Version classiqueVersion mobile

Les territoires de la culture scientifique

 | 
Bernard Schiele
, 
Réal Jantzen

Présentation

Bernard Schiele et Réal Jantzen

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les conférences données à la Cité des sciences et de l’industrie dans le cadre du séminaire international intitulé « Les nouveaux territoires de la culture scientifique et technologique » tenu à Paris en décembre 2000. Le projet d’un séminaire sur le devenir de la culture scientifique et technologique (CST) est né d’une série de rencontres, de part et d’autre de l’Atlantique, entre des acteurs dont le mandat premier et la préoccupation constante sont la diffusion de la pensée et de la culture scientifique et technologique. Le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie de l’Université du Québec à Montréal, la Cité des sciences et de l’industrie, le ministère de la Recherche, de la Science et de la Technologie et la Société pour la promotion de la science et de la technologie ont souhaité susciter une réflexion élargie sur les enjeux actuels de la CST. Ils se sont donc concertés en vue d’organiser conjointement des échanges ouverts entre différents spécialistes afin de dresser un état des lieux et de dégager les lignes de force qui restructurent le champ de la CST.

2Lidée d’ouvrir un chantier sur la CST procédait de la constatation de la prégnance de plusieurs discours entrecroisés qui sont autant des éléments du débat que des éléments en débat :

  • Les sciences et les technologies – faut-il encore le rappeler ? – sont aujourd’hui au cœur des débats sur l’avenir de nos sociétés : elles conditionnent le développement industriel, modifient la relation au travail, transforment le rapport au savoir et à la culture, bouleversent le quotidien, redéfinissent la conception du droit, et soulèvent des questions éthiques fondamentales. Les connaissances produites modifient notre conception du monde et de l’humain : elles contribuent autant à la transformation du rapport au réel qu’à celle du rapport à l’autre. Les applications et les retombées de ces connaissances révolutionnent notre environnement et conditionnent son avenir, dans la sphère publique comme dans la sphère privée. Aussi la complexité grandissante des sociétés contemporaines exige-t-elle de leurs membres une compréhension des enjeux auxquels ils sont confrontés. Sommé de se prononcer sur les questions scientifiques et technologiques et d’en peser les conséquences, chacun est interpellé. Et c’est la capacité d’appréhender la teneur et la portée des choix de société qui fait de chacun un agent actif ou passif, lucide ou aveugle d’une évolution à laquelle, consciemment ou non, il participe et contribue.
  • Comme le débat démocratique, la prospérité économique d’une société repose sur la formation et l’information du public, le nombre et la qualité de ses scientifiques et de ses ingénieurs, l’excellence de sa main-d’œuvre et la compétence d’ensemble de sa population. L'adaptation rapide aux changements scientifiques, techniques et industriels est la clé de l’amélioration de la capacité concurrentielle. Elle exige un développement constant de compétences et d’habilités nouvelles ; elle exige aussi que le public, auquel les nouveaux services et produits sont destinés, participe de ce mouvement de qualification pour en apprécier la portée et en maîtriser l’usage.
  • Mondialisation de l’économie, nouvelle division du travail, spécialisation des compétences ne sont que quelques-unes des facettes du processus de rationalisation engendré par la globalisation. Partout, il faut s’adapter rapidement à cette nouvelle dynamique en maîtrisant les flux d’information. Dans un tel contexte, les liaisons deviennent fondamentales et l’organisation de réseaux constitue une nécessité pour toute organisation économique, culturelle ou sociale qui veut s’adapter et avoir prise sur la modernité. Dans le contexte d’une économie globale dont les composantes majeures sont la connaissance, l’information, la spécialisation, la flexibilité et les réseaux, toute organisation, industrie ou entreprise qui ne relève pas ces défis risque de perdre sa marge compétitive. Pour éviter ce risque, il est essentiel de se doter rapidement de moyens de diffusion lesquels, en garantissant à tous l’accessibilité au savoir, facilitent son partage. Pour ce faire, il faut concevoir des modes d’intervention en phase avec les tendances qui forcent le mouvement de recomposition du champ de la CST.

3Faisant fond sur ces discours, sans pour autant les soustraire au questionnement – bien au contraire :

4-Nous avions comme premier objectif de repérer dans leur mouvance et celle des pratiques qui s’en réclament, les lieux en émergence, c’est-à-dire les nouveaux espaces de communication qui s’ouvrent à la CST ou sont en voie de formation. Il était donc question d’enjeux, d’acteurs engagés, d’institutions interpellées ou mobilisées, et de processus de dissémination et de divulgation de la CST dans le social. Il était aussi forcément question des mentalités, des valeurs et des comportements autant que des facteurs économiques, sociaux et culturels qui sous-tendent ce qui nous semblait être un ajustement structurel du champ de la CST. En arrière-plan, nous souhaitions – et souhaitons toujours – susciter une prise de conscience des modalités émergentes de socialisation, d’acculturation et de représentation des sciences et des technologies.

5Traditionnellement les travaux sur la CST ont accordé beaucoup d’attention aux médias. La communication publique des sciences et des technologies désigne l’ensemble des moyens et des relais par lesquels l’information scientifique et technologique est diffusée et échangée dans la société en vue de permettre à tous de se sensibiliser, de se familiariser, de s’informer et de se former. L'ensemble des relais, qui se sont développés au cours des années et qui aujourd’hui disséminent les sciences dans la sphère publique, comme les médias (télévision, radio, magazines, journaux, musées de science et de technologie, etc.), les politiques gouvernementales de soutien et de valorisation de la CST, les établissements grand public, les associations, les regroupements communautaires, les réseaux formels, etc., voient leur mission et leurs gestes questionnés. On s’interroge sur la pertinence, la validité et la portée de leurs actions de diffusion. Les changements culturels, sociaux et économiques qui caractérisent notre modernité se répercutent sur l’ensemble des activités de la CST et les déstabilisent, nourrissant et amplifiant le doute dont elles sont l’objet. Nous voulions, certes, examiner le devenir des médias car ils continueront à jouer un rôle essentiel. Toutefois, nous tentions d’échapper à une conception purement médiatique de la CST, circonscrite fréquemment par les représentations que la sphère médiatique génère spontanément. Nous entendions aussi prendre nos distances par rapport à une vision limitée de la CST qui subsume sous le vocable communication toute la complexité des rapports sociaux, des modes d’appropriation, et des jeux d’acteurs.

6-Nous souhaitions, comme second objectif, contribuer à une compréhension de la communication des sciences et des technologies en proposant une réflexion sur les nouveaux modes de régulation, c’est-à-dire sur les mécanismes émergents qui assurent les relations entre les acteurs et les institutions, et, par conséquent, les nouveaux rapports au savoir en voie de constitution, c’est-à-dire les nouvelles conceptions du rôle du savoir, de son utilité, de sa mise en valeur et de son appropriation.

7Le projet était ambitieux, nous n’avons, au bilan, qu’effleuré les questions. Par contre, nous pensons avoir ouvert un chantier. Et c’est ce chantier, en l’état, que nous vous invitons à parcourir.

8Les contributions sont réparties en trois sections. La première, « Les territoires de la communication », examine le développement des réseaux parallèles de communication que permet le développement de l’Internet (Trench ; Miller), et la montée des relations publiques (Gregory et Bauer ; Göpfert). Cette première partie se clôt par une note sur la mesure de la culture scientifique et technique (Banchet et Schiele). La seconde section, « La recomposition de l’enseignement », aborde la question de la capacité de reproduction de l’école (Doray, Gemme et Gibeau ; Foisy et Gingras) et celle de l’ajustement du champ universitaire (Bisaillon). Enfin, dans la troisième partie, « La culture scientifique en débat : témoignages d’acteurs », le désenchantement des sciences (Demazure), le débat social (Lavergnat), l’économie de marché (Dickenson), et un plaidoyer pour la culture scientifique (Audouze) questionnent une certaine « mise en société » de la science (Vandelac et Mergler).

9Les contributions rassemblées couvrent donc un large terrain, celui de l’inscription sociale des sciences et des technologies, mais en mettant chaque fois l’accent sur les modalités en émergence.

Auteurs

Professeur au département des communications de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et membre du CIRST. Il poursuit des travaux de recherche sur le rôle et l’impact des médias dans les procédures de sociodiffusion des sciences et de la culture. Depuis plusieurs années, il s’attache tout particulièrement à l’étude de la culture scientifique et technologique et à la muséologie scientifique. Il a publié de nombreux articles sur ces questions et a participé à plusieurs colloques internationaux.

Docteur d’État en sciences physiques. Il est un conseiller spécial du président de la Cité des sciences et de l’industrie. De plus, il a participé à la conception et à la réalisation de nombreuses expositions ainsi qu’à la création de la Cité des enfants, de la Cité des métiers en tant que directeur de la jeunesse et de la formation. Il est aussi l’organisateur de plusieurs colloques, de symposiums européens, en plus de contribuer à la conduite de diverses opérations et études internationales d’ingénieries.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search