Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Première partie. Les territoires de la communication

Chapitre I. Les nouvelles scientifiques sur le Web : exploration de nouveaux espaces d’information

Brian Trench

Texte intégral

  • 1 BERNERS-LEE, 1999

1Les métaphores spatiales s’imposent d’elles-mêmes quand on parle de technologie et de culture du World Wide Web. Selon Tim Berners-Lee, à qui on attribue « l’invention » du Web, il a été conçu comme un « espace commun d’information1 ». Les premiers développements de babillards et de banques de textes dus à la technologie de l’Internet ont inspiré au romancier William Gibson une expression qui a fait fortune : « cyberspace » (espace cybernétique).

Section 1. UN NOUVEL ESPACE POUR LE JOURNALISME SCIENTIFIQUE

  • 2 SHAW et al, 2000

2Dès les premiers essais de réflexion sur les communications informatisées, on a même fait valoir que l’espace géographique se trouvait transcendé par ce nouvel « espace ». L'avènement de l’Internet et du World Wide Web, soutient-on, « nous plonge dans l’âge spatial : les personnes ont la possibilité d’être interconnectées, sans égard au lieu où elles habitent2 ». Dans le discours portant sur le Net comme espace public, les images de mouvement, de connexions et de rencontres dans l’espace abondent : voisinage câblé, autoroute de l’information, navigation sur le Web, etc.

3Le fait que ces expressions soient devenues courantes, qu’on en use et abuse, ne leur enlève pas complètement leur sens. Les métaphores spatiales marquent certainement un progrès considérable dans les modes de représentation des communications actuelles et possibles entre les gens, par rapport aux concepts de la génération précédente de transmission mécanique : émetteur, récepteur et message. Ces notions de communication linéaire, dépassées et largement discréditées, ont grandement influencé la description et l’analyse qu’on a déjà faites des communications intrascientifiques et interscientifiques, de même que des communications scientifiques publiques.

4Les communicateurs-scientifiques, y compris les journalistes scientifiques, parlent encore de leur tâche comme d’un travail de transmission, de transport, de relais au public de l’information générée par les scientifiques, avec un minimum de distorsion. Les praticiens des communications scientifiques publiques, parmi lesquels se trouvent plusieurs journalistes scientifiques, se présentent encore eux-mêmes comme des intermédiaires dans une chaîne d’actes de communication. Parmi ces actes, ils perçoivent comme primordiale et originale la publication des découvertes scientifiques de façon orthodoxe.

5Dans cette représentation du domaine public de la communication scientifique et technologique, les champs des communications intrascientifiques et interscientifiques sont clos. Quant aux communications des scientifiques, elles sont vues comme une extension limitée d’un système hiérarchiquement contrôlé. Le système ouvre occasionnellement la porte afin que des découvertes scientifiques choisies aient accès à un plus vaste domaine, par des canaux qui restent en quelque sorte sous le contrôle des scientifiques. Parmi ces canaux, on retrouve les services de relations publiques des institutions scientifiques et les journaux scientifiques ainsi que le journalisme scientifique des grands quotidiens.

  • 3 BUCCHI, 1998

6Cette vision « canonique » des niveaux des communications scientifiques3 a été de plus en plus contestée au cours de la dernière décennie, comme étant un portrait à la fois inadéquat et inexact du processus qui s’instaure présentement. On l’a décriée comme inutile, voire nuisible à ceux qui prennent part aux divers modes de communication scientifique. La critique du management directif en matière de communications scientifiques publiques est maintenant courante chez certains scientifiques et chez les concepteurs de politiques scientifiques, notamment dans les biosciences où l’on préfère parler de dialogue et de conversation.

  • 4 PAVLIK, 1997
  • 5 BLUM & KNUDSON, 1997

7Par son caractère interpersonnel et intergroupal, le développement du Web accentue le dialogue et conteste les modèles de communication hiérarchiques. Même s’ils utilisent à fond l’Internet, les journalistes scientifiques sont restés plutôt froids devant les nouveaux modèles journalistiques que les chercheurs voient émerger dans l’Interne4. Le manuel américain courant des journalistes scientifiques, rédigé par leur propre association professionnelle, ne fait pas mention des demandes d’articles destinés au Web5. Il se pourrait bien que plusieurs spécialistes dans ce domaine soient réticents à encourager des changements susceptibles de porter atteinte à leur situation privilégiée. En effet, ils sont présentement les portiers du système. Ils déterminent quelle parcelle de l’information scientifique doit accéder au domaine public, par quel canal et dans quel contexte interprétatif.

8L'Internet est plus qu’un ensemble de technologies, c’est une mine dynamique d’information, une ressource de communication multiforme et un espace culturel ayant ses propres rituels et normes. Par toutes ces caractéristiques, il défie le modèle du journalisme scientifique traditionnel dans son rôle et ses fonctions. Le défi ne porte pas tellement sur son potentiel, mais plutôt sur son évolution au cours de la période où, le Web se généralisant, l’Internet est devenu un nouvel espace pour les communications publiques, aussi bien générales que scientifiques et techniques.

Section 2. WEBS DE COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

9Dès l’origine, les communications scientifiques ont eu leur place dans le développement du Web. Au départ, cet espace d’échange et de partage d’informations concernait le domaine très restreint de la physique des particules élémentaires, en Europe. Alors que les chercheurs américains adoptaient et adaptaient les technologies de type Internet pré-web, courriers électroniques, systèmes de transfert de dossiers, Telnet, les scientifiques du monde entier et leurs institutions revendiquaient eux aussi une part du Web. Les principaux gardiens (gatekeepers) des communications scientifiques, les journaux scientifiques, ont souscrit avec enthousiasme à la publication électronique sur le Web, de manière à protéger en partie les droits d’auteurs très lucratifs que leur rapporte l’imprimé.

  • 6 LEVY, 1999
  • 7 VAN ALSTYNE & BRYNJOLFSON, 1996

10Ce processus, tout comme le développement de l’Internet, a été marqué par une foule de paradoxes. D’une part, de « nouveaux espaces de connaissance » sont créés, d’où peut émerger une « intelligence collective6 » ; les communications électroniques entre chercheurs ayant des intérêts communs facilitent la collaboration à travers continents et fuseaux horaires. D’autre part, justement parce que les réseaux permettent à un sous-spécialiste d’entrer en relation avec un chercheur de la même sous-spécialité dans une autre partie du monde, les interactions entre collègues voisins mais appartenant à des sous-disciplines différentes sont susceptibles de s’affaiblir, produisant une sorte d’effet de balkanisation7.

  • 8 RZEPA, 1998
  • 9 SCHULTZ, 2000

11Si des formes de communication plus riches entre auteurs et lecteurs sont possibles : le lecteur du journal électronique peut avoir accès aux données originales de l’auteur, faire le lien entre les découvertes expérimentales et les modèles théoriques, et soumettre ses commentaires à l’auteur8 ; par contre, en raison même de la prolifération des communicateurs et des réseaux de communication, nous avons tous moins de temps pour écouter les autres et les groupes d’interaction deviennent de plus en plus petits, c’est-à-dire moins signifiants9.

  • 10 ROGER & MARRES, 2000

12D’une part, la concentration de la propriété entre les principaux éditeurs scientifiques s’est poursuivie et l’offre parallèle de versions imprimées et électroniques a fait monter en flèche les prix et la rentabilité des principaux journaux. D’autre part, des sociétés savantes sans but lucratif, des institutions éducatives et des groupes individuels d’édition ont été en mesure de court-circuiter les éditeurs commerciaux et d’offrir leurs propres publications sur l’Internet. Il se pourrait qu’une part de cette activité d’édition soit marquée au coin de l’auto-promotion et de la vanité. De plus, a-t-on fait observer, « l’auto-publication amoindrit le plus souvent la valeur de l’information ou des connaissances10 ». Mais la partie la plus significative de cette activité implique un effort pour offrir des modes nouveaux et appropriés de distribution et de validation, au nom d’un plus large accès à l’information pour les chercheurs et le public. La SPARC (Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition) établit des partenariats entre des « éditeurs qui mettent au point des publications de grande qualité, alternatives économiques aux publications très coûteuses du marché actuel ». Son but est de créer « un marché plus compétitif offrant le journal à meilleur prix et récompensant les éditeurs qui sont sensibles aux besoins des clients » (voir www.arl.org/sparc). HighWire, un service de l’Université Stanford, offre un portique aux journaux en ligne ; ses partenaires sont des sociétés scientifiques et des éditeurs « responsables » que ce service aide à « rester forts et capables d’assurer le leadership de la transition vers l’usage des nouvelles technologies dans les communications scientifiques » (voir http://highwire.stanford.edu). La Public Library of Science a demandé aux scientifiques de s’engager à ne collaborer qu’aux journaux qui acceptent de rendre tout leur contenu accessible au domaine public dans un délai de six mois après publication (voir www.publiclibraryofscience.org).

13Le champ de l’édition scientifique est soumis à des tendances contradictoires. De ce fait, les règles qui régissaient l’engagement limité des scientifiques à l’égard de l’information publique sont en voie d’être réécrites, car le statut des sciences comme autorité dans la société contemporaine tient, au moins en partie, à la rigueur de ses contrôles internes. Traditionnellement, la révision par les pairs des articles scientifiques et la hiérarchie des publications ont été présentées comme indice de la valeur de l’information scientifique. Ce système de révision est sérieusement remis en question par le développement de modes de publication plus rapides et plus diversifiés via le Web.

  • 11 SMITH, 1999

14La prolifération des publications scientifiques et les pressions exercées par les scientifiques en quête d’éditeurs avaient déjà réduit l’efficacité du système de contrôle par les pairs. Les preuves de fraude scientifique et les soupçons d’abus de pouvoir de la part des pairs-réviseurs ont miné leur crédibilité. Pour ces raisons, mais aussi pour s’adapter au nouvel environnement technologique, certains journaux ont modifié leurs procédures de contrôle par les pairs. Ainsi, le British Medical Journal fait maintenant connaître aux auteurs le nom des réviseurs de leurs communications. Il expérimente la « révision ouverte par les pairs », c’est-à-dire que les travaux sont publiés avant révision officielle, l’évaluation en étant publiée par mode électronique après le fait11. Le Los Alamos Physics Papers publie des communications par mode électronique avant révision ou parallèlement à leur publication dans un journal classique.

  • 12 HARNAD, 1996
  • 13 GILES, 1996

15Certains chercheurs ont proposé que le système de révision traditionnel par les pairs soit appliqué au nouveau mode de publication12. D’autres ont suggéré une modification radicale en vue d’un modèle adapté à l’espace cybernétique dans lequel coexisteraient un service de référence et un service de non-référence13. L’absence de consensus sur des procédures d’autorisation de publier selon ces moyens peut placer les scientifiques devant un dilemme. Certains se tiendront loin du Web et se limiteront à des communications en coulisse, tant que ne seront pas réglées les divergences au sujet de la validation. Le fait de publier directement des résultats de recherches sur le Web, occasionnellement, a soulevé d’intenses controverses dans les cercles scientifiques comme on le verra plus loin par un exemple tiré de l’astronomie.

16La compétition constante pour retenir l’attention, obtenir des appuis politiques et financiers est une source importante de motivation pour la publication scientifique en ligne. Sur n’importe quel sujet scientifique, le Web est susceptible d’offrir documents de travail, pages d’accueil, rapports de recherches, communiqués de presse d’universités, textes de conférences et références d’articles de journaux. Dans les forums de discussion et les listes d’adressage, on peut trouver des commentaires et du courrier sur n’importe lequel de ces sujets ou sur leur ensemble. Les opinions des critiques scientifiques et celles des dissidents par rapport à la ligne orthodoxe sont accessibles à côté des points de vue officiels.

17De cette façon et de bien d’autres, l’écologie de l’information dans laquelle le journalisme scientifique fonctionne a connu des changements significatifs et se modifiera encore. Plusieurs personnes-ressources du journalisme scientifique sont actives comme auteurs ou éditeurs. Plusieurs individus au sein du lectorat sont aussi actifs comme demandeurs ou comme fournisseurs d’information. Les « auditoires » peuvent avoir accès aux sources qui ont servi à la rédaction d’une nouvelle scientifique publiée dans un quotidien, un magazine scientifique populaire, une émission de radio ou de télévision.

18Le cas de l’information biomédicale est particulièrement intéressant car le contenu de communications professionnelles peut avoir une valeur pour « l’usager en bout de ligne ». Le portail d’information OMNI a été mis au point pour guider l’internaute vers des « ressources de grande qualité en santé et en médecine ». Son proche parent, BioResearch, est destiné aux chercheurs médicaux et aux praticiens, même s’il est accessible à n’importe qui. Ces deux services font partie d’un réseau, Resource Discovery Network, qui fournit une signalisation menant à des sites d’intérêts divers et « sélectionnés en raison de leur qualité et de leur exactitude par des spécialistes de la communauté scientifique britannique » (voir www.rdn.ac.uk). L’internaute peut avoir accès en ligne et sans frais à Medline, base de données scientifiques médicales et ressource de recherche primordiale de la profession. Il en va de même pour les informations en santé provenant des compagnies de médicaments, des lobbies et groupes de pression et, en complément, des praticiens de la médecine.

  • 14 JADAD, 1999

19Les professionnels craignent que l’accès facile à l’information médicale ne sème la confusion et favorise l’auto-diagnostic. Un chercheur médical canadien a même évoqué le spectre d’informations médicales fournies par des enfants. « Par l’Internet, les patients ont non seulement accès à la même information que les cliniciens, mais ils se mettent à donner des conseils à d’autres patients dans des sites Web qu’ils mettent eux-mêmes au point et entretiennent par des listes d’adressage de courrier électronique auxquelles ils ont accès gratuitement. Même des enfants peuvent fournir de l’information à leurs pairs, à leurs parents, aux cliniciens et aux décideurs. Certaines personnes offrent même de faire de la recherche pour d’autres patients à des coûts plus élevés que les tarifs demandés par les cliniciens pour des consultations14 ».

20L’adaptation du journalisme scientifique à ces nouvelles conditions n’a été que très limitée. La cueillette d’informations sur le Net tend à favoriser ces sources institutionnelles qui ont acquis un statut privilégié avant l’ère des recherches assistées par ordinateur. Les articles des journalistes scientifiques tendent encore à refléter une confiance ferme dans les systèmes qui ont porté moins d’une douzaine de journaux scientifiques internationaux au pinacle de l’édition scientifique. L’information en provenance de ces journaux constitue toujours la base ou le déclencheur de la grande majorité des articles scientifiques dans les médias d’intérêt général. Le modèle de nouvelle scientifique selon lequel « des scientifiques ont trouvé X, selon un article du journal Y » s’est révélé remarquablement stable.

Section 3. UN MÉDIA FAIT POUR LE JOURNALISME SCIENTIFIQUE

21Une des critiques les plus courantes du monde scientifique à l’égard du journalisme scientifique est le fait que l’information concernant les nouvelles découvertes ou les « percées » est le plus souvent présentée hors contexte ou sans explications. Dans les cas extrêmes, ces critiques vont jusqu’à la dénonciation pour inexactitude ou sensationnalisme. Ces critiques trouvent un écho très fort dans les analyses des nouvelles scientifiques qui sont faites pour le compte des départements universitaires de communications. Pour leur défense, les médias font valoir les contraintes sous lesquelles les journalistes – tous les journalistes – doivent travailler. Contraintes de temps et d’espace, nécessité d’attirer l’attention du lecteur ou de l’auditeur, exigences de l’éditeur, etc.

22Dans le contexte du Web, ce débat a perdu sa pertinence. L'espace pour ajouter des éléments de contexte et des explications de toute nature est illimité. La surcapacité du Web à établir des liens offre la possibilité d’ajouter toute information supplémentaire à côté d’une version abrégée « sur mesure » des derniers développements.

23Sans doute, comme média de journalisme, le Web supprime ou atténue à tout le moins la contrainte souvent évoquée que constituent les niveaux de compréhension ou les attentes de l’auditoire. Il est possible de présenter la nouvelle de manière telle que le lecteur ou l’usager puisse emprunter diverses routes, selon sa maîtrise du sujet. Les conditions du Web permettent la pratique d’un journalisme à la fois attrayant, détaillé et instructif. Les usagers sont en mesure de faire leurs propres choix, à la mesure de leurs besoins, en cheminant à travers le matériau proposé.

24Le Web se révèle adapté au journalisme scientifique de bien d’autres façons. Comme on l’a déjà noté, il contient une masse énorme d’informations scientifiques de toutes sortes et de toutes provenances. Par le jeu des hyperliens, n’importe laquelle de ces informations peut être mise en œuvre dans la présentation d’un élément de nouvelle. Les articles sur les derniers développements d’une nouvelle peuvent ainsi être mis en perspective historique, en faisant le lien avec ce qui a déjà été publié ou, grâce aux hyperliens, en contexte de fond, par des informations de même nature publiées ailleurs simultanément. On peut recourir à l’illustration pour mieux faire comprendre un sujet difficile ou simplement pour mettre en valeur la beauté d’un phénomène étudié. Il peut s’agir alors de photos, de compositions informatiques en trois dimensions, d’infographies permettant des zooms. Quant à la masse d’information, les contraintes propres à l’imprimé ou à la production télévisuelle ne jouent plus ici.

  • 15 KING, 1998

25L’interactivité du Web utilisé comme médium de communication peut servir à mettre en contact les usagers et les auteurs ou éditeurs d’un document, qu’il s’agisse de demandes de complément d’information ou de commentaires à l’intention de ceux qui sont à l’origine de l’information sur laquelle le document est fondé ou encore, de soumettre à d’autres internautes des problèmes soulevés par le sujet étudié. Il est également possible que les lecteurs ne veuillent pas davantage d’information ou de contrôle sur la séquence des informations. Il n’est pas non plus évident qu’ils soient intéressés à changer les formes bien définies et socialement acceptées sous lesquelles les nouvelles leur sont présentées, selon ce que suggère une étude sur l’interactivité15. Mais la possibilité d’utiliser le Web en vue de rendre les communications scientifiques plus « dialogiques » est indéniable. De plus, comme nous tenterons de le faire valoir, la nécessité de remodeler les communications scientifiques ne fait que croître.

  • 16 PAVLIK, 1997

26L’usage approprié du Web comme médium journalistique va bien au-delà de l’ajout d’éléments techniques ou esthétiques dans un matériau écrit conventionnel. On a fait valoir que l’« hypertextualité » du Web est porteuse d’un nouveau journalisme. John Pavlik, expert dans le domaine des nouveaux médias, soutient ce qui suit : « Certains d’entre nous envisagent un type de nouvelles qui permettront au lecteur de comprendre les événements quotidiens dans un contexte personnalisé, porteur de sens, davantage que ne le font les médias traditionnels, tout en maintenant les standards journalistiques les plus élevés16 ».

  • 17 BLACK, 1998

27Dans cette perspective, les nouvelles technologies, les nouveaux formats et les nouvelles valeurs se renforcent mutuellement. S’agissant de l’éthique du nouveau journalisme, Jay Black souhaite que les articles puissent être présentés comme des « données pleines, riches, bien tournées et complètes ». Ou encore, des « hypothèses testées et retestées dans de multiples perspectives ». Les conclusions des journalistes devraient être « publiquement vérifiables et contestables ». De plus, ajoute-t-il, la pratique journalistique devrait « se conformer aux standards de responsabilité publique qui sont ceux des meilleures académies de recherche »17. Le même auteur presse les journalistes d’accepter les remarques avec meilleure grâce, de permettre l’expression de plusieurs points de vue et par-dessus tout, d’être davantage responsables dans la pratique de leur profession. En somme, il donne à entendre que le journalisme peut maintenant aspirer à être scientifique dans ses caractéristiques, tout comme il l’est par son matériau.

Section 4. DE NOUVEAUX RÔLES POUR LE JOURNALISME SCIENTIFIQUE

  • 18 BARDOEL, 1996

28Plus que toute autre forme de journalisme, le reportage scientifique s’est traditionnellement conformé à un modèle de transmission. La pratique dominante a consisté à transmettre les nouvelles générées par les sources scientifiques : traduction inévitable, interprétation minimale. On peut considérer aujourd’hui que ce rôle est dépassé puisque les sources elles-mêmes, dotées de services de relations publiques de plus en plus développés, diffusent l’information à leur public-cible. Les journalistes, on l’a déjà noté, ne sont plus les « intermédiaires indispensables ». Autrement dit : ils ne sont plus les portiers. D’autres versions de ce discours prédisent que le développement de communications horizontales entre citoyens « se fera aux dépens des communications verticales entre l’État et les citoyens, dans lesquelles le journalisme a joué traditionnellement un rôle important18 ». Dans ce contexte, on peut interpréter le mot « État » en référence à toute autorité institutionnalisée, ce qui est le cas du monde scientifique.

  • 19 BARDOEL, 1996
  • 20 CODINA, 2000

29Par conséquent, dans l’évolution du rôle du journalisme, l’accent passe du concept d’« objectivité » à un environnement d’information complexe. « Plus que jamais, le rôle du journalisme sera de filtrer ce qui est pertinent dans une masse croissante d’informations, pour un domaine public bondé et pour ses segments fragmentés, d’une part... Les courtiers en information ont toujours leur raison d’être, directeurs et conducteurs du débat public », d’autre part19. Étant donné l’étendue du Web, on l’a noté, l’information elle-même pourrait se trouver dévaluée, mais l’information sur l’information est ce qui ajoute de la valeur20.

  • 21 ROGERS & MARRES, 2000
  • 22 ROSS, 1991
  • 23 FITZPATRICK, 1999

30Cette conception du nouveau rôle du journalisme tient compte du fait que « les informations diffusées par des organisations ne se tiennent pas toutes seules dans l’espace, mais potentiellement en relation avec celles d’autres organisations, dans un hyperespace21 ». L’information scientifique illustre bien ce fait : elle s’accrédite autant par ses relations avec d’autres éléments d’information scientifique que par référence à des phénomènes tangibles. Les sciences ont déjà été décrites comme « évidemment » autoréférentielles22. Des projets individuels se situent eux-mêmes par rapport à d’autres projets quant à la question posée, aux choix méthodologiques et à l’interprétation des données. « Les découvertes scientifiques ne se prêtent peut-être pas d’elles-mêmes à être rapportées comme “nouvelles”, au sens traditionnel. Une découverte scientifique ne se tient pas toute seule. Même lorsqu’elle heurte les idées reçues, elle exige une mise en contexte historique pour être interprétée23 ». Comme les éléments susceptibles de servir de mise en contexte d’une nouvelle sont généralement disponibles sur le Web, la portée du travail journalistique tient à la clarté des connexions. Établir les connexions pertinentes et le faire clairement exige jugement éditorial et habileté.

  • 24 LIEVROUW, 1990

31Un nombre croissant de sciences du domaine public devient controversé, en un certain sens. Dans le journalisme traditionnel, la différence entre deux sources choisies peut être mise en évidence. La controverse devient alors la nouvelle principale. Elle est éminente dans l’échelle d’évaluation des nouvelles. « La plupart des messages médiatiques, comme les nouvelles télévisées, sont bâtis autour d’éléments d’information conflictuels24 ». L'intensité des controverses concernant les changements climatiques, le clonage animal, la génomique et d’autres exemples du débat scientifique public contemporain leur assurent la prééminence dans les médias. La structure traditionnelle de ces articles repose sur une opposition dualiste.

32Le Web offre une vue plus élaborée du paysage international - éventuellement conflictuel - dans lequel de nouvelles découvertes scientifiques peuvent être publiées. Il se peut qu’on ait à faire voir trois, quatre éléments de mise en perspective, et même davantage. Le (ou la) journaliste qui veut éviter d’en privilégier une seule peut les présenter comme les points d’angles d’un polygone ou comme des positions spectrales. Il peut offrir au lecteur des points de vue ou des données de l’une ou l’autre de ces perspectives et les présenter dans la séquence de son choix.

33Deux nouvelles scientifiques d’octobre-novembre 2000 peuvent illustrer la nécessité d’une telle présentation. La première est l’annonce que des tests de chercheurs américains sur un vaccin contre le sida administré à des singes avaient réussi à contrôler l’infection. Les résultats ont été publiés dans le journal Science, le 20 octobre 2000. Considérés isolément, ces résultats ont peu de portée. Ils acquièrent une signification en référence avec une série d’informations : l’approbation du test sur des humains d’un vaccin découlant d’une étude sur des sujets kenyans qui ont développé une résistance au VIH (juillet 2000) ; la publication d’une recherche sur des sujets ougandais, qui montre une relation entre les niveaux de VIH et le risque de transmission de la maladie (avril 2000) ; la publication des résultats d’une enquête américaine sur le mécanisme par lequel les singes de laboratoire développent le sida par le VIH (septembre 2000).

34Découvrir un sens à toutes ces nouvelles, comme à bien d’autres, suppose une navigation prudente. Une fois le plan de l’article établi, ce dernier peut être adapté et mis à jour, en tenant compte de nouvelles contributions. Cela peut aller jusqu’au domaine politique, comme dans la controverse qui a cours en Afrique du Sud au sujet de l’administration d’un médicament pour prévenir la contamination de mère à enfant par le VIH. Cette querelle a été mise en évidence à la Conférence internationale sur le sida, en juillet 2002. Le même article pourrait prendre en compte les dernières nouvelles ou faire référence aux thèmes et priorités de la Journée internationale du sida, le 1er décembre. Il pourrait aussi mentionner la controverse opposant des scientifiques du Royaume-Uni et ceux du Kenya au sujet du brevet sur le vaccin contre le VIH dont la mise au point a été annoncée en novembre.

  • 25 CULLEN, 2000

35Le second exemple de nouvelle scientifique qui se prête à une présentation à plusieurs facettes, ou qui y invite, est l’annonce faite par l’Union astronomique internationale (UAI), en novembre 2000, selon laquelle il y avait 1 risque sur 500 que l’astéroïde 2000 SG344 puisse entrer en collision avec la terre le 21 septembre 2030. Une source de la NASA soulignait que la probabilité de collision, dans ce cas, était plus élevée que jamais. Le Irish Times mettait ainsi l’accent sur la menace : « Une masse de débris spatiaux de la taille d’une tour à bureaux pourrait heurter notre planète avec la force de 100 bombes atomiques du type de celle de Hiroshima... C’est la première fois qu’une collision potentielle a été prédite à la suite d’un processus de contrôle scientifique25 ».

36Malgré le « contrôle international d’experts », il n’a fallu que deux jours pour que des « informations additionnelles » paraissent sur le site Web de l’UAI. Cet « ajout » révélait que des observations supplémentaires du 2000 SG344, à l’aide d’images d’archives, « écartaient en fait le risque d’un impact terrestre. [...] Les nouvelles données permettent d’affirmer que la distance la moins grande à laquelle l’objet pourra approcher la terre, en 2030, le 23 septembre, est de onze fois la distance de la terre à la lune ». Certains médias scientifiques ont publié un rectificatif, d’autres ont maintenu leur version originale.

  • 26 VOGEL, 1998

37Il y a eu des échos d’événements antérieurs. Ainsi, en mars 1998, l’Union astronomique internationale annonçait que l’astéroïde 1997 XF11 pourrait heurter la Terre le 26 octobre 2028. Dans ce cas aussi, on soulignait que la probabilité était plus grande que dans les cas précédents. En moins de 24 heures, on faisait des corrections, apparemment basées sur l’analyse d’images de l’astéroïde prises en 1990. Selon la NASA, l’astéroïde passerait à quelque 950000 kilomètres de la terre. On comprendra que des astronomes aient pressé leurs collègues de partager ce type d’informations avant de les rendre publiques par la voie des médias. Cela pourrait se faire dans une page Web consacrée aux objets rapprochés de la terre26.

38Une autre controverse se produisit en avril 1999, au sujet de l’acheminement sur le Web de nouvelles concernant des astéroïdes. Ce rapport émanant de chercheurs italiens n’avait pas été révisé ou accepté par un journal pour fin de publication. Cette déroutante controverse avait trait au contenu de l’article, une partie portait sur le caractère prématuré de sa publication et une autre, sur l’impression que ce reportage était lui aussi prématuré. Ces mêmes chercheurs italiens étaient au cœur de l’affirmation et de la réaffirmation d’une possible collision avec le 2000 SG344. Les auteurs de la manchette du Guardian du 6 novembre 2000 faisaient probablement allusion à ce fait dont ils étaient conscients : La fin est proche,... peut-être ! (The End is Nigh, Perhaps). Le lendemain, le journal publiait un correctif, mais les contraintes de publication n’ont pas permis de présenter tout le contexte.

39Ces exemples illustrent les limites d’une présentation linéaire des nouvelles scientifiques. Ils établissent clairement que le genre de mise en perspective ne peut être le fait de robots. Nous parlons ici d’un journalisme qui guide son lectorat dans l’abord, l’usage et l’interprétation d’informations de sources et de genres divers, ce que nous nommons « tracer la carte » (mapping joumalism).

Section 5. LES CATÉGORIES DE NOUVELLES SCIENTIFIQUES SUR LE WEB

40Après avoir évoqué les possibilités prometteuses du journalisme scientifique sur le Web et avant de considérer d’autres implications, je vais passer en revue les pratiques de la publication en ligne des nouvelles scientifiques, en référence aux catégories et aux exemples de nouvelles scientifiques sur le Web. Il semble y avoir sept types distincts de services de nouvelles scientifiques sur le Web.

Les distributeurs de nouvelles

41Ces services redistribuent les annonces et les communiqués de presse en provenance des institutions et des organismes. Ils se subdivisent en services destinés aux journalistes, exigeant parfois un enregistrement, comme par exemple : eurekalert ! alphagalileo, SciWire (le service du Newswire), le service de science et technologie du Newswire, et d’autres services d’accès ouvert tel le Science Daily. Presque sans exception, ces services ont pour caractéristique principale d’être prolifiques. Ils maintiennent un flot constant de nouvelles comme pour proclamer : voyez comme le monde scientifique est riche ! Les éléments d’information y sont présentés discrètement, faisant le plus souvent référence à d’autres éléments qui leur sont reliés. Dans le cas de SciCentral, la retransmission de communiqués de presse émanant d’universités ou d’autres institutions se fait par un service commercial plus vaste, le SciQuest, destiné aux professionnels des sciences.

Les services publicitaires institutionnels

42Un petit nombre d’institutions scientifiques, parmi les plus importantes, ajoutent elles-mêmes à la distribution de nouvelles de façon quasi indépendante ou recourent aux agences déjà mentionnées. Les principales agences américaines, comme la NASA, les NIH (National Institutes of Health) et la NAS (National Academy of Sciences) maintiennent un flot régulier de « nouvelles », principalement sous la forme d’annonces de nouveaux projets de recherche, de subventions, de prix scientifiques, etc.

Magazines scientifiques électroniques (science e-zines)

43Ces publications exclusives à l’Internet ont tendance à se spécialiser dans une branche scientifique. Par exemple, les sciences de la vie pour HMS Beagle, publié jusqu’en 2002 comme segment du service BioMedNet ; les sciences de la terre et de l’espace pour explorezone.com ; la chimie dans Reactive Reports, publiés dans le cadre d’un site commercial destiné aux chimistes ; les sciences de l’environnement pour ENN (Environmental Network News). Ces sites publient des documentaires inédits, des entrevues, des rubriques d’opinion, etc., mais ils comptent également dans une large mesure sur les références à d’autres sources d’information du Web. Reactive Reports se présente comme étant du monde de l’« édition » plutôt que comme magazine. Il offre des sommaires de deux ou trois paragraphes sur une sélection de découvertes scientifiques récentes. En général, il propose des hyperliens d’illustration ou de contenu de base. Ces liens s’établissent avec les documents pertinents, mais se réfèrent généralement à un niveau moyen.

Les portails de nouvelles scientifiques

44SciTech Daily est une tentative ambitieuse, bien que peu sélective, d’offrir une voie à une grande diversité de nouvelles et d’autres informations scientifiques. Il est fait presque entièrement de manchettes et de brèves introductions à des articles publiés dans une page de très haut niveau qui permet des liens avec d’autres services d’informations scientifiques ou d’autres sites sur le Web. Universetoday.com, l’une des nombreuses publications portant sur les sciences de l’espace, est mise à jour quotidiennement avec des exergues indiquant les nouveaux articles et des liens avec les sources d’origine, de même qu’avec Similar Stories, Related Sites, Internet Coverage et autres matériels contextuels.

Sites d’éducation populaire

45Ces sites proviennent de centres scientifiques ou d’autres initiatives d’éducation populaire qui emploient des communicateurs scientifiques pour rapporter et expliquer les sujets scientifiques de l’heure. WhyFiles a commencé en 1996, grâce à une subvention substantielle de la National Science Foundation (É.-U.) et le support technique et logistique de l’Université Wisconsin-Madison. Son but est de fournir aux institutions d’enseignement un service d’exploration du type « les sciences derrière les nouvelles ». Le site de la Cité des sciences, de Paris, comprend une section Actualités mise à jour mensuellement et offrant trois documentaires, une revue de presse et d’autres sujets plus courts. La section maintient aussi un certain nombre de « dossiers » dotés de liens avec plusieurs sujets sélectionnés.

Éditions électroniques de publications imprimées

46Cette catégorie se subdivise en deux sections : a) quotidiens, magazines et agences de nouvelles offrant des sections scientifiques et/ou ayant des correspondants scientifiques ; b) médias scientifiques populaires. Les sections « Sciences/Techno » des éditions en ligne des quotidiens offrent généralement un contenu de plus haut niveau que leurs éditions imprimées. Ces services, tout comme ceux des magazines scientifiques populaires, comme le New Scientist, Discover et Focus, peuvent utiliser leur édition en ligne pour annoncer leur contenu imprimé, ou vice-versa. Il leur arrive également d’offrir de l’information plus approfondie. Certains, comme les sites Web de Science News (É.-U.) ou de La Recherche (France) sont surtout un dépôt de textes imprimés n’offrant que peu ou pas d’améliorations pour le Web. Le National Geographic (canal de télévision et magazine) présente des documentaires plus étoffés et comprend une section distincte, ngnews.com, qui offre des articles plus courts et plus près de l’actualité, certains provenant d’ententes de partage de contenu avec des quotidiens et d’autres services de nouvelles. Plusieurs journaux universitaires et professionnels alimentent des services de nouvelles en ligne, offrant des mises à jour plus fréquentes que ne le font leurs versions imprimées.

Services en ligne de diffuseurs

47Comme pour les imprimés, les sections scientifiques des services en ligne des diffuseurs ont tendance à être plus riches que leur production d’origine. Une petite sous-catégorie est constituée de diffuseurs spécialisés, comme Discovery et les canaux de National Geographic, de même que les sites de programmes de documentaires scientifiques, comme Horizon (BBC), Quantum (ABC, Australie) et Nova (PBS). Dans le domaine des nouvelles scientifiques, les poids lourds, comme BBC, CNN, Fox News, etc., fournissent généralement les exemples les plus avancés de contenu amélioré en fonction du Web. Le Discovery Canada, service de nouvelles mises à jour quotidiennement, se présente comme Science Wire (service de nouvelles scientifiques), produit expressément pour le Web. Dans le cas de The Lab, site alimenté par ABC Australie, le diffuseur a assumé un rôle d’éducation populaire, offrant des services aux étudiants et aux enseignants.

48Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’une catégorie à part du journalisme scientifique du Web, il faut mentionner également les sections de nouvelles des sites mis sur pied pour faire la promotion de services, de produits ou de publications destinés au marché scientifique. Caractéristique singulière, ces sections de nouvelles publient un article par jour. On peut les considérer comme des moyens de fidéliser l’usager. Par exemple, PhysicsWeb, section du site de l’Institute of Physics Publishing, dont la fonction principale est de faire la promotion des journaux et des livres de l’organisme.

49Par cette esquisse sommaire des services d’informations scientifiques en ligne, on voit qu’un certain nombre de services de nouvelles scientifiques ont été conçus spécifiquement pour le Web. La plupart ont toutefois été adaptés ou reproduits à partir de formes traditionnelles de publication.

Section 6. EXEMPLES DE NOUVELLES SCIENTIFIQUES SUR LE WEB

50L’équilibre entre les documentaires originaux ou adaptés, de même que le fossé entre les possibilités du Web et la pratique journalistique seront plus clairement illustrés par quatre exemples : deux provenant des publications en ligne de médias reconnus et deux « natifs » du Web. Cette sélection constitue un bon échantillon de la pratique journalistique en ligne : la BBC est un des principaux diffuseurs publics ; New Scientist est un magazine scientifique populaire de renommée internationale ; HMS Beagle est une publication du Web consacrée aux sciences de la vie ; Why Files est une initiative d’éducation populaire née d’une inquiétude concernant l’état de l’enseignement scientifique dans les écoles.

Exemple 1 : la BBC

  • 27 JONES, 2000

51Pendant un certain temps, le service de la BBC a été considéré comme un standard pour l’industrie de la publication en ligne. Il constitue un investissement de ressources très important. Sa section Sci/Tech est fréquemment citée comme étant la force principale du site, malgré le fait qu’une étude exhaustive se soit montrée critique au sujet du site en général et, en particulier, de la section scientifique à laquelle on reproche de trop compter sur des sources universitaires27.

52L’une des trois manchettes de Sci/Tech, le 20 novembre 2000, avait trait à l’appel que le président français, Jacques Chirac, a lancé aux États-Unis en faveur d’un engagement plus actif dans la réduction du réchauffement de la planète lors de la Conférence internationale sur le climat, à La Haye. Ce reportage faisait partie d’un ensemble de sujets In Depth sur les changements climatiques auxquels on avait fait des ajouts au cours des dernières semaines, incluant entre autres :

  • des liens annoncés par des titres concis avec d’autres articles de la BBC sur la conférence, sans mention de la date de publication ;

  • un article d’« analyse » des pourparlers ;

  • un « guide par clics » sur les changements climatiques ;

  • un glossaire sur le « jargon » de ces débats ;

  • une liste de liens, sans étiquettes, avec d’autres sites d’organismes gouvernementaux, nationaux ou internationaux ;

  • un forum « de discussion » par lequel les usagers sont invités à réagir à propos d’une question mise au débat par les journalistes du site.

53Un ensemble spécial analogue avait été présenté plus tôt (août 2000) sur le clonage humain. Ce dernier comprenait des clips audios des moments les plus chauds du débat sur le rapport ; des liens avec d’autres sites, généralement de source gouvernementale ou universitaire, mais aussi les points de vue contestataires de groupes « provie » ; un forum sur la possibilité de légaliser le clonage humain ; des documentaires contextuels sur divers aspects des recherches sur l’usage thérapeutique du clonage, et des notes sur le sujet sous la forme de questions/réponses.

54Le site de la BBC offre couramment de l’information contextuelle sur les sujets de ses manchettes. Cela peut donner cinq ou six articles publiés dans la section scientifique dans les 24 heures. Un reportage publié le 15 novembre 2000 expliquait comment un égyptologue de l’Université de Cambridge avait mis au point une nouvelle technique de datation des pyramides basée sur l’astronomie historique. Ce reportage était basé sur un article de Nature. Il comprenait un reportage audio et des liens avec des articles précédents et des sites universitaires portant sur l’astronomie, les pyramides et l’égyptologie. Le reportage principal faisait le lien avec la page d’accueil du site de Nature comme source d’information, mais ne référait pas aux détails du dossier. Sur ce point, les éditeurs de Nature font valoir qu’il ne suffit pas de référer le lecteur à www.nature.com. Ce dernier aura un effort considérable à faire pour trouver les informations pertinentes au reportage en cours de lecture. BBC Online n’avait pas fait de liens avec les sites ou les pages Web du chercheur, du département de son université ou de l’astrophysicien américain cité comme garant de l’importance de la recherche en question.

Exemple 2 : Le New Scientist

55Pendant à peu près un an, en 1997-1998, le New Scientist a publié en ligne des versions considérablement améliorées d’une sélection de documentaires préalablement publiés dans son édition imprimée. Ces articles comprenaient plusieurs références à des articles de son magazine et de son site Web, Planet Science. Vers la fin de l’an 2000, l’édition électronique a proposé une sélection réduite d’articles de son édition imprimée et les améliorations pour le Web furent généralement minimales. Des dossiers ont été publiés régulièrement. Par exemple, sur la crise de la vache folle et sur l’alerte au réchauffement de la planète.

56Le dossier du New Scientist de la mi-novembre 2000 était coiffé d’un reportage sur la possibilité d’une incidence accrue du virus de la maladie de la vache folle (vCJD), opinion basée sur une étude la latence prolongée d’une maladie apparentée, le kuru. Ce reportage n’offrait aucun des nombreux liens possibles : sur le chercheur principal, sur la nature du kuru, sur le récent rapport du comité consultatif gouvernemental dont le chercheur en question faisait partie, sur les détails du « festival de médecine » au cours duquel ces découvertes ont été présentées ou sur le tableau non affiché auquel référait le reportage. Par de brèves présentations, le reportage faisait des liens avec sept articles sur la maladie de la vache folle et son virus, déjà publiés dans le New Scientist au cours des six semaines précédentes, et à un « index d’articles ».

57Quant au dossier spécial sur le réchauffement de la planète, il a été présenté en information de fond à la Conférence sur les changements climatiques de La Haye. Il comprenait une page de « Questions/Réponses », un guide sur les aspects politiques de la controverse, de même que des liens avec des reportages antérieurs du New Scientist et d’autres sites présentés comme « utiles » au lecteur. Les liens avec les articles précédents du New Scientist faisaient l’objet d’une présentation d’une vingtaine de mots, si bien que le lecteur pouvait avoir une bonne idée de leur contenu.

Exemple 3 : HMS Beagle

58Ce magazine informatique bimensuel fait partie, jusqu’en 2002, des services offerts sur le site Biomednet qui, entre autres, promeut les journaux scientifiques du groupe Elsevier. Il n’y a toutefois pas de connexion évidente entre le journalisme pratiqué à HMS Beagle et le groupe Elsevier. Le journal Web contient de nombreuses références à des journaux rivaux du groupe Elsevier. La rédaction et les collaborateurs de HMS Beagle sont clairement identifiés sur le site et comprennent des journalistes scientifiques de grande expérience. Apparemment orienté vers un lectorat de professionnels des sciences de la vie, HMS Beagle écrit toutefois dans un style qui met le contenu à la portée d’un public non professionnel, mais attentif.

59Chaque « édition » de HMS Beagle contient plusieurs articles élaborés qui sont généralement dotés de références croisées avec d’autres sites et des articles antérieurs de Beagle. Un des documentaires de la fin du mois de novembre 2000 portait sur l’atterrissage sur Mars, le Beagle 2, qui doit recueillir des échantillons du sol de Mars en 2003. Lun des 20 liens contenus dans l’article avait trait au groupe rock Blur dont une pièce composée pour l’occasion sera jouée lorsque Beagle se déploiera sur la surface martienne. Les liens étaient généralement faits avec les niveaux pertinents des sites externes. Un article d’opinion sur la lutte au sida était relié à cette enquête, de même que d’autres analyses provenant d’un éventail de publications scientifiques et de magazines populaires de sciences.

60HMS Beagle présente également dans chacune de ses éditions des illustrations originales, une « galerie d’art », des poèmes, de l’humour et des citations sur des sujets scientifiques, de même qu’une revue de livres. Parallèlement à HMS Beagle, le site Biomednet offre un service de manchettes quotidiennes (News/Daily Headlines) qui comprend trois articles vedettes, quelques nouvelles brèves et des références à des articles scientifiques d’autres médias. Ces nouvelles sur le vif sont présentées sans trop de modifications pour le Web. Un autre service d’information sur ce site, le Journal Scan, est mis à jour quotidiennement. Il présente des manchettes portant sur les contenus récents de publications scientifiques importantes. Par cette gamme de services, Biomednet crée un environnement propice à la fidélisation de l’internaute.

Exemple 4 : Why Files

61Ce service a été établi en 1996 comme une des activités de la National Institute for Science Education, subventionnée par la National Science Foundation et basée à l’Université Wisconsin-Madison. Il reflète ces deux jeux d’influences dans sa conception et dans son fonctionnement, bien qu’il ait été plus récemment transféré au département de troisième cycle de l’université.

62S’adressant à ceux qui font des études supérieures, Why Files véhicule le message suivant : « Les sciences, c’est cool ! » Il est publié comme magazine, mis à jour deux fois par semaine. Il comporte bimensuellement une manchette présentée comme un ensemble de plusieurs pages. David Tannenbaum, journaliste de Why Files, a expliqué à un séminaire de la National Association of Science Writers, en février 1997, que le style de rédaction consistait à offrir tout d’abord des reportages selon la technique du mapping. Le contenu peut se lire en séquence ou non. Bibliographies et autres références sont systématiquement incluses.

63En novembre 2000, le site Why Files a accordé la plus grande visibilité à un reportage sur la propagation du virus Ebola (affiché le 1er novembre et numéroté 121 dans les séries). Un article-synthèse, de haut niveau, faisait le lien avec des reportages portant sur d’autre cas d’infection majeure, comme la grippe du poulet et le sida, publiés plus tôt dans Why Files. Également de très haut niveau, le site présentait des liens avec quatre documentaires à venir dans cet ensemble sur Ebola, bien que les trois ou quatre mots des titres ne donnassent qu’une faible indication du contenu de ces articles. Par ailleurs, le menu des quatre documentaires ne méritait pas le nom de mapping. Dans les archives de Why Files, les hyperliens réfèrent généralement à des articles déjà publiés, mais aussi à des organisations scientifiques ou à des institutions universitaires. Au bas de chaque article, un bouton « MORE » invitait le lecteur à naviguer vers l’élément suivant de la série, selon la structure que l’éditeur lui avait donnée. L’ensemble comprenait une page de références extérieures, de même que la liste des rédacteurs et la possibilité d’entrer en contact avec eux pour fins de discussion.

  • 28 EVELAND & DUNWOODY, 1998

64Les pratiques de Why Files ont été suivies et évaluées dès ses premiers jours, sous la direction du professeur de journalisme scientifique Sharon Dunwoody. À l’aide de questionnaires et d’analyses de serveurs, une étude a été entreprise environ un an après l’entrée en service du site. Elle a donné le portrait-type de l’usager de Why Files : homme, âgé de 37 ans (moins de 10 % des usagers avaient 18 ans et moins). L'étude révélait que les internautes lisaient le contenu de façon linéaire, plutôt que de le faire au gré des options offertes28. Bibliographies, glossaires et liens extérieurs étaient peu utilisés. Les auteurs de la recherche proposaient comme explication possible que ces usagers devaient être « novices dans les domaines où ils naviguaient ». Selon eux, il était possible que leurs habitudes changent à mesure qu’ils apprendraient à naviguer sur le Web.

  • 29 HOUSTON, 1999

65Une telle recherche semble approuver la pratique prédominante des éditeurs du Web, soit la publication de versions d’articles préalablement imprimés, sans modification importante. Cette pratique est certainement moins coûteuse et plus rapide, surtout si les articles sont importés directement de leur source. Frank Houston, qui a travaillé pendant deux années à FoxNew. com, dans la phase de mise en place de ce site, a constaté que l’enthousiasme de l’équipe s’était effrité rapidement, pour ce qui était d’ajouter des éléments complémentaires aux articles29. Houston reconnaît que la valeur du journalisme électronique consiste en « la mise en contexte, la profondeur et l’accessibilité n’importe quand, tous les jours ». Il se demande toutefois si c’est bien ce que veulent les lecteurs. À son avis, l’évolution du journalisme pratiqué sur le Web semble mener à quelque chose qui ressemble au rythme des agences de nouvelles et il ajoute que « les expériences... de véritables reportages restent encore en suspens ».

66Sur le Web, la tendance dominante des deux dernières années est la publication rapide d’articles courts. Ce qui n’empêche pas la publication d’articles scientifiques plus élaborés. Cela réalisé dans une double perspective : le développement du Web et les besoins de l’information scientifique. Le Web s’étant révélé enclin aux manies et aux modes jusqu’à maintenant, il n’est pas impossible que le courant actuel, soit la publication de nouvelles brèves mises à jour régulièrement, cède la place à une autre mode ou atteigne un certain équilibre quant au format des articles.

67Du point de vue de l’information scientifique et de ses besoins, c’est un fait que les sciences sont de plus en plus engagées dans le courant dominant de l’actualité. Comme l’a démontré l’affaire du génome humain, les sciences publiques peuvent fort bien être influencées par des facteurs politiques, commerciaux ou éthiques et en conséquence peser sur l’évolution sociale, en ces domaines. Précisément parce qu’elle s’étend au-delà des frontières du laboratoire scientifique et de sa pratique traditionnelle de reportage, la culture scientifique populaire exige la sorte de traitement à plusieurs facettes que le Web rend possible.

Section 7. BALISES POUR LES LECTEURS D’INFORMATIONS SCIENTIFIQUES

68Les exemples donnés ci-dessus ont mis en lumière un usage inégal des outils et des techniques du Web qui permettent une amélioration du contenu. Même dans les cas où ces techniques sont pleinement utilisées, il semble que les journalistes aient besoin de plus de moyens, notamment pour distinguer les sortes de sources d’information sur le Net, s’ils veulent efficacement agir comme guides. La force et la faiblesse de l’Internet tiennent toutes deux au fait qu’il constitue un médium de publication ouvert à toute personne ayant accès à ses ressources techniques (de plus en plus accessibles). Les problèmes d’interprétation qui en découlent se trouvent amplifiés par l’inefficacité et le caractère incomplet des moteurs de recherche. Les techniciens d’un site Web peuvent truquer ces outils, de sorte qu’ils ne peuvent plus distinguer les documents selon leur genre et leur valeur. Il s’ensuit que l’internaute type, plutôt naïf, ne fera aucune distinction entre une page d’accueil personnelle, une déclaration de chercheurs sur une mission institutionnelle ou un document universitaire.

  • 30 ROGERS & MARRES, 2000
  • 31 CROWSTON & WILLIAMS, 2000

69Rogers et Marres ont proposé deux approches pour l’étude des controverses scientifiques, en se basant sur l’exemple des changements climatiques : le « débat-mapping » et le « débat-landscaping30 ». Une approche analytique est basée sur une classification descriptive des genres de documents du Web qui distingue, par exemple, un énoncé de politique d’un bon de commande31. Ces techniques d’analyse de l’information déjà sur le Web sont toutefois une base insuffisante pour élaborer une nouvelle stratégie de production qui offrirait une assistance plus adéquate aux internautes. Le journaliste du Web qui entend offrir une telle assistance doit disposer de balises, de poteaux indicateurs en quelque sorte, qui indiquent de façon plus claire le contenu des liens proposés et l’intérêt qu’il pourrait y avoir à les faire. Dans ce contexte, je propose trois aspects de ce que pourrait être une politique de « liaison » sur le Web. Ajoutées aux techniques déjà mentionnées dans les exemples donnés plus haut, ces techniques pourraient favoriser l’émergence d’un nouveau journalisme scientifique adapté au Web. Étroitement liés et se renforçant mutuellement, ces trois éléments sont : l’étiquetage des liens, l’évaluation des liens et la catégorisation des documents selon le genre.

L’étiquetage des liens

70Les éditeurs du Web prennent pour un fait acquis que les internautes comprennent le sens du marquage en bleu d’un mot ou d’une partie de texte. Ils pensent qu’il vaut mieux les laisser décider de l’opportunité de faire un lien. Le contenu des liens est rarement explicité. Plus encore, de nombreux liens ne sont pas faits au niveau approprié. Ainsi, dans un reportage sur des expériences portant sur la transmission du sida, faire un lien avec le site de l’ONU sur le sida équivaut à embrouiller la piste pour l’internaute. Une étiquette de quelque 100 caractères dans une boîte de dialogue accessible par un clic, ou en marge du texte, pourrait indiquer, par exemple, que « ce lien indique QUI enquête sur l’incidence du sida et sur les résistances parmi les prostituées kenyannes ».

L’évaluation des liens

71Dévaluation de la pertinence est un aspect peu compris et mal développé des moteurs de recherche de l’Internet et de certains logiciels d’exploitation de banques de données. Par exemple, les résultats de recherche d’AltaVista sont présentés en ordre décroissant de pertinence, selon l’occurrence du terme clé de la recherche. Ce procédé primaire peut apporter des résultats signifiants, mais il peut aussi fréquemment déboucher sur un résultat absurde. Des journalistes évaluent constamment la pertinence des détails qu’ils décident d’inclure ou d’exclure. Généralement, ils se basent sur la définition des lignes principales de l’histoire. Dénonçant de nouveau brièvement, ils pourraient indiquer plutôt le degré de pertinence d’un lien par une cote : d’une à cinq étoiles, par exemple.

Catégorisation des documents

72Des communications scientifiques écrites se situent selon des genres de documents reconnus qui ont été reproduits ou adaptés pour le Web : rapport de recherche, communication, article de journal publié, etc. En plus de ces genres traditionnels, d’autres types de documents sont publiés sur le Web par des scientifiques ou par leurs institutions, de même que par des entreprises ou des groupes de citoyens intéressés aux sciences. S’il disposait d’une classification en 10 genres de documents, identifiés par des icônes ou abréviations, le lecteur de nouvelles scientifiques du Web serait mieux en mesure d’évaluer la pertinence de tel ou tel lien. Dans le procédé que je propose, ces genres de documents seraient les suivants :

  • Référence à un article de revue scientifique ; ex. : Nature

  • Article de revue spécialisée ; ex. : Journal d’endocrinologie

  • Rapport de recherche

  • Conférence/document de travail

  • Institution/communiqué de presse

  • Groupe de citoyens/déclaration

  • Compagnie/déclaration

  • Magazine scientifique populaire

  • Éducation publique/site

  • Quotidien/reportage.

73Ces propositions impliquent que tous les sites et les documents donnés comme liens aient été vus avant d’être inclus dans une page Web. Il se peut que pour des raisons pratiques on ne soit pas toujours en mesure de procéder ainsi et qu’un lien mérite tout de même d’être proposé. Dans ce cas, il faut trouver un moyen d’indiquer qu’on n’a pas pris connaissance du contenu du lien en question et que, par conséquent, on ne l’a ni étiqueté, ni évalué, ni catégorisé. De plus, qu’ils aient pris connaissance ou non des documents donnés en liens, les rédacteurs devraient, par une brève mention, se dégager de toute responsabilité quant au contenu de ces documents étrangers à leur site.

  • 32 BERNERS-LEE, 1999

74Ces procédures sont suggérées dans l’esprit du fondateur du Web, Tim Berners-Lee, qui affirmait : « Le « tissu de confiance » (web se traduit littéralement par tissu) est le modèle de notre fonctionnement comme peuple. [...] Quand nous décidons ce à quoi nous nous relierons, ce que nous lirons ou achèterons, notre décision tient pour une part à la confiance que nous avons dans l’information reçue. [...] Il arrive qu’on apprenne péniblement ce à quoi nous pouvons nous fier, mais le plus souvent, nous nous fions au conseil d’une autre personne, à un témoignage favorable ou à l’endossement par des tiers32 ».

75L'endossement par des tiers ou leur recommandation sont des procédés courants dans le domaine de la protection de l’enfance (ex. : documents violents ou offensants) et dans celui des affaires. Le principe s’applique évidemment au champ des communications scientifiques qui a trouvé dans le Web, un lieu privilégié de contestation. Les éditeurs du Web feront preuve de responsabilité dans la mesure où ils appliqueront ces principes, en tout ou en partie. La mise en œuvre de ces méthodes aiderait à gérer l’arbitraire du Web, mais il n’apportera pas de certitude là où il n’y en a pas.

Section 8. VIVRE DANS L’INCERTITUDE

76Le brouillage des frontières entre des champs de communication autrefois séparés, la prolifération des moyens de communication, la pluralité de routes dans une même narration et la multiplicité des sources débouchent sur une floraison de sens. S’agissant d’articles de nouvelles, les critères traditionnels, appliqués implicitement ou explicitement par les éditeurs et les journalistes, exigeaient la clarté, l’univocité. L'article devait établir clairement qu’un fait important s’était produit. Cette exigence a longtemps embarrassé les reporters scientifiques pour la bonne raison que les sciences ne sont pas de l’ordre événementiel. À cet égard, l’attribution des prix Nobel ou l’ouverture, l’agrandissement ou la fermeture de laboratoires de recherche sont des exceptions qui ressortissent davantage au domaine de la politique scientifique qu’à celui de la pratique.

  • 33 ZEHR, 1999
  • 34 ZEHR, 1999

77Dans ces circonstances, la publication d’un article ou d’un journal a pu être interprétée comme un « événement » qui répond à de nouveaux critères essentiels. Dans le journalisme de langue anglaise, peut-être plus que dans tout autre, la vie utile d’un tel événement, dans une perspective de nouvelle, est de quelques jours, tout au plus. Alors que l’« événement » que constitue la publication d’un article est univoque, le contenu des articles l’est rarement. « Les sciences sont autant génératrices d’incertitude que productrices de certitudes33 ». Les découvertes scientifiques sont exprimées dans une forme conditionnelle, nuancée, mais on a pu observer que cet aspect conditionnel tend à s’atténuer à mesure qu’on passe des communications intrascientifiques à la publication effective, puis à la diffusion populaire34.

78L’une des motivations principales de la publication officielle et de la popularisation est de retenir ou d’accroître le financement public et, par le fait même, de renforcer les prétentions à la validité universelle. Les relationnistes du monde scientifique se sont appropriés et ont intégré une part des préceptes et du vocabulaire des médias. La description de découvertes récentes comme « percées » a de bonnes chances de se trouver dans le communiqué de presse annonçant l’événement, tout comme dans le reportage du quotidien. Les journalistes scientifiques fonctionnent dans cet environnement paradoxal, sachant les limites et les conditions de la communication scientifique, reconnaissant l’exagération que peut contenir le contenu publicitaire du journal ou de l’institution, ayant besoin de munitions lourdes pour faire concurrence aux nouvelles politiques, aux faits divers ou au showbiz dans la bataille pour l’espace rédactionnel. Lorsqu’il s’agit de reportage sur des risques et des dangers cet état de choses peut causer de sérieux problèmes. C’est inévitablement l’existence de risque ou de danger qui retiendra l’attention du lecteur, plutôt que son degré peut-être infinitésimal d’ampleur ou de probabilité. Les précisions, à moins d’être fondées, risquent d’être estompées à la lecture d’une telle nouvelle.

79Pour le journaliste scientifique du Web, ces problèmes se trouvent accentués. Le fait même de fonctionner dans un environnement aux multiples sources d’information et genres journalistiques tend à limiter la possibilité de présenter quelque information pertinente pour le public comme certaine ou univoque. Par le fait qu’une partie toujours plus grande du lectorat a accès à l’Internet et recherche des perspectives équilibrées ou différentes, la fréquence de l’ambiguïté et de l’incertitude devrait s’accroître. La plus grande partie des faits scientifiques qui tombent dans le domaine public est contestée, soit de l’intérieur du monde scientifique, soit de l’extérieur. Dans ces circonstances, la fonction du journaliste scientifique consiste à naviguer dans l’incertitude et la gérer.

  • 35 ZEHR, 1999
  • 36 LEWENSTEIN, 1995

80Sur la base d’une sélection de cas, Zehr laisse entendre que l’incertitude est un fait commun, peut-être intrinsèque aux sciences publiques. « L'incertitude scientifique est quelque chose qu’on doit s’attendre à trouver. [...] Tout contexte qui permet ou encourage l’expression de plusieurs voix encourage aussi l’émergence de l’incertitude scientifique35 ». Dans son analyse de la fusion à froid, Lewenstein ajoute la multiplicité des médias à cette pluralité de voix. À propos d’un événement survenu en 1989, soit avant le développement du Web, il fait valoir que « la présence d’une multiplicité de formes de médias va de pair avec des problèmes d’instabilité dans l’information36 ».

  • 37 DUNWOODY, 1999

81« Dans la mesure de la généralisation de l’accès à l’Internet et à d’autres débouchés, les gens ne sont plus les otages de leur journal local. Ils sont en mesure de trouver une solution à un problème à plus grande échelle, en bricolant des montages d’informations de diverses origines sur un sujet donné. Il semble presque inévitable, par une telle triangulation, qu’ils rapportent à la maison un message teinté d’incertitude », écrit Sharon Dunwoody, co-auteur de Communicating Uncertainty37. Dans ce texte, la juxtaposition de bricolage, terme très familier, et de triangulation, du registre relevé, intensifie le sentiment d’incertitude.

  • 38 BECK, 1992

82Il devient plus difficile que jamais pour le monde scientifique de se présenter comme une autorité. Devant le nombre croissant de controverses scientifiques, il n’est même pas sage qu’il le fasse ni qu’on s’y attende. Ulrich Beck, qui a élaboré la théorie de « société du risque » appliquée à la société postmoderne, considère l’incertitude comme une des caractéristiques de cette société. Selon lui, l’incertitude découle de la contestation des prétentions à la connaissance et du scepticisme du public à l’égard des sciences38. Les groupes de citoyens, qui constituent un lectorat substantiel et influent pour l’information scientifique et pour sa réinterprétation dans le domaine public, indiquent qu’ils préfèrent l’incertitude dérivant des doutes et des questionnements des scientifiques à une certitude fondée sur la suppression ou l’omission de détails pertinents.

  • 39 BRADLEY, 2000
  • 40 New Scientist, 2000

83À la veille de la récente publication du rapport du comité consultatif du gouvernement britannique sur la crise de la vache folle, Anna Bradley, du National Consumer Council, a écrit que « les déclarations publiques donnaient l’impression d’être basées sur une certitude - ce bœuf était bon à manger - mais elles étaient accompagnées d’une admission d’incertitude. [...] Incertitude et ignorance font partie du spectre normal des données scientifiques39 ». Ce point de vue a été partagé par un éditorialiste du New Scientist qui a écrit : « Les gens n’ont pas besoin d’être bercés par des propos rassurants. Ils ont besoin d’être informés et de se faire eux-mêmes une opinion. Ils ont besoin d’ouverture. [...] Cela présuppose que les gouvernants et les gouvernés soient à l’aise avec les notions d’incertitude et de risque40 ».

  • 41 CROZIER, 1967, cité par JACOBSEN, 2000

84Dans les démocraties évoluées et dans la culture de l’Internet, les institutions qui font autorité et les déclarations de certitudes échappent rarement à la remise en question ou à la contestation. Le sociologue français Michel Crozier, dans son analyse de la bureaucratie, a écrit : « Aussi longtemps que l’être humain sera préféré à la machine automatique, il y aura une certaine incertitude41 ».

85Le journalisme scientifique a trop longtemps été caractérisé par une déférence envers les sciences comme autorité. Il a quelque chose à gagner au fait d’être exposé et de s’adapter aux remises en question et à la contestation de son autorité, ce qui est le propre de la culture de l’Internet. Les journalistes scientifiques qui continuent d’exercer leur métier comme promoteurs des sciences ont raté à la fois le médium et le message.

Notes de fin

1 BERNERS-LEE, 1999

2 SHAW et al, 2000

3 BUCCHI, 1998

4 PAVLIK, 1997

5 BLUM & KNUDSON, 1997

6 LEVY, 1999

7 VAN ALSTYNE & BRYNJOLFSON, 1996

8 RZEPA, 1998

9 SCHULTZ, 2000

10 ROGER & MARRES, 2000

11 SMITH, 1999

12 HARNAD, 1996

13 GILES, 1996

14 JADAD, 1999

15 KING, 1998

16 PAVLIK, 1997

17 BLACK, 1998

18 BARDOEL, 1996

19 BARDOEL, 1996

20 CODINA, 2000

21 ROGERS & MARRES, 2000

22 ROSS, 1991

23 FITZPATRICK, 1999

24 LIEVROUW, 1990

25 CULLEN, 2000

26 VOGEL, 1998

27 JONES, 2000

28 EVELAND & DUNWOODY, 1998

29 HOUSTON, 1999

30 ROGERS & MARRES, 2000

31 CROWSTON & WILLIAMS, 2000

32 BERNERS-LEE, 1999

33 ZEHR, 1999

34 ZEHR, 1999

35 ZEHR, 1999

36 LEWENSTEIN, 1995

37 DUNWOODY, 1999

38 BECK, 1992

39 BRADLEY, 2000

40 New Scientist, 2000

41 CROZIER, 1967, cité par JACOBSEN, 2000

Auteur

Directeur de département et professeur de journalisme et communication scientifique à l’École des communications (Dublin City University) en Irlande, ainsi que professeur depuis 1996 dans différentes universités européennes. Avant de se joindre à l’université, il a été journaliste à temps complet pendant plus de 20 ans, en tant qu’employé dans des médias nationaux et comme journaliste indépendant spécialisé en sciences et technologies. Il participe à des projets de recherche européens sur l’enseignement de la communication scientifique et sur le journalisme en ligne. Il est membre du Conseil irlandais des sciences, technologies et innovation (Irish Council for Science Technology and Innovation) qui conseille le gouvernement irlandais.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search