Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

5. Faut-il vraiment se battre ?

Des logiques qui tuent : pourquoi tant de violence en politique ?

Marie-Joëlle Zahar

Texte intégral

1Le champ des relations internationales est né dans les cendres de la Première Guerre mondiale. « Plus jamais », disaient alors les internationalistes. Près d’un siècle plus tard, malgré l’accumulation des connaissances sur la guerre, ses causes et ses conséquences, la violence demeure un phénomène récurrent. Ce chapitre fait un survol de l’état de nos connaissances sur la violence, ses mutations, ses logiques, et son utilisation tant dans les relations internes qu’internationales. Est-il toujours vrai que la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens ou bien, la violence a-t-elle aujourd’hui d’autres logiques ? Y a-t-il vraiment césure entre « anciennes » et « nouvelles » guerres, comme l’affirme Mary Kaldor ? La nature spectaculaire du terrorisme international et les horreurs des guerres civiles attirent nos regards sur les groupes armés non étatiques. Mais qu’en est-il du rôle des États dans la perpétuation de la violence ? Enfin, si la recherche de l’élusive paix perpétuelle kantienne demeure le Graal des relations internationales, où en sommes-nous dans notre compréhension de la résolution des conflits et de la transformation des pratiques de contestation violentes ?

Violence et politique : définir un objet de recherche

2La relation entre violence et politique remonte à la nuit des temps. Deux exemples suffiront à illustrer cette affirmation : l’histoire biblique de l’Exode relate la révolte des esclaves juifs contre un Dieu-roi arbitraire et tyrannique, Pharaon ; dans La guerre du Péloponnèse, devenu un classique des relations internationales, l’historien grec Thucydide relate la lutte fratricide que se sont livrées Athènes et Sparte au Ve siècle avant J.-C.

3Non seulement violence et politique sont-elles intimement liées, mais le lien entre les deux est complexe et multiforme. La violence peut émaner des dirigeants ou des dirigés. Elle peut être locale, nationale ou internationale. Elle peut également viser au maintien ou au renversement de l’ordre établi. Si le champ de la politique comparée s’intéresse tout particulièrement à la violence au sein de l’État, ce sont les relations internationales qui ciblent les interactions violentes entre États et entre acteurs non étatiques internationaux. Bien que nous ne nous étendrons pas sur ce phénomène pour l’instant, notons l’émergence de problématiques internationales qui lient de plus en plus les facettes nationales et internationales du phénomène. Pensons, par exemple, aux guerres civiles, au trafic des drogues, à la criminalité transnationale et, bien sûr, au terrorisme si présent dans les discours politiques et médiatiques de l’après 11 septembre 2001.

4Alors que les intellectuels se réjouissaient au tournant des années 1990 de la fin de l’Histoire et de l’obsolescence de la guerre, la violence est aujourd’hui omniprésente dans le monde. Il est donc normal que les politologues se penchent sur le phénomène et essayent d’en appréhender les logiques, d’en dessiner les contours et de trouver, sinon des remèdes, du moins des palliatifs.

Pourquoi les hommes se rebellent-ils ?

5Dans leurs efforts pour cerner le phénomène, les politologues ont initialement procédé en opérant une distinction entre violence nationale et violence internationale. La politique comparée, qui s’est penchée sur le volet national, s’est attelée à comprendre les causes et les mécanismes de cette violence. Si nous ne pouvons pas, dans un texte introductif, rendre compte de la richesse de toutes les contributions théoriques, il faut toutefois mentionner quelques notions centrales qui ont fortement influencé les travaux dans le domaine.

6Pour ce qui concerne les causes, nous soulignerons l’apport des travaux de Ted Robert Gurr sur la « privation relative », ce sentiment d’un groupe de citoyens d’avoir été spoliés, non pas parce que leur quotidien n’a pas connu d’améliorations, mais parce que lesdites améliorations n’ont pas répondu à leurs attentes. Ce genre de recherches a surtout permis de comprendre le fait que les plus démunis sont rarement ceux qui se révoltent : les classes moyennes sont souvent le ferment du changement national. Également importants sont les travaux qui mettent l’accent sur le rôle de l’État. Plutôt que de voir en ce dernier un souverain affable, plusieurs analystes s’interrogent sur l’impact des politiques étatiques discriminatoires à l’égard de certaines communautés ou groupes en son sein. Qu’elles soient politiques, économiques ou sociales, ces pratiques discriminatoires mettent à mal le contrat social ; elles contribuent également à monter différents groupes (privilégiés ou laissés pour compte) les uns contre les autres.

7Cette grille de lecture nous permet, entre autres, de mieux comprendre les violences qui ont secoué le Kenya, au début 2008, et d’en apprécier à la fois les fondements politiques et les expressions communautaires. Malgré leur diversité, ces pratiques relèvent d’une logique commune : maintenir les privilèges des élites au pouvoir. Lorsque les moyens politiques (comme l’exclusion et la fraude électorale) et économiques (le contrôle des instruments de régulation ou la redistribution asymétriques des ressources) ne suffisent plus, il n’est pas rare de voir les gouvernements avoir recours à des mesures de répression pour se maintenir au pouvoir. De l’avis de nombreux analystes, l’expression ultime de cette violence, le génocide rwandais de 1994, est la tentative désespérée d’élites en perte de vitesse, de temps et d’options pour se débarrasser, une fois pour toutes, des groupes d’opposition qui menaçaient leur suprématie. Une telle lecture peut, en effet, rendre compte d’un aspect souvent négligé du génocide rwandais : le massacre de milliers de Hutus modérés qui ne cadre pas avec l’interprétation purement ethnique que certains font de ce terrible épisode de l’histoire contemporaine.

8Nous signalerons également, sur le plan des mécanismes, les recherches sur la mobilisation, notamment la contribution de Mancur Olson dont les travaux sur le dilemme de l’action collective ont démontré la difficulté de transformer des frustrations individuelles en actes politiques collectifs, dans la mesure où chaque individu a tendance à éviter de courir des risques en s’engageant dans une action politique, s’il est convaincu de pouvoir bénéficier des acquis qui seront obtenus par la mobilisation de ses congénères. Ces études ont notamment permis de mieux comprendre les conditions dans lesquelles des frustrations se transforment en actes. À noter dans ce même ordre d’idée, le rôle des entrepreneurs, des hommes et femmes politiques ou publics qui exploitent les frustrations de certains groupes de la société et les canalisent de manière à atteindre des objectifs déterminés. Ainsi a-t-on été en mesure de mieux appréhender l’importance d’un Slobodan Milošević dans le réveil du nationalisme serbe en ex-Yougoslavie.

Pourquoi les États se font-ils la guerre ?

9Deuxième volet de la recherche sur la violence politique, le champ de la polémologie s’intéresse particulièrement à l’étude de la guerre interétatique. Mues à l’origine, on l’a dit, par l’indignation suscitée par les séquelles humaines et matérielles de la Première Guerre mondiale, les relations internationales ont un objet précis : comprendre le pourquoi de la guerre afin de mieux l’éviter. Évoquons ici certaines contributions incontournables de la recherche en relations internationales.

10Les travaux de Hans Morgenthau et de Kenneth Waltz, qui s’interrogent sur les causes de la guerre, font partie de ces références importantes. Si Morgenthau démontre dans Politics among Nations que les États sont mus par un désir de puissance qui infuse les relations interétatiques d’une conflictualité constante, c’est Waltz qui, le premier, argumentera que cette conflictualité est en fait conditionnée par l’anarchie du système international – soit le fait qu’en l’absence de toute autorité supra-étatique, les États souverains refusent de se faire dicter leur conduite et adoptent une attitude méfiante et défensive les uns envers les autres. Cette analyse dite « systémique » des causes de la guerre a profondément marqué le champ des relations internationales. Elle est pourtant contestée par de multiples recherches qui situent les causes de la guerre ailleurs, dans les caractéristiques des États (la nature des régimes par exemple) ou dans celles des sociétés (militaristes ou pacifiques), ou encore dans les caractéristiques individuelles des décideurs (leurs valeurs, leurs idées, leurs processus décisionnels mais également leurs caractéristiques psychologiques).

11Le corpus scientifique sur les causes de la guerre a d’ailleurs permis un effort de synthèse et de cumul des connaissances. Les analystes cherchent désormais à comprendre l’interaction de différents facteurs dans l’éruption des conflits internationaux. À titre d’exemple, il serait erroné d’expliquer la Seconde Guerre mondiale en invoquant uniquement la personnalité d’Adolf Hitler. Il faut également tenir compte de la paralysie de la Société des Nations qui contribua à valider l’expansionnisme de l’Allemagne nazie. Il faut, par ailleurs, saisir le rôle joué par les évolutions au sein des différentes puissances concernées : la montée du fascisme en Allemagne et en Italie, l’isolationnisme américain, ainsi que les logiques internes qui sous-tendent la politique d’apaisement de la France et de la Grande-Bretagne. Faisant leur le principe que Joseph Nye décrit comme celui d’une « logique de l’entonnoir », les polémologues ne répondent plus seulement à la question « pourquoi la guerre a-t-elle eu lieu ? », mais également à celle, plus importante en termes de développement de politiques, « à quel moment est-elle devenue inévitable ? ».

12Les chercheurs se sont penchés sur les mécanismes de la violence interétatique, décelant ainsi des dynamiques pernicieuses d’interaction conflictuelle. On pense particulièrement au fameux dilemme de sécurité associé aux travaux de Waltz sur le rôle de l’anarchie dans le système international. Dans un monde sans souverain où la force militaire demeure l’instrument de choix pour la poursuite des objectifs nationaux, les États se retrouvent dans l’obligation d’accumuler les moyens de se défendre. Ce faisant, ils risquent d’insécuriser d’autres États qui, incapables d’en discerner le but défensif, voient plutôt dans cette accumulation militaire des intentions belliqueuses. Se sentant menacés, ces États s’arment à leur tour provoquant l’inquiétude de l’État même qui a provoqué leur choix. La boucle est ainsi bouclée, d’incertitude en armement, il se crée une spirale d’insécurité qui augmente la possibilité d’un conflit. Ce dilemme de sécurité se traduit, dans les faits, par le mécanisme d’équilibre des puissances où les États réagissent à la menace de l’une de deux manières : soit en s’armant en conséquence, soit en recherchant des alliés qui puissent dissuader de toute action offensive l’État menaçant. L’équilibre ainsi atteint serait un gage de paix (comprise comme l’absence de conflit armé), chacun des adversaires potentiels jugeant trop incertaine l’issue d’un conflit armé pour en prendre le risque et en assumer les coûts. Les chercheurs ont ainsi interprété la guerre froide comme une situation d’équilibre entre deux superpuissances qui auraient réussi à s’armer et à se constituer des réseaux d’alliés, ce qui rendrait toute confrontation directe trop hasardeuse pour être entreprise. Le développement et l’acquisition d’armes nucléaires auraient notamment pesé lourd dans la balance.

Quid de la violence contemporaine ?

13Le vent d’optimisme qui s’était levé avec la fin de la guerre froide n’aura pas soufflé longtemps. L’invasion du Koweït par l’Irak, le 2 août 1990, inaugurera une décennie aussi sanglante, sinon plus que celle qui l’avait précédée. Bosnie, Somalie, Rwanda, Libéria, Sierra Leone, Ouganda, République démocratique du Congo… les guerres civiles égrènent leur sinistre chapelet et rappellent à la mémoire des horreurs que l’on croyait à tout jamais dépassées : nettoyage ethnique, crimes de masse, génocide. Et le tournant du XXIe siècle renchérit en mettant le terrorisme d’inspiration islamiste à l’agenda international (attaques du 11 septembre 2001, invasion de l’Afghanistan, attaques de juillet 2005 à Londres, etc.) et en réactivant les débats sur l’arme nucléaire, rendus plus critiques par la nature des régimes (Iran-Irak-Corée du Nord) qui cherchent à se l’approprier.

14Au regard de ces développements, certains analystes parlent d’une césure dans la logique de la violence politique. Pour Mary Kaldor, les guerres de l’après-guerre froide sont « nouvelles » parce qu’elles ne répondent plus à la logique stratégique de l’utilisation de la force selon laquelle la guerre serait la continuation de la politique par d’autres moyens, un outil dûment calibré que l’on manierait pour renverser le gouvernement, s’approprier le pouvoir ou faire sécession. Les nouvelles guerres se situent à l’intersection entre mondialisation et privatisation, elles sont simultanément locales, nationales et transnationales. Particularistes, organisées autour d’identités exclusives, elles visent souvent l’enrichissement personnel des seigneurs de la guerre, s’articulent autour d’une criminalité organisée, et se repaissent de la faiblesse de l’État.

15Cette opinion est contestée par d’autres analystes qui, comme Stathis Kalyvas, y voient une lecture faussée de la violence politique contemporaine. Ces critiques remettent en question le récit politique qui parle de « la guerre » comme d’un phénomène cohérent et unique, négligeant de fait la possibilité qu’un conflit national puisse donner lieu à des règlements de compte locaux et s’articuler avec des logiques tribales, familiales, régionales ou encore personnelles. On pourrait ainsi lire toute la violence en Afghanistan à travers le prisme du conflit entre le gouvernement Karzai et les talibans sans reconnaître les rivalités profondes entre divers seigneurs de la guerre dispersés aux quatre coins du pays et qui, pour de multiples raisons, ont choisi aujourd’hui de s’allier à un camp ou à l’autre.

16Par ailleurs, les conflits de l’après-guerre froide posent de multiples défis logistiques aux analystes qui cherchent à obtenir de l’information. Ceux-ci auront alors tendance à adopter la solution de facilité qui consiste à recueillir leurs informations là où la cueillette en est la plus aisée – dans les grands centres urbains –, favorisant ainsi une lecture particulière du conflit aux dépens des perspectives en provenance de lieux plus reculés où l’emprise du gouvernement serait moins forte et la cohérence du « récit national » plus fortement mise à l’épreuve. Autre source potentielle de distorsion : la tendance actuelle à décrire les acteurs non étatiques armés – insurgés, rebelles, seigneurs de la guerre et terroristes – comme des criminels dépourvus de toute légitimité populaire, mus par des intérêts individuels étroits, et incapables de rationalité et de compromis. En d’autres termes, il s’agirait d’individus avec qui transiger est impossible ; seule demeure la solution militaire pour s’en débarrasser. C’est ainsi que les mouvements islamistes Hamas et Hezbollah ont été désignés comme des « groupes terroristes » avec lesquels aucun dialogue n’est permis, nonobstant le fait que l’un et l’autre peuvent se réclamer d’un large appui populaire dans les rangs palestiniens et libanais respectivement. Cette tendance se répercute également dans les discours et analyses des « États voyous » qu’il faudrait simplement mettre au pas.

Mettre la violence politique « hors-la-loi » : perspectives sur la résolution des conflits

17Malgré de longues décennies de recherche sur la question, la violence politique est endémique dans le monde où nous vivons. Les chercheurs s’accordent aujourd’hui à suivre deux pistes de réflexion quant aux modalités de transformation des conflits. Les recherches menées tant en politique comparée qu’en relations internationales semblent converger sur ces deux points : 1) les différentes manifestations de la violence politique peuvent de moins en moins faire l’objet de catégorisations définitives car la plupart d’entre elles se situent à l’intersection entre le local et le global ; 2) les États et sociétés démocratiques semblent plus à même d’éviter les conflagrations armées.

18Comment donc faire pour instaurer la paix civile et la concorde internationale ? Réponse immédiate : démocratiser. Si les démocraties sont plus capables de gérer la contestation interne et les conflits externes sans pour autant permettre l’explosion de manifestations violentes, il semblerait que nous ayons ici la voie toute tracée pour la gestion des conflits. Encore faut-il reconnaître qu’il y a une marge entre la théorie et la pratique. Tant les entreprises de renversement de régimes (invasion américaine de l’Irak en 2003) que les multiples opérations de nation-building (Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Timor oriental) montrent les limites de l’imposition externe des normes et pratiques démocratiques. Analystes et praticiens se penchent actuellement sur les leçons de ces « expériences ratées » dans l’espoir de mieux comprendre comment transformer les sociétés et pour répondre à la question qui hante aujourd’hui la communauté internationale : Y a-t-il là un rôle pour les intervenants externes soucieux d’aider ou les interventions étrangères sont-elles vouées à l’échec et pourquoi ?

19Mais pour comprendre les échecs, les succès et les ratés de l’intervention internationale en faveur de la construction de la paix, encore faut-il pouvoir différencier paix et absence de conflit. Car si le but avoué des recherches sur la violence politique vise à la compréhension et, éventuellement, à l’éradication de la violence, il n’est pas là question d’éliminer le conflit mais de le transformer afin qu’il s’exprime sans recours aux armes. C’est ici que se situe le futur des recherches sur la violence politique, dans un ambitieux programme de recherche sur la contestation politique dont les tenants, à l’instar des auteurs de Dynamics of Contention, veulent transcender les manifestations particulières de la contestation pour déceler les tendances générales, les particularités locales et les multiples logiques sous-jacentes et formuler ainsi des généralisations contingentes, des explications plus historicisées et des applications pratiques plus adéquates.

20Les auteurs qui appartiennent à cette école visent ainsi à comprendre non pas uniquement les formes pacifiques mais également celles violentes de contestation, de manière à faire ressortir les similitudes et les différences entre ces deux modes de compétition politique. Les concepteurs de ce programme de recherche veulent cartographier les différentes manifestations de la contestation, allant des mouvements sociaux jusqu’aux révolutions. Dans un monde où la violence politique internationale n’est plus clairement démarquée de la violence politique nationale, il y a lieu de s’interroger sur la possibilité d’étendre leur champ d’action afin de construire un véritable savoir cumulatif sur la violence politique, fléau des États et de la société internationale.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Gurr, Ted Robert, Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1970.

Kaldor, Mary, New and Old Wars: Organized Violence in a Global Era, Stanford University Press, 1999.

Kalyvas, Stathis, The Logic of Violence in Civil War, Cambridge University Press, 2006.

Morgenthau, Hans, Kenneth Thompson et David Clinton, Politics among Nations, 7e éd., New York, McGraw-Hill, 2005 [1948].

Tilly, Charles, Sydney Tarrow et Doug Mac Adam, Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

Waltz, Kenneth, Theory of International Politics, New York, McGraw-Hill, 1979.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540