Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 5. Les contours du vieillissement sociétal

Chapitre 12. Sociétés sénescentes et postmodernité

Texte intégral

  • 1 Saul, J. (1993), Les bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident, Paris, Éditions P (...)

« Au fond, le temps est la condition fondamentale de l’homme, et savoir qu’il cessera un jour d’exister constitue sa plus grande peur. Moins que la mort, c’est cette idée de ne plus exister qui angoisse l’individu. »
John Saul, Les bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident1

Pour une lecture dialectique du vieillissement

1Dans les deux premières parties de cet ouvrage, j’ai brossé le portrait de l’hôte principal des sociétés sénescentes, puis rappelé le long parcours conduisant aux performances de longévité moyenne et maximale actuelles, pour enfin discourir sur les défis auxquels les sociétés modernes et les individus se heurtent. Dans le présent chapitre, je m’assigne comme tâche de dégager les déterminants de la dynamique sociale impliquant la société globale et la nouvelle morphologie caractérisée principalement par l’ascension phénoménale des personnes aînées. Deux interrogations principales guident ma réflexion dans ce chapitre : dans quelle mesure les personnes vieillissantes, subordonnées au projet actuel de la société postmoderne, peuvent-elles s’y insérer et s’actualiser au lieu de vivre comme en suspension ? Et, en inversant le raisonnement ou en procédant à rebrousse-poil : de par leur force numérique et leurs caractéristiques propres, quelle influence les aînés exercent-ils ou exerceront-ils sur cette même société ?

2Il s’agit en quelque sorte d’examiner, à travers les lignes de force qui travaillent la civilisation occidentale, la réciprocité des influences qui agitent la société globale et sa fraction croissante composée des personnes retraitées. L’évolution et l’emprise de la technologie, les valeurs de la postmodernité et les contraintes contemporaines qu’impose le temps sont autant de vecteurs propres à moduler les parcours de vie des personnes aînées. En contrepartie, plusieurs secteurs sont touchés par l’affluence des personnes aînées : en tête de liste, celui de la recherche, des loisirs et de la consommation des produits et services.

3Inexorablement, à mesure que nous pénétrons dans l’âge des sociétés sénescentes, ces questionnements inédits défraieront de plus en plus la chronique, donnant lieu à de vifs débats sur la place publique concernant l’avenir de la postmodernité. Certains rétorqueront, avec raison comme on le constatera dans le prochain chapitre, que le vieillissement n’est qu’un épiphénomène par rapport à d’autres enjeux beaucoup plus cruciaux, une réification qui a pour effet d’hypostasier la conscience collective. Or, cette formation sociale est bel et bien omniprésente et active même si elle peut sembler diffuse ou diluée dans l’ensemble du corps social. Par-dessus tout, elle n’échappe pas aux courants de fond qui agitent la société.

L’intrication de l’individu et de la société

4Il est admis que tout individu vit en interdépendance étroite avec son milieu physique et social. Or, plus que jamais se pose la question de savoir comment les mutations profondes qui secouent la société passent dans le canal de l’expérience des personnes aînées. Sont-elles balayées ou foudroyées par la postmodernité, c’est-à-dire tout simplement surclassées par le rythme essoufflant du progrès technique et du bouleversement social et culturel qui l’accompagne ? Par crainte d’être happées par ce tourbillon, préfèrent-elles déclarer forfait, pour se retrancher dans la misanthropie, ou vivre en retrait de cette société effervescente ? Ou au lieu d’être à la traîne, de lâcher prise et d’abdiquer, choisissent-elles de s’y intégrer pleinement, dans l’espoir de vivre en harmonie avec le reste de la société, en cherchant à s’adapter de leur mieux aux changements rapides, ou du moins en s’en accommodant, en inventant leurs propres styles de vie ?

  • 2 Cumming, E. et Henry, W. E. (1961), Growing Old : The Process of Disengagement, New York, Basic Bo (...)

5Force est d’admettre qu’une abondante documentation scientifique, aussi bien en sociologie qu’en biologie, a déjà fait le procès des personnes aînées. Comme je l’ai fait remarquer précédemment, selon Cumming et Henry, le « désengagement » de la personne aînée, c’est-à-dire son retrait graduel de la vie active, est un fait universel qui obéit à une nécessité, qui répond à un besoin mutuel. La finalité d’un tel désengagement serait d’assurer le fonctionnement optimal de la société et, du même coup, de permettre aux personnes retraitées de s’adapter adéquatement aux tensions qui surgissent au cours du vieillissement2. Par ailleurs, s’appuyant sur les thèses de certains « développementalistes » et biologistes, légion sont ceux qui défendent l’explication fataliste suivant laquelle le déroulement de la vie décrit une courbe linéaire descendante, inéluctablement marquée par le déclin des capacités physiologiques et cognitives. Hélas, une fois tracée cette ligne, l’imaginaire collectif peut sans peine inclure toutes les formes imaginables de carences, d’impuissances et d’incapacités !

6À partir du moment où le diagnostic est établi dans ces termes, on saisit mieux la philosophie de prise en charge qui prévaut et l’attitude paternaliste dominante qui ont ouvert la voie à l’intervention gérontologique actuelle et institué son credo : secourir et protéger les personnes aînées, les mettre à l’abri, les épargner des traumatismes provoqués par des crises à répétition qui remuent la société. Cette triste lecture sur le sort des aînés, soutenue par l’idéologie misérabilisante, a sans doute contribué à perpétuer, exacerber, voire créer de toutes pièces une panoplie de mythes sur le vieillissement. Mais cette interprétation sur le destin des personnes aînées n’est pas corroborée par les faits. Et fort heureusement, se développent de nouveaux réflexes plus positifs à leur égard.

7Au-delà des errements de cette sombre pensée, elle-même en déclin, une question fondamentale n’a pas été examinée. Dans quelle mesure les personnes aînées sont-elles concernées au premier chef par les défis qu’elles posent à l’humanité et quel rôle social et culturel peuvent-elles jouer face à un avenir si difficile à maîtriser ? Répondre à cette question nécessite de jauger le plus objectivement possible l’influence qu’exerce la société sur le déroulement de la vie des personnes aînées et, réciproquement, d’évaluer l’influence de ces dernières sur cette même société. C’est à cette réflexion que je convie le lecteur dans la suite de l’exposé.

Les empreintes du XXe siècle

8En dépit des cicatrices profondes qu’il a laissées dans l’histoire, le XXe siècle a été le terreau de notre confort et de notre prospérité. Plus que toute autre époque, ce siècle a contribué à hausser le niveau d’éducation et de bien-être de ses habitants, amélioré leur santé et prolongé leur durée de vie. Il a vu naître les réformes dans les systèmes de protection et d’assurance sociales et se déployer les immenses progrès de la recherche biomédicale. Grâce à la civilisation moderne, nos modes d’information et de communication se sont considérablement étendus, nos déplacements ont été rendus plus faciles, d’innombrables maux ont été soulagés et maintes inégalités ont été jugulées. On ne peut ipso facto enterrer l’idée que le progrès, tel que nous l’entendons communément, a été bénéfique à tout un chacun.

  • 3 Toffler, A. (1971), Le choc du futur, Paris, Denoël.

9Mais le rêve utopique du progrès éternel recèle un côté moins reluisant. Voilà un peu plus de 30 ans, Alvin Toffler se demandait si le rythme actuel du changement, impulsé par la cadence effrénée du développement économique et technologique, avait franchi les limites de notre capacité d’adaptation3. On peut en toute bonne foi se demander si, au début de ce troisième millénaire, cette même civilisation du bonheur, de la prospérité et de la longue vie commence à nous livrer ses fruits empoisonnés. Où en sommes-nous aujourd’hui dans ce monde qui, pour la première fois dans son histoire, est percuté de plein fouet par le vieillissement démographique ? Cette nouvelle donne sociologique vient-elle amplifier la menace déjà explosive du choc du futur ? Comment, dans un tel contexte, rendre intelligibles les transformations que font subir aux sociétés l’extension et la diffusion des phénomènes nouveaux induits par le vieillissement humain ?

  • 4 Larochelle, G. (1998), La communauté comme figure de l’État, Chicoutimi, Québec, Éditions JLC.

10Placées sous l’emprise quasi absolue de l’économie marchande qui, sans trop de peine, repousse toutes les frontières dans sa lutte pour son expansion, levant la plupart des obstacles à sa globalisation, les sociétés économiquement avancées traversent présentement une période critique sans précédent dans leur histoire. Du même coup, l’État-providence tend à s’effacer, à plier l’échine, devenant même complice du capitalisme sauvage. Gilbert Larochelle parle d’un changement dans la fonction du Léviathan caractérisée par le passage de l’État-tuteur à l’État-arbitre : le rôle de cet État transformé étant réduit à gérer la diversité et les conflits4.

  • 5 Laborit, H. (1976), Éloge de la fuite, Paris, Robert Laffont.

11Dans cette même lancée, les appareils bureaucratiques, à la solde de l’économie marchande, deviennent de plus en plus régissantes et envahissantes, à tout le moins dans l’espace rétréci qui leur est réservé. En d’autres lieux, les conflits armés s’intensifient, tandis que le terrorisme étire ses frontières et s’impose comme une provocation constante. Pardessus tout, et comme résultante de ces effervescences tentaculaires, un climat d’impuissance et de morosité envahit pernicieusement les mentalités. Dans ces conditions, faut-il, comme le recommande implicitement Laborit, faire l’éloge de la fuite5 ? La retraite, au sens de battre en retraite, serait-elle devenue l’ultime refuge ?

12Le potentiel de « crise » actuel est vivifié, nous l’avons noté, par les craintes irraisonnées que suscite le vieillissement démographique. Et c’est à travers la nouvelle conjoncture sociologique décrite plus haut que ce phénomène trouve sa plus vibrante expression. L’appréhension est accentuée par le déséquilibre existant dans la structure des âges qui paraît de plus en plus fracturée, brouillée, en perte de repères. En y regardant de près, l’émasculation de l’âge se montre nettement comme un idéal de la postmodernité. Manifestement, ce serait se méprendre que de se représenter la structure des âges comme si elle formait deux hémisphères séparés, chacun soumis à des cadences de vie diamétralement opposées : d’un côté une catégorie d’individus essoufflés et suractifs, de l’autre, une minorité croissante de gens délassés et indolents. La réalité est que le « cycle de vie » traditionnel, qui prévalait de la fin de la Deuxième Guerre mondiale jusqu’au milieu des années 1970, époque dite des Trente Glorieuses, a non seulement perdu son synchronisme d’autrefois, mais il tend à s’estomper. Sous le coup de ce qui semble maintenant être la norme, la précarité de l’emploi et l’abaissement de l’âge de la retraite, de nouveaux espaces de temps libre et de travail, rémunérés ou non, permanents ou temporaires, se dégagent et foisonnent dans tous les temps de la vie.

13Mais au regard de la fonction et de la place de l’âge dans la société, le vieillissement humain n’est pas le seul agent de transformation en cours. La jeunesse est en proie à de sérieuses contrariétés, dans un monde où l’emploi se fissure, et où s’effondrent des valeurs-clés dont celles du travail, de l’engagement social, de la solidarité, de la responsabilité individuelle et collective. Les nouveaux paramètres de société s’immiscent dans tous les milieux et âges de la vie, se répercutant forcément dans l’univers de l’expérience des personnes aînées. Parallèlement, ces conditions de vie modifiées que subissent les personnes aînées transforment à leur tour la société tout entière, sous l’effet de leurs réactions et de leurs capacités nouvelles d’affirmations. Les configurations actuelles de la société paraissent donc extrêmement mouvantes, en quête de leur direction et de leur sens.

14J’ai ramené ce point d’entrée de jeu pour montrer qu’il n’est plus possible d’aborder la question du vieillissement en vase clos. Cette thématique n’est réductible ni à des parcours individuels ou des expériences singulières, ni aux transformations psychologiques, sociales et culturelles provoquées par la mutation démographique. Phénomène constitutif d’une collectivité, le vieillissement est un lieu de confluence et de convergence de toutes ces mutations profondes, tout en étant une source de transformation qui met ces divers éléments en relation de réciprocité.

15Une idée maîtresse ordonne donc les analyses du présent chapitre : les conditions sociales, économiques, technologiques et culturelles ayant préparé l’entrée en scène des sociétés sénescentes sont elles-mêmes sujettes à être transformées par la nouvelle réalité démographique et socioculturelle du vieillissement humain. En effet, on ne peut plus ignorer que la communauté des aînés canalise des énergies considérables, qu’elle tend à se convertir en un pôle d’attraction et de diffusion majeur de valeurs fondamentales, constituant de ce fait un puissant vecteur du changement. Cette même communauté est configurée par une pluralité de cadres sociaux, à la fois fertiles et tonifiants, ainsi que des faisceaux de solidarités capables de mobiliser d’énormes ressources humaines et économiques. C’est commettre une impardonnable imprudence que de s’imaginer que les aînés n’ont plus de carte à jouer, qu’ils sont déclassés, à la traîne, disqualifiés ou simplement dépassés par les événements de la vie moderne.

Deux siècles de révolutions techniques

  • 6 Hottois, G. (1984), Le signe et la technique. La philosophie à l’épreuve de la technique, Paris, A (...)

16On oublie trop souvent que la révolution démographique, dont l’un des aboutissements est l’éclosion des sociétés sénescentes, coïncide avec les bouleversements majeurs intervenus au cours des deux derniers siècles. C’est devenu un lieu commun d’affirmer que cette période a été, uniquement sur le plan social et économique, le théâtre de mutations majeures et décisives dans le cours de l’histoire, mutations qui confirment hélas notre vision utilitariste du monde. La technique, fille de la science et de la raison, a été et demeure l’axe autour duquel se sont structurées et ramifiées la plupart des formes de développement. À commencer par l’activité marchande qui cherche à se parer des vertus de la science et de la technique, alors qu’elle semble baigner dans la complexité de son déploiement chaotique. La technique, omniprésente dans la vie quotidienne, accompagne l’homme dans toutes les démarches de son existence. Gilbert Hottois illustre bien cette omniprésence lorsqu’il affirme que l’individu naît et meurt dans le microcosme technique particulièrement sophistiqué du milieu hospitalier6. C’est dire à quel point la civilisation occidentale s’appuie sur la puissance de la technique pour écrire son histoire.

17Sans qu’il soit ici indiqué, voire nécessaire, d’entrer dans les détails, d’énumérer toutes les grandes inventions ou applications techniques que nous ont apportées ces dernières décennies, rappelons simplement qu’après avoir été libérés du joug de l’agriculture, où de nos jours moins de 5 % de la main-d’œuvre active s’y consacre, nous sommes rapidement entrés dans l’univers de l’électricité, des moteurs à combustible fossile, de la mécanisation, des manufactures et de l’industrie lourde. Du modèle taylorien axé sur la production de masse, nous sommes ensuite passés à ce qu’on appelle la globalisation, c’est-à-dire à des transformations où l’entreprise a cherché à diversifier de plus en plus ses produits et à se rapprocher des besoins de consommateurs.

  • 7 Meyer, C. et Davis, S. (1998), Blur : The Speed of Change in the Connected Economy, New York, Pers (...)

18Dans leur ouvrage intitulé Blur : The Speed of Change in the Connected Economy, Christopher Meyer et Stan Davis observent que dans la nouvelle économie les frontières entre le consommateur, le producteur et le revendeur s’effacent, de même que se dissout la distinction entre un bien et un service, entre le travail et le loisir, entre le travail dans l’entreprise et celui effectué à son domicile. La rapidité des innovations technologiques et l’extension des réseaux de communication créent une sorte de flou entre les rapports marchands traditionnels et ceux de la postmodernité. De ce magma incandescent émergent de nouveaux types de rapports sociaux et d’autres forces intangibles : le savoir organisationnel, le capital humain, l’inventivité, la culture7.

19La maîtrise du nucléaire, aussi bien en médecine que dans les secteurs énergétique et militaire, l’essor spectaculaire des moyens de transport, l’urbanisation galopante et l’amélioration continue des modes d’accès aux biens et services constituent autant de développements qui ont radicalement transformé nos modes et conditions de vie. En raccourci, tels ont été pour l’essentiel les apports conditionnels à l’émergence de la société de consommation de masse. Et c’est dans ce creuset qu’ont été forgées les sociétés sénescentes.

20D’autres développements se sont greffés à ces changements techniques initiaux : l’extension du secteur tertiaire, c’est-à-dire celui des services et celui de l’électronique, puis la grande industrie avec ses gigantesques usines d’assemblage robotisées. Ce denier stade correspond à ce que Daniel Bell a appelé la société postindustrielle. Finalement, nous sommes entrés dans l’ère de la société des communications, sous l’impulsion d’importantes percées en informatique, grâce aux connaissances scientifiques et techniques devenues prédominantes. Cette période est marquée par l’emprise considérable de la publicité et des médias dans ses efforts agressifs pour conquérir des marchés. Le « village planétaire », expression visionnaire créée par le Canadien Marshall Mc Luhan, est une métaphore qui illustre adéquatement la prolifération des échanges économiques, des techniques de communication et leur diffusion à l’échelle du globe.

  • 8 Cité par Zwi, A., Fustukian, S. et Sethi, D. (2002), « Globalisation, conflict and the humanitaria (...)

21Nous avons connu, uniquement au XXe siècle, trois « grandes » guerres dévastatrices, en incluant celle du Viêtnam. Mais depuis la fin de la guerre froide en 1989, d’autres ont suivi, dont celles en Yougoslavie et en Afghanistan, et récemment en Irak. En tout, depuis la chute du mur de Berlin, on en a dénombré plus de 60 à travers le monde. Ruth Leger Sivard a fait remarquer que le nombre de morts résultant directement des guerres au XXe siècle excède les 110 millions de victimes, la population civile comptant pour 60 % des pertes humaines8. N’est-ce pas là une preuve flagrante des contradictions de notre temps, la capacité de détruire autant de vies en si peu de temps et celle d’en sauver et de la prolonger ?

22À constater les interminables crises et conflits armés, l’humanité souffre à n’en point douter d’amnésie. Ces sempiternelles luttes armées, est-il besoin de le rappeler, en plus d’avoir fait énormément de victimes ont provoqué des flots sans précédent de réfugiés à travers le monde. La crise palestinienne et celle dans le golfe Persique perdurent, des génocides inqualifiables ont eu lieu ou se préparent, en Afrique et au Proche-Orient notamment, des dépressions économiques ont secoué les piliers de l’économie mondiale, le bloc soviétique s’est effondré, le mur de Berlin est tombé, la conquête de l’espace s’est enclenchée dans l’anarchie, l’arme atomique a été utilisée contre des populations et les cartels de la drogue ne cessent de consolider leur emprise. Et cette liste bien sûr n’est que partielle.

  • 9 Touraine, A. (1996), « Identité et modernité », dans M. Elbaz, A. Fortin et G. Laforest (dir.), Le (...)
  • 10 Lasch, C. (1991), The True and Only Heaven, New York, Norton.

23La fin du XXe siècle marque également la fin de l’homo economicus, au sens de l’homme tourmenté par sa survie économique et son confort matériel. Non pas que ces préoccupations, même dans le monde occidental, soient devenues secondaires. C’est qu’elles revêtent désormais une tout autre coloration. Malgré l’essoufflement des dictatures et l’émergence de l’homme nouveau, subsistent plus que jamais des inégalités criantes. Comme le faisait remarquer pertinemment Alain Touraine, dans le monde actuel, le risque de reproduction permanente de l’exclusion est plus élevé que jamais, tandis que le repli sur l’identité se trouve menacé. Les processus de dualisation, de rupture et de dissociation creusent l’abîme entre les riches et les pauvres, entre les insiders et les outsiders, entre les signes de participation au monde des échanges9. Le train du progrès n’est guère clément avec ceux qui refusent de le prendre, déclarait Christopher Lasch10.

24Légion sont les personnes aînées, tout au moins en Amérique du Nord, qui ont cheminé à travers ces grandes innovations et transitions intervenues au XXe siècle. C’est particulièrement le cas de la « génération sandwich », c’est-à-dire les personnes de l’entre-deux-guerres (1917-1936). Elles ont tantôt souffert, tantôt profité des grands bouleversements mémorables, non seulement techniques, mais politiques et internationaux : les périodes d’austérité et de prospérité, les progrès de la médecine, l’instauration de politiques sociales réclamées ayant conduit à améliorer leur bien-être. Elles ont été élevées dans des milieux où s’imposait le respect de l’autorité, de la propriété et des valeurs religieuses, où prédominaient le sens du devoir accompli et la valeur attachée au travail. Elles ne peuvent aujourd’hui que constater l’inversion des valeurs et l’étiolement de leurs expressions traditionnelles comme l’Église, l’État, voire la famille. Le culte de l’individu a relayé celui du groupe, de l’institution. Pour reprendre ce mot d’Antonio Gramsci, ces institutions se retrouvent devant les restes désarticulés de visions du monde désuètes. La culture hétéroclite contemporaine semble baignée d’une même lumière.

25Peu de personnes aînées, surtout parmi les plus âgées, ont eu la chance d’accéder aux études supérieures. Une fraction non négligeable n’a pas franchi le niveau d’instruction primaire. Par ailleurs, toutes appartiennent à la génération de la grande fratrie, une époque où se nouaient des liens serrés avec le réseau de parenté élargi. Les nouvelles valeurs d’émancipation individuelle et de liberté, la ségrégation des rôles masculin et féminin et les techniques contraceptives allaient vite devenir de puissants freins aux familles nombreuses. Les personnes aînées d’aujourd’hui, parmi les « plus jeunes », ont pour la plupart fondé un foyer plus restreint que celui de leurs parents. Et, par contraste, abondent les jeunes retraités actuels qui ont vécu l’expérience du divorce, de la monoparentalité, des familles recomposées.

26Ne sont pas rares les personnes qui, après avoir vécu toute leur enfance en milieu rural, ont connu l’exode vers la ville, par choix ou par obligation. Elles ont donc vécu à la fois les durs labeurs de la vie paysanne et, plus tard, les contraintes insoupçonnées de la vie et du travail en milieu urbain. Elles ont assisté à l’introduction de l’électricité dans les campagnes et à l’installation des réverbères à lampes incandescentes dans les villes, à l’avènement de la machinerie agricole lourde et de la télévision, pour ne faire figurer que ces innovations. Plusieurs se souviennent de l’épidémie de la grippe espagnole en 1919, de l’obtention du droit de vote des femmes au Canada en 1920, de la première traversée de l’Atlantique en avion par Lindbergh en 1929 et de la découverte de la pénicilline par Alexander Fleming en 1931. Sur un autre plan, plusieurs ont écopé de la crise des années 1930 ou du rationnement au moment de la Seconde Guerre mondiale. On sait combien de personnes appelées sous les drapeaux y ont perdu la vie. Les témoignages des anciens combattants qui ont survécu laissent entendre que leur vie a été lourdement perturbée, sinon brisée à jamais.

27On conçoit donc aisément qu’une palette bien garnie de mutations ait laissé des traces profondes durant la jeunesse des personnes aînées, se gravant dans leur champ de l’expérience, au travers des luttes remportées à l’arraché, mais aussi des joies et des espoirs vécus. Ce qui explique qu’une pluralité de conditions et d’aspirations de vie sillonne le parcours de la vieillesse. Ces inscriptions, ces empreintes du temps, les accompagnent dans leur présent parcours de vie, sur le plan des attitudes, des valeurs et des projets. Et comme nous l’avons vu dans les chapitres antérieurs, les personnes aînées ne constituent pas un bloc monolithique, en termes d’âge, d’itinéraire socioprofessionnel ou familial.

28L’innovation débordante et la promotion des contre-valeurs de la postmodernité résonnent-elles à leurs oreilles comme autant de coups de glas annonçant leur dépassement ? Comment donc les personnes aînées en général perçoivent-elles le changement technologique et comment agissent-elles en tant que consommateurs ? Ici tout dépend de la cohorte d’individus à laquelle nous faisons allusion et de leur âge. Manifestement, ce serait faire fausse route que de prétendre ou d’assumer que les personnes aînées sont méfiantes face à la nouveauté et qu’elles résistent « instinctivement » au changement. Au contraire, il semble, selon une récente étude, qu’elles ne soient pas rétives aux innovations technologiques et qu’elles se comportent comme des consommateurs avertis, prudents et pragmatiques.

  • 11 Caradec, V (2001), « Personnes âgées et objets techniques. Une perspective en termes de logiques d (...)

29S’appuyant sur des données recueillies auprès d’un échantillon de répondants, Vincent Canadec a conceptualisé quatre logiques d’usage des biens et services. La logique utilitaire s’applique lorsque les préférences d’achat des aînés se tournent du côté des produits servant à faciliter la réalisation des tâches domestiques et le maintien de la santé. La logique identitaire entre en action lorsqu’il s’agit de consommer des produits qui mettent en valeur les habitudes de loisir et la personnalité. La logique de médiation, qui fait appel à l’intervention d’un tiers, s’exprime principalement dans l’échange des cadeaux. Cependant, quand les enfants offrent des cadeaux à leurs parents, note l’auteur, les choix reflètent souvent les préférences du donateur, ce qui ne signifie pas qu’ils sont automatiquement appréciés du bénéficiaire. Finalement, la logique d’évaluation s’applique lorsque la performance du produit entre en jeu, de même que sa simplicité d’emploi, son efficacité et sa fiabilité. L’auteur précise qu’un peu avant ou dès le début de la retraite, les personnes sont portées à dépenser davantage qu’auparavant, saisissant la dernière occasion (leur revenu le leur permettant encore) pour changer de voiture, embellir la maison, effectuer des réparations ou des rénovations, réaménager l’intérieur du domicile ou se procurer des objets de consommation sophistiqués. Cependant, à mesure qu’elles avancent en âge, s’observe une certaine déprise : elles réduisent sensiblement leurs achats et les dépenses frivoles et se concentrent sur l’utilité immédiate des produits11.

Les sociétés sénescentes à l’heure de la culture postmoderne

  • 12 Jacquard, A. (1991), Voici le temps du monde fini, Paris, Éditions du Seuil.

30Les perfectionnements techniques intervenus au cours des 50 ou 100 dernières années ne sont pas étrangers à la crise identitaire et des valeurs actuelles, à l’impression de déstabilisation du citoyen contemporain. Les personnes aînées, est-il besoin de le rappeler, sont touchées elles aussi par les états d’âme de la nouvelle civilisation. Elles risquent donc d’être désorientées, d’avoir l’impression d’être inféodées, de sentir le sol se dérober sous leurs pieds. On semble oublier, déclarait Albert Jacquard, que l’on devient une personne grâce à l’héritage culturel12. Or, quelle importance accorde-t-on à cet héritage dans ce monde qui prêche la résignation, qui lamine les valeurs et qui cherche à faire voler en éclats les cohésions sociales ?

  • 13 Certains ont souligné l’ambiguïté du concept de modernité qui tantôt fait référence à l’affirmatio (...)

31Sous prétexte d’avoir vécu tant d’innovations et de transformations au cours de leur vie, les personnes aînées, plus que la plupart de leurs concitoyens sans doute, éprouvent une perte de repère dans ce passage de la modernité vers la postmodernité. Quel lien peut-on établir entre les réalités que recouvrent la postmodernité et le vieillissement13 ? Il serait vain ici de nous engager à fond dans cette controverse sous peine de nous éloigner de notre propos. Mais sans prétendre faire le tour du problème, il est utile d’extraire les grandes lignes du passage de la modernité à la postmodernité. L’objectif étant d’évaluer l’emprise qu’exercent la culture et la société actuelles sur les aînés.

  • 14 Voir à ce sujet Weber, M. (1964), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.
  • 15 Voir Bernard, C. (1865), Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Delagrave. Ré (...)
  • 16 Voir A. Touraine (1992), Critique de la modernité, Paris, Fayard.
  • 17 Domenach, J. M. (1986), Approches de la modernité, Paris, École polytechnique, Ellipses.

32Il semble se dégager un consensus à l’effet que la modernité débute au XVIe siècle, en Europe, avec l’essor du capitalisme et du protestantisme14, la montée de la bourgeoisie face à l’aristocratie féodale, l’avènement des sciences expérimentales15 et les grandes découvertes16. Elle culmine cependant au Siècle des lumières avec la critique des fondements de l’ordre établi, sous l’influence de courants philosophiques comme le rationalisme, le positivisme et la foi dans le progrès, bref avec la propagation des idéaux universalistes de l’humanisme occidental. Domenach soutient que la modernité a véritablement pris place au XVIIIe siècle, au moment de la Révolution française, époque qui correspond à la destitution de la noblesse et à la proclamation que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits17.

  • 18 Serres, M. (1990), Le contrat naturel, Paris, François Bourin.
  • 19 Lyotard, J.-F. (1979), La condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit, p. 7-8.

33Essentiellement, la modernité inscrit la rupture avec la tradition, une tradition pour qui l’âge d’or se situait à l’origine du monde ou renvoyait à un prophète venu révéler les lois de l’univers ou les préceptes de l’ordre religieux. La modernité marque en quelque sorte le passage d’un mode d’organisation sociale fondé sur le mythe à un mode guidé par l’idéologie. La modernité sort l’humanité pour ainsi dire d’une ère enténébrée par l’ignorance. Dès lors, le monde cesse d’être sacré et fermé. Il devient ouvert et objet d’investigation, de connaissance. La modernité, affirme Michel Serres, enterre le Moyen Âge : la raison et l’ordre triomphent de l’obscurantisme18. La modernité désenchante, évacue le monde de ses mystères et cherche à s’approprier les vertus des dieux du passé. Elle consacre l’effondrement des métarécits de légitimation, pour reprendre la formule de Jean-François Lyotard19.

  • 20 Dans Baudelaire, C. (1857), Les Fleurs du mal, « Le Cygne ».

34En abolissant la croyance au surnaturel, en s’affranchissant de la tutelle monarchique, et finalement en consacrant la « mort de Dieu », pour paraphraser Nietzsche, l’homme moderne s’est cependant privé des certitudes traditionnelles qui lui servaient de guide. Dans son projet de n’exister en ce monde que pour lui-même, dans sa nouvelle foi en la maîtrise de la nature et à la croissance illimitée, dans son souci d’organisation scientifique de la société, il s’est pour ainsi dire jeté dans le vide, n’ayant plus de comptes à rendre qu’à lui-même. Baudelaire dira que la forme d’une ville hélas change plus vite que le cœur d’un mortel20 ! N’est-ce pas ce qu’éprouve avec nostalgie le citadin âgé qui, percevant ne pas avoir changé, voit sa ville se défigurer, se dissoudre dans l’éloignement et le passé ?

35Dans un monde où les illusions et les chimères sont oblitérées par la science, l’homme moderne, investi par la technique, cherche désespérément à se convaincre de l’utilité de son action. Quête éperdue du bonheur, réalisation optimale de soi, accomplissement personnel, mais aussi ardent désir de puissance ou de domination, telles sont ses nouvelles devises. À voir proliférer à un rythme effarant les casinos et les loteries de toutes sortes, il est à se demander si le hasard n’a pas désormais pris la place du sacré.

36À une époque pas si lointaine, la domination de l’homme sur l’homme a produit l’esclavage. Et uniquement au cours du dernier siècle, ai-je besoin d’insister, tant d’exemples nous ont été fournis de desseins aux suites tragiques, mus par des velléités de mégalomanie, d’hégémonie ou de sujétion. Mais l’homme moderne n’échappe pourtant pas à d’autres formes de conditionnement ou d’oppression à connotation totalitaire.

  • 21 Bourdieu, P. (1998), « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, mars 1998.

37Il se laisse facilement entraîner dans l’affluent society, endossant l’idéal de réussite sociale que promet et promeut le rêve américain, l’American way of life. Dans un texte intitulé « L’essence du néolibéralisme », Pierre Bourdieu concevait le néolibéralisme comme un programme de destruction des structures collectives (les syndicats, les formations politiques, voire la culture) et de promotion d’un nouvel ordre fondé sur le culte de l’individu seul mais libre21. En effet, l’homme moderne pouvait encore se situer dans un espace symbolique mouvant, se distancier de l’Autre (Dieu, l’Être, l’État, la nature, les idées) pour emprunter cette réflexion de Jacques Lacan. Or, l’individu moderne, bien qu’encadré par le jeu des conventions sociales, est confronté à des références multiples souvent en concurrence ou en conflit. Il s’expose donc à la névrose (la culpabilité) ou à la révolte.

38Or, cette double définition s’évanouit avec la postmodernité où aucune figure référentielle ne vaut plus, où s’effondre la distance entre le sujet et l’Autre. Jean-Claude Guillebaud dira que la

  • 22 Guillebaud, J.-C. (2003), Le goût de l’avenir, Paris, Éditions du Seuil, p. 134.

postmodernité se substitue à la modernité sans jamais l’attaquer de front, sans jamais donner lieu à un affrontement idéologique identifiable. Elle procède de façon systémique. C’est bien ce qui rend difficile un positionnement critique à son égard, et plus difficile encore toute velléité de résistance22

  • 23 Kholi, M. (1986), « The world we forgot : an historical review of the life course », dans V W Marc (...)

39.Par ailleurs, alors que dans la modernité le cours de la vie fait l’objet d’une institutionnalisation, ce n’est plus le cas dans la postmodernité23. L’injonction est faite à tout individu d’être d’abord soi. Il se définit désormais par son autonomie. Selon Dufour :

  • 24 Dufour, D.-R. (2001), « Les désarrois de l’individu-sujet », Le Monde diplomatique, février 2001, (...)

[C]’est vers une condition subjective définie par un état-limite entre névrose et psychose que se définit désormais l’individu postmoderne, de plus en plus pris entre mélancolie latente, impossibilité de parler à la première personne, illusion de toute-puissance et fuite en avant dans des faux soi, dans des personnalités d’emprunt, voire multiples, offertes à profusion par le marché24.

  • 25 Foucault, M. (1984), Histoire de la sexualité, vol. 3 : Le souci de soi, Paris, Gallimard.

40Chez Foucault, le souci de soi et de l’autonomie exprime le besoin qu’éprouve l’homme de construire sa vie comme œuvre d’art, ce qu’il appelle « l’esthétique de l’existence ». Ce souci recouvre les trois guises suivantes de l’individualité : 1. la valeur absolue attribuée à l’individu dans sa singularité et son indépendance (le modèle type est le militaire dans l’aristocratie) ; 2. la valeur accordée à la vie privée, aux intérêts patrimoniaux et familiaux, aux activités domestiques (le modèle type est le bourgeois du XIXe siècle) ; 3. l’intensité des rapports à soi, se prendre soi-même pour objet de connaissance, faire son propre salut (le modèle type est l’ascète chrétien des premiers siècles)25.

41Au temps de la modernité, la liberté de choix s’exprimait au sein de cadres précis : le politique, le juridique, l’économie, l’éducation. Alors que la modernité était caractérisée par la subordination des désirs individuels aux nécessités de l’ordre public, la postmodemité aplatit l’histoire et exalte l’individu. Celui-ci dispose de tout l’espace voulu pour s’exhiber : il a par-dessus tout le souci du paraître. En toute logique, il aura tendance à tolérer ou à s’accommoder de la différence, tout en cherchant à éviter à tout prix les conflits. On passe ainsi d’une liberté de revendication à une liberté d’expression de soi.

  • 26 Dufour, D.-R., op. cit.
  • 27 Voir à ce propos Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Pa (...)

42Dans l’univers postmoderne, l’individu s’expose cependant à être en panne d’action et d’initiative, nous signale Dufour, ce qui expliquerait l’incidence actuelle des syndromes dépressifs26. Le recours aux médicaments pour soigner les troubles dépressifs (le Prozac, par exemple) ou d’agitation excessive (le Ritalin, par exemple) témoigne probablement de ces troubles de l’action. La tendance ascensionnelle des suicides et tentatives de suicide serait caractéristique elle aussi de cette ère narcissique27.

  • 28 Saint-Jacques, S. (2003), « Le vulgaire en vogue », La Presse, 11 janvier.

43Plus récemment, estime le philosophe Alain Finkielkraut, s’est répandu le phénomène de la vulgarité, surtout parmi l’élite. Elle se traduit par « l’absence de bonnes manières, l’exhibitionnisme, l’hypersexualisation du corps, l’étalage disgracieux de sa richesse matérielle, les confessions publiques à la télévision et les communications personnelles à tue-tête28 ». Les temps postmodernes sont aussi marqués par une colonisation de la vie de tous les jours par le consumérisme et le déploiement de genres de vie tous azimuts qui, en apparence, dépendent de choix personnels. On s’accorde maintenant pour dire que les valeurs elles-mêmes sont promues au rang de produits de civilisation.

  • 29 Lipovetsky, G. (1983), L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard.
  • 30 Ibid.

44Pour Gilles Lipovetsky, le point de rupture de la modernité est celui de l’autonomisation de l’individu, phénomène qu’il qualifie de procès de personnalisation29. Dans L’ère du vide, il évoque les nouvelles finalités et légitimités sociales de la postmodernité : l’accomplissement personnel immédiat, la personnalisation, la décontraction, les valeurs hédonistes, l’humour, la sincérité, l’expression libre, une vie sans contrainte. L’homme postmoderne, ou plutôt l’homo psychologicus, ajoute-t-il, « veut vivre tout de suite, ici et maintenant ». Ses réflexes et agissements sont caractérisés par l’indifférence généralisée, la désaffection des grands systèmes de sens, la disparition des tabous30.

45Cette indifférence n’est certainement pas étrangère au taux d’absentéisme croissant constaté dans le monde du travail, ou à celui de la participation de plus en plus faible observée dans les scrutins, notamment chez les jeunes adultes et les personnes aînées. Rien d’étonnant, car rares de nos jours sont les « idéologies » politiques capables de séduire et d’enflammer les foules. Elles sont banalisées, ignorées. Se développent plutôt des objets de culte substituts, celui des vedettes de la musique, du sport et du cinéma. Sans contredit, c’est une forme de sublimation, une façon de s’attacher à un idéal quelconque, de projeter ses désirs inassouvis.

  • 31 Lefrançois, R. (2001), « Les événements critiques de la vieillesse en tant qu’épreuves préfigurant (...)
  • 32 Dufour, D.-R., op. cit.

46En outre, l’attraction qu’exercent les gourous de ces « religions postmodernes » participe à n’en point douter du besoin de combler le vide existentiel qu’évoque Lipovetsky. Comme je l’ai indiqué ailleurs, le sentiment de vacuité existentielle n’explique-t-il pas la popularité actuelle des nouvelles sectes, la ferveur que connaît la méditation transcendantale et la quête de plus en plus répandue de spiritualité31 ? Tout indique en effet que l’individu de la postmodernité, en apparence libre, est terriblement seul et se sent abandonné. C’est pourquoi il devient une proie facile, une cible commode pour un système puissant comme celui du marché et sa publicité tapageuse. Un marché qui, bien entendu, propose des biens pour le corps aussi bien que pour l’esprit. Les tendances visant à remédier à cette lacune, précise Dany-Robert Dufour, sont légion : l’identification à un groupe ou une bande, la fuite dans la toxicomanie et les actes d’extrême violence, y compris le suicide. Nous pourrions ajouter les conduites à risque extrême. Dufour poursuit en ajoutant la tendance à sortir de l’ordre de succession des générations. « On voit par exemple, maintenant des grands-mères enfanter, de même que des pères morts, sagement rangés dans des petits flacons, donner la vie32. »

47Ce rapide tour d’horizon des valeurs de la postmodernité nous interpelle, sachant bien que la prochaine génération d’aînés aura été conditionnée à ce mode d’être et de vivre. Le problème demeure tout entier à savoir comment elles parviendront à cheminer dans la vieillesse avec sérénité, paix et sagesse.

L’obsession contemporaine du temps

  • 33 Gonord, A. (2001), Le temps, Paris, Flammarion, p. 13-15.
  • 34 Saul, J. (2003), Vers l’équilibre, Paris, Payot, p. 24.

48Dans un précédent chapitre, j’évoquais implicitement la prégnance contemporaine du temps à travers le rêve millénaire de l’immortalité encore enfoui dans notre inconscient, qui se traduit par notre obstination à prolonger toujours plus la vie. Puis, il y a cette autre dimension du temps encore plus fondamentale et redoutable que nous rappelle Alban Gonord lorsqu’il le décrit comme une expérience dépossédante, une réalité fuyante, une épreuve dans sa chair avec laquelle il faut vivre, puisqu’elle fragilise l’individu à mesure qu’elle le grandit33. Puis cette autre réflexion de John Saul dans Vers l’équilibre où il décrit le temps comme « la condition humaine essentielle et la crainte que suscite son passage l’émotion humaine essentielle. Il y a pire encore ; la peur de cesser d’exister34. » Envisagée ainsi, la problématique du vieillissement devient celle de l’expérience du temps.

  • 35 Kundera, M. (1996), Slowness, Londres, Faber.
  • 36 Ettighoffer, D. et Blanc, G. (1998), Le syndrome de Chronos, Paris, Dunod.

49Mais l’autre volet que j’aimerais aborder dans cette section a trait à l’inscription du temps dans la postmodernité, celui même qui nous accapare quotidiennement. En effet, la postmodernité n’est point réductible à des « valeurs » mettant en vedette l’expression de soi : c’est aussi un univers dans lequel l’individu paraît plus que jamais assujetti aux contraintes du temps. En fait, il s’agit d’une autre forme de valeurs, ou de contre-valeurs diront certains. Dans son essai intitulé Slowness, Milan Kundera signalait que la vitesse, création de la révolution technique, a placé l’homme contemporain dans un état d’extase perpétuelle, une extase qui se compare à l’effet des psychotropes ou à l’expérience sexuelle ou religieuse. Elle l’a déraciné du passé comme du présent et littéralement propulsé dans le futur. L’homme contemporain vit comme en dehors du temps, bien qu’il soit constamment absorbé par le temps : il est secondairement préoccupé par son âge, son couple ou ses enfants, déclare Kundera, car la source de ses craintes réside dans le futur. Tout a changé dès l’instant où l’homme a délégué à la machine la compétence du temps35. C’est ce que Denis Ettighoffer et Gérard Blanc qualifient de « syndrome de chronos », le temps des machines étant entré en compétition avec le temps des hommes36. Il s’ensuit que nous sommes constamment contraints par l’urgence, donc vulnérables au stress. Ces deux auteurs réclament non pas une « diététique du temps », mais une « écologie du temps ».

  • 37 Maffesoli, M. (1979), La violence totalitaire, Paris, Presses universitaires de France.

50En effet, le temps n’est-il pas devenu une variable-clé décisive, mais asservissante, de structuration et d’organisation de la vie privée et collective ? En y regardant de près, dans la vie moderne, tout se passe comme si tout le monde courait sur un tapis roulant sans jamais avancer. Dans ce monde dominé par le capital, la science, la technique et le commerce, il y a peu de place pour l’imprévisible, le fortuit et le risque. Tout doit être répertorié, compulsé, mesuré, codé, daté. Plus de temps pour l’écrit, l’image doit tout dire ! La société bureau-technocratique moderne, déclarait Mafessoli, cherche à accomplir le projet de maîtrise totale du temps et de l’espace37. Conséquemment, n’est-ce pas un drame de la civilisation actuelle que de nous avoir subtilisé le spontané, le magique, le rêve, l’extraordinaire, l’inattendu, le désordre des sensations ? L’âge, qu’on ne s’abstient plus d’ailleurs de décliner, ne dénote plus une durée, le long fleuve du temps écoulé qui transporte des expériences chargées de significations, mais il exprime une quantité. Le destin annoncé, en abolissant l’incertitude, a rompu les fils de l’espoir : il est une énigme en partie résolue, un horizon qui désormais entre dans les courbes froides des probabilités. Notre durée d’existence, à la naissance, à 60 ou 80 ans, peut être prédite, avec une marge d’erreur presque à la décimale près. La prolifération des horoscopes, la vogue de la cartomancie, y compris les loteries, le recours aux hallucinogènes et autres formes d’évasion ou de fuite ne sont-ils pas révélateurs du besoin éprouvé d’imaginaire, du souhait de plus en plus ressenti d’échapper à l’emprise étouffante de la société programmée ?

  • 38 Lefebvre, L. (1968), La vie quotidienne dans le monde moderne, Paris, Gallimard.

51Rythmant comme un pendule les événements de tous les jours, les tâches que nous accomplissons et les projets que nous échafaudons, le temps dans l’Occident fait figure de dogme. Soigneusement minuté et comptabilisé, il s’impose pour ainsi dire dans nos vies comme une denrée précieuse. Pourtant, dans un monde bureaucratisé à l’extrême, le temps dont on dispose pour les loisirs, la détente, la réflexion se fait rare. J’entends souvent dire de la bouche de personnes retraitées qu’elles ont un calendrier d’activités très chargées, que leur disponibilité est mince. N’est-ce pas reproduire dans la retraite le modèle qui a prévalu dans le travail ? N’est-il pas offusquant, comme le faisait remarquer Lucien Lefebvre, que le temps contraint, celui des exigences de la vie quotidienne, qu’il s’agisse des déplacements, des formalités à remplir, des courses à faire, des démarches à effectuer, nous accapare plus que le temps obligé, celui du travail, ou le temps libre, celui du loisir38 ? Ce temps, nous avons donc du mal à le maîtriser, à nous l’approprier pour réaliser nos projets.

  • 39 Agacinski, S. (2000), Le passeur de temps, Paris, Éditions du Seuil, p. 178 sq, cité par Gonord, o (...)
  • 40 Ballandier, G. (1985,), Le détour, pouvoir et modernité, Paris, Fayard.

52Nourrie du principe du rendement, la société postmoderne chronomètre nos vies en nous imposant sa cadence, en réglant nos agendas et nos horaires. Il est difficile d’y échapper, même une fois libérés des obligations de la vie professionnelle. À titre d’illustration, Internet et la télévision ont effacé les distances en nous plongeant dans l’univers de l’immédiateté, de l’instantané. La télévision nous discipline, nous impose ses plages horaires, en même temps qu’elle dissout l’événement en une séquence désordonnée d’images et de paroles, de clichés qu’elle répète sans relâche. Sylviane Agacinski, dans Le passeur de temps, décrit les médias comme des « machines à temps », qui écrasent le temps39. Le sociologue Balandier écrivait que l’homme contemporain, vivant dans les choix de l’instantané, éprouve plus que jamais de peine à se situer dans le temps, étant coupé de ses racines, de tout projet et de tout héritage40. N’est-il pas révélateur que les intervenants auprès des personnes aînées insistent tant sur la réminiscence, sur la nécessité de rappeler à la mémoire les épisodes de leur jeune temps afin que la vie présente prenne sens ?

53L’importance du temps s’affirme dans notre volonté de durer, notre soif d’atteindre la longue vie. À travers son inexorable déroulement, il nous rappelle d’abord notre finalité dans ce monde. Mais il s’impose aussi, que nous soyons jeunes ou vieux, dans l’urgence que nous ressentons de gérer le plus parcimonieusement possible nos activités, de planifier le cours et la durée de notre avenir. Le temps, comme dit le proverbe, c’est de l’argent ! Il est une valeur qui n’a pas de prix, même si paradoxalement on le gaspille dans la quête vaine de l’avoir.

54Faire plus en moins de temps possible, tel semble être le credo du monde contemporain. Tout se passe comme si le but de la vie était que chaque tâche s’exécute dans un laps de temps minimum pour permettre de passer le plus rapidement à une autre tâche. Nous sommes donc toujours à court de temps. De sorte qu’on n’autorise pas autrui à gaspiller notre temps. Être en retard, n’est-ce pas transgresser une norme sacrée ? La panne serait également notre pire ennemi. Même si la société moderne s’ingénie à concocter des produits censés accélérer certains travaux, nous sommes toujours à court de temps. Et il n’est pas certain que les nouvelles technologies fassent « gagner du temps ». L’informatique à cet égard est un bel exemple. Il suffit qu’une bogue soit présente, qu’un virus attaque ou que survienne une défaillance mécanique ou électronique quelconque et c’est la catastrophe. Sans compter l’énorme « perte de temps » pour assimiler le fonctionnement d’un logiciel que le fabriquant s’ingénie régulièrement à remanier de fond en comble. Tout est alors à recommencer, ou presque.

  • 41 Gleick, J. (1999), Foster : The Acceleration of Just About Everything, New York, Pantheon.

55Aussi toutes les stratégies sont-elles bonnes pour « gagner » du temps, gruger ces minutes précieuses qui permettent de profiter au maximum de la vie. On écourte donc la durée du sommeil. Caféine, amphétamine et autres stimulants sont devenus les compagnons d’arme indispensables. Faisant référence aux troubles du sommeil, de plus en plus fréquents, James Gleick, dans un essai critique sur le temps, se demande quel est leur coût économique global considérant leur impact sur la productivité au travail et qu’ils sont en cause dans une multitude d’accidents routiers. Puis, il rapporte la fascination pour cette prétendue machine russe qui écourterait le temps du sommeil de six heures41. Quel gain cela représenterait comparativement à la prolongation de la vie !

56N’avons-nous pas déjà entendu ces remarques : « Je ne dispose hélas que de très peu de temps aujourd’hui. Je n’ai que cinq minutes à vous consacrer dans cette rencontre », ou : « Les participants à ce concours sont priés de soumettre un texte de cinq pages maximum » ? On fixe l’heure de la fin de la réunion avant même qu’elle ne débute. On ne nous accorde que 10 minutes pour présenter notre communication dans un colloque. Un colloque qui, se déroulant parfois à des milliers de kilomètres de son lieu d’attache, coûte cher pour y participer. Heureusement que certains savent en profiter. Comment, enfin, souscrire à ces cours en lecture rapide qui transforment les idées en objets de consommation et non en contenus de réflexion ? Si on me permet cette remarque, j’ai toujours affectionné la lecture lente.

  • 42 Sénèque (1959), De brevitatevitae (Sur la brièveté delavie), Paris, Presses universitaires de Fran (...)
  • 43 Madelin, H. (1993), « Les médias à l’assaut de la société », dans I. Ramonet, J. Decornoy et S. Ha (...)

57Plus que jamais nos contacts sociaux, qui pourtant sont l’étoffe de la vie, se banalisent, s’écourtent et s’érodent, perdant par le fait même de leur substance. Ainsi, la plupart des adultes semblent disposer de moins en moins de temps à consacrer à leurs parents âgés, tellement ils sont absorbés par les nécessités de la vie. Et cette désertion de ce que l’on est convenu d’appeler l’obligation du lien filial, ils n’ont pas le temps de s’y attarder ni peut-être l’occasion de s’en apercevoir ! Ce temps, donc, qu’on nous impose fuit comme un tourbillon. Comprimé, il ne permet plus d’approfondir la réflexion, ni ne laisse de place à la rencontre, à la réaction, à l’échange. Le temps véritable, nous ne parvenons donc pas à l’habiter. Sénèque n’a-t-il pas dit que le temps était notre seule vraie propriété, et qu’il en fallait bien user42 ? Cette phrase a plus de résonance que jamais. Puis cette maxime de Henri Madelin : « Comprendre son temps demande aussi beaucoup de temps, cette ressource rare des sociétés modernes43. »

  • 44 Bindé, J. (2002), « L’avenir du temps », Le Monde diplomatique, mars 2002, p. 28-29.
  • 45 Guillebaud, J.-C. (2003), op. cit.

58Le temps qui s’écoule est donc devenu l’obsession de notre temps. Et la société n’a de cesse que d’en accélérer le rythme et de le comprimer. L’événement est exorcisé sur-le-champ et s’inscrit vite dans la courte durée, dans la célébration de l’instant. Une situation qui me frappe est le raccourcissement des rituels funéraires qu’on observe depuis quelques décennies. Évoluant dans un monde obnubilé par le temps, les sociétés occidentales vivent sous la tyrannie de l’urgence qui induit une accélération des cycles de la vie humaine, proclamera un expert en prospective44. Il précise son point de vue dans ces termes : « Loin d’être un dispositif transitoire, la logique de l’urgence devient permanente. Elle imprègne toutes les mailles des sociétés en érigeant l’impératif de résultats immédiats en principe absolu de l’action collective. » Puis il ajoute ceci : « La crise et la mutation du travail brisent la flèche du temps vécu et, valorisant l’instantané, le présent et le court terme, mettent en pièces la représentation de l’avenir, et le sens même de tout projet à long terme. » Jean-Claude Guillebaud dira que le temps n’est plus celui de l’histoire mais du chronomètre45 !

  • 46 Il faut reconnaître que de plus en plus de courtiers travaillent maintenant à la maison, en liaiso (...)

59N’est-il pas déplorable que de nos jours il n’y ait pas d’expérience plus destructrice que d’avoir l’impression de perdre son temps ? Comment réagissons-nous aujourd’hui lorsqu’on entend quelqu’un déclarer qu’il trouve le temps long ? Comment percevons-nous les gens qui, comme s’ils venaient d’un autre monde, avouent candidement s’adonner à des activités pour tuer le temps ? Nous vivons à une époque où non seulement le temps nous manque, mais où nous avons constamment l’impression d’être débordés. À peine parvenons-nous à nous ajuster à une situation nouvelle que déjà surgit un autre événement qui mobilise à nouveau toute notre attention et nous oblige à décider le temps que nous pouvons y consacrer. Que comprendraient nos aïeux s’ils pouvaient visualiser un instant l’atmosphère de course et d’affolement qui se déroule sur le parquet de la bourse46 ?

  • 47 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 153.

60Quelle leçon tirer de cette incursion dans le temps, ou à tout le moins, comment situer cette lecture sur le temps au regard du vieillissement ? S’occuper coûte que coûte, remplir le temps n’est-il pas la recommandation qu’inculquent les gérontologues aux aînés ? Penser sa biographie sur la ligne du temps présent. Ne pas laisser le temps couler inutilement, tel semble être inconsciemment le leimotiv des gérontologues. Aussi n’est-il pas étonnant qu’ils aient vu dans l’activité, qu’elle soit physique ou non, la voie du salut des aînés. Occuper son temps par l’activité permet certes de préserver sa santé, ce qui est louable en soi, mais la pratique des activités est surtout une façon de garder un contact avec la vie, de nouer de nouvelles relations sociales, de résister au rôle de spectateur que la société semble avoir dévolu aux personnes aînées. Cependant, il est une autre façon de concevoir l’usage du temps. Il me vient à l’esprit une question que m’adressait un participant qui assistait à une conférence que je prononçais sur l’actualisation de soi à l’occasion d’un dîner-causerie. Il me demandait sagement s’il n’était pas tout aussi acceptable comme projet de retraite de se laisser porter par la vie et, à l’occasion, de « ne rien faire » ! Je ne pouvais que souscrire à cette idée lumineuse lancée un peu de manière vagabonde. Je trouve en effet regrettable que l’on inculque aux personnes aînées la prétendue vérité qu’une vieillesse épanouie doit impérieusement passer par le besoin de s’occuper constamment, d’être toujours actif, de s’adonner à la frénésie de la consommation. Pourquoi la vieillesse ne serait-elle pas aussi l’occasion de tester sa capacité de lambiner et de se tenir inoccupé ? Ainsi cette remarque de Claude Olievenstein : « S’accorder des instants suspendus du temps est une magnifique jouvence, une victoire sur les dieux47. »

  • 48 Ebersole, P. et Hess, P. (1995), Toward Healthy Aging : Human Needs And Nursing Response, 5e éditi (...)

61Je suis enclin à penser que le nouvel art de vivre pour les aînés devrait d’abord consister à s’affranchir des horaires imposés, puis à s’interdire toute programmation minutée de leurs activités de loisir. En second lieu, l’expérience de la vieillesse n’est-elle pas l’occasion d’une expression nouvelle de la spiritualité dans laquelle la qualité de vie prend tout son sens dans la perception élargie du sens du temps ? Certains chercheurs ont constaté que des activités dites « passives », telles que la méditation, la contemplation cosmique, la réflexion ou la rêverie, peuvent être bénéfiques aux aînés et accroître leur satisfaction de vie48. Collaborateur de l’Agora, le psychologue Dominique Collin préconise une hygiène du temps.

  • 49 Collin, D. (2003), « Temps morts, temps vivant », L’encyclopédie de l’Agora.

62Comme pour la santé physique, il s’agirait sans doute, d’une part, de trouver les limites qui tiennent à notre nature et de maintenir un équilibre juste entre les contraires : ennui et stress, hypo-et hyperstimulation, catatonie et hyperactivité, lenteur et vitesse, temps prisonnier du passé et temps qui est tout élan, tourné vers le futur. Et il s’agirait, d’autre part, de se prémunir contre les agents pathogènes du temps — distractions, faux besoins, pressions inutiles, faux raccourcis49.

  • 50 Barel, Y. (1984), La société du vide, Paris, Éditions du Seuil, p. 20.

63On l’a vu, plusieurs voix autorisées se sont élevées contre les dangers de la postmodernité et notre obsession du temps. Les retombées de ces traits de civilisation sur le parcours de vie dépendent de l’état d’esprit, des ressources et des projets propres à chaque individu. Elles dépendent également de la cohorte d’âge à laquelle on se réfère. Certains seront tiraillés plus que d’autres entre le système de non-valeurs dominant et les valeurs traditionnelles de partage, de travail et de compassion. On a parlé jusqu’ici de l’autonomie comme d’un problème, comme « la position la plus logique et la plus avantageuse lorsque l’issue d’un certain nombre de problèmes sociaux est indécidable, et lorsque le social a du mal à délivrer son propre sens50 ». Mais au-delà de l’autonomie-problème, surgit la possibilité ouverte à chacun de l’autonomie-affirmation.

Le vieillissement comme détonateur de changement

64On admettra, à la lecture de ce qui précède, à quel point la postmodernité influe sur le parcours de vie des personnes aînées. Mais, en revanche, l’influence qu’exercent et exerceront les aînés sur le cours de la société ne peut être ignorée. Je terminerai ce chapitre en pointant quelques pistes qui mettent en relief l’effet de levier qu’induira le vieillissement dans différentes sphères d’activités technologiques, sociales et culturelles.

65Les personnes aînées pourraient-elles exercer la fonction de lubrifiant social ? Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles font de plus en plus sentir leur présence, s’investissant massivement sur la scène locale et nationale et se rendant socialement utiles. Prenons le cas du bénévolat. Sans la participation des personnes aînées, je ne crois pas exagéré d’affirmer qu’une pléiade d’activités économiques et sociales seraient lourdement ralenties ou compromises, à commencer par celui du soutien rendu aux malades dans les hôpitaux et les centres d’accueil, les visites aux personnes dépendantes à domicile, les campagnes de souscription, pour ne mentionner que ces domaines. J’ajouterais une autre forme de contribution gratuite et inestimable qu’on oublie trop souvent : celui du rôle de participant dans les recherches et les expérimentations scientifiques. Au cours de ma carrière en tant que chercheur, j’ai été agréablement surpris de constater avec quel empressement, assiduité et désintéressement les aînés acceptaient de collaborer à des études de terrain ou à des expérimentations en laboratoire, qu’il s’agisse de développer de nouveaux médicaments, de mettre au point des instruments de mesure ou de concevoir des tests diagnostiques quelconques.

  • 51 Putnam, R. D. (2000), Bowling Alone, New York, Simon & Schuster.
  • 52 Robb, R., Denton, M., Gafni, A., Joshi, A., Lian, J. Rosenthal, C. et Willison, D. (1999), « Valua (...)

66Mais revenons à la problématique du bénévolat. Selon une étude américaine récente, les personnes aînées de 60 ans et plus ont littéralement doublé leur niveau d’engagement dans ce champ d’activités de 1975 à 1998 aux États-Unis. Ceux de 75 ans et plus ont même accru leur participation de 140 %51. La même tendance s’observe dans la plupart des États-nations de l’Occident. Comment expliquer cette recrudescence du bénévolat chez les aînés ? Une autre étude, canadienne cette fois, apporte des éléments de réponse en s’appuyant sur les conclusions d’un sondage. D’entrée de jeu, on signale que 50 % des personnes interrogées considèrent que le bénévolat constitue le rôle le plus important exercé à la retraite52. Les principales motivations exprimées par les participants interrogés sont : 1. demeurer en contact avec la vie ; 2. rester actif et productif ; 3. mettre à contribution ses compétences et son expérience ; 4. contribuer à une cause à laquelle on croit. Selon plusieurs indications relevées dans la documentation en gérontologie, il semble que ce phénomène soit appelé à s’amplifier, si l’on tient compte de l’intérêt manifesté par la prochaine génération d’aînés pour ce type d’engagement social. Nous pourrions étendre l’engagement social des aînés à l’aide instrumentale et affective apportée dans la famille, en plus des dons en espèces ou en valeurs diverses.

67Par ailleurs, les personnes aînées de demain, bien nanties en connaissances et en expériences de vie, vont selon toute vraisemblance exercer le rôle indispensable de phare pour les jeunes générations, souvent aux prises avec des problèmes d’identité et d’insertion sociale. Que les aînés nous fascinent par leur sagesse et leurs connaissances ne signifie pas qu’elles doivent demeurer passives ou contemplatives, donc qu’elles ont avantage à se ranger et à s’interdire de faire valoir leurs craintes, leurs doléances et leurs revendications. Les fonctions de gardien de la paix sociale, de promoteur du rapprochement entre les générations et les groupes sociaux et de défenseur des valeurs fondamentales leur sont dévolues en vertu de leur sagesse et de leur connaissance de la vie. Ces rôles et ce statut leur reviennent autant sinon plus qu’aux élites et autorités en place.

68La communauté des aînés est tissée de milieux d’échanges féconds et foisonnants d’activités, de lieux d’expression de la créativité et de l’affectivité qui vont inéluctablement marquer le cours de la civilisation. Plusieurs indices donnent donc à penser que les sociétés sénescentes sont à l’aube d’une nouvelle lancée, à un tournant historique puisque les aînés seront de plus en plus en position d’affirmer leur identité, de s’approprier leur destinée, de dicter leur propre rythme, d’imposer certaines directions à la société. N’oublions pas que les nouvelles générations de personnes retraitées auront cumulé un capital social et économique considérable et inestimable, supérieur à celui des générations qui les ont précédées. La communauté des aînés englobe des compétences dans tous les domaines, compétences qui ont toutes les chances d’être perdues ou dispersées si la société ne parvient pas à les mettre en valeur, si elle ne prévoit pas des mécanismes afin de bénéficier au maximum de cette expertise et de ce savoir.

69Pointons maintenant les principaux champs d’activité humaine qui sont ou seront transformés par le phénomène du vieillissement. Plusieurs sphères de la société sont déjà touchées par le vieillissement démographique et ce phénomène devrait s’amplifier au cours des prochaines décennies. Les principaux sont la recherche, les produits de consommation et les services. La première image qui vient à l’esprit est la recherche biomédicale. L’engouement actuel pour la longévité se présente comme un terrain particulièrement fertile au déploiement ou à l’intensification des travaux de recherche sur le vieillissement. On sait que l’extension de l’espérance de vie s’accompagne d’une augmentation des pathologies liées à l’âge avancé. Il y a là un créneau susceptible de stimuler l’effort des scientifiques pour soigner ou prévenir ces maladies. On sait que la maladie d’Alzheimer intéresse depuis plusieurs années les chercheurs qui tentent de développer de nouveaux dispositifs pour ralentir le processus de dégénérescence. L’intérêt actuel porte sur le rôle inhibiteur des anticalciques, sur la thérapie cellulaire et sur l’effet protecteur de certaines vitamines et des œstrogènes. Les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux, dont la prévalence est plus élevée chez les personnes aînées, font depuis plusieurs années l’objet de travaux, dans l’espoir de vérifier si les antioxydants ralentissent le vieillissement, ou dans le but d’identifier des molécules neuroprotectrices pouvant servir à développer de nouveaux médicaments. Le cancer de la prostate, une maladie qui se manifeste surtout chez les plus de 50 ans, donne lieu à une intensification des recherches en immunothérapie, l’un des objectifs étant de découvrir les protéines impliquées dans le développement des tumeurs. La maladie de Parkinson, l’ostéoporose, l’incontinence urinaire, la grippe, l’arthrite et les blessures consécutives aux chutes constituent autant d’illustrations d’affections fréquentes chez les aînés, problématiques qui mobilisent fortement la communauté scientifique.

  • 53 Voir Austad, S. (1999), « Le pouvoir de la sélection naturelle », La Recherche, numéro spécial, no(...)

70Une autre branche de la recherche en effervescence est celle des processus et mécanismes biologiques impliqués dans le vieillissement. Ces travaux ont débuté au milieu du siècle dernier quand le Dr Peter Brian Medawar constata que la transmission du gène responsable de la maladie de Huntington s’opérait avant que la sélection naturelle l’ait éliminé. Une théorie évolutionniste du vieillissement était née53. D’autres exemples de travaux en cours concernent la sénescence reproductive (ménopause), le rôle des hormones (la mélatonine) dans la régulation des rythmes biologiques ou circadiens. Les problèmes tels que la dépression et les troubles du sommeil figurent également parmi les principaux secteurs en plein essor.

  • 54 Schächter, F. (1999), « Enquête sur les gènes des centenaires », La Recherche, numéro spécial, no (...)

71L’épidémiologie génétique du vieillissement est un nouveau créneau qui a été stimulé par les performances actuelles de longévité, notamment l’explosion du nombre de centenaires. François Schächter, l’un des initiateurs du projet Chronos qui fut développé pour identifier la présence de gènes communs chez les centenaires, conçoit les populations de centenaires comme « de véritables loupes épidémiologiques lorsqu’il s’agit d’identifier de petits effets génétiques différentiels sur la survie54 ». J’ajouterai le domaine de l’épidémiologie sociale, en l’occurrence les recherches en sécurité routière touchant les automobilistes âgés, et tout le champ de l’accidentologie en général (par exemple, les chutes).

  • 55 Voir le Journal of Anti-Aging Medicine. Également, le livre de Timothy J. Smith (1998), Renewal : (...)

72Vont se greffer aux activités de recherche en santé une multitude de développements techniques qui conduiront à la mise en marché de nouveaux produits de consommation. Je pense aux médicaments, aux appareils pour mesurer la tension artérielle à la maison ou pour prélever des échantillons sanguins (diabète). S’ajoutent les prothèses auditives, visuelles, et celles pour le remplacement des membres ou des organes. La recherche antiâge est un autre secteur en vogue, car elle s’inscrit dans un marché particulièrement florissant pour les producteurs de nutraceutiques et autres compléments alimentaires censés ralentir les effets du vieillissement. Plusieurs livres et revues spécialisées ont vu le jour au cours des dernières décennies dans ce domaine d’activité hautement prometteur, ou à tout le moins à potentiel de rentabilité élevé55. S’ajoutent évidemment les développements anticipés en chirurgie plastique et les secteurs connexes d’intervention, lesquels en bout de ligne visent à maquiller les effets indésirables (ou indésirés !) de l’âge. On prévoit également, en ce qui regarde la chirurgie réparatrice, que les applications médicales des biomatériaux (remplacement d’organes, des os et des tissus de la peau) vont se généraliser.

73Les fournisseurs de biens de consommation et de services devront eux aussi se préparer à relever le défi du vieillissement de leur clientèle. Les besoins étant très segmentés de par leur immense diversité, les entreprises gagneront à prendre en compte des aspects parfois négligés tels que la sensibilité à l’innovation, la simplicité d’utilisation, la sécurité et la solidité du produit et l’élément confort. En raison du vieillissement accéléré de la population, les stratèges du marketing et de la publicité n’auront d’autre option que de s’ajuster, non seulement pour satisfaire aux nouveaux besoins et comportements d’achat, mais parce que d’autres branches traditionnellement réservées à une clientèle plus jeune vont vraisemblablement décliner.

74Le vieillissement démographique ouvre des perspectives commerciales ou technologiques tellement considérables qu’il serait impossible de toutes les énumérer. Je signalerai simplement quelques exemples de nouveaux marchés très lucratifs et en pleine effervescence. Commençons par le secteur touristique. La capacité qu’ont plusieurs personnes aînées de pouvoir « s’évader » à longueur d’année est une bénédiction pour les agences ou fournisseurs de forfaits de voyage, surtout en période creuse. Comme les personnes aînées disposant de capacités financières substantielles pour de telles activités de loisir ou d’enrichissement culturel sont en recrudescence, une demande forte s’est manifestée au cours des dernières décennies.

  • 56 Goffman, I., op. cit.
  • 57 Laville, J. L. (1992), Les services de proximité en Europe, Paris, Syros.

75Mais, il est bien d’autres branches d’activité économique dont le développement est en partie imputable au vieillissement, qu’il s’agisse des services de soins à domicile, du transport adapté, des appareils pour personnes à mobilité réduite, des systèmes de monitoring pour les personnes souffrant d’une maladie grave et des systèmes d’alarme pour la protection résidentielle. Outre la prolifération des « services de réparation » évoqués plus haut, pour reprendre cette expression de Irving Goffmann56, des réseaux complexes de « services de proximité » sont appelés à se développer57. Des pans entiers de l’économie « souterraine » profiteront donc du phénomène du vieillissement démographique : je pense ici aux services de livraison de produits à domicile par l’entremise des commandes par Internet ou par téléphone, tels que les emplettes, les repas (secteur commercial ou celui des popotes roulantes gérées par les groupes d’entraide bénévoles), sans compter certains services tels la coiffure, les soins infirmiers, l’entretien des pelouses, le déneigement ou les réparations diverses.

  • 58 Un numéro spécial de la revue Physical & Occupational Therapy in Geriatrics a été consacré à ce th (...)

76Le marché complexe de l’habitation subira également des transformations majeures sur les plans de l’architecture, du design et de la commodité, que ce soit pour faciliter les déplacements et l’accès aux bâtiments, simplifier les tâches d’entretien ou pour assurer la sécurité (systèmes d’alarmes, rampes d’accès, etc.). Il est à prévoir qu’une plus vaste panoplie de services seront intégrés dans les unités résidentielles, tandis que les aménagements intérieurs connaîtront des développements fulgurants du côté de la domotique58.

77Les fabricants d’automobiles n’échapperont pas à la pression exercée par le vieillissement, certains s’étant déjà mis à la tâche. Les efforts s’orienteront essentiellement du côté de la conception des véhicules, en ergonomie, en sécurité et en confort notamment. La signalisation routière subira elle aussi des modifications importantes pour tenir compte des problèmes de vision, d’audition ou d’exécution des manœuvres des automobilistes âgés.

  • 59 Voir Lee, J., Hanna, S. D., Mok, C. F. J. et Wang, H. (1997), « Apparel expenditure patterns of el (...)

78L’industrie manufacturière du vêtement n’échappera pas non plus à l’évolution de l’âge. Elle n’aura d’autre choix que de revoir le format, la texture et la couleur des vêtements et chaussures (sangles, attaches, dimension du confort, etc.) pour se conformer aux préférences et besoins de cette clientèle59.

79Comme les habitudes alimentaires changent en vieillissant, les fournisseurs devront composer avec cette réalité dans le développement, la mise en marché et la distribution des produits comestibles. Plusieurs fabricants s’y affairent déjà.

  • 60 Zhao, Y., Tyugu, E. et Sidarkeviciute, D. (1997), « First solutions to intelligent Personal assist (...)

80Parmi les développements relativement récents démontrant l’influence du vieillissement sur le développement technique, mentionnons les technologies dites « assistées ». Le cas le plus patent est celui de la téléphonie et des télécommunications. En plus de la téléphonie sans fil qui représente un aspect sécuritaire pour bien des aînés, des services d’assistance et des appareils spéciaux permettent désormais aux clientèles atteintes de troubles de l’ouïe, de la parole, de la vue ou ayant des problèmes de motricité d’utiliser la plupart des ressources téléphoniques. En ce qui a trait aux communications télématiques, les expériences en cours, concernant notamment le développement de nouvelles architectures dans la conception des sites Web et la mise au point de fureteurs intelligents, indiquent que l’on cherche à tenir compte soit de l’inexpérience des usagers, soit de leurs limitations fonctionnelles (problèmes de mémoire, de vision, etc.). Ces nouveaux outils pourraient être en mesure de s’ajuster en temps réel aux difficultés ou aux besoins spécifiques des personnes aînées60.

Notes

1 Saul, J. (1993), Les bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident, Paris, Éditions Payot/Rivages, p. 370.

2 Cumming, E. et Henry, W. E. (1961), Growing Old : The Process of Disengagement, New York, Basic Books.

3 Toffler, A. (1971), Le choc du futur, Paris, Denoël.

4 Larochelle, G. (1998), La communauté comme figure de l’État, Chicoutimi, Québec, Éditions JLC.

5 Laborit, H. (1976), Éloge de la fuite, Paris, Robert Laffont.

6 Hottois, G. (1984), Le signe et la technique. La philosophie à l’épreuve de la technique, Paris, Aubier.

7 Meyer, C. et Davis, S. (1998), Blur : The Speed of Change in the Connected Economy, New York, Perseus.

8 Cité par Zwi, A., Fustukian, S. et Sethi, D. (2002), « Globalisation, conflict and the humanitarian response », dans L. Kelley, K. Buse et S. Fustukian (dir.), Health Policy in a Globalizing World, Cambridge, Cambridge University Press, p. 229-247 (citation p. 230).

9 Touraine, A. (1996), « Identité et modernité », dans M. Elbaz, A. Fortin et G. Laforest (dir.), Les frontières de l’identité. Modernité et postmodernisme au Québec, Sainte-Foy, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 11-19.

10 Lasch, C. (1991), The True and Only Heaven, New York, Norton.

11 Caradec, V (2001), « Personnes âgées et objets techniques. Une perspective en termes de logiques d’usage, » Revue française de sociologie, vol. 42, no 1, p. 117-148.

12 Jacquard, A. (1991), Voici le temps du monde fini, Paris, Éditions du Seuil.

13 Certains ont souligné l’ambiguïté du concept de modernité qui tantôt fait référence à l’affirmation de valeurs nouvelles, tantôt sert à désigner une époque. Certains distinguent la notion de « temps modernes » qui caractériserait la période s’étendant du XVe siècle au XVIIIe siècle, et la « modernité » qui se rapporterait aux XIXe et XXe siècles.

14 Voir à ce sujet Weber, M. (1964), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

15 Voir Bernard, C. (1865), Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Delagrave. Réimprimé par Garnier/Flammarion, 1934.

16 Voir A. Touraine (1992), Critique de la modernité, Paris, Fayard.

17 Domenach, J. M. (1986), Approches de la modernité, Paris, École polytechnique, Ellipses.

18 Serres, M. (1990), Le contrat naturel, Paris, François Bourin.

19 Lyotard, J.-F. (1979), La condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit, p. 7-8.

20 Dans Baudelaire, C. (1857), Les Fleurs du mal, « Le Cygne ».

21 Bourdieu, P. (1998), « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, mars 1998.

22 Guillebaud, J.-C. (2003), Le goût de l’avenir, Paris, Éditions du Seuil, p. 134.

23 Kholi, M. (1986), « The world we forgot : an historical review of the life course », dans V W Marchall (dir.), Later Life : The Social Psychology of Aging, Beverly Hills, Sage.

24 Dufour, D.-R. (2001), « Les désarrois de l’individu-sujet », Le Monde diplomatique, février 2001, p. 16-17.

25 Foucault, M. (1984), Histoire de la sexualité, vol. 3 : Le souci de soi, Paris, Gallimard.

26 Dufour, D.-R., op. cit.

27 Voir à ce propos Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffont.

28 Saint-Jacques, S. (2003), « Le vulgaire en vogue », La Presse, 11 janvier.

29 Lipovetsky, G. (1983), L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard.

30 Ibid.

31 Lefrançois, R. (2001), « Les événements critiques de la vieillesse en tant qu’épreuves préfigurant la mort », Frontières, vol. 13, no 2, p. 76-81.

32 Dufour, D.-R., op. cit.

33 Gonord, A. (2001), Le temps, Paris, Flammarion, p. 13-15.

34 Saul, J. (2003), Vers l’équilibre, Paris, Payot, p. 24.

35 Kundera, M. (1996), Slowness, Londres, Faber.

36 Ettighoffer, D. et Blanc, G. (1998), Le syndrome de Chronos, Paris, Dunod.

37 Maffesoli, M. (1979), La violence totalitaire, Paris, Presses universitaires de France.

38 Lefebvre, L. (1968), La vie quotidienne dans le monde moderne, Paris, Gallimard.

39 Agacinski, S. (2000), Le passeur de temps, Paris, Éditions du Seuil, p. 178 sq, cité par Gonord, op. cit., p. 237.

40 Ballandier, G. (1985,), Le détour, pouvoir et modernité, Paris, Fayard.

41 Gleick, J. (1999), Foster : The Acceleration of Just About Everything, New York, Pantheon.

42 Sénèque (1959), De brevitatevitae (Sur la brièveté delavie), Paris, Presses universitaires de France.

43 Madelin, H. (1993), « Les médias à l’assaut de la société », dans I. Ramonet, J. Decornoy et S. Halimi (dir.), Dossier « L’agonie de la culture ? », Manière de voir, no 19, p. 33.

44 Bindé, J. (2002), « L’avenir du temps », Le Monde diplomatique, mars 2002, p. 28-29.

45 Guillebaud, J.-C. (2003), op. cit.

46 Il faut reconnaître que de plus en plus de courtiers travaillent maintenant à la maison, en liaison informatique avec les places boursières. N’empêche qu’ils sont, sans doute plus que bien d’autres, continuellement obsédés par le temps.

47 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 153.

48 Ebersole, P. et Hess, P. (1995), Toward Healthy Aging : Human Needs And Nursing Response, 5e édition, St. Louis (MO), Nosby-Year Book.

49 Collin, D. (2003), « Temps morts, temps vivant », L’encyclopédie de l’Agora.

50 Barel, Y. (1984), La société du vide, Paris, Éditions du Seuil, p. 20.

51 Putnam, R. D. (2000), Bowling Alone, New York, Simon & Schuster.

52 Robb, R., Denton, M., Gafni, A., Joshi, A., Lian, J. Rosenthal, C. et Willison, D. (1999), « Valuation of unpaid help by seniors in Canada : An empirical analysis », La Revue canadienne du vieillissement, no 18, p. 430-446.

53 Voir Austad, S. (1999), « Le pouvoir de la sélection naturelle », La Recherche, numéro spécial, no 322, p. 26-31.

54 Schächter, F. (1999), « Enquête sur les gènes des centenaires », La Recherche, numéro spécial, no 322, p. 68-70.

55 Voir le Journal of Anti-Aging Medicine. Également, le livre de Timothy J. Smith (1998), Renewal : The Anti-Aging Revolution, Emmaus (PA), Rodale Press. Après avoir passé en revue le rôle « destructeur » des radicaux libres et des toxines, l’ouvrage louange les bienfaits des anti-oxydants et fournit des « recettes » telles que des exercices physiques, des compléments alimentaires et un régime diététique. Voir aussi : Guarente, L. et Guarente, L. (2002), Ageless Quest : One Scientist’s Search For Genes That Prolong Youth, Cold Spring Harbor Laboratory. Dans la collection « Que sais-je ? », un livre de Christophe de Jaeger (1999), Les techniques de lutte contre le vieillissement, Paris, Presses universitaires de France. Voir aussi une série d’articles dans la revue Generations, dans la livraison du mois d’avril 2002.

56 Goffman, I., op. cit.

57 Laville, J. L. (1992), Les services de proximité en Europe, Paris, Syros.

58 Un numéro spécial de la revue Physical & Occupational Therapy in Geriatrics a été consacré à ce thème, volume 16, nos 3-4.

59 Voir Lee, J., Hanna, S. D., Mok, C. F. J. et Wang, H. (1997), « Apparel expenditure patterns of elderly consumers : A life-cycle consumption model », Family and Consumer Sciences Research Journal, no 26, p. 109-140.

60 Zhao, Y., Tyugu, E. et Sidarkeviciute, D. (1997), « First solutions to intelligent Personal assistants for senior citizens », Technical Report, Stockholm, Department of Teleinformatics.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search