Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Première partie. Les territoires de la communication

Chapitre II. « PUS inc. » : l’avenir de la communication de la science

Jane Gregory et Martin W. Bauer

Texte intégral

  • 1 HANSEN, 1990

1La communication publique de la science est tributaire de sources, d’influences et de programmes divers. Le reportage scientifique peut certes se rapporter à des événements, mais il demeure qu’il est formé, présenté et consommé dans un environnement culturel, institutionnel et politique plus large ; et c’est dans cet environnement, plutôt qu’uniquement dans le contexte scientifique d’origine, que la communication de la science doit être appréhendée1. L’histoire turbulente du XXe siècle ainsi que le rapport qui s’est développé entre science et société au cours de cette période ont marqué l’histoire de la vulgarisation. En faisant une représentation graphique du développement qualitatif et quantitatif de la vulgarisation scientifique au Royaume-Uni depuis la Seconde Guerre mondiale, nous avons noté tant la baisse que la remontée de diverses tendances et proposons l’hypothèse suivante : au Royaume-Uni, entre les années 1945 et 1996, la communication organisationnelle s’est imposée comme terrain privilégié des activités de vulgarisation scientifique, et ce, au détriment du journalisme scientifique. En d’autres termes, c’est une relation symbiotique/parasitaire/dominante entre relations publiques d’entreprise et journalisme qui a succédé à un journalisme d’enquête qui répondait aux exigences des médias.

Section 1. LES CONTEXTES DE LA COMMUNICATION DE LA SCIENCE

  • 2 GOODELL, 1977 ; SHORTLAND & GREGORY, 1991
  • 3 HUXLEY, 1897, cité dans KRIEGHBAUM, 1967 ; JARVIE, 1990
  • 4 HILGARTNER, 1990
  • 5 LIEVROUW, 1990

2Les scientifiques recourent aux médias de masse pour les mêmes raisons que le font d’autres personnes ou professionnels ; les activités médiatiques permettent tant de promouvoir une personnalité, une idée ou une cause que de se procurer argent, gloire ou divertissement2. La vulgarisation est associée à un programme libéral3. Néanmoins, les scientifiques se servent des entreprises de vulgarisation à des fins sociales et politiques au sein de la communauté scientifique, ou encore en son nom, afin de promouvoir leurs propres intérêts4. Ainsi pourra-t-on utiliser la vulgarisation pour trouver des appuis concrets ou pour fonder des allégeances conceptuelles. Selon Lievrouw, la vulgarisation est « en substance un processus communicationnel qui facilite la réunion des ressources nécessaires à la poursuite de certains axes de recherche »5. Selon les époques, on a pu restreindre la vulgarisation pour maintenir le statut de la science, comme on a pu y recourir pour revendiquer ce statut. Selon Jarvie :

  • 6 JARVIE, 1990

[...] La communauté scientifique exploite de façon stratégique des processus et des structures communicationnels divers qui l’aident à préserver la position culturelle privilégiée de la connaissance scientifique6.

3Les scientifiques se servent des médias comme d’un outil dans leurs relations de pouvoir avec d’autres acteurs sociaux. Comme le note Hansen :

  • 7 HANSEN, 1990

[...] Grâce aux définitions qu’il offre de la réalité, le reportage médiatique s’avère à la fois un facteur et un véhicule de l’exercice du pouvoir, et ce, tant au sein de la communauté scientifique – lorsque s’affrontent différentes disciplines afin de faire valoir leur suprématie et leur prestige – qu’entre cette communauté et d’autres institutions sociales puissantes7.

4Les fonctions de la communication populaire de la science sont donc nombreuses et variées. Non moins divers sont les contextes qui déterminent la communication de la science dans le champ public. Nous offrons ici une vue d’ensemble historique de deux contextes clés qui ont influencé la production de la science populaire en Grande-Bretagne pendant l’après-guerre : le complexe politico-scientifique/commercial et le complexe scientifique/médiatique. Nous explorons l’évolution de ces relations et examinons sous cet angle la production médiatique quantifiée de la science.

Politique scientifique et commerce

  • 8 ELZINGA & JAMIESON, 1995

5Les gouvernements exploitent la connaissance scientifique selon leur politique scientifique. Par leurs réactions aux innovations controversées, telles que l’énergie nucléaire et les aliments génétiquement modifiés, les publics de la science influent sur cette politique. Le déploiement des technologies novatrices dépend de facteurs institutionnels comme la réglementation qui, à son tour, n’échappe pas à l’influence de critiques experts ou profanes. Ainsi, selon Elzinga et Jamieson, « le domaine politique forme le terrain où peut s’effectuer une évaluation culturelle plus large des choix scientifiques et technologiques8 ».

6Dans les années 1930, politiques à saveur scientifique et vulgarisation étaient déjà étroitement associées au Royaume-Uni, mais la politique scientifique à proprement parler, réconciliant intérêts militaires, politiques, économiques et civiques, demeure en grande partie un phénomène d’après-guerre. Dans les années 1940 et 1950, la politique britannique en matière de recherche scientifique consistait à promouvoir l’expansion économique. Pour ce faire, on allouait généreusement des fonds publics afin de stimuler la production d’innovations industrielles. À une époque marquée tant par la guerre froide que par le déclin de l’Empire britannique, la science pouvait aussi contribuer à la puissance de la nation, ou du moins la mettre en évidence. Parmi les icônes caractéristiques de cette époque figurent les images montrant la course à l’espace ou la technologie nucléaire – toutes deux des projets gouvernementaux. Une des expressions publiques les plus éloquentes de ce temps a été l’exposition nationale de 1951, le festival de la Grande-Bretagne (Festival of Britain), où fut exposé tout un éventail de produits nouveaux, allant des machines industrielles aux vêtements, aussi bien que des percées conceptuelles dans des domaines tels que la cosmologie et la médecine. Après l’austérité des années de guerre, l’innovation, l’abondance et l’éclat qu’on déployait pointaient vers des lendemains plus heureux et faisaient miroiter l’espoir de vastes progrès scientifiques.

  • 1 La différence entre l’éducation et les intérêts des politiques et ceux des scientifiques a été déga (...)
  • 9 SNOW, 1954

7Au sortir de l’après-guerre, les savants ont triomphé dans l’arène de la politique scientifique, défendant l’autonomie et la liberté de la science. La fonction publique se distinguait en majorité par son analphabétisme scientifique, et, qui plus est, l’époque était marquée par l’évolution rapide des sciences et des technologies : les scientifiques pouvaient dès lors user de leur expertise pour réorienter les politiques gouvernementales, et ce, de façon parfois radicale1.Bien que les savants soient restés influents tout au long des années 1950, leur pouvoir s’est effrité au profit de celui de politiques mis en fonction dans un contexte de guerre froide. Ainsi est apparue, au gouvernement comme dans les nouveaux conseils de recherche, une espèce auparavant inconnue de fonctionnaires scientifiques : en 1954, C.P. Snow les appelait les « hommes nouveaux » dans son roman The New Men, qui décrivait les relations personnelles et de pouvoir entre les scientifiques et ces bureaucrates9.

8Le développement visant à stimuler la croissance économique a culminé au milieu des années 1960. Par la suite se sont imposées des considérations liées au marché : les directives gouvernementales en matière de recherche fondamentale exigeaient qu’elle soit rentable. La fin des années 1960 a annoncé un vaste tournant culturel, caractérisé par la critique de l’autorité ; sont alors apparues de nouvelles formes d’activisme qui contestaient l’ordre établi. Dès la fin de cette décennie, la critique populaire de la science, notamment en ce qui concerne son rôle dans la guerre et la pollution de l’environnement, a modifié la position qu’occupait la science sur la scène publique. Des groupes de pression formés de scientifiques, affiliés en majorité à la gauche, tentaient de réconcilier préoccupations sociales et scientifiques.

  • 10 ETZKOVITZ, 1983 et 1989

9La crise pétrolière du milieu des années 1970 a fait du malaise public concernant l’industrie, et plus particulièrement l’industrie nucléaire, un enjeu politique de taille. On pressait encore la science de faire la preuve de sa valeur sur le plan économique. Confrontée à l’échec apparent des vieilles industries et aux nouvelles perspectives économiques qu’offraient l’informatique, la biotechnologie et les matériaux nouveaux, la politique scientifique s’est orientée, dès les années 1980, vers la prise de risques en matière de financement des innovations, et ce, dans l’espoir de tirer profit des nouvelles technologies. L’essor des technologies nouvelles (et relativement non polluantes) de l’information, des matériaux et des sciences biologiques semblait indiquer que la science pouvait effectivement amener une contribution à l’économie. Les universitaires ont commencé à explorer le potentiel commercial de leur travail au début des années 198010. On pourrait soutenir que cette époque a été marquée tant par un optimisme technologique renaissant que par l’institutionnalisation de certaines questions sociales, institutionnalisation qui s’est cristallisée en un nouveau type d’« establishment » alternatif, lequel a contribué à l’instauration de politiques gouvernementales dans des domaines comme la santé, l’environnement et le développement. Toutefois, au début des années 1990, on a cherché avant tout à générer des profits.

10Les scientifiques dont le travail avait un potentiel commercial certain et immédiat pouvaient s’épanouir dans ce nouvel environnement. Mais au commencement des années 1980, nombre de savants pensaient déjà que les appels à la responsabilisation sociale avaient passé la mesure et que leur autorité avait été en grande partie sapée par la société. L’autorité culturelle de la science était précaire, et les chercheurs britanniques se sentaient dessaisis de leur pouvoir. Quand un nouveau gouvernement de droite, soucieux de renforcer l’économie et de réduire les dépenses publiques, s’est penché sur les budgets alloués aux sciences fondamentales, les scientifiques ont estimé que leur situation avait atteint un point critique. En 1985, un nouveau groupe de pression est né et s’est doté du nom de « Sauvons la science britannique » (« Save British Science »).

  • 11 ETZKOVITZ, 1990

11Depuis lors, les apports croissants de la recherche fondamentale scientifique à l’innovation industrielle et technologique ont fait croître la valeur économique des universités britanniques (OECD/OCDE, 1984 et 1990). Etzkowitz et Webster ont noté le déclin d’une « économie de subventions » et l’essor d’une économie d’échanges plus compétitive, qui exigeait des universités qu’elles tirent parti de leur propre expertise afin de générer des revenus. Le gouvernement de centre droit en place au Royaume-Uni au cours des années 1980 trouvait inacceptable, sur le plan idéologique, d’instituer une planification nationale du développement scientifique et économique. Ainsi, les universités ont été les agents de politiques ou de programmes industriels que le gouvernement ne voulait pas mettre en pratique de façon directe11. Par exemple, à certaines universités britanniques sont maintenant associées des technopoles, qui se veulent les moteurs et les vecteurs du transfert de technologie.

  • 12 ETZKOVITZ & WEBSTER, 1995
  • 2 En ce qui concerne la distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée, voir Calvert (...)
  • 13 HEALEY, 1993, cité dans ETZKOVITZ & WEBSTER, 1995
  • 14 SEIDEL, 1992

12À la différence de technologies plus vétustes, financées à même les deniers publics, beaucoup d’innovations récentes se sont avérées facilement transférables : les sciences de l’information et des communications ainsi que les sciences biologiques ont fait naître des technologies sur lesquelles comptent maintenant de nombreux secteurs commerciaux12. La distinction traditionnelle entre recherche fondamentale et recherche appliquée s’est également effritée. De plus, la réduction de l’écart entre une idée et son application implique, en pratique, des liens plus serrés entre établissements de recherche et agences commerciales2. Le marché exerce maintenant une influence considérable sur les établissements scientifiques publics voués en premier lieu à la recherche fondamentale. Au Royaume-Uni, tous les conseils de recherche financés par le gouvernement qui encouragent la recherche dans des établissements scientifiques publics (tels que les laboratoires de cartographie génétique ou les accélérateurs de particules) ont, au cours des dernières décennies, octroyé une part croissante de leurs subventions à la recherche stratégique ou appliquée13. Cela présente un contraste avec la situation d’avant-guerre, alors que le financement public était perçu comme un frein aux activités à but lucratif14.

  • 15 REAMS, 1986
  • 16 ETZKOVITZ, 1991

13Pour monnayer la connaissance, il faut recourir à la mercatique et manier licences, brevets et systèmes de copyright. Au milieu des années 1980, les universités ont acquis de nouveaux droits leur permettant de déposer et d’exploiter des brevets15. Il leur fallait à cette fin se doter de nouvelles compétences marquées par l’esprit d’entreprise ; aussi, plusieurs universités ont mis sur pied des agences spécialisées dans l’exploitation de la propriété intellectuelle et dans le transfert de technologie. Le scientifique pouvait alors vendre des idées à des entreprises en échange d’une participation au capital entreprise. La réorganisation de la recherche universitaire, dorénavant assurée par des équipes structurées – et non plus par des individus collaborant de façon informelle – a rapproché celle-ci des modèles hiérarchiques des laboratoires industriels ou commerciaux. Ces groupes fonctionnent maintenant presque comme des entreprises au sein de l’université : le chef d’équipe dans un groupe de recherche universitaire réunit des fonds, gère son personnel et participe aux relations publiques aussi bien qu’à la recherche16. Pour nombre de scientifiques, l’expérience ainsi acquise dans le milieu universitaire permet leur migration sans heurts vers le secteur industriel.

14La bourse des valeurs a joué un rôle de plus en plus important dans l’après-guerre. Les investisseurs et leurs conseillers y évaluent le potentiel des idées nouvelles et des innovations techniques et parient sur leur rendement futur. Parallèlement à la privatisation croissante de l’activité scientifique, l’évolution des cours boursiers est maintenant mesurée par des indices particuliers tels que NASDAQ et BIOTECH, qui regroupent des entreprises dont la spécialité est l’exploitation d’innovations scientifiques. Ces indices offrent au public une illustration de la capacité qu’a la science de générer des revenus.

  • 17 ETZKOVITZ, 1989
  • 18 ETZKOVITZ, 1983
  • 19 ETZKOVITZ & WEBSTER, 1995
  • 20 DAVIS, 2000

15Les scientifiques, ainsi que les universités dont ils dépendent, peuvent certes développer et transmettre des connaissances, mais, de plus, ils disposent maintenant des moyens et des compétences qui leur permettent de prendre part à l’exploitation commerciale de ce savoir. Etzkowitz contraste la situation actuelle avec celle qui prévalait pendant les premières décennies de ce siècle, alors que le développement scientifique répondait aux exigences nationales en matière de recherche agricole, médicale et militaire. La situation présente reflète plutôt un besoin étatique de stimuler la croissance économique sans adopter de politique formelle en ce qui concerne la science ou son exploitation commerciale17. Lors des dernières décennies du XXe siècle, les intérêts institutionnels se sont donc modifiés de façon substantielle : alors que les universités étaient soumises à des contraintes financières, on a incité les scientifiques à concevoir leur recherche comme une source potentielle de revenus. Ainsi peuvent-ils à présent s’intéresser tant aux aspects scientifiques ou théoriques de leur travail qu’à ses retombées commerciales, sans pour autant négliger leurs fonctions universitaires ou professionnelles18. Dans des domaines comme la microélectronique, l’informatique et la biotechnologie, l’écart entre théorie et commercialisation s’est résorbé de façon considérable, ce qui suppose que la coexistence de ces deux dernières activités dans un même établissement soit non seulement possible mais peut-être inévitable. Les universités sont maintenant le lieu privilégié de l’étape préindustrielle du développement, souvent soutenue conjointement par le gouvernement et l’industrie. Grâce à de nouvelles divisions du travail, de nouveaux liens ont pu être tissés entre des établissements auparavant distincts. Le succès économique de tels liens a entraîné la fusion des politiques industrielle, économique et scientifique, liant les sphères commerciale, politique et publique19. Les universités fonctionneront dans un contexte plus large, s’associant à des milieux variés (gouvernement, industrie, finance, relations publiques) à mesure que s’effaceront les distinctions existant entre ces mêmes milieux. Les jours de la « tour d’ivoire » universitaire sont révolus. De fait, au Royaume-Uni, ce sont les universités, les sciences de la santé et les sciences biomédicales qui ont formé les plus grands secteurs de croissance en matière de relations publiques20.

Les scientifiques et les médias

  • 21 GREGORY & MILLER, 1998 : 44

16Longue est l’histoire et grande la tradition de la vulgarisation scientifique au Royaume-Uni. Dans ce pays, la vulgarisation a joué un rôle crucial dans la professionnalisation de la science au cours de la seconde moitié du XIXe siècle21. Et au XXe siècle, dans l’entre-deux-guerres, les scientifiques étaient des personnages très en vue. Pendant la Seconde Guerre mondiale, on a demandé à nombre d’auteurs de faire des exposés pragmatiques sur des questions de santé, de sécurité, d’agriculture ou de machinerie, alors que l’effort de guerre prenait le pas sur la pensée scientifique ouverte de l’avant-guerre.

  • 22 GREGORY, 1998

17Dans la foulée de la guerre, la science a soudain suscité l’attention du public de diverses façons. Les secrets militaires n’avaient plus lieu d’être. Dès lors, pour souligner sa contribution passée au succès militaire et son apport potentiel au progrès social et économique, on a donné de la science une représentation populaire véhiculée aussi bien par les médias traditionnels (livres et journaux) que par les médias plus modernes (radio et télévision). La science était soutenue par des fonds publics, dans le cadre d’un vaste programme qui instituait entre le gouvernement et elle une intrication sans précédent. Elle était également soumise à un examen public minutieux. Même si la communauté scientifique était quelque peu perplexe face à la culture de masse et aux normes médiatiques, elle tablait sur des communicateurs issus de ses rangs pour faire valoir ses intérêts sur la scène publique22.

  • 3 Gerry Davies, qui écrit ici dans les Radio Times de la BBC, était passé de l’écriture de scénarios (...)

18À la fin des années 1940, on a assisté à la première représentation télévisuelle de la science au Royaume-Uni ainsi qu’à la colonisation de la radio par des vulgarisateurs scientifiques. Et puisqu’elle dépendait de deniers publics, la science devenait une question de politique intérieure aussi bien que de politique internationale. Ainsi, quand les scientifiques ont choisi d’exercer des pressions afin d’obtenir de nouveaux équipements ou de nouvelles ressources, ils l’ont fait par le truchement des médias populaires. Tandis qu’on tendait de plus en plus, à l’occasion de reportages consacrés à la science, à l’examiner sur un plan non seulement industriel et économique mais aussi politique, elle est devenue graduellement une partie intégrante du domaine journalistique. Des journalistes de divers milieux se sont alors initiés au reportage scientifique, et certains d’entre eux en ont fait leur spécialité. Ce corps croissant de spécialistes a fondé en 1947 l’Association des écrivains scientifiques britanniques (The Association of British Science Writers). Nombre de ces journalistes étaient avant tout des amateurs de science. Néanmoins, le climat de critique sociale des années 1960 offrait aussi une certaine liberté aux journalistes qui mettaient en question la science. Ce ton critique s’est répercuté dans le drame « scientifique » : en 1970, un scénariste notait que « les jours où nous nous émerveillions des miracles de la science [...] sont révolus. Nous sommes maintenant devenus grands – et nous avons peur. [...] La lune de miel de la science est finie3. »

  • 4 Voir Shortland et Gregory 1991, p. 15 ; et en ce qui concerne de façon plus générale la culture du (...)

19Ainsi, dans les premiers jours de l’après-guerre, la représentation publique de la science relevait encore du scientifique et, avant tout, du savant prêt à s’engager sur le terrain où se rencontraient de façon nouvelle science et politique. Mais cette représentation est devenue, au cours des années 1960, l’apanage des journalistes scientifiques. Ceux-ci avaient participé à l’apologie de la science propre à l’après-guerre puis s’étaient orientés, au milieu de la décennie, vers des critiques sociales et politiques fondées sur un savoir scientifique. Les mêmes journalistes, qui s’étaient toujours montrés dépendants des scientifiques, voire déférents envers eux, comprenaient maintenant que leurs principes professionnels, notamment l’indépendance, devaient s’appliquer à leur relation avec la science. Un auteur scientifique soutenait ainsi que « l’esprit d’enquête libre et le scepticisme qu’on exige du journalisme dans d’autres domaines doivent devenir une norme de l’écriture scientifique4 ».

  • 23 GREGORY, 1998

20Au cours de l’après-guerre, la communauté scientifique britannique s’est montrée ambivalente quant à l’utilisation des médias. Alors que certains savants considéraient la vulgarisation comme un outil puissant pour la mobilisation de fonds, d’autres la percevaient de façon négative23. Tandis que s’alourdissait le climat critique des années 1960 et qu’un corps croissant de journalistes scientifiques s’emparait des créneaux réservés à la science, les savants se trouvaient, d’une part, de plus en plus souvent exclus des médias de masse et, d’autre part, de moins en moins disposés à collaborer avec eux. De toute façon, puisqu’on la pressait de subvenir entièrement à ses besoins, la communauté scientifique pouvait se permettre de se confiner religieusement dans ses activités professionnelles. La télévision avait rapidement exercé une grande influence sur le public, mais, s’il leur fallait se servir de ce médium, les profanes se sentaient souvent désarmés et incertains. Ainsi, des scientifiques qui, par le passé, n’avaient pas douté de leurs compétences journalistiques ou radiophoniques et avaient tenu le processus de médiatisation pour fiable pouvaient être embarrassés par la complexité technique de la télévision, comme ils pouvaient penser exercer peu de contrôle sur le produit télédiffusé. Les rares scientifiques qui maîtrisaient ce médium devenaient les porte-drapeaux de communautés entières. Dans un contexte marqué par le questionnement moral que suscitaient les technologies biomédicales comme par l’essor des mouvements écologistes et antinucléaires, les scientifiques ont jugé qu’on les dépeignait comme les agents, non seulement d’un déclin social, mais aussi d’une apocalypse imminente. Dès les années 1970, beaucoup de scientifiques avaient cessé de communiquer directement avec le public et de coopérer avec la presse.

  • 24 GREGORY & MILLER, 1998, chapitre 1

21Toutefois, au début des années 1980, certains savants soupçonnaient que leur isolationnisme servait mal leur profession. Alors que les instances politiques pressaient la science de faire la preuve de sa valeur sociale et économique, l’establishment scientifique britannique a senti qu’il avait besoin de l’appui du public. C’est à ce moment que de prestigieux instituts se sont regroupés dans ce qu’on a pu décrire comme un « mouvement » pour la « compréhension publique de la science ». Le raisonnement qui sous-tendait ce mouvement était le suivant : si la société britannique semblait s’intéresser peu à la science, c’était par ignorance ; mais si le public était mieux renseigné au sujet de celle-ci, cela créerait un climat en tous points favorable à la science comme profession. Ce mouvement s’armait d’une rhétorique qui en vantait les bénéfices au public, à la société et à la nation. Mais il faut noter que l’establishment scientifique tendait à employer l’expression « la compréhension publique de la science » pour signifier « l’admiration du public pour la science » : l’establishment pensait qu’un meilleur entendement de son travail mènerait nécessairement à la reconnaissance de sa juste valeur, laquelle se traduirait par des appuis et des ressources pour la science24.

  • 5 L’acronyme « PUS » signifie « Public Understanding of Science ». Il correspond à la notion français (...)

22Certains des acteurs du mouvement de PUS5 se sont intéressés en premier lieu aux besoins et aux intérêts du public. Mais il n’en demeure pas moins que l’establishment scientifique au Royaume-Uni considérait la science comme un produit qu’il fallait commercialiser et promouvoir au bénéfice de la communauté scientifique. Dans la déclaration suivante, un acteur important de la scène scientifique formule de façon explicite l’idée voulant que la science doive être commercialisée en fonction de ses publics :

  • 25 BODMER & WILKINS, 1992

[...] Il serait utile que nous comprenions mieux les manières les plus efficaces de transmettre aux divers publics cibles de l’information concernant la science et la technologie, information que désirent obtenir ces publics, selon ce que nous indique la recherche. Ce serait là la démarche standard pour tous ceux qui commercialisent des biens ou des services. En matière de compréhension publique de la science, on devrait adopter une démarche tout aussi professionnelle25.

  • 26 ROYAL SOCIETY, 1985

23Lors des discussions entre scientifiques portant sur la compréhension publique de la science, on a représenté les médias de façon contradictoire. Ceux-ci étaient tantôt dépeints comme les ennemis de la science, tournant le dos à son apport véritable et colportant une antiscience, tantôt considérés comme de puissants alliés virtuels de la diffusion de la science à de vastes publics. La première littérature émanant du mouvement de compréhension publique de la science exprimait un changement d’attitude déterminant, comme en témoigne cette phrase : « [les] scientifiques [...] devraient [...] communiquer avec le public [...] qui plus est, ils devraient s’en faire un devoir26 ». Dorénavant, la communication de la science n’est pas seulement une activité savante » valable, mais un devoir, une partie aussi explicite qu’essentielle des fonctions des scientifiques au Royaume-Uni.

  • 27 HOUSE OF LORDS SELECT COMMUTEE ON SCIENCE AND TECHNOLOGY, 2000
  • 6 Le premier cours crédité de niveau universitaire, qui a débuté durant l’année académique 1990-1991, (...)

24Cela ne signifie pas, toutefois, que les savants aient adopté sans réserve les normes et les pratiques des médias. Selon certains commentateurs, on assiste à une guerre pour le contrôle de la science sur la scène publique ; de plus, d’après une déclaration récente concernant la politique de la compréhension publique de la science : « certains [...] voudraient voir le scientifique se faire journaliste et ainsi livrer sa bataille dans le camp adverse27 ». Il s’agirait par là d’inverser le processus qui a caractérisé le début des années 1960, processus qui a vu les journalistes remplacer les scientifiques dans l’arène publique. On encourage les étudiants en sciences à participer à cette infiltration : l’institutionnalisation de la communication de la science a débuté à la fin des années 1980, quand on a intégré cette matière à l’éducation scientifique formelle au Royaume-Uni6. Ce n’étaient pas des établissements journalistiques, mais bien des établissements scientifiques qui dispensaient ces cours, auxquels étaient admis les candidats ayant des qualifications scientifiques. La communication de la science demeure un secteur en pleine expansion dans les universités du Royaume-Uni. Le taux de placement des diplômés de ces programmes est élevé et leurs destinations sont diverses : beaucoup d’entre eux se joignent à des agences de relations publiques, qui sont de plus en plus nombreuses à représenter des intérêts et scientifiques et commerciaux. Il en résulte qu’une forte proportion des praticiens de la communication de la science au Royaume-Uni sont maintenant des diplômés en science dont l’apprentissage entier – universitaire et professionnel – s’est déroulé dans des établissements scientifiques et dont l’ensemble de la carrière a été consacré à la science. Ainsi, les valeurs du monde des affaires gagnent du terrain dans un milieu qui a soutenu une réflexion critique sur ces mêmes valeurs.

  • 28 BAUER, et al., 1995 ; BAUER, 2000
  • 29 BAUER, 2000

25Le Media Monitor, une étude à grande échelle couvrant la période de 1946 à 1990 et menée par Bauer et ses collègues28, offre des données sur les reportages consacrés à la science dans la presse britannique durant l’après-guerre. De cette étude, nous reprenons ici les données relatives à un seul journal clé, le Daily Telegraph, et nous nous en servons comme mesure de substitution des tendances de la couverture médiatique. Les deux raisons suivantes justifient l’utilisation d’une mesure substitutive : en premier lieu, nous pouvons supposer que, dans l’ensemble, et sur une plus longue période d’observation, les informations à la télévision et à la radio paraissent également dans les quotidiens29. En second lieu, du point de vue de l’économie de recherche, il est beaucoup plus facile et nettement moins coûteux de procéder à une analyse de contenu de la presse écrite que, par exemple, de la télévision ou de la radio. Ainsi, notre analyse de la science dans les médias se concentre, de façon substitutive, sur sa couverture dans les journaux.

  • 7 Au cours des 50 dernières années, le Daily Telegraph a maintenu une politique éditoriale conservatr (...)

26La figure 1 montre les évaluations annuelles de la couverture totale de la science dans le Daily Telegraph, un journal national grand format7, de 1946 à 1996. On remarque avant tout la tendance linéaire de la triple expansion suivante : le nombre d’articles à contenu scientifique ou technologique passe de moins de 2000 par année à environ 8000. Cependant, considérant l’expansion du support matériel de la presse écrite – les journaux sont devenus plus épais – il est probable que la tendance notée reflète en grande partie cet accroissement de l’espace rédactionnel. Conséquemment, l’augmentation de l’attention relative portée à la science et à la technologie pourrait être légèrement moins grande que ne le suggèrent les chiffres absolus.

Figure 1. Reportage scientifique dans le UK Daily Telegraph, 1946-1996

Figure 1. Reportage scientifique dans le UK Daily Telegraph, 1946-1996

Calcul approximatif du nombre de reportages scientifiques dans la presse britannique de qualité y compris la tendance linéaire (ligne pointillée). Les données sont obtenues en calculant le nombre d’articles scientifiques pendant 10 jours au hasard chaque année.
Source : Bauer et al., 1995.

  • 30 ROYAL SOCIETY, 1985

27L’observation des fluctuations de la tendance s’avère donc plus fructueuse. La figure 2 montre les déviations de la tendance à long terme (représentée par la ligne zéro). Il y a clairement deux périodes où la science et la technologie se sont imposées : entre 1956 et 1966, et tout particulièrement en 1960-1962, et de nouveau après 1992. Dans cette image longitudinale, nous pouvons poser la deuxième moitié des années 1970 comme une période décisive, pendant laquelle le déclin amorcé dans les années 1960 atteint son point le plus bas et la tendance s’inverse. Le redressement des années 1980 et 1990 coïncide avec la publication par la Royal Society de son rapport sur la compréhension publique de la science30. Le « mouvement » de CPS qui s’ensuivit a pu contribuer à assurer un plus grand intérêt ainsi que l’utilisation d’un plus grand espace rédactionnel pour la science dans les années à venir.

Figure 2. Déviation par rapport à la tendance linéaire, UK DailyTelegraph, 1946-1996

Figure 2. Déviation par rapport à la tendance linéaire, UK DailyTelegraph, 1946-1996

Reportage scientifique dans la presse britannique de qualité, 1946-1996 ; déviations par rapport à la tendance linéaire dans un certain nombre d’articles annuellement.

28En termes de contenu, nous notons que la première expansion des années 1950 est dominée par l’astronomie – sans doute un reflet du début de la course à l’espace – et par l’énergie nucléaire, dans ses applications civiles et militaires ; c’étaient là des programmes nationaux, financés par le gouvernement. En matière de représentation dans les médias de masse, les technologies spatiales ou nucléaires ont été supplantées par celles de l’informatique puis par celles de la biotechnologie. Le développement de ces dernières technologies se faisait en grande partie dans le secteur privé, commercial.

  • 31 HOYLE, 1994

29Parmi les évolutions marquantes de cette époque, deux semblaient destinées à contribuer à l’essor de la représentation médiatique de la science ; cependant, tel ne fut pas le cas, semble-t-il. D’une part, l’augmentation du nombre de journalistes scientifiques coïncide avec une diminution du nombre de reportages consacrés à la science. D’autre part, l’intrication croissante de la science et des politiques d’État ne semble pas avoir exercé d’influence sur l’étendue de la presse scientifique. Il est même possible que cette influence ait été négative : en prenant part aux discussions gouvernementales, la science subissait de façon plus marquée qu’auparavant les contraintes d’une culture du secret. Les scientifiques qui participaient à l’époque à ces discussions étaient sans aucun doute avertis de la nature nécessairement confidentielle des débats31. Il ressort donc clairement des données que la science avait alors des moyens accrus pour s’assurer d’une représentation dans les médias de masse ainsi que des raisons plus fortes de le faire, mais que d’autres facteurs concouraient à neutraliser les effets virtuels d’une telle représentation. Au nombre de ces facteurs, il faut peut-être compter l’interruption de la coopération entre scientifiques et médias.

30La ligure 3 évalue, sous forme quantifiée, le ton des reportages consacrés à la science, soit le degré de positivité ou de négativité de cette représentation. Le graphique met en évidence deux périodes distinctes : quant à la moyenne mobile à long terme, la période de 1954 à 1967 est positive, celle de 1967 à 1990, négative. Il apparaît que le ton des reportages scientifiques devient plus négatif au cours des années 1960. Nous ne savons pas si cette tendance se manifeste aussi dans d’autres sections des informations, si, en d’autres termes, elle dénote une évolution généralisée du journalisme de cette époque. Toutefois, cette tendance a certainement caractérisé le reportage scientifique et s’est maintenue, à l’exception d’un bref renversement au début des années 1970, jusqu’au début des années 1980. Cette appréciation coïncide bien, d’une part, avec les affirmations des scientifiques durant les années 1960 selon lesquelles les médias leur étaient hostiles et, d’autre part, avec le reportage critique de la science auquel se consacraient les journalistes de l’époque.

Figure 3. Comment la science est-elle évaluée dans les médias ?

Figure 3. Comment la science est-elle évaluée dans les médias ?

Déviation positive ou négative de la couverture des sciences par rapport à la moyenne à long terme (ligne zéro).
Source : Bauer et al, 1995.

  • 8 Kepplinger fait état d’un redressement similaire des informations scientifiques dans les journaux a (...)

31Les données pertinentes à l’évaluation du ton atteignent un seuil négatif au cours des années 1970. Les données rendant compte de l’étendue de la couverture de la science pointent également vers une période décisive durant les années 1970, quand cette couverture atteignait son niveau le plus bas en 20 ans. À cette époque, parmi les questions d’actualité auxquelles furent consacrés des reportages, figurent l’environnement, la croissance démographique et les bébés-éprouvette, les débats sur l’ADNr après Asilomar, en 1975, les conflits ouvriers dans le secteur industriel britannique, la crise pétrolière de 1973 et la récession mondiale qu’elle provoqua. Si l’on se fie à certains indicateurs, on peut soutenir que l’inversion de la tendance à long terme qui caractérise le cheminement du reportage scientifique, inversion propre aux années 1970, n’est pas un phénomène spécifique au Royaume-Uni ; ce retournement a pu être noté ailleurs dans le monde8. Certaines études comparatives internationales, portant aussi bien sur l’importance de la science dans les médias de masse que sur la mobilisation du public envers la science, semblent indiquer que les années 1970 ont constitué une époque critique. C’est alors qu’aurait pris fin une façon de procéder et que se serait implanté un autre mode de fonctionnement. Il faut noter que le déclin de la presse scientifique est antérieur à la récession des années 1970. Le reportage scientifique et technologique s’est étiolé tout au long des années 1960, période pourtant marquée par une grande prospérité économique.

  • 32 BAUER, 2000
  • 33 BAUER, 1998

32Le contenu de la presse scientifique pendant l’après-guerre met en évidence une autre tendance à long terme32. La figure 4 illustre la répartition relative de trois groupes de reportage scientifique : les sciences physiques, les sciences biomédicales et les sciences sociales et humaines. En considérant seulement les tendances linéaires, il devient clair que les sciences biomédicales et sociales occupent progressivement le devant de la scène publique, et ce, au détriment des sciences physiques. Dans le graphique, nous avons prolongé les courbes de tendance au-delà des données recueillies pour en faire des prédictions. Celles-ci indiquent qu’au début du nouveau millénaire les reportages à teneur biomédicale auront supplanté ceux traitant des sciences physiques. Nous pouvons décrire cette transformation du potentiel médiatique des sciences comme une « médicalisation des informations scientifiques33 ». Il est à noter que ce changement révèle aussi un glissement qui, du reportage voué aux technologies nationales et « publiques » comme l’énergie nucléaire, mène à celui portant sur les technologies commerciales et « privées » comme la biotechnologie.

Figure 4. Presse britannique de qualité : couverture des différentes sciences

Figure 4. Presse britannique de qualité : couverture des différentes sciences

Les différentes tendances dans trois domaines scientifiques couverts par les médias : physique, domaine bio-médical et sciences sociales (y compris économique). Les lignes grasses indiquent la tendance linéaire. Source : Bauer et al., 1995.

Section 2. TENDANCES À LONG TERME DE LA COUVERTURE MÉDIATIQUE DE LA SCIENCE : LÉMERGENCE DE « PUS INC. »

33Dans le tableau 1, nous récapitulons la période étudiée. Nous y notons une évolution qui mène du recours aux fonds publics à la mobilisation de capitaux privés ; de la communication assurée par des scientifiques au journalisme scientifique et finalement aux relations publiques ; des perspectives médiatiques s’ouvrant aux savants à leur distanciation des médias, puis à la création et à la gestion d’événements médiatiques. Nous résumons ce nouveau mode sous l’appellation « PUS inc. ».

  • 34 HUGHES, 2000

34Aucune de ces tendances n’est nette ni nouvelle. Par exemple, après la Première Guerre mondiale, les chimistes britanniques, dont l’image avait été ternie par l’usage militaire de gaz de combat, ont tenté de redorer leur blason en organisant une campagne de vulgarisation : c’était là en substance un exercice de relations publiques. À la fin des années 1920, le journaliste J.-G. Crowther s’est évertué à vanter dans les médias le Cavendish Laboratory, un laboratoire de physique, certes éminent mais en perte de vitesse, de l’Université de Cambridge. Ses activités seraient aujourd’hui décrites comme celles d’un agent de presse34. (C’est au début des années 1960 qu’est apparue la conférence de presse scientifique, une innovation qu’on doit à la NASA, l’agence spatiale américaine.

Tableau 1. CPS inc. : l’avenir des communications scientifiques Sommaire de l’évolution dans la couverture et les modes de production

Période

Contenu scientifique

Mode de production

1940
1950
1960

Sciences physiques
Énergie nucléaire
Course à l’espace
(projets nationaux)

Communications scientifiques selon « l’ancien régime »
Journalisme scientifique
Mission éducative

1970
Début de 1980

Crise environnementale
Protestation nucléaire
Guerre contre le cancer
Limite de croissance de la population

Période de transition

Fin de 1980
1990

Médicalisation
Sciences biomédicales
Biotechnologie
Technologie de l’information
(projets commerciaux)

« Nouveau régime » PUS inc.
Promotion de la science
Relations publiques pour la science dans un marché financier global

35Il faut noter qu’un établissement peut très bien mettre en œuvre des stratégies de communication de type organisationnel sans pour autant être une entreprise). Toutefois, dans l’après-guerre, le passage du financement public au financement commercial de la science a orienté la communication de cette dernière vers les relations publiques de type organisationnel.

36Avec le redressement progressif du reportage scientifique après ses années creuses, grâce en particulier au boom récent de la vulgarisation scientifique à la fin des années 1980, la presse scientifique se place bien au-delà de ce que laissait présager une tendance linéaire. Cependant, cela ne représente pas simplement le retour du prestige dont bénéficiaient la science et la technologie à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Nous soutenons qu’après la crise du milieu des années 1970 la représentation publique de la science a subi une reconstruction totale : cette représentation est maintenant une activité d’entreprise. Les modes de reportage et les façons de structurer l’attention publique s’apparentent davantage aux relations publiques professionnelles qu’aux principes journalistiques, certes moins modernes, d’enquête, d’éducation et de diffusion des connaissances. L’expression « compréhension publique de la science » a changé de sens : elle désigne de nos jours des activités qui relèvent en grande partie de la promotion de la science.

  • 9 Nelkin fait également état d’un changement de régime, quoiqu’elle se base sur des preuves anecdotiq (...)

37Nous tentons maintenant de caractériser et de contraster un « ancien régime » et un « nouveau régime » sur le plan de la communication publique de la science9. Nous soutenons que la nouvelle méthode organisationnelle, « PUS inc. », marquera la vulgarisation scientifique dans les années à venir. Notre distinction entre ancien et nouveau régime est, bien sûr, quelque peu schématique et idéale. On ne pourrait effectivement pas considérer telle époque comme soumise à tel régime, mais plutôt à une intrication de régimes, qui exercent tous leur influence à divers degrés. Mais il faut insister sur la transition rapide qui s’est effectuée pendant les années 1970 entre un ancien et un nouvel assemblage de modes de vulgarisation scientifique. Nous soulignons un changement empirique observable. Cette observation ne véhicule aucun jugement moral implicite voulant que telle situation soit préférable à telle autre : nous ne présentons pas ici une « thèse du déclin ».

Évolution des modes de production de la communication de la science

38Nous avançons que la transition entre l’ancien et le nouveau régime, entre le mode de fonctionnement des années 1960 et celui des années 1990, coïncide avec l’apparition des logiques des relations publiques et de la communication organisationnelle dans le domaine de la communication de la science. Pour caractériser cette transition, nous décrivons les logiques différentes qui sous-tendent le travail d’un journaliste de la vieille école et celui du communicateur organisationnel, ainsi que les relations entre leurs activités respectives.

Tableau 2. Le journalisme par opposition aux communications d’entreprise

Journalisme de nouvelles

Relations publiques des entreprises

Objectifs :
Informer, éveiller l’attention, vendre de la publicité, divertir ;
Gardien de l’intérêt public ;
Esprit critique.

Objectifs :
Maintenir une image favorable de l’entreprise ; Limiter les dégâts ;
Offrir une représentation efficace d’une certaine image publique de l’entreprise.

Situation professionnelle :
Conditions précaires ;
Compétition accrue pour l’attention du public.

Situation professionnelle :
Champ d’activité en croissance ;
Ouvertures pour d’anciens journalistes.

Règles de fonctionnement :
Travail dans le système d’information ;
Travail quotidien sous pression des échéances ;
Travail selon les routines d’information ;
Confiance dans les sources : réviser, supprimer, personnaliser les articles offerts.

Règles de fonctionnement :
Longue préparation d’événements médiatiques ;
Créer ou supprimer un sujet d’article ;
Constituer un réseau avec les journalistes ;
Offrir des voyages, invitations, pots-de-vin, exclusivités, honoraires.

Limites :
Dépendant à l’égard des sources ;
Séduit par des pots-de-vin ;
Pris dans la routine.

Limites :
Aucune crédibilité en période de scandale ;
Indépendants à l’égard des médias d’information.

Effets systémiques :
Médiatisation des questions (crime, sexe, scandale, intérêt humain) ;
Observation autonome de la société ;
Indépendance en période de scandale.

Effets systémique s :
Maintien de l’intérêt et de l’énergie du client ;
Planification stratégique des perceptions du public.

39Dans le tableau 2, nous soulignons les différences entre la nouvelle façon organisationnelle d’aborder la communication de la science et la méthode traditionnelle du journalisme scientifique. Nous définissons ainsi le journalisme scientifique : il s’agit d’un secteur qui s’est doté d’un statut professionnel dans l’après-guerre et dont les activités fondamentales, qui relèvent de façon idéale-typique du milieu des quotidiens, sont l’investigation de questions scientifiques à partir de sources crédibles, le développement d’une expertise et la recherche d’une réaction critique. De leur côté, les relations publiques, ou encore la communication organisationnelle, sont des activités qui relèvent du milieu de l’entreprise, qui soutiennent les intérêts de celle-ci et qui favorisent des réactions non critiques. On peut comparer ces deux types d’activités communicationnelles selon divers critères : conditions de travail, règles en vigueur, fonctions systémiques et relations avec la science privée ou publique.

40Pour mousser leur propre carrière, les journalistes s’efforcent d’informer et de divertir le public, d’attirer son attention et, sous la direction d’un rédacteur, de vendre de l’espace rédactionnel et un lectorat potentiel à des publicitaires. En termes d’éthique professionnelle, le journaliste peut se présenter comme le gardien de l’intérêt public et utiliser son sens critique dans l’exercice du pouvoir que lui accorde la démocratie. Le spécialiste des relations publiques, par contre, vise à créer une image favorable de l’entreprise pour laquelle il travaille à titre d’employé ou de consultant, ou encore à polir cette image, et il tente de limiter les dégâts en cas de scandale ou d’urgence. L’éthique professionnelle du relationniste se rapporte à la représentation efficace d’intérêts particuliers, soit la gestion de l’image de l’entreprise sur la scène publique.

  • 35 PRESTON, 2000
  • 36 DAVIS, 2000
  • 37 DAVIS, 2000

41La situation professionnelle du journaliste est de plus en plus incertaine, voire précaire. Le nombre de vecteurs d’information se disputant l’attention du public ne cesse de croître, alors même qu’augmente la vitesse de production de ces informations. Les journaux, comme d’autres médias de masse, réagissent à cette concurrence en réduisant leurs coûts : ils pourront recourir à une externalisation partielle, conclure des contrats à court terme, retenir les services de travailleurs indépendants ou encore instituer des cycles de production de plus en plus rapides35. Entre 1984 et 1994, la production quotidienne de la presse écrite au Royaume-Uni a presque doublé, mais les effectifs des journaux ont à peine augmenté. Les conditions de travail du journaliste se sont détériorées au cours du dernier quart du XXe siècle. Les relations publiques, par contre, forment un domaine des plus prometteurs. C’est un secteur en pleine croissance, qui offre de bons salaires et un milieu privilégié de réinsertion professionnelle pour d’anciens journalistes36. Nous avons fait état plus haut de l’augmentation des activités des journalistes affectés au reportage scientifique et technologique. Mais il faut noter également que les consultants en relations publiques se sont montrés de plus en plus actifs dans les domaines de la technologie et de la santé pendant les années 1980 et 199037.

42Journalistes et relationnistes travaillent selon des règles différentes. Les premiers œuvrent au cœur du système médiatique, qui leur impose le respect d’échéanciers serrés et celui d’un ensemble de valeurs et de routines informationnelles, implicites ou explicites. Subissant ces pressions, assujettis à ces routines, les journalistes deviennent de plus en plus dépendants de sources d’information pré-élaborées, limitant ainsi leur propre apport à la rédaction, au résumé et à la personnalisation. Les relationnistes, par contre, exploitent le système médiatique et offrent des communications fidèles à leurs visées. Ils contrôlent leur propre cycle de travail, qui est beaucoup plus long que celui des journalistes. De façon stratégique, ils organisent et orchestrent des événements médiatiques. Ils créent des nouvelles avantageuses en s’assurant d’un dévoilement judicieux de l’information, comme ils retardent la diffusion d’informations dommageables ou les diluent, en propageant d’autres propos qui détournent l’attention du public. Les relationnistes gèrent leur réseau complexe de journalistes en leur offrant des « bakchichs » tels que des invitations, des exclusivités, des voyages et des honoraires.

43Subissant des conditions de travail précaires, les journalistes dépendent de plus en plus d’avantages hors salaire. Toujours plus serrés par l’étau de la routine quotidienne, ils dépendent de sources externes pour respecter leurs échéanciers. Leur problème principal consiste à préserver leur indépendance, sur laquelle repose leur crédibilité auprès du public. De leur côté, les relationnistes souffrent d’un manque de crédibilité en temps de crise. On perçoit comme manifestement intéressés les exercices de relations publiques, que les lecteurs accueillent habituellement avec un « C’est bien ce qu’ils diraient, n’est-ce pas ? » Le relationniste doit entretenir un réseau serré d’opérateurs médiatiques afin de maintenir son influence à long terme. Toutefois, s’il développe une trop grande intimité avec ses opérateurs, s’il se fait trop remarquer, il s’offre en bouc émissaire à son entreprise en périodes de crise.

44Journalistes et relationnistes apportent, par la médiatisation, des contributions distinctes à la dynamique sociale. Les journalistes, tablant sur leur expérience, peuvent habilement porter certaines questions à l’attention de vastes publics : entre leurs mains, l’anecdote devient actualité. Ils servent d’observateurs sociaux et s’épanouissent en temps de crise : sollicités par une variété de sources externes concurrentielles, ils peuvent alors se proclamer indépendants. Les crises exercent donc un grand pouvoir de séduction sur les journalistes, à tel point qu’ils peuvent en créer à partir de simples drames. De leur côté, les relationnistes se préoccupent à long terme de cultiver l’image de leurs clients et d’homogénéiser les perceptions du public. Tout leur art relève de la conception stratégique des perceptions publiques, conception qui vise à créer un climat favorable en cas de controverses : ainsi, ces communicateurs sont employés pour éviter ou désamorcer des crises.

Le rapport entre relations publiques et journalisme

45La relation entre journalisme et relations publiques est complexe. Ces groupes forment deux acteurs sur un marché où l’on troque des informations contre de l’espace rédactionnel et de l’attention publique. Les relationnistes offrent de l’information, parfois exclusive et donc précieuse ; les journalistes disposent d’espace rédactionnel dans les journaux, de temps d’antenne à la radio ou à la télévision et, par conséquent, de l’attention du public. Entre ces deux acteurs, il y a un échange de nouvelles et d’espace d’attention : si tu me donnes des informations, que je peux vendre à mon rédacteur, je peux te fournir un espace médiatique où ta société sera présentée sous son meilleur jour. Ce marché d’échanges se distingue, d’une part, par la concurrence que se font divers relationnistes en vue d’obtenir de l’espace d’attention et, d’autre part, par la lutte que se livrent les journalistes pour décrocher des nouvelles saisissantes. Sur ce même marché, la loi de l’offre et de la demande peut prévaloir : une trop grande demande d’espace ou de nouvelles fait monter leur prix ; une offre trop grande d’espace ou de nouvelles fait chuter leur prix. Sur les marchés, il faudrait cerner les inefficacités. Les oligopoles ou monopoles d’espace ou de nouvelles mènent à des pénuries artificielles ou à la fixation des prix. Les acteurs agissent parfois à titre individuel, mais ils peuvent aussi former des alliances pour accroître leur pouvoir de négociation.

  • 38 RUSS-MOHL, 2000

46La recherche universitaire a dégagé trois modèles de cette relation basée sur l’échange38. Selon le premier modèle, les relationnistes seraient aux commandes, puisqu’ils alimentent les journalistes en nouvelles, et donc leur dictent leur ligne de conduite. Les relationnistes fondent leur pouvoir sur leur capacité de contourner les journalistes et d’en faire ainsi des acteurs superflus ou soumis au chantage.

47Le deuxième modèle est dit « modèle d’interefficacité ». Il suppose que les relations publiques et le journalisme soient symbiotiques, chacun relançant l’autre. Les relationnistes peuvent certes orchestrer la médiatisation d’une nouvelle ; il demeure que, pour que leurs efforts soient couronnés de succès, ils doivent répondre aux attentes des journalistes et s’adapter tant à la routine entourant les actualités qu’aux valeurs journalistiques.

48Finalement, le troisième modèle décrivant cette relation postule que les journalistes fournissent l’infrastructure nécessaire aux relations publiques. Le journaliste serait la ressource qu’exploiterait le relationniste. Celui-ci dépend de journalistes compétents, lesquels y gagnent peu au change. Selon ce modèle, les relations publiques parasitent le journalisme.

49Aucun argument ne permet de trancher entre ces trois modèles. Cependant, il nous paraît que, de façon générale, le pouvoir a passé de ceux qui offrent l’espace et l’attention à ceux qui orchestrent les informations et les événements. Pour ce qui est de la tendance à long terme, il semble que les relations publiques l’emportent sur le journalisme. Ceci se reflète dans la façon dont se structure au XXIe siècle la science populaire, ce carrefour entre la science et ses publics. Plutôt que de déplorer une telle tendance – quelque nombreuses que puissent être les raisons de le faire – nous conclurons cet article en explorant les dilemmes qui résultent du contexte nouveau dans lequel s’insérera, dans les années à venir, la communication de la science.

Section 3. PRIVATISATION, COMMUNICATION DE LA SCIENCE, PARADOXES ET DILEMME

50Nous nous sommes penchés sur les relations entre science, politique, commerce et médias au Royaume-Uni depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Nous avons pu distinguer clairement certaines époques. Au lendemain de la guerre, la science semblait promettre à la nation une période de prospérité et de bien-être. Les deniers publics lui étaient alloués de façon généreuse, et les scientifiques étaient des personnages prestigieux. C’étaient des vulgarisateurs enthousiastes de la science, exerçant leur art tant dans les journaux qu’à la radio, et des conseillers influents en matière de gestion du Trésor public. Nous proposons le Festival de la Grande-Bretagne (Festival of Britain), qui a eu lieu en 1951, comme illustration de cette époque : il symbolisait l’optimisme et la coopération qui marquaient les relations entre science, gouvernement et peuple. Les reportages scientifiques se multipliaient, mais leur ton se faisait critique.

  • 39 GREGORY, 1998

51La mise en œuvre progressive des technologies nucléaires et spatiales au cours des années 1950 matérialisait le potentiel de la science. Mais ces exploits soulignaient aussi l’intrication de la science et de la politique ; ils ont suscité des approches partisanes et la naissance d’intérêts spéciaux. Les journalistes scientifiques ont profité de cette politisation, qui permettait d’intégrer le reportage scientifique à la presse traditionnelle. La fonction publique, quant à elle, se dotait d’une nouvelle expertise scientifique. Certains fonctionnaires ont ainsi investi de façon active, voire décisive, le processus de financement, qui se faisait toujours plus concurrentiel. Dans l’ensemble, le ton des reportages scientifiques devenait très enthousiaste, tandis que leur nombre augmentait de façon spectaculaire. Événement typique de l’époque : en février 1961, deux astronomes bien connus, Martin Ryle, spécialiste de la radioastronomie, et Fred Hoyle, spécialiste de la cosmologie, débattaient dans la presse des mérites de leurs théories respectives, alors même qu’au sein de comités privés gouvernementaux ces personnalités et leurs partisans, issus de la communauté scientifique ou de la fonction publique, se disputaient les sommes disponibles pour financer un nouvel institut d’astronomie. Aux reportages consacrés à cet affrontement public se mêlaient des informations relatives aux bombes thermonucléaires et à la sonde spatiale soviétique qui se dirigeait vers Vénus39.

52À la fin des années 1960, la télévision s’était imposée, parmi les médias de masse, comme le vecteur privilégié des informations scientifiques. Mais à l’optimisme caractéristique des premiers reportages ont succédé, d’une part, un scepticisme politique quant aux apports économiques de la science et, d’autre part, une critique publique de la science qui portait sur son impact sur l’environnement. Des journalistes spécialistes de la science écrivaient des articles critiques, et les groupes d’intérêts formés de profanes amenaient une nouvelle voix critique dans l’arène publique. Tout au long des années 1960, les reportages se sont faits de plus en plus négatifs, tandis que déclinait leur nombre. À titre d’exemples de l’époque, Horizon, une série documentaire produite par la BBC, présentait en 1971 une émission sur la chasse à la baleine ; cette émission a non seulement porté le débat écologique sur le terrain public, mais il a aussi incité les politiciens britanniques à faire de la chasse à la baleine une question politique et écologique internationale. Et en 1973, le physicien retraité Jacob Bronowski, qui avait porté son attention sur les problèmes sociaux de la science, animait sa série The Ascent of Man [La montée de l’homme].

53Au cours des années 1970, la science suscitait peu d’intérêt sur le terrain politique et, conséquemment, peu de reportages scientifiques à saveur politique ont vu le jour. Le déclin de l’industrie lourde, les difficultés croissantes liées à l’énergie nucléaire et le ralentissement de la course à l’espace ont coïncidé avec la fin du long empire public des sciences physiques. Quand la science réussissait à se tailler une place dans les médias de masse, c’était par l’intermédiaire des journalistes et non des savants. Les rares reportages consacrés à la science étaient négatifs : ces années marquaient un tournant majeur dans la représentation médiatique de la science au Royaume-Uni. Voici quelques indices de l’humeur de ces temps : vers le milieu des années 1970, beaucoup de journaux affectaient un reporter, dit « correspondant en matière d’énergie », à la couverture des problèmes liés au pétrole ou à l’énergie nucléaire. Dans le domaine de l’édition, parmi les livres populaires de 1974 figuraient Présence des extraterrestres, d’Erich von Däniken, une archéologie de l’invasion extraterrestre, et Small is Beautiful d’Ernst Friedrich Schumacher, une apologie de l’économie écologique.

54Au milieu des années 1980, la communauté scientifique britannique se tournait vers le public dans le but d’améliorer son statut ; au même moment, le secteur industriel s’intéressait au potentiel des nouvelles technologies. Les scientifiques reprenaient aussi leur collaboration avec les médias, mais ils adoptaient une stratégie proactive et maîtrisaient maintenant les rouages des médias. Le ton des reportages évalués devient plus positif, et la couverture médiatique, plus grande – des tendances qui se maintiendront jusque dans les années 1990. La renaissance d’un reportage favorable à la science, trait saillant du début des années 1980, coïncide avec la commercialisation de la recherche universitaire et non pas avec le lancement du mouvement de PUS, lequel, selon nos données, n’a eu presque aucune incidence sur le ton du journalisme scientifique.

  • 10 Citation tirée du site Internet de la British Association for the Advancement of Science (BAAS), ht (...)
  • 11 Citation tirée d’un point de presse de la Maison-Blanche, 25 juin 2000.

55Au milieu des années 1990, la commercialisation des sciences biologiques était déjà considérable. La mise sur le marché de certaines innovations, notamment en matière de produits alimentaires et de technologie médicale, a provoqué des débats populaires marqués par un scepticisme public ; à ces débats ont participé des agences de relations publiques, représentant diverses entreprises, aussi bien que des attachés de presse d’universités et de sociétés savantes. Certains scientifiques, peut-être à la suite de leur formation médiatique, participaient au marketing public de leurs connaissances et de leur vision du monde. Autres exemples de ces temps : en 1994, la première Semaine nationale de la science commanditée par le gouvernement « [célébrait] la science et son importance dans nos vies10 ». Lors d’une semaine subséquente, le Wellcome Trust, le plus important commanditaire non gouvernemental de la recherche biomédicale, organisait une exposition itinérante, baptisée « Genes’R’Us ». Le personnel de cette exposition se composait de scientifiques dont le travail était financé par le Wellcome Trust. En 2000, le président Clinton et le premier ministre Blair ont organisé une conférence de presse, en collaboration avec la société Celera Genomics, pour annoncer la cartographie du génome humain, où ils ont vanté « les efforts publics et privés menant à cette réalisation historique11 ».

  • 40 LEWENSTEIN, 1995 ; GREGORY, 1998

56Lexamen de l’évolution des sciences biomédicales pendant l’aprèsguerre nous amène à conclure que les sciences biologiques se sont imposées comme représentation dominante de la science dans les médias de masse. Divers facteurs ont pu concourir à la croissance de leur importance publique. En premier lieu, depuis les origines de la biologie et de la génétique moléculaires au milieu des années 1950, les sciences biologiques ont généré bon nombre d’innovations dignes de l’attention du public, des bébés-éprouvette aux moutons clonés. De nouvelles percées conceptuelles et de nouvelles techniques ont mené à une réorganisation à grande échelle des instituts de biologie : on a mis sur pied de nouvelles associations d’expertise afin de s’attaquer à de nouveaux types de problèmes. Cette réorganisation suppose une instabilité institutionnelle, laquelle s’avère un puissant générateur de vulgarisation, puisqu’elle appelle une définition publique de configurations et d’idées nouvelles40. La nouvelle biologie forme un domaine interdisciplinaire où collaborent physiciens, chimistes, ingénieurs et informaticiens. La science interdisciplinaire se caractérise par des recours fréquents à la vulgarisation, puisqu’elle réunit des groupes distincts qui tentent de se comprendre. Les sciences biologiques suscitent des questions éthiques et sociales sur lesquelles se sont prononcés publiquement divers groupes sociaux et professionnels. Ces groupes exigent que la science réagisse à son tour à leurs interventions. Les vigoureux efforts de vulgarisation appliqués à la nouvelle biologie s’expliquent donc de nombreuses façons. Ceci dit, un autre facteur clé a déterminé la nature de cette vulgarisation : cette science nouvelle ouvrait des perspectives claires et immédiates d’exploitation commerciale. On a acheté l’expertise universitaire, grâce à des accords de commandite qui ont commercialisé l’enceinte du savoir. De nouveaux horizons professionnels s’ouvraient aux biologistes dans les sociétés commerciales de biotechnologie, tandis que s’effaçait toute distinction entre l’industrie de la nouvelle génétique et l’industrie biotechnologique. Au cours des années 1990, la vulgarisation des sciences biologiques, qui ciblait un public parfois sceptique, a été calquée sur les relations publiques d’entreprise.

Tableau 3. Les paradoxes de l’atmosphère à « PUS inc. » pour les communications scientifiques

Communications scientifiques

PUS Inc.

Scepticisme

Célébration

Démythification

Création de mythes

Révision par les pairs

Conférence de presse

Les scientifiques dans les médias

Relationnistes représentant les organismes

L’image de la science et les scientifiques

Image des organismes

Partage du savoir

Fabrication d’une image

Le public comme concitoyens

Le public comme consommateurs ou actionnaires

Un forum public

Exposition commerciale

57La privatisation de la communication de la science – que nous avons baptisée « PUS inc. » – comporte plusieurs paradoxes, qui peuvent enfermer les acteurs concernés dans des dilemmes. Nous reprenons ces paradoxes dans le tableau 3.

58Un des paradoxes de PUS inc. tient au fait que la science et le journalisme sont, par tradition et par principe, des professions marquées par le scepticisme. Les professionnels des deux milieux mènent des enquêtes et en évaluent de façon critique les résultats. Leur travail consiste à dévoiler les mythes. Les relationnistes, par contre, sont des fabricants de mythes. Leur art est essentiellement non critique, puisqu’il vise à promouvoir une image favorable du client et, ce faisant, à réduire la possibilité d’une réaction critique. Lors d’un contrôle confraternel dans un milieu scientifique, on voudrait sans doute soumettre certaines assertions à un examen minutieux mené par des pairs. Par contre, si l’on convoquait une conférence de presse pour rendre publiques ces mêmes assertions, on voudrait les célébrer et les confirmer.

59Les outils premiers du relationniste sont ses propres compétences. Celles-ci, hautement spécialisées, lui permettent de gérer tant des messages médiatiques que les réactions qu’ils provoquent. Si certains scientifiques peuvent maîtriser l’allocution radiophonique ou l’écriture journalistique, ils n’ont pas les compétences nécessaires à la gestion des médias et des publics. Il se peut que les compétences qu’exigent les relations publiques fassent un jour partie de l’outillage professionnel des scientifiques, au même titre que leurs compétences récemment acquises en matière d’écriture scientifique et d’allocution publique. Cependant, pour l’instant, les compétences en relations publiques qu’exige PUS inc. transforment la communication de la science en chasse gardée.

60Quand un savant vulgarise ses propres idées et réalisations, il se livre à une activité intrinsèquement personnelle, qui le représente à la fois comme individu et membre d’une communauté. Quand un journaliste scientifique donne un ton personnel à ses articles, c’est pour susciter l’intérêt du public. Le relationniste, par contre, est chargé de promouvoir l’image d’une entreprise. S’il se sert d’un individu pour ce faire, il mettra en valeur la contribution de cet individu à la stratégie de l’entreprise plutôt que ses qualités personnelles ou professionnelles ou encore son aptitude à représenter la science comme profession. Les relations publiques scientifiques s’intéressent, en dernière analyse, à l’image d’entreprises ou d’établissements, et non à celle des scientifiques ou de la science. Et si la communication de la science est vouée, du moins en partie, à la diffusion des connaissances, ce n’est pas là une pratique essentielle ou favorable à la fabrication de l’image de l’entreprise.

61Malgré la nature des débats récents au Royaume-Uni, il demeure que le public accorde depuis longtemps sa confiance aux scientifiques et aux journalistes, ou du moins au plus grand nombre d’entre eux. Mais le public reste vigilant et demeure sceptique à l’égard des stratégies de mercatique et de la rhétorique des relations publiques. Dans un climat de PUS inc., où les relations publiques se chargent de commercialiser et de communiquer la science, le public se trouve devant un dilemme mettant en jeu sa confiance.

62Des moyens de communication accessibles à un grand nombre de citoyens, voilà une des caractéristiques d’une saine vie publique. On conçoit le journalisme d’enquête, ou critique, comme étant essentiel à la démocratie. Cependant, si le reportage de la science commercialisée, filtré par des techniques spécialisées relevant des relations publiques, vise avant tout à informer les marchés des capitaux et les actionnaires qui s’y aventurent plutôt qu’à apporter des connaissances à l’électorat, il ne contribue ni à une vie publique active ni à la démocratie. Certes, au Royaume-Uni, des événements publics marquants, tels que les semaines de la science et les festivals scientifiques, ont récemment mis de l’avant dialogue encourageant entre la science et le public. Mais la prolifération de commandites d’entreprise a fait de ces événements des salons commerciaux plutôt que des forums publics.

63Les dilemmes peuvent paralyser ; aussi les professions et les publics concernés par la communication de la science auront-ils peut-être intérêt à se pencher sur ces paradoxes. Lorganisation et le climat de PUS inc., tel que ce dernier a été caractérisé ici, pourraient faire de cette réflexion une entreprise très problématique.

Notes

1 La différence entre l’éducation et les intérêts des politiques et ceux des scientifiques a été dégagée par C.P. Snow en 1956 dans sa thèse des « deux cultures ». En ce qui concerne son importance dans le champ public, voir Gregory et Miller (1998). Pour des exemples de scientifiques utilisant leur expertise technique afin d’influencer les politiques du gouvernement ou son allocation de ressources, notamment en matière de santé publique, voir Balmer, 2001.

2 En ce qui concerne la distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée, voir Calvert, 2000.

3 Gerry Davies, qui écrit ici dans les Radio Times de la BBC, était passé de l’écriture de scénarios de science-fiction à celle de drames réalistes, basés sur la science, qui reflétaient des préoccupations contemporaines. Voir Gregory et Miller, 1998, p. 44.

4 Voir Shortland et Gregory 1991, p. 15 ; et en ce qui concerne de façon plus générale la culture du journalisme scientifique, voir Friedman, 1986 ; et Hansen, 1994.

5 L’acronyme « PUS » signifie « Public Understanding of Science ». Il correspond à la notion française de « culture scientifique et technique ».

6 Le premier cours crédité de niveau universitaire, qui a débuté durant l’année académique 1990-1991, a été conçu par Steve Miller et Jane Gregory. Il relevait du Department of Physics and Astronomy au University College de Londres et menait à un diplôme de premier cycle.

7 Au cours des 50 dernières années, le Daily Telegraph a maintenu une politique éditoriale conservatrice, au sens pleinement politique du terme. Il a eu le plus grand tirage des quotidiens de son type et a voulu se démarquer par la qualité de ses reportages scientifiques. La taille du marché des journaux nationaux au Royaume-Uni a été remarquablement stable au fil des ans, bien qu’elle ait diminué légèrement au cours des années 1990. Voir Seymour-Ure, 1991.

8 Kepplinger fait état d’un redressement similaire des informations scientifiques dans les journaux allemands au cours des années 1970 ; en Australie, les informations scientifiques connaissent une croissance spectaculaire après 1980 ; et l’augmentation étonnante du nombre de nouveaux membres de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) qui marque les années 1960 cesse brusquement au début des années 1970. Nous ne disposons d’aucune estimation longitudinale de la couverture de la science et de la technologie dans la presse américaine, ce qui nous interdit toute comparaison. Voir Kepplinger et al., 1989 ; ADITC, 1991 ; Kohlstedt, Sokal et Lewenstein, 1999.

9 Nelkin fait également état d’un changement de régime, quoiqu’elle se base sur des preuves anecdotiques. Voir Nelkin, 1987.

10 Citation tirée du site Internet de la British Association for the Advancement of Science (BAAS), http : //www.britassoc.org.uk.

11 Citation tirée d’un point de presse de la Maison-Blanche, 25 juin 2000.

Notes de fin

1 HANSEN, 1990

2 GOODELL, 1977 ; SHORTLAND & GREGORY, 1991

3 HUXLEY, 1897, cité dans KRIEGHBAUM, 1967 ; JARVIE, 1990

4 HILGARTNER, 1990

5 LIEVROUW, 1990

6 JARVIE, 1990

7 HANSEN, 1990

8 ELZINGA & JAMIESON, 1995

9 SNOW, 1954

10 ETZKOVITZ, 1983 et 1989

11 ETZKOVITZ, 1990

12 ETZKOVITZ & WEBSTER, 1995

13 HEALEY, 1993, cité dans ETZKOVITZ & WEBSTER, 1995

14 SEIDEL, 1992

15 REAMS, 1986

16 ETZKOVITZ, 1991

17 ETZKOVITZ, 1989

18 ETZKOVITZ, 1983

19 ETZKOVITZ & WEBSTER, 1995

20 DAVIS, 2000

21 GREGORY & MILLER, 1998 : 44

22 GREGORY, 1998

23 GREGORY, 1998

24 GREGORY & MILLER, 1998, chapitre 1

25 BODMER & WILKINS, 1992

26 ROYAL SOCIETY, 1985

27 HOUSE OF LORDS SELECT COMMUTEE ON SCIENCE AND TECHNOLOGY, 2000

28 BAUER, et al., 1995 ; BAUER, 2000

29 BAUER, 2000

30 ROYAL SOCIETY, 1985

31 HOYLE, 1994

32 BAUER, 2000

33 BAUER, 1998

34 HUGHES, 2000

35 PRESTON, 2000

36 DAVIS, 2000

37 DAVIS, 2000

38 RUSS-MOHL, 2000

39 GREGORY, 1998

40 LEWENSTEIN, 1995 ; GREGORY, 1998

Table des illustrations

Titre Figure 1. Reportage scientifique dans le UK Daily Telegraph, 1946-1996
Légende Calcul approximatif du nombre de reportages scientifiques dans la presse britannique de qualité y compris la tendance linéaire (ligne pointillée). Les données sont obtenues en calculant le nombre d’articles scientifiques pendant 10 jours au hasard chaque année.Source : Bauer et al., 1995.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2. Déviation par rapport à la tendance linéaire, UK DailyTelegraph, 1946-1996
Légende Reportage scientifique dans la presse britannique de qualité, 1946-1996 ; déviations par rapport à la tendance linéaire dans un certain nombre d’articles annuellement.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3. Comment la science est-elle évaluée dans les médias ?
Légende Déviation positive ou négative de la couverture des sciences par rapport à la moyenne à long terme (ligne zéro).Source : Bauer et al, 1995.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4. Presse britannique de qualité : couverture des différentes sciences
Légende Les différentes tendances dans trois domaines scientifiques couverts par les médias : physique, domaine bio-médical et sciences sociales (y compris économique). Les lignes grasses indiquent la tendance linéaire. Source : Bauer et al., 1995.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteurs

Professeur dans le cadre du programme de science et technologie au University College London. Elle est coauteur (avec Steve Miller) du livre Science in Public : Communication, Culture and Credibility (Plenum, 1998 ; Perseus 2000). Ses intérêts portent sur l’histoire et la sociologie de la science populaire, ainsi que sur le cosmologue et vulgarisateur Fred Hoyle.

Professeur en psychologie sociale et méthodologie de la recherche à l’Université de Londres (LSE). De plus, il est un chercheur membre du Musée de science de Londres, où il a organisé en 1993 la conférence internationale intitulée Résistance aux nouvelles technologies – passé et présent. Il travaille entre autres sur la science et la sphère publique, en dirigeant des comparaisons de données qualitatives et quantitatives internationales au sujet de la perception du public sur les reportages portant sur la science et la technologie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search