Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Première partie. Les territoires de la communication

Chapitre IV. Culture scientifique dans un monde de communication à large bande

Jon D. Miller

Texte intégral

1Dans l’histoire récente, il n’a jamais été aussi important de se pencher sur nos façons de communiquer les informations scientifiques et technologiques. Le XXe siècle a connu d’énormes progrès dans la compréhension des phénomènes scientifiques naturels. Sur ce point, les perspectives d’une croissance exponentielle sont excellentes en ce début de XXIe siècle. L’Occident est au seuil de progrès révolutionnaires dans sa compréhension de la physique de l’univers, de même que des causes et des thérapies d’un grand nombre de maladies et d’incapacités physiques. En même temps, nous assistons à la naissance d’Internet et à la croissance phénoménale de cette technologie, en dépit de quelques ratés dans la consommation ou des revers à la Bourse.

2Utilisant globalement l’expérience américaine comme cas type, cette analyse fera valoir trois choses :

  • une grande majorité d’Américains a cru et continue de penser que les sciences et la technologie leur rendraient la vie plus saine, plus facile et plus confortable ;

  • seulement 15 % des adultes américains sont en mesure de comprendre la section scientifique du New York Times ;

  • au cours des dernières années, la culture scientifique populaire s’est accrue principalement par la scolarisation.

3Les sources d’informations extra-scolaires continuent cependant de jouer un rôle éducationnel. Elles permettent aux adultes de mettre à jour les connaissances acquises au cours des années de scolarité. En prévision de l’avenir, il est essentiel que les deux modes d’éducation scientifique, scolaire et populaire, fassent croître la proportion d’adultes ayant les connaissances scientifiques, notamment biomédicales, pour prendre des décisions éclairées comme parents et comme consommateurs, et pour prendre part à la formulation des politiques gouvernementales concernant les sciences et la technologie. La dernière partie de ce chapitre étudiera l’impact prévisible des communications à large bande sur l’apprentissage scolaire et populaire.

Section 1. LES ATTITUDES DU PUBLIC À L’ÉGARD DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE

  • 1 DAVIS, 1958
  • 2 NSB, 1998

4(Quelques mois avant le lancement de Spoutnik I, en 1957, l’Association américaine des rédacteurs scientifiques commanditait une enquête nationale visant à évaluer l’intérêt des Américains pour les sciences et la technologie. Selon cette étude, 88 % des adultes américains avaient l’impression que le monde se portait mieux du fait des sciences et de la technologie1. Quarante ans plus tard, Science and Engineering Indicators2, a posé la même question à ses lecteurs : 87 % des adultes ont émis le même avis. On peut donc parler d’une grande stabilité de perception dans le public.

  • 3 NSB, 2000

5Plusieurs autres méthodes de sondage ont donné le même modèle de stabilité et de soutien à long terme dans les attitudes des Américains pendant des décennies. Depuis 1983, on a demandé périodiquement à des groupes types d’adultes américains s’ils étaient d’accord ou non avec l’énoncé suivant : « les sciences et la technologie nous font la vie plus saine, plus facile, plus confortable ». Plus de 80 % des répondants se disaient d’accord avec une telle affirmation. À la fin du siècle, un sondage national faisait état de 90 % de répondants en accord avec l’énoncé (voir figure 1). Inversement, au cours de la dernière décennie, plusieurs sondages comportaient l’énoncé suivant : « Il n’est pas important pour moi de connaître les sciences dans ma vie de tous les jours ». En 1999, 83 % des répondants se disaient en désaccord avec une telle affirmation3. Qu’on aborde le sujet par l’affirmative ou la négative, plus de 80 % des Américains pensent que les sciences leur rendent la vie plus facile et qu’il est important pour eux d’acquérir des connaissances scientifiques.

6Cette attitude positive s’étend aussi aux scientifiques et à la communauté scientifique. Dans une série d’études nationales menées par la General Social Survey (GSS), on demandait à un échantillon d’adultes américains s’ils avaient une grande confiance, s’ils avaient simplement confiance ou s’ils avaient difficilement confiance dans les personnes qui dirigeaient certaines grandes institutions américaines. Le plus récent sondage, celui de 1998, indiquait que 44 % des Américains ont une très grande confiance dans la profession médicale et dans les médecins. De plus, 40 % des adultes ont exprimé une très grande confiance dans le leadership de la communauté scientifique et dans les scientifiques eux-mêmes (voir figure 2). En revanche, seulement 9 % des adultes américains expriment une très grande confiance dans « la presse » et 10 % ont une très grande confiance dans la télévision. Quant à leur crédibilité, ces résultats donnent à croire que les scientifiques et les médecins seraient mieux servis par eux-mêmes que par le truchement des vedettes médiatiques.

Figure 1. Attitudes du public envers la science et la technologie, 1983-1999

Figure 1. Attitudes du public envers la science et la technologie, 1983-1999

Figure 2. Confiance dans le leadership d’institutions choisies, 1977-1998

Figure 2. Confiance dans le leadership d’institutions choisies, 1977-1998

7Dans un sondage national de 1981, 70 % des Américains concluaient que les avantages de la recherche scientifique l’emportaient sur tous les genres d’inconvénients qu’elle pourrait occasionner. À la fin du siècle, 74 % des répondants étaient toujours de cet avis (voir figure 3). La proportion d’adultes américains qui pensent le contraire, soit que les inconvénients l’emportent sur les avantages, n’a jamais atteint 20 % au cours des deux dernières décennies. La proportion des réponses négatives était de 15 % en 1999. Pour ce qui est de la population, ces données signifient que quelque 140 millions d’adultes américains étaient d’avis que les avantages l’emportaient, contre 29 millions qui pensaient le contraire.

Figure 3. Évaluation publique des avantages et des risques de la recherche scientifique, 1981-1999

Figure 3. Évaluation publique des avantages et des risques de la recherche scientifique, 1981-1999

8Enfin, il faut noter que 15 années d’études soigneuses des attitudes des Américains indiquent que la population approuve les dépenses du gouvernement dans le domaine de la recherche scientifique. L’édition de 1985 de Science and Engineering Indicators faisait état d’une étude selon laquelle 79 % des Américains estiment que la recherche scientifique, qui repousse les frontières de la connaissance, est nécessaire et doit être appuyée par le gouvernement fédéral, même en l’absence de profits immédiats. À la fin du siècle, 81 % des adultes américains étaient encore de cet avis (voir figure 4).

Figure 4. Soutien public pour le financement de la recherche scientifique fondamentale, 1985-1999

Figure 4. Soutien public pour le financement de la recherche scientifique fondamentale, 1985-1999

9On a beaucoup écrit sur l’admiration des Américains pour les sciences et la technologie au cours de la seconde moitié du XXe siècle. 11 n’est pas nécessaire de revoir toute la littérature de cette période. Il est cependant essentiel de reconnaître que les Américains, en dépit des craintes occasionnelles de la communauté scientifique, sont sortis de la Seconde Guerre mondiale avec une attitude positive ferme à l’égard des sciences et de la technologie. Cette attitude s’est maintenue jusqu’à nos jours.

10Cela dit, il ne faut certes pas mésestimer l’opinion publique ou prendre son appui pour un fait acquis. Les sociétés industrielles se trouvent tout près d’une révolution majeure dans les domaines de l’astrophysique, des sciences biomédicales et de l’information scientifique. Il y a d’importants messages à partager et des enjeux à discuter.

  • 4 MILLER, PARDO & NIWA, 1997
  • 5 MILLER & PARDO, 1999

11La communauté scientifique entreprend ce débat avec une crédibilité notable. Elle se doit de la protéger et de l’accroître. Des études comparatives entre la Communauté économique européenne (CEE) et les États-Unis révèlent un niveau élevé de confiance dans les avantages des sciences et de la technologie chez les adultes européens. Mais elles indiquent aussi une plus grande inquiétude quant aux éventuels effets négatifs des activités scientifiques4. La confiance du public américain dans les avantages des sciences et de la technologie et ses réserves quant à leur impact sont en corrélation fortement négative (0,61). Cette corrélation n’est que faiblement négative chez les adultes de la CEE (0,11). Les sources et la dynamique de ces perceptions de risque chez les adultes ne sont pas bien comprises, dans la CEE comme aux États-Unis. Il est toutefois clair que le niveau d’inquiétude ou de réserves est plus élevé dans la CEE qu’aux États-Unis5.

Section 2. CULTURE SCIENTIFIQUE POPULAIRE

  • 6 MILLER, 1983 ; 1987 ; 1995 ;1997 ; 1998 ; 1999
  • 7 MILLER, 1998

12Bien que les Américains tiennent les sciences en haute estime, il n’en reste pas moins que seulement 15 % d’entre eux ont suffisamment de connaissances pour pouvoir lire le cahier scientifique du New York Times6. La documentation citée ci-dessus comprend une discussion détaillée de la conceptualisation et des méthodes d’évaluation de la culture scientifique7. Il peut toutefois être utile de revoir brièvement l’analyse raisonnée et la structure de cette évaluation.

13Pour être compté au nombre des citoyens possédant une culture scientifique (civic scientific literacy), un citoyen doit répondre à deux critères :

  • comprendre, en gros, les concepts et les structures scientifiques de base comme la molécule d’ADN et la structure du système solaire ;

    • 8 MILLER, 1983 ; 1998

    comprendre la nature et le processus de l’enquête scientifique8.

14En pratique, le niveau de compréhension du vocabulaire conceptuel et du processus de la recherche scientifique correspond à l’habilité requise pour lire la plupart des articles de la section scientifique du New York Times chaque mardi. Selon ce standard, 10 % des adultes américains se qualifiaient comme « ayant une culture scientifique » à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Cette proportion avait grimpé à 17 % en 1999 (voir figure 5).

  • 9 MILLER, PARDO & NIWA, 1997 ; MILLER & PARDO, 1999

15Dans un sondage national auprès des adultes américains de 18 ans et plus, chaque point de pourcentage correspond à environ 1,9 million de personnes. De tels résultats indiquent donc que quelque 33 millions d’Américains passaient ce test vers la fin du XXe siècle. Une étude comparative entre la CEE et les États-Unis a révélé qu’environ 5 % des adultes européens pouvaient être considérés comme ayant une culture scientifique en 1992, selon les mêmes critères9. Une analyse structurelle multigroupe (Multi-group structural equation analysis) a démontré en outre que la scolarisation était un indice plus important de culture scientifique aux États-Unis (0,73) que dans la CEE (0,34). Une analyse poussée des modèles tend à démontrer que l’exigence de cours de connaissances générales au niveau post-secondaire, aux États-Unis, est un facteur important dans ce résultat.

Figure 5. Pourcentage des adultes américains qui ont une culture scientifique, 1988-1999

Figure 5. Pourcentage des adultes américains qui ont une culture scientifique, 1988-1999

Section 3. L’ACCÈS À L’INFORMATION SCIENTIFIQUE

16Utilisant les États-Unis comme cas type pour réfléchir sur l’avenir des communications sur les sciences et la technologie, il importe de commencer par une revue des canaux d’information scientifique dont disposent les Américains. Un regard sur les récentes tendances nationales donne une idée de l’ampleur du phénomène.

17La proportion d’Américains qui lit presque quotidiennement un journal, ou encore, qui lit un magazine d’intérêt général ou scientifique assez régulièrement est en décroissance depuis au moins les deux dernières décennies (voir figure 6). Les données de Science and Engineering Indicators font état d’une chute dans le pourcentage d’adultes américains qui lisent un quotidien. Ils étaient environ 60 % en 1983, en regard de 41 % à la fin du siècle. Quelque 20 % d’adultes américains ont lu la plupart des numéros d’un magazine au cours de la dernière décennie. Environ 10 % ont lu régulièrement un magazine scientifique au cours des deux dernières décennies. Un déclin, minime mais statistiquement signifiant, s’est produit dans le lectorat des magazines d’actualité comme des magazines scientifiques entre 1997 et 1999.

18Bien que la lecture de livres de sciences et de technologie ne soit mesurée que depuis 1997, il est à noter qu’environ le tiers des adultes américains avaient acheté un ou plusieurs de ces ouvrages au cours de l’année précédente (voir figure 6). L’augmentation légère d’achats de livres (0,05) entre 1997 et 1999 n’est pas statistiquement signifiante. Point important à souligner : le fait que 60 millions d’adultes américains déclaraient avoir acheté un ou des livres scientifiques au cours de l’année précédant le sondage contredit ceux qui prédisent le déclin de l’imprimé sous toutes ses formes.

Figure 6. Lecture de journaux, magazines de nouvelles ou de sciences et de livres scientifiques, 1983-1999

Figure 6. Lecture de journaux, magazines de nouvelles ou de sciences et de livres scientifiques, 1983-1999

Figure 7. Heures consacrées à la télévision, 1995-1999

Figure 7. Heures consacrées à la télévision, 1995-1999

19Les adultes américains consacrent toujours annuellement plus de 1000 heures à la télévision (voir figure 7). Le nombre total d’heures consacrées à la télévision est en relation inverse du niveau de scolarité. L’Américain type consacre environ 400 heures aux nouvelles télévisées chaque année. Le nombre d’heures consacrées annuellement à des émissions de télévision scientifiques est passé de 81 heures en 1995 à 72 heures en 1997 et à 42 heures en 1999. Tous ces déclins, d’un niveau de 0,05, sont signifiants en termes de statistique. Une analyse plus détaillée des facteurs du phénomène est présentement en cours.

Figure 8. Recours aux ressources extra-scolaires d’éducation scientifique, 1983-1999

Figure 8. Recours aux ressources extra-scolaires d’éducation scientifique, 1983-1999

20Le recours aux modes extra-scolaires d’acquisition de connaissances scientifiques est resté relativement stable au cours des deux dernières décennies (voir figure 8). Environ 70 % des Américains ont fréquenté une bibliothèque une fois ou plus chaque année ; la moitié des adultes américains ont visité un zoo ou un aquarium une fois ou plus par année ; quelque 30 % ont visité un musée de sciences ou de technologie chaque année et à peu près la même proportion a visité un musée d’histoire naturelle une fois ou plus chaque année. Fait intéressant, environ un adulte américain sur trois visite également un musée d’art une fois ou plus par année.

21La croissance la plus importante et la plus significative, au cours des récentes décennies, a trait à l’accès à l’ordinateur et à Internet. En 1983, seulement 30 % des adultes américains avaient accès à un ordinateur, à la maison ou au travail. Un peu moins de 10 % possédaient un ordinateur personnel (voir figure 9). À la fin de la décennie, les deux tiers des Américains disposaient d’un ordinateur à la maison ou au travail et une majorité possédaient un ordinateur personnel (voir figure 9). Le rétrécissement de l’écart entre l’accès total et la possession d’un ordinateur à la maison indique que de moins en moins d’Américains sont dépendants de l’ordinateur du bureau pour l’Internet et le courrier électronique.

Figure 9. Accès à un ordinateur, 1983-1999

Figure 9. Accès à un ordinateur, 1983-1999

22Comme c’est le cas pour presque toutes les nouvelles technologies, les citoyens les plus scolarisés ont été les premiers à se procurer un ordinateur et à utiliser cette technologie. Entre 1983 et 1999, le pourcentage de diplômés de niveau collégial (détenteurs d’un baccalauréat) ayant accès à un ordinateur à la maison ou au travail est passé de 53 % à 93 % (voir figure 10). Dans la même période, le pourcentage d’Américains diplômés de l’école secondaire, mais sans diplômes collégiaux ayant accès à un ordinateur a bondi de 34 % à 71 %. Les adultes américains qui n’avaient pas terminé leurs études secondaires ont été les derniers à avoir accès à un ordinateur et moins de 30 % d’entre eux y avaient accès en 1999. Il est utile de noter qu’environ 20 % des Américains ont atteint le baccalauréat, tandis que 20 % ont décroché avant la fin des études secondaires. Les 60 % d’Américains qui ont terminé leurs études secondaires, sans faire d’études collégiales (niveau lycée) représentent la majorité de la population. Dans ce groupe, l’accès à l’ordinateur s’est fortement accru au cours des deux dernières décennies.

Figure 10. Accès à un ordinateur selon le niveau de scolarité, 1983-1999

Figure 10. Accès à un ordinateur selon le niveau de scolarité, 1983-1999

23Il est enfin intéressant de jeter un coup d’œil sur l’Internet comme mode d’acquisition de connaissances en sciences et/ou en santé. Les études du Science and Engineering Indicators de 1997 et de 1999 comprenaient toutes deux une série de questions sur l’accès à l’Internet et la nature des informations que les internautes recherchaient. Il en ressort que 19 % des adultes américains, en 1997, déclaraient avoir tenté de trouver sur Internet des informations concernant les sciences ou la santé au cours de l’année précédente (voir figure 11), ce qui est une augmentation de 7 %. Il est évident qu’on est au début d’une croissance significative de l’usage d’Internet pour l’acquisition d’informations spécifiques. Le Web sera souvent employé pour trouver des informations courantes sur des sujets concernant les sciences, la santé et la médecine. Il est intéressant d’observer que le pourcentage d’adultes qui affirmaient avoir eu recours au Web pour les nouvelles courantes a augmenté de 1 % en 1997 à 2 % en 1999.

Figure 11. Pourcentage des adultes à la recherche d’information en sciences et en santé sur Internet, 1997-1999

Figure 11. Pourcentage des adultes à la recherche d’information en sciences et en santé sur Internet, 1997-1999

Section 4. A L’AUBE DE L’ERE DE LA BANDE LARGE

24La société se trouve au tout début d’une extraordinaire croissance des communications électroniques. La montée de l’accès à l’ordinateur et l’accroissement plus significatif encore, du nombre d’ordinateurs domestiques orientent vers la mise en place d’une infrastructure capable d’utiliser les technologies à large bande qui arrivent tout juste sur le marché. Contrairement à la télévision qui n’a jamais comblé les espoirs d’une incorporation de l’image et du texte, les nouvelles technologies à large bande sont sur le point d’intégrer imprimé, image et données dans des combinaisons que peu de gens sont en mesure d’imaginer.

25Pour comprendre les rôles que les musées et les autres ressources extra-scolaires pourront jouer dans les prochaines décennies, il est essentiel d’imaginer et d’étudier en premier lieu l’impact éventuel des technologies à large bande sur l’acquisition de l’information, dans le cadre scolaire aussi bien que par les sources populaires.

26Fondée sur des technologies développées et éprouvées qui sont sur le point d’être mises en marché, il est clair que la technologie à large bande offrira plusieurs avenues :

  • L’intégration des signaux du téléphone, de la télévision et de l’Internet en un seul signal, utilisant un médium de transmission unique. En pratique, on pourra visionner des documents de la même qualité qu’à la télévision sur l’ordinateur personnel. On pourra aussi transférer ces mêmes documents par l’ordinateur vers un appareil de télévision à haute définition. De même pourra-t-on aussi tenir des vidéoconférences avec d’autres usagers en temps réel.

  • L’accès à des bibliothèques où on pourra télécharger presque instantanément des documents écrits. Plusieurs journaux et magazines offrent déjà des éditions en ligne. Certaines publications ne sont disponibles que sur le Web. Dans un environnement à bande large, les lecteurs pourront numériser plusieurs publications sans délai de téléchargement. Ils pourront même imprimer des documents ou les conserver sous forme électronique. La différenciation entre l’imprimé et l’électronique s’estompera substantiellement au cours des prochaines décennies.

  • L’accès à des vidéothèques où l’on pourra visionner des documents instantanément ou les télécharger rapidement. Les magnétoscopes disparaîtront en moins de 15 ans. Films et émissions de télévision pourront être visionnés en temps réel et facturés à l’usager sur son compte de téléphone (appelé à devenir un compte de services d’information).

  • Les émissions de télévision offertes régulièrement selon une grille horaire fixe sont appelées à disparaître. Les usagers choisiront des séries payantes ou gratuites à partir d’un menu. Les séries hebdomadaires gratuites existeront toujours avec leur imbrication de messages publicitaires, mais le nombre et la variété d’émissions de télévision payante seront en croissance. Les usagers seront libres de ne jamais regarder d’émissions de nouvelles ou d’affaires publiques ou de ne regarder que ce type d’émissions, si cela leur convient. Les activités intellectuelles à caractère social iront en diminuant.

  • Les coûts de la production de vidéo sont déjà bas et deviendront encore plus économiques. Tout comme l’introduction du World Wide Web a favorisé la prolifération de milliers de publications électroniques, les technologies à large bande favoriseront la création de milliers de petites stations de télévision (sources de programmation vidéo). Cela aura pour effet de transformer les journaux et les magazines électroniques en bulletins de nouvelles périodiques, en groupes de discussion et en vastes forums vidéos.

  • Les avantages pour les groupes et les organismes seront même plus grands, les nouvelles technologies accueillant plus de réunions vidéos ou de démonstrations que ne le permettent les technologies actuelles. Les groupes dissidents trouveront plus facilement des voies de communication, de même que les professeurs, les universitaires, les églises... et les diseuses de bonne aventure.

  • Le commerce électronique (e-commerce) vendra des produits pour lesquels il pourra faire des démonstrations en temps réel et même, les adapter à un consommateur en particulier. Par exemple, le client pourra voir un vêtement taillé sur mesure avant de l’acheter ou encore, voir une personne faire la démonstration d’un nouvel outil ou d’un gadget.

27Quel est l’impact de tout cela sur l’éducation et la culture scientifique populaire, qu’on pourrait aussi qualifier d’extra-scolaire ? Très vraisemblablement, les personnes comblées d’information deviendront plus riches et celles dont l’information est pauvre deviendront plus pauvres. Les individus auront plus de choix et les sociétés moins de cohésion. L’information sera davantage spécialisée : les mélomanes écouteront plus de symphonies, les amateurs de cuisine suivront plus d’émissions culinaires, les amateurs de football visionneront et revisionneront plus de matchs, de même pour les cinéphiles et les amateurs d’actualités ou de documentaires. La qualité technique de la transmission ira en s’améliorant et le coût de ces services sera en décroissance, compte tenu du revenu moyen.

28De tels résultats sont-ils inévitables ? Non, mais ils sont très probables. Du point de vue positif, les adultes qui s’intéressent aux sciences, aux mathématiques et à la technologie auront accès rapidement et à peu de frais à des informations de qualité, à partir du bureau ou de la maison. Ils seront en mesure d’interroger individuellement le personnel des musées, des écoles, des magazines et des entreprises sur des problèmes sur lesquels ils butent. L’éventail d’informations de nature à enrichir la compréhension des sciences, des mathématiques et de la technologie chez les enfants sera nettement plus étendu qu’aujourd’hui. Pour toutes ces personnes assoiffées de connaissances, la transmission à large bande-annonce un âge d’or.

29D’un point de vue négatif, les adultes qui n’ont qu’un intérêt limité pour les sciences et les mathématiques pourront éviter ces sujets encore plus facilement qu’avec la télévision par câble, déjà accessible depuis quelques décennies. Au cours des dernières années, les articles à la une des journaux espéraient au moins retenir occasionnellement l’attention du lecteur avant qu’il passe au cahier des sports ou aux cotes du marché boursier. De nos jours, on peut s’abonner à des éditions électroniques de quotidiens et ne recevoir que les sujets souhaités sur son écran d’ordinateur.

30Depuis les débuts de l’âge de la télévision, les grands réseaux américains, de même que les chaînes européennes sous contrôle gouvernemental, déversaient leur plein de nouvelles à heures fixes, si bien que le téléspectateur en était réduit, à certains moments, à regarder les actualités ou à ne rien regarder du tout. Bien qu’il ne soit pas évident que ce gavage d’informations ait produit de meilleurs citoyens dans quelque pays que ce soit, cela pourrait, par inadvertance, avoir assuré un niveau minimal d’éveil aux événements importants, qui est nécessaire en démocratie.

31Dans l’environnement à large bande qui émerge, le défi principal consistera à stimuler l’intérêt pour l’étude et à aiguiser l’appétit pour l’acquisition de nouvelles connaissances et d’une meilleure compréhension. Les obstacles à l’apprentissage ne seront plus l’accès aux connaissances ou à leur source, mais simplement le désir de savoir et la volonté de rechercher l’information. La bibliothèque électronique, la librairie et la salle de lecture seront accessibles jour et nuit, tous les jours et, éventuellement, en toutes langues.

32Dans un tel environnement, le leadership politique, économique et social des sociétés jouera un rôle central. Les leaders politiques et les institutions doivent honorer et encourager les performances intellectuelles et artistiques, tout comme ils applaudissent les exploits sportifs ou économiques. Tous les employeurs et toutes les associations d’employés doivent mettre l’accent sur la nécessité de la formation continue dans l’exercice d’une fonction donnée, offrir des possibilités réelles de recyclage et récompenser les activités éducationnelles. Les médecins et le personnel des hôpitaux doivent motiver les patients et leurs familles à étudier les causes et le traitement de leurs maladies. Il serait pertinent de leur donner une liste des sites Internet où ils trouveront informations et ressources.

33En collaboration avec les parents et les étudiants, le personnel des écoles doit stimuler chez les étudiants la volonté de poursuivre des études avancées. Dans ce but, ils doivent aussi favoriser le recours aux ressources d’apprentissage extra-scolaire. En effet, les institutions culturelles extra-scolaires peuvent jouer un rôle social important dans la diffusion des connaissances. Il est souvent possible de jumeler les ressources et les facilités des musées et des autres institutions culturelles, ce qui comprend les bibliothèques traditionnelles, aux programmes des entreprises, des syndicats, des hôpitaux, des cliniques et des écoles pour susciter des expériences d’apprentissage fortes et efficaces.

34Toutes ces institutions doivent expérimenter un large éventail de programmes et de formats dans les premières années de croissance des technologies à large bande qui renforceront le Web, et évaluer l’efficacité de chacun de ces programmes. Le contenu substantiel et très diversifié qui se trouve déjà sur le Web et celui qui sera offert dans un environnement de large bande générera toute une gamme de réactions dans les programmes.

35Il est également essentiel de poursuivre l’objectif d’accroissement du niveau de culture scientifique populaire dans la société. Il peut être tentant de se laisser immerger dans les nouvelles technologies tout en perdant de vue les résultats qu’on désire atteindre. Les technologies à large bande jointes au Web offriront de nouvelles voies de progrès pour la transmission d’informations scientifiques et pour l’atteinte de nouveaux niveaux de compréhension. Ces techniques permettront de produire des outils et de nouveaux programmes éducationnels, de même qu’elles favoriseront l’émergence de citoyens beaucoup plus cultivés dans les domaines des sciences et de la nature. Il nous faut toutefois aller au-delà des cas individuels, anecdotiques, et chercher plutôt à évaluer la proportion de la population qui est touchée et servie par ces nouvelles technologies.

36Il est important que les institutions de culture populaire comprennent l’éventuel impact à long terme et les conséquences de l’émergence des technologies à large bande. Il est important aussi qu’elles cherchent à apporter une contribution significative à l’édification d’une vraie société du savoir.

Notes de fin

1 DAVIS, 1958

2 NSB, 1998

3 NSB, 2000

4 MILLER, PARDO & NIWA, 1997

5 MILLER & PARDO, 1999

6 MILLER, 1983 ; 1987 ; 1995 ;1997 ; 1998 ; 1999

7 MILLER, 1998

8 MILLER, 1983 ; 1998

9 MILLER, PARDO & NIWA, 1997 ; MILLER & PARDO, 1999

Table des illustrations

Titre Figure 1. Attitudes du public envers la science et la technologie, 1983-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2. Confiance dans le leadership d’institutions choisies, 1977-1998
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3. Évaluation publique des avantages et des risques de la recherche scientifique, 1981-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4. Soutien public pour le financement de la recherche scientifique fondamentale, 1985-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5. Pourcentage des adultes américains qui ont une culture scientifique, 1988-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6. Lecture de journaux, magazines de nouvelles ou de sciences et de livres scientifiques, 1983-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 7. Heures consacrées à la télévision, 1995-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 8. Recours aux ressources extra-scolaires d’éducation scientifique, 1983-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9. Accès à un ordinateur, 1983-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 10. Accès à un ordinateur selon le niveau de scolarité, 1983-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 11. Pourcentage des adultes à la recherche d’information en sciences et en santé sur Internet, 1997-1999
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18217/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

Jon D. Miller a mesuré la compréhension du public envers la science et la technologie aux États-Unis depuis deux décennies. De plus, il a examiné les facteurs associés au développement d’attitudes vis-à-vis de la science. Il est l’un des rares chercheurs aux États-Unis qui a étudié à la fois le développement des connaissances et des attitudes chez les adolescents et les jeunes adultes ainsi que les attitudes sur des échantillons nationaux d’adultes. Présentement, il est directeur et professeur du Centre des communications biomédicales à l’école de médecine de l’Université Northwestern. Il est aussi directeur du Centre international pour l’avancement de la culture scientifique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search