Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

2. Comment sommes-nous représentés ?

Pourquoi des peuples sont-ils séduits par des leaders autoritaires ?

Luc Duhamel

Texte intégral

1Nous croyions qu’après le renversement du régime soviétique, la Russie arriverait rapidement à un État de droit, mais elle est allée dans une autre direction. Le pays, à certains égards, est même plus loin en 2008 de la démocratie qu’en 1991. Une majorité de Russes montre une nostalgie pour le passé soviétique et ne fait pas confiance au parlement et aux partis politiques auxquels elle préfère l’armée, les services de sécurité et l’Église orthodoxe. C’est même une tendance lourde que révèlent un sondage après l’autre depuis 1993. Un tel état d’esprit déçoit les occidentaux, voire les irrite. Un article paru dans la revue Current History au milieu des années 1990 a comme titre évocateur : « Le peuple russe est-il normal ? » En fait, les idées d’État de droit et d’économie privée sont discréditées par ceux qui s’en font les artisans. Les eltsiniens ne jurent que par la démocratie, mais permettent des élections à la condition de ne pas pouvoir les perdre. Une dizaine d’oligarques, après avoir confisqué le pouvoir économique, ont financé la campagne électorale d’Eltsine aux présidentielles de 1996. La chute du niveau de vie dans les années 1990 contribue aussi à ce que les idées démocratiques acquièrent une image péjorative.

2Nous pouvons avancer que c’est en grande partie par son autoritarisme que Poutine a pu séduire le peuple russe. Son ascension politique commence à l’été 1999 : Poutine réagit alors fermement, et même brutalement, aux attaques à la bombe d’appartements à Moscou et à l’incursion tchétchène au Daghestan. Il donne l’ordre à l’armée russe de réoccuper la Tchétchénie. Habillé en militaire, il se rend plus d’une fois encourager ses troupes en Tchétchénie. Son langage n’est pas toujours politically correct, mais quand il s’engage à tuer les terroristes, à les traquer même dans les chiottes, la population applaudit. À ceux qui lui demandent de faire preuve de retenue et d’accepter des compromis sur la question tchétchène, il répond que l’intégrité territoriale de la Russie n’est pas négociable.

3Les positions de Poutine semblent payantes, alors que les sondages le hissent à des sommets de popularité – plus de 70 % des Russes soutiennent son attitude. Cette intransigeance n’est pas sans similitude avec le comportement des hommes forts que la Russie a eus dans son passé – tant à l’ère soviétique que sous le tsarisme. Poutine a su prendre des mesures qui répondent à ce que veulent la masse des Russes même si on observe un recul inquiétant de la démocratie dans son pays. Il a gagné des appuis dans les milieux les plus divers. Poutine poursuit une politique étrangère de grande puissance qui renoue avec le passé soviétique. L’État a repris sous son contrôle les secteurs névralgiques de l’économie. En général d’ailleurs, l’État a repris la place considérable qu’il a tenue dans l’histoire de la Russie jusqu’en 1991. Certains oligarques ont été traduits devant les tribunaux, histoire de leur rappeler qu’ils ne sont plus au-dessus du souverain et doivent désormais payer leurs impôts. Il ne faudrait surtout pas oublier que Poutine est responsable du retour en force des organisations les plus nationalistes et les plus influentes dans l’histoire de la Russie. L’armée a pu reprendre ses étendards et ses symboles rendant hommage à ses exploits durant la période soviétique. L’autoritarisme dans les garnisons fait un retour en force avec les pratiques d’abus et de sévices physiques contre le conscrit et le simple soldat. Le retour des popes à l’école et les lois brimant les droits des autres religions traduisent un traitement de faveur pour l’Église orthodoxe qui, en retour, a apporté un soutien indéfectible à la politique de répression sanglante menée contre la population tchétchène.

4Poutine, comme leader charismatique, a de nombreux disciples et soutiens, dont certaines personnalités illustres ralliées à lui comme l’exdissident Roy Medvedev, le cinéaste Nikita Mikhalkov, le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev ou Mintimer Shaymiyev, un des chefs de file les plus respectés de la Russie musulmane. Il ne manque pas de libéraux qui l’appuient, convaincus qu’en période de transition la Russie a plus besoin d’un leader charismatique que d’un dirigeant démocrate. Les aspects autoritaires de Poutine sont jugés comme un mal nécessaire. Plusieurs universitaires en Russie considèrent que le règne de Eltsine a déconsidéré le modèle de démocratie occidentale et l’économie de marché pour plusieurs années. Les Russes apprécient avant tout la stabilité que leur procure Poutine après le chaos des années 1990.

5Le leadership de Poutine semble en filiation avec les dirigeants russes les plus populaires du passé qui avaient un penchant prononcé pour l’autoritarisme. Les Russes ne se formalisent pas qu’il y ait personnalisation du pouvoir, que leur président soit l’objet d’un culte de la personnalité ; au contraire cela les rassure et les sécurise. Il ne leur paraît pas souhaitable d’avoir un président qui serait entravé dans ses actions par des partis politiques ou un parlement. Ils ne veulent pas de médias qui pourraient projeter une image un tant soit peu péjorative de leur président. Bref, ils veulent voir en Poutine un chef aux qualités extraordinaires auxquelles ne saurait porter ombrage aucun État de droit. Ce type d’autorité le rapproche des grands leaders russes qui n’ont jamais eu de compte à rendre à des institutions politiques.

6Un certain nombre de facteurs expliquent la fascination exercée sur le peuple russe par les leaders autoritaires. Tout d’abord, le facteur géopolitique exerce une influence considérable sur le leadership en Russie. La prise en compte de la donnée géopolitique consiste ici à évaluer comment les rapports de la Russie avec ses voisins ont stimulé l’autoritarisme. L’État russe s’étend sur un territoire qui s’est agrandi considérablement dans l’histoire au détriment de ses voisins. Il a eu souvent maille à partir avec eux. La Russie est le seul pays qui est aux prises avec des différends frontaliers tant à ses frontières en Asie qu’en Europe. Aucun autre pays, du moins sur ces deux continents, n’est autant l’objet de visées irrédentistes. Souvent ces tensions mènent les populations russes des zones frontalières à s’en remettre à des politiciens soucieux en priorité de veiller sur leur sécurité. Ce sentiment d’insécurité est accentué par le fait que dans ces zones habitent souvent des minorités qui, à plusieurs points de vue, possèdent des traits qui peuvent difficilement les identifier à la culture russe.

7Dans le Caucase du Nord, les musulmans forment la majorité et parlent des langues souvent fort différentes de la langue slave. C’est sans leur consentement que la plupart de ces minorités font partie de la Russie. Les Russes entretiennent un rapport de méfiance et des relations parfois orageuses avec ces nations dont la culture a beaucoup d’affinités avec celle des peuples qui se trouvent de l’autre côté de la frontière – Turcs et Iraniens.

8Durant les années 1990, les conflits ethniques en Russie ont atteint leur paroxysme en Tchétchénie. Pour le commun des Russes, les résistants tchétchènes ont réussi à vaincre l’armée russe en 1996, et à réaliser des prises d’otages et des attaques à la bombe par suite du manque de leaders forts au Kremlin durant cette période.

9Mais il n’y a pas que les musulmans qui inquiètent les Russes, les Chinois aussi les préoccupent, quoique pour des raisons quelque peu différentes. Les Russes s’inquiètent de la présence chinoise en Sibérie et en Extrême-Orient (ainsi que des prétentions japonaises sur certaines îles du Pacifique). Les problèmes éprouvés face notamment à la migration des Chinois les mènent à désirer un leader fort à Moscou pour défendre leurs intérêts.

10Nous touchons ici à un des facteurs qui explique le mieux l’attrait des Russes pour le leader autoritaire. L’État russe est dans une certaine mesure une création artificielle en ce qu’il repose moins sur un consensus de ses habitants que sur un pouvoir central fort incarné par un chef. Renoncer à l’autoritarisme au profit de l’État de droit signifie souvent mener des réformes allant dans le sens de la décentralisation, d’un plus grand pouvoir des régions et des minorités, à l’encontre des droits des Russes. Cela implique aussi un leadership assumé par des institutions plutôt que par des individus. Les Russes sont convaincus qu’une telle évolution s’effectuera à leur détriment pour la raison majeure que les minorités soutiennent les réformes non pour l’intérêt national de la Russie, mais comme des occasions de faire sécession ou au minimum d’affaiblir le pouvoir central. Les minorités nationales sont soupçonnées de vouloir détruire la Russie en portant atteinte à son intégrité territoriale.

  • 1 Nicolas Ier avait déclaré un jour que la bureaucratie était le véritable maître de la Russie.

11Un second facteur causant l’autoritarisme est l’influence énorme exercée par l’armée, les organes policiers et l’église orthodoxe sur les valeurs et les normes qui dominent dans le système politique. Les Russes vouent une prédilection pour un leader qui tire sa force de l’appui des militaires et des policiers. Ce sont les deux organisations dont le chef a le plus besoin pour assurer sa domination. Alexandre III prétendait d’ailleurs que son pays n’avait que deux alliés : son armée et sa marine1. En Russie, ces piliers du pouvoir central reçoivent une part considérable des ressources de l’État même si cela va à l’encontre des intérêts de leur peuple, ce qui ne les empêche pas d’être populaires dans leur société. Les nombreuses guerres menées par la Russie, en particulier celles qui ont été victorieuses, expliquent le prestige dont jouissent les hommes en uniforme. L’Église orthodoxe constitue une autre force sur laquelle les leaders politiques peuvent compter. Elle exerçait du temps des tsars un monopole sur l’éducation des Russes, et son retour en force depuis la chute de l’URSS est indéniable. Or cette institution, comme l’armée et la police, a toujours pris position pour un État fort et centralisé. L’obsession de ces organisations pour l’autoritarisme ne s’est jamais démentie. D’ailleurs, elles montrent l’exemple en ce que leur fonctionnement interne est aux antipodes de toute idée démocratique. Ces organisations façonnent la mentalité du peuple, lui inculquant une relation de soumission au chef ; le leader prendra souvent dans ces circonstances des positions empreintes d’autoritarisme. Cela le conduit à adopter en retour des politiques qui accordent une influence maximum à ces organisations.

12La poursuite d’une politique étrangère expansionniste en est une conséquence notable. La Russie n’aurait pas étendu autant son territoire au cours des siècles sans une armée redoutable. Les succès remportés en la matière par le Kremlin ont encore accru l’importance de ces organisations. La notion de pouvoir impérial avait des appuis chez le peuple, et a contribué à lui inculquer une mentalité colonisatrice. Cet aspect a nourri l’essor d’un nationalisme virulent dont certains de ses maîtres à penser figurent parmi les représentants les plus illustres de l’intelligentsia : Dostoïevski, Gogol, Soljenitsyne, etc. Leur hostilité à l’Occident était manifeste comme en témoigne l’affirmation de Dostoïevski à l’effet que le suffrage universel est la plus grande idiotie politique du XIXe siècle (affirmation reprise par plusieurs écrivains russes, dont Soljenitsyne).

13La faiblesse du capital social constitue un troisième grand facteur expliquant l’enracinement de l’autoritarisme en Russie. Par ailleurs, l’existence d’un capital social antimoderne encourage le maintien de l’autoritarisme puisque, comme on l’a vu, trois organisations dominent la société civile, en y faisant la promotion des valeurs non démocratiques. Le peuple russe a une vision très différente du pouvoir politique si on compare avec celle des populations en Occident. Les Russes font confiance historiquement aux chefs du Kremlin. Plusieurs siècles de tradition les ont convaincus que le chef tenait son pouvoir de Dieu. Comme cette vision conservatrice était celle de l’éducation prodiguée par l’Église orthodoxe, il n’était guère possible de s’y opposer. La faiblesse des institutions et la soumission des Russes au chef ont fabriqué une société de masse, dans laquelle les individus, isolés et vulnérables, vivent avec un sentiment d’impuissance et de résignation. Les Russes ont appris à ne s’en remettre à personne d’autre qu’à Dieu ou son représentant en Russie, le tsar. Parce que celui-ci a besoin des nobles (les boyards) pour gérer l’État, le tsar voit aussi en eux des rivaux et, pour cette raison, il lui arrive de les réprimer. Parfois, il fera des nobles les boucs émissaires de ses échecs politiques, parfois il voudra se débarrasser d’un gouverneur (souvent aussi un membre de la noblesse) devenu une menace à son autorité. Dans de telles situations, le tsar peut prendre des mesures favorables à son peuple aux fins d’utiliser celui-ci contre la noblesse. Non seulement le peuple russe est soumis au chef, mais il le soutient inconditionnellement : les jacqueries paysannes qui ébranlent à certaines occasions la société sont souvent menées au nom du tsar. Pougatchev, cosaque analphabète qui a dirigé la plus grande révolte populaire sous le règne des Romanov, prétendait d’ailleurs être le vrai descendant des tsars et accusait Catherine ii d’être une usurpatrice. La fascination pour les tsars, en particulier pour les plus autoritaires, se retrouve dans la période soviétique. Le peuple accuse rarement le secrétaire général du parti communiste, il s’en prend plutôt à ses représentants dans les ministères et les régions.

14Le peuple aime ses tsars, mais certains ont sa préférence. Les mieux considérés sont ceux qui ont accumulé beaucoup d’autorité, qui ont accru la puissance du pays ; on pense à Pierre le Grand (guerre contre la Suède), à la grande Catherine II ou à Alexandre Ier (guerre contre Napoléon). Par contre, les tsars qui ont été libéraux ou qui ont connu des défaites militaires n’ont pas une aussi bonne réputation. Sous le régime soviétique, le contraste est encore plus frappant entre modernistes et conservateurs. Khrouchtchev et Gorbatchev sont les leaders les plus réformateurs de l’URSS et aussi ceux qui sont les plus mal vus.

15Les Russes sont donc pour la plupart en faveur d’un leader autoritaire et cela encore aujourd’hui. Cela n’a pas empêché des Russes, des intellectuels surtout, de prôner des changements radicaux dans le système politique, dont certains vont dans le sens d’un État de droit. Même à l’ère soviétique, des leaders ont voulu instaurer un État décentralisé à l’extrême, à commencer par Lénine qui, en octobre 1917, prônait la fin de l’État central. Les forces de changements, en 1917 comme en 1991, comptent beaucoup de représentants des minorités ethniques, moins intégrés à la société russe et plus favorables à l’avènement d’un État de droit. Ces responsables issus des minorités forment une composante décisive du camp eltsinien au cours des premières années du post-soviétisme. Nombre d’entre eux souhaitent un État libéral, mais les premières années de pouvoir ne tournent pas à leur avantage. Ils sont vite mal vus dans la population. Le fait qu’ils appartiennent souvent à des minorités ethniques peut expliquer en partie que leurs politiques remportent peu de succès dans une opinion publique marquée par le nationalisme. L’armée, les forces judiciaires et l’Église, qui façonnent ce nationalisme, ont souvent eu du succès dans leur combat contre la pénétration de l’idéologie libérale dans le pays.

16Le comportement des champions des réformes, face à une résistance opiniâtre, emprunte graduellement une tangente autoritaire. Ils ne sont enclins ni aux compromis, ni au partage de leur pouvoir. Ils ne veulent pas seulement vaincre leurs opposants, mais aussi les éliminer. Eltsine adopte pour sauver son pouvoir des politiques de moins en moins démocratiques, manifestes dans la constitution de 1993, qui constituent un retour en arrière avec l’écrasante suprématie accordée au pouvoir exécutif. C’est un retour à la personnalisation du pouvoir, comme aux temps des régimes soviétique et tsariste. On peut avancer une explication pour comprendre pourquoi la dérive autoritaire guette les leaders démocrates après qu’ils ont pris le pouvoir. Les leaders qui œuvrent à des changements démocratiques en Russie se butent, jusqu’à nos jours, à un obstacle difficilement surmontable : leurs réformes dégénèrent en un processus de désintégration du pays, comme cela s’est produit après 1985 sous Gorbatchev, puis sous Eltsine.

17L’autoritarisme de Poutine est une réaction au libéralisme de Eltsine durant les années 1990, qui est vu dans la mémoire collective russe comme une catastrophe nationale. Mais Poutine n’est pas seulement un anti-Eltsine, il est aussi un leader aimé par son peuple pour l’amélioration sensible des conditions de vie que le pays connaît depuis 2000. Enfin, le peuple est aussi séduit par un chef qui renoue avec les grands leaders russes du passé avec qui il semble avoir des affinités certaines. C’est un autoritarisme marqué par la reconstruction d’un pouvoir central fort, la restauration du contrôle de l’État dans les domaines stratégiques de l’économie et des politiques qui réservent une place privilégiée aux hommes en uniforme et à l’Église orthodoxe.

18Par ailleurs, il y a en Poutine des aspects réformistes qui relativisent son autoritarisme. Poutine a affirmé que son modèle politique n’était non pas un tsar mais Franklin Roosevelt. Les Russes aiment avant tout les politiques économiques de Poutine qui sont empreintes d’un certain libéralisme et qui, dans l’ensemble, ont été bien accueillies par les dirigeants du Fonds monétaire international. Les prises de position de son successeur Dimitri Medvedev montrent une inclinaison pour un rapprochement avec l’Occident et une volonté de diminuer l’influence des services de sécurité et des forces armées dans le système politique.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Riasanovsky, Nicholas, A History of Russia, 5e édition, Oxford, Oxford University Press, 1993.

Rose, Richard, « When Government Fails: Social Capital in an Antimodern Russia », dans Edwards, Bob et al., Beyond Tocqueville: Civil Society and the Social Capital Debate in Comparative Perspective, Hanover, University Press of New England, 2001.

Spencer, Martin E., « What is Charisma? », The British Journal of Sociology, vol. 24, no 3, sept. 1973, p. 341-345.

Notes

1 Nicolas Ier avait déclaré un jour que la bureaucratie était le véritable maître de la Russie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540