Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Troisième partie. La culture scientifique en débat : témoignages d'acteurs

Chapitre XI. Centres de sciences, sciences et éducation : survivance dans l’économie de marché

John Dickenson

Texte intégral

1Le centre de sciences populaire est un phénomène récent. Plusieurs seraient tentés d’en faire remonter l’origine à l’initiative de Frank Oppenheimer qui a formé, il y a environ 30 ans, un groupe de penseurs, de bricoleurs à l’Exploratorium de San Francisco. Une partie du travail de l’Exploratorium s’inspirait toutefois des travaux du Palais de la Découverte à Paris où certains des meilleurs physiciens français, dès 1937, faisaient la démonstration publique des travaux en cours dans leurs laboratoires. Je crois savoir que ces programmes se poursuivent aujourd’hui au Palais, quoique la plupart des démonstrations soient faites par des étudiants et soient moins orientées vers les recherches scientifiques actuelles.

Section 1. L’ACCÈS À L’ÉDUCATION SCIENTIFIQUE

2L’éducation scientifique populaire ou informelle est aujourd’hui une industrie d’un milliard de dollars et plus. Je parle de dollars américains, pas de la pauvre monnaie canadienne ! En Amérique du Nord seulement, il y a au-delà d’un millier de musées scientifiques, centres de sciences, musées d’histoire naturelle, zoos, aquariums, musées pour enfants et jardins botaniques. Les émissions de sciences, de médecine et d’histoire naturelle ont proliféré à la télévision et ont franchi depuis longtemps la frontière du commerce. Presque partout sur le continent, des groupes voués à l’éducation scientifique populaire et à la conscientisation aux problèmes environnementaux offrent des cours, des expositions et des expériences dans des agglomérations de toutes tailles.

LES FEMMES ET L’ACCÈS À L’ÉDUCATION SCIENTIFIQUE
On peut citer à cet égard le cas des femmes. L’une des premières championnes de l’égalité des sexes a été Mary Wollstonecraft, écrivain anglais féministe. Son ouvrage le plus connu, A Vindication of the Rights of Women (Une défense des droits des femmes), publié en 1792, contestait les prétentions de Rousseau sur la suprématie du sexe masculin et revendiquait un accès égal des femmes à l’éducation. Ce livre saisit l’essentiel de la lutte des femmes pour l’égalité des droits, bien qu’il leur ait fallu attendre un autre siècle pour obtenir le droit de vote. Le premier pays à leur reconnaître ce droit fut la Nouvelle-Zélande, en 1893. Au cas où tout cela vous semble de l’histoire ancienne, soulignons que l’Université de Cambridge a voté contre l’admission des femmes en 1920. Un an plus tard, les femmes étaient admises à des grades « titulaires » mais n’ont pu être étudiantes à part entière avant 1948. (Plus progressive, l’Université d’Oxford admettait les femmes en 1919.)
En passant, il est intéressant de noter que Mary Wollstonecraft mourut en 1797, peu de temps après avoir donné naissance à une fille qui sera elle aussi baptisée Mary. Elle sera la femme du poète Percy Bysshe Shelley et, bien sûr, très célèbre comme l’auteur de Frankenstein, publié en 1818. Frankenstein est peut-être à l’origine du mythe du savant fou et méchant qui perd le contrôle de son expérience. Ce mythe nous poursuit et continue de peser sur l’opinion que les gens se font des sciences. Il est vraiment ironique qu’une championne des droits de la femme ait pu donner naissance à un emblème de science fiction et de science « qui tourne mal ». (Peut-être que cela a un impact positif, mettant en évidence les incertitudes et les risques de la science.)

3Conscient de cette réalité, on pourrait être tenté de conclure qu’au moins dans certaines parties du monde se trouve réalisé l’idéal poursuivi par l’article 27 (1) de la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU : « Toute personne a le droit de participer librement à la vie culturelle de la communauté, de profiter des arts, de l’avancement des sciences et leurs avantages. »

4Si nos buts étaient de favoriser l’émergence d’une société dotée d’une culture scientifique, ou encore de générer une culture scientifique créative pour le XXe siècle, il est évident, à la lumière d’une trentaine d’années d’expérience, que nous n’avons pas réussi. Oui, il y a bien parmi nous quelques privilégiés qui ont pris plaisir à une telle société, à une telle culture, mais plusieurs s’en sont trouvés exclus.

Section 2. QUESTIONNEMENTS ET INCERTITUDES

5Mon collègue et ami Alan Friedman, directeur du New York Hall of Science, a demandé : « Quelle est l’efficacité de l’éducation scientifique populaire ? Est-ce que les créateurs et les animateurs de ces entreprises savent ce qu’ils font ? Possèdent-ils un fondement théorique ou, à tout le moins, un programme précis qui permette d’évaluer ce qu’ils font et pourquoi ils le font ? » À ces trois questions la réponse est nous ne savons pas ou nous n’en sommes pas certains ou simplement non. On pourrait probablement dire la même chose du baron Frankenstein qui a poursuivi ses efforts scientifiques et a créé un monstre. Espérons que nous aurons plus de succès.

6Alan ne cesse de se plaindre du manque de recherche et d’évaluation « sommative ». Notre situation, soutient-il « se compare davantage à l’astronomie du temps de Ptolémée qu’à celle du temps de Newton ». J’ai bon espoir que nous avons commencé à éveiller l’intérêt de la communauté scientifique, de façon à ce qu’elle entreprenne des recherches qui nous aideront à répondre à ces questions. Pour l’instant, nous posons un acte de foi. C’est peut-être une des raisons qui font que les gouvernements de toutes allégeances semblent moins se soucier de culture, y compris de culture scientifique, qu’ils ne le faisaient il y a une décennie.

Section 3. PHÉNOMÈNES D’EXCLUSION

7Depuis deux ou trois ans, je m’intéresse de plus en plus à cet affaiblissement de l’intérêt et de l’appui des gouvernements, de même qu’aux raisons qui les motivent. J’ai été attiré par ce problème en raison de mes préoccupations devant le niveau élevé de pauvreté, d’analphabétisme et d’exclusion sociale, même dans des pays développés comme le Canada. Sur un plan immédiat et d’un point de vue pratique, dans ma propre ville et dans ma propre organisation, j’ai observé une mise au rancart des programmes externes, qui sont coûteux et ne contribuent que faiblement (ou pas du tout) à l’équilibre des frais généraux. Mise au rancart, également, des programmes subventionnés, en faveur d’une politique de programmes davantage orientés vers le marché. De peur d’offenser quiconque, je dirai que mes remarques sont basées sur l’observation de mon propre milieu, au Canada, et particulièrement dans l’Ouest canadien. Il se pourrait bien que les choses soient différentes dans d’autres environnements ou d’autres pays. D’après des échanges que j’ai pu avoir avec des collègues de différents pays, je pense toutefois que les expériences de l’Ouest canadien sont pertinentes et trouvent écho ailleurs.

8La pauvreté humaine est faite de privations à plusieurs égards : pas seulement en ce qui a trait au revenu ou à l’emploi, mais aussi par rapport aux capacités fondamentales, comme la santé et l’alphabétisation. Ce sont là des facteurs importants quand il est question de déterminer si une personne est incluse ou exclue de la vie communautaire.

9Au Canada et dans d’autres pays industriels, les inégalités qui perdurent entre pauvres et riches, entre femmes et hommes, entre ruraux et urbains, de même qu’entre groupes ethniques sont rarement isolées – au contraire, elles sont reliées et même se chevauchent. La soi-disant « révolution du savoir » s’est détournée d’une part très considérable de nos populations et les a exclues. Notre secteur culturel, y compris musées, centres de sciences, zoos et aquariums illustrent ce phénomène d’exclusion. J’ai la conviction que la situation ne fait qu’empirer. Non, nous ne sommes pas un groupe insensible, bien que nous ayons tendance à orienter nos programmes vers les convertis : les personnes scolarisées ou en voie de scolarisation, qui sont de notre milieu culturel, qui ont accès à nos programmes et ont les moyens de se les offrir.

10Au cours des dernières années, plusieurs d’entre nous ont été confrontés à des réductions des subventions gouvernementales à tous les niveaux, de même qu’à des exigences plus grandes de la part du secteur des affaires qui veut un rendement sur ses investissements. Ces tendances en ont forcé plusieurs à restructurer leurs organismes, à augmenter tarifs et frais d’inscription, à développer de nouvelles unités d’affaires et à compter toujours davantage sur le secteur de l’entreprise pour leur financement. Des programmes ont aussi été supprimés, notamment ceux qui n’étaient plus « financièrement viables » ou qui n’avaient pas un bon rapport efficacité/coût.

11Peu de ces changements, s’il en est, ont été positifs pour les secteurs défavorisés de notre société. En effet, plusieurs facteurs se conjuguent pour que le secteur culturel s’attaque de moins en moins aux problèmes des personnes défavorisées : en particulier la hausse des frais d’admission et des prix des programmes, la réduction des programmes subventionnés, y compris les subventions pour les interventions à l’extérieur, le désir des entreprises d’atteindre les acheteurs potentiels de leurs produits et services (rarement les défavorisés).

12Peut-être êtes-vous familiers avec l’Index du développement humain des Nations Unies, qui a placé le Canada au premier rang pour l’an 2000. Moins bien connu, il existe aussi un Index de la pauvreté humaine qui évalue l’appauvrissement dans les pays développés, à quatre points de vue : longévité, pauvreté, chômage et analphabétisme (voir les tableaux 1 et 2).

13Les facteurs d’appauvrissement sont clairement reliés – certains de façon subtile et d’autres moins. Par exemple, il est courant qu’une personne analphabète fonctionnelle ait de la difficulté à décrocher un emploi lucratif, à le conserver ou encore à atteindre un niveau de vie convenable ou un niveau élevé en matière d’alimentation ou de soins de santé. Parmi les pays développés, seule la Norvège se classe dans les cinq premiers rangs de ce dernier index. La France se place au 8e rang, le Canada au 11e rang et les États-Unis doivent se contenter du 18e rang.

14Qu’est-ce qui occasionne une telle dégringolade pour le Canada ? Deux facteurs clés : l’analphabétisme fonctionnel de 16,6 % dans la population de 16 à 65 ans et le fait que 11,7 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Est-ce croyable : un analphabète sur six et un pauvre sur neuf ? Peut-on encore qualifier notre pays de « développé » ? Autre source d’information, le récent rapport de l’Unicef (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) sur la pauvreté chez les enfants de 23 pays industrialisés, selon lequel un enfant sur six, soit environ 47 millions d’enfants vivent dans une pauvreté relative, dans les pays développés du monde. Ce sont les pays nordiques, Suède en tête, qui mènent la lutte contre la pauvreté chez les enfants avec un taux de 2,6 %, récoltant les fruits de deux décennies de programmes sociaux destinés à combler le fossé entre riches et pauvres et d’une longue tradition de congés parentaux.

15Je ne suis pas capable de faire ici une analyse exhaustive de ces programmes, mais c’est un fait que les pays qui réussissent utilisent toute une gamme d’investissements sociaux et de règlements destinés à contrer la pauvreté infantile. Ils ont aussi une solide tradition d’équité de revenu pour les mères qui y jouissent de salaires et de congés parentaux plus généreux qu’en Amérique du Nord. Certains de ces programmes supposent des investissements gouvernementaux tandis que d’autres exigent que le secteur privé fasse preuve d’un réel souci pour les enfants de toute la société.

16Remarque. Lan passé, j’ai eu le plaisir de recevoir le président d’Ericcson, le géant nordique des communications. Il m’a complimenté sur nos installations, mais il a été frappé et inquiet en prenant connaissance de nos tarifs pour les établissements scolaires. « Ces programmes seraient gratuits ou largement subventionnés dans mon pays », a-t-il dit.

Section 4. APPAUVRISSEMENT

17Comme nos valeurs sont de plus en plus dominées par des facteurs de marché, nous accordons de moins en moins d’attention au segment de notre société qui est largement exclu du marché. C’est à nos risques et périls que nous négligeons ce groupe de citoyens. Est-ce que nous voulons vraiment être des pays riches qui se caractérisent paradoxalement par la pauvreté et l’exclusion ? Chacun d’entre nous a l’occasion de mettre au point ses propres solutions. Nous devons mettre nos politiciens au défi d’élaborer une nouvelle vision, qui va plus loin que le développement économique. Nous aussi, dans nos centres de sciences et nos musées, nous avons un rôle à jouer dans la conception et la mise en place de stratégies pour abattre les barrières qui empêchent pratiquement un Canadien sur six de participer pleinement à notre société.

18En tant que membres d’organismes préoccupés de développement social et de culture scientifique, il nous faut être sensibles à la situation de cette partie défavorisée de la population dont nos leaders politiques et le lobby des affaires nous affirment qu’elle « se porte fort bien ». Est-ce que les uns et les autres peuvent avoir raison ? Serait-ce que ces libéraux au cœur tendre – qu’ils soient bénis pour leur conscience sociale – « vivent à l’heure de Jésus, ce temps où la pauvreté existait vraiment » ?

19Enfin... voici une réponse :

  • En 1984, il y avait 75 banques alimentaires au Canada ; en 1998 leur nombre était passé à 625.

  • Depuis 1984, 1/5 des salariés canadiens, soit les moins bien payés, ont subi une baisse moyenne de revenu de 31 %.

  • En 1989, 14,1 % de la population canadienne vivait au-dessous du niveau de « bas revenu » établi par Statistique Canada.

  • En 1997, ce total avait grimpé à 17,5 %, soit un bond de 3,7 millions à 5,2 millions de personnes.

  • Parmi les mères de familles monoparentales ayant des enfants de moins de 7 ans, 81 % vivaient sous le seuil de pauvreté.

20Même le Globe and Mail de Toronto, journal très près du monde des affaires, affirmait en éditorial, le 13 juin 2000 :

Les données révélées par l’Unicef démontrent que la pauvreté infantile est un problème social sérieux dans presque tout l’Occident, à travers le spectre des systèmes politiques et économiques. [...] Les décideurs (au Canada) feraient preuve de sagesse s’ils tiraient des leçons des expériences d’autres pays qui ont mis au point toute une gamme d’investissements sociaux et de règlements pour réduire la pauvreté infantile.

Section 5. LE RÔLE DES MUSÉES DE SCIENCES

21Les gouvernements font généralement preuve d’incompétence dans leurs efforts pour régler ce problème. Quelles contributions pouvons-nous apporter pour construire une société plus riche n’ayant que de faibles indices de pauvreté ?

22Permettez-moi d’esquisser quelques stratégies d’ordre général que nous pourrions suivre :

23– Travailler ensemble pour faire pression sur les gouvernements, à tous les niveaux, afin de rendre plus abordable l’accès à nos installations. Voici ce que les Français ont fait :

24Paris, janvier 2000. Des dizaines de milliers de personnes ont envahi les musées dans toute la France, hier, l’État ayant libéralisé ses politiques d’accès à ses trésors nationaux en instaurant la gratuité le premier dimanche du mois. « rentrée gratuite dans les musées nationaux les premiers dimanches du mois reflète notre détermination à ouvrir les musées à un plus large public », a déclaré Catherine Trautmann, la ministre de la Culture.

25– Monter des expositions et des programmes qui ne font pas de distinction de sexes.

26– Identifier les entreprises ayant un intérêt marqué pour les programmes sociaux et faire pression auprès d’elles.

27– Trouver d’autres organisations qui partagent les mêmes valeurs et objectifs et mettre au point des programmes en partenariat destinés à favoriser l’accès. Par exemple, dans ma propre organisation, nous avons organisé une « journée portes ouvertes » pour les habitants pauvres de l’est de la ville et leurs enfants, en partenariat avec notre principale université et une entreprise d’autobus touristiques qui dessert notre établissement.

28– Élaborer des stratégies pour offrir des programmes aux régions rurales. Il est possible dans ce cas de trouver des commanditaires parmi les entreprises qui recrutent leur main-d’œuvre dans ces régions.

29Collègues et amis, appliquons-nous à développer des programmes qui constitueront un défi pour « nos sociétés d’exclusion ». Faisons en sorte qu’aucun enfant ne soit privé de nos programmes pour cause de pauvreté, d’analphabétisme ou de « ruralité ». Voyez-vous, moi, je ne me satisfais pas d’être au onzième rang... Et vous ?

30Un paradoxe fondamental pour plusieurs centres de sciences est le fait qu’ils se voient d’une part comme artisans importants dans la création d’expériences éducatives populaires pour les écoliers, alors que d’autre part ces expériences ne sont accessibles qu’à l’usager payant, ce qui affaiblit le caractère universel au cœur de notre système d’éducation par le biais d’une privatisation déguisée.

31Remarque. Il y a plusieurs années, les enfants canadiens avaient accès gratuitement aux musées et aux galeries d’art. Au cours des dernières décennies, l’entrée gratuite a fait place aux frais d’admission dans toutes ces institutions. Aujourd’hui, chez moi, à Vancouver, les frais d’admission à des expériences d’initiation aux sciences varient dans une fourchette de 4 $ (2,50 euros) par enfant à 10 $ (6,25 euros). La tendance à l’augmentation des frais d’admission se reflète dans les revenus générés par les programmes scolaires. Dans ma propre institution, cette proportion est passée en dix ans de 5,48 % des revenus à 19,1 %, sans augmentation mesurable de la population scolaire. En clair, les programmes scolaires sont devenus une importante « affaire ».

COMMANDITE ET RÉACTIONS DU PUBLIC
À Vancouver, quelques-unes des grandes organisations artistiques ont promptement tiré avantage des commandites corporatives et se rendent maintenant compte du froid que cela peut jeter sur les auditoires. Deux exemples valent d’être notés. Imaginez que vous avez payé généreusement une place pour le spectacle de ballet. Au lever du rideau, vous vous trouvez face à une salle d’exposition d’automobiles. Au centre du plateau se trouve le dernier-né de Saab. Cela s’est produit récemment à un spectacle du Ballet de Colombie-Britannique. Autre exemple, vous vous êtes rendus au Festival international des enfants, l’été dernier. Vous avez acheté votre billet au guichet et vous vous êtes retrouvés dans une salle d’exposition de voitures KIA. C’est arrivé à un des plus grands artistes pour les jeunes : il a filé en douce, trouvant que le Festival pour enfants était devenu par trop commercial. Ces arrangements boiteux et inopportuns ont été peu profitables aux organismes comme aux commanditaires, mais ils ont mis en lumière certains des problèmes découlant de la commandite d’affaires.

32Il peut maintenant être opportun de considérer une enquête menée sur les centres canadiens de sciences et les musées scientifiques, pour le compte du Conseil canadien des centres de sciences, organisation dont j’ai été récemment le président. Voici les points saillants de cette enquête :

  • Les groupes d’élèves sont un marché en émergence pour les centres de sciences.

  • Il est prouvé que les centres de sciences sont de plus en plus perçus comme une importante composante de notre système d’éducation.

  • La majorité des centres de sciences participent à des programmes de formation des enseignants.

33L’enquête soulignait aussi les défis suivants, présentés ici par ordre de priorité :

  • La plupart des institutions ont l’impression de ne pas combler adéquatement les besoins éducationnels de la jeunesse canadienne.

  • Une carence de financement compromet sérieusement leur capacité de créer des expériences éducatives signifiantes.

  • Les centres de sciences ne touchent pas les enfants défavorisés de notre société ou ne répondent pas à leurs besoins.

  • Les centres de sciences ont régressé considérablement en tant que vitrine de la technologie contemporaine ou agents d’information sur les découvertes scientifiques courantes.

34En clair, la plupart des centres de sciences désirent devenir « une partie intégrante et une composante importante de notre système d’éducation » mais selon leur propre estimation ils n’arrivent pas à atteindre cet objectif.

Section 6. LES ALÉAS DE LA COMMANDITE

35Au Canada, et peut-être ailleurs dans le monde, la réduction des subventions et de l’intérêt des gouvernements n’a pas été compensée par le soutien accru du secteur privé et des fondations. Les sciences, contraire ment aux arts, n’ont pas été un champ « traditionnel » de subventions et de commandite pour les entreprises. Il y a plusieurs raisons à cela, y compris les suivantes :

  • absence de masse critique pour ce secteur ;

  • faible visibilité dans le milieu ;

  • impression que l’éducation est une responsabilité gouvernementale ;

  • absence de traditions philanthropiques dans la plupart des industries du domaine scientifique et technologique.

36Les centres de sciences commencent tardivement à favoriser de bons rapports avec le secteur des affaires, mais je pense que la commandite de ce secteur n’est pas et ne devrait jamais être perçue comme une substitution de l’appui gouvernemental. Il nous faut trouver un équilibre prudent.

37Une autre gamme de problèmes, plus importants encore : le conservatisme inhérent à la plupart des commandites d’affaires. Les compagnies appuieront des programmes bien rodés qui ont fait leurs preuves. Les choix différents, même originaux et brillants, obtiennent rarement leur faveur. Il est indubitable que les programmes les plus novateurs, ceux qui coupent dans le vif, attirent moins la commandite des entreprises que les projets conservateurs et éprouvés.

Section 7. LE SOUTIEN AUX INITIATIVES AUDACIEUSES

38Si les milieux d’affaires ont l’argent, les centres de sciences ont-ils la ressource démographique ? Eh bien, les secteurs clés pour les centres de sciences sont les suivants :

  • les familles comptant de jeunes enfants ;

  • les groupes scolaires ;

  • les enfants défavorisés que ces groupes voudraient maintenant toucher.

39À tout le moins, ces groupes démographiques sont un défi. Bien sûr, je pense que les remarques de John Tusa, directeur du London’s Barbican Centre, au sujet des arts valent d’être répétées : « Les arts, a-t-il dit, sont déjà tout nus et sans défense, dans un monde où ce qui ne se mesure pas n’a aucune valeur. Où l’imprévisible ne sera pas risqué. Où l’incontrôlable ne sera pas permis. Où ce qui n’offre pas de résultats prévisibles ne sera pas entrepris et ce qui n’est pas le fait de tous ne sera permis à aucun. »

40Dans un centre de sciences ou un musée, le visiteur est défini par le seul fait qu’il le visite. À ce sujet, Frank Oppenheimer distinguait brièvement l’organisation du centre de sciences populaire de celle de l’école, plus officielle : « Personne n’a jamais échoué au musée ». Il n’y a pas de préalables à l’entrée ni de tests à la sortie. Nos visiteurs sont inconnus, imprévisibles, aussi nous faut-il être prêts à affronter l’imprévu plutôt que le prévisible.

41Plusieurs d’entre nous, qui sommes dans le monde de l’éducation populaire, partagent les mêmes inquiétudes que nos collègues du monde des arts. Lors des dernières élections fédérales canadiennes, les positions des principaux partis sur la culture semblaient s’élaborer avec les mêmes éléments de jeux de construction. De leur point de vue, ce qu’ils font, comme investissements, va dans le sens de ce que souhaite le public. Et cela peut se prouver par la vente de billets d’entrée. Mais qu’arrive-t-il quand on ne fait qu’investir dans des programmes sans risque ni relief ? Que reste-t-il pour les projets de pointe, les initiatives audacieuses qui seraient susceptibles de hausser le niveau du secteur ? Si l’Exploratorium d’Oppenheimer n’avait reposé que sur les goûts du public de son temps, il ne serait jamais devenu un nouveau véhicule pour la diffusion de la culture scientifique.

Section 8. LA RECONNAISSANCE DES BÉNÉFICES

42La dernière décennie a vu le zénith de l’économie de marché et le nadir des économies planifiées. En tant qu’économiste de tradition occidentale, je peux rendre hommage au monde des affaires comme étant un mécanisme efficace et dynamique pour la production d’un éventail de biens et de services de tous les genres, qualités et prix susceptibles de combler le plus de besoins possibles. Sans doute, du point de vue du consommateur, le marché réalise de superbes performances. Mais doit-il être également le mécanisme d’allocation de services éducationnels, de soins de santé, de recherche, etc. ?

43Le marché ne récompense pas les habiletés socialement utiles, mais plutôt celles que les gens fortunés veulent promouvoir. Comme le fait observer Neil Brooks, professeur de droit à Osgoode Hall, ceci aide à expliquer le phénomène bizarre selon lequel « le dirigeant d’une brasserie vaut 100 infirmières et celui d’une entreprise de pièces de voitures vaut plus que 300 enseignantes d’école maternelle ». De l’avis de la plupart des gens, cette situation n’a aucun sens comme reconnaissance des bénéfices pour la société, ni à aucun autre point de vue. Cela veut dire, selon moi, qu’on doit admettre les limites du marché. Bien qu’il soit un outil utile pour l’organisation d’une grande part de l’économie, il distribue les profits d’une manière souvent inéquitable et même perverse, selon des observateurs humains. Insister, comme le font certains, pour qu’on accepte tout simplement les jugements injustes et pervers à tous égards de notre société semble une soumission déraisonnable à ce qui n’est, après tout, qu’une idéologie.

Section 9. L’ACCÈS À L’ÉCONOMIE DU SAVOIR

44Nous devons admettre que d’autres idéologies, même imparfaites, peuvent nous apprendre quelque chose en ce qui a trait à l’organisation de nos propres sociétés. Cet argument nous oblige une fois de plus à mettre l’accent sur les valeurs. Au Canada, nous venons d’avoir des élections fédérales. Des élections déclenchées, en partie, à cause de l’héritage de Pierre Trudeau. À l’occasion de son décès récent, plusieurs Canadiens ont été une fois de plus confrontés à leurs jugements sur la vision de Trudeau. Comme l’a noté Farokh Afshar, professeur de développement international à l’Université de Guelph, de deux ensembles concurrents de valeurs et de vision, auquel tenons-nous le plus ? L’un, « la vision trudeauesque », consiste en une société forte, bilingue, multiculturelle, inclusive, juste et compatissante, et préfère les investissements sociaux aux réductions d’impôts. L’autre, ensemble de valeurs et de vision, semble découler de plus en plus clairement des propos et des actions de nos leaders politiques actuels et de nos médias. Par-dessus tout, ils nous voient comme des contribuables récalcitrants ; les clients exigeants de gouvernements en décroissance, des consommateurs enthousiastes, des actionnaires de titres lourds, des citoyens qui boudent les dépenses sans profit immédiat pour leur avantage personnel, des gens pleins de ressentiment à l’égard des citoyens défavorisés, perçus comme des profiteurs (les pauvres, les immigrants, les provinces « pauvres »), des personnes qui conçoivent la justice comme distributrice de punitions et notre pays simplement comme une collection de provinces et de territoires.

45Ces deux visions contrastantes, malgré leurs différences fondamentales, pourraient bien ne pas refléter des Canadiens différents, mais plutôt deux facettes chez la plupart des Canadiens, contraste utile dans notre corps politique.

46Lequel des deux profils canadiens s’imposera au point d’exprimer essentiellement qui nous sommes et où nous voulons aller ? Les sciences, à ce jour, ont fait peu pour réduire ces disparités. On pourrait imaginer qu’avec l’émergence de la soi-disant « économie du savoir », le terrain ait été aplani. Après tout, si le savoir est la clé de la richesse, plutôt que la propriété de biens physiques, l’hérédité, la couleur de la peau, etc., il s’ensuit que le succès de chacun dépend de l’acquisition de connaissances. Cela semble simple, mais nous découvrons que l’accès au savoir n’est pas le même pour tous nos concitoyens. Bien sûr, nous avons tous entendu des histoires où des adolescents de 14 ou 15 ans inventaient un jeu et devenaient millionnaires. J’en connais même un ! Mais la révolution du savoir est passée à côté d’un grand nombre de nos concitoyens. Au Canada, notre gouvernement a fait un effort marqué pour que tous les Canadiens aient accès à l’Internet. Résultat : un récent sondage mettait le Canada au premier rang per capita pour l’utilisation de l’Internet. Cela ne devrait toutefois pas masquer le peu de progrès dans l’élaboration d’un programme national de garderies et dans l’éducation préscolaire accessible à tous les enfants, sans égard au lieu de résidence.

47Des recherches récentes font ressortir de plus en plus clairement que l’éducation en bas âge est un facteur déterminant pour le succès scolaire ultérieur. Les enfants élevés dans la partie est de Vancouver, quartier d’ouvriers et de nouveaux immigrants, sont moins susceptibles d’être prêts à entreprendre la maternelle à l’âge de cinq ans que ceux de la partie ouest plus prospère. En fait, les enfants de l’est ne rattraperont probablement jamais les autres. Selon Clyde Hertzman, épidémiologiste de l’Université de la Colombie-Britannique, spécialiste en santé des populations, cela tient au fait que leur quartier n’offre pas les mêmes ressources d’épanouissement que l’ouest.

48Dans la première étape d’un projet d’analyse qui trace le degré de préparation des enfants pour la maternelle, Hertzman et son équipe ont trouvé une forte relation entre le statut socio-économique du lieu de résidence et la préparation des enfants à apprendre, lorsqu’ils arrivent à l’école. Plus le quartier est prospère, plus les enfants sont prêts pour l’apprentissage scolaire. Et mieux les enfants sont préparés à la maternelle, mieux ils réussiront tout au long de leur vie.

49La plupart des enfants de Vancouver n’habitent pas un environnement favorable au plein épanouissement de leur potentiel. Il semblerait que le coût des logements soit un facteur déterminant qui éloigne les enfants des quartiers à faible risque conçus pour des familles. Dotés de rues calmes, d’accès faciles aux parcs et aux installations récréatives et culturelles, ces quartiers sont aussi ceux où la propriété est la plus chère, ce qui a pour effet de refouler les enfants dans les quartiers commerciaux où les loyers sont moins élevés. Les gouvernements enveniment souvent la situation en construisant les logements subventionnés dans des quartiers de population à faible revenu. On a constaté que si le gouvernement peut établir un équilibre entre les groupes socio-économiques, comme dans le sud de False Creek, quartier industriel converti en zone résidentielle en 1970, les enfants pauvres ou autrement défavorisés se sont révélés plus aptes à entreprendre l’école que ceux qui sont restés dans un environnement de classe ouvrière, plus pauvre.

50Cette conclusion laisse Hertzman optimiste puisque bien des éléments du puzzle sont modifiables. La ville peut concevoir des programmes impliquant des personnes de statuts économiques différents. Les services publics de santé peuvent faire du dépistage en vue de s’assurer qu’aucun enfant ne vit dans des conditions nuisibles à la capacité d’apprentissage. La province peut offrir de meilleurs services aux jeunes familles. Le gouvernement fédéral peut assurer l’accès universel aux garderies. Sans cela, soutient Hertzman, au moins le quart des enfants qui entrent présentement à l’école élémentaire ne seront pas en mesure de tenir une fois devenus adultes. Cette conclusion pourrait être dévastatrice pour le Canada.

51Le projet CAMP (Community Asset Mapping Project) de Hertzman a évalué les élèves de maternelle par des tests standardisés, administrés par les enseignants. Il en a projeté les résultats sur une carte de la ville, par quartiers. Ensuite, s’appuyant sur les statistiques canadiennes officielles et sur d’autres données, il a fait le lien entre les résultats des enfants et l’aménagement urbain, les revenus, le taux de bénéficiaires de l’aide sociale, l’immigration, l’instabilité de résidence, l’éducation et les emprunts de livres aux bibliothèques. Les tests visant à évaluer l’état de préparation des enfants à l’école portaient sur les points suivants : compétence sociale, maturité émotionnelle, santé physique et hygiène mentale, habileté de communication et langage, développement cognitif. Les enfants dont les résultats étaient dans les 10 percentiles inférieurs venaient tous des quartiers les plus pauvres de la ville. Hertzman conclut : « Les différences socio-économiques semblent pouvoir prédire incroyablement l’état de préparation des enfants pour l’école. »

52Des programmes d’alphabétisation en bas âge, les leçons de choses sur le terrain (sorties d’écoliers) et plus de garderies licenciées (dix fois plus nombreuses dans l’ouest opulent que dans l’est pauvre) peuvent tous avoir un impact sur le développement des très jeunes enfants et, moyennant de modestes investissements, produire des résultats phénoménaux. Les centres de sciences et les autres institutions culturelles peuvent clairement jouer un rôle significatif pour aider à renverser les tendances. Et en tout premier heu, la mise au point de programmes attrayants destinés aux enfants de prématernelle et de maternelle. Malheureusement, plusieurs de nos programmes sectoriels et de nos expositions ne ciblent pas ce groupe d’âge.

53Le développement de nouveaux programmes soulève la question de l’accès. À Vancouver, la plupart de nos installations culturelles sont situées dans la partie ouest de la ville et peu d’entre elles offrent des programmes visant à abattre les barrières d’accès, que ce soit par le transport ou la tarification. Les programmes externes ont tendance à se préoccuper prioritairement des milieux ruraux, présupposant que les enfants des milieux urbains seront en mesure, eux, de profiter des programmes offerts dans nos installations.

54Au H.R. MacMillan Space Centre, nous offrons une réduction des frais d’entrée pour les élèves des écoles de quartiers défavorisés et même à ce compte, nous constatons qu’il y a moins de groupes d’écoliers provenant de ces quartiers que des quartiers aisés. Les écoles de milieux pauvres accueillent plus d’enfants pour lesquels l’anglais est une « langue seconde ». Venant de familles d’immigrés récents, ces enfants ne sont pas handicapés par les seuls frais d’entrée, mais aussi par les barrières linguistiques.

Section 10. UNE CULTURE CONTRÔLÉE PAR LE MARCHÉ

55Les sciences elles-mêmes évoluent, devenant de plus en plus tributaires des forces du marché. Au point que Michael Baumann, de l’Institut des richesses naturelles et de l’environnement, à l’Université de la Colombie-Britannique soutient que la génération actuelle de scientifiques laisse un héritage terrible : « la destruction du véritable savoir ». Contrairement à la croyance populaire, la science moderne ne se joue pas dans les laboratoires ni dans le cerveau humain, mais bien plutôt dans les comités des entreprises et des agences subventionnaires. Les sciences, fait valoir Baumann, sont devenues une affaire et non plus une vocation. Les sciences se font également micro-sciences. Submergé par des minuties et des détails non pertinents, le public réclame un système de savoir qui transmette quelque chose de compréhensible aux non-initiés. Un savoir qui excite, dynamise et qui est susceptible de redonner confiance dans la valeur de la science. Mon champ d’étude, l’astronomie, est l’un des rares où les macro-sciences sont encore pratiquées, où la cosmologie de Hawking fait vibrer un large public et où l’amateur peut encore jouer un rôle significatif comme chercheur.

56À mon avis, on doit faire en sorte que les centres de sciences soient des agents de changement autonome, jouant leur rôle propre dans la société, plutôt que d’être les agents de la communauté scientifique, du système d’éducation, des politiciens et des milieux d’affaires. Ils doivent être indépendants comme organisations. Et s’ils ne peuvent évoluer dans cette direction à l’avenir, leur valeur pour la société ne comptera guère plus que celle de publicistes ou de relationnistes pour une compagnie quelconque.

57Reprenons maintenant les commentaires des professeurs Afshar et Baumann. Quelle sorte de culture scientifique et technologique voulons-nous pour 2010 ou 2020 ? Une culture principalement contrôlée par le marché, où les sciences sont une affaire ? Où l’enseignement des sciences est aussi une affaire ? Une culture qui exclut une grande partie de la population ou la sert mal ? Ou bien une culture où l’équilibre des intérêts privés et des investissements publics garantit l’égalité d’accès, l’absence de pauvreté infantile, une société juste, compatissante et démocratique qui valorise de sages investissements sociaux plus que les réductions de taxes ? Les forces du marché généreront-elles une telle société ? Je ne le crois pas. C’est le secteur culturel, lequel contribue à la confiance, aux infrastructures de bonne volonté sur lesquelles est établi le marché lui-même, qui constitue un antidote aux milieux d’affaires.

Section 11. DÉMOCRATIE ET ÉCONOMIE DE MARCHÉ

58Que peut-on faire ? Bien sûr, je n’entrerai pas ici dans le champ politique. Je pense que trouver des solutions présuppose l’admission d’un problème. Il y a 40 ans, le général de Gaulle a livré son fameux discours du « Vive le Québec libre ! » au Canada. Quoiqu’on puisse en penser, une chose est certaine : ce discours a amené les Canadiens à mettre l’accent sur les relations qu’ils entretenaient les uns avec les autres. Dans le même temps, John Kennedy lança le programme d’exploration lunaire Apollo, pressant les Américains d’investir dans le programme spatial. Pour la première fois de leur histoire, peut-être, ces derniers venaient de réaliser que l’Union soviétique avait réussi un véritable exploit et que l’un de leurs domaines d’excellence était la technologie, notamment la technologie spatiale. EURSS offrait aussi des programmes progressifs et universellement accessibles dans les domaines des soins de santé et de l’éducation, chose qui n’est pas encore donnée à tous les citoyens américains, de nos jours.

59La démocratie doit vouloir dire plus que d’aller voter tous les quatre ans. Elle doit aussi être une force motrice, un ciment social. Elle doit générer des sociétés ouvertes et accessibles. Elle doit être synonyme de justice sociale, de paix, de prospérité et de diversité. En édifiant des sociétés démocratiques et en faisant la promotion de la démocratie là où elle est absente, nous devons nous souvenir que c’est bien plus que de jeter un bulletin dans une boîte de scrutin le temps venu. Le Sierra Leone, Haïti et le Bangladesh ne sont pas pauvres et handicapés par un faible développement humain parce qu’ils manquent de ressources humaines ou naturelles. Ils sont pauvres parce qu’ils n’ont pas de structures gouvernementales effectives.

60Pour être durable et ouverte à tous, la démocratie suppose la mise en place de facilités institutionnelles et sociales. Ces facilités ne seront pas assurées par les seules forces du marché. Le passage à la démocratie et à l’économie de marché, dans l’Europe de l’Est et dans la Communauté des États indépendants (CEI), a causé des reculs en matière de droits socio-économiques : les droits à l’égalité d’emploi pour les femmes, le droit à l’éducation des enfants et les droits de tous aux soins de santé ont été sérieusement minés. Il ne semble pas que ces reculs seront rattrapés sans une réorientation radicale des stratégies de développement, à tous les niveaux : une réorientation qui va bien plus loin que la « simple » démocratisation et l’économie de marché ; un coup de barre qui implique le juridique, le politique, le social et l’économique, et par-dessus tout, une approche du développement basée sur les droits humains.

61Sur une note plus optimiste, certains des changements fondamentaux qui ont cours dans l’enseignement des sciences au Canada, ont un impact très positif. En 1997, une brochette d’objectifs nationaux a fait l’objet d’ententes au Conseil des ministres de l’éducation du Canada. L’adoption d’un cadre commun pour les résultats d’apprentissage a insufflé une nouvelle vie à l’enseignement des sciences à l’école et a mis en lumière leur pertinence. Ce cadre nouveau a permis la création de programmes d’enseignement des sciences plus efficaces et efficients, quel que soit le lieu de résidence de l’élève. Il a facilité financièrement la tâche des éditeurs de manuels et d’autres ressources éducatives, y compris les programmes de centres de sciences. En somme, cette entente permet de générer des ressources canadiennes de meilleure qualité et de mettre au point des programmes scolaires à moindre coût.

62Le but est de transformer un peuple « scientophobe » en une main-d’œuvre dotée de culture scientifique. Une telle transformation suppose une révision sérieuse de nos méthodes d’enseignement des sciences. En général, ces programmes, dans nos écoles, étaient coupés du monde réel. Dans bien des cas, les sciences ont été présentées comme analytiques : sujet sans fièvre ni passion. Les élèves les ont fuies parce qu’ils n’en voyaient pas la pertinence. À l’élémentaire, il y a eu une prolifération de méthodes ludiques d’apprentissage, mais peut-on croire qu’on apprend vraiment les sciences de cette façon ? Si on propose des défis aux élèves – recherche active, solution de problèmes et prise de décision – la réponse est oui ; mais ajouter ces ingrédients essentiels à la formule des jeux scientifiques suppose qu’on donne aux enseignants les moyens de comprendre et d’appuyer les changements de programmes en cours. Tout compte fait, le succès ou l’échec de cette magnifique quête d’une plus grande culture scientifique tient à l’habileté des enseignants à rendre les sciences vivantes pour une génération dont l’avenir dépendra d’elles.

63Dans un partenariat unique en son genre, le H.R. MacMillan Space Centre, l’Aquarium de Vancouver et le Science World British Columbia ont créé collectivement un programme visant cet objectif. Nommé « Engaging Science », le programme a déjà touché en Colombie-Britannique des milliers d’enseignants qui craignaient les sciences, au moyen d’ateliers soutenus par des ressources d’apprentissage et des plans de cours concrets qui débouchent sur une recherche ouverte, plutôt que sur des conclusions déterminées à l’avance. Des programmes comme « Engaging Science » peuvent jouer un rôle clé en faisant de nos centres de sciences et de nos musées des composantes essentielles des structures d’éducation scientifique, et des institutions engagées dans la solution des problèmes reliés à la pauvreté, à l’analphabétisme et aux inégalités entre les sexes.

Section 12. CONCLUSION

64De même que les sciences ont leurs « régions sauvages » dans le domaine des « sciences spéculatives », nous pouvons spéculer sur certains des impacts que la suprématie croissante des forces du marché peut avoir sur le secteur scientifique populaire. J’aimerais esquisser brièvement mes idées sur l’avenir, en regard de quatre groupes d’influence : la mondialisation, la consolidation, la prolifération et la collaboration.

65La mondialisation est l’un des développements économiques et sociaux fondamentaux des dernières décennies. Le monde devient plus petit et plus homogène. La libéralisation du commerce, la croissance des sociétés multinationales, l’effondrement du bloc communiste, les tendances vers la minimalisation des gouvernements et la maximalisation du monde des affaires sont fondamentaux dans notre monde. Le fait que la plupart des centres de sciences soient principalement des institutions de type communautaire nous a mis quelque peu à l’abri des principaux effets de la mondialisation. Elle a quand même des impacts importants, entre autres, elle a suscité une approche de plus en plus internationale dans la conception des nouveaux centres de sciences, une similitude des expositions et des programmes et la volonté d’établir des standards « mondiaux ». La force et la stabilité d’un centre de sciences dépendent de la solidité de ses connexions à la communauté où il est établi. Il ne faut jamais l’oublier, c’est un facteur limitatif par rapport à ses aspirations planétaires.

66La consolidation a quelque chose à voir avec la masse critique. Dans le monde des affaires, le mantra est « le plus grand est le meilleur (bigger is better) ». Les marchés boursiers alimentent et facilitent ce phénomène de fusions et d’acquisitions. Certains centres de sciences ont déjà constaté que l’absence de masse critique menaçait leur viabilité. Les grandes entreprises commerciales cherchent à commanditer des organisations importantes dotées d’une clientèle nombreuse, si elles veulent un juste retour sur leurs investissements. Les petits centres de sciences n’ont pas les moyens d’engager les spécialistes requis dans les domaines du marketing et du développement. Ils n’ont pas non plus la clientèle voulue pour s’offrir des services auxiliaires : boutiques de cadeaux ou services alimentaires. Je parierais que là où les liens avec la communauté locale ne se sont pas détériorés et où les différences de « culture organisationnelle » ne sont pas insurmontables, nous assisterons à des consolidations, là où coexistent deux ou trois organisations scientifiques.

67La prolifération favorise le choix. En Occident, nous faisons face à un choix de plus en plus grand de biens et de services, au point que sont nés des magazines destinés à aider les consommateurs à faire des choix judicieux. La révolution du savoir a également surmultiplié notre habileté à obtenir de l’information rapidement et à coût modique. Il y a toutefois tellement d’information sur un sujet donné qu’il devient compliqué de savoir quelle source utiliser : laquelle est correcte, fiable, non biaisée et à jour ?

68Le centre de sciences est aussi une source d’information et il subit une concurrence croissante de la part de fournisseurs d’information plus nombreux et plus diversifiés. Il confine aussi au monde du divertissement où les conditions de ce marché sont encore plus difficiles. Pour survivre dans ce monde de prolifération, le centre de sciences doit pouvoir offrir des expériences et des services originaux. Et ces derniers ne peuvent reposer que sur ses connexions et sa crédibilité. J’insiste encore sur la solidité des liens avec la communauté locale, sur son habileté unique à refléter cette dernière adéquatement et avec crédibilité, en raison de ses connexions.

69La collaboration constitue une réaction à la concurrence accrue, à la pénurie des ressources, du financement et de l’appui pour des initiatives régionales, nationales et internationales, de la part du gouvernement et du monde des affaires. Plusieurs centres de sciences commencent à spécialiser leurs ressources dans des secteurs complémentaires par rapport à des collaborateurs actuels ou projetés. Certains ont déjà établi des relations de confiance et de coopération, basées sur la compréhension du fait qu’ils ne sont pas en concurrence et que la clé de leur survie tient à la collaboration. À ce jour, la collaboration se fait principalement sur une base locale ou régionale. Ce genre de collaboration s’accroîtra et débouchera sur des collaborations internationales nouvelles et dynamiques.

70Le centre de sciences doit continuer à évoluer s’il veut survivre. Il doit continuer à répondre effectivement aux modifications de son environnement. Il doit être prêt à prendre des risques. Comme les sciences elles-mêmes, il ne prospérera que s’il continue à se remettre en question.

Données techniques. Index de développement et de pauvreté

Tableau 1. Index de l’ONU sur le développement humain (Classement 2000)

1.

Canada

2.

Norvège

3.

États-Unis

4.

Australie

5.

Islande

6.

Suède

7.

Belgique

8.

Pays-Bas

9.

Japon

10.

Royaume-Uni

11.

Finlande

12.

France

13.

Suisse

14.

Allemagne

15.

Danemark

16.

Austriche

17.

Luxembourg

18.

Irlande

19.

Italie

20.

Nouvelle-Zélande

Source : Rapport 2000 sur le développement de l’ONU.

Tableau 2. Index de pauvreté humaine de l’ONU pour les pays de l’OCDE, l’Europe de l’Est et du CEI (Classement 2000) et dépenses publiques en éducation, en terme de pourcentage du produit national brut, de 1995 à 1997

1.

Norvège

7,4

2.

Suède

8,3

3.

Pays-Bas

5,1

4.

Finlande

7,5

5.

Danemark

8,1

6.

Allemagne

4,8

7.

Luxembourg

4.0

8.

France

6,0

9.

Japon

3,6

10.

Espagne

5,0

11.

Canada

6,9

12.

Italie

4,9

13.

Australie

5,5

14.

Belgique

3,1

15.

Nouvelle-Zélande

7,3

16.

Royaume-Uni

5,3

17.

Irelande

6,0

18.

États-Unis

5,4

Source : Rapport 2000 sur le développement de l’ONU.

Figure 1. Enfants vivant dans la pauvreté

Figure 1. Enfants vivant dans la pauvreté

Source : UNICEF.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Enfants vivant dans la pauvreté
Légende Source : UNICEF.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteur

Directeur du Centre de l’espace H. R. MacMillan à Vancouver. Il a une formation initiale en économie. Il a débuté sa carrière en enseignant d’abord en Jamaïque et plus tard au Canada, où il a élaboré et implanté deux nouveaux programmes en économie urbaine. Son association avec le MacMillan Space Centre a commencé sur une base volontaire, mais a finalement abouti à une nouvelle et stimulante carrière dans l’éducation des sciences. Depuis sa nomination à titre de directeur en 1991, il prend part à de nombreux ateliers, séminaires et comités sur la culture scientifique et l’éducation, en plus d’être régulièrement consulté à propos de nouveaux projets de centres de sciences.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search