Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 2. Portrait biologique de la vieillesse

Chapitre 4. Sur les traces de la longue vie

Texte intégral

  • 1 Ruffié, J. (1976), De la biologie à la culture, Paris, Flammarion, p. 365.

« La sécurité du biologique se fait au détriment de la liberté. Mais la liberté de mouvement du progrès culturel se fait au détriment de la sécurité. La connaissance n’est plus renfermée dans les chromosomes mais dans la culture. Elle n’est pas transmise par un processus génétique invariant mais par l’éducation. »
Jacques Ruffié, De la biologie à la culture1

  • 2 Je tiens à préciser que l’exposé qui va suivre, dont le contenu est en dehors de mon champ de comp (...)

1De fil en aiguille, notre civilisation a fini par remplir sa promesse. L’homme contemporain bénéficie désormais d’une durée de vie de loin supérieure à celle des générations qui l’ont précédé. Atteindre la longue vie n’est plus une bénédiction des dieux, mais un destin désormais à la portée de la plupart des Occidentaux. Comment rendre compte objectivement de cette stupéfiante performance ? Pour la comprendre, faut-il uniquement invoquer les progrès techniques, les prouesses de la médecine, les nombreuses améliorations apportées à notre mode de vie ? Bref, s’agit-il d’une conséquence liée du développement technique ou culturel ou de processus biologiques ou génétiques, ou des deux à la fois2 ? En d’autres termes, quels ont été les apports indépendants et conjugués de la sélection naturelle, du milieu physique et de l’intervention humaine dans cette conquête de la vie longue ?

L’apport primordial de l’évolution

2La biologie moderne, en particulier la branche qui s’intéresse aux mécanismes physiologiques du vieillissement (par exemple, l’étude des dommages des cellules causés par les radicaux libres oxydants), n’est à ce jour pas parvenue à identifier avec certitude les véritables marqueurs de la vieillesse. La théorie évolutionniste, de son côté, apporte certains éclairages en pointant les mécanismes sélectifs et d’adaptation qui interviennent respectivement dans la genèse des espèces. Elle nous a révélé que les traits anatomiques de l’homme ont été vraisemblablement sculptés au cours des différentes phases de l’ontogenèse. Ces mécanismes ont avantagé l’homme en le douant des facultés requises pour s’affranchir progressivement des redoutables contraintes de son milieu naturel. Sans ses facultés distinctives, l’homme n’aurait évidemment pu s’engager sur la voie de la culture.

  • 3 Von Buttlar, J. (1977), Le rêve de longévité, Paris, Robert Laffont, p. 118.
  • 4 Hayflick, L. (2000), « The future of aging », Nature, no 408, p. 37-39.

3Les premières interprétations évolutionnistes du vieillissement alléguaient que la sénescence était programmée génétiquement afin d’empêcher la surpopulation et en même temps pour accélérer la succession des générations. La « finalité » du processus aurait été de favoriser l’adaptation de l’organisme aux conditions fluctuantes de l’environnement. De nos jours, on pense au contraire que le vieillissement s’explique en dehors du principe même de la sélection. L’évolution aurait négligé la vieillesse « car c’est seulement après la période de reproduction que deviennent sensibles les conséquences fâcheuses du vieillissement3 ». On estime qu’en raison de la faible mortalité extrinsèque ou, si l’on préfère, de la suppression quasi complète des causes externes de décès prématuré, l’influence de la sélection naturelle sur la diffusion ou l’élimination des gènes décline presque à un point nul en fonction de l’âge auquel ces gènes exercent habituellement leurs effets, qu’ils soient favorables ou non. En d’autres termes, à partir du moment où les chances de survie dans un milieu hostile sont minimales, le pouvoir de la sélection naturelle devient trop faible pour contrer le processus d’accumulation des gènes qui exercent des effets délétères avec l’avancée en âge. S’ajoute ce second argument : vu que l’homme préhistorique n’a pas véritablement connu la vieillesse, la sélection naturelle n’aurait pas pu retenir comme facteur de survie une transformation comme le vieillissement4.

4Cela étant dit, pourquoi la sélection naturelle n’a-t-elle pas éliminé les gènes pourvoyeurs de maladies ? Dans une entrevue accordée à un journaliste français, Philippe Amouyel, épidémiologiste à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, répond ceci :

  • 5 Propos recueillis par Frédéric Albrecht., « La quête de la longévité passe-t-elle par nos gènes ?  (...)

Il est vrai que, assez étrangement, certains gènes associés à des maladies fréquentes, qui auraient pu disparaître au fur et à mesure de l’évolution, ont persisté. Cela signifie peut-être que ces gènes peuvent avoir un rôle protecteur à un moment donné de l’existence d’un individu. Un exemple : pendant la grossesse, il arrive que l’utérus soit mal alimenté, mettant en péril la vie du fœtus. Mais certains individus pourraient disposer heureusement de gènes pouvant contrecarrer cette vascularisation déficiente en favorisant par exemple l’augmentation de leur propre pression artérielle. L’organisme du bébé qui reçoit trop peu de sang de sa mère va augmenter son propre rythme cardiaque ou va réduire le diamètre de ses vaisseaux, pour assurer un débit sanguin correct. Mais ces mêmes avantages, 50 ans plus tard, augmenteront le risque de cet individu de développer une hypertension artérielle et une maladie cardiovasculaire. Un gène qui était utile à la survie pendant le stade embryonnaire a donc été favorisé par l’évolution, mais s’est révélé néfaste par la suite5.

  • 6 Fries, J. F. et Crapo, L. M. (1981), Vitality and Aging, San Francisco (CA), Freeman. Ces auteurs (...)
  • 7 Dubos, R. (1973), L’homme et l’adaptation au milieu, Paris, Payot.
  • 8 Hayflick, L., op. cit.

5Même si des inconnues subsistent quant au rôle de l’évolution dans la détermination de notre longévité maximale, évolution dont le temps d’action se calcule en millénaires, il est certain que l’intervention de l’homme, qui se mesure en quelques siècles, ait eu un effet direct et plus rapide. De l’avis de certains, dont Lawrence Fries et James Crapo, on doit cette plus-value conférée à notre durée aux améliorations apportées à notre mode de vie par la technique et, dans une moindre mesure, au progrès de la médecine6. C’est ce qui explique que la durée moyenne de vie a augmenté d’une année tous les trois ans au cours du dernier siècle. Cependant, a fait valoir le microbiologiste René Dubos, des longévités exceptionnelles peuvent être réalisées sans l’aide providentielle de la médecine. Ainsi, note-t-il, la vie des grands vieillards contemporains s’est déroulée avant même que se généralisent les progrès de la médecine ! Il pousse même son raisonnement en déclarant que l’espérance de vie « en bonne santé » des adultes de notre époque n’est pas plus élevée que celle de nos ancêtres. L’accroissement de notre longévité représenterait une « simple prolongation, une survie obtenue au prix de traitements complexes et coûteux, et non pas quelques années de santé de plus7 ». De son côté, le biologiste Hayflick est d’avis que la durée potentielle de la vie humaine est demeurée inchangée au cours des 100 000 dernières années. Selon lui, l’évolution naturelle contribue à l’allongement de la longévité, non seulement chez l’homme, mais aussi chez les autres espèces, de façon tellement lente cependant que notre capacité à le détecter nécessiterait la tenue minutieuse de registres de décès durant des millénaires8.

6Quoi qu’il en soit, il demeure que le bond prodigieux ayant conduit l’homme à prolonger la vie est un fait extrêmement récent à l’échelle de l’évolution. Au risque de me répéter, je rappellerai que nos ancêtres lointains ne connaissaient vraisemblablement pas la vieillesse, tout au moins au sens où nous l’entendons aujourd’hui, car peu d’individus réussissaient à franchir le cap de la cinquantaine, voire de la quarantaine. La mort était habituellement le fruit d’une maladie, d’un homicide ou d’un accident.

  • 9 Anderson, R. N. (1999), United States Life Tables, 1997, National Vital Statistics Reports, Washin (...)

7Donc, ce qui a changé, et nous l’avons souligné précédemment, c’est l’espérance de vie à la naissance qui, dans la plupart des nations développées, est rapidement passée en 200 ans de 50 ans à plus de 76 ans9. Au début du XIXe siècle, celle-ci n’avait pas substantiellement changé depuis des centaines de siècles. Mourir de vieillesse était un événement rare, extraordinaire. Encore aujourd’hui, dans les pays « prétendument » en voie de développement (ou en émergence !), la maladie tue en bas âge, de sorte que la durée de vie moyenne ne dépasse pas une quarantaine d’années. À l’aube de ce nouveau millénaire, toutes les conditions, démographiques ou techniques, sont maintenant réunies pour que cette mutation historique s’étende d’ici quelques décennies à l’échelle planétaire. Nous n’insisterons pas davantage sur ce point qui a été traité au chapitre 2.

Hominisation et humanisation

8Il faut remonter dans notre passé lointain, dans notre préhistoire, pour retracer les événements qui ont jalonné le parcours de vie de l’homme, au point qu’il devienne un acteur autonome en position d’exercer un pouvoir réel sur son devenir, dont sa durée de vie. L’humanité est en fait le fruit de deux ordres de détermination : l’hominisation, qui renvoie à notre histoire naturelle, c’est-à-dire biologique ou génétique, et l’humanisation, qui se réfère à notre histoire culturelle.

9L’ancêtre de l’homme serait apparu il y a environ 6 millions d’années, un grain de poussière à l’échelle géologique. Et, le dernier stade de l’hominisation, avec l’irruption de l’homo sapiens sapiens, remonte à seulement 10 000 ans ! On peut penser qu’à partir du moment où l’homme entre dans l’histoire, au sens de la culture, la pression sélective naturelle n’agit que très peu, relayée par cette même culture qui résoudra les problèmes du rapport de l’homme avec son milieu physique et social. La plus grande découverte de l’homme aura certainement été celle du temps, cette nouvelle frontière qui, une fois inscrite dans son mode de pensée et le champ de son expérience, devait transformer le cours de son existence, allant jusqu’à lui permettre d’intervenir sur sa propre destinée et sa durée. Donc de donner un sens au temps et à la longévité.

10Attardons-nous en premier, et principalement, sur le déroulement des étapes de l’hominisation. L’hominisation désigne l’ensemble des adaptations successives qui ont conduit à l’apparition de l’homo sapiens sapiens. Les anthropologues soutiennent que d’importants mécanismes de l’évolution sont entrés en action à la suite de fluctuations majeures dans l’écosystème, forçant les hominidés à s’adapter aux conditions modifiées de leur habitat. C’est non seulement la capacité qu’ont acquise ces premiers hominidés d’assurer leur survie, c’est-à-dire de la sécuriser en l’affranchissant des contingences et servitudes du milieu, mais aussi leur pouvoir d’émancipation, qui furent les étincelles initiales sans lesquelles la culture et la société technicienne n’auraient pu naître. La technique aurait ensuite pris le relais : en agissant sur l’amélioration des conditions de vie, elle aurait réduit progressivement la mortalité et allongé la durée de vie, d’où le vieillissement démographique et individuel que nous connaissons aujourd’hui. C’est initialement sous les traits de l’homo faber, puis successivement ceux de l’homo politicus et de l’homo economicus que se profilent enfin l’homo senectus. Un court rappel historique illustrera ce point.

11D’après le schéma néodarwinien, chaque espèce subit les lois de la sélection naturelle et spontanée qui donnent lieu, à la suite de mutations qui s’opèrent de génération en génération, à des formes de plus en plus diversifiées. Le hasard et la valeur sélective de ces mutations, c’est-à-dire la caractéristique d’être favorable ou défavorable, établissent la probabilité d’une espèce de survivre. Cette théorie postule que la rapidité de reproduction d’une espèce donnée détermine la durée nécessaire à l’apparition de nouvelles mutations. Ce mécanisme s’exercerait sous l’effet des contraintes inhérentes à la niche écologique, lesquelles orientent la pression sélective en favorisant la transmission de certains gènes ou en défavorisant d’autres. L’adaptation résulterait de l’action de deux mécanismes d’intervention : le bagage génétique et les contraintes du milieu. Plus une espèce se spécialise, donc diversifie peu ses gènes, plus elle appauvrit son bagage génétique, soit son génome, et plus, conséquemment, elle voit diminuer ses chances d’évoluer et de s’adapter. Elle se trouve en quelque sorte piégée dans son propre milieu. La genèse de l’homme aurait suivi un cheminement évolutif identique à celui de toutes les autres espèces. En suivant le raisonnement de Charles Darwin, on en conclut que plusieurs traits auraient été acquis au cours de la sélection naturelle. Pour d’autres évolutionnistes de cette époque, les transformations se seraient produites en raison de la non-utilisation de certaines parties du corps, suivant l’interprétation proposée par Lamarck, et sous l’influence directe du milieu, suivant la thèse de Buffon. Ces deux dernières tentatives d’explications n’auraient pas survécu.

  • 10 Clark, G. (1962), La préhistoire de l’humanité, Paris, Payot, collection « Petite bibliothèque Pay (...)

12Les changements intervenus dans l’écosystème à l’époque du miocène, principalement dans l’habitat (essentiellement des modifications climatiques et dans la composition du sol) et le biome (c’est-à-dire la flore et la faune) ont été, semble-t-il, de puissants agents de modification, biologique d’abord, culturelle ensuite. Ces changements ont amorcé le processus de migration, lequel a exercé une fonction capitale dans la diffusion de la culture. L’ensemble conjugué de ces phénomènes a certainement joué un rôle majeur dans le développement de l’espèce humaine. Plusieurs préhistoriens ne repoussent donc pas l’hypothèse d’un lien causal entre les fluctuations du milieu physique et les mutations biologiques de l’évolution humaine10. Suivant cette logique, il semble que des modifications apparues dans l’habitat (en l’occurrence un climat moins rude), donc d’origine naturelle et non humaine, aient été initialement des facteurs favorables à l’allongement de la durée de vie humaine.

13L’explication suivant laquelle une séquence d’adaptations a permis aux primates de se démarquer des autres espèces animales pour acquérir les caractéristiques du rameau hominien fait de nos jours consensus. Grâce à leurs traits physiologiques singuliers, plusieurs souches d’hominiens ont bénéficié au départ d’un avantage adaptatif qui a assuré leur survie. Ce qui demeure flou, c’est la frontière séparant les primates devenus singes (les simiens) des hominidés. Comme le veut l’interprétation devenue un cliché, les hominidés auraient été forcés d’abandonner les arbres de la forêt pour se réfugier dans la plaine. L’évolution aurait ensuite favorisé l’adoption de la station érigée. Mais quel qu’ait été le véritable élément déclencheur, il est raisonnable de penser, en suivant le point de vue des anthropologues et paléontologues, que l’adoption de la posture droite a été un facteur déterminant des adaptations subséquentes ayant configuré les traits de l’homo sapiens.

  • 11 Montagu, A. (1964), Les premiers âges de l’homme, Paris, Marabout université, p. 35.
  • 12 La posture verticale chez l’homme doit être apprise.

14Le modèle qualifié de « rétroaction positive » a proposé la séquence suivante de mécanismes d’adaptation. La majorité des paléoanthropologues semblent donc expliquer comme suit l’enchaînement des adaptations qui auraient débuté avec la station verticale et la locomotion bipède. Cette posture aurait d’abord libéré les membres supérieurs pour permettre la préhension et ensuite l’affiner. Cette caractéristique initiale, commune de l’australopithèque à l’homo sapiens, se serait accompagnée d’une élévation du front et d’une accentuation de la voûte crânienne, ce qui aurait favorisé le développement du cerveau11. Grâce à cette nouvelle posture, le museau s’est rétracté, car la main pouvait remplacer la mâchoire comme arme de défense ou de travail. Réduite à la mastication, les dents seraient devenues plus petites et sans crocs, entraînant la régression de la mâchoire, ce qui en retour devait permettre de dégager plus d’espace pour l’extension du cerveau, autorisant de la sorte l’extension des cordes vocales. La station debout aurait également eu pour effet d’améliorer le champ de vision, propriété qui revêt un net avantage adaptatif par comparaison aux autres mammifères12. En augmentant ses potentialités cérébrales, l’hominidé a pu graduellement aiguiser sa dextérité manuelle, d’où l’accélération du développement du système nerveux et subséquemment des capacités cognitives. En effet, l’interaction entre la main et la vision aide le cerveau à mieux enregistrer et stocker les informations, ce qui permet de coordonner plus finement l’exécution des gestes. L’acquisition de ces caractères fondamentaux expliquerait, pour l’essentiel, la transition qui s’est opérée entre l’ancêtre et les descendants de la lignée hominienne.

  • 13 Berge, C. (1998), « Heterochronic processes in human evolution: An ontogenetic analysis of the hom (...)

15Il convient ici de noter que les transformations biologiques décrites précédemment ont certainement ouvert la voie à d’autres mutations ayant exercé une influence non négligeable sur la longévité. En effet, au cours de ce long processus adaptatif, le rythme de croissance du crâne aurait ralenti (néoténie) au profit d’une nouvelle morphologie du bassin. Ce ralentissement a eu pour effet d’allonger les différentes phases de la croissance, dont la période de puberté, et d’entraîner une augmentation significative de poids13. Voilà une indication de plus de processus de mutation qui, tout en se complexifiant, s’articulent entre eux. Il convient ici de souligner que ces processus ont eu pour effet d’induire une longévité supérieure chez les hominidés comparativement aux simiens, celle-ci étant initiée par les transformations morphologiques multiples subies après avoir épousé la position verticale.

  • 14 Stearns, S. C. (1983), « The influence of size and phylogeny on patterns of covariation among life (...)
  • 15 Le Bourg, F., op. cit.

16S’appuyant sur ces découvertes, il n’est pas étonnant qu’au XVIIIe siècle le naturaliste Buffon ait pu établir une corrélation entre la longévité et la durée de la période de croissance. Plus tard, une étude comparative entre les espèces effectuée par Stephen C. Stearns, publiée en 1983, confirmait que le poids corporel est associé significativement à la durée de la gestation (r = 0,80), à l’âge de maturité (r = 0,75) et à la longévité (r = 0,64)14. L’explication que rapporte Éric Le Bourg dans Le vieillissement en question est la suivante : la taille d’une espèce animale est positivement corrélée à la longévité du simple fait qu’un animal plus lourd nécessite plus de temps pour atteindre la maturité. Il devra consacrer plus longtemps de l’attention à sa progéniture, car celle-ci se développe lentement. Si le géniteur meurt avant même que ses petits soient parvenus à maturité, ceux-ci ne pourront survivre et l’espèce sera menacée de disparition à plus ou moins brève échéance. Au temps requis pour permettre aux descendants d’atteindre la maturité s’ajoute donc celui du développement des parents, ces deux éléments concourant à accroître la longévité. Une croissance longue signifie également des portées faibles et espacées, d’où la nécessité d’accorder une vigilance accrue à sa progéniture pour éviter leur mort précoce. S’ajoute le temps nécessaire pour élever au minimum deux descendants afin d’assurer la survie de l’espèce. Pour y parvenir, une longévité supérieure est donc requise15.

17Voyons maintenant une explication contemporaine fournie par Jean-Claude Ameisen :

  • 16 Ameisen, J.-C. (2003), La sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice, Paris, (...)

Il est possible qu’il existe une relation entre la longévité maximale des individus d’une espèce et le nombre maximal de dédoublements que peuvent accomplir dans les serres artificielles d’un laboratoire les fibroblastes d’un très jeune individu. Une souris a une longévité maximale de l’ordre de deux ans, et ses fibroblastes peuvent se dédoubler moins de 10 fois. Un être humain peut vivre plus d’un siècle et ses fibroblastes peuvent se dédoubler une cinquantaine de fois16 !

  • 17 Bermudez de Castro, M. et Nicolas, M. E. (1997), « Paleodemography of the Atapuerca SH middle plei (...)
  • 18 Trinkaus, E. et Thompson, D. D. (1987), « Femoral diaphysial histomorphometric age determination f (...)
  • 19 Dubos, R., op. cit.

18En dépit de cette lente évolution biologique, l’espérance de vie dans les temps reculés demeurait, tel que mentionné précédemment, bien en deçà du potentiel génétique de longévité maximale. Elle dépassait rarement 40 ans17. Aux décès précoces à la suite des combats, des homicides et des accidents, s’ajoutaient ceux déclenchés par la maladie. On dénombre dans les sites de fouille paléontologique plusieurs spécimens d’enfants18, ce qui laisse supposer une mortalité infantile très élevée. Certaines études paléontologiques, effectuées à partir des ossements, dont la dentition, rapportent que l’homme préhistorique des régions nordiques était souvent victime du rachitisme, par suite d’insolation insuffisante19, que les déformations arthritiques et les abcès dentaires étaient courants. Les épidémies provoquaient sans contredit des hécatombes. On peut présumer que l’homme de la préhistoire pouvait décéder des suites de presque toutes les maladies que nous connaissons aujourd’hui, à l’exception peut-être de celles qui se manifestent à l’âge avancé, dont les maladies dégénératives, ou de celles nées des interventions de l’homme sur son milieu (par exemple, l’amiantose, les brûlures radioactives). Les prélèvements et radiographies effectués sur les momies égyptiennes suggèrent la présence d’une grande diversité de pathologies et d’incapacités de toutes sortes. À ma connaissance, il n’existe pas d’études préhistoriques faisant état des troubles mentaux.

L’ascendance de l’homo senectus

19En remontant aux ancêtres de l’homme, dont on sait que plusieurs souches se sont éteintes, nous observons à l’intérieur de chaque palier microévolutif des transformations impliquant cette fois des transactions hominidé-milieu. Jadis, ces adaptations nécessaires ont vraisemblablement favorisé sa longévité et sa croissance démographique.

  • 20 Les restes du célèbre spécimen dénommé « Lucy » (australopithecus afarensis) ont été découverts en (...)
  • 21 Il existe d’autres techniques pour estimer l’âge : les lignes de suture crânienne et des épiphyses (...)

20L’australopithèque (on distingue deux souches principales, le zinjanthrope et le plésianthrope), dont des restes ont été découverts par le Dr Raymond Dart en 1924, à Taung en Afrique du Sud, serait apparu à l’époque du pliocène il y a environ 5,6 millions d’années, d’après une technique de datation basée sur l’horloge moléculaire. Il représente sans doute la première forme d’hominidé20. C’était un bipède végétarien et frugivore. Les paléontologues mentionnent que la souche appelée pléisanthrope nous aurait transmis notre instinct agressif. Certaines observations paléontologiques donnent à penser que l’australopithèque pouvait même conserver des objets en vue de les réutiliser. Voilà qui, convient-il de faire remarquer, suppose une certaine capacité de prévoir les événements. Donc, bien qu’il ne fabriquât vraisemblablement pas d’outils, il pouvait utiliser des objets trouvés dans son milieu pour s’en servir comme outil ou arme défensive ou offensive. En se basant sur l’usure des dents de quelque 400 spécimens exhumés, Alan Mann, professeur d’anthropologie à l’Université de Pennsylvanie, estime à 22 ans la durée de vie de l’australopithèque. Selon ce même chercheur, une autre souche, a. robustus, aurait eu une espérance de vie de seulement 17 ans21.

  • 22 Cité par Ruffié, J., op. cit., p. 241.

21L’homo habilis, en partie contemporain de l’australopithèque, aurait vécu jusqu’à il y a 3 ou 4 millions d’années. Découvert en 1960 dans un site en Tanzanie, cet hominidé aurait été capable de fabriquer des outils élémentaires dont des galets (pebble culture), premier coup d’éclat de la technique dans la réalité. On croit qu’il disposait d’une forme de communication rudimentaire lui permettant de transmettre les fruits de ses expériences. Selon André Leroi-Gourhan, l’homo habilis possédait cette caractéristique qui distingue cet hominidé des autres espèces : la confection d’outils22. On rapporte que l’homo habilis était doué de tous les attributs caractérisant l’être humain, dont la capacité de fabriquer des outils, habileté qui constitue un troisième facteur déterminant de notre évolution. Cependant, malgré cette capacité, à peine 2 % des individus pouvait atteindre l’âge de 40 ans.

  • 23 On soutient que le nom d’homo erectus (position verticale), donné à cet hominidé par Ernst Mayer, (...)
  • 24 Klein, R. G. (1989), The Human Career: Human Biological and Cultural Origins, Chicago/Londres, Chi (...)
  • 25 Noble, W. et Davidson, L. (1996), Human Evolution, Langage and Mind, Cambridge (MA), Cambridge Uni (...)

22L’homo erectus, plus communément appelé le pithécanthrope, serait apparu, il y a environ 1,6 million d’années dans le sillage de l’homo habilis, durant la période glaciaire du pléiocène23. Le Dr Eugène Dubois a exhumé les restes d’un spécimen à la fin du siècle dernier à Java, une île de l’Indonésie, événement qui a été suivi d’autres découvertes en Chine (l’homme de Pékin). D’après Richard G. Klein, l’homo erectus serait demeuré inchangé jusqu’à il y a environ 300 000 ans, sans toutefois laisser de descendants24. On prétend que l’homo erectus serait l’inventeur de la technique. On a déduit également qu’il pouvait utiliser une forme élémentaire de langage articulé, ce qui indique la présence d’une forme primitive de pensée symbolique25. Bon chasseur, soucieux d’améliorer constamment les outils qu’il confectionnait, il apprit à domestiquer le feu, élément qui faisait partie du patrimoine commun. La maîtrise du feu lui permit d’affronter de rudes changements climatiques et de le protéger contre la faune rivale, dont les prédateurs. Dès lors, en acquérant cette sécurité (en s’abritant dans les cavernes, en engrangeant de la nourriture, en utilisant du feu pour cuire les aliments, s’éclairer, se chauffer et durcir l’extrémité des armes de bois pour combattre les animaux), l’homo erectus ne ressentait sans doute pas le besoin d’une vigilance constante, élément qui aurait favorisé le développement de son psychisme. Il fut donc un peu plus libre de se mouvoir dans la nature et d’envisager des migrations. On estime qu’à peine 5 % des individus de cette espèce atteignaient l’âge de 40 ans.

  • 26 Trinkaus, E. (1986), « The Neanderthals and modem human origins », Annual Review of Anthropology, (...)
  • 27 Trinkaus, E. et Thompson, D. D. (1985), op. cit. ; Trinkaus, E. et Zimmerman, M. R. (1982), « Trau (...)
  • 28 Bermudez de Castro, J. M. et Nicolas, M. E., op. cit.

23Entre l’homo erectus et l’homo sapiens se glissent des sous-groupes intermédiaires, en l’occurrence l’homme de Neandertal, dont l’un des premiers spécimens fut découvert en Allemagne en 185626. Il apporte une amélioration des caractéristiques physiologiques, dont l’élévation de la capacité crânienne, mais principalement l’enrichissement culturel. La période du Paléolithique (200 000 à 30 000 avant J.-C.) a donc vu évoluer l’homme de Neandertal. Les paléontologues Trinkaus et D. D. Thompson rapportent l’estimation de l’âge de quatre spécimens adultes, soit 24, 36, 40 et 41 ans. Bien que l’échantillon soit de faible taille, il est étonnant que deux sujets sur quatre aient atteint l’âge de 40 ans27. L’homme de Neandertal pouvait atteindre un âge étonnamment élevé quand on considère les sévices corporels constatés sur les restes de certains spécimens et tenant compte des conditions de vie extrêmement rigoureuses auxquelles il a été exposé. À la suite des analyses effectuées sur des prélèvements dans un autre site découvert en Espagne (spécimens vieux de 50 000 ans), on a supposé qu’aucun individu n’avait vécu plus de 40 ans28. D’après des analyses réalisées sur quelques spécimens, la moitié seulement aurait vécu jusqu’à 40 ans.

  • 29 Moscovici, S. (1972), La société contre-nature, Paris, Union Générale d’Éditions.

24L’homo sapiens, l’espèce la plus achevée des hominidés, car douée de pensée réfléchie, serait apparu il y a environ 150 000 ans à la suite d’une longue évolution qui s’est étendue sur un million d’années. Les variations climatiques extrêmes auxquelles il a été exposé expliqueraient, selon toute vraisemblance, la diversification biologique qu’il a subie, laquelle s’est manifestée par l’apparition de sous-espèces et de races. Aux caractéristiques culturelles acquises sous l’influence des espèces précédentes, s’ajoutent la fabrication des silex (pierres bifaces), la sculpture des os, l’enterrement des morts et les rituels funéraires. L’inhumation des morts et l’emploi d’outils standardisés laissent supposer que cette espèce usait de symboles, voire du langage, sans quoi ces pratiques n’auraient pu être diffusées ou transmises. Plusieurs préhistoriens considèrent que la chasse, pratiquée en groupes organisés, s’est avérée une activité déterminante de la socialité. Ainsi, Serge Moscovici soutient que la survie de l’espèce humaine a été fonction, d’une part, de cette forme de coopération entre les hommes et, d’autre part, des solutions mises en œuvre pour contrôler le volume de la population. Il ne s’agirait donc pas de choix individuels. Forme primitive de la division du travail, la coopération dans les activités de chasse, ou société d’affiliation, aurait été la première structure organisée ayant précédé la société de parenté29.

  • 30 Ruffié, J., op. cit. p. 247.

25L’homo sapiens sapiens, la souche la plus connue étant l’homme de Cro-Magnon, dont les restes ont été découverts dans le sud de la France, est apparu il y a environ 40 000 ans. Il représente l’« espèce » la plus achevée, celle qui conduit directement à l’homme d’aujourd’hui. Comme le décrit Ruffié, il était un chasseur redoutable puisqu’il savait utiliser l’arc et les pièges. L’homme de Cro-Magnon pratiquait lui aussi le culte des morts et était doué d’un sens artistique étonnant30.

  • 31 Dubos, R., op. cit.

26C’est, semble-t-il, il y a environ 10 000 ans, à l’époque du Mésolithique, que l’essor culturel de l’homme a véritablement lieu, étape qui s’accompagne d’une stabilisation de son évolution biologique. René Dubos rapporte la découverte de 173 squelettes dans ton cimetière antique, dont l’âge a pu être calculé et qui remontaient à cette période. Or, trois individus seulement semblent avoir dépassé légèrement la cinquantaine, soit un nombre inférieur à 2 %31.

27Nous connaissons la suite des événements. Naît la métallurgie, d’abord l’âge du bronze suivie de l’âge du fer, qui remplace le travail de la pierre. L’homme se sédentarise, se met plus efficacement à l’abri pour échapper aux aléas du milieu et demeurer hors de portée des animaux prédateurs. Ce sont autant de conditions favorables à l’intensification de son évolution sociale et culturelle. Avec l’avènement de la métallurgie, apparaissent des objets de plus en plus spécialisés qui améliorent sa qualité de vie, avancée qui du même coup favorise l’élévation de la durée de vie. Puis, au cours du IIIe millénaire, naît l’écriture, événement qui consacre l’entrée de l’homme dans l’histoire. La préhistoire se termine avec l’invention et la diffusion de l’écriture.

28À partir du IXe millénaire, période qui correspond au Néolithique, l’homme apprend à cultiver les plantes et à domestiquer les animaux. Il découvre comment semer des graines sur brûlis pour en tirer plusieurs récoltes, engranger la moisson et pratiquer l’élevage, ce qui lui permet de se concentrer sur d’autres activités et d’accroître sa population. Dans l’histoire de l’humanité, la révolution agricole aurait contribué davantage à l’essor des civilisations que la révolution industrielle. Je n’insisterai pas sur les développements qui ont suivi, lesquels se passent de justification. Il suffit de rappeler que l’amélioration des modes de locomotion a été un autre élément déterminant ayant induit la dispersion des populations. Les déplacements humains ont par le fait même favorisé la diffusion des découvertes, car depuis toujours la technique a pour destin la dissémination. L’avènement de l’ère préindustrielle, puis industrielle, a permis à l’homme d’accélérer son expansion démographique qui se poursuit encore sous nos yeux. Tout indique que les épidémies, les famines, les guerres ou les progrès de la médecine n’auraient pas eu pour effet de retarder outre mesure, dans un sens ou dans l’autre, l’accroissement démographique qui s’amorçait.

  • 32 Diamond, J. (1997), De l’inégalité parmi les sociétés, Paris, Gallimard, p. 254.

29Pour résumer, plusieurs indices donnent à penser que l’allongement progressif de la durée de vie chez l’homme tient initialement à des changements dans l’écosystème, changements qui ont conduit à des mutations morphologiques et physiologiques spécifiques à l’espèce humaine. Ces processus, en plus de faciliter l’adaptation au milieu, ont ouvert la voie à l’intervention humaine comme telle, une intervention essentiellement d’ordre culturel et technique. Quelle a été l’importance de la durée de vie dans tout cela ? L’allongement de la durée de vie, nous rappelle Jared Diamond, compte parmi les principaux facteurs d’accélération du développement technique : « La longueur de l’espérance de vie, qui en principe devrait donner aux inventeurs en puissance les années nécessaires pour accumuler des connaissances techniques, mais aussi la patience et la sécurité indispensables pour s’embarquer dans de longs programmes de développement aux résultats différés32. »

L’espérance de vie du Néolithique jusqu’à nos jours

  • 33 Les pratiques funéraires variaient selon le sexe, le statut social, la fortune et l’âge.

30Les données dont nous disposons sur la longévité moyenne dans les temps anciens sont minces et la plupart du temps peu sûres. On soupçonne la présence de biais méthodologiques susceptibles d’invalider ou de contaminer les résultats, qu’il s’agisse de la non-représentativité des échantillons de spécimens exhumés33, des sites d’observation dont la découverte est souvent le fruit du hasard, de la faible fiabilité de certaines techniques pour déterminer l’âge (l’histomorphologie ou l’analyse des ossements principalement), des critères d’inclusion ou d’exclusion des spécimens, notamment le fait d’omettre ou non les cas de décès résultant d’actes présumés de violence (par exemple, les crânes défoncés s’expliquent-ils par un acte violent ou un autre facteur ?), ou le fait de prendre en compte ou non la mortalité infantile. Les estimations sont donc sujettes à une extrême caution. Il faut conséquemment se garder de toute généralisation abusive et se méfier des périodisations. Toutefois, les quelques textes que j’ai consultés permettent de dégager une configuration globale sur l’espérance de vie, configuration qui ne se dément pas. Elle semble concorder avec l’information émanant d’autres sources indirectes, notamment les conditions de vie sociales et sanitaires qui prévalaient aux époques investiguées. Le but visé dans l’exposé qui va suivre est, on l’aura compris, d’illustrer un phénomène dans ses grandes lignes et non de rapporter les conclusions d’un travail de recherche exhaustif ou critique.

  • 34 Bocquet-Appel, J.-P. et Bacro, J. N. (1997), « Brief communication : Estimates of some demographic (...)
  • 35 Kneissel, M., Boyde, A., Hahn, M., Teschler-Nicola, M., Kalchhauser, G. et Plenk, H. (1994), « Age (...)
  • 36 Szilvassy, J. et Kritscher, H. (1991), « Preparation, reconstruction and interpretation of seven h (...)
  • 37 Hendricks, J. et Hendricks, C. D. (1977), Agingin Mass Society. Myths and Realities. Cambridge (MA (...)

31L’époque du Néolithique (6000 à 2000 ans avant J.-C.) fut une période caractérisée par une forte poussée démographique et l’adoption d’un mode de vie sédentaire. Une étude portant sur quelque 170 spécimens découverts en France conclut que l’espérance de vie moyenne se situait entre 25 et 28 ans seulement34. À l’âge du bronze (2000 à 700 ans avant J.-C.), des études font état d’une longévité d’environ 24 ans35, mais d’autres travaux mentionnent que certains sujets ont pu vivre au-delà de 40 ans36. Il semblerait qu’un léger accroissement de l’espérance de vie ait été noté au cours de cette période, parallèlement à une augmentation de la taille corporelle, à une réduction de l’arthrite et à une amélioration de la condition dentaire37.

  • 38 Arnott, R. (1996), « Healing and medicine in the aegean bronze age », Journal of the Royal Society (...)
  • 39 Hendricks, J. et Hendricks, C. D., op. cit., p. 30.
  • 40 Postel-Vinay, O. (1999), « Le cas de la Grèce antique », La Recherche, no 322, numéro spécial, p.  (...)

32Dans une publication couvrant la civilisation préhellénique, Robert Arnott signale l’état de santé médiocre des Mycéniens (1600 à 1200 ans avant J.-C.). Pour expliquer ce phénomène, il évoque des problèmes de contamination d’eau, la surpopulation et un déséquilibre diététique. Il attribue les décès à des maladies telles que la malaria, la poliomyélite, le choléra, la typhoïde et des troubles anémiques. L’espérance de vie devait se situer, selon cette étude, autour de 35 ans38. À l’âge du fer (1150 ans à 1 avant J.-C.), on mentionne que seulement quelques spécimens d’individus auraient dépassé l’âge de 45 ans. Selon le paléodémographe John L. Angel, les observations effectuées sur des squelettes découverts à Athènes et à Corinthe, de l’époque cette fois de la Grèce classique (507 à 362 ans avant J.-C.), indiquent que la durée de vie pouvait atteindre 45 ans chez l’homme et 36 ans chez la femme. Une autre étude suggère une longévité approximative de 30 ans d’après des inscriptions tombales remontant à 400 ans avant J.-C.39. Les accidents de la grossesse, de l’accouchement et l’allaitement expliqueraient cette longévité moindre des femmes. Le spécialiste de la médecine antique Mirko Grmek affirmera que la durée de vie a atteint dans la Grèce antique des sommets qu’elle ne retrouvera que beaucoup plus tard, soit au XXe siècle40.

  • 41 Montagu, D. (1994), « Length of life in the ancient world: A controlled study », Journal of the Ro (...)
  • 42 Huggett, J. (1996), « Anglo-saxon cemeteries », site Web : <http://www.gla.ac.uk/archaeology/resources/Anglo-Saxon/cemeteries/index.html>.

33Un autre chercheur, s’intéressant cette fois à la période classique, a utilisé une méthode de calcul de la longévité moyenne où il a exclu les cas présumés de mort violente. Il constate des espérances de vie semblables à celles relevées beaucoup plus tard, soit au cours de la période s’étendant de 1850 à 195941. Une autre étude, couvrant la période du Haut Moyen Âge, période s’étendant du Ve siècle à l’an 1000 environ, fait état des datations obtenues sur 687 squelettes provenant de 12 cimetières en Angleterre. L’étude répartit comme suit les proportions de décès en fonction de l’âge : 1 % de nouveaux-nés, 6 % de jeunes enfants, 12 % d’adolescents, 13 % de jeunes adultes, 52 % d’adultes « d’âge mûr », et 16 % de vieillards42. On a estimé par ailleurs qu’au Bas Moyen Âge, moins de 5 % de la population dépassait l’âge de 45 ans.

34Si on se résume jusqu’ici, tout en étant conscient d’avoir enjambé quelques siècles pour lesquels je ne possédais pas d’informations, les espérances de vie « à la naissance » de l’homo sapiens sapiens jusqu’à l’invention de l’écriture ne devaient guère franchir le cap de 20 ou 25 ans. En excluant la mortalité infantile, on peut poser par hypothèse une longévité oscillant autour de 35 ou 40 ans. Puis de la préhistoire jusqu’au XVe siècle, l’espérance de vie « à 20 ans » était de l’ordre de 20 à 25 ans, s’établissant donc à 40 ou 45 ans. Précisons que cette valeur est relativement uniforme d’une étude à l’autre.

  • 43 Masset, C. (1994), « La paléodémographie », Histoire et mesure, no 9, p. 381-394.

35On rappellera à nouveau qu’étant donné la forte mortalité infantile, l’espérance de vie à la naissance est demeurée extrêmement faible pendant des siècles. Outre le fait qu’un nourrisson sur quatre, estime-t-on, n’atteignait pas l’âge d’un an, plusieurs autres facteurs expliquent cette faible espérance de vie. En premier lieu, la mortalité en couches provoquait une véritable hécatombe chez les jeunes femmes43. Puis, il y avait la famine, les épidémies, les guerres et la dureté de la vie en général.

  • 44 Masset, C., « Laboratoire d’ethnologie préhistorique », CNRS et Université de Paris, site Web : <http://www.ined.fr/publications/pop_et_soc/pes380/PES380/index.html>.

36En ce qui regarde la situation en France au temps de l’Ancien Régime, c’est-à-dire la période s’étendant depuis le règne de François Ier (1515-1547) jusqu’à la Révolution de 1789, nous disposons de statistiques sur la mortalité grâce aux registres paroissiaux dans lesquels les prêtres consignaient les sépultures. Les démographes ayant analysé ces données ont conclu que l’espérance de vie « à la naissance » se situait autour de 25 ans au cours de cette période. Il faut à nouveau noter que cette estimation ne reflète pas le phénomène qui nous occupe, car elle englobe la mortalité infantile qui à l’époque était encore très élevée. Ceux qui parvenaient à l’âge de 20 ans avaient devant eux une durée d’existence d’environ 35 ans, c’est-à-dire qu’ils mouraient vers l’âge de 55 ans grosso modo. Un adulte sur deux atteignait la soixantaine et une fraction négligeable la dépassait44.

  • 45 Molleson, T. et Cox, M. (1993), The Spitalfîelds Project, volume 2 : The Anthropology. The Middlin (...)
  • 46 Gray, J. (1975), Scottish Population Statistics Including Websteris Analysis of Population 1755, E (...)
  • 47 Zhao, Z. (1997), « Long-term mortality patterns in Chinese history: Evidence from a recorded clan (...)

37Une recherche d’envergure portant sur les causes et les dates de décès aux XVIIIe et XIXe siècles, menée dans une crypte de Christchurch, ville du sud de l’Angleterre, conclut que l’âge moyen au décès était de 58 ans45. Une autre approche, utilisant cette fois les inscriptions sur les pierres tombales et qui incluait les enfants, indique plutôt une moyenne d’âge au décès de 46 ans. Finalement, une recherche effectuée à partir des données d’un recensement en Ecosse précise que 5,1 % des individus étaient décédés après 65 ans, 1,5 % après 75 ans et seulement 0,3 % après 85 ans46. On a tout de même dénombré 29 individus dont l’âge au décès se situait entre 95 et 100 ans. Enfin, une autre étude généalogique conduite par Zhao et portant sur l’aristocratie chinoise révèle que l’espérance de vie à 30 ans était de 30 autres années environ47.

  • 48 Angel, J. L. (1954), « Human biology, health and history in Greece from the first settlement until (...)

38Pour résumer, nous rapportons à la figure 4.1, empruntée à J. Lawrence Angel, les estimations d’espérance de vie à l’âge de 15 ans (contrôlant ainsi pour la mortalité infantile et de l’adolescence) pour différentes périodes de l’histoire48. On constatera qu’il y a très peu de fluctuations à ce chapitre d’une période historique à l’autre, et ce, jusqu’au début du XIXe siècle.

FIGURE 4.1. L’espérance de vie à 15 ans pour différentes périodes.

FIGURE 4.1. L’espérance de vie à 15 ans pour différentes périodes.

Source : Angel, J. L. (1954), « Human biology, health, and history in Greece from the first settlement until now », American Philosophical Society Yearbook, p. 171.

  • 49 Cité par Simmons, L. W. (1945), The Role of the Aged in Primitive Society, New Haven, Yale Univers (...)
  • 50 Cité par Rivers, W H. R., op. cit. (A. C. Fletcher et F. La Flesche, The Omaha, ARBAE, no 27, p. 1 (...)

39Les informations que nous possédons sur l’âge avancé dans les sociétés sans écriture encore existantes à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle sont elles aussi fragmentaires et forcément peu fiables. Certaines données statistiques sur la longévité de ces peuplades anciennes ont cependant été rapportées. Ainsi, William Halse Rivers publia en 1906 les résultats d’une recension démographique effectuée en Asie, auprès des Toda. Il rapporte que seulement 4,7 % des hommes et 5,3 % des femmes dépassaient l’âge de 50 ans49. Alice Cunningham Fletcher et Francis La Flesche mentionnent à propos des Omahas d’Amérique vivant en 1884 que 7,2 % des hommes et 8,2 % des femmes avaient franchi le cap de 55 ans50. Bien que certaines études nous signalent l’existence de centenaires chez les peuples sans écriture du début du siècle dernier, la plupart s’accordent à dire que l’on considérait comme très âgés les individus de 50 ans.

Notes

1 Ruffié, J. (1976), De la biologie à la culture, Paris, Flammarion, p. 365.

2 Je tiens à préciser que l’exposé qui va suivre, dont le contenu est en dehors de mon champ de compétence, se veut davantage illustratif que scientifique.

3 Von Buttlar, J. (1977), Le rêve de longévité, Paris, Robert Laffont, p. 118.

4 Hayflick, L. (2000), « The future of aging », Nature, no 408, p. 37-39.

5 Propos recueillis par Frédéric Albrecht., « La quête de la longévité passe-t-elle par nos gènes ? », Source : <http://www.vivre100ans.fr/pro/actualites/evenement_centenaire.htm>.

6 Fries, J. F. et Crapo, L. M. (1981), Vitality and Aging, San Francisco (CA), Freeman. Ces auteurs estiment que les taux de mortalité aux âges avancés sont presque identiques aujourd’hui à ceux de l’Antiquité, voire de la Préhistoire.

7 Dubos, R. (1973), L’homme et l’adaptation au milieu, Paris, Payot.

8 Hayflick, L., op. cit.

9 Anderson, R. N. (1999), United States Life Tables, 1997, National Vital Statistics Reports, Washington (DC), Centers for Disease Control and Prevention, National Center for Health Statistics.

10 Clark, G. (1962), La préhistoire de l’humanité, Paris, Payot, collection « Petite bibliothèque Payot ».

11 Montagu, A. (1964), Les premiers âges de l’homme, Paris, Marabout université, p. 35.

12 La posture verticale chez l’homme doit être apprise.

13 Berge, C. (1998), « Heterochronic processes in human evolution: An ontogenetic analysis of the hominid pelvis », American Journal of Physical Anthropology, no 105, p. 441-459. Les caractères morphologiques du bassin apparaissent en fin de croissance chez les australopithèques, dans l’enfance chez les hominidés, et finalement à la naissance chez l’homme actuel.

14 Stearns, S. C. (1983), « The influence of size and phylogeny on patterns of covariation among life-history in the mammals », OIKOS, no 41, p. 173-187, cité dans Le Bourg, F. (1998), Le vieillissement en questions, Paris, CNRS Éditions, p. 51.

15 Le Bourg, F., op. cit.

16 Ameisen, J.-C. (2003), La sculpture du vivant. Le suicide cellulaire ou la mort créatrice, Paris, Éditions du Seuil, p. 364.

17 Bermudez de Castro, M. et Nicolas, M. E. (1997), « Paleodemography of the Atapuerca SH middle pleistocene hominid sample », Journal of Human Evolution, no 33, p. 333-355.

18 Trinkaus, E. et Thompson, D. D. (1987), « Femoral diaphysial histomorphometric age determination for the Shawidar 3, 4, 5 and 6 Neandertals and Neandertal longevity », American Journal of Physical Anthropology, no 72, p. 123-129.

19 Dubos, R., op. cit.

20 Les restes du célèbre spécimen dénommé « Lucy » (australopithecus afarensis) ont été découverts en 1974 à Hadar en Éthiopie par le Dr Donald Johanson. Elle aurait vécu il y a un peu plus de 3 millions d’années. On estime à 25 ans l’âge de son décès. Voir Weaver, K. F. (1983), « The search for our ancestors », National Geographic, vol. 168, no 5, p. 560-623.

21 Il existe d’autres techniques pour estimer l’âge : les lignes de suture crânienne et des épiphyses osseux.

22 Cité par Ruffié, J., op. cit., p. 241.

23 On soutient que le nom d’homo erectus (position verticale), donné à cet hominidé par Ernst Mayer, est déplorable car il porte à confusion. En effet, l’australopithèque, une espèce antérieure à l’homo erectus, se tenait aussi debout ; 345 spécimens auraient été découverts jusqu’à présent.

24 Klein, R. G. (1989), The Human Career: Human Biological and Cultural Origins, Chicago/Londres, Chicago University Press.

25 Noble, W. et Davidson, L. (1996), Human Evolution, Langage and Mind, Cambridge (MA), Cambridge University Press.

26 Trinkaus, E. (1986), « The Neanderthals and modem human origins », Annual Review of Anthropology, no 15, p. 193-218.

27 Trinkaus, E. et Thompson, D. D. (1985), op. cit. ; Trinkaus, E. et Zimmerman, M. R. (1982), « Trauma among the Shawidar Neandertals », American Journal of Physical Anthropology, no 57, p. 61-76.

28 Bermudez de Castro, J. M. et Nicolas, M. E., op. cit.

29 Moscovici, S. (1972), La société contre-nature, Paris, Union Générale d’Éditions.

30 Ruffié, J., op. cit. p. 247.

31 Dubos, R., op. cit.

32 Diamond, J. (1997), De l’inégalité parmi les sociétés, Paris, Gallimard, p. 254.

33 Les pratiques funéraires variaient selon le sexe, le statut social, la fortune et l’âge.

34 Bocquet-Appel, J.-P. et Bacro, J. N. (1997), « Brief communication : Estimates of some demographic parameters in a Neolithic rock-cut chamber (approximately 2000 BC) using interactive techniques for aging and demographic estimators », American Journal of Physical Anthropology, no 102, p. 569-575.

35 Kneissel, M., Boyde, A., Hahn, M., Teschler-Nicola, M., Kalchhauser, G. et Plenk, H. (1994), « Age and sex dependent cancellous bone changes in a 4000 BC population », Bone, no 15, p. 539-545.

36 Szilvassy, J. et Kritscher, H. (1991), « Preparation, reconstruction and interpretation of seven human skeletons from the Late Bronze age (urn-field-culture) found at a storage pit in Slillfried/March, lower Austria », Anthropologischer Anzeiger, no 49, p. 303-314.

37 Hendricks, J. et Hendricks, C. D. (1977), Agingin Mass Society. Myths and Realities. Cambridge (MA), Winthrop Publishers, p. 30.

38 Arnott, R. (1996), « Healing and medicine in the aegean bronze age », Journal of the Royal Society of Medicine, no 89, p. 265-270.

39 Hendricks, J. et Hendricks, C. D., op. cit., p. 30.

40 Postel-Vinay, O. (1999), « Le cas de la Grèce antique », La Recherche, no 322, numéro spécial, p. 90. Voir Grmek, M. (1983), Les malades à l’aube de la civilisation occidentale, Paris, Payot. Postel-Vinay fournit quelques exemples de cas de longévité exceptionnelle : Hippocrate, le père de la médecine (90-100 ans). Xénophane, philosophe présocratique (± 92 ans), Parménide, philosophe logicien (± 85 ans), Sophocle, poète tragique (± 90 ans), Gorgias, philosophe sophiste (105-109 ans), Cléanthe, philosophe stoïcien (± 99 ans).

41 Montagu, D. (1994), « Length of life in the ancient world: A controlled study », Journal of the Royal Society of Medicine, no 87, p. 25-26.

42 Huggett, J. (1996), « Anglo-saxon cemeteries », site Web : <http://www.gla.ac.uk/archaeology/resources/Anglo-Saxon/cemeteries/index.html>.

43 Masset, C. (1994), « La paléodémographie », Histoire et mesure, no 9, p. 381-394.

44 Masset, C., « Laboratoire d’ethnologie préhistorique », CNRS et Université de Paris, site Web : <http://www.ined.fr/publications/pop_et_soc/pes380/PES380/index.html>.

45 Molleson, T. et Cox, M. (1993), The Spitalfîelds Project, volume 2 : The Anthropology. The Middling Sort, York, Council for British Archaeology, « CBA Research Report 86 ».

46 Gray, J. (1975), Scottish Population Statistics Including Websteris Analysis of Population 1755, Edinburgh, Scottish Academic Press.

47 Zhao, Z. (1997), « Long-term mortality patterns in Chinese history: Evidence from a recorded clan population », Population Studies, no 51, p. 117-127.

48 Angel, J. L. (1954), « Human biology, health and history in Greece from the first settlement until now », American Philosophical Society Yearbook, p. 171. Figure telle que rapportée par Hendricks, J. et Hendricks, C. D., op. cit., p. 32.

49 Cité par Simmons, L. W. (1945), The Role of the Aged in Primitive Society, New Haven, Yale University Press; voir Rivers, W H. R. (1906), The Toda, Londres.

50 Cité par Rivers, W H. R., op. cit. (A. C. Fletcher et F. La Flesche, The Omaha, ARBAE, no 27, p. 1905-1906).

Table des illustrations

Titre FIGURE 4.1. L’espérance de vie à 15 ans pour différentes périodes.
Légende Source : Angel, J. L. (1954), « Human biology, health, and history in Greece from the first settlement until now », American Philosophical Society Yearbook, p. 171.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search