Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Troisième partie. La culture scientifique en débat : témoignages d'acteurs

Chapitre XII. La culture scientifique et technologique : un plaidoyer pour l’alliance entre la nouveauté et la tradition

Jean Audouze

Texte intégral

1Dans le champ de la culture scientifique et technologique, je suis convaincu que le présent et le futur ne doivent pas faire table rase du passé. Au contraire, il s’agit de définir précisément la pertinence et le domaine d’application de chaque vecteur, ancien ou nouveau, qu’il s’agisse de la présentation orale et vivante, de l’écrit (livres et périodiques), de l’audiovisuel... jusqu’à la création de musées scientifiques virtuels. La chance de notre époque est effectivement de disposer de tous ces moyens complémentaires les uns par rapport aux autres pour véhiculer la culture scientifique et technologique.

2Au cours de cette rencontre, plusieurs intervenants ont évoqué le changement profond – certains ont même parlé de crise – subi par la culture scientifique et technique. Dans ce contexte, il convient de préciser le rôle que doivent jouer des institutions telles que la Cité des sciences et de l’industrie (CSI), le Palais de la Découverte et les autres centres ou institutions d’éducation informelle.

3Pour tenter de contribuer à la réflexion collective de ces deux jours, je voudrais attirer l’attention sur un certain nombre de paradoxes qui peuvent sembler un peu superficiels mais qu’il peut être utile de rappeler ici. En effet, au moment où nous tenons ce séminaire sur les nouveaux territoires de la culture scientifique et technologique, le mot « nouveau » implique la notion de temps : de quel moment parlons-nous ? Quelle durée évoquons-nous ? Le mot « territoire » fait allusion à celui d’espace : d’où parlons-nous ? En matière de diffusion scientifique, ces concepts de temps et de lieux revêtent une importance toute particulière.

Section 1. PARADOXE 1 : « L’ÉLOGE DE LA LENTEUR »

4À un moment de notre histoire où les progrès des technologies s’accélèrent, où les découvertes ne cessent d’apparaître à un rythme de plus en plus rapide, il convient de prendre son temps quand on cherche à transmettre un message ou une information scientifique : le temps de la compréhension doit être respecté et rien n’est plus défavorable à la diffusion de la culture scientifique que ce zapping incessant ou cette frénésie dans le débit des informations qui vient des mauvaises habitudes du monde de l’audiovisuel. L’enseignement et la communication requièrent de l’attention et du temps de la part de l’émetteur et du récepteur. J’ai eu la chance de côtoyer il y a une vingtaine d’années un très grand savant, André Leroi-Gourhan, qui a fait progresser à pas de géant l’anthropologie et l’archéologie et dont la lenteur fut certainement l’un des moteurs de sa fécondité scientifique. L’acquisition et la transmission de la culture, en particulier celle qui concerne la science et la technologie, impliquent cette lenteur et parfois ce vagabondage nécessaire des esprits.

Section 2. PARADOXE 2 : « L’IMPORTANCE DES LIEUX ET DES MISES EN SCÈNE »

5Les lieux et leurs dispositions ou leurs mobiliers, les mises en scène, les éclairages, les sons, les couleurs... sont des éléments fondamentaux qui facilitent ou au contraire qui contrarient la compréhension, le partage des connaissances ou la créativité. Les universitaires anglo-saxons l’ont bien compris lorsqu’ils construisent dans les plus beaux sites des collèges ou des campus élégants et confortables qui favorisent l’éveil de la pensée. Je suis sensible aux lieux et j’ai eu la chance dans ma carrière de travailler dans des bâtiments dont la beauté favorise l’imagination et parfois la créativité. L’architecture de nos établissements et nos mises en scène jouent un rôle de premier plan dans nos missions de diffusion de la science. Par ailleurs, comme j’ai coutume de le souligner devant mes étudiants, le visible est plus difficile à percevoir que l’invisible. Je voudrais rappeler incidemment comme je le fis dans un article publié dans le numéro de juillet/août/septembre 1999 de la revue Découverte du Palais de la Découverte qu’il est paradoxalement plus facile de détecter ou de mettre en évidence ce qui est invisible que de rendre perceptible la complexité du visible.

6Comme il l’a été dit maintes fois, le vocable de culture scientifique et technologique est redondant, la culture est une ; elle est le patrimoine des peuples et des sociétés qui ne cessent de la fabriquer tout en se référant à leur passé. Notre culture fait référence à notre histoire collective et individuelle. C’est d’ailleurs ce que l’on constate tous les jours dans nos centres d’éducation informelle, ce qui marche bien, ce sont les « grands classiques » : l’électrostatique, l’air liquide, l’explication du concept de « nombre premier », les planétariums...

7En ce qui nous concerne, au Palais de la Découverte, nous multiplions les occasions de métissage des cultures. Je vais donner quelques exemples : le concert de Georges Pludermacher le 8 juin 1999 où un grand artiste utilisa un piano à pédale harmonique faisant l’objet d’un brevet d’invention technologique, le colloque Art et science de novembre 2000, la participation à des opérations telle que Les poètes et le ciel, la célébration le 14 décembre 2000 du centenaire de la Mécanique quantique et ce, en relation avec l’Académie des sciences de Berlin, les expositions d’art plastique ou encore celle qui concerne Pompéi, nature, sciences et techniques (avril à juillet 2001).

8En bref, les gens sentent, subissent et aspirent au changement, je vais y revenir, et en même temps, les contenus classiques, historiques, les présentations que l’on pourrait considérer comme les plus datées : l’électrostatique, les expériences simples sur le comportement animal, l’esprit du cabinet de curiosités des encyclopédistes du XVIIIe siècle... tout cela exerce une attraction indéniable, tout à fait compréhensible sur nos publics.

Section 3. PARADOXE 3 : « INJUSTE OBSOLESCENCE »

9L’obsolescence ne frappe pas de façon linéaire les concepts architecturaux, les contenus de certaines présentations que l’on pourrait juger très anciennes. La recherche systématique de ce qui est le plus novateur en matière pédagogique ou de vulgarisation scientifique peut s’avérer extrêmement décevante. Un exemple très précis de ce que j’avance s’est produit au Palais de la Découverte : la salle de biologie humaine complètement refaite à neuf en 1983-1985, grâce au président du Conseil d’administration d’alors, le professeur Jean Hamburger, s’avère actuellement beaucoup plus obsolète que d’autres salles concernant des savoirs plus anciens.

10Je reconnais au père fondateur du Palais de la Découverte, Jean Perrin, la mise en pratique d’une idée généreuse qui se révèle très féconde : proposer aux citoyens la découverte et ses résultats en utilisant la méthode la plus ancienne qui soit, la médiation humaine. D’ailleurs, la CSI, conçue sur un autre concept, la découverte par le visiteur lui-même au travers du progrès technologique, est en train de réfléchir sur l’adaptation à son profit de ce mode de communication particulièrement ancien et classique.

11Ceci étant, il ne faut pas se méprendre sur mon propos : les établissements comme les nôtres, la CSI ou le Palais de la Découverte, doivent utiliser tous les moyens les plus modernes de communication : site web et visites de sites virtuels (Cybermétropole), visio-conférences, réseau à haut débit pour que nos contenus circulent aussi largement que possible, utilisation des images virtuelles 3D, théâtres multimédia... Et en même temps, nous devons faire appel davantage aux méthodes traditionnelles : ateliers de manipulations comme l’École de l’ADN au Palais de la Découverte, lieux de palabres (cafés...).

Section 4. PARADOXE 4 : LE CONCEPT DE « SCIENCE »

12Il y a au moins deux conceptions très différentes de la science :

13Conception A : la science est un ensemble de connaissances objectives et figées sur lequel il y a un accord des communautés scientifiques, des chercheurs qui la produisent et des enseignants qui la transmettent.

14Conception B : celle de la science en train de s’élaborer ; processus de découverte faisant intervenir l’imagination, l’arbitraire, les processus, les a priori de tous ordres, les mécanismes plus ou moins efficaces de validation...

15La vision A de la science, très largement diffusée et prônée par Auguste Comte (positivisme/rationalisme) continue à « percoler » non seulement dans l’esprit des scientifiques mais aussi d’une certaine manière dans celui du public. C’est d’ailleurs par référence à cette vision que la société interroge et met souvent les scientifiques en accusation en leur reprochant de contribuer à l’élaboration et la diffusion d’un savoir sans âme et parfois dangereux et irresponsable. Dans l’autre conception (B) de la science qui a cours actuellement, principalement chez les sociologues de la science comme Bruno Latour ou Isabelle Stengers ou encore chez Jean-Marc Lévy-Leblond, celle-ci a un caractère relatif : ce qui importe n’est plus tant la connaissance en elle-même que la façon de l’acquérir. Ces mêmes auteurs dénoncent par exemple les stratégies de pouvoir des scientifiques au travers de leurs programmes de recherche.

16Chacune de ces deux visions contient évidemment une certaine part de vérité. Il est tout aussi justifié de considérer la science dans cette accumulation continue de connaissances que dans les méthodes qu’elle met en œuvre dans le processus de découverte et de création scientifique. C’est d’ailleurs l’une des difficultés que rencontre le médiateur scientifique dans cette nécessité de faire comprendre à son auditoire ces deux aspects de la science.

17Un jeune philosophe des sciences, Pascal Nouvel, vient de publier aux PUF un livre intitulé L’art d’aimer la science, dans lequel il explique bien ce qu’est la démarche et l’ambition du chercheur : le chercheur cherche à donner du sens et de la cohérence aux choses. Cet auteur appuie sa démonstration sur la découverte de la double hélice de l’ADN par J.-D. Watson et F Crick en s’intéressant non pas tant à la découverte elle-même qu’à ce qui s’est passé en particulier dans l’esprit de Watson lorsqu’il a réussi cette brillante avancée qui fonde la biologie moléculaire et la génétique. Dans ce livre, dont je recommande la lecture, P Nouvel s’intéresse non pas tant à l’acte de la découverte qu’au contexte psychologique du scientifique : dans son travail, le chercheur cherche en fait à avoir raison. « Il y a sentiment d’extrême exaltation qui peut être ressenti par un scientifique au moment de la découverte. » D’ailleurs, les mots de beauté et de passion reviennent souvent sous la plume des scientifiques, comme le dit bien la phrase de P A.M. Dirac : « Mes formules sont belles et sont plus intelligentes que moi ». Pour un scientifique, avoir raison, c’est constater que les choses se mettent en place et deviennent harmonieuses. Le scientifique sent inconsciemment quand il est dans une phase constructive ou au contraire quand il patauge. Dans la même ligne de pensée, est scientifique celui qui ouvre la réflexion vers de nouveaux problèmes qu’il cherche à attaquer par de justes questions. On peut rappeler ici cette pensée de M. Polanyi, selon laquelle il y a des sentiments d’un genre que seul un scientifique peut éprouver et que seule la science peut lui donner. À charge pour le vulgarisateur scientifique de faire ressentir à ses publics cette impression.

18Je me suis permis d’évoquer ce discours récent sur l’activité scientifique car il me semble que l’on ne peut pas vulgariser la science et éveiller l’intérêt des visiteurs et si l’on ne présente pas les ressorts de la façon dont le scientifique effectue ses recherches et ses découvertes. En effet, à partir du moment où l’on montre comment le scientifique cherche à faire parler les faits ou encore si on observe trop rapidement ou superficiellement un phénomène, comment on peut se tromper, il me semble que l’acte de diffusion de la science devient alors plus facile, plus pertinent, plus utile.

19Ces quelques remarques sont fondées sur les expériences que je vis actuellement au Palais de la Découverte ou encore sur ce que j’ai ressenti au Parc de la Villette il y a un peu plus de cinq ans. Je partage tout à fait l’idée énoncée par M. Demazure, notre hôte, selon laquelle nous devons contribuer à donner des éléments de confiance aux citoyens pour que ceux-ci puissent continuer à vivre en société.

20La science et la technologie sont génératrices d’émerveillement et de plaisir. C’est peut-être le rôle fondamental qui est dévolu aux institutions que nous avons la charge d’animer : goût de la connaissance par des moyens subtils relevant parfois de la théâtralisation, montrer et favoriser les débats et prises de parole, tout cela avec les moyens les plus modernes de communication, sans oublier les anciennes techniques du conte, de la palabre, de la représentation spectaculaire. Telle est selon moi la tâche qui nous est assignée.

Auteur

Astrophysicien, directeur de recherche au CNRS, Jean Audouze a dirigé l’Institut d’astrophysique de Paris de 1978 à 1989 et présidé plusieurs structures astronomiques internationales comme la Société du télescope Canada-France-Hawaï. Il a enseigné à l’École polytechnique de 1974 à 1989 et enseigne actuellement à l’Institut d’études politiques de Paris. Il a dirigé l’Atlas de l’Astronomie, rédigé en 1988 avec J.-C. Carrière un rapport Science et télévision et publié de nombreux ouvrages. Il fut conseiller scientifique du président de la République de 1989 à 1993, président de l’Établissement public du Parc et de la Grande Halle de la Villette de 1995 à 1996. Il est depuis septembre 1998 directeur du Palais de la Découverte.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search