Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

2. Comment sommes-nous représentés ?

Le monde se divise-t-il entre la « gauche » et la « droite » ?

Jean-Philippe Thérien

Texte intégral

1La mondialisation est certainement l’un des sujets aujourd’hui les plus débattus en sciences sociales. Dans le domaine des relations internationales, ce thème a inspiré une foule d’études innovatrices traitant d’enjeux aussi différents que la sécurité, l’économie, l’environnement et la santé. D’un point de vue plus abstrait, le processus de mondialisation a aussi contribué à remettre en question la séparation classique entre le « national » et l’« international ». Traditionnellement, il convient de le rappeler, la science politique a opposé la politique intérieure, dont on disait qu’elle était ordonnée et régulée par le droit, et la politique internationale, supposément anarchique et dominée par des rapports de force. Depuis que la mondialisation a rendu cette distinction caduque, plusieurs spécialistes appellent à une meilleure intégration des théories de la politique nationale et de la politique internationale. Le problème demeure toutefois : comment faire pour atteindre un tel objectif ?

2Ce chapitre propose une piste de solution. Il avance l’idée que la politique nationale et la politique internationale se rejoignent dans le fait que ces deux sphères de l’action publique sont structurées par le même clivage fondamental entre gauche et droite. Il ne s’agit évidemment pas de nier ici qu’il existe toutes sortes de différences entre le national et l’international, mais plutôt de démontrer que la distinction gauchedroite permet d’établir un pont entre ces deux univers et qu’elle offre une grille d’analyse féconde pour comprendre la dimension politique de la mondialisation.

Le clivage gauche-droite

3Constatant que les identités et les intérêts des acteurs sociaux se définissent à travers le langage, les constructivistes ont montré comment la politique est largement une affaire de discours et de débats. Or, au rayon des débats politiques, celui qui oppose la gauche et la droite est sans doute le plus tenace et le plus fondamental de tous.

4Les notions de gauche et de droite sont difficiles à définir et ce chapitre ne peut aborder tous les problèmes posés par la formulation d’une telle définition. On peut cependant reprendre ici la conception des choses proposée par le philosophe italien Norberto Bobbio et qui reste la plus courante. Le fond de l’affaire, selon Bobbio, c’est que la gauche attache plus d’importance que la droite à l’égalité. Cette position ne doit pas être caricaturée de façon à laisser croire que la gauche serait « pour » l’égalité alors que la droite serait « contre ». Plus subtilement, l’idée est que les uns et les autres n’y accordent pas la même attention. À droite, les conservateurs estiment que l’égalité des chances suffit à assurer le bien-être collectif. Plus exigeante, la gauche croit pour sa part que l’égalité des chances doit s’accompagner d’une égalité de résultats.

5Depuis la Révolution française, là où les termes mêmes ont été inventés, la division gauche-droite a marqué toutes les grandes luttes sociales, notamment celles concernant le droit de vote, le développement des partis politiques, la montée des syndicats, la construction de l’État-providence et l’émergence du mouvement féministe. D’Anthony Downs à Anthony Giddens en passant par René Rémond, plusieurs intellectuels de renom ont d’ailleurs souligné le caractère central de l’opposition gauche-droite. La raison est simple : ce clivage offre un raccourci analytique à nul autre comparable pour saisir l’attitude des citoyens face à une foule d’enjeux politiques.

6Il est vrai qu’en tant que catégories d’origine occidentale, les termes « gauche » et « droite » sont plus enracinés dans les pays développés que dans les pays en développement. Pourtant, on doit noter que dans des pays aussi différents que l’Afrique du Sud, le Chili ou l’Inde, le clivage gauche-droite est solidement établi. En fait, des sondages réalisés sur les cinq continents incitent à penser que la division entre conservateurs et progressistes est un sous-produit de la démocratie. Au fur et à mesure que la démocratie s’impose comme le seul régime politique légitime, le clivage gauche-droite tend à s’universaliser.

7La distinction gauche-droite ne constitue bien sûr qu’une métaphore puisque, dans le monde réel, les opinions politiques s’expriment davantage sous la forme d’un spectre que sous la forme d’une dichotomie. De plus, la signification de « gauche » et « droite » varie à travers le temps et l’espace. Il est tout de même remarquable de constater qu’en dépit de toutes les imprécisions qui l’entourent, l’opposition gauche-droite demeure au cœur des discussions qui animent la philosophie politique, la politique comparée et la sociologie politique. Dans ce contexte, la quasi-absence des notions de gauche et de droite du champ des relations internationales a de quoi étonner. Après tout, les thèmes de l’égalité et de la justice sociale qui définissent le clivage gauche-droite sont également au centre de nombreux enjeux internationaux. Par exemple, peu de gens contesteront l’idée que la gauche et la droite ont interprété les conflits Est-Ouest et Nord-Sud des dernières décennies de façon fort différente. Il est sans doute temps que ce constat anecdotique donne lieu à une réflexion plus systématique. En se penchant sur trois aspects majeurs de la mondialisation, le reste de ce chapitre propose d’aller dans cette direction.

La promotion du développement

8Depuis plus de cinquante ans, la question du développement international n’a cessé d’être traversée par des tensions gauche-droite. S’il est vrai que le débat s’est atténué depuis l’écroulement du communisme, il demeure encore aujourd’hui bien vivant. Ainsi, l’approche libérale des institutions de Bretton Woods (Fonds monétaire international, Banque mondiale et Organisation mondiale du commerce) et du milieu des affaires continue de se distinguer de l’approche social-démocrate généralement adoptée par l’ONU et la communauté des ONG.

9Le clivage gauche-droite se répercute notamment dans l’analyse qui est faite de l’impact de la mondialisation économique. De façon générale, la droite estime que l’intégration des marchés et l’expansion des échanges offrent les moyens les plus efficaces pour accélérer le développement et améliorer le sort des populations les plus démunies. Le commerce, entend-on fréquemment, « c’est bon pour la croissance » et la croissance, « c’est bon pour les pauvres ». Pour justifier pareilles positions, il est souvent dit que c’est grâce à leur politique d’ouverture si des économies émergentes comme la Chine et l’Inde ont réussi à réduire leur niveau de pauvreté de façon aussi spectaculaire depuis le début des années 1980.

10De son côté, la gauche voit la dynamique du développement sous un jour très différent. Même si elle reconnaît que la mondialisation a contribué à enrichir certaines sociétés et certains individus, elle insiste surtout sur l’idée que les bénéfices du processus sont très mal partagés. Le discours progressiste dénonce le fait qu’en donnant trop d’importance aux marchés, les politiques du FMI et de l’OMC ont entraîné des coûts sociaux démesurés dans plusieurs pays pauvres. Pour la gauche, la montée des inégalités – entre les pays et à l’intérieur de nombreux pays – est la meilleure illustration des ratés d’une mondialisation ancrée dans le capitalisme.

11Au-delà de leur interprétation divergente de l’histoire récente du développement, conservateurs et progressistes s’opposent aussi dans leurs prescriptions politiques. Mettant l’accent sur la marge de manœuvre dont disposent les gouvernements du tiers monde, la droite affirme que les pays en développement devraient commencer par faire le ménage chez eux. Dans cette optique, les pays du Sud sont pressés d’entreprendre des réformes ayant pour objectif la bonne gouvernance, la lutte à la corruption, l’équilibre budgétaire et le soutien au secteur privé. Par comparaison, les changements souhaités par la droite au niveau international demeurent très modestes et se limitent essentiellement à des opérations de fine-tuning.

12Pour sa part, la gauche estime que les obstacles au développement des pays pauvres proviennent surtout des politiques des pays riches. À ce titre, elle insiste depuis longtemps pour que les gouvernements du Nord respectent leurs vieilles promesses en matière d’aide étrangère. Plus largement, l’ONU et les ONG jugent que l’architecture internationale du développement manque de légitimité. À l’unisson, elles exigent que le respect des droits humains s’ajoute aux objectifs poursuivis par les grandes organisations économiques internationales. La gauche propose également d’ambitieuses innovations institutionnelles comme le lancement d’un plan Marshall pour le tiers monde, la mise en place d’un système de taxation mondial et la création d’un Conseil de sécurité économique. À ce jour, toutes ces idées ont reçu un accueil au mieux réservé dans les milieux conservateurs.

13La gauche et la droite s’accordent pour dire que la division Nord-Sud a été bouleversée par deux décennies de mondialisation. Leur analyse est toutefois profondément différente. La droite défend une interprétation des choses qui reste inspirée par la théorie de la modernisation et sa conception étapiste de l’histoire. Cette manière de voir suggère que le sous-développement n’est pas une fatalité et que les États qui prennent les bonnes décisions peuvent accéder à la prospérité. De son côté, choquée par le fait que 80 % des richesses sont contrôlées par 15 % de la population mondiale, la gauche est nettement plus contestataire et plus impatiente. Elle soutient que le fossé qui sépare les riches des pauvres est inacceptable et requiert une action collective d’urgence. Toutes ces divergences montrent bien qu’en somme, la distinction gauche-droite façonne la plupart des discussions sur le développement.

La lutte contre le terrorisme

14Depuis le 11 septembre 2001, le terrorisme est devenu une préoccupation dominante dans les affaires mondiales. Or, au sein des élites comme dans l’opinion publique, le débat sur cette question s’est largement construit autour du clivage entre conservateurs et progressistes. Comme au temps de la guerre froide, la lutte au terrorisme oppose un peu partout des faucons, qui se distinguent par leur ligne dure, et des colombes, qui se caractérisent par leur volonté de compromis.

15À droite, le terrorisme est dépeint comme un problème de sécurité menaçant les valeurs et le style de vie de l’ensemble des pays civilisés. Rejetant l’idée que les gouvernements des pays riches puissent être responsables – même indirectement – du phénomène terroriste, les conservateurs en ont plutôt attribué la cause à des individus fanatiques ou à des États-voyous. La ligne dure de la droite ne s’est nulle part mieux exprimée que dans la politique étrangère des États-Unis. Convaincue que l’élimination des menaces terroristes à l’étranger est essentielle à la sécurité nationale, l’administration Bush a fait de la guerre au terrorisme la pierre angulaire de ses relations extérieures. Cet objectif a notamment servi à légitimer l’intervention militaire en Afghanistan en 2001 et le déclenchement de la guerre en Irak en 2003. De façon prévisible, le gouvernement américain a cherché à présenter la lutte au terrorisme comme étant au-dessus des clivages idéologiques traditionnels. Il importe pourtant de noter que parmi les démocraties occidentales, ce sont les gouvernements de droite qui ont été les plus nombreux à appuyer la politique des États-Unis.

16Dans l’arène de la politique intérieure, les forces conservatrices ont réagi au terrorisme en exigeant un resserrement sans précédent des mesures sécuritaires. En maints endroits, l’influence de la droite s’est manifestée à travers l’adoption de nouvelles lois visant à donner plus de flexibilité à la police et aux tribunaux dans la traque aux terroristes. Estimant que l’État de droit lui-même était mis en danger par la menace terroriste, la droite a souvent fait valoir que la légitimité des mesures prises devait être évaluée à l’aune de leur efficacité plutôt qu’en fonction de principes juridiques abstraits.

17À l’autre bout du spectre politique, la gauche affirme d’entrée de jeu que l’ampleur du terrorisme est grandement exagérée. Elle soutient en outre que le terrorisme ne saurait être réduit à un problème de sécurité pouvant être résolu par une approche militaire. Les progressistes sont convaincus que l’utilisation de la force armée fait le jeu des extrémistes et attise la haine de l’Occident. Leur discours insiste donc pour que la lutte au terrorisme prenne mieux en compte les causes économiques et sociales du phénomène, qu’elle fasse davantage de place à l’action diplomatique et qu’elle respecte mieux les normes du droit humanitaire international. Après avoir accordé un appui circonstancié à l’intervention militaire en Afghanistan, la gauche a toujours mis en doute l’implication du gouvernement irakien dans le terrorisme international. Dès son déclenchement, l’opération irakienne a du reste été dénoncée comme étant une violation illégale de la Charte des Nations Unies puisqu’elle n’avait pas reçu l’appui du Conseil de sécurité. Avec les années, l’opposition de la gauche à la guerre en Irak n’a fait que s’intensifier.

18Sur le plan intérieur, les groupes de gauche se sont battus pour que la lutte au terrorisme soit menée dans le respect des libertés civiles. De leur point de vue, agir autrement entraînerait les régimes démocratiques sur la voie de l’autoritarisme. La gauche a ainsi sévèrement critiqué le manque d’imputabilité des autorités antiterroristes et le rôle croissant du pouvoir militaire dans la vie politique. Par ailleurs, la gauche a souvent souligné le fait que la lutte au terrorisme avait engendré l’émergence de sentiments xénophobes contraires aux valeurs démocratiques les plus fondamentales. Comme on le voit, le débat sur le terrorisme international oppose en permanence les valeurs de l’ordre et de la justice. À ce titre, il s’inscrit parfaitement bien à l’intérieur des paramètres classiques du clivage gauche-droite.

La protection de l’environnement

19Alors que l’attention médiatique qu’elle reçoit ne cesse d’augmenter, on dit parfois que la question environnementale transcende les divisions idéologiques traditionnelles et qu’un large consensus s’est désormais établi en faveur du développement durable. Pourtant, cette vision des choses n’est guère convaincante. Au-delà des alliances surprenantes auxquelles il a parfois donné lieu, l’environnement ne s’est jamais affranchi du conflit gauche-droite. Notons d’emblée que les partis verts, qui ont transformé le paysage politique dans plusieurs pays depuis vingt ans, ont une origine dans le mouvement progressiste. D’autre part, comme on le verra ci-après, un examen des débats en cours montre sans équivoque que la gauche et la droite abordent l’environnement de façon contrastée.

20La droite juge que les analyses des environnementalistes sont souvent trop alarmistes. Jusqu’à récemment, par exemple, de nombreux observateurs remettaient en question l’existence même du réchauffement climatique. Les mêmes personnes ont généralement tendance à faire confiance au potentiel de la technologie pour résoudre les problèmes que pourraient poser dans l’avenir la dégradation des écosystèmes et l’épuisement des ressources. Arguant par ailleurs que la protection de l’environnement est l’affaire de tous les États et qu’il faut lutter contre la concurrence déloyale, la droite exige des politiques environnementales plus strictes de la part des pays en développement. Après tout, soulignent les conservateurs, des pays comme la Chine et l’Inde comptent parmi les plus gros pollueurs au monde alors que ce sont les gouvernements et les entreprises des pays développés qui investissent le plus pour mettre au point des technologies propres.

21Tant à l’échelle globale que nationale, les politiciens de droite font valoir que la protection de l’environnement ne doit pas compromettre l’objectif de la croissance économique. Le président George W. Bush a ainsi dénoncé le protocole de Kyoto en disant que ce traité allait détruire l’économie américaine. En outre, dans le programme d’action qu’elle met de l’avant, la droite a systématiquement tendance à préférer les mesures volontaires plutôt que les mesures coercitives pour faire face aux défis environnementaux. La droite est enfin plus méfiante à l’égard de l’intervention des institutions internationales dans le domaine de l’environnement. Tout naturellement, elle se montre donc peu enthousiaste vis-à-vis de la création d’une Organisation mondiale de l’environnement ou d’un Conseil de sécurité environnemental.

22Les verts et la gauche en général estiment pour leur part que la protection de l’environnement représente une urgence absolue pour l’avenir de l’humanité. Tournée vers un horizon à long terme, leur approche insiste sur l’idée que la génération d’aujourd’hui a des responsabilités environnementales envers les générations futures. En plus d’être plus critiques vis-à-vis du modèle de développement axé sur la croissance, les environnementalistes expliquent que la détérioration de l’environnement a une incidence directe sur l’occurrence de la pauvreté, des conflits et des migrations. Cette vision holistique interpelle tout particulièrement les pays développés qui sont les plus gros consommateurs d’énergie et de ressources per capita. Environnementalistes et progressistes s’entendent pour conclure que les ressources disponibles ne permettent tout simplement pas d’universaliser le style de vie des populations du Nord.

23Dans les solutions qu’elle promeut pour favoriser la protection de l’environnement, la gauche affirme qu’un renforcement des normes nationales et internationales est nécessaire. À cet égard, les groupes environnementaux font beaucoup plus confiance aux mesures préventives et aux sanctions qu’aux méthodes volontaires. Les verts estiment enfin que la crise environnementale actuelle ne pourra être résolue sans un apport massif de capitaux publics. Ils réclament ainsi la mise en place de nouvelles taxes qui pourraient, par exemple, être prélevées sur l’utilisation d’énergies non renouvelables comme le pétrole. Tout ceci concourt à démontrer qu’au-delà de ses apparences techniques, la question de l’environnement reste profondément marquée par la division gauche-droite.

*

24L’opposition gauche-droite est reconnue comme la base idéologique de la dynamique partisane et de la politique intérieure. Mais loin de s’arrêter aux frontières de l’État, cette opposition imprègne aussi fortement les enjeux internationaux. Le phénomène n’a en fait rien de surprenant. Conservateurs et progressistes regardent tout simplement le monde extérieur avec les mêmes yeux que ceux avec lesquels ils regardent leur entourage immédiat. De la même façon que le conflit gauche-droite s’est imposé comme la matrice des débats politiques intérieurs, il tend ainsi à modeler les débats à portée globale. En tout cas, aucun autre clivage social ne paraît être porteur d’une force explicative aussi grande pour rendre compte des divergences d’attitudes face à l’international. En somme, la distinction gauche-droite structure puissamment le processus – peu étudié – de la mondialisation des idéologies. C’est en vertu de cette propriété qu’elle pourrait représenter le chaînon manquant entre le champ de la politique comparée et celui des relations internationales.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Bobbio, Norberto, Droite et Gauche. Essai sur une distinction politique, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

Noël, Alain et Jean-Philippe Thérien, Left and Right in Global Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540