Version classiqueVersion mobile

L'état des citoyennetés

 | 
Jane Jenson
, 
Bérengère Marques-Pereira
, 
Éric Remacle

Les collaborateurs

Texte intégral

1Matéo ALALUF est professeur de sciences sociales à l’Université libre de Bruxelles et membre du Centre de sociologie du travail, de l’emploi et de la formation (TEF). En 2005, il a dirigé avec Estelle Krzeslo, Protection sociale et emploi : regards croisés sur la mondialisation en Europe et en Chine.

2Claudie BAUDINO est chercheure associée à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP) à l’École normale supérieure de Cachan. Elle a publié « Gendering the Republican System : Debates on Women’s Political Representation in France », dans Joni Lovenduski et al. (dir.), State Feminism and Political Representation, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

3Thomas BERNS est membre du Centre de philosophie du droit et de l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles. Parmi ses nombreux ouvrages, on trouve Souveraineté, droit et gouvernementalité : lectures du politique à partir de Bodin (2005).

4Gérard BOISMENU est professeur au Département de science politique de l’Université de Montréal et directeur de l’Institut d’études européennes de l’Université de Montréal-McGill University. En 2004, avec Pascale Dufour et Denis Saint-Martin, il a publié Ambitions libérales et écueils politiques. Réalisations et promesses du gouvernement Charest.

5Dominique CAOUETTE est professeur au Département de science politique de l’Université de Montréal. Son ouvrage, Persevering Revolutionaries : Armed Struggle in the 21st Century, Exploring the Revolution of the Communist Party of the Philippines, paraîtra en 2007.

6Barbara DELCOURT est chargée de cours en science politique et rattachée au Pôle Bernheim d’études sur la paix et la citoyenneté à l’Université libre de Bruxelles. Elle est l’auteure de Droit et souverainetés : analyse critique du discours européen sur la Yougoslavie (2003).

7Vaia DEMERTZIS est aspirante du FNRS (Fonds national de la recherche scientifique) auprès de l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles où elle prépare une thèse de doctorat sur la difficile construction d’une solidarité sociale européenne.

8Pascale DUFOUR est professeure au Département de science politique de l’Université de Montréal. Avec Gérard Boismenu et Alain Noël, elle a publié L’aide au conditionnel. La contrepartie dans les mesures envers les sans-emploi en Europe et en Amérique du Nord (Presses de l’Université de Montréal, 2004). Elle travaille actuellement sur les mouvements sociaux transnationaux.

9Isabelle GIRAUD est maître-assistante en études genre à la Faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Genève. En 2005, elle a soutenu sa thèse intitulée Mouvements de femmes et changements de régimes genrés de représentation politique au Québec et en France, 1965-2004.

10Jane JENSON est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en citoyenneté et gouvernance à l’Université de Montréal, où elle enseigne au Département de science politique. Elle a publié en 2004 La politique comparée. Fondements, enjeux, approches théoriques avec Mamoudou Gazibo aux Presses de l’Université de Montréal.

11Justine LACROIX est chargée de cours au Département de sciences politiques de l’Université libre de Bruxelles. Ses principaux thèmes de recherches sont la pensée politique contemporaine et les enjeux normatifs de la construction européenne. Elle a publié en 2004 aux Éditions du Cerf, L’Europe en procès. Quel patriotisme au-delà des nationalismes ?

12Paul MAGNETTE est professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles, où il est également directeur de l’Institut d’études européennes. Il est l’auteur de Le régime politique de l’Union européenne (Presses de Sciences Po, 2005) ainsi que de What is the European Union ? (Palgrave, 2005).

13Bérengère MARQUES-PEREIRA est professeure en science politique et en sciences sociales et directrice du Centre de Sociologie politique à l’Université libre de Bruxelles. Auteure de nombreux ouvrages et articles scientifiques, elle a publié notamment La citoyenneté politique des femmes (Armand Colin, 2003).

14Martin PAPILLON enseigne à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur le fédéralisme, la citoyenneté et l’autonomie politique des peuples autochtones. Sa thèse de doctorat à l’Université de Toronto est intitulée Federalism from Below ? The Emergence of Aboriginal Multilevel Governance in Canada.

15Johanne POIRIER enseigne à la Faculté de droit et est membre de l’équipe de chercheurs au Centre du droit public de l’Université libre de Bruxelles. Ses champs de recherche sont, entre autres, le fédéralisme au Canada et en Belgique, ainsi que le droit constitutionnel comparé.

16Andrea REA enseigne en science politique et en sciences sociales à l’Université libre de Bruxelles. Directeur du GERME (Groupe d’études sur l’ethnicité, le racisme, les migrations et l’exclusion), il a dirigé, avec Marco Martiniello, Affirmative Action. Des discours, des politiques et des pratiques en débat en 2004.

17Eric REMACLE est responsable du Pôle Bernheim d’études sur la paix et la citoyenneté à l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles, où il enseigne en science politique. En 2006, il a dirigé, avec Serge Jaumain, Mémoire de guerre et construction de la paix. Mentalités et choix politiques, Belgique-EuropeCanada (PIE-Peter Lang).

18George ROSS est titulaire de la Morris Hilquit Chair in Labor and Social Thought et directeur du centre d’études allemandes à Brandeis University (Boston), où il enseigne au Département de science politique et au Département de sociologie. Parmi ses nombreux ouvrages et articles scientifiques, on note Euros and Europeans : Economic and Monetary Union and the European Model of Society (Cambridge University Press, 2004), dirigé avec Andrew Martin.

19Sophie STOFFEL est assistante à l’Université libre de Bruxelles. Elle est doctorante en sciences politiques au Centre de sociologie politique et membre du Groupe d’études latino-américaines de l’Institut de sociologie. Sa recherche doctorale porte sur le féminisme d’Etat au Chili.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search