain. Depuis plus de 10 ans, nous avons eu l’occasion de fréquenter les Vietnamiens de Montréal, de participer à certaines de leurs activités, et d’interviewer bon nombre d’entre eux – hommes, femmes, aînés, jeunes, professionnels et travailleurs manuels – sur, entre autres choses, leur expérience de vie, leur adaptation à la société québécoise, leur perception de la culture vietnamienne et leur identité ethnique. Ce processus de recherche nous a permis d’observer directement les Viéto-Montréalais et, surtout, d’écouter ce que hommes et femmes avaient à nous dire. Les données ainsi recueillies ont été complétées par des informations tirées des recensements canadiens et d’autres sources déjà publiées. Ces informations nous ont fourni la possibilité de conforter et d’élargir notre perspective de départ.

17Plus précisément, nos données de terrain ont été collectées dans le cadre de recherches sur l’intégration menées au cours des dernières années, à partir d’échantillons de répondants que nous voulions représentatifs de la diversité de la communauté. C’est ainsi que de novembre 2002 à avril 2003, nous avons réalisé 25 entretiens semi-dirigés avec des Viéto-Montréalais (11 hommes et 14 femmes) âgés de 17 à 87 ans, à partir d’un échantillon que nous avons voulu le plus diversifié possible, tant sur le plan des groupes d’âge et du niveau de scolarité que sur ceux des origines sociales, des professions exercées et des pratiques religieuses. Un autre échantillon fut constitué dans le cadre d’une recherche de maîtrise en anthropologie (Richard, 2000). Cette recherche nous a permis de questionner, pendant l’été 1999, 16 jeunes Viéto-Montréalais de la deuxième génération âgés de 18 à 28 ans. Enfin, un troisième échantillon de 28 personnes (13 hommes et 15 femmes, 7 de Québec et 21 de Montréal) âgées de 21 à 82 ans a été interviewé entre mai et décembre 1997 (Dorais, 1998a). Ces enquêtes s’ajoutaient à des recherches antérieures plus pointues sur les associations et sur la vie religieuse des Viéto-Québécois, et on y a adjoint des données récentes, recueillies par le deuxième auteur dans le cadre d’une recherche doctorale.

18Malgré son intérêt certain, notre approche a des limites dont nous sommes conscients. Sur le plan statistique, sa validité est quasi nulle. Nous n’avons pas constitué d’échantillon aléatoire de grande taille auquel aurait été distribué un long questionnaire prêt à être traité par ordinateur. Le contenu de ce livre ne peut donc être assimilé à un sondage d’attitudes ou d’opinions brossant un tableau statistiquement sûr de ce que font ou pensent les Vietnamiens de Montréal. Là n’était pas notre objectif. Plutôt que de mesurer et dépeindre en surface, nous voulions décrire et expliquer avec une certaine profondeur, en respectant le point de vue des personnes rencontrées, ce que cela signifie d’être d’origine vietnamienne lorsqu’on habite au Québec.

  • 7 Voir, par exemple, les numéros de revues respectivement dirigés par Vo (2003) et Trân Duc (2004).

19Autre limite importante, nous ne sommes pas vietnamiens. Malgré notre expérience de l’organisation communautaire et de la culture viêt – l’un d’entre nous est marié depuis plus de 30 ans à une personne originaire du Vietnam –, nous ne parlons pas la langue, ou si peu, et nous n’avons pas été éduqués à la vietnamienne. Notre perspective ne peut donc être identique à celle des Viéto-Montréalais qui font l’objet de cet ouvrage. Des pans importants de l’expérience vietnamienne nous échapperont toujours. Nous croyons cependant que notre approche, qui se caractérise par une certaine réflexivité (nous voyons les choses de l’extérieur) et, nous l’espérons, par un réel effort d’honnêteté intellectuelle, complétera celle des observateurs vietnamiens de l’intérieur, de plus en plus nombreux à écrire sur leur communauté7.

Notes

1 En 2001, près de 69 % des résidents de la région métropolitaine de recensement de Montréal étaient de langue maternelle française et 12,5 % de langue anglaise ; 18,5 % d’entre eux avaient une langue maternelle tierce.

2 Ce néologisme (nous préférons le préfixe « Viéto- » – qui renvoie à l’ethnie majoritaire au Vietnam – à celui de « Vietnamo- ») nous semble utile pour désigner de façon concise les personnes d’origine vietnamienne vivant dans la région de Montréal. On dit « Viéto-Montréalais » ou « Viéto-Québécois » comme on dit plus couramment « Franco-Montréalais » ou « Anglo-Québécois ».

3 Le mot « communauté » tel que nous l’entendons ici n’a pas le sens péjoratif (groupe minoritaire refusant de participer aux institutions nationales) qu’on peut lui donner ailleurs (en France, par exemple).

4 Ceux d’origine française ou britannique.

5 Les Viéto-Montréalais formant plus de 90 % du total des Vietnamiens du Québec, les statistiques qui les concernent ne varient pas sensiblement de celles qui s’appliquent à l’ensemble des Viéto-Québécois.

6 La langue vietnamienne compte six tons différents, marqués en écriture par des accents. Ceux-ci indiquent à la fois le sens et la prononciation des mots. Pour des raisons de typographie, il ne nous est pas possible d’en faire usage dans ce livre. Nous avons donc choisi d’écrire les mots vietnamiens en n’utilisant que les accents couramment disponibles. Nous prions nos lecteurs de bien vouloir nous excuser de cette approximation.

7 Voir, par exemple, les numéros de revues respectivement dirigés par Vo (2003) et Trân Duc (2004).

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540