Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Troisième partie. La culture scientifique en débat : témoignages d'acteurs

Chapitre IX. Une crise peut en cacher une autre : une crise nouvelle par son étendue et par ses caractéristiques

Michel Demazure

Texte intégral

1Les relations entre la science et la société traversent une phase critique. Cette crise se traduit par plusieurs symptômes.

2Le premier de ces symptômes est commun à tous les pays développés. Tous, en effet, subissent depuis plusieurs années une chute forte et constante des entrées dans les études universitaires en science et en technologie. En France par exemple, entre 1994 et 1999, la baisse du nombre des inscrits dans les premiers cycles scientifiques a atteint en moyenne 23 % (53 % en sciences de la matière, 32 % en sciences de la terre, et même 19 % en biologie). Les effectifs sont ainsi retombés au même niveau qu’il y a dix ans, ce qui annule pratiquement les effets de la massification de l’enseignement supérieur. Autre exemple, aux États-Unis, le nombre annuel de majors en electrical engineering a chuté de 25 000 à 10 000 sur une période de dix ans.

3De nombreux rapports, de nombreux colloques, nationaux ou internationaux ont été consacrés à ce phénomène. Les divers remèdes tentés, qu’ils soient internes au système d’enseignement (réformes des contenus et de la pédagogie) ou externes (appel accru à l’« éducation informelle », création de musées et de centres scientifiques) n’ont pas – ou à peine – enrayé cette chute. Visiblement, quelque justifiées que soient les critiques formulées et les réformes proposées, des causes plus profondes sont à l’œuvre, extérieures au système éducatif.

4Des facteurs économiques pourraient aussi être invoqués, comme les modifications de la hiérarchie des rémunérations dans le marché du travail hautement qualifié, ou encore la nouvelle répartition mondiale des tâches consécutive à la globalisation de l’économie, qui voit les fonctions financières se concentrer dans les pays développés et à l’inverse les tâches de recherche et développement se déplacer vers les pays émergents. Mais il semble bien que ce soit le changement de statut de la science (et de la technique) dans nos sociétés qui soit le déterminant principal.

5Il est frappant de constater, et c’est un deuxième symptôme, que dans le discours commun on retrouve souvent la science en position d’accusée face à un ensemble hétéroclite de sujets dans lesquels la responsabilité des scientifiques est faible, voire nulle (vache folle) ou à propos desquels ils essayent au contraire d’alerter l’opinion (effet de serre, couche d’ozone). À moins qu’elle ne soit justement coupable d’apporter des mauvaises nouvelles et de faire appel à la responsabilité – j’y reviendrai plus loin.

6On peut, en schématisant à l’extrême, distinguer trois stades successifs de l’appréhension de la science par le public. Dans le premier stade, la science et ses applications, confondues, sont le moteur du progrès, lequel est un bien en soi ; dans le deuxième stade, la science est identifiée à la recherche des connaissances, un bien en soi, tandis que ses applications peuvent revêtir un aspect bénéfique ou non, selon l’usage qui en est fait ; dans le troisième stade, science, technologie, industrie, activité économique, sont regroupées et suspectées ensemble de poursuivre une ambition néfaste (« le profit »). Après une première période où toute la société se trouvait unie dans le premier stade, un décalage s’est créé, qui a vu les scientifiques rester au premier stade tandis que l’opinion glissait dans le second. Puis, tandis qu’une fraction de l’opinion passait au troisième stade, les scientifiques se réfugiaient dans le second. Enfin, certains scientifiques eux-mêmes et notamment les plus exposés (généticiens, par exemple) mettent aujourd’hui en doute le caractère « absolument bénéfique » de la recherche de connaissances pour elles-mêmes.

  • 71 House of Lords (2000). Ce passage est extrait d’un document en français du British Council au titre (...)

7C’est d’une véritable « crise systémique » qu’il s’agit. Elle est bien analysée dans le rapport de la commission d’enquête de la Chambre des lords du Royaume-Uni sur la science et la technologie71 – je reviendrai plus loin sur la très grande similitude des situations britannique et française :

La relation qu’entretient la société avec la science est dans une phase critique. D’une part, les questions scientifiques n’ont jamais été aussi passionnantes, le public autant intéressé ou les perspectives aussi évidentes. D’autre part, la confiance du public dans les conseils donnés par les scientifiques au gouvernement a été ébranlée par une série d’événements, culminant avec le fiasco de l’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine, maladie de la « vache folle ») ; et beaucoup de personnes sont profondément inquiètes face aux vastes opportunités offertes par certains domaines de la science tels que la biotechnologie et l’informatique, qui semblent avancer bien plus loin que leur propre conscience et que leur assentiment. À leur tour, l’inquiétude, la méfiance et parfois la franche hostilité nourrissent un climat de profonde anxiété parmi les scientifiques eux-mêmes.

Section 1. QUE DISENT LES ENQUÊTES D’OPINION ?

  • 1 SUZANNE DE CHEVEIGNÉ, LABORATOIRE POLITIQUE ET COMMUNICATION

8Deux enquêtes d’opinion apportent un éclairage intéressant. La première a été commandée par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS1) courant 1999, la seconde par le ministère de la Recherche et de la Technologie (MRT) en novembre 2000. Dans chacune de ces enquêtes a été proposée aux sondés une liste fermée de questions (12 dans le premier sondage, 10 dans le second) et on leur demandait : « Imaginez que vous puissiez poser à des scientifiques les questions qui vous intéressent le plus à propos de la science. Dans la liste suivante, quelle est celle que vous aimeriez poser en priorité ? Et en second ? Et en troisième ? ».

9Trois résultats principaux sautent aux yeux :

  • les questions classées en tête relèvent de domaines d’intérêt personnel pour les sondés : santé, environnement... ;

  • les questions classées en queue relèvent des connaissances ;

  • les questions en position intermédiaire sont d’une tout autre nature (elles concernent la « gouvernance » du système de recherche).

10De façon plus précise, en ne retenant que des questions figurant aux deux sondages (sept sur les huit questions communes) et en donnant le total des pourcentages des trois réponses, on obtient :

Réponses 1999

Réponses 2000

Pourra-t-on un jour trouver un vaccin contre le sida ?

57

48

Est-ce qu’à l’avenir, le monde risque de manquer d’eau potable ?

38

47

Manger des aliments qui contiennent des éléments génétiquement modifiés est-il dangereux pour la santé ?

35

30

Est-ce que vous vous posez la question de savoir si le résultat de vos recherches apportera ou non un bien à la société ?

27

28

Qui décide des domaines dans lesquels vous allez faire des recherches ?

19

25

Comment fonctionne un laboratoire de recherche scientifique ?

10

14

Y a-t-il d’autres êtres intelligents dans l’Univers ?

11

12

Comment la vie est-elle apparue sur la Terre ?

10

12

11C’est justement l’apparition de ce fort intérêt pour des questions de gouvernance qui est l’enseignement majeur de ces sondages. Le plus intéressant d’ailleurs est de croiser les réponses à ces questions avec le niveau social (catégories socioprofessionnelles, CSP) et le niveau de formation des sondés, auxquels elles apparaissent comme fortement corrélées. Comme le signale l’article de CNRS Info qui présente les résultats du premier sondage :

  • 2 DE CHEVEIGNÉ, 2000

Quant à l’orientation et au contrôle de l’activité scientifique, il est frappant de constater qu’il intéresse d’autant plus que le niveau culturel est élevé. Du reste, le choix de cet enjeu culmine parmi ceux qui ont suivi dans l’enseignement supérieur des études de nature scientifique. Dans ce sous-groupe de l’échantillon, 45 % des personnes interrogées (contre 27 % en moyenne) aimeraient demander aux scientifiques s’ils s’inquiètent des effets de leurs recherches sur la société. De même, 33 % (contre 19 % en moyenne) se demandent qui décide de l’orientation des recherches scientifiques. Signe des temps, c’est donc là même où la formation intellectuelle donne le plus de proximité à l’univers scientifique que la demande de contrôle de l’activité scientifique est la plus forte2.
Un autre enseignement de ces sondages est plutôt paradoxal. Car

12d’une part :

Le pourcentage de ceux qui estiment que la science apporte plus de bien que de mal a régulièrement baissé, passant de 56 % en 1972 à 39 % aujourd’hui. Parallèlement c’est la réponse autant de bien que de mal – qui augmente (de 38 % à 51 %). Ces résultats semblent indiquer que la science suscite aujourd’hui des jugements partagés. Plus que jamais l’image de cette boîte de Pandore d’où peut sortir le bien comme le mal domine les représentations sociales. Pour faire face à cette situation d’incertitude, le public demande désormais davantage de contrôle de l’activité scientifique. Mais les finalités et les modalités de ce contrôle restent à discuter : dans quels secteurs de la recherche, à quel stade de son développement, par quels moyens pratiques et selon quels critères de choix pourrait s’exercer un tel contrôle ? Et que pensent les scientifiques eux-mêmes de la légitimité et de la possibilité pratique d’un tel contrôle ? » (Ibidem.)

13Mais d’autre part, à la question du sondage MRT 2000 : « Pour contrôler le progrès scientifique et s’assurer de son respect des questions éthiques, à qui feriez-vous le plus confiance ? », la réponse est sans équivoque : les scientifiques (53 %), puis les intellectuels et les philosophes (19 %), puis associations et syndicats (9 %), puis les autorités religieuses (6 %) et enfin les responsables politiques (4 % !). En résumé, à une image mitigée de la science et un appel à un contrôle de son développement, se superpose une confiance massive dans les scientifiques pour assurer ce contrôle.

14Il me semble qu’on peut déceler dans tout cela une double interrogation du public, adressée aux scientifiques, dont on attend qu’ils y répondent, et qu’on peut résumer crûment en deux questions clés : à quoi ça sert (à quoi ça rime) ? qui pilote ?

Section 2. À QUOI TOUT CELA RIME-T-IL ?

15La première question renvoie à l’épistémologie. En fin de compte, la science, c’est quoi ? ça se propose quoi ? ça cherche quoi ?

16Là encore, on peut très grossièrement distinguer trois stades successifs. Dans le premier, la science se proposait de décoder « le dessein de Dieu sur le Monde », le grand mécanisme que le grand horloger a créé pour nous. Puis, avec la science moderne et les Lumières, Dieu ou pas, il s’agissait de découvrir les « lois éternelles de la Nature ». Dans le troisième stade, où nous venons d’entrer, il s’agit plutôt de reconstituer « l’histoire de la Nature » : les histoires (les « grands récits ») de l’Univers, de la Terre, de la Vie, de l’Homme.

  • 72 Comme dit Pascal Picq, dans la conclusion de Les origines de l’Homme, Taillandier, 1999, p. 155 : « (...)

17Mais ce décryptage du monde que nous propose la science d’aujourd’hui, celui d’un univers contingent, d’une planète arbitraire, d’une évolution sans objectif, est bien loin d’avoir été culturellement « digéré ». Nous voici, nous l’espèce humaine, à la fois produite par une suite aléatoire d’événements et le sachant, mais aussi totalement singulière, voire solitaire, capable du meilleur et du pire72. L'Homme est nu, nous disent en quelque sorte les scientifiques. Nu et responsable. Responsable de l’espèce, de la planète. Aucun acte n’est désormais innocent. Mais personne, ni rien n’a de projet pour nous. Quel est notre projet ?

  • 73 Voir le chapitre II de Daniel Boy, le Progrès en procès, Presses de la Renaissance, 1999.

18Notre compréhension collective actuelle du monde, élaborée aux cours des âges, n’a pas incorporé ce choc majeur. Rebasculer du rationalisme au romantisme, suivant l’oscillation historique habituelle73, n’est pas la réponse ; il nous faut aujourd’hui une « vision commune du monde » compatible avec ce que la science en sait maintenant et non plus avec ce que nos connaissances d’hier suggéraient ou avec les fantasmes qui nous permettraient de nous réfugier dans un nouveau rêve.

19Cette carence de vision est déjà sensible à l’intérieur même du système scientifique et dangereuse pour le développement de la recherche ; j’extrais le paragraphe final d’un article de Mott T. Greene :

  • 3 GREENE, 1997

The point of generalization.
In the seventeenth century, people used all the science they knew to explain the operations off the world, and then plugged the remaining holes with God. Now there is enough science for a world-view with widely placed small holes. Yet most people, including increasing numbers of natural scientists, have a world-view with large and rather closely placed holes that they are content to fill! either with blithe ignorance or with supernatural explanations for phenomena already well understood in physical terms.
So today’s scientists are in command of only a small part of what is known, and there are no educational or career structures that mandate, suggest or reward the synthesis of results into a unified world picture. If this trend continues, one can imagine a world dominated by the results and artefacts of natural science, but in which no one has a scientific world-view. This outcome, nor as bizarre or unlikely as it may appear at first, would be remarkable, not least for the danger it would pose to the continued survival of the scientific enterprise
3.

20Toutes les disciplines du savoir et de la pensée sont appelées à collaborer à cette entreprise de création collective. Mais nous continuons à enseigner dans nos écoles et dans nos facultés des disciplines morcelées, en partie obsolètes. Mais la plupart de nos quelques rares philosophes ou historiens des sciences dissertent toujours de la relativité (1905) ou de la mécanique quantique (vers 1920) quand ce n’est pas de Galilée ou de Newton. Qui est sur le front ? Où sont les « intellectuels » ?

21Je vois là en particulier une carence majeure des universités : le mot même rappelle que l’Université a été créée pour cela, pour produire de la connaissance universelle, pour faire dialoguer les spécialités et les écoles. Qu’est-ce donc qu’une « université scientifique », ou une « université des sciences sociales » ou une « université juridique », sinon des facultés promues à un titre qu’elles ne méritent pas ? C’est pourtant ce que sont la plupart de notre quasi-centaine d’universités françaises.

Section 3. QUI PILOTE ?

22La deuxième question est celle qu’ont mise au premier plan les diverses crises liées à la sécurité alimentaire : il s’agit de la gouvernance du système complexe que forment les mondes scientifique, économique et politique. Relevons au passage la grande similitude des évolutions en France et en Grande-Bretagne où, sensibilisées par un premier choc (le « sang contaminé » ici, la « vache folle » là), les opinions publiques ont réagi très rapidement et très violemment à la perspective d’utilisation de semences transgéniques (les « Frankenfoods »). Relevons aussi la généralisation de la crise de la « vache folle » qui, partie du Royaume-Uni, passant par la France avec cinq ans de décalage, atteint maintenant toute l’Europe occidentale.

23Aux yeux des citoyens, tous les acteurs concernés partagent la responsabilité. Qu’il s’agisse des scientifiques, certains dans leur tour d’ivoire se consacrant à des sujets « sans danger », d’autres « compromis » avec les industriels, d’autres encore dans le rôle devenu impossible d’experts sommés de gommer leurs incertitudes. Qu’il s’agisse des industriels, soupçonnés par principe et le plus souvent à tort, mais aussi qui expliquent par exemple que le recours aux semences transgéniques permettra de diminuer l’usage des pesticides, en oubliant qu’eux-mêmes ou d’autres ont expliqué auparavant que lesdits pesticides n’avaient d’effet nocif ni sur les consommateurs ni sur l’environnement. Qu’il s’agisse des journalistes partagés entre une déontologie qu’ils voudraient exigeante et le (commercialement nécessaire ?) « marketing de la peur ». Qu’il s’agisse des politiques, hésitant entre leur devoir de gestion de l’avenir et leur désir de réélection, coincés dans la dérive permanente du « principe de précaution », dérive à laquelle ils contribuent.

  • 74 Voir à ce sujet les très intéressants Cahiers de JERICOst, publiés par le Centre d’étude du débat p (...)

24On ne peut vivre en doutant en permanence de tout. La situation actuelle place chaque citoyen devant des arbitrages impossibles. Les actes vitaux élémentaires (boire, manger, se reproduire, naître, mourir) deviennent suspects : peut-on boire l’eau du robinet ? peut-on manger la viande de la cantine ? peut-on faire des enfants sans analyses génétiques préalables ? Les situations de double-bind se multiplient. Il faut d’urgence rétablir des mécanismes de confiance, classiques (comme les agences de sécurité...), nouveaux (conférences de consensus, jurys citoyens...) ou à inventer74.

25Dans un tel mécanisme, la science, à n’en pas douter, devrait jouer un rôle central. Citons un texte déjà un peu ancien de John Ziman :

  • 4 ZIMAN, 1996

Objectivity is what makes science so valuable in society. It is the public guarantee of reliable disinterested knowledge. Science plays a unique role in setting factual disputes. This is not because it is particularly rational or because it necessarily embodies the truth: it is because it has a well-deserved reputation for impartiality on material issues. The complex fabric of democratic society is held together by trust in this objectivity, exercised openly by scientific experts. Without science as an independent arbiter, many social conflicts could be resolved only by reference to political authority or by a direct appeal to force4.

26Mais une position aussi forte n’est-elle pas déjà un peu dépassée ? Car la question se pose aussi de l’orientation des activités scientifiques elles-mêmes. Peut-on vraiment faire confiance au mécanisme spontané de pilotage de la recherche fondamentale ? Ce mécanisme, prétendument doué de toutes les vertus, ne consisterait-il pas en fait à faire jouer un rôle central à un « marché imparfait », celui des modes, des carrières, des lobbies, conservateur par nature dans ses idées et ses méthodes ? Citons Patrick Lagadec, particulièrement critique à cet égard :

  • 5 LAGADEC, 1999

Il résulte de ce qui précède que l’on attend des scientifiques qu’ils soient capables de prononcer des diagnostics (et de proposer des thérapies) sur les situations d’ores et déjà créées par les innovations technologiques rendues possibles par leurs découvertes. Plus : on attend d’eux qu’ils soient conscients du spectre d’innovations susceptible d’être ouvert par leurs recherches, qu’ils se préoccupent des conséquences de ces innovations et que, au cas où ces conséquences impliqueraient des risques potentiels considérables, ils engagent d’ores et déjà les recherches exigées par l’éventualité de ces risques afin de pouvoir intervenir en temps voulu pour prononcer les diagnostics nécessaires et mettre en œuvre les thérapies appropriées. Sauf exceptions individuelles, le temps est fini de la recherche poursuivie librement pour elle-même. N’est-il d’ailleurs pas clair que les dépenses investies dans la recherche se justifient auprès des bailleurs de fonds par les fameuses « retombées » qui sont attendues d’elle. On ne saurait tendre la main au nom de ces retombées et s’en laver les mains lorsqu’elles adviennent. Le jour où cela se produira (et cela se produit déjà !), les scientifiques seront (et ils le sont déjà de plus en plus) convoqués comme experts. Or, si fondé qu’il soit dans les sciences, le travail d’expertise scientifique est d’une tout autre nature que le travail de recherche. C’est un travail collectif, exigeant des approches non seulement interdisciplinaires mais effectuées à partir de points de vue souvent opposés, pour ne pas dire contradictoires. C’est un travail de réflexion et de pensée nécessitant que l’on s’arrête, que l’on s’écoute, que l’on accepte la contestation, que l’on ose prudemment prononcer un jugement sur ce que l’on ne connaît que très imparfaitement... C’est un travail que, dans son ensemble, la communauté scientifique actuelle refuse de prendre collectivement en charge. Pourquoi ? Parce que chacun se trouve engagé dans la concurrence universelle dont je parlais au début de ce texte ; chaque acteur (personnel ou collectif) est en effet intégralement voué à ses propres recherches (personnelles ou collectives), dont les résultats ouvriront de nouvelles pistes de recherche et de nouvelles possibilités d’innovation, dont les conséquences exigeront un jour d’autres expertises qui seront à leur tour difficiles à effectuer pour les mêmes raisons qu’aujourd’hui. Telle est la fuite en avant permanente des milieux scientifiques. Or, cette fuite en avant, impliquant une quasi-absence de réflexion sur les enjeux ultimes de cette frénésie, est socialement intolérable5.

27Dans ce débat, il faudra bien sortir des tours d’ivoire. Empruntons la conclusion au rapport cité de la Chambre des lords :

  • 6 HOUSE OF LORDS. 2000

In our view knowledge obtained through scientific investigation does not in itself have a moral dimension; but the ways in which it is pursued, and the applications to which it may be put, inevitably engage with morality. Science is conducted and applied by individuals; as individuals and as a collection of professions, scientists must have morality and values, and must be allowed and indeed expected to apply them to their work and its applications. By declaring openly the values which underpin their work, and by engaging with the values and attitudes of the public, they are far more likely to command public support6.

Section 4. TROIS CHANTIERS PRIORITAIRES

28L’analyse précédente fait apparaître trois chantiers prioritaires aujourd’hui pour notre société, les deux dont nous venons de parler et un troisième, préliminaire à ceux-ci :

  • définir et transmettre un « kit de survie » minimal de connaissances scientifiques ;

  • élaborer collectivement une vision du monde « transdisciplinaire » et partagée ;

  • construire et faire vivre un système de gouvernance recréant la confiance.

29En ce qui concerne le premier point, la chose n’est pas si évidente que cela et demande un petit argumentaire. Certes, on constate tous les jours à quel niveau remarquablement élevé de connaissances arrive l’homme ou la femme de la rue « en situation », notamment dans les domaines de la santé ou de l’environnement. Les médecins sont ainsi témoins jour après jour de la compétence acquise par les malades et leurs familles (notamment via Internet et les associations de malades), et sont souvent amenés à « négocier » les traitements, chose impensable il n’y a guère.

30Il n’empêche qu’il n’est pas nécessaire par exemple d’avoir un proche atteint d’une maladie génétique pour avoir son mot à dire dans le débat public sur la thérapie génique et qu’on n’imagine guère qu’un tel débat puisse se tenir de façon productive sans qu’un minimum de connaissances soit partagé par les participants. De ce point de vue, le contenu d’un tel « kit de connaissances » minimal est historiquement variable. Le débat nucléaire étant essentiellement derrière nous, on imagine assez bien que ce kit aujourd’hui ne contienne pas le minimum sur la radioactivité qui aurait été nécessaire dans le passé, mais au contraire par exemple une connaissance minimale du lien génotype/phénotype.

31Ces trois chantiers (connaissances, épistémologie, gouvernance) relèvent traditionnellement de trois « cercles » distincts de fonctions et d’institutions : respectivement le système éducatif et ses satellites ; le monde intellectuel, notamment universitaire ; le domaine de l’action publique (politique, associatif...). Mais séparer ainsi les rôles ne semble guère productif, de même que séparer les trois chantiers semble anti-pédagogique. Dans la « société de la connaissance », celle du « life-long learning », où nous sommes entrés, chaque structure sociale (l’école, la famille, l’entreprise, la cité) est à la fois un lieu d’éducation, un lieu de création collective, un lieu de démocratie. Chacune doit participer à cette reconstruction.

32Venons-en maintenant à nous autres, les musées (ou centres scientifiques). Nous appartenons aux trois cercles : nous sommes des institutions éducatives, nous sommes des créateurs de savoir (au moins les musées ; mais si nos centres veulent survivre, ils ne pourront pas se contenter d’être une forme un peu ennoblie des parcs d’attraction), nous sommes des lieux publics (et souvent des établissements publics, ou sans but lucratif). Notre tâche est ainsi toute tracée.

Notes

71 House of Lords (2000). Ce passage est extrait d’un document en français du British Council au titre significatif : « Vers une science démocratique ».

72 Comme dit Pascal Picq, dans la conclusion de Les origines de l’Homme, Taillandier, 1999, p. 155 : « Telle est la place de l’homme dans l’évolution : unique, inattendue, improbable, merveilleuse ».

73 Voir le chapitre II de Daniel Boy, le Progrès en procès, Presses de la Renaissance, 1999.

74 Voir à ce sujet les très intéressants Cahiers de JERICOst, publiés par le Centre d’étude du débat public (CEDP), Institut universitaire de technologie (IUT) de Tours, Université François-Rabelais.

Notes de fin

1 SUZANNE DE CHEVEIGNÉ, LABORATOIRE POLITIQUE ET COMMUNICATION

2 DE CHEVEIGNÉ, 2000

3 GREENE, 1997

4 ZIMAN, 1996

5 LAGADEC, 1999

6 HOUSE OF LORDS. 2000

Auteur

Après des études supérieures à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1955-1959) et à l’Université de Princeton (É.-U., 1959-1960), deux années de service militaire, et deux années au CNRS en tant qu’attaché de recherche, Michel Demazure devient professeur en mathématiques dans diverses universités françaises ainsi qu’à l’École polytechnique. En 1991, il est nommé directeur du Palais de la Découverte à Paris, poste qu’il quitte en juin 1998 pour celui de président de la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette, et de la Géode.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search