Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 3. Enjeux et défis des sociétés sénescentes

Chapitre 6. Regards croisés sur les enjeux du vieillissement

Texte intégral

  • 1 Maffesoli, M. (1990), La connaissance ordinaire. Précis de sociologie compréhensive, Paris, Librai (...)

« Lorsqu’un phénomène peut être ramené, directement ou en dernière instance, à une explication unique, l’imposition politique fondée en raison n’est pas loin. »
Michel Maffesoli, La connaissance ordinaire1

1Comme on le constatera en parcourant ce chapitre, l’accélération mondiale du vieillissement, individuelle ou collective, sert de matrice au déploiement d’un nouvel ordre discursif sur la place de l’homme en société. Le thème du vieillissement, voilà de quoi fouetter une pensée engourdie en ce début de millénaire, une pensée qui semble en panne de renouveau, de substance à cogiter. Mais s’agissant de ce débat, de vieilles habitudes pourraient ici comme ailleurs refaire surface, la propension au réductionnisme et au radicalisme demeurant un penchant vigoureux.

2C’est donc à partir des voix qui se sont le plus fait entendre que cheminera notre réflexion. On aura tôt fait de remarquer que ces incursions, ces polémiques prises parmi d’autres, laissent implicitement insinuer que le seuil crucial que les sociétés occidentales s’apprêtent à franchir pourrait les mettre devant cette alternative : les changements démographiques profonds, qui jouxtent les changements biologiques et sociaux, se traduiront ou bien par des « crises » tous azimuts ou bien par un processus d’adaptation réussi.

3L’exposé qui suit ne prend pas de pari pour l’une ou l’autre de ces issues possibles, pour ces rigidifications qui ont pour effet de brouiller l’esprit. Plutôt, il s’applique à décrire la césure du discours, puis à déplier les zones d’incertitudes, les recoupements, les contradictions et les envolées excessives dans l’espoir de faire émerger les dosages et nuances qui s’imposent. Car ce que nous réserve l’avenir, du moins peut-on le supposer raisonnablement, réside quelque part entre ces positions extrêmes devenues cristallisées. Il est cependant acquis que la révolution de l’âge, ou plutôt des âges, bouleversera non seulement notre compréhension des principes d’équité et de partage entre les générations, mais également notre perception du sens de la vie, notre attitude face à la santé et à la mort.

4Cette seconde partie de l’ouvrage tente donc d’exposer avec le plus de lucidité et d’objectivité ce en quoi le vieillissement soulève des craintes ou, à l’opposé, avive des espérances, et dans quelle mesure les appréciations d’actualité paraissent fondées. Je me bornerai dans ce chapitre introductif à tracer une esquisse sommaire et globale des enjeux du vieillissement, puis à baliser la réflexion de considérations analytiques. Cette discussion élargie se veut préparatoire à l’étude de thèmes plus spécifiques qui font l’objet des deux chapitres subséquents. J’examinerai alors les impacts du vieillissement sur les programmes de santé, les régimes de retraite, le niveau de vie, ainsi que les rapports intergénérationnels.

5En introduisant différentes facettes des problèmes soulevés, le but visé est de sensibiliser, d’inciter à la réflexion critique face aux opinions ou aux diagnostics souvent tranchés qui s’affrontent. En arrière-plan, la question d’intérêt que l’on gardera à l’esprit pourrait se formuler comme suit : convient-il d’envisager le vieillissement démographique comme un problème de société ou, a contrario, faut-il considérer les personnes vieillissantes comme des ressources à mettre en valeur ? Péril gris ou or gris ? Comment donc concilier les dissensions qui s’expriment eu égard aux contrecoups du vieillissement démographique ?

Le vieillissement démographique : un nouvel épouvantail ?

  • 2 Chesnay, J. C. (1995), Le crépuscule de l’Occident. Démographie et politique, Paris, Robert Laffon (...)
  • 3 Voir, à ce propos, Larue, G. (1992), Geroethics : A New Vision of Growing Old in America, Buffalo (...)

6Quiconque prête un tant soit peu attention aux débats qui ont cours dans l’Occident constate que l’affluence des personnes aînées et l’hyper-vieillissement démographique inspirent de profondes inquiétudes. Certes, les efforts de notre civilisation ont été récompensés par l’espoir d’un temps de vie allongé. Mais ironiquement, cette conquête de l’homme sur sa durée de vie semble désormais se transformer en écueils et en défis nouveaux pour la collectivité. Comment réconcilier ce fabuleux paradoxe ? Faut-il conclure qu’à lui seul ce double phénomène annonce le crépuscule de l’Occident, pour reprendre l’expression de Jean-Claude Chesnay2 ? Lorsque l’armada des baby boomers franchira le portail de la retraite, pourrons-nous continuer à assurer la pérennité de nos programmes de santé et de nos politiques sociales ? Mais ces questions en appellent d’autres. La société sera-t-elle en mesure de tirer un parti positif du prolongement de la vie et de l’avènement des sociétés sénescentes ? Sera-t-elle capable d’intégrer socialement les différentes classes d’âge en les mettant à contribution pour le plus grand bénéfice de la collectivité tout entière ? Voilà autant de questions importantes qui traversent les paragraphes qui suivent. On pourrait certes épiloguer longuement sur toutes ces questions prospectives touchant au devenir des aînés et à celui de la société. Et il est bien d’autres questions, en l’occurrence la dimension éthique, qui ne seront pas abordées dans cet ouvrage3.

7À bien y penser, l’avènement des sociétés sénescentes nous place, à l’instar de nombreux autres enjeux, au seuil d’une bifurcation saugrenue : il pourrait précipiter vers un nouveau type de contentieux, une nouvelle pomme de discorde opposant cette fois les jeunes et les vieux. Il n’est que de constater à quel point les sociétés postmodernes paraissent secouées par cette onde de choc redoutable qui menace de mener à la banqueroute l’État-providence et de fragiliser les solidarités entre les générations. Semblant achopper sur cet obstacle inattendu, plusieurs se butent dans une position ou une réaction de méfiance. D’où leur crainte que ce « poids » démographique qui pèse sur le monde vienne rompre les assises mêmes du contrat social instituant les systèmes de santé et les programmes de transferts sociaux, en plus de saper la vitalité de la société.

8Hormis donc les espérances individuelles qu’elle inspire, la réalité du vieillissement démographique a haussé d’un cran le niveau de tension psychologique déjà attisé par bien d’autres préoccupations économiques et sociales. À lire les observateurs aux prétentions les plus résolues, nous serions portés à conclure que ce vieux rêve des biologistes, en train de se concrétiser sous leurs yeux, pourrait se transformer en cauchemar chez les économistes et les décideurs publics.

  • 4 Leleur, M. (1997), « L’or gris ou la richesse mobilisatrice des seniors », dans G. Bajoit et E. Be (...)
  • 5 Castel, R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fay (...)

9Au vu de toutes ces mises en scène, tout se passe comme si nous dormions sur un volcan ou déambulions les yeux bandés en bordure d’un précipice. Le climat d’affolement se propage obstinément dans l’opinion publique, chez les décideurs et même dans la communauté scientifique. Le vocabulaire est parfois on ne peut plus cinglant comme en témoignent ces périphrases : la « marée grise », la « peste blanche », « la France ridée », « le génocide à retardement », « l’armageddon gériatrique », « la régression indolore ». C’est ainsi qu’on ensemence les esprits. L’atmosphère de sinistrose se répand même dans les propos des commentateurs de l’actualité les plus circonspects. L’on pourrait facilement énumérer une longue liste de déclarations pathétiques comme celles-ci : « Le ciel du futur s’alourdit du poids des vieux en surnombre4. » Puis cette autre observation de Robert Castel : « Et de fait, les gens âgés bénéficient encore des protections montées par la société salariale, tandis que les jeunes savent déjà que la promesse du progrès ne sera pas tenue5. »

10D’autres insinuent que, même s’il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure d’un naufrage sociétal éventuel, la vieillesse de toutes façons mènera inévitablement à un cul-de-sac. Ainsi cette réflexion étonnante sous la plume d’un critique rigoureux comme Christopher Lasch :

  • 6 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffo (...)

Étant donné que l’ancienne génération ne pense plus qu’elle vit à travers la suivante, qu’elle atteint une immortalité par procuration dans la postérité, elle ne s’efface pas devant les jeunes avec élégance. Les gens s’accrochent à l’illusion de la jeunesse jusqu’à ce que cela devienne impossible ; à ce moment-là, ils doivent soit accepter d’être de trop, soit plonger dans un morne désespoir. Aucune des deux solutions ne permet de conserver beaucoup d’intérêt pour la vie6.

11Au vu de ces propos, il est à se demander si depuis l’avènement des sociétés sénescentes une épée de Damoclès est vraiment suspendue au-dessus de nos têtes.

  • 7 Serres, M. (2001), Hominescence, Paris, Éditions Le Pommier, p. 23.
  • 8 Ibid.

12Une question mettant en évidence l’un de ces nouveaux enjeux est celle de l’héritage qui, dans le contexte du survieillissement, n’a plus la même résonance sociale et économique qu’autrefois. Michel Serres, philosophe et historien des sciences, expose magnifiquement ce problème dans l’illustration qui suit : « De même l’héritage, dont la littérature classique décrit si souvent les grandes espérances, n’a plus la même réalité ni le même poids, quand le successeur l’attend moins d’une décennie ou plus de cinquante ans ; au-delà d’un certain délai, l’argent perd de l’intérêt7. » Poussant plus à fond le raisonnement, il cite un autre cas de figure, celui du « héros qui offre sa vie à sa patrie autour de vingt-cinq ans lorsqu’il ne lui reste que cinq à sept années à vivre. Trouverons-nous, au même âge, le même héroïsme, quand il aura plusieurs décennies de vie devant lui8 ? »

13De toute évidence, le vieillissement est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre en ce début du nouveau millénaire. Plus que jamais les hommes et les femmes politiques sont littéralement mitraillés de questions à propos des actions qu’ils ou qu’elles comptent envisager pour relever ce défi et pour arbitrer les tensions intergénérationnelles. Le déploiement des multiples particularités de la transition démographique examinées précédemment soulève son lot de nouveaux enjeux, à dimension individuelle, sociale, économique et éthique, qui interpellent les membres immédiats de la famille des personnes aînées, sans compter les autres acteurs : les professionnels de la santé et des services sociaux, les membres des réseaux de soutien informels, les décideurs publics et les gestionnaires des établissements de soins et d’hébergement. On ne peut bien entendu rester sourd aux mises en garde qui se multiplient sous peine de renoncer à ce qui, tout compte fait, fonde et justifie la réflexion gérontologique. Je demeure fermement convaincu que le souci qui traverse nos esprits, et dans le même temps le fil conducteur de toute analyse sérieuse et perspicace, est de savoir comment transformer ces défis individuels et de société en succès, entendu ici au sens d’un humanisme éclairé, authentique et concrétisé.

Les cavaliers de l’Apocalypse

  • 9 Legrand, J. (1979), « Comment meurt un pays », dans P. Chaunu, G. F. Dumont, J. Legrand et A. Sauv (...)
  • 10 Ibid., p. 20.

14À lire la foisonnante documentation consacrée depuis quelques années aux enjeux du vieillissement, on ne peut qu’être sidéré par l’atmosphère confuse et atterrée qui domine et la propension à la dramatisation. Si l’on tourne notre attention sur les défis globaux du vieillissement, on s’aperçoit que les appréhensions se lisent sur bien des lèvres, tant chez les scientifiques que chez les décideurs publics. Les Cassandre de la démographie, galvanisés par l’espérance d’un retour à la jeunesse, comptent parmi les premiers à partir en croisade à la fois contre la vieillesse et la dénatalité. Or, ce ne sont pas tant les répercussions sur la santé ou les pensions de retraite qui inquiètent les démographes que la survie même de la société. Dans La France ridée, ouvrage par ailleurs fort bien documenté, un groupe de collaborateurs semblent vouloir se conforter mutuellement en s’efforçant d’étayer minutieusement cette thèse. Prenant pour cible la nation française, Jean Legrand, ingénieur de profession et autodidacte de la démographie, signale dans un style enflammé que cette société est parvenue à l’ultime quart d’heure. Faute d’une intervention rapide, « la liberté des générations futures sera fatalement compromise dans un pays peuplé de vieillards et soumis aux pressions de nombreux pays jeunes9 ». « Un pays meurt lorsque ses enfants se font rares, moins nombreux que les générations qui procréent ; alors à plus ou moins long terme les cercueils s’alignent, plus nombreux que les berceaux10. » On aura vite remarqué que ce discours languissant se situe aux antipodes de celui tenu en Chine, nation, est-il besoin de le rappeler, aux prises avec un problème de surpopulation, où par conséquent la naissance des filles semble vue comme une malédiction.

  • 11 Sauvy, A. (1979), « Les conséquences du vieillissement de la population », dans P. Chaunu, G. F. D (...)

15Alfred Sauvy, célèbre démographe, pousse plus loin le diagnostic tout en sonnant l’avertissement : « Le relâchement des tissus sociaux, la sclérose de nos organes, le blocage de la société, la dégénérescence de nombreuses institutions, le cancer de la violence, tout cela est le résultat du vieillissement délétère et anesthésiant11. » Sauvy, qui manifestement plaide pour une réédition de la revanche des berceaux, examine point par point toute une série d’arguments pour et contre la hausse du taux de fécondité et l’augmentation de la population ainsi que sa densité géographique. Il s’applique à nous convaincre que la réduction du nombre de jeunes a pour effet d’aggraver le chômage et non l’inverse. Selon lui, la réduction de la taille de la famille a pour effet pervers d’accentuer l’aspiration aux emplois supérieurs et la désaffection vis-à-vis les emplois manuels, ce qui fait craindre une pénurie de main-d’œuvre pour les postes non qualifiés. Il redoute également que dans l’éventualité où nous parviendrions à vaincre le cancer, l’espérance de vie s’étirerait de deux ans de plus, ce qui alourdirait d’autant le fardeau de la prise en charge. En réaction à ce surplus de charge, les jeunes auront tendance à limiter leur propre descendance, ce qui viendrait aggraver la situation. Le vieillissement se nourrirait en quelque sorte de lui-même, ajoute-t-il. Poursuivant sa réflexion obstinée, il précise que les jeunes se sentent écrasés par les deux générations qui les précèdent, car celles-ci possèdent tout et que l’espoir d’hériter survient trop tard, dans la cinquantaine.

  • 12 Chaunu, P. (1979), « Un phénomène sans précédent dans l’histoire », dans P. Chaunu, G. F. Dumont, (...)
  • 13 Ibid., p. 146.

16De connivence avec les deux auteurs précédents, Pierre Chaunu pointe du doigt, dans ce même ouvrage, la révolution contraceptive et la pratique de l’avortement pour expliquer le processus actuel d’effondrement démographique12. Selon lui, l’avortement légalisé aurait exterminé deux fois plus que la guerre sur l’ensemble de la planète en 230 ans13 ! Il cite candidement pour preuve de ce qu’il appelle la boucle implosive, le monde antique et les grandes civilisations amérindiennes, des cultures qu’il juge mortes de l’intérieur lors des contacts avec les envahisseurs et à la suite de la mise en place de mesures contraceptives. Sujet particulièrement délicat en France, l’immigration comme instrumentation pour compenser les baisses d’effectifs est a peine effleurée dans ce livre !

  • 14 Henripin, J. (1994), « The financial consequences of aging », Canadian Public Policy, vol. 20, no (...)

17Se faisant lui aussi porte-parole de la thèse alarmiste, le démographe Jacques Henripin prévoit qu’en 2040, les dépenses en soins de santé au Québec vont doubler en raison du vieillissement démographique, et ce, même si le taux de fécondité devait se stabiliser. Pour limiter les dégâts, ajoute-t-il, l’âge de la retraite devrait devenir obligatoire et être retardé à 68 ans. Poussant plus avant son raisonnement, il avance que le taux de fécondité devra s’accroître de 0,2 % tandis que la présence moyenne à vie des femmes sur le marché du travail devra être allongée de six ans14. Dans un ouvrage plus ancien rédigé en collaboration avec Évelyne Lapierre-Adamcyk, on peut lire la même appréhension dans ce court extrait :

  • 15 Henripin, J. et Lapierre-Adamcyk, E. (1974), La fin de la revanche des berceaux : qu’en pensent le (...)

[U]ne population qui cesse de croître est par le fait même condamnée au vieillissement. Et la perspective d’une masse de retraités constituant plus de 20 pour cent de la population, ne présente pas que des aspects réjouissants, tout au moins du point de vue du coût de la sécurité sociale. Il faut y ajouter le manque de dynamisme, dans bien des domaines, d’une société dont la population est stagnante15.

18Voyons maintenant ce qu’en pense Louis-Vincent Thomas, soit dit en passant un spécialiste de la mort :

  • 16 Thomas, L-.V (1989), « Attitudes collectives envers les vieillards : un problème de civilisations  (...)

Au plan économique, les vieux improductifs et médiocres consommateurs coûtent cher à la société, surtout quand il faut leur apporter une longue assistance sanitaire. Au plan socio-culturel, à une époque où toutes les valeurs changent si vite, les vieux s’avèrent incapables de suivre les novations et constituent un réel obstacle au changement, d’autant que leur créativité devient quasiment nulle. Au plan psychologique, la coexistence hier impensable de trois à quatre générations induit des conflits ou, pour le moins, suscite des incompréhensions pas toujours faciles à dépasser. Le vieillissement s’affirme sans doute comme l’un des problèmes majeurs de notre temps16.

  • 17 Ricard, F. (1992), La génération lyrique, Montréal, Éditions du Boréal.
  • 18 Ibid., p. 117.

19Dans La génération lyrique, le Québécois François Ricard prend à sa manière le relais en brossant un portrait type de ce qu’il appelle le premier bataillon de l’armée gigantesque des personnes nées du baby boom, aujourd’hui dans la cinquantaine. Les représentants de cette génération, plus instruits que ceux qui les ont précédés, sont à l’origine des nombreuses réformes économiques et sociales, des développements technologiques, mais aussi des nouvelles valeurs de la modernité. Ils ont grandi à une époque de grand soulagement, alors que s’estompaient le souvenir de la Grande Dépression économique, l’horreur de la guerre, et en même temps que le clergé commençait à relâcher son emprise sur la société17. Comparativement aux précédents auteurs, Ricard tient un discours euphémique plutôt modéré. Même s’il ne lance pas la pierre à cette génération lyrique ou « génération de la légèreté du monde18 », l’auteur ne manque pas de souligner le pouvoir écrasant dont elle dispose, au point d’occuper le centre de l’échiquier sociopolitique et de l’espace symbolique. Cette réflexion dénote en filigrane une préoccupation cruciale : le danger que cette génération égoïste persiste à exercer un contrôle absolu sur le monde et son devenir, ce qui aurait pour effet de fausser les rapports intergénérationnels, de dissoudre la fonction de transmission et finalement de déposséder les jeunes en les privant de toute possibilité d’affirmation. Rien donc à ses yeux ne laisse croire que les aînés courent le danger d’être malmenés. Le problème est plutôt déplacé du côté des générations montantes.

  • 19 Voir Jones, J. R. (1988), « Conflit entre générations aux États-Unis », Futuribles, no 125, p. 27- (...)
  • 20 Peterson, P. G. (1999), Gray Dawn: How the Corning Age Wave Will Transform America and the World, (...)

20Tournons-nous maintenant du côté anglophone pour dégager les idées cardinales d’ouvrages-clés. Les gardiens de la droite conservatrice aux États-Unis prédisent depuis belle lurette que le vieillissement démographique conduira éventuellement à un conflit de générations, à la ruine des contribuables et à l’affaissement de tout le système de sécurité sociale19. Dans son ouvrage qu’il intitule Gray Dawn : How the Corning Age Wave Will Transform America and the World, Peter Peterson rappelle que d’ici 20 ans 20 % de la population américaine sera âgée de 65 ans et plus. Ce sera pire encore en Europe et dans l’archipel nippon, où le pourcentage atteindra 25 %. Il donne pour exemple de concentration de personnes aînées l’État de la Floride qu’il dépeint comme un immense bassin de vieillards, véritable modèle de référence démographique augurant le profil des États américains des décennies à venir. Ces chiffres amènent Peterson a tirer la sonnette d’alarme et à annoncer que, si aucune action radicale n’est prise, le vieillissement des sociétés mènera à la banqueroute les grandes puissances économiques. L’auteur nous prévient qu’il y aura un énorme tribut à payer. En 2030, le rapport « payeurs de taxe vs personnes retraitées » sera d’un facteur de un, ce qui signifie qu’un fardeau fiscal énorme pèsera sur les épaules des travailleurs. Sur le plan social, comment répartirons-nous les ressources de plus en plus rares entre les besoins de traitement des clientèles âgées et les besoins d’éducation et de formation des jeunes ? Qualifiant le vieillissement démographique de défi global du XXIe siècle, l’auteur prédit des séquelles sociales, économiques, et même militaires, désastreuses pour les États-Unis. Des conséquences qu’on n’évitera que si des réformes profondes sont apportées au système des pensions de retraite et des programmes en santé. En raison de la pénurie de main-d’œuvre qui frappera l’Amérique, la seule issue possible à court terme, selon lui, est de recourir massivement à l’immigration. Peterson précise que la société actuelle n’encourage pas les familles à avoir des enfants. Elle a socialisé les coûts de la santé mais laissé sous la responsabilité de chacun les coûts requis pour élever des enfants. Parmi les solutions qu’il envisage pour la société américaine, certaines sont draconiennes et pourraient s’avérer des vœux pieux : 1. Différer l’âge de la retraite et verser les pleines allocations de retraite seulement à partir de 70 ans ; 2. Restreindre l’assistance publique aux personnes réellement démunies en appliquant une réduction des prestations en fonction des revenus (par exemple, une réduction de 10 % des prestations par tranche de 10 000 $ au-delà du revenu médian) ; 3. Mieux évaluer les capacités financières des personnes aînées afin qu’elles contribuent pour leurs soins de santé (mean testing) ; 4. Étendre les mesures obligatoires d’épargne-retraite ; 5. Revoir les obligations filiales afin d’inciter les enfants à venir en aide à leurs parents âgés ; 6. Limiter l’usage des technologies de pointe en santé ; 7. Encourager les initiatives pronatalistes et repenser le rôle de la sexualité dans la société20.

  • 21 Dychtwald, K. (1999), Age Power : How the 21st Century Will Be Ruled by the New Old, New York, Pen (...)

21Mais une autre menace est aussi brandie par Ken Dychtwald dans son ouvrage percutant intitulé Age Power : How the 21st Century Will Be Ruled by the New Old. L’auteur nous assure qu’au cours des prochaines décennies, en raison de la chute de la natalité (birthdearth), les sociétés développées seront presque entièrement sous la tutelle des aînés. Bénéficiant d’une meilleure santé et d’une longue durée de vie, et disposant d’un capital financier considérable, ces derniers exerceront de tout leur poids leur influence dans les décisions publiques, tant sur la scène politique qu’économique. Au XXIe siècle, précise-t-il, ce sera in que de faire partie de la cohorte des « nouveaux vieux ». Dychtwald prédit donc que l’épicentre du pouvoir économique et politique va se déplacer des jeunes vers les vieux. Même si les seniors sont en meilleure santé que les générations précédentes, il note que les États-Unis ont failli à la tâche dans l’objectif recherché du bien vieillir, soulignant à ce propos les mauvaises habitudes alimentaires des Américains. Les efforts devront rapidement se tourner du côté de la prévention, insiste-t-il21.

  • 22 Wallace, P. (1999), Agequake : Riding the Demographic Rollercoaster Shaking Business, Finance and (...)

22Développant à son tour ces idées, le chroniqueur anglais Paul Wallace, dans Agequake. Riding the Demographic Rollercoaster Shaking Business, Finance and our World, annonce ni plus ni moins qu’une guerre entre les générations et une déstabilisation de l’« ordre » mondial. Il se demande comment la société parviendra à se renouveler, démographiquement parlant, mais aussi au regard des idées novatrices. Même si notre perception du vieillissement va vraisemblablement évoluer, le fardeau imputé aux jeunes pour assurer la croissance économique, soutenir les retraités et financer les programmes de santé demeurera toujours trop lourd à porter. Conséquemment, comme les sociétés occidentales vont péricliter et les nations en développement devenir florissantes, il prédit un nouvel ordre mondial22.

23Beverly Goldberg, dans Age Works : What Corporate America Must Do to Survive the Graying of the Workforce, prédit à son tour que les États-Unis courent littéralement à la catastrophe économique si nous ne parvenons pas à inverser le processus de décroissement des emplois et de raréfaction de la main-d’œuvre spécialisée, phénomènes qui s’intensifieront avec l’arrivée massive de la prochaine génération de retraités. Goldberg n’est cependant pas à court d’arguments pour justifier un virage. Ainsi, elle invite les grandes corporations à mettre un terme à leurs pratiques discriminatoires injustifiées contre les travailleurs âgés, soulignant que ces derniers affichent un excellent bilan d’assiduité au travail, qu’ils peuvent se familiariser avec les nouvelles technologies et qu’ils sont aussi créatifs que les jeunes travailleurs quand on prend en compte les succès des idées développées et non leur quantité. Dans l’hypothèse où le travail flexible se généralisera, les travailleurs plus âgés pourraient exercer le rôle de mentor, ce qui faciliterait l’intégration des nouvelles recrues dans l’entreprise. Elle n’hésite d’ailleurs pas à exhorter la société américaine à se préparer à relancer

  • 23 Goldberg, B. (2000), Age Works: What Corporate America Must Do to Survive the Graying of the Workf (...)

la machine de la propagande dans cette nouvelle voie en incitant les travailleurs à demeurer actifs passé l’âge de 62 ans, comme elle l’a fait avec succès au temps de la Seconde Guerre mondiale quand elle persuada les femmes à s’insérer sur le marché du travail, puis à retourner dans leurs foyers au terme des hostilités23.

Les apôtres de l’âge d’or

  • 24 Fellegi, I. (1988), « Can we afford an aging society? », Canadian Economic Observer, octobre 1988.
  • 25 Henrard, J.-C. et Ankri, J. (2003), Vieillissement, grand âge et santé publique, 2e édition, Renne (...)
  • 26 Cicurel, M. (1989), La génération inoxydable, Paris, Grasset.
  • 27 Fukuyama, F. (2000), Le grand bouleversement. La nature humaine et la reconstruction de l’ordre so (...)
  • 28 Ibid., p. 157.

24Ne partageant assurément pas la vision apocalyptique des démographes et autres spécialistes des questions économiques, plusieurs auteurs se sont appliqués à faire contrepoids à la philosophie nataliste évoquée plus haut. Ils ont donc cherché à réfuter les arguments à l’appui de la tragédie appréhendée qui justifieraient toutes ces mises en garde. Pour la plupart, ces défenseurs de l’âge d’or accueillent avec un enthousiasme débordant, souvent ingénu, la révolution de la longévité et ne semblent aucunement pris de panique devant l’éventualité d’une déroute provoquée par le vieillissement de la population. En écho aux réactions affolantes mentionnées précédemment, ils défendent l’idée que la société peut sans coup férir prendre à son compte le vieillissement, notamment en relevant le défi de la hausse anticipée dans les dépenses en santé24. Cette vision optimiste a été réaffirmée dans la seconde édition de l’ouvrage récent de Jean-Claude Henrard et Joël Ankri, Vieillissement, grand âge et santé publique25. Le démographe Michel Cicurel, dans La génération inoxydable, perçoit de son côté que, grâce à sa vitalité et aux ressources dont elle dispose, la nouvelle génération des retraités dynamisera les sociétés occidentales déclinantes26. Dans Le grand bouleversement, Francis Fukuyama s’interroge sur les conséquences de la baisse de la fécondité pour la vie sociale. Il va même jusqu’à déclarer ce qui suit : « Il est évident que le déclin des taux de naissance devrait améliorer l’état général de l’ordre social, puisque le désordre est typiquement le produit d’une jeunesse turbulente qui constitue, dans cette hypothèse, une partie constamment décroissante de la population27. » Plus loin, il ajoute : « Les sociétés modernes n’étant plus contraintes de rationner l’éducation supérieure, une bien plus grande proportion de la population atteignant la vieillesse allait voir prospérer sa vie tertiaire, c’est-à-dire sa vie d’adulte pleinement formé28 » !

25Mais c’est surtout dans les pays anglophones, où l’optimisme est présentement à la mode, entretenu par une performance économique exceptionnelle à l’époque où ces réflexions ont été produites, que l’on retrouve les réactions les plus vives aux lectures sombres ou mitoyennes sur le vieillissement. Voyons quelques propos d’observateurs qui se sont raidis contre les peurs soulevées tous azimuts.

  • 29 Freedman, M. (1999), Prime Time: How Baby Boomers Will Revolutionize Retirement and Transform Amer (...)

26Marc Freedman, dans Prime Time : How Baby Boomers Will Revolutionize Retirement and Transform America, récuse fermement le pressentiment que l’affluence des personnes retraitées se soldera par un lourd fardeau pour la société. Il prévoit au contraire, non sans un soupçon de naïveté, qu’avec l’avènement des baby boomers un vent énergisant soufflera sur l’Amérique. La société connaîtra alors un regain d’engagement social, une nouvelle vitalité. Non seulement les personnes aînées de la prochaine génération seront-elles politiquement très actives, mais elles s’engageront intensément dans le volontariat et contribueront à élever le niveau des débats intellectuels sur l’avenir de la société29.

  • 30 Roszak, T. (1998), America the Wise: The Longevity Revolution and the True Wealth of Nations, Bost (...)

27Cette vision est partagée par Theodore Roszak, l’auteur du terme « contre-culture », dans son ouvrage d’une grande clairvoyance publié en 1998, America the Wise : The Longevity Revolution and the True Wealth of Nations. Roszak proclame avec fougue un nouveau paradigme de la vieillesse, la décrivant comme la nouvelle richesse des sociétés industrialisées. Il perçoit que l’allongement de la vie, la productivité des seniors et leur capacité de s’épanouir même jusqu’à un âge élevé s’inscrivent dans la logique même des progrès enregistrés au cours des deux derniers siècles. Ces bienfaits devraient donc être vus comme un accomplissement historique, un cadeau de la vie, et non comme une calamité ou une source d’inconvénient fiscal. Il prédit que l’affluence des seniors, qu’il qualifie de New People, forcera l’Amérique à abandonner la théorie prédominante de la « survie du plus fort » pour adopter celle de la « survie du plus noble ». Même si les personnes aînées ne devaient consacrer qu’une infime portion des énergies qu’elles ont investies au cours de leur « vie active », dans leur lutte pour protéger les droits de la personne, revendiquer l’égalité des femmes, la paix ou la justice sociale et préserver l’environnement, la société en sortirait gagnante. Le nouveau populisme des aînés, précise-t-il, conduira inévitablement à revoir notre conception de la mort, de la compassion, de la sagesse, de même que les valeurs de productivité et de compétitivité30.

  • 31 Royda Crose est maintenant directrice du Center for Gerontology à Ball State University, Muncie, I (...)

28D’autres arguments ont été servis pour étayer ce point de vue optimiste. Ainsi, dans une allocution prononcée en 1999 à l’occasion d’une conférence sur le thème Horizons in Aging : The Boomers Grow Gray, la gérontologue Royda Crose déclarait qu’avec le vieillissement de la population le rythme de la vie devrait significativement ralentir. Dans un monde ultra-stressant et trop rapide, ce ralentissement des activités ne peut que contribuer au bien-être de chacun. De plus, les personnes qui franchiront massivement le seuil de la retraite au cours des prochaines années vont questionner certaines valeurs de la postmodernité et réclamer des débats de fond sur des thèmes cruciaux tels que le travail, la santé, le progrès technologique, les communications et les facilités de déplacement. Elle s’empresse d’ajouter qu’à l’encontre de la croyance populaire, les jeunes ne craindront pas l’étape de la vieillesse car ils auront en tête des modèles de vieillissement réussi qu’ils voudront résolument emprunter31.

  • 32 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob.

29Claude Olievenstein abonde dans le même sens. Dans Naissance de la vieillesse, il livre à son tour une réflexion réconfortante sur le temps de la vieillesse, marqué par la possibilité d’échapper aux contraintes hyperrythmées de la vie professionnelle et l’occasion de retrouver la liberté pour savourer pleinement les impressions du moment32.

  • 33 Mullan, P. (1999), The Imaginary Time Bomb: Why an Ageing Population Is Not a Social Problem, Lond (...)

30Dans un brillant ouvrage, The Imaginary Time Bomb : Why an Ageing Population is not a Social Problem, Phil Mullan dénonce à son tour ce qu’il appelle la « bombe à retardement imaginaire », c’est-à-dire la croyance que les personnes aînées représentent une force redoutable qui envahira et écrasera la société du jour au lendemain. Mullan pose comme diagnostic que la population âgée sert présentement de bouc émissaire aux maux de la société actuels, sinon d’exutoire par où exprimer notre inquiétude face à un futur incertain en matière d’emploi et de cohésion familiale notamment. Il s’explique en précisant que la question du vieillissement a été savamment politisée pour justifier des compressions draconiennes dans des programmes sociaux et pour mousser la nouvelle idéologie de la responsabilité individuelle33.

  • 34 Cohen, G. D. (2001), The Creative Age: Awakening Human Potential in the Second Half of Life, New Y (...)
  • 35 Schachter-Shalomi, Z. et Miller, R. S. (1997), From Age-ing to Sage-ing: A Profound New Vision of (...)

31Une série d’autres écrits ont répudié les thèses alarmistes sur le vieillissement tout en soulignant avec vigueur et sagacité l’immense potentiel des aînés, leur altruisme et leur apport significatif à la société. Il est inutile de dégager les idées maîtresses de ces ouvrages qui se ressemblent tous à peu de chose près. Mentionnons à titre indicatif celui de Gene Cohen, intitulé The Creative Age: Awakening Human Potential in the Second Half of Life34 et celui de Zalman Schachter-Shalomi et Ronald S. Miller, portant le titre de From Age-ing to Sage-ing: A Profound New Vision of Growing Older35. La régularité avec laquelle les ouvrages sur la vieillesse sortent sur le marché montre à quel point le débat sur la vieillesse n’a rien perdu de son actualité mais aussi de son âpreté.

Grille de lecture des enjeux du vieillissement

32Que l’on transpose les interrogations sur la vieillesse sur le plan social ou individuel, les défis qui pointent à l’horizon, ne cessent de proclamer les observateurs, sont légion et de taille et ils continuent d’engendrer un vif sentiment de menace. Ce qui ne signifie pas qu’il faille prendre au tragique la situation actuelle ou future. À toutes fins pratiques, l’accélération du vieillissement implique que nous devrons néanmoins procéder à d’importants choix de société, certains pouvant s’avérer scabreux et déchirants. Or, devant l’implacable réalité du vieillissement, il n’est guère facile de délimiter clairement les défis soulevés, et certainement non souhaitable d’embrasser en un coup d’œil l’immensité des enjeux en présence. Il est donc facile de se perdre en conjectures, d’où la nécessité de s’entourer de précautions. Avant d’aborder plus à fond, dans les deux chapitres suivants, les éléments fondamentaux du débat, voyons d’un point de vue analytique comment se présentent les polémiques suscitées par la question du vieillissement démographique et quelles cautions sont de mise.

33Premièrement, on aura vite remarqué, dans ces représentations du vieillissement, la tendance à confondre et à séparer ce qui relève des forces démographiques (l’accélération du vieillissement à l’échelle d’une population) et des tendances biologiques (l’allongement de l’espérance de vie). La même confusion, née d’un clivage des paliers d’analyse, s’observe au chapitre des impacts anticipés du vieillissement : économique (crise des régimes de protection sociale), démographique (conflit de générations), psychologique (épanouissement de l’individu ou au contraire déréliction) et sociologique (pouvoirs et privilèges des aînés). Cette confusion a pour effet d’assimiler ce qui ressortit des structures (les tendances démographiques) et ce qui ressortit d’un groupe ou d’une cohorte d’individus (par exemple, les comportements ou les valeurs d’une génération). Sournoisement, ce procédé se prête au renforcement des stéréotypes en déposant dans les esprits l’idée que finalement ce sont les individus âgés qui déstabilisent la société. Bien qu’il existe une interdépendance dynamique entre l’individuel et le collectif, l’un ne précède ni ne détermine l’autre. Et l’on doit tenir pour quantité négligeable l’influence d’une cohorte d’individus sur le cours des grands mouvements sociodémographiques.

  • 36 Mills, C. W (1967), L’imagination sociologique, Paris, François Maspero, p. 7.

34Si, pour reprendre cette phrase de C. W. Mills, « l’existence de l’individu et l’histoire de la société ne se comprennent qu’ensemble36 », il faut en conclure que les faits démographiques doivent se comprendre comme une totalité historique indissociable. Pour être pénétrante, l’analyse englobera également l’évolution de la culture, des mentalités, des cursus individuels, organisationnels et institutionnels. Toutes ces réalités sont non seulement soudées au même moment, mais elles interagissent réciproquement. Dans le même ordre d’idées, lorsqu’on réfléchit sur des questions telles que le coût économique du vieillissement, on ne peut écarter le fait que cette valeur même de coût est relative à une époque, à l’état d’esprit d’une société, aux contraintes que cette même société impose aux individus et aux organisations au gré des événements et de l’évolution des mœurs. La réalité sociale et individuelle est donc évolutive. Pour prendre à nouveau l’exemple des coûts de soins de santé, ce qui est économiquement inacceptable aujourd’hui pourrait bien être la norme demain.

35Deuxièmement, comme on l’aura constaté dans ces extraits de déclarations et ces résumés, les regards sur la vieillesse que j’ai présentés sont souvent campés dans des positions rigides, souvent antinomiques. Ce qui frappe donc l’attention de prime abord, c’est cette polarisation du discours, les analyses étant tantôt teintées d’optimisme, tantôt de pessimisme. Toute personne désireuse de parcourir une documentation plus vaste sur les enjeux du vieillissement ne manquera pas de constater, avec stupéfaction, que peu d’auteurs ont résisté à la tentation de percevoir l’avènement prochain d’un cataclysme ou, à l’opposé, d’un bienfait « de et pour » l’humanité. Le corpus gérontologique est pour ainsi dire adversatif. Il oscille entre le jour et la nuit, ne percevant pas le subtil jeu des ombres et de la clarté. Les uns, versant facilement dans le déterminisme historique fataliste, s’égarent dans des verdicts mélodramatiques, leurs opposants n’accomplissant guère mieux en s’empressant de glorifier inconditionnellement la longévité.

36En ce qui a trait au sort des personnes vieillissantes, la vision optimiste et réjouie fait valoir que la plupart peuvent d’ores et déjà envisager la retraite, cette nouvelle étape de vie, avec beaucoup plus de sérénité et d’enthousiasme que leurs prédécesseurs. Elles pourront capitaliser sur un vaste éventail de ressources visant à faciliter leur adaptation aux épreuves de la vieillesse et continuer de mettre à profit ce qu’elles ont investi ou cumulé au cours de leur vie active. La panoplie des médicaments qu’on leur propose, l’efficacité croissante de l’intervention médicale et des méthodes de prévention et l’apport de la technologie moderne leur assurent déjà de meilleures conditions de vie. On souligne que les formes les plus courantes d’incapacité ou de maladies compromettent de moins en moins leur qualité de vie. Aussi ne faut-il pas s’étonner que de nombreux chercheurs inscrivent leurs travaux sous l’enseigne du successjul aging, ayant pris conscience qu’à mesure que s’étire l’horizon de la durée de vie, s’offrent aux personnes aînées un éventail inespéré de possibilités, le temps ajouté à la vie ouvrant la voie à la réalisation de projets jusque-là inconcevables.

37Les porteurs du dossier sombre laissent plutôt entendre que la population âgée est appelée à connaître des moments éprouvants dans les années à venir. Songeant à la longévité moyenne qui maintient sa lancée ascendante, ils éprouvent un certain vertige en se demandant si les gains obtenus en supplément d’années à vivre valent véritablement la peine. Ce surcroît à notre durée sera-t-il anéanti par une diminution de la qualité de vie, bref, se traduira-t-il par une extension de la souffrance physique ou morale consécutive à une perte graduelle d’autonomie ? La perspective d’une vie prolongée mais s’accompagnant d’incapacités lourdes est-elle compatible avec l’exigence ou du moins l’image projetée de la dignité humaine ? Faut-il s’intéresser à l’usure du corps par le temps ou à l’usage du temps libéré ? Les apologistes de ce courant de pensée soutiennent que la personne aînée, précarisée à plus d’un titre, éprouve déjà des difficultés à s’adapter aux changements sociaux et technologiques rapides, un fossé qu’elle ne parviendra pas facilement à combler. On affirme même qu’elle ne bénéficiera pas du soutien espéré et que la longue vie s’accompagnera de limitations fonctionnelles graves qui auront un effet négatif sur la qualité de vie.

38En bref, ce qui étonne à la lecture de ces brillants plaidoyers, c’est la propension à la simplification, en ancrant les discours sur la vieillesse dans des positions ou des diagnostics extrêmes, euphorisants d’un côté, alarmistes de l’autre. Qu’il s’agisse de discourir sur les enjeux individuels ou collectifs, la réflexion semble emprisonnée dans le carcan manichéen des représentations du vieillissement. On déplorera donc que tout se passe comme s’il était hors de question d’envisager l’avenir en acceptant de jouer à la fois sur les possibilités de bienfait de la longue vie et les risques qu’elle représente. Mais ici comme ailleurs, force est d’admettre que nous vivons dans un monde qui a horreur du risque et qui a désappris à s’armer de patience et d’audace devant les défis.

39Troisièmement, les lectures présentées manquent à certains égards de discernement relativement aux acteurs ciblés. En abordant l’étude des défis du vieillissement, il est impératif de ne pas confondre la situation actuelle des aînés et ce qui dans le présent module les conditions à venir des futurs retraités. De départager donc les contenus de discussion qui d’un côté concernent le sort des personnes aînées, celles donc qui sont présentement retraitées, mais aussi celles qui sont actives. En effet, on oublie trop souvent que les personnes encore sur le marché de la main-d’œuvre sont concernées au premier chef par les défis du vieillissement. D’une part parce que les décisions et choix politiques actuels, en matière de santé et de fonds de pension notamment, les toucheront vraisemblablement plus tard alors qu’elles franchiront le seuil de la retraite et, d’autre part, parce qu’elles s’exposent à subir dans l’immédiat les contrecoups du vieillissement.

  • 37 Jenkins, E., Carrière, Y. et Légaré, J. (1997), « Les changements qualitatifs dans le processus de (...)

40Quatrièmement, trop d’analyses commettent des bévues en versant dans des spéculations globalisantes et sans nuances sur la vieillesse. On peut regretter que dans de nombreux textes sur les enjeux sociétaux du vieillissement, les auteurs procèdent essentiellement à partir de larges vues d’ensemble des réalités démographiques et économiques pour instruire leur propos, s’aventurant ainsi dans des jugements périlleux. Ce sont ces lectures globalisantes, souvent réductrices, qui servent à dégager les lignes de force structurelles qui prennent par la suite valeur de prophétie. En faisant abstraction du caractère hétérogène de la population âgée, même au regard de l’âge, et en faisant l’économie des multiples contrastes dans les parcours de vieillissement, on tronque dès le départ les données du problème. Dans le même ordre de raisonnement, en faisant l’impasse sur la fragilité du marché de l’emploi et sur les soubresauts de l’économie à moyen ou à long terme, on se hasarde dans des prédictions qui ne peuvent être que boiteuses. Pour se forger une compréhension aussi limpide que possible des enjeux du vieillissement, on poussera plus à fond la réflexion et l’analyse afin de faire ressortir les particularités de chaque groupe ou cohorte d’individus. L’âge, le sexe, le niveau de scolarité, le statut civil, l’appartenance ethnique, le revenu et le milieu résidentiel forment un premier ensemble de traits discriminants. S’ajoutent les conditions et comportements de santé, l’autonomie, l’accès physique aux services, les moyens de transport, la composition et l’utilisation du réseau de soutien formel et informel. Les trajectoires de vieillissement sont également marquées par l’histoire des événements de vie et les tracas de la vie quotidienne propres à chacun. Comme je l’ai souligné précédemment, chaque cohorte de personnes aînées se distingue par ses acquis, ses épreuves et expériences de vie. On rappellera que l’on rencontre dans la population âgée une vaste hétérogénéité inter- et intragénérationnelle. Plus la population âgée s’étire dans l’échelle des années, plus se diversifient les expériences de vie. Éric Jenkins, Yves Carrière et Jacques Légaré, dans une récente étude québécoise sur l’utilisation des soins et services de santé, ont insisté avec force sur la prééminence de ces attributs qualitatifs, appelés à changer de configuration ou à se renouveler d’une génération à l’autre. Ils sont de la plus haute importance dans tout effort visant à apprécier les besoins des aînés, les services à dispenser et les coûts anticipés du vieillissement37.

  • 38 David, H. (1995), « Rapports sociaux et vieillissement de la population active », Sociologie et so (...)

41Cinquièmement, lorsqu’on passe à la toise des comparaisons les ressources ou les coûts à prévoir pour différents groupes d’âge, en santé notamment, on procède le plus souvent par coupe transversale, c’est-à-dire que les données sont mises côte à côte à un moment donné dans le temps, sans prendre en compte les tendances évolutives propres à chaque groupe ou à chaque cohorte. Ce faisant, on ne compare pas véritablement des générations mais des groupes d’âge où l’ordre de grandeur n’est jamais le même, surtout lorsqu’il s’agit d’attribuer un coût aux dépenses publiques. Comme l’ajustement souligné Hélène David, comparer équitablement les générations nécessiterait des données mettant en perspective les rétributions/ contributions de cohortes (donc les individus nés à des époques différentes) lorsqu’elles sont aux mêmes étapes de leur vie38.

42Sixièmement, il semble se dégager dans les thèses optimistes ou pessimistes une tendance à « mondialiser les enjeux et les défis » du vieillissement, c’est-à-dire à les généraliser à tout l’Occident. On semble oublier que les enjeux du vieillissement sont à géométrie variable, ce qui signifie que les retombées prévues ne revêtent pas la même portée sociale ou économique dans l’espace géographique. Il faut en effet voir que les composantes qui entrent en jeu sont propres à des contextes démographique et socioéconomique spécifiques : ils fluctuent donc énormément d’une société développée à l’autre. Autrement dit, les déterminations populationnelles s’inscrivent dans des cadres sociaux, culturels, institutionnels et juridiques marqués à l’avant-scène par des équilibres fragiles et aussi de profonds changements qui traversent d’autres secteurs : ceux de l’innovation technologique arrivent en tête de liste. Il importe au plus haut point de se méfier de toute analyse unificatrice d’un point de vue géographique, approche qui souvent fait fi des particularités nationales. On ajoutera également que chaque nation, qui a ou aura à faire face au défi du vieillissement, disposera d’une trousse de solutions adaptée à sa réalité singulière. Ce qu’il paraît souhaitable en passant, c’est l’adoption d’un protocole de conduite applicable à l’ensemble des États-nations qui réitérerait les principes fondamentaux en matière d’engagements et d’obligations pour assurer la protection sanitaire, financière et sociale des personnes aînées. Des ordres de priorité et les plans d’action correspondants pourraient être dégagés. Un cas concret serait la suppression d’une mesure discriminatoire comme l’âge obligatoire de la retraite.

43Septièmement, on remarquera dans les exposés sur le vieillissement que les perspectives démographiques étudiées nous renvoient tantôt à des observations contemporaines, tantôt à des projections. Il est nécessaire de rappeler que certains retentissements du vieillissement sont repérables à court terme, tandis que d’autres se profilent dans un long terme qui demeure hautement hypothétique. Ici comme ailleurs, une boule de cristal en vaut une autre. Les lectures à contretemps sur les enjeux et défis du vieillissement qui nous projettent dans 20 ou 30 ans sont toujours circonspectes. Elles ne peuvent s’appuyer que sur le déchiffrage partiel des réalités actuelles et sur des extrapolations toujours fragiles. Les projections démographiques sont sans doute relativement sûres, mais en est-il de même des perspectives économiques, sociales et culturelles avec lesquelles elles sont inséparablement intriquées ? Le danger est donc toujours élevé de confondre les esprits, en incitant l’attribution au présent de ce qui en fin de compte relève de la pure spéculation. Est-il besoin de rappeler qu’il existe une large part d’indétermination dans tout énoncé sur le futur, quel que soit le domaine étudié ? Un jeu complexe d’éléments intervient dans le tracé historique, sans compter que des phénomènes impossibles à prédire vont inévitablement se produire et que d’autres événements annoncés ne se matérialiseront pas. Comme le bug de l’an 2000 ! Comment prévoir ce qu’il adviendra des aînés de demain, alors que la technologie, l’économie et la politique nous réservent toujours des surprises, bonnes ou mauvaises ?

44Huitièmement, les discours sur les enjeux du vieillissement tendent souvent à dissocier les cadres et fonctions de l’activité humaine, comme s’ils existaient et opéraient isolément, en vase clos, impulsés par leur dynamisme propre. Pourtant, la santé, l’économie (la problématique des fonds de pension et celle des travailleurs âgés), le niveau de vie et les rapports intergénérationnels sont intimement associés, car ils s’inscrivent dans un cadre évolutif étroitement interdépendant porté par les mêmes forces sociales. Il en va de même des forces susceptibles de provoquer les changements attendus tout comme les réactions anticipées à ces changements. Elles sont nécessairement imbriquées : il est donc illusoire de les séparer lorsqu’il s’agit de prédire les effets du vieillissement. Ces éléments agiront-ils en synergie, créant en quelque sorte des effets multiplicateurs ou de potentialisation ? Ou encore, l’intervention dans un champ donné aura-t-elle pour résultante de déclencher un effet d’entraînement qui atténuera un quelconque problème dans une branche voisine ? Ainsi des correctifs apportés au problème des fonds de pension aideront-ils à rétablir l’équilibre dans un champ connexe, notamment celui de la santé, ou au contraire seront-ils sans conséquences fâcheuses ? Autre cas de figure. Si le vieillissement de la population laisse craindre une élévation des dépenses en santé, qu’en sera-t-il des dépenses en éducation quand on prend en compte la baisse des clientèles étudiantes ? Conséquemment, pour faire la part des choses et se fabriquer une conception éclairée eu égard aux craintes évoquées, il paraît incontournable de faire appel à une multitude de points de vue et de porter la réflexion sur différents fronts en soulignant les immanquables interconnexions.

45Mais avant de passer au crible de la critique dans les deux prochains chapitres les allégations de torpeur évoquées plus haut, j’aimerais soulever deux points chauds qui me tenaillent dans ces discussions entourant l’impact du vieillissement. Premièrement, à constater la parade des mêmes sujets de discussion, tels ceux sur la santé, les caisses de retraite, le niveau de vie ou l’équilibre entre les générations, toute l’attention semble graviter en fin de compte autour d’un pôle principal : le coût du vieillissement. À bien y penser, c’est bien plus le facteur coût qui a érigé la vieillesse en problème que toute autre considération. En réduisant « ou monnayant » de la sorte la question du vieillissement, on a finalement perverti le débat en le circonscrivant dans le champ des seuls intérêts de l’économie néolibérale et de ses agents chargés du traitement de la vieillesse. Lorsqu’on examine séparément et attentivement chacun de ces principaux thèmes, c’est finalement toujours la même argumentation chiffrée qui est produite et diffusée, apprêtée dans des termes qui s’assimilent. Derrière ces rhétoriques comptables éminemment alarmistes, présentées avec un vernis de scientificité, se cachent des présupposés parfois grossiers et lapidaires, des mythes qu’il faut déconstruire. La réflexion semble pour ainsi dire aspirée dans un trou noir analytique qui interdit tout rafraîchissement de la pensée. Une pensée prudente et audacieuse qui, tout en étant sensible aux impacts du vieillissement, ferait valoir des vertus et une valeur à l’avancée en âge, aussi bien au bénéfice de l’individu qu’à celui de la société.

46En second Heu, s’est développée et répandue au cours des deux dernières décennies une « mentalité de la crise » dans le monde moderne. Elle s’est infiltrée comme il fallait s’y attendre dans le champ de la vieillesse. Comment expliquer que les défis de société ou les complications normales d’une société en profonde transformation soient de plus en plus interprétés comme des crises ? Crise de civilisation, crise de génération, crise financière ou boursière, crise internationale, pour rappeler à la mémoire quelques images qui ont fait la manchette. Et maintenant crise du vieillissement. La prégnance du concept de crise ne refléterait-elle pas notre penchant fataliste ou pessimiste, en plus de nos peurs incontrôlées face à l’incertitude de l’avenir ?

Notes

1 Maffesoli, M. (1990), La connaissance ordinaire. Précis de sociologie compréhensive, Paris, Librairie des Méridiens, p. 59.

2 Chesnay, J. C. (1995), Le crépuscule de l’Occident. Démographie et politique, Paris, Robert Laffont.

3 Voir, à ce propos, Larue, G. (1992), Geroethics : A New Vision of Growing Old in America, Buffalo (NY), Prometheus Books.

4 Leleur, M. (1997), « L’or gris ou la richesse mobilisatrice des seniors », dans G. Bajoit et E. Belin (dir.), Contributions à une sociologie du sujet, Montréal, L’Harmattan.

5 Castel, R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, p. 443.

6 Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffont, p. 287.

7 Serres, M. (2001), Hominescence, Paris, Éditions Le Pommier, p. 23.

8 Ibid.

9 Legrand, J. (1979), « Comment meurt un pays », dans P. Chaunu, G. F. Dumont, J. Legrand et A. Sauvy (dir.), La France ridée, Paris, Librairie générale française, p. 54.

10 Ibid., p. 20.

11 Sauvy, A. (1979), « Les conséquences du vieillissement de la population », dans P. Chaunu, G. F. Dumont, J. Legrand et A. Sauvy (dir.), op. cit., p. 106.

12 Chaunu, P. (1979), « Un phénomène sans précédent dans l’histoire », dans P. Chaunu, G. F. Dumont, J. Legrand et A. Sauvy (dir.), op. cit., p. 119-157.

13 Ibid., p. 146.

14 Henripin, J. (1994), « The financial consequences of aging », Canadian Public Policy, vol. 20, no 1, p. 78-94. Voir, à propos de la situation canadienne, Foot, D. K. et Stoffman, D. (1996), Boom, Bust & Echo. How to Profit from the Corning Demographic Shift, Toronto, Macfarlane, Walter & Ross.

15 Henripin, J. et Lapierre-Adamcyk, E. (1974), La fin de la revanche des berceaux : qu’en pensent les Québécoises ?, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 128.

16 Thomas, L-.V (1989), « Attitudes collectives envers les vieillards : un problème de civilisations », dans H. Bianchi, J. Gagey, J.-P. Moreigne, G., Balbo, D.-Y. Poïvet et L.-V Thomas (dir.), La question du vieillissement. Perspectives psychanalytiques, Paris, Dunod, p. 125-162 (p. 132).

17 Ricard, F. (1992), La génération lyrique, Montréal, Éditions du Boréal.

18 Ibid., p. 117.

19 Voir Jones, J. R. (1988), « Conflit entre générations aux États-Unis », Futuribles, no 125, p. 27-38.

20 Peterson, P. G. (1999), Gray Dawn: How the Corning Age Wave Will Transform America and the World, New York, Time Books. Il est aussi l’auteur d’autres articles sur le sujet, dont celui-ci publié en 1996 : « Will America grow up before it grows old ? », The Atlantic Monthly, vol. 277, no 5, p. 55-86.

21 Dychtwald, K. (1999), Age Power : How the 21st Century Will Be Ruled by the New Old, New York, Penguin Putnam. Voir aussi son autre livre : Dychtwald, K. (1999), Healthy Aging: Challenges and Solutions, Gaithersburg (MD), Aspen Publishers.

22 Wallace, P. (1999), Agequake : Riding the Demographic Rollercoaster Shaking Business, Finance and our World, Londres, Nicholas Breadey.

23 Goldberg, B. (2000), Age Works: What Corporate America Must Do to Survive the Graying of the Workforce, New York, Free Press, p. 15. Le texte en anglais que j’ai traduit librement est : « Some will doubtless respond that the solution is to gear up the great American propaganda machine. Surely the country that convinced women to enter the workforce during World War II and then leave it for hearth and home when the soldiers came marching back from war can convince baby boomers to keep working well past the current popular retirement age of sixty-two. »

24 Fellegi, I. (1988), « Can we afford an aging society? », Canadian Economic Observer, octobre 1988.

25 Henrard, J.-C. et Ankri, J. (2003), Vieillissement, grand âge et santé publique, 2e édition, Rennes, Éditions de l’École nationale de la santé publique.

26 Cicurel, M. (1989), La génération inoxydable, Paris, Grasset.

27 Fukuyama, F. (2000), Le grand bouleversement. La nature humaine et la reconstruction de l’ordre social, Paris, La Table Ronde, p. 156.

28 Ibid., p. 157.

29 Freedman, M. (1999), Prime Time: How Baby Boomers Will Revolutionize Retirement and Transform America, Cambridge (MA), Public Affairs Books.

30 Roszak, T. (1998), America the Wise: The Longevity Revolution and the True Wealth of Nations, Boston, Houghton Mifflin.

31 Royda Crose est maintenant directrice du Center for Gerontology à Ball State University, Muncie, Indiana.

32 Olievenstein, C. (1999), Naissance de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob.

33 Mullan, P. (1999), The Imaginary Time Bomb: Why an Ageing Population Is Not a Social Problem, Londres, Tauris.

34 Cohen, G. D. (2001), The Creative Age: Awakening Human Potential in the Second Half of Life, New York, Quill.

35 Schachter-Shalomi, Z. et Miller, R. S. (1997), From Age-ing to Sage-ing: A Profound New Vision of Growing Older, New York, Warner Books.

36 Mills, C. W (1967), L’imagination sociologique, Paris, François Maspero, p. 7.

37 Jenkins, E., Carrière, Y. et Légaré, J. (1997), « Les changements qualitatifs dans le processus de renouvellement des générations : impacts sur la mesure et la projection du besoin d’aide », La Revue canadienne du vieillissement, vol. 16, no 2, p. 237-253.

38 David, H. (1995), « Rapports sociaux et vieillissement de la population active », Sociologie et société, vol. 27, no 2, p. 57-68.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search