Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Troisième partie. La culture scientifique en débat : témoignages d'acteurs

Chapitre XIII. Nouveaux territoires de la culture scientifique et technique : érosion de la culture ou démocratisation des technosciences ?

Louise Vandelac et Donna Mergler

Texte intégral

  • 85 Ce texte interroge la possibilité même de parler encore de culture scientifique et technique dans u (...)

1Derrière sa neutralité, voire sa bonhomie apparente, le titre de ce séminaire, Les nouveaux territoires de la culture scientifique et technologique, traduit bien toute la polysémie, l’ambivalence ainsi que la profondeur des questions soulevées par l’articulation de ces termes85...

2Nous traversons en effet une époque où les prétentions de maîtrise des sciences et des technologies cèdent souvent le pas, non seulement aux échecs et aux effets pervers de l’emportement technoscientifique, mais également à son emprise croissante sur le corps individuel et social, voire sur le corps même de la pensée, de plus en plus soumis aux représentations des flux d’informations et des jeux de remodelage cybernétique et génétique du monde. Au-delà des images médiatiques qui en sont projetées, ces tendances semblent modeler non seulement l’univers des représentations, mais également celui des institutions du savoir et même des modes de gouvernance.

3Particulièrement marqués par la cybernétique et par les technosciences du vivant, qui, effritant les frontières inter-espèces et interrègnes, s’attaquent à la permanence du corps et aux repères psychiques les plus profonds, multipliant leurs effets en cascade de désymbolisation, il est à se demander si les nouveaux territoires scientifiques et technologiques ne sont pas en train d’envahir la Culture au risque d’en aspirer l’âme ? Autrement dit, l’expression culture scientifique et technologique ne servirait-elle pas, désormais, d’enrobage alléchant, qui, au nom d’une conception quelque peu instrumentale de la culture, nous ferait tout avaler ou presque, y compris des développements technoscientifiques qui érodent les paramètres biologiques des espèces et de la biosphère et sapent les fondements anthropologiques servant de creuset à la symbolisation et à la culture ? Dans un tel contexte, quelles pourraient être alors les perspectives de critique épistémologique et de renouvellement conceptuel de la culture scientifique et technique, susceptibles d’éviter sa « dévoration » par la technoscience pour faire au contraire de la culture, la porte d’entrée des technosciences en démocratie ?

4Tels sont les enjeux de fond de ce bref texte qui, après un examen rapide, à travers les technosciences du vivant et certains enjeux environnementaux témoignant de la dégradation des conditions mêmes d’élaboration de la culture, et un rapide retour dans les arcanes de la vulgarisation scientifique et technique, explore certaines approches de démocratisation de la culture des sciences et des technologies, marquées par l’émergence de nouveaux objets et de nouvelles perspectives de recherche largement impulsés par des rapports renouvelés entre chercheurs, communicateurs et citoyens, questionnant les contenus, les lignes de partage et de diffusion usuelles de la culture scientifique et technique.

Section 1. CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE AVALÉE PAR LES TECHNOSCIENCES DU VIVANT

5Depuis plus de 30 ans, les innombrables applications de l’embryologie et du génie génétique, inaugurant l’univers des technosciences du vivant, se sont imposées, par faits accomplis successifs, largement adulés par les médias

  • i VANDELAC, 1988 ; VANDELAC et al., 1994
  • ii VANDELAC, 1990 ; 2001

6i. Après avoir amorcé des mutations inusitées du vivant et de la biosphère, ceinturant tous les aspects de l’expérience humaine, ces technosciences du vivant touchent désormais l’intimité des êtres, pour en modifier la conception même, dans le double sens d’advenir au monde et à la penséeii. Nous voilà ainsi transformés, dans cet univers du biopouvoir, pour reprendre Foucault, en objets des projets de maîtrise, de remodelage et d’emprise sur l’être humain, annonçant, sous l’impulsion emmêlée du génie biomoléculaire, de la protéomique, des nanotechnologies, de la bio-informatique et des biomatériaux des formes de vivants jusqu’alors « inconcevables »...

  • iii EDELMAN, 1989

Or, demande le juriste Bernard Edelman :
À partir du moment où les biotechnologies s’en prennent à l’homme à partir du moment où elles le menacent directement, dans sa constitution même, que ce soit dans sa généalogie (par le truchement, par exemple des mères porteuses), dans sa reproduction (par la fécondation in vitro), dans son être (par les manipulations génétiques), la peur s’installe. L’homme n’est-il pas en passe de se modifier, la “biologisation” de la vie ne va-t-elle pas détruire, de proche en proche, la représentation que nous avons de nous-mêmes, de notre “être social” ? Ne va-t-elle pas nous accoutumer à l’idée que nous sommes des “hommes cellulaires”, des sortes de réceptacles d’organes et partant, que nous pouvons, in parte qua, c’est-à-dire partie par partie, être vendus et monnayés ?
En deux mots, l’homme serait-il parvenu, au terme d’une évolution irrésistible de la société marchande, à ce résultat stupéfiant de se produire lui-même comme marchandiseiii ?

  • iv LIPPMAN, 1993

7Tout porte à le croire. En quelques décennies à peine, dans la foulée des multiples développements du génie génétique, de la « biologisation », voire de la « généticisation du discours socialiv », la transgénèse végétale, animale et humaine a commencé à transgresser les frontières de millions d’années entre les espèces et les règnes et à réduire le vivant en marchandise, modelé au gré de la volatilité des flux financiers et économiques.

  • v VIRILIO, 2002

8Dans ce contexte général « d’interdit d’interdirev », étrangement confondu avec la liberté, un pan de la médecine s’est même transformé, par le biais des technologies de « reproduction », en étonnante fabrique de vivants, dont certains sont destinés à naître et d’autres à être triés dans l’œuf ou à être suspendus pendant des années dans le temps glacé de l’azote, à moins d’être réduits en matériel de laboratoire ou en lucratives lignées cellulaires.

  • 86 Dans l’expression « clonage thérapeutique », l’embryon disparaît par la « magie » du terme et de la (...)
  • vi ROBERTSON, 1994 ; WATSON, 2001

9Nous sommes ainsi devenus la première génération de l’histoire à s’autoriser, au nom d’un désir d’enfant transformé en impératif, voire en droit, à concevoir une nouvelle filière embryonnaire purement instrumentale de l’espèce humaine, que le discours performatif ose qualifier de « thérapeutique86 ». Nous sommes également la première génération à commencer à trier in utero nos descendants avec le diagnostic préimplantatoire, à tenter d’en déterminer le sexe et même à souhaiter en « améliorer » génétiquement les caractéristiques physiques, voir l’intelligencevi, ouvrant ainsi un horizon de pouvoir et d’emprise sur les enfants, allant bien au-delà des pouvoirs parentaux, que cette même génération a si radicalement contestés.

  • vii VANDELAC, 1998
  • viii VACQUIN, 1999
  • ix OST, 1995
  • x DESCARRIES & VANDELAC, 1994

10Au nom d’un prétendu droit absolu à se « reproduire », on a même commencé à remodeler les paramètres biologiques de l’engendrement, ainsi que les notions de vie et de mort et on a même éventré l’unicité de la maternité biologique, désormais scindée entre plusieurs mèresvii. Dans ce climat de toute-puissance, certains n’hésitent pas à multiplier les plus folles acrobaties de la filiation, concevant un enfant de mères multiples, le faisant porter par la grand-mère ou par la sœur, autant de figures d’un univers narcissique, et peut-être bientôt clonique, se jouant complètement de l’altérité et de l’ordre des générationsviii. Or, cette érosion des représentations de la conception des êtres et de l’humanité, cette atteinte au sens du lien et de la limiteix, au cœur même du psychisme humain et de la vie en société, n’effritent-elles pas peu à peu les possibilités mêmes de symboliser, de se penser et de penserx ?

11Dans un monde où, nous rappelle le philosophe Dany Robert Dufour,

« L’être humain apprend, chaque jour un peu mieux, à intégrer dans le patrimoine génétique de telle espèce, des traits importés de telle autre [...] désormais la permanence du corps, accordée sans condition à chacun des quatre-vingts milliards d’humains qui nous ont précédés, n’est absolument plus garantie à ceux qui vont venir.
Un autre mode de sélection se met en place, une sélection artificielle, erratique mais voulue, commandée mais aveugle [...] Il est donc évident, que les humains, du moins certains d’entre eux, ne sont pas loin de s’échapper d’eux-mêmes et vont bientôt tenter de changer de corps... voire même de se cloner... » (Adaptation de Dufour, 1999, dans le film Clonage ou l’art de se faire doubler.)

12En serions-nous alors réduits à n’être que simple « monnaie vivante » et supports vifs d’informations soumis à l’ultime finalité de l’économie, entrant avec insouciance dans le jeu infini des combinatoires, au rythme de la valse des marchés monétaires, informatiques et génétiques, comme si tout, nous y compris, n’étions plus qu’objets d’une représentation cybernétique du monde, envahie par la virtualité des signes ? Serions-nous alors, nous-mêmes, devenus l’incarnation vive de ces nouveaux territoires scientifiques et techniques, prétendument conquis par ceux-là mêmes qui souhaitent tous nous y soumettre ?

Section 2. NOUVEAUX TERRITOIRES OU ABOLITION DES LIMITES ?

13Pour en arriver là, sans doute faut-il que notre fascination pour les nouveaux territoires aille bien au-delà des nouveaux horizons intellectuels qu’ouvrent ces transformations majeures et n’appartienne plus seulement aux anciens registres des conquêtes visant à s’emparer de nouvelles terres et de nouvelles mers, mais qu’elle s’inscrive désormais dans un désir inconscient d’abolir la notion même de limite.

  • xi MIRENOWICZ, 2000 : 7

14Le titre de ce séminaire, Les nouveaux territoires de la culture scientifique et technologique, semble en effet faire écho, sans probablement en avoir mesuré la portée, à celui de Science, la frontière sans limites, du rapport scientifique de Vannevar Bush, qui, préparé pour le président américain Franklin D. Roosevelt et remis le 5 juillet 1945 à son successeur Harry S. Truman, fonde la politique scientifique du monde occidental de la seconde moitié du XXe sièclexi.

15Le titre de ce rapport, Science, la frontière sans limites, en résume d’ailleurs l’essence, souligne Mirenowicz. Dans un monde où les frontières terrestres ont été largement explorées, la science est en effet investie du statut de terra incognita, les scientifiques étant chargés d’en repousser sans cesse les bornes, laissant croire, du même coup, que les frontières de la science sont elles-mêmes sans limites (Ibidem).

16Or, dans la mesure où des pans entiers de l’activité scientifique sont désormais inscrits dans l’univers du Science Push, caractéristique des secteurs à haute concentration de savoir, où les technologies cherchent, souvent après leurs mises au point, leurs assises scientifiques et leurs marchés potentiels, il est à se demander si la question des limites peut encore se poser. Surtout dans un contexte où on nous assène bêtement qu’on n’arrête pas le progrès et que tout ce qu’il est possible de faire devrait être fait...

17Pourtant, quand nous devenons littéralement la chair de ces moyens techniques d’une puissance opératoire inégalée, et que nous les voyons se déployer sans véritables contre-discours, ni contre-pouvoirs effectifs, comment ne pas interroger le caractère pour le moins équivoque de ces nouveaux territoires de la culture scientifique et technologique ?

  • xii LAFONTAINE, 2002

18En effet, comment peut-on concevoir une culture sans limites, sans bornage et sans repérage ? Autrement dit, comment peut-on concevoir une culture sans liens, puisque l’un est la condition de l’autre ? Certes, les schémas mentaux du lien et de la limite diffèrent passablement selon les époques, les sociétés et les métaphores utilisées. Mais comment ne pas s’inquiéter de l’émergence d’une culture, qui, partageant de plus en plus l’univers des représentations de la technoscience, centrée sur l’imaginaire cybernétiquexii, tend à pulvériser toutes frontières et à travestir tout lien en échange... marchand ?

  • xiii L’Écologiste, mai 2002
  • xiv COMELIAU 2000 : 519

19On pouvait déjà craindre le postulat d’une science repoussant toutes les frontières. Mais dans une culture technoscientifique comme la nôtre, ce postulat est d’autant plus puissant qu’il se conjugue, en outre, depuis les accords de Bretton Woods, à un prétendu impératif de croissance économique indéfini, y compris, au mépris des limites les plus évidentes de la biosphère. Or, assimilée au développement, qui n’a souvent de durable que le nom, quand il n’incarne pas une contradiction dans les termesxiii, cette infinie croissance constitue l’un des postulats implicites des principes du Consensus de Washington, trame essentielle de l’actuelle conception néo-libérale de la mondialisation.xiv

20Or, on sait pourtant que dans le monde fini de cette terre arrondie, métaphore des cycles de vie des êtres et des écosystèmes, cette prétention de l’économie technoscientifique à échapper à toutes frontières et à toutes limites, voire à les repousser, contribue déjà, tous les ans à la mort de millions d’humains et de milliers d’espèces, comme l’a rappelé avec force le deuxième Sommet de la Terre de Johannesburg. Comme si nous étions inconscients de notre profonde ignorance face à la complexité et à la fragilité des équilibres des écosystèmes naturels, des liens sociaux et du psychisme humain, permettant aux êtres et aux milieux de se régénérer, de croître et de se perpétuer...

  • xv VANDELAC & PICHETTE, 2000

21D’ailleurs, au plan anthropologique, quelle culture pouvons-nous élaborer et transmettre, quand à l’altérité, à l’ordre des générations, et au caractère inaliénable du corps, succède insidieusement et dans une redoutable banalisation, la réduction progressive des êtres à leurs matériaux, à leurs gamètes, à leurs fonctions de procréation, voire leur intrumentalisation pour en faire des objets de réécriture génétique d’humains, de plantes et d’animaux ? Autrement dit, si les objectifs avoués ou inconscients de certains développements sociotechniques sont de transfigurer radicalement l’expérience humaine, au point, comme le souhaitent déjà certains comme Fukuyama, d’abolir l’espèce humainexv, de quelle culture parlera-t-on ? Ainsi, quand certaines mutations sociotechniques s’attaquent au sens du lien et de la limite, à l’altérité, à l’identité, au féminin maternel, à l’ordre des générations et des filiations, aux notions même de temps, de vie, de mort, n’est-ce pas le sens même de l’humanité et, du même coup, de la culture qui s’effrite ? Quand les êtres et l’espèce humaine sont soumis, au gré des fluctuations du marché, aux pulsions épistémophiliques de certains chercheurs et aux passages à l’acte de quelques géniteurs, l’expression culture scientifique et technique ne sert-elle pas alors d’atours culturels à une technoscience triomphante, qui paradoxalement s’apprête à triompher de nous ?

22Certes, la transformation des paramètres biologiques de l’espèce humaine n’est pas sans rappeler qu’avant la « vis sans fin » de cette mutation, nous avons joué depuis Hiroshima-Nagasaki, et nous jouons toujours, à l’échelle de la planète, au « quitte-ou-double des armes atomiques » et des effets insidieux et redoutables des « centrales-nucléaires-déchets-millénaires ». Certes, si ces menaces s’accomplissent, elles mineraient toute possibilité de culture, y compris scientifique. Néanmoins, les nouvelles représentations du monde qu’elles ont distillées dans l’imaginaire collectif ont largement modelé la culture contemporaine... Dans le même ordre d’idées, nous voilà désormais grignotés, corps et âmes, par l’appropriation privée des sources de vie et du vivant, allant des gènes, en passant par les semences, les gamètes, les capacités de gestation et jusqu’aux balbutiements embryonnaires, conduisant, au péril de nous-mêmes, à un bricolage inusité du vivant qui, tout en menaçant, à terme, les possibilités mêmes d’élaboration de la culture et de la pensée, en modifient, pour l’instant, profondément les couleurs et la texture. Emmurés dans une conception totalisante du gène, pouvons-nous encore rêver au renouvellement d’une pensée scientifique qui ne soit clivée de la conscience et de la culture, et à de nouvelles alliances entre sciences, philosophie et sciences humaines échappant aux conceptions techniciennes et réductionnistes qui engluent l’époque ?

23De telles questions, qui nous font paradoxalement souhaiter un peu plus d’intelligence, s’observent aussi dans le domaine de l’environnement où cette prétendue exigence de l’économie technoscientifique de repousser, voire, trop souvent, d’abolir toutes limites, n’est pas non plus indifférente à l’épuisement accéléré des ressources, à la dégradation de l’eau, de l’air et des sols, aux effets redoutables des changements climatiques et de la pollution chimique sur la santé des populations et de l’environnement, dont témoigne l’ampleur de la crise environnementale. Autrement dit, les risques associés aux produits et aux modes d’évaluation, d’encadrement et de gestion des produits de la chimie, du nucléaire et de la génétique, ces trois piliers de la technoscience moderne, qui menacent désormais les paramètres biologiques de l’espèce humaine et de la biosphère, essentiels à l’élaboration même de la culture, obligent à questionner l’inféodation croissante de la culture à la technoscience et à tenter d’inverser ce rapport.

24Il faut en effet constater que les objets, les modes d’interrogation et d’expression de la culture scientifique influencent non seulement l’avenir de cette planète, la vie de milliards d’humains, ainsi que l’évolution même de la conception des êtres, mais plus profondément encore nos façons de penser et d’assurer la suite du monde. En ce sens, le travail de critique épistémologique, permettant d’échapper à la colonisation cybernétique, génétique et économique de la pensée, est sans doute l’une des tâches les plus vitales de la culture scientifique et technique. Du moins, si nous parlons d’une culture scientifique et technique viable et démocratique, où la transmission intergénérationnelle et la force du lien social permettent le renouvellement des êtres et des générations, des milieux de vie et de la pensée.

Section 3. AU PÉRIL DE NOUS-MÊMES...

  • xvi VANDELAC, 2001a

25Dans ce monde-marché, encore dominé par les impératifs du Science Push, la culture scientifique et technique fait malheureusement trop souvent office de faire valoir ou de simple stratégie promotionnelle. Malgré l’enrobage culturel, voire onirique « des nouveaux territoires de la science et de la technologie », certains, moins naïfs, se méfient de voir ainsi transgresser les frontières entre les espèces et les règnes, entre les personnes et les choses, entre le vivant et la matière au point d’effriter les paramètres biologiques, symboliques et psychiquesxvi...

  • xvii VANDELAC 2001a

26En effet, quand l’être humain, en amont et en aval de lui-même, embryon glacé ou cadavre chaud, commence, partie par partie, cellules, gènes, gamètes et embryons, à devenir objet d’appropriation et de transformation technique sans précédent ; quand il songe même à se cloner, pour se régénérer et se survivre grâce aux cellules de son clone ; quand l’être est « descellé » de son corps, pour devenir source de matière première, incubateur, vecteur de vie et de vivant, ne glissons-nous pas alors étrangement de nous-mêmesxvii ? Dans cet univers réductionniste et binaire où tout désormais, des plantes à l’embryon en passant par les vaches ou l’intelligence, ne serait plus que flux d’informations à déchiffrer, à bricoler, à remodeler, certains semblent bien décidés à recoder les êtres, les espèces, voir le monde. À ce jeu mortifère, donnant à certains contemporains un pouvoir aussi exorbitant, y compris celui de risquer de nous faire glisser, corps et âme, hors de l’espèce humaine, quel est alors le rôle de la culture et notamment de celle qu’on dit scientifique et technique ? Est-elle désormais réduite à s’inféoder aux technosciences, à les accompagner pour mieux les apprêter, pour mieux nous appâter et les rendre ainsi plus acceptables, ou peut-elle encore ouvrir un autre horizon, imposer une autre logique ?

Section 4. BOUCLÉS PAR UNE CERTAINE CONCEPTION DES SCIENCES OCCIDENTALES

  • xviii TIBON CORNILLOT, 1992

27Dans la mesure où toute l’histoire des sciences a été marquée, souligne le philosophe Michel Tibon Cornillotxviii, par les tendances au réductionnisme méthodique, à l’imposition générale du modèle physico-mathématique, à l’assimilation de la matière et du vivant, à leur décomposition en éléments simples fondamentaux (composantes chimiques, atomes et gènes) permettant d’identifier leurs lois d’agencement et leur éventuelle recomposition en structures complexes ouvrant sur d’innombrables combinatoires, la tâche s’annonce titanesque.

28D’autant plus que nous semblons littéralement bouclés, à la fois par l’hégémonie du monde-marchandise et cybernétique nous réduisant au rôle de producteurs-consommateurs de signes, mais que nous sommes également bouclés par un certain horizon de pensée scientifique dont nous serions sujets-objets, culminant pour certains, sur leur repli cloné...

  • xix VACQUIN, 1999

29Alors que nous savons pourtant que les découvertes surgissent souvent du plus profond de l’être, à la fois du désir obscur des chercheurs et des enjeux inconscients qui les muent et qui traversent leur siècle, souligne la psychanalyste Monette Vacquinxix, il est à se demander pourquoi nous filons ainsi sur l’illusion que les technosciences puissent nous guider et nous servir de référent, alors qu’elles sont incapables de distinguer l’ampleur des enjeux et des risques qui, débordant leur objet propre, englobent désormais l’humanité.

  • xx MORIN, 1990

30Pourquoi alors nous laisser ainsi dériver de nous-mêmes au nom d’une pensée scientifique qui, coupée de la conscience politique et éthique, pour reprendre Edgar Morin, et incapable de penser sa propre ambivalence et sa propre aventure, commande l’avenir des sociétés sans se commander elle-même, condamnant les citoyens à une ignorance croissante des problèmes de leur destinxx ?

31N’est-ce pas là certaines des questions centrales de la culture scientifique, qui tranchent radicalement du rôle de faire valoir de la technoscience dans laquelle bon nombre voudraient la confiner ? Au moment où sciences et technologies constituent des référents culturels essentiels, au point de prétendre incarner une nouvelle conception de la culture, marquée par l’effondrement du lien et de la limite et par l’effritement des structures symboliques, ne sommes-nous pas, comme êtres et comme sociétés, de plus en plus, dans une situation de risque anthropologique, d’où la pressante exigence de repères culturels dignes de ce nom ?

32Dans ce contexte, parler des « Nouveaux territoires de la culture scientifique et technique » est-ce prendre acte d’une science et d’une technologie s’imposant à la culture au point de la dévorer tout en s’apprêtant littéralement à nous mettre en pièce ? Est-ce au contraire un appel pressant à ce que sciences et technologies soient enfin pensées dans les termes d’une culture qui sache échapper à leur fascination et à leur emprise ?

Section 5. CULTURE OU VULGARISATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE ?

33Pour tous ceux et celles qui ne voient dans la culture scientifique et technique que les nouveaux atours de la vulgarisation scientifique et technique, agrémentés d’activités muséales et culturelles, ces questions sembleront sans doute d’une gravité qui dépasse de loin le cadre usuel de ces débats.

  • xxi LASZLO, 1993 : 7-9

34Néanmoins, y compris sous l’angle de la diffusion scientifique et technique, la question de fond demeure. La science, cette œuvre collective, à plusieurs voix, qui, comme la tragédie grecque, rappelle Pierre Laszloxxi, évolue au rythme de l’argumentation, reprise ou non par le Chœur, a pour obligation méthodologique et vertu civique d’être diffusée dans la Cité. Certes, dans un monde de start-up, de brevets et d’actionnaires, marqué par la compétition et le secret, où l’économie techno-économique a pris le pas sur la science fondamentale, cette conception des choses ternit à vue d’œil. Néanmoins, la diffusion scientifique a idéalement toujours pour objet de traduire et de recadrer, avec plus ou moins de bonheur, les découvertes scientifiques, pour les inscrire dans la culture.

35La question est alors de savoir si, dans le contexte de l’accélération sans précédent des technosciences, la culture scientifique et technique sert essentiellement de stratégie promotionnelle, plus ou moins a-critique. Autrement dit, n’est-elle plus que l’adrénaline stimulant la compétitivité de cette course techno-économique, quitte à ignorer le sens et la portée de son mouvement et de sa responsabilité ?

36Dans ce cas de figure, le travail dit « de la culture scientifique et technique », largement apparenté à celui de l’ancienne vulgarisation scientifique et technique, se résumerait-il à l’analyse des structures de la diffusion de l’information scientifique et technique (concentration des sources et des médias) ; à l’analyse du jeu des acteurs (inflation des relationnistes et des communicateurs au détriment du journalisme d’analyse et d’enquête) ; et à l’examen des effets de séduction et de performance du véhicule informationnel (structure narrative, lisibilité, illustrations, etc.), sans s’interroger plus avant sur les fonctions et les finalités de ce dispositif ?

37N’y aurait-il pas lieu de mettre de l’avant une culture scientifique et technique qui, tout en étant aussi consciente des questions de structures, d’acteurs, de séduction et de performance, demeurerait néanmoins beaucoup plus attentive aux questions épistémologiques et aux enjeux techno-économiques et socio-politiques ? Une culture scientifique et technique qui, lucide face aux pièges de son propre rôle, contribuerait à la richesse et à la profondeur de la réflexion ainsi qu’à la vitalité des liens socioculturels, nous évitant que les sirènes de prétendus progrès ne nous fassent perdre pied et perdre corps. Face à la puissance, à l’accélération et à l’emprise des technosciences sur nos vies et sur le monde, cette question est cruciale.

Section 6. BRÈVES ILLUSTRATIONS D’UNE CULTURE DES SCIENCES ET DES TECHNOLOGIES REVISITÉE

  • 87 Cette approche, mise de l’avant notamment par le Centre de recherches pour le développement interna (...)

38C’est dans ce contexte général que nous avons brossé, lors du séminaire à la Cité, à Paris, quelques exemples qui, tout en relevant de nos disciplines propres, neurophysiologie et sociologie, sont profondément marqués par l’interdisciplinarité et la transdisciplinarité propres aux approches écosystémiques en santé87. À travers ces interventions menées dans une approche globale et intégrée de la santé des populations et de l’environnement, liant préoccupations scientifiques et citoyennes, nous avons toutes deux été amenées à inverser certaines logiques usuelles de production, de transfert et de diffusion des connaissances, tout en questionnant les prémisses et les enjeux de ces logiques à l’œuvre et des rapports entre sciences, technologies, sociétés et individus qu’elles sous-tendent.

39Traduisant une approche, à la fois parallèle et commune de la culture scientifique, centrée ici sur les effets nocifs sur la santé des écosystèmes et des populations de certains composés chimiques qualifiés de polluants persistants et de certains métaux lourds comme le mercure, ces interventions se caractérisent à la fois par la posture scientifique adoptée, par le choix des objets de recherche et par leur mise en contexte. Ainsi, l’élaboration de l’étude et le partage des connaissances sont faits en étroite collaboration avec les populations, ce qui permet souvent un meilleur diagnostic, un meilleur ancrage des différents volets de la recherche et une mise en œuvre des résultats et des pistes de solution d’autant plus facile que les citoyens en comprennent la genèse, le sens, la portée et l’intérêt.

40Certes, ces rapides exemples, parmi des milliers d’autres, ne sauraient à eux seuls rendre compte ni de l’ampleur et de la diversité des pratiques de la culture scientifique et technique, ni des constants efforts de renouvellement en cours.

41Bien que nous ayons tenté d’illustrer, lors de notre présentation au séminaire, les questions de culture scientifique en écosanté, à partir des exemples des polluants persistants et de leurs effets de perturbation endocrinienne, du dossier des organismes génétiquement modifiés (OGM) et de l’intervention écosanté sur le mercure menée avec les populations de certains villages situés en bordure du fleuve Tapajos au Brésil, nous évoquerons ici, pour ne pas allonger indûment ce texte, seulement les exemples des OGM et des perturbateurs endocriniens.

Section 7. ALIMENTS TRANSGÉNIQUES...

  • xxii ABERGEL, 2000 ; KUYEK, 2002

42Au cours des dernières années, certains États, comme les États-Unis et le Canadaxxii, respectivement premier et troisième producteurs mondiaux de cultures transgéniques, ont accordé un énorme soutien économique et politique au développement et à la diffusion des OGM, qui ont été imposés pendant plusieurs années à l’insu des populations. Sauf quelques documents promotionnels du gouvernement, qui ne sauraient tenir lieu de vulgarisation scientifique, ce sont surtout des chercheurs indépendants et des organisations non gouvernementales (ONG), qui, préoccupés par les enjeux sanitaires et environnementaux, ont d’abord développé, dans la foulée des mouvements d’opposition de citoyens et de consommateurs européens, des outils d’information parallèle, notamment sur le Web et les réseaux courriels. C’est dans ce contexte que le généticien et vulgarisateur scientifique de renom David Suzuki a présenté, au printemps 1999, une première série radiophonique critique sur les OGM à la chaîne anglaise de Radio-Canada. Nous réalisions alors en Europe avec Karl Parent un documentaire d’une heure, Main basse sur les gènes ou les aliments mutants, pour le Studio Sciences et sociétés de l’Office national du film du Canada (ONF).

  • 88 Relativement bien accueilli comme en témoignent les traductions anglaises, japonaises et italiennes (...)
  • 89 L’Erreur boréale de Richard Desjardins, Bacon, le film de Hugo Latulipe, L’effet bœuf de Carmen Gar (...)
  • 90 Un atelier du congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), 2000, ain (...)

43Ce documentaire88 se voulait une approche globale et intégrée des dimensions technoscientifiques, environnementales, sanitaires, culturelles, agro-économiques et démocratiques relatives à la transgénèse végétale. Il s’inscrivait dans une série de films89 également conçus et réalisés par des non-journalistes, qui ont largement contribué à l’amorce du débat public sur des enjeux clés en environnement et en santé, au point où nombre de journalistes et de vulgarisateurs scientifiques se sont sentis questionnés dans leurs propres pratiques, notamment par l’événement médiatique de l’Erreur boréale du chanteur Richard Desjardins, ce qui fit l’objet d’ateliers dans au moins deux congrès professionnels90.

44La lecture plus analytique que ne le permet une certaine tradition journalistique nord-américaine plutôt vouée à l’arbitrage de points de vue opposés, ajoutée à la nouveauté relative de ces sujets (élevage intensif du porc et du bœuf, OGM, clonage) dans un contexte de retard de l’information et de relatif silence des milieux scientifiques sur ces questions, a contribué à élargir le débat. Débordant rapidement le cadre des seules problématiques abordées, les débats sur ces films ont rapidement inclus les stratégies d’innovation et de recherche et développement, le marché des brevets sur les gènes, la concentration des industries de l’agro-alimentaire, du vivant et des semences, les perspectives de développement agricole et de sécurité alimentaire, etc. Ces déclencheurs de réflexion ont également été portés par de nombreux acteurs sociaux, et ils ont donné lieu dans toutes les régions du Québec à un vaste mouvement de « réseautage » qui, à la faveur des liens Web et courriel a permis, notamment dans les dossiers des forêts, des OGM et du porc, l’amorce d’un travail d’appropriation des savoirs et de réflexion sur l’évolution de ces dossiers permettant de consolider plusieurs regroupements citoyens contribuant toujours à alimenter le débat social. Dans le dossier des OGM, c’est d’ailleurs cet éveil de l’opinion publique, dont 90 % exigent désormais au Canada l’étiquetage obligatoire, auquel s’oppose toujours le gouvernement canadien, qui a donné lieu, en 2000, quatre ans après l’introduction des OGM dans les deux tiers de l’alimentation industrielle des Canadiens, à une première recherche indépendante d’envergure menée par un comité de la Société royale du Canada. Ce rapport, tout comme ceux des instituts de santé publique de l’Ontario et du Québec par la suite, et celui du Conseil de la science et de la technologie du Québec, sont tous relativement critiques quant à la faiblesse de l’évaluation et de l’encadrement réglementaire canadien, quant aux effets socio-économiques, environnementaux et sanitaires potentiels des OGM et quant aux nécessités de démocratiser le débat, confortant pour l’essentiel l’analyse déjà faite par les citoyens...

45On a donc là un cas de figure particulier, où les efforts de clarification par certains intellectuels et scientifiques indépendants, convergeant avec les préoccupations des milieux de la consommation, de l’environnement, de la santé et de la citoyenneté ont contribué à l’appropriation publique des connaissances. Stimulant la production journalistique et celle de la vulgarisation scientifique et technique, ce travail semble avoir en outre contribué à élargir le prisme des connaissances techniques aux enjeux économiques, socio-politiques et idéologiques de ces technologies, ainsi qu’aux impératifs de démocratisation qu’elles posent.

46Toutefois, alors qu’en environnement, les citoyens du Québec ont la possibilité depuis 20 ans d’exiger des audiences publiques du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) relevant du ministère de l’Environnement, afin d’amorcer une évaluation scientifique et sociale de certains projets susceptibles d’avoir des incidences négatives sur leur milieu, les questions de technosciences du vivant y sont encore confinées à un comité d’éthique clos, sans moyens matériels, ni mandat très clair, contournant en quelque sorte, contrairement au BAPE, toute possibilité de réel débat public et d’influence de la population sur les orientations agronomiques et alimentaires qui la concernent au premier chef.

47On sait pourtant que c’est à partir du moment où les citoyens ne sont plus de simples consommateurs de connaissances, mais des acteurs outillés capables de comprendre, voire de se prononcer sur les politiques publiques et les grandes orientations technoscientifiques, comme c’est en partie le cas en Europe concernant les OGM, que la culture scientifique et technique passe d’un rôle de transfert des connaissances à un rôle de démocratisation de savoirs vivants. En ce sens, si on souhaite faire entrer les technosciences en démocratie, pour reprendre l’expression de Bruno Latour, il importe de repenser les articulations entre culture scientifique et technique et dispositifs démocratiques d’évaluation scientifique et sociale des grandes orientations technoscientifiques et de certaines applications particulièrement controversées.

Section 8. POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS ET EFFETS DE PERTURBATION ENDOCRINIENNE

  • 91 Nous produisons, chaque année, dans le monde, plus de 400 millions de tonnes de quelque 70000 compo (...)

48Dans ce dossier des polluants organiques persistants (POP), on a également l’impression que le travail de démocratisation du savoir fait par des scientifiques, des intervenants en santé publique et en environnement a largement précédé le travail des milieux de la culture scientifique. Rappelons que les polluants persistants sont des composés chimiques (BPC, dioxines, furannes, DDT et nombre de pesticides), omniprésents dans l’environnement91, qui, par leurs effets de perturbation endocrinienne, constituent des menaces graves et insidieuses pour la santé des populations et des écosystèmes et pour la fertilité de plusieurs espèces, humains y compris. S’accumulant à travers la chaîne alimentaire, ils perturbent le système endocrinien et affectent notamment, chez l’humain, le système immunitaire et les capacités cognitives, ils contribuent à l’incidence de certains cancers (testicules, prostate, sein, etc.), et contribuent à réduire de 1 à 2 % par année en Europe et en Amérique du Nord, le nombre de spermatozoïdes, ce qui annonce une inquiétante crise de la fertilité d’ici 30 ans à peine.

  • xxiii VANDELAC, 2001 ; VANDELAC & BACON, 1999a ; 1999b ; MERGLER et al, 1998

49Bien que nous ayons abordé cette question lors du séminaire sur, les nouveaux territoires de la culture scientifique et technologique de Paris, l’espace nous manque ici pour reprendre ce dossier dans toute sa complexité, si bien que nous renvoyons le lecteur à plusieurs textes déjà publiés sur ces questionsxxiii. Nous retiendrons toutefois, pour illustrer notre propos sur la culture scientifique, trois éléments.

50Premièrement, les signaux précurseurs concernant les POP ont d’abord été mis en évidence par des profanes pour être ensuite acheminés vers des spécialistes, inversant quelque peu les circuits habituels de la construction de l’objet. Les modifications des comportements de la faune observés par des ornithologues amateurs ont intéressé des biologistes de la faune, qui, suite aux premières hypothèses sur les effets nocifs de certains composés chimiques, ont poursuivi pendant plusieurs décennies les observations sur la faune et les études en laboratoire avant d’intéresser les spécialistes en santé humaine. Bien qu’il y ait déjà une riche littérature biologique et médicale sur ces questions d’une importance cruciale pour la santé publique, nous avons été étonnées de constater, il y a quelques années, la méconnaissance relative de certains milieux de santé publique francophones à l’égard de ces questions et le peu d’attention accordée à ce dossier par les milieux de la vulgarisation scientifique et technique, sauf au volet, plus sensationnaliste, de la baisse de la spermatogenèse. Après des conférences sur le sujet et un article dans une revue de santé publique au Québec, nous avons été invitées à Paris par l’Académie de médecine pour faire une brève allocution sur la question. Or, si nous nous permettons de l’évoquer, c’est que ce signe d’ouverture intellectuelle, marque à la fois une inversion du sens usuel de diffusion de ce type de connaissances, et en modifia également le contenu puisqu’il s’agissait pour nous d’intégrer d’emblée aux questions biomédicales des enjeux épistémologiques, économiques, socio-politiques et environnementaux.

  • xxiv VANDELAC, 2001b

51Deuxièmement, ce sont également les efforts transdisciplinaires conjugués de groupes d’écologistes, de scientifiques, de médecins et de citoyens, qui, alliés à des fonctionnaires de ministères nationaux et d’organismes internationaux, ont largement permis de diffuser les connaissances et de sensibiliser les pouvoirs publics à ce dossier. Bien que certains scientifiques aient rapidement mesuré la gravité et l’ampleur des risques associés aux POP, ce dossier aurait difficilement réussi à devenir l’objet d’un protocole international d’interdiction des 12 polluants les plus toxiques (The Dirty Dozen), n’eût été l’imposant travail d’appropriation et de diffusion des connaissances par d’innombrables ONG en santé et en environnement. On pourrait d’ailleurs faire l’hypothèse que c’est d’abord leurs efforts concertés, pendant plus de 10 ans, pour en faire une question clé de politique environnementale nationale et internationale, qui ajoutés à la publication en anglais, en 1996, du livre L’homme en voie de disparition de Théo Colborn et al., préfacé par le vice-président Al Gore, ont stimulé le débat et suscité ensuite l’intérêt de la vulgarisation scientifique et techniquexxiv.

  • 92 Composés chimiques semi-volatiles, les POP voyagent sur de très longues distances via l’air et l’ea (...)

52Troisièmement, il est intéressant d’observer ici que l’inversion du sens usuel de la production-diffusion du savoir, déjà évoquée, ainsi que le rôle quelque peu secondarisé des médias sur cette question, tiennent possiblement à la nature même de ces composés et à leurs modalités d’action92. Les POP sont en effet des classes de composés dont les effets de bio-accumulation, de biomagnification et de synergie créent une véritable soupe chimique à laquelle nous sommes quotidiennement exposés, à des doses variables, pendant des années. C’est donc d’abord le poids des évidences ainsi que le faisceau des présomptions concernant l’ampleur et la gravité de leurs effets en cascade sur l’environnement et la santé qui a suscité une intervention internationale. C’est probablement les modalités d’émergence de la problématique des POP ainsi que leurs mécanismes d’action, qui, brouillant les cadres habituels des rapports de causalité, ont manifestement stimulé le travail interdisciplinaire en amont d’analyse des signes précurseurs et d’élaboration de stratégies d’intervention visant à limiter et à bloquer les sources de production de ces composés toxiques.

Section 9. DE NOMBREUX AUTRES EXEMPLES...

53C’est également un processus global, intégré et démocratique d’élaboration et de diffusion des connaissances, à partir des préoccupations croisées des citoyens et des chercheurs-es en environnement et santé qui a caractérisé le travail mené par l’équipe interdisciplinaire de Donna Mergler sur les effets du mercure sur la santé et l’environnement des populations riveraines du fleuve Tapajos au Brésil, dont le film Sur les rives du Tapajos relate les prémisses, les modes d’intervention et les résultats.

  • 93 Dans le cadre notamment de la Coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau, Eau Secou (...)

54Enfin, ajoutons que l’étroite collaboration avec de nombreux organismes et citoyens de tous les milieux du Québec, depuis 1996, sur plusieurs dossiers relatifs à la gestion des milieux hydriques93, incite à souligner l’importance de la prise de parole citoyenne, qui, émergeant souvent en opposition à des politiques publiques ou à des projets controversés de promoteurs, élargit les problématiques et suscite un véritable travail de maîtrise et de diffusion des connaissances scientifiques et techniques. Or, cette approche éco-citoyenne de la culture scientifique et technique, liée à l’action, contribue à hausser non seulement le niveau des connaissances sur les dossiers abordés, mais contribue à développer une approche plus globale, plus large, plus intégrée des questions, au bénéfice de tous.

55Bien qu’à peine ébauchés, ces quelques exemples de démocratisation de la culture scientifique et technique et de recherche sur des approches éco-santé et éco-citoyenne liant culture scientifique et technique et préoccupations environnementales et sanitaires, s’ils témoignent de certains acquis, mettent également en évidence l’imposant travail à faire, voire le déficit de pensée sur ces questions.

56Ainsi, comment ignorer l’écart croissant entre l’emportement technoscientifique et la pauvreté des mécanismes démocratiques d’évaluation scientifique et sociale ? Pourquoi les savoirs sur les dispositifs de débat, de participation et d’évaluation scientifique et technique ne sont-ils pas mieux articulés à ceux de la culture scientifique et technique, ce qui aiderait les premiers à éviter l’ignorance et l’impuissance et ce qui éviterait aux seconds de voir la culture scientifique et technique réduite parfois à de simples stratégies de marketing. Certes, il y a urgence de faire entrer les sciences en démocratie, mais ne nous leurrons pas : ces perspectives sont bien faibles par rapport à la radicalité des enjeux de notre temps.

57Ce sont non seulement les structures démocratiques qui pâlissent devant l’emprise du marché et le flottement d’odeurs guerrières, non seulement nos prétentions démocratiques qui peuvent de moins en moins se voiler les yeux devant notre double standard face à la vie humaine, et devant notre insouciance face aux 30 000 morts quotidiennes évitables des maladies liées à l’eau sale, mais c’est également l’être humain et son humanité qui sont désormais en jeu et en joue. Au cours des prochaines années, alors que la moitié de la population de la planète continuera d’être acculée à des conditions sous-humaines, d’autres s’apprêteront littéralement à se bouter et à nous bouter hors de l’humanité ou du moins de celle que nous avons connue jusqu’alors... Le sens minimal de la responsabilité, voire de la légitime défense, ne serait-il pas alors d’exercer un certain sens critique face à ces fabuleuses prouesses, d’analyser les effets de séduction de la pragmatique qui nous enlèvent littéralement les mots de la bouche, de dévoiler l’enchevêtrement des enjeux inconscients, socio-professionnels, idéologiques, économiques à l’œuvre, bref de reconnaître des avancées réelles mais de s’abstenir de célébrer béatement, dans des illusions de culture, ce qu’il conviendra peut-être un jour de qualifier d’échappement technoscientifique de nous-mêmes...

Notes

85 Ce texte interroge la possibilité même de parler encore de culture scientifique et technique dans une société caractérisée par une emprise sans précédent de l’économie techno scientifique qui érode la subjectivité, l’altérité et le sens du lien et de la limite essentiels à la culture.

86 Dans l’expression « clonage thérapeutique », l’embryon disparaît par la « magie » du terme et de la technique dont les prétendus effets thérapeutiques, qui restent encore à démontrer, servent déjà de trame publicitaire...

87 Cette approche, mise de l’avant notamment par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) au Canada, ainsi que par Santé et Environnement Canada, est une approche globale et intégrée traitant de toutes les dimensions biophysiques, économiques, sociales et culturelles de la santé propres à un écosystème donné et à ses populations, associant étroitement les gens à la définition de la problématique, des modalités de recherche, de l’appropriation des résultats et des suivis à donner. Cette approche porte, soit en amont, sur l’analyse de projets de développement risquant d’avoir des incidences environnementales, socio-économiques, politiques et culturelles, soit en aval, sur la résolution de problèmes affectant la santé des populations et des écosystèmes (contamination de l’eau, contamination liée au mercure, etc.). Soulignons ici que, malgré notre intérêt pour les contenus et les méthodes de cette approche, nous avons néanmoins des réserves face à l’appellation écosystémique, qui, issue de la cybernétique, nous semble être peu appropriée.

88 Relativement bien accueilli comme en témoignent les traductions anglaises, japonaises et italiennes, ainsi que les quatre prix reçus (Prix du Président, Festival international du film scientifique, Télé-sciences, Montréal, 1999 ; mention « Illustration de la recherche vers le grand public », Prix Jean-Rouch. Festival du film des scientifiques, organisé par les chercheurs du Centre national de la recherche scientifique, en France, Nancy, mars 2000 ; Grand Prix du Jury, meilleur document toutes catégories et tous médias confondus, Festival international du multimédia et de la vidéo santé (FIMVISA), Montréal, juin 2000, École de technologie supérieure, ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ; Honorable Mention of The Film Council of Greater Columbus, The 48th Annual Columbus International Film and Video Festival, Columbus (É.-U.), octobre 2000). Voir site de l’ONF au Canada ou en France : http://www.onf.ca.

89 L’Erreur boréale de Richard Desjardins, Bacon, le film de Hugo Latulipe, L’effet bœuf de Carmen Garcia et Clonage ou l’art de se faire doubler de Karl Parent et Louise Vandelac.

90 Un atelier du congrès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), 2000, ainsi qu’une table ronde du Congrès canadien des vulgarisateurs scientifiques, 2001, ont porté sur la question.

91 Nous produisons, chaque année, dans le monde, plus de 400 millions de tonnes de quelque 70000 composés chimiques différents (UNEP, 1998). Parmi ceux-ci, au moins 70 polluants abondamment utilisés sont fortement suspectés de perturber le système endocrinien, dont 12 polluants organiques persistants (POP), particulièrement nocifs pour la santé et l’environnement et qui sont visés par un projet de traité international d’élimination.

92 Composés chimiques semi-volatiles, les POP voyagent sur de très longues distances via l’air et l’eau, et sont hautement solubles dans les graisses, si bien qu’ils s’accumulent et se magnifient à travers la chaîne alimentaire. Ainsi, plus de 90 % de ces composés chimiques synthétiques toxiques sont absorbés par le biais de la nourriture, notamment via les graisses animales où ils se concentrent, les produits laitiers, la viande, les œufs et également le poisson (Santé Canada 1997 ; Päpke 1998). La concentration initiale de ces composés peut donc avoir augmenté de 70 000 fois jusqu’au moment où ils se retrouvent dans les tissus humains comme le sang, le lait ou les cheveux (UNEP, 1998). C’est d’ailleurs le caractère volatile de ces produits, leur bioaccumulation et leur magnification qui expliquent les hauts niveaux de contamination des populations du Grand Nord, que l’on croyait pourtant à l’abri des effets de ces composés chimiques, et qui mettent en évidence l’impact international de ces composés hautement toxiques auquel nul n’échappe.

93 Dans le cadre notamment de la Coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau, Eau Secours, que j’ai contribué à fonder et qui, à travers ses quelque 500 membres individuels et ses quelque 75 groupes membres et sa quarantaine de porteurs d’eau touche plus de 750 000 personnes au Québec.

Notes de fin

i VANDELAC, 1988 ; VANDELAC et al., 1994

ii VANDELAC, 1990 ; 2001

iii EDELMAN, 1989

iv LIPPMAN, 1993

v VIRILIO, 2002

vi ROBERTSON, 1994 ; WATSON, 2001

vii VANDELAC, 1998

viii VACQUIN, 1999

ix OST, 1995

x DESCARRIES & VANDELAC, 1994

xi MIRENOWICZ, 2000 : 7

xii LAFONTAINE, 2002

xiii L’Écologiste, mai 2002

xiv COMELIAU 2000 : 519

xv VANDELAC & PICHETTE, 2000

xvi VANDELAC, 2001a

xvii VANDELAC 2001a

xviii TIBON CORNILLOT, 1992

xix VACQUIN, 1999

xx MORIN, 1990

xxi LASZLO, 1993 : 7-9

xxii ABERGEL, 2000 ; KUYEK, 2002

xxiii VANDELAC, 2001 ; VANDELAC & BACON, 1999a ; 1999b ; MERGLER et al, 1998

xxiv VANDELAC, 2001b

Auteurs

Professeur titulaire au département de sociologie et à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal, Louise Vandelac est chercheur au Centre d’étude des interactions biologiques entre la santé et l’environnement (CINBIOSE), directrice du Groupe de recherche Technosciences du vivant et sociétés et participe à plusieurs organismes nationaux (Unesco entre autres). Marquées par l’interdisciplinarité et la démocratisation du savoir, ses nombreuses recherches, publications et conférences (enjeux et politiques publiques en santé, technosciences du vivant et environnement, etc.), l’ont également amenée à cofonder une large coalition citoyenne sur les questions d’eau (Eau-Secours !) et à coréaliser des documentaires (sur les OGM et le clonage) pour l’Office national du film du Canada.

Professeur titulaire au département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre du Centre d’étude des interactions biologiques entre la santé et l’environnement (CINBIOSE), un centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Organisation panaméricaine de la santé (OMS-OPS). Elle occupe depuis mai 2002 le poste de directrice de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM. Ses recherches, menées au Québec, au Canada et dans plusieurs pays d’Amérique latine, portent sur des effets précoces de l’exposition aux contaminants environnementaux, à partir de méthodes de recherche participatives et d’approche écosystémique à la santé humaine.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search