Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 5. Les contours du vieillissement sociétal

Chapitre 13. Sénescence de la société et de la culture occidentales

Texte intégral

  • 1 Dumont, G. F. (1979), « Les facteurs du refus de la vie », dans P. Chaunu, G. F. Dumont, J. Legrand (...)

« Notre monde souffre d’un dramatique déficit d’amour qu’il essaie de combler dans la futilité de la consommation immédiate sans pouvoir cependant oublier le doute qui l’habite. »
Gérard-François Dumont, La France ridée1

Triptyque du vieillissement

1L’objet de la gérontologie ne saurait se limiter aux manifestations biologiques du vieillissement, à l’allongement de l’espérance de vie, à ce qui afflige ou grandit les personnes qui avancent en âge, à leur état de santé ou à leur qualité de vie. Il ne se laisse pas non plus réduire au vieillissement mesuré à l’échelle d’une population ni à ses implications sociales et économiques. Ceci pour dire qu’il ne dispense pas d’une lecture élargie incorporant une dimension capitale qualifiée ici de vieillissement sociétal. Cette troisième instance du vieillissement ne s’ajoute pas aux deux autres vecteurs examinés précédemment, mais est à mettre en relation avec ceux-ci. Formulé autrement, on peut distinguer trois instances de la vieillesse : la vieillesse comme fait biologique et expérience de vie individuelle, la vieillesse comme phénomène sociodémographique et la vieillesse comme phénomène socioculturel, correspondant ici à la phase avancée de la civilisation occidentale. C’est ce triptyque qui caractérise les sociétés sénescentes. L’objet de la gérontologie pourrait ainsi se comprendre et se construire suivant la règle de la triangulation.

  • 2 Cité par Ballandier, G. (1971), Sens et puissance, Paris, Presses universitaires de France, p. 52. (...)

2Sans nous livrer à une comparaison de la société avec le corps (métaphore organisciste), la société globale subit elle aussi, pour ainsi dire, les effets de l’âge. Toutefois si ses institutions et son principe de fonctionnement s’épuisent avec le temps, traversés par des contradictions et secoués par des « crises », rien toutefois n’interdit de penser que la société peut se revigorer, expérimenter de nouvelles voies, se régénérer et renaître sous une nouvelle forme. Parvenues à un certain stade de leur évolution, observait Auguste Comte, les sociétés (ou une culture donnée) tombent dans des contradictions perpétuelles, les germes de destruction se multipliant et s’accumulant. Menacées de l’intérieur, elles deviennent caduques2. Pour Georges Balandier, l’entropie est une forme d’usure qui opère en tout système social et qui s’accentue avec le relâchement de la volonté collective :

  • 3 Ibid., p. 283.

Les sociétés industrielles avancées, plus valorisantes de l’outil que du rite, plus orientées vers une continuité trouvée dans le changement (la croissance et plus rarement le véritable développement), ont largement perdu l’usage de ces mécanismes (c’est-à-dire la fête, le rituel). Lorsqu’elles échouent dans la fuite en avant, elles se découvrent démunies des possibilités de se revigorer ; en recherchant principalement la puissance matérielle, elles courent le risque des crises du sens. Dès l’instant où ces dernières atteignent le degré de gravité, elles prennent — par les réactions qu’elles provoquent — la forme de véritables révolutions culturelles. Et la restauration de la fête devient l’une des revendications. On attend de celle-ci qu’elle donne une nouvelle jeunesse au rapport social [...]3

3L’évocation du « vieillissement sociétal » renvoie ainsi à l’idée que les sociétés et la culture occidentales paraissent engagées dans une spirale qui concourt à leur effondrement et qui annoncent en même temps la recherche d’un nouvel équilibre. L’état de vétusté et de dégénérescence actuelles de la société et de la culture occidentale pourrait être caractérisé par quatre traits marquants : 1. l’inaptitude chronique à résoudre des problèmes persistants dans la vie collective, dont des inégalités sociales criantes. Inégalités qui touchent toutes les couches de la société et tous les groupes d’âge et qui se répandent dans le tiers-monde ; 2. l’absence de volonté politique ou de détermination à repousser les véritables menaces pour la survie de l’humanité, celles qui concernent principalement l’environnement physique et les milieux de vie ; 3. le dépérissement des institutions traditionnelles, gardiennes de valeurs fondamentales, et leur assujettissement à l’économie marchande. Il en résulte l’avilissement et l’aliénation de la condition humaine dans le parachèvement de l’œuvre matérialiste et le procès d’obsolescence ; 4. l’individualisation à outrance, s’accompagnant de la perte du sens et de l’oubli de l’histoire, de même que le déclin de la cohésion sociale et du sentiment d’appartenance.

Un monde tourmenté

4Parmi les obstacles de société majeurs, viennent en tête les problématiques découlant des rapports humains. Notre penchant à continuellement faire fi des problèmes récurrents dans la vie collective a pour effet d’exacerber des inégalités sociales intolérables, des préjugés et des conduites discriminantes. Confrontée à des déséquilibres qu’elle n’est jamais parvenue à rompre, l’humanité offre donc depuis toujours le spectacle d’immenses chantiers de Dédale. Alors qu’elle vante les vertus du progrès et promeut « l’idéal » de la démocratie, proclamant haut et fort le principe de l’égalité des peuples et des citoyens, des clivages perdurent entre les nations, entre les riches et les pauvres, entre les hommes et les femmes, entre ceux qui savent et ceux qui ignorent, entre les jeunes et les vieux.

5Le monde affolant dans lequel nous cheminons explique pour une large part l’émergence de ces nouvelles fragilités. Un monde qui à tous égards se perpétue en créant des différences et qui cherche à dissoudre les solidarités. Le chômage et la généralisation du travail à temps partiel, par exemple, induisent la précarité, multipliant les poches d’exclusion économiques et sociales. Ces tourments des temps modernes n’affectent pas que les jeunes ou les travailleurs en mi-carrière. Même si la majorité des représentants de la « génération lyrique » s’en tirent relativement bien, d’innombrables personnes au seuil de la retraite ne peuvent se soustraire au jeu de bascule économique qui les tenaille dans la vie de tous les jours. Certains travailleurs âgés ne sont pas hors d’atteinte des sautes d’humeur ou des caprices de l’économie. Pauvreté, marginalité, insécurité économique, éviction, tel est pour bien des gens âgés le droit de passage qu’il faut verser pour entrer dans la postmodernité. Il s’ensuit que la frustration et le découragement prennent le dessus, aiguisant à leur tour la grisaille et le sentiment d’impuissance.

  • 4 Voir en particulier cet article de Julia Long publié sur Internet (1997), « The older adult and opp (...)

6Autre constat : la population des illettrés dans le monde d’aujourd’hui n’a pas régressé malgré les immenses ressources éducatives, économiques et humaines dont disposent les sociétés développées. La mise hors-circuit des personnes illettrées, brutalement retranchées des réseaux culturels, ne fait qu’appauvrir et ces individus et la société. La société produit même sans se tracasser outre mesure des incultes et des illettrés diplômés. On sait que de nos jours les outils de communication modernes facilitent l’intégration sociale, en plus d’aider à se tailler une place dans le monde et à y participer. Or, les personnes aînées, surtout celles dans la fraction la plus âgée, comptent parmi les plus démunies sur le plan de l’utilisation des méthodes modernes de communication. Elles se trouvent donc sur la corde raide. Plusieurs n’ont guère eu l’opportunité d’accéder à des études supérieures comme celles de la génération montante, les boomers, et celles de la génération X (1970-1989). De nombreuses personnes, dites de la « génération de la crise », ne font pas usage de l’ordinateur ou se rebutent à l’idée de recourir aux guichets automatiques pour effectuer leurs transactions ou opérations bancaires. Certaines s’interdisent même des services publics pour lesquels elles ont pourtant contribué, d’autant que pour y accéder elles doivent recourir aux connaissances techniques ou user du jargon approprié. Elles s’en privent sans doute de crainte d’être jugées ou tout simplement parce qu’elles estiment être incapables d’en profiter. Cette situation déplorable devrait se résorber, semble-t-il, avec l’arrivée des boomers et des générations suivantes. Il n’y a donc pas lieu d’être pessimiste pour l’avenir. Des recherches prévoient que les techniques modernes de communication, dont Internet et les téléphones portables, seront familières à la prochaine génération de personnes aînées, et qu’elle pourra facilement emboîter le pas aux groupes plus jeunes au fur et à mesure des développements technologiques4.

7Mais pour enchaîner avec le second point évoqué plus haut, la glissade sociétale se poursuit à d’autres niveaux. Est-il besoin de rappeler que s’évase la déchirure entre l’homme et la nature ? Car même s’il prêche le commandement du développement durable, l’être humain n’a jamais autant agressé son environnement physique et social et dilapidé ses ressources naturelles. Après avoir frôlé de très près un conflit nucléaire au temps de la guerre froide, nous sommes confrontés maintenant à la dégradation galopante de notre écosystème par les déjections industrielles et par nos vieilles habitudes d’hyperconsommation, aux attaques microbiennes et virales qui se répandent désormais plus rapidement (par exemple, le SRAS), et à la possibilité que l’homme, tel que nous le connaissons depuis toujours, disparaisse. D’autant plus si devaient se concrétiser les manipulations génétiques annoncées. En outre, l’humanité a, depuis la nuit des temps, été le théâtre de guerres tribales, ethniques ou inter-États, de conflits raciaux ou religieux, de violents chocs de civilisations ou de cultures, et maintenant d’attaques terroristes.

8Somme toute, l’homme met non seulement en péril la santé de la planète et de ses habitants, mais il menace de priver les prochaines générations, les jeunes comme les vieux, des richesses auxquelles chacun a droit. Toutes ces calamités ou injustices qui affligent l’humanité ne semblent hélas pas en voie de se dissiper. Et il est bien d’autres noeuds gordiens sur lesquels je reviendrai plus loin. En ce début de millénaire, la situation a peut-être atteint son paroxysme.

  • 5 Andreski, N. (1975), Les sciences sociales. Sorcellerie des temps modernes ?, Paris, Presses univer (...)

9Hautement technicisée et bien outillée pour conjurer plusieurs de ces maux, la société moderne au lieu de les éliminer semble au contraire en remettre en devenant plus envahissante et oppressante que jamais. Au point où même nos propres vies sont sournoisement agressées. Tel est le troisième signe de dégénérescence sociétale. En effet, si la société épuise moins le corps, elle abrase les nerfs, étendant plus que jamais ses ravages dans la sphère psychique. Il suffît pour l’illustrer de mentionner une pathologie insidieuse comme le syndrome de l’épuisement professionnel qui s’est mis à occuper le devant de la scène des maladies dérivant du travail. La détresse psychologique, la dépression et le suicide sont autant d’autres indices éloquents du profond malaise que traverse notre époque. Et ces misères n’épargnent pas les personnes aînées, comme l’ont démontré plusieurs études en gérontologie (voir le chapitre 10). S’inquiétant de la montée en flèche des désordres individuels et sociaux, le sociologue Stanislav Andreski faisait pertinemment remarquer que l’augmentation des maux sociaux avait entraîné un plus grand besoin de guérisseurs. Mais, note-t-il, à constater l’incidence de ces malaises, les spécialistes de la déviance semblent davantage les avoir activés qu’éliminés5. Étonnamment, alors que l’on se complaît à penser qu’elles ont échappé aux vicissitudes et aux tourments de la vie moderne, les personnes d’âge mûr comptent parmi les premières victimes du monde oppressant et tumultueux d’aujourd’hui. Les taux historiques de suicide enregistrés chez les 50 ans et plus sont là pour le rappeler. Sans oublier les pactes de suicide collectif.

  • 6 Attali, J. (1979), L’ordre cannibale, Paris, Grasset.

10Finalement, la postmodernité a poussé l’individu dans son ultime retranchement : le repli sur soi, le culte du corps et de la santé parfaite, l’accomplissement dans la consommation boulimique. L’individu paraît livré, pour reprendre l’expression de Jacques Attali, à l’« ordre cannibale6 ». Faute de donner un sens à la mort et à l’âge, il a résolument opté pour la finalité de durer. L’individualisation exacerbée s’accompagne conséquemment du déclin de la solidarité et du sentiment d’appartenance. Tant d’écueils jalonnent la route des sociétés occidentales que le péril potentiel du vieillissement biologique ou démographique, comparé à ces fléaux redoutables, fait presque figure d’incident de parcours.

Des problématiques imbriquées

  • 7 Leach, G. (1970), Les biocrates : manipulations de la vie, Paris, Seuil, p. 12.

11Le trait marquant du vieillissement sociétal se résume donc à l’impuissance de la société et de la science actuelles à repousser les véritables dangers pour la survie de l’humanité. Mais il n’y a pas que la dégradation de l’environnement physique et de l’habitat qui pose problème : l’augmentation de la population à l’échelle planétaire a pris des proportions alarmantes, passant d’un milliard au XVe siècle, à cinq milliards au XXe siècle. Les prédictions les plus conservatrices chiffrent à 10 milliards le nombre d’êtres humains avant la fin du XXIe siècle, une croissance exponentielle ! La terre n’aura jamais porté autant d’êtres humains. En dépit donc du « dépeuplement » relatif des pays du Nord, la tendance au surpeuplement se poursuit, comme aboutissement de la très forte poussée démographique observée dans les nations de l’hémisphère sud. Pour Gerald Leach, cette situation est un bel exemple de l’aveuglement du système biomédical qui, après avoir déployé les moyens pour réduire le nombre des décès dans les pays en voie de développement, s’est avéré incapable de mettre en place les mécanismes sociaux de contrôle des naissances7. Donc, qu’en ce début de millénaire le vieillissement de la population se révèle comme un nouveau défi de taille posé à l’humanité ne doit pas faire oublier la prééminence de cette autre problématique majeure qu’est le surpeuplement mondial.

12Les répercussions de cette pression démographique planétaire, véritable lame de fond, seront énormes, ne serait-ce que sur le plan de l’approvisionnement en nourriture et en eau, de l’aménagement des infrastructures et des équipements collectifs. À ces enjeux précédemment mentionnés, s’ajoutent la famine et la pauvreté dans le tiers-monde, les épidémies comme le sida, les conflits armés, le terrorisme, les toxicomanies, la prostitution, l’exclusion sociale, le décrochage scolaire, le crime organisé et les nouveaux problèmes soulevés par les biotechnologies. Et cette triste liste, on l’aura constaté, n’est que partielle.

13Or, la société paraît plus que jamais désarmée face à tous ces défis, osant jusqu’à les glisser sous le tapis ou s’entêtant à appliquer à répétition les vieilles recettes inadéquates ou infructueuses, souvent improvisées, qui n’obtiennent jamais les résultats escomptés. Au vu de cette longue énumération de fléaux et périls éminemment inquiétants, on en vient naturellement à penser que le vieillissement démographique fait office d’enjeu mineur. Alors pourquoi ces manifestations alarmistes, pour ne pas dire gérophobiques, à propos du vieillissement ? Pourquoi s’acharner sur cette prétendue poudrière qu’est le phénomène particulier du vieillissement démographique ? Éperonnée de toutes parts, en état de commotion perpétuel, la société cherche-t-elle à détourner l’attention d’autres lignes de front qui mettent aux prises des acteurs bien plus redoutables ? En nous laissant croire que le vieillissement à grande échelle surplombe déjà les autres enjeux ou qu’il est annonciateur de perturbations pointant à l’horizon (remous dans les établissements de santé, conflit appréhendé entre les générations, déroute de nos systèmes de protection sociale), ne tente-t-elle pas par cette digression de nous éloigner des vrais défis ? Comme on l’a vu précédemment, plusieurs craintes évoquées au sujet de l’accélération du vieillissement sont exagérées ou carrément non fondées. Même s’il demeure acquis que la révolution de la longévité nécessitera l’adoption de correctifs majeurs et des initiatives audacieuses pour assurer la pérennité de nos programmes sociaux et le maintien du contrat social, les autres enjeux paraissent beaucoup plus lourds de conséquences. Or, on n’oubliera pas que le vieillissement démographique fait corps avec plusieurs des grands défis actuels de la civilisation, s’inscrivant de plain-pied dans un cadre sociopolitique qui craque de toutes parts et qui menace de sombrer, étant traversé par de profondes contradictions.

Les quatre grandes révolutions contemporaines

14Pour mettre en perspective les défis actuels, il faut rappeler que le monde actuel est sous le choc de quatre révolutions, caractérisées par la convergence d’un réseau entrelacé de mutations majeures. La première nous renvoie à la base la plus avancée sur laquelle se construit le projet de société actuel, soit le néolibéralisme et ses puissants organes d’extension. Cette première mutation ressortit donc essentiellement du champ économique. Elle est de plus en plus marquée par la suprématie des États-Unis qui n’hésitent plus désormais à exhiber leur hégémonie. Cette révolution a pris ses quartiers dans la concentration des capitaux, la déréglementation et la mondialisation des marchés, le lobbyisme à grande échelle et la délégitimation du rôle de l’État, euphémisme pour ne pas dire sa soumission ou son abdication devant les forces écrasantes des entreprises multinationales. En y regardant de près, le rêve de l’anarcho-capitalisme est en voie de s’actualiser.

  • 8 Latouche, S. (2000), La planète uniforme, Castelnau-le-Lez (France), Éditions Climats.
  • 9 Bourguinat, H. (1995), La tyrannie des marchés : essai sur l’économie virtuelle, Paris, Economica.

15Serge Latouche, dans La planète uniforme, montre à quel point l’utopie moderniste et la mondialisation démantèlent les valeurs universelles, la démocratie, la justice, l’équité, la prospérité pour tous, ces valeurs mêmes qui leur servent de caution8. À sa façon, Henri Bourguignat décrira cette hégémonie, ce mouvement vers la mondialisation, comme une tyrannie des marchés9. En cette ère de dictature du pouvoir de l’argent et de la concurrence, tout indique donc que la démocratie paraît de plus en plus confisquée au profit du pouvoir gigantesque des grandes sociétés multinationales. Les contre-pouvoirs traditionnels semblent en effet de plus en plus impuissants à freiner l’appétit vorace du capitalisme opulent, à résister au pouvoir disciplinaire du capital. Ce sont autant de signes de décadence et de sénescence.

  • 10 Delmas-Marty, M. (1996), Vers un droit commun de l’humanité : entretien avec Philippe Petit, Paris, (...)

16Mais cette mutation néolibérale désigne surtout la mise en compétition intensive des systèmes économiques et sociaux, ce qui a pour conséquence de court-circuiter l’expression des identités culturelles et de corroder la démocratie. Comme il produit en apparence de la diversité et de la complexité et stimule le pluralisme, le procès de la mondialisation nourrit ainsi le simulacre d’un relativisme éthique, culturel et politique de plus en plus accentué. Ce qui fait dire à Mireille Delmas-Marty que l’universalisme est, éthiquement parlant, devenu la valeur cardinale qui peut nous protéger d’un retour à la barbarie10. Sur un autre plan, le défi de l’économie moderne n’est cependant plus d’orchestrer la production, car la matière brute, les ressources énergétiques, les capitaux, le savoir technologique et la main-d’œuvre sont à sa portée. Son plus grand défi est de dénicher des marchés, de séduire encore plus les consommateurs, d’écouler rapidement sa marchandise. D’accélérer donc le flux ou le rythme de circulation des biens, des services et du capital.

17La seconde mutation nous introduit dans l’univers du technocosme, il s’agit de la technique. Cette révolution s’affirme dans l’explosion des technologies de pointe, surtout celles du numérique, des systèmes automatisés, de l’information et des « machines à communiquer », pour emprunter l’expression de Pierre Schaeffer. Depuis au moins un quart de siècle, la technologie a complètement bouleversé nos façons de communiquer, de travailler, de nous divertir et de nous déplacer. Les informations sont désormais transmises par satellite, l’argent se transfigure en cartes à puce, le disque compact détrône les 33 tours en vinyle, les fours à micro-ondes accélèrent la cuisson des aliments, les voitures peuvent démarrer à distance, l’ordinateur personnel et le téléphone deviennent portatifs. La technicité a aussi étendu ses tentacules dans le domaine de la conquête de l’espace, de l’intelligence artificielle, dans le monde effervescent de la réalité virtuelle et dans le cyberespace grâce à Internet, cette autoroute encombrée et encombrante d’informations. Et bien entendu aussi en médecine : l’imagerie par rayonnements ionisants, les scanners et les lasers font la gloire et la fortune des concepteurs et promoteurs de la haute technologie.

18D’aucuns sont d’avis que la société de l’information est libératrice, qu’elle pave la voie à de nouvelles formes de solidarité et de créativité, mais d’autres au contraire perçoivent dans ce projet de société des rémanences qui nous ramènent loin en arrière. Il importe dès lors de débusquer ce rebroussement derrière le prétendu progrès annoncé. En effet, la société de l’information pourrait de facto s’avérer une forme nouvelle de domestication, car elle s’inscrit carrément dans le prolongement du capitalisme mondial, lui servant de légitimation dans son idéal d’extension hégémonique infini. Il est donc à se demander si les personnes aînées risquent d’être submergées, d’être déclassées, voire sacrifiées, victimes de la révolution du numérique. En bout de ligne, bien qu’elles bénéficient des fruits de ces merveilleuses technologies, en santé notamment, ont-elles réellement intérêt à s’approprier pour leurs besoins immédiats ces nouveaux oripeaux électroniques ?

  • 11 Fukuyama, F. (2002), La fin de l’homme. Les conséquences de la révolution biotechnique, Paris, Édit (...)

19La troisième mutation est celle de la génétique. Elle embrasse une foule de percées biotechnologiques, concentrées surtout dans le champ de l’ingénierie génétique : cartographie du génome humain, fécondation in vitro, « bébés de synthèse », expériences sur le clonage, développement de biopepticides, création de plantes et animaux transgéniques, notamment. Il s’agit bien sûr d’un secteur qui soulève énormément de discussions passionnées tellement les enjeux économiques et les questionnements éthiques sont importants. Donnant pour preuve le clonage du gène humain de la télomérase, Francis Fukuyama, dans La fin de l’homme, nous confie que la gérontologie est un domaine qui profite le plus des découvertes en génétique11.

20La quatrième mutation est l’avènement du vieillissement humain et son accélération. Les messagers du discours officiels ont tendance, comme nous l’avons vu, à réduire cette réalité, éminemment chargée symboliquement, à l’affluence des personnes aînées dans les sociétés occidentales, à la tendance au prolongement de la vie et aux pressions que ces phénomènes exercent sur l’ensemble de la société. Or, il est bien d’autres aspects à mettre en relief comme je l’ai souligné. Les sociétés sénescentes se présentent pour ainsi dire comme une grande boîte noire qu’il faut ouvrir pour en percer le secret.

21Il n’y a pas de parenté flagrante entre le fait de manipuler de l’argent, des octets, des cellules ou du temps. Mais ces mutations entretiennent pourtant entre elles une sorte de connexité, car ces signes sont interchangeables. Les disjoindre conduirait à traiter le vieillissement comme un fait isolé, ou une forme quelconque de sous-culture, un artefact de civilisation. Or, toute réflexion sur le vieillissement ne peut faire abstraction de l’état de la culture occidentale, de la postmodernité, marquée sous le sceau de la haute technologie, biologique et numérique, de l’intégrisme de la mondialisation des marchés, de la fusion des grandes entreprises, de la dominance du confort matériel, des valeurs d’autonomie, de compétitivité, de prospérité, de consommation et d’individualité. Elle ne peut non plus faire abstraction de la propension des sociétés à ériger, construire et se représenter sous forme de « crises », celles advenues, en cours ou anticipées, ce qu’elles ne parviennent toujours pas à maîtriser.

22Il ne faut pas non plus perdre de vue que les personnes aînées sont, au même titre que n’importe quelle autre catégorie de citoyen, exposées aux grands courants socioéconomiques contemporains, à la cascade des perturbations qui se déversent sur le flux de la vie et aux traits de culture dominants dont la sphère d’influence continue de s’incruster et de s’étendre. Somme toute, c’est davantage le vieillissement sociétal que le vieillissement démographique qui pourrait tout faire basculer. Toutes ces transformations non apprivoisées risquent de prendre une telle ampleur que les institutions gardiennes des valeurs nobles pourraient s’avérer inaptes à insuffler un sens profond à l’existence et à l’action humaines, à cimenter les rapports sociaux pour actualiser une société plus conviviale. Il faut s’y préparer, mentalement et sur le terrain.

La dégénérescence de l’Occident

23J’ai insisté en début de chapitre sur le dépérissement des institutions, leur assujettissement à l’économie marchande et sur la crise actuelle des valeurs. Nombreux sont les indices montrant que l’humanité est parvenue à un stade critique de son évolution. Sous le coup de la mondialisation ou de la globalisation, la porte de l’universalité, au sens péjoratif du terme, est dorénavant toute béante. En effet, la civilisation occidentale vit présentement sous le coup d’une révolution profonde, une sénescence généralisée qui pénètre jusque dans ses racines mêmes et qui, à certains égards, nous tient dans ses griffes. Dans Le choc des civilisations, Samuel Huntington avance que le déclin moral, le suicide culturel et la désunion politique représentent des menaces plus lourdes de conséquence pour l’Occident que le chômage chronique, la diminution du taux d’investissement ou les changements démographiques défavorables au maintien de la prospérité. Il mentionne les manifestations suivantes de déclin moral :

  • 12 Huntington, S. P. (2000), Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, p. 458.

1. le développement de comportements antisociaux, tels que le crime, la drogue, et plus généralement la violence ; 2. le déclin de la famille se traduisant par l’augmentation du taux des divorces, les naissances illégitimes, les grossesses d’adolescentes et les familles monoparentales ; 3. le déclin du « capital social », à tout le moins aux États-Unis, c’est-à-dire la participation plus faible à des associations de bénévoles (les personnes aînées faisant exception) et, de fait, le relâchement des relations de confiance qui s’y nouent ; 4. la faiblesse générale de « l’éthique » et la priorité accordée à la complaisance ; 5. la désaffection pour le savoir et l’activité intellectuelle, qui se manifeste aux États-Unis par la baisse du niveau scolaire12.

  • 13 Levy, R. (2001), « Regard sociologique sur les parcours de vie », dans P. Dominicé (dir.), Dossier (...)

24René Levy emboîte le pas en soulignant qu’au rythme du changement actuel, l’expérience des anciens a de moins en moins de valeur d’orientation pour les jeunes, ne préfigurant que partiellement ce que l’avenir leur réserve. « Le changement social engendre une obsolescence culturelle du sens des biographies de la génération de parents aux yeux de leurs enfants, confie-t-il13. »

  • 14 Saul, J. (1993), Les bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident, Paris, Éditions Pa (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Thuillier, P. (1995), La grande implosion. Rapport sur l’effondrement de l’Occident 1999-2002, Pari (...)

25John Saul, de son côté, conclut qu’en dépit des multiples réformes qui ont été instituées, nous assistons à l’effondrement des systèmes financiers et juridiques, à la recrudescence des malaises sociaux. La vieille civilisation, précise-t-il, limitée par les circonstances et l’absence de mémoire ressemble à bien des égards à de la sénilité14. Il s’explique cette décadence de l’Occident par notre croyance aveugle en la valeur de la raison, réduite à une méthode d’administration, et à l’attitude désinvolte de nos élites qui ont transformé le monde en une gigantesque structure devenue incompréhensible15. Pierre Thuillier, constatant à son tour les ravages qu’occasionne dans la société l’obsession du rendement, pose en filigrane le diagnostic de dégénérescence culturelle16.

  • 17 Marcuse, H. (1968), L’homme unidimensionnel, Paris, Éditions de Minuit, p. 18.

26Le cri d’alarme avait été lancé, voilà bientôt 40 ans, par Herbert Marcuse qui constatait que l’organisation du rendement et de la productivité envahissait de façon hallucinante la vie entière et qu’elle finirait par engloutir le monde. Les politiques actuelles d’intégration et de contrôle social sont si puissantes, déclarait-il, que les capacités de résistance de l’individu aliéné ne cessent de dépérir : il perd alors son sens critique et n’imagine même pas la négation et le refus17. L’orientation du projet de civilisation vers la société close, sans horizon, n’est-ce pas le profil du moribond ?

  • 18 Ehrenberg, A. (1995), L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, p. 305.

27Les institutions régulatrices, telles que l’Église, sont devenues fanées et anachroniques, sans gouvernail, frappées elles aussi de sénescence. Déconnectées de la vie moderne, elles ne parviennent plus à jouer le rôle de phare, à insuffler par leurs messages un sens profond à la vie humaine. En attendant peut-être l’intervention d’un quelconque deus ex machina, plusieurs personnes se tournent donc du côté des sectes, ou foncent pleins gaz dans l’hyperconsommation ou s’abandonnent dans la drogue. Alain Ehrenberg, dans L’individu incertain, montre que ce sont ce qu’il appelle les « technologies de l’identitaire et de l’estime de soi » qui ont pris le relais : la communication télévisuelle, les gadgets électroniques, la drogue. Elles ont en quelque sorte fait leur nid sur la défection des fonctions qu’assumaient jusque-là les instances régulatrices. Ces substituts ont pour finalité de délivrer l’individu du poids de sa responsabilité, accentuant en même temps l’exigence et l’aspiration à l’autonomie. « L’individu désinhibé par les raccourcis chimiques et herméneutiques est le pendant du handicap relationnel. Un individu aujourd’hui, c’est de l’autonomie assistée de multiples manières, conclut-il18. » Et que dire du mouvement syndical, de l’institution universitaire et des sciences philosophiques et sociales, autrefois porteurs du flambeau de la critique ou de la gauche ? Leurs critiques manquent de mordant. Pire encore, ces instances sont devenues muettes, incapables de délester le monde de ses faux-semblants.

Une société atteinte de progérie

  • 19 Laborit, H. (1981), L’inhibition de l’action, Paris, Masson, chapitre 4.

28On pourrait élargir le diagnostic posé plus haut : les sociétés occidentales sont sénescentes et inféodées dans leur mode même de production. Nous assistons impavides au vieillissement accéléré des tendances, des modes, des objets que nous fabriquons et consommons, des idées que nous développons et diffusons, des liens que nous nouons. Certains jeunes n’échappent pas au processus de vieillissement prématuré qui se manifeste jusque dans leur vie professionnelle, souvent au tournant de la trentaine. Laborit faisait remarquer qu’après l’âge de 35 ans, la société perçoit que l’homme ne crée plus rien. Comment le pourrait-il, poursuit-il, étant donné qu’il a développé des réflexes automatiques l’amenant à penser conformément à l’ordre social imposé par des dominances fondées sur la production de marchandises et le profil qui en résulte19 ?

29Cette sénescence atteint de plein fouet non seulement les fruits de la civilisation, mais également son fonctionnement et ses valeurs. S’inquiétant de la rupture des âges de la vie, Thierry Paquot a livré cette pertinente remarque :

  • 20 Paquot, T. (2001), « La retraite, pas la déroute ! », Le Monde diplomatique, février, p. 32.

Une société qui spectacularise les commémorations et patrimonialise les monuments serait incapable d’honorer ses anciens, ce passé présent de nos mémoires ? Quelle indécence, quelle ingratitude et quelle misère ! La tyrannie de la nouveauté et de l’obsolescence programmée empêche le précieux téléscopage des âges de la vie20.

30Le spectacle que nous offre la vie moderne n’est-il pas celui d’une course folle et éphémère qui concourt au vieillissement prématuré de tout ce qui nous entoure ? Les objets de consommation sont mis sur le marché avec un compteur invisible, un compte à rebours qui égrène leur valeur au rythme de l’écoulement du temps. Le vieillissement accéléré et la mise à mort répétitive et rituelle de la marchandise représentent ni plus ni moins qu’une œuvre de destruction créatrice. La société ayant perdu la boussole, le changement permanent et la divagation sont désormais devenus la norme.

31Mais il n’y a pas que les objets de consommation qui subissent l’implacable loi de l’obsolescence et de l’obscurantisme calculatoire. Il n’est que de suivre l’itinéraire des créations artistiques ou culturelles et des connaissances. Ainsi les savoirs scientifiques, même les mieux construits, sont eux aussi fugitifs, vite condamnés à la désuétude. Les découvertes ou conclusions de recherche sont souvent obsolètes avant même d’être publiées. Aussitôt créés, les idées novatrices, les projets mobilisateurs, les modes, les technologies, voire les courants de pensées s’évaporent ou sont relégués aux oubliettes. Les connaissances subissent le même sort, la même loi implacable, se consumant comme des feux de paille. C’est bonnet blanc et blanc bonnet. Il est à se demander si le changement rapide auquel nous assistons ne concourt pas à rendre caducs les liens mêmes qui tissent les rapports entre les différents groupes d’âge, ceux même qui soudent les générations. Ici encore les mêmes recettes soi-disant miracles pourraient prouver leur incurie.

32L’obsolescence est désormais une science irrécusable. On peut calculer la durée de vie des icônes de la postmodernité : les objets de consommation, les vedettes du spectacle, les diverses modes. Même si la nouvelle économie se « dématérialise », c’est-à-dire se soucie dorénavant de la qualité de ce qu’elle met sur le marché — « qualité totale » oblige —, elle ne renonce pas pour autant aux principes de l’innovation et de la rotation continuelle des produits et services qui demeurent de puissants mécanismes concurrentiels. À peine usés ou utilisés, les biens sont mis au rebut, ou recyclés et recommercialisés sous une autre forme. La vitesse de vieillissement des biens de consommation est hallucinante. Tout nouveau produit lancé sur le marché est très vite remplacé par un autre plus performant ou plus au goût du jour. À peine diffusée, l’information devient aussitôt périmée. Comme tout commun des mortels, les personnes aînées sont happées dans cette boucle sans fin qu’avalise le modèle de société dominant. Les nouveaux retraités sont d’ailleurs bien entraînés à cet interminable rituel. Mais plusieurs personnes parmi les plus âgées résistent à cette atemporalité, en se remémorant avec joie les événements passés, en s’attachant avec fierté aux vieux objets qu’elles possèdent, parce qu’ils éveillent des souvenirs, racontent une histoire.

33En regardant en contrebas, les institutions juridiques et sociales paraissent elles aussi dépassées par le rythme terrifiant du changement, étant visiblement en décalage avec une réalité fuyante, insaisissable et imprévisible. Mais succombant aux assauts répétés du monde moderne, elles tiennent des discours qui ne sont plus au diapason de la réalité. Étonnamment, la publicité fait mieux, ayant compris qu’elle pouvait s’ajuster aux attentes et besoins des gens et en même temps les conditionner. Pour ce faire, elle dispose de plus en plus de temps d’antenne, à la télévision surtout, cette fenêtre électronique de la publicité, de la désinformation et de l’endoctrinement. Pour prendre une illustration du processus d’usure généralisée, il suffît de se rappeler les récents différends sur des sujets embarrassants ou scabreux, à peine concevables il y a 20 ans, concernant le mariage des homosexuels, l’ordonnance des femmes à la prêtrise ou le clonage humain. Dans cinq ans on ne s’embarrassera pas de tels sujets : ne subsistera que le souvenir des vieilles altercations d’antan. On ne s’étonne plus que des jeunes de 10 ans circulent dans les écoles avec des armes à feu, que des membres du clergé soient condamnés pour abus sexuels sur de jeunes mineurs. Ce seront bientôt de vieilles affaires qu’on aura tôt fait de renvoyer aux archives de l’histoire. La réalité même du vieillissement humain pourrait d’ici quelques années ne plus intéresser personne. Elle constituera une pièce de plus dans le gigantesque musée des civilisations.

  • 21 L’obsolescence fait référence à l’extinction d’un secteur d’activité économique, à la disparition d (...)

34Le vieillissement sociétal touche donc non seulement au mode d’organisation de la société, mais à la quintessence de son fonctionnement même. La société semble tout entière engagée dans un processus de reconversion de la civilisation, dès lors qu’elle consacre comme valeurs-clés l’éphémère, la désuétude, l’obsolescence et la destruction créatrice21. L’obsolescence, comme accélérateur du changement, touche autant la technologie que les produits et services qu’elle met au monde, car le but de la technologie, c’est de produire de la nouvelle technologie. Sans faire d’exception, la société postmoderne conditionne ses membres à s’engager dans la course effrénée contre la montre, à emprunter les innombrables raccourcis de la vie conduisant prétendument à la réussite, au bonheur. Dans cette ruée affolante, cette quête éperdue et boulimique d’accomplissement de soi, nos rapports humains s’amenuisent et deviennent artificiels, tandis que les valeurs auxquelles nous adhérons semblent se dissoudre et s’embrouiller. Mais curieusement, alors que notre durée de vie s’étire, chaque événement de notre vie semble s’abréger, sans que nous ayons le temps de mûrir chaque expérience, d’approfondir les questions que nous posent notre condition humaine ou les événements de notre temps.

  • 22 Il s’agit en médecine d’un cas de vieillissement précoce et accéléré (qui se manifeste autour de la (...)

35Les sociétés sénescentes seraient donc atteintes d’une maladie rare, la progérie22, ou sénilité précoce. Mues par l’impérative nécessité de se renouveler constamment et à force d’engendrer inlassablement du neuf et d’aplanir les différences, les sociétés de la postmodernité parviennent à dépouiller de leur vraie valeur toutes choses, puis à les rendre rapidement dépassées, à les laisser dépérir ou vieillir à une allure déconcertante. Mais paradoxalement, affirmer que tout vieillit rapidement, cela peut signifier également que ce que nous créons ou élaborons n’a pas le temps de vieillir, au sens de mûrir.

  • 23 Loriaux, M. (1990), « Il sera une fois... la révolution grise. Jeux et enjeux autour d’une profonde (...)

36Les personnes aînées ne s’exposent-elles pas à leur tour à être entraînées dans cette folie fiévreuse, d’être la cible de ce procès de déclassement, d’être condamnées à l’oubli ou la désuétude ? Sommes-nous préparés à faire face à cet hypervieillissement global, comme personne vieillissante et comme citoyen ? Ou, comme le pressent Michel Loriaux, même si les aînés sont confrontés à une carence de socialisation et à l’absence de codes sociaux pour régulariser la longue vie, ils pourraient s’imposer comme un groupe innovateur capable de produire de nouveaux modèles sociaux23.

37Les personnes aînées ne sont pas seulement exposées au flux incessant des marchandises, des services, des idées et des informations qui envahissent leur quotidien. Elles subissent comme quiconque les transformations de la technologie qui rythment et bousculent leurs vies jusque dans ses moindres replis. À commencer par la prise en charge de leur corps, de leur santé, de leur qualité de vie par les ingénieurs et contremaîtres du successful aging. Je ne me suis cependant pas fait à l’idée qu’elles se laisseront leurrer par les ambitions démesurées du monde moderne. Les gens ordinaires, déclarait Christopher Lasch, nourrissent des réserves face au projet d’une société qui perçoit disposer de possibilités illimitées :

  • 24 Lasch, C. (1996), La révolte des élites, Paris, Éditions Climats, p. 39-40.

Ils ont un sens plus développé que celui des classes supérieures. Ils comprennent, à la différence de celles-ci, qu’il y a des limites inhérentes au contrôle de l’homme sur le cours du développement de la société, sur la nature et sur le corps, sur les éléments tragiques de la vie et de l’histoire humaines [...] ils acceptent la déchéance physique comme quelque chose contre quoi il est plus ou moins inutile de lutter24.

Mise en scène kaléidoscopique des défis de la société

  • 25 Riley, M. W et Riley, J. W (1994), « Structural lag : Past and Future », dans M. W Riley, R. L. Kah (...)

38Certains sociologues estiment que les sociétés modernes sont en situation de décalage structurel (structural lag) tellement elles paraissent mal préparées à affronter la nouvelle réalité du vieillissement25. Mais, convient-il de rétorquer, elles se trouvent davantage en porte-à-faux face à la conjoncture économique qu’à celle du virage démographique : l’économie mondiale paraît de plus en plus menacée d’effondrement tandis que l’État-providence semble poussé dans ses derniers retranchements. Le chômage endémique, l’endettement chronique des individus, des États et des entreprises industrielles ou commerciales, de même que le tarissement continuel des transferts sociaux, représentent autant de signes avants-coureurs du basculement historique anticipé. Aucune action ou velléité d’intervention ne semble engagée, pour l’instant du moins, afin d’endiguer ce péril. Le colosse aux pieds d’argile continue donc de tituber. La mise en perspective des défis de société contemporains laisse donc voir que la situation politique et économique du monde est beaucoup plus inquiétante que le choc anticipé du vieillissement planétaire. Il est donc à se demander si, tout compte fait, les aînés ne servent pas de bouc-émissaires dans l’explication des perturbations de notre temps.

  • 26 Thuillier, P., op. cit.
  • 27 Ziegler, J. (2002), Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Paris, Fayard.
  • 28 Du Plessis, L. A. (2002), La 3e Guerre mondiale a commencé, Paris, Jean-Cyrille Godefroy.
  • 29 Habermas, J. (2000), Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique, Paris, Fayard.

39Les lectures sur les grands enjeux de société et de civilisation actuels ne manquent pourtant pas. Je pense ici à des ouvrages publiés récemment tels La grande implosion de Pierre Thuillier26, aux Nouveaux maîtres du monde de Jean Ziegler27, à La 3e Guerre mondiale a commencé de Laurent Arthur Du Plessis28 et au récent livre deJürgen Habermas, Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique29. Malgré les alertes répétées sur ce que nous réservent les véritables forces et courants de fond de l’humanité, on persiste à se persuader dur comme fer que les aînés représentent une surcharge sociale et économique potentielle pouvant fissurer les fondements du lien social soudant les générations. On ne se surprendra donc pas de voir déferler la vague inflationniste des mises en garde actuelles, réflexions qui ne manquent pas de rendre compte d’un certain désabusement. Tout cela a l’apparence d’une diversion. Aussi, rien d’étonnant que soient perçus comme urgents de profonds réaménagements dans les politiques de gestion de la vieillesse, les programmes d’intervention spécialisés, les mécanismes d’encadrement des aidants professionnels, familiaux et communautaires, et enfin les programmes de formation afin de faire face aux besoins multiples, diversifiés, souvent coûteux, qui s’expriment.

40En résumé, l’importance grandissante du phénomène du vieillissement humain s’est exprimée, au cours des deux dernières décennies, à travers une pluralité de craintes et d’espoirs, de schémas explicatifs, mais aussi de problématiques concrètes que tentent de circonscrire, d’expliquer et de résoudre les sociétés occidentales contemporaines. Figurent en tête de liste les questionnements renvoyant aux impacts du prolongement de la vie et de son corollaire, le vieillissement démographique. S’ajoutent des thématiques comme la morbidité du grand âge et ses répercussions sur les coûts en soins de santé, les enjeux éthiques au regard des soins prolongés, du maintien de la santé, de l’autonomie et de la qualité de vie des personnes aînées. Cette liste s’allonge avec des champs de réflexion tels que la responsabilité de la prise en charge par l’État, la famille et la communauté, la participation et l’intégration sociales des aînés, la signification de la vieillesse et du sens de la vie.

41Mais où en sommes-nous face à ces enjeux ? Abondent dans le monde les pays qui connaissent un vieillissement accéléré de leur population, mais peu semblent engagés à examiner les nouveaux rapports sociaux qui vont en découler. On peut expliquer cette désertion par leur obsession tenace pour l’économie, mouvement plus vaste qui agite profondément la société et conduit à sa reconstruction totale. Qu’on l’admette ou non, les sociétés sont continuellement happées par l’impérative nécessité de gérer au jour le jour les problèmes découlant des remous orageux qui se succèdent : celui du chômage, celui des finances de l’État, celui de l’identité des jeunes. Comment dès lors définir et situer l’irruption des sociétés sénescentes dans un cadre occidental dopé par la célébration du capital, la mondialisation des marchés et la prolifération des techniques modernes de communication ? Il m’apparaît clair que les rhétoriques polarisées et médiatisées sur la vieillesse menacent de s’enraciner, de s’enliser dans des positions tranchées, pour finalement atterrir sur le versant démagogique. Il est indéniable que les problématiques plurielles du vieillissement ne peuvent être détachées des mutations parallèles qui marquent la postmodernité : le nivellement des cultures provoqué par la mondialisation, l’évanescence de l’État-providence, la désinstitutionnalisation de la famille, la volatilisation des institutions religieuses traditionnelles, la tendance à la dissolution du mouvement ouvrier, l’effacement de l’imputabilité et de l’engagement politique et l’autonomisation exacerbée de l’individu.

  • 30 Marcuse, H., op. cit.

42Qu’à cela ne tienne, les problématiques du vieillissement que j’ai succinctement rappelées sont elles aussi éminemment imprégnées de ces mouvements de force qui opposent les aspirations légitimes de l’homme à leurs conditions de vie réelles. Comment la personne vieillissante peut-elle s’épanouir et se réaliser dans une société qui subordonne l’individu à l’économie et incite au consumérisme à outrance ? Assistons-nous dans l’Occident, comme l’affirmait Marcuse, à une uniformisation sans précédent des besoins individuels et collectifs30 ? Nous dirigeons-nous inexorablement comme collectivité vers un nivellement des mentalités ?

43Tout indique que les transformations actuelles ont pour résultat d’aiguiser le sentiment de vacuité identitaire qui semble aujourd’hui secouer la société, cette impression se diffusant non seulement dans toutes les couches économiques et sociales, mais également dans tous les groupes d’âge. La postmodernité a englouti le modèle ternaire du cycle de la vie qui assurait une stabilité et une continuité rassurantes dans nos modes de vie et nos rapports sociaux. Mais ce qui dans tout cela frôle le dramatique, c’est que l’obsession du présent a pour résultante perverse de dissoudre l’importance de l’histoire, de briser le sens de la continuité entre les générations et d’opacifier l’avenir. N’est-il pas ironique que nous souffrions collectivement de l’amnésie de l’histoire ou de son refoulement, alors que nous luttons si farouchement contre la pathologie d’Alzheimer, l’une des formes les plus redoutées de la perte de mémoire ? Il ne s’agit pas ici de regretter, avec nostalgie, la période révolue des Trente Glorieuses où abondaient les projets et les espoirs de jours meilleurs, mais bien de tenter de comprendre dans quelle direction la société actuelle s’engage, se transforme et se dirige, sous l’effet du vieillissement, et comment les personnes aînées peuvent s’y ancrer confortablement, y réapproprier leur vie et influer sur le cours de la vie collective.

  • 31 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffon (...)
  • 32 Cité par Huntington, S. P. (2000), Le choc des civilisations, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 453.

44À force donc d’insister sur le vieillissement biologique ou démographique, nous passons sous silence un autre phénomène, moins perceptible mais tout aussi fondamental, une autre forme de vieillissement qui frappe la société : le vieillissement sociétal. Et ce vieillissement sociétal n’est pas étranger à ce qui incite les hommes à prolonger la vie. Ayant perdu l’intérêt pour les jeunes et la postérité, s’inquiétait Lasch, les gens « s’accrochent avec désespoir à leur propre jeunesse [...] Le mouvement en faveur de la prolongation de la vie (tout comme la futurologie en général) est le propre reflet de la stagnation de la culture du capitalisme finissant31. » Arnold Toynbee pensait de même lorsqu’il avançait qu’à partir du moment où une civilisation atteint l’universalité, son peuple est aveuglé par ce qu’il appelle le « mirage de l’immortalité32 ».

Décomposition et recomposition de la société

45Le vieillissement, aussi bien dans son expression biologique que démographique, est un phénomène qui nous est donc de plus en plus familier. Mais une fois affirmée cette accoutumance, défilent les interrogations fondamentales qui réclament toute notre concentration. À mesure que l’expérience de la vieillesse s’universalise et que se diversifient les trajectoires de l’âge avancé, nous prenons acte à quel point notre civilisation se retrouve au confluent d’une profonde mutation, à la fois quantitative et qualitative. À peine commençons-nous à tenir pour acquis que nous sommes voués à la longue vie, que déjà nous sommes confrontés à l’incertitude de son déroulement. Dès lors, s’agissant des personnes vieillissantes, une question cruciale se pose : faut-il avant tout se soucier de l’usure de leur corps ou plutôt de l’usage du surtemps que permet le prolongement de la vie ? Bref, quelle doit être la finalité recherchée : étirer le temps de la vieillesse ou inscrire le vieillissement dans le temps ? Comme le lecteur s’en est rendu compte, les questionnements que soulève la vieillesse sont pluriels et font l’objet de discussions passionnées. On ne se surprendra donc pas voir déferler toutes ces réflexions, débats et travaux de recherche sur la vieillesse et le vieillissement, thématique jumelle des temps modernes.

  • 33 Koch, T. (2000), Age Speaks for Itself : Silent Voices of the Elderly, Wesport (CT), Praeger.
  • 34 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 26.

46Tom Koch, dans Age Speaks for Itself : Silent Voices of the Elderly, s’inquiète que cette révolution de la longévité n’ait pas dissipé pour autant les mythes de la vieillesse et leurs retombées sur la société. L’imaginaire collectif et les théories gérontologiques, allègue-t-il, demeurent imprégnés de préjugés sur l’âge avancé en vertu de notre peur irraisonnée de la mort. Puis, il pose une question à laquelle il est de plus en plus difficile de répondre : À partir de quel âge sommes-nous vraiment vieux et commençons-nous à décliner33 ? Olievenstein n’a-t-il pas vu juste en faisant remarquer que « la chronologie exacte de la naissance de la vieillesse n’est pas techniquement proclamée34 » ?

47Les sociétés sénescentes, vieilles de corps et d’esprit comme on l’a vu, sont d’autant plus ardues à décrire qu’elles « évoluent » dans un espace économique, social et technologique non seulement rapide et en continuelle transformation, mais en mal de repères. Elles sont pluridimensionnelles, pour ainsi dire vues de l’intérieur comme de l’extérieur. Leur extériorité est caractérisée par un monde qui se globalise sournoisement, qui se convertit lentement au projet utopique d’une société unidimensionnelle, mais qui se cherche désespérément. Le monde moderne ressemble à une immense fourmilière humaine qui oscille entre les puissances uniformisantes, universalistes et hégémoniques de l’économie marchande et l’expression difficile des aspirations individuelles et des identités culturelles qui se meuvent dans un espace qui se rétrécit.

  • 35 Gorz, A. (1983), Les chemins du paradis. L’agonie du capital, Paris, Éditions Galilée.

48À tous égards, les sociétés hautement industrialisées paraissent jeunes, d’autant qu’elles se renouvellent et innovent sans relâche, et qu’elles louangent les vertus et le dynamisme de chaque génération montante. Elles sont pourtant engagées dans un mouvement de conservatisme déconcertant et de dégénérescence intellectuelle chronique. Malgré l’impression de liberté, de démocratie et d’autonomie qu’elles laissent transparaître, il n’y a jamais eu tant de manipulations politiques, d’asservissement économique, de contrôles bureaucratiques et de gardes-fous corporatistes. Il n’y a pas que la « vieille Europe », expression récemment sortie du chapeau pour les raisons que l’on connaît, qui vit des moments difficiles : c’est tout le monde moderne qui subit les contrecoups de la postmodernité. Certains observateurs se hasardent à pousser plus avant la critique, annonçant ni plus ni moins que l’agonie de l’Occident. C’est d’ailleurs sur ce ton prophétique que débute l’ouvrage d’André Gorz, Les chemins du paradis : « Par l’ampleur et la portée des mutations qu’elle introduit, la crise présente est comparable à la première révolution industrielle : nos sociétés sont disloquées par l’agonie d’un Ordre qui, longtemps encore, peut survivre à sa propre mort en nous ensevelissant sous ses appareils inertes35. »

49L’univers obscur du monde intérieur, celui du vécu, est lui aussi tiraillé car en quête d’identité et de sens profond. Il est à se demander pourquoi l’homme moderne transforme en exigence péremptoire l’aspiration à la longue vie alors qu’il n’en maîtrise ni toutes les conditions d’accès ni toutes les possibilités. Malgré les libertés et facilités apparentes qu’accorde la modernité aux personnes aînées, légion sont celles qui éprouvent l’étrange impression d’avoir perdu pied, se percevant comme incapables de suivre le rythme. Elles se sentent flouées, piégées, sinon traitées comme des exilées. À quoi bon la longue vie si son sens nous échappe, et par-dessus tout, si nous sommes disqualifiés avant même d’avoir franchi le seuil qui nous sépare de la « vie active » ? Conséquemment, il est justifié de se demander si l’homme contemporain n’a pas davantage besoin d’espérance de sens que d’espérance de vie. Ou si l’on préfère conserver l’expression « espérance de vie », celle dont on parle ne devrait-elle pas connoter une qualité au lieu d’une quantité ?

50La génération actuelle des aînés, ou plutôt les deux générations coexistantes, aura vécu parfois durement ou amèrement, parfois allègrement, les transitions et les bouleversements qui ont marqué le passage vers la postmodernité. Or, à la cadence avec laquelle se bousculent les événements sociétaux, technologiques, économiques et internationaux, on peut sans grand risque avancer que la vieillesse de demain sera fort différente de celle d’aujourd’hui. C’est d’ailleurs cette accélération foudroyante du changement et la mouvance généralisée qui rendent si difficiles l’analyse et l’interprétation des faits gérontologiques, interdisant toute conclusion hâtive ou définitive, car les mutations en cours se répercuteront nécessairement sur les durées de vie et les profils de santé et d’incapacité de demain, mais encore davantage sur les façons d’être et de vivre, isolés ou en collectivité. La gérontologie est pour ainsi dire condamnée à refaire constamment ses devoirs, à être évolutive.

51Sans entrer dans les détails pour l’instant, j’illustrerai le précédent commentaire en rappelant les changements qu’a connus la structure familiale dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale.

52Aux États-Unis, pour prendre cet exemple, moins de 20 % des femmes ayant un enfant en bas âge étaient sur le marché du travail en 1960, alors qu’aujourd’hui elles comptent pour 60 %. C’est un rebondissement de 300 %. Cette nouvelle donne, à elle seule, a radicalement remodelé l’infrastructure économique, les rôles familiaux et conjugaux, les habitudes et niveaux de vie, les aménagements culturels et sociétaux, sans compter la reconfiguration de la sécurité sociale. Parallèlement, au cours de cette même période, la proportion des familles monoparentales a plus que triplé, passant de 10 % à 30 %. À eux seuls, ces deux changements se répercuteront de façon notable sur les conditions de vie des futurs retraités. La forte présence des femmes dans les différentes sphères de l’activité économique donne à penser qu’elles seront économiquement plus autonomes que les femmes retraitées d’aujourd’hui. En revanche, celles qui seront demeurées longtemps sur le marché de la main-d’œuvre s’exposent à la plupart des facteurs de risque de maladie physique ou mentale qui échoient habituellement aux hommes.

  • 36 Il existe même une revue consacrée à « l’anti-vieillissement », le Journal of AntiAging Medicine. P (...)
  • 37 Olshansky, Hayflick et Carnes, dans une récente publication de Scientific American, édition de juin (...)
  • 38 Suzman, R. M., Manton, K. G. et Willis, D. P. (1992), « Introducing the oldest old », dans R. M. Su (...)

53L’engouement contemporain pour la question du vieillissement, qu’il soit savant ou populaire, doit également son explication à la constatation que le phénomène s’intensifie et se généralise. D’un côté, vivre jusqu’à un âge avancé n’est plus un privilège réservé à une minorité, à une classe de privilégiés, mais un fait presque devenu une banalité, une prédisposition pour ainsi dire inscrite dans le destin de l’homme contemporain. Cette donnée immédiate rend compte à elle seule de la vogue anti-aging36, malgré le fait qu’aucun traitement, qu’aucune cure de rajeunissement ne se soit prouvée efficace37. Il en va de même de l’intérêt accru porté aux marqueurs du vieillissement, aux caractéristiques épidémiologiques, cliniques et psychosociales de l’avancée en âge. Quoi qu’il en soit, le vieillissement démographique augure des choix à venir qui sont difficiles à prévoir, tant sur le plan social, économique, légal ou éthique38. Comme on l’a vu, l’ensemble des conséquences découlant du vieillissement exerce d’énormes pressions sur la société, contribuant déjà à la modifier en profondeur.

Notes

1 Dumont, G. F. (1979), « Les facteurs du refus de la vie », dans P. Chaunu, G. F. Dumont, J. Legrand et A. Sauvy (dir.), La France ridée, Paris, Librairie générale française, p. 142.

2 Cité par Ballandier, G. (1971), Sens et puissance, Paris, Presses universitaires de France, p. 52. Source : A. Comte, Appendice au tome IV du Système de politique positive.

3 Ibid., p. 283.

4 Voir en particulier cet article de Julia Long publié sur Internet (1997), « The older adult and opportunities for activity and community building in computer-mediated communication », <http://seamonkey.ed.asu.edu/~mcisaac/emc703/Pages/longl0.htm>.

5 Andreski, N. (1975), Les sciences sociales. Sorcellerie des temps modernes ?, Paris, Presses universitaires de France.

6 Attali, J. (1979), L’ordre cannibale, Paris, Grasset.

7 Leach, G. (1970), Les biocrates : manipulations de la vie, Paris, Seuil, p. 12.

8 Latouche, S. (2000), La planète uniforme, Castelnau-le-Lez (France), Éditions Climats.

9 Bourguinat, H. (1995), La tyrannie des marchés : essai sur l’économie virtuelle, Paris, Economica.

10 Delmas-Marty, M. (1996), Vers un droit commun de l’humanité : entretien avec Philippe Petit, Paris, Textuel.

11 Fukuyama, F. (2002), La fin de l’homme. Les conséquences de la révolution biotechnique, Paris, Éditions de la Table ronde.

12 Huntington, S. P. (2000), Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, p. 458.

13 Levy, R. (2001), « Regard sociologique sur les parcours de vie », dans P. Dominicé (dir.), Dossier « Regards pluriels sur l’approche biographique : entre discipline et indiscipline », Cahiers de la section des sciences de l’éducation, vol. 95, nos 1-20, p. 3.

14 Saul, J. (1993), Les bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident, Paris, Éditions Payot/Rivages, p. 37.

15 Ibid.

16 Thuillier, P. (1995), La grande implosion. Rapport sur l’effondrement de l’Occident 1999-2002, Paris, Fayard, p. 16.

17 Marcuse, H. (1968), L’homme unidimensionnel, Paris, Éditions de Minuit, p. 18.

18 Ehrenberg, A. (1995), L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, p. 305.

19 Laborit, H. (1981), L’inhibition de l’action, Paris, Masson, chapitre 4.

20 Paquot, T. (2001), « La retraite, pas la déroute ! », Le Monde diplomatique, février, p. 32.

21 L’obsolescence fait référence à l’extinction d’un secteur d’activité économique, à la disparition d’un bien, voire d’une industrie. S’il est provoqué, il s’agit d’un processus de destruction créatrice, c’est-à-dire le remplacement d’un produit par un autre incorporant une technologie plus avancée.

22 Il s’agit en médecine d’un cas de vieillissement précoce et accéléré (qui se manifeste autour de la vingtaine) qu’on appelle le syndrome de Werner ; dans le film Jack (1996), Robin Williams joue le rôle d’un adolescent atteint de progérie. Le gène responsable de la maladie a été découvert la même année. Voir Pennisi, E. (1996), « Premature aginggene discovered », Science, no 272, p. 193-194 ; et Yu, C.-E. et al., (1996), « Positional Cloning of the Werner’s Syndrome Gene », Science, no 272, p. 258-262.

23 Loriaux, M. (1990), « Il sera une fois... la révolution grise. Jeux et enjeux autour d’une profonde mutation sociétale », dans E. Vilquin (dir.), Population âgée et révolution grise : les hommes et les sociétés face à leurs vieillissements, Louvain-la-Neuve, Chaire Quételet, CIASCO, p. 3-32.

24 Lasch, C. (1996), La révolte des élites, Paris, Éditions Climats, p. 39-40.

25 Riley, M. W et Riley, J. W (1994), « Structural lag : Past and Future », dans M. W Riley, R. L. Kahn et A. Foner (dir.), Age and Structural Lag : Society’s Failure to Provide Meaningful Opportunities in Work, Family, and Leisure, New York, John Wiley and Sons, p. 15-36.

26 Thuillier, P., op. cit.

27 Ziegler, J. (2002), Les nouveaux maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Paris, Fayard.

28 Du Plessis, L. A. (2002), La 3e Guerre mondiale a commencé, Paris, Jean-Cyrille Godefroy.

29 Habermas, J. (2000), Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique, Paris, Fayard.

30 Marcuse, H., op. cit.

31 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffont, p. 291.

32 Cité par Huntington, S. P. (2000), Le choc des civilisations, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 453.

33 Koch, T. (2000), Age Speaks for Itself : Silent Voices of the Elderly, Wesport (CT), Praeger.

34 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 26.

35 Gorz, A. (1983), Les chemins du paradis. L’agonie du capital, Paris, Éditions Galilée.

36 Il existe même une revue consacrée à « l’anti-vieillissement », le Journal of AntiAging Medicine. Parmi les livres très voisins sur cette question, on peut citer : De Jaeger, C. (2002), Les techniques de lutte contre le vieillissement, Paris, Presses universitaires de France, collection « Que sais-je ? ». Un ouvrage scientifique particulièrement intéressant sur le sujet est celui de Marie-Françoise Schulz-Aellen (1997), Aging and Human Longevity, Berlin, Birkhäuser.

37 Olshansky, Hayflick et Carnes, dans une récente publication de Scientific American, édition de juin 2002, mettent en garde les personnes aînées contre les dangers des traitements anti-aging, soulignant leur inefficacité. Ils précisent que le vieillissement est une réalité incontournable provoquée par l’accumulation aléatoire des dommages que subit notre structure génétique. Ce point de vue aurait été endossé par 51 éminents chercheurs.

38 Suzman, R. M., Manton, K. G. et Willis, D. P. (1992), « Introducing the oldest old », dans R. M. Suzman, D. P. Willis et K. G. Manton (dir.), The Oldest Old, New York, Oxford University Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search