Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 4. Défis et ressources des personnes aînées

Chapitre 11. Le potentiel d’adaptabilité et de croissance des personnes aînées

Texte intégral

  • 1 Saul, J. (2003), Vers l’équilibre, Paris, Payot, p. 79.

« L’astuce de la vie accomplie consiste à être conscient de la mort accomplie avant qu’elle ne se produise. »
John Saul, Vers l’équilibre1

Vers une vieillesse épanouie

  • 2 Levi-Montalcini, R. (1999), L’atout gagnant, Paris, Robert Laffont.

1Avant d’entamer ce chapitre, je rappellerai qu’il a été amplement fait mention jusqu’ici des obstacles qui sillonnent le long corridor de la vieillesse. Il est inévitable qu’un jour ou l’autre, la personne aînée aura à affronter des événements critiques ou à composer avec des transitions majeures. À mesure que les énergies vitales s’épuisent, qu’augmente donc la probabilité de devoir subir les contraintes de la vie et d’expérimenter des deuils, comment la personne vieillissante peut-elle défier ces obstacles pour sortir triomphante de telles épreuves ? On trouve des éléments de réponse dans la réflexion de Rita Levi-Montalcini. Dans L’atout gagnant, l’auteure lançait un message chargé d’espoir en décrétant que, malgré les déficits de l’âge avancé, « notre cerveau garde des capacités exceptionnelles que chacun peut utiliser2 ». Faire confiance en ses possibilités, s’approprier sa vie, tel semble être le point de départ d’une attitude positive face à son vieillissement.

2La stratégie à mettre de l’avant pour optimiser son vieillissement pourrait se résumer dans cette maxime : minimiser les pertes et maximiser les gains. Le degré de succès à actualiser ou mettre en œuvre cette stratégie mesurerait en quelque sorte le niveau d’adaptation de la personne à son vieillissement. L’Étude longitudinale québécoise sur le vieillissement a permis d’identifier trois degrés d’adaptation, et conséquemment trois trajectoires de vieillissement qui correspondent d’assez près à la classification qu’ont présentée John Wallis Rowe et Robert L. Kahn : le vieillissement habituel, le vieillissement avec défi ou difficultés majeures et le vieillissement actualisé ou optimal. Succinctement, le vieillissement habituel décrit la situation-type de l’individu qui avance en âge de façon sereine et confiante, sans rencontrer de murs infranchissables, mais sans vivre en revanche des expériences de bonheur marquantes ou de grands moments de liesse. Le vieillissement s’inscrit en quelque sorte dans la continuité, sans parcours particulièrement éprouvant ni velléité affirmée de dépassement. Lorsque le vieillissement est caractérisé par des défis ou difficultés majeures, tels des épreuves importantes ou un cumul de deuils, la qualité de vie et certains projets peuvent être compromis. C’est le lot des personnes souffrantes, aux prises avec de fréquents épisodes de maladies physiques ou mentales, des incapacités chroniques, des embarras financiers ou des tracasseries persistantes. Le troisième profil, le vieillissement actualisé, décrit la situation d’une personne choyée par la vie, dont la santé est florissante, ou même celle qui connaît à un certain moment des déboires, mais qui continue à prospérer et à s’épanouir pleinement, à se réaliser dans la créativité, l’ouverture aux autres ou la générosité.

  • 3 Hazan, H. (1994), Old Age : Constructions and Deconstructions, Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 4 Rowe, J. W. et Kahn, R. L. (1998), Successful Aging, New York, Pantheon Books.

3L’anthropologue Haim Hazan, dans Old Age : Constructions and Deconstructions, a résumé en deux mots simples la façon d’atteindre une vieillesse épanouie : le contrôle de soi et la découverte du sens à la vie3. Quand les personnes aînées parviennent à se saisir des opportunités de la vie et choisissent les voies appropriées d’employer leur temps, leurs talents et leurs énergies, elles se trouvent en excellente posture pour construire un véritable sens pour leur existence. Le point de jonction entre la maîtrise de soi ou des événements et la signification attribuée à la vie caractérise le sens du Soi. Faire face efficacement au défi de la vieillesse se ramènerait donc à une question d’attitude, de sens et de maîtrise de soi. C’est pour l’essentiel ce même message qu’adressaient John Wallis Rowe et Robert L. Khan, chefs de file de la MacArthur Foundation Research Network on Successful Aging, dans leur best-seller publié en 1998, Successful Aging. La clé pour bien vieillir, proclament-ils, est sous la main de chacun : c’est une affaire de choix personnel et non de gènes hérités. Pour réussir son vieillissement, l’individu a tout avantage à développer des habiletés ou stratégies pour réaliser trois objectifs : minimiser le risque de maladie et d’incapacité, préserver son potentiel physique et mental et s’engager activement dans la vie4.

4Je n’ambitionne pas dans ce court chapitre exposer en détail les multiples facettes du bien vieillir ni présenter toutes les approches sur le sujet. Je m’attarderai surtout aux concepts-clés qui permettent de saisir l’essence même du vieillissement optimal et les voies qui y conduisent.

Le concept de vieillissement réussi

  • 5 Dubé, M. (2003), « Le vieillissement réussi », Revue québécoise de psychologie, vol. 24, no 3, p.  (...)
  • 6 Aguerre, C. et Bouffard, L. (2003), « Le vieillissement réussi : théories, recherches et applicati (...)
  • 7 Bouffard, L. (2003), « Recension du livre de G. E. Vaillant », Revue québécoise de psychologie, vo (...)

5Un numéro récent de la Revue québécoise de psychologie (2003), consacré au vieillissement réussi, nous apprend que l’intérêt pour les caractéristiques positives du vieillissement remonte aux années 1920, sous l’impulsion surtout de Stanley Hall. Micheline Dubé, qui signe l’éditorial de ce numéro, précise que c’est surtout sous l’influence des chercheurs de l’Université de Chicago, notamment Cavan, Burgess, Havighurst et Goldhamer que cette notion s’est développée5. Elle nous rappelle l’effort de la gérontologue Carol Ryff qui a proposé une définition « multidimensionnelle du bien-être psychologique valable tout au long de la vie ». Dans ce même numéro, Léandre Bouffard, en plus d’un article fort instructif sur cette notion, rédigé en collaboration avec Colette Aguerre6, fait l’éloge d’un autre pionnier du vieillissement réussi, le professeur George Vaillant. Dans la chronique qu’il consacre à ce chercheur, Bouffard identifie les critères qui ont servi à Vaillant pour évaluer ce qu’il appelle le graceful aging : 1. l’utilité sociale et l’ouverture ; 2. l’accomplissement de l’intégrité eriksonnienne ; 3. le maintien de l’espoir, de l’autonomie et de l’initiative ; 4. l’humour, la joie et le jeu ; 5. l’acceptation des difficultés du vieillissement ; 6. le maintien des anciennes amitiés et la découvertes de nouvelles7.

  • 8 Havighurst, R. J. (1961), « Successful aging », The Gerontologist, vol. 1, no 1, p. 8-13.
  • 9 Torres, S. (1999), « A culturally-relevant theoretical framework for the study of successful agein (...)
  • 10 Gibson, R. C. (1995), « Promoting successful and productive aging in minority populations », dans (...)
  • 11 Clarck, M. et Andersson, B. G. (1967), Culture and Aging : An Anthropological Study of Older Ameri (...)
  • 12 Rowe, J. W et Kahn, R. L. (1987), « Human aging : Usual and successful », Science, no 237, p. 143- (...)
  • 13 Baltes, P. B. et Baltes, M. M. (1990), Successful Aging : Perspectives from the Behavioural Scienc (...)
  • 14 Rowe, J. W et Kahn, R. L., op. cit. ; Palmore, E. B. (1995), « Successful aging », dans G. L. Madd (...)
  • 15 Lemon, B. W, Bengtson, V L. et Petersen, J. A. (1972), « An exploration of the activity theory of (...)

6Le concept de « vieillissement réussi », lancé en 1961 par Havighurst8, s’est imposé avec force dans le milieu gérontologique, au même titre que celui de « qualité de vie » et de « satisfaction de vie ». Attardons-nous principalement sur cette première expression qui, bien que loin de faire l’unanimité parmi les chercheurs, peut servir de notion-cadre pour articuler une pensée axée sur le projet de vieillissement optimal. Dans un article fort éclairant, Sandra Torres9 a identifié les quatre principales composantes de ce construit ayant retenu l’attention : 1. l’atteinte de son plein potentiel, c’est-à-dire un niveau de bien-être physique, psychologique et social qui soit satisfaisant pour soi-même et les autres10 ; 2. la capacité d’ajuster ses valeurs pour défier les changements qui surgissent au cours du vieillissement11 ; 3. des capacités physiques et psychologiques que l’on rencontre habituellement chez des personnes jeunes12 ; 4. la productivité13. Pour certains, le vieillissement réussi désigne une forme d’accomplissement ou de performance optimale que l’on peut capter à la faveur de critères objectifs, telles une longue vie sans incapacité, l’absence de maladies invalidantes et une condition physique satisfaisante14. Pour d’autres, cette notion fait référence à l’intérêt soutenu pour divers types d’activité et d’engagement social, ou encore à la poursuite de buts significatifs15.

  • 16 Gullette, M. M. (1997), Declining to Decline : Cultural Combat and the Politics of the Midlife, Ch (...)

7Gullette s’est attaquée vivement aux représentations « biologisantes » ou « activistes » sous-tendant la notion de vieillissement réussi. Dans son analyse critique, elle commence par démontrer que la culture occidentale moderne conçoit le vieillissement comme une réalité biologiquement déterminée, c’est-à-dire un processus universel et inévitable de déclin. Dans ce modèle, qu’elle qualifie de « construction sociale du déclin », la personne âgée semble se prêter au jeu de personne victime. Or, soutient-elle, l’idéal du vieillissement réussi aurait été développé comme une réaction de contrepoids afin de justifier les efforts pour prolonger la vie (prolongévité), inciter à maintenir un niveau élevé d’activités et à gommer les sévices du temps. Gullette exprime de vives craintes à l’égard de cette obsession effrénée pour le maintien d’une vitalité optimale qui refléterait les valeurs de performance et de réussite professionnelle de la culture occidentale. Selon elle, d’autres solutions de rechange méritent d’être explorées qui consisteraient notamment à renforcer la capacité de résistance et de récupération de l’individu, à dissiper certaines peurs non fondées concernant les pertes associées au vieillissement et à atténuer les anticipations pessimistes de l’avancée en âge16.

  • 17 Fisher, B. J. (1992), « Successful aging and life satisfaction : A pilot study for conceptual clar (...)
  • 18 Levy, B. R., Slade, M. D. et Kunkel, S. R. (2002), « Longevity increased by positive self-percepti (...)

8Récusant à son tour le modèle univoque du déclin, B. J. Fisher précise que le vieillissement réussi englobe certes un volet santé, mais il traduit essentiellement un état d’esprit positif vis-à-vis de la vieillesse. Ces dispositions mentales peuvent être saisies à partir d’éléments perceptifs tels que le sentiment de bien-être ou la satisfaction de vie17. Une récente étude, exploitant les données de la Ohio Longitudinal Study of Aging and Retirement et celle du National Death Index, a démontré que les personnes aînées ayant une conception positive de la vieillesse et la volonté de vivre avaient vécu 7,5 années de plus que celles ayant des perceptions moins positives18.

  • 19 Morrow-Howell, N., Hinterlong, J. et Sherraden, M. (dir.) (2001), Productive Aging, Concepts and C (...)
  • 20 Sullivan, W. P. et Fisher, B. J. (1994), « Intervening for success : Strengths-based case manageme (...)
  • 21 Nussbaum, J. F., Pecchioni, L. L. Robinson, J. D. et Thompson, T. L. (2000), Communication and Agi (...)
  • 22 Baltes, P. B. et Baltes, M. M., op. cit.
  • 23 Riegel, K. (1973), « Dialectic operations : The final stage of cognitive development », Human Deve (...)
  • 24 Landau, R. et Litwin, H. (2000), « Effects of extreme early stress in very old age », Journal of T (...)
  • 25 Bandura, A. (1986), Social Foundations of Thought and Action : A Social Cognitive Theory, New York (...)
  • 26 Myers, J. E. (1990), Empowerment for Later Life, Ann Arbor, University of Michigan, ERIC Counselin (...)
  • 27 Butler, R. et Gleason, H. (dir.), (1985), Productive Aging : Enhancing Vitality in Later Life, New (...)
  • 28 Bouffard, L., Dubé, M., Lapierre, S. et Bastin, E. (1996), « Le bien-être psychologique des person (...)
  • 29 Coe, R. M., Romeis, J. C. et Hall, M. M. (1998), « Sense of coherence and survival in the chronica (...)
  • 30 Hamel, S., Lefrançois, R. et Leclerc, G. (1999), « La transcendance de soi : une tentative de défi (...)
  • 31 Leclerc, G., Lefrançois, R., Dubé, M., Hébert, R. et Gaulin, P. (1998), « Self-Actualization conce (...)
  • 32 Voir Recker, G. T. (2002), « Prospective predictors of successful aging in community-residing and (...)

9On a cependant critiqué les recommandations souvent énoncées pour accéder au vieillissement réussi. Notamment, celles qui moussent l’engagement ou la productivité par le biais notamment du volontariat ou des services rendus à la famille, ou encore celles qui édictent presque comme nécessité incontournable la pratique des sports et du conditionnement physique. Une étude récente insiste plutôt sur l’importance de se consacrer à des activités significatives telles que la créativité et le loisir. Car en plus de consolider le potentiel d’actualisation, ces activités gratifiantes renforcent l’estime de soi19. Plus récemment, l’idée a été introduite que le vieillissement réussi sous-tend un flux vital orienté non seulement vers la mise en valeur des ressources de l’individu, mais également vers la croissance personnelle et l’adaptabilité. Cette conception souligne notamment l’importance de préserver un sentiment d’identité et d’utilité, de développer des habiletés et des stratégies adaptatrices permettant de relever les défis de l’avancée en âge20 et la capacité d’utiliser une diversité de modes de communication21. Une telle vision positive et dynamique prend appui sur plusieurs théories du développement (par exemple, le parcours de vie) et des notions complémentaires, notamment celle de l’optimisation sélective avec compensation22, de la compétence23, du lieu de contrôle24 ou du sentiment d’efficacité personnelle25, de l’empowerment26 et de l’engagement productif ou créatif27. Pour enrichir cette liste, mentionnons l’intérêt accru pour de nouveaux construits tels la perspective future ou les buts personnels28, le sens de cohérence29, la transcendance30, l’actualisation du potentiel31, le sens à la vie et le ressourcement spirituel32.

  • 33 Vaillant, G. E., op. cit.
  • 34 Brody, J. E. (1996), « Good habits outweigh genes as key to a healthy old age », New York Times, 2 (...)
  • 35 Von Dras, D. et Blumenthal, H. T. (2000), « Biological, social-environmental, and psychological di (...)
  • 36 Markson, E. W. et Hollis, S. L. (2000), Intersections of Ageing : Readings in Social Gerontology, (...)
  • 37 Austin, C. D. (1991), « Agingwell : What are the odds ? », Generations, vol. 15, no 1, p. 73-75.

10De nos jours, la plupart des chercheurs sont conscients qu’une foule d’éléments interviennent dans l’étiologie du vieillissement et du bienvieillir33, qu’il s’agisse du bagage génétique, de facteurs comportementaux (mode de vie)34, psychologiques (perception de soi) ou environnementaux (ressources du milieu, stéréotypes)35. On a également beaucoup insisté sur certaines ressources pouvant faciliter l’atteinte du vieillissement réussi, en l’occurrence le revenu et la scolarité. Par ailleurs, certains ont exprimé l’opinion qu’il existe non pas une voie royale unique conduisant au vieillissement réussi mais bien plusieurs avenues distinctes36. Enfin, considérant l’hétérogénéité du vieillissement, on a soutenu qu’il était impératif de comparer différents trajectoires de vieillissement, incluant celles traversées par des épreuves et des difficultés majeures d’adaptation37.

  • 38 Rapporté dans Horn, C. et Meer, J. (1987), « The vintage years », Psychology Today, mai, p. 245-25 (...)

11Au début des années 1980, les gérontologues ont entrepris de démonter une série de mythes quant aux capacités des personnes vieillissantes. Voyons une illustration. La psychologue Gisela Labouvie-Vief, de la Wayne State University, s’est penchée sur la façon dont les aînés s’y prennent dans la vie de tous les jours pour résoudre des problèmes de logique. La plupart du temps, note-t-elle, leur performance est inférieure à celle des jeunes dans des tests d’habileté mentale classiques. Or, un élément explicatif de cette contre-performance est qu’ils n’ont pas autant l’occasion que les jeunes, souvent encore aux études, d’exercer la pensée logique. Labouvie-Vief a cependant constaté que les personnes aînées utilisent des approches de raisonnement qu’ignorent les jeunes. Elles combinent les modes de raisonnement formels et informels, et les approches de solution logiques et psychologiques38.

  • 39 Lindenberg, U. et Baltes, P. B (1997), « Intellectual functioning in old and very old age : Cross- (...)
  • 40 Lefrançois, R., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2000), « Stressful life events and psycholog (...)
  • 41 Lefrançois, R., Dubé, M., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2001), « Ressources psychosociales (...)

12Voyons un autre aspect. Les travaux menés dans le cadre de la Berlin Aging Study laissent entendre que les ressources psychosociales dont dispose la personne n’exercent pas l’effet protecteur escompté contre le déclin de l’organisme. Cependant, elles ont pour conséquence de différer certaines dysfonctions organiques39. Les analyses que nous avons réalisées dans le cadre de l’Étude longitudinale québécoise sur le vieillissement confirment que le soutien social, une ressource externe, n’exerce pas l’effet tampon attendu chez les octogénaires en perte d’autonomie fonctionnelle, car il contribue très peu à contenir leur détresse psychologique40. Par contre, des ressources personnelles, telles que la scolarité, l’autonomie psychologique et l’actualisation du potentiel, produisent un effet très bénéfique en termes de qualité de vie, que les personnes soient exposées ou non à des événements stressants41. Il ne faut pas en déduire que le soutien social soit une modalité d’intervention superflue ou inefficace. Notre étude prouve au contraire qu’il facilite la résolution des deuils et les transitions comme la retraite ou autres événements majeurs. Est-il besoin de répéter que le soutien qu’apportent les aidants naturels est éminemment important dans le processus conduisant à l’entrée en institution, pendant le séjour en milieu d’hébergement et dans le cadre des soins prodigués à domicile ? C’est uniquement chez les personnes très âgées que le soutien s’avérerait moins efficace dans la situation que nous avons investiguée, soit la détresse psychologique. D’autres études de réplication devront corroborer ce constat. Il ne faut pas non plus exclure la possibilité que le phénomène constaté s’explique par un effet de cohorte, cette génération d’octogénaires étant habituée à régler elle-même ses problèmes.

  • 42 Greer, M. B. (1995), « Factors affecting opinions on life support issues in the elderly », America (...)
  • 43 Coates, A., Gebski, V et Bishop, J. F. (1987), « Improving the quality of life during chemotherapy (...)

13Mais un jour ou l’autre, quand la maladie frappe sévèrement, les aînés se retrouvent inévitablement devant un dilemme. Bien que la plupart s’attachent plus qu’on le croit à la vie, ils ne sont pas prêts pour autant à sacrifier ce à quoi ils tiennent le plus : la qualité de vie. Certains gériatres ont remarqué que les personnes admises en chimiothérapie préféraient une diminution des soins afin de préserver une qualité de vie acceptable, plutôt que de s’exposer à des traitements douloureux ou inconfortables destinés à prolonger la vie42. Ce constat pourrait modifier l’approche des intervenants face à la maladie. Dans plusieurs unités de soins palliatifs, des actions sont maintenant dirigées vers la recherche d’un équilibre optimal entre les inconvénients du traitement et le maintien d’une qualité de vie acceptable43.

  • 44 Voir également : Tobin-Sheldon, S. (1999), Life Styles and Issues in Aging, New York, Springer.
  • 45 Atchley, R. C. (1999), « Continuity and adaptation in aging : Creating positive experiences », Bal (...)

14Mais la pratique d’activités significatives (pas nécessairement celles de type physique), un sentiment de maîtrise sur sa vie, des projets de vie, une certaine agressivité en présence de stress et la réminiscence constituent autant de façons de préserver un sens d’identité et une attitude positive face au vieillissement44. Ces prescriptions se retrouvent au cœur de la théorie de la continuité proposée par Robert Atchley, théorie basée en majeure partie sur les travaux d’une étude prospective d’envergure, la Ohio Longitudinal Study évoquée plus haut, où 1 271 adultes âgés de 50 ans et plus ont été suivis pendant plus de 20 ans45.

  • 46 Thursz, D. E. (1995), Empowering Older People : An International Approach, Wesport (CT), Auburn Ho (...)

15Par ailleurs, pour contourner le travers paternaliste des différentes instances de prise en charge et faire échec à l’âgisme, à l’exclusion et à l’autoexclusion, l’empowerment des personnes aînées apparaît comme une autre voie à privilégier. Daniel Thursz, dans Empowering Older People : An International Approach, définit ce concept comme la capacité de poser des choix libres, d’exercer de l’influence, de continuer de contribuer à la société et de profiter de ses services46. Cette autoprise en charge par les aînés de leur destin ne signifie pas que les intervenants doivent renoncer à exercer le rôle de facilitateur, de bougie d’allumage et d’accompagnateur dans la velléité des aînés de s’affirmer et de s’épanouir. L’atteinte de ces objectifs suppose de la part des praticiens l’utilisation de stratégies d’intervention et de moyens de pression sur trois paliers à la fois : individuel, culturel et structurel.

16Sur le plan individuel, les psychologues et travailleurs sociaux s’efforceront en premier lieu de créer un climat de confiance et de compréhension grâce à l’écoute attentive et à l’acceptation inconditionnelle des aînés. Ces attitudes faciliteront l’atteinte de l’objectif de renforcement de leur potentiel résiduel et aideront à faire émerger les capacités de résolution de problèmes qui sommeillent chez les personnes vieillissantes.

17Sur le plan culturel, la fonction qui leur est impartie est essentiellement de lutter contre les préjugés et les pratiques discriminatoires à l’endroit des aînés. Sans compter la nécessité de contrer la propension à l’autoexclusion.

  • 47 Thompson, N. et Thompson, S. (2001), « Empowering older people. Beyond the care model », Journal o (...)
  • 48 Gill, T. M. et Feinstein, A. R. (1994), « A critical appraisal of the quality of life instruments  (...)

18Enfin sur le plan structurel, il s’agit d’exercer le rôle d’informateur et d’agent de liaison de manière à ce que les aînés aient accès aux ressources de leur milieu et qu’ils puissent profiter au maximum du soutien familial ainsi que des services communautaires et institutionnels47. La réaction du milieu est également cruciale. La pire attitude à adopter par les membres de l’entourage consisterait à nier les capacités des aînés, à les réduire au statut de personnes dépendantes, malades ou dépassées. Au contraire, chaque personne doit être vue dans sa globalité, comme individu à part entière ayant des opinions sur sa santé, des droits et aspirations comme tout autre citoyen48. Examinons rapidement les principaux concepts utilisés pour caractériser le vieillissement optimal. Seules les grandes lignes décrivant les principales notions seront présentées.

L’optimisation sélective avec compensation

  • 49 Baltes, P. A. et Baltes, M. M., op. cit. Atchley a proposé de son côté d’autres types de stratégie (...)

19Baltes et Baltes, gérontologues allemands réputés et figures de proue de la thèse du vieillissement optimal (ou à toute étape de la vie), soutiennent que les personnes âgées peuvent utiliser avec succès des stratégies pour s’adapter au changement et pour pallier les pertes qui interviennent au cours du vieillissement. Ces stratégies sont au nombre de trois : la sélection, l’optimisation et la compensation. La sélection consiste en une réduction des activités exercées jusque-là, où sont préservées celles jugées les plus importantes ou les plus significatives (par exemple, choisir de pratiquer un sport moins exigeant physiquement). L’optimisation réfère aux stratégies visant à maximiser les capacités résiduelles de façon à renforcer le potentiel de développement (par exemple, pratiquer certaines activités difficiles à réaliser). L’expression « optimisation sélective » signifie que ces deux premières opérations s’exécutent en tandem, ce qui implique que les individus sont portés bien entendu à optimiser uniquement les domaines ou activités déjà sélectionnés. Enfin, la compensation englobe les stratégies concrètes de remplacement ou les supports externes (par exemple, le port des limettes). Un volet-clé de la théorie des Baltes réside dans le constat suivant : bien que la plupart des fonctions physiques tendent à diminuer en capacité, certaines fonctions peuvent s’améliorer avec un entraînement approprié (par exemple, le raisonnement)49.

  • 50 Lefrançois, R. et D’Amours, M. (1997), « La performance des automobilistes âgés dans les situation (...)

20Un exemple tiré des travaux que j’ai effectués en sécurité routière illustrera l’importance et l’efficacité des stratégies utilisées par les personnes aînées pour s’adapter à la conduite automobile. J’ai mentionné précédemment qu’une majorité d’automobilistes âgés sont conscients des limites imposées par l’âge. Or, comment se traduit dans la conduite cette prise de conscience ? Certains compensent leurs déficits à la faveur d’une conduite mieux adaptée, en évitant notamment les situations potentiellement dangereuses (conduire à la noirceur, sur les grandes artères, dans le trafic urbain, par intempéries, sur les autoroutes achalandées) et en réduisant la fréquence d’exposition (kilométrage réduit). D’autres choisissent de se déplacer durant les périodes où la circulation est moins dense, roulent plus lentement et sur de moins longues périodes, comparativement aux autres groupes d’âge. Enfin, très peu adoptent des comportements à risque élevé tels que la conduite en état d’ébriété, l’agressivité au volant ou des manœuvres de compétition avec d’autres automobilistes50.

La vieillesse vécue dans la continuité

21La théorie de la continuité développée par Robert Atchley représente un autre effort pour démontrer la capacité d’adaptation des personnes aînées. Le postulat sur lequel s’appuie Atchley s’énonce comme suit : lorsqu’ils atteignent la maturité, la plupart des adultes utilisent la stratégie de la continuité qui repose sur les expériences passées afin de s’adapter et d’enjamber les obstacles qu’ils rencontrent une fois dans la vieillesse.

22Réagissant aux sévères critiques percevant dans cette conception un refus implicite du changement, Atchley défend avec conviction son point en précisant que la continuité n’est pas synonyme d’immobilisme ou d’homéostasie : elle comporte un aspect évolutif qui n’exclut en aucune façon le changement.

23Atchley distingue les mécanismes d’adaptation inconscients des mécanismes conscients. Les premiers englobent les microajustements qui interviennent graduellement et de façon routinière au cours du vieillissement. Les seconds nous renvoient à une mobilisation des habiletés (coping skills) provoquée par la survenue de crises ou de changements plus ou moins brusques. La continuité comprend en outre un mode interne et un mode externe. La continuité interne définit le rapport avec le système-personne (inner structure), soit la persistance d’une structure psychique concernant les idées, le caractère, l’émotivité, les expériences, les préférences, les dispositions (arrangements) et les compétences. La continuité interne constitue une composante essentielle à maints égards puisqu’elle permet les fonctions suivantes : 1. le contrôle et la compétence ; 2. l’intégrité du moi ; 3. l’estime de soi ; 4. le maintien de la capacité de réponse aux besoins.

24La continuité externe est définie en termes des rapports avec l’environnement, soit principalement les rôles et les activités. Elle intervient à la fois comme une réponse aux pressions sociales (car les gens ont à l’égard des personnes vieillissantes des attentes qui se situent dans la continuité des rôles exercés au cours de la vie active) et comme l’expression de souhaits (par exemple, le désir d’obtenir du soutien social, la confirmation de son identité sociale, le maintien d’un sentiment d’appartenance, la répétition ou la pratique comme façon d’exercer ses capacités, la réduction de l’ambiguïté dans la poursuite de certains buts à la suite d’événements subits, tels la perte d’un être cher, la retraite ou le syndrome du nid vide.

25Le modèle que décrit Atchley s’applique aux situations de la vie quotidienne des personnes aînées. Les stratégies dites « générales » comprennent : la continuité, l’anticipation et la compensation. La stratégie de la continuité s’inscrit dans le prolongement des habitudes et du style de vie antérieurs. Elle se traduit par la poursuite de l’investissement dans des rôles et des activités familiers. On peut ici supposer que les exercices routiniers produiraient un effet bénéfique en retardant notamment l’apparition des symptômes morbides ou en dissipant les effets délétères du vieillissement. L’anticipation s’avère une stratégie avant tout préventive, en ce sens qu’elle vise à minimiser l’incidence des déficits ou à différer les manifestations négatives du vieillissement. L’exercice physique, les habitudes de vie saines et la planification constituent les principaux moyens utilisés. La stratégie de compensation englobe les mécanismes correcteurs ou de restauration qui interviennent lorsque surgit une altération quelconque de fonction. Le recours à des prothèses, les modifications de comportement de type psychomoteur ou la recherche de nouvelles sources de soutien social figurent parmi les solutions privilégiées.

  • 51 Atchley, R. C. (1989), « A continuity theory of normal aging », The Gerontologist, vol. 29, no 2, (...)

26En regard maintenant des stratégies d’adaptation dites « spécifiques », Atchley énumère trois autres stratégies : la substitution, la consolidation et le désengagement différentiel. La stratégie de la substitution regroupe les méthodes de remplacement (activités, rôles) qu’utilisent les personnes aînées pour demeurer actives et conserver un potentiel optimal. Ainsi, une fois sonnée l’heure de la retraite, les fonctions assumées au cours de la vie professionnelle seront éventuellement remplacées par des rôles substituts tels le bénévolat et le jardinage. Dans la même veine, la stratégie de la consolidation consiste à mieux répartir ou distribuer ses ressources (temps, énergie, engagements) de façon à conserver un niveau de performance satisfaisant. Enfin, certains individus préféreront opter pour la stratégie du désengagement différentiel, que ce soit en abandonnant certains rôles ou en réduisant sensiblement leur investissement dans un domaine particulier. De cette manière, ils espèrent atteindre un mieux-être ou encore éliminer le sentiment de stress ou de fardeau associé à ces activités. Atchley clôt cette liste en mentionnant d’autres stratégies qui, la plupart du temps, s’avèrent contre-productives ou inefficaces. Il s’agit essentiellement de la comparaison sociale et des comportements de fuite : l’isolement, les dépendances telles que l’alcool et les psychotropes, qui peuvent conduire éventuellement au suicide51.

Le sentiment d’efficacité personnelle

27Le sentiment d’efficacité personnelle se présente comme une autre notion, du domaine de la théorie sociocognitive, qui dénote bien l’importance pour la personne, qu’elle soit aînée ou non, de faire confiance en ses possibilités. Elle est définie comme l’appréciation que les individus portent sur leurs aptitudes et leurs capacités à organiser et à exécuter des enchaînements d’actions nécessaires pour atteindre un niveau de performance souhaité. La perception de ses habiletés est capitale certes, mais il s’agit surtout du jugement que la personne porte sur ces mêmes habiletés et de la confiance à produire les effets escomptés. Le sentiment d’efficacité personnelle agit sur les aspirations, les choix à poser et la perception de sa vulnérabilité au épreuves stressantes. Il se mesure également par l’effort consenti pour atteindre un objectif donné et la résilience devant l’adversité. Cette approche a fait ses preuves dans des programmes visant à combattre l’obésité ou à renoncer au tabac. On prétend même que le sentiment d’efficacité personnelle permettrait d’améliorer la résistance immunitaire de l’organisme et d’accroître la tolérance à la douleur.

  • 52 Fry, P. S. (2000), « Predictors of health-related quality of life perspectives, selfesteem, and li (...)

28Une étude en gérontologie a révélé qu’un sentiment élevé d’efficacité personnelle aidait les personnes aînées à surmonter de rudes épreuves, comme la perte d’un être cher. J’illustrerai ce point en citant une étude. Deux cents personnes veufs et veuves depuis moins de six mois furent invités à compléter un questionnaire sur la perception de leur efficacité personnelle, en distinguant différents aspects, tels les relations affectives, les accomplissements instrumentaux, le soutien social, la capacité économique, la condition physique et l’ouverture à la spiritualité. Un an et demi plus tard, ils furent interrogés à nouveau afin d’évaluer leur satisfaction de vie et leur qualité de vie. Les résultats ont confirmé l’hypothèse qu’un niveau élevé d’efficacité personnelle contribuait à une meilleure satisfaction et qualité de vie. On a pu démontrer que les personnes veuves ayant préservé leur qualité de vie s’avéraient plus efficaces dans les dimensions telles que les relations affectives et le soutien social, comparativement aux veufs qui se révélaient plus efficaces dans les domaines de la santé physique, des tâches instrumentales et de la sécurité financière52.

Le lieu de contrôle

  • 53 Rotter, J. B. (1975), « Some problems and misconceptions related to the construct of internai vers (...)
  • 54 Levenson a présenté une échelle multidimensionnelle comportant trois volets. Elle distingue le lie (...)

29Le heu de contrôle53, concept-clé dans la théorie de l’apprentissage social, est une notion apparentée à celle du sentiment d’efficacité personnelle. Il désigne la croyance qu’a l’individu sur sa capacité de maîtriser les aspects importants de sa vie. On distingue le lieu de contrôle externe et interne. Un lieu de contrôle interne se définit comme la croyance que son agir peut influer sur le cours des événements, tandis que le lieu de contrôle externe, qui comprend deux aspects, réfère au contraire à la croyance que les événements échappent à la maîtrise de l’individu, ceux-ci agissant soit sous l’effet du hasard, du destin ou de personnes puissantes54.

  • 55 Voir Rodin, J. (1986), « Aging and health : Effects of the sense of control », Science, no 233, p. (...)
  • 56 Seligman, M. E. P. (2002), Authentic Happiness, New York, Free Press.
  • 57 Vaillant, G. E., op. cit.

30Plusieurs études ont établi un lien entre la perception de contrôle dans une situation donnée et le bien-être psychologique ou la santé physique55. Martin E. P. Seligman, l’un des psychologues les plus en vue présentement aux États-Unis, a aussi démontré, à partir d’expériences menées sur des animaux, qu’il était possible d’induire un sentiment d’impuissance acquise, en l’occurrence le réflexe d’échapper à une situation menaçante ou de fuir devant une situation stressante ou un défi quelconque. Certaines personnes, persuadées que ce qui leur arrive obéit à la loi du destin, réagiront de la même manière, c’est-à-dire avec passivité et soumission. Elles pourront éventuellement cultiver des attitudes revendicatives plutôt que de prendre en main la situation. Au contraire, celles qui démontrent un lieu de contrôle interne commenceront par accepter la situation, pour ensuite mobiliser toutes les énergies dont elles disposent pour l’affronter. La recette du bonheur, selon Seligman, réside dans le renoncement à la croyance que les expériences passées orientent le présent et le futur. La voie y conduisant consiste donc à valoriser les événements heureux du passé et à oublier ceux perçus comme négatifs56. Une étude récente de Vaillant, menée auprès de 700 participants, a d’ailleurs attesté l’efficacité de cette formule57.

La gérotranscendance

  • 58 Wong, P. T. (1989), « Personal meaning and successful aging », Canadian Psychology, vol. 30, no 3, (...)

31Paul Wong un jour a déclaré que le sens donné à la vie représentait la dimension cachée du vieillissement réussi58. Cette composante du bien vieillir est capitale, car non seulement, précise-t-il, elle contribue à ajouter des années à la vie, mais elle permet également d’ajouter de la vie aux années. En présence de perte ou d’incapacité, la perspective d’une vie prolongée peut s’avérer un pénible fardeau si elle ne s’accompagne pas d’un véritable sens de la vie, ajoute-t-il. Charles Schulz (1986) a indiqué de son côté qu’une personne aînée donnant un sens à sa vie et à la vie avait plus de chance de poursuivre sa croissance personnelle et d’être satisfaite de la vie. Selon lui, l’acceptation de soi ou de sa condition présente a une valeur adaptative plus importante que l’effort pour exercer un contrôle de soi.

  • 59 Tornstam, L. (1989), « Gero-transcendence : A meta-theoretical reformulation of the disengagement (...)

32Lars Tornstam a forgé le concept de gérotranscendance pour désigner la progression naturelle dans l’âge avancé vers la maturité optimale et la sagesse. L’individu transcendant expérimente une redéfinition de Soi et de sa relation avec autrui et découvre une nouvelle compréhension aux questions existentielles. Il se soucie moins de lui-même, se détache des biens matériels, se complaît dans la solitude et devient plus sélectif dans ses relations sociales et ses activités. Il développera une plus grande affinité avec ce qui a marqué les générations précédentes59.

33Une collègue de notre équipe de recherche a distingué trois profils ou niveaux de transcendance. Le niveau de croissance prépersonnelle correspond à la situation où la personne vise avant tout à satisfaire des motivations extrinsèques, à s’adapter aux contraintes de l’environnement et à éviter la réflexion et le changement.

À ce niveau, il est difficile d’accéder consciemment et volontairement à la transcendance, c’est-à-dire de vivre « l’expérience-plateau ». Par contre, la personne peut vivre occasionnellement des expériences de sommet (expériences paroxystiques) bien circonscrites et n’ayant pas nécessairement d’impact sur l’ensemble de son développement.

34Le niveau de la croissance personnelle est celui où « la personne cherche à bâtir son identité personnelle, à reconnaître ses forces et ses faiblesses et à prendre conscience de ses illusions par rapport à elle-même et par rapport au monde. La personne, tentant de s’actualiser, cherche en quelque sorte à répondre à des motivations intrinsèques. Elle est alors principalement centrée sur elle-même tout en étant en processus de changement.

  • 60 Hamel, S., Lefrançois, R. et Leclerc, G., op. cit.

Ce niveau permet à la personnalité de se solidifier et, en ce sens, il est un prérequis essentiel à l’expérience-plateau ou à la transcendance de soi. Le niveau de la croissance transpersonnelle est celui où la personne s’efforce d’approfondir son Être, en explorant ce qu’elle possède de meilleur en elle-même. Elle tend à comprendre et à dépasser ses préoccupations égocentriques, à apprécier la réalité comme elle est et à être très proche de son intuition profonde pour mieux discerner la signification des « choses » et en saisir l’unité sous-jacente. La personne est fondamentalement centrée sur le monde plutôt que sur elle-même60.

L’actualisation du potentiel

  • 61 Leclerc, G., Lefrançois, R., Dubé, M., Hébert, R. et Gaulin, P. (1998), Manuel d’utilisation de la (...)

35L’actualisation peut se définir comme un processus de développement du potentiel de la personne en congruence avec son image de soi et avec son expérience d’elle-même et de son environnement61. Par processus, il faut entendre une succession dynamique de phénomènes structurés dans le temps, par opposition à un état. Carl Rogers décrit ce processus comme une tendance fondamentale, présente chez tout être humain, à la fois unique (en ce sens que chaque personne a sa façon de s’actualiser) et universelle (du fait qu’elle n’est pas spécifique à une classe sociale ou à une culture particulières). L’expression développement du potentiel de la personne désigne une finalité orientée vers l’épanouissement optimal de l’organisme par la mise en valeur et l’amélioration des ressources ou des capacités dont dispose la personne. « Être en congruence » signifie que ce développement est intégré, c’est-à-dire qu’il se réalise en harmonie avec les autres dimensions de la personne, essentiellement avec l’image de soi et l’expérience globale. Le lien avec l’environnement suppose que la personne est constamment en interaction avec elle-même (émotions, sentiments, perceptions) et avec le milieu externe (personnes, événements, choses). C’est pourquoi l’ouverture à l’expérience suppose l’ouverture à soi, aux autres et à la vie en général. Si la personne éprouve du mal à faire confiance aux autres ou à créer des relations positives, si elle ne trouve pas de sens à la vie ou si elle hésite à s’engager dans des actions ou des projets susceptibles de changer son environnement ou d’améliorer son sort ou celui de ses semblables, elle se ferme à une dimension importante de son expérience, de sorte qu’elle a peu de chances de mettre à profit son potentiel. L’actualisation de la personne peut être envisagée sous différents plans. Elle peut être vue à la fois comme un processus ou une clé du succès ou de l’adaptation (le potentiel ou la tendance actualisante), une résultante (le vieillissement réussi ou actualisé), ou encore un objectif de développement. Voilà qui suppose une connaissance adéquate des processus et mécanismes favorisant l’utilisation et le développement optimal des capacités de la personne âgée.

  • 62 Maslow, A. H. (1968), Toward a Psychology of Being, 2e édition, New York, Van Nostrand Reinhold.

36Cette thématique de recherche, telle que formulée, sous-tend une conception philosophique particulière du vieillissement humain. Plus précisément, elle endosse une vision positive ou constructive de la vieillesse62 qui se veut toutefois réaliste, et qui se reflète, rappelons-le, dans ce postulat de base de la psychologie humaniste : toute personne est animée par la tendance actualisante, c’est-à-dire que son potentiel de croissance demeure intact et actif, même à un âge avancé et en dépit des conditions ou circonstances défavorables. L’influx et l’énergie nécessaires pour exploiter pleinement toutes les potentialités déterminent en quelque sorte le besoin de croissance, d’adaptabilité et de créativité de la personne vieillissante.

  • 63 Martin, P., Poon, L. W et Johnson, M. A. (1997), « Social and psychological resources in the oldes (...)

37Notre groupe de recherche a développé, sous l’impulsion du professeur Gilbert Leclerc, un nouvel instrument pour mesurer le niveau d’actualisation des personnes aînées, instrument intitulé : « mesure de l’actualisation du potentiel ». Je ne résumerai pas ici toutes les épreuves de validation auxquelles cet instrument a donné lieu. J’aimerais cependant souligner que nos travaux menés auprès des participants de l’Étude longitudinale québécoise sur le vieillissement (781 participants) indiquent que l’actualisation constitue un excellent prédicteur de la qualité de vie. Par ailleurs, il a été constaté qu’un haut potentiel psychologique combiné à un réseau social satisfaisant aide à conserver un état de santé et une autonomie optimales, ainsi qu’un sentiment de bien-être élevé. Cependant, ce lien paraît moins prononcé chez les octogénaires. Cette dernière observation semble corroborer les observations de Peter Martin, Leonard W Poon et Mary Ann Johnson qui constatent non seulement une diminution linéaire des ressources en fonction de l’âge, mais également une réduction de ses effets sur le fonctionnement de la personne63.

  • 64 Manheim, A. R. (1998), « The relationship between the artistic process and selfself-actualization  (...)

38Une personne aînée actualisée fait sans doute des moments précieux de sa vie une occasion privilégiée d’expression de la créativité. C’est du moins ce qu’a constaté Allison Renee Manheim dans une enquête gérontologique réalisée auprès de plusieurs groupes de personnes aînées ayant suivi des cours de sculpture. Elle a relevé chez les participants que de tels cours avaient contribué à rehausser la qualité de leur vie, leur ouverture à l’expérience et l’acceptation de soi64.

39Quand les gérontologues insistent sur l’importance de la créativité comme façon d’optimiser son vieillissement, ils ne font pas référence explicitement à la production d’œuvres artistiques, littéraires ou scientifiques. Il s’agit plutôt de poursuivre ce qui, depuis notre naissance, depuis les débuts de l’humanité, nous a toujours construit comme personne et comme être humain. Explorer le monde, partir en toute liberté à la découverte de territoires inconnus, ratisser les tréfonds de la vie intérieure dans une union intime avec l’univers des objets ou des idées. C’est, je crois, un travail agréable de mise en œuvre de projets permettant d’atteindre une totale liberté d’expression. Sans que soit exclus bien sûr l’art ou la science, il peut s’agir aussi bien d’activités manuelles (par exemple, jardinage, couture, menuiserie) qu’intellectuelles (par exemple, jeux, passe-temps, écriture).

40À l’encontre de ce que l’on croit communément, la créativité n’est pas un défi inaccessible : elle est à la portée de chacun. Car l’homme est fondamentalement un explorateur, un découvreur. On le constate bien sûr chez l’enfant. On voit cette même curiosité insatiable dans l’agissement du jeune bébé ; et cette quête peut se poursuivre jusque dans la grande vieillesse. Non seulement la créativité est-elle une façon de préserver l’ardeur impétueuse et la souplesse physique ou mentale, mais elle donne un nouveau souffle et un sens à toute période de la vie. Le temps de la vieillesse est d’ailleurs favorable à l’expression de la créativité, car celle-ci est moins sujette aux tensions et obligations sociales de toutes sortes.

Notes

1 Saul, J. (2003), Vers l’équilibre, Paris, Payot, p. 79.

2 Levi-Montalcini, R. (1999), L’atout gagnant, Paris, Robert Laffont.

3 Hazan, H. (1994), Old Age : Constructions and Deconstructions, Cambridge, Cambridge University Press.

4 Rowe, J. W. et Kahn, R. L. (1998), Successful Aging, New York, Pantheon Books.

5 Dubé, M. (2003), « Le vieillissement réussi », Revue québécoise de psychologie, vol. 24, no 3, p. 15-22 ; Cavan, R. S., Burgess, E. W, Havighurst, R. J. et Glodhamer, H. (1949), Personal Adjustment in Old Age, Chicago, Science Research Associates.

6 Aguerre, C. et Bouffard, L. (2003), « Le vieillissement réussi : théories, recherches et applications cliniques », Revue québécoise de psychologie, vol. 24, no 3, p. 107-129.

7 Bouffard, L. (2003), « Recension du livre de G. E. Vaillant », Revue québécoise de psychologie, vol. 24, no 3, p. 278-284. L’ouvrage de Vaillant (2002) s’intitule Aging Well. Surprising Guideposts to a Happier Life from the Landmark Harvard Study of Adult Development, Boston, Little, Brown.

8 Havighurst, R. J. (1961), « Successful aging », The Gerontologist, vol. 1, no 1, p. 8-13.

9 Torres, S. (1999), « A culturally-relevant theoretical framework for the study of successful ageing », Ageing and Society, no 19, p. 31-51.

10 Gibson, R. C. (1995), « Promoting successful and productive aging in minority populations », dans L. A. Bond, S. J. Culter et A. Grams (dir.), Promoting Successful and Productive Aging, Londres, Sage.

11 Clarck, M. et Andersson, B. G. (1967), Culture and Aging : An Anthropological Study of Older Americans, Illinois, Charles C. Thomas.

12 Rowe, J. W et Kahn, R. L. (1987), « Human aging : Usual and successful », Science, no 237, p. 143-149.

13 Baltes, P. B. et Baltes, M. M. (1990), Successful Aging : Perspectives from the Behavioural Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

14 Rowe, J. W et Kahn, R. L., op. cit. ; Palmore, E. B. (1995), « Successful aging », dans G. L. Maddox (dir.), Encyclopedia of Aging : A Comprehensive Resource in Gerontology and Geriatrics, 2e édition, New York, Springer, p. 914-915.

15 Lemon, B. W, Bengtson, V L. et Petersen, J. A. (1972), « An exploration of the activity theory of aging : Activity types and life expectation among in-movers to a retirement community », Journal of Gerontology, vol. 27, no 4, p. 511-523.

16 Gullette, M. M. (1997), Declining to Decline : Cultural Combat and the Politics of the Midlife, Charlottesville, University Press of Virginia.

17 Fisher, B. J. (1992), « Successful aging and life satisfaction : A pilot study for conceptual clarification », Journal of Aging Studies, vol. 6, no 2, p. 191-202.

18 Levy, B. R., Slade, M. D. et Kunkel, S. R. (2002), « Longevity increased by positive self-perceptions of aging », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 83, no 2, p. 261-270.

19 Morrow-Howell, N., Hinterlong, J. et Sherraden, M. (dir.) (2001), Productive Aging, Concepts and Challenges, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

20 Sullivan, W. P. et Fisher, B. J. (1994), « Intervening for success : Strengths-based case management and successful aging », Journal of Gerontological Social Work, no 22, p. 61-74.

21 Nussbaum, J. F., Pecchioni, L. L. Robinson, J. D. et Thompson, T. L. (2000), Communication and Aging, New Jersey, Lawrence Erlbaum.

22 Baltes, P. B. et Baltes, M. M., op. cit.

23 Riegel, K. (1973), « Dialectic operations : The final stage of cognitive development », Human Development, no 16, p. 346-370.

24 Landau, R. et Litwin, H. (2000), « Effects of extreme early stress in very old age », Journal of Traumatic Stress, vol. 13, no 3, p. 473-487.

25 Bandura, A. (1986), Social Foundations of Thought and Action : A Social Cognitive Theory, New York, Prentice-Hall ; Jerusalem, M. et Mittag, W (1995), « Self-efficacy in stressful life transitions », dans A. Bandura (dir.), Self-Efficacy in Changing Societies, Cambridge, Cambridge University Press, p. 177-201.

26 Myers, J. E. (1990), Empowerment for Later Life, Ann Arbor, University of Michigan, ERIC Counseling and Personnel Services Clearinghouse.

27 Butler, R. et Gleason, H. (dir.), (1985), Productive Aging : Enhancing Vitality in Later Life, New York, Springer.

28 Bouffard, L., Dubé, M., Lapierre, S. et Bastin, E. (1996), « Le bien-être psychologique des personnes âgées par la poursuite des buts personnels », Revue québécoise de psychologie, vol. 17, no 2, p. 115-135.

29 Coe, R. M., Romeis, J. C. et Hall, M. M. (1998), « Sense of coherence and survival in the chronically ill elderly : a five-year follow-up », dans H. I. McCubbin, E. A. Thompson, A. I. Thompson et J. E. Fromer (dir.), Stress, Coping, and Health in Families : Sense of Coherence and Resiliency, Thousand Oaks (CA), Sage Publications, p. 265-275.

30 Hamel, S., Lefrançois, R. et Leclerc, G. (1999), « La transcendance de soi : une tentative de définition », Revue québécoise de psychologie, vol. 20, no 3, p. 27-44.

31 Leclerc, G., Lefrançois, R., Dubé, M., Hébert, R. et Gaulin, P. (1998), « Self-Actualization concept : A content validation », Journal of Social Behavior and Personality, vol. 13, no 1, p. 69-84.

32 Voir Recker, G. T. (2002), « Prospective predictors of successful aging in community-residing and institutionalized canadian elderly », Ageing International, vol. 27, no 1, p. 42-64 ; Lustbader, W. (2000), « Thoughts on the meaning of frailty », Generations, vol. 23, no 4, p. 21-24 ; Reker, G. T., Peacock, E. J. et Wong, P. T. P. (1987), « Meaning and purpose in life and well-being : A life-span perspective », Journal of Gerontology, no 42, p. 44-49.

33 Vaillant, G. E., op. cit.

34 Brody, J. E. (1996), « Good habits outweigh genes as key to a healthy old age », New York Times, 28 février.

35 Von Dras, D. et Blumenthal, H. T. (2000), « Biological, social-environmental, and psychological dialectism : An integrated model of aging », Basic and Applied Social Psychology, vol. 22, no 3, p. 199-214.

36 Markson, E. W. et Hollis, S. L. (2000), Intersections of Ageing : Readings in Social Gerontology, Los Angeles, Roxbury Publications.

37 Austin, C. D. (1991), « Agingwell : What are the odds ? », Generations, vol. 15, no 1, p. 73-75.

38 Rapporté dans Horn, C. et Meer, J. (1987), « The vintage years », Psychology Today, mai, p. 245-252.

39 Lindenberg, U. et Baltes, P. B (1997), « Intellectual functioning in old and very old age : Cross-sectional results from the Berlin Aging Study », Psychological Aging, no 12, p. 410-432.

40 Lefrançois, R., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2000), « Stressful life events and psychological distress of the very old : Does social support have a moderating effect ? », Archives of Gerontology and Geriatrics, no 31, p. 243-255.

41 Lefrançois, R., Dubé, M., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2001), « Ressources psychosociales, événements transitoires et qualité de vie des personnes vieillissantes », Santé mentale au Québec, vol. 26, no 1, p. 242-274.

42 Greer, M. B. (1995), « Factors affecting opinions on life support issues in the elderly », American Physical Therapy, Section on Geriatrics, vol. 18, no 2, p. 1-11.

43 Coates, A., Gebski, V et Bishop, J. F. (1987), « Improving the quality of life during chemotherapy for advanced breast cancer : A comparison of intermittent and continuous treatment strategy », New England Journal of Medicine, no 317, p. 1490-1495.

44 Voir également : Tobin-Sheldon, S. (1999), Life Styles and Issues in Aging, New York, Springer.

45 Atchley, R. C. (1999), « Continuity and adaptation in aging : Creating positive experiences », Baltimore, Johns Hopkins University Press. Voir aussi : Atchley, R. C. (2003), Social Forces and Aging, Belmont (CA), Wadsworth Publishing Co.

46 Thursz, D. E. (1995), Empowering Older People : An International Approach, Wesport (CT), Auburn House.

47 Thompson, N. et Thompson, S. (2001), « Empowering older people. Beyond the care model », Journal of Social Work, vol. 1, no 1, p. 61-76.

48 Gill, T. M. et Feinstein, A. R. (1994), « A critical appraisal of the quality of life instruments », JAMA, no 272, p. 619-626.

49 Baltes, P. A. et Baltes, M. M., op. cit. Atchley a proposé de son côté d’autres types de stratégies. Celles dites « générales » comportent la continuité, l’anticipation et la compensation. Celles dites « spécifiques » comprennent la substitution, la consolidation, le désengagement différentiel, la fuite, la comparaison sociale.

50 Lefrançois, R. et D’Amours, M. (1997), « La performance des automobilistes âgés dans les situations de conduite difficile, La Revue canadienne du vieillissement, vol. 16, no 2, p. 320-336.

51 Atchley, R. C. (1989), « A continuity theory of normal aging », The Gerontologist, vol. 29, no 2, p. 183-190.

52 Fry, P. S. (2000), « Predictors of health-related quality of life perspectives, selfesteem, and life satisfactions of older adults following spousal loss : An 18-month follow-up study of widows and widowers », The Gerontologist, no 41, p. 787-798.

53 Rotter, J. B. (1975), « Some problems and misconceptions related to the construct of internai versus external control of reinforcement », Journal of Consulting and Clinical Psychology, no 43, p. 56-67.

54 Levenson a présenté une échelle multidimensionnelle comportant trois volets. Elle distingue le lieu de contrôle : interne, externe (relatif à la puissance d’une force humaine ou surnaturelle) et externe (le destin, la chance). Voir Levenson, H. (1983), « Differentiating among internality, powerful others and chance », dans R. Lefcourt (dir.), Research With the Locus of Control Construct, volume 1 : Assessment Methods, New York, Academic Press, p. 15-63.

55 Voir Rodin, J. (1986), « Aging and health : Effects of the sense of control », Science, no 233, p. 1271-1276 ; Marmot, M. G., Bosma, H., Hemingway, H, Brunner, E. et Stansfeld, S. (1997), « Contributions of job control and other risk factors to social variations in coronary heart disease incidence », The Lancet, vol. 350, no 9073, p. 235-239.

56 Seligman, M. E. P. (2002), Authentic Happiness, New York, Free Press.

57 Vaillant, G. E., op. cit.

58 Wong, P. T. (1989), « Personal meaning and successful aging », Canadian Psychology, vol. 30, no 3, p. 516-525.

59 Tornstam, L. (1989), « Gero-transcendence : A meta-theoretical reformulation of the disengagement theory », Aging : Clinical and Experimental Research, vol. 1, no 1, p. 55-63.

60 Hamel, S., Lefrançois, R. et Leclerc, G., op. cit.

61 Leclerc, G., Lefrançois, R., Dubé, M., Hébert, R. et Gaulin, P. (1998), Manuel d’utilisation de la Mesure de l’Actualisation du potentiel (MAP), Sherbrooke, Centre de recherche sur le vieillissement, Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke, p. 7. Ce manuel comprend toutes les études de validation qui ont été publiées.

62 Maslow, A. H. (1968), Toward a Psychology of Being, 2e édition, New York, Van Nostrand Reinhold.

63 Martin, P., Poon, L. W et Johnson, M. A. (1997), « Social and psychological resources in the oldest old », Experimental Aging and Resources, no 12, p. 433-444.

64 Manheim, A. R. (1998), « The relationship between the artistic process and selfself-actualization », Art Therapy : Journal of the American Association, vol. 15, no 2, p. 99-106. Voir également Deriaz, M. et Manheim, A. R. (2002), « À propos de la créativité et de l’actualisation du potentiel », Le Gérontophile, vol. 24, no 3, p. 19-23.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search