Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Épilogue. La fin d’un mythe

Texte intégral

  • 1 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffo (...)

« Lorsque les hommes sont dans l’incapacité de trouver un intérêt quelconque à la vie terrestre qui suivra leur mort, ils rêvent d’une jeunesse éternelle, et la raison qui les y incite est la même que celle qui leur fait perdre le goût de se recréer dans leurs enfants. »
Christopher Lasch, Le complexe de Narcisse1

1C’est essentiellement sous l’impulsion du vieillissement à l’échelle démographique (attribuable à la dénatalité et à la chute de la mortalité), de l’allongement de l’espérance de vie, de l’abaissement de l’âge des prises de retraite, de la recomposition des cycles de vie, de la diversification des parcours de vieillissement, des changements dans les mentalités et des transformations sociétales examinées précédemment qu’est née la société sénescente. C’est en définitive une constellation de phénomènes qui fait subir aux sociétés occidentales, depuis plus de 50 ans, une métamorphose aussi phénoménale de sa structure d’âge, structure qui ne cesse de se diversifier et de se morceler. Tenir compte de cette mixité est impératif pour comprendre ce processus de remodelage du corps social. À certains égards, les personnes aînées peuvent paraître dépassées par toutes ces transformations et condamnées à se réfugier dans un univers silencieux. Mais, de par leur poids numérique, et de par la nouvelle vitalité sociale, économique et culturelle qu’apporteront les nouvelles générations de retraités, elles ne pourront plus être confinées dans l’ombre de l’action et de la vie collective. Entré discrètement dans les sociétés occidentale, l’homo senectus, nouvel acteur de l’histoire, représente désormais une force sociale, économique et politique qu’on ne peut ignorer.

2J’ai proposé dans cet ouvrage une lecture globale du vieillissement, que je qualifierais d’anthropologique, travail qui nécessitait une description élargie de ses multiples manifestations et qui conduisait à exorciser de nombreux mythes. Manifestement, nous ne pouvons plus ignorer que le déroulement de l’existence humaine est devenu multiforme depuis que la période qui suit la retraite n’a cessé de s’étirer et de se complexifier. Toute représentation unifiée ou rigide de la vieillesse apparaît dès lors comme une pure fiction conceptuelle.

3J’ai insisté sur l’articulation entre les formes culturelles et sociales de la société postmoderne et les forces émergentes d’un nouveau type de société et d’acteur impulsé par la confluence de nombreuses mutations. Qu’on le veuille ou non, il est acquis que la société doit se préparer à accueillir un nombre croissant de personnes aînées, lesquelles s’engageront de plus en plus sur le chemin de la longue vie. La société ne peut donc échapper à ce passage obligé qui consiste à assumer jusqu’au bout le projet de la longévité qu’elle a elle-même promu sous peine de faire face au jugement de l’histoire. Sa tâche et son devoir sont donc non seulement de veiller au maintien de leur qualité de vie, mais d’assurer leur plein épanouissement, de profiter de leur richesse, de leur expertise et de faire appel à leur mémoire.

4Tout au long de ce parcours sur la vieillesse, nous nous sommes rendu compte que la topographie de la vieillesse s’est transformée de décennie en décennie, en même temps que se sont entrecoupées et reconfigurées les étapes du cycle de vie. Nous avons également constaté que les sociétés occidentales s’enlisent dans des problèmes qui risquent d’aboutir à son éclatement, phénomène que j’ai qualifié de vieillissement sociétal. Par ailleurs, les valeurs et le projet actuel de la société modulent considérablement les cadres de vie et les aspirations des aînés, mais ceux-ci en revanche influeront considérablement sur le cours futur de cette même société.

5La révolution de la longue vie et les recompositions sociales qui l’accompagnent, en plus de bouleverser nos repères temporels, ont contribué certes à brouiller notre compréhension du cycle de la vie, à confondre ce qui appartient au temps biologique et ce qui est du ressort du temps social. Mais il faut s’en remettre à l’essentiel. Une vieillesse réussie nécessite plus que jamais une acceptation active et pragmatique des transformations liées à l’âge, un engagement et une prise en main de ses projets de vie. Il suppose par-dessus tout le refus de s’exiler dans un monde clos, de vivre en quelque sorte dans la clandestinité.

6Il demeure que la planète entière se transformera radicalement sous la pression qu’exerceront toutes ces composantes qui caractérisent les sociétés sénescentes. Malgré ces mutations cruciales, le discours que nous tenons sur la vieillesse demeure ambigu et sans éclat. Certains sont terrifiés à l’idée d’une longue vie, tandis que d’autres pavent la voie, par leurs recherches, vers d’autres conquêtes visant à repousser plus loin encore l’ultime destin. Plus pragmatiques, les humanistes cherchent à nous convaincre des vertus de l’âge et nous indiquent comment surmonter les épreuves de la vie et comment nous adapter aux contraintes qu’impose le vieillissement. Ce qui ne les empêche pas de rêver d’une société plus conviviale, fraternelle, intégrative et participative, débarrassée des mythes et préjugés de la vieillesse, mais capable de produire du sens et de l’identité.

7S’agissant des enjeux de l’âge avancé et du vieillissement démographique, on a vu s’affirmer et s’affronter des positions tranchées, des peurs jaillir et des espoirs euphorisants se manifester. L’homo senectus, ce nouveau personnage des temps modernes, peut-il s’avérer l’agent porteur d’une nouvelle conscience sociale pouvant insuffler de véritables valeurs à cette société « désâmée », si on m’autorise le néologisme ?

8Paradoxalement, le débat sur la vieillesse est symbolique, par certains côtés, attribuable au malaise de notre civilisation à accepter cette réalité qu’elle a pourtant elle-même édifiée et propagée. Trop souvent les aînés servent de boucs émissaires aux problèmes d’un autre ordre que la société ne parvient pas à juguler ou qu’elle persiste à ignorer. À certains égards, il serait étonnant que la postmodernité, dont la propension consiste à défier les pouvoirs sous toutes ses formes, soit disposée à reconnaître dans les privilèges conférés à l’âge, que ce soit la sagesse, l’expérience ou la compétence de la vie, une quelconque vertu et encore moins une autorité attestée. Ce serait illusoire d’autant plus qu’elle s’emploie, comme nous l’avons vu, à rendre désuets les savoirs anciens, et même à frapper rapidement d’obsolescence les nouveaux savoirs. Telle est en fin de parcours de ce livre la plus grande inquiétude qui résiste.

9La réflexion que j’ai amenée sur le temps renforce le constat que les hommes et femmes de ce siècle sont trop absorbés par le présent et les gratifications de l’instant pour se soucier de l’avenir, qu’il soit individuel, collectif ou générationnel. Les générations semblent conséquemment se succéder sans projet précis, impulsées par l’absence de rythme. Elles s’enchaînent machinalement sans que soit transmis des réalisations ou des ambitions projetées. L’héritage transmis se résume à des biens et à de vagues souvenirs.

Revoir et revitaliser nos modèles culturels

  • 2 Walker, A. (1973), « Social policy and elderly people in Great Britain : The construction of depen (...)

10Dans la foulée de ce qui précède, on peut déplorer qu’en bout de ligne certaines lectures des problèmes suscités par le vieillissement passent à travers le filtre de l’idéologie dominante et des valeurs, économiques principalement, qui s’affirment dans notre modèle culturel. À cet égard, comprendre le rôle que jouent les besoins dans notre culture est capital. Il est bien connu que les organisations, les corporations professionnelles, la société marchande, ont tout intérêt à diversifier les besoins, sinon à les susciter, les entretenir. La vieillesse, comme toute autre étape de la vie, se présente comme un champ, pour ne pas dire un marché, dans lequel abondent des « besoins » individuels que la société tente par tous les moyens de combler, qu’il s’agisse de la santé, de l’épanouissement ou de la qualité de vie des personnes aînées. Le modèle du cycle de vie qui sous-tend les politiques sociales, déclarait Alan Walker, renforce cette idée que les besoins à satisfaire sont fonction du cycle du vieillissement2.

  • 3 Ibid., p. 45.
  • 4 Attali, J. (1979), L’ordre cannibale, Paris, Grasset, p. 200-201, cité par A. Gorz, op. cit. (1982 (...)

11Dans Les chemins du paradis, André Gorz soumet que le modèle de consommation propre au système capitaliste est fondé sur le principe que « tout problème et tout besoin, même collectifs, doivent trouver leur réponse dans une consommation individuelle de biens et de services marchands ». Cette approche individuelle des services induit des coûts excessifs par comparaison à une stratégie qui prônerait une prise en compte de la réalité collective des problèmes3. Décrivant la fonction symbolique de la sécurité sociale comme élément constitutif de la consommation individuelle, Jacques Attali va jusqu’à affirmer que cette institution « organise à l’intention des bien-portant le spectacle de la guérison4 ».

12Satisfaire les besoins individuels des personnes aînées, même si certains peuvent paraître parfois artificiels, demeure une tâche éminemment légitime. Mais en dirigeant notre attention uniquement sur la santé des aînés, par exemple, nous leur rappelons sans relâche leur condition de personne malade, leur statut de personne dépendante ou leur situation initiale de personne vieille. Toute démarche d’intervention individuelle, lorsque guidée par la conviction de la capacité d’adaptation et de croissance de la personne aînée, tendra plutôt vers les valeurs humanistes d’accompagnement et des actions de renforcement de leur potentiel.

13Ce qui leur tient à coeur dans la vie de tous les jours ne gravite pas uniquement autour des questions de santé ou de consommation. En nous attachant de trop près à ces seuls volets de l’action gérontologique, nous évitons de nous pencher sur d’autres enjeux de société tout aussi cruciaux, qui nous interpellent tout autant. Tels ces nouveaux rapports sociaux qui émergeront de la dynamique sociale suscitée par le vieillissement démographique. À force de fixer notre regard sur le bien-être physique ou économique, nous masquons les révélateurs d’une nouvelle conscience collective en éveil, les catalyseurs du vieillissement, comme phénomènes de masse, phénomènes qui transformeront radicalement les sociétés postmodernes.

14Je suis porté à penser qu’une société de plus en plus composée de personnes retraitées aura pour effet de faire émerger de nouvelles façons de vivre en société. Sans toutefois me faire d’illusions, je persiste à croire que d’autres valeurs que l’autonomie physique à tout prix, l’argent ou l’apparence du corps naîtront de cette nouvelle société ou du moins que la hiérarchie des valeurs actuelles sera remaniée. Les valeurs de convivialité, de partage et d’entraide me paraissent menacées dans cette société, inculte à certains égards, qui ne cesse de glorifier le succès personnel, le confort et l’aisance matérielle.

15En ne focalisant que sur le bien-être individuel, notre regard risque aussi de s’esquiver sur un autre plan. Nous omettons de voir que les personnes aînées sont productrices de significations, que leurs pratiques deviennent des analyseurs de notre société, qu’elles participent dans le silence à fabriquer un sens à leur vie, à une vie qui, hélas, trop souvent leur échappe.

Notes

1 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffont, p. 284.

2 Walker, A. (1973), « Social policy and elderly people in Great Britain : The construction of dependent social and economic status in old age », dans A. M. Guillemard (dir.), Old Age and the Welfare State, Londres, Sage Publications.

3 Ibid., p. 45.

4 Attali, J. (1979), L’ordre cannibale, Paris, Grasset, p. 200-201, cité par A. Gorz, op. cit. (1982). Il cite également Bruno Jobert (1982), qui abonde dans le même sens dans Le social en plan, Paris, Éditions ouvrières.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search