Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

4. Pourquoi préférer la démocratie ?

Peut-on imposer la démocratie ?

Diane Éthier

Texte intégral

  • 1 « Tout changement de régime tend à être une affaire interne ; la démocratie est l’affaire interne p (...)

1La démocratie peut-elle être imposée à un pays par des forces étrangères, à la suite de l’occupation militaire de son territoire ? La littérature scientifique ne donne pas de réponse satisfaisante à cette question. À l’instar de Philippe Schmitter, les spécialistes de la politique comparée ont toujours soutenu que « any regime change tends to be a domestic affair ; democracy is a domestic affair par excellence1 ». Mais plusieurs d’entre eux ont aussi reconnu l’existence des tentatives d’imposition de la démocratie (TID) par des forces étrangères d’occupation (FEO) au cours de l’Histoire. Aucun n’ayant procédé à une recension et à une évaluation systématiques de ces TID, leurs positions sur le sujet demeurent cependant approximatives et divergentes. Dahl, Schmitter et Stepan considèrent que les seules TID réussies sont celles des Alliés en Allemagne de l’Ouest, au Japon, en Italie et en Autriche, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Samuel Huntington pense, lui, que les deux premières vagues de démocratisation (1828-1926 ; 1943-1962) sont dues à l’intervention des Britanniques, des Américains ou des Alliés. Quant à Laurence Whitehead, il soutient qu’en 1990, près des deux tiers des démocraties existantes devaient leur origine, au moins en partie, à des actes délibérés d’imposition ou d’intervention de la part d’acteurs externes.

2Les spécialistes des relations internationales, pour leur part, se sont intéressés aux interventions militaires étrangères (IME) visant à promouvoir et non à imposer la démocratie. Étant donné que leur définition de la promotion de la démocratie est très large et imprécise, leurs échantillons d’IME très différents et leurs méthodes d’évaluation des impacts de ces IME divergentes, leurs conclusions sont disparates, sinon contradictoires. Certains concluent que les IME ont favorisé la libéralisation ou la démocratisation des systèmes politiques des pays occupés dans 75 % ou 100 % des cas, alors que d’autres établissent leur taux de succès à 25 % ou 38 %.

3Ces constats indiquent que dans les deux domaines d’étude les plus susceptibles de répondre à notre question, les TID n’ont été ni définies avec précision, ni recensées et évaluées de manière systématique. Par conséquent, on ne connaît pas leur nombre exact et on ne sait pas dans quelle proportion et pourquoi elles ont été des succès ou des échecs ; on ne peut donc pas se prononcer sur la validité de la théorie endogéniste du changement politique, qui fait consensus parmi la communauté des chercheurs depuis plus de soixante ans.

La littérature en politique comparée

4Depuis 1945, quatre questions ont successivement retenu l’attention des spécialistes du changement politique au sein de la politique comparée : quelles sont les caractéristiques essentielles de la démocratie ? Quelles sont les conditions favorables à son développement ? Quelles sont les causes de son émergence ? Quel est l’impact des facteurs et des acteurs externes sur la promotion de la démocratie ?

Les caractéristiques de la démocratie et les conditions de son développement

5La démocratie a toujours été associée à la conclusion d’une entente entre les principaux groupes politiques d’une société, en vertu de laquelle ces derniers acceptent de se soumettre à des règles et procédures qui permettent de résoudre leurs différends par la négociation de compromis. La nature de ces règles et procédures a donné lieu à de nombreux débats. Durant les années 1970, la majorité des chercheurs s’est toutefois ralliée à la définition proposée par Joseph Schumpeter :

[…] au vingtième siècle, un système politique est démocratique lorsque ses principaux décideurs sont choisis lors d’élections justes, honnêtes et périodiques, qui autorisent tous les citoyens adultes à voter et qui permettent aux candidats d’être en libre compétition pour l’obtention des suffrages. Cette définition englobe les deux dimensions qui selon Robert Dahl caractérisent une polyarchie, i.e. la participation et la contestation. Elle implique également la reconnaissance effective des libertés civiles et politiques – libertés d’expression, de publication et d’association – qui sont nécessaires au débat politique et à la conduite d’une campagne électorale. (Huntington, 1991)

6Les typologies de régimes politiques ont été par la suite construites en fonction de cet idéal-type, les régimes autoritaires étant associés à ceux qui violent systématiquement ces règles et procédures, et les différentes catégories de régimes hybrides à ceux qui les respectent dans des proportions variables.

7Durant les deux premières décennies de l’après-guerre, concurremment à la seconde vague de démocratisations (1943-1962) et au mouvement de décolonisation, de très nombreux chercheurs se sont intéressés aux conditions qui déterminent le développement de la démocratie. Certains ont mis l’accent sur l’attitude des élites, soit leur propension à adopter les valeurs d’une culture civique (pragmatisme, tolérance, flexibilité, modération, etc.) ; d’autres sur la nature inclusive des institutions politiques héritées du colonialisme ou le caractère pacifique du processus d’accession à l’indépendance. La plupart ont insisté sur la capacité des élites à promouvoir la modernisation du système économique et une redistribution plus égalitaire des revenus, deux conditions essentielles à l’émergence de classes moyennes, plus modérées au plan idéologique que les classes inférieures, et donc capables de négocier avec les classes supérieures des compromis acceptables pour l’ensemble de la population. L’instauration et la stabilité de régimes autoritaires performants en matière de modernisation économique et sociale, tant en Asie de l’Est, qu’en Amérique latine et en Europe du Sud, au cours des années 1950 et 1960, a toutefois suscité une remise en question de ces théories entre 1965 et 1975. Moore, Rustow et Dahl ont tour à tour reproché à ces explications de confondre les causes de la stabilité des démocraties avec celles de leur émergence.

Les causes de l’émergence des démocraties

8Selon ces auteurs, les principales causes des transitions de l’autoritarisme à la démocratie (TD) sont de nature psycho-politique. Toute TD est initiée par une lutte à caractère économique, social et (ou) politique entre certaines élites. L’issue de cette lutte est toujours incertaine, mais elle ne conduit à l’instauration de la démocratie que si les protagonistes décident de s’entendre sur un certain nombre de règles et de procédures qui permettent la résolution de leurs différends par la négociation de compromis. D’autres groupes peuvent être associés à cette entente, mais celle-ci est toujours négociée ultimement par un nombre restreint de leaders. O’Donnell et Schmitter se sont inspirés dans une large mesure de cette théorie pour expliquer la troisième vague de TD (1973-1995). Selon leur analyse, toute TD est impulsée par une crise du régime autoritaire, c’est-à-dire par un conflit entre les décideurs réformistes (blandos), qui jugent que les coûts du statu quo sont plus élevés que ceux d’une TD, et les décideurs conservateurs (duros), qui font l’évaluation inverse. L’issue de ce conflit, toujours incertaine, dépend de l’évolution des calculs stratégiques des deux parties. Cette évolution est largement déterminée par la capacité des réformistes d’obtenir des forces modérées de l’opposition leur aval à une entente politique qui satisfait les principales revendications des conservateurs.

Les dimensions internationales des processus de démocratisation

9Si les spécialistes de la politique comparée ont plutôt évoqué qu’analysé les TID, ils ont accordé une large attention aux autres dimensions internationales des processus de démocratisation, après la fin de la guerre froide. Leurs travaux portent sur les mécanismes intangibles de diffusion des valeurs libérales et démocratiques auprès des élites des pays autoritaires ou en transition : l’effet de démonstration des succès des démocraties existantes ou d’une TD dans un pays voisin ; la socialisation de ces élites aux valeurs occidentales, dans le cadre de leur participation à des réseaux transnationaux ou à des organisations internationales (OI). Ils traitent également des stratégies de promotion de la démocratie qui n’impliquent pas, comme les TID, une violation de la souveraineté des États : incitatifs, leviers, conditionnalité. Dans l’ensemble, ces recherches confirment la validité de la théorie endogéniste de la transitologie. Elles démontrent que les facteurs internes, notamment psycho-politiques, demeurent les déterminants décisifs des TD. La seule exception – relative – à cette règle, est la conditionnalité des élargissements de l’Union européenne. Selon plusieurs études, celle-ci est en mesure de convaincre un pays candidat d’instaurer la démocratie, mais à la condition que les partis politiques au pouvoir, en raison de leurs calculs d’intérêt, de leur idéologie et de leur cohésion interne, soient résolus à respecter les prescriptions de Bruxelles.

La littérature en relations internationales

10Après la fin de la guerre froide, les théoriciens des relations internationales ont aussi accordé une large attention à la diffusion des valeurs libérales et démocratiques par les OI et les organisations non gouvernementales (ONG) occidentales, ainsi qu’aux stratégies non coercitives de promotion de la démocratie des gouvernements, des OI et des ONG. Leurs études – notamment celles des constructivistes – concluent, à l’inverse de celles des comparativistes, que ces mécanismes et ces stratégies ont contribué de manière importante au succès des TD, en particulier en Europe de l’est et du sud-est, en transformant la culture des élites partisanes. Une très vaste littérature a également été consacrée aux nouvelles opérations de peace enforcement, de nation building, et d’ingérence humanitaire impliquant des forces militaires et civiles de plusieurs États, OI et ONG, sous l’égide ou non de l’Organisation des Nations Unies. Le fait que plusieurs de ces opérations visaient, implicitement ou explicitement, à promouvoir les valeurs et les institutions démocratiques a incité plusieurs chercheurs à évaluer dans une perspective plus large les impacts politiques des interventions militaires étrangères (IME) depuis 1900, 1945 ou 1990. Pour au moins trois raisons, ces travaux ne permettent pas cependant de répondre à notre question de départ.

11Premièrement, plusieurs chercheurs discutent du bien-fondé de ces IME plutôt que de leurs résultats. Leur préoccupation centrale n’est pas de chercher à savoir si l’on peut imposer la démocratie, mais bien si on le doit. En général, les intellectuels libéraux sont contre ces interventions, qu’ils jugent contraires au droit international fondé sur la souveraineté des États, alors que les néoconservateurs y sont favorables, parce que la démocratie est, selon eux, un droit fondamental de tous les peuples et qu’elle est le principal facteur de pacification et de stabilité des relations internationales.

12Deuxièmement, ceux qui s’intéressent aux résultats des IME construisent leurs échantillons à l’aide de diverses banques de données qui recensent tous les mouvements terrestres, navals et aériens de l’armée américaine ou des armées de plusieurs pays au cours de périodes postérieures à 1900. Bien que la plupart circonscrivent leur sélection des IME à celles qui ont impliqué l’utilisation de troupes terrestres, l’éventail de ces dernières demeure très large. Il englobe autant des interventions visant à mettre fin à une guerre civile (Liban), à repousser un envahisseur (Guerre du Golfe), à empêcher un parti pro communiste de prendre le pouvoir (Grenade), à porter secours à une population civile en détresse (Somalie), à éliminer un dictateur ennemi (Panama, République dominicaine) que des interventions combinant un ou plusieurs de ces objectifs et l’établissement d’un régime démocratique (Bosnie, Kosovo, Afghanistan, Irak). Comment dès lors prouver que toutes les IME sélectionnées cherchaient, sinon à imposer la démocratie, du moins à la promouvoir ? La majorité des auteurs résolvent ce problème en se concentrant sur les interventions militaires américaines parce que, selon eux, contrairement aux IME d’autres puissances comme le Royaume-Uni ou la France, celles-ci n’ont jamais été motivées uniquement par des intérêts stratégiques égoïstes. Elles ont presque toujours été inspirées par le dessein libéral (the Grand Strategy) des États-Unis selon lequel l’internationalisation de la démocratie est la meilleure garantie de la paix, et donc de leur sécurité, principal objectif de leur politique étrangère. Les auteurs fondent cette prétention sur l’analyse des discours officiels des présidents successifs. Quelle que soit la validité de cet argument, il demeure que l’objectif des auteurs n’est pas d’évaluer les résultats des TID, mais ceux d’un ensemble disparate d’IME soi-disant motivées par la promotion de la démocratie. La meilleure preuve en est que les cas d’imposition réussie de la démocratie les plus souvent cités par les comparativistes (Allemagne de l’Ouest, Japon, Autriche et Italie) sont généralement absents de leurs échantillons.

13Troisième et dernière grande lacune du corpus, la plupart des auteurs évaluent l’impact politique des IME sans tenir compte des actions réalisées par les FEO en vue d’instaurer la démocratie. Ils comparent le degré de libéralisation des régimes politiques des pays cibles, avant et après l’intervention des troupes étrangères, à l’aide principalement de la banque de données Polity II, III et IV. Celle-ci évalue, année après année, l’évolution des régimes politiques du globe depuis 1800. Elle attribue une valeur numérique à différentes caractéristiques institutionnelles de l’autoritarisme et de la démocratie, ce qui lui permet de construire deux indices composites (AUTOC et DEMOC). Ces derniers sont élaborés à l’aide de six indicateurs qui mesurent l’ouverture et la compétitivité du processus de recrutement des membres de l’exécutif, les contraintes auxquelles est soumise l’autorité gouvernementale et la compétitivité de la participation politique. Les régimes sont ensuite classés sur une échelle de-10 (monarchie héréditaire) à + 10 (démocratie consolidée), en soustrayant la valeur de l’indice AUTOC de celle de l’indice DEMOC. Cependant, d’autres variables, telles que la durabilité, la stabilité, l’interruption et la transition du régime sont également considérées, de telle sorte que l’indice Polity ne mesure pas uniquement les caractéristiques autoritaires ou démocratiques des régimes politiques. Dans l’ensemble, ces recherches concluent que l’impact politique des IME prises en compte, principalement celle des Américains entre 1945 et 1995, a été mitigé, car seule une minorité de régimes politiques (de 23 % à 38 % selon les études) ont vu leur indice Polity augmenté de quelques points, après l’intervention des troupes étrangères. Les recherches, beaucoup moins nombreuses, qui analysent le scénario des IME sélectionnées, sont beaucoup plus optimistes, mais les critères sur lesquels elles se fondent pour mesurer le succès de ces IME sont très flous.

Analyse exploratoire des TID

Comment définir les tentatives d’imposition de la démocratie ?

14Les TID ne peuvent pas être définies sans tenir compte des théories sur l’origine de la démocratie. Celles-ci, nous l’avons vu, soutiennent qu’une transition de l’autoritarisme à la démocratie (TD) ne peut être initiée sans un affaiblissement ou une crise du régime autoritaire (RA) provoquée par un conflit en son sein même et (ou) avec certains groupes de la société. Cette transition aboutit à l’instauration de la démocratie si les protagonistes décident de s’entendre sur un ensemble de règles et de procédures constitutionnelles leur permettant de résoudre leurs différends par la négociation de compromis. Les TID diffèrent des TD à deux égards. Premièrement, soit le RA est renversé par les FEO, soit celles-ci interviennent pour mettre fin à une guerre civile, dans un contexte où l’État n’existe plus. Deuxièmement, les FEO imposent une nouvelle constitution aux acteurs de l’intérieur qui sont les plus favorables aux valeurs libérales occidentales. Les partis ou groupes hostiles à ces valeurs, comme les communistes, les fascistes ou les intégristes musulmans, sont non seulement exclus de cette entente, mais réprimés ou marginalisés. L’imposition de la constitution signifie qu’elle est dictée unilatéralement par les FEO, comme en Allemagne de l’Ouest et au Japon, ou négociée entre les FEO et les groupes politiques cooptés, comme en Malaisie (1955-1957), à Singapour (1956-1958) et en Bosnie (1995). Les TID constituent donc une catégorie spécifique d’IME : celles lors desquelles les représentants militaires et/ou civils de la ou des puissances occupantes jouent un rôle décisif dans l’élaboration de la constitution fondatrice d’un nouveau régime politique. Comme l’a souligné Stepan (1986, p. 65), lorsque les FEO n’interviennent pas dans le processus de restauration d’une ancienne constitution démocratique ou d’élaboration d’une nouvelle constitution démocratique, comme ce fut le cas dans la plupart des pays ouest-européens, après la défaite et la fin de l’occupation nazie, on ne peut parler d’imposition de la démocratie par des acteurs externes. Ce critère déterminant des TID est totalement ignoré par les études sur les IME. Plusieurs qualifient à tort de « democracy by force » ou de « democracy at the point of bayonets » des interventions lors desquelles les FEO n’ont joué aucun rôle direct et coercitif dans la mise en place d’un nouveau régime politique (Panama, Haïti, Somalie, Grenade, République dominicaine).

15À l’instar de toutes les IME ou de toutes les stratégies non coercitives de promotion de la démocratie, les TID sont toujours motivées par diverses considérations égoïstes de nature économique, stratégique et politique. Mais ce sont les seules interventions par des acteurs externes, dont on peut dire avec certitude qu’un de leurs principaux objectifs était l’instauration de la démocratie.

Comment mesurer le succès ou l’échec des TID ?

16Le premier et principal critère qui permet de mesurer le succès ou l’échec des TID est le degré de correspondance du régime politique établi par les FEO avec la définition consensuelle d’une démocratie moderne ou polyarchique. Notre projet de recherche porte uniquement sur les TID postérieures à 1945 parce qu’il est impossible d’évaluer les TID du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle à l’aide de cette définition. Il faut donc vérifier dans quelle mesure la constitution imposée – et la façon dont elle a été appliquée en pratique – favorise « la tenue d’élections périodiques, libres et honnêtes, qui permettent à tous les citoyens adultes de choisir les principaux décideurs politiques, et aux partis de compétitionner pour l’obtention de leurs suffrages, grâce au respect effectif des libertés d’expression et d’association ».

17Une telle vérification exige nécessairement d’analyser le texte et la mise en œuvre des constitutions imposées par les FEO à l’aide des documents juridiques et des sources secondaires pertinentes. L’indice Polity peut difficilement être utilisé, car il est basé sur des critères relativement différents de ceux auxquels réfère la définition d’une démocratie polyarchique. Par contre, les rapports de Freedom House sur la liberté dans le monde et ceux de la Commission européenne sur l’avancement des réformes politiques dans les pays candidats peuvent être très utiles pour l’évaluation des TID postérieures à 1978 ou 1990. La tâche peut sembler herculéenne à première vue. Mais il n’en est rien. Plus nous progressons dans notre recherche, plus nous estimons que le nombre des TID postérieures à 1945 est de 12 à 15 tout au plus.

18Une fois cette vérification faite, on peut classifier les régimes établis par les FEO en s’inspirant des typologies de régimes politiques construites en fonction de l’idéal-type d’une démocratie polyarchique. On considérera comme un succès une TID qui aura donné naissance à un régime qui va au-delà de cette définition (démocratie libérale) ou qui la respecte pleinement (démocratie électorale) ; comme un demi-succès, une TID qui aura conduit à l’établissement d’un régime partiellement conforme à cette définition (régime hybride ou semi-démocratie) ; comme un échec une TID qui se sera soldée par le maintien d’un régime qui viole largement ou complètement cette définition (régime autoritaire).

19Les deux autres critères à considérer sont la longévité et la stabilité des démocraties libérales, des démocraties électorales et des semi-démocraties instaurées par les FEO. Leur durée est un indicateur significatif mais non suffisant. Il faut également vérifier si ces régimes ont été en mesure d’éviter ou de surmonter la crise ou la paralysie de leurs institutions et une dérive autoritaire de ces dernières, sans une nouvelle intervention des FEO, qui dans la plupart des pays concernés ont conservé des bases militaires pendant plusieurs années, sinon jusqu’à maintenant.

20Les cas étudiés jusqu’à présent démontrent que les TID des Britanniques à Ceylan (1948), en Malaisie (1948) et à Singapour (1955) ont été des échecs. Les régimes semi-autonomes et semi-autoritaires instaurés par les autorités coloniales ont été vivement contestés par les forces politiques intérieures et leur longévité a été très brève. Par contre, les TID des Alliés en Allemagne de l’Ouest et au Japon ont été des succès. Les institutions démocratiques imposées par les occupants ont acquis au fil du temps une forte légitimité au sein des partis et de la population, ce qui a contribué à leur stabilité et à leur consolidation. Les TID des Britanniques en Malaisie (1955-1957) et à Singapour (1956-1958) ont, elles, été des succès relatifs, parce qu’elles ont conduit à l’établissement de régimes semi-démocratiques stables et durables. Enfin, la TID de l’OTAN, de l’UE et de l’ONU en Bosnie a été un demi-succès, ou un demi-échec, parce qu’elle a conduit à l’instauration d’un régime semi-démocratique instable, dysfonctionnel et fragile, en raison de la persistance des animosités entre ethnies croates, bosniaques et serbes.

Comment expliquer les résultats des TID ?

21Au stade actuel de notre recherche, nous ne pouvons répondre à cette question que par des hypothèses inspirées des onze cas étudiés jusqu’à maintenant. Ceux-ci suggèrent que la longévité et la stabilité des régimes politiques issus des TID dépendent principalement de la nature de la constitution imposée par les FEO et de l’attitude des acteurs nationaux à son égard. Seules les constitutions qui reconnaissent une pleine souveraineté au pays et qui respectent largement les règles de la démocratie sont acceptées.

22Cela étant dit, ce n’est pas l’attachement des élites aux valeurs démocratiques qui explique leur adhésion à ces constitutions. En Allemagne et au Japon, après la défaite et quinze ans de fascisme, la culture politique était caractérisée par la résignation et l’apathie, et non par la reconnaissance de la supériorité des valeurs libérales occidentales. En Malaisie et à Singapour, la principale préoccupation des élites n’était pas la démocratie, mais l’accession à l’indépendance et la reconnaissance des droits de la majorité malaise, dans le premier cas, ou l’établissement d’un régime socialiste modéré, dans le second cas. En Bosnie, au sortir d’une guerre civile meurtrière, les différentes ethnies souhaitaient avant tout une protection de leur sécurité, de leurs territoires et de leurs droits. C’est plutôt la capacité des constitutions imposées par les FEO de refléter les préoccupations et les demandes des différentes élites qui expliquent l’adhésion à ces dernières. La légitimation de la Loi fondamentale allemande de 1949 est largement due au fait qu’elle établissait un régime fédéral, conformément au désir de tous les partis politiques. Celle de la constitution japonaise de 1946 est due au fait qu’elle établissait un régime de monarchie constitutionnelle qui préservait l’institution impériale, un principe sacré pour la majorité de la classe politique. La légitimité de la constitution malaise de 1957 découle du fait qu’elle a établi un système de partage du pouvoir politique et économique au prorata de l’importance démographique des Malais, des Chinois et des Indiens. La faible légitimité de la constitution de la Bosnie-Herzégovine, issue des accords de Dayton (1995), est liée au fait qu’elle ne satisfait pas les revendications des trois principaux groupes ethniques. La comparaison de ces différents cas démontre qu’un autre facteur important détermine la légitimation des constitutions imposées par les FEO : le degré de cohésion nationale de chaque société, soit l’existence parmi les élites d’un sentiment commun d’appartenance nationale. La Bosnie-Herzégovine est le seul de nos cas où ce sentiment n’existait pas. Selon Rustow, ce facteur est une condition préalable à toute TD réussie. Il semble qu’il soit tout aussi important dans le cas des TID.

*

23Si les hypothèses avancées pour expliquer le résultat des TID restent à vérifier, plusieurs constats indiscutables se dégagent de notre recherche. Depuis 1945, le nombre des TID a été beaucoup plus limité que celui des TD. Nous en avons recensé 14, et il est fort douteux que plus de cinq cas s’ajoutent à cette liste d’ici la fin de notre investigation. La très grande majorité (11 sur 14) ont eu lieu entre 1945 et 1958, concurremment aux débuts de la guerre froide et au mouvement de décolonisation. Les trois autres TID sont intervenues après 1995, dans le contexte de la suprématie triomphante des États-Unis, après l’effondrement de l’empire soviétique. Le bilan des TID est mitigé. Quatre d’entre elles seulement ont été des succès : les démocraties durables instaurées par les Alliés en Allemagne de l’Ouest, en Autriche, au Japon et en Italie. Quatre encore se sont soldées par des demi-succès, ou des demi-échecs : celles des Britanniques, en Malaisie et à Singapour, entre 1955 et 1958, ont conduit à l’établissement de régimes semi-démocratiques très stables ; celles des Américains aux Philippines (1945) et des Américains appuyés par l’OTAN, l’UE et l’ONU en Bosnie (1995), ont abouti à la mise en place de régimes semi-démocratiques instables et dysfonctionnels. Les six autres TID ont été des échecs avérés (les Britanniques en Birmanie, au Ceylan, en Malaisie et à Singapour entre 1945 et 1955) ou semblent a priori avoir été des échecs, l’analyse de ces cas demeurant à faire (les Américains et leurs alliés en Afghanistan et en Irak). Ces constats tendent à corroborer la présomption de Schmitter et Stepan selon laquelle les tentatives réussies d’imposition de la démocratie par des FEO ont été des cas d’exception, circonscrits à la période immédiate de l’après-guerre. Même si on tient compte des TID qui ont été des demi-succès, leur nombre n’est pas suffisant pour remettre en cause la théorie consensuelle du changement politique selon laquelle la démocratie est « l’affaire intérieure par excellence ».

Bibliographie

Pour aller plus loin

Huntington, Samuel, The Third Wave. Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, University of Oklahoma Press, 1991.

Schmitter, Philippe, « The Influence of the International Context upon the Choice of National Institutions and Policies in New Democracies », dans Whitehead, L. (dir.), The International Dimensions of Democracy, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 26-55.

Stepan, Alfred, « Paths Toward Redemocratization : Theoretical and Comparative Considerations » dans O’Donnell, G., P. Schmitter et L. Whitehead (dir.), Transitions from Authoritarian Rule. Comparative Perspectives, Baltimore, John Hopkins University Press, 1986, p. 64-85.

Notes

1 « Tout changement de régime tend à être une affaire interne ; la démocratie est l’affaire interne par excellence. » (Nous traduisons.)

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540