Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Troisième partie. La culture scientifique en débat : témoignages d'acteurs

Chapitre X. La culture scientifique et technique aux prises avec le débat social

Jean Lavergnat

Texte intégral

1Nous sommes héritiers d’une tradition démocratique mue par l’utopie d’une participation de tous aux décisions collectives. Au fil du temps les limites restreignant la démocratie à un groupe particulier se sont élargies jusqu’à leur disparition : les exclus pour cause de race, d’argent, de religion, de culture, de sexe, etc. ont été progressivement inclus, au moins en droit. Ceci s’est historiquement accompagné d’une valorisation des vertus de l’éducation pour tous, avec abolition des savoirs réservés et triomphe des connaissances et démarches scientifiques réputées accessibles par tous, pour peu que l’on prenne les chemins de l’expérimentation et de la raison.

Section 1. PRÉSENTATION DE LA PROBLÉMATIQUE

2L’alliance de la démocratie, de l’éducation et des sciences résiste-t-elle à son succès planétaire observable dans la diffusion massive des connaissances, des objets et des organisations techniques ? Dans quelle mesure les débats que cette union fait naître (manipulations génétiques, place du nucléaire, ou encore la surveillance électronique, etc.) la remettent-ils en cause ? « Plus vite, plus haut, plus fort » est la devise olympique ; elle pourrait caractériser tout aussi bien l’aventure du Concorde : réussite emblématique des techniques modernes, l’avion supersonique signifie socialement l’inaccessibilité de cet univers pour le plus grand nombre. Que dire maintenant de son crash ? Ne vient-il pas illustrer les paradoxes et les dangers de l’alliance historique des Lumières ?

3En préambule, je tiens à préciser deux choses.

4Selon une terminologie un peu barbare, la Cité des sciences et de l’industrie où se tient ce séminaire, est un établissement dit « de culture scientifique et technique ». Qu’est-ce à dire ? Tout simplement, la Cité ne participe pas directement au processus de production des sciences, n’est pas un institut de formation secondaire ou universitaire, ne réalise industriellement aucun objet ! Par contre la Cité des sciences et de l’industrie campe de façon monumentale et vivante une institution emblématique de la civilisation scientifique et technicienne de ce temps. Toutefois, si l’ensemble de mon propos est très marqué par l’expérience professionnelle que j’y poursuis depuis longtemps, j’exprime dans les lignes qui suivent un point de vue personnel, celui d’un observateur critique et d’un acteur de la culture et de la vie sociale contemporaines.

5Le titre de ma contribution lui donne un cadre, mais parler de débat social, au singulier, fixe un champ d’interrogation beaucoup trop vaste. Je retiendrai seulement deux questions débattues, au cœur des préoccupations de beaucoup parmi nous :

  • l’exclusion sociale,

  • le débat collectif sur les risques technologiques.

Section 2. RÉFLEXIONS AUTOUR DE L’EXCLUSION

6Lutter contre l’exclusion sonne haut et fort, tel le mot d’ordre d’une ambition noble partagée par de nombreux acteurs de la vie sociale comme de la vie culturelle. Quoi qu’il en soit de la complexité de cette question de société (problèmes urbains, économiques, linguistiques, scolaires, etc.), au niveau de la culture scientifique et technique où nous nous plaçons, une telle volonté rejoint un projet ancien de vulgarisation des connaissances et des savoir-faire au bénéfice de toute la population, porté depuis longtemps par de multiples organisations et associations. Grâce à cette ancienneté, beaucoup d’expérience a été accumulée dans le domaine de la diffusion scientifique et il est possible de lister les principaux « outils » mis en place pour réussir cette entreprise culturelle :

  • multiplication des foyers de culture scientifique et technique ;

  • utilisation de relais associatifs et institutionnels (ex. mairies) ;

  • importance des supports de presse, du cinéma, des émissions de télévision ;

  • formation d’animateurs spécialisés.

7Vous remarquerez l’absence dans cette liste du dispositif scolaire. La raison en est simple : l’école et l’université ont pour vocation de former des scientifiques, des techniciens, des chercheurs et cela dans tous les secteurs de la connaissance et à tous niveaux. Ici, je m’en tiens à la culture scientifique, non à la pratique scientifique stricto sensu.

8Permettre à tous de ne pas être exclus de la compréhension du monde où nous sommes, y compris donc ceux dont l’histoire personnelle ou familiale les a séparés d’un accès aisé à la connaissance scientifique, peut s’appuyer sur une expérience commune : nous sommes tous plongés dans un même univers culturel à cause de la diffusion massive d’objets hautement techniques (voitures, téléphones mobiles, CD, etc.), à cause aussi de l’extension considérable des réseaux et des services techniques intervenant dans la vie courante (TGV, banques, services hospitaliers, etc.).

9Quand on se soucie des personnes défavorisées, des gens dont le parcours scolaire a été un échec, des populations qui n’ont jamais l’idée de mettre les pieds dans un musée, plusieurs problèmes apparaissent rapidement. Les expériences existantes révèlent au moins quatre ensembles de difficultés récurrentes :

  • trouver une accroche, capter l’intérêt et la curiosité (au moyen du sport, du spectaculaire, etc.) ;

  • être attentifs aux premières marches de la connaissance pour accéder aux étages du savoir ;

  • trouver un équilibre économique : quelle participation aux frais requérir des usagers ?

  • comment fidéliser ces publics ?

10Si je me suis permis cette présentation ultra-résumée des efforts accomplis pour lutter contre l’exclusion culturelle – ils ne sont pas réservés au domaine des sciences et des techniques – c’est pour mieux me concentrer maintenant sur une série de questionnements critiques. Songeons à la somme d’efforts consentis pour la mise en place de dispositifs efficaces et pour la solution des problèmes concrets posés par l’exclusion culturelle. Leur ampleur, la constance dont il faut faire preuve et la mobilisation des moyens humains et financiers nécessaires, supposent une vive conviction de base : la civilisation scientifique et technique que nous connaissons est bénéfique pour tous. Est-ce si sûr ? Dans quelle mesure cet arsenal de dispositions, tout en réduisant des exclusions, n’en sécrète-t-il ou n’en véhicule-t-il pas d’autres ?

Les ruses de l’exclusion

11Poussant ma réflexion sous l’aiguillon de ce doute, je voudrais avancer trois considérations qui montrent combien ces choses sont complexes et que les phénomènes sociaux et culturels que nous voulons combattre sont bien retors, plus qu’il n’y paraît au premier regard.

1. Vive le futur ?

12Je commence par une sorte de boutade : à la Cité des sciences existe une Cité des enfants, mais pas de Cité des vieillards. Ce choix est-il fortuit ? Évidemment non. Comme beaucoup d’autres établissements similaires, la Cité porte un projet éducatif très lié aux instances d’enseignement. Dans ce cadre-là existent des actions conjuguées avec l’Éducation nationale au profit des élèves des établissements difficiles. En choisissant la jeunesse comme prioritaire, on active un schéma bien connu : celui du progrès destiné à profiter à tous mais surtout aux générations futures. Le ressort utilisé est très puissant auprès des adultes qui espèrent pour leurs enfants une amélioration de situation. Le schéma éducatif et la mission de diffusion de la culture scientifique et technique se sont rejoints bien qu’ils ne soient pas identiques, notamment quand on considère les tranches d’âge.

13Que la société se préoccupe de son propre avenir en formant les jeunes générations, rien que de très légitime, tout en ayant peu à voir avec les sciences ou les techniques, mais beaucoup avec la notion de progrès : les sciences et les techniques apparaissent alors comme formant le moteur principal du progrès. Peut-être, mais au profit de qui ? En oubliant qui ?

2. La rançon du succès

14Parler d’exclusion à propos des anciens, des personnes âgées apparaîtra sans doute comme un abus de langage à quelques-uns ; d’autres rajouteront que rien n’empêche de mettre en place en leur faveur des dispositifs d’accueil et d’accompagnement spécifiques leur permettant de mieux comprendre le monde contemporain. J’en conviens.

  • 75 Voir en introduction à ces questions, le livre de Gérard Toulouse (1998), notamment les deux premie (...)

15Cependant j’ai employé l’expression provocatrice « Cité des vieillards » pour nous forcer à réfléchir sur les populations sacrifiées, exclues, et sur ce que cela signifiait. Les historiens nous ont appris quel choc fut pour notre civilisation la Première Guerre mondiale. Nous voyons disparaître pratiquement avec le siècle les derniers acteurs de ces événements. Leurs contemporains de classe ont payé un lourd tribut à ce conflit mondial : 20 millions de morts. Or les combattants de cette guerre ont vécu l’émergence du pouvoir scientifique et technique : mécanisation des véhicules et des armes, développement rapide de l’aviation, gaz asphyxiants. Presque tous ces morts étaient de jeunes hommes si bien que s’est levé un doute terrible : le progrès nuirait-il désormais aux enfants75 ?

16Aujourd’hui que tout cela paraît loin de nous, réservé aux livres de souvenirs et aux divers sites de la mémoire, il y a comme un bégaiement de l’histoire : une fois encore ce sont les jeunes qui subissent le plus le chômage, fruit aux yeux de beaucoup des avancées techniques et des révolutions successives liées aux conséquences des découvertes scientifiques.

17Plus généralement, je constate que ce qui est souvent passé sous silence dans nos institutions culturelles présentant la civilisation scientifique et technique, ce sont ses divers coûts : financiers, humains, sociaux, écologiques...

3. Il n’y a pas que l’école

  • 76 L’expérience positive de la Cité des métiers plaide en ce sens.

18Séparer la population en deux groupes jeunes/vieux ou encore parents/enfants est largement insuffisant pour rendre compte des situations. Si l’on abandonne cette approximation grossière et que, nonobstant l’âge, on se demande comment accompagner des populations dans une meilleure compréhension et utilisation du monde technique dans lequel elles vivent, il vaut la peine de prendre appui sur les besoins majeurs qu’elles ressentent afin de leur fournir les éclairages intellectuels et les outils pour agir dans des domaines comme l’emploi, la santé, l’argent, etc. Ceci est un bouleversement de mentalité qui consiste à affranchir l’accès à la culture scientifique et technique du modèle éducatif. À l’inverse, maintenir une visée d’éducation comme prégnante de la diffusion de la culture scientifique et technique, c’est continuer à exclure des gens dont la démarche ne les conduira jamais à l’académie. On peut espérer qu’en s’affranchissant du modèle éducatif de la jeunesse, en prenant en compte davantage les adultes, tous les adultes avec leurs expériences et questionnements divers, la diffusion de la culture scientifique et technique intéressera plus de monde et que chacun sera davantage instruit de la complexité des choses76.

Les nouvelles séductions

1. Le héros

  • 77 C’est exactement l’argument employé récemment dans le débat controversé au sujet de la révision des (...)

19Je reviens sur le ressort évoqué ci-dessus : le progrès des connaissances scientifiques et des savoir-faire techniques est espéré bénéfique pour demain. La force de cette conviction partagée fournit un argument de poids à ceux qui l’invoquent dans la compétition sociale où divers groupes d’intérêts se concurrencent afin d’obtenir plus de moyens77. Cette idée, pour jouer à plein, se renforce en s’appuyant sur des exemples notoires : par exemple Pasteur, ou encore la pénicilline. Dans l’exposition des motifs, les scientifiques et les chercheurs sont enrôlés. Ils garantissent le sérieux de ce qui est promis : la confiance demandée aux citoyens sera accordée en vertu de la réussite de leurs précédentes entreprises. Voilà mis en place un mécanisme mental et social qui distingue le peuple de ceux qui le guident : on est loin alors d’une démarche scientifique expliquée, et encore plus, de la mise en œuvre du doute critique.

  • 78 Cette revue a pour slogan : « Le poids des mots, le choc des photos ».

20Sur cette voie, toutes les dérives sont possibles. Rappelons-nous, à titre d’illustration, deux photos parues il y a plus de trente ans, à la une et dans le corps de l’article de l’hebdomadaire Paris Match78 consacré au chirurgien sud-africain ayant, le premier, greffé un cœur humain sur un patient. Que découvre-t-on sur la couverture du numéro de janvier 1968 ? Chris Barnard en habit d’officiant, et si vous aviez un doute sur la signification de ses mains jointes et de son sourire bienveillant qui veillent sur votre cœur, imaginez-le en costume de ville, auréolé de gloire.

21Malgré ces images, il n’en reste pas moins vrai que la question du guide, du passeur demeure fondamentale dès lors que l’on cherche à rapprocher des gens se mouvant dans des univers culturels étrangers les uns aux autres. Le maître, l’enseignant, pour importants qu’ils soient, ne peuvent à eux seuls assurer le trait d’union, le lien. On cherche alors des médiateurs plus polyvalents, rompus à la communication (journalistes, animateurs radio ou télé). Ou encore, on va jouer sur d’autres registres de proximité : l’âge en demandant le concours d’étudiants, l’expérience professionnelle en cherchant plutôt l’appui de retraités etc. L’équilibre est difficile à établir : la confiance accordée aux médiateurs est nécessaire mais elle ne suffit pas à remplir tout le champ de la médiation.

2. La médiation oubliée, l’objet technique magnifié

22La médiation dispose de plusieurs moyens : les personnes, comme on vient d’en parler, les manipulations, les simulations et les jeux, les récits, les images et autres schémas, les objets... J’en oublie certainement ! Dans tous les cas, la médiation suppose du temps. Rappelons-nous à bon escient que médiation et immédiateté sont en opposition. Or, tout un pan de la culture contemporaine, entraînée par la présentation spectaculaire des pouvoirs de la science et de la technique, entretient le culte de la vitesse, rêve d’instantanéité. Témoin il y a quelques jours la présentation officielle à la presse du train à grande vitesse qui circulera en Europe dans quelques années : l’AGV roulera à 350 km/h en vitesse de pointe au lieu de 320 km/h ! L’article que j’ai lu, fort instructif au demeurant, ne s’interrogeait nullement sur l’intérêt de ce gain de vitesse. Il expliquait comment les ingénieurs parviendraient à leurs fins, comment les économistes arriveraient à l’équilibre de gestion, c’est tout... Aujourd’hui il suffit de cliquer, demain il suffira de parler pour commander à l’ordinateur, en direct !

23Deux corollaires découlent de cette recherche du « temps réel » des informaticiens (et non de la durée réelle) :

  • Sont gommées les traces du process, du travail, des dispositifs sociaux rendant actifs les objets techniques. D’où un paradoxe : les publics auxquels on veut favoriser l’accès à la culture scientifique et technique se retrouvent bien souvent sans éclaircissement suffisant de leur position propre dans le processus où ils sont eux-mêmes acteurs, soit comme travailleurs, soit comme consommateurs.

  • La réussite de présentations techniques vient parfois de la mise en scène d’objets insolites, aux performances époustouflantes. Là, le spectaculaire est privilégié. Et la culture scientifique et technique risque d’arriver à point nommé pour soutenir les entreprises de séduction commerciales : l’objet rendu désirable devient quasi magique ; avec lui, chacun saura, comprendra ; il suffit d’un (dé)clic comme celui provoqué par une photographie dans un magazine. La culture scientifique aurait-elle pour finalité de former des dévots des objets techniques ?

Section 3. RÉFLEXIONS SUR LES DÉBATS

24Je commencerai par un truisme : les scientifiques, les ingénieurs et les techniciens ne sont pas seuls au monde, non plus que les savoirs et objets qu’ils produisent. La vie en société impose de trouver des régulations entre groupes pour l’affectation des moyens, pour la conduite des affaires, ou pour la définition des objectifs collectifs.

25Depuis longtemps, divers auteurs ont souligné l’insuffisance et les dangers du schéma simpliste de l’autonomie du chercheur dans son laboratoire où, avec collègues et collaborateurs, il travaillerait dans le seul but d’accroître le savoir de l’humanité, de comprendre l’univers et ses lois. D’une certaine manière, s’intéresser à la culture scientifique et technique (encore une fois, distinguée de la pratique scientifique stricto sensu) va dans le même sens : mille canaux relient les milieux scientifiques ou techniques à d’autres ensembles humains ; pour ne prendre qu’un exemple : sans ces liens, comment comprendre les rapports existants entre arts et sciences ? L’épistémologie, l’économie et la sociologie, l’histoire également délivrent les scientifiques de leur solipsisme éventuel. Comme toujours, ces travaux de sciences humaines se font après coup, à distance temporelle plus ou moins grande. Or, voici que de plus en plus fréquemment des problèmes sont posés sur un horizon d’avenir : le développement scientifique ouvre des capacités d’intervention, produit des effets prévus ou redoutés tels que leur acceptation sociale n’est pas automatique et qu’il y a débat houleux sur le bien fondé de continuer la voie tracée. Paradoxe de cette situation : chacune des disputes est fort complexe du point de vue technique, scientifique, plusieurs spécialités sont impliquées tant et si bien que personne ne maîtrise la totalité des informations utiles, que les citoyens de base sont dans l’incapacité d’entrer dans tous les méandres des problèmes et que, pourtant, eux-mêmes au nom de la démocratie, désirent donner leur avis.

26Face au surgissement de ces débats, deux familles de réactions sont repérables, la première offrant deux variantes :

Première famille

27Variante a : Réserver la discussion à un petit nombre de responsables politiques et scientifiques. Dans cette configuration, le peuple est tenu pour incapable du fait de son peu de connaissances et de responsabilités.

28Variante b : Supprimer les savants de la délibération et confier aux responsables politiques et/ou économiques du moment la charge de prendre les décisions qu’ils jugent utiles et bonnes. Dans ce cas de figure, les technocrates ne fournissent que des avis selon ce qui leur est demandé ; et ils exécutent ensuite les décisions prises par les gouvernants.

29Avec ces deux variantes, ce schéma est de type « aristocratique » au sens étymologique, la sélection du petit nombre des décideurs s’effectuant sur la base des connaissances et/ou du pouvoir. Sous cet angle, ce qui est nommé ordinairement « technocratie » ressemble à une aristocratie et fonctionne toujours en France : par exemple, au sujet de la recherche spatiale et des vols habités, quels débats publics ont été organisés dernièrement dans notre pays ?

Seconde famille

30Poser les débats au grand jour en essayant d’impliquer le plus grand nombre possible de citoyens.

31Cette seconde solution est la voie recherchée depuis plusieurs années dans les démocraties sous plusieurs figures (conférences de citoyens, états généraux, conférences de consensus, etc.). Par divers moyens, il faut alors préparer, accompagner les débats en tentant de réduire au mieux l’écart de connaissances existant entre les spécialistes et Monsieur-Tout-le-Monde. Efforts de médiation, efforts d’éducation, efforts d’information : tous les registres habituels du travail des agents de la culture scientifique et technique sont mobilisés. Comme beaucoup de personnes, je pense que les institutions chargées de diffuser cette culture ne peuvent s’absenter des discussions relevant de la seconde famille alors que par définition, elles sont exclues des discussions de la première famille, même si quelques-uns de leurs membres y sont associés en raison de leurs compétences personnelles.

32Ayant observé et participé à quelques-uns uns de ces débats de société, je voudrais mettre en lumière deux difficultés qui demanderont beaucoup de travail pour être levées.

Premiere difficulté : comment organiser correctement la représentation de la société en débat ?

  • 79 Les travaux historiques de P. Rosanvallon, par exemple, sont consacrés à ces questions : Le Peuple (...)
  • 80 De ce point de vue, je m’étonne que dans le déroulement des débats publics en France, les organisme (...)

33Cette interrogation plonge ses racines très profondément dans des discussions de philosophie et de philosophie politique entretenues depuis deux siècles79 au moins par les diverses « sciences sociales ». Les problèmes posés par le développement des sciences et des techniques qui provoquent des affrontements, intéressent non seulement les citoyens individuels, mais aussi les divers secteurs professionnels, les acteurs économiques, les groupes d’opinion, les spécialistes du droit, les usagers, etc. Pour construire un débat de la seconde famille il y a donc obligation non seulement de rassembler des spécialistes et un grand nombre d’individus, mais il faut en plus identifier les divers groupes sociaux et acteurs collectifs potentiellement ou directement impliqués par le sujet en dispute80. L’identification de ces groupes n’est pas chose aisée, d’autant qu’elle est à réviser à chaque sujet débattu. Il n’y a pas aujourd’hui de formule de représentation passe-partout qui s’impose avec évidence ; la représentation des seuls individus, même avec les techniques des sondages, ne suffit pas. De plus, beaucoup de situations sont mouvantes, l’expérience apprend que certains acteurs se sont formés et constitués en cours de débats si ceux-ci se déroulent sur une période longue : par exemple au sujet de l’exposition aux radiations, le CRIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) a gagné le droit de se faire entendre ; dans un autre domaine et avec une toute autre histoire, l’association Greenpeace a été acceptée dernièrement sur les bateaux de la marine nationale – une fois n’est pas coutume – pour une campagne de mesures, après le naufrage au large de Cherbourg d’un navire transportant du styrène.

  • 81 C’est une exigence du même ordre qui a présidé, au début des années 1920 en France, à la naissance (...)
  • 82 Voici un exemple à méditer : les parlementaires français ont reçu cette année un rapport d’informat (...)

34Les instances de diffusion de la culture scientifique et technique disposent là d’un domaine de travail difficile, mais socialement indispensable. Pour honorer correctement ce territoire nouveau, il faut donner voix à divers collectifs qui ne sont pas nos partenaires habituels : afin de les identifier le concours des sociologues, politologues et autres spécialistes sociaux est une nécessité81. Se pose en même temps la question de l’habilitation de tel ou tel groupe à présenter son point de vue : là encore rien n’est acquis d’avance82.

Seconde difficulté : la régulation des volontés de puissance

35Remettre en chantier et fixer même provisoirement la représentation de la société avec des intervenants neufs, entraîne de limiter la volonté de puissance hégémonique de chacun des premiers protagonistes, et notamment celle des scientifiques, médecins, ingénieurs ou politiques qui ne retrouvent pas facilement leurs marques habituelles hors de leur « jeu aristocratique » ; cette limitation s’opère sur un double registre : il s’agit autant de la puissance de chacun des groupes que de l’idée que chacun se fait des autres.

36Dans l’exercice professionnel de leurs compétences, les scientifiques mettent toujours en avant les conditions et limitations de leur activité ; pareillement les hommes de la technique. Par contre les « discours sur » omettent fréquemment ces limites, au moins autant que certains des coûts (voir plus haut). Je pense que les exigences de précision dans les termes, les conditions de validité des expériences, les retentissements des processus sont un ensemble de données d’ordinaire insuffisamment explicitées auprès du grand public par les instances de vulgarisation et que sur ce nouveau territoire, de gros progrès sont à entreprendre.

  • 83 A. Ehrenberg Le culte de la performance (1991). Il n’est pas neutre de préciser que ce sociologue e (...)

37Au cours de l’opération de contrainte des volontés de puissance par le jeu même de la rencontre des protagonistes, les relais intellectuels et culturels de notre société, les lieux de culture scientifique et technique aussi, auront à s’expliquer avec « le culte de la performance » pour reprendre l’expression d’un auteur83 qui a montré combien notre société contemporaine était façonnée par cette attitude. Les oppositions seront féroces : au nom de la performance recherchée – toujours plus remarquable, évidemment ! – est-il possible de tout entreprendre ?

38En conclusion, j’utiliserai deux métaphores un peu brutales pour forcer l’attention.

39Parler de nouveaux territoires à explorer me fait toujours un peu peur : l’histoire enseigne que leur conquête fait bon marché des autochtones. Or les individus qui n’ont pas eu la chance de partager savoirs et savoir-faire scientifiques ne sont pas sans expériences de la culture globale subséquente. Donc, ils formulent des avis, ils nourrissent des interrogations ou des attentes tout comme les plus chanceux. Les réduire à rester les badauds d’une activité dont les réjouissances leur demeurent interdites d’accès et de compréhension – comme le vol quotidien de l’avion Concorde au-dessus des habitants de la banlieue nord de Paris – n’est pas acceptable, surtout s’ils payent plus lourdement que d’autres leur écot au progrès.

  • 84 On aura reconnu la devise olympique... Assez voisine du défi technologique du Concorde !

40« Plus vite, plus haut, plus fort84 » recèle un poison caché : celui de croire que tout est acceptable pour entretenir la machine à performances. À l’heure de la catastrophe, il est bien tard pour s’inquiéter des avis des victimes : autant prendre les devants et réfléchir ensemble aux responsabilités que nous avons en commun.

Notes

75 Voir en introduction à ces questions, le livre de Gérard Toulouse (1998), notamment les deux premiers chapitres.

76 L’expérience positive de la Cité des métiers plaide en ce sens.

77 C’est exactement l’argument employé récemment dans le débat controversé au sujet de la révision des lois sur la bioéthique et l’autorisation de recherches sur l’embryon : l’amélioration de la santé escomptée pour demain est mise en avant pour justifier les autorisations d’aujourd’hui.

78 Cette revue a pour slogan : « Le poids des mots, le choc des photos ».

79 Les travaux historiques de P. Rosanvallon, par exemple, sont consacrés à ces questions : Le Peuple introuvable, histoire de la représentation démocratique en France, La démocratie inachevée histoire de la souveraineté du peuple en France. Sur un plan plus théorique, voir parmi d’autres, les réflexions de V. Descombes : Les institutions du sens.

80 De ce point de vue, je m’étonne que dans le déroulement des débats publics en France, les organismes liés à la défense nationale soient très peu requis et que cela ne semble pas inquiéter outre mesure les organisateurs. En tout cas, ils ne protestent pas très fort... pas plus que les militaires d’ailleurs !

81 C’est une exigence du même ordre qui a présidé, au début des années 1920 en France, à la naissance de ce qui deviendra le Conseil économique et social.

82 Voici un exemple à méditer : les parlementaires français ont reçu cette année un rapport d’information émanant de leur Commission des affaires étrangères, intitulé : « Pétrole et éthique, une conciliation possible ? ». Si la même interrogation était posée au pays tout entier, sous quelles formes devraient intervenir les populations et les pays étrangers concernés (USA, Birmanie, Gabon, etc.) ?

83 A. Ehrenberg Le culte de la performance (1991). Il n’est pas neutre de préciser que ce sociologue est coresponsable de l’axe « Psychotropes et dépendance » dans le cadre du Programme Santé Société des Sciences de l’Homme et de la Société (SHS) du CNRS. Il a publié plusieurs ouvrages, édités depuis : L’individu incertain (1996) ; La fatigue d’être soi : dépression et société (1998).

84 On aura reconnu la devise olympique... Assez voisine du défi technologique du Concorde !

Auteur

Jean Lavergnat est actuellement chargé de la définition d’une politique de conférences et de débats à la Cité des sciences et de l’industrie, notamment en tenant compte des débats de société induits par le développement contemporain des sciences et des techniques. Dans le même établissement parisien depuis l’époque des préparatifs d’ouverture, il a surtout travaillé aux relations avec les partenaires français – associatifs et régionaux – de culture scientifique et technique, ainsi qu’à l’élargissement des publics en direction des couches de population défavorisée.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search