Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 4. Défis et ressources des personnes aînées

Chapitre 10. L’exposition aux épreuves et aux transitions de vie

Texte intégral

  • 1 Cyrulnik, B. (2001), Les vilains petits canards, Paris, Éditions Odile Jacob.

« Le talent consiste à exposer son épreuve dans une intrigue souriante. »
Boris Cyrulnik, Les vilains petits canards1

1L’alternance ou le flux-reflux entre des états de stabilité, de déséquilibre et de changement nous accompagne tout le long de notre existence. Les concepts de continuité, d’adaptation et de processus de résolution de deuil incarnent cette conviction de la fluidité plastique de la vie. Or, les épreuves qui nous affligent à la suite d’événements frustrants ou de tracas de la vie quotidienne sont des vecteurs importants de changement pouvant affecter le sentiment de bien-être et la santé physique ou mentale.

2À l’échelle d’une collectivité, l’épreuve sociétale correspond à la survenue de phénomènes fulgurants, spontanés ou à gestation lente, tel le vieillissement démographique, qui peuvent susciter un choc ou une « crise ». L’épreuve sociétale représente de ce point de vue une source potentielle de conflit entre des groupes d’âge ou des classes sociales, signe annonçant une rupture possible ou une mutation majeure au regard de l’ensemble de l’organisation d’une société et de sa culture. Elle constitue l’un des éléments-moteur marquant le cours d’une société, son devenir historique. La venue inopinée d’un événement perturbant (par exemple, les attentats du 11 septembre ou une récession économique) place la société en position soit de contrôle ou d’instabilité. Face au défi de l’épreuve, une réaction ou une adaptation est toujours nécessaire. Selon le degré de succès de l’adaptation, la société se trouvera ou bien en situation de crise, d’ambivalence, de contradiction ou encore elle se positionnera pour récupérer la situation à son avantage.

  • 2 Bouisson, J. et Reinhardt, J.-C. (2000), Seuil, parcours, vieillissements, Paris, L’Harmattan, p.  (...)
  • 3 De Gaulle, C. (1944), Le fil de l’épée, Paris, Union Générale d’Éditions, p. 70.

3S’agissant de l’individu, l’épreuve résulte d’un événement perturbant, le plus souvent une perte ou une situation stressante qui nécessite une modalité quelconque d’ajustement ou d’adaptation. L’épreuve individuelle, lorsque bien résolue, déclenchera principalement un réaménagement ou un réinvestissement majeur des activités, une nouvelle transaction relationnelle ou une reconstruction de l’espace vital. De ce point de vue, l’épreuve individuelle représente un événement qui agit profondément sur le devenir de la personne. Loin de s’avérer une tragédie, les épreuves de la vie constituent l’un des principaux moteurs de notre développement en tant que personne. Comme nous le rappellent Jean-Claude Bouisson et Jean Reinhardt, le « rôle de la crise comme force créatrice, à la base même du développement de l’enfant, est connu depuis longtemps déjà, tandis que l’on commence à bien cerner aussi d’autres crises importantes dans le développement de l’individu au cours de sa vie2 ». Le vent finit toujours par redresser l’arbre après l’avoir penché, déclarait Charles de Gaulle3. La personnalité ne se forme-t-elle pas à partir de nos expériences, celles des rencontres, des joies et des ambitions, mais aussi des obstacles et des solutions inventées ? Selon le degré de succès de l’adaptation, que ce soit par le biais d’un détachement ou d’un réinvestissement, l’individu sera ou bien en situation de crise identitaire, de déréliction, de fuite ou de désespoir, ou à l’opposé, de dépassement et de ressourcement.

Les événements de vie inducteurs d’épreuves et du sentiment de perte

  • 4 Le Gouès, G. (2000), L’âge et le principe de plaisir, Paris, Dunod.

4Plusieurs théoriciens ont fait appel à ces notions de conflit, de rupture, de crise, de perte ou d’événement perturbateur pour souligner les défis de l’âge avancé. Le psychiatre français Gérard Le Gouès conçoit que la crise du mitan de la vie marque le début du vieillissement psychique. C’est au cours de cette étape de la vie que le « fantasme d’éternité » rencontre une limite que la libido ignorait jusque-là. L’individu parvient à un « vieillissement compensé » lorsqu’il utilise ses capacités pour développer de nouveaux objets d’investissement (subliminaux) et s’ouvrir à la créativité. Par contre, un « vieillissement surcompensé » se caractérise par le déni des pertes et le recours à des stratégies défensives. Le « vieillissement décompensé » désigne la situation où l’individu s’installe dans le repli narcissique mortifère. Finalement, le « vieillissement aggravé » caractérise un état d’enlisement ou de déclin imputable aux affections somatiques invalidantes4.

  • 5 Freud, S. (1987), Trois essais sur la théorie de la sexualité, Paris, Gallimard.

5Freud, on le sait, aborde le développement humain sous l’angle de l’évolution psychosexuelle construite autour des stades de la libido. Chez l’adulte, ce sont les conflits, lesquels interviennent comme agent de transformation, qui engendrent les différenciations. Or, il semble que Freud ait eu une vision plutôt pessimiste du développement chez la personne aînée. Il soulignait entre autres une « rigidification » des mécanismes de défense, évoquant ainsi les limites de l’investissement objectai et l’impossibilité de la cure psychanalytique après 50 ans5.

  • 6 Cariou, M. (1994), Personnalité et vieillissement. Introduction à la psychogérontologie, Lausanne, (...)

6Plusieurs psychanalystes ont farouchement combattu cette perspective freudienne qui « bloque » toute issue, tandis que d’autres sont parvenus à l’enrichir en la transposant dans le domaine du vieillissement. La plupart des auteurs s’accordent cependant pour dégager trois éléments essentiels d’un bon fonctionnement psychologique. Nous résumerons ici ces éléments à partir de l’interprétation qu’en dégage Michel Cariou : en raison de la réduction de son énergie libidinale, la personne aînée doit chercher à mieux répartir ses intérêts libidinaux conformément à l’énergie dont elle dispose. Elle évitera ce faisant un fonctionnement névrotique. Par ailleurs, la personne gagnera à s’éloigner graduellement (ou réaménagera son investissement) des domaines professionnel, familial ou social (baisse de l’investissement objectai) évitant ainsi des ruptures. Enfin, puisque le processus de deuil permet de maintenir en vie l’appareil psychique, la personne devra être en mesure d’effectuer un travail de deuil consécutivement à la perte d’un objet d’attachement. Ceci est d’autant plus important qu’il se produit avec l’avancée en âge une accélération des pertes, et donc une accumulation en cascade des deuils à réaliser, et ce, dans tous les champs de l’investissement narcissique et objectai, qu’ils soient sexuels ou sublimatifs6.

  • 7 Balier, C. (1979), « Pour une théorie narcissique du vieillissement », L’information psychiatrique (...)
  • 8 Neurasthénie : état d’abattement et de tristesse, tendance marquée au pessimisme.
  • 9 Hypocondrie : inquiétude pathologique concernant son état de santé.
  • 10 Cariou, M., op. cit., p. 97.

7Claude Balier, de son côté, s’est demandé comment rendre compte du vieillissement sans éviter d’interpréter cette étape de la vie comme une régression7. Balier, qui s’intéresse surtout à la régression narcissique, soutient que si l’individu est incapable de s’ajuster aux pertes, alors se développera la névrose d’angoisse, ou d’autres formes de perversité dont la neurasthénie8 et l’hypocondrie9. S’il parvient à un ajustement, alors c’est le « vieillissement réussi », c’est-à-dire un équilibre harmonieux entre l’investissement de l’environnement et l’estime de soi. Balier emploie le concept de « processus élaboratif » pour expliquer ce qui se produit. Étant bloqué par la perspective de la mort, l’idéal du Moi va se transformer grâce à la réalisation d’un bilan de vie positif. Ensuite, en renonçant à l’action et à la consécration sociale, « la personne va devoir accepter de quitter sa position de sujet au profit de son inscription dans l’environnement identifié au représentant symbolique de la mère satisfaisante10 ». Il s’agit donc d’une régression douce permettant d’éviter la crise. Cariou pousse plus loin ce raisonnement en affirmant que l’alternative qui s’offre à la vieillesse n’est pas de « progresser ou de régresser mais de régresser mal ou de régresser bien en limitant les dégâts ».

  • 11 Bianchi, H. (1989), « Vieillir, ou les destins de l’attachement », dans H. Bianchi, J. Gagey, J.-P (...)

8Chez Henri Bianchi, la notion d’attachement est prédominante. Ce qui confère à la personne aînée le sentiment d’exister tient aux liens qu’elle noue avec des personnes, à son attachement à des objets, des symboles ou des situations. Les trois moments sont : 1. la fixation ; 2. la substitution ; 3. l’impossibilité de substitution. Il existe donc trois voies de solution : a) le deuil de la vie elle-même ; b) la dérivation de l’attachement sur des objets éternels par sublimation et substitutions idéales ; c) le reflux sur des positions balisées et son cortège de névroses (par exemple, le retour à l’enfance)11.

  • 12 Jung, C. (1966), Two Essays on Analytical Psychology, Princeton (NJ), Princeton University Press.

9La pensée de Carl Jung mérite qu’on s’y arrête puisqu’il a été l’un des premiers à s’intéresser au développement de l’adulte jusque dans le « troisième âge ». Selon lui, l’instinct est le moteur du développement, l’expérience et les forces de l’environnement n’exerçant qu’un rôle secondaire12. L’instinct dont nous parle Jung est une forme d’archétype réunissant toutes les expériences humaines, sorte d’héritage universel enfoui dans l’inconscient collectif. Les archétypes sont en quelque sorte les images inconscientes de ces instincts qui agissent comme force motivationnelle. Dans une situation-type donnée, le bon archétype est automatiquement enclenché. Cette thèse, on peut le déplorer, ne confère aucun rôle important à l’apprentissage ou à la culture, voir à l’action du sujet.

10La théorie jungienne du développement repose sur la dichotomie suivante, réductionniste il faut le regretter : la première moitié de la vie est consacrée à préparer la seconde, elle repose sur des valeurs instrumentales et matérialistes. La seconde tranche de la vie vise à préparer la vieillesse et la mort : elle met l’accent sur les valeurs spirituelles et la transcendance. Jung croit que passé le cap de la quarantaine s’amorce véritablement le processus d’individuation par lequel la personne se différencie d’une autre. Ce processus se poursuivrait pendant toute la seconde moitié du cycle de vie. Ensuite, dans les dernières années de sa vie, l’individu tendrait vers la contemplation, la réflexion, l’autoévaluation et la « centroversion », c’est-à-dire un accomplissement psychique global.

11S’intéressant aux psychanalystes jungiens, Betty Friedan écrit cette remarque dans son ouvrage intitulé La révolte du troisième âge :

  • 13 Friedan, B. (1995), La révolte du troisième âge, Paris, Éditions Albin Michel, p. 330.

Dans un sens, les jungiens voient dans la vieillesse une réorientation. Alors que le sens de la première moitié de la vie a un lien direct avec l’Ego, la carrière et la famille, celui de la seconde exige des buts nouveaux et différents, la poursuite du sens, de l’entièreté et la création continue de la conscience. Pour y parvenir, il faut non seulement surmonter sa propre résistance au changement, mais encore résister à la peur de l’âge, aux stéréotypes de déclin et de détérioration13

  • 14 Ibid., p. 328-329.

12Friedan rappelle les sept « devoirs » de la vieillesse suivant les principes jungiens : 1. affronter la réalité de l’âge et de la mort ; 2. passer en revue sa vie, la soumettre à la réflexion ; 3. tracer des frontières mentales conscientes au-delà desquelles il n’est pas raisonnable de dépenser ce qui reste de temps et d’énergie. L’abandon des fardeaux et aspirations permet de concentrer son attention sur ce qui compte le plus ; 4. renoncer à la domination de son Ego ; 5. s’enraciner différemment dans le Soi ; 6. découvrir le sens de sa vie, nous relier au sens historique et universel ; 7. utiliser tout le potentiel qui reste comme un artiste créatif. La vie elle-même devient l’essentiel et l’inattendu le matériau brut de son exploration. L’individu devient sa propre autorité et apporte une contribution unique14.

  • 15 Linden, W. (1963), « Regression and recession in the psychoses of the aging », dans N.E. Zinberg e (...)
  • 16 Kübler-Ross, E. (1990), « Vivre avec la mort et les mourants », Genève, Éditions du Tricorne.

13Mentionnons deux autres théories qui décrivent les dernières étapes de la vie. On retrouve celle de Walgang Linden sur le processus de la régression, les phases étant : 1. l’importance croissante du souvenir ; 2. le début des troubles de mémoire ; 3. le début de l’éloignement de la réalité ; 4. l’effarement, l’apathie, la confusion et la désorientation ; 5. le manque de contrôle sphinctérien15. Puis, la théorie de Elizabeth Kübler-Ross portant sur les phases qui précèdent la mort. Ce sont, dans l’ordre, le déni, l’agressivité et la colère, le marchandage, la dépression et enfin l’acceptation16.

  • 17 Erikson, E. et Erikson, J. (1986), Involvement in Old Age, New York, W W. Norton.
  • 18 Certaines études ont plutôt émis l’avis qu’un stress intense durant l’enfance résultait en une vul (...)

14La théorie épigénétique de la personnalité d’Erikson et Erikson17 souligne avec force l’importance des expériences vécues au cours des premiers stades de la vie dans la résolution des événements ou crises ultérieurs18. La théorie comprend huit stades, qui se résument à des tâches psychosociales ou à des choix fondamentaux correspondant aux étapes de la vie. Il les présente sous forme de couples bipolaires : la confiance-méfiance, l’autonomie-doute (honte), l’initiative-culpabilité, le travail-infériorité, l’identité-confusion, l’intimité-isolement, la générativité-stagnation (40-65 ans) et l’intégrité-désespoir (65 ans et plus). Le dernier stade exprime le moment crucial suivant : lorsque la personne aînée dresse le bilan de sa vie, elle éprouve un sentiment d’intégrité si elle constate avoir réussi sa vie, sinon elle expérimente un sentiment de désespoir. Par ailleurs, ajoute-t-il, la vieillesse précipite l’apparition des crises, à l’instar de la période de l’adolescence. La personne aînée doit apprendre à résoudre ces crises, préférablement en accomplissant des projets ou des activités, si elle espère pouvoir continuer à se développer. Elle doit également se réconcilier avec son passé. Malgré ses pertinentes observations touchant les personnes vieillissantes, le modèle de la jeunesse demeure prégnant chez Erikson et Erikson, car il évoque lui aussi le scénario d’un retour aux stades antérieurs chez la personne aînée.

Une notion polysémique

  • 19 Brunet, A. (1996), « Expositions récurrentes aux événements traumatiques : inoculation ou vulnérab (...)
  • 20 Holmes, T. et Rahe, R. (1967), « The social readjustment scale », Journal of Psychosomatic Researc (...)
  • 21 Truchon, M. et Lemyre, L. (1995), « Les événements anticipés comme stresseurs », Santé mentale au (...)
  • 22 Brown, G. W et Harris, T. O. (1978), Social Origins of Depression, Londres, Tavistock.
  • 23 Reese et Smyer ont produit un excellent texte sur les différentes dimensions des événements : Rees (...)
  • 24 Ryff, C. D. (1989), « In the eye of the beholder : Views of psychological well-being among middle- (...)

15Pour revenir à la notion d’événement comme telle, il convient de préciser qu’elle a donné lieu à de multiples définitions : événement traumatisant19, événement stressant20, événement anticipé21, événement critique22, événement grave, événement récent vs événement ancien, événement indésirable, notamment23. Des thèses ont été développées sur l’effet des expositions récurrentes sur la santé physique et mentale, le sentiment de bien-être et d’autres aspects découlant des événements. Je pense ici à la théorie de l’inoculation graduelle au stress et son antithèse, la théorie de la vulnérabilité croissante. Les premiers travaux percevaient les personnes aînées comme des « sujets » passifs subissant les événements qui leur arrivent. Or, des études plus récentes les considèrent plutôt comme des agents actifs qui se jouent des défis, qui manœuvrent délibérément leur vie et transcendent les limites du possible en utilisant toutes les ressources disponibles24.

  • 25 Dohrenwend, B. S. et Dohrenwend, B. P. (1978), « Some issues in research on stressful life events  (...)

16Les événements de vie ont été définis comme étant des expériences objectives qui dérangent, bouleversent ou menacent de perturber les activités habituelles de l’individu, occasionnant par le fait même le besoin d’un réajustement important de la conduite25. Or, ces réajustements peuvent entraîner à leur tour des réactions physiologiques ou psychologiques importantes, ce qui explique que le stress est associé aux événements de vie. Il faut cependant préciser que tous les événements ne sont pas en soi stressants, mais peuvent tout de même s’avérer déstabilisateurs, comme c’est le cas pour la retraite.

  • 26 George, S. et Siegler, H. (1982), « Stress and coping in later life », Educational Horizons, vol.  (...)

17Par ailleurs, l’un des principaux reproches adressés aux constructeurs d’instruments de mesure est d’avoir sous-estimé l’importance des événements heureux. Ainsi, la thèse suivant laquelle les événements positifs occasionneraient du stress a été réfutée dans plusieurs études menées auprès des personnes aînées26. Également, la documentation scientifique souligne l’importance de distinguer les événements de vie selon l’âge et de développer des instruments de mesure spécifiquement à l’intention de la population âgée.

  • 27 Cannon, W B. (1929), Bodily Changes in Pain, Hunger, Fear, and Rage, New York, Appleton.
  • 28 Meyer, A. (1951), « The life chart and the obligation of specifying data in psychological diagnosi (...)
  • 29 Selye, H. (1956), The Stress of Life, New York, McGraw-Hill.

18Les études empiriques utilisant le concept de stress remontent à Walter B. Cannon qui observa des réactions d’agressivité chez les animaux soumis à des stimuli intenses. Cannon énonça la séquence suivante : événement traumatisant => réaction physiologique => maladie27. Puis, Adolf Meyer tenta de démontrer à son tour que les événements de vie interviennent dans l’étiologie des maladies. Il était d’avis que des événements, possiblement moins traumatisants que la détérioration de la santé, tels que la perte d’un emploi, pouvaient provoquer les maladies28. Les expériences en laboratoire de Hans Selye sur le stress sont elles aussi bien connues. Il a montré que des stresseurs comme le froid, la chaleur et les rayons X provoquent une réaction psychologique appelée le syndrome d’adaptation générale. Ce syndrome comporterait trois stades : la réaction d’alarme, l’étape de la résistance et l’étape d’évacuation29.

  • 30 Muhlenkamp, A. F., Gress, L. D. et Flood, M. A. (1975), « Perception of life change events by the (...)
  • 31 Silverman, P. (dir.) (1987), The Elderly as Modem Pioneers, Bloomington, Indiana University Press.

19Les premières études sur les aînés ont révélé qu’ils étaient plus vulnérables au stress que les individus plus jeunes et qu’ils étaient particulièrement sensibles aux perturbations qui se produisent dans l’environnement30. Cependant, une étude plus récente constate le contraire31. Il semblerait que cette discordance de résultats soit attribuable au fait que les échelles de mesure aient été développées pour étudier de jeunes gens et qu’elles contiennent peu d’items décrivant la situation des personnes aînées.

Événements stressants et santé

  • 32 Rowe, J. W. et Khan, R. L. (1987), « Human aging : Usual and successful », Science, no 237, p. 143 (...)

20Parmi les interrogations souvent posées dans la documentation, on retrouve celle-ci : les épreuves de vie, voire l’attitude face à celles-ci, peuvent-elles se répercuter sur le plan physique au point d’affecter le système immunitaire ? Nous pensons ici aux études qui ont montré qu’un affaiblissement des défenses immunitaires se manifestait dans l’année qui suit le décès du conjoint. Dans la même ligne de pensée, une corrélation a été établie entre la longévité et l’isolement ou l’absence de relations sociales32.

  • 33 Kessler, R. C. (1997), « The effects of stressful life events on depression », Annual Review of Ps (...)
  • 34 Jorm, A. F., Duijn, V et Chandra, V (1991), « Psychiatric history and related exposures as risk fa (...)
  • 35 Orrell, M. et Bebbington, P. (1995), « Life events and senile dementia : Admission, deterioration (...)
  • 36 Landreville, P. A. et Vézina, J. (1992), « Comparison between daily hassles and major life events (...)

21Il existe une riche documentation sur les effets dévastateurs des événements stressants, notamment sur la santé, mais principalement dans le champ de l’équilibre mental33. Les travaux examinant les conséquences des événements stressants sur la santé ont débouché sur des conclusions controversées. Quelques études ont conclu à l’absence de retombées négatives sur la santé, dont une méta-analyse sur la démence34, tandis que d’autres ont montré que les événements majeurs avaient surtout une influence sur la santé physique et que les tracas de la vie quotidienne affectaient principalement la santé mentale. C’est notamment ce qu’ont démontré Orrell et Paul Bebbington dans une étude cas-témoins. Ils ont confirmé l’hypothèse à l’effet que ce sont les troubles associés à la maladie, et non la menace qu’implique l’événement de la démence comme telle, qui suscitent une détérioration de la santé35. Ces travaux corroborent les prétentions de certains voulant que les tracas ou les embêtements aient plus de retentissement sur le bien-être physique et psychologique des aînés que les événements majeurs en tant que tels36.

  • 37 Dohrenwend, B. S. et Dohrenwend, B. P. (1978), « Some issues in research on stressful life events  (...)
  • 38 Hultsch, D. F. et Plemons, J. K. (1979), « Life events and life-span development », dans P. B. Bal (...)

22Plusieurs études ont par ailleurs réfuté maintes croyances populaires, voire scientifiques, invoquant les effets dévastateurs des crises, transitions ou événements stressants lorsqu’ils surviennent au cours du vieillissement. Bruce R Dohrenwend et Barbara S. Dohrenwend ont répudié la thèse du stress comme cause des maladies, alléguant qu’elle était sans fondement empirique37. Par ailleurs, Hultsch et Plemons ont argué que l’expérience et le savoir accumulés donnent aux individus une plus grande perspective de vie, ce qui leur permet de passer plus facilement à travers les épreuves (sans doute plus que les jeunes). Ils sont d’avis que le moment où surgit un événement est aussi important que le fait que cet événement se soit produit ou non38.

  • 39 Baltes, M. M. et Baltes, P. B. (1990), « Psychological perspectives on successful aging : The mode (...)
  • 40 Langer, E. et Rodin, J. (1976), « The effects of choice and enhanced personal responsability for t (...)
  • 41 Williamson, G. M. (2002), « Aging well : Outlook for the 21st century », dans C. R. Snyder et S. J (...)
  • 42 Fries, J. F. et Crapo, L. M. (1981), Vitality and Aging, San Francisco, Freeman.

23De leur côté, Paul Baltes et Margret Baltes ont mis en évidence que certains déficits cognitifs peuvent être compensés par l’utilisation de stratégies d’adaptation efficaces (compensation sélective avec optimisation)39, tandis que Ellen Langer et Judith Rodin ont révélé que les incapacités et les dysfonctionnements physiques associés à l’âge avancé pouvaient être différés ou prévenus40. Carolyn Williamson et ses collaborateurs ont fait remarquer que la clé d’une adaptation réussie au vieillissement résidait dans la capacité d’ajuster ou de réduire ses activités de manière à atténuer l’impact des événements stressants sur l’équilibre mental41. Par ailleurs, James S. Fries et Laurence M. Crapo ont soutenu que les maladies chroniques du grand âge étaient davantage une résultante du mode de vie que du déclin biologique comme tel. En conséquence, les comportements pernicieux ou « mauvaises » habitudes de vie, tels le tabagisme, l’abus d’alcool, les excès alimentaires et le manque d’exercice physique constitueraient autant de causes pouvant expliquer un vieillissement prématuré ou pathologique42.

  • 43 Neugarten, B. L. (1970), « Dynamics of transition of middle age to old age », Journal of Geriatric (...)
  • 44 Fiske, M. et Chiriboga, D. A. (1990), Change and Continuity in Adult Life, San Francisco, Jossey-B (...)
  • 45 Lopata, H. (1973), « Self-identity in marriage and widowhood », Sociological Quaterly, vol. 14, no(...)
  • 46 Abeles énumère quatre postulats qui sous-tendent la perspective développementale continue (life-sp (...)

24Puis d’autres études se sont accumulées et ont démenti les prétentions quant à l’effet traumatisant de la retraite43, du pseudo-syndrome du nid vide44, des supposés ravages de la ménopause ou encore de l’effet prétendument débilitant du veuvage45. On le constate donc, ces questionnements suscitent une vive controverse. On peut cependant retenir de tout ceci que lorsqu’il franchit l’étape de la vieillesse, l’individu s’expose à subir des épreuves qui obligent à s’adapter, à effectuer des virages, à faire des deuils, mais aussi à faire face à la souffrance et à la mort. En revanche, cette étape de la vie peut s’avérer une période riche en relations satisfaisantes (par exemple, les contacts intergénérationnels) et en créativité. Cette période peut donc apporter une part non négligeable de joies, de quiétude, de découvertes et de satisfactions. C’est id que la notion de développement examinée précédemment prend tout son sens. Comme nous le rappelle Ronald P. Abeles, le développement personnel est un processus qui dure toute la vie46.

  • 47 Il convient aussi de distinguer les événements à exposition simple des événements à expositions mu (...)
  • 48 Kanner, A. D., Coyne, J.C., Schaeffer, C. et Lazarus, R.S. (1981), « Comparison of two modes of st (...)

25Suivant la théorie classique des événements de vie (celle basée sur la prédominance des pertes et la vulnérabilité des aînés), l’équilibre dans la vie quotidienne de la personne aînée peut être sérieusement perturbé par les tracas de tous les jours ou encore par des épreuves qui coïncident avec des périodes de transitions majeures (turning points)47. Les tracas ou embêtements de tous les jours auraient cependant plus d’impact que les événements sur le bien-être, voire la santé. Certains soutiennent donc que les événements de vie stressants n’ont un effet négatif que lorsque les tracas sont pris en considération48.

26D’après les tenants de la théorie de la vulnérabilité, les personnes aînées qui expérimentent à répétition des événements de vie stressants (positifs ou négatifs) s’exposent à éprouver beaucoup de frustration, soit parce qu’elles estimeront que leurs aspirations sont menacées, soit parce qu’il leur sera pénible de maintenir un mode de vie satisfaisant. Il peut s’ensuivre des conséquences non réjouissantes, non seulement sur le plan de la qualité de la vie, mais aussi sur la durée de vie en bonne santé. Mais on a constaté que très peu d’événements majeurs surviennent uniquement durant la vieillesse et que plusieurs remontent avant « l’âge de la vieillesse ». Il serait donc erroné de prétendre que les événements sont condensés dans le temps. Toutes ces indications soulignent l’intérêt qu’ont les gérontologues à étudier les événements de vie stressants chez les aînés.

  • 49 Kahana, E., Redmond, C., Hill, G. J., Kercher, K., Kahana, B., Johnson, J. R. et Young, R. F. (199 (...)

27Pour certains chercheurs, la relation entre le stress et le bien-être subjectif fait l’objet d’un processus transactionnel complexe, interne et externe, impliquant des stimuli graves ou chroniques, souvent perçus comme dangereux ou menaçants. Or, il importe de prendre en compte le contexte dans lequel ils se produisent, l’histoire de la personne, l’évaluation qu’elle rend sur ces événements et le sens qu’elle leur attache49. Ceci a amené Eva Kahana et ses collaborateurs à dégager quatre domaines spécifiques où les stresseurs sont susceptibles d’induire le plus d’impact chez la personne aînée : 1. le revenu ; 2. la santé perçue ; 3. la satisfaction relativement aux relations familiales et sociales ; 4. la satisfaction en regard des activités. L’étude de Kahana débouche sur une importante constatation : le bien-être perçu serait principalement affecté par les turbulences de la vie à court terme provenant des événements négatifs (en l’occurrence les tracas ou les embarras), tandis que la santé mentale serait surtout affectée par les événements majeurs, c’est-à-dire ceux dont les effets sont durables ou qui s’accumulent avec le temps. Ceci contredit ce qui a été rapporté plus haut.

  • 50 Landreville, P. et Vézina, J., op. cit.

28Que conclure des contrecoups des événements stressants sur le parcours de vie des personnes aînées ? Ce n’est, je crois, qu’à défaut d’un processus réussi de résolution du deuil que s’installent et persistent le sentiment de détresse psychologique et le désinvestissement consécutifs aux événements perturbateurs. Cet échec, réel ou senti, augmenterait la vulnérabilité aux maladies, induirait une détérioration de la qualité de vie, précipiterait plus rapidement vers la dépendance, et, dans certains cas, augurerait une mort précoce. L’attribution à l’événement comme tel de son effet perturbant commande toutefois une nuance. En effet, il semble que ce ne soit pas l’événement de vie en soi qui crée un déséquilibre, mais bien les tracas de la vie quotidienne qu’il engendre50.

  • 51 Lefrançois, R., Dubé, M., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2001), « Ressources psychosociales (...)

29Dans l’Étude longitudinale québécoise sur le vieillissement, il a été constaté que les ressources intrapersonnelles, en l’occurrence l’autonomie psychologique, l’actualisation du potentiel, l’actualisation spirituelle et le recours aux stratégies d’adaptation, de même que les ressources externes, dont le soutien social, les services sociosanitaires et communautaires, doivent être mobilisées, au moment opportun, dans l’espoir de juguler, sinon d’atténuer tout effet contrariant51. Lors d’une rude épreuve, telle la perte du conjoint, le défi pour la personne aînée consiste à maintenir intacte, autant que faire se peut, sa structure psychique et relationnelle, en cherchant un harmonieux équilibre (homéostasie) entre ses ressources intrapersonnelles et celles accessibles dans son environnement. Il s’agit donc d’un processus de transaction avec le milieu interne et externe. Sans contredit, l’étiolement des valeurs, affectant plus durement la cohorte des 80 ans et plus, et le brouillage des repères socioculturels interviennent défavorablement dans ce processus, se dressant comme des murailles additionnelles. Malgré ces irritants, la plupart des gérontologues s’accordent sur la nécessité pour la personne aînée de préserver un sens de continuité, de se fixer des projets de vie significatifs et d’investir d’autres objets pour compenser les pertes.

30On conçoit donc aisément que les événements de vie perturbateurs se fassent lourdement sentir sur le fonctionnement général de la personne, son moral, sa santé physique et son concept de soi, au point où son potentiel peut devenir submergé sur une longue période. Dans l’Occident, cet impact est d’autant plus prononcé que la vie sociale est devenue « déritualisée », que les mécanismes permettant de faciliter les transitions ou l’adaptation aux épreuves sont plus souvent qu’autrement improvisés. On ne s’étonnera donc pas que la perte d’un proche ou l’incidence d’une maladie soudaine, potentiellement invalidante, puisse constituer un point tournant susceptible de faire basculer complètement le cours de l’existence d’un individu et modifier le sens qu’il y attache. Mais c’est surtout l’annonce d’une maladie létale, véritable onde de choc, qui, à force de secouer les piliers de l’Ego, lézarde tout l’édifice.

31Examinons rapidement en quoi les événements déclenchant les transitions et les épreuves représentent un défi majeur pour la personne vieillissante. Pour ce faire, je passerai rapidement en revue quatre événements marquants : la retraite, la perte du conjoint, l’entrée en incapacité et l’expérience de la mort.

La retraite comme transition de vie

  • 52 Leclerc, G., Couture, M. et Roy, J. (2003), « Une théorie de l’adaptation à la retraite par l’ajus (...)

32Rien ne marque l’homme comme la vie professionnelle, ce qui explique qu’au détour de la vie active, la retraite puisse être vécue comme une transition de vie redoutable, dès lors qu’elle entraîne dans son sillage une panoplie de renoncements et de ruptures. C’est d’ailleurs ce qu’ont observé Gilbert Leclerc, Mélanie Couture et Josée Roy dans une analyse sur l’adaptation à la retraite par l’ajustement des sources de sens. Chez les sujets interrogés, plus le travail avant la retraite était valorisant, plus la transition était vécue comme une perte ou un choc. À l’inverse, elle était vécue comme un gain lorsque le travail professionnel s’était avéré peu valorisant. Dans un cas comme dans l’autre, le retraité s’emploie à user de stratégies dont la finalité est l’ajustement des sources de sens52.

33Lorsque sonne l’heure du grand départ, la personne prend réellement conscience qu’il lui faudra se départir des gratifications intrinsèques qu’apportait le travail ainsi que les relations de compagnonnage. Pour plusieurs, cela signifie la mise au rancart de l’expérience, de l’utilité et du sens de l’accomplissement. Une fois franchi le seuil de la retraite, l’individu n’est donc pas sans éprouver un sentiment de perte identitaire par suite de son détachement d’un milieu de vie productif. Les rituels de passage à la retraite symbolisent à la fois la rupture et l’entrée dans un monde inconnu. Celui qui s’est mal préparé à cette transition parvient péniblement, dans son effort pour s’y adapter, à esquiver sans mal les nombreux écueils. Aussi ne faut-il pas s’étonner que plusieurs tentent d’effectuer un retour au travail, une fois terminée la lune de miel.

  • 53 Miller, S. J. (1968), « The social dilemma of the aging leisure participant », dans B. L. Neugarte (...)
  • 54 Guillemard, A. M. (1986), Le déclin du social, Paris, Presses universitaires de France.

34Il a été empiriquement démontré que les nouveaux retraités sont légion à expérimenter cette crise transitoire qui tend à paralyser l’élan vital et à altérer l’estime de soi53. Certains vivront leur vieillesse comme un cauchemar, voire une mort sociale, pour reprendre l’expression d’Anne-Marie Guillemard54. Plusieurs éléments prédisposent à ce sentiment de perte : la prise de retraite consécutive à une mise à pied, la retraite non préparée, la précarité du revenu à la suite d’un départ mal planifié, le sentiment d’exclusion ou d’isolement social et un état de santé physique ou mentale fragile. Les personnes démunies économiquement ou psychologiquement, ou ne bénéficiant pas d’assistance ou de soutien, rencontreraient plus de problèmes à s’ajuster à cette situation de transition précipitée.

  • 55 Atchley, R. (1971), « Retirement and leisure participation. Continuity or crises », Gerontologist,(...)

35En revanche, d’autres travaux scientifiques ont démenti les allégations voulant que la retraite ait un effet débilitant. Artisan de la théorie de la continuité, Robert Atchley soutient qu’une majorité de nouveaux retraités, conscients de pouvoir compter sur une durée de vie d’environ une vingtaine d’années, aspirent à réaliser de vieux rêves jusque-là tenus en veilleuse, qu’il s’agisse de projets de voyage, de loisirs ou autres aspirations55. Conséquemment, lorsque les conditions financières, relationnelles et de santé s’y prêtent, la retraite, loin d’être vécue comme une rupture, facilite le passage à une vie calme et paisible.

36Chez Piaget, on rappellera que le processus de développement correspond à un travail d’adaptation visant à recréer un équilibre temporairement rompu entre l’organisme et le milieu. Il soutenait que la retraite pouvait signifier que le progrès de l’esprit était susceptible de s’arrêter faute de raison de continuer. Pour compenser la perte du rôle professionnel, une activité intellectuelle volontairement entretenue, donc amenant la personne à rencontrer des problèmes, permettrait à l’intelligence de s’affiner et de se différencier tout en demeurant au niveau structural, et ce, jusqu’à la mort. L’alternative signifierait une certaine stagnation, ou le « maintien de sa progression » sur la même base structurelle du niveau de fonctionnement atteint par l’adulte.

L’épreuve de la perte du compagnon de vie

  • 56 Blazer, D., Hughes, D. et George, L. K. (1987), « Stressful life events and the onset of a general (...)

37Le décès d’un proche, surtout du partenaire de vie, représente l’événement potentiellement le plus perturbateur56. En effet, la perte du statut et du rôle conjugal freine la continuité psychique en anéantissant tout un espace communicationnel et de tendresse, ce qui porte durement atteinte à l’intégrité de la personne. Mais le décès du conjoint entraîne d’autres perturbations, car il peut être la source d’autres formes de rupture, sur le plan du cercle des relations sociales et des habitudes de vie. Des études s’intéressant aux pathologies associées au veuvage et leur létalité ont révélé une forte surmortalité des personnes veuves durant les trois ou quatre années qui suivent le deuil.

  • 57 Marty, J. (1993), « Regards sur le vieillissement : temporalités et espaces crisiques », Homo, no (...)

38Toutefois, il importe de faire remarquer que, dans bien des cas, le décès du conjoint peut, à tout le moins à court terme, susciter un soulagement, lorsque par exemple la maladie causant le décès s’étire sur plusieurs mois, voire des années. Mais considérant les énergies colossales qu’investissent la majorité des conjoints dans l’accompagnement du mourant, on ne s’étonnera pas d’observer, aussi bien chez les endeuillés jeunes ou âgés, non seulement des signes d’épuisement, mais l’apparition de symptômes dépressifs et la consommation abusive de psychotropes. Les psychologues ont donc été amenés à distinguer des catégories de deuil. Comme l’explique Jacques Marty, le « deuil normal » correspond à la situation où la personne dépasse son traumatisme en franchissant avec succès les trois phases successives que sont la détresse, la dépression et l’adaptation. Les processus de dépassement de chacune de ces phases sont : le désinvestissement, l’identification à l’être disparu et le détachement grâce au travail de la réalité. Dans le « deuil compliqué », la personne éprouve un blocage du travail qui prolonge la phase dépressive et exacerbe les symptômes de stress. On observe des réactions psychosomatiques graves pouvant conduire à l’acte suicidaire. Le « deuil pathologique » est le plus grave car il débouche souvent sur la maladie mentale. Il se caractérise par la négation de la perte et des obsessions. La personne endeuillée se comportera comme si le défunt était toujours là57.

  • 58 Lang, F. R. (2001), « Regulation of social relationships in later adulthood », Journal of Gerontol (...)

39Ce sont là, outre les sentiments de dépossession, de déchirure et de solitude, les manifestations les plus inquiétantes de la détresse psychologique associée au veuvage. À la faveur d’un soutien approprié, et pour autant que l’individu adopte des stratégies efficaces de résolution du deuil (coping), une période de récupération minimale d’un an et demi est nécessaire avant de retrouver l’état d’équilibre antérieur, c’est-à-dire celui précédant les épisodes de maladie de l’être cher disparu. Le travail d’adaptation qu’exige la perte d’un être cher procède par l’élaboration d’une stratégie de résolution de deuil, suivie d’une réorganisation radicale de la vie, une redécouverte de soi et d’un réinvestissement relationnel majeur. Une étude récente a montré que la perte d’un être cher ou la mort d’un enfant ne conduit pas au renoncement de la quête de relations significatives. Les liens d’amitié sont décrits comme extrêmement importants chez les personnes aînées58.

L’entrée en incapacité

  • 59 Martikainen, P. et Tapani, V (1996), « Mortality after the death of a spouse : rates and causes of (...)
  • 60 Gorman, D. M. et Brown, G. W (1992), « Recent developments in life-events research and their relev (...)
  • 61 Cui, X. J. et Vaillant, G. E. (1996), « Antecedents and consequences of negative life events in ad (...)
  • 62 Harlow, S. D. Goldberg, E. L. et Comstock, G. W. (1991), « A longitudinal study of risk factors fo (...)

40L’entrée en incapacité (limitation de la mobilité, altération des fonctions cognitives, réduction des capacités de communication), par suite de déficiences organiques (accident cérébrovasculaire, trouble de l’ouïe ou de la vision) ou d’accidents (par exemple, accident de la route, chute entraînant une fracture du col du fémur), s’avère une condition fréquente, surtout dans le « quatrième âge ». La réduction de l’autonomie est un événement particulièrement traumatisant, puisque l’individu, contraint à restreindre ses activités habituelles, voit son univers d’échange rétréci. Partant, son sentiment d’appartenance et son image de soi en souffrent. Ainsi fragilisé, il expérimente souvent une exacerbation rapide de ses limitations fonctionnelles, devient vulnérable à plusieurs maladies chroniques et s’expose à une mort précoce59. En effet, ces états morbides sont souvent associés à des troubles nerveux60, à la dépendance aux médicaments, dont les neuroleptiques61, à l’apparition de syndromes dépressifs, voire la démence62.

  • 63 Lefrançois, R., Dubé, M., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2001), op. cit. ; Lefrançois, R., (...)

41C’est précisément ce que semblent confirmer les travaux que nous avons réalisés. Ils mettent au clair que les ressources intrapersonnelles du sujet vieillissant ne sont pas intarissables, pas plus que son fonds de sociabilité. Passé le cap des 80 ans, une cassure s’observe dans les capacités de résistance et d’adaptation. La somatisation de l’angoisse, l’expression d’un cortège de plaintes et parfois l’intolérance familiale sont des manifestations fréquentes de ce handicap de l’adaptation. Dans cette catégorie d’âge, s’observe un rétrécissement progressif de l’espace d’investissement ou du rayon d’action, que ce soit par choix ou par contrainte. L’individu semble se mouvoir dans une sphère physique et relationnelle de plus en plus instable et qui progressivement donc s’émousse qualitativement et se comprime quantitativement. Un tel processus d’enclavement tire son explication des limites de l’activité corporelle et mentale, du désintéressement accentué pour certains objets, projets ou activités et de la préférence des octogénaires pour des interactions sociales réduites mais sélectives63.

L’expérience de la mort

  • 64 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 17.
  • 65 Graves, R. (1967), Les mythes grecs, Paris, Fayard, p. 333.
  • 66 Laborit, H. (1976), Éloge de la fuite, Paris, Robert Laffont.
  • 67 Lipovetski, G. (1983), L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard.

42« Il n’est du pouvoir de personne d’annuler l’histoire de sa propre angoisse de mort, celle qui finit toujours par vous piéger », déclarait Claude Olievenstein, dans Naissance de la vieillesse. Inconsciemment, notre moi est porté à penser que la mort représente un événement malheureux qui n’arrive qu’aux autres. C’est ce qu’on appelle le fantasme d’éternité, alimenté par la conviction que nous sommes indestructibles et immortels64. Or, quelle autre perspective que la longévité est mieux à même d’apaiser l’angoisse de la mort, cette épreuve fatidique qui hante l’homme contemporain ? Car, la mort ayant perdu son sens, depuis que la vie après la mort est devenue incertaine, la seule issue serait donc de survivre. Ou de s’enfoncer dans un état d’hébétude comme le fît Endymion, personnage de la mythologie grecque, qui tomba dans un sommeil sans rêve car la pensée de vieillir lui était insupportable65. Dans Éloge de la fuite, Henri Laborit semble défendre implicitement cette thèse lorsqu’il soutient que le sens de la vie, c’est de vivre, de maintenir sa structure biologique. Le sens de la vie, précise-t-il, c’est de participer à la survie de l’espèce66. Or, qui de nous a rencontré quelqu’un pour qui l’acte de mourir prenait pour sens le besoin de sauver l’espèce ? Gilles Lipovetsky s’en inquiète. Constatant la vacuité du postmodernisme caractérisée par l’individualisme narcissique, il déplore que la seule issue de l’homme contemporain, c’est de conserver son identité, de durer, de gagner du temps et de gagner contre le temps. Même s’il faut concéder que le progrès consacre, en partie, le triomphe de la vie sur la mort qu’elle est parvenue à désacraliser, des finalités et des valeurs autres que la durée doivent être promues67. Pour ce qui nous concerne ici, ne pourrait-on pas parler d’espérance de bonheur ?

43S’il est un domaine d’étude auquel le gérontologue ne saurait se soustraire, c’est pourtant l’épreuve de finalité ultime, l’expérience de terminaison. Mais à la différence d’autres disciplines (psychologie et sociologie surtout), la gérontologie a relativement peu nourri la réflexion anthropologique sur la mort, abstraction faite des analyses phénoménologiques sur ses représentations et sur les pratiques de rites funèbres. Or, le concept de mort semble suffisamment flexible pour se prêter à d’autres regards que ceux portés sur le corps agonisant. Il engage à des chantiers de réflexion plus vastes que ceux réduisant la mort aux narrations sur l’expérience du deuil ou aux témoignages de vieillards moribonds.

  • 68 Lefrançois, R. (2001), « Les événements de vie critiques dans la vieillesse en tant qu’épreuves pr (...)

44Je suis porté à penser que la notion de mort est dynamiquement imbriquée dans celle de perte et d’abandon. Car toute personne aînée est inéluctablement sujette à éprouver un dépérissement du substratum organique, à subir des restrictions dans l’exercice des activités de la vie quotidienne et, finalement, à connaître une contraction de la sphère relationnelle. Comme je l’ai présenté ailleurs, la mort physique serait en quelque sorte l’aboutissement d’un itinéraire marqué par un dépouillement progressif, inévitable et irréversible de la personne, c’est-à-dire de sa structure organique, psychique, identitaire et relationnelle. Cependant, ayant franchi le seuil de la vieillesse, la plupart prennent conscience de s’exposer de plus en plus aux aléas et tribulations de la vie, de devoir subir éventuellement des pertes qui, par leur gravité, leur récurrence et leur contiguïté temporelle, feront office de rappel de l’ultime événement68.

45Bref, si la fatalité du destin peut s’imposer à certaines personnes vieillissantes comme une angoisse existentielle omniprésente, elle ne révèle véritablement sa prégnance que dans l’adversité, lorsque surviennent à répétition les épreuves douloureuses, qu’il s’agisse de séparations ou de renoncements. C’est à travers l’épreuve, moteur du changement, que s’actualisent en quelque sorte les forces pulsionnelles de vie et de mort. Et c’est sans contredit dans la grande vieillesse, antichambre de la mort, temps où prédominent les épreuves les plus accablantes, où se joue le grand défi, celui de s’armer et de se colleter avec les difficultés pour préserver son intégrité ou, a contrario, de fuir et de sombrer dans le désespoir, pour paraphraser le psychologue Erikson.

46D’entrée de jeu, il nous semble que les événements de vie critiques ou tragiques, qui culminent au cours de la vieillesse, participent du discours sur la mort dans la mesure où ils suscitent un sentiment de perte (d’un être cher, de la santé, de l’autonomie) ou de rupture (retraite, syndrome du nid vide). L’événement perturbateur est une notion féconde en ce qu’elle ouvre à celle d’épreuve qui peut être vue comme une préfiguration de la mort. Somme toute, n’est-ce pas surtout à la souffrance et au désarroi que nous renvoie fondamentalement le thème de la mort, qui se laisse entrevoir dans l’épreuve, le sentiment de perte et le travail de deuil ?

Les crises événementielles comme voies de dépassement et de ressourcement

47Le paradoxe du vieillissement, nous l’avons vu, tient d’une part à la probabilité croissante de devoir gérer à répétition les outrages du temps et, d’autre part, à la possibilité qui s’offre de capitaliser sur les acquis de la maturité forgés et affinés par de multiples expériences de vie. De cette contradiction découle le phénomène du vieillissement différentiel, c’est-à-dire l’hétérogénéité des trajectoires de la vieillesse. Telle donc qu’elle se présente, la vieillesse n’est pas réductible à un déclin ou à ses signes déficitaires ; elle dégage également des espaces de travail ou d’investissement favorables à un développement et à une élaboration des potentialités résistantes.

  • 69 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffo (...)
  • 70 Moody, H. R. (1988), « Toward a critical gerontology : The contribution of the humanities to theor (...)
  • 71 Maslow, A. H. (1956), « Self-actualizing people : A study of psychological health », dans C. E. Mo (...)

48Si, au fil des ans et sous l’action récurrente des événements perturbateurs, le savoir de l’individu s’est manifestement aiguisé et enrichi, en même temps qu’ont été mises à l’essai des stratégies adaptatives, la personne vieillissante sera d’autant plus apte à ériger des digues protectrices et à mener de front certains combats. Un aspect souvent négligé dans cette lutte est celui exercé par la société surorganisée et son appareil médical sur le cours du vieillissement, laquelle impose fidélité et soumission. Les conditions sociales actuelles, déclarait Lasch, « encouragent une mentalité de survie [...]. Les gens ne rêvent plus de surmonter les difficultés, mais seulement de leur survivre69. » Ainsi, vieillissement et développement ne forment pas des construits antinomiques : le premier reflète l’expansion de l’énergie, une capacité d’agir, tandis que le second désigne un mouvement vers la liberté, la sagesse et la transcendance70. C’est sous l’appellation d’actualisation de soi que Abraham Maslow définit cette double impulsion, étape ultime du développement de la personne qu’il situe au sommet de la pyramide des besoins71.

49Ce dépouillement progressif et pernicieux de la personne, cette constriction du champ d’investissement, imputables à des événements traumatisants ou au cumul des pertes, n’invalident pas pour autant les efforts déployés. La mise à contribution de l’appareil de défense et le recours aux ressources externes ne visent pas qu’à exercer un contrepoids à l’épreuve immédiate, mais, oserais-je construire cette idée, ils tiennent lieu de démarche personnelle de préparation à la mort. Conséquemment, il en découle que l’épreuve de la perte n’est pas négative en soi : elle est l’occasion d’un retour sur soi, d’un dépassement, d’un ressourcement. En appui à cette affirmation, on ne manquera pas de signaler, à la suite de Jung, que tant que l’individu ne s’est pas confronté à lui-même, il demeure en surface. L’épreuve oblige pour ainsi dire non seulement à faire le deuil progressif de son image narcissique, à ne plus dépendre du regard ou de l’opinion de l’autre, mais à envisager un virage en union avec son être dans sa totalité.

  • 72 Lefrançois, R., op. cit.

50Car dans la grande vieillesse, tenter un retour en arrière ou chercher à se soustraire aux retentissements à long terme des pertes accumulées peut s’avérer vaine entreprise. Ce serait comme semer dans le sable. L’homme porte sur son front le burinage des épreuves du temps. Les stigmates qu’il a déposés sur le corps sont donc là pour le rappeler, parfois cruellement. Il doit apprendre à ré-apprivoiser son corps. Heureusement, la dépendance du corps n’épuise pas toutes les avenues d’actualisation dans la vieillesse, même si la société marchande s’ingénue avec ténacité à gommer les sévices du temps, à maquiller les traces de l’âge, à faire miroiter les vertus d’une enveloppe charnelle revitalisée. Dans la perspective de la délitescence d’un corps devenu irréparable, l’individu, pour éviter la dérive, n’a d’autre choix que d’amorcer un travail de détachement-attachement en renversant d’abord l’ordre ancien fondé sur l’accessoire et le matériel pour hisser à l’avant-plan l’essentiel et le spirituel, puis en effectuant un dépassement qui seul permet d’atteindre un tout cohérent et atemporel. Concrètement, toutes fragiles et incertaines que demeurent les issues possibles, la nécessité s’impose d’investir soit des intérêts inaltérables, comme la culture, la foi religieuse ou la spiritualité, ou encore, des intérêts différés, qui vont lui survivre, telle l’attention portée à sa progéniture et à ses propres œuvres de création72.

  • 73 Bianchi, H., op. cit, p. 50.

51Renoncer à ce travail de deuil élaboratif et constructif à la suite de la perte de l’autre ou de son propre déclin, se convaincre de l’inanité de tels efforts induiraient une plus grande détresse et angoisse. Choisir cette voie signifierait se condamner soi-même à se replier, comme le conçoit Bianchi, sur des positions narcissiques tels le ressassement du passé, l’idéalisation de l’enfance, la clôture sur un monde fantasmatique et la démence73. Je soumets l’hypothèse que vieillir prend son sens en sa qualité même de période d’apprentissage des processus de détachement et de dépassement, lesquels ont pour « fonction » de préparer à apprivoiser la mort afin de faciliter le dernier passage.

  • 74 Mills, C. W. (1967), L’imagination sociologique, Paris, François Maspero.

52Je conclurai en soulignant que les vicissitudes, crises et transitions inductrices de l’angoisse de la mort, qui émaillent le cours de toute existence, ressortissent autant du registre public que privé. Autrement dit, pour capter la signification attribuée à la mort du corps et au travail de deuil, il faut renoncer à faire l’économie du contexte culturel et sociohistorique dans lequel baigne l’individu. Au surplus, toute visée généralisatrice demeure risquée, chaque personne étant unique par son expérience, son appartenance sociale, ses valeurs, ses positions devant la vie comme la mort. Il s’ensuit que le thème du vieillissement convie à une véritable prospection des mentalités. Il se fraie un chemin parmi les interstices, à la frontière séparant l’individu en tant qu’entité biographique et en tant qu’acteur social. Pour reprendre la formule du sociologue C. Wright Mills, il se saisit à la fois à travers les épreuves individuelles et les enjeux collectifs74.

Notes

1 Cyrulnik, B. (2001), Les vilains petits canards, Paris, Éditions Odile Jacob.

2 Bouisson, J. et Reinhardt, J.-C. (2000), Seuil, parcours, vieillissements, Paris, L’Harmattan, p. 47.

3 De Gaulle, C. (1944), Le fil de l’épée, Paris, Union Générale d’Éditions, p. 70.

4 Le Gouès, G. (2000), L’âge et le principe de plaisir, Paris, Dunod.

5 Freud, S. (1987), Trois essais sur la théorie de la sexualité, Paris, Gallimard.

6 Cariou, M. (1994), Personnalité et vieillissement. Introduction à la psychogérontologie, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

7 Balier, C. (1979), « Pour une théorie narcissique du vieillissement », L’information psychiatrique, vol. 55, no 6, p. 635-645.

8 Neurasthénie : état d’abattement et de tristesse, tendance marquée au pessimisme.

9 Hypocondrie : inquiétude pathologique concernant son état de santé.

10 Cariou, M., op. cit., p. 97.

11 Bianchi, H. (1989), « Vieillir, ou les destins de l’attachement », dans H. Bianchi, J. Gagey, J.-P. Moreigne, G. Balbo, D.-Y. Poïvet et L.-V Thomas (dir.), La question du vieillissement. Perspectives psychanalytiques, Paris, Dunod, p. 33-63.

12 Jung, C. (1966), Two Essays on Analytical Psychology, Princeton (NJ), Princeton University Press.

13 Friedan, B. (1995), La révolte du troisième âge, Paris, Éditions Albin Michel, p. 330.

14 Ibid., p. 328-329.

15 Linden, W. (1963), « Regression and recession in the psychoses of the aging », dans N.E. Zinberg et I. Kaufman (dir.), Normal Psychology of the Aging Process, New York, International University Press.

16 Kübler-Ross, E. (1990), « Vivre avec la mort et les mourants », Genève, Éditions du Tricorne.

17 Erikson, E. et Erikson, J. (1986), Involvement in Old Age, New York, W W. Norton.

18 Certaines études ont plutôt émis l’avis qu’un stress intense durant l’enfance résultait en une vulnérabilité moindre à l’âge adulte ; voir Persson, G. (1980), « Relation between early parental death and life event rating among 70 years old », Acta Psychiatrica Scandinavia, no 62, p. 392-397 ; Bornstein, P. E. (1973), « The depression of widowhod after thirteen months », British Journal of Psychiatry, no 122, p. 561-566.

19 Brunet, A. (1996), « Expositions récurrentes aux événements traumatiques : inoculation ou vulnérabilité croissante ? », Santé mentale au Québec, vol. 21, no 1, p. 145-162.

20 Holmes, T. et Rahe, R. (1967), « The social readjustment scale », Journal of Psychosomatic Research, no 11, p. 213-218.

21 Truchon, M. et Lemyre, L. (1995), « Les événements anticipés comme stresseurs », Santé mentale au Québec, vol. 20, no 2, p. 77-98.

22 Brown, G. W et Harris, T. O. (1978), Social Origins of Depression, Londres, Tavistock.

23 Reese et Smyer ont produit un excellent texte sur les différentes dimensions des événements : Reese, H. W et Smyer, M. A. (1983), « The dimensionalization of life events », dans E. J. Callahan et K. McCluskey (dir.), Life-Span Developmental Psychology : Non-Normative Life Events, New York, Academic Press.

24 Ryff, C. D. (1989), « In the eye of the beholder : Views of psychological well-being among middle-aged and older adults », Psychological Aging, no 4, p. 195-210.

25 Dohrenwend, B. S. et Dohrenwend, B. P. (1978), « Some issues in research on stressful life events », Journal of Nervous and Mental Disease, vol. 166, no 1, p. 7-15.

26 George, S. et Siegler, H. (1982), « Stress and coping in later life », Educational Horizons, vol. 60, no 4, p. 147-154.

27 Cannon, W B. (1929), Bodily Changes in Pain, Hunger, Fear, and Rage, New York, Appleton.

28 Meyer, A. (1951), « The life chart and the obligation of specifying data in psychological diagnosis », dans A. Meyer et B. Winter (dir.), Collected Papers, volume 3, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

29 Selye, H. (1956), The Stress of Life, New York, McGraw-Hill.

30 Muhlenkamp, A. F., Gress, L. D. et Flood, M. A. (1975), « Perception of life change events by the elderly », dans A. B. O’Connor (dir.), Nursing : The Older Adult, New York, p. 52-61.

31 Silverman, P. (dir.) (1987), The Elderly as Modem Pioneers, Bloomington, Indiana University Press.

32 Rowe, J. W. et Khan, R. L. (1987), « Human aging : Usual and successful », Science, no 237, p. 143-149

33 Kessler, R. C. (1997), « The effects of stressful life events on depression », Annual Review of Psychology, no 48, p. 191-214 ; Holahan, C. et Moos, R. (1991), « Life stressors, personal and social resources, and depression : A 4-year structural model », Journal of Abnormal Psychology, no 100, p. 31-38 ; Kendler, K. S., Kessler, R. C., Walter, E. E., MacLean, C., Neale, M. C. et al., (1995), « Stressful life events, genetic liability, and onset of an episode of major depression in women », American Journal of Psychiatry, no 152, p. 833-842 ; Orrell, M. W. et Davies, A, D. M. (1994), « Life events in the elderly », International Review of Psychiatry, no 6, p. 59-71 ; Prince, M. J., Harwood, R. H., Blizard, R. A., Thomas, A. et Mann, A. H. (1997), « Social support deficits, loneliness and life events as risk factors for depression in old age », The Gosper Oak Project VI, Psychological Medicine, vol. 27, no 2, p. 323-332.

34 Jorm, A. F., Duijn, V et Chandra, V (1991), « Psychiatric history and related exposures as risk factors for Alzheimer’s disease : A collaborative re-analysis of casecontrol study », International Journal of Epidemiology, vol. 20, no 2, p. 43-47.

35 Orrell, M. et Bebbington, P. (1995), « Life events and senile dementia : Admission, deterioration and social environment change », Psychological Medicine, vol. 25, no 2, p. 373-386.

36 Landreville, P. A. et Vézina, J. (1992), « Comparison between daily hassles and major life events as correlates of well-being in older adults », La Revue canadienne du vieillissement, vol. 11, no 2, p. 137-149.

37 Dohrenwend, B. S. et Dohrenwend, B. P. (1978), « Some issues in research on stressful life events », Journal of Nervous and Mental Disease, vol. 166, no 1, p. 7-15.

38 Hultsch, D. F. et Plemons, J. K. (1979), « Life events and life-span development », dans P. B. Baltes et O. G. Brian (dir.), Life-Span Development and Behavior, vol. 2, New York, Academic Press.

39 Baltes, M. M. et Baltes, P. B. (1990), « Psychological perspectives on successful aging : The model of selective optimization with compensation », dans P. B. Baltes et M. M. Baltes (dir.), Successful Aging : Perspectives from the Behavioral Sciences, Cambridge, Cambridge University Press, p. 1-34.

40 Langer, E. et Rodin, J. (1976), « The effects of choice and enhanced personal responsability for the aged : A field experiment in an institutional setting », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 34, no 2, p. 191-198.

41 Williamson, G. M. (2002), « Aging well : Outlook for the 21st century », dans C. R. Snyder et S. J. Lopez (dir.), Handbook of Positive Psychology, New York, Oxford University Press, p. 676-686, cité à la page 679-680 ; Williamson, G. M. et Dooley, W K. (2001), « Aging and coping : The activity solution », dans C. R. Snyder (dir.), Coping With Stress : Effective People and Processes, New York, Oxford University Press, p. 240-258.

42 Fries, J. F. et Crapo, L. M. (1981), Vitality and Aging, San Francisco, Freeman.

43 Neugarten, B. L. (1970), « Dynamics of transition of middle age to old age », Journal of Geriatric Psychiatry, vol. 4, no 1, p. 71-87.

44 Fiske, M. et Chiriboga, D. A. (1990), Change and Continuity in Adult Life, San Francisco, Jossey-Bass Publishers.

45 Lopata, H. (1973), « Self-identity in marriage and widowhood », Sociological Quaterly, vol. 14, no 3, p. 407-418.

46 Abeles énumère quatre postulats qui sous-tendent la perspective développementale continue (life-span development). Le développement (1) dure toute la vie ; (2) est multidimensionnel ; (3) est multidirectionnel (concerne différents attributs humains) ; (4) est multidéterminé (reflète des interactions complexes entre différents systèmes). Voir Abeles, R. P. (1989), Life-Span Perspectives and Social Psychology, Hillsdale (NJ), Laurence Erlbaum Associates, Publishers.

47 Il convient aussi de distinguer les événements à exposition simple des événements à expositions multiples. On a aussi distingué les « exposés de près » (near-miss) et « les exposés de loin » (remote-miss), puis les « événements heureux et malheureux ». Truchon et Lemyre se sont même penchés sur les événements anticipés en tant que stresseurs : voir Truchon, M. et Lemyre, L. (1995), op. cit.

48 Kanner, A. D., Coyne, J.C., Schaeffer, C. et Lazarus, R.S. (1981), « Comparison of two modes of stress measurement : Daily hassles and uplifts versus major life events », Journal of Behavioral Medicine, vol. 4, no 1, p. 31-39.

49 Kahana, E., Redmond, C., Hill, G. J., Kercher, K., Kahana, B., Johnson, J. R. et Young, R. F. (1995), « The effects of stress, vulnerability, and appraisals on the psychological well-being of the elderly », Research on Aging, vol. 17, no 4, p. 459-489.

50 Landreville, P. et Vézina, J., op. cit.

51 Lefrançois, R., Dubé, M., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2001), « Ressources psychosociales, événements transitoires et qualité de vie des personnes vieillissantes », Santé mentale au Québec, vol. 26, no 1, p. 242-274.

52 Leclerc, G., Couture, M. et Roy, J. (2003), « Une théorie de l’adaptation à la retraite par l’ajustement des sources de sens », Revue québécoise de psychologie, vol. 24, no 3, p. 53-70.

53 Miller, S. J. (1968), « The social dilemma of the aging leisure participant », dans B. L. Neugarten (dir.), Middle Age and Aging, Chicago, University of Chicago Press, p. 366-374 ; Hallowan, D. F. (1985), « Retirement identity crisis and how to beat it », Personnel Journal, vol. 64, no 5, p. 38-40.

54 Guillemard, A. M. (1986), Le déclin du social, Paris, Presses universitaires de France.

55 Atchley, R. (1971), « Retirement and leisure participation. Continuity or crises », Gerontologist, no 11, p. 13-17 ; Atchley, R. (1989), « A continuity theory of normal aging », Gerontologist, vol. 29, no 2, p. 183-190.

56 Blazer, D., Hughes, D. et George, L. K. (1987), « Stressful life events and the onset of a generalized anxiety syndrome », American Journal of Psychiatry, no 144, p. 1178-1183. Voir également Mohs, M. (1995), The Grief Experience, Brentwood (CA), Awakening Press.

57 Marty, J. (1993), « Regards sur le vieillissement : temporalités et espaces crisiques », Homo, no 32, p. 121-141.

58 Lang, F. R. (2001), « Regulation of social relationships in later adulthood », Journal of Gerontology : Psychological Sciences, no 56B, p. 321-326.

59 Martikainen, P. et Tapani, V (1996), « Mortality after the death of a spouse : rates and causes of death in a large Finnish cohort », American Journal of Public Health, vol. 86, no 8, p. 1087-1093.

60 Gorman, D. M. et Brown, G. W (1992), « Recent developments in life-events research and their relevance to the study of addiction », British Journal of Addiction, no 87, p. 837-849.

61 Cui, X. J. et Vaillant, G. E. (1996), « Antecedents and consequences of negative life events in adulthood : A longitudinal study », American Journal of Psychiatry, vol. 153, no 1, p. 21-26 ; Murphy, E. (1982), « Social origins of depression in old age », British Journal of Psychiatry, no 141, p. 135-142 ; Prince, M. J., Harwood, R. H., Blizard, R. A., Thomas, A. et Mann, A. H., op. cit.

62 Harlow, S. D. Goldberg, E. L. et Comstock, G. W. (1991), « A longitudinal study of risk factors for depressive symptomatology in elderly widowed and married women », American Journal of Epidemiology, no 134, p. 526-538 ; Mendes de Leon, C. F., Kasl, S. L. et Jacobs, S. (1994), « A prospective study of widowhood and changes in symptoms of depression in a community sample of the elderly », Psychological Medicine, no 24, p. 613-624.

63 Lefrançois, R., Dubé, M., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2001), op. cit. ; Lefrançois, R., Leclerc, G. et Poulin, N. (1992), Vieillissement actualisé et santé (rapport de recherche), Sherbrooke, GRASPA.

64 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 17.

65 Graves, R. (1967), Les mythes grecs, Paris, Fayard, p. 333.

66 Laborit, H. (1976), Éloge de la fuite, Paris, Robert Laffont.

67 Lipovetski, G. (1983), L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard.

68 Lefrançois, R. (2001), « Les événements de vie critiques dans la vieillesse en tant qu’épreuves préfigurant la mort », Frontières, vol. 13, no 2, p. 76-81.

69 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffont, p. 76.

70 Moody, H. R. (1988), « Toward a critical gerontology : The contribution of the humanities to theories of aging », dans J. E. Birren et V L. Bengtson (dir.), Emergent Theories of Aging, New York, Springer, p. 19-40.

71 Maslow, A. H. (1956), « Self-actualizing people : A study of psychological health », dans C. E. Moustakas (dir.), The Self : Explorations in Personal Growth, New York, Harper & Row, p. 150-194.

72 Lefrançois, R., op. cit.

73 Bianchi, H., op. cit, p. 50.

74 Mills, C. W. (1967), L’imagination sociologique, Paris, François Maspero.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search