Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 1. Portrait sociodémographique des sociétés sénescentes

Chapitre 2. La planète des vieillards

Texte intégral

  • 1 Jacquart, A. (1987), Cinq milliards d’hommes dans un vaisseau, Paris, Éditions du Seuil.

« La première révolution a été l’apparition du pouvoir de reproduction, pouvoir qui permet de neutraliser le rôle destructeur du temps. »
Albert Jacquart, Cinq milliards d’hommes dans un vaisseau1

La revanche des berceuses

1Bien qu’une pluralité de facteurs séparent les sociétés sénescentes des sociétés traditionnelles, dites à accumulation d’hommes, j’insiste surtout dans ce chapitre sur ce qui les distingue d’un point de vue sociodémographique et socioculturel. C’est également à l’examen panoramique des changements qui se dessinent que je consacre les pages qui suivent.

  • 2 Cité dans Bourdelais, P. (1994), L’âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la populati (...)
  • 3 Je présente ici seulement les grandes lignes de cette transition. La théorie dite de la « transiti (...)

2Faisons d’abord remarquer que les tendances démographiques actuelles laissent clairement indiquer qu’après la période de revanche des berceaux succédera celle de la revanche des berceuses. Le démographe Alfred Sauvy a été le premier à signaler le phénomène du « vieillissement progressif », après avoir constaté le renflement du sommet de la pyramide des âges comparativement à sa base. Dans un premier temps, il observe que la diminution des naissances élève la moyenne d’âge de la population française, nation qui fait l’objet de son attention. Plus tard, il se rendra compte que la baisse générale de la mortalité ne supprime pour ainsi dire pas les décès mais ne fait que les ajourner, ce qui contribue à l’accélération du vieillissement démographique2. Jusqu’à l’horizon 2050, le vieillissement démographique, même s’il comporte des particularités d’une nation à l’autre, est une caractéristique sociétale désormais irréversible. Les événements qui ont précipité la transformation de la société, c’est-à-dire essentiellement sa densité démographique et sa structure d’âge, ont été découpés en phases bien distinctes3.

3La première phase, qualifiée d’« explosion démographique », s’est manifestée par une forte augmentation des naissances en même temps qu’une espérance de vie courte et un taux de mortalité élevé, particulièrement en bas âge. Jusqu’à la révolution industrielle, s’observait une fécondité forte en partie compensée par une mortalité élevée résultant des famines, des épidémies et des guerres. Cette forte poussée démographique s’est intensifiée au début du siècle dernier jusqu’à la Seconde Guerre mondiale dans les pays développés, à la faveur d’une chute progressive mais significative de la mortalité infantile. Pour mettre en perspective cette explosion démographique, voici quelques statistiques qui parlent en elles-mêmes. À l’aube de la révolution agricole, il y a 8 000 ans, la population du globe s’établissait à environ 250 000 habitants. Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que la population mondiale a atteint le milliard. Puis, en l’espace de 130 ans seulement, soit de 1800 jusqu’en 1930, ce chiffre a plus que doublé. Trente ans plus tard, la population mondiale totalisait trois milliards. Elle approche aujourd’hui les sept milliards ! Au cours des deux derniers siècles seulement, la population mondiale a littéralement décuplé.

4Puis est apparue une deuxième phase dite de « redressement », attribuée, on le sait, au déclin de la natalité et de la mortalité, surtout dans l’Occident. À première vue, il est étonnant que malgré ce redressement la population mondiale continue de croître, alors que l’on sait qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la progression démographique a commencé à se stabiliser, ayant atteint vraisemblablement son apogée dans les sociétés postindustrielles. La vitesse d’augmentation de la population mondiale a certes chuté au cours des dernières décennies, mais en chiffre absolu, le nombre d’habitants croîtra encore sensiblement, et pendant longtemps encore, sous l’effet de la force d’inertie des pays en voie de développement. L’explication tient bien sûr au poids démographique de ces pays et à leur taux de fécondité qui demeurent encore démesurément élevés. En fait, plusieurs régions sous-développées, qui comptent parmi les plus peuplées du globe, sont encore sous l’influence de la lancée démographique décrite plus haut.

  • 4 Günther, L. (1996), « Fertility of populations as a function of the attained level of life expecta (...)

5Les sociétés développées sont quant à elles entrées rapidement, au cours des deux dernières décennies, dans une troisième phase qui correspond au « vieillissement de la population et à son accélération ». Les caractéristiques de cette troisième phase sont une diminution de la mortalité aux âges avancés, une réduction accrue des naissances et une élévation constante de l’espérance de vie, tous âges confondus4. Pour situer ces événements dans une perspective élargie à plus long terme, on considérera d’autres tendances qui viennent accentuer cette accélération : l’abaissement de l’âge des prises de retraite, le gonflement des effectifs de 65 ans et plus avec le passage à la retraite de la génération issue du baby boom, et le fléchissement de la participation active des générations plus faibles en effectifs nées après 1975. Avec cette dernière phase, et tenant compte des projections anticipées, les pays occidentaux s’enfoncent, pour reprendre une expression consacrée, quoique fâcheuse, dans le « déclin démographique ».

  • 5 Hauser, R (1976), « Aging and world-wide population change », dans R. Binstock et E. Shanas (dir.) (...)

6Trois mutations majeures expliquent l’action de ces principaux facteurs qui ont précipité ces transitions et conduit au phénomène du vieillissement démographique. On note d’abord le passage d’un mode de vie artisanal à un mode de vie industriel, phénomène qui s’est traduit par un exode massif des populations rurales vers les grandes agglomérations urbaines. Il a donné lieu à une forte concentration humaine dans des aires géographiques réduites, phénomène que Phillip Hauser a qualifié d’« implosion ». Parallèlement à l’implosion démographique, s’est opéré un autre retournement, celui du passage de la société traditionnelle à la société moderne, changement qui s’est accompagné d’une hétérogénéité sociale accrue. Hauser nomme ce changement la « displosion ». Ces deux premières mutations sont venues bouleverser radicalement les modes et les habitudes de vie. Elles ont entraîné dans leur sillage de nouvelles valeurs dirigées vers la promotion de l’individu par opposition à celles qui prévalaient jusque-là et qui reposaient sur la prééminence de la famille. La participation accrue des femmes au marché de la main-d’œuvre, surtout à partir de la Seconde Guerre mondiale, reflète l’émergence de ce changement de valeurs en même temps qu’elle explique la tendance vers la compression des naissances. Les progrès de la technologie se sont ensuite rapidement imposés, transformant et améliorant sensiblement et plus profondément les conditions de vie. Ce dernier stade de changement, qui à certains égards distance les générations, correspond au phénomène dit de « technoplosion5 ».

La mondialisation du vieillissement

  • 6 Chaunu, P. (1979), « Un phénomène sans précédent dans l’histoire », dans P. Chaunu, G.-E Dumont, J (...)

7La période dite de « transition démographique », couvrant quelques dizaines d’années, correspond au décalage entre le début de la baisse de la mortalité, infantile d’abord, et la fin de la baisse de la natalité. Toutes les sociétés seraient appelées à entrer successivement dans cette transition en traversant les phases de changement précédemment décrites. Éventuellement donc, ce phénomène s’étendra aux pays en voie de développement. Comme l’allongement de l’espérance de vie se répercute nécessairement sur le plan démographique, l’affluence des personnes de 65 ans et plus devrait atteindre des sommets inégalés. En guise d’exemple, à la suite de cette transition, le Québec a vu sa population quadrupler depuis 1961, passant de moins de 1,8 million d’habitants à près de 7,4 millions en 1998. Il faut toutefois relever certaines particularités eu égard à ces transitions. Les États-Unis et le Canada, à l’instar d’autres nations occidentales, ont connu une forte élévation du taux de fécondité dans la période d’après-guerre, d’où l’expression de baby boom. Par comparaison, les pays européens étaient déjà entrés dans la troisième phase entre les deux grandes guerres, phénomène qui n’a fait que s’intensifier depuis. À l’autre extrémité, un pays comme le Japon n’a pas connu de baby boom, mais il a vu son niveau de fécondité décliner dramatiquement à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au lendemain de la défaite en 1949, rappelle Pierre Chaunu, le Japon s’est vu imposer la recette néo-malthusienne de la loi eugénique6.

  • 7 Chez les 65 ans et plus, on dénombrait 600 millions de personnes en 2000. Source: Kinsella, K. et (...)
  • 8 Nations Unies (2002), World Population Prospects: The 2002 Revision Population Database, <http://esa.un.org/unpp/>
  • 9 Chang, J. (2002), « Transition Paths from Work to Retirement », communication présentée à Séoul, d (...)
  • 10 Nations Unies (2000), World Population Prospects. The 2000 Revision, New York, Department of Econo (...)

8Relevons maintenant certains chiffres évocateurs de la mutation démographique en cours. Au niveau mondial, on dénombrait à la fin du siècle dernier près de 420 millions de personnes de 65 ans ou plus (6,9 %)7 selon des statistiques récentes publiées par le Bureau du recensement des Nations Unies8. Elles représentent actuellement, soit en 2004, environ 7,2 % de l’ensemble de la population mondiale. Toujours selon cette même source, en 2030, on prévoit que la population mondiale âgée de 65 ans et plus aura atteint un milliard d’individus et le record historique de plus d’un milliard et demi en 2050, soit une augmentation de 260 % comparativement à la situation actuelle. En 2050, elles compteront pour 16 % des effectifs humains. Il s’agit manifestement d’une évolution démographique considérable, quand on sait qu’au début de ce siècle les personnes aînées représentaient seulement 3 % de l’ensemble de la population du globe (5,2 % en 1950). Or, seulement d’ici 2025, cette proportion aura presque doublée, et ce, en 20 ans seulement9. Il convient également de mentionner que le nombre de centenaires dans le monde augmentera significativement, d’un facteur de 18, passant de 140 000 en 1999 à plus de 2,5 millions en 2050. Par comparaison, le nombre de nonagénaires augmentera d’un facteur de 8, et les octogénaires, d’un facteur de 5,210.

9Le tableau 2.1 enregistre la part que représentent les personnes aînées relativement à l’ensemble de la population pour chaque continent. Le tableau rapporte les proportions relevées pour l’an 2000, ainsi que les projections pour 2015, 2030 et 2050, selon trois groupes d’âge. Toutes catégories d’âge confondues, on constate que la Communauté européenne s’avère actuellement la population la plus âgée. Elle est suivie de près par l’Océanie et l’Amérique du Nord. Il est intéressant de constater que dans ces trois régions du globe la proportion des 65 ans et plus va doubler en 50 ans, soit de 2000 à 2050. Par contre, les pays de l’Asie, de l’Amérique latine et de l’Afrique du Nord et les pays de l’Est vont voir leurs effectifs de 65 ans et plus tripler au cours de la même période. Si on examine maintenant la situation pour les deux autres classes d’âge, on observe qu’en Europe et en Amérique du Nord, la proportion des 75 ans ou 80 ans et plus triplera au cours des quelque 50 prochaines années, dans la plupart des cas. Or, en Asie, en Amérique latine, en Afrique du Nord et de l’Est, les effectifs de ces mêmes catégories d’âge vont quadrupler, voire quintupler. On a là une illustration convaincante que d’ici moins de 50 ans, le vieillissement démographique s’étendra à l’échelle de la planète.

  • 11 Je fais ici référence aux nations où l’industrie relève de la haute technologie. Lors d’un voyage (...)

10Étant donné la taille démographique des pays de l’Asie et de l’Afrique, les personnes aînées vivant dans ces contrées du monde fourmillent déjà. La croyance selon laquelle la majorité des personnes aînées sont concentrées dans les pays hautement industrialisés est manifestement un mythe11. Concrètement, on estime que sur l’ensemble de la planète plus de 60 % des personnes aînées vivent présentement dans les pays en voie de développement. On prévoit qu’en 2050, la proportion des personnes de 60 ans et plus s’élèvera à 32 % dans les pays développés comparativement à 20 % pour l’ensemble des pays du tiers-monde. Ce dernier pourcentage représente tout de même 1,6 milliard d’individus ! La progression constante de la fraction des personnes aînées dans le monde occidental et le rattrapage rapide constaté dans les pays en émergence soulignent avec force l’idée que le phénomène des sociétés sénescentes prendra une dimension planétaire.

11Un rapport faisant état de la situation africaine concluait ce qui suit :

  • 12 Guy, H. (1995), « Éclaircie inattendue sur la démographie africaine », Le Monde, 15 septembre.

La baisse de la fécondité va ralentir la croissance de la population africaine subsaharienne, qui, au rythme actuel, apporte l’équivalent d’une Hollande ou d’un Mozambique de plus chaque année. C’est cependant à terme que les effets de cette inflexion se feront sentir : les couples des générations montantes, qui ont moins d’enfants, seront beaucoup plus nombreux que leurs aînés12.

12Dans ce même rapport, résumé dans le journal Le Monde, les questions pertinentes sont posées :

  • 13 Ibid.

À quelle vitesse le reste du continent noir va-t-il entrer dans la « transition démographique » ? Condamnés à « ajuster » leurs dépenses, les États africains parviendront-ils néanmoins à accroître la scolarisation des filles dans les campagnes ? Alors que leurs systèmes de santé sont en ruine, pourront-ils répondre à la nouvelle demande de contraception ? Arriveront-ils, surtout, à réduire des taux de mortalité infantile encore proches de 100 pour mille naissances (un enfant sur dix !), afin que les familles riaient plus la conviction que « pour garder cinq enfants, il faut en faire au moins dix »13 ?

  • 14 Dell’Agnese, E., « Population Aging in South-East Asia and Policies of Old-Age Support » [Invecchi (...)

13L’amorce du processus de vieillissement démographique dans les pays en développement alourdit déjà la tâche des structures familiales qui traditionnellement s’occupent des personnes aînées14.

14Comme si ce n’était pas suffisant, le phénomène du vieillissement dans le tiers-monde devrait même s’accélérer au rythme du transfert des technologies. Malgré cela, on ne perdra pas de vue que l’expérience démographique du vieillissement fluctue selon les contrées du monde. Pour nous en convaincre, il est utile d’examiner comparativement le rythme d’accélération du vieillissement dans certains pays. Les figures 2.1 et 2.2 brossent un aperçu de la vitesse de vieillissement de la population dans les pays développés et ceux en voie de développement, en rapportant le nombre d’années requis ou anticipé pour que la population âgée de 65 ans et plus passe de 7 % à 14 %. On constate ce qui suit. Alors que la France a mis 115 ans pour voir sa population âgée de 65 ans et plus doubler, il ne faudra que 27 ans pour que la Chine parvienne à ce nouveau seuil. Le Japon, de son côté, a attendu seulement 26 ans pour atteindre le même niveau. Il est donc remarquable que le vieillissement démographique soit si rapide dans les pays où l’industrialisation a été plus récente. Enfin, la croissance sera encore plus spectaculaire dans le cas de la Tunisie, alors que sa population âgée doublera en 15 ans seulement, soit entre 2020 et 2035.

TABLEAU 2.1. Proportion des personnes aînées des deux sexes par rapport à l’ensemble de la population pour différentes régions du monde et par groupe d’âge : 2000-2050.

TABLEAU 2.1. Proportion des personnes aînées des deux sexes par rapport à l’ensemble de la population pour différentes régions du monde et par groupe d’âge : 2000-2050.

Source : U.S. Bureau of the Census (2002), International Database (mise à jour 2004), <http://www.census.gov/​cgi-bin/​ipc/​agggen>.

FIGURE 2.1. Vitesse de vieillissement de la population dans les pays en voie de développement (nombre d’années requis ou anticipé pour que la population âgée de 65 ans et plus augmente de 7 % à 14 %).

FIGURE 2.1. Vitesse de vieillissement de la population dans les pays en voie de développement (nombre d’années requis ou anticipé pour que la population âgée de 65 ans et plus augmente de 7 % à 14 %).

Source : Kinsella, K. et Gist, Y. J. (1995), Older Workers, Retirement, and Pensions : A Comparative International Chartbook, Washington (DC), United States Bureau of the Census.

FIGURE 2.2. Vitesse de vieillissement de la population dans les pays développés (nombre d’années requis ou anticipé pour que la population âgée de 65 ans et plus augmente de 7 % à 14 %).

FIGURE 2.2. Vitesse de vieillissement de la population dans les pays développés (nombre d’années requis ou anticipé pour que la population âgée de 65 ans et plus augmente de 7 % à 14 %).

Source : Kinsella, K. et Gist, Y. J. (1995), Older Workers, Retirement, and Pensions: A Comparative International Chartbook, Washington (DC), United States Bureau of the Census.

15Passons maintenant à un autre indicateur. L’âge moyen de la population à l’échelle mondiale est actuellement de 26 ans. Mais des écarts énormes sont perceptibles d’un pays à l’autre. Ainsi, on constate que le Yémen est le pays le plus jeune, avec une moyenne d’âge de 16 ans seulement, par contraste avec le Japon qui est la nation la plus vieille de la planète, avec une moyenne d’âge de 41 ans. Selon une projection de l’ONU, l’âge moyen de la population mondiale en 2050 sera de 36 ans. Le pays le plus jeune sera alors le Niger (20 ans) et le plus vieux l’Espagne (55 ans). Cette tendance, est-il besoin d’insister, entraînera une transformation profonde de la pyramide d’âge. On estime que dans 50 ans, la proportion des 60 ans et plus dépassera celle de 0-14 ans, un événement inédit dans l’histoire de l’humanité. Toutes ces projections démographiques, rappelons-le, tiennent compte de l’accélération du rythme de vieillissement non seulement dans l’Occident mais également dans les pays en voie de développement.

16Malgré la progression lente mais constante des effectifs de personnes aînées dans les sociétés en voie de développement, des écarts importants s’observent sur d’autres plans. Ainsi, l’espérance de vie à la naissance dans moult pays sous-développés demeure encore inférieure à 50 ans. Certains pays du tiers-monde semblent stagner à ce chapitre, ce qui indique que la pente conduisant à l’amélioration des conditions et de l’espérance de vie est abrupte. L’explication ad hoc est que ces pays, dont la plupart sont très lourdement endettés en dépit de « l’aide » de l’Occident, s’embourbent inexorablement dans une situation de dépérissement économique chronique. Ayant eu l’occasion d’effectuer plusieurs missions dans différents pays africains, j’ai pu sentir cette précarité omniprésente. Je vois mal par quel tour de magie l’Afrique parviendra à sortir du marasme.

17Lorsqu’on examine les probabilités de survie des personnes qui parviennent à l’âge de 60 ans dans les pays du tiers-monde, on constate que des progrès sensibles ont été accomplis dans plusieurs pays. De plus en plus, on observe que ceux qui survivent aux maladies à bas âge ont de meilleures chances de devenir des grands-parents. Ainsi, l’espérance de vie à 60 ans est de 14 ans chez les hommes et de 16 ans chez les femmes dans plusieurs pays engagés dans la voie du développement. Par comparaison, elle est, dans les pays à économie développée, de 18 ans chez les hommes et de 22 ans chez les femmes. Mais ce qui démarque le plus nettement les sociétés postindustrielles de celles en voie de développement tient davantage à des caractéristiques structurelles du vieillissement bien particulières. Il s’agit essentiellement, comme nous le constaterons plus loin, du bond prodigieux de la population se situant au sommet de la pyramide d’âge et son accélération.

Les frontières repoussées de la vieillesse

18Mais revenons aux caractéristiques du vieillissement dans les pays occidentaux. D’entrée de jeu, il faut faire remarquer qu’ici aussi des écarts importants s’observent au regard du profil de vieillissement démographique. La proportion des 65 ans et plus en Suède, par exemple, pays qui présentement vole la vedette à ce chapitre, est de beaucoup supérieure à celle du Canada, pour prendre ce point de comparaison. Elle est d’environ 20 % comparativement à 12 % pour le Canada. Dans des pays comme l’Italie, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, les personnes de 65 ans et plus représentent plus de 17 % de la population. Au Canada, la population de 65 ans et plus a plus que doublé au siècle dernier, pour les raisons évoquées plus haut. Cependant, la forte hausse de la natalité qui a suivi la Seconde Guerre mondiale (la génération du boom des naissances), bien que suivie d’un fléchissement important à partir du début des années 1960, a eu pour effet de ralentir cette progression, car les membres de cette génération n’ont pas encore 65 ans.

19Dans le cas du Québec, le vieillissement de la population a véritablement pris son envol à partir de la Révolution tranquille, c’est-à-dire au début des années 1960. Alors qu’en 1901, le Québec comptait à peine 79 000 personnes de 65 ans et plus, soit 4,8 % de sa population, en 1960, la proportion atteignait 5,8 %. Puis elle est passée à 6,9 % en 1971, à 8,8 % en 1981 et à 11,6 % en 1991. En 1998, elle était de 12,4 % et, en ce début de nouveau millénaire, les effectifs ont atteint le million. Selon les plus récentes projections, cette proportion se situera autour de 15 % en 2011 avec les prises de retraite massives de la génération du boom des naissances (c’est-à-dire les personnes nées entre 1946 et 1966), pour atteindre son maximum en 2031, soit 23,3 %. En supposant que l’allongement de l’espérance de vie se poursuive et que la fécondité demeure au niveau actuel, nous devrions alors nous approcher du record historique de deux millions de personnes âgées de 65 ans et plus.

20Du côté canadien, on perçoit une tendance similaire. En 2001, un Canadien sur huit était âgé de 65 ans ou plus, mais on prévoit que le rapport s’établira à un sur cinq en 2026. Bref, on peut conclure à partir de ces données que la part numérique qu’occupent les personnes aînées dans l’ensemble de la population et la constante progression de celles-ci constituent des caractéristiques distinctives des sociétés sénescentes. Il y aura bientôt plus de grands-parents que de petits-enfants, un phénomène tout à fait inédit dans l’histoire humaine.

  • 15 Kinsella, K. et Gist, Y. J. (1995), Older Workers, Retirement, and Pensions : A Comparative Intern (...)

21En ce qui regarde l’espérance de vie à la naissance des Canadiens, celle-ci s’est accrue considérablement depuis 1950. Mais il convient ici de distinguer la situation des hommes de celle des femmes. Le phénomène que l’on qualifie souvent de « féminisation » du vieillissement, attribuable à la surmortalité masculine et à la surlongévité des femmes, est une autre caractéristique des populations vieillissantes. Le fait que les femmes aient une longévité moyenne supérieure aux hommes est un constat presque universel. L’écart d’espérance de vie entre les femmes et les hommes était de sept ans en Europe et en Amérique du Nord en l’an 2000, mais il était beaucoup moins prononcé dans les pays en voie de développement15. Au Canada, les femmes sont actuellement majoritaires dans la population âgée, soit 55 %. Chez les 80 ans et plus, cette proportion s’élève à 65 %. La surreprésentation féminine est donc plus élevée dans les classes d’âge supérieures. Ainsi, en 2000, les femmes au Canada représentaient 53 % des personnes de 65 à 74 ans, 60 % de celles de 75 à 84 ans, et 70 % des 85 ans et plus. À quelques différences près, la situation est semblable au Québec.

  • 16 Boileau, J. (2002), « Les hommes rattrapent les femmes (entrevue avec Mme Lapierre-Adamcyk) », Le (...)

22Il s’agit là d’un fait nouveau, puisque dans les années 1950 on dénombrait plus d’hommes de 65 ans et plus que leurs homologues féminins. Cet indice de différenciation caractérisant la population âgée est attribuable non seulement à la surmortalité masculine (plus souvent victimes de certaines maladies qui surviennent au début de la vieillesse), mais à la surlongévité moyenne des femmes (au sens de leur caractéristique génétique). En nous rapportant cette fois à la situation québécoise, les statistiques révèlent qu’en 1961, l’espérance de vie à la naissance des hommes était de 67,3 ans contre 72,8 chez les femmes. En 1981, elle était de 71,1 ans chez les hommes et de 78,7 ans chez les femmes. Il semble toutefois que les gains enregistrés au chapitre de l’espérance de vie, tant chez les femmes que chez les hommes, se soient maintenant stabilisés. On observe même un certain rattrapage des hommes. Ce décalage réduit pourrait se traduire sur une note positive pour les femmes. Autrefois, les veuves de plus de 60 ans avaient moins de chance de reformer un couple par comparaison aux veufs. Avec l’amélioration de l’espérance de vie des hommes, les femmes auront à l’avenir plus de partenaires disponibles, prédit une démographe16.

  • 17 Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre (1999), Prévenir, guérir, s (...)

23Mais le phénomène qui retient le plus l’attention est celui du survieillissement démographique. Concrètement, on constate actuellement une hausse plus rapide des personnes très âgées comparativement à toute autre catégorie d’âge. Ce gonflement démographique par le haut, augmentant la fraction dite du quatrième âge, résulte directement des durées de vie plus longues et de la baisse de la mortalité aux âges avancés. Comme il y a moins de naissances et moins de décès, l’accélération du vieillissement dans les catégories d’âge supérieures a pour effet de transformer la configuration de la distribution : celle-ci épouse de plus en plus la forme d’un rectangle au lieu d’une pyramide. On prédit que d’ici 30 ans, la « rectangularisation de la pyramide » sera presque parfaite jusqu’à l’âge de 70 ans. Selon les estimations du Bureau de la statistique du Québec, la tranche des 75 ans et plus, qui représentait 37,6 % des personnes de 65 ans et plus en 1981, atteindra 44 % en 2001 et 50 % vers 2060. Comme décrit plus haut, le survieillissement touche plus particulièrement les femmes. Concrètement, cela signifie que la proportion des nouveaux retraités qui auront encore un parent vivant ne cessera d’augmenter. En 1960, au Québec, un tiers des quinquagénaires avaient encore un parent vivant. Ce pourcentage est passé à 60 % au début du présent siècle17.

24Cette bombe démographique, convient-il de le souligner, est observable à l’échelle planétaire, où la proportion des 80 ans et plus augmente plus rapidement que celle des 60-79 ans : cette proportion s’établissait en 1999 à 11 %, mais elle atteindra 19 % en 2050. Comme c’est le cas dans la majorité des sociétés occidentales, les Québécois de 80 ans et plus composent la classe d’âge qui connaît présentement la plus forte poussée démographique. Ils ont en fait quadruplé depuis 1951. Selon l’Institut de la statistique du Québec, ils représentaient 3 % de l’ensemble de la population en 1998, comparativement à seulement 0,7 % en 1951 (Institut de la statistique du Québec, 2001). Le Québec est d’ailleurs la province canadienne qui affiche le taux de fécondité le plus faible, celui-ci étant inférieur à 1,5 enfant par femme (soit en deçà du seuil requis de 2,1 pour assurer le remplacement naturel de la population) et est en même temps la plus marquée par le vieillissement, l’âge médian s’établissant à 38,8 ans (point milieu de la distribution d’âge, c’est-à-dire séparant la moitié plus âgée de la moitié plus jeune de la population).

  • 18 Dans l’Occident, les statistiques sur l’âge sont beaucoup plus fiables depuis 1950. Voir à ce suje (...)
  • 19 D’ici 2050, on prévoit, par exemple, que les États-Unis compteront plus de 4,2 millions de centena (...)
  • 20 Jeune, B. et Kannisto, V (1997), « Emergence of Centenarians and Super-Centenarians », dans J.-M. (...)

25Comme je l’ai rappelé précédemment, le survieillissement démographique s’accompagne d’une prolifération de centenaires. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous assistons à une augmentation en flèche des centenaires, du moins dans le monde occidental. Au Canada, on dénombrait 3 795 centenaires en 2001 (pour une population de 30 millions), un fait inédit dans l’histoire démographique de ce pays occidental. Comme je l’ai mentionné plus haut, sur la planète, on estimait à 145 000 les centenaires au début du présent siècle, mais ce chiffre atteindra vraisemblablement 2,6 millions en 2050, ce qui représentera une augmentation phénoménale de 1 800 %18 ! Par comparaison, on estime à près de 500 000 le nombre de centenaires actuellement dans le monde19. Mais il n’y aurait seulement qu’une poignée de super-centenaires, c’est-à-dire des personnes de 110 ans ou plus. S’agissant de l’extrême longévité, précisons qu’une distance considérable sépare les pays développés de ceux en voie de développement. Pour preuve, on dénombrait en 1990 environ quatre centenaires en Chine par million d’habitants (soit 6 681 individus) comparativement à 80 par million pour le Danemark20.

Nouvelles configurations sociostructurelles

  • 21 Stuckelberger, A. (1994), « Aspects sociologiques de la vieillesse en Suisse », Vieillesse et cult (...)

26Ces transformations au sein même de la population âgée nous placent devant un fait historique unique, soit la verticalisation ou « dilatation intergénérationnelle »21. Concrètement, il s’agit de la coexistence à une même époque de deux générations parmi les personnes de 60 ans et plus, un trait distinctif des sociétés sénescentes. Si au lieu de la notion de génération nous utilisions plutôt celle de cohorte, qui se réfère à des expériences de vie communes, à des valeurs et des relations sociales qu’ont partagées un ensemble d’individus, la population âgée aurait l’apparence d’une structure multicohortes, puisqu’elle réunit les classes d’âge suivantes : les préretraités et les jeunes retraités (50-70 ans), les personnes dans la catégorie intermédiaire, âgés entre 70 et 90 ans, et les personnes très âgées de 90 ans et plus.

  • 22 Tiré de Knipscheer, C. P. (1988), « Temporal embeddedness and aging within the multigenerational f (...)

27En considérant l’ensemble des groupes d’âge dans une population, nous nous dirigeons tout droit vers une société quadrigénérationnelle comprenant donc quatre générations (on admet généralement qu’un intervalle de 30 ans sépare deux degrés de filiation). En extrapolant les observations du gérontologue canadien Victor Marshall, plus de 42 % des personnes de 65 ans et plus actuellement sont membres d’une famille trigénérationnelle, tandis qu’environ 39 % font partie d’une famille comprenant quatre générations22.

28La génération du boom des naissances, on le sait, a eu une progéniture moins abondante que la génération précédente. La constante chute de la natalité (de l’ordre d’un peu moins de 1,5 au Québec) explique à elle seule 75 % de l’évolution démographique actuelle, contre 25 % pour la réduction de la mortalité. Il en résulte un autre retentissement majeur sur le plan de la structure générationnelle globale : cette dénatalité a engendré une diminution importante du nombre de représentants dans la famille, d’où le phénomène de la contraction intragénérationnelle. Les effets de cette constriction de la fratrie, qui caractérise la nouvelle génération de retraités, seront de plus en plus perceptibles sur le plan du soutien social. Si l’on prend en compte la taille des familles nucléaires actuelles, les vieux de demain auront moins d’enfants sur qui compter pour veiller à leurs besoins. Comme il y aura moins de frères et sœurs pouvant s’entraider mutuellement, d’autres formes de solidarité seront à inventer pour échapper aux inconvénients de la prise en charge institutionnelle. On peut anticiper que la prochaine génération de personnes aînées, en privilégiant les relations collatérales (amis, confidents), compensera la diminution des effectifs dans la structure familiale.

29Les caractéristiques démographiques propres à la population âgée sont évidemment associées à d’autres traits à dimension sociale ou structurelle. Cette population est en fait constituée de segments de plus en plus hétérogènes. Ainsi, lorsqu’on examine le profil sociodémographique des personnes aînées suivant une perspective multicohorte, on constate que, comparativement aux plus vieux, les jeunes retraités sont plus scolarisés, ont eu moins d’enfants, possèdent un capital retraite plus important et pratiquent moins leur religion.

30Par ailleurs, on sait pertinemment que le statut marital des personnes aînées fluctue selon le sexe, de sorte que l’on rencontre plus de veuves que de veufs. L’inégale espérance de vie selon le sexe, la surmortalité masculine et la tendance des hommes à épouser des femmes plus jeunes qu’eux expliquent ce phénomène. Au Canada, chez les 75 ans et plus, plus des deux tiers des hommes vivent avec leur conjointe, comparativement à 20 % seulement dans le cas des femmes. L’écart de longévité entre les sexes signifie également que le remariage est une prérogative masculine. On estime que huit hommes contre une femme seulement se remarient après 65 ans. Mais ce phénomène n’est pas attribué uniquement à l’écart d’espérance de vie. Des déterminations culturelles interviennent, en même temps qu’entrent en ligne de compte les ressources financières et le niveau d’éducation. Ainsi, plus les femmes âgées possèdent de ressources, moins la probabilité qu’elles se remarient est élevée. La tendance contraire s’observe chez les hommes.

31Or, ces caractéristiques sociologiques sont appelées à changer en raison des durées de vie allongées et d’autres facteurs spécifiques à la génération du baby boom. On sait pertinemment que la prochaine génération de retraités a connu le divorce et les unions de fait et que la mode du célibat s’intensifie. On peut donc s’attendre à une prolifération de personnes aînées vivant seules. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant qu’il faut anticiper une exacerbation du sentiment de solitude. Une multitude de personnes, aujourd’hui dans le mitan de la vie, ont appris à vivre de façon autonome, ce qui représente un atout une fois à la retraite. Il ne faut pas oublier qu’au Québec, pour prendre cet exemple, les baby boomers ont déclenché la Révolution tranquille : ils sont donc habitués aux grands bouleversements sociaux et culturels.

  • 23 Boileau, J., op. cit.

32La démographe Évelyne Lapierre-Adamcyk constate à cet effet que les personnes aînées qui seront en couple vivront de façon autonome plus longtemps que celles qui se retrouveront seules23. Malgré cela, plusieurs personnes esseulées s’exposent à éprouver un grand vide une fois franchi le seuil de la retraite et, dans certains cas, à ne pas pouvoir bénéficier du soutien social nécessaire. Compte tenu de la surmortalité masculine, on peut s’attendre à ce que cette situation de vie touche principalement les femmes. Plusieurs déterminants actuels laissent donc présager cette réalité de plus en plus éprouvée du sentiment de solitude. Les sociétés sénescentes de demain comprendront une proportion importante de femmes vivant seules.

33Par ailleurs, les sociétés sénescentes sont caractérisées par une proportion croissante de personnes aînées habitant en milieu urbain ou semi-urbain. Au Canada, près de 80 % des personnes aînées sont concentrées dans les agglomérations urbaines. Au Québec, la ville de Trois-Rivières est celle qui compte la plus forte proportion de personnes de 65 ans et plus, soit 15 %. Au Canada, elle est précédée de Victoria (Colombie-Britannique) et St. Catharines-Niagara (Ontario), qui en comptaient 17 % en 2000.

34Un autre point marquant concerne la situation économique des personnes aînées. D’abord, on constate que les aînés en général jouissent d’un meilleur niveau de vie que bien des jeunes adultes, ces derniers se butant à des obstacles dans leurs efforts pour s’intégrer sur le marché du travail. Signalons en passant qu’en 1999, la proportion des ménages canadiens propriétaires de leur logement et ayant à leur tête une personne aînée s’élevait à 67 %. Tout indique également que la prochaine génération d’aînés sera financièrement en meilleure posture que la précédente. Et ceux qui sont au début de leur retraite sont pécuniairement parlant plus à l’aise que les octogénaires actuels. Bref, si les ressources économiques fluctuent en fonction de l’âge des personnes, elles varient surtout en fonction des générations auxquelles ces personnes appartiennent.

  • 24 Le Japon semble faire figure à part, du moins comme pays membre du G8.
  • 25 OCDE, (1993), YearBook of Labour Statistics, Paris, OCDE.

35Voyons une autre tendance caractérisant les sociétés sénescentes. La proportion des personnes aînées toujours actives sur le marché du travail chute d’année en année dans la plupart des pays occidentaux24. Selon un relevé de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), seulement 50 % des travailleurs de la France, des Pays-Bas et de la Finlande, âgés de 55 à 64 ans, étaient encore sur le marché de l’emploi en 1992. Le Japon faisait bande à part, puisque 85 % des hommes dans cette même classe d’âge étaient toujours actifs. Plus du tiers l’étaient encore chez les 65 ans et plus25. Selon Statistique Canada, en 2000, seulement 5 % de toutes les personnes de 65 ans et plus occupaient un emploi, une diminution significative comparativement au niveau de 9 % en 1976. L’écart entre la participation des hommes et des femmes âgés de 55 à 64 ans sur le marché de la main-d’œuvre s’est rétréci depuis 1970, le rattrapage étant en faveur des femmes. Le rapport de l’OCDE signale que ce taux de participation plus élevé des femmes aura pour effet de limiter leur contribution dans le rôle traditionnel de soutien qu’elles exercent à l’endroit d’un parent âgé.

  • 26 Marshall, V. W. (1995), « Rethinking retirement: Issues for the twenty-first century », dans E. M. (...)

36Un autre signe de l’évolution de la participation des plus âgés sur le marché du travail est la volonté manifestée par plusieurs travailleurs de réduire les heures de travail pendant les deux ou trois années précédant leur départ définitif de la vie active Ainsi, dans une étude de cas menée auprès d’employés d’une compagnie d’assurance canadienne, le gérontologue Marshall a relevé que plus de 60 % de ceux-ci étaient favorables à une telle réduction d’activité professionnelle26. Et, d’ajouter le gérontologue, environ le tiers de la totalité des emplois aux États-Unis prennent fin avant l’âge de 60 ans, bien que certains recourent à des emplois transitoires avant de quitter définitivement le marché du travail. Dans la plupart des pays développés, la proportion des personnes de 55 ans et plus effectuant du travail à temps partiel a augmenté de façon sensible, surtout à partir du début des années 1990, et ce, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Un autre indice révélateur des mutations en cours est la diminution significative des heures ouvrées hebdomadairement chez les 55 ans et plus, tant chez les salariés que chez les travailleurs autonomes. Cette diminution est plus forte que la tendance générale à l’abaissement de la durée de la semaine de travail.

  • 27 Chan, S. et Stevens, A. H. (1999), Job Loss and Retirement Behavior of Older Men, Cambridge (MA), (...)

37Malgré la prédilection des travailleurs plus âgés de réduire leur participation sur le marché du travail, on estime qu’environ 25 % des Canadiens retraités qui l’ont quitté l’ont fait par obligation. Dans une étude américaine récente, Sewin Chan et Ann Huff Stevens constatent une plus forte prévalence des pertes d’emploi chez les travailleurs de plus de 50 ans au cours des dernières années27. Malgré cette tendance, tout indique que la retraite est de plus en plus souhaitée par une majorité, même si certains tentent de combiner la retraite avec une activité lucrative. Environ 60 % des personnes encore actives étaient des travailleurs autonomes et 44 % de l’ensemble occupaient un emploi à temps partiel. Mais le phénomène le plus remarquable est celui de la diminution de l’emploi chez les hommes de 55 à 64 ans au cours des deux dernières décennies, malgré un léger bond en avant constaté de 1998 à 2000. Ce phénomène est caractéristique de cette tendance majeure des sociétés sénescentes, soit l’abaissement de l’âge de la retraite. On observe en fait que de plus en plus de gens choisissent de prendre leur retraite avant même d’avoir atteint l’âge de 55 ans.

  • 28 Fourastié, J. (1972), Les 40 000 heures, Paris, Denoël/Gonthier.
  • 29 Bureau international du travail (1999), Key Indicators of the Labour Market 1999, Genève, BIT.

38Dans son ouvrage Les 40 000 heures, rédigé il y a plus de 30 ans, Jean Fourastié prédisait qu’au début du troisième millénaire, la durée annuelle de travail serait diminuée à 1 200 heures28. Une étude récente confirme cette réduction de la durée du travail, dans le cas de la France. Ainsi, au début du XXe siècle, « l’espérance de vie professionnelle » des travailleurs français de sexe masculin était de 56 ans, comparativement à 36,5 ans en 1997. En revanche, celle des femmes a augmenté, passant de 23,5 ans à 30 ans au cours de la même période29. Or, la quantité d’heures ouvrées continue de fléchir dans l’Occident. Il suffît de prendre en compte la glissade de la durée de la semaine de travail depuis quelques années, l’entrée de plus en plus tardive de plusieurs jeunes sur le marché du travail (avec les taux actuels de scolarisation) et la tendance générale à l’abaissement de l’âge de la retraite. Ajoutons les interruptions d’emploi plus fréquentes, du fait du chômage, les exemptions d’heures accrues par suite de maladies ou d’accidents et la hausse de l’absentéisme au travail. S’ajoute l’augmentation des jours de vacances, des congés fériés et des autres périodes d’interruption de travail consenties depuis quelques années (congé de maternité, de paternité, etc.). Concrètement, prenons une situation type. En supposant une durée de vie de 85 ans, on obtiendra que la totalité des heures vécues s’établit à 745 000 heures par comparaison à environ 42 240 pour les heures ouvrées (calculées sur 30 ans à raison de 32 heures par semaine pendant 44 semaines annuellement en moyenne), ce qui représente un maigre 5,6 % dans une vie entière. La faible part consacrée présentement au travail constitue sans conteste un événement historique majeur quand on sait que nos ancêtres allouaient l’essentiel de leur temps aux tâches productives. Le fait que les nouveaux retraités auront au cours de leur vie entière consacré moins de temps sur le marché du travail que toute autre génération constitue un autre trait particulier des sociétés sénescentes.

  • 30 Marchand, O. et Thélot, C. (1997), Le travail en France : 1800-2000. Essais et Recherches, Paris, (...)
  • 31 Techniquement parlant, la notion d’« espérance de vie active » désigne le nombre moyen d’années de (...)

39Ces indications ne sont cependant pas universelles. Alors que la durée de la semaine de travail recule en France (bien que tout récemment l’État français tente d’allonger la participation des travailleurs en termes d’années de travail, ce qui suscite une levée de boucliers), en Suède, en Norvège et au Japon, la quantité d’heures travaillées tend légèrement à augmenter aux États-Unis. Selon un rapport du Bureau international du travail, le nombre annuel d’heures ouvrées serait passé de 1 883 en 1980 à 1966 en 1997, soit une augmentation de 4 %. Ce serait, semble-t-il, le moyen auquel les Américains ont recours pour maintenir leur niveau de vie afin de compenser le déclin de leur pouvoir d’achat30. On peut donc tirer des observations précédentes cette autre caractéristique des sociétés sénescentes : l’espérance de vie active31 dans la plupart des sociétés modernes est inversement proportionnelle à l’espérance de vie biologique.

40De la double tendance à l’abaissement de l’âge de la retraite et de l’allongement de l’espérance de vie résulte un autre phénomène. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’homme moderne peut disposer d’une période de retraite presque aussi longue que l’aura été la période jusque-là prédominante, celle du travail productif. Et, selon toute vraisemblance, la prochaine génération aura vécu plus de temps comme retraité que comme travailleur ! Voilà une autre caractéristique qui démarque nettement l’homo senectus de l’homme traditionnel. En effet, dans la mesure où le futur retraité pourra entrer dans la période « postactive » dès l’âge de 50 ans, avec une probabilité élevée de vivre jusqu’à 85 ans, sa vie de retraité durera 35 ans, une période plus longue que celle consacrée au travail, d’autant plus que l’insertion dans la vie socioprofessionnelle débute de plus en plus tardivement. Il n’y a rien d’étonnant à cela lorsqu’on sait que la longévité moyenne s’est accrue de 25 ans au cours du siècle dernier et que la hausse enregistrée a été nettement plus forte depuis la Seconde Guerre mondiale. Et cette durée de la vie postactive tend à s’étendre lorsqu’on considère que la longévité moyenne croît au rythme de trois mois annuellement. Manifestement, aucune époque antérieure n’a connu une telle poussée.

41La reconfiguration de l’axe traditionnel travail-loisir soulève plusieurs questionnements, dont celui-ci : pour tenir compte de cette nouvelle réalité, convient-il d’élargir notre définition de la personne âgée, en incluant les retraités et les préretraités ? En poussant le raisonnement, rien n’interdit d’y adjoindre les travailleurs en fin de carrière qui se préparent à passer à la retraite. Finalement, il est à se demander qui sont les sujets de la gérontologie dans le contexte actuel ! Avec la propension de plus en plus répandue des prises de retraite précoce, les gérontologues ne savent plus où tirer la ligne de démarcation séparant la vieillesse de l’âge mûr. Dans l’imagerie populaire, le retraité n’est-il pas déjà un vieux ? Sauf pour de rares exception (par exemple, un vieux vin), l’idée de vieillissement évoque, du moins dans notre culture, des images négatives. Le lien qui l’associe à la mort, perçu comme l’horizon de la vieillesse, renforce sans doute ce stéréotype. Est perçu comme vieux ce qui est usé, périmé, obsolescent, condamné à la ruine, au rebut. Ce qui s’applique aux objets convient aux humains. Vieillissement s’oppose d’emblée à développement, à croissance. Même s’il faut se garder de telles descriptions, elles persistent par leur puissance analogique.

42Plusieurs facteurs expliquent la tendance généralisée à prendre une retraite « précoce ». Dans une large mesure, il s’agit de choix personnels, bien que cette situation soit appelée à changer. Certains individus sont devenus inaptes à l’emploi à la suite d’un trouble de santé ou d’un accident, mais de plus en plus de travailleurs profitent des primes de départ à la retraite et bénéficient d’autres incitatifs. Les systèmes des pensions, étatiques ou privés, les avantages fiscaux rattachés à des programmes tel le Régime enregistré d’épargne-retraite, ont eux aussi contribué à l’émergence de ce phénomène des prises de retraite hâtives.

Notes

1 Jacquart, A. (1987), Cinq milliards d’hommes dans un vaisseau, Paris, Éditions du Seuil.

2 Cité dans Bourdelais, P. (1994), L’âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la population, Paris, Éditions Odile Jacob.

3 Je présente ici seulement les grandes lignes de cette transition. La théorie dite de la « transition démographique » a été élaborée par Notestein et la Fondation Rockfeller dans les années 1930. Elle a été formulée bien avant que survienne le véritable vieillissement démographique. D’autres modèles ont été présentés, dont celui de Cowgill qui distingue quatre phases : voir Cowgill, D. O. (1956), « The theory of population growth cycles », dans J. J. Spengler et O. D. Duncan, Population Theory and Policy. Selected Readings, New York, The Free Press of Glencoe, p. 125-134.

4 Günther, L. (1996), « Fertility of populations as a function of the attained level of life expectancy in the course of human evolution », Historical Social Research, vol. 21, no 4, p. 24-55. L’auteur attribue à la chute du taux de fécondité la cause profonde du vieillissement démographique.

5 Hauser, R (1976), « Aging and world-wide population change », dans R. Binstock et E. Shanas (dir.), Handbook of Aging and the Social Sciences, New York, Van Nostrand Reinhold, p. 59-86.

6 Chaunu, P. (1979), « Un phénomène sans précédent dans l’histoire », dans P. Chaunu, G.-E Dumont, J. Legrand et A. Sauvy (dir.), La France ridée, Paris, Librairie générale française, p. 140.

7 Chez les 65 ans et plus, on dénombrait 600 millions de personnes en 2000. Source: Kinsella, K. et Velkoff, V. A. (2001), An Aging World: 2001, Washington (DC), United States Bureau of the Census, série P95/01-1.S.

8 Nations Unies (2002), World Population Prospects: The 2002 Revision Population Database, <http://esa.un.org/unpp/>.

9 Chang, J. (2002), « Transition Paths from Work to Retirement », communication présentée à Séoul, dans le cadre de l’International Workshop on Labor Market Policies in an Aging Era, 21 juin.

10 Nations Unies (2000), World Population Prospects. The 2000 Revision, New York, Department of Economic and Social Affairs, United Nations.

11 Je fais ici référence aux nations où l’industrie relève de la haute technologie. Lors d’un voyage en Inde dans les années 1990, j’ai pu constater que l’industrialisation était étonnamment forte, mais correspondait au premier stade de son développement. En fait, compte tenu de la taille de sa population, on dénombre en Inde beaucoup plus de manufactures et d’industries qu’aux États-Unis !

12 Guy, H. (1995), « Éclaircie inattendue sur la démographie africaine », Le Monde, 15 septembre.

13 Ibid.

14 Dell’Agnese, E., « Population Aging in South-East Asia and Policies of Old-Age Support » [Invecchiamento della popolazione e politiche di sostegno agli anziani nel Sud-Est asiatico], Rivista Geografica Italiana, vol. 102, no 2, juin 1995, p. 319-334.

15 Kinsella, K. et Gist, Y. J. (1995), Older Workers, Retirement, and Pensions : A Comparative International Chartbook. Washington (DC), United States Bureau of the Census (IPC/95-2RP).

16 Boileau, J. (2002), « Les hommes rattrapent les femmes (entrevue avec Mme Lapierre-Adamcyk) », Le Devoir, 17 juillet.

17 Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre (1999), Prévenir, guérir, soigner : les défis d’une société vieillissante, Rapport annuel sur la santé de la population montréalaise, Montréal, Direction de la santé publique.

18 Dans l’Occident, les statistiques sur l’âge sont beaucoup plus fiables depuis 1950. Voir à ce sujet : Kannisto, V (1994), « Development of oldest-old mortality, 1950-1990 : Evidence from 28 developed countries », Odense Monographs on Population Aging 1, Odense, Odense University Press.

19 D’ici 2050, on prévoit, par exemple, que les États-Unis compteront plus de 4,2 millions de centenaires. Volz, J. (2000), « Successful Aging. The second 50 », Monitor on Psychology, no 31, p. 24-28, cité par Williamson, G. M. (2002), « Aging well : Outlook for the 21st century », dans C. R. Snyder et S. J. Lopez (dir.), Handbook of Positive Psychology, New York, Oxford University Press, p. 676-686.

20 Jeune, B. et Kannisto, V (1997), « Emergence of Centenarians and Super-Centenarians », dans J.-M. Robine et al. (dir.), Longevity : To the Limits and Beyond, New York, Springer, p. 77-89.

21 Stuckelberger, A. (1994), « Aspects sociologiques de la vieillesse en Suisse », Vieillesse et culture, p. 3-10.

22 Tiré de Knipscheer, C. P. (1988), « Temporal embeddedness and aging within the multigenerational family: The case of grandparenting », dans J. Birren et V L. Bengtson (dir.), Emergent Theories of Aging, New York, Springer, p. 426-446.

23 Boileau, J., op. cit.

24 Le Japon semble faire figure à part, du moins comme pays membre du G8.

25 OCDE, (1993), YearBook of Labour Statistics, Paris, OCDE.

26 Marshall, V. W. (1995), « Rethinking retirement: Issues for the twenty-first century », dans E. M. Gee et G. M. Gutman (dir.), Rethinking Retirement, Vancouver, Gerontology Research Centre, Simon Fraser University.

27 Chan, S. et Stevens, A. H. (1999), Job Loss and Retirement Behavior of Older Men, Cambridge (MA), National Bureau of Economic Research, Inc.

28 Fourastié, J. (1972), Les 40 000 heures, Paris, Denoël/Gonthier.

29 Bureau international du travail (1999), Key Indicators of the Labour Market 1999, Genève, BIT.

30 Marchand, O. et Thélot, C. (1997), Le travail en France : 1800-2000. Essais et Recherches, Paris, Nathan.

31 Techniquement parlant, la notion d’« espérance de vie active » désigne le nombre moyen d’années de travail accomplies au cours d’une vie. D’autres chercheurs utilisent cette notion pour mesurer, à partir d’un âge donné, le nombre moyen d’années de travail restant à accomplir, en tenant compte de la mortalité et des taux d’activité par âge. Voir Gibson, M. J. S. et Nusberg, C. (1985), International Glossary of Social Gerontology, New York, Van Nostrand Reinhold. L’expression est aussi utilisée par les gérontologues pour désigner l’espérance de vie sans incapacité, ce qui ajoute à la confusion.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 2.1. Proportion des personnes aînées des deux sexes par rapport à l’ensemble de la population pour différentes régions du monde et par groupe d’âge : 2000-2050.
Légende Source : U.S. Bureau of the Census (2002), International Database (mise à jour 2004), <http://www.census.gov/​cgi-bin/​ipc/​agggen>.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre FIGURE 2.1. Vitesse de vieillissement de la population dans les pays en voie de développement (nombre d’années requis ou anticipé pour que la population âgée de 65 ans et plus augmente de 7 % à 14 %).
Légende Source : Kinsella, K. et Gist, Y. J. (1995), Older Workers, Retirement, and Pensions : A Comparative International Chartbook, Washington (DC), United States Bureau of the Census.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre FIGURE 2.2. Vitesse de vieillissement de la population dans les pays développés (nombre d’années requis ou anticipé pour que la population âgée de 65 ans et plus augmente de 7 % à 14 %).
Légende Source : Kinsella, K. et Gist, Y. J. (1995), Older Workers, Retirement, and Pensions: A Comparative International Chartbook, Washington (DC), United States Bureau of the Census.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18102/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search