Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Deuxième partie. La recomposition de l'enseignement

Chapitre VII. La désaffection des jeunes pour les sciences : réalité ou fiction ?

Martine Foisy et Yves Gingras

Texte intégral

  • 28 Nous remercions Sabine Séguin pour avoir procédé à une première mise en forme de la banque de donné (...)

1On a souvent entendu dire au cours des dernières années qu’il y avait un problème de désaffection des étudiants pour les sciences et la technologie. Or, nous verrons dans les pages qui suivent que les données statistiques du Québec des dix dernières années à tous les ordres d’enseignement ne montrent aucune trace d’une telle désaffection, aucune baisse importante du nombre d’inscrits et de diplômés n’ayant été constatée. Au niveau universitaire, il s’agit plutôt d’une stabilisation tant de la « diplomation » que des inscriptions en sciences naturelles et en génie (SNG) et ce, pour les trois cycles. Notons que la stabilisation des inscriptions en SNG au premier cycle est d’autant plus significative que l’on assiste à une baisse des inscriptions totales pour l’ensemble des secteurs depuis 199328.

2Outre la stabilisation des effectifs universitaires en SNG, l’analyse de ces statistiques nous a permis de mettre à jour la nouvelle composition sexuelle des effectifs en sciences de la nature au collégial. En effet, à la suite d’une baisse de l’effectif masculin et d’une croissance continue du nombre de femmes, celles-ci ont atteint pour une première fois en 1996 l’égalité numérique avec les hommes. Or, les femmes ayant des modèles d’orientation professionnelle différents de ceux des hommes, elles ne se dirigent pas, une fois à l’université, vers les mêmes disciplines scientifiques. Si cette situation perdure, elle entraînera le déplacement des effectifs vers les sciences de la vie et les sciences de la santé au détriment des sciences physiques et de la plupart des programmes de génie, d’informatique et de foresterie, domaines vers lesquels les femmes se dirigent trois fois moins que les hommes.

  • 1 LAVOIE & FINNIE, 1997
  • 2 ALLEN, 1999

3Certains souligneront que plusieurs secteurs d’études, dont les sciences humaines et l’éducation, ont vu croître leur bassin de diplômés alors que celui des SNG demeurait stable. Cependant, ces différences ne peuvent être assimilées à une désaffection et sont plutôt à mettre en relation avec la performance du marché du travail au cours de cette période. Un rapport de Développement des ressources humaines Canada1 montre que les bacheliers de sciences pures et appliquées (à l’exception de l’informatique et du génie) affichaient, deux ans après l’obtention de leur diplôme, des taux de placement plus faibles et des salaires inférieurs ou équivalents à ceux des finissants de sciences humaines et sociales. Ces constats rejoignent d’ailleurs ceux du rapport Allen2 qui compare la performance des travailleurs canadiens selon leur discipline de formation et conclut que les diplômés en sciences sociales et humaines se tirent aussi bien d’affaire que les diplômés en sciences naturelles, mais un peu moins bien que ceux en génie et en informatique. En fait, ces études montrent que l’économie du savoir semble avoir besoin de l’ensemble des savoirs et pas seulement de ceux liés à des formations scientifiques et techniques.

4Notre analyse s’appuie sur l’évolution des inscriptions et de la « diplomation » dans les disciplines scientifiques aux niveaux collégial et universitaire québécois au cours des trente dernières années. Plusieurs des constats de cette étude recoupent ceux formulés par le Conseil de la science et de la technologie (ci-dessous « le Conseil ») dans son avis, Des formations pour une société de l’innovation, publié en 1998. L'utilisation des données de Statistique Canada pour le niveau universitaire, plutôt que celles du système RECU (Recensement des clientèles universitaires) utilisées par le Conseil, nous a permis d’analyser une période deux fois plus longue et, dans une prochaine étape, rendra possible une comparaison avec les autres provinces canadiennes.

5Après une brève présentation de la méthodologie, nous tracerons le portrait actuel des effectifs étudiants au collégial et son évolution au cours des dernières décennies pour ensuite suivre la situation au niveau universitaire. Enfin, nous tirerons quelques conclusions des tendances observées en relation avec les discours récents sur la prétendue « désaffection » des jeunes à l’égard des carrières scientifiques et techniques.

Section 1. MÉTHODOLOGIE

6Pour le niveau universitaire, nous avons utilisé les données du Système d’information statistique sur la clientèle des universités (SISCU) de Statistique Canada qui couvrent les périodes de 1973 à 1996 pour la « diplomation » et de 1972 à 1997 pour les inscriptions. En comparaison, le système RECU du ministère de l’Éducation du Québec ne débute qu’en 1987 pour la « diplomation » et 1986 pour les inscriptions. Les données de ces deux banques ne concordent pas exactement. Il existe des écarts moyens d’environ 1 % et 5 % d’une année et d’un cycle à l’autre. Le moment de la cueillette et surtout la répartition des données par programmes d’études effectuées par chacun des organismes sont parmi les causes possibles de ces écarts.

7Nous avons principalement travaillé avec les données sur la « diplomation » plutôt qu’avec celles sur les inscriptions, car elles nous permettaient d’éviter le problème de la durée variable des programmes inhérent aux données sur les inscriptions. Les inscriptions pour un programme d’études donné contiennent tous les effectifs inscrits à chacune des années du programme. Or les programmes de baccalauréat ont des durées variables. Les programmes de génie par exemple ont une durée prévue de quatre ans alors que ceux de sciences naturelles, comme les mathématiques, durent trois ans. Ainsi, du point de vue des inscriptions, les programmes de génie ont plus d’étudiants inscrits que la plupart des programmes de sciences naturelles. La « diplomation » nous permet de contourner ce problème. De plus, la « diplomation » a l’avantage de cibler les ressources humaines dont la formation est complétée et dont peut disposer annuellement la société.

8Pour les deuxième et troisième cycles universitaires, nous avons aussi utilisé les statistiques sur les inscriptions, car celles-ci contiennent une variable supplémentaire importante, soit le statut de citoyenneté. Cependant, nous n’avons que les statistiques des sciences pures, des sciences appliquées et du génie, lesquels secteurs forment ce que nous appellerons les SNG.

9Variables des statistiques sur la « diplomation » et sur les inscriptions :

« Diplomation » (tous les secteurs)

Inscriptions SNG seulement

- sexe

- sexe

- année d’obtention

- année d’obtention

- discipline

- discipline

- province de l’institution

- province de l’institution
- régime d’études (temps plein ou partiel)
- statut de citoyenneté

10Inspirés du système RECU, nous avons construit à partir de la liste des disciplines répertoriées par Statistique Canada neuf secteurs (annexe 1 : liste des disciplines par secteur) :

- sciences humaines

- sciences de la santé

- éducation

- sciences pures

- administration

- sciences appliquées

- lettres

- génie

- arts

11La seule modification que nous avons apportée à la répartition des disciplines par secteur du système RECU est le transfert des sciences de l’activité physique des sciences appliquées vers le secteur de l’éducation. Il ne semble pas y avoir de consensus au sujet de son classement, puisque plusieurs des universités qui offrent ce programme le placent en éducation.

12Par souci de clarté lors des comparaisons globales, nous avons procédé à des regroupements de secteurs. À l’instar du Conseil, nous parlerons des SNG, c’est-à-dire les sciences naturelles et le génie, qui regroupent les secteurs des sciences pures, des sciences appliquées et du génie. Cela nous permet de mieux percevoir le poids total de notre objet d’étude. Nous avons aussi jumelé les arts et les lettres. Il s’agit de deux petits secteurs voisins qui, une fois réunis, ont un poids comparable aux autres secteurs.

13Pour le premier cycle, nous avons choisi de ne prendre en compte que les baccalauréats et les diplômes à finalité professionnelle. Nous avons ainsi éliminé les diplômes ou certificats universitaires de premier cycle, lesquels souvent sont créés pour les gens qui, déjà engagés sur le marché du travail, sont intéressés à acquérir un complément de formation. Aux cycles supérieurs, Statistique Canada a classé les diplômes sous trois catégories : la maîtrise, le doctorat et les diplômes et certificats supérieurs. Pour les besoins de notre analyse, nous avons classé les diplômes et certificats supérieurs dans le second cycle. Bien que cela ne soit pas spécifié par Statistique Canada, nous savons que la plupart de ces diplômes existent principalement au deuxième cycle, du moins en sciences naturelles et génie.

  • 29 Il existe aussi une catégorie appelée « disciplines artistiques inconnues ».

14Deux programmes de baccalauréat nous posèrent des problèmes quant à leur classement. Il s’agit du baccalauréat en arts et sciences et celui nommé « disciplines scientifiques inconnues29 ». Puisque nous ignorions quelle est la part de sciences et d’arts et de quelles sciences il était question, nous avons classé le programme d’arts et sciences dans les sciences humaines. Quant aux disciplines scientifiques inconnues, l’analyste de Statistique Canada nous a dit qu’il rassemblait surtout des baccalauréats par cumul de certificats ou des baccalauréats pluridisciplinaires. Dans le cas des baccalauréats par cumul de certificats, il est peu probable qu’ils concernent les sciences naturelles ou le génie, puisque, hormis en informatique, les certificats dans ces secteurs sont très peu nombreux. De plus, nous avons remarqué que les taux de représentation féminine dans les disciplines scientifiques inconnues étaient très élevés, soit plus de 70 %. Or les seules disciplines scientifiques qui affichent des taux aussi forts sont les disciplines des sciences de la santé. Pour cette raison, nous avons décidé de les ranger dans ce secteur.

15Peut-être se trouve-t-il parmi ces deux programmes quelques diplômes en sciences naturelles et en génie, mais rien qui selon nous modifiera les proportions établies par les autres programmes. Ainsi, les chiffres que nous vous présenterons pour les sciences naturelles et le génie sont les chiffres minimaux.

16Pour le niveau collégial, nous avons travaillé à partir du système SIGDEC du ministère de l’Éducation du Québec (MEQ). Nous avons des données sur la « diplomation », les inscriptions totales et les nouvelles inscriptions pour les formations préuniversitaires et techniques de 1984 à 1997 ou 2001 selon les cas. Nous avons aussi utilisé les statistiques sur les taux de « diplomation » disponibles sur le site Internet du ministère de l’Éducation.

17Enfin, pour le niveau secondaire, les données concernant les inscriptions aux cours de sciences proviennent de la Direction de la sanction des études appliquées au MEQ (ministère de l’Éducation du Québec) et pour les effectifs totaux par niveau de la Déclaration des effectifs scolaires du MEQ pour la période de 1984 ou 1985 à 1998.

Section 2 : LE COLLÉGIAL

18Le niveau collégial offre deux types de formation. La formation préuniversitaire, d’une durée prévue de deux ans, prépare les étudiants à l’université ; la formation technique, d’une durée prévue de trois ans, mène au marché du travail. Nous traiterons l’une et l’autre séparément.

Les formations préuniversitaires

  • 30 Deux services d’enseignement existent : l’enseignement ordinaire et l’enseignement aux adultes, app (...)

19En 2001, les 71955 étudiants ordinaires30 à temps plein inscrits en formation préuniversitaire se répartissaient de la façon suivante (figure 1.1.1.) :

Figure 1.1.1. Part relative des effectifs étudiants inscrits en sciences de la nature à temps plein, collégial préuniversitaire, Québec, 2001

Figure 1.1.1. Part relative des effectifs étudiants inscrits en sciences de la nature à temps plein, collégial préuniversitaire, Québec, 2001

Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de l’Éducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.

  • 31 Sont comptabilisés les étudiants inscrits dans les programmes « Sciences de la nature » : Sciences (...)

20À l’instar du premier cycle universitaire, un peu plus de la moitié des étudiants sont inscrits en sciences humaines, alors qu’un peu moins du tiers des étudiants ont choisi les sciences de la nature. En 2001, ce champ de connaissances réunissait près de 21 200 étudiants31. Par rapport à 1970, la première année de notre série, il s’agit d’une croissance de 31 % des effectifs, ce qui est nettement moins que les 56 % de hausse qu’affiche l’ensemble des formations préuniversitaires pour la même période. Ainsi, par rapport à l’ensemble des programmes d’études de formation préuniversitaire, les sciences de la nature ont vu décroître leur part relative entre 1970 et 2001 (figure 1.1.2).

Figure 1.1.2. Effectifs étudiants en sciences de la nature à temps plein, collégial préuniversitaire, Québec, 1970-2001

Figure 1.1.2. Effectifs étudiants en sciences de la nature à temps plein, collégial préuniversitaire, Québec, 1970-2001

Sources : Ministère de PÉducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de PÉducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.

  • 3 MEQ, juill. 1997 :8
  • 4 TERRILL & DUCHARME, 1994 :98

21Depuis la fin des années 1980, toutefois, la part relative des sciences de la nature est restée stable malgré la baisse des effectifs totaux en formation préuniversitaire due probablement au resserrement des normes d’admission au collégial3. Puisque les étudiants en sciences de la nature sont ceux qui, dans l’ensemble, ont les meilleurs dossiers scolaires4, ces nouvelles normes d’admission eurent peu d’impact sur les nouvelles inscriptions dans ce programme. Ce sont les autres champs de connaissances de la formation préuniversitaire, sciences humaines, arts et lettres, qui furent les plus touchés.

Figure 1.1.3. « Diplomation » et nouvelles inscriptions en sciences de la nature à temps plein, collégial, Québec, 1984-2001

Figure 1.1.3. « Diplomation » et nouvelles inscriptions en sciences de la nature à temps plein, collégial, Québec, 1984-2001

Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999 et ministère de l’Éducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.

FIGURE 1.1.4. « Diplomation » et nouvelles inscriptions dans les autres programmes préuniversitaires, collégial, Québec, 1984-2001

FIGURE 1.1.4. « Diplomation » et nouvelles inscriptions dans les autres programmes préuniversitaires, collégial, Québec, 1984-2001

Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999 et ministère de l’Éducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.

22Les figures 1.1.3. et 1.1.4. montrent l’évolution des nouvelles inscriptions de 1984 à 2001 en sciences de la nature et dans les autres formations préuniversitaires. Grosso modo, leur évolution est inverse entre 1984 et 1992 et parallèle de 1992 à 2001. Plus précisément, de 1984 à 1986, nous assistons à un mouvement de croissance des effectifs mais la cohorte qui fait son entrée au collégial en 1986 est la dernière à avoir bénéficié de la note de passage de 50 % au niveau secondaire, ce qui pourrait expliquer en partie la baisse qui se produit en 1987. Par la suite, les sciences de la nature continuent de décroître alors que les autres formations poursuivent leur croissance jusqu’en 1992 pour se mettre ensuite à décroître et atteindre en 2001 leur niveau de 1984.

23Si nous comparons les figures 1.1.2. et 1.1.3., nous constatons une baisse importante du nombre d’inscriptions en sciences de la nature depuis 1986, laquelle baisse est toutefois compensée en bonne partie par une augmentation de la réussite scolaire. Les taux de croissance nous indiquent que les nouvelles inscriptions depuis 1986, soit le sommet de la courbe, ont décru de 23 %, les inscriptions totales de 17 %, alors que la « diplomation » n’a enregistré qu’une baisse de 5 % seulement (tableau 1.1.1.).

Tableau 1.1.1. Taux de croissance de l’effectif étudiant en formation préuniversitaire, collégial, Québec, 1970-1997

Tableau 1.1.1. Taux de croissance de l’effectif étudiant en formation préuniversitaire, collégial, Québec, 1970-1997

Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.

24Si nous regardons la période 1992-1995, la « diplomation » a même augmenté. Cela est probablement attribuable aux répercussions causées par l’entrée en vigueur en 1994 des nouveaux programmes d’études intégrés en sciences. Certains de ces programmes durent trois ans au lieu de deux, ce qui a pour effet de reporter d’une année la « diplomation », soit 1997 au lieu de 1996. Cette situation expliquerait en bonne partie la baisse observée en 1996 et la remontée de 1997. Dans son avis, le Conseil avait relevé la baisse de 1996 et avait conclu à une accélération du phénomène de décroissance des formations préuniversitaires depuis 1994 (tableau 1.1.2.). Les statistiques de 1997 que nous a fournies le MEQ (figure 1.1.3.) corroborent notre interprétation plutôt que celle du Conseil.

Tableau 1.1.2. « Diplomation » et inscriptions en sciences de la nature et en formation préuniversitaire, Québec, 1991-1996

Tableau 1.1.2. « Diplomation » et inscriptions en sciences de la nature et en formation préuniversitaire, Québec, 1991-1996

Source : Conseil de la science et de la technologie, Des formations pour une société de l'innovation. Avis, Sainte-Foy, Gouvernement du Québec, 1998, p. 26.

25Comme nous l’avons précédemment mentionné, l’écart constaté entre l’évolution des nouvelles inscriptions et celle de la « diplomation » est attribuable aux variations des taux de « diplomation » d’une part et à la période d’observation d’autre part, puisqu’il existe un délai entre les nouvelles inscriptions et la « diplomation ». Grâce au suivi des différentes cohortes réalisé par le MEQ, nous pouvons observer la progression des taux de « diplomation » en sciences de la nature, laquelle exprime l’augmentation de la réussite scolaire au cours des quinze dernières années (tableau 1.1.3.).

Tableau 1.1.3. Taux de « diplomation » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, à l’enseignement ordinaire, dans un programme de la famille des sciences, deux et cinq années après le début des études collégiales, Québec, 1980 et 1987-1994

Tableau 1.1.3. Taux de « diplomation » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, à l’enseignement ordinaire, dans un programme de la famille des sciences, deux et cinq années après le début des études collégiales, Québec, 1980 et 1987-1994

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1996.

26Les taux de « diplomation » sont nettement supérieurs en sciences de la nature par rapport aux autres formations préuniversitaires. Les étudiants en sciences terminent en plus grand nombre dans les délais prescrits de deux ans. Après cinq années, l’écart entre les gens de sciences et ceux des autres formations se réduit. Cependant, l’écart entre ces programmes se creuse d’année en année. Alors que les taux de « diplomation » en sciences de la nature s’améliorent, dans les autres formations préuniversitaires, les taux après deux ans décroissent et ceux après cinq ans demeurent stables.

27En somme, les inscriptions en sciences de la nature ont diminué beaucoup plus vite que celles dans les autres formations préuniversitaires. Par contre, la progression des taux de « diplomation » a suppléé en bonne partie à cette décroissance. En bout de piste, la « diplomation » en sciences de la nature a enregistré une baisse de 5 %, soit 1 % de plus que pour les autres formations préuniversitaires au cours de la dernière décennie (tableau 1.1.1.).

Figure 1.1.5. Effectifs étudiants inscrits en sciences de la nature à temps plein par sexe, collégial, Québec, 1970-1997

Figure 1.1.5. Effectifs étudiants inscrits en sciences de la nature à temps plein par sexe, collégial, Québec, 1970-1997

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1996.

28Cette décroissance des effectifs étudiants inscrits en sciences de la nature concerne principalement les effectifs masculins (figure 1.1.5.). Depuis 1986, les effectifs masculins inscrits ont diminué de 23 % contre 7 % seulement pour les effectifs féminins (tableau 1.1.4.). Au cours des cinq dernières années, la décroissance masculine a atteint 11 % alors que les femmes ont enregistré une légère hausse de 3 %.

Tableau 1.1.4. Taux de croissance de l’effectif étudiant en sciences de la nature, collégial, Québec, 1970-1997

Tableau 1.1.4. Taux de croissance de l’effectif étudiant en sciences de la nature, collégial, Québec, 1970-1997

Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.

29Cependant, si l’on regarde les nouvelles inscriptions, l’écart entre les sexes diminue. Nous pourrions présumer que les femmes choisissent moins les sciences de la nature depuis dix ans, mais y persévèrent davantage que leurs collègues masculins. Or les taux de « diplomation » ne confirment pas cette hypothèse (tableau 1.1.5.).

Tableau 1.1.5. Taux de « diplomation » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, formation préuniversitaire, deux et cinq années après le début des études collégiales, Québec, 1980 et 1987 à 1994

Tableau 1.1.5. Taux de « diplomation » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, formation préuniversitaire, deux et cinq années après le début des études collégiales, Québec, 1980 et 1987 à 1994

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1996.

  • 5 BAUDELOT & ESTABLET, 1992 : 149-154

30Deux ans après la première inscription les femmes affichent des taux de « diplomation » plus élevés que les hommes quel que soit le programme d’études préuniversitaires choisi, mais ce n’est plus le cas après cinq ans. Cela veut dire que les femmes ont davantage tendance à se conformer aux objectifs des programmes d’études, dans ce cas-ci de deux années. Cette conformité à la règle scolaire ou proximité scolaire qu’affichent davantage les femmes que les hommes se remarque dès le niveau primaire. Selon Baudelot et Establet, ce phénomène est d’origine culturelle : « les stéréotypes sociaux préparent mieux les filles - statistiquement, s’entend - à s’intégrer au monde social de l’école5... ».

31Cinq années après la première inscription, il n’y a plus d’écart entre les taux de « diplomation » des femmes et des hommes inscrits en sciences de la nature. Les hommes ont pris plus de temps que leurs consœurs, mais ont tout de même terminé leur programme en aussi grande proportion.

32Cette décroissance du nombre d’hommes et la progression du nombre de femmes font qu’aujourd’hui les femmes ont atteint l’égalité numérique avec les hommes. Cette situation nouvelle ne sera pas sans répercussion sur le niveau universitaire dans quelques années, puisque, comme on le verra en détail plus loin, les femmes choisissent trois fois moins que les hommes de se diriger dans certaines disciplines des SNG. Ainsi, si les tendances représentées sur la figure 1.1.5. se maintiennent et que les femmes ne modifient pas substantiellement leur modèle d’orientation scolaire, plusieurs programmes d’études universitaires en SNG, pourraient accuser une baisse d’effectifs dans les années à venir.

33Le collégial étant tributaire du niveau secondaire, nous avons tenté d’évaluer si les mêmes tendances y étaient présentes.

Les effectifs scolaires en 5E secondaire

  • 6 CONSEIL DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, 1998 ; 23

34Pour réaliser cette évaluation, nous avons décidé de refaire le parcours emprunté par le Conseil dans le tableau 1.2.1. (tel que corrigé) de son Avis sur les formations pour une société de l’innovation6. Dans ce tableau, le Conseil présentait les statistiques de 1992 à 1997 concernant les inscriptions aux épreuves du secondaire dans des matières obligatoires pour l’admission à des études collégiales en sciences de la nature, techniques physiques ou biologiques par rapport à l’effectif total des 4e et 5e secondaires.

  • 32 À partir de 1988, il n’existe qu’un seul régime dont la note de passage est 60 %. Avant cette date, (...)

35Nous avons demandé au personnel du ministère de l’Éducation de nous préparer le même type de statistiques désagrégées, cette fois, par sexe et pour une période plus longue, soit de 1985 à 199832. Le MEQ nous a fourni non seulement les données sur le nombre total d’inscriptions aux épreuves des cours de sciences, comme pour le Conseil, mais aussi la moyenne obtenue et les taux de réussite. Voici nos principaux constats, que nous limiterons au 5e secondaire.

36En excluant le cas de la physique en 1992 (en italique) sur lequel nous reviendrons, les écarts entre nos chiffres et ceux du Conseil varient de – 4 % à 4 %. Ces écarts ne sont pas très importants, mais demeurent inexpliqués (tableau 1.2.1.).

Tableau 1.2.1. Inscriptions aux épreuves du secondaire 5 en sciences, exprimées en pourcentage des effectifs scolaires, Québec, 1992-1997

Tableau 1.2.1. Inscriptions aux épreuves du secondaire 5 en sciences, exprimées en pourcentage des effectifs scolaires, Québec, 1992-1997

Sources : Ministère de l’Éducation, Sanction des études secondaires appliquées au MEQ (SESAME), 1999. Ministère de l’Éducation, Déclaration des effectifs scolaires (DCS), 1999. Conseil de la science et de la technologie, Des formations pour une société de l'innovation. Avis, Ste-Foy, 1998, p. 23 (rectificatif, octobre 1998).

  • 33 Nous pouvons supposer que le réseau collégial a procédé à cette modification à la suite de l’avènem (...)

37Pour ce qui est du cas de la physique, les analystes du MEQ nous ont expliqué qu’avant 1993, il existait des cours de physique de 4e secondaire (424, 434, 454) dont les crédits étaient comptabilisés pour la 5e secondaire. Les chiffres du Conseil, contrairement aux nôtres, comprendraient ces cours de physique de 4e secondaire acceptés comme crédits de 5e secondaire. En 1993, le réseau collégial a modifié ses conditions d’admission dans ses programmes de sciences en rendant obligatoire la réussite du cours de physique 53433, ce qui s’est répercuté par une hausse exponentielle du nombre d’inscriptions dans ce cours. Il ne s’agit donc pas d’une augmentation des vocations scientifiques, mais d’un déplacement de clientèle d’un cours de physique à un autre.

38Les taux de réussite dans ces cours de sciences sont élevés, plus de 80 % au cours des trois dernières années. La figure 1.2.1. montre l’évolution du nombre d’inscriptions et de réussites dans chacune de ces matières.

Figure 1.2.1. Inscriptions et réussites aux épreuves de 5e secondaire en sciences, Québec, 1985-1998

Figure 1.2.1. Inscriptions et réussites aux épreuves de 5e secondaire en sciences, Québec, 1985-1998

Sources : Ministère de l’Éducation, Sanction des études secondaires appliquées au MEQ (SESAME), 1999. Ministère de l’Éducation, Déclaration des effectifs scolaires (DCS), 1999. Conseil de la science et de la technologie, Des formations pour une société de l’innovation. Avis, Ste-Foy, 1998, p. 23 (rectificatif, octobre 1998).

  • 7 COMMISSION DES PROGRAMMES D’ÉTUDES, 1998 : 16

39Si l’on prend les courbes d’évolution des inscriptions aux cours de mathématiques et de chimie, nous constatons une baisse importante des effectifs depuis 1985, 46 % en mathématiques et 24 % en chimie de 5e secondaire. Les taux de réussite s’étant améliorés au cours de cette période, le bilan des élèves ayant réussi est toutefois moins alarmant, soit une baisse de 35 % en mathématiques et de 1,5 % seulement en chimie. Cette diminution en mathématiques peut sembler importante, cependant il faut savoir que près de la moitié des élèves qui ont obtenu leur diplôme d’études secondaires en 1998 ont dans leur bagage un cours réussi de mathématiques 5347.

40Pendant cette même période, les effectifs scolaires totaux en 5e secondaire ont décru de 6 % (figure 1.2.2.). Après une baisse dans la seconde moitié des années 1980, survient une hausse des inscriptions à laquelle la lutte contre le décrochage scolaire ne doit pas être étrangère. Pour la figure 1.2.2., nous n’avons comptabilisé que la classe 5, mais il existe une classe 6 jusqu’en 1995 qui réunit plus de 10000 étudiants jusqu’en 1989. Les étudiants de cette classe 6 ont réussi leur cours de français ou d’anglais, langue maternelle, du 5e secondaire, mais sont encore aux études. Aurions-nous dû les comptabiliser ? Si oui, la diminution des effectifs de 1985 à 1998 atteint 20 % au lieu de 6 %. Que signifie cette diminution par rapport aux effectifs des niveaux précédents et par rapport à l’évolution démographique de ces générations ? Voilà des questions qu’il faut résoudre pour accéder à une réelle compréhension de la situation. Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de les élucider ici.

Figure 1.2.2. Effectifs scolaires inscrits en 5e secondaire, Québec, 1984-1998

Figure 1.2.2. Effectifs scolaires inscrits en 5e secondaire, Québec, 1984-1998

Source : Ministère de l’Éducation, Déclaration des clientèles scolaires (DCS), 1999.

41Quant à la composition selon les sexes des inscriptions en sciences et des effectifs scolaires, nous ne constatons pas de différences significatives dans les cheminements des femmes et des hommes qui pourraient expliquer les tendances survenues au collégial. Les effectifs totaux sont constitués à égalité d’hommes et de femmes (figure 1.2.3.).

Figure 1.2.3. Effectifs scolaires inscrits en 5e secondaire par sexe, Québec, 1984-1998

Figure 1.2.3. Effectifs scolaires inscrits en 5e secondaire par sexe, Québec, 1984-1998

Source : Ministère de l’Éducation, Déclaration des clientèles scolaires (DCS), 1999.

42Dans les cours de sciences, une légère préséance va à l’un ou l’autre des sexes selon les disciplines (figure 1.2.4.). En mathématiques et en chimie, les femmes devancent les hommes avec 1 à 3 % de plus. En physique, la situation est inversée : les hommes constituent la majorité des inscrits et des réussites avec jusqu’à 6 % d’avance sur les femmes au début de la période étudiée.

43Ces statistiques ne nous informent pas sur la proportion d’élèves qui ont choisi, année après année, les trois cours de sciences de 5e secondaire, nécessaires pour l’admission dans les programmes de sciences de la nature au collégial. Pour cela, il nous aurait fallu avoir les données sur la « diplomation ». Par comparaison avec les statistiques sur les inscriptions, la « diplomation » nous informe sur le nombre d’individus ayant obtenu leur diplôme et qui peuvent entrer dans le réseau collégial, et surtout avec quel bagage ils en sortent, soit deux ou trois cours de sciences du 5e secondaire. De plus, l’écart entre l’effectif inscrit en 5e secondaire au 30 septembre et le nombre de diplômés en fin d’année est impressionnant : environ 20 000 individus manquent à l’appel. Puisque les élèves qui choisissent les sciences sont en général ceux qui ont les meilleurs dossiers académiques, donc qui obtiennent un diplôme d’études secondaires (DES) à la fin de l’année, leur part relative augmente.

Figure 1.2.4. Inscriptions et réussites aux épreuves de 5e secondaire pour les cours de sciences par sexe, Québec, 1985-1999

Figure 1.2.4. Inscriptions et réussites aux épreuves de 5e secondaire pour les cours de sciences par sexe, Québec, 1985-1999

Source : MEQ, Sanction des études secondaires appliquées au MEQ (SESAME), 1999.

  • 8 COMMISSION DES PROGRAMMES D’ÉTUDES, 1998 : 16

44Dans son avis sur l’enseignement des sciences et de la technologie dans le cadre de la réforme du programme du primaire et du secondaire, la Commission des programmes d’études présente quelques statistiques sur la « diplomation » en 1998. Elle constate ainsi que sur les 63092 personnes qui ont obtenu un DES en 1998, « près de la moitié d’entre eux (47,1 %) avaient réussi le cours de mathématiques 536 et que trois diplômés sur 10 (30,2 %) terminaient leurs études secondaires avec le bagage maximal en ce qui a trait aux préalables du collégial, soit les cours mathématiques 536, physique 534 et chimie 5348 ». Malheureusement, les chiffres disponibles dans cette étude ne couvrent qu’une seule année, la plus récente, et ne sont pas désagrégés par sexe. Il faudrait éventuellement analyser ces données pour la dernière décennie à tout le moins et regarder la part relative de chacun des sexes. Nous serions ainsi en mesure de faire des recoupements plus significatifs avec la situation au collégial.

  • 34 Notons que la baisse ponctuelle du nombre d’élèves ayant réussi en chimie et en physique en 1996 es (...)

45Les données que nous avons présentées sur les inscriptions dans les cours de sciences en 5e secondaire nous ont renseignés sur le fait qu’en chimie, le nombre d’élèves réussissant ce cours est plutôt stable depuis les dernières années, alors qu’en physique 534, le nombre d’inscriptions a crû de 9 % et le nombre de réussites de 12 % depuis 1993 (année où ce cours devient un préalable pour certains programmes du collégial)34. Quant à la diminution en mathématiques 534, il faudrait voir si elle s’explique par un changement de préalable au collégial dans les programmes autres que ceux de sciences de la nature.

46En conclusion, à partir des données analysées ici, il nous est impossible de conclure à une désaffection des jeunes envers les sciences.

Figure 1.3.1. Répartition des effectifs étudiants de la formation technique par secteur, Québec, 1998

Figure 1.3.1. Répartition des effectifs étudiants de la formation technique par secteur, Québec, 1998

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.

Les formations techniques

47Parmi les cinq champs de connaissances de la formation technique au collégial, deux nous intéressent plus particulièrement, soit les techniques biologiques et les techniques physiques (annexe 2 : liste des programmes d’études regroupés dans les techniques biologiques et physiques). Celles-ci représentent un peu plus du tiers des effectifs étudiants inscrits à temps plein et à temps partiel en formation technique (figure 1.3.1.)

48La situation de 1998 en techniques biologiques et physiques est la même, à un pour cent près, que celle de 1984, première année de notre série. La figure 1.3.2. nous permet de constater qu’au cours des quatorze années, les effectifs étudiants totaux de l’une et de l’autre des techniques ont fluctué avant de revenir à un même niveau. Si nous ne prenons en compte toutefois que les dix dernières années, nous observons une stabilisation des effectifs en techniques biologiques, mais une nette progression des effectifs en techniques physiques.

Figure 1.3.2. Effectifs étudiants inscrits en techniques biologiques et physiques et leur part relative par rapport à l’ensemble des techniques, collégial, Québec, 1984-1998

Figure 1.3.2. Effectifs étudiants inscrits en techniques biologiques et physiques et leur part relative par rapport à l’ensemble des techniques, collégial, Québec, 1984-1998

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.

49Les croissances des techniques biologiques et physiques sont bien inférieures à celles des techniques humaines et artistiques, qui ont atteint 50 % entre 1984 et 1998, mais devancent les techniques administratives qui ont connu une décroissance de l’ordre de 10 % (tableau 1.3.1.).

Tableau 1.3.1. Taux de croissance des effectifs étudiants pour les programmes techniques, Québec, 1984-1998

Secteur

Effectifs en 1984

Effectifs en 1998

Taux de croissance

Techniques biologiques

14 437

14 507

0.5 %

Techniques physiques

20 085

20 227

0.7 %

Techniques humaines

9 382

14 431

53.8 %

Techniques administratives

35 688

32 026

-10,3 %

Techniques des arts

6 121

9 175

49.9 %

Total

85 713

90 366

5.4 %

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.

50Si l’on regarde les nouvelles inscriptions et la « diplomation » des techniques biologiques et physiques, le portrait diffère. De 1984 à 1998, les nouvelles inscriptions en techniques biologiques ont diminué de 4 %, mais en contrepartie la « diplomation » a augmenté de 15 % de 1984 à 1997. En techniques physiques, les nouvelles inscriptions ont chuté de 16 % et la « diplomation » a diminué de 3 % (figure 1.3.3.).

Figure 1.3.3. « Diplomation » et nouvelles inscriptions en techniques biologiques et physiques, Québec, 1984-1998

Figure 1.3.3. « Diplomation » et nouvelles inscriptions en techniques biologiques et physiques, Québec, 1984-1998

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.

51Encore une fois, l’écart observé entre les nouvelles inscriptions et la « diplomation » est en partie attribuable à la période d’observation, puisqu’il existe un délai entre la première inscription et la « diplomation ». Cependant, une part revient à la variation des taux de « diplomation ». Il est impressionnant de constater qu’avec des effectifs initiaux beaucoup plus réduits que les techniques physiques, les techniques biologiques diplôment un nombre égal sinon supérieur d’individus. La composition de chacune de ces techniques selon les sexes n’est pas étrangère à ce phénomène.

52La répartition des effectifs par sexe est très différenciée. En techniques biologiques, les femmes constituent environ les trois quarts des effectifs sur toute la période étudiée, tandis qu’en techniques physiques, la situation est inversée et l’écart entre hommes et femmes est encore plus grand (figure 1.3.4.). Le taux de représentation féminine en techniques physiques en 1998 n’était que de 17 %, ce qui constitue toutefois un gain de six points par rapport à 1984. L'augmentation relative de la représentation féminine en techniques physiques est attribuable à la hausse relativement constante du nombre de femmes ainsi qu’à la stabilité des effectifs masculins.

Figure 1.3.4. Effectifs étudiants dans les techniques physiques, Québec, 1984-1998

Figure 1.3.4. Effectifs étudiants dans les techniques physiques, Québec, 1984-1998

Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.

53Cette composition selon les sexes a des répercussions directes sur les taux de « diplomation » de l’une et l’autre de ces techniques : les techniques où se retrouve une majorité féminine affichent de bien meilleurs taux de « diplomation » que les techniques à majorité masculine (tableau 1.3.2.). Cette situation est conforme au constat général qui veut que les femmes affichent des taux de réussite supérieurs aux hommes. Spécifions que les taux de « diplomation » du tableau 1.3.2. incluent aussi les sanctions d’études collégiales obtenues dans un autre programme que le programme initial.

54En comparaison des techniques biologiques, les taux de « diplomation » en techniques physiques sont plutôt bas, mais ils s’apparentent en fait aux taux moyens de la formation technique. S’il y a des problèmes d’abandon, ils ne sont pas circonscrits aux seules techniques physiques.

Tableau 1.3.2. Taux de « diplomation* » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, à l’enseignement ordinaire, à un programme menant à un DEC en techniques biologiques et physiques, pour les trimestres d’automne de 1987 à 1994

Tableau 1.3.2. Taux de « diplomation* » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, à l’enseignement ordinaire, à un programme menant à un DEC en techniques biologiques et physiques, pour les trimestres d’automne de 1987 à 1994

* Pour le calcul des taux de « diplomation », toutes les sanctions d’études collégiales ont été considérées, et ce, qu’elles aient été obtenues ou non dans le programme de la première inscription au collégial.
Source : Ministère de l’Éducation, Enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial, Service de la recherche et du développement, fichier CHESCO, version 1997.

55Il est difficile de faire des projections pour la « diplomation » à partir des statistiques sur les nouvelles inscriptions, car les taux de « diplomation » varient beaucoup d’une cohorte à l’autre. Comme nous l’avons vu, une augmentation des taux de « diplomation » peut compenser en bonne partie une baisse des nouvelles inscriptions. De plus, contrairement aux sciences de la nature, les techniques biologiques et physiques présentent davantage de fluctuations quant à leurs effectifs, ce qui rend impossible tout pronostic pour l’avenir.

56Une chose semble toutefois certaine selon les prévisions du ministère de l’Éducation, c’est :

  • 9 MEQ, printemps 1999

« ... la diminution prévisible du bassin de recrutement du secondaire, soit les élèves de 5e secondaire de la formation générale et à temps plein. Les effets doivent être ressentis dès 1999. Un niveau équivalant à celui de 1998, pour le bassin du secondaire, ne serait vraisemblable qu’à partir de 2006. L’ampleur de la baisse au collégial variera selon la détérioration ou l’amélioration du nombre de diplômes à la sortie du secondaire et l’ampleur du passage du secondaire au collégial9 ».

Section 3. LES UNIVERSITÉS

Portrait de la « diplomation » universitaire au Québec

57En 1996, les universités du Québec ont décerné 38364 diplômes, répartis de la façon suivante (figure 2.1.1.) :

Figure 2.1.1. Répartition des diplômes octroyés par secteur et par cycle, Québec, 1996

Figure 2.1.1. Répartition des diplômes octroyés par secteur et par cycle, Québec, 1996

Source : Statistique Canada.

58Un diplômé sur cinq provenait d’un des programmes d’études en sciences naturelles et génie (SNG). À peu près trois autres diplômés ont terminé en sciences humaines, en éducation ou en administration. Quant au cinquième, il a étudié en sciences de la santé ou en arts et lettres.

59Les trois quarts de ces diplômés sont des bacheliers. Les autres ont complété un programme d’études supérieures : 22 % sont des nouveaux détenteurs de maîtrise ou d’un certificat supérieur et les 3 % qui restent sont de nouveaux docteurs (figure 2.1.2.).

  • 35 La part relative des diplômes d’études supérieures sur le nombre total de maîtrises décernées pour (...)

60La représentation des SNG aux cycles supérieurs varie quelque peu par rapport à la représentation moyenne des trois cycles qui est de 19 %. Les diplômés du second cycle ne représentent plus que 17 %. Par contre, si on met de côté les certificats supérieurs pour ne garder que les maîtrises, la part relative des SNG s’élève à 20 %. La prise en compte des certificats supérieurs joue en défaveur des SNG chez qui ce type de diplôme représente à peine 8 % de la totalité des diplômes décernés au second cycle, comparativement à 34 % et 39 % pour les secteurs des sciences de l’administration et de la santé35. Au doctorat, la part des SNG bondit à 42 %, ce qui reflète la forte tradition de recherche de ce secteur.

Figure 2.1.2. Répartition des diplômes et parts relatives des SNG, Québec, 1996

Figure 2.1.2. Répartition des diplômes et parts relatives des SNG, Québec, 1996

Source : Statistique Canada.

61Cette distribution des diplômes en SNG par cycle a peu changé depuis vingt ans. Au premier cycle, il y a eu une augmentation de 2 % entre 1973 et 1996, avec une pointe au milieu des années 1980 due à une hausse des diplômes décernés en SNG ainsi qu’à des fluctuations à la baisse dans d’autres secteurs (figure 2.1.3.).

Figure 2.1.3. Part relative de la « diplomation » en SNG par cycle, Québec, 1973-1996

Figure 2.1.3. Part relative de la « diplomation » en SNG par cycle, Québec, 1973-1996

Source : Statistique Canada.

62Le nombre de baccalauréats en SNG a crû de 110 % entre 1973 et 1996, alors que l’ensemble des secteurs n’enregistrait qu’une hausse de 82 %. Avec l’administration et les sciences de la santé, les SNG sont le seul secteur à avoir augmenté sa part relative au premier cycle depuis 1973 (tableau 2.1.1.).

Tableau 2.1.1. Taux de croissance des diplômes par secteur et par cycle, Québec, 1973-1996

Tableau 2.1.1. Taux de croissance des diplômes par secteur et par cycle, Québec, 1973-1996

Source : Statistique Canada.

63Aux cycles supérieurs, la part relative des SNG a quelque peu diminué : de 2 % au second cycle, mais de 7 % au doctorat (figure 2.1.3.). Toutefois, malgré cette dernière baisse, les SNG demeurent le secteur qui forme et de loin, le plus de docteurs année après année. Cette diminution des SNG au doctorat s’explique en bonne partie par le fait qu’en 1973, les SNG étaient le secteur où la tradition de recherche était la mieux implantée, de sorte qu’il a connu une croissance en valeur relative moins forte que les autres secteurs qui partaient d’à peu près rien. Cependant, en nombre absolu, ce sont les SNG qui ont vu croître le plus leur bassin de diplômés.

64L’évolution suivie par les SNG ressemble à celle des autres secteurs. Les SNG ont crû à un rythme semblable, maintenant ainsi leur part relative, à l’exception du doctorat où le nombre de diplômés dans ce secteur demeure, malgré une baisse significative, au premier rang.

La représentation féminine

65L’aspect par lequel les SNG diffèrent vraiment des autres secteurs est leur faible représentation féminine. Alors qu’en 1996, les femmes ont obtenu 60 % des baccalauréats dans l’ensemble des secteurs au premier cycle, elles ne constituaient que le tiers des bacheliers en SNG (figure 2.2.1.), soit 27 % d’écart. Aux cycles supérieurs, cet écart entre les taux de représentation féminine en SNG et la représentation féminine moyenne pour l’ensemble des secteurs s’atténue, mais la part relative des femmes demeure faible et ce, surtout au troisième cycle où elles obtiennent moins d’un doctorat sur cinq.

66Ces taux de représentation féminine en SNG cachent de grands écarts entre chacun des trois secteurs que les SNG réunissent. Les sciences pures affichent un taux de représentation féminine de 51 % au premier cycle, tandis que le génie et les sciences appliquées n’ont respectivement que 20 % et 30 % de femmes dans leurs rangs (figure 2.2.2.).

Figure 2.2.1 Représentation des femmes diplômées par secteur et cycle, Québec, 1996

Figure 2.2.1 Représentation des femmes diplômées par secteur et cycle, Québec, 1996

Représentation féminine moyenne : Baccalauréat 60 %, Maîtrise 52 %, Doctorat : 34 %. Source : Statistique Canada.

Figure 2.2.2. Représentation des femmes diplômées en SNG par secteur et cycle, Québec, 1996

Figure 2.2.2. Représentation des femmes diplômées en SNG par secteur et cycle, Québec, 1996

Source : Statistique Canada.

  • 36 Ce phénomène n’est pas attribuable à la présence des femmes étrangères inscrites en SNG. Comme nous (...)

67Au second cycle, le taux de représentation féminine augmente légèrement dans les secteurs du génie et des sciences appliquées, alors qu’il baisse en sciences pures. Cette hausse du premier au second cycle constitue une autre particularité des SNG. Il semblerait que dans les secteurs où les femmes sont les moins bien représentées, elles poursuivent leurs études au second cycle dans une proportion plus grande que leurs collègues masculins36. Au doctorat toutefois, la situation se normalise, c’est-à-dire qu’on assiste à une baisse généralisée.

68Jusqu’ici nous avons situé les SNG par rapport à l’ensemble des secteurs universitaires. Délaissons cette vue macroscopique pour une analyse au niveau des programmes d’études que regroupent les SNG.

Les programmes de premier cycle en SNG

69La taille des programmes d’études varie beaucoup. À un extrême, il y a la biophysique ou l’ingénierie qui ont décerné 1 et 6 diplômes en 1996 et à l’autre, se trouvent la biologie et l’informatique qui diplômaient 800 individus chacun, ce qui représentait 30 % de l’ensemble des diplômés en SNG cette année-là (tableau 2.3.1.).

  • 37 Seule la foresterie semble faire exception à cette règle.

70Si, par leur taille, les programmes de biologie et d’informatique se ressemblent, ils diffèrent beaucoup quant à la composition de leurs effectifs respectifs. La biologie compte deux fois et demie plus de femmes que l’informatique. La biologie est la discipline des SNG la plus populaire auprès des femmes. En fait, tous les programmes en sciences de la vie (biochimie, agriculture, zoologie37) remportent la faveur féminine.

Tableau 2.3.1. Diplômes décernés au 1er cycle en SNG par programme, Québec, 1996

Programmes

Baccalauréat

 % SNG

 % Femme

Biologie

806

14,6 %

61,9 %

Informatique

302

14,5 %

24,6 %

Génie électrique

588

10,6 %

12,8 %

Génie mécanique

585

10,6 %

12,8 %

Autre formation en génie

465

8,4 %

22.4 %

Biochimie

380

6,0 %

48.9 %

Génie civil

360

6,7 %

25,7 %

Mathématiques

347

63 %

44,4 %

Sous-total peloton de tête

4342

78,5 %

31,9 %

Chimie

226

4,1 %

45,6 %

Génie chimique

169

3,1 %

44,4 %

Génie industriel

148

2,7 %

20,9 %

Architecture

136

2,5 %

39,0 %

Physique

132

2,4 %

14,4 %

Agriculture

118

2,1 %

55,9 %

Géologie et disciplines connexes

76

1,4 %

39,5 %

Foresterie

63

1,1 %

20,6 %

Génie métallurgique

31

0,6 %

18,7 %

Génie minier

21

0,4 %

14,3 %

Architecture paysagère

20

0,4 %

65,0 %

Sciences de l'ingénieur

15

0,3 %

133 %

Zoologie

15

0,3 %

86,7 %

Gestion pêches et aménag. faune

11

0,2 %

63,6 %

Ingénierie

6

0,1 %

16,7 %

Biophysique

1

0,0 %

Sous-total peloton de queue

1188

21,5 %

,37,1 %

Total

5530

100.0 %

Source : Statistique Canada.

71Les génies électrique, mécanique et les autres formations en génie représentent aussi un autre 30 % des diplômés en SNG. Ces programmes figurent parmi ceux qui affichent les plus bas taux de représentation féminine. Avec la physique, l’informatique et la foresterie, le génie est le secteur où la différenciation selon le sexe est la plus marquée au niveau universitaire.

  • 10 BAUDELOT & ESTABLET, 1992 : 16-54

72Comme l’ont souligné Baudelot et Establet dans leur livre sur la scolarité des filles, ce maintien des différences entre filles et garçons quant au choix des programmes d’études est une caractéristique marquante de la progression des scolarités féminines et ce, à l’échelle mondiale. « Aucun pays ne renverse jamais les modèles d’orientation liés au sexe : partout l’orientation vers l’ingénierie marque une forte domination des hommes10 » Cette situation se constate tant au niveau universitaire qu’au niveau collégial technique.

73Le tableau 2.3.1. nous informe aussi sur le fait qu’en 1996, plus des trois quarts des diplômes en SNG ont été décernés par le groupe formé des disciplines de plus de 300 diplômés, que nous appellerons le peloton de tête.

Tableau 2.3.2 Taux de croissance des baccalauréats décernés en SNG par discipline, Québec, 1973-1996

Programmes

1973-1996

Biologie

85 %

Informatique

557 %

Génie électrique

145 %

Génie mécanique

205 %

Biochimie

451 %

Génie civil

167 %

Mathématiques

-5 %

Moyenne peloton de tête

178 %

Chimie

21 %

Génie chimique

135 %

Génie industriel

270 %

Architecture

-2 %

Physique

-10 %

Agriculture

8 %

Géologie et disc. connexes

-16 %

Foresterie

66 %

Génie métallurgique

0 %

Génie minier

-30 %

Architecture paysagère

400 %

Sciences de l'ingénieur

-42 %

Zoologie

114 %

Ingénierie

-96 %

Météorologie

-100 %

Moyenne peloton de queue

11 %

Total des SNG

110 %

Tous les secteurs

85 %

Autres formations en génie, gestion des pêches et aménagement faune, et biophysique n’apparaissent pas dans la liste finale, parce qu’aucun diplôme n’a été décerné dans ces programmes en 1973. Source : Statistique Canada.

74Déjà en 1973, ce groupe réunissait plus de la moitié des nouveaux bacheliers. Mais alors qu’en 1973 il ne diplômait que 1563 individus, en 1996, ils étaient plus de 4300 à recevoir un baccalauréat dans ces programmes. Il s’agit d’une croissance moyenne de 178 %, alors que la croissance globale des SNG est de 110 % (tableau 2.3.2.).

75Ces taux de croissance nous informent sur l’écart entre les deux points extrêmes de chacune des courbes d’évolution de ces programmes. Ils ne nous renseignent aucunement sur les aléas survenus au fil des ans. Comme on peut le constater sur les figures 2.3.1. et 2.3.2., l’évolution des tendances est loin d’être linéaire.

76Le nombre de bacheliers monte et descend sans que l’on sache pourquoi. Les cycles de croissance et de décroissance économiques et les fluctuations du marché de l’emploi dans les divers secteurs jouent certainement un rôle qu’il est malheureusement impossible d’évaluer ici. Hormis cela, nous n’avons pour le moment aucune autre explication à donner pour rendre compte de ces trajectoires. La seule généralisation que nous pouvons faire est qu’entre 1973 et 1996, le nombre de diplômés augmente dans à peu près tous les programmes d’études en SNG.

Figure 2.3.1. Baccalauréats décernés dans certains programmes (peloton de tête), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Figure 2.3.1. Baccalauréats décernés dans certains programmes (peloton de tête), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Source : Statistique Canada.

Figure 2.3.2. Baccalauréats décernés dans certains programmes (peloton de queue), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Figure 2.3.2. Baccalauréats décernés dans certains programmes (peloton de queue), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Source : Statistique Canada.

77Peut-on, à partir de ces données, conclure qu’il y a, ces dernières années, un phénomène de désaffectation des jeunes pour ce secteur ? Si nous regardons les taux de croissance pour la dernière décennie et les cinq dernières années, la réponse est négative (tableau 2.3.3.).Si nous considérons la moyenne générale pour l’ensemble des programmes en SNG, il y a une stabilisation au cours de la dernière décennie. En ne prenant que le peloton de tête, qui représente 79 % des diplômés, nous concluons même à une augmentation. Cette augmentation est d’autant plus significative que le nombre total de baccalauréats décernés dans l’ensemble des secteurs a crû de 2 % seulement au cours des cinq dernières années.

78Évidemment, certaines disciplines des SNG présentent des bilans meilleurs que d’autres. Les génies électrique et mécanique et les mathématiques sont dans un cycle de décroissance. Cependant, il faut se rappeler que le génie mécanique a été un des programmes qui a enregistré un fort taux de croissance entre 1973 et 1996. De plus, il se pourrait que la création de nouveaux programmes en génie tels qu’ingénierie des systèmes, génie aéronautique, et autres formations en génie, se fasse au détriment des cohortes des génies mécanique et électrique.

79Pour ce qui est des mathématiques, elles sont les seules à afficher un taux de croissance négatif entre 1973-1996. Il faudrait voir si la mise en place des départements d’informatique n’aurait pas drainé une partie des effectifs, ce qui expliquerait certaines fluctuations, du moins au courant des années 1970. Peut-être aussi faut-il chercher des explications du côté des taux de « diplomation ».

Tableau 2.3.3. Taux de croissance des baccalauréats décernés en SNG par programme, Québec, 1986-1996 et 1991-1996

Programmes

1986-1991

1991-1996

1986-1996

Biologie

-5 %

19 %

13 %

Informatique

-8 %

20 %

10 %

Génie électrique

-10 %

-10 %

-19 %

Génie mécanique

4 %

-14 %

-11 %

Autre formation en génie

46 %

19 %

74 %

Biochimie

-12 %

50 %

31 %

Génie civil

15 %

17 %

35 %

Mathématiques

-4 %

-23 %

-26 %

Moyenne peloton de tête

-1 %

6 %

5 %

Chimie

-24 %

24 %

-6 %

Génie chimique

0 %

0 %

0 %

Génie industriel

14 %

41 %

61 %

Architecture

8 %

-30 %

-24 %

Physique

3 %

-16 %

-14 %

Agriculture

-32 %

-26 %

-50 %

Géologie et disc. connexes

-51 %

31 %

-36 %

Foresterie

-7 %

-16 %

-22 %

Génie métallurgique

-39 %

35 %

-18 %

Génie minier

-32 %

-16 %

-43 %

Architecture paysagère

0 %

-29 %

-29 %

Sciences de l'ingénieur

8 %

-74 %

-72 %

Zoologie

-50 %

650 %

275 %

Gestion pèches et aménag. faune

25 %

10 %

38 %

Moyenne peloton de queue

-10 %

-9 %

-18 %

Total des SNG

-3 %

2 %

-1 %

Tous les secteurs

18 %

2 %

21 %

Source : Statistique Canada.

  • 38 En 1996, le ministère de l’Éducation du Québec a mis au point une méthode pour évaluer le chemineme (...)

80Selon les calculs effectués par le ministère de l’Éducation38, les mathématiques sont la discipline des SNG qui a le plus bas taux de « diplomation » (tableau 2.3.4.). Est-ce que les taux de « diplomation » en mathématiques ont toujours été aussi bas ou est-ce là un phénomène assez récent ? Malheureusement l’étude du ministère de l’Éducation ne nous éclaire pas à ce sujet.

81Comme nous pouvons le constater au tableau 2.3.4., les SNG diplôment en moyenne à peine plus d’un étudiant sur deux inscrits initialement à temps plein. Bien que peu élevé, ce taux de « diplomation » se compare à la plupart des autres secteurs ayant peu de programmes contingentés. En fait, comme on pouvait s’y attendre, les secteurs qui affichent les meilleures performances sont ceux qui regroupent le plus de programmes contingentés, tels le droit et les sciences de la santé.

Tableau 2.3.4. Taux cumulatif de « diplomation » dans la discipline initiale, régime d’études initial à temps plein, ensemble des établissements, Québec

Tableau 2.3.4. Taux cumulatif de « diplomation » dans la discipline initiale, régime d’études initial à temps plein, ensemble des établissements, Québec

Source : Ministère de l’Éducation, DERU, système RECU, modèle de cheminement étudiant par discipline.

82Il faut bien comprendre ce que veulent dire ces taux. Ils nous informent sur le nombre d’étudiants qui ont terminé leur baccalauréat dans la discipline initiale. Tous les étudiants qui ont abandonné leur programme initial n’ont pas nécessairement quitté les SNG, probablement qu’un certain nombre ont choisi un autre programme des SNG et l’ont terminé. D’autres sont peut-être allés terminer leur programme initial en SNG dans un autre établissement. Mais, malgré toutes ces nuances, un fait demeure : un taux de « diplomation » de 55 % ou de 57 % implique que plusieurs centaines d’étudiants ont choisi un programme en SNG puis, pour diverses raisons, l’ont abandonné en cours de route.

  • 39 Aux États-Unis, cette question a fait l’objet de quelques ouvrages, dont en particulier celui de El (...)

83Dans son avis Des formations pour une société de l’innovation, le Conseil de la science et la technologie a dénoncé cette « déperdition des effectifs » et fait des recommandations en conséquence. À la même occasion, il soulignait aussi l’absence d’étude québécoise ou même canadienne sur ce phénomène d’abandon des programmes en sciences39. À notre tour de déplorer ce manque.

84Si aucune désaffection des jeunes pour les sciences au premier cycle universitaire n’est constatée, qu’en est-il aux cycles supérieurs ?

Les cycles supérieurs en SNG

85Il est beaucoup plus difficile de connaître les tendances des clientèles étudiantes aux cycles supérieurs qu’au baccalauréat, parce que la part des étudiants étrangers en sol québécois et celle des étudiants québécois hors Québec ne sont plus négligeables.

86Notre banque de données nous permet d’évaluer la part des étudiants étrangers inscrits dans les universités québécoises. Sont considérés comme étrangers, les étudiants qui ne sont ni citoyens canadiens, ni résidents permanents. Bien que les statistiques couvrent la période 1972 à 1997, la présence d’un grand nombre d’individus au statut non-déclaré jusqu’en 1976 nous a amenés à ne prendre en considération que les données pour les années 1977 à 1997.

  • 11 CONSEIL DES UNIVERSITÉS, 1992 : 43

87Cette variable du statut de citoyenneté n’est toutefois disponible que pour les inscriptions. Selon le défunt Conseil des universités, qui a réalisé en 1992 une étude portant sur les étudiants étrangers dans les universités québécoises, les taux de « diplomation », de même que la durée des études ne semblent pas indiquer de différences significatives entre les étudiants étrangers et les étudiants québécois11. Ainsi, les constats que nous ferons à partir de l’analyse des inscriptions devraient être sensiblement les mêmes en ce qui concerne la « diplomation ».

  • 12 CONSEIL DES UNIVERSITÉS, 1992 : 43 et 59

88Pour ce qui est des étudiants québécois partis poursuivre leurs études de cycle supérieur hors du Québec, le Conseil des universités a évalué leur nombre à quelque 2500, dont 1 500 aux États-Unis seulement pour l’année 199012. Aucune précision n’est apportée quant à leur répartition par sexe, la discipline qu’ils ont choisie ou encore le type de diplôme visé. Cela constituerait une autre étude en soi.

89À notre portrait statistique manquera donc la part des Québécois partis étudier hors de la province ou encore des Canadiens des autres provinces venus étudier ici. C’est donc un portrait incomplet que nous vous présenterons dans les pages qui suivent.

1. Les étudiants étrangers inscrits aux cycles supérieurs en SNG

90En 1997, 757 étudiants étrangers étaient inscrits au second cycle et 874 au troisième cycle, ce qui représente respectivement 14 % et 31 % de l’ensemble des inscrits pour les deuxième et troisième cycles. Remarquons qu’ils sont plus nombreux à venir au Québec pour les études doctorales que pour celles de la maîtrise et que, vu la taille des programmes de doctorat, leur part relative est deux fois plus grande.

91Pour établir des comparaisons avec les autres secteurs, nous devons nous référer aux données compilées par l’Association canadienne pour les études supérieures (ACES) et le Conseil des universités (tableaux 2.4.1. et 2.4.2.).

Tableau 2.4.1. Inscriptions aux 2e et 3e cycles par secteur et par année, Québec, 1996 et 1997

Tableau 2.4.1. Inscriptions aux 2e et 3e cycles par secteur et par année, Québec, 1996 et 1997

Section A : englobe les arts et lettres et une partie des sciences humaines.
Section B : englobe l’administration, l’éducation et une autre partie des sciences humaines
Section C : englobe les sciences appliquées, le génie et une partie des sciences pures
Section D : englobe les sciences de la santé et une autre partie des sciences pures.
Source : Statistique Canada pour l’Association canadienne pour les études supérieures. Rapports annuels de 1998 et 1999.
http://www.acpes.ca/​publication/​rapports_statistiques.html

92Notons d’abord que le découpage des secteurs fait par l’ACES n’est pas le même que le nôtre et que, par conséquent, les chiffres diffèrent. Ce que nous appelons les SNG comprend la totalité du secteur C – sciences naturelles et appliquées – et une partie importante du secteur D – sciences biologiques – qui comprennent aussi le secteur de la santé. Le tableau 2.4.1. illustre bien les différences considérables qui existent entre les secteurs des sciences dites « dures » et les autres dites « molles ». Les étudiants étrangers choisissent dans une plus grande proportion les SNG que les étudiants canadiens.

  • 13 CONSEIL DES UNIVERSITÉS, 1992 : I-VI et 45-51

93La répartition des étudiants étrangers par secteur réalisée par le Conseil des universités montre parfaitement ce phénomène (tableau 2.4.2.). De tous les étudiants étrangers venus au Québec pour entreprendre des études supérieures, plus de 40 % à la maîtrise et plus de 50 % au doctorat ont opté pour les SNG. Comme le Conseil des universités le soulignait, l’orientation marquée des étudiants étrangers pour les SNG traduit les besoins des pays en voie de développement d’où provient la très grande majorité de ces étudiants étrangers, soit 72 % à la maîtrise et 79 % au doctorat13.

Tableau 2.4.2. Répartition des inscriptions des étudiants étrangers par grand secteur disciplinaire, Québec, automne 1990

Tableau 2.4.2. Répartition des inscriptions des étudiants étrangers par grand secteur disciplinaire, Québec, automne 1990

Source : Fichier RECU, données préparées par le Conseil des universités, Les étudiants étrangers dans les universités québécoises, Québec, 1992, annexe E.

94Contrairement à ce que les auteurs de cet avis prévoyaient en 1992, il n’y a pas eu d’intensification de l’internationalisation des clientèles universitaires.

95En effet, depuis 1990 pour la maîtrise et 1994 pour le doctorat, les effectifs étrangers inscrits en SNG ont fortement décru (figure 2.4.1.). À cette diminution en valeur absolue correspond une baisse de leur part relative, baisse d’autant plus forte que le nombre d’étudiants canadiens a poursuivi sa croissance (figure 2.4.2.). En 1997, la part relative des étudiants inscrits au doctorat en SNG est retournée à ce qu’elle était dix ans auparavant, alors qu’à la maîtrise, leur représentation a atteint les plus basses proportions des vingt dernières années.

Figure 2.4.1. Effectifs étrangers inscrits par cycle, Québec, 1977-1997

Figure 2.4.1. Effectifs étrangers inscrits par cycle, Québec, 1977-1997

Source : Statistique Canada.

Figure 2.4.2. Part relative des effectifs étrangers inscrits en SNG par cycle, Québec, 1977-1997

Figure 2.4.2. Part relative des effectifs étrangers inscrits en SNG par cycle, Québec, 1977-1997

Source : Statistique Canada.

96Parmi ces contingents étrangers, il y a de plus en plus de femmes. En 1997, le quart des effectifs étrangers inscrits au doctorat et un peu moins du tiers à la maîtrise sont des femmes, soit les mêmes proportions qu’affichent les étudiantes canadiennes par rapport aux étudiants canadiens. Depuis 1972, il s’agit d’une augmentation importante des effectifs féminins (tableau 2.4.3.).

Tableau 2.4.3. Taux de croissance des effectifs inscrits en SNG par statut, par sexe et par cycle, Québec, 1977-1997

Tableau 2.4.3. Taux de croissance des effectifs inscrits en SNG par statut, par sexe et par cycle, Québec, 1977-1997

Source : Statistique Canada.

97Cette forte croissance de la part des étudiantes tant étrangères que canadiennes résulte en partie du fait qu’elles partent d’une représentation très faible en début de période (figures 2.4.3. et 2.4.4.). Malgré une nette progression suivie d’un recul, la part des hommes étrangers inscrits au doctorat en SNG demeure, encore aujourd’hui, supérieure à celle des femmes canadiennes.

Figure 2.4.3. Part relative des effectifs inscrits au doctorat en SNG par statut et par sexe, Québec, 1977-1997

Figure 2.4.3. Part relative des effectifs inscrits au doctorat en SNG par statut et par sexe, Québec, 1977-1997

Source : Statistique Canada.

Figure 2.4.4. Part relative des effectifs inscrits à la maîtrise en SNG par statut et par sexe, Québec, 1977-1997

Figure 2.4.4. Part relative des effectifs inscrits à la maîtrise en SNG par statut et par sexe, Québec, 1977-1997

Source : Statistique Canada.

98Naturellement, il s’agit là de taux moyens de représentation pour l’ensemble des SNG. Des différences importantes existent entre chacune des disciplines. Voyons maintenant ce qu’il en est pour chacun des cycles.

2. Les programmes de second cycle en SNG

99En 1996, la répartition par programme des diplômés de second cycle en SNG était la suivante (tableau 2.4.4.).

100En comparant les tableaux 2.3.1. et 2.4.4., on constate d’abord que les disciplines du peloton de tête sont les mêmes au premier et second cycles, à l’exception de la biochimie. Seul l’ordre a quelque peu changé. La biologie et l’informatique ont perdu leur confortable avance et se voient précédées de peu par le génie électrique. Le génie civil a dépassé le génie mécanique. La biochimie a décru dramatiquement alors que la catégorie « autres formations en génie » a maintenu sa position. Globalement, ce groupe de disciplines, qui réunissait près de 80 % des bacheliers en SNG (peloton de tête), ne représente plus au second cycle que 63 % de l’ensemble des diplômés.

101Parmi ce peloton de tête, les étudiants étrangers affichent une part relative quelque peu sous la moyenne, soit 13,2 %. Cette évaluation de la part relative des effectifs étrangers parmi les diplômés de 1996 a été faite à partir des inscriptions pour cette même année. Notons que la liste des programmes d’études n’est pas exactement la même pour l’une et l’autre des banques de données. Par exemple, la phytotechnie, la microbiologie et la zootechnie ne se retrouvent que dans la banque d’inscriptions. De plus, des changements sont survenus parmi les programmes au cours des années. C’est le cas, entre autres, pour les sciences de l’ingénieur et la zoologie. Au départ, ces deux programmes existent dans les deux banques, puis à partir de 1994 pour les sciences de l’ingénieur et de 1996 pour la zoologie, ces programmes disparaissent de la banque d’inscriptions. Deux hypothèses sont possibles : aucune inscription n’a été faite dans ces programmes et, par conséquent, ils ont été enlevés de la liste, ou bien, ces catégories de programmes ont été abolies. Malgré les limites inhérentes à l’utilisation de deux banques de données différentes, ces chiffres nous fournissent un indicateur valable de la proportion d’étudiants étrangers dans les divers programmes.

Tableau 2.4.4. Diplômes décernés et part relative des effectifs étrangers inscrits par programme, 2e cycle en SNG, Québec, 1996

Programmes

Diplôme

% SNG

% Femme

% Étranger inscrit

Génie électrique

166

11.7 %

13,9 %

21,3 %

Biologie

162

11.4 %

55,6 %

10,7 %

Informatique

158

11,1 %

25,3 %

12,0 %

Autre formation en génie

114

8,0 %

29,8 %

8,8 %

Génie civil

110

7,7 %

25,5 %

12,3 %

Génie mécanique

97

6,8 %

18,6 %

14,2 %

Ma thématiques

93

6,5 %

29,0 %

14,9 %

Sous-total peloton de tête

900

63.4 %

28,9 %

13,2 %

Chimie

91

6,4 %

41.8 %

10,5 %

Physique

68

4,8 %

11,8 %

22,8 %

Agriculture

53

3.7 %

37,7 %

18,7 %

Génie chimique

45

3,2 %

37,8 %

21,7 %

Géologie et disc. connexes

42

3,0 %

28,6 %

16,5 %

Génie industriel

33

2,3 %

24,2 %

16,2 %

Architecture

32

2,3 %

50,0 %

27,0 %

Océanographie

32

2.3 %

53.1 %

22,4 %

Génie minier

28

2,0 %

21,4 %

32,2 %

Foresterie

22

1,5 %

18,2 %

19,5 %

Sciences de l'ingénieur

20

1.4 %

20,0 %

n.d.

Génie aéronautique et aérospatial

18

1,3 %

5,6 %

1,8 %

Génie métallurgique

15

1,1 %

26,7 %

18,8 %

Météorologie

9

0.6 %

44,4 %

25,8 %

Biochimie

8

0,6 %

87,5 %

8,3 %

Zoologie

4

0,3 %

50,0 %

n.d.

Sous-local peloton de queue

520

36,6 %

32,3 %

17,2 %

Total

1420

100,0 %

30,1 %

14,6 %

Source : Statistique Canada.

102En comparant nos taux de représentation des étudiants étrangers inscrits par programme en 1996 avec les données préparées par le Conseil des universités sur la proportion des diplômés étrangers selon les domaines disciplinaires pour 1988-1990 (tableau 2.4.5.), nous constatons une diminution globale de la part relative des étudiants étrangers, ce qui concorde avec l’évolution de leurs effectifs telle qu’illustrée à la figure 2.4.1.

Tableau 2.4.5. Proportion de diplômés étrangers selon les domaines disciplinaires, Québec, 1988-1990

Tableau 2.4.5. Proportion de diplômés étrangers selon les domaines disciplinaires, Québec, 1988-1990

Source : Conseil des universités, Les étudiants étrangers dans les universités québécoises. Avis, Québec, Gouvernement du Québec, 1992, annexe D.

103Tel que les figures 2.4.5. et 2.4.6. l’illustrent, la répartition par programme des diplômés de 1996 a varié au cours des années. Comme dans le cas du premier cycle, nous ne sommes pas en mesure d’expliquer ces variations qui font sûrement intervenir plusieurs facteurs.

Figure 2.4.5. Maîtrises décernées dans certains programmes des SNG (peloton de tête), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Figure 2.4.5. Maîtrises décernées dans certains programmes des SNG (peloton de tête), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Source : Statistique Canada.

104La distribution des programmes du peloton de tête de 1996 diffère peu de la répartition que l’on retrouve chez les étudiants étrangers inscrits cette même année. La biologie passe de la seconde à la septième place, juste derrière les mathématiques, alors que le génie civil précède les autres formations en génie. Ces sept programmes du peloton de tête réunissent 61 % des étudiants étrangers inscrits en SNG.

Figure 2.4.6. Maîtrises décernées dans certains programmes des SNG (peloton de queue), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Figure 2.4.6. Maîtrises décernées dans certains programmes des SNG (peloton de queue), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)

Source : Statistique Canada.

105Ce même peloton compte aussi parmi ses rangs près des deux tiers des femmes diplômées en SNG. Cependant, la hiérarchie des programmes n’est plus la même (tableau 2.4.6.). La biologie est bien sûr au premier rang avec 21 % des diplômées en SNG. Il s’agit d’une grande concentration des effectifs féminins en comparaison des hommes. Le programme qui diplôme le plus d’hommes en SNG au second cycle est le génie électrique avec 14 % des diplômés.

106Loin derrière la biologie, suit l’informatique. La chimie fait son apparition dans le peloton de tête. La spécialité en génie la plus populaire est « autres formations en génie » et non plus le génie électrique. Ce dernier se classe à la suite des mathématiques et du génie civil. On remarque aussi que le génie électrique comprend la délégation d’étudiantes étrangères la plus importante du peloton de tête.

107Dans le peloton de queue, parmi les programmes comptant plus de cinquante diplômés au total en 1996, c’est le programme de physique qui affiche la plus forte représentation d’étudiantes étrangères, soit plus du tiers des effectifs féminins dans un programme à très faible représentation féminine. Cela veut dire que dans deux des programmes, physique et génie électrique, où les femmes sont le plus faiblement représentées, la représentation des étudiantes canadiennes est nettement en dessous des taux moyens indiqués au tableau 2.4.4.

Tableau 2.4.6. Diplômées et part relative des étudiantes étrangères inscrites par programme, 2e cycle en SNG, Québec, 1996

Programmes

Diplômée

% Diplômée/Total

% Femme

% Étrangère inscrite

Biologie

90

21 %

56 %

11 %

Informatique

40

9 %

25 %

13 %

Chimie

38

9 %

42 %

15 %

Autre formation en génie

34

8 %

30 %

14 %

Génie civil

28

7 %

25 %

8 %

Mathématiques

27

6 %

29 %

10 %

Génie électrique

23

5 %

14 %

19 %

Sous-total peloton de tête

280

65 %

31 %

12 %

Agriculture

20

5 %

38 %

15 %

Génie mécanique

18

4 %

19 %

8 %

Génie chimique

17

4 %

38 %

23 %

Océanographie

17

4 %

53 %

22 %

Architecture

16

4 %

50 %

25 %

Géologie et disc.connexes

12

3 %

29 %

7 %

Génie industriel

8

2 %

24 %

20 %

Physique

8

2 %

12 %

35 %

Biochimie

7

2 %

88 %

9 %

Génie minier

6

1 %

21 %

17 %

Foresterie

4

1 %

18 %

6 %

Génie métallurgique

4

1 %

27 %

0 %

Météorologie

4

1 %

44 %

50 %

Sciences de l'ingénieur

4

1 %

20 %

n.d.

Zoologie

2

0 %

50 %

n.d.

Génie aéronau. et aérospa.

1

0 %

6 %

20 %

Sous-total peloton de queue

148

35 %

28 %

17 %

Total

428

100 %

30 %

14 %

Source : Statistique Canada

3. Les programmes de troisième cycle en SNG

108En 1996, les universités du Québec ont octroyé près de 480 doctorats en SNG comparativement à 175 en 1973. La discipline dans laquelle ont été formés, et qui forme encore, le plus grand nombre de docteurs depuis 1973 est la chimie, qui réunit 15 % de tous les doctorats octroyés (tableau 2.4.7). Suivent le génie électrique, la biologie et la physique. Par rapport à leur bassin de diplômés au premier cycle, la chimie et la physique se démarquent du reste des disciplines. Alors qu’en moyenne, le nombre de docteurs représente 10 % du nombre de bacheliers, en chimie et en physique ce rapport grimpe à 20 % et 19 %. Cette situation est le reflet d’un certain marché de l’emploi et d’une tradition de recherche dans ces disciplines, laquelle remonte au début du XXe siècle. En fait, les premiers doctorats décernés au Québec l’ont été dans ces disciplines.

109À l’autre extrême, on retrouve l’informatique avec un rapport doctorat/baccalauréat de moins de 4 %. Encore là, il s’agit d’abord d’un effet du marché de l’emploi. Lorsque les bacheliers peuvent se trouver aisément un emploi très bien rémunéré après leurs études, cela a pour effet de diminuer les incitatifs quant à la poursuite d’études aux cycles supérieurs.

110Les chiffres sont trop petits (60 diplômes et moins) au doctorat pour qu’il soit pertinent de parler des taux de croissance, du moins par discipline. Pour l’ensemble des programmes d’études au doctorat en SNG, spécifions seulement que les taux de croissance entre 1986-1996 et 1991-1996 sont positifs.

Tableau 2.4.7. Doctorats décernés et part relative des effectifs étrangers inscrits par programme, 3e cycle en SNG, Québec, 1972-1997 (moyenne mobile sur trois ans)

Tableau 2.4.7. Doctorats décernés et part relative des effectifs étrangers inscrits par programme, 3e cycle en SNG, Québec, 1972-1997 (moyenne mobile sur trois ans)

Source : Statistique Canada.

111Les étudiants étrangers constituent globalement un peu moins du tiers des effectifs inscrits au doctorat en SNG tant en 1996 que pour l’ensemble de la période 1972 à 1997. Ils sont plus présents dans certains programmes, tels que le génie chimique, l’agriculture et le génie minier. Les génies civil et mécanique ont aussi accueilli par le passé de nombreux étudiants étrangers comme le prouvent les taux cumulatifs de 1972 à 1997. D’importantes variations sont survenues au cours des années. Au tournant des années 1990 par exemple, les étudiants étrangers composaient 49 % des effectifs inscrits dans l’ensemble des programmes de génie au troisième cycle. Ces chiffres concordent avec ceux du Conseil des universités tels qu’exprimés au tableau 2.4.5.

  • 14 LEBEL, 1999

112Selon Jean Lebel, directeur des études de cycles supérieurs et de la recherche au siège social de l’université du Québec, et responsable de la publication du Rapport statistique de l’Association canadienne pour les études supérieures, la baisse des effectifs étrangers aux cycles supérieurs dans les universités canadiennes, pourrait s’expliquer en partie par la hausse des droits de scolarité, des assurances et des soins de la santé, qui aurait incité de nombreux étudiants étrangers à demander le statut d’immigrant14. La compétition de plus en plus grande que se livrent les universités américaines, anglaises et australiennes sur le marché international pourrait être un second facteur. Dans quelle mesure ces explications s’appliquent au Québec et à son réseau d’universités francophones ? La question demeure ouverte.

113En 1996, 71 des 479 doctorats décernés en SNG l’ont été à des femmes. Encore une fois la biologie est la discipline qui diplôme le plus de femmes (tableau 2.4.8.). Mais alors que les femmes y étaient majoritairement représentées au premier et second cycles, au doctorat, elles n’y constituent pas même le tiers des diplômés. En fait, dans aucun programme de doctorat en SNG, les femmes n’ont une représentation majoritaire.

114La biologie, l’agriculture et la chimie ont diplômé 46 % des femmes en SNG en 1996. Bien qu’il y ait eu d’importantes fluctuations dans les effectifs d’une année à l’autre, puisqu’il s’agit de petits programmes, la popularité de ces trois disciplines ne s’est pas démentie tout au long de la période 1973-1996 : près de la moitié des quelque 500 doctorats décernés en SNG à des femmes entre 1973 et 1996 l’ont été en chimie, en biologie et en agriculture.

115Cette grande concentration des femmes en SNG implique qu’elles sont peu présentes dans certains autres programmes, tel que le génie. À part le génie chimique où elles constituent 29 % des diplômées, dans les autres spécialités du génie, les femmes représentent moins de 10 % des effectifs diplômés. Parmi elles se trouve une délégation importante d’étudiantes étrangères, soit un peu plus du tiers des effectifs féminins. Elles ont déjà été beaucoup mieux représentées dans le secteur du génie. De 1985 et 1990, elles composaient entre 50 et 75 % des effectifs inscrits en génie électrique par exemple. Des 143 doctorats décernés en génie à des femmes entre 1973 et 1996 au Québec, quelle est la part des docteurs canadiens ?

Tableau 2.4.8. Diplômées et part relative des étudiantes étrangères inscrites par programme, 3e cycle en SNG, Québec, 1996

Programmes

Diplômée

% Diplômée/total

% Femme

% Étrangère inscrite

Biologie

13

18 %

31 %

24 %

Agriculture

10

14 %

36 %

36 %

Chimie

10

14 %

17 %

30 %

Génie chimique

9

13 %

29 %

33 %

Mathématiques

7

10 %

20 %

29 %

Océanographie

4

6 %

33 %

22 %

Biochimie

3

4 %

27 %

20 %

Génie électrique

3

4 %

6 %

37 %

Architecture

2

3 %

29 %

19 %

Foresterie

2

3 %

33 %

29 %

Génie minier

2

3 %

10 %

29 %

Physique

2

3 %

5 %

21 %

Autre formation en génie

1

1 %

4 %

32 %

Génie civil

1

1 %

3 %

35 %

Génie mécanique

1

1 %

3 %

18 %

Géologie et disc. connexes

1

1 %

9 %

59 %

Total

71

100 %

15 %

29 %

Source : Statistique Canada.

116La réponse à cette dernière question ne saurait être complète sans les réponses aux questions suivantes. Est-ce que les étudiants québécois partent en aussi grand nombre étudier hors Québec ? Dans quels secteurs disciplinaires se sont-ils orientés ? Quelle est la proportion homme-femme des étudiants québécois partis poursuivre des études supérieures à l’extérieur de la province ?

Section 4. CONCLUSION

  • 40 Sont exclues de la figure 2.5.2., les inscriptions dans les programmes non-déclarés, sans objet, ai (...)

117D’après notre analyse des données du Système d’information statistique sur la clientèle des universités (SISCU) de Statistique Canada, nous n’avons constaté aucun phénomène de désaffection des jeunes envers les sciences au cours des dix dernières années. Aucune baisse significative de la « diplomation » n’est survenue durant la dernière décennie. Il s’agit plutôt d’une stabilisation de la « diplomation » en SNG. Ce même phénomène de stabilisation est aussi constaté en ce qui concerne les inscriptions en SNG et ce, pour les trois cycles universitaires (figure 2.5.1.). Notons que la stabilisation des inscriptions en SNG au premier cycle est d’autant plus significative que l’on assiste à une baisse des inscriptions totales pour l’ensemble des secteurs depuis 1993 (figure 2.5.2.)40.

Figure 2.5.1. Inscriptions totales (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, 1972-1997

Figure 2.5.1. Inscriptions totales (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, 1972-1997

Source : Statistique Canada.

Figure 2.5.2. Inscriptions totales (temps plein et partiel) pour l’ensemble des secteurs par cycle, Québec, 1972-1997

Figure 2.5.2. Inscriptions totales (temps plein et partiel) pour l’ensemble des secteurs par cycle, Québec, 1972-1997

Source : Statistique Canada.

118Bien que notre source première de données provienne de Statistique Canada, nous avons aussi consulté le système RECU du ministère de l’Éducation afin de vérifier nos constats. Que nous regardions l’évolution de la « diplomation » ou celle des inscriptions (temps plein et temps partiel) au cours des dernières années, nous observons aussi une stabilisation des effectifs étudiants (figures 2.5.3. et 2.5.4.).

Figure 2.5.3. « Diplomation » en SNG par cycle, Québec, 1987-1997

Figure 2.5.3. « Diplomation » en SNG par cycle, Québec, 1987-1997

Source : Ministère de l’Éducation, DERU, Système RECU.

Figure 2.5.4. Inscriptions totales (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, 1987-1997

Figure 2.5.4. Inscriptions totales (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, 1987-1997

Source : Ministère de l’Éducation, DERU, Système RECU.

119Nous avons aussi pris en compte l’évolution des nouvelles inscriptions en SNG depuis 1988, ce que le système RECU nous permet de faire contrairement au SISCU (figure 2.5.5.).

Figure 2.5.5. Nouvelles inscriptions (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, automne 1988-1997

Figure 2.5.5. Nouvelles inscriptions (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, automne 1988-1997

Source : Ministère de l’Éducation, DERU, Système RECU.

120Au cours de cette dernière décennie, nous constatons des variations plus considérables au premier cycle pour les nouvelles inscriptions que pour la « diplomation » et les inscriptions totales, mais rien que l’on puisse identifier comme étant une baisse significative des effectifs étudiants universitaires en SNG. Les taux de croissance pour les dix ou cinq dernières années le confirment (tableau 2.5.1.).

121Au premier cycle, la baisse survenue au cours des cinq dernières années est très faible, tandis que celle enregistrée par le troisième cycle pourrait s’expliquer en partie par la diminution des effectifs étrangers. Pour tous les cycles et périodes ciblés, la « diplomation » est en croissance.

122Ainsi d’une banque de données à une autre, que l’on regarde la « diplomation », les inscriptions totales ou nouvelles, aucune de ces données prises dans leur ensemble ne peut justifier un discours sur la désaffection des jeunes pour les sciences. Comme nous l’avons vu, beaucoup de disciplines constituant les SNG ont enregistré des fluctuations importantes, mais le bassin total en SNG demeure à peu près le même d’année en année. On assiste en quelque sorte à une redistribution des effectifs en SNG au fil des ans.

123Comment expliquer l’existence de discours sur la désaffection des jeunes à l’égard des sciences alors que les données montrent clairement que ce phénomène est inexistant ? La réponse à cette question réside, à notre avis, en bonne partie dans le fait que certains acteurs sociaux perçoivent un écart croissant entre l’offre stable de diplômés et une demande projetée à la hausse. Ils appréhendent que la production globale de diplômés universitaires en SNG réponde de moins en moins aux besoins industriels que l’on dit en croissance.

124À cette perception fondée sur l’anticipation s’ajoute une tendance certaine à prendre la partie pour le tout, c’est-à-dire à transformer une pénurie relative dans des domaines précis en l’expression d’une tendance globale. Les figures 2.3.1. et 2.3.2. sur la « diplomation » par discipline montrent les dangers d’une telle généralisation. Il faut donc délaisser les discours trop généraux qui orientent l’analyse vers de fausses pistes et suivre les tendances au niveau des disciplines et même des spécialités.

Tableau 2.5.1. Taux de croissance des inscriptions nouvelles et totales et de la « diplomation » en SNG par cycle, Québec, 1988-1997 et 1993-1997

1er cycle

2e cycle

3e cycle

1988-1997

Nouvelles inscriptions

4 %

24 %

27 %

Inscriptions totales

3 %

19 %

38 %

Diplomation

3 %

43 %

84 %

1993-1997

Nouvelles inscriptions

-3 %

1 %

-13 %

Inscriptions totales

-2 %

1 %

-7 %

Diplomation

1 %

9 %

41 %

Source : Ministère de l’Éducation, DERU, Système RECU.

125Une autre ambiguïté importante des discours des acteurs sur les carrières scientifiques est la confusion entre « scientifiques » et « techniciens ». Il n’est pas certain en effet que les discours visant à stimuler de façon générique les « carrières scientifiques » n’aient pas l’effet pervers de pousser vers des études universitaires des jeunes qui pourraient avoir une excellente formation technique au niveau collégial, formation à forte composante scientifique sans toutefois être de niveau universitaire. Ici encore les généralités sont à éviter. Il faut suivre le développement des divers programmes techniques et identifier les besoins précis, car il est évident que plusieurs secteurs de l’économie ont davantage besoin de techniciens que de bacheliers.

126Derrière la stabilisation des effectifs universitaires en SNG, semble se cacher une dynamique redistributive importante qui résulterait des signaux, en partie économiques, perçus par les étudiants et les étudiantes. Une étude serait à mener afin de mieux comprendre cette dynamique de choix d’orientation des clientèles étudiantes.

127De toutes les tendances présentées dans cette étude, la plus importante, et qui est suffisamment stable pour fonder des prévisions, est sans conteste la nouvelle composition des effectifs en SNG selon le sexe. On retrouve en effet de plus en plus de femmes et de moins en moins d’hommes dans les effectifs inscrits dans le programme préuniversitaire en sciences de la nature au collégial. Or, les femmes et les hommes, ayant des modèles d’orientation différents, ne se dirigent pas vers les mêmes disciplines scientifiques, ce qui entraînera fort probablement une redistribution des effectifs étudiants et par conséquent, des diplômés. Le déplacement des effectifs devrait se faire vers les sciences de la vie et les sciences de la santé au détriment des sciences à fort contenu physique, tels que la physique et la plupart des programmes de génie ainsi que certains programmes des sciences appliquées, comme l’informatique et la foresterie, domaines vers lesquels se dirigent trois fois moins de femmes que d’hommes.

Annexes

Annexe 1. Secteurs et disciplines, formation universitaire

Administration

-Commerce, gestion et administration des affaires

-Études spécialisées en administration

Arts et lettres

- Arts appliqués

- Beaux-arts

- Anglais

- Français

- Langues et/ou littératures - autres

- Études classiques, langues classiques et langues mortes

- Musique

- Autres arts d’interprétation

- Discipline artistique inconnue

- Traduction et interprétation

- Autre formation en communication de masse

- Journalisme

- Linguistique

Éducation

- Éducation physique

- Enseignement en garderie et en maternelle

- Formation des enseignants du primaire et du secondaire

- Autres domaines de l’enseignement non didactique

- Enseignement supérieur

- Sciences de l’activité physique

Sciences humaines

- Anthropologie

- Archivistique

- Autre formation en services sociaux

- Criminologie

- Droit

- Études canadiennes

- Études régionales

- Études théologiques

- Histoire

- Psychologie

- Science politique

- Service social et assistance sociale

- Archéologie

- Arts et sciences

- Bibliothéconomie

- Démographie

- Économie

- Études de l’environnement humain

- Études religieuses

- Géographie

- Philosophie

- Récréologie et administration des loisirs

- Science ménagère

- Sociologie

Santé

- Art dentaire

- Discipline scientifique inconnue

- Médecine vétérinaire

- Réhabilitation

- Science vétérinaire

- Sciences infirmières

- Spécialités chirurgicales

- Spécialités médicales

- Techniques médicales

- Optométrie

- Autres professions de la santé

- Médecine

- Pharmacie

- Santé publique

- Sciences fondamentales en médecine

- Sciences paracliniques

- Spécialités dentaires

- Spécialités vétérinaires

- Toxicologie

Génie

- Autres formations en génie

- Génie chimique

- Génie électrique

- Génie mécanique

- Génie minier

- Ingénierie des systèmes

- Génie aéronautique et aérospatial

- Génie civil

- Génie industriel

- Génie métallurgique

- ingénierie

- Sciences de l’ingénieur

Sciences appliquées

- Agriculture (sauf industrie primaire)

- Architecture paysagère

- Gestion des pêches et aménagement de la faune

- Métallurgie

- Océanographie

- Architecture

- Foresterie

- Informatique

- Météorologie

Sciences pures

- Biochimie

- Biophysique

- Chimie

- Mathématiques

- Zoologie

- Biologie

- Botanique

- Géologie et disciplines connexes

- Physique

Autres

- Pluridisciplinarité

- Études militaires

Annexe 2. Champs de connaissances et techniques, formation collégiale et formation technique

Techniques physiques

- Techniques de chimie analytique

- Techniques de chimie-biologie

- Technologie du bâtiment et des travaux publics

- Technologie du génie civil

- Entretien d’aéronefs

- Géomatique

- Technologie de la géodésie

- Exploitation et production des ressources marines

- Avionique

- Techniques de production manufacturière

- Techniques de la mécanique

- Techniques de transformation des matériaux composites

- Techniques d'analyse d’entretien

- Technologie du génie électrique

- Instrumentation et contrôle

- Équipements audiovisuels

- Technologie de l’électronique

- Technologie de systèmes ordinés (243.15)

- Technologie physique (244.01)

- Navigation

- Techniques d’architecture navale

- Finition

- Assainissement de l’eau

- Techniques de la métallurgie

- Soudage

- Technologie minérale

- Exploitation

- Technologie aéronautique

- Technologie de l’estimation et de l’évaluation immobilière

- Techniques du génie chimique

- Techniques de procédés chimiques

- Technologie de l'architecture

- Technologie de la mécanique du bâtiment

- Techniques d’aménagement du territoire

- Technologie de la cartographie

- Transformation des produits de la mer

- Techniques papetières

- Techniques du meuble et du bois ouvré

- Technologie du génie industriel

- Techniques de génie mécanique

- Techniques de transformation des matières plastiques

- Pilotage d’aéronefs

- Électrodynamique

- Électronique

- Technologie de l’électronique industrielle

- Technologie physique (243.14)

- Technologie de conception électronique

- Technologie de systèmes ordinés (247.01)

- Techniques de génie mécanique de marine

- Technologie et gestion des textiles

- Fabrication

- Assainissement et sécurité industriels

- Contrôle de la qualité

- Procédés métallurgiques

- Géologie appliquée

- Minéralurgie

- Construction aéronautique

- Technologie d’ébénisterie et de menuiserie architecturale

Techniques biologiques

- Techniques dentaires

- Techniques d’hygiène dentaire

- Techniques de diététique

- Techniques de laboratoire médical

- Techniques d’électrophysiologie médicale

- Techniques de radiodiagnostic

- Techniques de radiothérapie

- Techniques de santé animale

- Techniques du milieu agricole

- Audioprothèse

- Soins infirmiers

- Techniques d’aménagement cynégétique et halieutique

- Techniques de denturologie

- Techniques d’acupuncture

- Techniques médicales

- Cytotechnologie

- Techniques d’inhalothérapie et d’anesthésie

- Techniques de médecine nucléaire

- Techniques de réadaptation

- Technologie forestière

- Techniques d'orthèses visuelles

- Techniques de thanatologie

- Aménagement forestier

- Techniques d’orthèses et de recherche en biologie

http://www.meq.gouv.qc.ca/​ens-sup/​ENS-COLL/​sapred/​SAP0012

Notes

28 Nous remercions Sabine Séguin pour avoir procédé à une première mise en forme de la banque de données ainsi que Judith Sévigny qui a, par la suite, repris la gestion de la banque et réalisé la mise en page de ce portrait statistique.

29 Il existe aussi une catégorie appelée « disciplines artistiques inconnues ».

30 Deux services d’enseignement existent : l’enseignement ordinaire et l’enseignement aux adultes, appelé aussi formation continue.

31 Sont comptabilisés les étudiants inscrits dans les programmes « Sciences de la nature » : Sciences de la nature et musique ; Sciences, lettres et arts ; Sciences de la nature, approche expérimentale ; Sciences de la nature cheminement baccalauréat international ; Sciences de la nature et arts plastiques ; Sciences de la nature projet expérimental.

32 À partir de 1988, il n’existe qu’un seul régime dont la note de passage est 60 %. Avant cette date, les régimes à 50 % et du 60 % cohabitent.

33 Nous pouvons supposer que le réseau collégial a procédé à cette modification à la suite de l’avènement des cours obligatoires de sciences physiques de 4e secondaire en 1992.

34 Notons que la baisse ponctuelle du nombre d’élèves ayant réussi en chimie et en physique en 1996 est attribuable à l’examen national imposé par le MEQ cette année-là.

35 La part relative des diplômes d’études supérieures sur le nombre total de maîtrises décernées pour l’ensemble des secteurs a doublé entre 1973 et 1996, passant de 11 % à 22 %.

36 Ce phénomène n’est pas attribuable à la présence des femmes étrangères inscrites en SNG. Comme nous le verrons plus loin, elles s’inscrivent dans des proportions semblables aux étudiantes canadiennes.

37 Seule la foresterie semble faire exception à cette règle.

38 En 1996, le ministère de l’Éducation du Québec a mis au point une méthode pour évaluer le cheminement des étudiants par programme d’études, par institution, ainsi que pour l’ensemble de la province.

39 Aux États-Unis, cette question a fait l’objet de quelques ouvrages, dont en particulier celui de Elaine Seymour et Nancy M. Hewitt (1997). En plus d’hypothèses intéressantes concernant les abandons en sciences, on y trouve une revue de la bibliographie américaine sur le sujet.

40 Sont exclues de la figure 2.5.2., les inscriptions dans les programmes non-déclarés, sans objet, ainsi que les études militaires.

Notes de fin

1 LAVOIE & FINNIE, 1997

2 ALLEN, 1999

3 MEQ, juill. 1997 :8

4 TERRILL & DUCHARME, 1994 :98

5 BAUDELOT & ESTABLET, 1992 : 149-154

6 CONSEIL DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE, 1998 ; 23

7 COMMISSION DES PROGRAMMES D’ÉTUDES, 1998 : 16

8 COMMISSION DES PROGRAMMES D’ÉTUDES, 1998 : 16

9 MEQ, printemps 1999

10 BAUDELOT & ESTABLET, 1992 : 16-54

11 CONSEIL DES UNIVERSITÉS, 1992 : 43

12 CONSEIL DES UNIVERSITÉS, 1992 : 43 et 59

13 CONSEIL DES UNIVERSITÉS, 1992 : I-VI et 45-51

14 LEBEL, 1999

Table des illustrations

Titre Figure 1.1.1. Part relative des effectifs étudiants inscrits en sciences de la nature à temps plein, collégial préuniversitaire, Québec, 2001
Légende Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de l’Éducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 1.1.2. Effectifs étudiants en sciences de la nature à temps plein, collégial préuniversitaire, Québec, 1970-2001
Légende Sources : Ministère de PÉducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de PÉducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 1.1.3. « Diplomation » et nouvelles inscriptions en sciences de la nature à temps plein, collégial, Québec, 1984-2001
Légende Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999 et ministère de l’Éducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre FIGURE 1.1.4. « Diplomation » et nouvelles inscriptions dans les autres programmes préuniversitaires, collégial, Québec, 1984-2001
Légende Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999 et ministère de l’Éducation, Secteur de l’enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial privé et des systèmes en collaboration avec le Secteur de la planification, Direction des statistiques et des études quantitatives, mars 2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 1.1.1. Taux de croissance de l’effectif étudiant en formation préuniversitaire, collégial, Québec, 1970-1997
Légende Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 1.1.2. « Diplomation » et inscriptions en sciences de la nature et en formation préuniversitaire, Québec, 1991-1996
Légende Source : Conseil de la science et de la technologie, Des formations pour une société de l'innovation. Avis, Sainte-Foy, Gouvernement du Québec, 1998, p. 26.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 1.1.3. Taux de « diplomation » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, à l’enseignement ordinaire, dans un programme de la famille des sciences, deux et cinq années après le début des études collégiales, Québec, 1980 et 1987-1994
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1996.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 1.1.5. Effectifs étudiants inscrits en sciences de la nature à temps plein par sexe, collégial, Québec, 1970-1997
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1996.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 1.1.4. Taux de croissance de l’effectif étudiant en sciences de la nature, collégial, Québec, 1970-1997
Légende Sources : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1998 et ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 1.1.5. Taux de « diplomation » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, formation préuniversitaire, deux et cinq années après le début des études collégiales, Québec, 1980 et 1987 à 1994
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier CHESCO, version 1996.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Tableau 1.2.1. Inscriptions aux épreuves du secondaire 5 en sciences, exprimées en pourcentage des effectifs scolaires, Québec, 1992-1997
Légende Sources : Ministère de l’Éducation, Sanction des études secondaires appliquées au MEQ (SESAME), 1999. Ministère de l’Éducation, Déclaration des effectifs scolaires (DCS), 1999. Conseil de la science et de la technologie, Des formations pour une société de l'innovation. Avis, Ste-Foy, 1998, p. 23 (rectificatif, octobre 1998).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 1.2.1. Inscriptions et réussites aux épreuves de 5e secondaire en sciences, Québec, 1985-1998
Légende Sources : Ministère de l’Éducation, Sanction des études secondaires appliquées au MEQ (SESAME), 1999. Ministère de l’Éducation, Déclaration des effectifs scolaires (DCS), 1999. Conseil de la science et de la technologie, Des formations pour une société de l’innovation. Avis, Ste-Foy, 1998, p. 23 (rectificatif, octobre 1998).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 1.2.2. Effectifs scolaires inscrits en 5e secondaire, Québec, 1984-1998
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Déclaration des clientèles scolaires (DCS), 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 1.2.3. Effectifs scolaires inscrits en 5e secondaire par sexe, Québec, 1984-1998
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Déclaration des clientèles scolaires (DCS), 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 1.2.4. Inscriptions et réussites aux épreuves de 5e secondaire pour les cours de sciences par sexe, Québec, 1985-1999
Légende Source : MEQ, Sanction des études secondaires appliquées au MEQ (SESAME), 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-15.png
Fichier image/png, 131k
Titre Figure 1.3.1. Répartition des effectifs étudiants de la formation technique par secteur, Québec, 1998
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 1.3.2. Effectifs étudiants inscrits en techniques biologiques et physiques et leur part relative par rapport à l’ensemble des techniques, collégial, Québec, 1984-1998
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 1.3.3. « Diplomation » et nouvelles inscriptions en techniques biologiques et physiques, Québec, 1984-1998
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 1.3.4. Effectifs étudiants dans les techniques physiques, Québec, 1984-1998
Légende Source : Ministère de l’Éducation, Direction de l’enseignement collégial, fichier SIGDEC, version 1999.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 1.3.2. Taux de « diplomation* » obtenus par les nouveaux inscrits au collégial, à l’enseignement ordinaire, à un programme menant à un DEC en techniques biologiques et physiques, pour les trimestres d’automne de 1987 à 1994
Légende * Pour le calcul des taux de « diplomation », toutes les sanctions d’études collégiales ont été considérées, et ce, qu’elles aient été obtenues ou non dans le programme de la première inscription au collégial.Source : Ministère de l’Éducation, Enseignement supérieur, Direction de l’enseignement collégial, Service de la recherche et du développement, fichier CHESCO, version 1997.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2.1.1. Répartition des diplômes octroyés par secteur et par cycle, Québec, 1996
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2.1.2. Répartition des diplômes et parts relatives des SNG, Québec, 1996
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2.1.3. Part relative de la « diplomation » en SNG par cycle, Québec, 1973-1996
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2.1.1. Taux de croissance des diplômes par secteur et par cycle, Québec, 1973-1996
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2.2.1 Représentation des femmes diplômées par secteur et cycle, Québec, 1996
Légende Représentation féminine moyenne : Baccalauréat 60 %, Maîtrise 52 %, Doctorat : 34 %. Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2.2.2. Représentation des femmes diplômées en SNG par secteur et cycle, Québec, 1996
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2.3.1. Baccalauréats décernés dans certains programmes (peloton de tête), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2.3.2. Baccalauréats décernés dans certains programmes (peloton de queue), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 2.3.4. Taux cumulatif de « diplomation » dans la discipline initiale, régime d’études initial à temps plein, ensemble des établissements, Québec
Légende Source : Ministère de l’Éducation, DERU, système RECU, modèle de cheminement étudiant par discipline.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 2.4.1. Inscriptions aux 2e et 3e cycles par secteur et par année, Québec, 1996 et 1997
Légende Section A : englobe les arts et lettres et une partie des sciences humaines.Section B : englobe l’administration, l’éducation et une autre partie des sciences humainesSection C : englobe les sciences appliquées, le génie et une partie des sciences puresSection D : englobe les sciences de la santé et une autre partie des sciences pures.Source : Statistique Canada pour l’Association canadienne pour les études supérieures. Rapports annuels de 1998 et 1999.http://www.acpes.ca/​publication/​rapports_statistiques.html
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 2.4.2. Répartition des inscriptions des étudiants étrangers par grand secteur disciplinaire, Québec, automne 1990
Légende Source : Fichier RECU, données préparées par le Conseil des universités, Les étudiants étrangers dans les universités québécoises, Québec, 1992, annexe E.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2.4.1. Effectifs étrangers inscrits par cycle, Québec, 1977-1997
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2.4.2. Part relative des effectifs étrangers inscrits en SNG par cycle, Québec, 1977-1997
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 2.4.3. Taux de croissance des effectifs inscrits en SNG par statut, par sexe et par cycle, Québec, 1977-1997
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 2.4.3. Part relative des effectifs inscrits au doctorat en SNG par statut et par sexe, Québec, 1977-1997
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2.4.4. Part relative des effectifs inscrits à la maîtrise en SNG par statut et par sexe, Québec, 1977-1997
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 2.4.5. Proportion de diplômés étrangers selon les domaines disciplinaires, Québec, 1988-1990
Légende Source : Conseil des universités, Les étudiants étrangers dans les universités québécoises. Avis, Québec, Gouvernement du Québec, 1992, annexe D.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2.4.5. Maîtrises décernées dans certains programmes des SNG (peloton de tête), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2.4.6. Maîtrises décernées dans certains programmes des SNG (peloton de queue), Québec, 1973-1996 (moyenne mobile sur trois ans)
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 2.4.7. Doctorats décernés et part relative des effectifs étrangers inscrits par programme, 3e cycle en SNG, Québec, 1972-1997 (moyenne mobile sur trois ans)
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 2.5.1. Inscriptions totales (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, 1972-1997
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2.5.2. Inscriptions totales (temps plein et partiel) pour l’ensemble des secteurs par cycle, Québec, 1972-1997
Légende Source : Statistique Canada.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2.5.3. « Diplomation » en SNG par cycle, Québec, 1987-1997
Légende Source : Ministère de l’Éducation, DERU, Système RECU.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2.5.4. Inscriptions totales (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, 1987-1997
Légende Source : Ministère de l’Éducation, DERU, Système RECU.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2.5.5. Nouvelles inscriptions (temps plein et partiel) en SNG par cycle, Québec, automne 1988-1997
Légende Source : Ministère de l’Éducation, DERU, Système RECU.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18241/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

Auteurs

Agente d’information au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST). Elle a rédigé ce rapport dans le cadre de ses fonctions d’adjointe de la titulaire de la Chaire CRSNG/Alcan pour les femmes en sciences et génie du Québec.

Professeur titulaire au département d’histoire et directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Auteur de plusieurs volumes et de plus de 70 articles, ses travaux portent sur l’histoire et l’évaluation de la recherche universitaire et, plus généralement, sur la sociologie des sciences.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search