Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Première partie. Les territoires de la communication

Chapitre III. Une vue déformée des sciences : de la faiblesse du journalisme et de la force des relations publiques

Winfried Göpfert

Texte intégral

  • 1 KEPPLINGER, 1989 ; BAUER et al, 1995
  • 2 GREGORY & MILLER, 1998 : 1-18

1Pendant longtemps, les sciences étaient perçues comme quelque chose de positif. Elles étaient présentées favorablement par les médias. Au milieu des années 1970, la perception et la couverture des médias se firent plus critiques1. Certaines pratiques n’étaient plus acceptées par la population. Les scientifiques et les technologues se sont sentis obligés de justifier leurs travaux et de courtiser le public pour gagner son appui. Dix ans plus tard, cette tâche a été entreprise en Grande-Bretagne par une série de mesures mises en œuvre dans le cadre du projet Public Understanding of Science (PUS), appuyé par le gouvernement2.

2Les pays de langue allemande ont suivi ces délibérations. Récemment en 1999, des organisations allemandes ont fondé le PUSH (Public Understanding of the Sciences and Humanities).

  • 3 PETERS & GÔPFERT, 1995

3On a pris depuis lors des initiatives importantes. Entre autres, on a lancé un prix annuel de 50 000 euros qui récompense les scientifiques ayant le mieux réussi à communiquer leurs recherches au public. On a investi plusieurs millions dans l’organisation de festivals scientifiques. Les scientifiques se voient régulièrement offrir des ateliers d’initiation aux médias3. On a fait de grands efforts pour augmenter les communications scientifiques.

4Ces efforts se produisent dans un contexte quelque peu bizarre qu’on pourrait désigner comme la « phase faible » du journalisme. Bien qu’il concerne particulièrement l’information scientifique, ce phénomène touche le journalisme dans son ensemble. Les salles de rédaction ayant été réduites, on recourt à des collaborateurs externes pour certains champs de compétences, des documents de relations publiques remplacent le matériau journalistique sans être assez clairement identifiés comme tels.

5Alors que les relations publiques gagnent en influence, la couverture journalistique indépendante est en décroissance. Ce mouvement provoque une couverture biaisée au service des relationnistes. Une couverture journalistique tendant à s’aligner sur les relations publiques ne peut mener qu’à une vue déformée des sciences. Dans un tel contexte, la critique, une des fonctions principales du journalisme, est marginalisée. Il n’y a plus de lieu où les citoyens peuvent faire état de leurs réserves envers les sciences.

6Dans la deuxième partie, nous étudierons plus à fond les rapports entre les relations publiques et le journalisme en prenant la couverture des sciences comme exemple. Quel rôle les relations publiques jouent-elles à l’égard des sciences ? Nous discuterons de ce que doivent êtres les tâches légitimes des relationnistes et aussi, des façons d’influencer qui sont inacceptables à long terme.

Section 1. PROGRAMME PUS : ÉVALUATIONS FAITES AUX ÉTATS-UNIS, EN GRANDE-BRETAGNE ET EN ALLEMAGNE

  • 4 LEWENSTEIN, 1992 : 60
  • 5 GREGORY & MILLER, 1998 : 4

7On peut considérer l’année 1957 comme un jalon important dans le développement du programme américain PUS (Public Understanding of Sciences). Après le choc du Spoutnik, la National Science Foundation lança ce programme dans le but de modifier la perception que les gens avaient des sciences et de l’éducation4. Au cours des deux décennies suivantes, le programme PUS a consacré plusieurs milliards de dollars à la promotion de l’éducation scientifique5.

  • 6 GREGORY & MILLER, 1998 : 7
  • 7 KREBS, 1999 : 18

8En Grande-Bretagne, le développement a été déclenché en 1985 par un rapport de la Société Royale, autorité suprême en matière de sciences. Le rapport a eu pour résultat la formation du Committee on the Public Understanding of Science (COPUS). Ce dernier a lancé un large éventail d’activités qui ont elles-mêmes donné naissance à une véritable industrie de la « compréhension des sciences6 ». Les conseillers scientifiques du gouvernement britannique ont consacré environ 4,5 millions de livres par année à des mesures du type PUS. Les fondations privées, la loterie nationale et des institutions scientifiques y ont contribué encore davantage7.

9Ces mesures peuvent se résumer ainsi :

  • conférences ;

  • cours pour adultes ;

  • parrainage de groupes d’élèves par des scientifiques ;

  • journées portes ouvertes ;

  • activités scientifiques de rue, expositions et festivals ;

  • théâtre scientifique ;

  • promotion des musées scientifiques et des centres de sciences ;

  • prix d’excellence pour les communicateurs scientifiques (scientifiques et/ou journalistes) ;

  • réunions de consensus ;

  • programmes d’apprentissage ou d’internat pour les scientifiques ;

  • programmes d’apprentissage ou d’internat pour les journalistes ;

  • amélioration des initiatives de relations publiques dans les institutions scientifiques ;

  • accompagnement de recherche.

  • 8 ERHARDT, 1999 : 5

10Les organismes scientifiques allemands s’efforcent de concevoir des programmes similaires. En choisissant l’acronyme PUSH (Public Understanding of the Sciences and Humanities) ils ont ouvertement affiché leur adhésion au modèle anglo-américain8. Cela, même s’ils ne cessent d’affirmer qu’ils ne sont pas uniquement motivés par des intérêts mesquins, se faire accepter ou améliorer leur image, mais avant tout désireux de susciter un dialogue constructif entre les sciences et la société. Ces organismes considèrent de leur devoir, par ailleurs, de convaincre les gens que la prospérité économique et les niveaux de vie élevés sont principalement dus à la recherche scientifique. La formulation du programme allemand PUSH le situe clairement sur le plan des relations publiques. Cette démarche, dépourvue de fondement substantiel, semble plus intéressée que fondée sur une volonté de dialogue critique.

Section 2. TENDANCES DANS LES RAPPORTS ENTRE JOURNALISME ET RELATIONS PUBLIQUES

11L’initiative PUSH et le renforcement du domaine des relations publiques qui l’accompagne doivent être considérés à la lumière d’un monde médiatique en mutation. Les rapports entre relationnistes et journalistes sont présentement en voie de se transformer, dans le monde des sciences comme dans l’ensemble des médias. Nous tenterons d’analyser ce contexte dans le point suivant.

Rapports entre journalisme et relations publiques du point de vue des sciences de la communication

  • 9 BAERNS, 1991 : 17

12Dans les sciences de la communication, les rapports entre journalisme et relations publiques ont été conceptualisés récemment sous la forme de deux hypothèses concurrentes. Selon l’hypothèse de la détermination, ces relations se présentent ainsi : « Plus les relations publiques gagnent de l’influence, moins le journalisme s’en voit attribuer et vice-versa9 ». Cette hypothèse a toutefois le démérite de ne pas prendre en compte les critères de sélection et le traitement ultérieur du matériau des relationnistes, qui sont mis en œuvre par les journalistes.

  • 10 BENTELE et al, 1997 : 240
  • 11 RUSS-MOHL, 1999 : 171

13La seconde hypothèse, le modèle d’interefficience, présuppose que chacun des deux systèmes, avec leurs caractéristiques propres, est le moteur de la performance de l’autre système. Le succès du système de relations publiques, par exemple, dépend de la publicité médiatique, tandis que les médias ont besoin des informations et de la volonté de communiquer des relationnistes10. Ce modèle est surtout critiqué parce qu’il implique qu’il n’y a pas de journalisme sans relations publiques et vice-versa. Plus encore, il ne prend pas en considération l’antagonisme des deux systèmes. En conséquence, Russ-Mohl propose qu’on emploie le terme « interpénétration », tout en faisant une mise en garde : « Si les relations publiques s’organisent pour supplanter le journalisme et si nous échouons à rétablir l’équilibre entre les deux systèmes, cela pourrait être fatal à tous deux et même porter atteinte à la liberté d’information et à la liberté de presse en démocratie11 ».

  • 12 WEISCHENBERG 2000

14Rapproche théorique de Weischenberg semble particulièrement appropriée à notre analyse, en ce qu’elle accentue la fonction sociale de chaque système : « Ce qui est et demeure important, c’est d’établir une frontière très claire entre les fonctions de chaque sphère. Le journalisme et les relations publiques doivent répondre à des objectifs différents dans les communications publiques. Les journalistes constituent des “réalités vraies” sur la base de préalables constitutionnels et dans le cadre de standards professionnels. [...] Le relationniste crée des “réalités désirables” pour le bien de ses clients. [...] Tous deux sont une nécessité aujourd’hui. Mais, tous deux ont des rôles distincts à jouer12 ». Néanmoins, des développements récents semblent contredire cette importante distinction de fonction entre les deux systèmes de communication.

Faiblesse du journalisme – renforcement des relations publiques

15Dans cette section, je mettrai en lumière certaines tendances illustrant l’actuel affaiblissement du journalisme :

  • diminution du nombre des maisons d’édition et de la concurrence entre elles ;

  • tendance à recourir aux sources d’information gratuites ;

  • réduction des salles de rédaction et recours à des collaborations externes pour les domaines spécialisés ;

  • fermeture des secteurs spécialisés des salles de rédaction.

16Les statistiques actuelles et les bilans fournissent la preuve de la diminution du nombre de publications et de la concurrence moindre entre les maisons d’édition. Le nombre de publications est passé de 225 en 1954 à 119 en 1989. Après la Réunification, quelques journaux est-allemands sont venus s’ajouter. Aujourd’hui, l’Allemagne compte 135 publications pour un tirage total de presque 25 millions d’exemplaires.

  • 13 HOCHSTÄTTER, 2000
  • 14 RAGER, 1999

17Dans le Mecklembourg-Poméranie occidentale, un des états fédéraux de l’Allemagne, par exemple, plus de 80 % des comtés et des plus grandes villes n’ont qu’un seul journal local13. Le développement des « gratuits » est clairement démontré par les statistiques. À la campagne, particulièrement, les journaux traditionnels sont menacés par les « gratuits » qui sont entièrement tributaires des revenus publicitaires. En 1980, il y avait environ 700 gratuits. Leur nombre s’élevait à 1300 en 1998 et leur tirage totalisait 85 millions d’exemplaires14.

  • 15 FICHTNER et al, 2000 : 21
  • 16 HENKE VAN DE KAMP, 1999 ; KAISER, 1999 ; ANON., 1999a ; RITZERT, 1999 : 37 ; RÖPER, 1999 : 46 ; RÔP (...)

18On n’a pas encore de données précises sur la réduction de la taille des salles de rédaction et sur le recours à des compétences externes pour des domaines spécialisés. Plusieurs études vont cependant dans ce sens, même pour ce qui a trait à la radio télédiffusion publique. Ainsi, depuis le milieu des années 1990, 600 emplois ont été supprimés à la station de télévision publique ZDE Depuis ce temps, les employés ne cessent de décrier la baisse radicale de la qualité15. On peut trouver de nombreux autres exemples dans une variété d’études16.

  • 17 RÔPER, 1997 : 54

19Au sujet de la fermeture de départements spécialisés des salles de rédaction, il nous manque un sommaire des données. On peut toutefois avoir une idée de la tendance générale par quelques exemples particuliers. Ainsi, à la Westdeutsche Allgemeine Zeitung, les secteurs spécialisés de la salle de rédaction ont été fermés, remplacés par des bureaux centralisés produisant des cahiers thématiques, par exemple « santé », « auto » ou « ordinateurs », à l’intention de tous les journaux régionaux17. Même ces bureaux ne seront plus nécessaires le jour où des maisons spécialisées et des agences entreprendront de produire ces cahiers. Ainsi, depuis octobre 2000, le TZ Health Magazine est encarté comme supplément dans plus de 60 quotidiens régionaux. Sa première édition a été tirée à 5 millions d’exemplaires. Si cette tendance se maintenait, on pourrait se dispenser des sections « sciences », « santé » et « médecine » de nos quotidiens.

20Les tendances suivantes peuvent être considérées comme autant de preuves de la montée des relations publiques :

  • le nombre de relationnistes est en croissance accélérée ;

  • les relationnistes tendent à adopter les méthodes journalistiques ;

  • les relations publiques recourent de plus en plus à des journalistes ou du personnel ayant une expérience journalistique ;

  • au sujet du journalisme scientifique, les critères d’évaluation de la communauté scientifique influencent la couverture médiatique.

  • 18 WEHMEIER, 2000 : 13
  • 19 RUSS-MOHL, 1999 : 164
  • 20 BAUSCH, 1999 : 70

21Les données suivantes illustrent la croissance du nombre de relationnistes. Présentement, l’Allemagne compte 50000 journalistes et 16000 relationnistes18. Il est intéressant de comparer ces chiffres avec la situation américaine. Au début des années 1990, on y comptait 122000 journalistes et 162000 relationnistes. Le nombre des relationnistes connaît une croissance accélérée et pourrait atteindre 200000 au début du XXIe siècle19. L’Allemagne est en voie de vivre le même développement. Selon une enquête du Fachhochschule Duesseldorf, le nombre de journalistes et de relationnistes doublera d’ici 10 ans. Les dépenses de ce secteur passeront de 5 milliards de marks allemands à 10 milliards20.

  • 21 WEISCHENBERG, 2000
  • 22 BAERNS, 1991 : 98
  • 23 BAERNS, 1990 : 47

22Quant à l’imitation des méthodes journalistiques par les relationnistes, les faits suivants peuvent servir de preuves. Les communiqués de presse et les kits de relations publiques sont souvent présentés dans un style journalistique courant, de sorte qu’ils peuvent être imprimés ou diffusés sans autre traitement21. Déjà, au cours des années 1980, Barbara Baerns analysait l’influence des relations publiques sur le journalisme. Elle concluait que les relationnistes contrôlaient le contenu et le rythme de la couverture médiatique. Environ 60 % de la couverture totale des médias provenait d’un matériau de relations publiques22. Dans une analyse portant spécifiquement sur la couverture scientifique, l’auteur arrivait à des résultats très similaires. Les deux tiers de la couverture scientifique des agences de nouvelles étaient basés sur des informations provenant de relationnistes23. Naturellement, une des fonctions de l’éditeur de journaux est de se mettre à l’affût des offres des relationnistes (et des agences de nouvelles) et de les publier, si tant est qu’elles semblent suffisamment pertinentes. Mais les deux tiers de toutes les nouvelles scientifiques publiées par les journaux proviennent directement des bureaux de relations publiques. On peut considérer que c’est là une proportion dangereuse et quelque peu déséquilibrée. En fait, cela signifie que seulement le tiers de la couverture scientifique est le fruit de l’initiative et de la recherche d’un journaliste.

  • 24 GÔPFERT, 2000 : 58
  • 25 RITZERT, cité par GÔPFERT, 2000 : 58

23Les observations des praticiens donnent une idée de la manière dont les relationnistes influencent les journalistes et les tiennent à leur merci. Premièrement, ceux-ci dénoncent les cachets minables qui sont payés aux journalistes indépendants (pigistes). Cette situation les force à élargir leur champ d’action vers le domaine des relations publiques, de façon à gonfler leur revenu insuffisant. Cette combinaison est bien malheureuse : « À cause de la mauvaise situation financière (des journalistes), la couverture des sciences dégénère lentement et devient presque du journalisme de propagande. Au lieu d’explorer leurs propres pistes et de trouver leurs sujets d’articles, les journalistes récrivent des communiqués de presse et “font” les congrès. C’est ce mélange qui met en péril l’indépendance du journalisme scientifique24 ». La journaliste scientifique Barbara Ritzert écrit : « Étant une sorte d’entrepreneur, le journaliste pigiste est forcé de faire un double calcul. Il n’y a rien comme d’être l’hôte ou l’hôtesse d’une conférence de relations publiques ou encore, l’organisateur d’une équipe d’attachés de presse d’un congrès pour décrocher des articles dans des journaux renommés, mais affamés, comme le Zeit, le Süddeutsche Zeitung ou le Bild der Wissenschaft. Ce fait suffit à prouver que même les médias “honorables” dépendent de l’industrie. Parce que c’est l’industrie qui fournit les fonds permettant de financer les pigistes qui passent des nuits devant un ordinateur à écrire des articles pour lesquels ils ne seront pas équitablement payés25 ».

  • 26 PAHL, 1997 : 10

24Les critères d’évaluation de la communauté scientifique influencent la couverture médiatique par leurs habitudes de publication et les initiatives de relations publiques qui vont de pair. Dans une enquête, Carola Pahl a analysé pendant six mois les pages scientifiques de huit quotidiens nationaux et hebdos allemands26.

25L’enquête a retracé les sources de près de 1200 articles sur des sujets médicaux. De ceux-ci 450 avaient été tirés d’un journal scientifique professionnel, ce qui correspond à presque 40 % de la couverture totale. Fait intéressant, la source n’était pas toujours mentionnée. Seulement 80 % des journalistes se référant à des publications spécialisées se donnaient la peine d’indiquer leurs sources. La plupart des articles appliquaient un principe simple : résumer ce qui était rapporté dans l’article cité.

26Les journaux professionnels considérés comme ayant un grand impact sont ceux qui sont le plus fréquemment cités dans la presse scientifique. Le « facteur impact » indique la fréquence de citation d’un article d’un journal dans d’autres publications professionnelles. Autrement dit, il mesure la réputation d’un journal au sein de la communauté scientifique.

27Tous ces journaux professionnels adhèrent au système de « révision par les pairs ». Ce qui veut dire que les articles ne peuvent être publiés qu’après le jugement d’experts indépendants sur leur crédibilité et leur pertinence. Il y a des avantages certains à cette sorte de contrôle de la qualité, mais le système est aussi critiqué du fait que cet autocontrôle par le monde scientifique peut mener à un « cartel de citations » et à une perception étroite de la recherche. Néanmoins, il n’y a pas de choix acceptable à part cette procédure solidement implantée dans le système scientifique.

28En se conformant aux pratiques de publication de la communauté scientifique, les journalistes se plient aussi à ses critères d’évaluation. Mais l’influence des relations publiques qui accompagnent ces publications joue également sur la couverture des médias. Les journaux professionnels émettent des communiqués de presse, notamment sur l’un ou l’autre de leurs articles qu’ils jugent important. De plus, ces articles sont mis en relief dans l’éditorial du journal. L’analyse a révélé que ces mêmes sujets deviennent souvent le matériau de base des articles des quotidiens. On peut donc affirmer que par les communiqués de presse et les commentaires des éditoriaux, ces derniers influencent la sélection des sujets de reportages des quotidiens. Par conséquent, nous avons démontré que, jusqu’à un certain point, le système de publication de la communauté scientifique est astucieusement établi et réussit à contrôler l’intérêt des médias pour l’un ou l’autre sujet.

  • 27 KOHRING, 1997 : 278-279

29Kohring a aussi critiqué la façon dont le journalisme scientifique est influencé et retenu par les points de vue du système. Dans un dossier élaboré, il a réuni une foule d’exemples qui illustrent à quel point les journalistes professionnels et même les recherchistes adhèrent au « paradigme du journalisme scientifique ». « Le paradigme établit que la tâche du journalisme scientifique consiste à populariser les sciences. Il prive le journalisme de sa capacité d’observer les sciences de façon critique. Cette “vision de rêve” du journalisme a incité les relationnistes à croire que le journalisme scientifique et les relations publiques des organismes scientifiques sont dans la même situation, un concept que je juge faux. Le concept d’une couverture scientifique qui sert simplement à populariser les sciences conduit à présumer que le journalisme communiquerait à l’environnement du système scientifique uniquement ces observations lesquelles, du point de vue du système scientifique, sont de nature à former la base des attentes de la société à l’égard des sciences27 ».

Propagation des méthodes illégitimes des relations publiques pour influencer le journalisme

30Il est légitime pour les relationnistes d’attirer l’attention du public sur les sujets qui les intéressent, mais dans le respect de la division des tâches. Les relationnistes doivent accepter que les propositions qu’ils font aux journalistes soient nécessairement l’objet d’un processus de sélection. C’est dire que les relationnistes doivent laisser aux journalistes le choix du sujet et du traitement des informations. Les bureaux de relations publiques doivent cesser d’influencer subrepticement, d’infiltrer et même de se substituer au journalisme. Si la couverture journalistique n’est que prétendument indépendante et n’est en fait que le produit dérivé des astuces relationnistes, c’est le lectorat qui se trouve lésé. Dans la suite, on mettra l’accent sur certaines des tendances qui prouvent l’augmentation des formes illégitimes d’influence de la part des relations publiques :

  • commandites et subventions camouflées ;

  • embauche de journalistes et jeux d’influence auprès des journalistes ;

  • absence de transparence dans l’utilisation des contenus provenant de relationnistes ;

  • documents de relations publiques déguisés en textes journalistiques.

  • 28 GÔPFERT, 1990
  • 29 BUSCHE, 1998
  • 30 HENKE VAN DE KAMP, 1999 : 20

31On en est réduit aux simples indices, plutôt que de posséder des preuves du camouflage de commandites. La télévision publique comme privée et les stations de radio recourent présentement à des ressources externes pour la planification et la production de l’information. Dans la plupart des cas, on favorise l’offre la moins chère qui, le plus souvent, ne couvre même pas les frais de production. Consciemment ou non, soumissionnaires et diffuseurs tiennent compte du fait que les producteurs devront trouver des fonds additionnels pour financer le projet. En conséquence, des productions de radio ou de télévision se trouvent commanditées par des tiers, soit par une couverture en faveur d’un certain produit, par la mention apparemment accidentelle d’un produit, ou par des démonstrations de produits. Souvent, les commanditaires ne sont même pas nommés, mais ils influencent le choix des sujets et leur traitement. W. Göpfert28 et Busche29 ont fourni plusieurs exemples. Ce mélange de journalisme et de relations publiques n’est absolument pas un phénomène nouveau, mais cette tendance ne s’est jamais accélérée comme c’est le cas aujourd’hui. Et il semble que le public y soit indifférent. Par exemple, à la Ostdeutscher Rundfunk Brandenburg (Radiotélévision est-allemande de Brandebourg) plus de 50 % des émissions non courantes sont produites par des entreprises externes30.

  • 31 SCHÖN, 2000 : 49

32On observe des tendances similaires dans le journalisme électronique (World Wide Web). L’une des particularités de cette forme de publication est la liaison d’articles de journaux avec des sources d’informations additionnelles. Cela peut paver la voie à des subventions déguisées puisque ces liens peuvent, en théorie, conduire à des sites commerciaux. Les produits « en ligne » sont habituellement gratuits et sont financés par de la publicité. De nos jours, le contenu de plusieurs journaux électroniques est commandité grâce à des liens commerciaux à l’insu de l’usager31.

  • 32 RITZERT, 1999 : 37

33L’embauche de personnel qui travaille également dans le champ journalistique permet aux bureaux de relations publiques d’influencer le contenu journalistique. Selon certains journalistes des salles de rédaction, cette tendance est surtout évidente lorsqu’on se penche sur la proportion de journalistes permanents et de journalistes indépendants (pigistes). Ritzert32 a fait un relevé des journalistes des salles de rédaction et des journalistes des journaux professionnels qui ont assisté à la conférence annuelle de la Société allemande de gynécologie et d’obstétrique, l’une des principales organisations scientifiques de l’Allemagne. En quelques années, la proportion de journalistes provenant de salles de rédaction (mass médias) est passée de 65 % à moins de 10 %.

34D’autre part, le nombre de journalistes embauchés par des journaux médicaux a augmenté considérablement. Ils sont clairement invités par des représentants de l’industrie pharmaceutique à des symposiums qui se tiennent en marge de la conférence principale, tous frais de transport et de séjour payés. En retour, on s’attend à ce que ces journalistes fassent des reportages sur ces symposiums satellites où l’industrie présente son point de vue sur certains sujets.

  • 33 SCHRÔTER 1992 : 108
  • 34 LEHMKUHL 2000 : 17

35Dans les quotidiens, les sources des articles basés sur des communiqués de presse ne sont données qu’une fois sur trois. Dans les magazines, cette proportion est seulement d’une fois sur dix, selon Schröter33. Apparemment, les journalistes ne veulent pas révéler leur dépendance envers les relations publiques. Les relationnistes misent sur cette faiblesse du journalisme en augmentant la quantité de contenu susceptible d’être utilisé tel quel par les médias. Lehmkuhl34 a fait enquête sur les méthodes préférées des agences de nouvelles et relève un effet secondaire intéressant : « Plus un communiqué de presse ressemble à un produit journalistique, moins il y a de chance que le sujet ne fasse l’objet d’une recherche subséquente. Dans la salle de rédaction où cette analyse a été faite, on ne s’est jamais soucié de vérifier auprès d’un tiers l’exactitude ou la pertinence de l’information ainsi présentée. »

  • 35 RITZERT, 1999 : 37

36Des journalistes actifs se plaignent aussi de l’influence grandissante des relations publiques sur la couverture médiatique : « Les produits médiatiques nouveaux sont conçus en fonction de l’auditoire ciblé par l’industrie de la publicité. Le journalisme devient un simple “plus” pour la publicité. Et il y a plus inquiétant encore, la réduction de la taille des salles de rédaction et le recours à la collaboration externe. Seul un petit nombre de médias de qualité peuvent se permettre un service de rédacteurs spécialisés en médecine et en sciences. [...] Les tarifs des pigistes stagnent ou sont à la baisse. [...] De plus en plus, c’est le pouvoir financier des fournisseurs de contenu offrant des produits professionnels (textes, photos, etc.) aux éditeurs qui détermine la sélection des sujets qui seront retenus et de ceux qui seront écartés. Bien sûr, ces services ont l’avantage de simplifier le travail des éditeurs35... »

  • 36 NEIDHART, 1997 : 30
  • 37 ANON., 1999b : 7-8
  • 38 MARTINI, 1998 : 47

37Les indices suivants prouvent que les bureaux de relations publiques copient de plus en plus fréquemment le style journalistique. De nos jours, plusieurs sociétés déguisent en magazine de type « mode » ou style de vie ce qui n’est qu’une campagne de relations publiques qu’elles mettent à la disposition de leurs clients. Ces pseudo-magazines sont généralement gratuits, mais il arrive même qu’ils soient vendus dans des magasins. Le New World de Siemens AG36 ou Future, publié par Hoescht AG en sont des exemples. Ce genre de magazine destiné à la « clientèle » compte 2000 titres et totalise un tirage de 340 millions d’exemplaires par édition. Cela veut dire que ce type de magazine a dépassé la presse populaire dont le tirage total est estimé à environ 126 millions d’exemplaires. Plus de 100 titres s’ajoutent annuellement37. Un certain nombre d’enquêtes ont prouvé que ces magazines ne sont pas moins bien acceptés que les produits vendus38.

  • 39 ANON., 2000d

38Un exemple récent démontre à quel point les relationnistes du domaine scientifique trouvent normal de remplir les fonctions de journalistes. Dans le Bädische Zeitung de Freiburg, une fois par semaine, les reportages portant sur les sciences et la recherche ne sont plus rédigés par des journalistes. La direction du journal a donné ce mandat à l’université locale. Les services de presse de l’université éditent la page scientifique du journal, la remplissant de leurs propres nouvelles et articles39. Le crédit de la page est donné aux services de presse de l’université qui y sont présentés comme « services de rédaction ». Bien que le journalisme scientifique existe toujours, il est partiellement remplacé par des relations publiques. Il y a d’autres exemples. La page scientifique du Vancouver Sun, par exemple, est préparée par le H. R. Macmillan Space Centre. Cette page est montée comme les autres pages du journal et porte le logo du centre de sciences en bas de page.

Section 3. DISCUSSION

39Le journalisme et les relations publiques sont indubitablement interdépendants. Ils peuvent, et doivent, travailler la main dans la main. Mais on doit être conscient du fait qu’ils remplissent des fonctions différentes. Socialement, le rôle le plus important du journalisme est de transmettre une information critique au public et d’être une instance de contrôle. Les journalistes doivent être à l’affût de toute possibilité de faux développements, les débusquer et les publier. Si le journalisme devait continuer à s’affaiblir, cette importante fonction sociale disparaîtrait. Les relations publiques ne peuvent pas et ne devraient pas tenter de remplir le vide. Par ailleurs, le monde scientifique devrait s’intéresser sérieusement au bon fonctionnement du journalisme. En matière de relations publiques, les organismes scientifiques devraient apprendre à tracer une frontière entre les stratégies critiques et non critiques. Il est certes permis de concevoir des mesures pour transmettre l’information et susciter des dialogues. Mais les mesures qui visent à supprimer le journalisme critique doivent être scrutées soigneusement.

40Si on veut évaluer les stratégies singulières des bureaux de relations publiques, on doit poser la question suivante : Que font ces stratégies pour contribuer à une couverture journalistique indépendante ? Les méthodes classiques des relations publiques – communiqués de presse, conférences de presse, publications dans des journaux professionnels ou diffusion de brochures destinées au grand public – doivent être considérées comme des propositions susceptibles d’être traitées selon les méthodes journalistiques. Ces procédés sont acceptables. Mais les bureaux de relations publiques qui tentent de copier les méthodes journalistiques et d’employer à cet effet des journalistes devraient être critiqués, puisqu’il en résulte un affaiblissement du journalisme classique. Mais on ne peut accepter, par exemple, que les services de presse d’un organisme scientifique éditent eux-mêmes des pages complètes d’un quotidien ou que des journalistes soient payés pour lancer certains sujets dans les médias. Ces méthodes peuvent être considérées comme des tentatives manifestes d’exercer une influence indue. Dans ces cas, les relationnistes maquillent leurs initiatives en produits journalistiques, ce qui revient à induire le lecteur en erreur.

41Les ateliers d’initiation aux médias à l’intention des scientifiques ou les visites de laboratoires par les journalistes sont des choses souhaitables puisqu’elles facilitent le travail journalistique. La diffusion de textes tout prêts, de photos, d’entrevues radiophoniques ou télévisuelles par les relationnistes qui veulent présenter eux-mêmes leurs clients est toutefois problématique, car elle tente de remplacer les produits journalistiques par des contenus personnels. En camouflant habituellement la vraie source rédactionnelle, les concepteurs de ces produits s’efforcent de contrefaire une couverture indépendante.

42Dès lors que la couverture indépendante est de plus en plus remplacée par une couverture orientée vers des intérêts particuliers, la science est vue dans une perspective déformée. À elles seules, les relations publiques semblent incapables de détecter les développements de leur système qu’il faudrait critiquer et discuter publiquement. Les méthodes illégitimes des relationnistes mettent particulièrement en péril la couverture indépendante. Or l’indépendance journalistique joue un rôle crucial dans la formation de l’opinion publique, ce qui est un des devoirs principaux du journalisme.

43Même les sciences ne trouveraient éventuellement aucun profit à être publicisées sous la forme de produits dépouillés de leur crédibilité. Une couverture favorable et complaisante ne réussirait pas à rétablir la confiance et le respect du lecteur. La crise de confiance à l’égard des sciences est bien loin d’être passée. Au contraire : de nouveaux développements créent sans cesse de nouveaux problèmes qui doivent être résolus par un débat public, soit par des comités de déontologie, ou par des groupes de citoyens ou par vote public. Tout cela exige un journalisme indépendant.

44L’exemple du Bädische Zeitung fait pressentir les problèmes qui pourraient résulter d’une poursuite pour fraude contre l’Université de Freiburg. Le bureau des relations de presse qui est responsable des pages scientifiques du Bädische Zeitung se trouverait à la fois dans le rôle d’enquêteur et d’avocat. Cet exemple illustre clairement le fait que les relations publiques dépassent leur mission si on leur demande de faire le travail du journalisme critique. Si une telle crise éclatait, les lecteurs de ce journal n’accepteraient probablement pas que les services de presse de l’université les informent sur un scandale se produisant dans leur propre université.

Notes de fin

1 KEPPLINGER, 1989 ; BAUER et al, 1995

2 GREGORY & MILLER, 1998 : 1-18

3 PETERS & GÔPFERT, 1995

4 LEWENSTEIN, 1992 : 60

5 GREGORY & MILLER, 1998 : 4

6 GREGORY & MILLER, 1998 : 7

7 KREBS, 1999 : 18

8 ERHARDT, 1999 : 5

9 BAERNS, 1991 : 17

10 BENTELE et al, 1997 : 240

11 RUSS-MOHL, 1999 : 171

12 WEISCHENBERG 2000

13 HOCHSTÄTTER, 2000

14 RAGER, 1999

15 FICHTNER et al, 2000 : 21

16 HENKE VAN DE KAMP, 1999 ; KAISER, 1999 ; ANON., 1999a ; RITZERT, 1999 : 37 ; RÖPER, 1999 : 46 ; RÔPER, 1999 : 49 ; ANON., 2000a ; ANON., 2000b ; WEISCHENBERG, 2000

17 RÔPER, 1997 : 54

18 WEHMEIER, 2000 : 13

19 RUSS-MOHL, 1999 : 164

20 BAUSCH, 1999 : 70

21 WEISCHENBERG, 2000

22 BAERNS, 1991 : 98

23 BAERNS, 1990 : 47

24 GÔPFERT, 2000 : 58

25 RITZERT, cité par GÔPFERT, 2000 : 58

26 PAHL, 1997 : 10

27 KOHRING, 1997 : 278-279

28 GÔPFERT, 1990

29 BUSCHE, 1998

30 HENKE VAN DE KAMP, 1999 : 20

31 SCHÖN, 2000 : 49

32 RITZERT, 1999 : 37

33 SCHRÔTER 1992 : 108

34 LEHMKUHL 2000 : 17

35 RITZERT, 1999 : 37

36 NEIDHART, 1997 : 30

37 ANON., 1999b : 7-8

38 MARTINI, 1998 : 47

39 ANON., 2000d

Auteur

Winfried Göpfert a débuté sa carrière à titre d’éditeur scientifique à la radio ainsi qu’à la télévision à Berlin. En 1990, il a été nommé professeur en journalisme scientifique à l’Institut de journalisme et de communications de masse de l’Université Libre de Berlin. Il s’intéresse particulièrement aux questions sur les médias et la santé publique ainsi que sur les reportages scientifiques dans les médias.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search