Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 3. Enjeux et défis des sociétés sénescentes

Chapitre 8. L’avenir des régimes de retraite, de l’économie et de l’équilibre intergénérationnel

Texte intégral

Mise à sac des fonds de retraite ?

1Un autre enjeu d’une brûlante actualité est l’avenir des régimes de retraite, c’est-à-dire les programmes gérant le versement d’une rente viagère au terme des activités professionnelles. Dans la conjoncture démographique actuelle, craignent certains, l’entente de principe suivant laquelle les travailleurs obtiennent une sécurité financière pour leurs vieux jours en échange d’une contribution prélevée à même leurs salaires serait ébranlée dans ses fondements mêmes. Plus globalement, ce qui est mis en question, c’est finalement toute la fonction régulatrice du marché de l’emploi qu’assure traditionnellement le mécanisme de la retraite. Pour préciser cet enjeu, rappelons que celle-ci agit habituellement à la façon d’une soupape dans le système économique, permettant aux jeunes d’accéder aux emplois à la suite des départs à la retraite des travailleurs plus âgés. Parallèlement, au regard de l’objectif recherché de rendement et de productivité maximale des entreprises, cette fonction permet le remplacement de la main-d’œuvre dont la « force de travail », physique ou intellectuelle, diminue ou dont les connaissances deviennent obsolètes.

2En cette période de profondes turbulences, on entend souvent proclamer haut et fort que le financement à venir de la retraite ne laisse guère présager une issue heureuse. Ce que la société redoute par-dessus tout, c’est que le vieillissement démographique, de concert avec les transformations actuelles de l’économie, aient pour résultante de grever les budgets réservés pour les pensions de retraite et, partant, de fissurer le précaire équilibre entre les générations, ne fut-ce qu’au chapitre de la répartition des ressources et des charges de plus en plus lourdes assignées à l’ensemble du corps social. La société civile pourra-t-elle encaisser un tel choc ? Cette nouvelle question vient certainement compliquer les termes d’une équation déjà alourdie par les défis en santé, en fragilisant le principe fondateur de l’équité intergénérationnelle. Pour l’essentiel, cette problématique résulte de la pression exercée par deux tendances démographiques croisées : d’une part, le déclin relatif de la population active et, d’autre part, l’augmentation de la charge à porter en vertu de l’augmentation numérique des personnes retraitées et de l’extension de la période des rentes à verser. On ne s’étonnera pas que ce déséquilibre puisse donner lieu à des campagnes d’affolement, à l’évocation d’une panoplie de scénarios catastrophiques.

3En analysant le problème de près, force est de reconnaître que la société est confrontée à un délicat dilemme. Identifions plus en détail les termes de l’équation. En arrière-fond, les sociétés occidentales subissent les contrecoups du phénomène de (1) l’élévation de l’espérance de vie, ce qui signifie qu’elles s’attendent à verser des prestations de retraite sur une plus longue période. Puis le puzzle se complique du fait de (2) l’augmentation du nombre des prestataires sous le coup des tendances démographiques actuelles et à venir. Ensuite, la société doit composer avec (3) l’incitation ou la tendance des salariés âgés à quitter tôt le marché du travail. Cette tendance s’explique par plusieurs facteurs : en soi, les rentes généreuses prévues aux régimes de retraite (publics ou privés) favorisent la retraite anticipée ; le travail est socialement et culturellement dévalorisé au profit du loisir ; certaines entreprises exercent des pressions pour que les travailleurs âgés se retirent tôt ; dans certains secteurs, la conjoncture difficile du marché de l’emploi décourage les plus âgés à chercher du travail. L’abaissement de l’âge de la retraite qui en résulte contrevient ainsi à (4) la nécessité de prélever des cotisations sur une plus longue période pour faire face au volume des prestations à verser et à leur étalement dans le temps (ce qui entre en contradiction avec les points précédents). La problématique de cette équation se corse par l’ajout d’autres termes qui ont pour effet de réduire la masse des sommes prélevées à même les cotisations pour les fonds de retraite. Car il n’y a pas que le nombre des personnes retraitées qui soit en hausse, (5) celui des cotisants des régimes de retraite est en baisse, le taux de fécondité demeurant très bas, voire diminuant. La situation est exacerbée du fait que, dans le contexte de l’économie actuelle, (6) les jeunes arrivent plus tardivement sur le marché du travail, ce qui écourte la durée de leur participation au régime de retraite, (7) le chômage ne se résorbe pas comme on l’espérait, se maintenant au-dessus du « seuil acceptable », (8) les emplois stables ou durables sont en régression, ce qui signifie que les actifs cumulent de moins en moins d’heures sur le marché du travail comparativement à la génération qui les a précédés, (9) les bénéficiaires de l’aide sociale sont encore en surnombre (ils requièrent bien entendu de l’assistance, ce qui n’arrange guère les choses).

4Étant donné ce déséquilibre viscéral qui ne fait que s’aggraver, plusieurs sont aux cent coups, prédisant que le fossé séparant les actifs des retraités pourrait encore se creuser. Comment, dès lors, réagira la jeune génération quand elle prendra pleinement conscience des conséquences de cette nouvelle donne démographique et économique, en ce qui a trait principalement aux charges financières ou d’assistance qui leur seront dévolues ? En outre, l’instabilité chronique des marchés boursiers grugera-t-elle les sommes accumulées dans les fonds de pension publics, pour ne laisser aux futurs retraités qu’un mince pécule ?

  • 1 Bernier, N. F. (2003), Le désengagement de l’État-providence, Montréal, Presses de l’Université de (...)

5Pour affronter ce défi, le Canada compte parmi les pays qui ont procédé à de subtils ajustements au cours des ans dans ses programmes de sécurité de la vieillesse non contributifs. Depuis 1975, constate Nicole Bernier, nous assistons à un désengagement progressif de l’État-providence, comme en témoignent le recul progressif de l’unique programme universel de retraite, la Sécurité de la vieillesse, et les aménagements apportés au programme de Supplément de revenu garanti et l’Allocation au conjoint. Ainsi, en ce qui regarde la Sécurité de la vieillesse, depuis 1990, « les personnes dont le revenu net est très élevé doivent rembourser 15 % de leur revenu net dépassant le seuil établi à travers le régime fiscal1 ». Par ailleurs, dans la conjoncture actuelle marquée par le vieillissement accéléré, ces régimes par répartition, c’est-à-dire ceux où les travailleurs versent des cotisations pour payer les pensions des retraités, risquent d’éveiller des appréhensions du côté des actifs, conscients de plus en plus du fardeau énorme qui leur sera imposé.

  • 2 Émission télévisée Capital-action du 12 juin 2003.
  • 3 Au Canada, certaines entreprises ont procédé à des licenciements de personnel, car l’effondrement (...)

6L’expansion des régimes de pension privés et les régimes enregistrés d’épargne-retraite, lesquels comportent des avantages fiscaux (report de l’imposition après la retraite alors que les revenus sont pour la majorité plus faibles, mais aussi le taux d’imposition) a sans doute été pris en compte pour justifier l’abandon du principe de l’universalité. Or, les fonds de pension par capitalisation (c’est-à-dire contributifs), dont la valeur dépend du niveau des rentes et des rendements des placements, en actions ou en obligations, sont par les temps qui courent en chute libre. Les événements tragiques du 11 septembre ont donné, il faut en convenir, des munitions aux détracteurs de cette formule, quand on connaît les suites des effondrements boursiers sur les fonds de retraite. Dans une émission télévisée, un expert rapportait qu’au Canada seulement plusieurs dizaines de milliards de dollars provenant des fonds de retraite se sont volatilisées en un an2. Qui, aujourd’hui, pourrait prédire le retentissement de cette dégringolade boursière ou de la fébrilité des marchés sur : 1. la sécurité financière des futurs retraités ; 2. la santé financière de certaines entreprises3 ; 3. l’évolution des politiques de sécurité du revenu ; 4. la conduite des gestionnaires de portefeuilles des fonds de retraite des cotisants ; 5. les entrées fiscales à moyen et à long termes (les fonds ayant perdu de leur valeur, les retraités retireront un montant annuel plus faible et conséquemment verseront moins d’impôt) ?

7Devant ces faits, on se demande dans quelle mesure la jeune génération acceptera de porter le fardeau des cotisations à l’intention des retraités, sachant qu’elle est déjà écrasée par une taxation inouïe. Plus précisément, sera-t-elle capable de financer les prestations de pensions publiques versées aux aînés, en plus de supporter les coûts de santé, d’hébergement ou de maintien à domicile, sans sacrifier son propre niveau de vie actuel et sans hypothéquer sa retraite future ? La crainte se montre donc persistante qu’en raison du vieillissement accéléré, la société soit submergée, qu’elle ne puisse absorber un tel afflux de personnes retraitées sans que des conséquences désastreuses, voire irrémédiables, en résultent dans la gestion saine et équilibrée des fonds publics.

  • 4 Estienne, J.-F. (1999), Réforme et avenir des retraites : les enseignements de l’exemple japonais,(...)

8Les scénarios envisagés pour éluder ce problème sont multiples, allant de l’augmentation des taux de cotisation aux régimes de retraite (en fin de période active ou uniformément pour toutes les catégories d’âge) à l’amélioration du rendement des fonds de retraite, en passant par la diminution pure et simple des prestations versées aux retraités (en misant sur la tendance aux régimes privés et à l’épargne), le report de l’âge de la retraite (afin d’augmenter le poids des actifs et de réduire celui des retraités), le report de l’âge du versement des prestations, et le recours plus intensif à l’immigration. Mais il se pourrait également que, s’imaginant que tout rentrera naturellement dans l’ordre, la société juge opportun de ne pas intervenir, ou encore qu’elle procède à l’aveuglette dans sa tentative d’amener des réformes. Il y a fort à parier que les États-nations recourront à un amalgame panaché (plus ou moins camouflé) d’expédients qui pourraient laisser l’impression dans le grand public que des changements significatifs ont été apportés. Mais ces mesures sont à situer dans le cadre des philosophies qui guident le rôle de l’État. Selon Jean-François Estienne, dans le modèle qu’il qualifie de « darwinien »« darwinien » (lutte pour l’existence : non-aversion du risque), l’intervention étatique est en principe minimale, comme c’est le cas aux États-Unis, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Australie, le système fiscal favorisant l’accumulation de l’épargne aux fins de la retraite. Dans le « modèle bismarkien » (contrôle total par l’État, aversion du risque), la garantie du système des retraites est assumée par l’État, situation qui caractérise la France, l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Mais, observe-t-il, l’implication de la structure politique dans le marché le rend vulnérable lorsque surviennent des crises financières. Ce qui explique l’évolution des régimes, plusieurs nations se dirigeant de plus en plus vers des formules hybrides, tel le « modèle confucéen » (cas de la Malaysia, par exemple)4.

  • 5 Presse canadienne (2002), Les Canadiens et le financement de la retraite, Léger Marketing.

9Mais qu’en pensent finalement les principaux intéressés ? Les résultats d’un récent sondage canadien sont particulièrement éloquents en ce qui concerne l’opinion publique sur les pensions de retraite. Ainsi apprend-on que le financement futur des pensions de vieillesse inquiète trois Canadiens sur quatre. Et, fait intéressant à noter, près de 80 % des Canadiens ne souhaitent pas que l’âge « officiel » de la retraite soit retardé à 70 ans. Par ailleurs, si 43 % des individus interrogés estiment que chaque citoyen a comme responsabilité de prévoir sa propre retraite, près de la moitié (49 %) considèrent que c’est l’État qui devrait se porter garant de la retraite de chaque individu. Enfin, trois personnes sur cinq (61 %) sont d’avis que les Canadiens actuellement âgés de moins de 40 ans disposeront d’un régime de pension de vieillesse moins avantageux que celui dont bénéficient les retraités actuels5.

Nuances è propos de l’avenir des pensions

  • 6 Disney, R. et Johnson, P. (2001), Pension Systems and Retirement Income Across OECD Countries, Che (...)

10J’estime qu’il faut s’employer à redresser ces appréhensions et jugements qui, selon mon appréciation, non seulement jettent le discrédit sur les aînés mais disculpent trop facilement les grands agents politiques et économiques. Voyons ce qu’en pense l’un des économistes les plus avertis. D’après Richard Disney, professeur à l’Université de Nottingham et économiste à l’Institut des études fiscales de Londres, les problèmes actuels ou futurs au chapitre du versement des pensions sont davantage la résultante de la conception des programmes que du vieillissement de la population6. Disney n’hésite pas à mettre en cause l’incapacité de l’économie de livrer les fruits promis.

11Prenons le cas des régimes de retraite privés. Dans le contexte des fluctuations boursières récentes, à la baisse très souvent ou marquées par l’instabilité, le danger persiste que les aînés enregistrent de lourdes pertes ou une chute du rendement sur les sommes épargnées au cours des ans grâce à leurs cotisations, car ce qui compte dans l’établissement de la rente de retraite tient non seulement au capital accumulé tout au long de la période active, mais au succès à faire fructifier cette épargne. Or, à tout le moins au Canada, une proportion importante des placements provenant des fonds de pension, publics ou privés, sont constitués d’actions cotées dans les principaux marchés boursiers. Il s’agit donc de capitaux à risque placés sous l’emprise du système financier. Comme je le soulignais plus haut, les déboires du marché boursier du début du nouveau millénaire, où des portefeuilles d’actions considérables ont carrément été anéantis, font regretter à plusieurs leurs décisions (y compris celles des courtiers et gestionnaires de fonds publics comme la Caisse de dépôt et de placement du Québec) d’avoir investi en achetant ces titres et actions à risque. Pour prendre la juste mesure des retombées du vieillissement sur le financement des régimes de pension, il faut donc replacer le problème dans le cadre élargi et évolutif de l’économie. Bien que la croissance économique et l’augmentation de la productivité réalisées au cours des 20 dernières années aient atténué partiellement la menace que le choc démographique conduise à un désastre, elles demeurent une grande inconnue dans cette équation déjà fort complexe. Car, comme on l’aura constaté plus haut, plusieurs termes de cette équation sont directement connectés à la sphère économique. Sans compter les nombreux autres impondérables se manifestant sur la scène internationale : réaffectation des budgets pour engager de grands déploiements militaires ou pour lutter contre le terrorisme, ou encore la hausse du prix du baril de pétrole, à titre d’exemple.

12Même si la plupart des États occidentaux sont présentement affaiblis par les soubresauts du néolibéralisme, ils demeurent des acteurs-clés qui, hélas, ne jouent pas toujours bien leurs cartes. Quoi qu’il en soit, en matière de liquidité et de flexibilité, le financement des caisses de retraite ne se poserait pas, du moins pour l’instant et à moyen terme, si des redéploiements habiles de fonds étaient effectués. Dans le cas du Canada et de ses provinces, des marges de manœuvre substantielles existent. Si la volonté et le courage politiques étaient véritablement au rendez-vous, des sommes gigantesques, obtenues autrement que par le biais des hausses de cotisation et d’impôt ou du taux d’imposition fiscale, pourraient être prélevées ou réaffectées dans le champ de la sécurité sociale. D’où proviendraient de telles sommes ? On sait pertinemment que des entrées de fonds mirobolantes sont réalisées année après année en vertu de programmes gérés par l’État ou de « secteurs d’activité » placés sous son contrôle : Hydro-Québec, l’Assurance emploi, la Société des alcools, la Société de l’assurance automobile et les différentes loteries. Or, une fraction seulement des sommes ponctionnées à même ces activités est retournée directement pour les fins auxquelles elles sont destinées. Il suffirait de redéployer une portion de ces recettes fiscales pour être en position de faire face aux obligations accrues aussi bien dans le financement de la santé que de celui des régimes de retraite.

13Mais hormis ces sources de revenus potentielles, bien d’autres avenues n’ont pas été exploitées, leur évocation demeurant lettre morte. Je pense ici au travail clandestin qui prive l’État de montants astronomiques en taxes et en revenus fiscaux. Le travail au noir prend de plus en plus d’ampleur, car les gens ont perdu confiance dans la capacité des gouvernements d’exercer une juste répartition des recettes fiscales, et aussi parce qu’ils constatent jour après jour des abus ou des excès dans certaines dépenses ou encore qu’ils réalisent que certains choix économiques ne les concernent pas. Les grands scandales qui se répètent à l’échelle nationale ont pour effet d’éroder certains principes éthiques, au point où les gens n’éprouvent plus de culpabilité à contourner les lois. S’ajoutent également les sommes non perçues en vertu de la panoplie des mécanismes d’évasion fiscale institutionnalisés, mécanismes qui non seulement profitent aux classes fortunées, mais pénalisent lourdement la classe moyenne et la classe ouvrière. On n’oubliera pas non plus tous ces « détournements de fonds » déguisés qu’on réaffecte pour des activités prestigieuses, des malversations douteuses ou autres usurpations tolérées qui se pratiquent plus que jamais en toute impunité. Sans compter les économies non négligeables qu’entraînerait un moratoire sur les dépenses excessives, somptuaires et ostentatoires de l’État dans d’innombrables domaines.

14L’insouciance et les atermoiements de nos gouvernants en cette matière sont difficiles à expliquer. Mettre fin aux abris fiscaux et aux abus, bref, introduire la pratique d’une équité réelle, allégerait considérablement le fardeau imputé au versement des prestations de retraite. Il semble donc que le problème du financement des caisses de retraite se pose davantage en termes de valeurs ou de normes qu’on ne parvient pas à faire respecter ou appliquer, ou encore d’absence de choix politiques et de projet de société que de ressources financières. Au vu des moyens diversifiés et nombreux dont dispose l’État, la prophétie selon laquelle les caisses de retraite seront bientôt épuisées, notamment avec l’arrivée de la génération du boom des naissances, ne serait qu’une échappatoire, un subterfuge de plus pour masquer des ennuis plus aigus.

  • 7 Beaud, M. (1997), Le basculement du monde. De la Terre, des hommes et du capitalisme, Paris, La Dé (...)

15Si l’on se réfère à une mutation, elle aussi perçue comme menaçante, intervenue dans une autre branche d’activité, l’expérience du passé est plutôt rassurante. À titre illustratif, le déclin marqué de la main-d’œuvre agricole dans la plupart des pays postindustriels a-t-il abouti à une tragédie alimentaire ? Comment en serait-il autrement à propos des fonds de pension ? On conçoit mal un système à forte prédominance économique qui condamnerait à la misère une tranche de population aussi importante, au sens d’économiquement vitale, que celle des aînés. Manifestement, ce serait pour le système politico-économique agir contre ses propres intérêts. Comme le signalait Michel Beaud, maintenir le cycle économique et les rapports marchands implique, pour chacun, l’obtention d’un revenu. Malgré la crise du chômage qui sévit dans plusieurs pays, la masse actuelle des besoins non solvables non satisfaits et la prolifération des besoins de toute sorte interdisent d’envisager la fin du salariat et du travail et celle des rentes de retraite7.

16Le moins qu’on puisse dire, c’est que les discours tenus présentement sur l’économie sont souvent disparates et contradictoires, tandis que certaines actions envisagées paraissent incompatibles. On affirme d’un côté solutionner le problème du chômage en réduisant les heures de travail (par exemple, la controverse actuelle sur la semaine de quatre jours au Québec) et en incitant les travailleurs à quitter plus tôt le marché du travail. On tient le raisonnement inverse lorsqu’il s’agit de faire face au prétendu péril des comptes publics concernant les fonds de pension : il incomberait dans ce dernier cas de faire volte-face en augmentant les heures de travail et en différant les départs à la retraite (un débat très chaud en France ces temps-ci) !

  • 8 Gorz, A. (1997), Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée.

17Dans Misères du présent, richesse du possible, André Gorz défend l’idée qu’il faut aussi envisager l’avenir en tenant compte de l’évolution des mentalités. La réalité est que l’entreprise n’est plus un véritable milieu de travail, qui protège ses travailleurs et favorise la mobilité dans la hiérarchie, car elle confie de plus en plus à des sous-traitants l’essentiel de sa production. Ce faisant, elle contribue à la précarisation du travail. Au lieu de subir cette aliénation, ces misères du présent, il conviendrait d’assumer la situation, mais au prix d’un virage culturel majeur : le travail perdrait alors sa centralité au profit de nouveaux modes de vie pluriactifs où le travail serait intermittent et l’organisation de son temps serait choisie, désirée et maîtrisée. Il évoque la nécessité de renouer avec les autres, de s’engager dans l’épanouissement des sens et le pouvoir sur soi. Au lieu de servir la société, il faut désormais la produire, proclame-t-il8. Actualiser ce projet de vie nécessite cependant que soit instaurée graduellement une allocation ou une prestation de retraite minimum garantie. Il reviendrait à chacun de décider, en fonction de ses préférences, ses goûts ou ses besoins particuliers, le moment opportun de quitter le marché du travail.

18Concernant maintenant la diminution appréhendée de l’offre de main-d’œuvre par suite du vieillissement démographique, il faut faire remarquer que celle-ci sera compensée en partie par le taux de participation des femmes sur le marché du travail, qui devrait continuer à augmenter. Par ailleurs, force est de constater que la pénurie de main-d’œuvre actuelle touche des secteurs économiques bien particuliers, ce phénomène n’étant pas dû au vieillissement ou aux retraites précoces. Et quoi qu’on en dise, le taux de chômage au Canada, pour prendre cet exemple, demeure encore élevé en dépit des départs massifs et récents à la retraite.

19Mais d’autres contradictions sont à relever. Ainsi, pour compenser l’augmentation des effectifs de 60 ans et plus et prendre en compte le fait qu’il faut s’attendre à verser pendant plus longtemps des prestations de retraite au regard des durées de vie actuelles ou futures, j’ai évoqué précédemment la réplique que certains préconisent qui consisterait à retarder l’âge d’entrée à la retraite. Or, les grandes corporations, y compris l’appareil gouvernemental, semblent se diriger dans la voie opposée en procédant à une diminution de leur masse salariale. Une pratique courante consiste à limiter l’embauche aux moins de 40 ans, mais surtout à encourager les retraites précoces, soit comme stratégie pour faire face à une compétitivité de plus en plus féroce, soit comme solution pour endiguer l’endettement public ou faire face à l’augmentation des dépenses dans toutes les branches d’activité. Il faut réaliser que ceux qui quittent en fin de carrière reçoivent des salaires plus élevés : les éliminer du marché signifie pour les entreprises des économies substantielles. S’agissant de l’effet de la retraite hâtive, la baisse sensible des revenus peut induire une insécurité pour les vieux jours. Mais un départ précipité peut entraîner également des séquelles psychologiques, tel le sentiment d’inutilité, d’abandon ou de perte du sens associé au travail et aux relations avec les pairs.

20Sur un autre plan, ce qui contribue à amplifier la pression actuelle exercée sur le marché de la main-d’œuvre tient aux pratiques de certaines grandes entreprises qui, pour accroître leur rentabilité ou leur compétitivité, optent pour l’exode des emplois en délocalisant, c’est-à-dire en installant certaines de leurs filiales de production dans les pays du tiers-monde. Cette délocalisation s’explique en grande partie par des coûts de production moindres, émanant surtout des bas salaires ou des avantages fiscaux. Ces pratiques sont non seulement destructrices d’emplois, en dévitalisant les économies du Nord, mais elles n’assurent pas non plus la prospérité ou le développement durable dans les pays du tiers-monde ciblés par cette pratique.

21Favoriser les emplois à temps partiel pour les personnes aînées pourrait, d’après certains, s’avérer une solution de rechange intéressante. Telle est la thèse, dite du « vieillissement actif », préconisée par quelque 250 porte-parole de décideurs politiques, de partenaires sociaux, de représentants d’ONG ou d’organisations internationales et d’experts du monde entier à l’occasion d’une conférence tenue à Bruxelles en 1999 sous le thème « Vers une Europe pour tous les âges ». Concrètement, une telle action inviterait à adopter un mode de vie sain, à travailler quelques années supplémentaires et à demeurer actif une fois retiré du marché du travail.

  • 9 Butler, R. (1999), « La révolution de la longévité », dans C. Jasmin et R. Buder (dir.), Longévité (...)
  • 10 Delsen, L. (1996), « Graduai retirement : Lessons from the nordic countries and the Netherlands »,(...)

22Robert Butler a accueilli favorablement de telles initiatives parce qu’elles conduisent à ce qu’il appelle le « vieillissement productif9 ». Dans une étude comparative des expériences et politiques au Danemark, en Finlande, aux Pays-Bas et en Suède, Lei Delsen s’est penché sur le rôle que peut exercer un tel incitatif dans la réduction des retraites anticipées et comme stratégie pour délester le futur fardeau financier afin d’assurer un revenu suffisant à la population vieillissante. L’auteur estime qu’il s’agit d’une voie prometteuse, mais conclut que seul le système suédois s’est avéré une réussite jusqu’ici10.

L’endiguement appréhendé de la croissance économique

23Un autre enjeu important a trait aux impacts du vieillissement démographique sur la croissance économique. Ici, certains redoutent que la pression exercée par le vieillissement pourrait inhiber la productivité et les investissements et, conséquemment, abaisser substantiellement le niveau de vie des Occidentaux. Deux justifications principales sous-tendent une telle prédiction. On a d’un côté l’argument classique voulant qu’un faible taux de fécondité se traduise par une diminution de la main-d’œuvre, ce qui provoque en retour un ralentissement de la productivité et des entrées fiscales. À ce chapitre, les experts prévoient que l’immigration ne parviendra pas à contenir cette tendance. Cette situation serait exacerbée par le vieillissement de la main-d’œuvre et la tendance aux retraites anticipées. Tous ces agents combinés formeraient autant d’éléments susceptibles d’aggraver la pénurie de main-d’œuvre. Dans ces circonstances, l’État s’expose à se trouver dans l’embarras, attendu qu’il devra en même temps gérer cette décroissance et injecter plus de fonds pour soutenir ses propres programmes de sécurité sociale s’adressant aux personnes aînées dont les effectifs s’accroissent. La seconde justification repose sur l’hypothèse dite du « cycle de vie de l’épargne ». Selon cette théorie, les pays ayant un taux de dépendance de la vieillesse plus élevé, de l’ordre notamment de 7 ou 8 travailleurs pour 10 personnes retraitées, épargneront peu et investiront plus faiblement en valeurs mobilières, ce qui ralentira la croissance économique.

24Selon certains, ces vecteurs propres aux sociétés sénescentes pourraient induire une réduction de l’activité économique, entraînant une stagnation des revenus et tirant vers le bas le niveau de vie. Indirectement donc, le vieillissement démographique mènerait à moyen terme, d’après ces analystes, à la déperdition du niveau de vie de l’ensemble des citoyens. Mais les tenants de cette prédiction ne s’arrêtent pas là. Dans l’hypothèse où les sociétés sénescentes n’auraient d’autre choix que de recourir davantage à l’immigration pour tenter de compenser la baisse des effectifs sur le marché de la main-d’œuvre, on redoute l’intensification des tensions raciales ou ethniques.

  • 11 Mamou, Y. (2001), « Deux scénarios pour le vieillissement », Le Monde, 11 juin.

25Pour revenir à l’impact du vieillissement démographique sur la croissance économique, le Bureau d’informations et de prévisions économiques (BIPE) affirme que deux scénarios peuvent se présenter. Le plus probable consacrerait l’ère des rentiers, c’est-à-dire une économie à croissance molle se polarisant autour des besoins des personnes aînées. Dans le second scénario, l’obsolescence technique condamnerait les baby boomers à occuper un rôle marginal, ce qui rendrait difficile la conservation de leurs acquis. Ce modèle donnant la « place aux jeunes » accentuerait l’effort d’accumulation privée, permettant ainsi de stimuler la croissance économique11. Or, dans les pays développés, on constate empiriquement que la retraite ne sert pas à désépargner, car le niveau de vie des retraités est équivalent à celui des actifs. Les retraités épargnent même davantage.

26Finalement, pour prendre à nouveau le cas du Québec, ce n’est pas le vieillissement démographique qui surgit en premier comme problème au regard des conditions de vie actuelles ou futures, mais la restructuration de l’économie et les pressions exercées par un système fiscal et de taxation devenu excessif. Il faut ajouter à cela une surcapacité de production et le remplacement de l’homme par les machines. Bref, c’est la mise hors circuit de l’économie de plusieurs travailleurs plutôt que le vieillissement de la main-d’œuvre qui doit être incriminée. Le nombre d’emplois à temps partiel n’a jamais été aussi élevé et la capacité financière aussi faible, ce que les statistiques officielles du chômage ou de revenu ne reflètent que partiellement. Non seulement le pouvoir d’achat des travailleurs est-il érodé année après année, mais la proportion de personnes pouvant espérer un revenu suffisant pour leurs vieux jours ne cesse de chuter.

Les conséquences économiques du vieillissement : des hallucinations aux faits

  • 12 Disney, R. (1996), Ageing and Saving, Londres, The Institute for Fiscal Studies.

27Or, de telles conséquences sur le plan de la croissance économique et du niveau de vie sont-elles possibles, et si oui, comment les conjurer ? Voyons d’abord comment se présente la situation en regard de l’hypothèse du « cycle de vie de l’épargne » décrite plus haut. Selon Richard Disney, les faits révèlent que les personnes retraitées ne désépargnent pas autant que le prédit la théorie. En tant que parents conscients des obstacles économiques qui se dressent devant leurs enfants, elles maintiendraient un niveau d’épargne suffisamment élevé pour s’assurer de leur transmettre un héritage substantiel. Par ailleurs, les personnes aînées se rendent bien compte que leur propre avenir est assombri par la perspective de devoir éventuellement recourir à l’alternative coûteuse de l’hébergement en soins de longue durée. Elles concevraient dès lors leur propriété comme une forme de police d’assurance contre un tel risque, d’où la propension à investir pour préserver ou bonifier cette valeur immobilière. Faisant référence à une observation de l’économiste américain David Weil, Disney renchérit en précisant que les personnes ayant perçu un héritage, et même celles qui prévoient un jour être légataires des actifs de leurs parents, augmentent présentement leur niveau de consommation et, partant, maintiennent ou élèvent leur niveau de vie en dépit des complications qu’elles rencontrent ou s’attendent de rencontrer sur le marché du travail12.

28En ce qui regarde les retentissements du vieillissement sur le marché de la main-d’œuvre, il faut voir qu’au cours des deux dernières décennies, le marché de l’emploi s’est transformé sous l’effet de forces beaucoup plus décisives que le vieillissement des travailleurs ou la baisse de la natalité. La technologie n’a pas favorisé, autant qu’on l’espérait, un redéploiement des travailleurs, avec ou sans spécialisation, en particulier dans les nouvelles niches de l’électronique et des communications. L’accroissement de la main-d’œuvre féminine, la prolongation des études et la tendance aux emplois à temps partiel sont également des forces tendancielles qui ont accéléré les transformations du monde du travail.

29Prenons le cas des femmes au travail. Initialement, les femmes ont fait le choix de s’insérer dans le marché de l’emploi, essentiellement pour s’affirmer professionnellement, conquérir l’égalité avec les hommes et devenir autonomes financièrement, mais cette volonté s’est vite transformée en nécessité économique pour le maintien du niveau de vie familial convoité. Effectuer un retour en arrière eût été impensable, en raison soit des soubresauts de l’économie (par exemple, chômage subit du conjoint, grève, diminution du revenu), soit parce qu’il est difficile de renoncer à un standing social élevé une fois qu’on l’a vécu. L’ensemble conjugué ou synergique de ces éléments propres à la transfiguration de l’économie ont contribué davantage aux complications actuelles que le « poids » attribuable à l’affluence des personnes aînées ou au vieillissement de la main-d’œuvre.

  • 13 Brock, F. (2002), « Catering to the elderly can pay off », The New York Times, 1er février.

30S’agissant des impacts sur le niveau de vie en général et sur les pratiques de consommation, il convient de ne pas perdre de vue l’effet de levier qu’exercent les aînés sur l’économie. Or, de plus en plus de personnes ayant franchi récemment le seuil de la retraite disposent de fonds de pension et d’épargne substantiels. Sans nul doute continueront-elles à exercer un rôle actif sur le marché de la consommation, contribuant ainsi à l’enrichissement collectif. Par ailleurs, la génération issue du baby boom sera vraisemblablement en meilleure posture sur le plan économique que la plupart des retraités actuels. Il importe donc de comprendre que c’est surtout le revenu qui détermine le niveau total de consommation. Les personnes âgées de 50 ans et plus constituent présentement un segment de la population qui croît à un rythme accéléré. Dans un article récent du New York Times, on rapporte qu’aux États-Unis l’avoir des seniors est cinq fois plus élevé que celui des autres Américains. À titre indicatif, 43 % des voitures neuves sont achetées par les seniors, ces derniers contrôlant 48 % de la totalité des dépenses13.

  • 14 Disney, R., op. cit.

31Dans tout ce débat, il ne faut guère taire le fait que la consommation demeure le principal moteur du maintien des niveaux de vie. Selon Disney, la charge que les retraités font peser sur l’économie s’établit en pourcentage de leur volume de consommation relativement à la consommation totale, le financement de celle-ci, par capitalisation ou par répartition, n’ayant aucun effet direct sur le niveau de l’activité économique14.

32Les personnes actuellement sur le marché du travail, qui participent activement à la vie économique en tant que consommateurs, ont de fortes chances de le rester toute leur vie. En effet, les gains à vie de cette génération sont plus importants que ceux de la génération qui l’a précédée. Sous prétexte que cette génération a bénéficié de salaires relativement élevés au départ, salaires qui ont par la suite été protégés et bonifiés, l’importance numérique de la cohorte des baby boomers continuera de se faire sentir pendant plusieurs années sur le niveau global de la consommation. On objectera avec raison que ce n’est pas le cas de tout le monde. La question est finalement de savoir si le haut niveau de consommation actuel exercera un effet de compensation.

  • 15 Dossier « Nouveaux regards sur le vieillissement » (1996), Retraite et société, no 14, juin.

33Loin donc de constituer un groupe improductif ou un fardeau, tout porte à croire que les aînés s’affirmeront de plus en plus comme une force économique déterminante. On ne doit donc pas s’attendre à ce que le vieillissement de la population modifie radicalement les grands agrégats macroéconomiques tels que la production de masse, le volume de consommation par tête, ou bien la structure de la demande des ménages15.

  • 16 Mérette, M. (2002), The Bright Side : A Positive View on The Economies of Aging, rapport publié pa (...)

34Selon une récente étude canadienne publiée par l’Institut de recherche en politiques publiques, le phénomène du vieillissement aurait même des retombées positives sur l’économie canadienne. L’étude soutient que la croissance économique sera maintenue et que les gouvernements seront en mesure de défrayer les dépenses engendrées par le vieillissement de la population. Pour expliquer ce qui se produira, l’argumentation suivante est présentée : il y aura augmentation des salaires et des entrées fiscales provenant des retraits imposables au Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) et aux autres régimes de pensions. Ensuite, même si les personnes retraitées devaient puiser abondamment dans leurs épargnes et que les gouvernements devaient dépenser davantage pour les programmes sociaux à l’intention des personnes aînées, cela ne devrait pas entraîner de pénurie d’épargne net, comme le prédit le scénario pessimiste. Par ailleurs, l’attrait des salaires, plus élevés relativement aux taux d’intérêts incitera les jeunes à se perfectionner en plus d’encourager les travailleurs âgés à demeurer plus longtemps sur le marché du travail16.

35Le dernier élément à souligner est que l’expectative d’une « crise économique » à l’échelle mondiale relève essentiellement de la conjoncture financière planétaire, phénomène dont les causes n’ont rien à voir avec le vieillissement démographique. Dans l’éventualité d’un effondrement du système monétaire ou d’une récession sans précédent, toutes les classes d’âge seraient affectées. Telle une immense coulée de lave, une crise de cette ampleur balaierait tout sur son passage. Ce qui est donc surtout à craindre tient davantage du mythe de la croissance perpétuelle que du spectre du vieillissement.

36Après s’être longuement interrogé sur la croyance au progrès éternel et sur le mythe que la richesse naît par génération spontanée, Arthur Du Plessis, auteur de La 3e guerre mondiale a commencé, dresse le constat suivant :

  • 17 Du Plessis, L. A. (2002), La 3e Guerre mondiale a commencé, Paris, Jean-Cyrille Godefroy, p. 142.

De toutes les illusions collectives dont l’histoire a été prodigue, celle de la société d’abondance et de son corollaire, l’État-providence, dépasse toutes les autres : jamais tant d’êtres humains ne se seront fourvoyés dans des espoirs d’enrichissement aussi irréalistes, entretenus par des leaders politiques d’une inconscience aussi absolue17.

37La tendance déflationniste provoquée par l’endettement généralisé des États-nations et des individus, ainsi que le croisement de fer actuel des civilisations, dont la montée de l’intégrisme musulman et les velléités hégémoniques de l’Occident en sont la principale manifestation, représentent autant de sources génératrices d’insolvabilité qui sont directement incriminées. Le système économique, miné de toutes parts par l’endettement chronique, est sérieusement menacé d’implosion. Les entreprises seront acculées à la nécessité de réduire leurs investissements, les marchés boursiers poursuivront leur tendance à la baisse, ce qui accentuera le chômage. En vertu de l’effet domino de ces tendances lourdes, Du Plessis prévoit qu’une vague de misère sans précédent déferlera sur le monde entier. Que ce soit dans la conjoncture présente ou selon le scénario annoncé, les personnes aînées paraissent davantage les victimes que les agents responsables de cette tragédie appréhendée. Et l’auteur de déclarer ceci :

  • 18 Ibid., p. 182.

Les retraités, si privilégiés jusque-là, basculeront dans l’impécuniosité. Ils pourront de moins en moins venir en aide à ceux de leurs enfants qui seront réduits au chômage tout en ayant une famille à charge : la ruine des fonds de pension liée au krach boursier tarira fortement le versement des retraites par capitalisation18.

38John Saul, dans Les bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident, débusque à son tour les causes du marasme de l’économie : le conformisme, l’efficacité et la raison.

  • 19 Saul, J. (1993), Les Bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident, Paris, Éditions P (...)

Dans la plaine obscure où nous déambulons, des totems ont été dressés, non pas pour indiquer le chemin, mais pour apporter espoir et soulagement. Le totem de l’efficacité est l’un des plus élevés, comme s’il s’agissait d’une valeur morale autonome. Dans ce contexte, il est difficile de se souvenir que, dans son essence, une civilisation doit donner la priorité à la réflexion et non à la rapidité19.

Des prétendues frictions entre les générations

  • 20 D’Amours, M. et Lesemann, F. (2001), « La sortie anticipée d’activité des travailleurs de plus de (...)

39Comment les différentes classes d’âge parviendront-elles à vivre en harmonie, à cohabiter dans la société sénescente ? Voyons un premier irritant ayant trait à l’égalité des chances sur le marché du travail. On part de l’hypothèse que les jeunes sont actuellement désavantagés comparativement à la génération plus âgée. À la différence de la génération précédente, ils entrent plus tardivement sur le marché de la main-d’œuvre et sont plus fréquemment éprouvés par le chômage. En second lieu, ils n’ont pas accès à des emplois stables, reçoivent de bas salaires et n’ont pas la protection dont bénéficient les travailleurs plus âgés. En plus donc de vivre dans l’immédiat des situations précaires, ils n’ont pas la même opportunité d’épargner pour leurs vieux jours. Toute la question est donc de savoir comment les jeunes peuvent réellement se tailler une place alors que, grâce notamment à l’intervention des syndicats, le contexte actuel est plutôt favorable aux travailleurs âgés. On sait pertinemment que lors des licenciements, les travailleurs syndiqués plus âgés sont protégés par le mécanisme de l’ancienneté. Qui plus est, ils ont par la même occasion accès plus facilement que les jeunes à des postes supérieurs20. Cette inégalité devant l’emploi occupera le devant de la scène si la tendance aux retraites précoce se renverse, si la retraite devait débuter après 65 ans, voire 70 ans. C’est, comme on l’a vu précédemment, ce que souhaitent les dirigeants de plusieurs pays européens qui s’entendent pour convaincre les travailleurs plus âgés à demeurer actifs.

  • 21 Serrière, F. (2002), Les impacts du vieillissement de la population sur les ressources humaines, L (...)

40Voyons quelques cas de figure soulevés par la délicate question de la présence de groupes d’âge très différenciés dans un même milieu de travail. Un milieu de travail multiâge est composé de salariés qui se distinguent en termes d’âge cognitif et chronologique, d’état de santé, de relations au travail, de projets et d’itinéraires de vie, de manières d’apprendre et de résoudre des problèmes. Dans un tel milieu, quelles possibilités sont offertes aux jeunes d’accéder aux postes de direction ? Quelles politiques salariales sont mises en place pour tenir compte de la formation reçue et de l’expérience ? Comment sont aménagés les postes de travail pour les plus âgés21 ? Pour plusieurs jeunes, on conçoit donc aisément que le vieillissement soit beaucoup plus qu’une menace ; c’est déjà une contrainte dans les faits.

41Mais la situation des travailleurs âgés n’est pas pour autant plus reluisante que celle des jeunes, en particulier dans les organisations de travail non syndiquées. En effet, on les retrouve massivement dans bon nombre de secteurs économiques en déclin, là où la rémunération et la protection professionnelle et sociale demeurent faibles, dans des branches donc très vulnérables, voire condamnées à plus ou moins brève échéance sous le coup de la forte concurrence. Il arrive également que l’expérience des travailleurs âgés ne soit pas reconnue, que ceux-ci ne reçoivent plus de formation, qu’ils soient donc les premières victimes du changement technologique. Dans les milieux de travail précaires, les mesures dissuasives qui incitent à quitter l’entreprise mènent à tant de fins de carrière précipitées. Les prises de retraite précoce sont souvent attribuables à la non- « employabilité » des travailleurs âgés, à leur déclassement une fois qu’ils sont retranchés d’un milieu de travail. Contrairement à leurs parents, dont la plupart sont demeurés actifs jusqu’à l’âge de 65 ans, comment accepter que les travailleurs âgés, ceux de la génération de la crise, qui jouissent encore d’une très bonne santé, soient forcés d’abandonner le marché de la main-d’œuvre à 50 ou 55 ans ? N’est-ce pas une énorme perte pour la société, en même temps qu’une injustice profonde ? La problématique de la relation avec le monde du travail concerne donc tout autant les jeunes que les vieux.

  • 22 Blanchard-Fields, F., Hertzog, C., Stein, R. et Pak, R. (2001), « Beyond a stereo-typed view of ol (...)

42Il est bien entendu légitime de s’interroger sur ce qui adviendra, si le rapport de force entre les générations devait changer sous l’effet du vieillissement démographique. Dans ce cas-ci, et à l’instar des questions examinées précédemment, certaines voix discordantes n’ont pas tardé à se faire entendre. Il y a ceux qui prédisent que les boomers ne concéderont pas de terrain à la génération montante sur le plan économique, et il y a ceux qui prévoient au contraire qu’ils se laisseront évacuer complètement de l’arène économique. Certains surveillent la situation d’un œil attentif et redoutent que le poids électoral des personnes aînées, tel un puissant raz-de-marée, fasse pencher la balance en leur faveur ou tienne en échec l’adoption de réformes devenues nécessaires. En bout de piste, certains se demandent si l’affluence des personnes aînées et son emprise dynastique menace de plonger la société dans une sorte de léthargie, de susciter un élan de conservatisme pouvant inhiber le progrès tel que nous l’entendons. Une étude récente sur le sujet a pourtant montré que les personnes aînées n’étaient pas plus porteuses de valeurs conservatrices que les autres groupes d’âge, exception faite peut-être, comme l’ont fait remarquer certains, de celles qui sont extrêmement religieuses et qui sont peu habilitées à communiquer22. En définitive, la question qui se pose est de savoir si les sociétés sénescentes seront ouvertes au monde ou si elles se recroquevilleront sur elles-mêmes.

Solidité de la solidarité intergénérationnelle

43L’appréhension que le vieillissement démographique menace de fracturer les fondements du contrat social et de rompre la collaboration intergénérationnelle ne m’apparaît pas fondée. Dans le même ordre d’idées, la prétention voulant que la société dans son ensemble soit largement déficitaire dans son rapport avec les personnes aînées repose sur une description caricaturale à mon avis foncièrement fausse. Ce mythe, monté en épingle, laisse outrageusement sous-entendre que les aînés représentent un poids ou un fardeau pour la société parce qu’ils sont en situation de dépendance. On peut raisonnablement supposer que l’autonomie financière dont bénéficieront de plus en plus les retraités de demain se traduira par une pression réduite sur la société au chapitre des charges économiques et sociales. Mais ce qui à la limite pourrait cliver un tant soit peu les générations serait à rechercher davantage du côté des tendances ésotériques inscrites dans la culture de masse, comme la mode ou la musique, que du côté de la biologie ou de l’économique.

  • 23 Jasmin, C. (1999), « Une révolution malthusienne », dans C. Jasmin et R. Buder (dir.), op. cit.

44Je crois qu’il est urgent de prendre le contre-pied des lectures sombres qui masquent en fait le besoin de solidarité, d’entraide et de respect mutuel ressenti par tous. Ce qui singularise le lien intergénérationnel tient davantage à une réciprocité relationnelle d’assistance, à une interdépendance affective entre les classes d’âge qu’à l’asservissement ou à la subordination économique d’un groupe à un autre. En fait, je suis d’avis qu’il conviendrait mieux de caractériser cette mutualité en faisant appel aux notions d’échange et de revendication d’autonomie dans le partage. Certains travaux révèlent d’ailleurs que le vieillissement démographique, en dépit de la fragilisation accrue de la famille, ne s’accompagne pas d’un affaissement de la solidarité intergénérationnelle. Malgré les appréhensions qu’attise le vieillissement démographique, subsisterait une surprenante solidarité intergénérationnelle, comme le démontrent un sondage Harris aux États-Unis et des études européennes récentes23.

45Un rapport publié par la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre indique que la dissolution des liens familiaux élargis qu’on appréhendait dans les années 1970 ne s’est pas produite. Le document déclare ce qui suit :

  • 24 Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre (1999), Prévenir, guérir, s (...)

On assiste à la redécouverte des solidarités familiales et, en particulier, du rôle majeur de la famille dans le soutien aux aînés. Depuis 20 ans, la vitalité de ces liens est bien démontrée. Selon une enquête canadienne de 1991, 84 % des aînés ont au moins deux parents ou amis intimes. Les échanges de services entre les parents âgés et leurs enfants adultes, voire leurs petits-enfants sont importants : un tiers des aînés viennent en aide à une fille et un quart à un fils. Selon une étude française de 1992 auprès de familles à trois générations, 89 % des aînés recevaient des services de leurs enfants et plus de la moitié de leurs petits-enfants ; à l’inverse, la moitié des aînés rendaient des services à leurs enfants et plus du tiers à leurs petits-enfants24.

  • 25 Avard, D. (1999), « Une vie à donner des soins », Familles et santé, no 4, p. 1-2.
  • 26 Ibid. p. 2.

46La solidarité intragénérationnelle et intergénérationnelle est importante. Au Canada, on estime à environ 80 % les soins fournis de façon informelle par la famille ou les amis, les femmes demeurant les prestatrices traditionnelles de soins25. Dans son analyse, Denise Avard évoque cependant les charges psychologiques, physiques et économiques très lourdes qu’elles doivent supporter en tant qu’aidantes familiales. Elle conclut ceci : « La notion largement acceptée voulant que les soins à domicile soient plus rentables que les soins en établissement ne tient pas compte des coûts indirects supportés par les patients et leurs familles, comme les opportunités et les salaires perdus26. » Sur le plan familial, il semble également que les grands-parents soient enclins à apporter à leurs petits-enfants un soutien financier ou d’autres formes d’aide. Ils rendent fréquemment des services qui passent inaperçus, que ce soit la garde de leurs petits-fils ou petites-filles ou la surveillance de la maison de leurs enfants lorsque ces derniers s’absentent pour une longue période.

  • 27 Attias-Donfut, C. (1999), « Va-t-on vers une guerre des générations ? », dans C. Jasmin et R. Butl (...)

47Voyons une autre illustration révélatrice du lien de solidarité intergénérationnelle, appuyée cette fois par une étude française. Cette étude a recensé les services que se rendent les membres de trois générations, dans la vie courante, qu’il s’agisse des activités domestiques et sociales, de l’habitat, des soins personnels, des dons en espèces, incluant les héritages et donations. Les analyses révèlent que 33 % des grands-parents prêtent assistance financièrement à leurs enfants et 30 % à leurs petits-enfants. L’aide familiale ascendante se manifeste également sous diverses formes : visites ou sorties, assistance ménagère, soutien moral notamment27.

48L’autonomie à laquelle je faisais allusion plus haut ne s’applique pas qu’à l’indépendance économique, situation qui caractérise une majorité croissante d’aînés, mais également à l’autonomie psychologique. Par ailleurs, la notion d’autonomie fait aussi référence à l’indépendance psychologique et à la revendication à la vie privée que semblent convoiter la plupart des personnes aînées. Bernadette Veysset faisait remarquer ceci :

  • 28 Veysset, B. (1989), Dépendance et vieillissement, Paris, L’Harmattan, p. 123-124.

Sans confondre pour autant isolement et solitude, [les aînés] renâclent devant la sollicitude de l’État et de la société à leur égard. Parfois en le disant ouvertement, le plus souvent en donnant les apparences de la docilité, ils échappent à l’animation que l’on organise pour eux ; c’est au profit d’une autonomie assumée dans le meilleur des cas, c’est un silence paradoxal la plupart du temps. Il s’agit bien d’une volonté d’indépendance qui n’a rien à voir avec une tendance au désengagement passif28.

  • 29 Je fais ici référence à l’Étude longitudinale québécoise sur le vieillissement, voir Leffançois, R (...)

49Ce souci de liberté, d’autonomie d’action et de décision m’a particulièrement étonné alors que j’examinais l’importance du soutien social chez des octogénaires en incapacité fonctionnelle et vivant des épisodes de détresse psychologique. Comparativement au groupe témoin, ces personnes, dont on anticipait qu’elles solliciteraient beaucoup la considération ou le secours de leurs proches, utilisaient moins les ressources de leur réseau de soutien familial, plusieurs semblant même insatisfaits ou déçus de l’aide reçue29.

  • 30 Krause, N. (1997), « Received support, anticipated support, social class, and mortality », Researc (...)
  • 31 Carstensen, L. L. (1995), « Evidence for a life-span theory of sodoemotional selectivity », Curren (...)
  • 32 Leffançois, R. et al., op. cit.

50La documentation scientifique a fourni moult réponses à ce phénomène. Une première interprétation veut que les interactions sociales comportent des aspects que les aînés jugent négatifs. Ainsi, on a prétendu que certains contacts sociaux pouvaient assujettir l’individu âgé à des obligations inattendues, alimenter de vieux conflits ou en créer d’autres. Certains liens familiaux peuvent être perçus comme une entrave à la liberté dans la mesure où ils endiguent le besoin de tranquillité et d’intimité du couple âgé. Du coup, pour certaines personnes déjà accablées par des événements perturbateurs, les interactions avec les proches risquent toujours d’accentuer le stress ressenti, voire de s’avérer carrément stigmatisantes. Une autre interprétation est à l’effet que les personnes aînées préfèrent régler elles-mêmes ce qui les contrarie ; elles seraient donc peu portées à réclamer du soutien. Krause a effectivement constaté que les aînés valorisent hautement la performance individuelle et le besoin de prendre soin d’eux-mêmes30. Le fait de solliciter ou de recevoir du soutien serait donc chargé symboliquement : pour certains, ce serait admettre sa vulnérabilité, son incompétence, son impuissance. Finalement, une remarque paraît indiquée en regard des théories sur le soutien social. Récemment, Laura L. Carstensen a présenté la théorie sélective socioémotionnelle. Selon cette théorie, à mesure qu’ils avancent en âge, les aînés restreignent délibérément et progressivement leurs contacts sociaux périphériques (amis, relations de travail), mais intensifient les relations avec leurs proches immédiats, qu’il s’agisse de parents, d’amis intimes ou de confidents31. La réduction des contacts sociaux peut également s’expliquer par l’étiolement quantitatif et qualitatif du réseau social qui s’intensifie avec l’avancée en âge. Les résultats de notre étude sur cette même question font nettement ressortir cette réduction du réseau et de l’utilisation de l’aide informelle à partir de 80 ans32.

51Malgré cette observation spécifique à une cohorte, dans nos sociétés en quête d’humanité, de sens et de relations profondes, tout indique que les liens intergénérationnels se déploient de plus en plus sous le signe de la complémentarité, de la réciprocité ou de l’échange. La notion d’interdépendance, si l’on préfère, convient mieux que celle de dépendance pour décrire la nouvelle dynamique intergénérationnelle. Plus que jamais, la personne aînée est en position d’exercer sa fonction d’agent de solidarité, de créer des occasions de renforcement du tissu social. Mais ce rôle est hélas sous-estimé, voire dérobé, si bien que ce qui actuellement occupe le devant de la scène de l’intervention n’est pas une gérontologie de l’acteur mais une gérontologie du spectateur et du sujet. Un sujet dont on cherche à assurer l’autonomie physique au prix d’un assujettissement à l’appareil médical ou étatique. C’est la raison principale pour laquelle je m’objecte avec véhémence au discours univoque actuel, très répandu en milieu gériatrique, qui insiste sans relâche sur la nécessité de préserver coûte que coûte l’autonomie de la personne, comme si c’était l’unique but ultime.

Notes

1 Bernier, N. F. (2003), Le désengagement de l’État-providence, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 50.

2 Émission télévisée Capital-action du 12 juin 2003.

3 Au Canada, certaines entreprises ont procédé à des licenciements de personnel, car l’effondrement de ce marché s’est lourdement répercuté sur leurs opérations. Avant la crise, elles parvenaient à maintenir leurs activités malgré des déboires financiers, les dividendes obtenus sur ces titres leur permettant d’éponger une partie de leurs pertes.

4 Estienne, J.-F. (1999), Réforme et avenir des retraites : les enseignements de l’exemple japonais, Paris, La documentation française et l’Association d’Économie financière.

5 Presse canadienne (2002), Les Canadiens et le financement de la retraite, Léger Marketing.

6 Disney, R. et Johnson, P. (2001), Pension Systems and Retirement Income Across OECD Countries, Cheltenham (UK), Edward Elgar. « Future problems over spending levels are more a function of the design of pension Systems than they are of population aging per se », p. 43. Il a également publié en 1996 Can we Afford to Grow Older ? A Perspective on the Economics of Aging, Cambridge, University Press.

7 Beaud, M. (1997), Le basculement du monde. De la Terre, des hommes et du capitalisme, Paris, La Découverte.

8 Gorz, A. (1997), Misères du présent, richesse du possible, Paris, Galilée.

9 Butler, R. (1999), « La révolution de la longévité », dans C. Jasmin et R. Buder (dir.), Longévité et qualité de vie. Défis et enjeux, Paris, Institut Synthélabo, p. 41-47 (p. 45).

10 Delsen, L. (1996), « Graduai retirement : Lessons from the nordic countries and the Netherlands », European Journal of Industrial Relations, vol. 22, no 1, p. 55-67.

11 Mamou, Y. (2001), « Deux scénarios pour le vieillissement », Le Monde, 11 juin.

12 Disney, R. (1996), Ageing and Saving, Londres, The Institute for Fiscal Studies.

13 Brock, F. (2002), « Catering to the elderly can pay off », The New York Times, 1er février.

14 Disney, R., op. cit.

15 Dossier « Nouveaux regards sur le vieillissement » (1996), Retraite et société, no 14, juin.

16 Mérette, M. (2002), The Bright Side : A Positive View on The Economies of Aging, rapport publié par l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP).

17 Du Plessis, L. A. (2002), La 3e Guerre mondiale a commencé, Paris, Jean-Cyrille Godefroy, p. 142.

18 Ibid., p. 182.

19 Saul, J. (1993), Les Bâtards de Voltaire. La dictature de la raison en Occident, Paris, Éditions Payot/Rivages, p. 619.

20 D’Amours, M. et Lesemann, F. (2001), « La sortie anticipée d’activité des travailleurs de plus de 45 ans : l’impact des pratiques d’entreprise et des politiques publiques au Canada », La Revue canadienne du vieillissement, vol. 20, no 4, p. 435-450.

21 Serrière, F. (2002), Les impacts du vieillissement de la population sur les ressources humaines, Les ressources humaines sur Internet, avril.

22 Blanchard-Fields, F., Hertzog, C., Stein, R. et Pak, R. (2001), « Beyond a stereo-typed view of older adults’ traditional family values », Psychology and Aging, no 16, p. 483-496.

23 Jasmin, C. (1999), « Une révolution malthusienne », dans C. Jasmin et R. Buder (dir.), op. cit.

24 Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre (1999), Prévenir, guérir, soigner : les défis d’une société vieillissante, rapport annuel sur la santé de la population montréalaise, Montréal, Direction de la santé publique, p. 35.

25 Avard, D. (1999), « Une vie à donner des soins », Familles et santé, no 4, p. 1-2.

26 Ibid. p. 2.

27 Attias-Donfut, C. (1999), « Va-t-on vers une guerre des générations ? », dans C. Jasmin et R. Butler (dir.), op. cit., p. 268-280. Les résultats de l’enquête ont été publiés dans : Attias-Donfut, C. et Wolff, F. C. (1997), « Transferts publics et privés entre générations : incidences sur les inégalités sociales », Retraite et société, no 20, p. 20-39.

28 Veysset, B. (1989), Dépendance et vieillissement, Paris, L’Harmattan, p. 123-124.

29 Je fais ici référence à l’Étude longitudinale québécoise sur le vieillissement, voir Leffançois, R., Leclerc, G., Hamel, S. et Gaulin, P. (2000), « Stressful life events and psychological distress of the very old : Does social support have a moderating effect ? », Archives of Gerontology and Geriatrics, no 31, p. 243-255.

30 Krause, N. (1997), « Received support, anticipated support, social class, and mortality », Research on Aging, vol. 19, no 4, p. 387-422.

31 Carstensen, L. L. (1995), « Evidence for a life-span theory of sodoemotional selectivity », Current Directions in Psychological Science, no 4, p. 151-156.

32 Leffançois, R. et al., op. cit.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search