Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique en questions

 | 
Pascale Dufour
, 
Philippe Faucher
, 
André Blais
, 
et al.

1. Faire de la politique une science ?

Une science de la politique, dites-vous ?

André-J. Bélanger

Texte intégral

1Si la science dite politique peut se targuer d’être la plus ancienne des sciences sociales, elle n’en est pas pour autant la mieux nantie. Elle se cherche encore. Et son existence véritable est loin d’être assurée puisqu’elle n’est jamais parvenue à produire une démarche qui lui soit propre. Mais voilà ce qui fait néanmoins son charme : elle se présente comme un défi posé à elle-même. Elle est pour ainsi dire encore à faire. Mais comment ?

Misère de la science politique

2Deux sirènes la sollicitent. Et il faudrait qu’attachée à sa rigueur comme Ulysse à son mât, elle se contente de les entendre sans jamais leur succomber. Or ces sirènes sont très puissantes : l’une vient du sens commun à la recherche d’essences qui nous révéleraient la vraie nature de la chose publique ; l’autre relaie les appels des mass médias qui la réclament souvent là où elle n’a pas grand-chose à dire. Et les deux réunies deviennent, faut-il croire, irrésistibles.

3Le sens commun nous laisse volontiers penser qu’il existerait une vraie nature des choses dont la découverte reviendrait à quiconque sait réfléchir convenablement. C’est en ces termes qu’on cherchera, mais en vain, le vrai sens de la politique, ou encore mieux du politique, expression qui fait encore plus savant. On sera alors en quête de ce que serait le phénomène politique ; le vrai, bien sûr. Et sur cette pente limoneuse suivront, dans le même esprit, les définitions assurées de ce qu’est ou devrait être la nation, puis l’État, la démocratie, etc. De là, par exemple, la référence à la « saine démocratie », comme s’il en existait de malsaines. Tout cela demeure séduisant en comparaison des plates définitions qu’exige le discours analytique. C’est dans ce contexte qu’apparaît le pouvoir, terme séducteur par excellence. Indéfini et presque indéfinissable, il a pour effet d’enchanter le monde par sa puissance d’évocation. N’y a-t-il rien de plus envoûtant que cette entité qu’on sollicite à tout propos sans l’avoir jamais vraiment conceptualisée ? Le sociologue Max Weber l’a aperçue comme toute chance de faire triompher sa volonté au sein d’une relation sociale ; et d’ajouter que le concept, en plus de ne désigner qu’une virtualité, était sociologiquement amorphe. Mais rien n’y fait : le pouvoir continue, comme concept évocatoire, à constituer une référence qui devrait, selon certains, fonder la science politique. À la vérité, il demeure la belle Arlésienne de la discipline : on en parle toujours mais on ne le voit jamais.

4À cette séduction de la vraie nature des choses viennent s’ajouter les attentes du public et plus précisément des médias. Non seulement peut-on penser que la science politique est en mesure de dire le vrai, mais également peut-on croire qu’elle est capable de prévoir le déroulement des événements. En d’autres mots, la science politique est alors mise en demeure d’en révéler le sens véritable, les enjeux fondamentaux, et finalement l’aboutissement prévisible. Elle est constamment mise en situation par les médias de se prononcer sur la conjoncture, et surtout d’en tracer l’évolution future ; car aujourd’hui, probablement plus qu’hier, le journalisme consacre une bonne part de son énergie à deviser sur l’avenir. Plus qu’autrefois, le regard se porte sur des personnes, et, ce faisant, sur leur devenir ; manière pour les chroniqueurs comme pour les lecteurs de vivre par procuration des existences apparemment plus excitantes que les leurs. Il en va de même du politologue, qui risque de sublimer dans l’exercice de sa profession le désir insatisfait ou peut-être même refoulé d’être de la partie. Dans tel cas, il joue le jeu politique sans en assumer les coûts, mais sans en toucher non plus les bénéfices ; excepté, bien sûr, l’avantage qu’offre une exposition médiatique toujours excitante. En d’autres mots, les attentes de l’opinion véhiculées par les médias risquent de fixer l’agenda de recherches du politologue. Il ne reste plus alors à l’autorité gouvernementale qu’à l’entériner par l’intermédiaire des programmes de subventions bien ciblés.

5Voilà une situation vécue par bien d’autres disciplines : les sciences sociales en général, et même la médecine. La différence tient à la résistance que ces mêmes disciplines peuvent offrir en s’appuyant sur la reconnaissance de leurs compétences. Là, la science politique n’est pas des mieux pourvues. Elle ne dispose d’aucun corpus qui lui soit propre alors que les sciences économiques peuvent se réclamer de modèles reconnus (pour le meilleur comme pour le pire) et la sociologie, de méthodes dites éprouvées. La science politique, quant à elle, oscille entre les deux, se prétendant, selon les écoles, tantôt plus économiste que sociologique, tantôt plus sociologique qu’économiste. Position fort peu enviable. D’où vient-elle donc ?

Mystère de la science politique

6Les premières réflexions sur la société en Occident ont porté presque tout spontanément sur la quête de justice dans la Cité. Telle a été la nature du questionnement des philosophes de la Grèce antique. Autant l’affirmer sans ambages, le politique a été d’abord défini par la philosophie qui a imposé son point de vue jusqu’au XIXe siècle, alors que le droit s’est mis de la partie. Longtemps la science politique s’est contentée de réfléchir, d’une part, sur ce que doit être la gouverne : les idées politiques, et d’autre part, sur l’organisation de cette même gouverne dans son ensemble : les institutions politiques. On peut affirmer, en grossissant le trait, que la discipline ne s’est vraiment mise à la tâche de fixer (en toute autonomie apparente) les paramètres de son champ d’observation qu’après la Deuxième Guerre mondiale.

7Toute vieille qu’elle soit par ses racines profondes, la science politique est finalement jeune si on la compare à la science économique dont les assises reposent sur des postulats posés au XVIIIe siècle, ou encore à la sociologie qui date du tournant du siècle dernier. Il n’y a donc pas à s’étonner si elle a été longtemps tributaire de ses consœurs dans le choix des démarches à suivre.

8Impériale dans les années 1950 et 1960, la sociologie s’est imposée en science politique comme le modèle à reproduire. Si bien qu’en cette dernière matière, quiconque ne parlait pas alors de systèmes, de structures ou de fonctions était tenu pour le plus béotien des êtres. Les emprunts à la cybernétique, avec ses boucles de rétroaction, venaient conférer un dernier cachet de scientificité qui aurait pu manquer au propos. Aujourd’hui, toutes ces notions savantes d’inputs et d’outputs n’ont plus tellement cours. On en est bien revenu, tout gagné, cette fois, par l’exemple de la science économique, qui, avec la montée du néolibéralisme, a tenu le haut du pavé à partir des années 1970.

9L’individualisme méthodologique, dont l’école des choix rationnels est l’expression, est en passe, croient certains, de s’imposer comme le paradigme dominant de la science politique. Adossée au départ à la science économique, elle a emprunté à cette discipline des manières de penser qui ont eu pour effet de rendre possible un discours, parfois très abstrait, dont la logique tente souvent de s’imposer à la réalité suivant des prescriptions de conduite. Exemple : on convient, selon cette école, qu’il est irrationnel d’aller voter puisque les chances d’avoir un quelconque poids au final tendent, la plupart du temps, vers le zéro ; or, il s’avère que ce sont les plus instruits, et donc les mieux informés, qui se pressent aux bureaux de scrutin ; il y aurait donc là paradoxe. Paradoxe qui, on l’aura compris, fait le tourment de l’école et la délectation de ses détracteurs.

10Quoi qu’il en soit, la science politique, comme la sociologie d’ailleurs, tente de plus en plus d’établir des passerelles analytiques entre les phénomènes compris dans leur globalité et les unités qui les composent. Ce pourront être, d’une part, les relations internationales vues dans leur ensemble et, d’autre part, les unités étatiques qui en sont les parties prenantes. Ou encore, cette fois en politique intérieure : les unités étatiques et leurs composantes internes engagées (partis politiques, groupes, individus) dans un débat déterminé. Dans ces cas de figure, on voit apparaître la notion de relation sociale qui, elle, demande d’être précisée et mérite d’être exploitée.

Politique : une affaire de relations sociales

11Le sens commun, comme on l’a évoqué, nous porte à croire qu’en définissant correctement certains concepts-clés, c’est-à-dire en établissant leur vraie nature, il nous serait possible par la suite d’en parler « doctement ». Or il n’en est ainsi dans aucune science actuelle. Il nous faut, au contraire, construire des concepts de manière telle qu’ils nous permettent de mieux saisir la réalité qui nous entoure. Par exemple, le concept de « force », que l’on apprend dans les premières leçons de physique, est une abstraction qui sert à mesurer une réalité qu’on aurait bien du mal à définir avec précision, comme d’ailleurs les concepts de temps ou d’espace : on croit savoir ce qu’ils sont, on peut les mesurer, mais sans être en situation de dire ce qu’ils sont vraiment. Dans l’observation des phénomènes sociaux, il devient de plus en plus évident qu’il y a avantage à les circonscrire en termes de relations et non d’entités sociales. Il est vrai que les entités sociales comme la famille, l’école, la ville, etc. nous semblent plus concrètes, et donc plus faciles d’accès ; mais c’est un leurre. La science économique a vite compris qu’on devait investir la notion d’échange, de relation sociale, plutôt que d’aborder les entités premières qui s’offraient au regard, comme la manufacture, le magasin, la boutique. À quelle relation sociale peut alors s’intéresser la science politique ? À plusieurs. Mais encore faut-il les voir comme des phénomènes et non des réalités toutes faites qui s’imposeraient à l’observateur.

12On reconnaîtra d’emblée qu’un phénomène intéressant à observer est celui de la représentation des intérêts. De nos jours, et cela depuis plus d’un siècle, l’exercice de l’autorité publique s’opère dans des arènes que sont certes les institutions politiques mais également les mass médias et parfois tout simplement la rue, surtout la rue captée par les médias… Déjà l’autorité publique, à quelque niveau qu’elle se situe, de l’État central jusqu’aux municipalités, prétend représenter l’intérêt général. La classe politique s’applique, on ne le sait que trop, à clamer son dévouement pour la cause publique. Autour d’elle gravitent des gens qui se disent, eux, les représentants d’intérêts, cette fois, spécifiques : actionnaires, syndiqués, paysans, étudiants, féministes, environnementalistes, etc. Tout ce jeu des intérêts en présence donne lieu à une dynamique intéressante à observer parce qu’on peut présumer qu’elle n’est pas soumise aux seules lois du hasard. Certes, il y a toujours la part d’incertitude, mais c’est la part du prévisible, si petite soit elle, qu’il y a lieu de tenter de connaître. Peutêtre qu’à l’usage, se révélera-t-elle plus grande qu’on ne le croyait à l’origine. Voilà en somme un programme possible à l’intention de la science politique. C’est-à-dire l’observation de la représentation des intérêts depuis l’autorité étatique jusqu’aux citoyens réunis, à quelque titre que ce soit, pour faire valoir leur point de vue.

13Or ce jeu implique un ensemble d’autres relations sociales, car la représentation des intérêts, en tant que relation sociale, s’exprime de trois manières : par l’influence, le contrôle et le conflit. En d’autres mots, elle peut d’abord tenter d’influencer l’autorité étatique, des groupes bien spécifiques ou encore l’opinion publique en général. Elle peut, par ailleurs, être en situation de contrôler les accès à la prise de décision : certains groupes ont leurs entrées reconnues dans les ministères et parviennent ainsi à monopoliser en quelque sorte l’expression de certains intérêts. Enfin, la représentation des intérêts ne parvient que rarement à se soustraire à une relation de conflit avec la représentation d’autres intérêts. De là, le jeu des stratégies de toutes sortes pour contrôler les accès à l’influence auprès des décideurs. Ces mêmes décideurs (présidents, ministres, députés, maires, conseillers municipaux, etc.) auront pour fonction, par la suite, de fixer des règles en vue d’imposer, d’autoriser ou d’interdire des contrôles déterminés. Ainsi, dans nombre de sociétés, les parents ont l’obligation d’envoyer leurs enfants à l’école : contrôle imposé ; ils peuvent cependant avoir la faculté de déterminer l’école de leur choix, école privée ou publique : contrôle autorisé ; en revanche, il ne leur sera généralement pas permis d’intervenir dans le choix des manuels scolaires : contrôle refusé.

14C’est dans cet esprit que la science politique va s’intéresser à la manière dont les contrôles sont aménagés dans une société donnée ; et ce, en vue de répondre à la question : qui contrôle qui ou quoi, quand, et comment ? Vieille interrogation qui résume assez bien le champ d’observation qui revient à la discipline.

15Dans l’ensemble, la science politique privilégie l’observation du conflit : conflit à l’intérieur d’États, comme conflit entre États. Conflit autour de l’obtention de contrôles ou, au contraire, autour de la suppression de contrôles. Or, cette relation sociale de caractère particulier permet une théorisation abstraite tout comme une observation concrète. On peut imaginer des entités qui, dans l’abstrait, sont en quête d’une maximisation de leurs intérêts dans un rapport conflictuel, tout comme on peut, au contraire, vouloir rendre compte du déroulement d’un conflit bien déterminé, comme une guerre. Dans les deux cas, il s’agit d’une tentative de mettre en évidence une dynamique soit virtuelle, soit réelle. Et c’est cette dynamique, comme séquence dans le temps, qui fait actuellement l’objet de beaucoup d’attention.

16Il y a lieu de reconnaître d’abord que tout conflit repose sur une information imparfaite de la part d’au moins une des parties en présence.

17Qu’est-ce à dire ? Il y a conflit parce que les protagonistes ne s’entendent pas sur l’issue probable d’un différend. Il ne viendrait à l’esprit de personne de s’y engager avec l’assurance d’une défaite certaine ou d’une perte sèche ; à moins de le faire pour l’honneur, ou encore pour servir de victime en vue d’un gain lors d’un combat à venir (le sacrifice a alors pour fonction de mobiliser pour l’avenir). Mais voilà que ce dévoilement de l’information ne peut que se faire dans le temps.

18Alors que la relation d’échange en science économique est vue comme immédiate dans le temps, la relation de conflit, pour sa part, prend place dans la durée. Un conflit se déroule toujours suivant un parcours temporel, un processus. Et c’est la dynamique de ce parcours qui, en science politique, fait l’objet de l’analyse. Tout un programme ! Il faut en convenir. Ce pourra être une guerre, une révolution, un soulèvement ou, plus pacifiquement, un débat public, une campagne électorale, etc. Le registre est étendu et les instruments d’analyse se doivent d’y être adaptés. D’où la variété des champs de spécialisation.

Politique et temps

19Le conflit donne lieu, dans un premier stade, à un exercice de légitimation : les protagonistes doivent justifier leurs prétentions, donner les raisons qui fondent leur combat. Quel qu’en soit le bien-fondé, leur action doit s’appuyer sur des idées qui, plus développées et partagées, deviennent des idéologies. Là sont définis, dans un discours, les grands axes qui rendent compte des enjeux : projets de société qui tentent de déterminer l’identité des parties en présence, celle de l’adversaire et celle du « nous ». Ce sont des considérations dont les origines remontent à la Grèce antique. Voilà déjà un champ de spécialisation, celui des idées politiques, qui, se situant forcément dans le temps, est partie prenante de l’analyse politique. Il jouxte certes la philosophie politique au point qu’il est possible de les confondre. Et qui dit philosophie, dit également histoire.

20Non seulement la philosophie ne peut se comprendre sans l’histoire, mais il en est de même du phénomène politique qui, on s’en rend de plus en plus compte, ne peut se comprendre sans la référence au temps. Tout conflit, se déroulant dans la durée, s’insère dans une histoire plus ou moins longue. Les débats actuels sur le rôle de l’État dans ce qu’on convient d’appeler, avec emphase, la « mondialisation » (terme fourretout), ou sur l’environnement, les identités sexuelles, ou encore l’insertion des immigrés dans les sociétés occidentales, se déroulent tous dans la durée et sur un fond historique, lui-même sujet à débats. L’évocation du passé est rarement innocente et fait partie des stratégies de mobilisation susceptibles d’expliquer ou de légitimer l’action. Tous les mouvements sociaux y ont recours pour identifier l’adversaire et se définir eux-mêmes. Il en est de même des idéologies, et la thèse néolibérale l’illustre fort bien. Elle a recours à une stratégie d’exposition qui consiste à inscrire les mesures de l’État providence dans un grand récit aux conséquences désastreuses ; et cela, en opposition à un autre grand récit, celui du marché libérateur qui, intemporel, c’est-à-dire hors de l’histoire, prétend être conforme à la réalité immuable des choses.

21C’est dire que la tendance va dans le sens d’une compréhension diachronique du phénomène politique. L’analyse politique, quel qu’en soit le champ de spécialisation, ne peut plus feindre de l’ignorer. Qu’il s’agisse d’études de l’opinion, des comportements de toutes natures, électorale ou syndicale, ou bien de différends internationaux, l’élément durée est devenu un paramètre essentiel à l’observation méthodique.

Et finalement ?

22Si la science politique se cherche encore, elle ouvre néanmoins sur un grand nombre d’objets légitimes puisque le phénomène de la représentation des intérêts implique une variété d’expressions. Entre une révolution et une campagne électorale ou un débat législatif, il y a toute une gamme d’actions possibles susceptibles de solliciter des instruments d’analyse différents. Et dès lors que le regard se porte vers les relations internationales, une perspective encore plus grande s’offre à l’analyse. Certes, les instruments d’observation ne sont peut-être pas encore à la mesure des phénomènes retenus ; et, il faut bien le reconnaître, l’imagination analytique n’est pas toujours au rendez-vous. Autant de bonnes raisons de relever le défi… D’autant plus qu’il y a tout lieu de se demander si, à l’instar de l’échange en science économique, le champ n’aurait pas avantage à s’ouvrir à l’ensemble des rapports d’influence, de contrôle et de conflit dans les relations sociales ; que ce soit dans la famille, à l’université, au travail, etc. Alors là ! c’est, comme on dit, une autre paire de manches. Au charbon !

Auteur

Professeur de science politique - Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540