Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

5. Faut-il vraiment se battre ?

Y a-t-il un consensus de Pékin ?

Zhiming Chen

Texte intégral

1À l’été 1989, peu avant la chute du mur de Berlin, un chercheur américain proche des néoconservateurs du nom de Francis Fukuyama proclame l’arrivée imminente de la fin de l’histoire : la démocratie libérale est en train de gagner la victoire ultime de la guerre des idéologies. Au même moment, l’économiste John Williamson préconise les solutions néolibérales d’un « consensus de Washington » pour orienter les réformes économiques et sociales en Amérique latine et dans d’autres pays du Sud.

2La croyance en la victoire absolue de la démocratie libérale est un des fondements idéologiques du gouvernement de George W. Bush. C’est pourquoi les États-Unis ont vivement appuyé les révolutions de couleur : la révolution rose en Géorgie en 2003, la révolution orange en Pologne en 2004, la révolution tulipe au Kirghizistan et la révolution violette en Irak en 2005. Aucune de ces révolutions n’a répondu aux attentes des idéaux démocratiques. De plus, plusieurs élections démocratiques ont eu des résultats mitigés du point de vue de la démocratie, comme celle du Hamas en Palestine (2006) ou de Hugo Chavez au Venezuela (1998). D’un autre côté, les solutions néolibérales prônées par le consensus de Washington ont presque mené à l’effondrement économique en Argentine et ont entraîné des régressions économiques sévères, entre autres en Indonésie, en Russie et en Europe de l’Est.

3De nombreux auteurs considèrent la déclaration de la fin de l’histoire de Fukuyama comme une conclusion prématurée. Samuel Huntington a affirmé en 1993 que l’histoire humaine continuera à évoluer dans un « choc des civilisations ». Selon lui, les différences culturelles et religieuses sont devenues les nouvelles sources de conflit après la guerre froide. Le déroulement de l’histoire après la chute du mur de Berlin semble confirmer ce jugement. Le 11 septembre 2001, les guerres en Afghanistan et en Irak peuvent être rapportés à cette analyse.

4En réponse au consensus de Washington, Joshua Cooper Ramo, un ancien rédacteur de la revue Time, a proposé en 2004 le « consensus de Pékin » comme modèle de développement. Il est convaincu que le développement des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine peut bénéficier du modèle qui a conduit à la formidable croissance économique de la Chine. Comment s’exprime la rivalité de ces deux visions concurrentes ?

Les consensus : Pékin contre Washington

5Pour Ramo, le consensus de Pékin comporte trois aspects : une foi en l’innovation technologique et l’expérimentation pour trouver des solutions économiques et sociopolitiques ; un accent mis sur le développement durable et l’égalité sociale ; et une stratégie militaire asymétrique qui garantisse la sécurité et l’autodétermination.

6L’expérience de la Chine ne confirme pas les descriptions ci-dessus. Tout d’abord, l’accent sur l’innovation technologique n’est pas une stratégie de développement uniquement chinoise, mais une voie suivie par tous les pays développés. Deuxièmement, la Chine a adopté jusqu’à récemment une politique de développement non durable, avec une priorité absolue accordée au PIB. La conséquence de cette politique est la détérioration sévère de l’environnement chinois : un tiers des rivières et des lacs est contaminé au point que les eaux sont impropres à l’agriculture et à l’industrie. En outre, la pollution de l’air cause environ 400 000 morts par année. Troisièmement, les inégalités se creusent : en parallèle au développement économique, l’écart entre les riches et les pauvres grandit. L’index de Gini chinois a atteint le haut niveau de 44,7 (celui du Canada est de 33,1). Il est évident que la Chine n’a pas développé son économie selon les stratégies préconisées par le consensus de Pékin. Les principes du consensus de Washington expliquent-ils mieux la croissance chinoise ?

7Dix recommandations économiques composent le consensus de Washington tel que l’a énoncé Williamson. La première est la discipline fiscale, soit un petit déficit des budgets, pouvant être financé sans pression inflationniste. Le déficit des budgets chinois était de 295 milliards de yuans en 2006, soit seulement 1,5 % du PIB, et il diminue encore depuis.

8Deuxièmement, le consensus de Washington recommande de réorienter les financements publics vers les domaines les plus profitables. En 2006, la Chine a toutefois dépensé 18 % de son budget dans les domaines de la culture, de l’éducation, de la science et des soins médicaux ; elle a aussi dépensé 14 % pour l’administration et 12 % pour la reconstruction financière. Ces domaines ne sont pas des plus profitables.

9La troisième recommandation appelle à élargir l’assiette de taxation. Ce que la Chine a bien sûr essayé de faire, mais elle insiste plutôt sur une perception plus efficace des impôts.

10Le gouvernement chinois contrôle plus ou moins les taux d’intérêt, contrairement aux prescriptions de la quatrième recommandation de libéralisation financière. En revanche, la politique chinoise de taux de change concurrentiel coïncide parfaitement avec la cinquième recommandation du consensus de Washington. Aujourd’hui, les pays occidentaux pressent la Chine d’apprécier sa devise.

11Quant au sixième et septième points, la libéralisation du commerce et l’ouverture à l’investissement direct étranger, la Chine a été une fervente adhérente. Elle a persévéré pendant plus de quinze ans dans ses efforts de négociation pour l’adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et a réussi à attirer en 2005 72,4 milliards de dollars en investissement étranger direct (IED), le premier rang parmi les pays en développement.

12Les politiques chinoises sont cependant en contradiction avec les trois derniers points du consensus de Washington. La privatisation des entreprises publiques est fortement contrôlée et limitée. Contrairement à la logique de dérégulation qui devrait prévaloir, la réforme chinoise a toujours été étroitement régulée par le gouvernement. Il n’existait pas de protection de la propriété privée avant l’adoption d’une loi au printemps 2007.

13Il semble évident que ni le consensus de Washington ni le consensus de Pékin ne sont une description exacte de l’expérience chinoise. Sommes-nous face à une chimère chinoise ?

L’économie socialiste de marché

14Pour savoir si la Chine est communiste ou capitaliste et pour comprendre la nature de l’économie socialiste de marché en Chine, on doit examiner l’origine des systèmes économique, politique et sociaux modernes et la relation entre le communisme et le capitalisme.

15L’évolution des sociétés humaines, selon Marx, suit la progression suivante : primitivisme, esclavagisme, féodalisme, capitalisme, socialisme et communisme. Le socialisme est une étape initiale du communisme, et le communisme est l’étape la plus développée de la société humaine. À l’intérieur du communisme, la société humaine atteindra l’idéal social ultime, qu’exprime l’adage « de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ». En d’autres termes, chaque personne contribue à la société selon ses moyens et capacités ; chacun reçoit, indépendamment de ses contributions, de la société, selon ses besoins. Pour Marx, le communisme ne peut se réaliser qu’à l’intérieur d’une société ayant atteint le stade le plus développé du capitalisme. Autrement dit, l’abondance matérielle est nécessaire à l’actualisation de l’idéal communiste.

16Lénine était, lui, convaincu que le communisme pouvait se réaliser dans le cadre d’une société à un stade le moins développé du capitalisme, comme en Russie et en Chine à l’époque. La révolution communiste a éclaté pour la première fois en Russie en 1917, et subséquemment en Chine en 1921. Loin de s’approcher de l’idéal marxiste, les régimes mis en œuvre se sont avérés être aux antipodes du principe initial, transformant ainsi l’adage fondateur : « de chacun selon les besoins de l’État, à chacun selon les moyens de l’État ». Cette trahison du principe marxiste a finalement mené à l’implosion de l’Union soviétique et à l’appauvrissement de la Chine. Après le désenchantement du communisme comme idéal politique, la Chine devait chercher une nouvelle voie de développement pour sortir de la pauvreté.

17Sous le règne de Mao Zedong, particulièrement pendant le Grand Bond en avant (1958-1962) et la Révolution culturelle (1966-1976), le principe directeur en Chine était : « Mieux vaut la mauvaise herbe socialiste que le bel arbre capitaliste ! » Quand Deng Xiaoping a pris le pouvoir après la mort de Mao en 1976, le débat entre le communisme/socialisme et le capitalisme était enflammé et virulent. Confronté à un pays en ruine, Deng a mis en œuvre sa fameuse théorie du chat : « Peu importe que le chat soit noir ou blanc pourvu qu’il attrape les souris », c’est-à-dire, peu importe que le système soit socialiste ou capitaliste pourvu qu’il apporte la richesse.

18Selon la théorie marxiste, la Chine a sauté l’étape du capitalisme dans la progression de la société humaine et est passée directement du féodalisme au socialisme. La Chine serait en train de revenir à cette étape cruciale, par le biais de l’économie socialiste de marché !

19La terminologie même constitue un compromis pragmatique qui n’a aucun sens en dehors de la Chine, car l’économie de marché a essentiellement été jusqu’à aujourd’hui un phénomène capitaliste. La motivation principale derrière l’adoption de ce terme était d’apaiser les forces conservatrices chinoises qui s’opposaient fortement à un changement de la nature du système politico-économique. Pour Deng Xiaoping, l’économie de marché était une des manières d’organiser l’économie et il ne s’agissait pas du tout d’idéologie, que celle-ci soit capitaliste ou socialiste. En satisfaisant la demande des conservateurs de garder un vestige socialiste, à travers le terme de l’économie socialiste de marché, il a été possible d’initier une transformation économique de la Chine. Aujourd’hui, la plupart des Chinois ne prennent pas la peine de songer à la nature socialiste ou capitaliste du marché ; ils s’occupent avidement de profiter des occasions qu’il offre de gagner de l’argent.

20D’un autre côté, le terme d’économie socialiste de marché est un reflet juste de la nature étroitement économique de la réforme chinoise, limitée au système économique, alors que le système politique reste socialiste. La Chine d’aujourd’hui est autant un régime socialiste qu’une économie de marché. En plus, malgré la progression du marché, la propriété en Chine demeure une juxtaposition de trois formes : publique, collective et privée. L’économie socialiste de marché change au gré de la fluctuation de la composition de ces trois formes de propriété, et il reste difficile de définir précisément la nature du système chinois. Dans cette perspective, toutes les tentatives de généralisation de l’expérience chinoise sont, comme le consensus de Pékin, attirées vers l’écueil des descriptions réductrices.

Le processus de Pékin

21Il n’y a pas de consensus sur le consensus de Pékin, et la formulation de Joshua Cooper Ramo n’est pas une description exacte de l’expérience de la Chine. Même les décisionnaires chinois ne connaissent pas la direction exacte que prendra la réforme à venir, qui comportera une forte part d’improvisation. En ce sens, il paraît plus juste de parler d’un « processus de Pékin » pour désigner l’ensemble des politiques sociales, économiques et de sécurité qui caractérisent la réforme en Chine.

22Du point de vue politique, la Chine est une technocratie dotée d’un leadership collectif à rotation systématique. La plupart des dirigeants chinois haut placés sont des techniciens spécialisés dans les domaines scientifiques ou technologiques. Hu Jintao, le président actuel, a un diplôme en études hydroélectriques, et le premier ministre Wen Jiabao est géologue. Après des décennies de tourmente pour la succession au leadership du pays, la Chine effectue aujourd’hui une rotation systématique dont les règles sont encore provisoires. Ce système n’est certainement pas démocratique, mais la Chine veut appliquer une démocratisation progressive, des villages à la ville, puis à la municipalité, à la province et à la nation. Pour l’instant, les élections démocratiques n’ont lieu qu’à l’échelle du village.

23L’adoption de cette démocratisation progressive vise à éviter de déstabiliser la société. Pour le gouvernement chinois, la stabilité sociale est la première priorité et une condition indispensable au développement économique. Pour mieux maintenir sa stabilité, la Chine insiste fortement sur une souveraineté absolue, notamment à cause de son histoire coloniale depuis les guerres de l’opium du XIXe siècle. De plus, la Chine essaie de réguler la croissance de sa population par des politiques de planification familiale. Le nouveau slogan de l’administration chinoise exprime clairement cette insistance sur la stabilité sociale et sur la création d’un milieu favorable au développement économique : « L’harmonie sociale, l’harmonie mondiale ! »

24Économiquement, la Chine applique une politique de propriété pluraliste : publique, collective et privée. Le gouvernement chinois est seul propriétaire des terres depuis la révolution communiste. La réforme économique chinoise, commencée dans le domaine de l’agriculture, a introduit un système de « responsabilité de propriété ». Dans ce système, les familles des paysans signent un contrat avec l’État pour obtenir le droit d’usage de la terre pendant cinquante ans, alors que la propriété de la terre reste entre les mains du gouvernement.

25La réforme agraire est un exemple du gradualisme de la réforme chinoise, qui vise à éviter les tourmentes des réformes radicales, comme celle de la thérapie de choc en Russie après l’effondrement de l’Union soviétique. L’élément le plus important de ce gradualisme est le principe de la réforme économique sans réforme politique, d’où l’oxymore de l’économie socialiste de marché. Un autre élément du gradualisme est la régulation et la planification de la réforme, exécutées de haut en bas et étroitement contrôlées par le gouvernement central. Le gouvernement chinois conçoit des programmes quinquennaux pour fixer les objectifs socioéconomiques de la réforme. Un des objectifs du 11e programme quinquennal (2006-2010) est de doubler le PIB par habitant entre 2000 et 2010.

26En même temps, la Chine continue d’improviser, d’expérimenter et d’exercer un certain pragmatisme dans l’exécution de la réforme. La caractéristique prééminente de la réforme est la méthode de l’essai-erreur, symbolisée par le dicton de Deng Xiaoping : « Traverse la rivière en touchant la pierre. » En règle générale, la Chine expérimente une politique dans une région limitée afin d’en examiner les résultats. Ainsi, les Zones économiques spéciales ont été établies dans quatre lieux, comme en 1980 à Shenzhen, un village de pêche de 2000 habitants qui fait face à Hong Kong. Aujourd’hui, Shenzhen est une ville moderne de plus de douze millions d’habitants et la politique qui y a été expérimentée est appliquée partout en Chine. Le pragmatisme chinois a également abouti à une politique d’« Un pays, deux systèmes » à Hong Kong, Macao et Taiwan, malgré le principe de la souveraineté absolue du gouvernement chinois.

27Dans le domaine de la sécurité, la Chine a adopté une stratégie asymétrique pour garantir sa sécurité et son autodétermination. Afin d’atteindre ses objectifs, la Chine exploite l’espace et le cyberespace tout en neutralisant les capacités militaires américaines basées sur l’informatique. La Chine garde aussi une puissance nucléaire stratégique pour dissuader l’intervention des États-Unis dans ses affaires intérieures. La politique chinoise de bon voisinage basée sur le multilatéralisme a créé une atmosphère généralement amicale en périphérie de la Chine, en particulier en Asie du Sud-Est. La Chine est le deuxième créditeur des États-Unis et possède une énorme réserve de devises étrangères, ce qui lui permet de garder les leviers économiques nécessaires à la protection de sa sécurité.

La fin de « la fin de l’histoire » ?

28La réforme a permis à la Chine de sortir de la pauvreté environ 400 millions de ses habitants, et les pays en développement s’intéressent de plus en plus au modèle de cette réussite. Le slogan de la réforme du gouvernement vietnamien pourrait provenir des documents chinois : « Stabilité, développement, réforme ! » Ennemie jurée de la Chine dans le passé, l’Inde s’engage aujourd’hui dans un débat : doit-on imiter le dragon ? Et d’autres pays donnent des signes de vouloir imiter le succès chinois : le Brésil, la Thaïlande, la Corée du Nord…

29La Chine a aussi influencé certains pays en Afrique. En 2006, 48 dirigeants africains ont participé au Sommet Chine-Afrique organisé par la Chine à Pékin. Après l’échec du développement socioéconomique dans les 50 dernières années, les pays africains sont désenchantés par les politiques néolibérales du consensus de Washington. L’expérience de la Chine offre peut-être une voie alternative de développement. Les pays occidentaux la considèrent néanmoins comme un modèle rétrograde, un défi aux idéologies occidentales, en particulier du point de vue de la démocratie, des droits de la personne, et d’un capitalisme orthodoxe.

30Ainsi, James Mann, un expert de la Chine au Centre for strategic international studies, déplorait dans le Washington Post du 20 mai 2007 : « La guerre en Irak n’est pas terminée, mais une chose est déjà claire : la Chine a gagné », soulignant la perte de prestige international des États-Unis et les gains chinois en la matière. Nous avons connu un antagonisme des idéologies entre Washington et Moscou pendant la guerre froide ; aurons-nous désormais une rivalité des idées entre Washington et Pékin, et une guerre tiède ? Si la réponse à cette question est positive, on ne pourra plus l’ignorer : c’est bien la fin de « la fin de l’histoire » !

Bibliographie

Pour aller plus loin

Ramo, Joshua Cooper, The Beijing Consensus, Londres, The Foreign Policy Center, 2004.

Williamson, John, « What Washington Means by Policy Reform », dans Williamson, John (dir.), Latin American Readjustment : How Much has Happened, Washington, Institute for International Economics, 1989.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540