Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

2. Comment sommes-nous représentés ?

L’économie inspire-t-elle le vote ?

Richard Nadeau

Texte intégral

1Plusieurs chercheurs croient que la situation économique est un facteur explicatif fondamental du comportement des électeurs et du résultat des élections. Même s’il y a des voix discordantes à ce sujet, l’effet maintes fois documenté de l’économie sur le vote paraît constituer un des rares consensus dans le champ des études électorales. Cela dit, plusieurs interrogations subsistent à propos des modalités de ce que l’on appelle le vote économique. Les perceptions comptent-elles davantage que la réalité économique objective ? Parmi ces perceptions, lesquelles jouent davantage ? Est-ce l’évaluation de la performance économique d’un gouvernement sortant ou les attentes à propos des effets à venir des politiques des partis en lice lors d’une élection ? Lorsqu’il évalue la performance économique d’un gouvernement, est-ce que l’électeur attache plus de poids à sa propre situation financière ou à la situation économique d’ensemble ? Y a-t-il des circonstances où les électeurs transposent plus directement leurs évaluations économiques dans leurs votes, en punissant les gouvernements lors d’une récession ou en les récompensant par leur appui en périodes de prospérité, et des moments ou des circonstances où d’autres facteurs prennent le pas sur l’économie comme facteur déterminant des résultats électoraux ? Ces questions, parmi d’autres, montrent la diversité et la richesse des travaux sur un aspect fondamental de la recherche en science politique : l’étude du lien entre l’économie et la politique.

Qu’est-ce qui compte ?

2Les premiers travaux visant à mesurer l’impact de l’économie sur le vote ont cherché à établir un lien entre les principaux indicateurs économiques objectifs (les taux de chômage, d’inflation et de croissance économique par exemple) et les résultats électoraux à travers le temps. La conclusion d’ensemble de ce type d’études, qui a été le plus courant jusqu’au milieu des années 1980, est qu’il existe un lien significatif entre la performance de l’économie au cours de l’année qui précède une élection et l’appui reçu par le gouvernement sortant.

3Les chercheurs se sont ensuite demandé si les perceptions à propos de l’économie ne jouaient pas un rôle plus décisif que la performance objective de l’économie elle-même dans le choix des électeurs. Un bon bilan économique mal présenté et mal défendu pourrait ne pas produire les fruits escomptés. Inversement, un gouvernement pourrait éviter en partie le blâme des électeurs quand la conjoncture est mauvaise en parvenant à les convaincre qu’il n’est pas responsable de la situation, plutôt attribuable, par exemple, à des facteurs internationaux (comme les chocs pétroliers durant les années 1970).

4Depuis le début des années 1980, les grandes enquêtes électorales ont cherché, aux États-Unis d’abord, puis dans d’autres pays, comme le Canada et la Grande-Bretagne, à mesurer les diverses perceptions économiques. Deux découvertes se dégagent de ces études. La première est que les perceptions économiques sont en partie colorées par les préférences des électeurs : un partisan aura davantage tendance à évaluer positivement l’économie quand son parti préféré est au pouvoir. L’existence de cet effet de projection requiert l’adoption de certaines précautions pour dégager dans les perceptions économiques ce qui relève des préférences partisanes et de l’observation de l’économie. (Si un électeur libéral, par exemple, se dit satisfait de la performance de l’économie et vote pour ce parti, il y a de fortes chances que la relation observée entre les perceptions économiques et le vote soit « fallacieuse », c’est-à-dire qu’elle soit attribuable au facteur extérieur que constituent les préférences partisanes de l’électeur. Si on ne tient pas compte de cet effet de projection, la relation entre l’économie et le vote sera artificiellement gonflée par la variable partisane.) Deux conclusions se dégagent de cet exercice. La première est que les électeurs sont de bons observateurs de la scène économique. Leurs perceptions collent en général d’assez près à l’évolution de la conjoncture économique. La seconde est que les perceptions économiques comptent de façon significative dans le choix des électeurs, même quand on expurge celles-ci de la composante partisane qui pourrait gonfler artificiellement le lien entre les évaluations économiques et le vote.

5L’autre découverte des chercheurs porte sur la nature même des perceptions économiques. Celles-ci montrent en fait que l’électeur porte son regard sur des réalités différentes lorsqu’il tente d’évaluer la situation économique. L’électeur peut d’abord se tourner vers le passé ou regarder vers l’avenir. Dans le premier cas, son évaluation est dite rétrospective, c’est-à-dire qu’elle porte sur le bilan économique du gouvernement en place. Dans le second cas, l’évaluation est dite prospective, c’est-à-dire qu’elle se concentre sur l’estimation des retombées à venir des politiques économiques proposées par les partis en compétition. Lors de l’élection fédérale de 1974 par exemple, l’enjeu économique dominant était l’inflation, très élevée en raison des répercussions du premier choc pétrolier. Le Parti libéral au pouvoir tentait d’échapper à la critique en arguant que les sources de l’inflation au Canada étaient internationales. Le Parti conservateur, dirigé par Robert Stanfield, aurait pu se contenter de critiquer le bilan du gouvernement. Il a plutôt choisi de faire la promotion d’une mesure radicale pour mater l’inflation, soit le contrôle des prix et des salaires, une politique à laquelle s’opposait le Parti libéral. Compte tenu de l’intensité du débat sur cette mesure, l’attention des électeurs s’est portée davantage sur les conséquences à venir des politiques économiques des principaux partis plutôt que sur la performance passée du gouvernement en place.

6Par ailleurs, l’électeur, lorsqu’il transpose ses perceptions économiques dans le processus décisionnel qui le mènera à appuyer ou non le parti sortant, peut privilégier sa propre situation ou plutôt donner plus de poids à la performance d’ensemble de l’économie. Dans le premier cas, on parlera d’évaluations « égotropiques », alors que dans le second, on dira qu’elles sont « sociotropiques ».

7Les travaux sur les perceptions économiques ont débouché sur des conclusions intéressantes et, dans certains cas, contraires au sens commun. Le premier de ces résultats, maintes fois confirmé, est que les perceptions sociotropiques ont un impact plus important sur le choix des électeurs que les évaluations égotropiques. La chose peut paraître surprenante à première vue. Beaucoup de modèles en science politique (ou dans d’autres disciplines dont, au premier chef, la science économique) reposent sur le concept de la rationalité individuelle, c’est-à-dire sur l’idée que l’individu dans son comportement recherche d’abord et avant tout son propre bien-être. Comment expliquer dans ce cas que la situation économique d’ensemble, qui pourrait être bonne sans nécessairement profiter à certains, semble exercer plus de poids dans les choix électoraux que la situation financière personnelle ou familiale des électeurs ?

8La réponse à cet apparent paradoxe réside dans le concept de responsabilité. Dans la plupart des démocraties occidentales, et en particulier aux États-Unis, les personnes tendent à s’imputer à elles-mêmes, d’abord et avant tout, l’évolution de leur situation économique. Dans ce contexte, si la situation économique d’un individu s’améliore parce qu’il a complété une formation ou obtenu une promotion, il n’aura pas tendance à récompenser le gouvernement en place, ne l’estimant pas responsable de ce qui lui arrive. Le même raisonnement s’applique la plupart du temps, mais pas toujours, lorsqu’une personne subit un revers de fortune. En fait, les études sur le vote économique ont montré que la situation personnelle d’un individu n’exerçait une influence significative sur ses choix politiques que dans la mesure où il impute directement au gouvernement la responsabilité de ce qui lui arrive. Et comme les citoyens ont en général beaucoup plus tendance à imputer cette responsabilité du gouvernement en ce qui concerne l’économie dans son ensemble, les perceptions à cette échelle ont beaucoup plus d’impact sur les choix électoraux que l’évolution de la situation économique personnelle des électeurs.

9Le fait d’établir que la situation globale de l’économie a plus d’impact sur les choix politiques ne résout pas la question de savoir si les électeurs attachent plus d’importance au bilan économique du gouvernement sortant ou aux retombées économiques anticipées des partis en compétition. Le débat sur ce sujet a fait rage pendant longtemps. Divers points de vue ont prévalu. On a d’abord pensé que les attentes des électeurs étaient plus importantes que le bilan qu’ils faisaient du passé. Le raisonnement est simple : la performance économique d’un parti A au pouvoir peut être mauvaise, mais l’électeur ne lui retirera pas nécessairement son appui s’il pense que la situation serait encore pire advenant l’élection du parti B.

10Cette explication de la domination des évaluations prospectives a été contestée. D’abord par ceux qui ont tenté de démontrer que les deux horizons temporels comptaient dans le choix des électeurs qui, tel Janus, auraient un œil tourné vers le passé et l’autre vers l’avenir. Ensuite, et c’est cette idée qui s’est finalement imposée, d’autres ont soutenu, résultats à l’appui, que l’horizon rétrospectif était plus « réaliste », en ce sens qu’il était plus facile pour un électeur de déterminer si la conjoncture économique, à laquelle il est confronté continuellement, est bonne que de déterminer quels seraient les impacts à venir de politiques économiques complexes. C’est donc la performance économique passée des gouvernements qui compte le plus lors des élections et, en particulier, l’évolution de la conjoncture au cours de la dernière année précédant une élection. Les électeurs seraient donc quelque peu amnésiques, et les gouvernements auraient avantage à adopter les politiques économiques aux conséquences plus négatives en début de mandat.

11Mes propres travaux vont en ce sens, mais en ajoutant deux nuances. La première est que l’horizon rétrospectif et le bilan passé d’un gouvernement exercent plus de poids après un premier mandat qu’après un second, et, seconde nuance, lorsque aucun des principaux candidats en lice n’est un candidat sortant. En d’autres termes, s’agissant de l’économie comme des autres facteurs de court terme pesant sur les choix électoraux, le mode décisionnel des électeurs varierait selon les circonstances. Après un mandat et en présence de candidats sortants, l’évaluation des électeurs est plutôt rétrospective. Après plus d’un mandat et en l’absence de candidats sortants, l’évaluation devient plutôt comparative et prospective. L’effet de l’économie n’est donc pas constant à travers le temps et change selon le contexte.

Quand cela compte-t-il ?

12L’impact de l’économie sur les choix électoraux varie dans le temps ainsi que dans l’espace. La modélisation de cette variation pose de réels défis, et de nombreux efforts ont été consacrés, avec l’emploi de techniques sophistiquées, pour tenter d’expliquer cette instabilité de la relation entre l’économie et les élections d’un pays à l’autre, et d’une élection à l’autre dans un même pays.

13Une première constatation est que l’économie compte davantage dans certains pays. Pourquoi ? La meilleure explication à ce jour est celle qui invoque des facteurs institutionnels et notamment le mode de scrutin.

14Dans les pays utilisant un mode de scrutin comme le nôtre, où le nombre de députés élus ne correspond pas au décompte des voix reçues par les partis, et où le parti gagnant est surreprésenté dans les parlements, les gouvernements sont régulièrement majoritaires et homogènes, c’est-àdire formés par un seul parti politique. Il est alors facile pour les électeurs d’imputer la responsabilité de la situation économique au parti qui forme seul le gouvernement. La chose devient plus difficile avec un mode de scrutin proportionnel, lorsque le gouvernement est formé d’une coalition de plusieurs partis. La responsabilité est alors diluée entre plusieurs partenaires qui exercent une influence plus ou moins grande sur la conduite du gouvernement. Il semble que le mode de scrutin pluralitaire, malgré les distorsions qu’il entraîne dans la représentation parlementaire des partis en lice, présente l’avantage d’une plus grande clarté en ce qui a trait à la responsabilité du gouvernement dans l’évolution de la conjoncture économique.

15La notion d’imputabilité est donc fort importante pour expliquer l’ampleur plus ou moins élevée du vote économique d’un pays à l’autre. Elle explique pourquoi le vote économique est plus marqué avec un mode de scrutin pluralitaire que proportionnel. Ce même concept peut aussi servir à expliquer pourquoi l’impact du vote économique diffère d’un type d’élection à l’autre dans un même pays. Dans les régimes présidentiels par exemple, comme aux États-Unis, les électeurs attribuent une plus grande part de responsabilité pour la tenue de l’économie au président qu’aux membres du Congrès. Il n’est pas surprenant dans ce contexte de constater que l’effet de l’économie sur le vote est plus élevé dans ce pays pour les élections présidentielles que pour les élections législatives.

16Un phénomène similaire s’observe dans les régimes, comme les systèmes fédéraux, où la responsabilité gouvernementale s’exerce à travers plusieurs paliers de gouvernement. Les électeurs tendent alors généralement à imputer la responsabilité de l’économie au gouvernement central plutôt qu’aux gouvernements locaux. Conséquemment, plusieurs études ont démontré que l’économie est un critère plus important dans les élections nationales (ou fédérales) que lors des élections locales. La même logique prévaut pour les élections au Parlement européen. Les électeurs sont peu enclins à attribuer à ce parlement la responsabilité de la situation économique dans leur pays et donc peu portés à se servir de ce critère pour voter lors des élections à l’échelle de l’Europe.

17L’effet de l’économie sur le vote varie donc de manière significative en fonction du contexte institutionnel d’un pays. Mais il varie aussi d’une élection à l’autre dans un même pays en fonction du contexte politique dans lequel se déroule une élection. Il arrive dans certains cas que d’autres enjeux prennent le pas sur l’économie, qu’on pense au scandale des commandites durant les élections fédérales de 2006 au Canada ou à la guerre en Irak lors des élections présidentielles de 2004 aux États-Unis. Des études récentes montrent que la stratégie électorale déployée par les partis peut également avoir une influence sur la force du vote économique. Lors de l’élection de 2000 aux États-Unis, le vice-président sortant Al Gore aurait peu cherché à capitaliser sur la bonne performance de l’économie américaine durant les années Clinton. L’influence de l’économie sur le vote, qui aurait favorisé le candidat démocrate lors de cette élection, n’a pas été aussi importante qu’elle aurait pu l’être, et cela a vraisemblablement coûté la victoire au futur prix Nobel de la paix.

18L’impact de la conjoncture économique sur les élections est plus grand là où les électeurs attribuent une responsabilité plus importante aux gouvernements en place. Cela semble être particulièrement vrai pour les gouvernements nationaux, homogènes et dirigés par un chef sortant. L’insistance plus ou moins prononcée des partis sur cet enjeu joue également un rôle, de même que les autres questions qui retiennent l’attention des électeurs au moment d’une élection. En bref, la variation du vote économique dans le temps et dans l’espace s’explique en bonne partie, mais reste difficile à prévoir et à modéliser.

L’économie compte-t-elle pour beaucoup ?

19Pour répondre à cette question, il faut distinguer entre différentes catégories de facteurs susceptibles d’influer sur le résultat d’une élection. On peut opposer à cet égard les facteurs lourds, dits de long terme, qui ancrent un bon nombre d’électeurs dans une grande loyauté envers un parti. L’attachement à un parti (démocrate ou républicain aux États-Unis, à une orientation idéologique (droite ou gauche en France) ou le positionnement sur un enjeu fondamental (le fédéralisme ou la souveraineté au Québec) constituent des facteurs décisifs qui conditionnent de façon importante le vote de très nombreux électeurs. Mais on note depuis quelques décennies l’influence grandissante des facteurs de court terme, propres à une élection en particulier. Parmi ces facteurs, on distingue la variable chef de parti et les enjeux. Ceux-ci changent d’une élection à l’autre. L’élection fédérale canadienne de 1988 a surtout porté sur l’Accord de libre-échange conclu avec les États-Unis, et la santé a été au cœur de l’élection fédérale de 2000.

20L’économie, en tant que facteur de court terme, appartient à la catégorie générale des enjeux susceptibles d’influencer les électeurs. À l’intérieur de cette catégorie, l’économie présente, par rapport aux autres enjeux, la caractéristique d’être la question qui influence de la manière la plus fréquente et la plus systématique les électeurs. Les enjeux et les chefs changent d’une élection à l’autre, alors que les partis et les orientations idéologiques restent. Parmi les facteurs de court terme, celui qui fait le plus sentir son influence d’une élection à l’autre reste l’économie.

21Cela dit, que nous apprennent les simulations qui tentent de déterminer comment l’économie aurait changé le résultat des élections ? Les résultats varient bien sûr d’un pays, d’une période et d’une étude à l’autre. Mais dans l’ensemble, les études électorales montrent généralement que le résultat de l’élection varie de quelques points en raison de la situation économique. Le résultat d’un nombre appréciable d’élections dépend donc de l’état de la conjoncture économique au moment de l’appel aux urnes.

Y a-t-il autre chose qui compte ? Perspectives pour de nouvelles recherches

22L’étude du vote économique a été féconde. Elle a permis de mieux comprendre le comportement électoral en général et l’effet spécifique de l’économie sur les choix électoraux en particulier. Malgré un bilan déjà enviable, ce champ de la discipline est plus actif que jamais et porte son attention vers d’autres questions importantes. L’une d’entre elles concerne l’impact de la situation économique de long terme sur les choix électoraux. Des travaux ont montré que les variations économiques de court terme avaient un impact surtout sur l’appui au gouvernement sortant et le principal parti d’opposition, alors que l’évolution à long terme de la situation économique d’un pays ou d’une région aurait plutôt pour effet d’augmenter (ou de diminuer) l’appui aux tiers partis. Ce résultat paraît bien fondé. Si la situation économique continue à se détériorer après un cycle politique complet formé de l’alternance des deux principaux partis de gouvernement, il est normal que les électeurs se tournent vers d’autres solutions et jettent leur dévolu sur les tiers partis.

23Des dimensions nouvelles propres aux enjeux économiques sont maintenant explorées avec une attention soutenue. Des recherches sont menées sur l’impact de l’inégalité économique (réelle ou perçue) sur les comportements politiques. Les conséquences politiques des enjeux liés à la politique commerciale sont analysées de façon plus systématique. Une distinction plus fine est maintenant utilisée pour différencier l’évolution des revenus de celle de la richesse des individus afin de comprendre leurs choix politiques. Le comportement des « laissés pour compte » lors des vagues de prospérité économique est étudié avec une attention accrue.

*

24Une conclusion s’impose : l’économie est un critère important guidant le choix des électeurs. Les travaux plus anciens ont surtout mis en lumière l’impact de la conjoncture sur le vote et montré comment le contexte, institutionnel et politique, contribuait à moduler l’impact de cette variable. Les travaux plus modernes ont fait état de nouvelles modalités par lesquelles la variable économique exerçait un impact sur le résultat des élections. Le lien complexe, multiforme, qui lie l’économique et le politique a longtemps été, et restera encore longtemps au centre des préoccupations des politologues. Les spécialistes du vote économique ont modestement contribué, et contribueront encore dans l’avenir, à montrer sous l’angle particulier de leurs travaux pourquoi et comment l’économie compte pour beaucoup dans les comportements politiques et les politiques publiques.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Lewis-Beck, Michael, Richard Nadeau et Angelo Elias, « Economics, Party, and the Vote : Causality Issue and Panel Data », American Journal of Political Science, vol. 32, no 1, 2008, p. 84-95.

Nadeau, Richard et Michael Lewis-Beck, « National Economic Voting in U.S. Presidential Elections », Journal of Politics, vol. 63, no 1, 2001, p. 159-181.

Nadeau, Richard, Richard G. Niemi et Timothy Amato, « Expectations and Preferences in British General Elections », American Political Science Review, vol. 88, no 2, 1994, p. 371-383.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540