Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 2. Portrait biologique de la vieillesse

Chapitre 3. Homo senectus : une figure historique inédite

Texte intégral

  • 1 Serres, M. (2001), Hominescence, Paris, Éditions Le Pommier, p. 63.

« Du coup, pour la première fois, nous savons répondre à la question de l’humanisme : Qu’est-ce que l’homme ? Cette bête qui refuse de savoir qui elle est, parce que toute sa fortune consiste justement à l’ignorer. [...] Un possible dans un éventail de puissances, la potence, oui, l’omnipotence, puisqu’il peut devenir tout. »
Michel Serres, Hominescence1

Le recul de la faucheuse

  • 2 Hayflick, L. (2000), « New approaches to old age », Nature, no 404, p. 365.

1L’homo senectus s’inscrit dans une longue marche historique au cours de laquelle sa durée moyenne de vie tend à se rapprocher de la longévité maximale de son espèce. En clair, cela signifie que les gains enregistrés s’appliquent aux taux de survie, qui n’ont cessé de croître, et non au recul de la longévité maximale « fixée » par notre horloge biologique. Le biologiste Leonard Hayflick estime qu’uniquement au cours des 100 dernières années (faisant référence à la période s’échelonnant de 1900 au début des années 1990), l’espérance de vie à la naissance s’est accrue de 27 ans2. Par comparaison, c’est l’équivalent de l’augmentation intervenue entre la période de l’ancienne République romaine (753-509 avant J.-C.) et le début de l’an 1900. C’est au cours de la période s’étendant de 1900 à 1970 que le gain en longévité moyenne aura cependant été le plus spectaculaire, déclare-t-il, soit de l’ordre 21 ans. Puis de 1970 à 2000, l’espérance de vie s’est encore rallongée de 6 ans, ajoute-t-il.

  • 3 Walford, R. (1983), La vie la plus longue, Paris, Robert Laffont, p. 23.
  • 4 Ibid., p. 24-25.

2Un autre biologiste américain, du nom de Roy Walford, se représentait ce phénomène en faisant usage de la notion de « seuil des 50 % de survie », c’est-à-dire l’âge auquel la moitié des personnes nées dans une population donnée a disparu. Selon ce procédé de calcul et d’après ses propres estimations, « le seuil des 50 % de survie est passé de l’âge de 22 ans, dans la Rome antique, à 40 ans, vers le milieu de siècle dernier ; puis à 49 ans aux États-Unis en 1900 ; à 67 ans, en 1946 ; à 72 ans, en 1960, et à 74 ans, environ au début des années 19803 ». Le point de vue qu’il exprime est on ne peut plus péremptoire : même si nous parvenions à éclipser les grands fléaux de notre siècle, soit le cancer, le sida, les maladies cardiaques et les maladies dégénératives, si nous ne réussissons pas à décélérer le processus même du vieillissement, nous n’aurons réussi qu’à infléchir cette courbe de survie vers le point immuable qui marque la limite de notre longévité maximale4.

3Au vu des chiffres qu’il présente, il est cependant malaisé de se forger une idée claire des gains de longévité moyenne obtenus, car les écarts temporels ne sont pas constants. L’interprétation fournie par ces deux auteurs autorisés m’a donc laissé perplexe. Pour en avoir le cœur net, j’ai fait l’exercice de reporter dans un tableau les données de Walford, en ramenant les gains procentuels rapportés sur une base annuelle (voir le tableau 3.1). Même s’il s’agit d’une approximation basée sur les chiffres d’un seul auteur, on voit beaucoup plus nettement, en procédant de cette manière, l’évolution de la longévité moyenne dans le temps. On constate effectivement que depuis l’Antiquité, l’espérance de vie à la naissance a presque doublé jusque vers la moitié du XIXe siècle, mais annuellement le gain n’a été que de 0,03 %. Le gain de longévité le plus remarquable, estimé sur une base annuelle, est intervenu au cours de la période s’étendant de 1900 à 1946, soit 0,8 %. On note immédiatement après un léger fléchissement de cette tendance, suivi d’un ralentissement encore plus marqué de 1960 à 1980, puis une reprise vigoureuse de 1980 à 2000.

  • 5 Cité par Revel, J. F. (1972), Les idées de notre temps, Paris, Robert Laffont, p. 483.

4La réduction sensible et constante de l’écart entre la longévité maximale de notre espèce et notre espérance de vie moyenne constitue donc une caractéristique distinctive de cette nouvelle figure historique. Hayflick qualifie cependant ce bond prodigieux d’artefact de la civilisation, au sens où, d’après son interprétation, il est surtout imputable à l’élimination ou à la réduction des maladies infectieuses, sous l’effet des mesures d’hygiène et de la découverte des vaccins et des antibiotiques, comme nous le verrons plus bas. Aussi ne s’étonne-t-il pas que, dans les sociétés occidentales contemporaines, 75 % de tous les décès surviennent après l’âge de 75 ans ! Il demeure que cette échéance de la mort incessamment repoussée a amené certains, dont Raoul Wander, directeur de l’Institut européen de recherche sur la prolongation de la vie humaine, à décréter qu’il nous faut désapprendre à mourir, que la mort est obéissance à un messager qui n’est plus adapté aux circonstances actuelles5. Longévité, espérance de vie, centenaires, tels sont les nouveaux concepts-fétiches des temps modernes.

TABLEAU 3.1. Évolution de l’espérance de vie à la naissance de l’époque de la Rome antique jusqu’à l’an 2000.

Période

E.V.

Gain en années

Gain en %

Gain en % annuel

Rome antique (600 ans av. J.-C.)

22

1850

40

Δ

18

81,9 %

0,03 %

1900

49

Δ

9

22,5 %

0,45 %

1946

67

Δ

18

36,7 %

0,80 %

1960

72

Δ

5

1,6 %

0,53 %

1980

74

Δ

2

2,8 %

0,14 %

2000

79

Δ

5

6,8 %

0,41 %

Δ = augmentation
E.V. = espérance de vie à la naissance

5Tout compte fait, cela signifie-t-il que notre civilisation soit passée maître dans l’art de tromper la mort ? Assisterons-nous au réenchantement du monde depuis que l’homme se rend capable de repousser les frontières de la jeunesse ? Il y a à peine un demi-siècle, atteindre, voire dépasser l’âge de 85 ans était quasiment inconcevable. Nos ancêtres, proches ou lointains, escomptaient tout au plus franchir la barre des 50 ans, norme qui, selon les indications des historiens, a prévalu au cours des siècles, sinon des millénaires. Et, observation intéressante, l’espérance de longévité des habitants des sociétés archaïques qui subsistent encore de nos jours ne distance guère ce seuil pluriséculaire. Le fait que l’espérance de vie des Occidentaux ait doublé en l’espace de 150 ans est un phénomène unique dans l’histoire humaine.

  • 6 Gravilova, N. S. et Gravilov, L. A. (1999), « Data resources for biodemographic studies on familia (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Calder, W A. (1984), Size, Function and Life History, Cambridge (MA), Harvard University Press.
  • 9 Yates, F. E. et Kugler, P. N. (1986), « Similarity principles and intrinsic geometries : Contrasti (...)
  • 10 Ferembach, D. (1978), « Sexe et adaptation au milieu », La Recherche, janvier 1978, cité dans Dost (...)
  • 11 Dubos, R. (1973), L’homme et l’adaptation au milieu, Paris, Payot.
  • 12 Grégoire, M. (1987), Nous aurons le temps de vivre, Paris, Plon, p. 31.

6Il est remarquable que l’être humain soit l’espèce qui vive le plus longtemps après l’âge « limite » de la fécondité (autour de 50 ans chez la femme). Et cet écart manifestement se creuse. Vue sous cet angle, l’extension de la durée de l’existence humaine au terme de la période de reproduction est un autre signe éloquent de la révolution anthropologique à laquelle nous assistons. S’appuyant sur les observations tirées de plusieurs bases de données, deux chercheurs de l’Université de Chicago ont constaté que l’espérance de vie à 50 ans chez la femme n’était aucunement reliée aux épisodes de maternité6. Il semble donc que ce soit un trait distinctif de l’espèce humaine. Mais bien d’autres comparaisons à caractère biologique ont étayé cette thèse du caractère singulier de notre longévité. Se référant à des analyses de longévité moyenne chez les représentants de la noblesse allemande, Natalia S. Gravilova et Leonid A. Gravilov ont rapporté une corrélation positive entre l’espérance de vie des enfants et l’âge qu’avaient leurs parents lorsqu’ils sont nés7. Par ailleurs, lorsqu’on recourt à certains indices corporels, par exemple notre poids, notre durée de vie devrait se situer aux alentours de 27 ans8. Or, comme l’indiquent certains chercheurs, après ajustement sur plusieurs indices allométriques, il s’avère que notre espérance de vie est trois fois supérieure à celle des autres mammifères ayant des profils allométriques comparables, un trait distinctif de l’homo senectus9. Au-delà de ces comparaisons interespèces, toujours difficiles à modéliser, on a constaté que d’autres changements physiologiques que l’allongement de la longévité moyenne sont intervenus au cours des derniers siècles. Ainsi, on a relevé que la taille et le poids avaient sensiblement augmenté au cours des ans. Par ailleurs, il a été démontré qu’en un siècle, soit de 1864 à 1964, l’âge auquel les femmes européennes ont leurs premières règles est passé de 16 ans et demi à 13 ans et demi10. Sur le plan biologique même, les caractéristiques physiologiques évoluent rapidement, atteignant plus vite la maturité. Il y a un quart de siècle, René Dubos11 affirmait que la maturité sexuelle était atteinte presque trois ans plus tôt que ce n’était le cas un siècle plus tôt. Selon Ménie Grégoire, « la puberté a avancé de deux ans sur deux siècles. Les âges dentaires ont avancé de six mois en cent ans12 ». Curieusement donc, une maturité plus précoce n’entraîne pas une longévité moindre. Au contraire ! Voilà un changement biologique surprenant.

7Mais revenons à la longévité. Les performances actuelles en matière de longévité moyenne signifient que la civilisation moderne a atteint un stade d’évolution socioculturelle et technique suffisamment avancé pour permettre à l’homme de rescaper les nouveaux-nés prématurés, d’éradiquer les maladies infantiles et de réduire la mortalité sur l’ensemble du cycle de vie. Mais il faut ici prendre garde de tirer des conclusions hâtives. Malgré les accomplissements remarquables des sciences et des technologies médicales et paramédicales, l’influence de la médecine a été négligeable dans l’augmentation de l’espérance de vie intervenue à partir du XVIIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle. Son rôle a été beaucoup plus déterminant au regard des gains de longévité moyenne enregistrés plus récemment. Thomas McKeown illustre ce point :

  • 13 McKeown, T. (1976), The Modem Rise of Population, New York, Academic Press, chapitre 5, cité par L (...)

[...] entre 1848 et 1971, la vaccination contre la variole ne comptait que pour 1,6 % dans la baisse du taux de mortalité en Angleterre. Même les antibiotiques, qui ont eu une influence indéniable sur le taux de mortalité, n’ont fait leur apparition que vers les années 1930, et n’ont, par conséquent, pas pu contribuer à la révolution démographique qui s’est développée depuis le XVIIIe siècle13.

  • 14 Landes, D. S. (1998), Richesse et pauvreté des nations, Paris, Albin Michel, 1998.

8Quelle autre cause faut-il supputer ? L’étirement spectaculaire de la durée de vie humaine s’explique surtout par l’amélioration des conditions de vie et de l’éducation, à la faveur d’un approvisionnement constant en eau potable, de meilleures techniques d’hygiène, notamment dans le traitement des déchets et des eaux usés, de la diversification de l’alimentation et de ses méthodes de conservation, du perfectionnement des moyens de transport et du développement de mesures sanitaires préventives mieux ciblées et surtout plus efficaces. La révolution industrielle, affirmait David S. Landes, a davantage contribué au recul de la maladie et de la mort que les progrès de la médecine14. Mais on peut déclarer que c’est l’ensemble conjugué de toutes ces améliorations sociales, éducatives, médicales et techniques qui offrent la possibilité à une majorité d’hommes et de femmes contemporains de vivre une vie biologiquement achevée ou complète, une performance inédite dans notre histoire.

La quête allégorique du Graal

  • 15 Klatz, R. et Goldman, R. (2002), Stopping the Clock, New York, Basic Health Publications.
  • 16 Cité par Lasch, C., op. cit., p. 289.

9Les scientifiques sont-ils à la recherche du Graal, ce vase sacré légendaire qui aurait l’étonnante propriété de procurer une éternelle jeunesse à celui qui le détient ? Répudiant la thèse de Walford, d’aucuns soutiennent que, même si l’espérance de vie actuelle des Occidentaux a atteint un sommet inégalé dans l’histoire, de l’ordre présentement de 85 ans pour la longévité moyenne, cette valeur ne peut être considérée comme fixe et immuable : les frontières de notre horloge biologique pourraient encore s’étendre. Selon certaines études, la longévité maximale pourrait transcender la limite absolue, mais arbitraire, estimée aujourd’hui à 120 ans. Dans l’ouvrage Stopping the Clock, Ronald Klatz et Robert Goldman avancent même des durées de vie de l’ordre de 125 à 150 ans15. Ce vœu, partagé par plusieurs scientifiques, ne date pas d’hier. Il y a plus de 35 ans, Auguste Kinzel, ancien président de l’Institut Salk, livrait ce vibrant message : « Nous allons totalement venir à bout du problème de la vieillesse ; de sorte que, pour l’essentiel, les accidents, seuls, causeront la mort16 » !

  • 17 Proust, J. (2000), Tout savoir sur la prévention du vieillissement : les moyens dont dispose la sc (...)
  • 18 Voir Bastenie, P. A. (2001), Le vieillissement et les nouvelles sources de jeunesse, Paris, Flamma (...)
  • 19 Le risque de développer certaines formes de cancer a cependant été établi.
  • 20 Lakowski, B. et Hekimi, S. (1996), « Determination of Life-Span in Caenorhabditis Elegans by Four (...)

10Dans un récent ouvrage, le médecin français Jacques Proust identifiait trois avantages aux efforts visant à ralentir les processus de vieillissement : 1. maintenir les individus plus longtemps en meilleure santé en différant l’apparition des dégradations physiologiques ; 2. prolonger la vie active ; et 3. alléger le fardeau social de la vieillesse17. Il faut reconnaître que les biologistes balisent déjà la piste du bain de jouvence d’expérimentations et de découvertes remplies de promesses. Je fais ici allusion à toutes ces avenues et projets que les scientifiques explorent pour étendre la durée de la vie, véritables travaux d’Hercule qui pour la plupart visent à ralentir ou retarder le processus même du vieillissement18. Figurent en tête de liste les manipulations sur le génome (nanotechnologie), les thérapies des télomères, les essais en laboratoire sur le rôle de la mélatonine, des hormones de croissance et des antioxydants, sans compter les expériences cherchant à démontrer l’efficacité d’une diète axée sur la restriction calorique19. Les expériences dans ce dernier cas sont particulièrement prometteuses. Les travaux de deux généticiens québécois, Bernard Lakowski et Siegfried Hekimi de l’Université McGill, portant sur les vers nématodes, semblent indiquer qu’en réduisant la vitesse du métabolisme on pourrait prolonger la vie20. Des expériences sur l’âge de la reproduction réalisées sur la mouche drosophile conduisent à des résultats similaires.

  • 21 Koenig, R. (2001), « Sardinia’s mysterious male methuselahs: More men live past 100 on this italia (...)
  • 22 Alliance for Aging Research (1992), décembre, chap. 1, p. 1-4, cité sur le site Web de Radio-Canad (...)

11Une autre voie pour y parvenir consiste à s’attaquer aux maladies létales ou invalidantes. Des recherches sont en cours afin de valider l’hypothèse voulant que le chromosome appelé « Y » se révèle une clé capable d’expliquer les cas de longévité extrême. La région cible est la Sardaigne, en Italie, l’endroit au monde où on dénombre le taux le plus élevé de centenaires et où le ratio des hommes et femmes centenaires est étonnamment de un pour un (1 : l)21. Des avancées techniques de cette nature permettront peut-être de vaincre les pathologies associées au grand âge, comme le cancer, les troubles cardio-vasculaires et la démence sénile. Ces efforts sont encouragés, il faut le noter, par l’aspiration légitime de la majorité des individus d’accéder à la longue vie. C’est du moins ce qui ressort d’un sondage effectué aux États-Unis par l’Alliance en recherche sur le vieillissement. L’étude, réalisée auprès de 900 répondants, révèle que 61 % souhaiteraient vivre jusqu’à 100 ans. Seulement 4 % n’espèrent pas vivre aussi vieux22.

12Si la borne hypothétique de 120 ans devait un jour être franchie, voilà qui contredirait la thèse alléguant que la longévité humaine ait une limite déterminée par notre patrimoine génétique. Les progrès anticipés de la recherche médicale et des interventions thérapeutiques rendent pourtant crédible une telle supposition. Les percées médicales ou technologiques attendues, dont les médias font ces temps-ci grand écho, entrouvrent du moins la porte à la possibilité que la vie humaine pourrait être prolongée au-delà de l’imaginable. Une équipe de scientifiques rattachés à l’Université de Berkeley, en Californie a voulu en savoir plus sur les tendances actuelles en matière de longévité supérieure. Utilisant les registres de décès de la population suédoise, considérés comme très fiables, ils ont constaté que l’âge moyen au décès des Suédois les plus âgés était de 101 ans en 1860, de 105 ans en 1960 et de 108 ans en 1990. Au vu de cette tendance, ces mêmes chercheurs concluent que les futures générations pourraient vivre au-delà de la limite fixée actuellement à 120 ans.

  • 23 Olshansky, S. J., Carnes, B. A. et Désesquelles, A. (2001), « Prospects for human longevity », Sci (...)

13Tous ne partagent cependant pas une telle assurance. Ne cédant pas à la séduction qu’évoque l’anticipation d’un tel accomplissement, S. Jay Olshansky, Bruce A. Carnes et Aline Désesquelles sont d’avis qu’aucune évidence n’étaye la thèse que nous atteindrons un jour de tels sommets, du moins de notre vivant ou de celui de nos enfants. Même dans l’éventualité où nous parvenions à éliminer les principales causes de décès, un gain maximum de 15 ans tout au plus pourrait être obtenu. Tout progrès au-delà de ce seuil dépendra de notre capacité à stopper ou à ralentir le mécanisme biologique produisant les désordres moléculaires dans l’organisme, ce qui, selon ces chercheurs, paraît hautement improbable à court ou à moyen terme23.

  • 24 Sfez, L. (1995), La santé parfaite. Critique d’une nouvelle utopie, Paris, Éditions du Seuil.

14Éthiquement parlant, les recherches dirigées en ce sens sont cependant loin de faire l’unanimité. Lucien Sfez, parmi d’autres, s’est interrogé sur la portée des recherches en biotechnologie, lesquelles, selon lui, reposent sur la base la plus matérialiste que l’on puisse imaginer : notre corps comme appareil de perception du monde. Il évoque l’émergence d’une nouvelle utopie, celle de la santé parfaite et totale et de l’immortalité, qu’il décrit comme « l’avatar le plus achevé du techno-scientisme ». Des projets tels que le séquençage du génome humain, les expériences comme Biosphère II et Artificial Life visent finalement à créer « l’homme génétiquement parfait, sain et robuste, qui vit très longtemps dans une nature généreusement réconciliée avec elle-même et avec l’homme ». Ces efforts augurent un rapport non plus intermittent, mais permanent avec la médecine, ajoute-t-il, c’est-à-dire l’instauration d’une médecine préventive universelle capable de localiser les gènes défectueux et de les réparer. Sfez pousse plus loin sa réflexion en suggérant implicitement que le corps biologique est la dernière région de résistance de l’homme face aux assauts de la technique24. Dans Critique de la santé publique, Jean-Pierre Dozon déclare ce qui suit :

  • 25 Dozon, J.-P. (2001), « Quatre modèles de prévention », dans J.-P. Dozon et D. Fassin (dir.), Criti (...)

Dans l’attention portée à soi, éclairée par les indications de la biomédecine, il y a bien davantage qu’un tête-à-tête du citoyen-patient avec son corps et sa santé : il y a tout l’espace d’une acculturation qui fait que ce corps et cette santé ne lui appartiennent pas entièrement, qu’ils sont également choses collectives intéressant son employeur, sa caisse d’assurances et de retraites ou son fonds de pensions, et, pour tout dire, son pays qui semble le vouloir vivant et alerte le plus longtemps possible25.

  • 26 Lyotard, J. F. (1985), « Les petits récits de chrysalide », dans E. Théofilakis (dir.), Les immaté (...)

15Jean-François Lyotard scelle en quelque sorte le débat en soumettant que le corps est le dernier retranchement, le lieu de résistance aux tendances fortes de la postmodernité, pouvant s’exprimer librement à travers la perception esthétique, dans l’habitat et la maîtrise de l’espace de la vie quotidienne26. On sent donc tout ce que recèle de questionnements, mais aussi d’oppositions ce projet avoué d’ajouter toujours davantage des années à la vie. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cet objet de discussion, alimenté par le fantasme de l’immortalité qui habite depuis des temps immémoriaux nos représentations, montre à quel point l’emprise technique marque notre siècle. Les attentes démesurées que suscitent la cryogénisation, ou les expériences du clonage humain qui ne devraient pas tarder, nous le rappellent.

Le sort de Tithonos

  • 27 Laslett, P. (1999), « The bewildering history of the history of longevity », dans B. Jeune et J. W (...)
  • 28 Jeanne Calment, née le 21 février 1875, est décédée le 4 août 1997. La doyenne actuelle de l’human (...)
  • 29 « Mary Thompson, 119: Oldest unofficial person on earth », The Los Angeles Times, 11 octobre 2001, (...)

16La glorification de la longévité exceptionnelle dans l’imaginaire collectif, présente depuis la nuit des temps, est une autre manifestation qui souligne avec force l’avènement de la société sénescente27. Les médias ont d’ailleurs fait grand écho de ces insignes exploits. Je fais allusion ici à ces héros des temps modernes qu’incarne exemplairement feue Madame Jeanne Calment, la doyenne semble-t-il de l’humanité, décédée à l’âge de 122 ans28, ou la reine mère d’Angleterre qui a vécu 101 ans. Le Los Angeles Times rapporte le cas d’une femme de l’Arkansas, dénommée Mary Thompson, décédée en 2001 à l’âge de 119 ans. Ce record américain de longévité maximale n’a cependant pu être authentifié, le certificat de naissance de la dame en question ayant été détruit dans un incendie29. Quoi qu’il en soit, ces cas extraordinaires de longévité seront suivis de nombres d’autres au cours des prochaines décennies. De nombreux records seront fracassés année après année. Vivre un siècle sera de moins en moins perçu comme un événement hors du commun.

  • 30 Radio-Canada, émission Enjeux, op. cit.
  • 31 Édition du 24 août 1999.
  • 32 Les données du Bureau de recensement américain de 2000 fournissent quelques faits intéressants. En (...)

17Une étude de la fondation Ipsen va jusqu’à affirmer qu’un enfant sur deux né au début des années 2000 peut espérer devenir centenaire30 ! S’appuyant sur les données de recensement américain, un article du USA Today a rapporté que le nombre de centenaires s’est accru de 22 % en moins de 10 ans seulement, soit de 1990 à 199931. D’ici 2050, les États-Unis compteront pour près d’un million de centenaires, déclarait Robert Butler, alors qu’il était président du Centre international de longévité de la ville de New York32. Nous sortons dès lors du cadre de l’exploit pour entrer dans celui de la règle.

18Le nombre sans cesse grandissant de centenaires dans les « sociétés longévitales » indique que nous nous approchons à grands pas de tels sommets historiques. Certains peuvent même espérer souffler leur 110e bougie, inscrire leur nom sur la prestigieuse liste des super-centenaires, le groupe très restreint des 110 ans et plus. Les plus optimistes pourront toujours courir après une ombre et rêver d’atteindre les performances bibliques des patriarches : 969 ans pour Mathusalem, 180 pour Isaac et 147 ans dans le cas de Jacob !

19Certaines études font état d’observations intéressantes. Dans le cadre des travaux de la Georgia Centenarian Study, réunissant jusqu’ici plus de 250 centenaires, Leonard W. Poon a constaté que l’histoire de santé de la plupart des centenaires est remarquable, en ce sens qu’on y retrouve relativement peu d’épisodes de maladie. Par ailleurs, rares sont les centenaires qui soufflent d’obésité. Il est par-dessus tout étonnant qu’un centenaire sur sept ne rapporte aucune maladie, tandis qu’un sur quatre déclare ne pas avoir recours à des médicaments prescrits.

20Ceci nous amène à la question suivante : les centenaires ou super-centenaires sont-ils des cas d’exception extrêmes, ou est-ce un simple effet statistique conformément à la théorie des probabilités ? Ou encore assistons-nous véritablement à une extension de la longévité ? À la différence des centenaires d’autrefois qui, on peut le présumer, étaient de véritables forces de la nature, la plupart de ceux d’aujourd’hui sont-ils des individus en sustentation, miraculeusement rescapés grâce aux prouesses de la médecine moderne ?

21James Fries, en présentant sa théorie de la rectangularisation de la courbe de survie, ne prévoyait pas d’augmentation sensible du nombre de centenaires. Or, manifestement, cette théorie ne résiste pas aux données de l’observation empirique. Ainsi dans l’Hexagone, depuis une vingtaine d’années, l’âge maximal au décès s’est situé entre 107 et 112 ans chez les femmes et entre 103 et 109 ans chez les hommes. L’Institut national de la statistique et des études économiques a conclu qu’à l’âge de 100 ans l’espérance de vie moyenne s’établissait à près de deux ans et que le processus n’était pas arrivé à son terme. Dans ses projections fondées sur le recensement de 1990, l’organisme de recherche prévoyait 150 000 centenaires en 2050, soit une multiplication par un facteur de 750 en un siècle seulement, et ce, malgré le ralentissement prévu du rythme de croissance démographique ! Dans cette aventure ou cette course, les femmes distancent de loin les hommes. Les effets cumulés de la surmortalité de ces derniers à tous les âges de la vie conduisent en effet à un extraordinaire déséquilibre entre les sexes : après 100 ans, il ne reste plus qu’un homme pour sept femmes. En réalité, cette proportion évolue très rapidement aux très grands âges : elle est encore d’un homme pour quatre femmes à 95 ans, mais n’est plus que d’un homme pour dix femmes à 104 ans.

  • 33 Perls, T. (2002), Proceedings of The National Academy of Sciences, vol. 99, no 12, p. 8442-8447.

22Comment expliquer un tel phénomène ? S’appuyant sur les résultats de leur étude menée auprès de 444 familles de centenaires américains, comprenant 2 092 frères et sœurs, le Dr Thomas T. Perls et ses collaborateurs ont observé que, quel que soit l’âge considéré, les chances de survie au grand âge sont deux fois plus élevées chez les frères et sœurs de centenaires que dans la population de témoins. On s’étonnera d’apprendre que les frères de centenaires ont 17 fois plus de chances d’atteindre l’âge de 100 ans que les sœurs de centenaires qui, pour leur part, ont 8 fois plus de chances de le devenir. Ces chercheurs soutiennent que les agents environnementaux ou comportementaux n’expliqueraient qu’une fraction de ces longévités exceptionnelles. Tout indique que les variations de taux de survie selon la classe sociale d’appartenance s’atténueraient avec l’avancée en âge, s’estompant même dans les strates les plus âgées de la population33. Il semble donc, selon les auteurs de cette étude, qu’un facteur génétique intervienne dans l’explication de ce phénomène.

23Le même constat ressort des travaux de Jean-Marie Robine et Michel Allard. Ces chercheurs ont enregistré les dates de décès des ancêtres de Madame Calment, en remontant jusqu’à cinq générations. Ils ont constaté des survies plus élevées, principalement du côté de la lignée paternelle, par comparaison à un groupe témoin. L’étude italienne citée plus bas débouche sur la même conclusion. Ce qui précède m’amène à conclure que la probabilité croissante de la jeune génération actuelle de vivre un siècle, voire un peu plus, constitue une caractéristique distinctive de l’homo senectus.

  • 34 François Schächter est directeur du projet Chronos au Centre d’étude du polymorphisme humain à Par (...)
  • 35 Voir Perls, T. (1995), « The oldest old », The Scientific American, no 272, p. 70-75.
  • 36 Les docteurs Zeng Yi et James W. Vaupel ont effectué des recherches au Centre de recherche chinois (...)
  • 37 On lira avec intérêt cette étude récente : Enkelis, L. (2000), On Being 100 : 31 Centenarians Shar (...)
  • 38 L’article de Gravilova et Gravilov, cité plus haut, décrit ces différentes études.

24Il va sans dire que l’explosion du nombre de centenaires attire l’attention d’un nombre accru de chercheurs. En France, les docteurs Allard, Robine et Schächter, réputés mondialement pour leurs travaux, se penchent depuis plusieurs années sur cet intrigant phénomène34. Même si de plus en plus de projets axés sur les centenaires ont récemment vu le jour, la recherche sur cette thématique, contrairement à ce que l’on croit communément, n’en est pas à ses premiers balbutiements. La plus ancienne étude, la Baltimore Longevity Study aux États-Unis, remonte à 192235. Mais il faut convenir que les projets sur les centenaires pullulent depuis les deux dernières décennies. En 1988, a été lancée la Georgia Longitudinal Study, toujours aux États-Unis, sous l’initiative du Dr Leonard W. Poon. Une autre importante étude, postée à Boston, est la New England Centenarian Study, située au Boston Medical Centre, dirigée par le Dr Thomas T. Perls. En Europe, on retrouve l’Étude italienne multicentrique sur les centenaires, projet qui s’intéresse aux caractéristiques épidémiologiques et sociodémographiques des centenaires. Puis, un autre projet de grande envergure a été mis en œuvre par l’Institut Max Planck en Allemagne. Sans qu’il soit indiqué ici de fournir la liste complète, mentionnons tout de même d’autres études. En Europe, on a principalement celle intitulée Les familles centenaires, en Belgique, puis une autre au Danemark et en Suède, cette dernière s’intéressant à établir des comparaisons internationales. L’Empire du soleil levant (Tokyo Centenarian Study) également a entrepris un vaste chantier sur ce même thème (de nombreux cas de longévité extrême dans l’archipel d’Okinawa), tout comme la Chine et la Russie36. Des archives mondiales (The World Family Tree Archives CD) comprenant plus de 50 millions d’individus provenant de 75 000 lignées familiales sont maintenant disponibles. Des informations détaillées sur les caractéristiques de ces individus sont gravées sur 32 cédéroms ! Pareillement, s’ajoutent les nombreuses études gérontologiques utilisant la méthode des histoires et récits de vie37. On le constate donc, le phénomène des centenaires attire de plus en plus l’attention de la communauté scientifique38.

  • 39 Graves, R. (1967), Les mythes grecs, Paris, Fayard, p. 246.

25Cette conquête de la longue vie soulève une autre question cruciale : la recherche anti-âge ne nous a-t-elle pas déjà placés devant le scénario troublant d’une vie prolongée mais s’accompagnant d’incapacités lourdes, donc d’une qualité de vie réduite ? Voilà qui rappelle le sort de Tithonos, personnage de la mythologie grecque, qui remonte à 3 000 ans. Condamnée à des amours avec de jeunes mortels par Aphrodite, Éos, la déesse de l’aube, fit la conquête de Ganymède et de Tithonos. S’étant fait enlever Ganymède, Éos implora Zeus, le souverain de l’Olympe, de conférer à Tithonos l’immortalité, ce à quoi il consentit. Mais Éos oublia de demander pour lui l’éternelle jeunesse. Tithonos devint donc de jour en jour plus vieux, ridé et grisonnant, implorant la mort à grands cris, sans toutefois y parvenir. Désespérée et fatiguée à la longue de s’occuper de lui et de l’entendre bredouiller des mots dénués de sens, Éos finit par le faire enfermer dans sa chambre à coucher. Éos, à force d’entendre ces inlassables gémissements, décida finalement de le transformer en cigale39.

26Cette quête de la vie longue éveille également des questionnements sur un plan à première vue tout à fait éloigné du propos tenu jusqu’ici. Notre réussite à soigner les malades et à prolonger la vie n’est-elle pas intrigante, alors que nous ne sommes toujours pas parvenus à maîtriser notre environnement physique et social, à le préserver contre notre propre penchant à le dégrader ? N’est-il pas paradoxal que nous régressions en matière d’aménagement de nos espaces urbains (surpeuplement, délabrement des bâtiments et des quartiers, congestion de la circulation), alors que s’améliorent notre technologie et nos interventions médicales et paramédicales ? Comment expliquer que les agressions de l’homme sur son milieu physique, en l’occurrence l’épuisement de l’eau potable, la pollution atmosphérique et la déforestation qui entraînent l’effet de serre, n’aient pas eu pour effet d’empêcher ou de retarder cette révolution de la longévité ? Il n’est pas inutile de rappeler que les conférences initiées par l’Organisation des Nations Unies sur l’environnement et le développement (celles de Rio de Janeiro en 1991 et de Kyoto en 1997, notamment), dont le but était de convenir de stratégies communes pour réduire l’émission de gaz carbonique et de méthane dans l’atmosphère afin de contrer le réchauffement de la planète, parviennent difficilement à persuader certains pays, dont les États-Unis, à signer un protocole en ce sens.

L’âge avancé comme signe de distinction sociale

27Comme je l’évoquais plus haut, les longévités exceptionnelles ont toujours fait l’objet de curiosité. Plus que jamais, vivre à un âge avancé se présente comme un nouveau mode d’être de notre espèce, portant en soi les millénaires de notre longue évolution. Que cet héritage biologique et historique s’accompagne ou non d’obligations, le moins que nous espérions, si notre destin est de vivre dans la longue vie, est de négocier le virage dans les meilleures conditions. Que nous accueillions à contrecœur ou non cette destinée, la perspective de la longue vie commande des ressources, une ouverture d’esprit, de l’optimisme, et par-dessus tout une façon singulière de nous inscrire dans ce nouvel espace, de nous affirmer autrement ou différemment dans notre univers social. Ne serait-ce que pour ces seuls motifs, la vieillesse pourrait se comprendre comme un noble défi à relever, pour nous-mêmes et pour l’humanité. Mais il se pourrait que ce saut prodigieux soit perçu non pas comme une occasion unique de nous surpasser, mais comme une épreuve individuelle supplémentaire, si nous ne parvenions pas à rendre acceptable, et idéalement profitable, ce surplus d’années de vie.

28Bien que l’avalanche tant redoutée des conséquences négatives du vieillissement devrait s’avérer, comme je le crois jusqu’à preuve du contraire, une fausse alerte ou un faux problème, risquons-nous tout de même d’assister à l’établissement de facto d’une nouvelle forme de gérontocratie ? Une fois calmée la tempête au sujet des gigantesques et impitoyables secousses telluriques qu’est censé déclencher le vieillissement, pourrions-nous en fin de compte être témoins du retour inattendu de l’histoire ? Où, plus modestement, nous dirigeons-nous vers une valorisation inédite de l’âge avancé ? Pour autant que nous reconnaissions l’apport précieux des aînés à la vie collective, puis assimilions l’idée cardinale que la vieillesse est un moment particulier et privilégié de la vie, comment dès lors penser l’avenir des sociétés sénescentes ?

29Mais si, au lieu de simplement nous adapter docilement à cette condition de la vie longue, de la subir passivement, de nous y résoudre fatalement, nous en tirions une certaine gloire ? En appui à cette présupposition, Roy Walford faisait remarquer que dans le Caucase, c’est un titre d’honneur que d’être vieux. C’est un événement suffisant pour justifier le déroulement du tapis rouge au passage de ces héros que l’on s’empresse de couvrir de lauriers.

  • 40 Walford, R., op. cit, p. 31.

La tendance, lorsqu’on a 40 ou 50 ans, est de se rajeunir quelque peu ; en revanche, quand on devient très vieux, la tendance est de se vieillir encore plus. Un vieillard de 85 ans peut n’être, pour ceux qui le croisent, qu’un vieux chnoque de plus ; mais qu’il atteigne 105 ans, et voilà soudain la presse locale qui l’encense à la une sur deux colonnes40 !

  • 41 Bourdelais, P. (1994), L’âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la population, Paris, (...)

30Patrice Bourdelais a pour sa part relevé qu’une telle ostentation pour les prouesses de l’âge devait exister au XVIIIe siècle, comme le laisse supposer la publication en 1760 d’un Almanach des centenaires en 10 volumes41.

31En conséquence, pourrait-il advenir que les sociétés contemporaines s’enorgueillissent des performances de longévité de leurs compatriotes aînés, se targuent de leurs contributions exceptionnelles, passées ou présentes, en célébrant leur dynamisme et leur créativité ? Rien n’interdit de le penser, si l’on admet qu’à partir du moment de la retraite, et prenant en compte les longévités moyennes actuelles, de nouveaux rôles sociaux seront remplis par les personnes aînées. Des rôles que d’autres envieront et convoiteront. L’avenir pourrait donc nous réserver des surprises. Mais à bien y penser, c’est tout à fait crédible. Profitant d’une longue expérience de vie, possédant des compétences recherchées et capables de faire preuve de pondération, plusieurs personnes aînées seraient investies de qualités fort prisées dans moult domaines d’activité.

32Ainsi donc, non seulement la réalité de la longue vie transforme-t-elle inexorablement le paysage sociodémographique de nos sociétés, mais elle pourrait participer de l’avènement probable d’un phénomène sociologique inédit : réaliser des exploits dans le grand âge, ou même « simplement » parvenir à l’âge très avancé, pourrait s’avérer un signe de distinction sociale. Il est hautement envisageable que l’âge avancé devienne synonyme de hauts faits ou de performance, donc une source de convoitise. Les sociétés et individus passeraient de l’ère des ténèbres à un nouvel âge des lumières.

33Les signes de l’émergence de ce nouveau « culte de la longévité » s’observent dans la vie courante. La plupart des personnes retraitées sont globalement perçues comme exaucées ou comblées. Mais il y a plus. Qui d’entre nous ne prend pas plaisir à glorifier avec fierté certains membres de sa famille qui ont la vie chevillée au corps ou encore des connaissances qui ont atteint un très grand âge ? L’euphorie est exacerbée quand de surcroît ces mêmes vieillards réalisent des choses remarquables. Qui n’a pas un jour ou l’autre croisé de ces individus exceptionnels qui, en dépit de leur âge, accomplissaient encore des prouesses sportives et devenaient le point de mire ? Plusieurs peintres célèbres ou des scientifiques ne se sont-ils pas davantage fait remarquer à l’âge avancé ? D’autres, bien que méconnus de leur jeune temps, deviennent des célébrités dans la vieillesse grâce à leurs prouesses sportives.

34J’aimerais raconter une anecdote pour illustrer ce point. J’ai en tête le parcours d’une octogénaire admirable, Cecilia Hurwich, gérontologue américaine de profession. La dernière fois que je l’ai rencontrée, c’était une femme encore prolifique sur le plan scientifique, toujours pétulante et alerte physiquement et qui savourait comme des instants précieux chaque moment de sa vie. L’un de ses exploits les plus remarquables fut une expédition de trekking en hautes montagnes, au Kilimandjaro, alors qu’elle approchait 80 ans. J’ai personnellement eu l’occasion de la rencontrer à plusieurs occasions. La dernière fois que je l’ai côtoyée, lors d’un congrès en gérontologie à Valence, elle était toujours aussi vigoureuse et pleine de dynamisme. Je me souviens d’un fait inusité : au début de sa communication, elle a diligemment demandé aux participants de se dégourdir les jambes en effectuant des exercices aérobiques pendant près de cinq minutes !

35Autre illustration éloquente. Qui aurait dit, il y a 50 ans, qu’une poignée d’octogénaires se disputeraient farouchement le pouvoir politique ? C’est pourtant le scénario qui s’est produit en Chine au début des années 1990. Le président de l’époque, Deng Xiaoping, alors âgé de 85 ans, s’accrochait désespérément au pouvoir, malgré qu’il eût subi deux accidents cérébrovasculaires. Il résista longtemps aux assauts de ses multiples opposants aussi âgés que lui : Yang Shangkun (82 ans), Li Xiannian (80 ans), Chun Yun (83 ans) et Peng Zhen (86 ans).

36Admettre cette hypothèse de la glorification de l’âge avancé signifie que réussir sa vie n’est plus seulement associé à la performance professionnelle, à l’avoir accumulé, au pouvoir ou à l’autorité dont on est investi, voire au succès de ses enfants. Réussir sa vie, c’est faire la démonstration de sa capacité d’accéder à un âge avancé dans des conditions optimales de santé physique et mentale. C’est afficher l’aptitude à s’accomplir pleinement, à s’adonner à des activités significatives et à actualiser des projets gratifiants et reconnus même dans le grand âge. L’âge est désormais beaucoup plus qu’un simple critère de différenciation sociale, comme c’est le cas pour le sexe, le rang social ou l’appartenance ethnique. Vivre longtemps n’est donc pas un rêve flou ou un idéal vide de sens : c’est un projet de vie que l’on peut caresser et dont on peut, dans des conditions optimales, tirer une certaine gloire. La capacité d’atteindre la longue vie dans les conditions optimales de santé, d’autonomie physique et psychologique, de vitalité mais aussi de prouesse procurerait des profits de distinction.

Notes

1 Serres, M. (2001), Hominescence, Paris, Éditions Le Pommier, p. 63.

2 Hayflick, L. (2000), « New approaches to old age », Nature, no 404, p. 365.

3 Walford, R. (1983), La vie la plus longue, Paris, Robert Laffont, p. 23.

4 Ibid., p. 24-25.

5 Cité par Revel, J. F. (1972), Les idées de notre temps, Paris, Robert Laffont, p. 483.

6 Gravilova, N. S. et Gravilov, L. A. (1999), « Data resources for biodemographic studies on familial clustering of human longevity », Demographic Research, vol. 1, no 4, p. 1-48 (journal électronique: http://www.demographic-research.org/volumes/vol1/4/l-4.pdf).

7 Ibid.

8 Calder, W A. (1984), Size, Function and Life History, Cambridge (MA), Harvard University Press.

9 Yates, F. E. et Kugler, P. N. (1986), « Similarity principles and intrinsic geometries : Contrasting approaches to interspecies scaling », Journal of Pharmaceutical Sciences, vol. 75, no 11, p. 1019-1027.

10 Ferembach, D. (1978), « Sexe et adaptation au milieu », La Recherche, janvier 1978, cité dans Dostie, M. (1988), Les corps investis, Montréal, Éditions Saint-Martin, p. 32.

11 Dubos, R. (1973), L’homme et l’adaptation au milieu, Paris, Payot.

12 Grégoire, M. (1987), Nous aurons le temps de vivre, Paris, Plon, p. 31.

13 McKeown, T. (1976), The Modem Rise of Population, New York, Academic Press, chapitre 5, cité par Lasch, C. (1981), Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine, Paris, Robert Laffont, p. 280.

14 Landes, D. S. (1998), Richesse et pauvreté des nations, Paris, Albin Michel, 1998.

15 Klatz, R. et Goldman, R. (2002), Stopping the Clock, New York, Basic Health Publications.

16 Cité par Lasch, C., op. cit., p. 289.

17 Proust, J. (2000), Tout savoir sur la prévention du vieillissement : les moyens dont dispose la science pour arrêter le temps, Paris, Favre.

18 Voir Bastenie, P. A. (2001), Le vieillissement et les nouvelles sources de jeunesse, Paris, Flammarion.

19 Le risque de développer certaines formes de cancer a cependant été établi.

20 Lakowski, B. et Hekimi, S. (1996), « Determination of Life-Span in Caenorhabditis Elegans by Four Clock Genes », Science, no 272, p. 1010-1013.

21 Koenig, R. (2001), « Sardinia’s mysterious male methuselahs: More men live past 100 on this italian island, proportionally, than anywhere else, it appears. Scientists are now trying to explain why », Science, vol. 291, no 5511, p. 1074-1076.

22 Alliance for Aging Research (1992), décembre, chap. 1, p. 1-4, cité sur le site Web de Radio-Canada en référence à l’émission télévisée Enjeux : Le boom des centenaires <http://radio-canada.ca/actualite/enjeux/11-28/centenaires.htm 22>.

23 Olshansky, S. J., Carnes, B. A. et Désesquelles, A. (2001), « Prospects for human longevity », Science, no 291, p. 1491-1492.

24 Sfez, L. (1995), La santé parfaite. Critique d’une nouvelle utopie, Paris, Éditions du Seuil.

25 Dozon, J.-P. (2001), « Quatre modèles de prévention », dans J.-P. Dozon et D. Fassin (dir.), Critique de la santé publique. Une approche anthropologique, Paris, Balland, p. 23-46, p. 42.

26 Lyotard, J. F. (1985), « Les petits récits de chrysalide », dans E. Théofilakis (dir.), Les immatériaux, Paris, Autrement.

27 Laslett, P. (1999), « The bewildering history of the history of longevity », dans B. Jeune et J. W. Vaupel (dir.), Validation of Exceptional Longevity, Odense, Odense University Press.

28 Jeanne Calment, née le 21 février 1875, est décédée le 4 août 1997. La doyenne actuelle de l’humanité, la Française Marie Brémont, née le 25 avril 1886, a aujourd’hui 114 ans. Du côté des hommes, le record a été atteint par le Californien Kristian Mortensen, né le 16 août 1882 au Danemark et décédé le 25 avril 1998 à 115 ans.

29 « Mary Thompson, 119: Oldest unofficial person on earth », The Los Angeles Times, 11 octobre 2001, p. B13.

30 Radio-Canada, émission Enjeux, op. cit.

31 Édition du 24 août 1999.

32 Les données du Bureau de recensement américain de 2000 fournissent quelques faits intéressants. En Californie, l’État le plus peuplé des États-Unis, on recensait 5 341 centenaires (soit 0,016 % de sa population). L’État comptant la plus forte proportion de centenaires était le Dakota-du-Sud suivi de l’Iowa et du District de Columbia.

33 Perls, T. (2002), Proceedings of The National Academy of Sciences, vol. 99, no 12, p. 8442-8447.

34 François Schächter est directeur du projet Chronos au Centre d’étude du polymorphisme humain à Paris. Les docteurs Allard et Robine effectuent des recherches dans le cadre de la Fondation Ipsen et à l’INSERM à Montpellier.

35 Voir Perls, T. (1995), « The oldest old », The Scientific American, no 272, p. 70-75.

36 Les docteurs Zeng Yi et James W. Vaupel ont effectué des recherches au Centre de recherche chinois sur la longévité à l’Université de Pékin. Ils sont rattachés à l’Université Duke en Caroline-du-Nord et au Max Planck Institute en Allemagne.

37 On lira avec intérêt cette étude récente : Enkelis, L. (2000), On Being 100 : 31 Centenarians Share their Extraordinary Lives and Wisdom, New York, Prima Publishing.

38 L’article de Gravilova et Gravilov, cité plus haut, décrit ces différentes études.

39 Graves, R. (1967), Les mythes grecs, Paris, Fayard, p. 246.

40 Walford, R., op. cit, p. 31.

41 Bourdelais, P. (1994), L’âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la population, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 35. <http://www.demogr.mpg.de/papers/books/monograph2/search.htm>

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search