Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

1. Faire de la politique une science ?

Une discipline peut-elle être indisciplinée ?

Laurence McFalls

Texte intégral

1« [Il] y a des sciences auxquelles il a été donné de rester éternellement jeunes », fait remarquer Max Weber dans un célèbre essai de 1904, L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales. Qu’en est-il de la science politique ? Après la prostitution, elle est sans doute l’un des plus vieux métiers du monde. Des connaissances pratiques de la maîtrise des conflits à l’intérieur des communautés humaines et entre elles se sont accumulées depuis l’aube des temps. Il y a 2500 ans, en Grèce antique, des savoirs théoriques, appuyés sur des observations empiriques systématiques, se sont articulés pour faire de la connaissance rationnelle de la vie politique l’une des sciences les plus anciennes. Longtemps soumise à des visions du monde métaphysiques et religieuses, la science politique est devenue autonome et autoréflexive il y a déjà 500 ans, grâce à l’audace de Nicolas Machiavel, qui a osé penser et évaluer l’action politique en ses propres termes. Et pourtant, malgré ce droit d’aînesse, la science politique est peut-être la moins mûre de toutes les sciences sociales et humaines ; elle semble vouée à demeurer une discipline indisciplinée. Du moins, devrait-on l’espérer.

2Selon la vision désormais classique du positivisme, chaque discipline scientifique se définit par rapport à l’objet de connaissance qui lui est spécifique. Cette vision atomiste repose sur la supposition métaphysique – contestable d’un point de vue holiste – que la complexité infinie de la réalité peut être analytiquement décomposée en autant d’éléments particuliers entretenant entre eux des relations de cause à effet, et soumis à des logiques, voire à des lois de fonctionnement. Ainsi, par exemple, l’astrophysique s’occupe du mouvement des corps célestes alors que l’astrologie (laissons de côté la question de sa validité scientifique pour l’instant) s’intéresse aux effets du positionnement de ces mêmes corps célestes sur la vie des hommes. À cause de la spécificité de son objet, chaque science doit développer des instruments (par exemple le télescope), des outils (par exemple le sondage d’opinion) et des méthodes (par exemple, l’expérimentation ou la comparaison) adaptés à son objet. Toute science doit néanmoins respecter certains principes tels que la noncontradiction logique et la conformité de ses postulats et prédictions avec la réalité (le respect de ce dernier principe n’est pas si évident, mais il semblerait que c’est ce qui disqualifierait l’astrologie…). Selon cette vision de la science, qui correspond à celle du sens commun, du moins dans notre culture moderne, la première étape de la création et de la consolidation d’une science serait donc l’identification claire, pour ne pas dire « objective », de son objet.

3Devant la grande confusion qui règne quant à ce que pourrait bien vouloir dire « politique », on pourrait rapidement, et un peu trop facilement, conclure que la science politique est vouée à l’immaturité. Moimême, je me suis rendu compte de cette imprécision quand, après plus de vingt ans d’études et d’enseignement de la science politique, j’ai eu à donner un cours d’introduction à cette matière. Pour la première fois, je me sentais obligé de dire sur quoi exactement portait la science que j’étais censé pratiquer, et j’ai dû constater que je n’en avais pas une idée très précise. Les manuels et ouvrages de référence n’étaient pas d’un grand secours : on y avait recours à la tautologie (« la science politique s’intéresse à l’ensemble des relations politiques entre les humains »), au flou artistique de l’abstraction (« l’allocation autoritaire des valeurs collectives ») ou à la fuite en avant (« la politique repose sur le pouvoir, qui à son tour repose sur les capacités et la volonté, qui à leur tour… »).

4Je me suis donc mis à la rédaction de mon propre manuel, dans lequel je me suis amusé à distinguer l’action politique des autres formes de relations sociales. Sans reprendre la démarche ici, je me contenterai de répéter ma conclusion voulant que « le politique » soit un type d’action sociale qui ne vise pas un autre agent social (comme lors d’un échange économique ou une manipulation idéologique), mais plutôt son action propre, en cherchant à l’infléchir vers une relation sociale déterminée. C’est du « faire faire » plutôt que du « faire », ou encore « de l’action sur l’action », « la conduite des conduites », comme disait le philosophe Michel Foucault pour définir le pouvoir politique. Il s’agit d’un type d’interaction indirecte et stratégique qui prend fin quand les acteurs impliqués se retrouvent dans une relation directe et stable. Quoique quelque peu abstraite, cette définition élémentaire de l’action politique m’a ensuite permis de construire une typologie des relations politiques allant des formes les plus simples jusqu’à la structure hautement complexe qu’est l’État bureaucratique moderne. Je ne cherche pas ici à défendre la validité scientifique de ma démarche, mais plutôt à souligner que la complexité et la confusion des phénomènes politiques ne les rendent pas nécessairement étrangers à une décomposition analytique. Ainsi pourraiton par exemple expliquer comment des manifestations pacifiques à l’automne de 1989 ont finalement fait tomber le mur de Berlin en reconstruisant les milliers de petits gestes individuels et collectifs qui ont convergé pour délégitimer le régime en place et empêcher le recours à la répression armée.

5Il n’y aurait donc pas de raison pour laquelle la science politique ne devrait pas en fin de compte devenir une discipline sérieuse comme, disons, la physique nucléaire. Les physiciens se disputent encore, certes, sur la nature fondamentale de la matière, mais cela n’a pas empêché l’accumulation des connaissances suffisantes pour construire des bombes atomiques. Or, la science politique semble être encore loin de produire son Hiroshima, même si certains verront en Marx l’inventeur de la terreur stalinienne. De fait, l’exemple de Marx soulève un problème particulier des sciences humaines et sociales : elles participent à la réalité qu’elles sont censées éclairer ou expliquer. La physique a bien sûr permis l’invention de la bombe nucléaire, mais celle-ci explosera sans égard pour ce que les physiciens auront compris ou pas de la fission ou de la fusion nucléaire. Par contre, à partir du moment où un scientifique ou quiconque prétend énoncer une « vérité » à propos du monde social, celui-ci en prendra compte de manière réflexive et en sera changé à un degré qui variera, notamment en fonction de l’autorité et du prestige social de l’énonciateur (à preuve : l’effet social de ce texte sera infinitésimal alors qu’un mot d’Oprah Winfrey peut provoquer un tsunami social).

6On peut cependant débattre de l’importance des effets de la connaissance sociale et culturelle sur la réalité sociale et culturelle. C’est d’ailleurs ce qui distingue en sciences sociales les structuralistes des constructivistes. Les premiers pensent que des forces profondes et réelles incitent l’action sociale indépendamment de la conscience que les acteurs peuvent en avoir, alors que les seconds imaginent que la réalité sociale découle des représentations (scientifiques, symboliques, mythologiques, peu importe) que les acteurs impliqués s’en font. La présence même de ce débat déjà ancien au sein de la science politique pourrait à elle seule expliquer le manque de discipline de la discipline : on n’est même pas d’accord sur la nature de la réalité, ni sur le rôle de la connaissance.

7Toutefois, ces dissensions ontologiques et épistémologiques endémiques aux sciences sociales n’empêchent pas forcément qu’une discipline « se discipline », dans les deux sens du terme : en se soumettant à des contrôles incitatifs et punitifs, un mode de connaissance se donne des critères de validité à la fois sociaux et épistémologiques. C’est justement parce que certains discours scientifiques ont une efficacité sociale qu’ils peuvent prétendre au statut de discipline établie et valable. Prenons, par exemple, l’économie, une discipline voisine, que bon nombre de politologues jalousent. Que les lois du marché soient une force structurante inhérente à l’ordre naturel du monde ou le produit des attentes construites à travers une théorie historiquement contingente, l’ensemble de la vie des sociétés modernes s’organise autour du (supposé) fonctionnement du marché (et par conséquent les économistes touchent de plus gros salaires que les politologues quelle que soit leur productivité scientifique…). La science économique serait donc ce que Foucault appelle un savoir-pouvoir, une connaissance qui décrit et permet à la fois l’action sociale. En effet, toute l’œuvre de Foucault révèle en quoi la société moderne est disciplinaire, dans les deux sens du mot. La disciplinarisation des sciences, notamment sociales, c’est-à-dire la prolifération de discours scientifiques propres à une multiplicité d’objets sociaux particuliers, a été consubstantielle d’une ouverture de nombreux champs d’action sociale soumis à une réglementation et une normalisation accrues. Plus vulgairement, on peut dire que le sujet moderne peut, pour le bien et pour le mal, se considérer et se comporter comme un agent économique, juridique, politique, sexuel, esthétique, religieux, scientifique, etc., parce qu’une pléthore de discours disciplinaires et « disciplinants » l’étudie, l’habilite et le contraint à ce faire.

8Pour être une discipline ou un savoir-pouvoir dans le sens foucaldien, il faudrait donc que la science politique ait un effet disciplinaire, c’està-dire qu’elle habilite les mêmes pratiques qu’elle éclaire. Depuis Machiavel, la science politique a nourri cette ambition de produire un discours véridique sur l’action politique et, par le fait même, d’établir les conditions de possibilité de l’action politique effective. En dégageant la logique propre à l’action politique, en la soumettant à sa propre finalité, Machiavel a déclenché un discours qui a, entre autres, abouti à la doctrine de la « raison d’État » et aux dispositifs institutionnels de l’État bureaucratique moderne. De ce point de vue, la science politique est un savoir-pouvoir disciplinaire depuis quelques siècles ; les politologues sont simultanément savants du politique et acteurs politiques. La science politique a sans doute contribué à l’articulation du discours politique de la modernité et, par conséquent, à la construction de la réalité politique que nous vivons aujourd’hui.

9Par ailleurs, plusieurs politologues revendiquent l’autorité de faire traduire leur discours savant en élément constitutif des pratiques politiques quand, par exemple, ils prescrivent des formules de démocratisation, généralement à des pays qui ne sont pas le leur. Dans le contexte d’une orientation de la recherche vers l’applicabilité et la légitimité pratiques, d’autres veulent contraindre la discipline à se concentrer sur des programmes de recherche circonscrits à des champs d’application pratiques et socialement utiles (pour ne pas dire à la mode), comme aujourd’hui celui de la « bonne gouvernance ». Ce genre de tentative de discipliner la discipline en le subordonnant à un intérêt politique particulier a sans doute toujours été présent. De fait, il s’agit du vieux rêve autoritaire d’évacuer le politique de la politique, de remplacer les vicissitudes de la démocratie avec les certitudes de la technocratie.

10La version la plus récente et la plus insidieuse de ce rêve est justement le discours de la « gouvernance » qui, au nom de la « transparence », de l’« imputabilité et de la « citoyenneté », cherche à faire assimiler et appliquer, par ceux-là mêmes qui en subissent les effets, les « meilleures pratiques » déterminées par… l’expertise scientifique. Ainsi, un institut universitaire spécialisé en « gouvernance » a récemment préconisé un renforcement des pouvoirs des conseils d’administration des établissements de santé, aux dépens du contrôle tutélaire du ministère de la Santé, afin de rendre les conseils plus responsables et plus proches du milieu concerné et de ses problèmes particuliers, mais à condition que la majorité des membres des conseils soient « des experts qualifiés ».

11Cette volonté récurrente de la science politique de se réduire à une technique administrative, de se mettre au service des puissants, bref, de se transformer en discipline dans le sens le plus péjoratif du terme n’a heureusement toujours pas tout à fait réussi à s’imposer, et cela pour deux raisons, l’une générale aux sciences, l’autre spécifique à la science politique. Comme tout autre champ disciplinaire, la science politique est un lieu de combat à cause non seulement des ambitions et des vanités de ses praticiens, mais aussi du doute et de la critique inhérents à la pratique scientifique même au sein des disciplines où une orthodoxie normative étouffe presque toute contestation (par exemple les sciences de la gestion, vouées entièrement à la recherche de rentabilité des entreprises privées). On pourrait être tenté de croire que la science politique serait plus indisciplinée que les autres sciences (sociales) puisque ses praticiens apportent leurs préférences explicitement politico-idéologiques aux luttes intestines de leur champ. Cependant, bon nombre d’étudiants sont déçus de découvrir que les départements universitaires de science politique sont des lieux étrangement dépourvus de débats politiques (au sens courant) ouverts. La véritable source de l’indiscipline inhérente à la science politique ne réside pas, à mon avis, dans la subjectivité politique des politologues, mais dans son objet.

12Il faut donc se pencher à nouveau sur le caractère propre du politique. Je reviens donc à ma définition du politique comme un type d’action sociale qui, dans sa forme la plus simple et abstraite, n’est pas constituante d’une relation sociale (échange, domination, communication, manipulation), mais vise plutôt à infléchir l’action d’au moins un autre acteur social dans le but de le faire entrer dans une relation sociale stable. De fait, le politique correspond plutôt à une relation bilatérale ou multilatérale, indirecte, stratégique, et instable, ou à un « moment », dans les sens temporel et qualitatif, soit un laps de temps d’indétermination sociale qui rend possible le changement social d’une manière qui n’est jamais parfaitement prévisible. Il s’agit d’un moment de liberté, pas forcément au sens d’une réalisation transcendante de l’esprit humain, mais dans le sens banal et contingent de l’absence de prédétermination. Aussi longtemps qu’il y aura des malentendus et des conflits d’intérêts, de valeurs et de sens entre les êtres humains, le surgissement d’un moment politique demeurera une potentialité au sein des relations sociales. À moins qu’un jour des politologues bien disciplinés ne réussissent, à l’instar des dystopies d’Orwell ou de Huxley, à faire de la science politique un savoir-pouvoir indépassable, elle restera une discipline indisciplinée, éternellement jeune et résistante à la maturation. Et il est bon qu’il en soit ainsi.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Foucault, Michel, « Deux essais sur le sujet et le pouvoir », dans H. Dreyfus et P. Rabinow, Michel Foucault. Un parcours philosophique, Paris, Gallimard, 1984, p. 297-321.

McFalls, Laurent, Construire le politique. Contingence, causalité et connaissance dans la science politique contemporaine, Québec, Presses de l’Université Laval, 2006.

Weber, Max, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540