Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'institution du langage

 | 
Michel Seymour

Introduction

Texte intégral

1Je me propose dans cet ouvrage de discuter d’un argument philosophique en faveur de la conception institutionnelle et communautaire du langage. Il s’agira d’examiner de près les raisons qui nous motivent à endosser le point de vue selon lequel les langages seraient des ensembles de conventions produites par des groupes d’individus. Selon cette hypothèse, le langage serait un bien collectif répondant à des impératifs de cohésion sociale, pas seulement un instrument de communication utile aux individus. Le groupe social aurait exercé des pressions suffisamment grandes sur les individus pour que ceux-ci parviennent à coordonner leurs actions en vue de créer collectivement, à l’échelle de la communauté, des conventions régissant les rapports linguistiques entre les agents. Ces conventions prendraient la forme de normes explicites gouvernant les comportements linguistiques des locuteurs individuels.

2Le tenant d’une conception institutionnelle et communautaire prétend que des conditions de ce genre doivent prévaloir pour qu’un système de signes accède au statut de langage chez les humains. Je ne vais pas, dans le cadre de cet exposé, tenter de répondre à la question de savoir si d’autres espèces peuvent elles aussi, en un certain sens, disposer d’un langage. J’entends rester neutre à l’égard de ce débat. Mon but est plutôt d’apporter quelques éclaircissements sur le langage tel qu’il s’est développé au sein de l’espèce humaine.

  • 1 Fodor est bien entendu maintenant ouvertement favorable à l’externalisme. Voir Concepts : Where Cog (...)

3La conception institutionnelle et communautaire du langage a été défendue à divers degrés et de différentes manières par des auteurs aussi différents que les linguistes Gustav von Humboldt, Edward Sapir, Benjamin Lee Whorf, Leonard Bloomfield, Ferdinand de Saussure, les philosophes Ludwig Wittgenstein, Michael Dummett, Saul Kripke, David Bloor, Rush Rhees, Norman Malcolm, Meredith Wilhams et Margaret Gilbert, le sociologue Peter Winch, l’anthropologue Clifford Geertz, le généticien Luca Cavalli-Sforza et le biologiste Terrence Deacon. Ces auteurs s’opposent tout d’abord aux philosophes de tendance idéaliste, tels que Gottlob Frege, Richard Montague et Alonzo Church. Ils s’opposent aussi aux philosophes individualistes, internalistes et innéistes que sont Noam Chomsky, Steven Pinker et Jerry Fodor1, ainsi qu’aux théories psychologiques de Paul Grice, Stephen Schiffer et John Searle, et enfin aux théories holistes de Willard Quine, Donald Davidson, Hilary Putnam ou Robert Brandom.

Une conception controversée

  • 2 Saussure, Ferdinand de, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 3e édition, 1962, [1915].

4La conception institutionnelle et communautaire du langage peut paraître trivialement vraie aux yeux de certains, mais elle est en fait très controversée. Il faut donc, dès le départ, préciser davantage l’objet de la présente étude et clarifier la portée de la thèse qui est en jeu. D’une certaine façon, il est évident que les langues dites « naturelles », telles que le français, l’anglais, le russe ou le chinois, sont des systèmes de conventions sociales. Le lien qui existe entre les mots et le monde est bien entendu parfaitement conventionnel. Comme Ferdinand de Saussure le fit remarquer dans son Cours de linguistique générale2, le lien entre un mot et un objet est un lien arbitraire. Il s’agit de « l’arbitraire du signe ». C’est en vertu d’une stipulation que nous appelons un chat un « chat ». Les chats auraient pu être appelés « punks » et les punks auraient pu être appelés « chats ». Il n’existe pas de rapport naturel entre un mot et ce qu’il représente, et c’est exclusivement grâce à une décision arbitraire que les mots en sont venus à signifier ce qu’ils signifient. Or, ces conventions, par définition, ne peuvent être que sociales, et c’est la raison pour laquelle nous disons que le langage a un caractère institutionnel et qu’il se présente comme un bien public, communautaire.

5L’argument que l’on vient de formuler exploite le caractère conventionnel du langage pour établir la conception institutionnelle et communautaire. Mais il existe d’autres façons d’étayer ce même constat. Une autre preuve est fournie par un enfant chinois qui, dès sa naissance, aura été adopté par une famille appartenant à la communauté québécoise. Cet enfant utilisera les expressions, les intonations, les accents et les habitudes linguistiques des membres de cette communauté. Il est évident qu’une très large partie de ce que nous appelons la « langue naturelle » est constituée par des facteurs qui, d’une manière générale, sont de nature institutionnelle et communautaire. Ils résultent de l’interaction entre les membres du groupe et sont appris grâce aux contacts répétés que l’agent entretient avec les membres de ce groupe, et ils sont aussi affectés par les conventions arbitraires admises au sein du groupe. Cet autre argument exploite des faits relativement simples au sujet de l’apprentissage pour établir la même conclusion concernant le caractère institutionnel et communautaire du langage.

6Mais des problèmes philosophiques se cachent derrière ces évidences trompeuses ; ils ne tarderont pas à se manifester dès lors que l’on cherche à comprendre en quoi consiste la nature du langage. Il faut tout d’abord se demander comment les langages s’inscrivent dans la réalité physique. Après tout, les langues « naturelles » doivent bien être, d’une certaine façon, des phénomènes naturels. Or, dès que l’on fait valoir un certain préjugé favorable à l’égard du naturalisme, c’est-à-dire à l’égard de cette doctrine philosophique éminemment plausible selon laquelle tous les phénomènes connus sont réalisés dans et produits par des processus naturels, la question se pose à savoir si les fameuses conventions sociales, sur la base desquelles se trouvent fondé le caractère institutionnel et communautaire du langage, ne sont pas elles-mêmes réductibles à des phénomènes pouvant faire l’objet d’une explication naturaliste. Or, plusieurs philosophes pensent que le meilleur moyen d’assurer la naturalisation des phénomènes sociaux est de passer par une réduction de ces phénomènes à des propriétés caractéristiques de la psychologie individuelle. Autrement dit, pour que les faits de langage soient des faits naturels, il faut qu’ils soient en réalité des faits psychologiques, et donc individuels. Pour cette raison, il peut alors sembler que le langage ne puisse être irréductiblement institutionnel et communautaire – par opposition à une conception psychologique et individuelle – s’il s’agit bel et bien d’un phénomène naturel. Selon ce point de vue naturaliste, il existe effectivement des aspects sociaux aux langues naturelles que nous parlons, mais ceux-ci ont un caractère contingent. L’essentiel de ce qui est appelé « langage » réside dans la psychologie individuelle. Comme on le voit, il y a une tension (pour ne pas dire une contradiction) entre cet argument particulier en faveur du naturalisme et la conception institutionnelle et communautaire du langage.

  • 3 Le behaviorisme est une doctrine philosophique qui peut être comprise de plusieurs façons. Sa versi (...)

7Au sujet du second argument évoqué plus haut et qui concerne l’apprentissage qu’un enfant chinois peut faire de la langue française parlée au Québec, on fera valoir qu’il ne peut conduire à une conception institutionnelle et communautaire que si l’on présuppose une théorie behavioriste3 de l’apprentissage, théorie qui est depuis longtemps tombée dans le discrédit. Les enfants qui apprennent une langue se conforment sans doute dans une très grande mesure à des pratiques discursives socialement établies, mais on ne saurait en tirer des conclusions radicales concernant la nature essentiellement institutionnelle et communautaire du langage que si l’essentiel de l’apprentissage linguistique prenait la forme d’un processus d’appropriation de règles extérieures à l’agent. Le problème est que cela risque de nous forcer à épouser le point de vue behavioriste. En effet, cela équivaudrait à prétendre que les règles apprises ont été acquises par une intégration dans notre comportement de directives qui nous ont été imposées de l’extérieur par renforcement. Si l’on suppose, au contraire, que l’apprentissage linguistique ne peut se faire sans que l’agent ait déjà une certaine capacité linguistique innée, la question se pose alors de savoir où se situe l’essentiel de la compétence linguistique. Ne réside-t-elle pas dans cette capacité linguistique innée ? Les aspects sociaux, communautaires ou conventionnels ne sont-ils pas des aspects secondaires, voire superflus ? L’essentiel ne repose-t-il pas sur le développement de nos capacités innées ? Si l’on devait répondre par l’affirmative à ces questions, on s’éloignerait sensiblement de l’évidence qui avait été à l’origine de notre acceptation de la conception institutionnelle et communautaire, car il apparaîtrait en définitive que l’essentiel du langage se trouve entièrement contenu dans les habiletés linguistiques innées de l’individu.

8Ainsi, il ne suffit pas d’en rester aux premières « preuves » et de se fier uniquement au confort des apparences pour être en mesure de répondre à la question de savoir si le langage a ou n’a pas un caractère institutionnel et communautaire. La question ne porte pas vraiment sur la sphère phénoménale, la sphère des apparences, mais bien sur celle des facteurs irréductibles sous-jacents. Elle n’a pas pour base les propriétés « contingentes », mais bien les propriétés « essentielles » du langage. Le langage a-t-il un caractère irréductiblement institutionnel et communautaire ? On voit déjà apparaître à l’occasion de cette interrogation l’esquisse d’une véritable question philosophique.

9Dans la suite de ce texte, j’emploierai l’expression « langues naturelles » pour désigner les langues que nous parlons effectivement (le français, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’italien, etc.). L’expression sert à désigner l’objet préthéorique de la langue, c’est-à-dire la manifestation empirique de la langue comme phénomène devant faire l’objet de notre examen. Une langue naturelle doit ensuite être conçue comme un système de règles syntaxiques et sémantiques. Il s’agit en quelque sorte d’une grammaire et d’un dictionnaire. Les règles syntaxiques assurent les combinaisons adéquates entre les mots et elles fixent notamment l’ordre dans lequel ceux-ci doivent apparaître pour induire des « formules bien formées ». Les règles sémantiques, quant à elles, établissent les liens qui unissent les mots à ce qu’ils signifient. Les objets signifiés peuvent alors être des entités concrètes ou abstraites, et il peut s’agir d’objets dénotés ou de sens exprimés. Les règles sémantiques fixent également les modes de composition de la signification. Autrement dit, elles fournissent des méthodes permettant de déterminer la signification des expressions complexes à partir de la signification d’expressions primitives du langage.

  • 4 L’intension (intension) d’une expression s’oppose à son extension. La distinction recoupe celle qui (...)

10De même, j’emploierai le mot « signification » pour caractériser de manière préthéorique ce que les mots, les phrases et les discours veulent dire. Je réserverai le mot « sens » pour rendre compte du concept, de l’entité intensionnelle4 ou de la définition exprimée par le mot, alors que la « référence » est l’objet désigné par le mot. D’une certaine façon, le sens et la référence des mots forment ce que nous appelons vaguement et préphilosophiquement la « signification » des mots. Dans la perspective qui est la mienne, la notion de sens ne renvoie pas nécessairement à une conception frégéenne ; les sens peuvent être des constructions définitionnelles établies par convention. Il s’agit donc de constructions humaines et non d’entités idéelles préexistantes.

11À ces règles syntaxiques et sémantiques formant la substance de ce que nous appelons la « langue » viennent s’ajouter des conventions pragmatiques qui gouvernent les usages du langage (la parole). Il peut s’agir de maximes particulières : par exemple, les maximes de qualité ou de quantité comme « soyez clairs », « allez droit au but » et « soyez succincts ». Il peut s’agir du principe de charité intervenant dans toute interprétation, principe en vertu duquel l’interprète suppose un accord avec la personne interprétée au niveau des croyances. Il peut s’agir aussi du principe de la préservation de la vérité gouvernant la traduction, selon lequel la traduction d’un énoncé doit être une phrase tenue pour vraie si l’énoncé à traduire est tenu pour vrai, et une phrase tenue pour fausse si le même énoncé est tenu pour faux.

  • 5 Saussure, 1962.

12La langue est donc un système de règles syntaxiques et sémantiques, auxquelles sont associées des conventions pragmatiques. Il peut sembler à première vue que cette conception soit dépourvue de tout aspect controversé, mais il n’en est rien. Subrepticement, on vient de faire valoir que les notions de langue et de règle sont intimement liées. On a également fait valoir une notion de règle qui reste pour une bonne part inexpliquée. Elle le sera dans les chapitres ultérieurs. Mais, surtout, on affirme explicitement une distinction entre la langue et la parole. Or, la langue semble à première vue devoir être conçue comme un système de conventions institutionnelles et communautaires, alors que la parole renvoie à la pratique linguistique individuelle, c’est-à-dire à l’ensemble de nos énonciations et à l’ensemble de nos textes écrits qui sont gouvernés pas ces conventions. Mais la question se pose justement de savoir si l’ensemble des conventions sociales forme un tout irréductible et si nos inscriptions parlées ou écrites se conçoivent réellement comme des exemplifications d’une langue. Je vais, dans le cadre de cet ouvrage, adopter cette hypothèse : le langage sera défini comme une pratique gouvernée par des règles syntaxiques et sémantiques, ainsi que par des conventions pragmatiques. Selon ce point de vue, il y aurait une distinction à faire entre la langue et la parole, semblable à celle que l’on trouve déjà chez Ferdinand de Saussure5.

13Cependant, il faut d’ores et déjà dire que cette distinction ne va pas de soi dans le contexte de la présente discussion. Dans les définitions des notions de langue et de parole, nous avons déjà, du moins en apparence, opéré des choix théoriques qui ne doivent pas être tenus pour acquis et qui ne doivent surtout pas passer inaperçus. L’objet de la présente étude concerne justement la question de savoir si, et dans quelle mesure, le langage peut être conçu comme une pratique gouvernée par des règles conventionnelles irréductiblement sociales. Existe-t-il, par-delà nos pratiques discursives concrètes, une telle chose que la langue conçue comme un ensemble de conventions irréductiblement sociales ? Comme on l’a déjà fait remarquer, un lien étroit et évident existe entre la conception institutionnelle et communautaire du langage et la présence de conventions irréductiblement sociales gouvernant l’emploi des mots. En effet, les conventions en question sont des normes développées dans le cadre d’une institution. Les institutions sont, d’une manière générale, des biens participatoires que les groupes sociaux se donnent et qu’ils utilisent et consomment de diverses façons. Les groupes sociaux sont les seuls aptes à se doter d’institutions particulières de ce genre.

14En somme, le problème est que la distinction entre langue et parole semble présupposer une conception institutionnelle et communautaire. Du moins est-ce ainsi qu’il faut comprendre les choses si l’on présente la langue comme un ensemble de conventions irréductiblement sociales. Mais alors, ne suis-je donc pas déjà en train de présupposer l’hypothèse que je voulais pourtant soumettre à l’épreuve d’une argumentation serrée ? Si la conception institutionnelle et communautaire est présupposée dans les définitions que l’on formule dès le départ, l’argumentation n’est-elle pas circulaire ? Il serait problématique de dissimuler la thèse centrale de ce livre sous le couvert d’une définition, car cela reviendrait à présupposer la thèse que l’on cherche par ailleurs à démontrer.

15En fait, les définitions minimales que je viens de proposer plus haut peuvent être adoptées sans risquer de m’engager dans un argument circulaire. Je pourrai éviter cet écueil pourvu que je fasse l’effort de ne pas supposer à ce stade-ci de l’exposé une conception des règles qui fait de celles-ci des conventions irréductiblement sociales. La langue peut, au départ, être définie comme un ensemble de règles syntaxiques et sémantiques, et la parole peut à son tour être définie comme une pratique gouvernée par de telles règles, sans toutefois s’engager pour le moment à quoi que ce soit de plus concernant la nature des règles. Si, dans l’argument, on tient pour acquis que la langue est un ensemble de règles conventionnelles irréductiblement sociales, on met fin à la discussion portant sur la conception institutionnelle et communautaire puisque, comme on vient de le signaler, celle-ci va de pair avec une telle conception des règles. Mais les définitions des notions de langue et de parole examinées plus haut peuvent au départ être admises sans répondre à la question concernant la nature des règles.

  • 6 Chomsky n’emploie plus la distinction entre compétence et performance. Il parle plutôt d’une distin (...)

16La distinction entre la langue et la parole peut, par exemple, être admise dans un cadre théorique semblable à celui qui a été proposé par Gottlob Frege. Selon lui, les règles institutionnelles et communautaires ont ultimement une nature idéelle. Frege défend une conception du langage qui en fait une entité idéelle et abstraite, et les langues naturelles doivent selon lui être comprises à partir de cette idée abstraite, puisqu’elles n’en sont que des copies imparfaites. Comme nous le verrons, cette façon de voir les choses n’a rien à voir avec l’approche conventionnaliste qui caractérise la conception institutionnelle et communautaire, mais elle est compatible avec la distinction entre langue et parole. Cette distinction peut aussi être absorbée dans un cadre individualiste sous la forme de la différence faite entre la compétence et la performance d’un agent individuel, comme c’est le cas chez Noam Chomsky6. Puisque je ne présuppose pas l’existence de règles irréductiblement sociales, la langue peut en effet être tout aussi bien conçue comme une grammaire universelle innée associée à un dictionnaire mental. En somme, on peut en principe concevoir la langue autant comme un code de la pensée que comme un code social.

  • 7 Searle, John, L’intentionnalité, Paris, Éditions de Minuit, 1985.
  • 8 Searle, John, The Construction of Social Reality, New York, Free Press, 1995.

17Il est également possible d’admettre la distinction entre la langue et la parole de façon tout à fait provisoire dans le but avoué de défendre une autre version particulière du psychologisme. On pourrait au départ concevoir la notion de langue comme un système de conventions sociales, tout en cherchant ensuite par divers arguments à faire l’économie de la notion de langue, soit en la réduisant à des faits psychologiques, soit en l’éliminant purement et simplement. John Searle, par exemple, souscrit dans un premier temps à une conception institutionnelle et communautaire du langage, mais il considère que les conventions qui gouvernent la signification des mots doivent être comprises comme le résultat d’une intentionnalité dérivée. Les propriétés sémantiques attachées aux mots sous la forme de conventions sociales sont le résultat du transfert à des inscriptions sonores ou graphiques des conditions de satisfaction de nos états intentionnels7. D’ailleurs, selon Searle, les institutions doivent elles-mêmes être comprises à partir de notions fondamentales qui ont toutes un ancrage psychologique8.

  • 9 Voir Davidson, Donald, « A Nice Derangement of Epitaphs », dans Ernest Lepore (dir.), Truth and Int (...)

18Dans un tout autre cadre théorique, Donald Davidson soutient lui aussi qu’il est possible, en bout de piste, de faire l’économie de la conception traditionnelle du langage conçu comme un ensemble de conventions sociales, sauf que sa stratégie est davantage éliminationniste. Il s’agit alors de dire que la langue n’est rien d’autre qu’un mirage que nous projetons sur nos pratiques linguistiques. Dans ce dernier cas, on ne nie pas l’utilité instrumentale d’une théorie qui projette sur le comportement linguistique un ensemble de règles, mais on ne confère aucune portée objective à cet ensemble de règles postulées. Selon ce point de vue, la seule chose qui existe vraiment, c’est l’ensemble de nos pratiques linguistiques effectives. La langue, comprise comme un ensemble de règles syntaxiques et sémantiques, n’est rien d’autre que le résultat d’une modélisation de ces pratiques, et l’ensemble des règles postulées n’est qu’un artefact du modèle. La codification du comportement linguistique obtenue par la postulation d’une langue ne réside que dans le regard de celui qui cherche à interpréter la pratique langagière réelle9. La langue n’est, pour Davidson, qu’un mirage ontologique. Je discuterai de ce point de vue plus loin dans ce livre, en l’occurrence au chapitre 9. Il importe seulement pour le moment de faire remarquer qu’il ne faut pas évacuer de tels arguments en choisissant d’en disposer par l’intermédiaire d’un fiat définitionnel. Encore une fois, la notion de langue doit au départ être conçue comme un ensemble de règles syntaxiques et sémantiques, et non tout de suite comme un ensemble de règles irréductiblement sociales. Elle ne doit apparaître de cette dernière façon qu’au terme d’un argument rationnel. Le langage peut au départ nous apparaître comme une pratique gouvernée par les règles de la langue, mais il faut se garder d’y voir une confirmation de la conception institutionnelle et communautaire, puisque la distinction peut être réappropriée autant dans un cadre idéaliste semblable à celui développé par Frege que dans un cadre chomskyen individualiste et internaliste. Elle peut faire l’objet d’une réduction à des faits psychologiques ou elle peut faire l’objet d’une élimination. À ce stade-ci de mon exposé, je ne peux préserver qu’en partie la distinction proposée par Saussure, et suis tout au plus en mesure de recommander une distinction conceptuelle entre langue et parole. En ce sens, la distinction que je propose pourrait être acceptée par ceux qui nient sa pertinence sur le plan factuel.

  • 10 Voir Hacker, Peter et Gordon Baker, Language, Sense, and Nonsense, Oxford, Basil Blackwell, 1986. N (...)

19Même une fois débarrassé du danger de présupposer une définition du langage qui correspond déjà à la conception que je cherche à défendre, la distinction entre la langue et la parole constitue un choix théorique particulier qui peut très bien faire l’objet d’une remise en question. Il faut en effet remarquer qu’il existe au moins un modèle du langage qui s’oppose à la distinction minimale que je viens de proposer. Je ne dois pas négliger cette position, même si elle vient en quelque sorte contrecarrer dès le départ le cadre théorique qui est le mien. Cette approche alternative suppose elle aussi qu’il n’existe pas de langue par-delà nos pratiques linguistiques effectives, mais il s’agit d’une approche qui questionne la possibilité même de faire conceptuellement la distinction entre la langue et la parole. Je songe ici à la position défendue par Peter Hacker et Gordon Baker et, plus généralement, par les philosophes du langage ordinaire10, conception selon laquelle le seul modèle adéquat pour le langage est en quelque sorte un modèle qui est « grandeur nature ». Cette boutade est une façon de dire que les philosophes du langage ordinaire adoptent une position anti-théorique, car la seule manière adéquate de représenter les langues naturelles est, selon eux, de les décrire dans leur intégralité sans même tenter de les modéliser à partir de théories. Dans le cadre de l’approche défendue par Hacker et Baker, il n’y a même pas d’utilité instrumentale à la distinction entre la langue et la parole. Plus exactement, il n’y a pas de langue conçue comme ensemble de règles auxquelles se conformerait notre comportement de locuteur : il n’y a que nos pratiques discursives effectives. Cette approche anti-théorique cadre mal avec ce que j’entends mettre de l’avant dans cet ouvrage. Il s’agit donc d’une approche que je voudrais d’emblée écarter. Mais cette approche alternative reviendra nous hanter à plusieurs reprises tout au long de l’exposé, en particulier dans la première section de l’ouvrage, consacrée à Wittgenstein.

Règles constitutives et normatives

  • 11 Searle, John, Speech Acts : An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University (...)

20L’un des traits caractéristiques de la conception défendue dans cet ouvrage concerne la nature des règles. Il existe au moins deux sortes de règles : constitutives et normatives (régulatives). Cette dernière distinction a été développée de façon explicite par John Searle11. Pour le dire simplement, les règles constitutives sont des normes qui créent de nouveaux comportements, alors que les règles normatives sont des prescriptions faisant suite à des régularités qui émergent d’un comportement qui se comprend indépendamment de ces règles. Searle emploie l’expression « règle normative » pour caractériser cette autre conception. Sans être fausse, cette formulation peut créer certaines confusions. On peut être amené à croire que seules les règles normatives ont un pouvoir contraignant et que, par conséquent, les règles constitutives n’en ont pas. On peut aussi être amené à croire que les règles normatives expriment des normes et que les règles constitutives n’en expriment pas. Et pourtant, les deux sortes de règles ont un pouvoir contraignant et elles expriment toutes les deux des normes d’un type spécifique. Telles que comprises par Searle, les règles constitutives sont elles aussi des normes ayant un pouvoir normatif et contraignant.

21Les règles normatives sont des prescriptions que l’on choisit de se donner étant donné la présence de régularités comportementales qui sont déjà intelligibles de manière autonome, et sont la codification de certaines contraintes que les agents acceptent de se donner eux-mêmes à cause de la présence de ces régularités. Les règles constitutives, au contraire, sont des règles qui créent de nouveaux comportements. Elles ont elles aussi un véritable pouvoir contraignant, mais celui-ci dépend exclusivement de l’imposition de certains rituels, de comportements standardisés créés de toutes pièces dans le cadre d’institutions et formant la substance même de ces institutions.

22Plus précisément, les règles constitutives présupposent elles aussi des régularités antérieurement présentes, mais le contenu des règles constitutives apporte quelque chose de nouveau qui n’est pas déjà présent dans les régularités elles-mêmes. Les règles constitutives sont des règles que l’on crée de toutes pièces et qui n’existent pas déjà entièrement sous la forme de régularités. À l’opposé, les régularités comportementales auxquelles on réfère dans les énoncés qui expriment les règles normatives sont les régularités qui existent déjà indépendamment des règles et qui font sens indépendamment de ces règles. Les règles normatives ou régulatives n’apportent rien de nouveau par rapport à ces régularités. Ensuite, les règles normatives ne font que prescrire le maintien de ces régularités et sont à leur remorque, alors que les règles constitutives sont introduites par stipulation et transforment des régularités existantes en des règles nouvelles qui créent de nouveaux comportements signifiants.

23Un exemple de règle constitutive est donné par les règles du jeu d’échecs. Les règles fondent la pratique du jeu et l’activité ne peut être comprise sans référence aux règles. Ce sont elles qui donnent tout son sens au jeu. La règle crée l’action en ce sens qu’elle donne la signification du comportement. En réponse à la question « Qu’a-t-il fait ? », on décrit le comportement de manière différente selon que la règle existe ou non. Vingt-quatre hommes peuvent adopter exactement le comportement de gens jouant au football, mais on ne peut les décrire comme jouant au football si les règles du football n’existent pas. De la même manière, les énoncés « Il a voté pour X », « Il a marqué un but » sont des comportements régis par des règles constitutives. Il y a dans ce cas une possibilité d’erreur, parce que la règle sert d’étalon et que l’on s’en sert pour évaluer la qualité du comportement. On cherche alors à se conformer à une règle instituée.

24Enfin, la connaissance des règles constitutives suppose qu’elles soient intériorisées sur le mode d’un savoir propositionnel. L’agent peut ne pas être capable de formuler ce savoir, mais nous postulons qu’il a intériorisé ce savoir lorsque nous le décrivons comme un comportement où il y a respect de la règle. La règle constitutive est en outre formulée par des phrases qui ressemblent beaucoup à des énoncés analytiques : affirmer un échec et mat revient à dire que le roi est attaqué et ne peut ni se défendre ni fuir - ou, si l’on veut : que le roi soit attaqué et ne puisse ni se défendre ni fuir revient à un échec et mat. Un toucher au football équivaut au fait qu’un joueur pénètre la zone des buts adverse avec le ballon - ou, si l’on veut : qu’un joueur pénètre la zone des buts adverse avec le ballon revient à un toucher. Dans le modèle où faire X revient à faire Y, Y ne décrit pas un effet naturel produit par X.

25Un exemple de règle normative est donné par les règles de politesse. L’habitude d’être poli existe indépendamment des règles de politesse. La règle ne fait que codifier des comportements déjà existants et ne crée pas la politesse. En réponse à la question « Qu’a-t-il fait ? », on donne une réponse semblable, que la règle de politesse existe ou non. Supposons qu’il n’existe pas de règle écrite qui oblige le président d’une compagnie à convoquer une réunion au moins 15 jours à l’avance en faisant parvenir une lettre à tous ses membres, même si l’on s’attend à ce qu’il le fasse et que cette pratique constitue une norme admise. On peut décrire ce qui se passe en disant : « Il a convoqué la réunion 15 jours à l’avance », que la règle normative existe ou non, et ce comportement peut être courtois, que la règle normative de courtoisie existe ou non. L’énoncé « Il porte une cravate », proféré à l’occasion d’un dîner officiel, et l’énoncé « Il tient le couteau de la main droite », décrivant la performance d’un chef cuisinier, décrivent des comportements qui peuvent être régis ou non par une règle normative. Lorsqu’ils sont codifiés dans un manuel de bienséance ou dans un livre de recette, ils n’ajoutent rien à ce qui existait déjà.

26Les règles normatives décrivent le comportement comme devant d’abord et avant tout se conformer aux comportements d’autres personnes. Certaines personnes ont des attentes à notre sujet, et on cherche à répondre favorablement à leurs attentes en se conformant à une règle normative. En outre, ces règles ne sont pas nécessairement intériorisées par l’agent sous le mode d’un savoir propositionnel. Pour suivre une règle normative, l’agent ne doit manifester qu’un savoir-faire.

27Les règles normatives prennent la forme de directives, d’ordres et de prescriptions. Des exemples d’énoncés exprimant une règle normative peuvent être donnés par les phrases suivantes : « Si vous êtes droitier, vous devez tenir le couteau de la main droite lorsque vous coupez quelque chose » ; « Si vous êtes le président, vous devez convoquer la réunion 15 jours à l’avance » ; « À un dîner officiel, les hommes doivent porter une cravate ». Les règles normatives ne prennent jamais la forme d’énoncés « analytiques ». Dans l’énoncé d’une règle normative, la norme peut servir à décrire un effet naturel, et il est possible de produire cet effet sans passer par une convention.

28On a donc deux interprétations possibles d’un langage dialectal gouverné par des règles. La première interprétation s’appuie sur une conception en vertu de laquelle le langage prend la forme d’un ensemble de règles constitutives et forme une langue. La seconde interprétation se fonde sur l’idée selon laquelle le langage est conçu à partir de la parole, et c’est la raison pour laquelle les règles apparaissent dans ce cas comme étant plutôt normatives. Le philosophe institutionnaliste doit choisir la première interprétation. La langue est un système de règles constitutives et la parole est un ensemble d’actions gouvernées par des règles constitutives.

L’indétermination

29Le partisan de la conception institutionnelle et communautaire souscrit également à la thèse de l’indétermination de la signification. Que veut-on dire lorsque l’on affirme que la signification d’un mot est déterminée ? Le caractère déterminé de la signification peut prendre diverses formes :

  1. Le sens du mot anticipe toutes ses applications. Par exemple, si l’on comprend le sens ou la signification linguistique du mot « table », alors on saura à chaque fois si l’objet auquel on est confronté est une table ou ne l’est pas.

  2. Si la signification est déterminée, les locuteurs ont tous accès à la même signification. La signification est invariante d’une communauté à l’autre. La traduction des mots d’une langue à l’autre est donc elle-même déterminée.

  3. Si la signification est déterminée, la compréhension de la signification est elle-même déterminée, et elle prendra la forme d’un ensemble spécifique de faits. Il peut s’agir d’une intuition intellectuelle ou sensible, d’un savoir propositionnel (la connaissance d’une définition en termes de conditions nécessaires et suffisantes), d’un ensemble de dispositions, d’une capacité ou d’un savoir-faire (une habileté).

    • 12 La généralisation inductive est une procédure d’inférence qui nous permet d’accéder à des connaissa (...)

    Enfin, si la signification est déterminée, la signification du mot est invariante à travers le temps. On peut donc procéder à une généralisation inductive12 à partir d’usages passés pour prédire les usages futurs.

30On a ici affaire à quatre versions différentes de la thèse selon laquelle la signification est déterminée. Il peut s’agir d’une thèse s’appliquant au sens ou à la signification linguistique des mots, à leur traduction, à leur compréhension ou à la prédiction de leur signification future. L’indétermination de la signification va donc elle aussi se traduire de multiples façons :

    • 13 Wittgenstein, Ludwig, Philosophical Investigations, Oxford, Basil Blackwell, 1953 ; tr. de Pierre K (...)

    L’indétermination de la signification linguistique. En vertu de cette version de l’indétermination, les règles de signification attachées à chaque mot ressemblent à des lois au sens juridique de l’expression. Elles ne peuvent anticiper à l’avance toutes les applications. Les décisions prises, à l’occasion d’une application particulière du mot, contribuent à préciser la signification au mot. Cette thèse d’indétermination peut sans contredit être attribuée à Ludwig Wittgenstein. Tout le monde s’entend pour dire que la critique du Tractatus qui apparaît dans les 100 et quelque premiers paragraphes des Investigations s’appuie sur des considérations relatives à une telle thèse d’indétermination13.

    • 14 Quine, Willard van Orman, Word and Object, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1960 ; tr. de Paul Gochet,(...)

    L’indétermination de la traduction. Selon cette version, les locuteurs appartenant à des communauté linguistiques différentes n’ont pas accès aux mêmes significations. Celles-ci sont relativisées à chaque groupe. Selon ce point de vue, il existe au moins deux traductions incompatibles entre elles pour chaque comportement verbal. Cette thèse a été développée par Willard von Orman Quine14. C’est la thèse d’indétermination la plus connue. La traduction peut être relative à la communauté, mais aussi à chaque locuteur, puisqu’elle peut se produire au sein d’une seule et même communauté. On peut en outre parler d’indétermination affectant la traduction ou affectant l’interprétation, selon que l’unité à traduire est un type ou une occurrence (token).

    • 15 Kripke, Saul, Wittgenstein on Rules and Private Language, Cambridge (Mass.), Harvard University Pre (...)

    L’indétermination de la compréhension. Selon une troisième version de la thèse d’indétermination, il n’existe pas clairement des faits de compréhension de la signification en vertu desquels on pourrait dire que les agents suivent les règles du langage, que cette compréhension prenne la forme d’une intuition prélinguistique, d’un savoir propositionnel, de dispositions, d’une capacité ou d’un ensemble d’usages. Cette version de la thèse va particulièrement retenir notre attention dans les chapitres suivants, car c’est elle que Kripke attribue à Wittgenstein sous la forme d’un paradoxe sceptique pouvant être résolu par l’adoption d’une conception communautaire du langage15.

    • 16 Goodman, Nelson, « Une nouvelle énigme de l’induction », dans Faits, fictions et prédictions, Paris (...)

    L’indétermination des prédictions. On ne peut inférer à partir des usages anciens du mot la signification qu’ils auront dans le futur. Il s’agit ici de la nouvelle énigme de l’induction (new riddle of induction) de Nelson Goodman16. Même si un locuteur a jusqu’à un moment t utilisé le mot « bleu » pour désigner des objets bleus, il ne s’ensuit pas qu’il veuille dire bleu, car il peut, à partir du temps t + 1, utiliser « bleu » pour désigner des objets verts, auquel cas il pourrait signifier au fond quelque chose d’autre par le mot « bleu » et ce, même avant le temps t. Le mot « bleu » pourrait signifier « vreu », c’est-à-dire « bleu jusqu’au temps t, et vert à partir du temps t + 1 ».

31Le philosophe institutionnaliste souscrit à chacune des versions de la thèse de l’indétermination. Dans cet ouvrage, je concentrerai mon attention principalement sur deux aspects de l’indétermination : celui affectant la signification et celui affectant la compréhension. La signification linguistique ou le sens des expressions est donnée par l’ensemble des définitions-stéréotypes de la langue. Les définitions-stéréotypes sont des paraphrases linguistiques, provisoires et approximatives, qui n’anticipent pas toutes les applications futures des mots et qui, par conséquent, s’accordent parfaitement avec l’indétermination de la signification.

La sémantique des conditions d’assertabilité

32Le philosophe institutionnaliste souscrit à la sémantique des conditions d’assertabilité (semantics of assertability conditions). L’inclusion des composantes locutoires, illocutoires et perlocutoires dans la signification conventionnelle des énoncés nous range dans la grande famille des théoriciens qui conçoivent la signification des phrases à partir de la sémantique des conditions d’assertabilité. Cette dernière sémantique s’oppose à la sémantique des conditions de vérité.

33En effet, certains philosophes conçoivent la signification du langage à partir d’une sémantique des conditions de vérité. Selon ce point de vue, la signification d’un énoncé au mode indicatif est donnée par l’ensemble des conditions qui le rendraient vrai. Pour saisir intuitivement ce concept de « condition de vérité », demandons-nous en quoi peut bien consister la signification d’une phrase au mode indicatif. On serait tenté de dire qu’elle consiste dans le fait qu’elle représente et auquel elle correspond. La signification de la phrase est le fait qu’elle indique. Mais cette définition est inacceptable, parce que certaines phrases, en l’occurrence les phrases fausses, n’indiquent aucun fait. Si l’on retenait la définition proposée, on serait obligé de dire que les énoncés faux n’ont pas de signification. Une meilleure suggestion est que la signification d’un énoncé repose sur l’état de choses possible représenté par la phrase. Il s’agit d’une configuration possible d’objets réels. Les énoncés vrais correspondent alors à des configurations possibles qui sont réalisées, alors que les énoncés faux correspondent à des configurations possibles non réalisées. Or, l’état de choses possible représenté par une phrase indique les conditions qui, une fois réalisées, rendraient vrai l’énoncé. Il indique donc les conditions de vérité de cet énoncé.

  • 17 Dummett, Michael, « What Is a Theory of Meaning ? », dans S. Guttenplan (dir.), Mind and Language, (...)
  • 18 Les mêmes remarques peuvent, dans une certaine mesure, s’appliquer à la sémantique inférentielle de (...)

34La sémantique des conditions d’assertabilité suppose l’abandon de l’idée que la signification d’un énoncé se ramène à ses conditions de vérité. Il est vrai que les promoteurs de la sémantique des conditions d’assertabilité n’ont pas historiquement questionné le lien présumé entre la signification d’un énoncé et son contenu informatif. Ils se sont bien souvent contentés d’élargir la notion de contenu informatif pour inclure l’information empirique, à savoir la procédure de vérification. Ils affirmaient qu’il existe un lien étroit entre la signification d’un énoncé au mode indicatif et les conditions qui nous justifient à l’affirmer, mais ces conditions ne sont en fait rien de plus que des procédures de vérification. La signification d’un énoncé au mode indicatif est alors à trouver dans la preuve qui sert de justification pour l’affirmer. On parle très souvent de la sémantique des conditions d’assertabilité pour décrire une telle position, mais les conditions d’assertabilité ne sont rien de plus que les expériences du monde qui pourraient motiver rationnellement un agent individuel à faire telle ou telle affirmation. On peut admettre que d’une certaine façon, cela revient à tenir compte de l’usage de l’énoncé, mais seulement au sens suivant. L’énoncé apparaît comme le terme d’une activité de démonstration. Donner les conditions d’assertabilité, c’est spécifier les étapes antérieures de la démonstration et replacer de cette manière l’énoncé dans une telle démarche. Mais à vrai dire, tout cela peut équivaloir au fond à une variante de la conception informationnelle de la signification. Car au lieu de l’information cognitive, on fait intervenir l’information empirique qui sert de justification à l’assertion - je pense ici à la sémantique vérificationniste de Dummett17. Bien sûr, Dummett ne s’est pas contenté d’endosser sans nuance une sémantique vérificationniste. La signification d’un énoncé est selon lui donnée par ce qui permet à un individu de reconnaître une procédure de vérification si on lui en montre une. Mais la différence importe peu ici, car on ne quitte pas vraiment le seuil d’une caractérisation du contenu sémantique conçu comme une information véhiculée. Autrement dit, le problème de ces versions de la sémantique des conditions d’assertabilité est que, dans tous les cas, on continue de supposer que le contenu d’information épuise le contenu sémantique de l’énoncé18.

35La plupart des versions existantes de la sémantique des conditions d’assertabilité admettent sans poser de question l’idée que la signification d’un énoncé se ramène à son contenu cognitif ou à son contenu d’information empirique. On comprend un énoncé quand on comprend l’information qu’il sert à transmettre. Mais telle que je la conçois, la sémantique des conditions d’assertabilité suppose que l’on comprend un énoncé lorsque l’on sait ce que l’on peut conventionnellement faire avec cet énoncé, lorsque l’on sait quels usages, performances, il permet de réaliser ; autrement dit, lorsque l’on comprend sa fonction utilitaire. Les énoncés sont des outils et on ne les comprend que si l’on sait comment s’en servir. Pour comprendre ce qu’est un marteau, il ne suffit pas de considérer son apparence, de percevoir sa forme et de connaître son matériau. Il faut savoir qu’il sert à clouer des clous dans du bois. De la même manière, pour comprendre un énoncé, il ne suffit pas de connaître l’information qu’il véhicule. Il faut savoir aussi dans quelles circonstances l’utiliser et savoir le rôle que son énonciation joue dans nos vies. Les conditions d’assertabilité spécifient les conditions d’utilisation de nos énonciations. Elles supposent que la signification d’un énoncé dépend non seulement de ce qui est littéralement énoncé, mais aussi de ce qu’il nous permet de dire (fonction locutoire), de ce que l’énoncé nous permet de faire (fonction illocutoire) et du rôle qu’il joue dans nos vies (fonction perlocutoire). La sémantique des conditions d’assertabilité est un cadre général qui remplace en bloc celui de la sémantique des conditions de vérité.

36Il s’agit d’un cadre plus englobant qui s’applique à l’ensemble des énoncés du langage. La sémantique des conditions de vérité ne peut rendre compte que de la signification des énoncés au mode indicatif et que de l’information objective ou du contenu cognitif véhiculés par ces énoncés. Mais l’information objective ou le contenu cognitif ne sont pas les seules composantes de signification des énoncés : certains énoncés qui n’ont pas de conditions de vérité objectives peuvent quand même être signifiants, et plusieurs énoncés qui ne sont pas au mode indicatif sont effectivement signifiants.

37La sémantique des conditions d’assertabilité tient compte des conditions d’utilisation de tous les énoncés du langage et du rôle que leur énonciation peut jouer dans nos vies. Elle tient compte de composantes autres que la composante d’information objective, car elle tient compte aussi des composantes non cognitives présentes dans la signification des énoncés. En plus de l’information objective ou du contenu cognitif, un énoncé peut véhiculer un contenu non cognitif. Le contenu cognitif peut tout d’abord faire intervenir plus que de l’information objective. Il peut s’agir plutôt d’une procédure de vérification. Par exemple, lorsque je dis que la neige est blanche, je peux faire directement référence à un état de choses possibles et alors la signification de l’énoncé est déterminée par ses conditions de vérité, mais je peux également me rapporter à un contenu d’expérience sensible qui constitue le moyen que j’ai de vérifier ce même énoncé. Dans tous les cas, je véhicule un contenu propositionnel qui est en partie fonction des différents facteurs présents dans le contexte d’énonciation, et en partie fonction de la signification linguistique des expressions. L’énoncé se voit ensuite associé à certaines conditions de sincérité (ma croyance que la neige est blanche) et à certaines présuppositions (il a neigé). Il se voit également associé à certaines justifications, telles que ma perception de la neige et de sa blancheur, et à certaines conséquences logiques (la neige est colorée). Si l’on ne considère que ces composantes cognitives que sont l’information objective ou le contenu d’expérience, ce qui est présupposé et ce qui est impliqué, on parlera de l’énonciation de la phrase comme d’un acte locutoire. Les actes locutoires renvoient à ce qui est dit, affirmé, signifié, présupposé et impliqué par les énoncés. Mais en plus, un énoncé peut servir à la performance d’un certain acte de langage que l’on appelle l’acte illocutoire. La sémantique des conditions d’assertabilité tient compte non seulement de la composante locutoire, mais aussi de la force illocutoire des actes, c’est-à-dire de la sorte d’action que l’énonciation sert à performer. La sémantique des conditions d’assertabilité doit enfin aussi tenir compte du rôle que l’énonciation de la phrase peut jouer dans nos vies, c’est-à-dire de l’impact que son énonciation peut entraîner chez les autres agents. Elle doit en somme tenir compte des effets que le locuteur veut obtenir par ses actes de langage chez l’allocutaire. Il faut que Ton tienne compte des buts visés par l’énonciation, et qui concernent ceux auxquels on s’adresse. Les actes perlocutoires décrivent l’effet d’un acte de langage chez autrui.

38Ainsi comprise, la sémantique des conditions d’assertabilité est une approche qui affirme le lien étroit qui existe entre les énoncés et l’usage. On affirme que la signification est en partie l’usage, non pas au sens où on viserait à abolir la frontière entre la sémantique et la pragmatique, mais bien au sens où certaines composantes non cognitives et qui relèvent généralement de la pragmatique apparaissent désormais comme des composantes de la signification conventionnelle. Je consacrerai le chapitre 10 à la discussion de la sémantique des conditions d’assertabilité.

Atomisme, molécularisme ou holisme

  • 19 Fodor, Jerry et Ernest Lepore, Holism : A Shopper’s Guide, Oxford, Basil Blackwell, 1992, p. 32.

39L’approche institutionnaliste et communautaire suppose aussi une adhésion au molécularisme sémantique. Il s’agit d’une thèse affirmant non seulement que l’unité sémantique de base est la phrase, mais aussi que ce sont les phrases qui donnent leur sens aux mots. Il s’agit d’une thèse portant sur le véhicule premier de la signification. Il convient de présenter brièvement les thèses qui s’opposent sur ce point : l’atomisme, le molécularisme et le holisme. En vertu de l’atomisme sémantique, on peut comprendre la signification d’un mot sans le secours d’autres mots. La signification d’un mot est alors donnée par une relation extralinguistique19. Il s’agit d’une relation que le mot peut avoir avec le monde indépendamment du fait que d’autres mots entrent en relation avec le monde. La relation extralinguistique est unique et indépendante des autres relations. C’est pourquoi Fodor la caractérise comme étant punctate, c’est-à-dire qu’elle aboutit directement à un seul point (drawn into a point, selon le Oxford English Dictionary) sans être médiatisée de quelque façon. Comprendre la signification du mot, c’est se mettre directement en contact avec l’objet dans le monde, et c’est cet objet qu’il signifie. Si la conception atomiste est acceptée, la signification du mot ne peut pas être donnée par le rôle que le mot joue dans le langage, ou par une définition. La signification du mot est seulement donnée par l’objet qu’il signifie. Telle est la doctrine de l’atomisme sémantique. L’atomiste soutient que la signification des expressions les plus complexes est fonction d’expressions qui fonctionnent comme des atomes et qui renvoient à des objets extralinguistiques. Certaines expressions fonctionnent comme des atomes sémantiques et ces expressions sont à la base de la signification des autres expressions du langage.

  • 20 Ibid., p. 33.
  • 21 Russell, Bertrand, The Philosophy of Logical Atomism, introduction de David Pears, La Salle (IL), O (...)

40Il y a deux traditions en philosophie du langage qui ont tenté de rendre crédible l’atomisme sémantique et qui y ont échoué. La première tradition remonte aux empiristes mentalistes anglais (Hobbes, Locke, Berkeley, Hume) qui associent la signification des mots à une idée simple - une image mentale issue du contact avec des objets dans le monde - qui, à son tour, renvoie par ressemblance à un objet dans le monde. La seconde est la tradition empiriste behavioriste (Watson, Mead, Skinner, Dewey, Ogden et Richards) qui associe la signification d’un mot à un comportement unique verbal causé par un objet dans l’environnement. Ainsi, la signification du mot « chien » est donnée par les sortes d’objets dans le monde qui provoquent des réactions verbales d’énonciation du mot « chien »20. En philosophie analytique, l’atomisme sémantique a principalement été défendu par Russell et le premier Wittgenstein21. À notre époque, cette doctrine est défendue par des auteurs tels que Jerry Fodor.

  • 22 Fodor et Lepore, 1992, p. 257.

41Les atomistes sémantiques soutiennent que la signification des mots est atomique et donc qu’elle n’est pas anatomique. Une propriété est atomique si l’objet peut la posséder sans que d’autres objets la possèdent. L’idée est alors que les mots peuvent posséder de la signification sans que les autres mots en possèdent. Inversement, la signification est une propriété anatomique si, pour qu’un mot ait de la signification, il faut que d’autres mots aient de la signification22.

42On peut certes souscrire à la thèse de l’indétermination tout en maintenant l’atomisme sémantique. On défendra alors une théorie des exemplaires (exemplars), la signification du mot n’étant alors rien de plus qu’une illustration standard, un exemple typique, un échantillon représentatif. Mais on associe quand même étroitement l’atomisme sémantique à une thèse qui, la plupart du temps, rejette l’indétermination de la signification, et les atomes sémantiques signifient dans la plupart des versions un objet extralinguistique de façon déterminée. Il existe un seul référent et il n’y a pas de place pour le vague, pas de variation d’une communauté à l’autre et pas de variation dans le temps. La compréhension du mot ne peut pas être plus ou moins complète : elle existe ou n’existe pas.

43À la différence de l’atomisme, le molécularisme sémantique suppose que la signification d’un mot est anatomique et donnée par un ensemble limité d’autres mots. Pour comprendre la signification du mot, il nous faut comprendre la signification de ces autres mots. La signification du mot peut être donnée dans une définition, par exemple. Ceux qui ont adopté une conception moléculariste de la signification ont le plus souvent souscrit à l’idée que la signification était déterminée. Si l’on croit que la signification des mots est déterminée et que l’on est moléculariste, alors on croit qu’il existe des définitions strictes des mots. On croit alors aussi à la distinction entre les énoncés analytiques (vrais ou faux à cause de la définition stricte des mots) et les énoncés synthétiques (vrais ou faux à cause des faits dans le monde). Les définitions strictes peuvent servir à fonder l’analyticité puisqu’elles permettent de faire sens de l’idée que les mots ont une signification déterminée qui est donnée par d’autres mots. Les définitions strictes sont d’ailleurs elles-mêmes des exemples parfaits d’énoncés analytiques puisqu’il s’agit d’énoncés vrais en vertu de la signification des mots qu’ils contiennent.

  • 23 Ibid., p. 34, option 1.
  • 24 Parmi les molécularistes, mentionnons Michael Dummett, Dag Prawitz, Christopher Peacocke et Michael (...)

44On peut éviter le holisme sémantique en souscrivant à l’une ou l’autre version du molécularisme. On reconnaît alors que les propriétés sémantiques sont anatomiques - un mot ne peut avoir de signification que si d’autres mots en ont. Mais pour éviter le holisme, il semble à première vue qu’il faille justifier la distinction analytique-synthétique, ce qui suppose que la signification d’un mot est donnée par un nombre limité d’autres mots (les mots qui entrent dans sa définition) et que la signification d’un énoncé est donnée seulement par un nombre limité d’autres énoncés (ceux qui découlent analytiquement de l’énoncé)23. Ce faisant, on souscrit aussi au caractère déterminé de la signification. Bien sûr, on peut à la fois soutenir la thèse d’indétermination et prétendre que la signification est donnée par une définition. Il s’agira alors de définitions-stéréotypes, c’est-à-dire de définitions qui donnent une définition approximative, provisoire et changeante24.

  • 25 Fodor et Lepore, 1992.

45Le holisme se distingue de l’atomisme et du molécularisme parce qu’il suppose que la signification d’un mot dépend de son insertion dans une totalité discursive. Il y a une très grande variété de holismes sémantiques25, mais toutes les versions supposent que la signification d’un mot dépend de sa réinsertion dans une totalité discursive plus grande. Cette totalité discursive peut être, chez certains, un idiolecte, alors que pour d’autres il s’agit d’un dialecte. Le holisme peut encore s’exprimer dans le cadre d’une théorie psychologique de la signification et prendre alors la forme d’une théorie des rôles conceptuels, alors que chez certains théoriciens il s’inscrit résolument dans le cadre d’une approche anti-individualiste. Le holisme peut être global et concerner la totalité du savoir, ou être local et ne s’appliquer que relativement à une théorie particulière. Je consacrerai le chapitre n à la discussion critique des thèses holistes et à la défense du molécularisme. Préconiser le holisme communautaire en sémantique équivaudrait à postuler une trop grande homogénéité idéologique au sein de la population.

La conception institutionnelle et communautaire

  • 26 Pour une critique sommaire du psychologisme, voir le chapitre 8.
  • 27 Voir cependant le chapitre 10, dans lequel je m’en prends à la position défendue par Davidson.

46Il faut dire aussi d’entrée de jeu que je ne propose pas une étude comparative exhaustive entre différentes approches possibles du langage. Ma tâche est d’abord et avant tout de présenter la conception institutionnelle et communautaire. Je vais certes, au départ, être amené à formuler des critiques à l’égard d’approches concurrentes, mais je m’en servirai d’abord et avant tout pour faire la promotion de la conception institutionnelle et communautaire. Je vais me faire l’avocat de cette conception sans chercher à contrer systématiquement les plaidoiries que voudraient faire entendre les autres parties au litige. Puisque je cherche surtout à développer une conception particulière du langage, je me garderai d’ouvrir le débat avec l’ensemble des philosophes qui défendent d’autres points de vue. Je ne chercherai pas, par exemple, à critiquer l’ensemble des théories psychologiques, qui sont du reste fort nombreuses, car mon objectif principal est plutôt d’examiner surtout un argument positif en faveur de la conception institutionnelle et communautaire26. Je n’aurai pas non plus beaucoup d’occasions de contraster cet argument particulier avec d’autres façons de concevoir le caractère social du langage. Certains philosophes, tels que Donald Davidson, admettent volontiers le caractère social du langage, mais ils s’opposent explicitement à la conception institutionnelle. Ces philosophes développent un point de vue holiste plutôt que moléculariste, et ils mettent l’accent sur les idiolectes et les croyances, plutôt que sur les dialectes et les conventions. Le caractère social du langage apparaît à ces philosophes dans des contraintes d’interinterprétabilité des idiolectes, et non dans des conventions dialectales. En somme, il existe plusieurs arguments en faveur du caractère social du langage, mais je me propose d’examiner un seul de ces arguments. La plupart des philosophes contemporains sont disposés à reconnaître que le langage est social. Que ces philosophes privilégient les idiolectes ou les dialectes, qu’ils soient holistes, molécularistes ou atomistes, ils s’entendent sur ce point. Il importerait idéalement de s’expliquer sur les raisons qui peuvent être invoquées pour choisir tel argument plutôt que tel autre, mais je reconnais d’emblée que je n’aurai pas beaucoup l’occasion de le faire dans le présent ouvrage27.

47En défendant la conception institutionnelle et communautaire, on s’appuie sur une argumentation particulière en faveur du caractère social du langage. Il s’agit d’une position qui conçoit le langage comme un ensemble de conventions (contre une approche platonicienne), qui est résolument anti-psychologique et qui accorde la primauté au dialecte par rapport à l’idiolecte. Elle admet l’indétermination de la signification et de la compréhension, et conçoit le sens comme étant articulé sous la forme de définitions-stéréotypes. Cette approche va également de pair avec le molécularisme sémantique en vertu duquel les énoncés définitionnels donnent la signification des mots, et elle s’oppose par conséquent autant au holisme qu’à l’atomisme. Elle propose aussi le remplacement de la sémantique des conditions de vérité par ce qu’il est convenu d’appeler la sémantique des conditions d’assertabilité. Elle suppose que le langage est fondamentalement créé par des groupes sociaux, et que ces derniers sont des entités irréductibles. J’aurai, bien entendu, l’occasion de revenir sur ces questions dans le cours de l’exposé. Pour le moment, je n’en dirai pas plus, mais il est clair que le langage ne peut acquérir un caractère institutionnel et communautaire que si les locuteurs fonctionnent en groupes sociaux.

Un enjeu métaphysique ?

48J’ai fait référence plus haut à ce qui constitue l’« essentiel » du langage. Mais si l’on accepte cette façon de poser le problème, la réponse semble nous forcer à supposer que certaines propriétés sont inhérentes au langage, alors que d’autres ne le sont pas. Les propriétés essentielles d’un objet sont des propriétés que l’objet a dans tous les mondes possibles, et elles s’opposent aux propriétés contingentes que l’objet a seulement dans certains mondes. Une propriété essentielle est une propriété qu’un objet n’aurait pas pu ne pas avoir, alors qu’une propriété contingente est une propriété que l’objet aurait pu ne pas avoir. Or, depuis W. V. O. Quine, on sait que l’essentialisme a mauvaise presse. Mais, par-delà les résistances théoriques de Quine, on sait aussi à quelles considérations oiseuses on risque d’aboutir quand on s’engage dans une discussion portant sur l’essence de telle ou telle chose. Aussi importe-t-il de distinguer la conception institutionnelle et communautaire du langage d’une thèse portant sur l’impossibilité logique des langages soliloques, c’est-à-dire des langages produits et utilisés par un seul individu. Est-ce que, d’un point de vue métaphysique, un langage aurait pu être produit et utilisé par un seul individu sans que cette production ou cet usage ne résultent d’une interaction avec un groupe d’individus ? Cette question thématise un problème différent de celui qui retiendra mon attention dans les pages qui vont suivre. Lorsqu’on se demande si le langage naturel a un caractère institutionnel et communautaire, on n’est pas en train de se demander s’il existe ou non un monde possible dans lequel les langages naturels sont des langages soliloques. La question qui me préoccupe concerne nos langues naturelles, et non celles que nous parlons dans l’ensemble des mondes possibles. Il existe peut-être un monde possible dans lequel un individu est en mesure de produire et d’utiliser un langage sans jamais entrer en contact avec d’autres individus pour y parvenir, mais telle n’est pas la question qui me préoccupe. Si je m’interroge sur le langage, c’est d’abord et avant tout pour mettre l’accent sur les aspects importants de nos langues naturelles. Celles-ci auraient sans doute pu fonctionner autrement dans un autre monde possible, mais je veux seulement savoir ce qui est « essentiel » à leur bon fonctionnement dans le monde actuel, je ne veux pas m’enquérir de ce qui est logiquement possible, mais seulement de ce qui est effectivement le cas. Est-ce que les conventions linguistiques sociales sont « essentielles » au bon fonctionnement de nos langues naturelles ? Caractérisent-elles adéquatement les langues que nous parlons dans notre propre monde ? Voilà la question qui motive le présent ouvrage.

  • 28 Je réserve ces examens pour d’autres ouvrages.

49Cette interrogation me permettra de soulever certaines problématiques fondamentales de la philosophie anglo-américaine contemporaine, mais elle ne débordera pas vraiment le champ de la réflexion philosophique a priori. Même si mon intérêt se porte vers les langues déjà connues, l’investigation que je propose ne se veut pas vraiment empirique. Je ne chercherai pas à rendre compte des résultats les plus récents en théorie de l’évolution ou en psychologie cognitive, et qui portent sur l’origine ou sur l’acquisition du langage28. Même si je n’écarte pas, bien évidemment, les éléments de réponse pouvant être obtenus à l’examen de ces différentes disciplines, il est opportun d’assurer tout d’abord une délimitation stricte de mon propos et de m’en tenir surtout à des considérations qui sont pour une bonne part relativement spéculatives. Je veux en somme me concentrer d’abord et avant tout sur l’aspect philosophique de cette discussion. En procédant de cette façon, je cours sans doute le risque de déborder largement le cadre de l’empirique, et de m’aventurer dans des considérations qui n’ont pas ou peu d’appui scientifique, ce qui, il faut bien le reconnaître, constitue un désavantage sérieux. Mais en procédant de cette façon, j’ai aussi de plus fortes chances de m’en tenir au cadre restreint d’une discussion philosophique. C’est seulement après avoir apprécié à leur juste valeur les arguments a priori en faveur de la conception institutionnelle que l’on pourra comprendre exactement en quoi consiste cette doctrine. L’objectif du présent ouvrage est donc relativement modeste. Il s’agit de caractériser la conception institutionnelle et communautaire et de la présenter comme un tout cohérent de concepts, de thèses et de théories.

50Pour bien comprendre l’objet de la présente étude, il faut distinguer le dialecte, l’idiolecte social, le langage soliloque et le langage privé. Le dialecte est un langage parlé par un ensemble d’individus. L’idiolecte social est un langage qu’un individu est le seul à parler, mais qui est construit à l’aide du dialecte ou qui fait à tout le moins intervenir le concours des autres individus. Le langage soliloque est un idiolecte qui a été constitué par un locuteur isolé sans le secours d’un dialecte et sans le concours des autres membres de la communauté, et qui est ensuite utilisé seulement par ce locuteur isolé. C’est un idiolecte construit de toutes pièces par l’individu. Il s’agit en un certain sens d’un idiolecte « privé », mais le mot « privé » doit dans ce cas avoir la même signification que dans l’expression « propriété privée ». Le langage soliloque est un idiolecte qui n’est pas un bien communautaire, car l’individu en est le seul propriétaire.

51Le langage soliloque doit ensuite être distingué du « langage privé », car le mot « privé » suppose, dans cette expression consacrée, l’existence d’un langage qu’un individu est le seul à pouvoir comprendre. Tel que je l’ai défini, le langage soliloque peut en principe être compris par d’autres personnes. Rien n’interdit la possibilité que d’autres individus puissent parvenir à le maîtriser. Mais la notion de langage privé renvoie à une sorte de langage soliloque inaccessible aux autres individus. Il s’agit en quelque sorte d’un code secret que personne ne serait en mesure de déchiffrer. Le mot « privé » renvoie dans ce dernier cas au caractère inaccessible des significations. Les significations des expressions appartenant à un « langage privé » entendu en ce sens sont inconnaissables. Le seul individu qui puisse avoir accès à ce langage est le locuteur lui-même.

52Il est utile de ne pas confondre ces deux sens accordés au mot « privé ». Pour ne pas engendrer de la confusion dans l’emploi du mot, j’emploierai le plus souvent l’expression « langage soliloque » pour décrire un langage ayant un propriétaire unique, et je réserverai l’expression « langage privé » pour caractériser un idiolecte qu’un individu serait le seul à pouvoir comprendre. Les quatre définitions que je viens de proposer sont parfaitement coutumières. La seule idée originale est que je propose d’utiliser l’expression « langage soliloque » pour caractériser un idiolecte créé et possédé par un seul individu, pour établir un contraste avec le langage privé entendu au sens d’un code secret indéchiffrable par les autres individus. Le langage privé est un cas particulier de langage soliloque. Si tous les langages privés sont des soliloques, les langages soliloques ne sont pas tous privés. Bien entendu, si l’on est en mesure de rejeter l’existence de langages soliloques, alors il faudra a fortiori rejeter l’existence des langages privés. Mais ceux qui nient l’existence des langages soliloques se voient confrontés à une difficulté de taille s’ils sont incapables de produire un argument contre l’existence des langages privés. Si l’on peut admettre la possibilité d’un langage qu’un individu serait le seul à pouvoir comprendre, il faudra du même coup admettre la possibilité des langages soliloques. On doit donc établir une distinction entre le dialecte, l’idiolecte social, le langage soliloque et le langage « privé » au sens d’un code secret. Ces distinctions ne constituent qu’un point de départ à la discussion, mais elles doivent d’emblée être faites.

53Il convient aussi de distinguer un argument en faveur du caractère institutionnel et communautaire du langage d’un argument portant sur l’impossibilité des langages privés. En se demandant si le langage est fondamentalement institutionnel et communautaire, il s’agit de se demander si le langage doit être compris comme un système de conventions sociales produit par un groupe, ou s’il n’est rien de plus que des pratiques discursives d’individus isolés. La question portant sur la possibilité des « langages privés » n’a par contre pas beaucoup d’intérêt philosophique, si ce n’est l’intérêt qu’elle acquiert indirectement relativement au débat portant sur la conception institutionnelle et communautaire. On imagine la possibilité de « langages privés » pour voir si des contre-exemples falsifient la conception institutionnelle et communautaire. Si les langages privés étaient possibles, alors forcément cela réfuterait la conception que je propose, et c’est la raison pour laquelle Ludwig Wittgenstein s’est penché sur cette question. Mais dans cet ouvrage, il ne sera pas vraiment question des langages privés entendus en ce sens. Je m’intéresse d’abord et avant tout au débat portant sur la conception institutionnelle du langage, par opposition aux théories qui admettent des langages soliloques ou qui n’admettent que des idiolectes sociaux.

L’interprétation de Wittgenstein

  • 29 Kripke, 1996.

54Enfin, je me dois de dire aussi quelques mots au sujet des rapports particuliers que le présent ouvrage entretient avec l’exégèse de la pensée de Wittgenstein. La plupart des contributions philosophiques intéressantes portant sur notre thème ont été produites à l’occasion de débats entourant l’interprétation de Wittgenstein. Le détour par celui-ci est par conséquent inévitable. Mais je vais en même temps faire l’impossible pour ne pas me confiner seulement à son exégèse, parce que je risquerais d’être rapidement confronté à des problèmes difficiles, voire insolubles. En effet, la pensée de Wittgenstein n’est pas toujours aussi précise qu’on le souhaiterait, et elle a donné lieu à des interprétations très diverses, pour ne pas dire diamétralement opposées. Cela étant dit, la conception institutionnelle et communautaire est une thèse qui aurait pu être défendue par Wittgenstein. Si l’on se fie à l’interprétation proposée par Saul Kripke, la conception institutionnelle et communautaire serait la conséquence la plus importante de la solution apportée à un paradoxe sceptique identifié par Wittgenstein et qui porte sur l’action de suivre une règle. Si l’on en croit Kripke29, il y aurait en effet un paradoxe sceptique à l’œuvre dans les Investigations, paradoxe dont la solution reposerait sur le remplacement de la sémantique des conditions de vérité par une sémantique des conditions d’assertabilité relativisées à la communauté. Je consacrerai un certain nombre de chapitres à tenter de comprendre ce que Wittgenstein a vraiment dit, mais mes ambitions seront là encore relativement modestes. Je concentrerai mon attention sur les Investigations philosophiques, sans tenter de confronter mon interprétation à l’ensemble du corpus wittgensteinien.

55Nous verrons au chapitre 3 en quoi consiste le paradoxe sceptique que Kripke attribue à Wittgenstein. Pour le moment, il convient seulement de faire remarquer que cette interprétation de Kripke a suscité une vive controverse et a fait réagir un très grand nombre de philosophes – par exemple, Gordon Baker, Paul Boghossian, Peter Hacker, John McDowell, Colin McGinn, David Pears, Patricia Werhane–, mais elle est aussi admise jusqu’à un certain point par bien d’autres – Dummett, Ian Hacking, Christopher Peacocke, Quine, Crispin Wright. La plupart des contributions à la conception institutionnelle et communautaire et la plupart des critiques formulées à l’égard de cette conception ont été produites dans la foulée de l’ouvrage de Kripke : il faudra donc accorder une place privilégiée à cet ouvrage. C’est la raison pour laquelle je devrai aussi malgré tout me résoudre à retourner à de très nombreuses reprises au texte wittgensteinien. Mais quelle que soit la valeur exégétique de l’ouvrage de Kripke – qui, à mon avis, a largement été sous-estimée –, il présente un paradoxe sceptique fondamental et incontournable en philosophie du langage, qui conduit à un argument en faveur de la conception institutionnelle et communautaire. Cet ouvrage constitue l’un des arguments les plus clairs en faveur de cette conception. Un ouvrage comme le mien ne peut par conséquent passer sous silence la contribution de Kripke.

56Si Kripke a raison, Wittgenstein prouverait « l’impossibilité » d’un langage soliloque en démontrant que ce que j’appelle « mon langage » n’est en fait rien de plus qu’une excroissance du langage communautaire. Les idiolectes existent sans doute, mais ils présupposent des dialectes. Ce sont des idiolectes sociaux qui sont définis à partir du dialecte, ce ne sont pas des langages soliloques, créés de toutes pièces par un individu et utilisés par lui seul. Wittgenstein cherche, selon Kripke, à démontrer que les langages ne sont pas soliloques. Si cette façon de voir est juste alors, a fortiori, il ne peut exister un langage que je serais le seul à pouvoir comprendre. En effet, pour que je sois le seul à comprendre un langage, il faut que ce langage satisfasse d’abord et avant tout la condition d’être un langage soliloque. Or, ces dernières formes de langage ne peuvent même pas être admises. En somme, l’un des enjeux consiste à se demander si l’interprétation de Kripke est fidèle à la pensée de Wittgenstein, et nous aurons l’occasion de nous pencher sur cette question.

57Selon Kripke, Wittgenstein serait habité par un doute sceptique qui le conduirait à questionner la possibilité que l’on sache avec certitude quelle règle on est en train de suivre en fait. Si l’on admet qu’un langage est une pratique gouvernée par des règles, la question se pose de savoir comment j’ai acquis la certitude que mes paroles et mes écrits étaient des comportements réglés. Cette question étrange prend de l’importance à mesure qu’on la regarde de près. On constate tout d’abord que les règles sémantiques que l’on trouve dans les dictionnaires ou ailleurs ne sont jamais déterminées. Elles ne peuvent jamais anticiper toutes les applications possibles. Pour n’importe quelle règle particulière, il y a un ensemble indéfini de cas particuliers pour lesquels il est impossible de dire s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise application de la règle. Puisque nous ne sommes pas en mesure, en nous fiant seulement au contenu informatif véhiculé par la règle, de prévoir l’ensemble des comportements qui lui sont conformes et ceux qui ne le sont pas, il s’ensuit qu’aucune connaissance de la règle ne peut en elle-même nous fournir une information complète sur la façon de l’appliquer correctement.

58L’indétermination affecte alors les applications successives que nous faisons de la règle. Elle affecte une foule de cas difficiles à trancher, et elle est aggravée par le fait que nous sommes toujours confrontés à un nombre fini d’applications. On peut facilement illustrer le problème en considérant n’importe quel mot du langage, par exemple, le mot « table ». Quelle que soit la précision de la définition à laquelle nous parvenons, il y a toujours des cas d’application qui dépendent d’une décision. Est-ce qu’une grosse pièce de roc taillée comme un bloc et déposée sur le sol dans la cuisine peut, dans certains cas, être décrite comme une table ? Il ne semble pas exister de réponse déjà toute faite à des questions de ce genre. Tel est le problème de l’indétermination. À la réflexion, on se rend vite compte qu’il existe un très grand nombre de cas problématiques et que toutes les règles linguistiques sont affectées par une telle indétermination. Il faut alors reconnaître qu’il existe un fossé important entre les règles et leurs applications. Le fossé est d’ailleurs plus important que l’on pense. Comment peut-on, en effet, distinguer un comportement consistant à suivre une règle dans lequel le locuteur commettrait beaucoup d’erreurs, et le comportement de quelqu’un qui ne suit aucune règle, mais qui tombe par hasard à plusieurs reprises sur la bonne réponse ? Là encore, il n’existe pas de réponses toutes faites à cette question. Un philosophe sceptique en arrivera rapidement à la conclusion qu’il n’existe pas de comportement consistant à suivre une règle.

59Ce paradoxe sceptique, comme bien d’autres arguments philosophiques traditionnels, mérite d’être considéré en lui-même indépendamment de l’intérêt que l’on porte à l’exégèse de Wittgenstein. Il s’agit d’un paradoxe qui soulève la possibilité logique que je ne suive aucune règle. Son intérêt réside dans le fait que cette « possibilité logique », par opposition à la probabilité, car il s’agit d’une hypothèse hautement improbable, puisse nous renseigner sur la nature des règles et de leur application. Comme je le montrerai, le doute sceptique, qui remet en cause l’existence de faits de signification et de compréhension, ne peut sans doute pas être réfuté, mais il peut être contourné, car l’action de suivre une règle ne dépend pas seulement de faits objectifs, qu’il s’agisse de l’appréhension cognitive ou des applications successives, mais bien de l’approbation par les autres. Autrement dit, le doute sceptique nous amène à douter de l’existence des faits de signification et de compréhension, et on ne peut le réfuter. Mais de toute façon, les notions de signification et de compréhension ne reposent peut-être pas exclusivement sur l’existence de faits entièrement objectifs. Un individu comprend ou signifie telle ou telle chose par tel ou tel mot seulement si des interlocuteurs sont disposés à juger qu’il comprend ou signifie cette chose. Telle sera la solution apportée au problème sceptique et cette solution s’accorde parfaitement avec la conception institutionnelle et communautaire. Il appert que comprendre un langage est en partie un fait institutionnel et communautaire. Comme on le voit, le paradoxe sceptique met en jeu un ensemble de considérations philosophiques qui recèlent un intérêt en soi et qui vont bien au-delà de considérations exégétiques autour de la pensée de Wittgenstein.

Pertinence de la problématique

60Il existe un autre impact philosophique important de la discussion entourant le caractère institutionnel et communautaire de nos pratiques linguistiques. Si la conception communautaire du langage peut être admise, elle entraîne la vérité du collectivisme méthodologique. Cette doctrine veut que les explications sociales soient irréductibles à des explications psychologiques, et elle s’oppose à l’individualisme méthodologique, une doctrine qui prétend le contraire. On donne parfois à ce débat une allure ontologique. Le collectiviste méthodologique semble être celui qui affirme l’irréductibilité des faits sociaux à des faits relatifs à la psychologie individuelle, alors que l'individualiste méthodologique prétend que nous devrions être en mesure de les réduire ou d’en faire abstraction. Mais la source du débat est d’abord et avant tout épistémologique. Le débat entre individualistes et collectivistes prend sa source en épistémologie des sciences sociales. Je ne chercherai pas, dans le cadre du présent travail, à fournir une argumentation détaillée en faveur du collectivisme méthodologique. Je veux plutôt faire remarquer le lien étroit qui unit la conception institutionnelle du langage à cette doctrine épistémologique. Si le langage a essentiellement un caractère institutionnel et communautaire, il s’ensuit que les conventions linguistiques ne peuvent être expliquées à partir des propriétés caractéristiques de la psychologie individuelle. La communauté linguistique formerait un tout irréductible à la somme de ses parties, à savoir les individus qui la composent. Le résultat auquel on parviendrait confirmerait donc la vérité du collectivisme méthodologique.

61Le collectivisme méthodologique n’intervient pas comme une conséquence découlant de l’acceptation de la conception institutionnelle du langage. En réalité, le lien entre les deux doctrines est inverse. La conception institutionnelle présuppose une explication de l’origine du langage exploitant la notion de groupe social, et présuppose par conséquent le collectivisme méthodologique. Sans une explication collectiviste de l’origine du langage, on ne saurait établir hors de tout doute la validité de la conception institutionnelle et communautaire. Quoi qu’il en soit, il existe un lien entre les deux doctrines, et c’est tout ce qu’il faut comprendre pour montrer la pertinence de notre thème pour l’épistémologie des sciences sociales. Il y a fort à parier que la conception institutionnelle et le collectivisme méthodologique sont deux doctrines qui se renforcent mutuellement.

62On peut aussi montrer la pertinence de la problématique qui est la nôtre en signalant les rapports que la conception institutionnelle et communautaire entretient avec la conception chomskyenne du langage. Les contributions de Noam Chomsky à la sémantique, sa critique de l’argument sceptique, et en particulier l’apparente incompatibilité entre son programme et la thèse d’une antériorité du langage sur la pensée, ne semblent pas pouvoir s’harmoniser avec la conception institutionnelle et communautaire. Chomsky suppose l’existence d’une capacité innée qui cadre mal avec la conception proposée dans cet ouvrage, car la capacité innée telle que conçue par Chomsky est toujours celle d’un individu isolé et elle caractérise l’essentiel de l’habileté linguistique. Si Chomsky a raison, l’enfant qui apprend un langage est déjà pourvu d’une habileté innée incluant une grammaire universelle et un dictionnaire mental.

63Il y a certes des contraintes cognitives à l’apprentissage d’une langue. Un langage ne saurait faire l’objet d’un apprentissage s’il ne satisfaisait pas à certaines conditions particulières imposées par nous. Par exemple, selon Chomsky, toute phrase doit être syntaxiquement construite en syntagme nominal et syntagme verbal, et la structure sujet/prédicat des phrases est imposée par la structuration de notre cerveau. Les langages qui ne satisferaient pas à une telle condition ne pourraient pas être appris, et le fait qu’ils y satisfont nous permet de comprendre pourquoi le langage peut être rapidement appris. Les enfants acquièrent très facilement la capacité de produire et de comprendre un très grand nombre de phrases nouvelles et cela ne semble pas possible sans postuler une capacité innée.

64Il nous faut poser la question : la conception institutionnelle du langage est-elle compatible avec la conception chomskyenne ? Certains philosophes ont répondu par l’affirmative. Mais qu’en est-il exactement ? La réponse habituelle est que la théorie chomskyenne concerne la syntaxe, alors que la conception communautaire du langage tient compte de la sémantique. Mais cette réponse est insatisfaisante, parce qu’aux déterminants syntaxiques correspondent des déterminants sémantiques. On ne peut donc pas distinguer impunément la syntaxe de la sémantique. Une autre suggestion serait que les thèses chomskyennes concernent la capacité d’apprendre un langage. Sa théorie rendrait compte des conditions de possibilité du langage au niveau cognitif. Et même si une telle capacité était innée, elle serait compatible avec l’idée que les langages soient des objets institutionnels et, en particulier, communautaires. La question de la compatibilité entre Chomsky et Wittgenstein n’est toutefois pas une question pouvant être aisément résolue. En tout cas, elle ne le sera pas dans le cadre du présent travail. Elle se situe à l’horizon de nos préoccupations, mais elle justifie que l’on s’intéresse à une argumentation en faveur de la conception institutionnelle et communautaire.

  • 30 Burge, Tyler, «Individualism and the Mental», dans P. A. French et al. (dir.), Midwest Studies in P (...)

65Cette conception du langage constitue aussi une prémisse possible dans un argument favorable à l’anti-individualisme social tel que préconisé par Tyler Burge. Il s’agit ici d’une thèse en philosophie de l’esprit. L’argument suppose que les contenus de pensée des agents individuels ne sont pas individués à partir de leurs états physiques internes. Or, les expériences de pensée développées par Burge ne peuvent à mon sens être concluantes que si l’on fait intervenir une conception institutionnelle et communautaire du langage30.

66Burge suppose tout d’abord que le contenu des croyances d’un agent individuel peut réellement porter sur un concept et ce, même si l’agent ne maîtrise pas bien ce concept. Il peut notamment penser quelque chose au sujet de contrats et de l’arthrite, sans comprendre entièrement ces notions et, par conséquent, sans savoir exactement ce qui est véhiculé par nos notions de contrat ou d’arthrite. L’agent utilise ces mots correctement dans la plupart des cas, et il n’y a pas de raisons de ne pas le considérer comme un locuteur de notre communauté. Il n’y a pas non plus de raison de penser qu’il cherche à employer les mots différemment. Mais l’agent prétend soudainement qu’il ne peut y avoir plus que deux parties contractantes ou il affirme souffrir d’arthrite au niveau des cuisses. Nous dirons alors intuitivement que cet agent se trompe, et non qu’il a raison. Intuitivement, nous serions tentés de tenir pour acquis qu’il utilise nos concepts de contrat et d’arthrite et qu’il dit des faussetés, et non qu’il a raison au sujet de ce qui est considéré comme un contrat ou de l’arthrite dans son idiolecte. La preuve en est fournie par le fait que l’agent va sans doute modifier son comportement verbal si nous lui faisons savoir qu’il s’est trompé dans son emploi des mots.

67On peut ensuite se livrer à une expérience de pensée et se demander ce qui se serait passé si la communauté avait adopté des conventions différentes gouvernant l’emploi des mots « contrat » et « arthrite ». On stipule un monde possible dans lequel les conventions sociolinguistiques sont différentes. Dans ce monde possible, les parties liées par un contrat ne sont pas plus que deux et l’arthrite inclut des douleurs rhumatismales diverses, dont certaines peuvent se loger au niveau des cuisses. Dans une telle situation contrefactuelle, nous n’aurions pas dit de l’agent qu’il se trompait en exprimant les croyances mentionnées plus haut, mais bien qu’il avait raison. Notre intuition suppose donc que même s’il avait exprimé une opinion semblable à celle qu’il exprime dans notre monde actuel, il aurait eu des contenus de pensée différents, puisque son contenu de pensée aurait porté sur ces nouveaux concepts communautaires de contrat et d’arthrite. Les croyances de cet agent auraient en de telles circonstances été vraies.

68Or, ces changements auraient pu avoir lieu sans que les états internes de l’agent changent. En proposant cette expérience de pensée, Burge prétend qu’une modification survenant au niveau des conventions linguistiques aurait eu pour effet d’entraîner une modification au niveau de ses états mentaux et ce, sans qu’un changement analogue n’apparaisse au niveau de ses états physiques internes. Il croit que de tels changements peuvent survenir même si les états internes de l’agent restent les mêmes. En somme, il cherche à démontrer que les états mentaux ne dépendent pas d’états physiques internes.

69Dans l’argument que je viens de formuler, Burge semble tenir pour acquis la conception institutionnelle et communautaire, car il présuppose que des conventions sociolinguistiques sont à l’origine de la plupart de nos concepts. Si les langages étaient d’abord et avant tout des idiolectes avant d’être des dialectes, Burge ne pourrait pas faire intervenir les conventions linguistiques comme il le fait. L’expérience de pensée nous permet ensuite de démontrer que les conventions de la communauté déterminent les contenus de pensée et que ces mêmes contenus de pensée ne dépendent pas des états internes.

  • 31 Cette thèse est explicite dans l’article de Burge « Wherein is language social ? », dans A. George (...)

70Mais à vrai dire, il est possible d’être plus nuancé. L’argument anti-individualiste semble reposer en partie sur la conception institutionnelle et communautaire, mais Burge prétend ailleurs que cette prémisse n’est pas nécessaire. La conception institutionnelle et communautaire peut renforcer l’argumentation en faveur de l’anti-individualisme social de Burge, mais d’autres arguments pourraient nous permettre d’aboutir aux mêmes résultats. Même si Burge invoque lui-même un argument exploitant la conception communautaire, il soutient également que l’anti-individualisme social peut être défendu sans qu’il faille invoquer la conception institutionnelle et communautaire. L’important est seulement de montrer que les contenus d’états mentaux ne dépendent pas de nos états physiques internes, mais qu’ils dépendent plutôt des rapports que nous entretenons avec l’environnement social. Or, ceci peut être relié à une conception qui fait du langage un idiolecte social qui est aussi compatible avec l’individualisme méthodologique31. Il n’est pas nécessaire de souscrire à la conception communautaire et institutionnelle pour admettre que nos pensées sont individuées en relation avec les autres membres de la communauté linguistique ; on peut simplement admettre que les membres d’une communauté linguistique sont ceux qui voient leurs idiolectes respectifs se recouper entre eux.

71On peut sans doute prétendre que, d’une manière générale, l’anti-individualisme social et la conception institutionnelle et communautaire sont des doctrines qui se renforcent mutuellement. Mais je ne veux pas me prononcer ici sur la validité de l’expérience de pensée proposée par Burge, ni statuer sur ce qui en constitue les prémisses essentielles. Je voulais seulement faire remarquer que Burge faisait intervenir la conception institutionnelle et communautaire dans son argument de 1979 et montrer que le débat qui nous occupe a des incidences possibles sur la validité de l’argument visant à démontrer l’anti-individualisme social.

72Voilà donc comment se présentent les enjeux entourant la conception institutionnelle et communautaire du langage. J’ai tenté de présenter brièvement quelques-unes des diverses ramifications de l’argumentation en faveur de ce point de vue. Mon objet d’étude justifie son importance à cause du rapport qu’il entretient avec l’exégèse de la pensée de Wittgenstein, mais il a un intérêt philosophique intrinsèque puisqu’il est initié à partir d’un paradoxe philosophiquement intéressant. Il peut ensuite faire avancer le débat entre individualistes et collectivistes en épistémologie des sciences sociales. Il peut également servir à éclairer en partie le débat qui nous oppose aux chomskyens. Il peut enfin aussi nous permettre d’approfondir la discussion en philosophie de l’esprit entre individualistes et anti-individualistes.

*

73En résumé, je me fixe deux objectifs essentiels. Je tâcherai d’expliquer en quoi consiste la conception institutionnelle et communautaire et je tenterai de montrer tout d’abord que cette conception peut, dans une très large mesure, s’appuyer sur les écrits de Wittgenstein.

74Tout au long de cet ouvrage, mon approche sera d’abord et avant tout thématique et non exégétique. Je propose une discussion de certains arguments ainsi qu’une clarification de certains concepts, pas seulement une contribution à un segment de l’histoire de la philosophie. Cette perspective est à la fois plus modeste et plus ambitieuse : plus modeste parce qu’elle ne se fixe pas comme objectif de déterminer « ce que Wittgenstein a vraiment dit », mais plus ambitieuse aussi, parce qu’elle me donne l’occasion de prendre position et de m’engager dans la défense d’une théorie particulière.

Notes

1 Fodor est bien entendu maintenant ouvertement favorable à l’externalisme. Voir Concepts : Where Cognitive Science Went Wrong, Oxford, Clarendon Press, 1998.

2 Saussure, Ferdinand de, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 3e édition, 1962, [1915].

3 Le behaviorisme est une doctrine philosophique qui peut être comprise de plusieurs façons. Sa version la plus connue est celle qui suppose la réduction ontologique des états mentaux à des dispositions comportementales. Selon ce point de vue, attribuer un état mental équivaut à prédire un certain comportement ; voir, par exemple, Ryle, Gilbert, La notion d’esprit, Paris, Payot, 1978. La doctrine peut renvoyer également à une analyse conceptuelle des expressions désignant des états mentaux. Celles-ci sont alors définies et analysées par des termes renvoyant au comportement. Le behaviorisme peut aussi être entendu au sens épistémologique, et il suppose alors que l’accès aux autres états mentaux passe par l’intermédiaire de critères comportementaux. Mais au sens où je l’entends dans le présent contexte, le behaviorisme est une théorie de l’apprentissage du langage. L’apprentissage linguistique résulterait d’un certain dressage au niveau du comportement. Selon ce point de vue, l’apprentissage se ferait par la confrontation répétée avec des stimulations sensorielles. Cette confrontation aurait pour effet d’assurer l’intériorisation des règles apprises. Si les règles du langage sont de nature sociale, il semble qu’il faille postuler un enseignement des règles prenant la forme d’un ensemble de stimulations de ce genre.

4 L’intension (intension) d’une expression s’oppose à son extension. La distinction recoupe celle qui prévaut entre le sens et la référence, ou entre la connotation et la dénotation.

5 Saussure, 1962.

6 Chomsky n’emploie plus la distinction entre compétence et performance. Il parle plutôt d’une distinction entre le langage-I (internaliste) et un langage-E (externaliste). Voir Chomsky, Noam, Knowledge of Language, New York, Praeger, 1986.

7 Searle, John, L’intentionnalité, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

8 Searle, John, The Construction of Social Reality, New York, Free Press, 1995.

9 Voir Davidson, Donald, « A Nice Derangement of Epitaphs », dans Ernest Lepore (dir.), Truth and Interpretation : Perspectives on the Philosophy of Donald Davidson, Oxford, Blackwell, 1985.

10 Voir Hacker, Peter et Gordon Baker, Language, Sense, and Nonsense, Oxford, Basil Blackwell, 1986. Nous verrons au chapitre 2 qui sont les philosophes du langage ordinaire.

11 Searle, John, Speech Acts : An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press, 1969 ; tr. de Hélène Pauchard, Les actes de langage. Essai de philosophie du langage, Paris, Hermann, 1972 ; voir p. 72-82.

12 La généralisation inductive est une procédure d’inférence qui nous permet d’accéder à des connaissances universelles à partir d’un nombre limité de cas. La méthode inverse est la méthode déductive qui part de principes universels pour accéder à des connaissances particulières.

13 Wittgenstein, Ludwig, Philosophical Investigations, Oxford, Basil Blackwell, 1953 ; tr. de Pierre Klossowski, dans Tractatus logico-philosophicus, suivi de Investigations philosophiques, Paris, NRF Gallimard, 1961.

14 Quine, Willard van Orman, Word and Object, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1960 ; tr. de Paul Gochet, Le mot et la chose, Paris, Flammarion, 1977 ; voir le chapitre 2.

15 Kripke, Saul, Wittgenstein on Rules and Private Language, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1982 ; tr. de Thierry Marchaisse, Règles et langage privé, Paris, Seuil, 1996.

16 Goodman, Nelson, « Une nouvelle énigme de l’induction », dans Faits, fictions et prédictions, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

17 Dummett, Michael, « What Is a Theory of Meaning ? », dans S. Guttenplan (dir.), Mind and Language, Oxford, Oxford University Press, 1975; Dummett, « What Is a Theory of Meaning ? (II) », dans G. Evans et J. McDowell (dir.), Truth and Meaning, Oxford, Oxford University Press, 1976.

18 Les mêmes remarques peuvent, dans une certaine mesure, s’appliquer à la sémantique inférentielle de Robert Brandom. Bien sûr, pour Brandom, la signification n’est pas donnée seulement par le contenu informatif cognitif ou empirique. La perspective de Brandom est en effet nettement anti-représentationnaliste. Ce n’est pas le contenu d’information qui est pertinent pour lui, mais bien les inférences associées à l’énoncé, c’est-à-dire celles qui permettent d’inférer l’énoncé et celles qui sont permises par ce même énoncé. Mais Brandom se croit en mesure de ramener les inférences pertinentes exclusivement à celles qui surviennent à l’occasion des énoncés assertifs et il néglige de considérer les quatre autres sortes d’actes illocutoires. Voir Brandom, Making it Explicit, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994, et Articulating Reasons : An Introduction to Inferentialism, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2000.

19 Fodor, Jerry et Ernest Lepore, Holism : A Shopper’s Guide, Oxford, Basil Blackwell, 1992, p. 32.

20 Ibid., p. 33.

21 Russell, Bertrand, The Philosophy of Logical Atomism, introduction de David Pears, La Salle (IL), Open Court, 1985, [1918]. Wittgenstein, Ludwig, Tractatus Logico-philosophicus, London, Routledge & Kegan Paul 1961 [1921], tr. de Gilles-Gaston Granger, Tractatus Logico-philosophicus, Paris, NRF Gallimard, 1993.

22 Fodor et Lepore, 1992, p. 257.

23 Ibid., p. 34, option 1.

24 Parmi les molécularistes, mentionnons Michael Dummett, Dag Prawitz, Christopher Peacocke et Michael Devitt. Voir, par exemple, Devitt, Michael, Coming to Our Senses : A Naturalistic Program for Semantic Localism, Cambridge, Cambridge University Press, 1995. Il faut en effet mettre en garde contre une caractérisation trop simpliste. Comme nous le verrons dans les pages qui suivent et dans les prochains chapitres, il est possible de développer une conception moléculariste qui rejette l’analyticité et rejette le caractère déterminé de la signification.

25 Fodor et Lepore, 1992.

26 Pour une critique sommaire du psychologisme, voir le chapitre 8.

27 Voir cependant le chapitre 10, dans lequel je m’en prends à la position défendue par Davidson.

28 Je réserve ces examens pour d’autres ouvrages.

29 Kripke, 1996.

30 Burge, Tyler, «Individualism and the Mental», dans P. A. French et al. (dir.), Midwest Studies in Philosophy, 4. Studies in Metaphysics, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1979; «Intellectual Norms and the Foundations of Mind», Journal of Philosophy, no 83,1986.

31 Cette thèse est explicite dans l’article de Burge « Wherein is language social ? », dans A. George (dir.), Reflections on Chomsky, Oxford, Basil Blackwell, 1989. Il la reprend récemment dans sa réponse à Chomsky publiée dans un recueil récent consacré ses propres travaux. Voir Hahn, Martin et Bjørn Ramberg (dir.), Reflections and Replies. Essays on the Philosophy of Tyler Burge, Cambridge (Mass.), MIT Press, 2003; voir p. 453.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.