Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 4. Défis et ressources des personnes aînées

Chapitre 9. Le paradoxe de la vieillesse

Texte intégral

  • 1 Heidegger, M. (1962), Chemins qui ne mènent nulle part, Paris, Gallimard (version originale 1949).

« Toute conservation de la vie est déjà au service d’une croissance de vie. Toute vie qui se borne à la pure conservation est déjà déclin. »
Martin Heidegger, Chemins qui ne mènent nulle part1

1Dans la pensée des grands philosophes grecs de l’Antiquité germait cette représentation bipolaire de la vieillesse qui prévaut encore de nos jours. S’appuyant sur le postulat que le corps et l’âme forment deux substances ou entités foncièrement indissociables, Aristote était persuadé que l’atrophie des capacités physiques qui croît au fil du temps s’accompagne d’une diminution des facultés morales et intellectuelles. Dans La rhétorique, il définit la vieillesse comme une forme de déchéance de la personne. Platon, en revanche, percevait les choses tout autrement. Dans sa description de la cité idéale, il expose le principe que les vieillards doivent tenir les rôles principaux, règle qui trahit son ambition de fonder une société gérontocratique. Pour Platon, le fait d’exhorter les personnes aînées à exercer des fonctions élevées dans la cité ne doit pas être interprété comme un geste de gratitude ; les vieux, écrit-il, sont un gage de qualité puisqu’ils possèdent de l’expérience et de la maturité. Socrate, sage philosophe dont on dit qu’il était passé maître dans l’art d’accoucher les esprits, partageait cette même idée que les personnes aînées sont des agents de transmission du savoir qu’il faut respecter et écouter.

2Il est étonnant que cette figuration antithétique et tronçonnée de la réalité ait survécu, que le corpus gérontologique contemporain se soit construit puis cristallisé sur ces deux principaux modèles analytiques, souvent mis en opposition. Je les qualifie respectivement de « paradigme de déclin » et de « paradigme du développement ». Dans la documentation gérontologique, le premier paradigme est souvent assimilé à la notion de vieillissement pathologique (sénilité), le second à celle de vieillissement normal (sénescence).

3En fait, ces deux visions paradigmatiques ne font qu’illustrer ce qu’il est convenu d’appeler le paradoxe de la vieillesse. À première vue, il peut en effet paraître contradictoire de placer dos à dos la notion de vieillissement et celle de développement. Or, le paradoxe tient précisément au fait que dans la vieillesse coexistent la fragilisation de l’individu à mesure qu’il avance en âge (santé déficiente, habileté diminuée, vulnérabilité aux maladies) et, en même temps, la poursuite des acquisitions, l’enrichissement de la maturité intellectuelle et des compétences (expériences, connaissances, sens de la spiritualité). Mais loin d’être des notions foncièrement contradictoires, « développement » et « vieillissement » participent des processus involutifs et évolutifs qui, en fin de compte, caractérisent la vie. L’individu demeure la monade indissociable de l’existence. Pour rester fidèle à la tradition en psychologie, je procéderai dans l’exposé qui suit à partir de l’appellation globale de « développement de la personne », notion qui incorpore le vieillissement en tant que processus.

Deux récits du développement de la personne

  • 2 Willis, S. L. et Reid, J. D. (1999), Life in The Middle : Psychological and Social Development in (...)

4Le développement de la personne a fait l’objet d’innombrables études théoriques ou empiriques. Mentionnons toutefois qu’une majorité de théories se sont intéressées à une tranche du cycle de vie en particulier, surtout l’enfance (les premières manifestations de l’intelligence, la croissance), l’adolescence (la construction de l’identité et la mésadaptation) et l’âge adulte (la personnalité). Quelques études, dont celle de James Willis et Sherry Reid, ont abordé le développement de la personne au mitan de la vie2. Par contre et étonnamment, rares sont les travaux en psychologie du développement qui ont inclus la période de la vieillesse.

  • 3 Bates, J. E. (1986), « The measurement of temperament », dans R. Plomin et J. Dunn (dir.). The Stu (...)
  • 4 Dannefer, D. et Perlmutter, M. (1990), « Development as a multidimensional process : Individual an (...)
  • 5 Datan, N., Greene, A. L. et Reese, H. W (1986), Life-Span Developmental Psychology : Intergenerati (...)

5Certains auteurs se sont penchés sur des aspects particuliers du tempérament3, de la mémoire ou de l’intelligence4 ou encore du vécu dans les rapports intergénérationnels5. Plusieurs se sont attachés à décrire soit l’aspect pathologique (la sénilité) du développement, soit l’aspect normal (la sénescence). Soulignons que la notion de développement a été amplement examinée dans le cadre de la théorie générale des systèmes (voir des auteurs tels Ludwig von Bertalanffy, Henri Laborit, Ilya Prigogine, Anthony Wilden et Walter Buckley). Finalement, plusieurs classifications des théories dites « développementales » ont été proposées (voir Jens B. Asendorpf et Joan Valsiner, E. Thomas Dowd, Susan Krauss Whitbourne, Jonas Langer et K. Warner Schaie), chacune affichant sa coloration et sa désignation particulières. Je résumerai rapidement quelques-unes de ces approches.

  • 6 Schroots, J. J. F. (1988), « On growing, formative change, and aging », dans J. E. Birren et V L. (...)

6Le modèle organiciste esquisse une compréhension générale et nomothétique du développement, structurant la conception qualifiée de « forte ». Il est représenté par les théories positivistes classiques que l’on retrouve principalement dans les travaux de Jung et de Freud. Johannes Schroots est de ceux qui se représentent le développement telle une série de transformations résultant des fluctuations qui interviennent dans les systèmes biologique, psychologique et social. Il évoque la double nature de l’ontogénèse humaine, c’est-à-dire des processus téléologiques et morphogénétiques. La croissance est définie comme le lieu de la différenciation et le vieillissement celui de l’individuation. Ces deux tendances convergeraient pour induire le changement, lequel conduit à une complexification accrue de l’organisme6.

  • 7 Schaie, K. W (1986), « Beyond calendar definitions of age, time and cohort : The general developme (...)

7S’agissant du développement, Schaie, de son côté, distingue la conception forte (paradigme organismique) de la conception faible (paradigme behavioral) où sont étudiées toutes les formes de changement au niveau comportemental. Selon lui, le développement est caractérisé par son universalité, la séquentialité des stades, les transformations structurelles et son orientation vers une fin (téléologie). Schaie fait une distinction entre le changement intraindividuel et interindividuel, ainsi que la combinaison de ces deux formes de base (que nous pourrions appeler de « transindividuel »). Selon lui, le changement peut être continu (par exemple, l’amélioration de la performance), qualitatif (passage d’un stade de croissance à l’autre) ou incrémental (accroissement monotonique)7. Ceci n’empêche pas l’atteinte d’un plateau à un moment donné (phase de stabilité) ou encore la présence de perturbations cycliques.

8Cependant, lorsqu’ils font allusion à la vieillesse, plusieurs auteurs évoquent le principe d’une involution (i.e. le modèle du déclin), correspondant à une pente descendante linéaire et irréversible avec compensation (environmental intervention may compensate for maturationnally programmed deficit). Bon nombre de théories partagent entre elles suffisamment de postulats jugés essentiels pour que l’on puisse qualifier de « développement » la survenue d’un changement : l’universalité, la linéarité (séquence fixe), l’unidirectionnalité, l’irréversabilité, la transformation (qualitativeness), le structuralité et la finalité (orientation vers une fin). Il n’est donc pas étonnant que le développement, dans sa dynamique intraindividuelle, soit représenté sous la forme de stades dans la pensée notamment de Piaget, de Charlotte Bühler et Fred Massarik, d’Erik Erikson, de Daniel J. Levinson, de Sheehy, sans compter les théories partielles telles celles de Wolfgang Linden et d’Elizabeth Kübler-Ross.

9Une autre approche du développement de la personne, dite humaniste, se retrouve en substance dans la pensée d’Abraham Maslow et de Carl Rogers. Ces auteurs présentent une vision positive ou constructive de la vieillesse, qui se veut toutefois réaliste et qui se reflète dans ce postulat de base de la psychologie humaniste : toute personne est animée par la tendance actualisante, c’est-à-dire que son potentiel de croissance demeure intact, à tout le moins actif, même à un âge avancé, et ce, en dépit des conditions ou circonstances défavorables.

  • 8 Ryff, C. (1987), « The Challenge of Successful Aging », discours prononcé à l’Association canadien (...)
  • 9 Baltes, M. M. et Baltes, P. B. (1990), « Psychological perspectives on successful agaging : The mo (...)
  • 10 Rogers, C. (1966), Le développement de la personne, Paris, Dunod.

10Cette conception est à la base de plusieurs approches gérontologiques, tels le vieillissement réussi8, la compétence adaptative9 ou l’actualisation de la personne10. On avance ici que l’être humain dispose de l’influx et de l’énergie nécessaires pour exploiter pleinement toutes ses potentialités. C’est cette énergie qui enjoint en quelque sorte le besoin de croissance, d’adaptabilité et de créativité du sujet vieillissant. Cette approche « développementale », qui met en valeur les ressources individuelles, la créativité et l’expérience, bref le potentiel énergétique de la personne aînée, contraste donc avec le paradigme univoque du déclin caractérisant une pluralité d’études ou de théories gérontologiques. Cependant, cette conception du développement dans la vieillesse n’exclut évidemment pas la nécessité de tenir compte des contraintes physiologiques, psychologiques et sociales, d’origine individuelle ou environnementale, susceptibles d’atténuer, de retarder ou d’empêcher l’atteinte de l’épanouissement de la personne.

11En définitive, selon cette approche il ne s’agit aucunement de nier les épreuves du grand âge, ni de sous-estimer les conséquences « négatives » de la vieillesse. L’étude attentive des conditions et circonstances conduisant à la perte de l’autonomie (incapacités, déficiences, handicaps) demeure donc nécessaire, soit dans une optique de prévention, pour aider notamment à obvier la situation de dépendance, soit pour renforcer les conditions favorisant le plein épanouissement de la personne.

  • 11 Bianchi, H., Gagey, J., Moreigne, J.-P., Balbo, G., Poïvet, D.-Y. et Thomas, L.-V. (1989), La ques (...)

12Comme je l’examinerai plus en détail plus bas, le paradigme du déclin soutient qu’un processus de désorganisation, ou d’entropie, intervient naturellement passé l’âge de la maturité organique, d’où le principe de l’involution universelle11. En revanche, le paradigme du développement considère que le vieillissement s’inscrit dans un processus de croissance, en continuité avec la vie antérieure ; c’est une période propice à de nouveaux apprentissages, à la réalisation de projets et à l’expression de la créativité. Résumons brièvement les caractéristiques principales de chacun de ces courants de pensée.

Le paradigme du déclin : l’adulte abîmé

  • 12 Adelman, R. C. (1980), « Hormone interaction during aging », dans R. T. Schimke (dir.), Biological (...)
  • 13 Riley, M. W (1987), « On the significance of age in sodology », American Sociological Review, no 5 (...)
  • 14 Clausen, J. (1972), « The life course of individuals », dans M. Riley, M. Johnson et A. Foner (dir (...)
  • 15 Nagel, E. (1957), « Determinism and development », dans D. B. Harris (dir.), The Concept of Develo (...)

13Foncièrement, le paradigme du déclin insiste sur la santé chancelante, les pertes, les deuils ou renoncements auxquels font face les personnes vieillissantes. Suivant cette conception, vieillir signifie se diriger de façon incontournable vers une fragilisation physique accrue, une diminution des capacités et une plus grande dépendance, même si certains états déficitaires sont parfois réversibles. Une multitude de théories, tant biologiques12 que psychosociologiques, dont celles du désengagement, de la modernisation, de la stratification des âges13 ou du déroulement de la vie (life course)14 appuient, plus ou moins explicitement, le paradigme du déclin. Le modèle organiciste, on l’a vu, évoque l’émergence de signes régressifs, notamment les pertes au niveau des fonctions physiologiques, l’étiolement des capacités cognitives et les défaillances dans le mécanisme d’adaptation. Les cellules, en plus de se multiplier et de se différencier, seraient pour ainsi dire programmées pour s’autodétruire, phénomène portant le nom d’apoptose. Suivant ce paradigme, le développement psychologique obéit à des lois semblables à celles de la maturation biologique. Ces lois s’exercent essentiellement sur les structures organisées qui régissent l’adaptabilité de l’organisme. Un postulat fondamental de ce paradigme veut que la séquence de développement soit invariante, c’est-à-dire qu’il existe une succession hiérarchique de niveaux qualifiés de stades de transformation15. Le changement serait ici gouverné par la loi de l’adaptation ontogénique (relative à l’individu), à l’instar de celle qui régit l’évolution phylogénétique (relative à l’espèce). Le processus involutif se traduirait par une fragilisation croissante du sujet, une plus grande vulnérabilité aux maladies (chronicité des maladies, polypathologies) et par l’apparition de crises de plus en plus rapprochées, consécutives à des événements potentiellement perturbateurs et stressants, tels la détérioration de la santé et de l’autonomie fonctionnelle et l’abandon ou l’exonération de rôles valorisants.

14La fragilité accrue de la personne aînée et, comme résultante, sa difficulté de s’adapter efficacement aux conditions de l’environnement seraient attribuables notamment à des dérèglements du système immunitaire et à une réduction généralisée du potentiel résiduel. En s’accumulant ou s’aggravant, ces déficits affaibliraient considérablement l’organisme, aussi bien les fonctions sensori-motrices que cognitives, telles la mémoire, la vigilance ou l’attention. La vision est à cet égard une fonction présentant une forte vulnérabilité au vieillissement.

15J’illustrerai cette dimension en référence à la problématique de la sécurité routière chez les conducteurs âgés, problématique que j’ai eu l’occasion d’examiner. En situation de conduite automobile, les altérations physiologiques suivantes augmentent l’insécurité : diminution de l’acuité visuelle statique et dynamique, réduction du champ de vision périphérique, de la perception de la profondeur, du pouvoir d’accommodation, de la rapidité de l’adaptation à l’alternance entre la lumière et l’obscurité et de la sensibilité à l’éblouissement. Des problèmes de santé, tels le diabète, plus fréquents chez les personnes aînées, peuvent amplifier les pertes au niveau de la vision. L’audition et la proprioception sont également des fonctions sujettes à un affaiblissement en vertu de l’avancée en âge. Les fonctions cognitives risquent pareillement d’être touchées, ses manifestations s’observant elles aussi au niveau de la concentration, de l’attention sélective, de l’apprentissage et de la mémoire. Les déficiences cognitives majeures (démence, trouble de l’affect), même si elles affectent une infime fraction de la population âgée, jouent un rôle majeur en sécurité routière. La fragilisation du système musculo-squelettique constitue un autre facteur de risque à ne pas négliger (flexibilité du tronc, du cou) en situation de conduite automobile, notamment lors des manœuvres aux intersections. Enfin, la consommation de médicaments (par exemple, les psychotropes), plus répandue chez les personnes aînées, provoque des symptômes qui peuvent affecter considérablement la performance de conduite. Bien que ces changements physiques soient susceptibles d’altérer la conduite automobile, il ne faut pas pour autant conclure que les personnes aînées sont des conducteurs à risque. Certainement pas autant que les moins de 25 ans. Il faut faire appel à d’autres éléments, relevant du « paradigme du développement », pour bien comprendre cette problématique. J’aurai l’occasion de développer ce point plus loin.

16Ceux qui ont critiqué le paradigme du déclin ne remettent certes pas en question les mécanismes biologiques à l’œuvre dans le processus du vieillissement. Ils s’en prennent surtout au caractère réductionniste du modèle, c’est-à-dire cette interprétation univoque de la vieillesse qui a pour effet de légitimer des représentations négatives et stéréotypées de l’âge avancé et d’occulter ce que cette période de la vie peut apporter de positif ou de constructif, tant sur le plan individuel que social. En effet, ce modèle projette une image qui décrit les personnes vieillissantes comme un poids économique et social. Un poids d’autant plus lourd que plusieurs nécessitent une prise en charge qui s’avère coûteuse pour la société. Pourtant, les statistiques attestent que moins de 10 % des 65 ans et plus sont séniles ou institutionnalisés.

  • 16 Coudin, G. et Paicheler, G. (2002), Santé et vieillissement. Approche psychosociale, Paris, Armand (...)

17Puis il y a cette prétention à l’effet que les personnes aînées participent tacitement à leur propre déchéance en se conformant à l’image que la société leur renvoie. Il semble donc que le paradigme du déclin favorise en quelque sorte une dépendance renforcée. Telle est la thèse que proposent Geneviève Coudin et Geneviève Paicheler, thèse qu’illustre bien ce passage : « L’idée centrale de ce modèle de cassure sociale est que les individus sont des acteurs volontaires de leur propre déclin en adoptant les attentes de la société relatives à leur conduite16. » En définitive, on peut arguer que la vieillesse, vue dans cette perspective du déclin, s’est construite en tant que problème.

Le paradigme du développement : l’adulte rayonnant

  • 17 Bühler, C. (1975), The Roles of Values for Personality Development and for Psychotherapy, Stuttgar (...)

18À l’opposé de ce modèle, on retrouve une nouvelle idéologie qui exalte les vertus de l’âge, la vieillesse étant dépeinte comme une étape privilégiée et fascinante de la vie. Dans ce mouvement de pensée, on met de l’avant que la personne vieillissante dispose de l’influx et de l’énergie nécessaires pour exploiter pleinement toutes ses potentialités. On n’a pas l’âge de ses artères mais celui de ses idées, comme le dit le dicton populaire ! On prend donc soin de ne pas confondre maladie et vieillissement. Et l’âge avancé porté aux nues n’est plus celui de la dépendance mais de l’autonomie, du développement du potentiel, de la réalisation de projet, de la créativité. À l’impératif de jeunesse promu jusque-là, s’oppose celui de la vie durable, étoffée et épanouie. Charlotte Bühler décrivait ce processus de croissance comme une « expansion de la créativité17 ».

19Si, dans un tel modèle, les fantasmes chimériques de l’immortalité se sont évanouis, la croyance persiste encore quant aux possibilités de dépassement de la condition humaine. Cette aspiration est confortée par la capacité de l’homme d’intervenir sur son propre vieillissement, de le prolonger grâce notamment aux manipulations génétiques. Certains gérontologues entrevoient, nous l’avons vu dans un précédent chapitre, que sera dépassé le seuil de longévité maximale conventionnel de 120 ans. La société bascule donc dans un nouvel âge florissant. Une civilisation qui naguère condamnait presque les vieillards, en fait dorénavant la promotion. Dans ces conditions, il devient urgent de réorganiser le temps collectif et le temps individuel.

  • 18 Rogers, C. (1966), Le développement de la personne, Paris, Dunod.
  • 19 Riegel, K.R (1979), Foundations of Dialectical Psychology, New York, Academic Press.
  • 20 Bronfenbrenner, U. (1979), The Ecology of Human Development : Experiments by Nature and Design, Ca (...)
  • 21 Magnusson, D. (1988), Individual Development from an Interactional Perspective : A Longitudinal St (...)
  • 22 Fiske, M. et Chiriboga, D. A. (1990), Change and Continuity in Adult Life, San Francisco, Jossey-B (...)
  • 23 Baltes, M. M. et Carstensen, L. L. (1996), « The process of successful ageing », Ageing and Societ (...)
  • 24 Atchley, R. C. (2003), Social Forces and Aging : An Introduction to Social Gerontology, Belmont (C (...)

20En dépit donc des pertes, des crises douloureuses et des transitions éprouvantes qui se produisent, la période de la vieillesse serait riche en occasions de croissance. Pour les tenants du paradigme du développement, le vieillissement suivrait une trajectoire élaborative plutôt qu’involutive. Au lieu donc d’insister sur les effets négatifs de l’âge (la pente régressive), l’accent est mis sur les gains, sans pour autant nier les pertes. Des recherches ont d’ailleurs démontré que pour plusieurs aînés, l’entrée dans la vieillesse donne lieu à un nouvel élan de vitalité ; c’est un temps privilégié pour la réflexion et la créativité, une période propice aux échanges significatifs, celle-ci étant profitable aussi bien à l’individu âgé qu’à la société18. L’expression « paradigme du développement » réunit en fait une pluralité de courants de recherche qui partagent plusieurs points en commun. Il s’agit des approches dialectique19, écologique20, contextuelle21, transactionnelle22, de l’adaptabilité23 et de la continuité24.

  • 25 Bergman, L. R. (1992), « Studying change in variables and profiles : Some methodological considera (...)

21Résumons les principales caractéristiques de ce paradigme. Premièrement, ses adeptes posent le problème du développement autrement que par la maturation, les étapes ou les stades. Concrètement, cela signifie qu’il existe d’autres instances de développement à considérer, notamment les périodes de transition et les épreuves qui nécessitent toutes un travail d’adaptation. Deuxièmement, même si le développement est un processus qui dure toute la vie, certaines composantes ne peuvent être acquises, mûries ou intégrées que durant la vieillesse. Troisièmement, comme l’être humain forme un tout, le développement ne peut être étudié à la pièce, mais seulement dans sa globalité. C’est le principe du holisme. Quatrièmement, on doit tenir compte de la dynamique relationnelle et dialectique qui définit les rapports qu’entretient le sujet avec son environnement. Cinquièmement, sur le plan analytique, on passe d’une approche centrée sur les variables à une approche plutôt centrée sur les personnes25. Précisons que la perspective constructiviste sied au cœur de ce paradigme : la connaissance se crée à partir de l’expérience qu’acquiert le sujet par le biais de la réflexivité et des transactions avec le milieu.

  • 26 Riegel, K. (1973), « Dialectic operations : The final stage of cognitive development », Human Deve (...)
  • 27 Birren, J. E. (1988), « A contribution to the theory of the psychology of aging : As a counterpart (...)
  • 28 Brandstadter, J. et Baltes-Götz, B. (1991), « Personal control over development and quality of lif (...)

22Se référant à la compétence de la personne aînée, Klaus Riegel a suggéré l’expression d’« opération dialectique » pour décrire la capacité dont elle dispose pour vivre avec les contradictions de la vie et développer des habiletés de synthèse des connaissances résultant de l’accumulation de l’expérience26. La notion de sagesse27, bien qu’un peu étroite, illustre elle aussi l’image qu’on se forge d’une vie pleine et réussie. Certes, nous préviennent Jochen Brandtstadter, Paul Baltes et Adriani Gôtz, la personne aînée ne se saisit pas totalement de son propre développement. Elle doit nécessairement composer avec les contraintes inhérentes soit à sa condition physique ou psychique, soit à son milieu social et culturel, en plus de faire appel à ses expériences passées. Quelle que soit l’activité ou la tâche envisagée, par exemple, conduire une automobile, un mécanisme d’autorégulation se déclenche : la personne aînée doit alors soupeser les contraintes (par exemple, évaluer les risques) et les bénéfices (par exemple, maintien de la mobilité) corrélatifs de l’activité avant de prendre la décision (par exemple, comportements et stratégies) qui soit la mieux éclairée face aux options disponibles28.

23La perspective du vieillissement réussi, bien que critiquable, s’appuie sur des postulats-clés qu’il est utile ici d’énoncer. Le premier insiste sur la variabilité interindividuelle, ce qui signifie que les trajectoires du vieillissement sont à la fois plurielles et multifactorielles. Le second postulat a trait à la plasticité intra-individuelle qui se traduit par la compétence adaptative de l’individu, c’est-à-dire sa capacité de répondre avec souplesse aux épreuves émanant des changements dans sa condition physique ou mentale, ou encore dans son environnement. Enfin, les personnes aînées disposent d’un potentiel résiduel et de développement qu’elles exploitent au moyen de stratégies d’adaptation telles que la sélection, l’optimisation et la compensation (voir explication plus loin).

  • 29 Lefrançois, R. et D’Amours, M. (1996), Sécurité et vieillissement : auto-évaluation, stratégies d’ (...)

24Ce modèle du développement fait écho sur le plan de la conduite automobile. J’ai pu démontrer qu’une majorité d’automobilistes âgés sont capables de prendre conscience des limites imposées par l’âge29. Malgré le fait que l’adaptation à la conduite automobile s’effectue par microajustements, imperceptibles la plupart du temps, plusieurs savent détecter leurs difficultés de sorte qu’ils peuvent modifier leurs habitudes en conséquence. Dans l’étude que j’ai menée sur la conduite automobile des personnes aînées, j’ai pu constater que les déficits perçus étaient compensés par l’adoption de stratégies pouvant efficacement minimiser l’insécurité. Autrement dit, lorsqu’ils sont conscients de leurs limitations fonctionnelles ou cognitives, les conducteurs âgés évitent les situations potentiellement dangereuses (ou s’y exposent peu), telles que la conduite nocturne, par mauvais temps, dans la circulation lourde ou sur les voies rapides. Ils préparent soigneusement leur itinéraire, conduisent plus lentement, évitent les horaires où il y a achalandage ou les lieux à forte circulation, s’arrêtent plus souvent pour se reposer, entretiennent bien leur véhicule et conduisent accompagnés. Enfin, très peu adoptent des conduites dangereuses, telles que la consommation d’alcool, l’agressivité au volant ou la conduite compétitive avec d’autres usagers de la route.

Voir au-delà des regards apocalyptiques et dithyrambiques

25On ne peut jamais comprendre le cheminement d’un individu ou d’une cohorte par ses seuls réussites ou échecs. Conséquemment, les représentations polarisées de la vieillesse ne parviennent pas à saisir les subtilités de son cours. Plutôt que de se représenter à tout prix le monde en noir ou en rose, en persistant donc à entretenir les visions extrêmes sur la vieillesse décrites précédemment, il vaut mieux rechercher les nuances, décrire cette réalité dans ce qu’elle a de plurivalent, de dynamique, de sensible et de particulier à offrir. Quiconque côtoie les personnes aînées, ou observe attentivement leurs activités dans la vie quotidienne, est à même de constater que l’insistance sur les pertes de la vieillesse au détriment des gains occulte la réalité. Au même titre, sa description misérabiliste, ou à l’opposé, l’exaltation abusive de ses vertus, sont des fictions qui ne résistent pas aux faits. Le vieillissement est fondamentalement traversé par toutes ces possibilités et complexités de parcours qui peuvent surgir à tout moment. Contrairement à la croyance répandue, les périodes de déclin et de croissance ne s’opposent ou ne s’excluent pas. Ils s’entrecoupent et interagissent dans le quotidien, même lorsque l’individu est ébranlé par un événement déstabilisant ou une épreuve accablante. Ce métissage nécessite donc la prise en compte des expériences de déclin ou de deuil, mais aussi des processus élaboratifs conduisant au développement personnel et à la réalisation de soi. Comprendre cette aporie apparente est une tâche d’autant plus ardue que l’itinéraire de la vieillesse est, par nature, délicat à tracer, car il s’inscrit dans un vécu, une expérience singulière, que même l’histoire biographique ne saurait adéquatement refléter.

26Quelles que soient les ressources de chacun, dans la vie de tous les jours vieillir représente toujours un défi constant, en même temps qu’un dur combat. Et on n’insistera jamais assez sur le fait que vieillir signifie aussi le besoin de préserver une certaine continuité et identité. S’il est un lieu de lutte obligé pour préserver sa santé, son autonomie, ses activités, affirmer son identité et ses droits, il est aussi un espace qui offre de grands moments de sérénité : il est une source de quiétude, de sens, d’échanges et de contacts significatifs.

27Les travaux que j’ai menés dans le cadre de l’Étude longitudinale québécoise sur le vieillissement le confirment. On s’aperçoit que le vécu de plusieurs participants est fondamentalement antinomique, en ce sens qu’il met simultanément en jeu des processus évolutifs, élaboratifs et involutifs. D’un côté, avec l’avancée en âge s’accentuent la prévalence et les risques de déficits physiques, cognitifs ou sensori-moteurs, de l’autre, s’enrichissent les acquis de la maturité, qu’il s’agisse de l’accumulation du savoir, de la circonspection, de l’expérience et de l’approfondissement du sens de l’existence. Plusieurs parviennent à « réussir » cette étape du cycle de vie en gérant adéquatement les épreuves, en minimisant les pertes ou les limitations fonctionnelles, tout en capitalisant sur les gains et les ressources disponibles. Tel est le paradoxe de la vieillesse et en même temps l’espoir du vieillir.

  • 30 Williams, T. F. (1986), « Geriatrics. The fruition of the clinician reconsidered », The Gerontolog (...)

28J’estime du même coup qu’il est erroné de prétendre que l’avancée en âge s’accompagne inéluctablement d’une déperdition des réserves énergétiques, d’un épuisement des ressources personnelles ou sociales, qui expliqueraient une détérioration progressive de la qualité de vie. Dénonçant de telles allégations, un médecin américain n’a pas hésité à critiquer ses collègues qui déclaraient que certains états physiologiques, tels le durcissement des artères, la réduction de la fonction rénale ou la posture courbée, pouvaient être attribués au processus du vieillissement normal. Selon lui, ces conditions de santé ne constituent pas des conditions incontournables du vieillissement : il conviendrait mieux de définir la vieillesse en termes de symptômes de maladies pouvant être évitées, guéries, prévenues ou retardées, et de considérer ces symptômes comme des traces laissées par des habitudes de vie malsaines30. En appui à cette déclaration, plusieurs ont apporté les preuves que le déclin physiologique ne suit pas une courbe monotone croissante en fonction du vieillissement : il fluctue considérablement selon le sexe, les groupes ethniques, les classes sociales, les catégories d’âge, voire les individus appartenant à une même strate d’âge. Le caractère prétendument universel et irréversible du vieillissement constituerait un mythe.

  • 31 Friedan, B. (1993), La révolte du troisième âge, Paris, Albin Michel.

29Dans son ouvrage intitulé La révolte du troisième âge, Betty Friedan souligne avec force l’existence d’un fossé séparant l’image stéréotypée de la vieillesse, que véhiculent souvent les médias, et sa réalité telle que vécue par les personnes aînées. Friedan livre une réflexion fort intéressante. La vieillesse n’offre-t-elle pas « la possibilité de développer des valeurs et des aptitudes qui ne se manifestent — ou ne se réalisent — qu’à cette étape de la vie, mais qu’il est difficile de discerner car les critères habituels d’évaluation reposent sur des qualités caractéristiques de la jeunesse ou du début de l’âge adulte, faciles à mesurer et à isoler31 » ?

30N’est-il pas déplorable que l’optimisme prométhéen de notre civilisation moderne envisage le vieillissement collectif comme un poids social, un problème que saura résoudre la technique ? Dans une telle perspective, la personne aînée paraît subordonnée à l’action instrumentale et impersonnelle de l’intervention spécialisée qui dessine un ethos du vieillir, une domestication des conduites axées sur le corps. Donner des années à la vie, restaurer à tout prix l’autonomie, tel est le credo de l’intervention gérontologique. Porteuse de si peu de qualités humaines ou éthiques, comment dès lors ne pas s’étonner que la société soit confrontée à une recrudescence du sentiment de solitude, de la détresse et de l’isolement ?

Vieillesse conquise ou subie

31Le contexte actuel décrit précédemment, tant dans sa composante sociétale qu’analytique, invite donc à réinterroger la vieillesse. L’action sociale nécessite un accompagnement par des travaux de recherche, non uniquement pour dépister les nouveaux facteurs de dépendance, mais localiser les poches de fragilité et d’exclusion, interpeller les politiques sociales, identifier l’aire de compétence des aînés et explorer des avenues d’intervention novatrices. Les conditions actuelles se prêtent pour ainsi dire au développement d’outils mieux adaptés et de connaissances ciblées afin de repérer, dans un premier temps, les variables qui infléchissent, dans un sens ou dans l’autre, le degré de succès du vieillissement. En second lieu, la recherche peut aider à comprendre pourquoi certaines personnes âgées parviennent mieux que d’autres à surmonter les événements de vie critiques, à répertorier les ressources qu’elles mobilisent et qui se révèlent fructueuses.

32Favoriser l’autonomisation des personnes âgées, renforcer leurs compétences et les épauler dans la quête d’une plus grande reconnaissance sociale est un projet légitime qu’endossent la plupart des aînés. Ces stratégies nous semblent de puissants leviers pouvant minimiser ou retarder la dépendance, délester le système de soins et de soutien et favoriser l’épanouissement de la personne. Il ne s’agit pas ici de récuser les pratiques établies ni de pratiquer le culte de l’accomplissement personnel. Au contraire, je suis d’avis que le renforcement du potentiel est à « prioriser » dans l’optique de réduire les coûts du maintien de la santé des personnes vieillissantes, de conserver leur qualité de vie, de valoriser des rôles sociaux qui soient significatifs pour les aînés et en même temps utiles, et finalement de favoriser leur participation et leur intégration sociales.

  • 32 Amyot, J. J. (1994), Travailler auprès des personnes âgées, Paris, Éditions Privat.

33J’ai eu le privilège d’être associé à une équipe de chercheurs qui adhérait à cette idée souveraine de la primauté d’une vieillesse conquise par opposition à une vieillesse subie ou assistée. La prise en charge par la personne aînée de son propre bien-être (par exemple, la santé) et développement (par exemple, la créativité, l’engagement social) aura pour effet d’aiguiser son sens de la solidarité et de l’imputabilité, d’affermir son sentiment d’identité et d’appartenance communautaire et d’accroître sa satisfaction personnelle. Une telle approche ne signifie pas qu’il faille adopter une attitude contemplative ou de laisser-faire. Des programmes d’information et de sensibilisation, des interventions individuelles ou de groupe misant sur la coopération et les compétences de la personne devront être élaborés, précisément dans le but de renforcer le potentiel de la personne âgée. Ces actions supposent une connaissance des besoins et ressources de personnes de différentes strates d’âge et ayant des parcours différenciés. Il va sans dire, au demeurant, qu’il serait malavisé de restreindre les efforts en direction du soutien aux aidants naturels, de la protection des droits des aînés, de la fourniture de soins de qualité, de l’assistance à domicile et de la promotion de nouvelles attributions sociales. Finalement, l’aménagement de cadres de vie adaptés aux besoins de chacun semble être une voie à privilégier hautement pour préserver l’autonomie de la personne. L’habitat, déclarait Jean-Jacques Amyot, est un miroir de l’homme qui permet non seulement de satisfaire de nombreux besoins, mais de s’approprier de l’espace et d’affirmer son indépendance32.

  • 33 Timmer, E., Bode, C. et Dittmann-Kohli, F. (2003), « Expectations of gains in the second half of l (...)

34Pour clore ce chapitre, j’aimerais rapporter les principales conclusions d’une étude récente sur les représentations des gains anticipés de la vieillesse telles que perçues par un échantillon de 2 934 participants allemands âgés de 40 à 85 ans. Au-delà de toute attente, les chercheurs ont constaté que les répondants espéraient par-dessus tout que leurs vieux jours se déroulent de façon joyeuse dans la vie quotidienne, qu’ils aient l’occasion de voyager et qu’ils puissent élargir leur réseau de relations sociales. Même chez les plus jeunes participants, les plans d’avenir concernaient davantage les loisirs que le travail, rémunéré ou non. Les projets d’engagement social étaient souvent mentionnés mais ils étaient circonscrits dans le microcontexte de la vie familiale. Globalement, les résultats infirment l’hypothèse d’Erikson sur l’importance de la générativité, de même que le modèle optimiste de la vieillesse productive mettant l’accent sur la recherche de nouveaux rôles ou responsabilités sociales. Seules les personnes plus éduquées caressaient de tels projets. Dans leur conclusion, les chercheurs précisent que les souhaits exprimés reflètent le souci des répondants de se libérer de toutes formes d’obligation et de créer encore plus d’espace dans leur vie afin de pouvoir vivre une plus grande intimité33.

Notes

1 Heidegger, M. (1962), Chemins qui ne mènent nulle part, Paris, Gallimard (version originale 1949).

2 Willis, S. L. et Reid, J. D. (1999), Life in The Middle : Psychological and Social Development in Middle Age, San Diego (CA), Academic Press.

3 Bates, J. E. (1986), « The measurement of temperament », dans R. Plomin et J. Dunn (dir.). The Study of Temperament : Change, Continuities and Challenges, Hillsdale (NJ), Laurence Erlbaum, p. 1-11.

4 Dannefer, D. et Perlmutter, M. (1990), « Development as a multidimensional process : Individual and social constituents », Human Development, no 33, p. 108-137.

5 Datan, N., Greene, A. L. et Reese, H. W (1986), Life-Span Developmental Psychology : Intergenerational Relations, Hillsdale (NJ), Lawrence Erlbaum Associates, Publishers.

6 Schroots, J. J. F. (1988), « On growing, formative change, and aging », dans J. E. Birren et V L. Bengtson (dir.), Emergent Theories of Aging, New York, Springer.

7 Schaie, K. W (1986), « Beyond calendar definitions of age, time and cohort : The general development model revisited », Developmental Review, no 6, p. 252-277.

8 Ryff, C. (1987), « The Challenge of Successful Aging », discours prononcé à l’Association canadienne de gérontologie, 24 octobre, p. 27.

9 Baltes, M. M. et Baltes, P. B. (1990), « Psychological perspectives on successful agaging : The model of selective optimization with compensation », dans P. B. Baltes et M. M. Baltes (dir.). Successful Aging : Perspectives from the Behavioral Sciences, Cambridge (MA), Cambridge University Press, p. 1-34.

10 Rogers, C. (1966), Le développement de la personne, Paris, Dunod.

11 Bianchi, H., Gagey, J., Moreigne, J.-P., Balbo, G., Poïvet, D.-Y. et Thomas, L.-V. (1989), La question du vieillissement. Perspectives psychanalytiques, Paris, Dunod.

12 Adelman, R. C. (1980), « Hormone interaction during aging », dans R. T. Schimke (dir.), Biological Mechanism in Aging, Washington (DC), U.S. Department of Health and Human Services, p. 680-692 ; également : Shock, N. W. (1985), « Longitudinal studies of aging in humans », dans C. E. Finch et E. L. Schneider (dir.), Handbook of the Biology of Aging, New York, Van Nostrand Reinbold, p. 721-743 ; Walford, R. (1969), The Immunologic Theory of Aging, Copenhagen, Munksgaard ; Riley, M. W (1987), « On the significance of age in sociology », American Sociological Review, no 52, p. 1-14.

13 Riley, M. W (1987), « On the significance of age in sodology », American Sociological Review, no 52, p. 1-14.

14 Clausen, J. (1972), « The life course of individuals », dans M. Riley, M. Johnson et A. Foner (dir.), Aging and Society : A Sodology of Age Stratification, vol. 3, New York, Russel Sage Foundation, p. 457-514 ; Neugarten, B. L. et Hagestad, G. O. (1976), « Age and the life course », dans R. Binstock et E. Shanas (dir.), Handbook of Aging and the Social Sciences, New York, Van Nostrand Reinhold, p. 35-55.

15 Nagel, E. (1957), « Determinism and development », dans D. B. Harris (dir.), The Concept of Development, Minneapolis (MN), University of Minnesota Press, p. 15-24.

16 Coudin, G. et Paicheler, G. (2002), Santé et vieillissement. Approche psychosociale, Paris, Armand Colin.

17 Bühler, C. (1975), The Roles of Values for Personality Development and for Psychotherapy, Stuttgart, Klett.

18 Rogers, C. (1966), Le développement de la personne, Paris, Dunod.

19 Riegel, K.R (1979), Foundations of Dialectical Psychology, New York, Academic Press.

20 Bronfenbrenner, U. (1979), The Ecology of Human Development : Experiments by Nature and Design, Cambridge (MA), Harvard University Press.

21 Magnusson, D. (1988), Individual Development from an Interactional Perspective : A Longitudinal Study, Hillsdale (NJ), Lawrence Erlbaum Associates Publishers.

22 Fiske, M. et Chiriboga, D. A. (1990), Change and Continuity in Adult Life, San Francisco, Jossey-Bass Publishers.

23 Baltes, M. M. et Carstensen, L. L. (1996), « The process of successful ageing », Ageing and Society, no 16, p. 397-422 ; Baltes P. B. et Baltes, M. M. (dir.), op. cit.

24 Atchley, R. C. (2003), Social Forces and Aging : An Introduction to Social Gerontology, Belmont (CA), Wadsworth Publishing.

25 Bergman, L. R. (1992), « Studying change in variables and profiles : Some methodological considerations », dans B. Asendorpf et J. Valsiner (dir.), Stability and Change in Development : A Study of Methodological Reasoning, Newsbury Park, Sage, p. 143-149.

26 Riegel, K. (1973), « Dialectic operations : The final stage of cognitive development », Human Development, no 16, p. 346-370.

27 Birren, J. E. (1988), « A contribution to the theory of the psychology of aging : As a counterpart of Development », dans J. E. Birren et V L. Bengtson (dir.), Emergent Theories of Aging, New York, Springer, p. 153-177.

28 Brandstadter, J. et Baltes-Götz, B. (1991), « Personal control over development and quality of life perspectives in adulthood », dans P. B. Baltes et M. M. Baltes (dir.), op. cit., p 197-224.

29 Lefrançois, R. et D’Amours, M. (1996), Sécurité et vieillissement : auto-évaluation, stratégies d’adaptation et performance de conduite chez les automobilistes âgés, Sherbrooke, CORSUS ; Lefrançois, R. et D’Amours, M. (1997), « Exposure and risk factors among elderly drivers : A case-control study », Accident Analysis and Prevention, vol. 29, no 3, p. 267-275 ; Lefrançois, R. et D’Amours, M. (1997), « La performance des automobilistes âgés dans les situations de conduite difficile », Canadian Journal on Aging, vol. 16, no 2, p. 320-336 ; Lefrançois, R. (1998), « Mobility patterns and attitudes toward driving a car among the elderly living in small towns and rural areas », Rural Society, vol. 8, no 1, p. 17-29 ; D’Amours, M. et Lefrançois, R. (1998), « Impact des connaissances de la réglementation et de la signalisation sur la performance routière des automobilistes âgés », Revue québécoise de psychologie, vol. 19, no 2, p. 5-27.

30 Williams, T. F. (1986), « Geriatrics. The fruition of the clinician reconsidered », The Gerontologist, vol. 26, no 4, p. 345-349.

31 Friedan, B. (1993), La révolte du troisième âge, Paris, Albin Michel.

32 Amyot, J. J. (1994), Travailler auprès des personnes âgées, Paris, Éditions Privat.

33 Timmer, E., Bode, C. et Dittmann-Kohli, F. (2003), « Expectations of gains in the second half of life : A study of personal conceptions of enrichment in a lifespan perspective », Ageing and Society, vol. 23, no 1, p. 3-25.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search