Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'état des citoyennetés

 | 
Jane Jenson
, 
Bérengère Marques-Pereira
, 
Éric Remacle

Partie II. Représentations et revendications

Penser et soutenir le militantisme transnational : citoyenneté globale et défense des droits en Asie du Sud-Est1

Dominique Caouette

Texte intégral

  • 1 Une version antérieure de ce texte a servi de notes de discussion lors du Séminaire continental de (...)
  • 2 Joe Bandy et Jackie Smith (dir.), Coalitions Across Borders: Transnational Protest and the Neoliber (...)
  • 3 John Clark (dir.), Globalizing Civil Engagement, Londres, Earthscan, 2003 ; Mike Prokosh et Laura R (...)

1En décembre 2005 avait lieu à Hong Kong la 6e Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Celle-ci suivait celles de Cancun (2003), Doha (2001), Seattle (1999), Genève (1998) et Singapour (1996). À Genève d’abord et l’année suivante avec la « bataille de Seattle », la société civile s’est rencontrée et a manifesté en parallèle. Depuis, les rencontres ministérielles de l’OMC sont devenues des occasions importantes pour les mouvements et les réseaux transnationaux de se rassembler et d’agir collectivement en vue de résister et de protester contre des modes de décision jugés non démocratiques et exclusifs2. Pour de nombreux participants, la libéralisation du commerce qu’incarne l’ordre du jour de l’OMC constitue un défi global qui demande une action collective transfrontalière pour que l’économie néolibérale actuelle s’occupe également de justice sociale et d’équité3.

  • 4 Voir Nicola Piper et Anders Uhlin (dir.), Transnational Activism in Asia: Problems of Power and Dem (...)
  • 5 Donatella Della Porta et Sidney Tarrow (dir.), Transnational Protest and Global Activism, Lanham, R (...)

2Dans sa forme simple, le militantisme transnational se définit comme l’action menée outre les frontières des Etats par les mouvements sociaux, par d’autres organismes de la société civile et par des individus4. Deux spécialistes des mouvements sociaux, Délla Porta et Tarrow, ont peaufiné cette définition et réfèrent à l’action collective transnationale comme à toute forme de «campagnepagne internationale coordonnée par les réseaux de militants contre des acteurs internationaux, d’autres États, ou des institutions internationales5 ».

  • 6 A. G. Hopkins (dir.), Globalization in World History, Londres, Pimlico, 2002, jette un éclairage fo (...)
  • 7 Voir Markus Schulz, « Collective Action Across Borders; Opportunity Structures, Network Capacities, (...)
  • 8 J. Bandy et J. Smith (dir.), 2005 ; D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), 2005 ; Sanjeev Khagram, Jam (...)
  • 9 Thomas Risse, « Transnational Actors, Networks, and Global Governance », dans Walter Carlsnaes, Tho (...)
  • 10 N. Piper et A. Uhlin (dir.), 2004.
  • 11 . Voir N. Piper et A. Uhlin (dir.), 2004, et le numéro de Development intitulé « The Movement of Mo (...)

3Quel événement a marqué l’émergence et la croissance accélérée du militantisme transnational ? Cela est presque impossible à cerner. Même si les mouvements sociaux transnationaux existent depuis longtemps6, le soulèvement zapatiste de janvier 1994, et son appel à une résistance transcontinentale (voire galactique !) au néolibéralisme global, a eu une importance particulière7. Le militantisme transnational et son lien avec la mondialisation sont aujourd’hui devenus des sujets de recherche prospères, dans le domaine des relations internationales autant que de la sociologie politique8. Cependant, en dépit de la richesse grandissante du domaine, la recherche a été confinée principalement à l’Amérique du Nord, à l’Europe et à une partie de l’Amérique latine9. Peu d’analyses retracent à ce jour l’origine de cette forme d’action collective en Asie du Sud-Est, et l’influence qu'elle exerce sur les politiques publiques10. En Asie du Sud-Est comme dans bien d’autres régions du monde, on tend de plus en plus à s’organiser et à travailler d’une façon transnationale. Même si l’existence d’une gamme étendue d’organismes, de mouvements et de réseaux transnationaux de militantisme basés et actifs en Asie du Sud-Est est admise aujourd’hui, il reste à interpréter leur importance, et à comprendre leurs effets sur la transformation sociale11.

  • 12 D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), 2005.
  • 13 Sidney Tarrow, The New Transnational Activism, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.
  • 14 Thomas Risse-Kappen (dir.), 1995 ; Thomas Risse, 2001.

4À partir des récents travaux de Della Porta et Tarrow12, Tarrow13 et Risse-Kappen14 sur l’action collective transnationale, il est possible d’expliquer la montée et les résultats du militantisme transnational en Asie du Sud-Est à l’aide de trois variables :

    • 15 S. Tarrow, 2005, p. 8.

    l’internationalisation complexe (nombre des institutions, des régimes et des contacts internationaux entre responsables d’Etat et acteurs non étatiques ; multiplication des liens entre les questions et problèmes locaux, nationaux et internationaux15) ;

    • 16 T. Risse-kappen (dir.), 1995, p. 20.

    les possibilités politiques à plusieurs niveaux qu’offre l’interaction entre cette internationalisation complexe et les structures nationales (c’est-à-dire « les caractéristiques institutionnelles de l’État, de la société, et des relations État-société16 ») ;

    • 17 S. Tarrow, 2005, p. 34.

    l’émergence d’une strate de militant(e)s mieux décrite par l’expression cosmopolites enracinés17.

  • 18 Robert H. Taylor (dir.), The Politics of Elections in Southeast Asia, Cambridge, Cambridge Universi (...)

5Dans le présent chapitre, j’examine en quoi l’expansion rapide du militantisme transnational en Asie du Sud-Est constitue autant une forme de réponse aux processus socioéconomiques et politiques globaux associés à la mondialisation qu’une conséquence de la libéralisation politique relative et limitée caractérisant certains pays de l’Asie du Sud-Est18 .

6Pour ce faire, je trace l’analyse de la généalogie, et j’analyse les objectifs et les activités, de quatre organismes du militantisme transnational, nommément l’Asian Régional Exchange for New Alternatives (ARENA), le Third World Network (TWN), le Focus on the Global South (Focus) en Thaïlande, et l’Asia Pacific Research Network (APRN). Chacun de ces organismes entreprend des recherches et produit de nouveaux discours, qui servent aux militants nationaux et transnationaux.

7Comme le révèlent ces brèves études de cas, le militantisme transnational est à l’oeuvre en Asie du Sud-Est sous la forme de réseaux et d’ONG régionales depuis le début des années 1980. J’avance ici que son développement répond à des opportunités internationales et nationales, et résulte d’une conscience grandissante chez les militants locaux et nationaux de la région devant faire face à des problèmes communs, d’où l’importance d’avoir des objectifs communs. Dans certains cas, le travail de sensibilisation et de mise sur pied de coalitions transnationales est un moyen pour faire avancer les droits des citoyens, bloqués dans tel pays, ou qui ne peuvent pas être défendus directement sur la scène nationale. Dans d’autres cas, le militantisme transnational devient un moyen pour étendre globalement une pression politique visant un problème commun – pauvreté grandissante, marginalisation des secteurs ruraux, privatisation, libéralisation du commerce, déréglementation, militarisme, etc. – qui affecte les citoyens. Les quatre organismes étudiés ont en commun de chercher à agir sur le plan transnational et de fournir aux citoyens des connaissances dont ils pourront se servir. La production de discours et de connaissances devient intrinsèquement liée à la mobilisation ainsi qu’à la construction des réseaux et des bases militantes. Il faut toutefois noter que cet exercice de comparaison est très largement en cours de production. Pour le moment, je cherche surtout à comprendre l’émergence et le développement de ces organismes ; il restera à évaluer leur impact sur le plan politique.

Nourrir et soutenir le militantisme transnational en Asie du Sud-Est par la création de connaissances et la production de discours critiques

  • 19 F. Loh, 2004 ; Vidhu Verma, « Debating Rights in Malaysia: Contradictions and Challenges », Journal (...)
  • 20 Un ouvrage intéressant et novateur est celui de N. Piper et A. Uhlin (dir.), 2004. Au lieu de se co (...)

8L’Asie du Sud-Est, en particulier les Philippines, la Thaïlande, la Malaysia, et de plus en plus l’Indonésie, héberge diverses formes d’organisme de militantisme transnational19. Il reste toujours à élaborer une image d’ensemble de la région, qui ferait l’examen des mouvements sociaux transnationaux, des organisations non gouvernementales internationales, et des réseaux de sensibilisation et de défense20. Pour l’instant, j’examine ici trois organismes de militantisme transnational en Asie du Sud-Est : le Third World Network (TWN) basé à Penang en Malaysia, le Focus on the Global South basé à Bangkok en Thaïlande, et l’Asia Pacific Research Network (APRN) basé à Manille aux Philippines. Je m’intéresserai également à l’Asian Régional Exchange for New Alternative (ARENA) actuellement basé à Hong Kong et à Séoul, mais dont l’histoire est étroitement liée à l’Asie du Sud-Est.

9Ces quatre regroupements représentent un type précis d’organisme transnational. Chacun d’eux intervient dans le domaine des idées, et dans la création de connaissances et de discours novateurs. On pourrait, prétendront certains, les considérer comme des laboratoires d’idées de la société civile. Les quatre sont branchés sur divers réseaux internationaux s’occupant des questions de développement international, d’architecture financière mondiale, de sécurité alimentaire, de luttes populaires, et globalement de justice sociale. S’il est vrai qu’ils font parfois partie des mêmes réseaux internationaux, chacun est reconnu comme un acteur distinct ayant ses propres spécificités. En même temps, les quatre sont issus de contextes nationaux différents, de moments historiques distincts ; avec leur propre répertoire d’actions collectives, et des liens avec des mouvements sociaux et des interactions avec les autorités gouvernementales qui varient selon chacun.

L’Asian Régional Exchange for New Alternatives (ARENA)

  • 21 L’auteur a interviewé Jeannie Nacpil-Manipon, directrice générale, et Titos Escuetas, agent de prog (...)

10Des quatre organismes transnationaux examinés ci-après, l’ARENA est le plus ancien, ayant été créé en 1980. Contrairement aux trois autres, l’ARENA a son secrétariat à l’extérieur de l’Asie du Sud-Est, à Hong Kong. Il a été fondé à la suite d’une consultation initiale auprès de « scientifiques et gens d’Eglise engagés socialement » qui ont admis à l’époque qu’il n’était pas possible de faire de la recherche critique dans plusieurs des universités de la région21. Le but était de regrouper des « intellectuels militants » prêts à collaborer à la production de résultats de recherche et de concepts qui seraient pertinents pour les mouvements sociaux en Asie, et qui contribueraient à bâtir un noyau d’érudits asiatiques soucieux de justice sociale.

  • 22 Ibid.

11Depuis sa création, l’ARENA a toujours eu une approche panasiatique ; il se définit aujourd’hui comme un « programme interdisciplinaire d’études et de recherches en coopération sur l’Asie » et comme un réseau régional « d’érudits asiatiques soucieux de justice sociale » composé d’universitaires, d’intellectuels, de militants, de chercheurs, d’écrivains et d’artistes. Il vise à contribuer à une démarche d’éveil en vue d’un changement social significatif centré sur les gens22. Cette visée se reflète dans ses buts :

  1. Promouvoir l’équité entre les classes sociales, les castes, les groupes ethniques et les sexes ;

  2. Renforcer la participation populaire à la vie publique et opposer la centralisation autoritaire ;

  3. Prévenir la marginalisation des collectivités face à l’incursion des influences modernes ;

  4. Améliorer la qualité de vie des déshérités de l’Asie ;

  5. Nourrir la conscience écologique ;

  6. Miser sur les aspects du savoir autochtone allant dans le sens de l’émancipation sociale ;

    • 23 Ibid et ARENA, « The Asian Régional Exchange for New Alternatives: An Interdisciplinary Programme f (...)

    Articuler de nouvelles visions englobant une vision holistique du monde23.

  • 24 Ibid. Du point de vue de l’ARENA, un érudit soucieux est un individu capable d’élaborer des concept (...)

12L’ARENA s’est aussi défini une base précise : « ARENA est une ONG unique parce qu’il a choisi pour base immédiate les érudits asiatiques préoccupés de justice sociale, et qu’il croit ce secteur capable de jouer un rôle vital dans le processus de transformation sociale24 ».

  • 25 Voir ARENA, « The Asian Régional Exchange for New Alternatives », n.d., et « ARENA online: What is (...)
  • 26 Interview de Nacpil-Manipon et Escuetas, 5 décembre 1998.

13Depuis sa formation, l’ARENA cherche à renforcer et à soutenir les organisations de la société civile, sachant « l’importance du rôle qu'elles jouent dans la transformation sociale et la recherche de la paix et de la justice sociale25 ». En même temps, sa perception de ce rôle a évolué peu à peu à mesure que changeait la façon dont ses membres percevaient l’Asie : «Auparavantravant l’Asie était un lieu de ralliement des luttes anti-impérialistes. On ne la voit plus ainsi ; l’Asie étant maintenant le nouveau centre des activités économiques mondiales, les gens veulent cerner cette problématique et le sens qu'elle apporte26 ».

  • 27 Ibid.

14Le réseau a grossi lentement, jusqu’à regrouper 20 membres en 1992 au sein du Conseil des membres. Il s’agissait alors d’universitaires de gauche, beaucoup étaient préoccupés par les droits humains et avaient des liens dans divers mouvements sociaux, tel le mouvement antidictature aux Philippines. Durant la première décennie de l’ARENA, le Conseil chrétien d’Asie a joué un rôle central comme support du réseau ; les membres aidaient à en trouver d’autres, et le travail était centré principalement sur la recherche et la sensibilisation27.

  • 28 Ibid.
  • 29 En Asie de l’Est (Beijing, Hong Kong, Taiwan, Corée et Japon), en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malay (...)

15Après l’évaluation quinquennale de 1992/1993, l’ARENA est devenu plus officiel, le secrétariat de Hong Kong assumant plus de responsabilités dans la mise en oeuvre et la coordination des programmes. En même temps, le nombre de membres est passé rapidement à 60, et un conseil exécutif a été mis sur pied. À ses débuts, a-t-on souligné en interview, l’ARENA était plutôt un « réseau de dinosaures », des hommes pour la plupart et plus ou moins connectés entre eux. À partir de 1992, le nombre de femmes membres augmente, l’ordre du jour s’enrichit des questions féministes, et la gamme des intérêts s’élargit, passant de l’économie politique à l’étude comparée des cultures et aux approches interdisciplinaires28. En ce moment, le conseil compte 79 membres basés principalement en Asie de l’Est, du Sud et du Sud-Est29, mais aussi quelques-uns en Australie, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

  • 30 ARENA, « The Asian Régional Exchange for New Alternatives », n.d.

16Durant cette même période, l’ARENA mène une vie collective plus significative avec des congrès réguliers et des plans d’action sur trois ans. Il élabore son premier plan coordonné en octobre 1996, à son congrès de Séoul, en Corée du Sud, auquel participent 42 membres. Le plan triennal intitulé « Alliance populaire à l’âge de la mondialisation : soutenir l’équité, l’écologie et la pluralité », alors approuvé, servira de base pour la programmation. Outre son travail visant à comprendre et déconstruire la « mondialisation » et à analyser l’impact du commerce et des investissements mondiaux, l’ARENA souligne la nécessité de contribuer à créer et à nourrir l’alliance populaire « que les mouvements sociaux, les organismes à la base, les ONG et les autres groupes qui ont des vues similaires sont en train de bâtir au-delà des frontières30. Le plan triennal suivant (2000-2003), intitulé « Ré-imaginer l’Asie : redéfinir la sécurité humaine et l’autre développement : mouvement et alliances du 21e siècle », est conçu après la crise financière qui secoue nombre de pays dans la région, mais qui en même temps aiguise le sentiment d’identité régionale, ce que reflète le programme en mettant l’accent sur l’importance de l’action concertée :

  • 31 ARENA, mars-octobre 2000, p. 7.

La démarche pour orienter l’avenir et ré-imaginer l’Asie entraînera aussi la mise en commun des énergies politiques et des imaginaires culturels populaires de l’Asie – par des jumelages locaux, nationaux et régionaux – en vue d’articuler et d’interpréter les expériences de résistance et de reconstruction31.

17Le programme triennal de l’ARENA (2003-2006) a été adopté cette fois dans le contexte de l’après-11 septembre et de l’invasion de l’Irak dirigée par les Etats-Unis. En effet, le Conseil des membres de l’ARENA s’est réuni du 28 au 31 mars 2003, quelques jours après l’invasion, autour du thème « L’espoir au coeur du désespoir : résistances et solutions de rechange aux hégémonies ». Son orientation reflétait le contexte spécifique du moment :

  • 32 ARENA, « Hope Amidst Despair: Résistances and Alternatives to Hegemonies », Plan triennal 2003-2006 (...)

La recherche des solutions de rechange – ces possibilités autres de transformer les relations de pouvoir dominantes, et de mener vers un ordre plus juste et plus équitable — confronte et affronte nécessairement la violence qui engloutit le monde aujourd’hui. La violence de la poursuite implacable de l’hégémonie et de l’empire à bâtir. La violence du militarisme et des guerres d’agression. La violence de la structure du patriarcat si profondément enracinée. La violence du racisme et de la culture des préjugés et de l’intolérance. La violence de l’exploitation capitaliste de l’humanité et des ressources de la Terre32.

  • 33 ARENA, « Project Proposai for an Asian Régional Alternative School », autour de 1999, document non (...)

18En plus de ses publications et congrès réguliers (la diffusion des idées étant son principal moyen), l’ARENA crée ce qu’il appelle les « échangesécoles pour une praxis différente », une occasion pour « estomper la division entre intellectuels et militants en offrant aux uns et aux autres un milieu éducatif où transgresser leurs rôles respectifs » ainsi qu’une « plate-forme et un réseau d’information où les organismes éducatifs et ONG novateurs pourront échanger des idées et des ressources33 ».

19Aujourd’hui, le plus gros défi de l’ARENA semble porter sur la façon de créer une synergie entre ses membres pour rayonner vers une communauté plus étendue. Son impact positif sur la vie des gens exploités demeure au coeur de ses préoccupations, et reste pourtant une question ouverte. Néanmoins, en tant que réseau transnational, l’ARENA a cherché à offrir un espace critique où les intellectuels peuvent se rencontrer et explorer les domaines de réflexion susceptibles de mener à une action collective. À l’époque de sa fondation, les intellectuels engagés dans ce genre de critique étaient non tolérés, voire directement réprimés dans les universités et cercles universitaires traditionnels, dans les pays soumis à un régime autoritaire ou semi-autoritaire. L’émergence de l’ARENA dans les années 1980 reflétait donc clairement le trop peu d’espace laissé au discours critique dans les universités d’Asie, mais aussi le besoin bien senti de créer un collectif d’intellectuels capables de s’interpeller mutuellement dans la région et ensuite d’agir en communiquant dans leur pays un discours novateur au sein des organismes de la base. C’est la prolifération ainsi que l’importance des organismes régionaux tels l’ASEAN, l’APEC et l’ADB, conjuguées à la crise asiatique, qui ont amené les membres de l’ARENA à définir des plans d’action qui reflètent cette nécessité d’agir collectivement à l’échelle régionale. Enfin, l’engagement récent de l’ARENA dans l’Alliance Paix Pacifique (APA) où elle joue un rôle de fer de lance reflète d’ailleurs, à l’instar d’une série d’écoles alternatives, ce sentiment de la nécessité de jeter des ponts et d’ouvrir des espaces d’échange entre les intellectuels militants de la région.

Le Third World Network (TWN)

  • 34 Third World Network (TWN), « Page d’accueil » : <http://www.twnside.org.sg/>, (page consultée le 20 mars 2005).
  • 35 Ibid.

20Le TWN se décrit lui-même comme un « réseau international, indépendant et à but non lucratif d’organismes et d’individus agissant sur les questions de développement et de tiers-monde et sur les questions Nord/Sud34 ». Son secrétariat international est situé à Penang, en Malaysia, où il a été fondé en 1984. Le TWN a aussi des bureaux à Delhi, Montevideo, Genève et Accra, et des groupes affiliés dans 13 pays — Inde, Philippines, Thaïlande, Brésil, Bangladesh, Malaysia, Pérou, Ethiopie, Uruguay, Mexique, Ghana, Afrique du Sud et Sénégal35.

  • 36 Comme l’explique Khor : « Le CAP et son leader charismatique, S. M. Mohammed Idris, m’ont permis de (...)

21L’histoire du TWN débute à la fin des années 1970 lorsque Martin Khor (qui à l’époque était directeur de la recherche à l’Association des consommateurs de Penang (CAP) et qui avait complété des études en économie à Cambridge et enseigné à l’Université des sciences en Malaysia), avec d’autres militants de son pays et de l’étranger, a proposé la création d’un tel réseau36. Interviewé en 2004, il a rappelé cet événement :

  • 37 Ibid.

Quand j’étais au CAP, mes collègues et moi nous occupions des problèmes de santé, d’alimentation, d’habitation, de transport et d’environnement que les consommateurs rencontraient ; on transmettait leurs plaintes aux divers ministères du gouvernement, et l’on se battait pour de meilleures lois et de meilleures politiques. [...]
Le CAP a contacté d’autres ONG en Asie et dans d’autres coins du monde, et avant 1984 nous avons réalisé que de nombreux problèmes avaient des racines mondiales communes. Ensemble, avec beaucoup de ces ONG, nous avons formé le TWN en 1984 pour relier les problèmes des communautés locales du Sud aux mécanismes globaux de décision des politiques37.

  • 38 Interview de Karen Seabrooke et Peter Gillespie, Agents de programme à Inter Pares, Ottawa, 1er mar (...)
  • 39 Francis K. W. Loh, « National Security, the Police and the Rule of Law: Militarisation by Other Mea (...)

22Le TWN s’est formé bien avant la toute nouvelle vague du militantisme social transnational, que l’on a appelée le mouvement antimondialisation. Deux chargés de programme à Inter Pares — un organisme de justice sociale basé au Canada et l’un des premiers partisans du TWN — se rappellent : « Le TWN est né d’un exercice de considération plus globale de la consommation reliant les questions de santé publique et d’environnement aux relations Nord/Sud. En fait, le TWN émerge beaucoup dans la logique du Mouvement des pays non alignés38 ». Cette orientation vers la sensibilisation internationale n’était pas une simple coïncidence ; elle était en partie une réaction au blocage des canaux d’expression politiques sur le plan national. En Malaysia, le système politique, malgré sa façade démocratique, a toujours peu toléré les remises en question politiques directes. Il a su contrôler et empêcher efficacement que se forment des ONG importantes à l’échelle locale et nationale39.

23Ce passage des questions locales aux questions nationales et internationales n’est pas rare dans les réseaux transnationaux. Le TWN se distingue toutefois des trois autres organismes examinés dans le présent document par son engagement explicite à oeuvrer, lorsque cela est possible, avec les responsables gouvernementaux pour influer sur les politiques publiques. Invité à expliquer comment il concilie le militantisme social avec le rôle de conseiller auprès des dirigeants gouvernementaux, Khor a répondu :

  • 40 Commonwealth Foundation, « Connecting people – Dr. Martin Khor ».

Au bout du compte, le militant social veut obtenir des résultats concrets, c’està-dire de meilleures politiques publiques et une amélioration de la vie des gens. [...] Oui, les gouvernements nous invitent parfois à participer à quelques consultations et institutions dans le cadre desquelles nous pouvons faire valoir nos points de vue et contribuer à la définition des politiques. Prendre part à ces processus nous aide à mettre de l’avant plus directement nos perspectives. Mais cela ne compromet pas notre capacité à avoir des points de vue indépendants et à demeurer critiques40.

  • 41 « Martin Khor. Malaysia. Activist, Scholar, Journalist », Dropping Knowledge, en ligne : <www.droppingknowledge.org/participants_search.php?id=557> (page con</www> (...)

24Au fil des années, le TWN s’est associé régulièrement à des mécanismes multilatéraux tels que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Association des nations de l’Asie du Sud (ASEAN)41. Il participe aux sommets officiels et parallèles, mais il produit aussi une large gamme de publications (le magazine mensuel Third World Resurgence, le magazine bimestriel Third World Economies, des livres, des monographies, et, à l’occasion, des documents d’information dont un grand nombre par Internet). Son site Web est devenu le principal portail de diffusion de ses matériels et de ses analyses.

25De plus en plus, le TWN joue un rôle important de support et de conseiller auprès des négociateurs commerciaux des pays du Sud au sujet des questions liées à l’OMC, en particulier par le biais de TWN-Africa, situé à Accra au Ghana. En fait, il a de plus en plus concentré ses luttes sur les mécanismes économiques internationaux. Outre son action à l’OMC, le TWN est particulièrement actif autour de la Convention sur la biosécurité et du Sommet mondial sur le développement durable.

26S’il a réussi à devenir un réseau transnational de sensibilisation aux politiques, le siège du TWN en Malaysia a par contre été perçu comme engagé de loin seulement dans le travail de sensibilisation locale, et comme parfois déconnecté des groupes de la base. Le passage du local/national aux questions transnationales semble associé en partie à une réaction au manque d’espace politique sur la scène nationale, à l’intégration croissante et rapide de la Malaysia à l’économie mondiale, de même qu’à la capacité de ses membres d’offrir des analyses et discours de rechange sur les politiques au grand nombre de militants et même de responsables gouvernementaux dans le tiers monde.

Le Focus on the Global South (Focus)

  • 42 Kamal Malhotra et Walden Bello, « Background and Rationale », dans Kanjana Kaewthep et Filomeno Sta(...)

27Conçu en 1993 et 1994 par ses deux premiers codirecteurs – Kamal Malhotra et Walden Bello —, Focus s’établit officiellement à Bangkok, en Thaïlande, en janvier 199542. Ces codirecteurs représentent en bonne partie des archétypes des militants transnationaux. Bello, un économiste politique philippin, a vécu des années aux États-Unis, il s’est engagé à fond dans la lutte contre la dictature Marcos et le mouvement de solidarité internationale avec le tiers-monde, il a aussi travaillé avec l’Institute for Food and Development Policy — Food First, une ONG du Nord. De son côté, l’Indien Malhotra a oeuvré pendant des années dans une ONG internationale, le Community Aid Abroad (CAA – Oxfam Australie) et dans de nombreuses autres ONG locales.

28Les deux fondateurs s’entendaient au départ sur cinq grandes idées, comme cela ressort d’une évaluation extérieure de Focus :

  1. Le paradigme en vigueur au sujet de la division Nord-Sud est insatisfaisant ;

  2. L’analyse économique dominante de même que la méthodologie appliquée au trio économie/culture/politique les laissent sceptiques ; [...]

  3. La nécessité s’impose de lier les perspectives macroéconomiques pour analyser les situations actuelles ; [...]

  4. Un fossé sépare les militants qui se mobilisent, mais qui ont une analyse incomplète ou simpliste, et les chercheurs et universitaires qui ont les capacités pour faire de bonnes analyses mais qui n’ont pas les possibilités d’agir ; [...] et

    • 43 Kanjana Kaewhtep, « A Program and Organizational Assessment of Focus on the Global South », dans Ka (...)

    L’Asie de l’Est et du Sud-Est est un lieu important étant donné sa dimension sociale, économique et politique dynamique dans le développement global43.

  • 44 Par la suite, le concept de « Global South » a été repris par plusieurs dont Inter Pares, dans « An (...)
  • 45 Focus on the Global South, « A Program of Development Policy Research, Analysis and Action », broch (...)
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.

29Le choix du nom de l’organisme illustre bien que la mondialisation affecte à la fois le Sud et le Nord44. D’entrée de jeu, l’économie internationale est présentée sous l’éclairage suivant : « la mondialisation en cours rend imprécis les concepts traditionnels de Nord et de Sud, [parce que] il y a un Nord en pleine croissance dans le Sud, et simultanément un Sud en pleine croissance dans le Nord45 ». Délaissant la perspective Nord-Sud traditionnelle, Focus cherche à proposer un autre concept : « On redéfinit de plus en plus le Nord et le Sud en tant que des concepts servant à distinguer ceux qui sont économiquement en mesure de participer aux marchés mondialisés, et d’en bénéficier, et ceux qui en sont exclus et marginalisés46. « En même temps Focus choisit de « donner priorité à son travail dans les pays en développement et de mettre l’accent en particulier sur la région Asie-Pacifique47 ».

  • 48 Ibid., p. 49.

30Grâce à leur réputation, à leurs antécédents et à leurs réseaux, les deux codirecteurs aident Focus à démarrer en obtenant que des agences de financement s’engagent à le supporter. À l’instar de l’ARENA, Focus se présente comme un lieu où les militants et penseurs de la région Asie-Pacifique peuvent se brancher les uns sur les autres48, les buts premiers étant de :

  1. Renforcer les regroupements de pauvres et de marginalisés dans le Sud, et les organismes qui travaillent en leur nom, dans leur capacité à mieux comprendre et analyser les effets de la mondialisation dans leur vie quotidienne et dans leurs luttes ;

  2. Améliorer les analyses critiques et provocantes des tendances économiques et sociales régionales et globales, et articuler, sur la démocratie et la réduction de la pauvreté, des solutions de rechange équitables et viables qui fassent avancer l’intérêt des populations pauvres et marginalisées du monde, et en particulier dans la région Asie-Pacifique ; et

    • 49 Ibid.

    Développer un paradigme du changement qui articule et relie avec plus de cohérence les niveaux local, communautaire, régional et mondial. Tel est le créneau visé par Focus — définir un lien distinct et convaincant entre le développement à la base et le niveau macroéconomique [souligné par l’auteur]49.

  • 50 K. Kaewhtep, juillet 1999, p. 46.

31Dès ses débuts, Focus a voulu combiner l’analyse des travaux des forums économiques régionaux et mondiaux, et l’étude de la résistance et des initiatives locales, dans le cadre de ses deux programmes principaux : I) Paradigmes globaux, soient les recherches et analyses politiques sur les questions économiques et sociales régionales et mondiales ; et 2) Paradigme micro/macro, soient la documentation, l’analyse et la diffusion des « efforts novateurs déployés à la base, dans les communautés et la société civile, au chapitre de la démocratie, de la réduction de la pauvreté et du développement durable50 ».

  • 51 Ibid.

32Deux facteurs clés expliquent le choix de Bangkok pour y installer le siège de Focus : la stabilité politique relative de la Thaïlande et la possibilité d’association avec l’Institut des recherches sociales de l’Université Chulalongkorn (CUSRI)51. En 1996, l’équipe de Focus compte seulement 6 personnes, mais elle grossit rapidement, passant à près de 20 personnes en 1999 et à environ 25 en 2005. Et Focus ouvre deux bureaux nationaux, l’un en Inde et l’autre aux Philippines.

  • 52 Dans son Plan de travail 2003-2005, l’organisme reconnaît cette position particulière : « Focus a é (...)
  • 53 Filomeno Sta. Ana III, « Executive Summary of Assessment », dans Kanjana Kaewthep et Filomeno Sta. (...)
  • 54 Comme le soulignent deux évaluateurs : « Nous avons l’impression que l’action de Focus a d’abord pr (...)

33En quelques années, Focus devient une référence clé pour les organismes de la société civile en Asie du Sud-Est mais aussi dans le mouvement antimondialisation plus large52. Ce succès dans la création et le renforcement de Focus repose sur deux types de facteurs : d’abord les facteurs endogènes liés à la capacité de Focus à « créer des réseaux et resserrer les jumelages entre les organismes de la société civile à l’échelle locale, nationale et mondiale53 ». Au fil des années, le personnel de Focus n’a pas juste produit des recherches et des analyses politiques, il a aussi joué un rôle central dans l’organisation des réseaux de la société civile dans la région, et ce, sur plusieurs questions (sécurité alimentaire, APEC, ASEAN, ASEM). Il s’est aussi occupé de près de multiples actions mondiales telles que le Forum social mondial, les coalitions anti-OMC (telle la campagne Notre monde n’est pas à vendre) et le mouvement pour la paix54. Des consultants extérieurs ont d’ailleurs noté dans un rapport d’examen, en 2002, que Focus était devenu un réseau clé de militants internationaux :

34Focus est doté de quatre attributs, sources de pouvoir, qui semblent inciter les ONG et les mouvements sociaux à amorcer une relation de partenariat :

  1. Radicalisme politique : une position politique claire fondée sur les rapports de force ;

  2. Leadership intellectuel : des analyses claires et crédibles ;

  3. Pouvoir de convocation : capacité de rassembler des gens et des organisations ;

    • 55 Ibid.

    Ressources financières : capacité à recueillir des fonds et à financer la relation55.

35Les facteurs du deuxième type sont exogènes. D’abord, la crise financière asiatique, qui a débuté en Thaïlande avant de s’étendre dans la région, a fait que les analyses et le personnel de Focus ont été très demandés. Comme le notait l’évaluateur extérieur :

  • 56 F. Sta. Ana III., juillet 1999, p. 24.

La crise financière asiatique et le rôle des institutions financières internationales sont sans nul doute devenus de brûlantes questions du jour. Les controverses qui ont entouré l’OMC et l’APEC, à différents moments, ont également occupé l’avant'Scène. Il est donc compréhensible, et on ne peut plus correct de la part de Focus, de s’être concentré sur ces questions56.

  • 57 Tel que décrit dans son document de fondation : « La conférence organisée à la hâte à Jakarta en In (...)

36Ces dernières années, la paix et l’opposition à la politique étrangère des États-Unis sont devenues des sujets clés de recherche et de sensibilisation. A la suite de l’invasion de l’Irak, Focus joue un rôle central en convoquant à Jakarta une grosse conférence sur la paix, laquelle aboutit au « Consensus de Jakarta sur la paix » et rassemble des représentants et des organismes du vaste mouvement pour la paix mis en branle avant l’invasion57. Comme il l’a fait pour la crise asiatique et le mouvement anti-OMC, Focus a mis ses capacités et compétences de mise en réseau, et sa capacité à produire des analyses et des documents de politique, au service de quelques coalitions transnationales oeuvrant pour la paix et contre le militarisme.

  • 58 Ibid., p. 3.

37Si la crise asiatique a pratiquement catapulté Focus au centre du discours critique sur l’effet de la libéralisation économique en Asie du Sud-Est, ses autres sujets de recherche ont été moins fouillés, tels ses programmes de recherche sur la réponse culturelle à apporter à la mondialisation et les connections micro-macro. L’illustration du lien entre les solutions de rechange locales et les problèmes mondiaux reste à faire. Pour finir, on doit souligner que l’influence de Focus tourne en grande partie autour de la personne de Walden Bello, son directeur actuel et l’un de ses cofondateurs. Quand Kamal Malhotra a pris un congé à la fin des années 1990 pour se joindre au PNUD, Bello s’est de plus en plus retrouvé au centre. Comme pour Martin Khor au réseau TWN, l'imprimatur de Bello a une énorme importance, et ce, même si le personnel toujours plus prolifique de Focus ne cesse de grossir. Comme l’a fait ressortir l’examen de 2002 : « En ce moment, Focus est impensable sans son directeur général actuel58 ».

L’Asia Pacific Research Network (APRN)

  • 59 Asia Pacific Research Network, « Narrative Report », rapport non publié, septembre 1999, p. 1.

38La création de l’APRN en 1999 résultait de toute une année de consultation et d’échange de matériels entre 17 organismes de la région Asie-Pacifique menant des travaux de recherche et de documentation59. Sous l’impulsion active du centre de recherche et de collecte de données IBON, basé à Manille, et en particulier de son directeur Antonio Tujan, l’APRN visait au départ quatre objectifs :

  1. Développer la capacité de quelques ONG asiatiques choisies de mener des recherches ;

  2. Développer dans chaque pays ciblé en Asie au moins une ONG susceptible de devenir fournisseur de recherches, en y instaurant le data banking et la recherche à titre de service général ;

  3. Élaborer des stratégies communes en information de recherche, par l’échange des expériences et la hausse générale des capacités en recherche ;

    • 60 Ibid., p. 3. Voir aussi CI-ROAP (Consumers International – Régional Office Asia-Pacific), « First C (...)

    Développer une capacité et une plate-forme de recherche communes pour soutenir les mouvements sociaux dans leur pays respectif, concernant les questions émergentes liées à la Ronde du millénaire de l’OMC, au FMI, et à l’APEC60.

  • 61 APRN, septembre 1999, p. 4. La recherche en commun portait sur la transparence des gouvernements, l (...)

39À sa première conférence annuelle qui portait sur la libéralisation du commerce, l’APRN a attiré 85 participants provenant de 50 organismes situés dans II pays différents, dont 10 de ses 17 organismes fondateurs. À la suite de la conférence, un atelier sur les méthodologies de recherche a permis de définir des activités spécifiques au réseau, notamment « des projets de recherche coordonnés ou communs, une formation en recherche sur les technologies connexes, et les publications61 ». Ensuite, troisième événement, l’atelier de formation sur la documentation et le data banking, dirigé par IBON, s’est révélé particulièrement utile, car les organismes présents ont ensuite suggéré que cette formation soit offerte de façon régulière.

  • 62 APRN, « Asia Pacific Research Network Conference on Poverty and Financing Development », propositio (...)

40Par la suite, l’APRN n’a cessé de croître. Une subvention d’une agence de financement du Nord lui a permis d’ouvrir, dans les bureaux d’IBON à Manille, un petit secrétariat qui s’est chargé des communications entre les membres, du développement et de l’entretien du site Web et du serveur, et de la coordination de la publication APRN Journal62. La même année, l’APRN a aidé à organiser l’Assemblée populaire, un sommet parallèle qui s’est déroulé durant la Troisième réunion ministérielle de l’OMC, à Seattle. Au début de 2000, l’APRN a réalisé en Malaysia une série d’ateliers auxquels ont participé des membres du réseau et des non-membres, et qui portaient sur l’information, la documentation, la formation à la recherche sur les femmes et la mondialisation, la sécurité alimentaire, et l’entente de l’OMC sur l’agriculture.

  • 63 Les participants provenaient de différents horizons : instituts de recherche, ONG, gouvernements, u (...)

41À la fin de l’an 2000 a eu lieu à Jakarta la deuxième Conférence annuelle de l’APRN sur le thème « Le développement de la pauvreté et son financement63 » ; quelque 70 participants étaient de l’Indonésie, et 60 autres venaient de 20 autres pays. La Conférence visait trois buts :

  1. souligner les problèmes d’endettement et de pauvreté ;

  2. définir les questions sur lesquelles faire la sensibilisation et la recherche ;

    • 64 Ibid.

    susciter l’intérêt pour les recherches sur la dette, le commerce et tous les autres aspects de la mondialisation64.

  • 65 APRN, « Project Accomplishment Report – Asia Pacific Research Network – 2nd Annual Conférence (21-2 (...)

42La Conférence était organisée conjointement par l’APRN et l’un de ses membres locaux, l’International NGO Forum on Indonesian Development (INFID). À ce moment, l’APRN comptait déjà 23 organismes dont les sièges se trouvaient disséminés dans 12 pays de l’Asie et du Pacifique65.

  • 66 APRN, « Project Accomplishment Report/Asia Pacific Research Network/3rd Annual Conférence », rappor (...)
  • 67 Comme l’année antérieure, le secrétariat de l’APRN à Manille a travaillé de concert avec un comité (...)
  • 68 Ibid. p. 1.
  • 69 APRN, « Project Accomplishment Report/Asia-Pacific Research Network/4th Annual Conference », rappor (...)
  • 70 APRN, 2002, p. 7.

43Par la suite, l’APRN a continué d’organiser ses conférences annuelles, chacune de concert avec au moins un de ses membres. La troisième Conférence annuelle, tenue en septembre 2001 à Sidney, en Australie, sur le thème « Pouvoir des entreprises ou pouvoir populaire : les multinationales et la mondialisation66 », a attiré plus de 130 participants67. L’objectif était d’« élaborer entre ONG de la région des perspectives communes sur les multinationales, [de] se donner des ordres du jour complémentaires en matière de recherches, [de] s’entendre sur des priorités communes pour les recherches à venir, et [de] développer ensemble des stratégies pour contester les multinationales68 ». La quatrième Conférence annuelle, tenue en novembre 2002 à Guangzhou en Chine continentale, s’est concentrée sur l’OMC et en particulier sur les effets de l’adhésion de la Chine69. Parmi les propositions issues de la Conférence figurait un engagement à « amorcer la formation d’une large coalition en vue de la ? Réunion ministérielle de l’OMC à Cancun », l’idée étant d’établir un centre de ressources, dont un serveur sur les questions liées à l’OMC, et d’explorer la possibilité d’organiser un séminaire d’information sur l’OMC dans des pays tels que la Chine, le Vietnam et le Cambodge70.

  • 71 APRN, « Report to Inter Pares (juillet 2002-juin 2003) », rapport non publié, 2003, p. 3.
  • 72 .Ibid.

44L’année suivante, en novembre 2003, l’APRN organise sa cinquième Conférence annuelle à Beyrouth sur le thème « la guerre au terrorisme en lien avec la mondialisation » étant donné « la politique agressive des ÉtatsUnis71 ». Pour sa première tenue au Moyen-Orient, la Conférence annuelle est organisée par l’APRN conjointement avec l'Arab NGO Network for Development (ANND). Et elle a pour buts de comprendre : a) la terreur et la militarisation de la mondialisation ; b) la guerre (fondements et objectifs) menée par les États-Unis au Moyen-Orient, en Asie du Sud, de l’Est et du Sud-Est ; c) ses répercussions sur les gens ; d) la résistance nationale et le terrorisme d’Etat ; et e) de définir des solutions de rechange72.

  • 73 APRN, « Asia Pacific Convention on People’s Food Sovereignty », rapport non publié, 15 juin 2004, p (...)
  • 74 Ibid. La démarche prévue pour le Congrès populaire consistait à entreprendre l’adoption de conventi (...)
  • 75 APRN/People’s Food Sovereignty Network – Asia Pacific (PFSNAP), « Asia-Pacific People’s Convention (...)

45La sixième Conférence annuelle de l’APRN a eu lieu à Dhaka au Bangladesh les 25, 26 et 27 novembre 2004, l’hôte étant UBINIG, un membre de longue date de l’APRN. Elle portait sur l’agriculture et la souveraineté alimentaire. Comme l’un des organisateurs l’expliquait : « Nous avons décidé que la Conférence de l’APRN serait préparée moins comme un événement purement de recherche universitaire que comme un rassemblement plus ouvert et public d’instituts de recherche et d’organismes populaires73.» Il est alors convenu de transformer la conférence de l’APRN en un congrès populaire sur la souveraineté alimentaire. Un tel congrès allait mener à l’adoption d’une convention populaire sur la souveraineté alimentaire qui serait ensuite promue lors du Sommet mondial de l’alimentation + 10, prévu pour 200674. À mesure qu’avançaient les préparatifs du Congrès populaire, ses objectifs se sont élargis jusqu’à inclure la préparation de la 6e Réunion ministérielle de l’OMC et d’autres ententes régionales/bilatérales, ainsi que la promotion et le renforcement « d’initiatives et de mouvements populaires locaux et nationaux75 ». La conférence à laquelle ont pris part plus de 500 personnes provenant de 30 pays a débouché sur l’adoption de la Convention populaire sur la souveraineté alimentaire ainsi que sur une déclaration populaire.

  • 76 APRN, « APRN Secrétariat Accomplishment Report », rapport non publié, 7 novembre 2002.
  • 77 Ibid. p. I.
  • 78 Le premier a démarré en 2002, passant en revue des campagnes spécifiques contre des transnationales (...)
  • 79 Ibid. p. 7.

46Peu à peu, depuis sa création, l’APRN étend la gamme de ses activités. Au Conseil général tenu à Sydney en 2002, ses membres décidaient que l’APRN allait « finalement entreprendre des recherches coordonnées, tel qu’il avait été imaginé à l’origine du réseau à Manille trois ans plus tôt76 ». Dorénavant au lieu de financer une recherche menée individuellement par un membre de l’APRN, la recherche serait menée conjointement77. Les deux premiers projets de recherche coordonnée ont été « Stratégies efficaces pour confronter les multinationales », coordonné par le GATT-Watchdog, de Nouvelle-Zélande, et « Femmes et main-d’oeuvre », coordonné par le Center for Women’s Resources (CWR) des Philippines78. Ces dernières années, les membres de l’APRN ont également pris part à la formation de The Reality of Aid Asia, une contribution asiatique au réseau Reality of Aid qui a pour but de surveiller et de documenter les projets et programmes internationaux d’aide au développement. Des membres se sont aussi occupés de la Rencontre des mouvements populaires, lors du Forum social asiatique d’Hyderabadl79.

  • 80 Cet atelier visait quatre buts : « familiariser les participants avec les notions de base de la rec (...)
  • 81 Ibid. p. 5 ; voir aussi APRN, « Training in Communication Advocacy for NGOs in South Asia », propos (...)

47L’autre secteur d’activité développé par l’APRN au fil des années est celui de la formation. En 2001, il organise à Bangkok un atelier de mise en valeur du potentiel sur « la recherche populaire sur les politiques de sensibilisation80 » ; la même année, à la fin de novembre, il organise au Bangladesh une autre formation à l’intention des ONG de l’Asie du Sud, qui vise à renforcer leur travail de sensibilisation à l’Entente de l’OMC sur l’agriculture, et aux aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC)81.

  • 82 Dont un atelier d’orientation sur la coopération régionale et les droits humains en Asie, réalisé a (...)

48L’an dernier, l’APRN a continué à s’engager dans des activités globales et régionales82. En 2005, ses membres se sont préparés pour la 6e Réunion ministérielle de l’OMC à Hong Kong. En juillet 2005, avec l’aide de l’Asia Monitor Resource Center (AMRC) et de l’Asia Pacific Mission for Migrants (APMM), l’APRN a organisé un « congrès de recherche sur les politiques commerciales » dans le but de renforcer la capacité des organismes de la société civile (OSC) et des mouvements sociaux à faire de la sensibilisation au sujet de la Réunion ministérielle de Hong Kong, qui approchait.

  • 83 Interview de Tony Tujan, président de l’APRN, Manille, le 12 mai 2005.

49Au terme de six ans d’existence, l’APRN a su, avec le support des subventions des ONG et agences de financement du Nord, se positionner comme un réseau clé de recherche et de sensibilisation en Asie du Sud-Est d’abord, mais également auprès de membres de la région plus vaste de l’AsiePacifique83. Ses membres, dont le nombre est passé de 17 à 35, sont disséminés dans 21 pays de la région. Tout en contribuant à développer la capacité de recherche des ONG, l’APRN s’est associé toujours plus aux efforts de sensibilisation. À l’instar des trois réseaux précédents, l’expansion rapide de l’APRN s’explique par trois facteurs en interaction : la présence d’individus clés habiles en organisation de réseaux, en animation de démarches et en recherche d’aide financière ; la densité grandissante des processus d’intégration économique et de libéralisation financière, dont la crise de 1997 ; et l’espace politique relativement ouvert, dans quelques pays d’Asie, qui permet l’organisation de congrès parallèles et critiques.

50Dans les pages qui précèdent, j’ai examiné l’expansion des réseaux de militants au cours des dernières années et la façon dont la sensibilisation aux politiques, fondée sur la production de savoirs critiques, est devenue une composante majeure du militantisme transnational en Asie du Sud-Est. Si certains jugent qu’il s’agit d’un phénomène contemporain amorcé après la fin de la guerre froide, l’examen de ces quatre cas a montré, au contraire, que des réseaux régionaux de militants s’organisaient déjà dès la fin des années 1970. Il apparaît cependant que le nombre d’initiatives dans ce sens n’a pas cessé d’augmenter à mesure que la région s’intégrait à l’économie mondiale, en particulier à la suite de la crise financière de 1997. Le militantisme transnational s’est développé en complémentarité au militantisme local et national, et comme un mode de militantisme propre à lui-même.

  • 84 D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), 2005.
  • 85 Margaret Keck et Kathryn Sikkink aussi ont fait cette observation clé dans Activists Beyond Borders (...)
  • 86 Voir Walden Bello, The Future in the Balance: Essays on Globalization and Resistance, Oakland, Food (...)

51Nos quatre cas confirment sans hésitation la conclusion de Delia Porta et Tarrow84, à savoir que les militants transnationaux s’investissent très rarement sur le seul plan transnational85. Ils ont plutôt tendance à « s’enraciner au niveau local et au niveau national », et à viser simultanément différents paliers d’institutions gouvernementales. Qu’il s’agisse des militants intellectuels de l’ARENA, du personnel de Focus et du TWN, ou des organismes membres de l’APRN, tous et toutes sont venus au militantisme transnational après avoir fait de la sensibilisation sur le plan local et national. En fait, beaucoup ont gardé des racines dans leurs propres luttes nationales, affirmant que l’engagement dans la sensibilisation et les politiques à un niveau ne les dissuade aucunement d’agir à un autre niveau. Dans la plupart des cas, les militants transnationaux sont capables de, et intéressés à, créer des jumelages et des coalitions entre différents types d’acteurs agissant à différents niveaux (local, national, régional, international), de façon à pouvoir réagir à des contextes politiques variés offrant chacun une gamme différente de possibilités politiques. Comme le travail de Focus et de TWN l’a révélé, les préoccupations spécifiques et localisées s’entrecroisent mutuellement autour de la résistance à la mondialisation néolibérale et de la nécessité d’une justice sociale globale86.

52Ce que les cas étudiés révèlent aussi, c’est que, dans l’Asie du Sud-Est contemporaine, les militants, les ONG et les agences de financement du Nord perçoivent les nouvelles sources de connaissances comme pertinentes, et ils manifestent leur engouement. L’examen des quatre organismes transnationaux révèle le rôle central joué par les savoirs critiques et novateurs dans l’effort de sensibilisation déployé par les militants transnationaux en Asie du Sud-Est. Non seulement chacun des organismes examinés s’est-il étendu rapidement, mais tous affirment qu’il est essentiel de lier la production des connaissances à la sensibilisation et à la mobilisation sociales.

53Comme l’a révélé l’histoire d’ARENA, la nécessité d’un savoir critique transformable en action, et que peuvent partager les universitaires liés à des mouvements sociaux, était jugée comme impérative, afin de remettre en cause les nombreux Etats autoritaires dans la région. À l’époque, un tel savoir pouvait difficilement être produit au sein des universités. À mesure que l’Asie du Sud-Est s’est intégrée à l’économie mondiale et que chaque Etat a été lié et affecté par les processus mondiaux, le militantisme transnational qui reposait sur les nouvelles sources de connaissances est devenue une caractéristique définitoire des façons de travailler de la société civile, surtout après la crise financière de 1997.

54Cette forme de militantisme s’est développée en complémentarité avec le militantisme local et national, et comme un mode de militantisme propre à lui-même. L’influence et l’effet politique concret de cette forme de militantisme se manifestent de différentes façons, et ils sont difficiles à suivre de façon linéaire. À un niveau, l’effort de militantisme transnational génère des identités en commun et une même compréhension des problèmes. Il débouche aussi sur des campagnes et des propositions communes qui peuvent être mises de l'avant lors des rassemblements régionaux et internationaux, et mises en oeuvre à la fois à l’échelle nationale et régionale. Dans certains cas, le militantisme transnational peut influencer le discours dominant et il force ceux qui le tiennent à défendre et à justifier leurs positions. Comme le démontre l’étude du TWN, les décideurs réformistes intéressés à l’ébauche de propositions susceptibles de remplacer l’ordre du jour néolibéral plus orthodoxe recherchent l’expertise et les savoirs que génèrent les réseaux transnationaux. Dans d’autres cas, le militantisme transnational peut révéler les tensions et les divisions qui existent entre les États et les blocs économiques. Finalement, en connectant les luttes des organismes communautaires et des ONG locales sur un ensemble plus large de questions et de luttes, les militants transnationaux arrivent à amplifier et enrichir à la fois le travail accompli à l’échelle très locale, et la sensibilisation et le travail sur les politiques qui se font à l’échelle régionale et mondiale.

  • 87 Dans un livre récent sur les coalitions transnationales, Joe Bandy et Jackie Smith Bandy (dir.), 20 (...)
  • 88 Des universitaires, tel Kevin Hewinson, ont aussi remis en question leurs analyses, en particulier (...)

55Cette forme émergente de militantisme n’est pas sans compter ses propres dilemmes et défis87. La répartition des ressources entre les activités locales, nationales et transfrontalières, le maintien de modes de décision démocratiques dans le réseau mondial, le choix à faire entre s’opposer ou proposer, et entre des campagnes centrées sur la mobilisation, ou sur le long terme : voilà autant de questions auxquelles doivent faire face les quatre réseaux transnationaux examinés précédemment88. Néanmoins, l’expansion rapide desdits réseaux, les multiples dimensions de leur activité, leur capacité à mobiliser et à fournir des analyses et propositions de politiques concrètes aux organisations de la société civile, portent à penser que la création de savoirs offre des possibilités importantes d’enrichir la pratique des organismes de développement international et des organismes de la société civile.

56Il convient maintenant de mieux saisir et mieux placer ce mode de militantisme en relation avec la vaste gamme d’efforts et d’initiatives de changement social en cours en Asie du Sud-Est. Cela est spécialement vrai pour les agences de développement international qui se trouvent de plus en plus à appuyer ce genre de travail, parfois aux dépens des organismes communautaires locaux des ONG et organismes populaires nationaux. Les interrogations circulent parmi les acteurs de la solidarité internationale et les praticiens du développement international : quelles sont les priorités ? A quel genre d’activités faut-il donner une plus grande attention ? A quel niveau (local, régional, national ou supranational) ? De quelle façon assurer une intégration entre ces différents niveaux d’action ?

  • 89 Les travaux récents de Jonathan Fox et de John Clark constituent un premier pas. Voir, entre autres (...)

57Au cours des prochaines années, le défi clé consistera à comprendre quelle place revient à cette forme d’action collective transnationale, dans le tableau global des luttes de résistance populaire. Certes, le militantisme transnational semble exister pour de bon ; il reste à évaluer sa capacité d’influencer les processus globaux à long terme. La principale lacune à combler en matière de recherche, c’est la manière d’évaluer si le militantisme transnational en Asie du Sud-Est a su influencer les politiques économiques régionales et mondiales, et contribuer au renforcement des modes de délibération démocratiques et à la proposition de pratiques de rechange susceptibles d’améliorer les moyens de subsistance des gens89.

Notes

1 Une version antérieure de ce texte a servi de notes de discussion lors du Séminaire continental de l’organisme Développement et Paix, qui a eu lieu en décembre 2004, et pour une présentation dans le cadre des rencontres organisées par l’University Consortium on the Global South (UCGS) à l’université York en octobre 2004. L’auteur remercie Anna Paskal, Karen Seabrooke, Peter Gillespie, Frédéric Mérand et Jane Jenson pour leur aide et leurs remarques constructives sur une version antérieure du présent document ainsi que Gilles Rivest pour la traduction du texte. Cependant, toutes les lacunes et erreurs sont les miennes.

2 Joe Bandy et Jackie Smith (dir.), Coalitions Across Borders: Transnational Protest and the Neoliberal Order, Lanham, Rowman & Littlefield, 2005; Jackie Smith et Hank Johnston (dir.), Globalization and Résistance: Transnational Dimensions of Social Movements, Lanham, Rowman & Littlefield, 2002.

3 John Clark (dir.), Globalizing Civil Engagement, Londres, Earthscan, 2003 ; Mike Prokosh et Laura Raymond (dir.), The Global Activist’s Manual: Local Ways to Change the World, New York, Thunder’s Mouth Press/Nation Books, 2002.

4 Voir Nicola Piper et Anders Uhlin (dir.), Transnational Activism in Asia: Problems of Power and Democracy, Londres, Routledge, 2004, p. 4-5. Pour les auteurs, la militance se définit comme une « activité politique (I) qui découle d’un conflit d’intérêts, et est donc de nature contentieuse ; (2) qui remet en cause, ou avalise, des structures de pouvoir ; (3) qui implique des acteurs non étatiques ; et (4) qui se déroule au moins en partie à l’extérieur des cercles politiques » (p. 4). Reprenant les travaux de Thomas Risse-Kappen, ils définissent le terme transnational comme « une interaction transfrontalière impliquant au moins un acteur non étatique » (p. 5). Voir Thomas Risse-Kappen (dir.), Bringing Transnational Relations Back In: Non-State Actors, Domestic Structures and International Institutions, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

5 Donatella Della Porta et Sidney Tarrow (dir.), Transnational Protest and Global Activism, Lanham, Rowman & Littlefield, 2005, p. 7.

6 A. G. Hopkins (dir.), Globalization in World History, Londres, Pimlico, 2002, jette un éclairage fort utile sur l’aspect historique de cette question.

7 Voir Markus Schulz, « Collective Action Across Borders; Opportunity Structures, Network Capacities, and Communicative Praxis in the Age of Advanced Globalization », Sociological Perspectives, vol. 41, n° 3, 1998, p. 587-616.

8 J. Bandy et J. Smith (dir.), 2005 ; D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), 2005 ; Sanjeev Khagram, James V. Riker et Kathryn Sikkink (dir.), Restructuring World Politics: Transnational Movements and Norms, Minneapolis/St-Paul, University of Minnesota Press, 2002.

9 Thomas Risse, « Transnational Actors, Networks, and Global Governance », dans Walter Carlsnaes, Thomas Risse, et Beth Simmons (dir.), Handbook of International Relations, Londres, Sage, 2001, p. 255-274 ; Richard Price, « Transnational Civil Society and Advocacy in World Politics », World Politics, vol. 55, juillet 2003, p. 579-606.

10 N. Piper et A. Uhlin (dir.), 2004.

11 . Voir N. Piper et A. Uhlin (dir.), 2004, et le numéro de Development intitulé « The Movement of Movements », vol. 48, n° 2, juin 2005, ainsi que Francis Loh, « Les ONG et les mouvements sociaux en Asie du Sud-Est », dans Clara Algranati et al. (dir.), Mondialisation des résistances : l’état des luttes 2004, Paris, Editions Syllepse, 2004, p. 41-55.

12 D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), 2005.

13 Sidney Tarrow, The New Transnational Activism, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

14 Thomas Risse-Kappen (dir.), 1995 ; Thomas Risse, 2001.

15 S. Tarrow, 2005, p. 8.

16 T. Risse-kappen (dir.), 1995, p. 20.

17 S. Tarrow, 2005, p. 34.

18 Robert H. Taylor (dir.), The Politics of Elections in Southeast Asia, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; Carl A. Trocki, « Democracy and the State in Southeast Asia », dans Carl A. Trocki (dir.), Gangsters, Democracy, and the State in Southeast Asia, Ithaca, Southeast Asia Studies Publications, Cornell University, 1998, p. 7-16.

19 F. Loh, 2004 ; Vidhu Verma, « Debating Rights in Malaysia: Contradictions and Challenges », Journal of Contemporary Asia, vol. 32, n° I, 2002, p. 108-129.

20 Un ouvrage intéressant et novateur est celui de N. Piper et A. Uhlin (dir.), 2004. Au lieu de se concentrer sur le type de formation, ils mettent l’accent sur une analyse des différentes thématiques du militantisme transnational dans la région.

21 L’auteur a interviewé Jeannie Nacpil-Manipon, directrice générale, et Titos Escuetas, agent de programme, ARENA, Hong Kong, 5 décembre 1998.

22 Ibid.

23 Ibid et ARENA, « The Asian Régional Exchange for New Alternatives: An Interdisciplinary Programme for Asian Studies and Research Coopération », brochure, n.d.

24 Ibid. Du point de vue de l’ARENA, un érudit soucieux est un individu capable d’élaborer des concepts, théories, analyses et interprétations, et d’articuler les problèmes et les préoccupations en tant que participant ou soutien direct des luttes de transformation sociale dans l’intérêt des populations défavorisées ; dans ARENA, « Reimagining Asia: Redefining Human Security and Alternative Development; Movements and Alliances in the Twenty-First Century », Communiqué, n° 55-56, mars-octobre 2000, p. 9.

25 Voir ARENA, « The Asian Régional Exchange for New Alternatives », n.d., et « ARENA online: What is ARENA », en ligne : <www.arenaonline.org> (site consulté le 21 mars 2005).

26 Interview de Nacpil-Manipon et Escuetas, 5 décembre 1998.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 En Asie de l’Est (Beijing, Hong Kong, Taiwan, Corée et Japon), en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaysia, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam), en Asie du Sud (Inde, Népal, Bangladesh, Pakistan et Sri Lanka).

30 ARENA, « The Asian Régional Exchange for New Alternatives », n.d.

31 ARENA, mars-octobre 2000, p. 7.

32 ARENA, « Hope Amidst Despair: Résistances and Alternatives to Hegemonies », Plan triennal 2003-2006 de l’ARENA, 2003, document non publié.

33 ARENA, « Project Proposai for an Asian Régional Alternative School », autour de 1999, document non publié, p. 4.

34 Third World Network (TWN), « Page d’accueil » : <http://www.twnside.org.sg/>, (page consultée le 20 mars 2005).

35 Ibid.

36 Comme l’explique Khor : « Le CAP et son leader charismatique, S. M. Mohammed Idris, m’ont permis de faire le lien entre le monde universitaire de la théorie, et le monde réel des gens et de leurs problèmes. Le monde des ONG et l’engagement dans les questions des collectivités m’ont tellement intéressé que j’ai fini par quitter le monde universitaire et par me joindre à temps plein à celui des ONG », Commonwealth Foundation, « Connecting people — Dr. Martin Khor », Interview, « Creating Change by Making People’s Voices Heard », Commonwealth Foundation (News Archive), n.d., en ligne : <www.commonwealthfoundation.com/news/news/archive/detaiIs.cfm> (page consultée le 20 mars 2005).

37 Ibid.

38 Interview de Karen Seabrooke et Peter Gillespie, Agents de programme à Inter Pares, Ottawa, 1er mars 2005.

39 Francis K. W. Loh, « National Security, the Police and the Rule of Law: Militarisation by Other Means », Asian Exchange (numéro spécial sur la militarisation de l’État et la culture en Asie : perspectives critiques), vol. 20, n° 2 et vol. 21, n° 1, 2005, p. 179-208 ; voir également F. Loh, 2004, p. 44-47 ; et Cari A. Trocki, « Democracy and the State in Southeast Asia », dans C. A. Trocki (dir.), 1998, p. 7-16 ; et R. H. Taylor (dir.), 1996.

40 Commonwealth Foundation, « Connecting people – Dr. Martin Khor ».

41 « Martin Khor. Malaysia. Activist, Scholar, Journalist », Dropping Knowledge, en ligne : <www.droppingknowledge.org/participants_search.php?id=557> (page consultée le 20 mars 2005).

42 Kamal Malhotra et Walden Bello, « Background and Rationale », dans Kanjana Kaewthep et Filomeno Sta. Ana III (dir.), Focus on the Global South: An Extemal Assessment (ébauche finale), document non publié, juillet 1999, p. 1. Dans le document ayant mené à sa fondation, Focus avait initialement pour nom « Center for the South ».

43 Kanjana Kaewhtep, « A Program and Organizational Assessment of Focus on the Global South », dans Kanjana Kaewthep et Filomeno Sta. Ana III (dir.), juillet 1999, p. 45-46.

44 Par la suite, le concept de « Global South » a été repris par plusieurs dont Inter Pares, dans « An Honourable Commitment: Policy Cohérence in Canadas Relations With the Global South », février 2001.

45 Focus on the Global South, « A Program of Development Policy Research, Analysis and Action », brochure, vers 1997.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 49.

49 Ibid.

50 K. Kaewhtep, juillet 1999, p. 46.

51 Ibid.

52 Dans son Plan de travail 2003-2005, l’organisme reconnaît cette position particulière : « Focus a énormément voyagé depuis ses débuts, il est aujourd’hui considéré comme un acteur clé dans le mouvement mondial pour un monde différent et meilleur. Ses analyses des développements globaux sont très largement consultées tout comme les changements de structure qu’il propose. » Focus on the Global South, « Plan de travail 2003-2005 », document non publié, vers 2003, p. 3.

53 Filomeno Sta. Ana III, « Executive Summary of Assessment », dans Kanjana Kaewthep et Filomeno Sta. Ana III (dir.), juillet 1999, p. 6.

54 Comme le soulignent deux évaluateurs : « Nous avons l’impression que l’action de Focus a d’abord pris la forme d’une forte insistance sur la production d’idées et d’analyses, mais qu’aujourd’hui Focus est toujours plus engagé dans la militance et les stratégies globales. » Chantana Banpasirichote, Ramesh Singh et Dominique Van Der Borght, « Report of the Review: Focus on the Global South », rapport non publié, octobre 2002, p. 2.

55 Ibid.

56 F. Sta. Ana III., juillet 1999, p. 24.

57 Tel que décrit dans son document de fondation : « La conférence organisée à la hâte à Jakarta en Indonésie, du 19 au 21 mai 2003, était ouverte à tous. Les gens présents venaient de coalitions et de groupements pour la paix et la justice parmi les plus importants du pays et de la région », notamment de Paix Asie, de la coalition du R.-U. Stop the War, de Justice et Paix ÉUA, du Forum social italien, de la coalition d’Istanbul No to War, « The Jakarta Peace Consensus », n.d., brochure.

58 Ibid., p. 3.

59 Asia Pacific Research Network, « Narrative Report », rapport non publié, septembre 1999, p. 1.

60 Ibid., p. 3. Voir aussi CI-ROAP (Consumers International – Régional Office Asia-Pacific), « First Conférence of the Asia Pacific Research Network (APRN) », The AP Consumer, n° 18, décembre 1999.

61 APRN, septembre 1999, p. 4. La recherche en commun portait sur la transparence des gouvernements, les effets de la mondialisation sur la sécurité alimentaire, et les effets de l’accord du GATT sur l’agriculture.

62 APRN, « Asia Pacific Research Network Conference on Poverty and Financing Development », proposition de projet non publiée, mars 2000, p. I. Le premier numéro, paru en décembre 1999, reprenait des documents présentés lors de la conférence de juillet 1999.

63 Les participants provenaient de différents horizons : instituts de recherche, ONG, gouvernements, universités, organismes populaires, médias.

64 Ibid.

65 APRN, « Project Accomplishment Report – Asia Pacific Research Network – 2nd Annual Conférence (21-23 août)/Business Meeting (24 août)/Training on Information Documentation », rapports non publiés, novembre 2000, p. I.

66 APRN, « Project Accomplishment Report/Asia Pacific Research Network/3rd Annual Conférence », rapport non publié, Archives d’inter Pares, 2001, p. 1.

67 Comme l’année antérieure, le secrétariat de l’APRN à Manille a travaillé de concert avec un comité organisateur local composé d’ONG et de syndicats australiens dont Aid Watch, le Public Interest Advocacy Centre, le Mineral Policy Institute, l’APHEDA Union Aid Abroad, Les Amis de la Terre-Australie, l’Australian Manufacturing Workers Union, ainsi que le Construction, Forestry, Mining et Energy Union. Malgré les difficultés pour voyager et se procurer des visas à la suite du II septembre, la conférence a attiré 130 participants (soit à peine moins que prévu) dont 35 participants internationaux parmi lesquels on compte 23 membres de l’APRN.

68 Ibid. p. 1.

69 APRN, « Project Accomplishment Report/Asia-Pacific Research Network/4th Annual Conference », rapport non publié, 2002, p. I. Deux organismes ont aidé à l’organisation de la conférence : l’Asia Monitor Resource Centre (AMRC) et le Ghangzhou All China Fedération ofTrade Union (ACFTU). À la fin et malgré quelques difficultés de visa, quelque 90 participants ont assisté à la conférence dont 40 étrangers parmi lesquels on compte 27 membres de l’APRN.

70 APRN, 2002, p. 7.

71 APRN, « Report to Inter Pares (juillet 2002-juin 2003) », rapport non publié, 2003, p. 3.

72 .Ibid.

73 APRN, « Asia Pacific Convention on People’s Food Sovereignty », rapport non publié, 15 juin 2004, p. 1.

74 Ibid. La démarche prévue pour le Congrès populaire consistait à entreprendre l’adoption de conventions nationales, et elle devait culminer dans une « convention populaire globale sur la souveraineté alimentaire » présentée en 2006, lots du Sommet mondial de l’alimentation + 10. APRN, « Asia Pacific Convention on People’s Food Sovereignty », proposition de projet non publiée, juin 2004.

75 APRN/People’s Food Sovereignty Network – Asia Pacific (PFSNAP), « Asia-Pacific People’s Convention on Food Sovereignty », brochure de promotion, 2004 ; voir également APRN, « Asia Pacific Convention on People’s Food Sovereignty », proposition de projet non publiée, Archives d’inter Pares, 2004.

76 APRN, « APRN Secrétariat Accomplishment Report », rapport non publié, 7 novembre 2002.

77 Ibid. p. I.

78 Le premier a démarré en 2002, passant en revue des campagnes spécifiques contre des transnationales ; le deuxième a été retardé parce que des membres jugeaient nécessaire d’organiser d’abord une conférence pour planifier la recherche. APRN, « APRN Secretariat Accomplishment Report », 2002, p. 3 ; voir aussi APRN, « Report to Inter Pares (juillet 2002 à juin 2003) », 2003.

79 Ibid. p. 7.

80 Cet atelier visait quatre buts : « familiariser les participants avec les notions de base de la recherche participative ; acquérir des compétences dans la conception des recherches et les méthodes de recherche sur les politiques ; fournir des conseils cadres sur l’analyse des politiques ; et se familiariser avec la démarche des applications pratiques de la recherche sur les politiques. APRN, « APRN Secretariat Accomplishment Report », 2002, p. 4.

81 Ibid. p. 5 ; voir aussi APRN, « Training in Communication Advocacy for NGOs in South Asia », proposition de projet non publiée soumise à Inter Pares, vers 2001 ; APRN, « Project

82 Dont un atelier d’orientation sur la coopération régionale et les droits humains en Asie, réalisé aux Philippines en juin 2004, et l’organisation conjointe de la conférence internationale « Bandung in the 21 st Century : Continuing the struggle for Independence, Peace against Imperialist War et Globalization », réalisée à Bandung en Indonésie, du 14 au 16 avril 2005. Completion Report », rapport non publié présenté à Inter Pares, vers 2002. Il s’agissait de la troisième formation du genre à être concentrée sur l’OMC et l’Accord sur l’agriculture, les deux premières ayant eu lieu en Malaysia en 2000 et en Indonésie en 2001.

83 Interview de Tony Tujan, président de l’APRN, Manille, le 12 mai 2005.

84 D. Della Porta et S. Tarrow (dir.), 2005.

85 Margaret Keck et Kathryn Sikkink aussi ont fait cette observation clé dans Activists Beyond Borders, Ithaca, Cornell University Press, 1998, en décrivant la combinaison des formes de militance.

86 Voir Walden Bello, The Future in the Balance: Essays on Globalization and Resistance, Oakland, Food First Books, 2001.

87 Dans un livre récent sur les coalitions transnationales, Joe Bandy et Jackie Smith Bandy (dir.), 2005, p. 231-252, proposent une liste des facteurs susceptibles de générer de la tension et de la coopération.

88 Des universitaires, tel Kevin Hewinson, ont aussi remis en question leurs analyses, en particulier celles du TWN et de Focus on the Global South, considérant celles-ci comme populistes et quelque peu simplistes, « Nationalism, Populism, Dependency: Southeast Asia and Responses to the Asian Crisis », Singapore Journal of Tropical Geography, vol. 22, n° 3, 2001, p. 233.

89 Les travaux récents de Jonathan Fox et de John Clark constituent un premier pas. Voir, entre autres, Jonathan Fox, « Assessing Binational Civil Society Coalitions: Lessons from the Mexico-U.S. Expérience », dans David Brooks et Jonathan Fox (dir.), Cross-Border Dialogues: U.S.-Mexico Social Movement Networking, La Jolla, Cerner for U.S.-Mexican Studies, University of California-San Diego, 2002, p. 341-417 ; et John Clark a lui aussi produit un document utile : John Clark (dir.) Globalizing Civic Engagement, Londres, Earthscan, 2003.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540