Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Première partie. Les territoires de la communication

Chapitre V. Comparaison de quelques enquêtes nationales et internationales sur la compréhension et la perception de la science par le public

Julien Banchet et Bernard Schiele

Texte intégral

1Mesurer la culture scientifique et technique s’avère plus difficile qu’il n’y paraît au premier abord, puisqu’il n’y a pas d’accord entre les chercheurs sur la composition d’un corpus de connaissances élémentaires, ni sur ce qui définit et caractérise le processus scientifique. Mais, ceci n’a pas empêché le développement d’outils de mesure, aussi imparfaits soient-ils. En fait, depuis une vingtaine d’années, en grande partie grâce aux travaux de Jon D. Miller aux États-Unis, un ensemble de travaux suffisamment consistants ont été réalisés. Ceci permet de s’interroger sur leur portée et de proposer quelques hypothèses. Dans l’analyse qui suit nous ne prétendons pas à l’exhaustivité et encore moins à l’originalité. Nous avons tout simplement tenté de comparer les résultats de diverses enquêtes sur l’état de la culture scientifique et technologique, pour chercher à en dégager quelques hypothèses de travail.

2Les enquêtes menées auprès d’échantillons de population d’Europe, des É.-U., du Japon et du Canada seront présentées sous la forme de tableaux synthétiques (construit à partir des résultats de ces enquêtes), en fonction de paramètres tels que l’âge, le niveau d’éducation, le sexe... et pour certaines d’entre elles, en fonction du temps. Ces études ont pour la plupart été menées par Jon D. Miller entre 1979 et 2000, à l’exception des résultats européens tirés de l’Eurobaromètre 1992. Nous procéderons en deux temps : une brève présentation du cadre méthodologique, puis l’analyse des résultats.

Section 1. METHODOLOGIE DES ENQUETES SELECTIONNEES

La conception

3A. partir des années 1970, Miller a commencé l’élaboration d’un modèle d’évaluation du niveau de compréhension de la science par les citoyens américains, développé depuis, et toujours utilisé aujourd’hui. Ce modèle est construit autour de l’idée que la perception et la compréhension de la science ne peuvent être évaluées uniquement à partir de connaissances scientifiques (à proprement parler). Il faut y intégrer d’autres éléments : la compréhension de la nature des enjeux et des répercussions de la science sur la société ; la vision qu’ont les citoyens de la science et de ses implications ; les opinions sur le rôle de l’État dans le développement scientifique et technologique ; et la connaissance des politiques scientifiques. Miller élabora des questionnaires pour chacune de ces dimensions. Il enrichit ces questionnaires jusqu’à développer un ensemble de tests largement utilisés aujourd’hui dans les enquêtes sur la perception et la compréhension de la science, comme celles des Science and Engineering Indicators de la NSF.

4Nous avons retenu quatre dimensions : l’intérêt, l’attention portée aux sujets scientifiques, la connaissance des concepts et des termes scientifiques, et l’opinion sur la science. Ces dimensions ont été choisies, d’une part parce qu’elles reflètent la préférence du public pour certains sujets (intérêt), l’engagement des citoyens par leur désir de s’informer sur des sujets scientifiques (attention), leur niveau de compréhension (connaissance de certains concepts scientifiques), et leur confiance en la science (opinion), et d’autre part, parce qu’elles sont communes à l’ensemble des enquêtes recensées et permettent ainsi une comparaison entre les différents pays.

Description générale des enquêtes

5Nous avons recensé les enquêtes conduites selon le modèle de Miller dans l’Union européenne, au Japon, au Canada et aux États-Unis. L’enquête de l’Union européenne date de 1992, et provient de l’Eurobaromètre 1992 réalisé par la Direction générale XII, chargée de la Science et de la Recherche à l’Union européenne. L’enquête s’est déroulée dans les onze pays membres de l’Union à cette époque : la Belgique (BE), le Royaume-Uni (UK), le Danemark (DK), la France (F), l’Allemagne (D), la Grèce (GR), l’Irlande (IR), l’Italie (I), les Pays-Bas (NL), le Portugal (P) et l’Espagne (SP). Douze mille cent quarante-sept (12147) Européens ont participé à cette étude (soit environ 1000 par pays à l’exception de l’Allemagne où 2000 furent interrogés). Chaque échantillon a été construit en fonction des caractéristiques sociales du pays concerné. Il fut tenu compte aussi, pour certaines dimensions, du poids de chaque pays dans l’ensemble de l’Union européenne. L’enquête (1991) sur le Japon, dirigée par Hajime Nagahama de l’Université de Tokyo, et subventionnée par l’Institut national de la politique scientifique et technologique, portait sur 1457 répondants. L’enquête canadienne (1989), sous la direction d’Edna Einsiedel de l’Université de Calgary, avait 2000 répondants. Celles des États-Unis, bisannuelles ou trisannuelles, ont été effectuées par Jon D. Miller à la demande de la National Science Foundation entre 1979 et 1999. Les résultats de ces enquêtes, effectuées auprès de 2000 répondants, sont rapportés dans les Science and Engineering Indicators.

Définitions et méthodologie

6L’intérêt (interest) est calculé à partir d’un indice, exprimé sur une échelle de 0 à 100, obtenu en soumettant aux interviewés une liste de sujets de nature scientifique sur lesquels ils doivent se prononcer en exprimant leur intérêt (très intéressé, moyennement intéressé, pas intéressé). La réponse est ensuite convertie en score sur une échelle de 0 à 100 (100 correspondant à très intéressé, 50 à moyennement intéressé, et 0 à pas intéressé). L’indice final est obtenu en calculant la moyenne de l’ensemble des scores obtenus pour chacun des thèmes proposés. Par exemple, dans le tableau 1, l’indice d’intérêt de 67 des Américains pour l’année 1999 indique qu’ils sont plutôt intéressés par les « nouvelles découvertes scientifiques », alors que dans leur ensemble les Européens le sont moins (indice d’intérêt de 61).

  • 12 L’anticipation de la rupture attendue par le répondant n’est pas négligeable (effet Hawthorne). Il (...)

7Pour mesurer l’attention (attentiveness), Miller reprend le procédé utilisé pour la mesure de l’intérêt en y adjoignant deux questions supplémentaires relatives au degré d’information de l’interviewé sur chacun des sujets (très bien informé, relativement bien informé, peu informé) et sur ses sources d’information préférentielles dans la presse écrite (comprenant également la fréquence de lecture). Les interviewés sont alors classés en trois catégories : « public attentif » (public très intéressé, très bien informé et lecteur régulier de journaux ou de magazines pertinents), « public intéressé » (public très intéressé mais qui ne se considère pas comme très bien informé), et « public résiduel » (toutes les autres combinaisons de réponses). Le nombre de personnes comprises dans chacune des catégories est finalement exprimé en pourcentage du nombre total d’interviewés. Par exemple, dans le tableau 2 le résultat de 12/44 relatif à tous les adultes américains en 1999 signifie que 12 % de ces Américains sont attentifs, et 44 % intéressés par la science et la technologie12.

8La connaissance de concepts et de termes scientifiques est mesurée par un indice (index of scientific constructs ou ISC) obtenu en calculant la moyenne du pourcentage de bonnes réponses à des questions sélectionnées (incluant des questions fermées – vrai/faux – et des questions ouvertes nécessitant une description ou une explication) portant sur des affirmations de nature scientifique ou sur des définitions de concepts et de notions scientifiques. Dans le tableau 3, le score de 58 obtenu par les Américains en 1999 signifie que 58 % de bonnes réponses ont été données sur l’ensemble des questions posées relatives à la connaissance des termes et des concepts scientifiques soumis à leur jugement.

9Finalement, Miller caractérise l’opinion du public sur la science en utilisant un ratio de confiance/réserve (promise/reservation ou P/R) défini par le rapport de l’index de confiance (index of promise) à l’index de réserve (index of reservation). L’index de confiance est obtenu par la compilation des opinions (totalement en accord, en accord, en désaccord, totalement en désaccord, ne sait pas) relatives aux affirmations sur l’effet positif de la science et la technologie dans notre vie quotidienne ; l’index de réserve, au contraire, résulte de la compilation des opinions (totalement en accord, en accord, en désaccord, totalement en désaccord, ne sait pas) relatives aux affirmations sur l’effet négatif de la science et la technologie. Par exemple, dans le tableau 4, le ratio de 1,76 obtenu par les adultes américains en 1992 signifie qu’ils pensent que la science et la technologie jouent un rôle plus positif que négatif dans notre vie quotidienne puisque la valeur du ratio est supérieure à 1.

Section 2. ANALYSE SECONDAIRE DES RESULTATS

10L’analyse se présente en deux parties : la première examine les résultats, dimension par dimension, et la seconde, à partir des mêmes données, les variations nationales.

Analyse des résultats regroupés par dimensions

1. Intérêt

11Les thèmes retenus par J. Miller, afin de caractériser l’intérêt des répondants pour différents sujets, se décomposent en deux catégories : les thèmes de nature scientifique et technique (les sept premières lignes du tableau 1) et les thèmes généraux (cinq dernières lignes du tableau 1).

12Dans un premier temps, nous nous proposons d’effectuer une analyse générale, en classant les sujets par ordre décroissant d’intérêt :

  • Ensemble des pays, incluant les États-Unis :

  • découvertes médicales, problèmes environnementaux ;

  • nouvelles découvertes scientifiques, nouvelles inventions et technologie ;

  • énergie nucléaire, conquête de l’espace.

  • États-Unis seulement :

  • politique économique, éducation et écoles, domaine militaire et défense ;

  • sujets relatifs à l’agriculture, politique internationale et étrangère.

13Ce classement suggère deux remarques : d’une part, certains sujets scientifiques apparaissent, du moins pour les É.-U., et dans une moindre mesure pour le Japon et le Canada, plus populaires que les sujets d’intérêt général tels que l’économie, l’éducation ou la politique. Ceci peut s’expliquer par l’impact des sciences et des technologies dans la vie quotidienne. Le public dit s’intéresser d’avantage à ce qui le touche directement – ou ce dont il perçoit l’intérêt immédiat. La science n’est alors plus, comme la politique ou l’économie, tenue à distance, mais matérialisée dans des applications, des objets et des enjeux qui suscitent la curiosité et l’intérêt.

Tableau 1. Intérêt du public à propos de questions choisies

Tableau 1. Intérêt du public à propos de questions choisies

(a) MILLER, J., PARDO, R-, NIWA, F. (1997) Public perceptions of science and technology, Fundacion BBV.
(b) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries: a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.
(c) Science and Engineering Indicators 2000.

14D’autre part, parmi les thèmes scientifiques, les plus susceptibles d’intérêt sont ceux relatifs aux nouvelles découvertes médicales et aux problèmes environnementaux, deux thèmes qui potentiellement risquent d’avoir une incidence directe sur la qualité de vie des répondants. En effet, bien qu’ils soient de portée générale, tout individu, ses enfants, ou les membres de sa famille auront affaire tôt ou tard à l’appareil médical ; de même tout citoyen se sent concerné par l’environnement dans lequel il vit. C’est pourquoi, les thèmes médicaux sont à la fois les plus vulgarisés et ceux qui sont jugés les plus utiles par le public (toutes les études concordent à ce sujet). L’environnement joue sur le même registre. Par ailleurs, nous pouvons aussi considérer le fait que ces deux thèmes, fortement médiatisés, polarisent l’idée d’un progrès contrôlé bénéfique pour tous – la médecine – et celle d’un progrès incontrôlé, néfaste pour tous — le risque de vivre dans un environnement dégradé.

15Si l’on s’attarde aux réponses fournies par chacun des pays interrogés, pour l’ensemble des sujets scientifiques testés, la Belgique, l’Allemagne, l’Irlande, le Portugal et l’Espagne sont au-dessous de la moyenne européenne, alors que le Royaume-Uni, le Danemark, la France, la Grèce, l’Italie et les Pays-Bas se situent au-dessus. On pourrait alors conjecturer que les pays d’économie ou de développement économique comparables font montre d’un degré d’intérêt similaire pour les sujets scientifiques (exception faite de l’Allemagne et de la Grèce). Autrement dit, il pourrait exister une corrélation entre la puissance ou le dynamisme économique d’un pays, et l’intérêt que disent porter les citoyens aux sujets scientifiques, compte tenu du rapprochement fréquent établi entre le progrès scientifique et le développement économique par les médias et les politiques. Pour l’Allemagne, le désintérêt relatif pourrait être associé à l’influence du lobby vert anti-progressiste, particulièrement actif à la date de cette enquête (1992). L’intérêt surprenant que portent les Grecs à ces sujets pourrait découler d’une extrême sensibilité aux problèmes environnementaux quotidiennement éprouvés, ce pays étant un des plus pollués d’Europe. De manière générale, ces deux contre-exemples suggéreraient que l’intérêt exprimé du public est relatif à un contexte. Il se modulerait en fonction de la situation spécifique de chaque pays. C’est donc dans ce contexte qu’il faudrait l’interpréter.

16C’est aussi ce que portent à penser les résultats concernant l’intérêt des Japonais : le plus bas de tous les pays testés. Pourtant, le Japon, l’une des plus puissantes économies mondiales, jouit d’une réputation d’excellence dans les domaines de l’électronique, de l’informatique et des filières technologiques. Force est de constater que l’hypothèse précédente concernant le lien entre la puissance ou le dynamisme économique et l’intérêt que portent les citoyens aux sujets scientifiques ne peut être appliquée dans ce cas. Pour autant, nous ne croyons pas que cette hypothèse soit à rejeter. Il est en effet frappant de constater que les pays où l’intérêt pour les sujets scientifiques est le plus bas sont le Japon, le Portugal et la Belgique. Or, le Japon et le Portugal sont deux pays encore marqués par le poids social des structures traditionnelles. La crise de valeurs, remettant en cause les modes de fonctionnement sociaux, s’y manifeste de façon plus larvée. Dans ce sens, nous pourrions supposer que les sciences, bien que présentes, ne polarisent pas le débat public. Elles ne seraient donc pas le vecteur d’aspirations sociales qu’elles ont déjà été – et sont encore – dans d’autres sociétés. La Belgique resterait pour l’instant atypique.

17Les résultats du Canada sont comparables à la moyenne européenne, exception faite de ceux relatifs aux découvertes médicales. Ceci pourrait s’expliquer par l’excellence de la recherche et la reconnaissance internationale dont jouit ce pays en neurologie et chirurgie. Nous pouvons envisager que la médiatisation des domaines d’excellence nationaux (fierté nationale) soit aussi un facteur qui motive le public et soutient son intérêt.

18Le fait de disposer de résultats étalés sur plusieurs années pour les États-Unis permet de s’interroger sur l’évolution de l’intérêt du public pour des sujets scientifiques précis en fonction de leur traitement médiatique et de la conjoncture politique et économique du moment. Il est donc intéressant de constater que l’intérêt des Américains pour l’énergie nucléaire et pour les problèmes environnementaux décroît au fil des années. S’agit-il d’un effet de saturation ? Ou s’agit-il d’une réorientation des priorités politiques et économiques ? Dans les deux cas, il semblerait que la couverture médiatique soit déterminante pour la mobilisation immédiate de l’intérêt. Par ailleurs, les É.-U. se présentent comme le chef de file du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Elles dynamisent leur économie en relançant systématiquement la consommation de ce type de produits. L’intérêt que leur portent les Américains peut donc être vu plus comme l’effet d’une contrainte d’acculturation que celui d’un intéressement spontané, même si le culte de la nouveauté est profondément ancré dans la mentalité américaine.

2. Attention

19L’examen des résultats moyens (tableau 2) obtenus par l’ensemble des adultes interrogés permet de faire quelques observations :

  • Pour tous les pays, sans exception, le pourcentage du public attentif (selon la définition de Miller) est significativement inférieur à celui du public intéressé (les travaux de Miller ont régulièrement confirmé la chose). Il y a donc, même dans nos sociétés dites scientifiques et technologiques, peu de personnes qui, bien que manifestant de l’intérêt, et s’estimant être bien informées, s’engagent dans une démarche active de recherche d’informations complémentaires. L’impact avéré du poids des sciences et des technologies dans notre vie quotidienne ne semble donc pas une raison suffisante pour motiver et décider les citoyens à s’engager activement dans une démarche d’enrichissement personnel.

  • Les pays européens au-dessus de la moyenne européenne en terme de public attentif sont le Royaume-Uni, le Danemark, la France, l’Italie, les Pays-Bas, auxquels il est possible d’associer le Canada et les É.-U., alors que les pays au-dessous de la moyenne sont l’Allemagne, la Grèce, l’Irlande, le Portugal et l’Espagne, pays auxquels le Japon peut être rattaché. Force est de constater, que mis à part le cas de la Grèce, ces catégories sont identiques à celles déterminées par l’intérêt des citoyens pour les sujets scientifiques. Ceci tend à montrer que les citoyens les plus intéressés sont aussi les plus attentifs et vice versa. Il est alors possible de considérer que les facteurs explicatifs de l’intérêt s’appliquent aussi à l’attention portée aux sujets scientifiques.

  • Le pourcentage du public attentif et intéressé aux États-Unis entre 1979 et 1999 est en progression faible, mais quasi constante. Il serait alors possible d’envisager qu’il s’agisse là du même effet d’acculturation déjà mentionné. La forte pénétration des objets à forte composante technique, notamment les NTIC, aurait dont un effet d’entraînement.

Tableau 2. Attention du public montrant le pourcentage des citoyens attentifs/intéressés à la science et à la technologie

Tableau 2. Attention du public montrant le pourcentage des citoyens attentifs/intéressés à la science et à la technologie

(a) MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997) Public perceptions of science and technology,Fundacion BBV.
(b) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries: a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.
(c)
Science and Engineering Indicators 2000.
(d)
Science and Engineering Indicators 1993.

  • 13 Il est à noter que les conditions permettant de catégoriser notamment le niveau d’information et le (...)

20Nous pouvons maintenant examiner les relations entre l’attention et certains facteurs (âge, sexe, niveau d’éducation, niveau de compréhension des concepts et démarche scientifiques (CSL ou Civic Scientific Literacy), et le niveau de formation en mathématiques et sciences pures13.

21On observe que, pour tous les pays, le pourcentage du public attentif et dans une moindre mesure le pourcentage du public intéressé sont proportionnels au niveau d’éducation des répondants. La formation scolaire favorise donc une attitude générale envers la science et la technologie, les individus étant d’autant plus intéressés et engagés dans une démarche d’enrichissement culturel qu’ils possèdent un niveau d’éducation élevé. En d’autres termes, l’éducation est un paramètre structurant. Dans ce sens, elle permet de prédire le niveau d’attention du public. Elle favoriserait le développement d’une structure d’esprit engageant davantage les individus à s’informer et à s’impliquer dans leur démarche d’enrichissement culturel scientifique.

22Cependant, une analyse plus fine des résultats suggère quelques nuances : l’éducation n’est pas structurante au même degré selon les pays. En termes mathématiques, pour ainsi dire, si l’on considère que le niveau d’éducation et le pourcentage de public attentif satisfont une équation linéaire, le coefficient directeur de cette droite ne serait pas identique pour chaque pays. Le rapport entre le pourcentage de public intéressé/attentif détenteur d’un diplôme de premier cycle universitaire par rapport au pourcentage de public intéressé/attentif possédant une éducation inférieure à un diplôme d’études secondaires est en effet de 3,6/1,6 pour l’Europe, 14/1,87 pour le Japon, 2,1/1,24 pour le Canada et en moyenne pour les années 1992, 1995 et 1999 de 2,03/1,32 pour les États-Unis. Il est donc possible de penser que le rôle de l’éducation est un paramètre plus structurant pour le Japon et l’Europe qu’il ne l’est pour le Canada et les É.-U. Ceci nous amène à considérer que la valeur sociale accordée à l’éducation joue aussi un rôle, notamment dans le type d’habiletés valorisées par la société. Dans les sociétés européenne et japonaise, le niveau de formation confère un statut – donc un rôle social – alors qu’en Amérique du Nord, la réussite professionnelle prime.

23Sur la question des rôles masculins et féminins, il apparaît clairement dans l’ensemble des pays testés que la science est encore plus une affaire d’hommes que de femmes. Les hommes sont plus attentifs et dans une moindre mesure plus intéressés à la science et à la technologie que ne le sont les femmes.

24Pour ce qui est du paramètre « niveau de compréhension des concepts et démarche scientifiques » (CSL), l’analyse suggère que, pour l’ensemble des pays, le niveau de compréhension des concepts scientifiques ou technologiques et celui relatif à la compréhension de la nature de la démarche scientifique sont proportionnels au pourcentage de public attentif et intéressé. Comme pour le niveau d’éducation, le niveau de CSL est donc un élément déterminant. De plus, si l’on effectue les ratios des pourcentages du public attentif/intéressé possédant un bon niveau de CSL (well informed) par rapport aux pourcentages du public attentif/intéressé possédant un faible niveau de CSL (not well informed), on obtient respectivement pour l’Europe, le Japon, le Canada et les É.-U., des valeurs de 2,57/1,67, 6,5/4,4, 3,25/1,05, 4,14/1,13. Il est important de noter que ces ratios sont plus grands que ceux concernant l’éducation pour le Canada et les É.-U. (respectivement 3,25/1,05 contre 2,1/1,24 pour le Canada et 4,41/1,13 contre 2,03/1,32 pour les É.-U.), alors qu’ils sont plus faibles que ceux concernant l’éducation pour l’Europe et le Japon (respectivement 2,57/1,67 contre 3,6/1,6 pour l’Europe et 6,5/4,4 contre 14/1,87 pour le Japon). En d’autres termes, cela signifie que le niveau de formation scolaire est un paramètre plus structurant pour le pourcentage de public attentif/intéressé que le niveau de CSL pour l’Europe et le Japon, alors que c’est l’inverse pour le Canada et les É.-U. Il est alors possible d’envisager à titre d’hypothèse de travail que les Européens et les Japonais retireraient plus de l’éducation formelle (motivation et compétences), alors que pour les Nord-Américains (É.-U. et Canada) les activités non formelles auraient plus de poids. Dans tous les cas la formation et le rapport à la formation sont vécus et évalués différemment.

25L’âge ne semble pas avoir d’incidence sur la relation attentif/intéressé.

26Enfin, il semble bien que le niveau de formation en mathématiques et en sciences pures soit déterminant pour l’attention, le pourcentage de public attentif et dans une moindre mesure celui du public intéressé y étant proportionnels. D’autre part, à la vue des ratios entre les pourcentages de public attentif/intéressé possédant un haut niveau de formation scientifique, les pourcentages de public attentif/intéressé possédant un faible niveau de formation scientifique (soit en moyenne une valeur de 2,35/1,21, pour les années 1992, 1995 et 1999, aux É.-U.), et ceux relatifs au niveau d’éducation en général, on peut envisager que le niveau de formation scientifique ne soit pas plus déterminant de l’attention que le niveau d’éducation générale. Ce qui confère un statut de facteur clé au niveau de formation générale.

3. Compréhension des termes, notions et concepts scientifiques

27Miller a également mesuré le niveau de compréhension de termes ou concepts scientifiques, ainsi que la compréhension de la nature de la démarche scientifique des individus. À la suite de réponses à des questions de type vrai/faux ou descriptives portant sur des affirmations et définitions de concepts scientifiques, il a établi l’index of scientific contructs (ISC) – que l’on peut traduire par index de compréhension scientifique – dont les résultats présentés par pays sont regroupés dans le tableau 3.

28On constate tout d’abord que les résultats moyens (mean scores) peuvent être regroupés en deux catégories qui nous sont maintenant familières. En effet, en prenant comme critère de sélection le score moyen de 50, on retrouve, d’une part, le groupe formé du Royaume-Uni, du Danemark, de la France, de l’Allemagne, des Pays-Bas et des É.-U. et, d’autre part, de la Belgique, de la Grèce, de l’Irlande, de l’Italie, du Portugal, de l’Espagne, du Japon et du Canada. Mis à part le Canada, l’Allemagne et dans une moindre mesure l’Italie, ces deux catégories sont similaires à celles observées pour l’intérêt et l’attention. Il nous semble donc que l’on observe encore une fois, et dans les mêmes termes, le clivage déjà souligné.

Tableau 3. Index de compréhension scientifique

Tableau 3. Index de compréhension scientifique

(a) Science and Engineering Indicators 1998.
(b)
Science and Engineering Indicators 1996.
(c) Science and Engineering Indicators 2000.

  • 14 Dans cet esprit, on peut noter que les résultats de 2002 (Science and Engineering Indicators 2002) (...)

29Les résultats concernant les États-Unis nous renseignent sur certains points qui ne peuvent malheureusement pas être généralisés, étant donné le manque d’informations équivalentes pour les autres pays. Parmi ces résultats, on constate que le score moyen de l’ISC américain est en progression entre 1990 et 1999. On peut penser que les divers moyens déployés (système scolaire, activités para-scolaires, diffusion médiatique, musées, activités de loisir) aux États-Unis pour améliorer la compétence scientifique et technique d’ensemble de la population portent fruits14.

30On observe aussi que les hommes ont une meilleure connaissance des concepts scientifiques que les femmes. Nous retrouvons donc, mais transposé, l’écart manifesté par rapport à l’attention.

31Ce qui a déjà été constaté sur le rôle de l’éducation se trouve renforcé sur le plan de la compréhension des concepts scientifiques. Ceci confirme donc le rôle clé du système scolaire dans la fixation des notions et la compréhension de la nature de la démarche scientifique. Le niveau atteint de formation scientifique véritable (mathématiques et sciences pures) est évidemment décisif pour la compréhension des concepts scientifiques : ceux qui ont suivi le plus grand nombre de cours de science sont aussi ceux qui ont une meilleure connaissance des termes et des notions. Toutefois, la comparaison entre, d’une part, les individus ayant acquis une formation scientifique poussée par rapport à ceux dont elle est moindre (ratio 1 - c’est-à-dire le ratio résultant de l’index de ceux ayant une formation scientifique poussée sur l’index de ceux ayant une formation scientifique faible), et, d’autre part, ceux titulaires d’un diplôme d’études secondaires ou professionnelles par rapport à ceux qui n’en sont pas détenteurs (ratio 2 - c’est-à-dire le ratio résultant de l’index de ceux ayant une formation générale poussée sur l’index de ceux n ‘en ayant pas), montre que le ratio de l’éducation (ratio 2) est systématiquement supérieur au ratio du niveau de formation scientifique (ratio 1) (1,84 contre 1,57, pour 1995, 1,63 contre 1,57 pour 1997, et 1,82 contre 1,64, pour 1999). En d’autres termes, la formation générale est plus déterminante que la formation scientifique quand il s’agit de l’ISC. Ceci peut indiquer que le public tire ses informations de sources complémentaires (autre que la formation stricte en sciences), et/ou que la formation générale dote d’un bagage qui permet de pallier des lacunes scientifiques. On peut aussi envisager que les questions posées par Miller relèvent plus de la « culture de l’honnête homme », que d’une véritable culture scientifique et technique. Enfin, et ceci n’est pas une surprise, les individus qualifiés d’attentifs sont ceux qui démontrent la meilleure connaissance des termes et concepts scientifiques, par opposition au public résiduel.

4. Confiance ou réserve envers la science

32Les résultats exprimant la confiance ou la réserve envers la science sont présentés dans le tableau 4 sous la forme d’un ratio entre l’indice de confiance et l’indice de réserve définis par Miller.

33Dans un premier temps, on observe que le regroupement des pays effectué pour l’intérêt, l’attention et l’ISC ne tient plus. En effet, pour l’ensemble des pays européens, le ratio de confiance/méfiance (P/R) est relativement constant. De ce fait, les membres de l’Union européenne font montre d’une attitude mitigée envers la science. Le P/R proche de 1 (surtout pour la Grèce et le Portugal) indique qu’ils considèrent que la science est autant bénéfique que néfaste. Les pays européens se révèlent plus critiques, voire méfiants. Par ailleurs, l’homogénéité du ratio P/R sur l’ensemble des pays européens nous suggère que l’hypothèse d’une corrélation entre la vitalité économique et la dimension étudiée n’est pas applicable dans ce cas. Autrement dit, le niveau de développement économique d’un pays ne serait pas un indicateur de la confiance qu’ont les citoyens de ce pays dans la science. Cette constatation est confirmée par les résultats du Japon. Il s’agit du seul pays interrogé possédant un ratio P/R inférieur à 1. Les Japonais ont donc plus de réserves que d’attentes. Ils ne semblent pas convaincus du rôle bénéfique de la science et de la technologie, alors que paradoxalement, la société japonaise doit son succès économique en grande partie à une intégration scientifique et technologique poussée. Par ailleurs, on remarque que les pays ayant le P/R les plus bas (Portugal, Grèce, Japon) sont aussi ceux, comme nous l’avons mentionné plus haut, dont les structures traditionnelles semblent les plus prégnantes. Cela pourrait suggérer qu’ils adhèrent moins aux valeurs associées au progrès. Ils expriment donc une réserve plus marquée que les autres pays. Enfin, les P/R du Canada et dans une plus grande mesure ceux des É.-U. indiquent que les Américains du Nord affichent une grande confiance dans la science et son potentiel bénéfique pour la société dans son ensemble (P/R >1). C’est évident pour les É.-U. dont la moyenne des quatre enquêtes (1992, 1995, 1997, 1999) affiche un P/R de 1,81. Au bilan, les bénéfices excèdent de presque deux fois les inconvénients. Nous ne pouvons que constater un optimisme débordant.

Tableau 4. Le rapport confiance/réserve au sujet de la science

Tableau 4. Le rapport confiance/réserve au sujet de la science

(a) MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997) Public perceptions of science and technology, Fundacion BBV.
(b) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries: a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.
(c) Science and Engineering Indicators 2000.
* Données non disponibles.

34Examinons maintenant le P/R en fonction des facteurs retenus par Miller (niveau d’éducation, sexe, CSL, âge, attention). Il apparaît clairement que le niveau d’éducation est un facteur déterminant du degré de confiance : plus le niveau d’éducation est élevé, plus la confiance en la science est grande, et ce, quel que soit le pays observé. En revanche, le calcul du ratio du P/R maximum (correspondant au niveau d’éducation égal au baccalauréat) sur le P/R minimum (correspondant au niveau d’éducation inférieur au secondaire) et ce, pour chaque pays, permet de détecter des variations. On obtient, en effet, un ratio de 1,23 pour l’Europe et de 1,29 pour le Japon, alors qu’il est de 1,86 pour le Canada et de 1,91 en moyenne pour les quatre enquêtes réalisées aux É.-U. On pourrait interpréter cela en considérant que la formation est plus déterminante en Amérique du Nord qu’elle ne l’est pour l’Europe et le Japon. Est-ce que la formation dispensée en Europe et au Japon développerait davantage le sens critique que sa contrepartie nord-américaine ? La question est ouverte.

35Il semblerait que dans leur ensemble, les hommes aient plus confiance en la science que les femmes pour tous les pays testés, ceci n’étant parfois vrai que par une différence de P/R à la limite du significatif (É.-U. 1992 ou Japon).

36On note aussi que le CSL a une incidence sur le P/R. Les personnes en possession d’un bon bagage de connaissances scientifiques et technologiques sont également celles qui se montrent les plus confiantes envers la science et vice versa. Même si cela semble logique, puisque l’on présume d’un avis plus averti dans les domaines les mieux maîtrisés, il faut aussi considérer le fait que le CSL témoigne de l’adhésion à l’idée de progrès.

37Le degré de confiance en la science par rapport au degré de réserve qu’elle suscite, évalué en fonction de l’âge des répondants, ne révèle aucune tendance générale, la seule variation étant celle du P/R canadien. Celui-ci est inversement proportionnel à l’âge des répondants. Ainsi, plus les Canadiens sont âgés, moins ils ont confiance en la science et la technologie. Plusieurs facteurs pourraient être évoqués pour suggérer une explication, dont le relèvement récent de la scolarisation.

38Enfin, il semblerait que plus les individus sont attentifs et plus ils estiment que la science et la technologie sont bénéfiques à leur société. Ceci se manifeste par le fait que le P/R relatif au public attentif est généralement supérieur au P/R relatif au public intéressé, et ce dernier supérieur au P/R relatif au public résiduel. Cependant, il faut noter que l’influence du degré d’attention sur la confiance en la science est beaucoup plus importante en Amérique du Nord qu’en Europe ou au Japon. La différence entre les P/R du public attentif et du public résiduel, de même que celle entre les P/R du public intéressé et du public résiduel sont beaucoup plus grandes pour le Canada et les É.-U. que pour les autres pays. Il nous semble, là encore, que la formation à l’esprit critique serait un facteur explicatif.

Compléments d’analyse se basant sur des tableaux nationaux

39Dans cette partie, à l’aide des tableaux 5 à 10 regroupant des résultats d’enquêtes par pays (que nous appellerons dorénavant tableaux nationaux), nous tenterons d’aborder quelques éléments qui ne pouvaient l’être dans l’analyse précédente. Nous sommes conscients qu’une telle analyse ne peut être qu’indicative tant elle est limitée.

40D’une part, on remarque, de manière générale, qu’il n’existe pas de liens véritables entre le degré de confiance en la science (valeur de P/R) et l’intérêt, l’attention ou le degré de compréhension de notions et concepts scientifiques (ISC), sauf pour la Grèce, le Portugal et le Japon. En effet, ces trois pays sont ceux qui se montrent les plus méfiants envers la science et la technologie (P/R proche ou inférieur à 1) et en même temps ceux dont les niveaux d’intérêt, d’attention et de compréhension sont les plus faibles. Si l’on inverse la proposition, il est alors possible, à la lumière de ces résultats, d’envisager que le niveau de compréhension de la science ne soit pas un indicateur de la confiance que le public porte à la science, sauf dans le cas où la compréhension est très faible.

41D’autre part, si l’on observe le pourcentage de réponses positives à l’affirmation « nous dépendons trop de la science et pas assez des valeurs religieuses » (traduction libre), correspondant à la colonne B des attitudes du public envers la science et la technologie présente dans chacun des tableaux nationaux, il est alors possible d’envisager que les pays ayant une réponse B élevée soient ceux dont l’intérêt, l’attention et l’ISC sont très faibles (Grèce, Portugal, Japon). Ce sont aussi les pays dont les cadres sociaux nous sont apparus les plus prégnants. Il faut noter toutefois que les États-Unis sont l’exception, puisque la réponse B est très élevée alors qu’ils ont une bonne compréhension et une perception positive de la science et de la technologie (intérêt, attention et ISC élevés). Est-ce un aspect paradoxal de la société américaine ? Une double adhésion : aux valeurs religieuses et à celles de la science (bien que celle-ci soit régulièrement en opposition aux valeurs et aux croyances religieuses).

42Par ailleurs, il n’existe pas de liens directs entre le degré de confiance envers la science (valeur de P/R) et le fait d’affirmer que la science et la technologie nous permettent de vivre plus sainement, facilitent notre vie, et nous la rendent plus confortable (traduction libre de la question A dont les résultats apparaissent dans la colonne A). En d’autres termes, le fait d’affirmer que la science et la technologie améliorent nos conditions de vie n’est pas un bon indicateur de la confiance en la science. Un indicateur de positivité (question A) n’appelle pas nécessairement un indicateur d’engagement (P/R).

43Enfin, un dernier point qui ne concerne que les États-Unis. Le tableau 9 indique le pourcentage d’Américains ayant visité une fois ou plus par année un musée ou un centre de sciences et technologie. En 20 ans, l’augmentation de ce pourcentage est faible. Étant donné la nature des musées américains, essentiellement privés, il serait, à ce titre, extrêmement utile d’effectuer une enquête semblable auprès de musées de sciences européens ou japonais. Il est intéressant de constater que la fréquentation reste à peu près constante alors que les Américains sont de plus en plus intéressés, informés, attentifs et confiants en la science. Car de manière anodine, c’est toute la question du rapport effectif à la culture qui est posée. Le fait que le citoyen américain comprenne mieux les enjeux scientifiques contemporains ne repose pas nécessairement sur une évolution des pratiques culturelles.

Section 3. LIMITES DES ENQUETES ET DE EANALYSE

44Pour conclure, deux mots sur les limites de cette analyse secondaire. Tout d’abord, les enquêtes dirigées par Miller soulèvent quelques réserves. Les résultats, exceptionnellement bons des É.-U. comparés à ceux très médiocres du Japon, pour tous les indicateurs retenus, plaident pour un biais systématique non détecté. Sur un autre plan, alors que les échantillons de population sont normalisés au niveau national, c’est-à-dire représentatifs de la population de chaque pays par rapport à ses caractéristiques sociales propres, la taille de ces échantillons n’est pas normalisée ou proportionnelle au poids démographique de chaque pays. Par exemple, seules 1450 personnes ont été interrogées au Japon (représentant 0,0012 % de la population) alors que près de 2000 personnes l’ont été au Canada (représentant 0,008 % de la population soit 6,3 fois plus que le Japon). Cette différence de « représentativité » exprimée en termes de taille d’échantillon pourrait donc limiter la comparaison des résultats obtenus dans les différents pays.

45Pour ce qui est de notre analyse, plusieurs réserves s’imposent d’elles-mêmes. Tout d’abord, le fait de ne pas travailler sur des données originales en limite la validité et la portée. De plus, l’étalement temporel des données (19 ans entre l’enquête canadienne et les derniers indicateurs américains) restreint la validité des comparaisons (surtout celles interprétées à partir de facteurs économiques ou sociétaux). Notre analyse est aussi bornée par le cadre théorique et méthodologique élaboré par Miller. Enfin, le fait de n’avoir retenu que quatre dimensions est restrictif, bien que ce choix ait été justifié par le fait que ces dimensions sont communes à la majorité des pays étudiés. Pour nous dédouaner, soulignons que cette analyse correspond à la première phase d’une recherche dont l’objectif est la construction d’une échelle d’indicateurs de la culture scientifique et technologique.

Données complémentaires. Comparaisons entre différents pays établies à partir des sources compilées pour l’analyse secondaire

Tableau 1. Situation en Europe pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

Tableau 1. Situation en Europe pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

nb. de cas : 12 147
Eurobarometer 1992, cité dans MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997), « Public perceptions of science and technotechno-logy » ; Fundacion BBV.

Tableau 2. Situation dans les pays européens pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

Tableau 2. Situation dans les pays européens pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

(a) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries : a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.
(b) Eurobarometer 1992, cité dans « Science and Technology, Third report », House of Lords, février 2000.

Tableau 3. Situation au Japon pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

Tableau 3. Situation au Japon pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

nb. de cas : 1 457
(a) MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997) « Public perceptions of science and technologies », Fundacion BBV
(b) Prime Minister’s Office « Opinion poll concerning science and technology in the Future », 1998

Tableau 4. Situation au Canada pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

Tableau 4. Situation au Canada pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

nb. de cas : 2 000
MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997), « Public perceptions of science and technology », Fundacion BBV.

Tableau 5. Situation aux États-Unis pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

Tableau 5. Situation aux États-Unis pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention

Science and Engineering indicators 1993, 1996, 1998, 2000.

Tableau 6. Situation aux État-Unis pour tes paramètres attitudes du public, intérêt, appui aux mesures gouvernementales et sources d’information

Tableau 6. Situation aux État-Unis pour tes paramètres attitudes du public, intérêt, appui aux mesures gouvernementales et sources d’information

Science and Engineering indicators 1993, 1996, 1998, 2000.

Notes

12 L’anticipation de la rupture attendue par le répondant n’est pas négligeable (effet Hawthorne). Il devra être examiné dans une analyse plus fine. La formulation des questions est aussi sujette à caution.

13 Il est à noter que les conditions permettant de catégoriser notamment le niveau d’information et le niveau d’éducation en mathématiques et en sciences peuvent être retrouvées dans le tableau 2.

14 Dans cet esprit, on peut noter que les résultats de 2002 (Science and Engineering Indicators 2002) soulignent que pour la première fois 53 % des Américains considèrent que les êtres humains ont évolué à partir d’espèces animales (Human beings, as we know Chem today, developed from earlier species of animals).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Intérêt du public à propos de questions choisies
Légende (a) MILLER, J., PARDO, R-, NIWA, F. (1997) Public perceptions of science and technology, Fundacion BBV.(b) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries: a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.(c) Science and Engineering Indicators 2000.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 2. Attention du public montrant le pourcentage des citoyens attentifs/intéressés à la science et à la technologie
Légende (a) MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997) Public perceptions of science and technology,Fundacion BBV.(b) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries: a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.(c) Science and Engineering Indicators 2000.(d) Science and Engineering Indicators 1993.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 3. Index de compréhension scientifique
Légende (a) Science and Engineering Indicators 1998.(b) Science and Engineering Indicators 1996.(c) Science and Engineering Indicators 2000.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 4. Le rapport confiance/réserve au sujet de la science
Légende (a) MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997) Public perceptions of science and technology, Fundacion BBV.(b) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries: a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.(c) Science and Engineering Indicators 2000.* Données non disponibles.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 1. Situation en Europe pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention
Légende nb. de cas : 12 147Eurobarometer 1992, cité dans MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997), « Public perceptions of science and technotechno-logy » ; Fundacion BBV.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 2. Situation dans les pays européens pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention
Légende (a) MILLER, J. (1996), « Public Understanding of Science and Technology in OECD countries : a Comparative Analysis », paper presented at the Symposium on Public Understanding of Science and Technology, OECD/OCDE, Paris.(b) Eurobarometer 1992, cité dans « Science and Technology, Third report », House of Lords, février 2000.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 3. Situation au Japon pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention
Légende nb. de cas : 1 457(a) MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997) « Public perceptions of science and technologies », Fundacion BBV(b) Prime Minister’s Office « Opinion poll concerning science and technology in the Future », 1998
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tableau 4. Situation au Canada pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention
Légende nb. de cas : 2 000MILLER, J., PARDO, R., NIWA, F. (1997), « Public perceptions of science and technology », Fundacion BBV.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 5. Situation aux États-Unis pour les paramètres éducation, sexe, CSL, âge et attention
Légende Science and Engineering indicators 1993, 1996, 1998, 2000.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 6. Situation aux État-Unis pour tes paramètres attitudes du public, intérêt, appui aux mesures gouvernementales et sources d’information
Légende Science and Engineering indicators 1993, 1996, 1998, 2000.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18223/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

Auteurs

Chercheur en contrôle non destructif chez R/D Tech. Cependant, sa formation bivalente en physique (doctorat) et en muséologie (maîtrise) lui permet de mener et participer à diverses activités de recherche telles que celles s’attachant à la perception de la science par le public au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) ou encore à la conservation au Centre de recherche et de restauration des musées de France.

Professeur au département des communications de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre du CIRST. Il poursuit des travaux de recherche sur le rôle et l’impact des médias dans les procédures de sociodiffusion des sciences et de la culture. Depuis plusieurs années, il s’attache tout particulièrement à l’étude de la culture scientifique et technologique et à la muséologie scientifique. Il a publié de nombreux articles sur ces questions et a participé à plusieurs colloques internationaux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search