Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

2. Comment sommes-nous représentés ?

Mon vote peut-il faire la différence ?

André Blais

Texte intégral

1Se peut-il que mon vote « fasse la différence », c’est-à-dire qu’il décide qui sera élu ? Nous savons tous intuitivement que c’est très douteux. En fait mon vote ne peut faire la différence que si le candidat que j’appuie est élu alors qu’il aurait perdu si je n’avais pas voté. À partir d’un examen systématique de toutes les élections fédérales tenues au Canada depuis 1945, j’ai estimé la probabilité moyenne à une chance sur 25 000. Il est donc extrêmement improbable que, dans une élection provinciale ou fédérale, mon choix décide de l’élu de ma circonscription. En toute logique, je dois conclure que, vraisemblablement, mon vote ne fera pas la différence.

2Ce chapitre voudrait répondre à trois questions : Les électeurs sont-ils conscients que leur vote ne fera pas la différence ? Cela les incite-t-il à ne pas voter ? Est-il rationnel de voter quand on sait que son vote ne changera rien ?

Les électeurs comprennent-ils que leur vote ne fera pas la différence ?

3La question est simple, mais la réponse l’est moins. En fait, il faudrait savoir si les gens se posent (ou se sont déjà posé) la question. On peut supposer que beaucoup n’y ont pas vraiment réfléchi. Quand on demande aux gens s’ils ont déjà pensé à la possibilité que l’élection dans leur circonscription se décide par un seul vote et que leur vote détermine qui est élu, environ le tiers répond « oui ». Les réponses sont difficiles à interpréter ; certains ont pu penser à la question mais conclure que ce n’était pas possible, pour d’autres, l’idée a pu leur effleurer l’esprit une fraction de seconde, et ainsi de suite.

4J’avancerai deux choses à ce sujet. D’abord, je serais prêt à parier qu’une infime fraction de la population a consacré plus de deux minutes de réflexion à cette épineuse question… Il reste à déterminer si ces personnes changeraient de comportement s’ils prenaient (comme moi !) le temps d’y penser. J’y reviendrai tantôt. La deuxième affirmation que je ferais est que la très grande majorité des gens « savent » que les chances que leur vote fasse la différence sont très faibles. Ils savent qu’il y a beaucoup d’électeurs dans leur circonscription et qu’il est très rare qu’une élection se décide par un seul vote. Quand j’explique aux étudiants que la probabilité que leur vote soit décisif est infinitésimale, personne ne le conteste. Au fond, ils le savent bien. Mais il y a « savoir » et « savoir ». Comme on l’a dit, les gens y pensent peu, et la connaissance dont il est question ici est superficielle.

5Il faut d’ailleurs souligner que certains électeurs semblent parfois « oublier » que leur vote ne peut faire la différence. Le cas le plus patent est ce qu’on appelle le vote stratégique. L’exemple typique d’un vote stratégique est le suivant. Mon candidat préféré est C, mais il n’a que très peu d’appuis et il n’a donc aucune chance de gagner dans ma circonscription. Il y a par contre une lutte serrée entre les candidats A et B, le candidat B étant celui que j’aime nettement le moins et dont je souhaite fortement la défaite. Alors je vote « stratégiquement » pour le candidat A, mon second choix, pour ne pas gaspiller mon vote pour un candidat qui n’a aucune chance. Plusieurs études ont démontré qu’un tel vote stratégique existe, même s’il est moins fréquent qu’on le suppose parfois.

6Ce qu’il faut comprendre c’est que lorsque je vote de façon stratégique, je suppose que mon vote pourrait faire la différence, c’est pour cette raison que je ne le gaspille pas en appuyant un candidat qui n’a aucune chance de gagner. Donc le fait qu’un certain nombre d’électeurs votent de façon stratégique démontre qu’il y a des gens qui pensent que leur vote peut être décisif. Les gens « savent » qu’il y a peu de chances que leur vote fasse la différence, mais ils aimeraient croire le contraire, ils y pensent le moins possible, et parfois ils agissent comme s’ils croyaient le contraire.

Est-on moins susceptible de voter quand on « sait » que son vote ne fera pas la différence ?

7Ma réponse est que cela ne joue que peu. La principale raison pour laquelle certaines personnes ne votent pas est tout simplement qu’elles se désintéressent de la politique, qu’elles ne suivent pratiquement pas les affaires publiques et qu’elles n’ont donc pas vraiment de préférence entre les candidats ou partis. Ne sachant pas pour qui voter, elles ne votent pas.

8Dans mes recherches, j’ai examiné si ceux qui n’ont jamais pensé à la possibilité que leur vote pourrait faire la différence, ou qui estiment que les chances que leur vote soit décisif sont très faibles, sont plus portés que les autres à s’abstenir, toutes choses étant égales par ailleurs. Je n’ai trouvé aucune corrélation significative, ce qui suggère que la lucidité n’est pas responsable de l’abstention ou du déclin récent du taux de participation aux élections. Notons d’ailleurs que les individus les plus scolarisés (et possiblement plus lucides) sont beaucoup plus susceptibles de voter que ceux qui le sont le moins.

9Je crois toutefois que le sentiment que notre vote ne changera rien joue un peu. À la marge, quelqu’un qui se demande s’il doit aller voter même si cela ne le tente guère sera moins porté à y aller s’il pense au fait que son vote ne fera pas la différence.

10Une expérience menée avec mon collègue Robert Young il y a quelques années permet d’illustrer ce point. Au cours de l’élection fédérale de 1993, nous avons fait une étude dans 10 classes de nos universités respectives (Montréal et Western Ontario). Dans 5 de ces classes, nous avons fait une présentation de 10 minutes sur le paradoxe du vote. Selon la théorie des choix rationnels, il apparaît non rationnel de voter, puisque les bénéfices sont trop petits, étant donné la très faible probabilité que son vote soit décisif. Nous avons vérifié si la propension à voter avait été plus faible dans les classes sensibilisées au fait que le vote d’un individu est très peu susceptible de faire la différence. Nous avons trouvé qu’effectivement la participation au vote avait été légèrement plus faible dans ces classes.

11Je conclus donc que le sentiment que notre vote ne fera pas la différence joue quelque peu, mais que ce n’est pas une des raisons principales de l’abstention.

12Mais alors, pourquoi la plupart des gens continuent-ils de voter (même si la participation électorale a diminué, elle demeure autour de 70 % dans la plupart des pays) s’ils sentent bien (même si c’est vague) que leur vote ne changera rien et s’ils se montrent (généralement) cyniques à l’égard de la classe politique ?

13Trois raisons principales peuvent être avancées. La première est qu’il est très facile de voter. Cela ne prend que quelques minutes et si vous n’êtes pas libre le jour de l’élection, vous avez la possibilité de voter par anticipation.

14Il ne fait pas de doute que la facilité aide. Mais cela ne donne pas de raison positive pour voter. Et on constate que les mesures qui ont pour objectif de faciliter le vote ont des effets limités, pour une raison fort simple : la facilité enlève une excuse pour ne pas voter, mais il faut au départ avoir une raison pour voter.

15La deuxième raison est que dans une campagne électorale, la plupart des gens, pour autant qu’ils suivent minimalement cette campagne, viennent à penser qu’un des partis, ou des chefs de partis, ou des candidats locaux dans la circonscription, est « meilleur » que les autres. Ils ont leur « équipe » favorite, comme dans les sports, ou leur « candidat préféré », comme dans les émissions de télé-réalité. Et quoi de plus normal que d’exprimer ses préférences quand il est si facile de le faire ?

16Selon une troisième perspective, que je privilégie personnellement, il existe une autre raison encore plus fondamentale pour laquelle une fraction des citoyens décident de voter pratiquement à chaque élection, même si souvent la politique ne les intéresse guère et s’ils se méfient de tous les politiciens, y compris de ceux pour qui ils votent. Cette raison, c’est qu’ils conçoivent le vote non seulement comme un droit mais également comme un devoir moral.

17Pour certaines personnes, ne pas voter équivaut à manquer à son devoir de citoyen, comme on y manque quand on ne s’arrête pas à un feu rouge ou lorsque l’on jette un papier dans la rue. Pour ces personnes, le « bon citoyen » vote ; elles auraient l’impression de mal agir en ne le faisant pas.

18Il est difficile de déterminer combien de personnes appartiennent à cette catégorie, d’autant plus que le sentiment du sens du devoir peut être plus ou moins fort. J’estime personnellement que c’est une fraction importante de ceux qui votent aux élections, mais les données actuelles ne permettent pas de jauger avec précision le poids réel de ce facteur.

19Il resterait à déterminer d’où vient ce sentiment que voter est non seulement un droit, mais aussi une obligation morale. On sait très peu de choses à ce sujet. On peut supposer qu’à l’école, à l’église, dans les médias, et peut-être aussi dans les chaumières, les « autorités » véhiculent le message que le bon citoyen exerce son droit de vote. C’est là une occasion (peu coûteuse) pour plusieurs d’entre nous d’affirmer notre appartenance à la collectivité et notre foi en la démocratie. On peut par ailleurs supposer que dans une période où les gens sont moins portés à la déférence, la notion du devoir citoyen a moins de prise. Ce serait une raison qui expliquerait la tendance au déclin des taux de participation électorale, particulièrement chez les plus jeunes.

20J’en viens donc à la conclusion double que la prise de conscience lucide que notre vote ne fera pas la différence n’incite que très faiblement à l’abstention, et que le principal facteur qui incite à la participation est le sentiment plus ou moins diffus et réfléchi que le bon citoyen se doit d’aller voter.

Est-il rationnel de voter ?

21De là, il n’y a qu’un petit pas à faire pour déduire que la décision de voter ou de ne pas voter ne relève pas d’un calcul rationnel des bénéfices et des coûts. Ce paradoxe a été soulevé par Downs il y a plus de cinquante ans, et comme je l’ai montré dans l’ouvrage qui est à l’origine de ce chapitre, les nombreuses solutions proposées pour résoudre l’énigme (et certaines sont fort imaginatives) s’avèrent toutes insatisfaisantes.

22En somme, on vote ou l’on s’abstient pour des raisons qui ont peu à faire avec la rationalité, tout au moins telle qu’entendue dans un sens strict. Beaucoup d’entre nous votons tout de même, tout en sachant (avec plus ou moins de lucidité) que notre vote ne changera pas le résultat de l’élection. Mais dans le fond, peut-être n’est-il pas si irrationnel de voter si l’on considère que la politique est une activité fascinante à observer, et si l’on a une « équipe préférée » que l’on aimerait voir gagner, puisque le coût de cette participation est minime. Pour autant que l’on ne s’illusionne pas sur la probabilité qu’un vote fasse la différence…

Bibliographie

Pour aller plus loin

Blais, André, To Vote or Not to Vote? The Merits and Limits of Rational Choice Theory, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2000.

Downs, Anthony, An Economic Theory of Democracy, New York, Harper and Row, 1957.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540