Version classiqueVersion mobile

L'état des citoyennetés

 | 
Jane Jenson
, 
Bérengère Marques-Pereira
, 
Éric Remacle

Partie II. Représentations et revendications

Le Chili et les rapports entre les sexes. Quel « régime de citoyenneté » pour les femmes ?

Bérengère Marques-Pereira

Texte intégral

  • 1 Jane Jenson, « La citoyenneté sociale et les “nouveaux risques sociaux” au sont passées les voix d (...)

1Le chili démocratique a-t-il tracé les voies d’un nouveau « régime de citoyenneté1 » pour les femmes ? Qu’ont-elles obtenu, à quelles difficultés ont-elles dû faire face, à la faveur d’une démocratie gouvernée depuis 15 ans par la Concertación por la Democracia, formée par le Parti socialiste (PS), le Parti pour la démocratie (PPD), le Parti démocrate chrétien (PDC) et le Parti radical (PR) ? Ces questions dont nous voulons, sans plus, établir la pertinence dans le cadre de cet article, feront l’objet d’un travail ultérieur qui évaluera, pour le cas chilien, l’ampleur de quatre défis majeurs définis de la manière suivante par Jane Jenson.

2Le premier défi renvoie à la question de savoir qui est responsable de la construction du bien-être social : quelle est la part de responsabilité respective des acteurs liés à l’État, au privé, au troisième secteur et aux familles ? Le deuxième défi a trait aux droits et aux responsabilités de la citoyenneté : dans quelle mesure les droits et surtout les devoirs sont-ils l’objet d’un débat public et politique qui débouche sur une redéfinition de la citoyenneté sociale, civile et politique ? Le troisième défi concerne les voies d’accès à la décision publique et à la représentation : les nouveaux modes de gouvernance tendent à privilégier le tissu associatif de la société civile, la recherche de partenariats entre les agences étatiques et les institutions privées, à pallier une crise de représentation qui participe de la délégitimation des groupes d’intérêts traditionnels tels que les syndicats, ou des instances représentatives telles que les assemblées élues. Enfin, le quatrième défi pose le problème du sentiment d’appartenance à la communauté politique au regard de la montée en puissance des différences que suscite la reconnaissance de la diversité et des pratiques culturelles, linguistiques, ethniques, de sexe, de classe et autres.

3Nous n’avons pas la prétention, dans le cadre de cet article, d’aborder l’ensemble des aspects qui opérationnalisent, dans le cas chilien, la problématique du « régime de citoyenneté ». En effet, notre objectif consiste, en ce premier moment de la réflexion, à tracer les contours des enjeux et des défis du nouveau régime de citoyenneté que connaît le Chili démocratique depuis 15 ans, en centrant la présente analyse sur les rapports entre les sexes.

  • 2 Sonia Alvarez, « Los feminismos latinoamericanos se globalizan en los noventa : retos para un nuev (...)
  • 3 Manuel Antonio Garretón, Hacia una nueva erapolítica. Estudio sobre las democratizaciones, México, (...)
  • 4 David Garibay et Daniel Pecaut, « Chili : fin des enclaves autoritaires ? », Problèmes d’Amérique (...)

4Les acteurs principaux de la transition négociée avec les militaires furent les partis politiques, et les impératifs de gouvernabilité dictés par les héritages institutionnels de la dictature conduisirent à la marginalisation des mouvements sociaux, en particulier des mouvements de femmes. Cette démobilisation se traduira par une division et une fragmentation de ces derniers (du fait de leur « ONGéisation ») ainsi que par une institutionnalisation du féminisme, qui prendra la forme d’un féminisme d’Etat2, favorisant les liens avec la coalition de centre-gauche au pouvoir au détriment des liens avec le Movimiento de Izquierda Revolucionária (MIR), le Parti communiste et certaines fractions du Parti socialiste. Cette institutionnalisation débouchera sur de réels acquis en matière d’égalité entre hommes et femmes, acquis qui se heurteront toutefois au poids de diverses « enclaves autoritaires », selon l’expression de Manuel Antonio Garretón3. Depuis décembre 2005, on assiste à une mise en cause des plus importants legs autoritaires4. Ceux-ci ont offert au parti conservateur Renovación Nacional (RN) et au parti de droite Union Democratica Independiente (UDI) les ressources des héritages institutionnels de la dictature pour bloquer ou retarder la décision d’enjeux aussi significatifs pour l’accès des femmes à une pleine citoyenneté, que l’égalité entre les sexes, le divorce ou l’avortement. Dans quelle mesure les acquis, les enjeux et les limites de l’inclusion sociale et politique des femmes sont-ils révélateurs des quatre défis relevés par Jenson ?

Premier défi : qui est responsable du bien-être social ?

  • 5 PNUD [Programa de Naciones Unidas para el Desarrollo], Desarrollo Humano en Chile, Más Sociedadpar (...)
  • 6 Susan Franceschet, Women and Politics in Chile, Boulder, CO, Lynne Rienner Publishers, 2005.

5Les termes de la première question – qui est responsable du bien-être social ? – se rapportent au discours politique chilien tenu par la Concertación en matière d’égalité, d’équité et de participation5. L’insistance sur la participation débute à la fin du mandat de Patricio Alwyn (1990-1994), elle sera une clef du mandat d’Eduardo Frei (1994-2000) et sera au coeur de la réforme de décentralisation de l’État durant le mandat de Ricardo Lagos (2000-2005)6. Ce discours met l’accent sur l’importance des solutions mises en oeuvre par la société (le marché, la société civile, le domestique) plutôt que par l’État pour résoudre les inégalités socioéconomiques, et en particulier pour lutter contre la pauvreté. Dans cette perspective, le rôle de l’État réside dans le renforcement de la société civile, en particulier du tissu associatif, et dans l'empowerment (par le renforcement des capacités et des responsabilités) des individus dans leurs familles, leurs ménages et leurs communautés. La Concertación valorise largement l’idée d’une société civile orientée vers l’autoassistance à travers l’implication que peuvent avoir les acteurs sociaux (tels que les ONG et les groupes ou les mouvements associatifs) dans la régulation de la pauvreté. Un tiers secteur travaillant en partenariat avec les agences étatiques permettrait à l’État de développer des actions décentralisées en matière de régulation de la pauvreté. En outre, la Concertación met en exergue la participation des pauvres au marché du travail (formel et informel), dans les organisations sociales et dans leurs communautés locales pour vaincre la pauvreté et pallier le manque de ressources matérielles pour assurer la subsistance. L’individu se doit d’être indépendant par sa participation au marché du travail, et les programmes sociaux qui lui sont destinés doivent avoir un aspect participatif faisant une large place au travail communautaire.

  • 7 Il faut sans doute nuancer la caractérisation du régime économique chilien dans la mesure où à la (...)

6Il faut avoir à l’esprit que cette insistance sur la citoyenneté participative va de pair avec la préoccupation d’une stabilité politique, essentielle durant le mandat d’Alwyn pour éviter toute régression autoritaire. Les premières années de la démocratie furent en effet marquées par deux enjeux pour la Concertatión : d’une part, écarter tout risque d’une régression autoritaire reconstituant un bloc favorable à Pinochet et, d’autre part, disposer d’une réelle capacité de gouverner, ce qui dépendait largement de la stabilité économique et d’un climat de paix sociale, et donc de l’acceptation du paradigme néo-libéral7.

  • 8 Pinochet instaure en 1989 un système électoral binominal qui impose que le parti ou la coalition g (...)
  • 9 Lucy Taylor, Citizenship, Participation and Democracy : Changing Dynamics in Chile and in Argentin (...)

7Le passage à la démocratie au Chili fut une transition négociée comme un pacte (transition pactada) entre élites politiques démocratiques et militaires sous l’égide de l’Église. Durant la dictature militaire, celle-ci avait déployé une action d’assistance aux personnes en butte aux persécutions politiques, de dénonciation des exactions commises à l’encontre des droits de l’homme, d’auto-organisation collective des pauvres au sein des bidonvilles et d’aide à la reconstruction des syndicats. Cette capacité à créer des espaces publics aptes à sauvegarder un certain lien social avait permis à l’Eglise de se positionner en médiateur lors du passage à la démocratie. Cependant, la recherche d’un consensus, qui était nécessaire à la Concertatión pour gouverner, passa par sa résignation face aux « enclaves autoritaires ». En effet, la transition se vit imposer le cadre institutionnel hérité de la dictature, notamment un système électoral binominal8 et la présence de sénateurs désignés par le pouvoir militaire. Cet héritage permettra la formation, dès 1990, d’une opposition ayant le pouvoir de bloquer toute décision du gouvernement Alwyn, ainsi que la présence de Pinochet au poste de commandant en chef de l’armée jusqu’en 1997, mettant ainsi sur pied un contre-pouvoir important durant la transition. Celle-ci fut aussi soumise à la tutelle des militaires sur les institutions : ainsi, la loi de 1978 par laquelle les militaires s’auto-amnistiaient fut maintenue, seuls des tribunaux militaires, et non civils, étant réputés aptes à les juger, leur garantissant ainsi une impunité en ce qui concerne les exactions commises en matière de droits humains durant la dictature. Par ailleurs, les droits de la propriété privée et le modèle néo-libéral furent maintenus, les mouvements sociaux furent canalisés, les groupes armés neutralisés. Le passage à la démocratie s’est donc effectué dans le cadre d’un pacte négocié dans la continuité, dont l’un des préalables sera le contrôle des mouvements sociaux9.

  • 10 Bérengère Marques-pereira, « Citoyenneté des Latino-Américaines : enjeux, limites et ambiguïtés »,(...)
  • 11 Bérengère Marques-pereira, « Linking Social and Political Citizenship : Women’s Action in the Sout (...)
  • 12 Teresa Valdés et Marisa Weinstein, Mujeres que sueñan. Las organizaciones depobladores en Chile 19 (...)

8Ces mouvements n’auront donc plus, en matière de régulation de la pauvreté, la même nature que lors de la dictature. En effet, les mouvements de femmes dans les secteurs populaires ont largement contribué à l’époque à la politisation de la pauvreté. Sans relater ici les expériences de mobilisation et de participation qui eurent lieu dans l’ensemble du Cône Sud durant les dictatures, en particulier au Chili, rappelons seulement que le sens de telles expériences a été de développer une citoyenneté articulée à la fois autour de la défense du bien-être des individus et de l’intérêt pour la gestion collective des biens publics10. Ces mobilisations ont impulsé des dynamiques qui ont permis aux femmes des différents secteurs sociaux de se transformer en actrices, des processus qui ont politisé certaines situations quotidiennes propres aux usagers de services sociaux, et qui ont mis en oeuvre des réseaux de solidarité, favorisant la visibilité et l’émergence de personnes médiatrices qui ont apporté leur soutien ou participé, directement ou non, à la construction des jalons d’une citoyenneté sociale11. Cette demande de citoyenneté s’est elle-même traduite en revendications qui ont positionné les femmes en tant que protagonistes de la société civile et de l’Etat. Cette action publique des mouvements de femmes s’est manifestée, d’une part, par des luttes en faveur d’un contrôle public et démocratique des politiques sociales et, d’autre part, par un engagement dans la reconnaissance des femmes comme porteparole privilégiées des besoins et donc comme interlocutrices effectives dans l’élaboration, le choix et la planification des programmes sociaux. Au Chili en particulier, les femmes se sont mobilisées pour dénoncer à la fois les conditions de vie des familles pauvres et la répression de l’État12. Partant d’une action collective dans l’espace communautaire et local, elles ont progressivement articulé leurs intérêts, leurs besoins, leurs demandes et leurs identités au-delà de la sphère domestique, de leur communauté et de leur quartier.

  • 13 S. Franceschet, 2005.

9Dans le Chili démocratique, les citoyens sont engagés à s’organiser sur le plan local et communautaire pour alléger la pauvreté plutôt que de se tourner vers l’État. Cela signifie que les mouvements et les associations des secteurs populaires, de femmes en particulier, sont encouragés à modérer leurs revendications socioéconomiques et à diminuer leurs attentes de bienêtre social à l’égard de l’État. Le discours politique de la Concertatión met l’accent sur l’idée d’une frontière entre, d’une part, les enjeux sociaux, relevant avant tout de la participation des individus sur le plan local et communautaire dans l’ordre du privé, de la société civile et du domestique et, d’autre part, les enjeux politiques, identifiés aux enjeux partisans et institutionnels, relevant de l’État13. Les activités de l’État en matière de lutte contre la pauvreté passent par la mise en place de programmes compensatoires et de politiques ciblées sur les groupes les plus pauvres, tels que les femmes, programmes et politiques dont l’exécution et la mise en oeuvre sont prises en charge par les pauvres eux-mêmes affiliés à leurs organisations sociales et communautaires avec l’aide des ONG. Le rôle social de l’État est, lui, centré sur la coordination décentralisée de telles activités. Dans cette perspective, la citoyenneté associative et participative valorisée par le discours politique chilien est largement construite comme sociale et non politique. L’enjeu pour les organisations populaires n’est plus la construction d’un acteur collectif capable de se mobiliser pour infléchir les rapports sociaux et les rapports de force : il est moins axé sur la représentation d’intérêts et d’identités collectives que sur des actions qui produisent des résultats concrets et tangibles permettant d’acquérir des moyens de subsistance. C’est dans cette optique que l’idée d'empowerment des individus et des familles renvoie au processus d’obtention des capacités et des responsabilités les rendant autonomes et maîtres de leur vie.

10À ce titre, l’acquisition de ce que nous pourrions nommer des droits d’autonomie relève moins de l’idée d’égalité que de celle d’équité. Il faudrait ultérieurement examiner dans quelle mesure ces droits d’autonomie, qui semblent propres à une perspective sociale de l’État qui ne se réduit pas à un pur néo-libéralisme même si elle en est l’héritière, se superposent aux droitscréances et aux droits-libertés qui spécifient l’idée d’égalité. Cette question ne sera pas développée dans ce chapitre, mais devrait être explorée lorsque nous approfondirons cette recherche. Gardons cependant à l’esprit que tracer les contours et les configurations prises par un régime de citoyenneté qui ne se restreint pas au néo-libéralisme implique de définir les agencements complémentaires et contradictoires entre droits-libertés, droits-créances et droits d’autonomie.

Deuxième défi : quelles voies d’accès à la représentation et à la décision publique ?

11De manière générale, les mouvements de femmes, nés sous les dictatures militaires, ont contribué à politiser le social à travers la lutte contre la pauvreté, à publiciser le privé à travers la socialisation du travail domestique, et à politiser le corporel à travers les luttes en faveur de la libre disposition de soi, luttes qui s’expriment dans de multiples registres allant du droit au divorce au contrôle de la reproduction biologique, en passant par la criminalisation de la violence sexiste exercée par les hommes sur les femmes. Si quelques femmes centristes furent partie prenante à ces mouvements, les organisations de femmes populaires trouvèrent moins souvent des sympathisants chez les démocrates-chrétiens, les préoccupations des groupes féministes et des associations des droits humains les rendant en effet plus proches de la gauche et de l’extrême gauche.

  • 14 Jacqueline Jimenez Polanco, « La représentation politique des femmes en Amérique latine : une anal (...)

12Ce faisant, les femmes se sont intégrées à l’espace public, sans pour autant accéder de manière significative à l’espace politique. Et cela, malgré le fait que le retour à la démocratie ait permis, d’une part, la mise en place de ce que l’on pourrait nommer un féminisme d’Etat à travers la création d’agences étatiques et de plans d’action concernant l’égalité entre hommes et femmes et, d’autre part, l’adoption de législations de quotas dans un nombre important de pays latino-américains. Cependant, l’incapacité des mouvements de femmes à transformer leur accès à l’espace public en tremplin pour s’intégrer à l’espace politique, les a empêchées de se positionner en acteurs de poids dans le pacte qui a commandé le passage à la démocratie14.

13Certes, au Chili, la Concertation des femmes pour la démocratie (Concertación de Mujeres por la Democracia), créée en décembre 1988, rassemblait des femmes des partis politiques de la Concertatión, d’organisations sociales et de groupes féministes et avait pour objectifs de favoriser la campagne électorale de la Concertatión, d’intégrer les revendications de femmes à l’agenda politique et de formuler un programme pour les femmes dans la démocratie. Pour éviter les conflits avec les démocrates-chrétiens et les risques de régression autoritaire, la Concertation des femmes n’a pas inscrit à son agenda politique les dossiers du divorce et de l’avortement. Par contre, elle a mis l’accent sur la nécessité de réformes législatives qui visent à mettre fin à l’autorité maritale et paternelle, à pénaliser la violence sexiste, à lutter contre la féminisation de la pauvreté et la discrimination au travail.

  • 15 Sur les relations entre féminisme d’État et associations de femmes, voir notamment Lisa Baldez, «  (...)

14Si la Concertation des femmes pour la démocratie fut capable d’émettre des propositions de programme pour la transition, elle ne disposait pas d’un projet de pouvoir indiquant les postes qu'elle revendiquait. À l’issue des élections de 1989, elle a cependant demandé et obtenu, dans la ligne des conférences internationales organisées par les Nations Unies sur les droits des femmes et dans le sillage d’autres pays voisins tels que l’Argentine et le Brésil, la création d’une agence étatique ayant en charge la politique d’égalité des chances, le Servicio Nacional de la Mujer (SERNAM) (loi 19.023 du 3 janvier 1991)15.

La création du SERNAM

15Le SERNAM a été créé pour coordonner, impulser et évaluer les politiques gouvernementales relatives aux femmes. En particulier, il s’agissait de susciter dans la législation la reconnaissance de l’égalité entre hommes et femmes, puisque le Chili venait de ratifier la Convention sur l’élimination de toutes les discriminations contre les femmes (CEDAW), dans la foulée des concessions que Pinochet avait dû faire juste avant l’organisation des élections présidentielles de décembre 1989.

16La création du SERNAM suscita d’emblée l’opposition virulente de la RN et de l’UDI au sein de laquelle Pinochet trouvait ses soutiens politiques les plus fervents. Elle fut redoublée par le conservatisme croissant de l’Eglise chilienne. Avec l’élection du pape Jean-Paul II, le Vatican n’a eu de cesse d’éradiquer l’influence de la théologie de la libération en Amérique latine, nommant des autorités ecclésiastiques connues pour leur conservatisme social. Le lobbying mené par l’Église chilienne à l’encontre des enjeux relevant de l’égalité entre les sexes visait les démocrates chrétiens participant à la Concertación. Ce lobbying réussit paradoxalement à mobiliser le capital social acquis par l’Église à la faveur de la résistance quelle avait manifestée au régime militaire.

  • 16 Pour une analyse de ces deux enjeux, voir Bérengère Marques-pereira, « Les femmes et la gauche au (...)
  • 17 L. Baldez, 1999, p. 419 ; Lisa Baldez, Why Women Protest. Women’s Movements in Chile, Cambridge, C (...)

17Pourtant, la Concertation des femmes avait été attentive à ne pas provoquer une telle opposition, en s’abstenant d’incorporer à ses revendications des questions telles que le divorce ou l’avortement16. De manière plus générale, les organisations de femmes évitèrent d’exacerber les oppositions en faisant taire, à ce moment-là, toute expression d’activisme protestataire, tandis que les femmes parlementaires décidaient de ne pas former de commissions « femmes » interpartis17.

18Sans rang ministériel, le SERNAM doit soumettre ses programmes au ministère de la Planification. Ce manque d’autonomie est redoublé par la modestie des moyens budgétaires mis à sa disposition. En outre, les politiques publiques proposées par le SERNAM sont exécutées par les différents ministères concernés. Si un tel cadre d’action transversale a l’avantage de ne pas cantonner les thématiques reliées aux sexes à un seul ministère, il a aussi l’inconvénient de disperser la responsabilité de la mise en oeuvre de ces politiques. Le SERNAM peut seulement mettre à exécution des programmes pilotes. En outre, la dépendance politico-institutionnelle de sa direction à l’égard des principales forces de la Concertación ne lui permet pas de manifester son autonomie en pesant sur les priorités de l’agenda politique. Ainsi, les deux premières ministres du SERNAM, Soledad Alvear et Josefina Bilbao, furent des démocrates-chrétiennes, dont le parti, le PDC, était dominant au sein de la Concertatión, et qui n’étaient pas elles-mêmes liées aux mouvements de femmes. L’enjeu pour la DC était bien de ne pas effrayer les partis de droite et conservateur en évitant que la création du SERNAM et ses initiatives n’apparaissent comme l’instrument des mouvements de femmes et en particulier des femmes liées au Parti socialiste et au Parti pour la démocratie. C’est conformément à cette préoccupation que furent créés de nouveaux réseaux en direction des femmes et des mères des milieux populaires, doublant ainsi ceux que les féministes et les mouvements de femmes avaient mis sur pied durant la dictature. Dans la même perspective, le SERNAM mit en place un réseau national de centres d’information, prenant ainsi le contrôle d’un réseau antérieur qui avait été créé par des ONG de femmes.

Le SERNAM et les formes de participation

19Il importe de comprendre à quel point l’existence d’un féminisme d’Etat est redevable d’un retour à la démocratie qui a été de pair, de la part d’un féminisme chilien ONGéisé, avec l’émergence d’une logique de coopération avec l’État.

  • 18 Marcela Rios Tobar, Lorena Godoy Catalan et Elizabeth Guerrero Caviedes, Un nuevo silencio feminis (...)

20Le retour à la démocratie a acculé le féminisme chilien à repenser son rapport à l’État, passant d’une logique de l’affrontement à une logique de la négociation et de la coopération ; celle-ci sera faite de dialogues et de propositions, destinés à promouvoir l’égalité des chances entre hommes et femmes et à lutter contre les discriminations envers celles-ci à travers une stratégie d’action qui ne récuse plus l’intégration aux appareils d’État. Ce phénomène a été de pair avec la mise en place de nouvelles formes organisationnelles18. Au Chili, comme dans d’autres pays du continent ou dans d’autres régions du monde, les mouvements de femmes se sont professionnalisés, prenant souvent la forme d’ONG, de centres d’études, de recherche ou de formation, travaillant en collaboration plus ou moins étroite, selon les pays, avec les administrations, les universités et les organismes internationaux. Sans doute est-ce là, en partie, l’expression d’un phénomène de cooptation. Celui-ci a transformé en profondeur l’activité des groupes et des associations, axés désormais sur un travail de conseil et d’expertise plutôt que sur le militantisme protestataire. Leur activité découle donc largement des appels d offre lancés par les parlementaires ou par les administrations, en particulier celle du SERNAM. Il est vrai que le retour à la démocratie a incité les organismes de coopération internationale qui subsidiaient les ONG sous la dictature à se désengager, considérant que l’État démocratique était à même de prendre en charge ce financement, ce qu’il fera sur la base d’appels d’offres ciblés sur des projets et des thèmes spécifiques déterminés par les priorités définies par l’agenda politique.

  • 19 Bérengère Marques-pereira et Florence Raes, « Trois décennies de mobilisations féminines et fémini (...)

21De manière générale, les associations de femmes ont acquis à partir des années 1990 une dimension institutionnalisante19 qui se traduit notamment par leur participation aux processus préparatoires des conférences mondiales et a impulsé à cette occasion une régionalisation des mouvements de femmes. La préparation de la IVe Conférence mondiale sur les femmes, à Beijing en 1995, a favorisé la discussion et l’élaboration de propositions dans les différentes régions du monde, tant sur le plan gouvernemental que sur le plan de la société civile. Dans ce sillage, on assiste à une transnationalisation des discours et des pratiques des mouvements de femmes, qui leur ont permis de légitimer leurs revendications et de faire pression sur les partis politiques et les gouvernements pour les inscrire à l’agenda politique. Ce processus a débouché sur une incorporation sélective de leurs demandes, mais en même temps sur une dynamique de redéfinition de celles-ci par les gouvernements : c’est dans cette perspective que l’on peut appréhender les acquis et les limites des réformes mises en oeuvre par le SERNAM. Cette dynamique d’amortissement ou de neutralisation des revendications n’empêchera pas que sur le plan national ou régional, le suivi de la conférence de Beijing en 2000 conduise les associations de femmes à une évaluation des engagements pris par les gouvernements des différents pays, gouvernements qui devront, par ailleurs, en rendre compte devant leurs parlements.

  • 20 Teresa Valdés (dir.), El indice de compromiso cumplido-ICC. Una estrategiapara el control ciudadan (...)

22Ainsi, le Grupo Iniciativa Mujeres (GIM) qui s’est imposé dès 1993 comme relais entre le SERNAM et, essentiellement, le monde associatif féministe, a-t-il procédé à une telle évaluation. Ce groupe rassemble une douzaine d’ONG, institutions et programmes d’études des sexes et s’est formé lors de la préparation de la conférence de Beijing, avec pour objectif de rassembler et renforcer les organisations de femmes en élaborant un document national sur leurs demandes et en transmettant ces revendications aux institutions concernées par la conférence, que ce soit sur le plan national, régional ou international. Il s’agit là d’un travail de réflexion sur le contenu et les formes prises par l’exclusion des femmes et par les modalités de leur inclusion, d’un travail d’élaboration de la normativité sociale. Ce travail s’est effectué, d’une part, à travers un lobbying auprès de la délégation officielle du Chili lors de la conférence de Beijing, d’autre part, à travers la participation aux réseaux d’organisations latino-américaines préparant le Forum des ONG qui s’est tenu à Huairou en même temps que la conférence de Beijing, et, enfin, à travers la diffusion de la plateforme d’action mondiale issue de celle-ci auprès des différentes organisations de femmes. Le GIM exerce également sa responsabilité publique en faisant preuve de vigilance à l’égard des institutions et des appareils d’Etat. Ainsi a-t-il mis au point « un indice de contrôle citoyen20 » qui permet d’évaluer le degré de concrétisation des engagements de l’Etat pris à Beijing et depuis lors. La coopération avec les institutions politiques s’effectue ainsi sur un mode à la fois pragmatique et critique. En effet, la construction d’un « indice de contrôle citoyen » a permis au GIM d’exercer une pression sur les décideurs politiques avec qui il entendait négocier. Par ailleurs, la mise sur pied du Forum national du suivi des accords de Beijing a offert un espace d’échanges entre le monde associatif et les instances gouvernementales, et a débouché en septembre 1997 sur la signature d’un acte d’engagement du gouvernement.

  • 21 Susan Franceschet et Laura Macdonald, « Hard Times for Citizenship : Women’s Movements in Chile an (...)
  • 22 En 2004, la représentation féminine au Sénat n’atteignait que 5,6 %, 12,5 % à la Chambre, alors qu (...)
  • 23 Voir Corporación Tiempo 2000, Comportamiento Electoral de la Mujer. Informe final, Santiago, SERNA (...)

23De manière générale, les ONG de femmes ont une vision de la citoyenneté plus inclusive que celle du SERNAM21. Mais il faut aussi avoir à l’esprit que les opportunités institutionnelles qui s’offrent à cette agence étatique sont d’autant plus réduites que la représentation politique des femmes demeure faible22 et que, au Chili, les femmes émettent un vote plus conservateur que celui des hommes23.

24Il importe également de savoir qu’en matière de participation, les liens que le SERNAM entretient avec les ONG de femmes sont nettement plus importants qu’avec les organisations de femmes des secteurs populaires. Il faut évidemment avoir à l’esprit qu’il existe des liens personnels entre les femmes des ONG et celles du SERNAM, liens qui se sont le plus souvent forgés dans l’exil. Les femmes travaillant dans les ONG ou au SERNAM sont souvent des « retornadas » (revenues d’exil), et il n’est donc pas étonnant que les passages d’une instance à l’autre soient courants, alors qu’il n’en va pas de même avec les organisations de base et que les relations avec ces dernières sont plutôt sporadiques. D’autre part, si la participation des ONG aux activités du SERNAM peut être vue comme de la cooptation, cette participation est plutôt d’ordre clientélaire en ce qui concerne les organisations de base, ces organisations étant intégrées uniquement de manière ciblée, en fonction de programmes sociaux particuliers qui doivent comprendre un aspect participatif. De plus, ces organisations se sentent exclues par des discriminations de classe et ethniques et la participation quelles fournissent s’effectue sous la forme d’un travail communautaire le plus souvent gratuit.

  • 24 P. Richards, 2004.

25Pour pallier ce sentiment d’exclusion vis-à-vis d’un féminisme d’État qui semble offrir une voix et une présence de préférence aux femmes des classes moyennes, deux ensembles d’organisations féminines de base ont été créés à la fin des années 1990 : un réseau d’organisations sociales de femmes (Red de Mujeres de Organizaciones Sociales ou REMOS), créé en 1996, et une association nationale de femmes rurales et indigènes (Asociaciôn Nacional de Mujeres Rural y Indígenas ou ANAMURI), créée en 199824. Le REMOS compte aujourd’hui 50 associations et entend dépasser la fragmentation des mouvements de femmes des secteurs populaires. L’objectif poursuivi est d’être un canal destiné à faire entendre les voix des femmes dans les instances privées et publiques et à ce titre promouvoir une participation autre que clientélaire de ces associations lorsque les femmes qui en font partie font l’objet de programmes sociaux. L’enjeu est la reconstruction d’un acteur collectif qui puisse faire émerger à la fois les intérêts et l’identité de classe des femmes des secteurs populaires, lorsque les questions de pauvreté, de chômage et de marginalisation sociale sont abordées par des agences étatiques telles que le SERNAM. De son côté, ANAMURI rassemble une cinquantaine d’organisations de femmes rurales et indigènes dont l’objectif est également de porter la voix de ces femmes dans les instances étatiques, en faisant valoir auprès du SERNAM que la classe et l’ethnicité sont à l’origine de discriminations qui croisent celles des sexes.

  • 25 Ochy Curiel, Sabinne Masson et Jules Falquet, « Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Ca (...)

26Enfin, signalons que le féminisme chilien comporte également des « autonomes » (Autónomas) à côté de ce qui a pu être nommé les « institutionnelles » (SERNAM et ONG féministes). Les « autonomes » se sont positionnées dans des pratiques de « dissidence25 » par rapport à la tendance hégémonique du courant « institutionnel ».

27Il serait évidemment intéressant de prendre en compte ultérieurement les critiques radicales portées à la thématique et à la pratique de la participation, que celle-ci se déploie sur le mode de la cooptation ou du clientélisme.

Troisième défi : quels droits et devoirs de citoyenneté ?

  • 26 Raquel Olea, Olga Grau et Francisca Perez, El généra en apuras. Discursos públicos : cuarta confer (...)
  • 27 Mala Htun, Sex and the State : Abortion, Divorce and the Family under Latin American Dictatorships (...)

28La stratégie d’action du SERNAM était donc de promouvoir l’égalité entre hommes et femmes à travers une neutralisation de la portée des revendications et une récupération de certaines ressources organisationnelles mises sur pied par les mouvements de femmes. Rappelons que cette stratégie a lieu dans un contexte d’opposition virulente de la part des partis de droite et conservateur au plan d’action proposé par le SERNAM pour la conférence mondiale organisée par les Nations Unies à Beijing en 199526. Ce plan d’action visait l’obtention de l’égalité des droits entre hommes et femmes dans les domaines du travail et de la famille ainsi que la reconnaissance des droits reproductifs. Les partis d’opposition s’érigeaient également contre l’usage des termes « sexe » et « égalité », dans la mesure où ils les considéraient comme un déni des différences entre hommes et femmes. Notons aussi que la présence de neuf sénateurs désignés par le régime militaire permettait à la RN et à l’UDI de bloquer toute réforme qui aurait été perçue comme ouvertement féministe. À cette donnée, s’ajoutait, comme nous l’avons déjà indiqué, l’activité de lobbying de l’Eglise, en particulier auprès de parlementaires démocrates chrétiens. Rien d’étonnant dès lors de constater que ni la libéralisation de l’avortement thérapeutique ou du divorce, ni même l’adoption d’une législation nationale instaurant les quotas en politique, ne furent inscrits à l’agenda public du SERNAM lors des deux premiers mandats présidentiels de la transition démocratique27.

  • 28 Bérengère Marques-pereira, « Citoyenneté, programmes sociaux et organisations de femmes dans le Cô (...)

29Il n’est pas étonnant non plus que les priorités du SERNAM aient plutôt porté sur des questions telles que les femmes pauvres chefs de ménage, les travailleuses saisonnières, la violence intrafamiliale, la prévention des grossesses des adolescentes ou la réduction de la pauvreté. De telles priorités étaient moins susceptibles de heurter les sensibilités politiques conservatrices et étaient plus en adéquation avec le paradigme des nouvelles politiques sociales sectorielles, ciblées ou compensatoires plutôt qu’universalistes28. Le seul programme du SERNAM qui soit de type universaliste est celui des centres d’information des droits des femmes (CIDEM), présents dans les treize régions du Chili. À cette exception près, les autres programmes du SERNAM requièrent une politique de mainstreaming, puisque le SERNAM n’est pas un ministère à part entière (même si sa directrice a rang de ministre), mais est une agence étatique faisant partie du MIDEPLAN. Cette instance ministérielle, création du Chili démocratique, a en charge les groupes sociaux marginalisés (femmes, indigènes, pauvres urbains et ruraux). Les différentes agences du MIDEPLAN n’ont pas en charge l’exécution et la mise en oeuvre des programmes sociaux et ne peuvent s’occuper que de l’élaboration et du financement des programmes qui seront mis en place par d’autres ministères en partenariat avec des ONG, des associations ou des organisations sociales et communautaires.

30Le SERNAM est donc en quelque sorte une partie décentralisée de la structure de l’État, qui doit transférer les aspects les plus importants de ses programmes sociaux sur le plan municipal. Ainsi, la plupart des exécutifs municipaux ont des « bureaux des femmes » qui entretiennent des liens plus étroits avec les municipalités qu’avec le SERNAM, ce qui n’a rien d’étonnant puisque ces bureaux sont financés par les budgets des municipalités et dépendent largement du bon vouloir et de l’orientation politique du maire. C’est dire que les municipalités pauvres ou orientées politiquement à droite ne seront pas enclines à favoriser le bon fonctionnement des bureaux des femmes.

31Par ailleurs, les programmes sociaux du SERNAM requièrent une coordination intersectorielle entre différents ministères et leur décentralisation s’effectue en outre en direction d’agences des différents ministères concernés par le programme social dont il est question.

  • 29 Bérengère Marques-pereira, La citoyenneté politique des femmes, Paris, A. Colin, 2003.

32Enfin, divorce et avortement sont des enjeux particulièrement révélateurs des droits-libertés d’un régime de citoyenneté et significatifs pour évaluer les limites et les ambiguïtés que manifeste l’action de la gauche lorsqu’elle est au pouvoir en coalition avec la démocratie chrétienne. Ces enjeux sont essentiels à la construction d’une pleine citoyenneté des femmes, car ils touchent à leur capacité d’individuation29. Si le droit, dans ses formes démocratiques de liberté et d’égalité, définit l’individu comme citoyen libéré des assujettissements tutélaires, la dynamique d’individuation, en ce qui concerne les femmes, requiert une révision des codes organisant leur sujétion à la tutelle maritale et paternelle, qui leur permette d’accéder à l’échange contractuel et à l’échange monétaire sans restrictions. Si la libre disposition de soi, principe d’individualisme libéral au coeur de la citoyenneté, renvoie à la libre disposition des biens propres et des fruits du travail ou au droit au divorce, l’extension de ce principe à la libre disposition de son corps passe aussi par la liberté reproductive ou encore par la lutte contre la violence physique dont les femmes peuvent faire l’objet de la part des hommes.

  • 30 SERNAM, Plan de Igualdad de Oportunidades entre mujeres y hombres, 2000-2010, Santiago, SERNAM, 20 (...)

33Divorce et avortement sont des enjeux dont la résolution se heurte au poids de l’Église dans les affaires de la Cité, au conservatisme social, à la « rhétorique réactionnaire » des partis de droite, pour reprendre l’expression d’Albert Hirschmann, ainsi qu’aux rapports de pouvoir favorables aux démocrates chrétiens par rapport aux partenaires socialistes et radicaux, à l’intérieur de la coalition de centre-gauche au pouvoir. Comme nous l’avons déjà souligné, il faut avoir à l’esprit que ces facteurs explicatifs voient leur portée amplifiée par les héritages institutionnels que le régime militaire a fait peser sur la démocratie chilienne. Il faudra donc attendre un changement d’équilibre au sein de la Concertatión au profit des socialistes et la présidence du socialiste Ricardo Lagos pour voir voter la loi du divorce (Loi 19.947 du 7 mai 2004), ou bien pour voir accéder à la tête du SERNAM une personnalité telle qu’Adriana del Piano, membre du Parti pour la démocratie, qui avait travaillé au Secrétariat de la Femme sous Allende et qui, durant la décennie 1980, était liée aux mouvements de femmes. Rien de surprenant, par ailleurs, que le SERNAM n’ait fait des quotas une priorité que lors de son second plan d’égalité des chances, établi sous cette même présidence30. Cependant, ce changement d’équilibre entre socialistes et démocrates chrétiens ne sera pas un facteur suffisant, à ce jour, pour que l’égalité en politique devienne un combat de parti pour la gauche, pas plus que la dépénalisation de l’avortement thérapeutique.

34Dans nos recherches ultérieures, il serait donc intéressant de tracer les contours des tensions entre les expressions de l’individuation des femmes et celles du familialisme, en approfondissant les configurations prises par les processus de décentralisation, le poids du conservatisme social et du traditionalisme religieux.

Quatrième défi : quel sentiment d’appartenance ?

  • 31 CEPAL, Equity, Development and Citizenship, Santiago, Nations Unies, 2000.

35Pour répondre à la question du sentiment d’appartenance que constitue le quatrième défi posé par un régime de citoyenneté qui ne se réduirait pas au seul néo-libéralisme, il y a lieu sans doute de poursuivre cette recherche en analysant le discours produit notamment par la CEPAL (Commission économique pour l’Amérique latine, dont le siège est à Santiago) sur la nécessité d’investissements dans le capital humain (les enfants, l’éducation et la santé de base, en particulier) et dans le capital social (la citoyenneté participative) pour assurer une cohésion sociale face à l’augmentation de la pauvreté provoquée par les politiques néo-libérales d’ajustement structurel31. Il s’agirait de dégager la figure type du citoyen et de la citoyenne valorisée par le discours cépalien qui met la notion d’équité au centre de sa problématique de la cohésion sociale. Il faudrait se demander, d’une part, quels sont les liens établis entre la notion d’équité et celle d’égalité et, de l’autre, dans quels termes sont appréhendées les discriminations sexistes, ethniques et de classe.

  • 32 Irma Arriagada, « Dimensions of poverty and gender policies », Cepal Review, n° 85, avril 2005, p. (...)

36On peut cependant tracer à grands traits les contours de la problématique. La valorisation de l’équité renvoie à l’examen des inégalités socioéconomiques qui mettent en danger la dignité humaine de l’individu et la cohésion sociale de la communauté, l’insécurité sociale allant de pair avec une augmentation de la violence. Dans une perspective relativement semblable à celle du PNUD, l’équité se conjugue avec une valorisation de la diversité qui s’assure que les différences ne se transforment pas en discriminations institutionnalisées sexistes, ethniques ou de classe. À ce titre, la nécessité de l'empowerment des individus est mise en exergue : ceux-ci doivent jouir des capacités (capabilities) et des responsabilités qui leur permettent d’être souverains de leur vie. Dans cette perspective, les familles, les ménages et les rapports entre les sexes sont considérés comme cruciaux pour le développement des capacités humaines. C’est en ce sens que les enfants prennent une large place dans cette problématique, qui met en avant le fait que c’est pendant les premières années de la vie que se structurent les potentialités de développement de l’individu. Cela implique un appui aux familles, aux ménages et aux femmes pour considérer l’enfant comme cible centrale des politiques sociales. Aussi, la problématique de lutte contre la pauvreté passet-elle par la prise en compte, non pas seulement de la pauvreté endémique des zones rurales (exclusion économique, sociale et politique du fait des opportunités d’emploi productif très réduites, de services sociaux le plus souvent inexistants ou de très mauvaise qualité, de l’absence relative de canaux de participation citoyenne) ou de la pauvreté chronique des zones urbaines (exclusion économique en raison de la réduction du salariat, exclusion sociale en raison de la rareté des services sociaux, souvent de mauvaise qualité, exclusion de la politique électorale voisinant avec une certaine participation citoyenne communautaire et locale), mais aussi de la reproduction de la pauvreté par l’exclusion des générations futures. À ce titre, la figure de l’enfant semble centrale dans le régime de citoyenneté et va de pair avec le vocable de vulnérabilité : les femmes et les enfants en butte à la pauvreté sont appréhendés comme des groupes cibles vulnérables32.

37Deviennent-ils alors autre chose que des objets de programmes sociaux, n’ayant d’autre identité que celle de personnes à charge ? Le sentiment d’appartenance renvoie-t-il alors à un mode d’intégration clientélaire ? Mais l’association du vocable de la vulnérabilité avec celui de la participation, des capacités et des responsabilités donnant sens à l’idée d’empowerment, semble plutôt inscrire le sentiment d’appartenance dans un mode d’intégration où l’identité proposée aux pauvres serait celle de sujets des programmes sociaux. Et c’est sans doute sur ce plan que le discours politique sur l’égalité, l’équité et la participation recèle une contradiction majeure. En effet, qu’est-ce qu’un sujet social qui est censé à la fois s’auto-organiser pour dépasser sa pauvreté et en même temps modérer ses revendications face à l’Etat ? N’est-ce pas sur ce plan que les droits d’autonomie deviennent contradictoires avec des droitscréances ?

38Enfin, l’empowerment des individus passe largement par une participation citoyenne qui s’inscrit dans la « bonne gouvernance ». Celle-ci va de pair avec le travail associatif, le travail communautaire, le travail d’un tiers secteur dans le cadre d’un État décentralisé où le local est valorisé. Dans cette perspective, il est possible que le sentiment d’appartenance soit territorialisé en renvoyant à la communauté sociale et locale. Mais qu’en est-il du sentiment d’appartenance à la communauté politique et nationale, si l’on sait que la pauvreté va de pair avec un apartheid géographique (les bidonvilles se situant à la périphérie des villes) ? Y a-t-il même un sentiment d’appartenance à la Cité, à la ville, à la municipalité, si l’ancrage dans le bidonville signifie que la seule expérience partagée par les habitants de la ville demeure la séparation géographique ? Telle est sans doute l’une des questions majeures auquel se heurte le quatrième défi d’un régime de citoyenneté démocratique actuel. Sans doute faut-il la considérer en la mettant en perspective avec l’exercice de la responsabilité publique pratiquée par des ONG du type Grupo de Iniciativa Mujeres qui donne un contenu concret à une demande de reddition des comptes et de transparence, exigences si importantes non seulement pour une gouvernance démocratique, mais aussi parce quelles donnent une épaisseur au sentiment d’appartenance nationale. Il y aurait lieu aussi de prendre en considération ce que des réseaux tels que le REMOS ou ANAMURI peuvent faire pour développer un sentiment d’appartenance qui reconnaisse la diversité dans ses dimensions non seulement de sexe, mais aussi de classe et ethnique.

39Telles sont les lignes directrices d’une recherche qui entend évaluer dans quelle mesure le maintien au pouvoir depuis 1990 d’une coalition gouvernementale de centre gauche a pu infléchir le paradigme néo-libéral imposé par le pinochétisme, et promouvoir un régime de citoyenneté démocratique en matière de rapports entre les sexes.

Notes

1 Jane Jenson, « La citoyenneté sociale et les “nouveaux risques sociaux” au sont passées les voix des femmes ? », Droit et société. Revue internationale de théorie du droit et de sociologie juridique, n° 62, 2006, p. 21-43.

2 Sonia Alvarez, « Los feminismos latinoamericanos se globalizan en los noventa : retos para un nuevo milenio », dans Maria Luisa Tarrés Barraza (dir.), Género y cultura en América latina. Cultura y participation politica, México, El Colégio de México, vol. I, 1998, p. 89-133.

3 Manuel Antonio Garretón, Hacia una nueva erapolítica. Estudio sobre las democratizaciones, México, Santiago, Fondo de Cultura Económica, 1995. Voir aussi Manuel Antonio Garretón, « La transformation de la société latino-américaine et les processus de démocratisation », dans Enjeux politiques et théoriques actuels de la démocratie en Amérique latine, Cahiers du GELA-IS, n° I, 2001, p. 65-98.

4 David Garibay et Daniel Pecaut, « Chili : fin des enclaves autoritaires ? », Problèmes d’Amérique latine, n° 56, printemps 2005, p. 7-II.

5 PNUD [Programa de Naciones Unidas para el Desarrollo], Desarrollo Humano en Chile, Más Sociedadpara gobernar elfuturo, Santiago, PNUD, 2000.

6 Susan Franceschet, Women and Politics in Chile, Boulder, CO, Lynne Rienner Publishers, 2005.

7 Il faut sans doute nuancer la caractérisation du régime économique chilien dans la mesure où à la suite de la crise de 1982-83, la dictature a développé des politiques économiques pragmatiques qui ne relèvent pas d’un pur et simple néo-libéralisme, mais plutôt d’un « possibilisme » comme le note Javier Santiso dans Amérique latine. Révolutionnaire, libéral, pragmatique, Paris, CERI/Autrement, 2005, p. 72-82.

8 Pinochet instaure en 1989 un système électoral binominal qui impose que le parti ou la coalition gagnante obtienne deux fois plus de voix que celui ou celle qui suit pour emporter les deux sièges d’un district électoral.

9 Lucy Taylor, Citizenship, Participation and Democracy : Changing Dynamics in Chile and in Argentina, Londres, Macmillan, 1998.

10 Bérengère Marques-pereira, « Citoyenneté des Latino-Américaines : enjeux, limites et ambiguïtés », Revue Canadienne Droit et Société, vol. 16, 2, 2001, p. 101-117.

11 Bérengère Marques-pereira, « Linking Social and Political Citizenship : Women’s Action in the Southern Cone », Social Politics, International Studies in Gender, State and Society, vol. 5, n° 2, été 1998, p. 213-231.

12 Teresa Valdés et Marisa Weinstein, Mujeres que sueñan. Las organizaciones depobladores en Chile 1973-1989, Santiago, Flacso, 1993 ; Marisa Weinstein, « La citoyenneté dans la relation État femmes populaires », dans Bérengère Marques-pereira (dir.), Femmes dans la Cité. Amérique latine et Portugal, Sextant, n° 8,1997, p. 43-74.

13 S. Franceschet, 2005.

14 Jacqueline Jimenez Polanco, « La représentation politique des femmes en Amérique latine : une analyse comparée », dans Bérengère Marques-Pereira et Patricio Nolasco (dir.), La représentation politique des femmes en Amérique latine, Paris, L’Harmattan/Gela-IS, 2001, p. 27-81 ; Bérengère Marques-pereira et Sophie Stoffel (dir.), La représentation politique des femmes au Chili, Cahiers du GELA-IS, n° 5, Paris, L’Harmattan, 2005.

15 Sur les relations entre féminisme d’État et associations de femmes, voir notamment Lisa Baldez, « La politica partidista y los limites del feminismo de Estado », dans Paul Drake et Ivan Jaksic (dir.), El modelo chileno : Democracia y desarrollo en los noventa, Santiago, Ediciones Lom, 1999, p. 407-433 ; Natacha Molina, « Women’s Struggle for Equality and Citizenship in Chile », dans Geertje Lycklama, Virginia Vargas et Saskia Wieringa (dir.), Women's Movements and Public Policy in Europe, Latin America and the Caribbean, New York, Garland Publishing, 1998, p. 127-142 ; Patricia Richard, Pobladores, Indigenas and the State, New Brunswick, Rutgers University Press, 2004.

16 Pour une analyse de ces deux enjeux, voir Bérengère Marques-pereira, « Les femmes et la gauche au Chili. Une relation amicale », Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 12, n° 3, septembre 2005, p. 365-378.

17 L. Baldez, 1999, p. 419 ; Lisa Baldez, Why Women Protest. Women’s Movements in Chile, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 175-180 ; Lois HechtOppenheim, « La democracia chilena en los años posteriores a 1990 y la incorporation política de las mujeres », dans Maria Luisa Tarrés Barraza (dir.), Género y Cultura en América latina. Cultura y participation politica, México, El Colegio de México, 1998, p. 217-241.

18 Marcela Rios Tobar, Lorena Godoy Catalan et Elizabeth Guerrero Caviedes, Un nuevo silencio feminista ? La transformation de un movimiento social en el Chile postdictatura, Santiago, Centra de Estudios de la Mujer/Editorial Cuarto Proprio, 2003 ; S. Alvarez, dans M. L. Tarrés Barraza, 1998, p. 89-133.

19 Bérengère Marques-pereira et Florence Raes, « Trois décennies de mobilisations féminines et féministes en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, n“39, 2002, p. 17-36 ; Bérengère Marques-Pereira et Sophie Stoffel, « Les féminismes d’Amérique latine », dans Éliane Gubin ét al, (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, L’Atelier, 2004, p. 399-410.

20 Teresa Valdés (dir.), El indice de compromiso cumplido-ICC. Una estrategiapara el control ciudadano de la equidad de género, Santiago, Flacso, 2001.

21 Susan Franceschet et Laura Macdonald, « Hard Times for Citizenship : Women’s Movements in Chile and in Mexico », Citizenship Studies, vol. 8, n° I, mars 2004, p. 3-23.

22 En 2004, la représentation féminine au Sénat n’atteignait que 5,6 %, 12,5 % à la Chambre, alors que 23 % de femmes occupaient des charges exécutives. Voir Kathya Araujo, « Mujeres y representación política : el caso de Chile », dans Kathya Araujo et al., Igualdad de Derechos, Igualdadde Oportunidades, Igualdad de Ejercicio, Santiago, Fundación Instituto de la Mujer, 2004, p. 108-109.

23 Voir Corporación Tiempo 2000, Comportamiento Electoral de la Mujer. Informe final, Santiago, SERNAM, 2000.

24 P. Richards, 2004.

25 Ochy Curiel, Sabinne Masson et Jules Falquet, « Féminismes dissidents en Amérique latine et aux Caraïbes », Nouvelles Questions Féministes, vol. 24, n° 2, 2005, p. 4-13.

26 Raquel Olea, Olga Grau et Francisca Perez, El généra en apuras. Discursos públicos : cuarta conferencia mundial de la mujer, Santiago, Ediciones LOM, La Morada, 2000.

27 Mala Htun, Sex and the State : Abortion, Divorce and the Family under Latin American Dictatorships and Democraties, New York, Cambridge Universty Press, 2004 ; B. Marquespereira, 2005.

28 Bérengère Marques-pereira, « Citoyenneté, programmes sociaux et organisations de femmes dans le Cône Sud », Cahiers du Gedisst, n° 23,1999, p. 15-27.

29 Bérengère Marques-pereira, La citoyenneté politique des femmes, Paris, A. Colin, 2003.

30 SERNAM, Plan de Igualdad de Oportunidades entre mujeres y hombres, 2000-2010, Santiago, SERNAM, 2001.

31 CEPAL, Equity, Development and Citizenship, Santiago, Nations Unies, 2000.

32 Irma Arriagada, « Dimensions of poverty and gender policies », Cepal Review, n° 85, avril 2005, p. 110.

Auteur

Professeure en science politique et en sciences sociales et directrice du Centre de Sociologie politique à l’Université libre de Bruxelles. Auteure de nombreux ouvrages et articles scientifiques, elle a publié notamment La citoyenneté politique des femmes (Armand Colin, 2003).

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search