Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 5. Les contours du vieillissement sociétal

Chapitre 14. Le tortueux parcours de la gérontologie

Texte intégral

1La lecture des chapitres précédents pourrait laisser la vague impression que la thématique du vieillissement demeure à l’état d’un immense chantier parsemé de défis, où sont encore enfouies les vérités, ou pullulent les zones d’incertitudes et où s’embusquent les plus grandes espérances. Par analogie, certains y verront une autre de ces gigantesques tours de Babel où s’affairent des psychologues, des biologistes, des sociologues, des médecins et des philosophes qui parviennent péniblement à se faire comprendre. Je suis bien conscient de n’avoir qu’effleuré le domaine, d’avoir insuffisamment creusé certains points, d’avoir omis ou laissé délibérément de côté des aspects que certains regretteront. Pour les consoler, je rappellerai qu’une vaste documentation existe déjà, sur des aspects parfois très pointus, que l’on retrouvera dans les périodiques scientifiques et les nombreuses œuvres de vulgarisation.

2Comme tant d’autres sujets d’étude, le vieillissement a fait l’objet de discussions animées, de vives querelles d’écoles, de débats passionnés et parfois donné lieu à des silences évocateurs. Les sciences qui s’y intéressent n’échappent pas à cette atmosphère à la fois pétillante et exaltante. Comme le vieillissement intéresse au premier chef la gérontologie, j’aimerais compléter cet ouvrage en esquissant rapidement les grandes lignes de son évolution, pour en même temps mettre en exergue son parcours tortueux, mais décidé, à travers ses nombreux courants de pensée.

L’émergence de la gérontologie

  • 1 Buttlar, J. V. (1977), Le rêve de l’éternité, Paris, Robert Laffont, p. 18.

3On a prétendu que les « premiers gérontologues » étaient des alchimistes. Leur art consistait à concocter une potion magique ayant la propriété de rajeunir ou d’allonger la vie humaine, voire de procurer une durée d’existence illimitée. La transmutation de métaux communs en or était considérée « comme une partie d’un processus de transmutation générale de toutes les choses en une substance impérissable1 ». Un élixir, obtenu à partir de la pierre philosophale, et composé d’un savant mélange aurifère, devait guérir les maladies et apporter un prolongement de la vie.

  • 2 Bacon, F. (1625, rééd. 1961), Bacon’s Essays, New York, MacMillan. Voir aussi plus haut la note 1 (...)
  • 3 Birren, J. E. (1961), « A brief history of the psychology of aging », The Gerontologist, vol. 1, n(...)
  • 4 Quételet, A. (1836), Sur l’homme et le développement de ses facultés ou essai de physique sociale,(...)
  • 5 Il a relevé que la perception des hautes fréquences diminue avec l’âge.
  • 6 Minot, C. S. (1908), The Problems of Age, Growth, and Death, New York, Putnam and Sons.
  • 7 Metchnikoff, E. (1908), The Prolongation of Life, New York, Putnam and Sons.
  • 8 Child, C. M. (1915), Senescence and Rejuvenescence, Chicago, University of Chicago Press.
  • 9 Pearl, R. (1922), The Biology of Death, Philadelphie, J. P. Lippincott.

4C’est en rupture avec ces sciences occultes, et après avoir court-circuité les schèmes d’explication traditionnels, que le développement de la méthode scientifique au XVIIe siècle introduisit le principe de l’observation scientifique qui allait rapidement devenir le nouvel étalon de mesure de la connaissance. Selon toute vraisemblance, c’est ce qui explique que les précurseurs de la « science gérontologique » aient été des chercheurs empiristes. Il se préoccupent d’abord des dimensions biologique et démographique du vieillissement. Francis Bacon, dans Historia vitce et mortis, publié en 1623, fut le premier à instaurer une démarche véritablement scientifique de la vieillesse2. Sa méthode d’observation l’amena à mieux comprendre le phénomène de la longévité grâce à l’étude des pratiques d’hygiène. Mais comme l’a signalé James E. Birren3, c’est l’astronome-statisticien belge Adolphe Jacques Quételet (1796-1874) qui est considéré comme le pionnier de la gérontologie. Dans l’ouvrage qu’il publie en 1835, intitulé Sur l’homme et le développement de ses facultés, Quételet s’intéressait lui aussi à la longévité, mais cette fois d’un point de vue démographique. Il s’est attardé notamment à enregistrer les variations du taux de naissance et de mortalité, phénomènes jusque-là abordés suivant un schème d’explication théologique4. D’autres historiens attribuent cependant la paternité de la gérontologie au statisticien Sir Francis Galton (1822-1911) qui aurait notamment accumulé une impressionnante banque de données sur les caractéristiques physiologiques, notamment en audiométrie5. Puis, au début du siècle dernier, plusieurs biologistes publièrent d’importants ouvrages sur le vieillissement, en l’occurrence Charles Sedgwick Minot (The Problems of Age, Growth and Death, 1908)6, Elias Metchnikoff (The Prolongation of Life, 1908)7, Charles Manning Child (Senescence and Rejuvenescence, 1915)8 et Raymond Pearl (The Biology of Death, 1922)9.

  • 10 Hall, G. S. (1922), Senescence : The Second Half of Life, New York, Appleton.
  • 11 Tibbits, C. (dir.) (1960), Handbook of Social Gerontology, Chicago, Chicago University Press.

5La réflexion gérontologique s’est d’abord développée suivant une optique monodisciplinaire autour, comme on l’a vu, des concepts de croissance et de déclin. Tel fut le cas de la gériatrie, une spécialité médicale relativement récente qui, il faut en convenir, n’a pas joué la carte de la chasse gardée à l’encontre d’autres sphères médicales. Cette notion fut proposée pour souligner l’inauguration en 1909 par Ignatz L. Nascher de ce nouveau champ d’investigation et de pratique médicale de la physiologie du vieillissement. On doit par ailleurs à Stanley Hall d’avoir initié les travaux sur les changements qu’entraîne le vieillissement sur le plan de la psychomotricité et des capacités fonctionnelles10. La paternité de l’expression même de gérontologie sociale, datant de la fin des années 1940, appartient à l’Américain Steiglitz ; ce terme fut popularisé plus tard par Ruth Havighurst et Robert J. Albrecht. Il faut par ailleurs signaler la parution du Handbook of Social Gerontology, édité par les sociologues Clark Tibbits et Ernest W. Burgess en 196011. Cet ouvrage est considéré comme un point tournant dans l’édification des théories du vieillissement et, conséquemment, dans l’essor de la recherche gérontologique.

  • 12 Philibert, M. (1965), « The emergence of social gerontology », The Journal of Social Issues, no 22 (...)

6Le gérontologue français Michel Philibert rapporte que le lord anglais Nuffield fut l’instigateur de la recherche sur le vieillissement12. En 1939, des scientifiques britanniques, dont Vladimir Korenchevsky, créaient le British Club for Research on Aging, qui allait devenir un tremplin pour l’investigation scientifique. Toujours selon Michel Philibert, il faut se diriger du côté des États-Unis et remonter dans les années 1920 pour retracer les premiers déploiements systématiques de recherche gérontologique. Il convient de signaler que cette période coïncide avec la fondation des premières associations scientifiques. Ainsi en 1928 fut créée l’American Association for Old Age Security. Puis, en 1935, le Townsend Movement et le Security Act firent leur apparition pour contrer les effets de la Grande Dépression.

  • 13 Zay, N. (1984), « Profil de la recherche en gérontologie au Québec », Le Gérontophile, vol. 6, no (...)

7Au Québec, la naissance de la recherche gérontologique revient au père Guillemette qui créa en 1966 l’Institut de gérontologie de l’Université de Montréal. Sous l’impulsion du professeur Nicolas Zay, l’Université Laval assurait en quelque sorte le relais en fondant en 1975 le Laboratoire de gérontologie sociale13. Depuis, d’autres instituts de recherche en gérontologie se sont développés partout au Québec (les universités de Montréal, McGill et de Sherbrooke notamment).

Sur les sentiers de l’interdisciplinarité

8Au cours des 20 dernières années, la gériatrie et la gérontologie ont considérablement enrichi le panthéon du savoir sur le vieillissement. Nous en savons beaucoup plus sur les marqueurs et les processus de la sénescence, sur les pathologies du grand âge, sur les facteurs facilitant l’adaptation aux épreuves de la vieillesse, sur les mécanismes du soutien et de la prise en charge. À elles seules, ces deux disciplines ont construit un jargon technique, mis au point, perfectionné et validé de nombreux instruments de mesure ayant servi dans les enquêtes. Elles ont développé des outils de dépistage et de traitement des maladies et incapacités, amélioré les techniques d’intervention auprès des clientèles âgées et mieux décrit leurs conditions de vie. On dénombre en effet une abondante documentation sur les thèmes les plus variés, touchant aussi bien à la situation sociosanitaire des personnes aînées, aux défis et enjeux sociaux soulevés par le vieillissement démographique, aux pressions que subissent les intervenants professionnels et les aidants familiaux et aux croyances de la population à l’égard de la vieillesse et du vieillissement.

9Il ne fait désormais plus d’ambiguïté que le vieillissement humain, de par sa prégnance accrue dans le monde occidental, sa complexité et la diversité des défis ou problèmes qu’il suscite, est une réalité dont la compréhension nécessite une démarche interdisciplinaire. Toute la question est de savoir comment y parvenir convenablement, tout en évitant les litiges frontaliers ou les susceptibilités d’école. Plusieurs disciplines ou domaines d’applications cliniques se consacrent à cette tâche, revendiquant chacun un aspect ou l’autre de cette vaste problématique : la gérontologie, la gériatrie, la démographie, la sociologie et la psychologie ainsi que les disciplines paramédicales, comme l’ergothérapie, les sciences infirmières, la physiothérapie, les sciences de l’éducation physique et de la nutrition. Cependant, des pans entiers d’investigation sont partagés entre ces disciplines sans qu’une délimitation claire de leurs frontières n’ait encore été tracée. Sous l’action de ces feux croisés, le rayonnement, ou le rendement scientifique a certes été démultiplié, mais d’inutiles recoupements ou chevauchements, tels des coups d’épée dans l’eau, viennent surseoir tout véritable effort de synthèse.

10Les sciences humaines, de leur côté, accusent toujours un certain retard au chapitre de la mise en commun de leurs énergies et de la formation universitaire. Que certaines sciences sociales, comme la sociologie, tardent à rendre raison de façon systématique de faits sociaux tels que les représentations, discours et pratiques sur le vieillissement, et en corollaire l’expérience de la vieillesse, me paraît étonnant. Par ailleurs, s’il est un champ de prédilection où l’interdisciplinarité peut se déployer, investir son mode de raisonnement ou mettre à contribution son regard critique, c’est bien celui de l’avancée en âge.

  • 14 Voir, à ce sujet, Government of Canada (1993), Ethics and Aging, Ottawa, National Advisory Council (...)

11Mais si nos connaissances sur le vieillissement se sont considérablement enrichies au cours des ans, de nombreux domaines d’investigation demeurent en friche, sans compter comme je le soulignerai plus loin que maints obstacles méthodologiques et théoriques n’ont toujours pas été résolus. Parmi les thématiques de recherche en attente de développement, je pense aux pluripathologies du grand âge, aux délicats enjeux à connotation éthique14, concernant notamment l’acharnement thérapeutique, à la problématique de l’intégration sociale des personnes aînées appartenant aux communautés culturelles et à l’effet des nouvelles technologies sur les conditions de vie des aînés.

12Comme je le soulignais ailleurs, le dynamisme de la recherche gérontologique repose non seulement sur la diversité des thématiques qu’elle étudie, mais sur son esprit d’ouverture et sa capacité d’exploiter une pluralité d’approches analytiques et méthodologiques.

  • 15 Leffançois, R. (1998), « La recherche en gérontologie : perspective d’analyse et apport méthodolog (...)

La ferveur pour les approches qualitatives ne semble pas avoir perdu de sa vitalité. La documentation s’enrichit de jour en jour, bénéficiant de méthodes qui ont fait leur preuve, tels les récits et histoires de vie, les études de cas et l’observation directe. Bref, la méthodologie qualitative propre au domaine de la gérontologie se raffine, en même temps que se précisent les stratégies de collecte de données15.

13Les particularités de l’investigation gérontologique expliquent aussi pourquoi certaines barrières se dressent devant elles. Sans entrer dans les détails, j’indiquerai en premier quelques problèmes relatifs aux méthodes d’échantillonnage. Ainsi, bien que les personnes aînées soient théoriquement plus « accessibles » aux chercheurs comparativement à d’autres groupes d’âge, il demeure toujours difficile d’obtenir des échantillons représentatifs et équilibrés. Le taux de participation fluctue en fonction même de nombreuses variables-clés, concernant principalement l’âge, la santé physique et mentale, et l’éducation. L’attrition s’avère également un problème car elle est différentielle selon l’âge (mortalité et défection plus élevées aux âges supérieurs) et l’évolution de la condition de santé (biais de sélection dit « effet de bonne santé » ou healthy worker effect). L’effet de survie fausse également la perspective analytique quand on étudie les gens les plus âgés, du moins dans les études transversales. En général, les participants aux études comptent souvent parmi les personnes en meilleure santé, optimistes et enthousiastes, d’où le risque de « contamination » via un biais d’autosélection. Font exception dans certains cas les études cliniques ou épidémiologiques qui s’attachent à des problèmes spécifiques.

14Par ailleurs, de nombreux thèmes de recherche, fréquents dans cette discipline, sont plutôt délicats : la maladie, la souffrance, la mort, le deuil, la sexualité, la solitude, les abus physiques ou l’implication de la famille comme soutien. Ils comportent une charge affective importante, tant chez l’observé que chez l’observateur, ce qui lors des enquêtes scientifiques peut affecter la qualité des données. Plusieurs sources de bruit potentielles dans les interviews de recherche peuvent également nuire à la qualité des informations recueillies sur le terrain : 1. les biais d’information attribuables à l’oubli ou à l’incompréhension des personnes interrogées (ce qui est fréquent dans cette population) ; 2. les déformations dérivant de la relation interpersonnelle en interview, telles que la « désirabilité » sociale, l’effet de façade, la tendance au transfert et les réactions défensives. Chez certaines personnes aînées, des troubles mnésiques ou d’élocution, la somnolence (plusieurs sont sous l’effet de médicaments au moment des interviews) ou l’incompréhension peuvent ruiner un travail d’observation.

  • 16 Il existe des plans capables de dissocier ces effets, dont les plans séquentiels croisés, mais au (...)

15Outre les problèmes de validité, de fiabilité des données et des observations manquantes, persiste bien entendu celui de l’interprétation comme telle des données d’enquête. Comme on le sait, le risque de confondre les effets de l’âge, de période et de cohorte est particulièrement élevé en gérontologie. Il n’est pas toujours facile de dissocier ce qui est spécifique à l’âge (on a un effet d’âge quand la fréquence du fait observé fluctue avec l’âge, quelle que soit la période ou la génération qu’on étudie : par exemple, la maladie d’Alzheimer, la chute des revenus à la retraite), à la période (l’événement n’entretient aucun lien avec l’âge ou une cohorte donnée ; par exemple, une récession économique) ou à l’appartenance à une cohorte (l’événement d’intérêt est fonction de l’année de naissance, sans égard à l’âge : par exemple, une infection virale ayant touché les individus de tous âges d’une génération donnée). Ce problème ne fait que s’accentuer avec la présence de deux, et éventuellement de trois générations d’aînés coexistant simultanément. Le recours aux dispositifs de recherche longitudinaux, maintenant de plus en plus répandus, n’apparaît pas comme une solution définitive à ce problème16.

  • 17 Gagey, J. (1989), « Raisonner psychanalytiquement le vieillir ? », dans H. Bianchi, J., Gagey, J.- (...)

16Allons plus loin. À l’heure actuelle, la gérontologie cherche à atteindre son autonomie cependant que sa légitimité scientifique lui est à toutes fins utiles acquise. Considérant la rapidité des changements dans le mode moderne, il faut toutefois se rendre à l’évidence et admettre que la gérontologie est un champ disciplinaire appelé à revoir sans répit ses analyses, à capter les fines modulations de la vieillesse à travers le temps. Ce qui pourrait faire l’objet du développement d’une nouvelle branche du savoir sur le vieillissement : la gérontologie évolutionniste. Par ailleurs, au lieu de se disperser dans le fouillis des études empiriques, la gérontologie gagnerait à se positionner comme un pivot central autour duquel une pensée intégrée et interdisciplinaire peut véritablement s’échafauder. Sans dresser un réquisitoire contre les sciences du vieillissement, je crois que le temps est venu d’aller au-delà de l’empirisme (ce qui ne veut pas dire y renoncer à jamais), d’aborder la question du vieillissement dans un souci de synthèse, mais aussi d’humanité, puis de contourner le piège conduisant à inscrire l’analyse dans le courant obsessionnel du contrôle médical, et d’éviter du même coup de servir les intérêts de ceux qui maîtrisent le marché florissant de la vieillesse. N’est-il pas préférable d’agir comme chien de garde des intérêts des aînés et de toutes les générations qui se croisent ? Sous peine d’être dessaisie de son véritable rôle, la gérontologie ne doit-elle pas impérativement être critique par définition ? Elle échapperait à certains jugements extérieurs qui la comprennent comme « une navigation interdisciplinaire hasardée, voire un produit idéologique17 ».

La gérontologie sur la sellette

  • 18 Bengston, V, Burgess, E. et Parrot, T. (1997), « Theory, explanation and a third generation of the (...)
  • 19 George, L. (1995), « The last half-century of aging research and thoughts for the future », Journa (...)

17On a souvent taxé les gérontologues d’empiristes purs, de scientifiques peu soucieux d’arrimer solidement leurs résultats aux théories crédibles et bien établies18. On a même conclu que la recherche en gérontologie était devenue stérile tellement l’approfondissement théorique faisait défaut19. Cette désertion du travail théorique expliquerait en partie le morcellement actuel des connaissances sur le vieillissement et la dispersion des champs d’investigation qui rendraient encore plus ardue ou périlleuse les tentatives de synthèse ou tout effort visant l’élaboration de nouvelles théories.

  • 20 Je fais référence ici aux macrothéories. Bien sûr, plusieurs microthéories, surtout en psychologie (...)
  • 21 Voir sur cette question : Cowgill, D. O. (1974), « Aging and Modernization : A revision of the the (...)
  • 22 Cumming, E. et Henry, W (1961), Growing Old : The Process of Disengagement, New York, Basic Books.
  • 23 On lira à ce sujet : Lemon, B. W, Bengtson, V L. et Peterson, J. A. (1972), « An exploration of th (...)
  • 24 En particulier : Hochsfield, A. (1975), « Disengagement theory : A critique and proposai », Americ (...)

18La réticence des chercheurs à recourir systématiquement aux théories gérontologiques20, dont plusieurs ont été échafaudées en sciences sociales, pourrait refléter l’indigence ou la caducité des schémas d’explication présentés. En effet, la critique ne semble pas avoir épargné les grandes théories gérontologiques, surtout celles qui s’inspirent du structuro-fonctionnalisme. Celles qui adoptent la perspective de la socialisation ou de la différenciation, telles les théories du modernisme21, du désengagement22 et de l’activité23, sont disqualifiées sous prétexte d’être téléologiques, vides d’explication et infalsifiables, ou encore parce qu’elles idéalisent le passé24. Même si elles insistent, à juste titre, sur la précarité des plus démunis, qu’elles s’indignent de leur statut d’infériorité ou qu’elles déplorent la perception de leur inutilité sociale, des théories « moralisatrices » comme celle de l’abandon ont, contre leur gré, contribué à noircir exagérément la situation de vie des personnes aînées.

  • 25 Atchley, R. C. (2003), Aging : Continuity and Change, Belmont (CA), Wadsworth Publishing.
  • 26 Taylor, C. (1999), Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Éditions du Seui (...)

19À l’autre extrémité du continuum, des théories comme celle de la continuité font pertinemment l’éloge de l’étonnante adaptabilité des personnes aînées, de leur facilité à développer de nouveaux champs d’intérêt une fois à la retraite, de leur accession à des loisirs bien mérités25. Le courant culturaliste, pour sa part, a analysé les modes de vie des aînés et identifié les pratiques qu’ils utilisent pour préserver leur identité. On lui accorde le mérite d’avoir souligné avec constats à l’appui les effets dévastateurs de l’âgisme26. Mais cette piste analytique serait elle aussi tombée dans le piège du « gérontocentrisme », si on me permet l’expression, en n’expliquant pas en quoi les pratiques culturelles des aînés les distinguent des autres groupes d’âge, ou en ne fixant l’attention que sur leur situation d’exclusion ou de marginalisation sans faire intervenir une analyse de la dynamique sociale en présence : sans donc inscrire l’âgisme comme une forme de discrimination parmi d’autres, ce qui commande une compréhension élargie des rapports sociaux et de leurs déterminations.

  • 27 Bytheway, B. (1997), « Talking about age : The theoretical basis of social gerontology », dans A. (...)
  • 28 O’Rand, A. M. et Krecker, M. (1990), « Concepts of the life cycle : Their history, meaning, and us (...)

20Les théories qui prônent la « positivité du vieillissement » sont globalement bien accueillies dans la mesure où elles exercent un contrepoids aux lectures misérabilisantes, dès lors qu’elles exaltent les qualités morales des vieillards, leurs expériences, leur utilité sociale, ou soulignent leur potentiel d’adaptation et d’actualisation27. Elles ont notamment fait éclater la vieille dichotomie qui ramenait la condition de la vieillesse à deux réalités : le « vieillissement normal » ou le « vieillissement pathologique ». Mais elles non plus n’échappent pas à la critique. Ainsi, le courant du successful aging est jugé élitiste, en plus d’être contesté parce que son idéal du bien-vieillir est calqué sur les valeurs néolibérales de la performance et de la réussite sociale. Finalement, on reproche à la théorie du déroulement de la vie28 de propager la croyance d’une prétendue stabilité et homogénéité du cycle de vie, alors qu’au contraire la conjoncture actuelle indique que nous nous dirigeons vers des modèles de vie de plus en plus complexes et hétérogènes.

  • 29 En particulier : Estes, C. (1979), The Aging Enterprise, San Francisco, Jossey-Bass, Phillipson, C (...)
  • 30 Pour une excellente discussion sur ce sujet, on lira avec intérêt l’ouvrage de C. Gilleard et P. H (...)

21D’autres apports sont dignes de mention, notamment ceux d’inspiration marxiste et constructiviste. On peut les ranger sous l’appellation de « théories critiques du vieillissement ». Certaines font valoir que la vieillesse est une construction sociale de toutes pièces qui a fini par s’ériger comme problème social. D’autres lectures critiques s’attaquent vivement aux politiques sociales, alléguant que celles-ci exercent un rôle prépondérant dans le processus de marquage ou de stigmatisation des personnes aînées29. Ces politiques, selon les tenants de ces écoles de pensée, contribuent à maintenir les personnes aînées dans une situation de dépendance vis-à-vis de l’État et de ses institutions30.

  • 31 Evans, R. (1991), « Advances medical technology and elderly people », dans R. Binstock et S. Post (...)
  • 32 Par exemple : Downes, P., Tuittle, I., Faul, P. et Mudd, C. (1996), The New Older Woman, Los Angel (...)
  • 33 Ce terme a été proposé par Battersby, D. (1987), « From andragogy to gerogogy », Journal of Educat (...)
  • 34 Voir Philippson, C., op. cit. ; Cusack, S. A. et Thompson, WJ. A. (1999), Leadership for Older Adu (...)

22D’autres auteurs, s’inscrivant dans le courant qualifié de « gérontologiegie radicale », dénoncent la tendance à la médicalisation de la vieillesse31 ou s’insurgent contre l’oppression des femmes âgées et l’application de la règle deux poids deux mesures en ce qui regarde les rôles masculins et féminins32. Ces doléances ne sont pas sans rappeler certaines thèses, en particulier celle de l’interactionnisme symbolique, qui montrent comment se construit dans la pratique sociale le procès de « victimisation » et d’étiquetage social des individus aux prises avec la justice ou avec l’institution psychiatrique. La notion d’empowerment, chère aux gérontologues critiques et radicaux, recouvre plusieurs directives maîtresses dont celle de l’autoprise en charge par les aînés de leur émancipation sociale, de l’éducation continue (gérogogie33), du développement de mécanismes fluides pour faciliter les transitions de vie, de la réduction des inégalités sociales et de la nécessité pour les aînés de se soustraire à toute forme de domination interne ou externe34.

  • 35 Dowd, J. J. (1975), « Aging as exchange : A preface to theory », Journal of Gerontology, no 30, p. (...)
  • 36 Green, D. (1993), Reinventing Civil Society, Londres, IEA Health and Welfare Unit.
  • 37 Turner, B. S. (1998), « Ageing and generational conflicts : A reply to Sarah Irwin », Journal of S (...)

23D’autres orientations théoriques importantes sont à souligner, en particulier celles qui mettent en interrelation dynamique les differentes catégories d’âge, dans une perspective d’échange35, de contrat social36 ou de solidarité intergénérationnelle37. Le principal reproche que l’on peut adresser à ces différentes contributions tient précisément à l’insistance sur la critique, excluant de ce fait toute démarche constructive orientée vers l’élaboration de théories nouvelles.

24Mais pour rendre compte du piétinement actuel des disciplines du vieillissement, il faut faire appel à d’autres explications que l’hyperempirisme, l’errance ou le sous-développement théoriques. La gérontologie est une jeune discipline qui ne profite pas encore de traditions scientifiques solidement établies. La première génération de chercheurs n’a pas, pour la majorité d’entre eux, été formée (au sens académique du terme) à cette discipline. Ce sont en quelque sorte des transfuges, des chercheurs issus d’horizons scientifiques très diversifiés, qu’il s’agisse des sciences médicales ou paramédicales, des sciences humaines et sociales, de l’épidémiologie, de l’éducation physique, principalement. D’une part, cette hybridation, vue sous l’angle d’un réinvestissement dans un nouveau champ disciplinaire ou du mixage des équipes de recherche, représente une richesse, mais d’autre part ces différentes allégeances disciplinaires pourraient aussi expliquer l’éparpillement conceptuel actuel et une certaine confusion en ce qui concerne les approches méthodologiques à privilégier. Par ailleurs, force est d’admettre que bien des établissements de haut savoir hésitent encore à entériner la légitimité « académique » de la gérontologie. Au Canada, par exemple, on rencontre très peu de départements de gérontologie et les programmes universitaires de troisième cycle sont rares. Voilà qui est étonnant dans le contexte du vieillissement accéléré dans l’Occident.

25Par ailleurs, je trouve regrettable que la gérontologie ait du mal à se départir du modèle biomédical, qu’elle braque constamment son regard sur la santé ou la qualité de vie des personnes aînées, ou encore qu’elle soit obnubilée par le prétendu fardeau que feraient subir les aînés à la société. Autrement dit, qu’elle enferme la question du vieillissement dans le cadre étroit de besoins ou d’aspirations définis institutionnellement. Je déplore donc que ce champ interdisciplinaire se soit laissé infiltré si profondément par les nécessités de la pratique professionnelle, celles de la gériatrie surtout, au point qu’elle éprouve du mal à s’en détacher et à trouver sa propre voie.

26Finalement, pour expliquer le retard de la gérontologie, il faut souligner l’évolution très rapide de la société et la recomposition des catégories d’âge formant la population âgée, surtout avec l’arrivée prochaine de la génération issue du baby boom. Ces changements nécessiteront des relectures constantes qui sont propices une fois de plus à freiner les avancées théoriques. Tous les éléments que j’ai mentionnés empêchent finalement que se concrétise à court terme le projet ambitieux d’une science unifiée, intégrative et interdisciplinaire du vieillissement, portée ou assumée par la gérontologie.

Notes

1 Buttlar, J. V. (1977), Le rêve de l’éternité, Paris, Robert Laffont, p. 18.

2 Bacon, F. (1625, rééd. 1961), Bacon’s Essays, New York, MacMillan. Voir aussi plus haut la note 1 du chapitre 1 pour l’édition en français.

3 Birren, J. E. (1961), « A brief history of the psychology of aging », The Gerontologist, vol. 1, no 2, p. 76-77.

4 Quételet, A. (1836), Sur l’homme et le développement de ses facultés ou essai de physique sociale, vol. 2., Bruxelles, Conis Hanman.

5 Il a relevé que la perception des hautes fréquences diminue avec l’âge.

6 Minot, C. S. (1908), The Problems of Age, Growth, and Death, New York, Putnam and Sons.

7 Metchnikoff, E. (1908), The Prolongation of Life, New York, Putnam and Sons.

8 Child, C. M. (1915), Senescence and Rejuvenescence, Chicago, University of Chicago Press.

9 Pearl, R. (1922), The Biology of Death, Philadelphie, J. P. Lippincott.

10 Hall, G. S. (1922), Senescence : The Second Half of Life, New York, Appleton.

11 Tibbits, C. (dir.) (1960), Handbook of Social Gerontology, Chicago, Chicago University Press.

12 Philibert, M. (1965), « The emergence of social gerontology », The Journal of Social Issues, no 221, p. 6.

13 Zay, N. (1984), « Profil de la recherche en gérontologie au Québec », Le Gérontophile, vol. 6, no 3, p. 1-25.

14 Voir, à ce sujet, Government of Canada (1993), Ethics and Aging, Ottawa, National Advisory Council on Aging.

15 Leffançois, R. (1998), « La recherche en gérontologie : perspective d’analyse et apport méthodologique », Le Gérontophile, vol. 20, no 2, p. 5-13, p. 10.

16 Il existe des plans capables de dissocier ces effets, dont les plans séquentiels croisés, mais au prix d’un investissement colossal en termes d’effectifs, donc en coûts et en temps.

17 Gagey, J. (1989), « Raisonner psychanalytiquement le vieillir ? », dans H. Bianchi, J., Gagey, J.-P. Moreigne, G., Balbo, D.-Y. Poïvet et L.-V, Thomas (dir.), La question du vieillissement. Perspectives psychanalytiques, Paris, Dunod, p. 7-32 (p. 10).

18 Bengston, V, Burgess, E. et Parrot, T. (1997), « Theory, explanation and a third generation of theoretical development in social gerontology », Journal of GeronGerontology : Social Sciences, no 52(B), p. 72-88.

19 George, L. (1995), « The last half-century of aging research and thoughts for the future », Journal of Gerontology : Social Sciences, no 50(B), p. 1-3.

20 Je fais référence ici aux macrothéories. Bien sûr, plusieurs microthéories, surtout en psychologie, ont été proposées. J’ai eu l’occasion de m’y référer dans d’autres chapitres.

21 Voir sur cette question : Cowgill, D. O. (1974), « Aging and Modernization : A revision of the theory », dans J. F. Gubrium (dir.), Late Life, Springfield, Charles C. Thomas.

22 Cumming, E. et Henry, W (1961), Growing Old : The Process of Disengagement, New York, Basic Books.

23 On lira à ce sujet : Lemon, B. W, Bengtson, V L. et Peterson, J. A. (1972), « An exploration of the activity theory of aging : Activity types and life satisfaction among inmovers to a retirement community », Journal of Gerontology, no 35, p. 746-757.

24 En particulier : Hochsfield, A. (1975), « Disengagement theory : A critique and proposai », American Sociological Review, no 40, p. 553-569.

25 Atchley, R. C. (2003), Aging : Continuity and Change, Belmont (CA), Wadsworth Publishing.

26 Taylor, C. (1999), Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

27 Bytheway, B. (1997), « Talking about age : The theoretical basis of social gerontology », dans A. Jamieson, S. Harper et C. Victor (dir.), Critical Approaches to Ageing and Later Life, Buckingham (PA), Open University Press, p. 7-15.

28 O’Rand, A. M. et Krecker, M. (1990), « Concepts of the life cycle : Their history, meaning, and uses in the social science », dans R. Binstock et E. Shanas (dir.), Handbook of Aging and the Social Sciences, New York, Van Nostrand Reinhold. Voir également à ce sujet cet article : Leffançois, R. (1997), « Sociologie du vieillissement », dans M. Arcand et R. Hébert (dir.), Précis pratique de gériatrie, 2e édition, Montréal, Edisem, p. 47-59.

29 En particulier : Estes, C. (1979), The Aging Enterprise, San Francisco, Jossey-Bass, Phillipson, C. (1998), Reconstructing Old Age, Londres, Sage et Minkler, M. (1996), « Critical Perspectives on ageing : New challenges for gerontology », Ageing and Society, no 16, p. 467-487.

30 Pour une excellente discussion sur ce sujet, on lira avec intérêt l’ouvrage de C. Gilleard et P. Higgs (2000), Cultures of Ageing : Self, Citizen and the Body, Londres, Prentice-Hall.

31 Evans, R. (1991), « Advances medical technology and elderly people », dans R. Binstock et S. Post (dir.), Too Old for Health Care, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

32 Par exemple : Downes, P., Tuittle, I., Faul, P. et Mudd, C. (1996), The New Older Woman, Los Angeles, Celestial Arts.

33 Ce terme a été proposé par Battersby, D. (1987), « From andragogy to gerogogy », Journal of Educational Gerontology, vol. 2, no 12, p. 4-10. Voir l’article suivant pour une discussion sur ce thème : Cusack, S. (1999), « Critical educational gerontology and the imperative to empower », Education and Ageing, vol. 14, no 1, p. 21-37.

34 Voir Philippson, C., op. cit. ; Cusack, S. A. et Thompson, WJ. A. (1999), Leadership for Older Adults : Aging With Purpose and Passion, Philadelphie, Taylor & Francis/Bruner Mazell.

35 Dowd, J. J. (1975), « Aging as exchange : A preface to theory », Journal of Gerontology, no 30, p. 584-594.

36 Green, D. (1993), Reinventing Civil Society, Londres, IEA Health and Welfare Unit.

37 Turner, B. S. (1998), « Ageing and generational conflicts : A reply to Sarah Irwin », Journal of Sociology, no 49, p. 299-304.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search