Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Partie 1. Portrait sociodémographique des sociétés sénescentes

Chapitre 1. Les métamorphoses de l’âge

Texte intégral

  • 1 Bacon, F. (1625, rééd. 1948), Essais. Des innovations, traduction Maurice Castelain, Paris, Aubier

« Le Temps, voilà le grand innovateur. »
Francis Bacon, Essais. Des innovations1

Une odyssée retentissante

1De nos jours, plus personne ne s’étonne de l’omniprésence des nouveaux retraités d’à peine 55 ou 50 ans, de ceux que l’on pourrait qualifier de « jeunes-vieux », et bien sûr des grands vieillards. Cette visibilité grandissante de la population aînée tient essentiellement à deux événements historiques, inlassablement répétés, qui ont surgi au cours du XXe siècle : la chute constante du taux de mortalité, même après l’âge de 65 ans, et la diminution sensible du taux de fécondité. Ces puissants catalyseurs ont actualisé ce double phénomène qu’est l’allongement de la durée de vie et le vieillissement démographique. Ces deux indices tangibles particularisent à eux seuls les sociétés sénescentes, mais la visibilité accrue des aînés signale en même temps l’irruption d’une nouvelle figure emblématique, dénommée ici l’homo senectus. Ce personnage énigmatique incarne tous les espoirs que nous portons à l’idéal d’une vie longue et épanouie, en même temps qu’il préfigure de profonds bouleversements qui toucheront le cœur même de la civilisation postmoderne.

  • 2 Kahn, H. (1973), À l’assaut du futur, Paris, Robert Laffont.

2Bien que couvaient depuis plusieurs décennies déjà les signes avant-coureurs d’un virage démographique d’une telle envergure, peu d’intellectuels l’ont pourtant annoncé. D’ailleurs, ce n’est qu’en 1956 que le terme « troisième âge », réputé avoir été forgé en France par le Dr Huet, est apparu. Au tournant des Trente Glorieuses, certains futurologues, même parmi les plus perspicaces, ont été incapables d’anticiper ce qui allait devenir un événement historique majeur. À preuve, cet ouvrage d’Herman Kahn publié en 1973, intitulé À l’assaut du futur, qui trace la tendance multiple à long terme de la culture occidentale2. Dans ce livre, le vieillissement démographique et l’allongement de l’espérance de vie ne figurent point dans l’impressionnante liste qui compte au bas mot une quinzaine de mutations majeures ! Considérant les nombreux signes précurseurs du vieillissement, cette omission paraît impardonnable comparée à d’autres événements survenus et difficiles à prévoir, tels l’implosion de l’empire soviétique, la glissade du communisme, symbolisée par la chute du mur de Berlin, le surgissement de l’intégrisme musulman et la mondialisation du terrorisme.

3Et, fait ahurissant, la poussée démographique qui secoue présentement l’Occident n’a assurément pas atteint son point oméga. Rien ne laisse présager que nous soyons parvenus au terme de la révolution de la longévité, car les sciences médicales et l’ingénierie moderne ne cessent d’émerveiller par leurs prouesses qui nous enrobent d’une atmosphère rassurante. La promesse d’étirer davantage le temps de la vieillesse et de retarder encore plus l’échéance ultime illumine ceux et celles qui rêvent d’infléchir le cours de leur destin biologique. Ce grand rêve de l’humanité ne date pourtant pas d’hier. Déjà au XVIe siècle, le navigateur espagnol Ponce de León, au cours de ses valeureuses expéditions, sillonnait les mers du Sud à la recherche de métaux précieux et des sources de Jouvence. Ironie du sort, sa quête fut interrompue prématurément à Cuba, en 1521, où il mourut à l’âge de 61 ans des suites d’une blessure infligée dans un combat contre des autochtones.

4À bien y penser, les métamorphoses de l’âge ont fait surface si rapidement qu’elles laissent la vague impression que l’histoire défile à vive allure. Rien d’étonnant à ce que nous nous sentions plongés tête première dans ce nouvel univers social et biologique dont nous avons du mal à décrypter le sens et la direction. Alors que la perspective de la longue vie fascine, posant des défis personnels et soulevant des interrogations existentielles, l’avènement des sociétés vieillissantes nous interpelle en tant que citoyen. Telles sont les prémisses orientant la réflexion qui parcourt ce livre.

Le creuset démographique

  • 3 Rebello, F. (2003), « Santé — Plus loin que le bout de nos souliers. Pourquoi il est urgent de con (...)

5Penchons-nous maintenant sur les tenants et les aboutissants de cette odyssée retentissante. Si l’on s’en tient strictement à l’amplitude du phénomène du vieillissement humain dans l’Occident, nous n’apercevons que la pointe de l’iceberg. Selon les démographes, à la suite du départ massif à la retraite des baby boomers en 2030, les personnes aînées compteront pour plus de 20 % de la population globale dans les pays développés, une projection qui n’est pas de nature à apaiser certains esprits. Le ratio entre les 65 ans et plus dépassera les 24 %, soit le double de celui actuel3. Ce n’est qu’en 2050 que cette formidable poussée s’essoufflera, à tout le moins dans l’hémisphère nord, l’habitat des supersociétés industrielles. Mais on ne conclura pas pour autant que le vieillissement démographique aura alors atteint son point culminant. Il pourrait encore s’étendre sur plusieurs décennies supplémentaires avant de finalement se stabiliser. Pareille anticipation nous propulse cependant trop loin dans le temps. Tant d’événements inattendus pourraient poindre d’ici là qui feraient mentir cette prédiction.

6Quoi qu’il en soit, le gonflement de la population âgée en nombre absolu et en proportion, induite par l’arrivée prochaine de la génération issue du boom des naissances d’après-guerre, n’est que le pâle reflet de ce que nous réserve l’avenir. En effet, s’ajoute le vieillissement à l’échelle mondiale. Peu de personnes sont informées que le phénomène de l’avance en âge gagne géographiquement du terrain. Loin d’être propre aux sociétés occidentales, le processus semble véritablement amorcé à l’ensemble de la planète. Si la mondialisation de l’économie devait éventuellement toucher à sa fin, voire régresser (bien que cette hypothèse soit peu plausible), tout indique en revanche que la mondialisation du vieillissement ne peut être stoppée. Car même si le vieillissement démographique est appelé à ralentir, la révolution de la longévité ne saurait connaître pareil sort. Comme je le montrerai dans le prochain chapitre, nombreux sont les indices signalant que le vieillissement, démographique ou individuel, se mondialise. Ce qui signifie qu’une immense marée humaine, composée de jeunes retraités, de « jeunes-vieux » et de grands vieillards, infiltrera d’ici un quart de siècle la presque totalité des nations. Nous franchissons donc une étape décisive de l’histoire humaine : la mondialisation du vieillissement, réalité attendue qui traduit ce dont l’homme a toujours rêvé, mais aussi ce qui le rend de plus en plus inquiet.

  • 4 Philibert, M. (1968), L’échelle des âges, Paris, Éditions du Seuil.

7Mais il n y a pas que l’arrivée prochaine et foisonnante des boomers ou la mondialisation du vieillissement qui doit retenir notre attention : c’est que la population âgée s’élargira à un rythme soutenu au sommet de la pyramide d’âge, tout au moins dans les pays développés. « L’échelle des âges » que décrivait Michel Philibert s’allonge visiblement à sa cime et comprend désormais un peu plus d’échelons4. La thématique du vieillissement humain n’est donc pas réductible à la part croissante que les aînés occupent et occuperont sur l’ensemble de la population ou de la planète ; elle renvoie également au survieillissement qui se traduit par la montée en flèche des effectifs très âgés, en particulier les personnes de 80 ans et plus. On assiste même à l’explosion du nombre de centenaires, un phénomène historique sans précédent.

8Pour comprendre le phénomène complexe du vieillissement dans sa globalité, il est impératif d’ouvrir l’analyse sur d’autres registres. Comme nous venons de le voir, l’expression première du nouveau visage de la vieillesse ressortit de son essence macrodémographique. Avec la poussée ascensionnelle des 60 ans et plus et la longévité moyenne qui continue de s’allonger, la structure générationnelle se trouve radicalement transformée. Nous ne sommes désormais plus en présence d’une succession, mais d’un véritable croisement de générations. Dans les sociétés sénescentes, la représentation verticale plurigénérationnelle s’est substituée à la vision horizontale des générations qui prévalait jusque-là.

  • 5 Bourdelais, P. (1997), L’âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la population, Paris, (...)

9Une autre expression de cette mutation tient à la refonte des critères de définition de l’âge et des attributions données aux étapes de la vie. Bien que ce point soit développé plus à fond un peu plus loin, retenons pour l’instant que dans ce gigantesque creuset démographique, la réalité sociale se trouve foncièrement remaniée, puisque de nouveaux paramètres de classement des âges de la vie prennent place graduellement. Cette lente perfusion démographique impose désormais, non seulement une restructuration des représentations du cycle de vie, mais un nouveau découpage social du temps. Comme le soulignait pertinemment Patrice Bourdelais, autrefois on différenciait l’homme d’âge mûr, la première vieillesse et l’arrière-vieillesse5 ; on distingue dorénavant le travailleur âgé, le préretraité, le jeune retraité, le vieillard septuagénaire et octogénaire, puis le grand vieillard. Et par grand vieillard, les gérontologues font maintenant référence non seulement aux nonagénaires, mais aux centenaires et aux super-centenaires de 110 ans et plus. Ce sont toutes ces désignations que la gérontologie range sous le vocable de « personne aînée ». Mais ce sont en même temps toutes ces individualités, toutes ces idiosyncrasies, qui se voient malheureusement enfermées dans ce seul concept unificateur !

10Donc, du coup, les images de la vieillesse changent et vieillissent. Elles se pluralisent au fur et à mesure que s’aiguisent la prise de conscience des enjeux de l’âge avancé et les opportunités offertes aux personnes vieillissantes. Du même souffle, sont repensés les rapports entre les générations, l’articulation entre les forces productives et non productives, les politiques de prise en charge, de gestion et de traitement de la vieillesse. Ce sont en fin de compte ces représentations plurielles, sans oublier les nouveaux modes de fonctionnement qu’elles induisent, qui réorientent nos conduites et restructurent notre lien associatif avec les personnes vieillissantes. Ces différents registres entretiennent entre eux une relation dynamique et synergique qui produit le changement social et individuel.

L’hétérogénéité de la vieillesse

11Dans la foulée de ces observations liminaires, on insistera sur d’autres points capitaux. En premier lieu, la grande dispersion dans l’échelle d’âge particularise les itinéraires de la vieillesse et accentue la diversité des profils individuels. Dans ce jeu des différences, nos repères temporels sont obscurcis du fait du grand écart d’âge séparant les jeunes-vieux, des vieux-vieux. La population « dite âgée » forme de fait une mosaïque humaine complexe, une trame immensément étoffée et diversifiée. On peut soumettre que l’univers de l’expérience des 60 ans et plus est autant parsemé de parcours différenciés que celui des jeunes adultes ou des adolescents. La notion de « vieillissement différentiel » a été justement forgée pour refléter cette hétérogénéité des profils et itinéraires de vie qui dissimule l’immense diversité interindividuelle.

  • 6 Lire à ce propos: Stanford, E. P. (1994), « Diversity as a social force in an aging society », Div (...)

12Bien que se concrétisent la diversité des âges et la pluralité des parcours de vie, la croyance à l’uniformité ou à la similitude des itinéraires de vieillissement résiste. Ainsi persiste le mythe selon lequel la population âgée forme un bloc monolithique réunissant des individus dont les activités de la vie quotidienne s’assimilent, dont les besoins et les aspirations se ressemblent. Cette croyance donne lieu à des lectures erronées, principalement sur les taux de dépendance des aînés et, partant, sur les coûts sociaux de la vieillesse, sans compter les perceptions fautives sur leur condition économique ou sociale. De toute évidence, une observation attentive permet de démarquer nettement la situation du jeune retraité de 60 ans de celui ou de celle ayant atteint l’âge de 90 ans. D’un côté, les individus de ces deux catégories d’âge appartiennent à des générations distinctes, ce qui les discrimine d’emblée au chapitre des habitudes de vie, de l’éducation reçue, de l’avoir accumulé, des cursus socioprofessionnels, des valeurs et du vécu familial principalement. De l’autre, leurs réseaux de relations sociales ou familiales diffèrent considérablement et, plus souvent qu’autrement, ces individus ne partagent pas les mêmes projets ou ambitions d’avenir. Les préférences, au chapitre des activités de loisir notamment, détonnent souvent de façon marquée d’une catégorie d’âge à l’autre. Globalement, on admettra sans peine que les aînés de ces différentes cohortes d’âge ne bénéficient pas tous des mêmes avantages, notamment sur le plan des capacités financières ou de l’état de santé6. La distance de l’âge engendre inévitablement des dissemblances.

13Mais l’hétérogénéité interindividuelle ne représente qu’un seul angle de l’immense diversité de la population âgée. S’observe en second lieu une importante variabilité intragénérationnelle. Parmi les personnes d’un même groupe d’âge, qu’elles aient 60 ou 90 ans, les cheminements de vie sont fortement diversifiés : on dénombre en effet une gamme faramineuse de besoins, de potentialités et de champs d’intérêt. Les complexités que recèlent les parcours biographiques dans une classe d’âge donnée tiennent du fait que les personnes aînées contemporaines ont vécu et continuent à vivre une gamme d’expériences étendue, en plus de cumuler une multitude de rôles dans la vie courante. Elles ne peuvent donc être assujetties à un cadre identitaire unique. Au-delà de ces configurations de rôles et de ces signes sociaux de différenciation, des inégalités démarquent également les aînés d’une même génération au regard des conditions de vie, qu’il s’agisse du revenu, de la santé, de l’accès aux soins, aux services et aux ressources éducatives et informatives. Ce qui vient embrouiller notre compréhension, c’est que la personne aînée d’aujourd’hui évolue dans un univers à la fois cosmopolite et compartimenté. Elle recherchera la visibilité ou la reconnaissance sociale dans certains domaines de sa vie, tandis que dans d’autres circonstances elle exigera l’anonymat ou se contentera d’un mode de vie paisible. Pour faire image, une personne aînée peut aujourd’hui être engagée simultanément dans une cause sociale, s’adonner au bénévolat, être passionnée de gastronomie tout en étant artiste à ses heures. Elle peut être antillaise d’origine, faire partie d’un cercle d’hispanophones et être membre d’un club de bridge.

  • 7 Wilde, O. (1920), Le portrait de Dorian Gray, Paris, Éditions Stock.

14Sur le plan sanitaire ou des capacités physiques, il n’est pas rare de nos jours de côtoyer des sexagénaires qui éprouvent de sérieux problèmes de santé ou de mobilité physique, et à l’antipode des nonagénaires encore aptes à pratiquer certains sports physiquement éprouvants. Ces écarts de santé et de conditions de vie interdisent donc de penser la vieillesse comme une totalité homogène et statique. Paradoxalement, certaines personnes, pourtant physiquement bien portantes, peuvent en vertu de leur âge avancé souffrir de l’image dévalorisante que la société parfois leur renvoie. Le drame de la vieillesse que décrivait Oscar Wilde dans Le portrait de Dorian Gray illustre admirablement le décalage entre l’imagerie populaire et l’expérience vécue de la vieillesse quand il fait dire au héros de son roman qui conserve le visage de sa jeunesse : « La tragédie de la vieillesse, ce n’est pas de vieillir, c’est de rester jeune7. »

15On conçoit donc aisément à travers ces notations que de nouveaux créneaux de recherche aient pu jaillir de cette pluralité de conditions de vie et de besoins, de cette étonnante dispersion des itinéraires de vie. Les pathologies du grand âge, en particulier les maladies dégénératives, dont la maladie d’Alzheimer, l’incapacité fonctionnelle, la qualité de vie et les inégalités fondées sur l’âge comptent parmi les grandes préoccupations actuelles engendrées par cette mutation silencieuse. Plus récemment, se sont déployés des thèmes tels que le soutien social, la détresse psychologique, l’adaptation aux événements stressants, la participation et l’intégration sociales des personnes aînées, pour ne mentionner que les principaux champs d’investigation.

  • 8 Le Conseil des aînés (2001), La réalité des aînés québécois, 2e édition, Québec, Publications du Q (...)

16Chemin faisant, on ne manquera pas de souligner une autre particularité sociologique qui contribuera à stratifier davantage la population âgée, principalement en Amérique et dans la Communauté européenne : celle de sa diversité ethnique et culturelle. On sait pertinemment qu’au cours des 25 ou 30 dernières années, la plupart des pays occidentaux ont favorisé grandement l’immigration comme stratégie démographique pour compenser la chute de la natalité. Conséquemment, le caractère multiculturel de la structure populationnelle s’accentue d’année en année, comme c’est le cas en Amérique du Nord. Au Canada, par exemple, près du quart des personnes aînées n’est pas né dans ce pays. Les projections indiquent que la proportion des aînés d’origine ethnique autre que britannique ou française est appelée à croître au cours des prochaines décennies. Au Québec, on estime qu’en 1996 les personnes de 65 ans et plus issues de l’immigration comptaient pour plus de 12,5 % de l’ensemble des aînés québécois8. Le taux de fertilité étant relativement élevé chez les représentants des minorités ethniques, on peut donc s’attendre à ce que les prochaines cohortes de personnes aînées comprennent une proportion encore plus importante d’individus appartenant aux communautés multiculturelles. La même tendance s’observe aux États-Unis. Les groupes ethniques minoritaires représentaient 16 % de la population américaine en 1998. On estime que cette proportion s’élèvera à 25 % d’ici 2030. Au caractère multiculturel, s’ajoute la fraction des personnes aînées provenant des peuples autochtones et métis, dont on peut déplorer qu’elles constituent une terra incognita en gérontologie. Dans les villages autochtones, dont plusieurs sont dispersés dans le Grand Nord désertique, froid et aride du Canada, les personnes aînées financièrement à l’abri du besoin ou socialement avantagées forment de rares îlots dans l’océan des nécessiteux.

Chevauchement et individualisation des parcours de vie

17L’âge chronologique, comme on l’a constaté, est une réalité éminemment trompeuse pour décrire ou comprendre la vieillesse. Il l’est davantage lorsqu’on persiste à accéder à cette réalité par le corps physique ou par les nombreuses autres manifestations qui le rappellent. L’âge n’est en définitive qu’un marqueur du temps. Il ne suffit pas à saisir la vieillesse comme entité globale, c’est-à-dire sociale, culturelle et biologique. Il ne permet pas non plus d’appréhender la spécificité des sociétés sénescentes dans leur complexité et entièreté. Il faut voir que d’autres sources de transformation sociale se conjuguent aux tendances démographiques identifiées précédemment, accentuant à leur tour la morphologie des sociétés sénescentes. Il s’agit essentiellement de la recomposition des étapes de la vie — qui fait surgir des décalages importants dans les cheminements individuels —, de la prolifération des retraites précoces et de l’évolution des mentalités sur la vieillesse. Passons succinctement en revue chacun de ces agents de changement.

  • 9 Voir l’ouvrage suivant : Harris, J. (1957), The Concept of Development, Minneapolis, University of (...)
  • 10 Neugarten, B. L. et Datan, N. (1973), « Sociological perspectives on the life cycle », dans P. Bal (...)
  • 11 Singer, C. (1984), Les âges de la vie, Paris, Albin Michel.

18Les efforts visant à segmenter le cours de la vie en périodes, étapes ou phases distinctes figurent parmi les thématiques intellectuelles les plus étudiées9. On a notamment relié l’âge chronologique à des étapes sociales cruciales et bien définies, tels l’âge scolaire, l’âge de travailler, l’âge de voter, l’âge de conduire un véhicule motorisé, l’âge de se marier, l’âge de procréer, l’âge de prendre sa retraite. Bernice L. Neugarten et Nancy Datan ont désigné ces marqueurs temporels d’« horloge sociale10 ». Ces étapes, plus ou moins nettement définies, renvoient en fait à des événements de vie importants, qualifiés souvent de normatifs, soit parce qu’ils traduisent les obligations historiques ou sociales d’une civilisation, d’une société ou d’un groupe, soit parce qu’ils balisent le parcours d’une majorité d’individus (conception sociologique). Souvent, des mécanismes institutionnels, opérant tels de véritables rites de passage, servent à authentifier et officialiser socialement ces transitions. Le traditionnel dîner entre amis et la remise de cadeaux pour souligner le départ à la retraite d’un collègue de travail en constituent une belle illustration. A ces marqueurs institutionnalisés du temps s’ajoutent des événements inattendus ou non normatifs, aussi bien heureux (par exemple, gagner à la loterie) que malheureux (par exemple, perdre un enfant en bas âge ou subir un revers de fortune), qui à leur tour infléchissent, parfois sévèrement, le cours de l’existence. Ce qui amène Christiane Singer à décrire la vie comme une séquence de métamorphoses où l’individu expérimente à la fois une forme de dépouillement (par exemple, la rupture du cordon le reliant à ses parents) et la découverte de quelque chose d’inattendu (par exemple, une compagne de vie)11.

  • 12 Schroots, J. J. F. (1988), « On growing, formative change, and aging », dans J. E. Birren et V L. (...)

19Les parcours de vie ont souvent été dépeints à l’aide de métaphores, tels les branches d’un arbre, le courant d’une rivière, l’horloge biologique via le rythme circadien (par exemple, la courbe des températures corporelles ou de la sécrétion des hormones), le cycle biologique (par exemple, le cycle menstruel), et enfin les cycles naturels du monde physique (par exemple, les saisons)12. J’aimerais cependant faire remarquer que l’emprunt de ces modèles de la nature a eu pour effet d’occulter des réalités (par exemple, la possibilité de croître même à un âge avancé), puis de cautionner certaines croyances populaires (par exemple, ces malheureux adages : « il y a un temps pour tout », « il faut laisser la place aux plus jeunes », « il a fait son temps ») et finalement de voir une nécessité là où c’est plutôt le hasard qui a laissé sa trace.

  • 13 Sheehy, G. (1982), Passages. Les crises prévisibles de l’âge adulte, Boucherville (Québec), Éditio (...)

20Gail Sheehy concevait les étapes de la vie comme une séquence de ruptures s’accompagnant de crises existentielles. Dans l’âge adulte, elle identifie cinq passages successifs : la fin de l’adolescence, qui marque la rupture d’avec le monde parental et le passage dans la vie professionnelle ; la période de la vingtaine, qui coïncide avec les questionnements existentiels et l’inquiétude face à l’avenir ; la trentaine, qui correspond aux grands investissements dans la vie, soit principalement la vie professionnelle, la vie familiale et de couple ; la quarantaine, dite décennie de la dernière chance, période où peut s’enclencher une relance de projets, mais une période propice également à instiller des doutes sur les choix de vie ; enfin la cinquantaine, étape normalement caractérisée par la sérénité et la sagesse. Étonnamment, l’auteure ne distingue pas d’autres périodes débutant avec la retraite13.

21Qu’en est-il aujourd’hui de notre compréhension de ces étapes de la vie et comment peut-on les relier au vieillissement ? D’entrée de jeu, j’indiquerai qu’il n’y a pas que la durée de la vieillesse qui s’allonge : c’est le cas également du temps de la jeunesse. Le départ du foyer parental, l’installation dans la vie de couple et l’insertion dans le monde du travail surviennent plus tardivement qu’autrefois. Cette latence sociale crée une dissociation, une rupture dans la saisie du déroulement du temps. Puis, une fois entrés dans la vie active, une myriade de jeunes se frottent à la dure réalité des emplois temporaires, instables et sous-rémunérés, tandis que d’autres expérimentent âprement les misères de l’errance professionnelle. Contrairement à ce que l’on croit communément, les perturbations qui surgissent dans le jeune âge doivent intéresser au plus haut point le gérontologue, car non seulement elles produisent un impact immédiat sur les relations intergénérationnelles, mais inévitablement elles se répercuteront plus tard dans la trajectoire de vieillissement du jeune concerné.

  • 14 Gaullier, X. (1999), Les temps de la vie : emploi et retraite, Paris, Éditions Esprit.

22Comme le notait pertinemment Gaullier, au cours des deux dernières décennies surtout, les temps, cycles et activités de la vie sont devenus à la fois éclatés et désynchronisés14. Le temps cyclique s’est estompé au profit du temps discontinu et flexible. Au cours de cette période, la société s’est tellement transformée qu’il n’est maintenant plus approprié de découper de façon linéaire ou séquentielle le cours de la vie, d’après le « modèle ternaire traditionnel » : l’éducation, couvrant la période de l’enfance et de l’adolescence ; le travail, correspondant à la période de l’âge adulte ; le repos ou le loisir, s’appliquant à la période de la retraite.

23En revanche, le modèle que je qualifie de « chevauchement et d’individualisation des parcours de vie », où, sans égard à l’âge, s’émaillent l’éducation, le travail et le loisir, s’impose de plus en plus comme type nouveau de cheminement social. En effet, de nos jours, plusieurs étapes de la vie sont bousculées et décalées, notamment le temps scolaire, le temps productif, le temps de la vie à deux et celui des loisirs. Des événements ou décisions importantes peuvent surgir à tout moment dans la vie, par choix ou par nécessité, sans qu’on puisse les associer à des étapes bien définies en fonction de l’âge ou du cycle de vie. Certains individus retourneront aux études passé la trentaine, des retraités reviendront éventuellement sur le marché du travail, tandis que d’autres, au mitan de la vie professionnelle, opteront pour un congé sabbatique avec comme projet, par exemple, de parcourir le monde. De plus en plus de femmes, pour prendre cette situation, mettent au monde un premier enfant seulement dans la trentaine, mais on en trouve encore qui deviennent mères à 18 ans. Au-delà de ces chevauchements d’activité, nous assistons à une individualisation des parcours biographiques. L’intégration à la société passe désormais par le canal expérientiel et motivationnel de l’individu et non par celui des groupes constitutifs, comme la famille, l’organisation professionnelle ou le milieu de résidence. La vie sociale ou publique devient le lieu par excellence d’émancipation personnelle et de l’expression de soi-même. L’individu construit en quelque sorte son projet de vie personnel à partir d’ambitions, d’aspirations ou d’intentions qui lui sont propres. Il ne se sent pas tenu de suivre les consignes de la tradition ni de respecter les attentes du milieu. Bien que relié fonctionnellement à des groupes, à des milieux, il ne leur « appartient » pas organiquement.

  • 15 Dirn, L. et Mendras, H. (1984), « Le troisième âge animera la société française », Futuribles, p.  (...)

24Que peut-on conclure de tout ceci ? La société bigarrée d’aujourd’hui paraît définitivement mal préparée à faire face à pareille désynchronisation du cycle de vie et au prolongement inattendu de certaines étapes ou situations de vie. Il n’existe, hélas, pas de modèles sociaux d’adaptation à l’intention des personnes touchées par les transitions brutales et le rééquilibrage des rôles que requièrent les virages de la vie moderne. L’image qui vient immédiatement à l’esprit est le dilemme auquel font face les adultes dont le parent âgé, parfois les deux, est en perte d’autonomie. Ces fils et ces filles ont à gérer dans le quotidien à la fois leurs obligations familiales et celles de leur vie conjugale, puis celles du travail à l’extérieur, en plus des soins à prodiguer au parent âgé dépendant qui souvent requiert une attention quasi constante et prolongée. Dans le contexte anticipé de l’allongement de l’espérance de vie et de l’alourdissement des incapacités, une myriade croissante d’individus connaîtra de telles embûches. Raison de plus d’élargir le cadre d’investigation de la vieillesse. Puis s’ajoute la situation de plus en plus répandue des adolescents qui quittent plus tardivement qu’autrefois le foyer familial. Le fardeau imposé aux jeunes générations ne peut donc que s’en trouver alourdi. Mais le bouleversement des rôles dans le monde moderne ne se limite pas à la situation des enfants de parents âgés ou à celle des jeunes adultes. Ces transitions se répercutent également dans l’univers des attributions imparties aux aînés. À l’avenant, on a fait état d’un renversement du flux de solidarité entre les générations : de plus en plus les grands-parents deviennent des personnes-soutien vis-à-vis de leurs petits-enfants, voire leurs propres enfants15. Certains rôles traditionnels deviennent donc inversés.

  • 16 Hutton, W (1996), The State We’re in, Londres, Vintage, p. 106.

25Poursuivons notre réflexion sur un front différent qui lui aussi justifie la nécessité d’une compréhension élargie du vieillissement. En effet, d’autres indices incitent à penser que le temps des certitudes est révolu, depuis notamment que le marché du travail s’est segmenté et scindé en plusieurs sous-catégories de travailleurs : principalement, les travailleurs autonomes, ceux protégés par des conventions collectives ou ayant des compétences rares ou recherchées et ceux qui végètent dans la précarité. Faire carrière ou planifier son avenir est devenu, dans plusieurs domaines, une entreprise quasiment utopique. L’économiste anglais Hutton faisait remarquer que, de nos jours, seulement 40 % des jeunes peuvent aspirer à une carrière stable, au sens classique du terme16. En la circonstance, des projets prévus de longue date seront différés ou ils ne se matérialiseront tout simplement pas. Ceci s’explique du fait que les « étapes » de vie sont de plus en plus ponctuées d’interruptions, de fractures, de retours en arrière ou de recoupements. Si la flexibilité du travail se présente comme un levier de gestion supplémentaire pour l’entreprise, elle est cependant une source d’incertitude supplémentaire pour le travailleur. De surcroît, l’instabilité du travail permet difficilement de développer des accoutumances et des liens de fraternité durables. Conséquemment, les rapports entre collègues ont tendance à devenir de plus en plus superficiels.

  • 17 Castel, R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fay (...)

26Robert Castel a insisté sur la forte association entre la participation au travail et la participation aux réseaux de sociabilité et aux systèmes de protection sociale. La vulnérabilité sociale résulterait des effets combinés de ces formes d’exclusion qu’il qualifie de désaffiliation17. Plus rien donc ne peut être tenu pour assuré. La postmodernité s’obstine, pour ainsi dire, à éroder les vieilles certitudes : la sécurité d’emploi, la solidité du couple, la pertinence ou la suffisance de la formation scolaire. Comme ces soubresauts de la vie active laissent souvent des empreintes profondes, la longue période de la retraite est susceptible à son tour d’être doublement marquée : par les séquelles de ces ruptures et discontinuités et par les événements de vie perturbateurs qui lui sont propres.

  • 18 Barel, Y. (1990), « Le grand intégrateur », Connexions, no 56, p. 85.

27Pour le travailleur âgé en fin de carrière, la perte d’emploi est éminemment lourde de conséquences, non seulement financièrement, mais socialement : car notre culture occidentale valorise hautement le travail comme voie d’intégration sociale, comme mode de reconnaissance sociale et d’autonomie. Ces discontinuités socioprofessionnelles font aussi en sorte que le travail, en tant que lieu où se tissent des liens d’appartenance et comme moyen de percevoir un revenu, se dérobe comme fil d’Ariane menant à l’intégration sociale. Se trouvent donc diluées les principales fonctions qu’assure le travail : le revenu, le statut, l’identité, les relations sociales et la protection sociale18. Ce qui le remplace, déclarait Robert Castel, c’est une culture de l’aléatoire marquée par la nécessité de vivre au jour le jour.

  • 19 Van Daal, J. (1997), L’abolition du travail, Paris, L’Esprit frappeur.
  • 20 Barlett, D. L. et Steele, J. B. (1996), America: Who Stole the Dream?, Kansas City, Andrews and Mc (...)

28Que nous réserve l’avenir ? Certains pensent que le travail occupera une place de plus en plus marginale dans le futur, tandis que d’autres n’hésitent aucunement à le condamner, en appelant à l’allégresse généralisée et à l’exubérance mutuelle et consentie librement, bref à la consécration de l’homo ludens19 ! De manière fantaisiste, on a même annoncé la fin pure et simple du travail tel que nous l’entendons aujourd’hui20. Ces divagations et utopies sont autant d’indications que le monde présent ébranle les mentalités.

  • 21 Lasch, C. (1977), Heaven in a Heartless World: The Family Besieged, New York, Basic Books.

29Parmi les perturbations des temps modernes, on citera également le cas de la vie en couple. Plusieurs paraissent en effet de plus en plus confrontés à des « crises », à des flottements et à des recommencements. Lieux de protection primaire par excellence, la famille et l’école sont elles aussi devenues des institutions de socialisation précaires, car ces milieux de vie subissent implacablement de profonds réaménagements. L’incidence des familles éclatées est sans conteste l’un des signes les plus révélateurs du déracinement actuel des jeunes. Les ruptures de foyer, qui sévissent à l’état endémique dans le monde occidental, engendrent des réactions souvent explosives chez les jeunes, sans compter les retentissements sur les grands-parents qui doivent parfois lutter âprement pour avoir accès à leurs petits-enfants, ou encore qui se voient forcés d’en assumer la garde. L’effritement de la solidarité familiale se constate non seulement à travers les taux historiques de divorce, mais aussi via la violence conjugale, l’abus de l’autorité parentale ou à l’opposé le laxisme, la ségrégation des âges (par exemple, les enfants cohabitent de moins en moins avec leurs parents âgés) et la dissolution des liens avec la famille élargie (par exemple, les occasions de rencontre sont souvent réduites aux funérailles). La famille demeure pourtant l’ultime refuge où nouer des contacts durables. Pour reprendre l’image percutante de Christopher Lasch, « la famille est un paradis dans un monde sans cœur21 ».

  • 22 Bass, S. A., Caro, F. G. et Chen, Y. P. (1993), Achieving a Productive Aging Society, Wesport (CT) (...)

30Un autre indice des changements en cours est la valeur contemporaine attachée à la formation. En tout état de cause, en cette époque placée sous le signe de l’explosion des savoirs, de l’innovation et de l’incessant renouvellement des technologies, l’apprentissage et la formation scolaire ne sauraient être confinés dans des catégories d’âge précises. L’éducation, entendue au sens de formation professionnelle, gagnerait à être vue comme une activité permanente, s’inscrivant de plain-pied dans toutes les périodes de la vie. Telle est la thèse défendue par Scott A. Bass et ses collaborateurs Francis G. Caro et Young-Ping Chen dans leur ouvrage Achieving a Productive Aging Society22. Or, les travailleurs plus âgés ou en fin de carrière figurent souvent parmi les laissés-pour-compte dans ce domaine. Sans qu’il soit à propos de s’étendre plus longuement sur cette question, on ne manquera cependant pas de déplorer que la formation professionnelle a de nos jours pris le pas sur l’éducation et la culture, au sens de développement global de la personne et de l’apprentissage de la connaissance des usages de la société.

  • 23 De Rosnay, J. (1996), L’Homme symbiotique, Paris, Éditions du Seuil.

31Dans un tel contexte, que nous réserve l’avenir ? Directeur de la Cité des sciences et de l’industrie en France, Joël de Rosnay annonce qu’un clivage culturel se prépare avec l’avènement de la société informationnelle. Il prédit que la société interactive, qui s’organise en réseaux et en écosystèmes informationnels, menace le noyau dur de l’économie classique et son mode de fonctionnement linéaire ou pyramidal. Cette matrice interactive est constituée de réseaux de communication, d’échanges et de solidarités locales, de cellules interdépendantes, de niches de productivité innovantes. Ce sont ces « neurones d’un cerveau planétaire » en gestation qui deviendront les nouveaux outils de la société informationnelle et qui bientôt remplaceront la machine mécanique, celle même qui est au principe de la société industrielle. Une façon concrète de valoriser les expériences qui naîtront de ces transformations serait de donner aux plus âgés l’occasion de transmettre leur expérience, de favoriser leur insertion dans la nouvelle économie par le biais du bénévolat ou du mentorat, notamment. Ils pourraient ainsi rayonner plus longtemps23. L’auteur cite pour exemple ces nouveaux espaces de communication comme Internet qui, se couplant aux autres réseaux (téléphonie cellulaire, télévision par satellite, communication par fibres optiques) conduisent au concept d’« entreprise unipersonnelle multinationale ». Maîtriser ces outils permet à l’utilisateur, ce qu’il appelle les « salariés libéraux », de décupler leur pouvoir, de concurrencer même des industries solidement implantées. Le travail à distance, par ailleurs, permet à l’individu de choisir ses horaires, d’organiser son temps à sa guise, de diversifier autrement ses activités. Pour des raisons de flexibilité, prétextes à des motifs économiques émanant de certaines entreprises, certains sont donc encouragés (ou forcés ?) à travailler à domicile. De Rosnay commet, de mon point de vue, une imprudence inexcusable en acquiesçant implicitement à ce projet de société, en confondant communication et communion, car la résultante directe de cette société informationnelle, que l’analyste met innocemment entre parenthèses, est que l’espace relationnel se rétrécit. Dans cette rhétorique séduisante et euphorisante, on impose en effet un mutisme complet sur un élément crucial : la fonction intégrative des relations de travail.

La « crise » du mitan de la vie

  • 24 Cierna, J. P. (1985), « Myth about male midlife crises », Psychological Reports, no 56, p. 1003-10 (...)
  • 25 Cardinal, L. et Lamoureux, C. (1990), « La crise de mi-carrière : état de la question », La revue (...)

32Il est une autre question qui demeure un sujet de discussion controversé. Certaines études rapportent que le mitan de la vie est une période critique et déterminante dans le parcours de vie ultérieur. On soutient que l’âge moyen est parfois associé à des états dépressifs, à un sentiment d’impuissance pouvant altérer l’estime de soi et compromettre le développement de la personne24. L’individu prendrait conscience de la marche irréversible du temps et réaliserait l’importance de s’investir dans ce qui lui paraît essentiel. Un article récent consacré à ce problème mentionne que certains auteurs adoptent le point de vue contraire, alléguant que le mitan de la vie est une période où s’effectue une transition positive qui correspond à une productivité accrue. L’argument invoqué est que l’individu n’a plus à mener des luttes pour gravir les échelons de la hiérarchie. Il peut se consacrer davantage à sa famille et ajuster ses valeurs en conséquence. On décrit donc cette étape du cycle de vie « comme une période de questionnement sereine accompagnée d’un regain d’énergie et de nouveaux défis25 ».

33Comment donc interpréter cette période de la vie ? À première vue, tout porte à penser que l’espoir d’une vie longue a pour effet de différer, de repousser dans le temps, la préoccupation de l’individu pour son propre vieillissement. Les manifestations anxiogènes au sujet de la vieillesse, qui autrefois se faisaient sentir dans la quarantaine, devraient apparaître plus tard, dans la cinquantaine, voire dans la soixantaine. Or, selon Margaret Morganroth Gullette, c’est tout le contraire qui se produit. En dépit de la révolution de la longévité amorcée il y a un siècle, nous sommes culturellement parlant « vieillis de plus en plus jeunes » et initiés tôt à vivre le passage du temps comme une crise. C’est plutôt la propension de la société à imputer l’idée du déclin biologique, mettant ainsi en doute notre identité et nous incitant à combattre le vieillissement, qui constitue la crise de société actuelle.

  • 26 Gullette, M. M. (1997), Declining to Decline : Cultural Combat and the Politics of the Midlife, Ch (...)

34Dans son récent ouvrage intitulé Declining to Decline : Cultural Combat and the Politics of the Midlife, Gullette avance que l’idéologie contemporaine de l’âge et de la vieillesse a contaminé les Occidentaux en exacerbant la peur de vieillir. Pour illustrer cette forme d’intoxication, elle s’appuie sur une analyse narrative. Elle relève l’incidence de ce vent de panique, observable maintenant dans la trentaine, à partir des symboles, des pratiques culturelles apprises et intériorisées et des propos retracés dans les discussions intimes, les plaisanteries, les remarques espiègles ou les cartes d’anniversaire. Mais aussi dans le combat que mènent les Occidentaux pour gommer ou maquiller les stigmates du temps, que ce soit par le biais de la chirurgie esthétique, de l’habillement, du conditionnement physique excessif, de l’alimentation, ou des représentations au sujet de la sexualité, des enfants et de la mort. Qualifiant de fiction culturelle le mitan de la vie, elle dénonce finalement le déplacement de l’âgisme vers les strates d’âge inférieures, rappelant qu’il n’y a pas d’occurrences biologiques spécifiques pour définir cette période de la vie, comme c’est le cas pour la puberté et la ménopause26.

  • 27 Neugarten, B. (1980), « When age doesn’t matter », Newsweek, 11 août, p. 73.

35Pour résumer, on ne peut assurément plus attester que les segments de la vie se succèdent de façon mécanique comme autrefois. Ils paraissent de plus en plus décalés en fonction de l’âge où prédominent certaines activités, où s’acquièrent les principaux rôles sociaux. Les normes traditionnelles concernant les critères d’âge en fonction de ces rôles ne tiennent donc plus la route. L’âge étant devenu extrêmement mobile, l’individu se trouve défié de toute part par le jeu complexe des identifications sans repères précis. Il y a plus de 20 ans, la gérontologue Bernice Neugarten donnait pour exemple des itinéraires individuels, jadis inconcevables, tels le nouveau retraité de 50 ans, le maire de 25 ans, le recteur d’université de 30 ans, le père de 65 ans ayant un enfant à la maternelle et la mère de 85 ans qui s’occupe de son fils de 65 ans27. Nous pourrions étendre cette énumération en ajoutant d’autres situations autrefois insolites, mais devenues aujourd’hui familières, telles la grand-mère de 35 ans ou encore la veuve de 60 ans qui démarre une entreprise.

36La gérontologie ne saurait, rappelons-le, demeurer insensible aux événements qui parcourent l’ensemble du cycle de vie, surtout ceux qui marquent l’entrée dans la vie active, car ces événements, heureux ou malheureux, auront un impact considérable sur l’itinéraire de vieillissement futur de l’individu. C’est une preuve de plus que l’analyse sociologique doit habiter le travail gérontologique. Bref, il m’apparaît essentiel que la gérontologie élargisse sa compréhension de la trajectoire de l’expérience plutôt que de se limiter, comme elle le fait habituellement, aux « étapes » qui débutent avec la retraite.

Retraite flexible et précoce

  • 28 Paillat, P. (1982), Vieillissement et vieillesse, Paris, Presses universitaires de France, collect (...)

37Poursuivons notre réflexion sur un autre vecteur de changement. Mentionnons qu’à l’instar des fluctuations décrites précédemment concernant la périodisation du cycle de vie, le passage à la retraite, cette étape charnière de la vie, n’échappe pas aux bouleversements sociétaux en cours. En tout premier heu, on observe dans la majorité des pays occidentaux un abaissement général de l’âge de la cessation d’emploi. En second heu, cette transition de vie englobe désormais un ensemble complexe de modalités qui confèrent une spécificité nouvelle aux sociétés sénescentes : une plus grande malléabilité des conditions de départ et une flexibilité accrue du moment de la prise de retraite. Paul Paillat a résumé cette nouvelle tendance dans une expression-choc : la « retraite à la carte28 ». D’un pays à l’autre, une étonnante diversité se rencontre en ce qui concerne le moment de la prise de retraite ainsi que les modalités de départ. Le passage à la retraite peut s’effectuer progressivement ou brusquement selon les dispositions offertes par l’employeur. Et la possibilité d’un retour sur le marché du travail n’est jamais exclue pour autant.

38Des « primes de séparation » généreuses sont accordées dans certains milieux pour inciter les travailleurs à un départ précoce. Dans d’autres milieux, des arrangements avantageux sont proposés aux travailleurs arrivés en fin de course, telle la réduction progressive des heures de travail, l’objectif étant de favoriser une transition fluide vers la retraite. Ceux et celles ayant suffisamment épargné pour leurs vieux jours seront tentés de hâter leur décision de mettre fin à leurs activités professionnelles, sans craindre pour leur sécurité financière. Conséquemment, on observe que de plus en plus de travailleurs abandonnent « définitivement »ment » le marché du travail avant l’âge de 60 ans, certains quittant même à 50 ans, voire plus tôt. En France et au Canada, par exemple, la tendance à l’abaissement de l’âge de la retraite semble persister, alors qu’aux États-Unis on note un léger recul de l’âge de la cessation définitive d’emploi. La décision de quitter le marché du travail avant l’âge « normal », souvent établi à 65 ans, soit légalement, soit par convention sociale, dépend d’une multitude de facteurs : la capacité financière, l’état de santé, l’attrait pour de nouvelles activités, les contraintes exercées par l’employeur, la nature même du travail ou les conditions s’y rattachant et la retraite du conjoint notamment.

39Avec l’abaissement de l’âge de la retraite a surgi une nouvelle catégorie sociale, celle des jeunes retraités, qui est venue gonfler sensiblement les rangs de la population que nous continuons de considérer comme « les personnes âgées ». Ce phénomène est vite devenu une source de confusion, d’où ce découpage arbitraire des périodes de la vie qu’incarnent les notions de troisième et de quatrième âges. L’appellation de « personne aînée » que j’utilise dans cet ouvrage me paraît mieux convenir que les autres termes coutumièrement employés (personnes âgées, notamment), en ce sens qu’elle englobe toutes les personnes d’âge mûr ayant franchi le cap de la retraite.

Les pièges de l’exclusion et de l’âgisme

  • 29 Minois, G. (1987), Histoire de la vieillesse : de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, Fayard, p.  (...)
  • 30 Bourdelais, P., op. cit.

40La réalité du vieillissement renvoie également à des perceptions et comportements à l’égard des aînés, voire au mur d’indifférence que certains affichent. Mais ces représentations, à l’image des grands courants sociétaux, évoluent rapidement. Dans les sociétés archaïques, nous rappelle Georges Minois, les vieillards ne sont que des adultes âgés. Ils n’interviennent jamais au titre de catégorie sociale ; ils se dissolvent plutôt en une multitude de cas individuels insaisissables29. Cette propension à ne pas distinguer des catégories précises était renforcée par l’absence de sources fiables sur l’âge du décès ou de la date de naissance. À partir de la fin du Moyen Âge, les dénombrements de population se multiplient, de sorte que les personnes âgées passent de l’anonymat au statut de catégorie statistique. Dans son ouvrage intitulé L’âge de la vieillesse, Patrice Bourdelais retrace les origines culturelles de l’idée de vieillissement démographique et se penche sur le processus de sa construction intellectuelle. On y découvre que ce n’est qu’à partir du XVIIe siècle que la vieillesse devient une « catégorie statistique », le seuil d’entrée étant fixé à 60 ans. La notion même de vieillissement, forgée par le démographe Alfred Sauvy, n’apparaîtra qu’en 192830. Avec l’instauration des régimes de retraite qui fixent à 65 ans l’âge normal de la cessation des activités professionnelles, les personnes âgées s’imposent progressivement comme catégorie sociale.

  • 31 Robert Butler est directeur de l’International Longevity Center-USA à New York et professeur en gé (...)
  • 32 Voir, en particulier, Troyansky, D. G. (1992), Miroirs de la vieillesse, en France au Siècle des l (...)

41Le moins qu’on puisse dire, c’est que cet acte identificatoire, cette construction de l’altérité, ne s’est pas accompagné au cours du dernier siècle d’un statut honorable au profit des aînés. La population âgée a, pendant cette période, nourri des préjugés inexpugnables, étant la cible d’attitudes discriminatoires et, dans certaines situations, faisant l’objet d’abus, de négligence, d’infantilisation ou de mauvais traitements. Telles sont les empreintes de l’âgisme, terme que le gérontologue américain Robert Butler a proposé31. Je ne crois pas utile ici de rapporter toutes les descriptions historiques de la vieillesse, ni résumer les études ethnographiques sur le sujet, car une littérature très vaste existe déjà32. Il suffit de rappeler que l’imagerie populaire, alimentée par les médias, véhicule parfois cette représentation négative et stéréotypée des personnes aînées. Il est encore courant de les dépeindre outrageusement comme des individus physiquement, mentalement et socialement diminués, décrépits, fragiles et rétrogrades. Particulièrement chez ceux qui sont malades ou grabataires, être vieux signifie être socialement déclassé, obsolète et inutile. Ceux qui, malgré leur âge avancé, parviennent à maintenir une bonne santé ou à conserver une autonomie suffisante ne sont pas pour autant investis d’un statut enviable aux yeux de certains médias. À partir du moment où ils se retranchent de la vie active, ils sont décrits comme menant une vie paisible, privée et discrète, sans autre attache qu’avec les membres de leur famille et sans capacité réelle d’influencer le cours de l’histoire. La vieillesse correspondrait, pour ainsi dire, à l’étape de préparation à la mort.

  • 33 Cumming, E. et Henry, W. E. (1961), Growing Old: The Process of Disengagement, New York, Basic Boo (...)

42Même si de nos jours les travaux gérontologiques qui défendent cette thèse misérabiliste se font plutôt rares, certaines études s’obstinent à comptabiliser les symptômes du vieillissement pathologique, en insistant avec excès sur les pertes et déficits, ce qui contribue à répandre cette image dévalorisante du vieillard. Certaines théories, bien que peu « nocives », ont subtilement produit le même effet. Ainsi, Elaine Cumming et William E. Henry, éminents chercheurs de l’Université de Chicago, présentaient en 1961 leur théorie du désengagement pour expliquer le phénomène du retrait social de la personne aînée33. Qualifié d’universel et d’inévitable, le désengagement répondrait au besoin implicite et mutuel du retraité et de la collectivité d’assurer le fonctionnement optimal de la société, et, en même temps, de permettre aux individus de s’adapter plus facilement aux périodes de crise ou aux événements stressants se manifestant au cours du vieillissement (pertes d’êtres chers, maladies, incapacités). L’équilibre social serait maintenu de la sorte en raison de cette forme ordonnée et attestée de transmission des rôles, des statuts et des responsabilités sociales assumées jusque-là. À l’encontre de l’idée reçue voulant que la société rejette unilatéralement les personnes aînées, Cumming et Henry indiquaient qu’elles acceptent de rompre graduellement avec la vie active parce qu’elles éprouvent le besoin impératif de fuir les situations qu’elles perçoivent comme stressantes. En contrepartie, s’empressent d’ajouter les auteurs, elles trouvent une satisfaction personnelle à s’engager dans de nouveaux modes de vie. L’adaptation consécutive à la perte des rôles et statuts de la vie active ne signifierait pas qu’il y ait rupture avec les autres activités de la vie : le retraité s’efforce au contraire d’élaborer de nouveaux champs d’intérêt et de profiter pleinement de ses moments libres ou de loisir.

  • 34 De Beauvoir, S., op. cit.

43Voilà trois décennies à peine, Simone de Beauvoir, dans son ouvrage La vieillesse, brisait le mur du silence à propos de la vieillesse en dénonçant l’ostracisme de la société à l’endroit des aînés, abritée derrière les mythes de la croissance et des prouesses de la technique. Brossant un portrait sociohistorique de la vieillesse à travers les époques, elle y relève que la condition des vieillards est tributaire du contexte social dans lequel ils évoluent. Certaines sociétés anciennes, observe-t-elle, ont adulé ou vénéré les vieillards, tandis que d’autres les ont soit abandonnés ou condamnés à la misère, voire persécutés. Dans le système actuel, ajoute-t-elle, l’individu n’a de valeur que dans la mesure où il rapporte. La civilisation hérite aujourd’hui des séquelles d’avoir préfabriqué ces innombrables fins de vie misérables, et réservé à une poignée de privilégiés le sort d’une vieillesse sereine et épanouie34.

  • 35 Friedan, B. (1995), La révolte du troisième âge, Paris, Albin Michel.

44S’attaquant à son tour au mythe de la décrépitude, Betty Friedan, dans La révolte du troisième âge, affirme que fortifier les liens qui nous unissent à la vie est la voie conduisant à ce qu’elle désigne la « fontaine de l’âge ». Elle souligne avec force l’existence d’un fossé séparant l’image stéréotypée de la vieillesse, souvent véhiculée par les médias, et sa réalité telle que vécue par les personnes vieillissantes. Friedan dénonce le mythe suivant lequel la vieillesse est une calamité, l’absence de quelque chose : absence de jeunesse, absence de capacité, absence de compétence, absence de santé, absence d’ouverture au changement, absence d’avenir35.

45Certains pensent que la visibilité accrue des personnes vieillissantes aura pour effet d’exacerber encore plus ces stéréotypes ancrés et ces attitudes négatives toujours régnantes. Même si nous assistons à un renversement de situation, les attributions de personne dépendante, sénile, rétrograde, sédentaire et hautement consommatrice de soins de santé perdurent dans certains milieux, ce qui a pour effet de stigmatiser les personnes aînées, sinon de les marginaliser. La dislocation des structures familiales traditionnelles, en l’occurrence le phénomène des familles en recomposition, et la dispersion géographique des membres de la parenté concourent à amplifier cette marginalisation ou désinsertion sociale en développant un sentiment d’inutilité chez les aînés. Il est conséquemment à craindre que certaines personnes s’engagent dans un processus d’abnégation ou d’autoexclusion.

  • 36 Brault, M.-M. T. (1995), « L’exclusion de la vieillesse », dans F. Dumont, S. Langlois et Y. Marti (...)

46Dans un texte fort éclairant publié dans l’ouvrage collectif Traité des problèmes sociaux, Marie-Marthe T. Brault identifie les différentes pratiques utilisées pour dissimuler l’âge et dévaloriser les personnes aînées. L’auteure distingue en fait quatre manifestations d’exclusion sociale : le camouflage, la ségrégation résidentielle, la violence et l’âgisme. Elle donne pour exemple de camouflage la revue québécoise Le Bel Âge qui utilise comme titre une expression traditionnellement réservée à la jeunesse36. Sans compter les photos des personnes qui, la plupart du temps, sont dans la cinquantaine. Le regroupement de personnes aînées dans des logements collectifs, voire dans des établissements de soins s’adressant exclusivement aux clientèles âgées, est une autre forme d’exclusion sous l’apparence de la ségrégation résidentielle. L’exclusion fait référence ici au déracinement des personnes de l’univers qui leur était familier (par exemple, passage d’un milieu rural à un environnement urbain, d’une résidence privée à un milieu institutionnel) et à la rupture du réseau de voisinage. À cet égard, je suis loin d’être persuadé que l’aménagement de certains milieux institutionnels en vue de simuler les cadres de vie externes soit suffisant.

47Par ailleurs, la documentation gérontologique a amplement traité les situations de violence et d’abus envers les aînés. Je citerai parmi celles les plus répandues la maltraitance physique ou psychologique, l’exploitation financière et la négligence (par exemple, ne pas administrer les médicaments). Ce sont autant de formes de mauvais traitements.

  • 37 Dubois, L. (1997), « La représentation du vieillissement à la télévision : des images de négation (...)

48Comme l’âgisme tire sa source des stéréotypes négatifs et des représentations dévalorisantes envers les personnes aînées, il englobe également toutes les manifestations s’incarnant dans des attitudes et des agissements. L’exemple qui me tombe sous la main illustrera ce point. S’inspirant de la taxonomie de Brault, Lise Dubois s’est intéressée aux représentations du vieillissement à la télévision. Dans tous les genres examinés (information, magazine, fiction, publicité), elle a constaté que la télévision diffuse une représentation déformante, dévalorisante et stéréotypée du vieillissement. La télévision ne rendrait pas compte de l’hétérogénéité du vieillissement et viserait essentiellement, dans le cas de la publicité, les clientèles financièrement à l’aise. Quant aux émissions de contenu, la télévision présente deux visions complémentaires du vieillissement. La première insiste sur la santé et l’esthétique, tandis que la seconde décrit les inconvénients reliés à la perte de statut. Fait intéressant, seul le travail, dans sa forme rémunérée ou non (le bénévolat en l’occurrence), est présenté comme un état de non-vieillissement37.

  • 38 Bourdelais, P., op. cit., p. 389.

49Mais il n’y a pas qu’à la télévision où s’observent les manifestations d’exclusion. Les signes d’évitement du vieillard sont visibles dans la vie de tous les jours : dans le regard, les interactions, les allusions à des événements ou situations se rapportant à des personnes aînées. Incidemment, la vieillesse ne fait pas bonne presse. Patrice Bourdelais se demande même si la gériatrie n’aurait pas, contre son gré, contribué à accentuer cette image tronquée du vieillard, en dépeignant les ravages causés par le temps, en insistant sur les pertes et déficits accompagnant l’avancée en âge38. Certains rétorqueront que c’était un passage obligé et que le danger de discrimination est maintenant écarté pour de bon. Malgré ces vœux pieux, des cas d’abus, de négligence (par exemple, les nombreux décès de personnes aînées à la suite de la vague de chaleur qu’a connue la France durant l’été 2003) ou de mauvais traitements infligés à des personnes aînées sont encore rapportés de nos jours.

  • 39 Margolis, R. J. (1990), Risking Old Age in America, Boulder (CO), Westview Press.

50Richard Margolis faisait remarquer à son tour que la société éprouve encore du mal à se départir de la vision fataliste qu’évoquait Sénèque qui déclarait que la vieillesse était une maladie incurable39. Et même si les aînés prennent de plus en plus leur place et que la population est maintenant beaucoup mieux renseignée sur la sénescence, et en dépit du fait que de nombreux pays ont renoncé à appliquer la règle de l’âge obligatoire de la retraite, le danger d’une exacerbation de l’exclusion subsiste. Car, de nos jours, la société paraît s’inquiéter de la plus grande visibilité des aînés, ce qui laisse présager la résurgence de nouvelles zones de tensions. Le spectre d’un conflit de générations que certains brandissent est là pour nous le rappeler. Une nouvelle forme d’âgisme demeure donc une possibilité. Que malgré les progrès immenses réalisés en gérontologie, les représentations de la vieillesse et du vieillissement demeurent encore fortement imprégnées de stéréotypes, voilà qui invite à demeurer vigilant.

Vers l’apothéose de la vieillesse

  • 40 De Beauvoir, S., op. cit., p. 90.

51Peu de gérontologues refusent d’admettre qu’historiquement la discrimination fondée sur le sexe, l’appartenance de classe ou le groupe ethnique s’est étendue à une nouvelle forme de ségrégation ou d’inégalité reposant sur l’âge. Cette réalité, souvent décriée, s’est exprimée à travers des discours et des actions qui reflètent le niveau de conscience de la société dans son rapport avec les aînés. Simone de Beauvoir incarnait manifestement la perspective que j’appelle la conscience morale, car sa réflexion la conduisait à dénoncer des pratiques telles que la cruauté vis-à-vis des vieux, l’irrespect, la négligence ou l’abandon. C’est sur un ton souvent moralisateur qu’elle évoque le traitement scandaleux qu’infligent aux aînés les sociétés contemporaines. Faisant allusion aux sociétés archaïques, elle conclut que « l’option la plus habituelle des sociétés agricoles ou nomades, dont les ressources sont insuffisantes, c’est de sacrifier les vieillards40 ». Il serait embarrassant de nos jours d’endosser cette allégation de Simone de Beauvoir que le vieillard, en tant que catégorie sociale, ne soit jamais intervenu dans l’histoire du monde. Car quelle classe d’âge de nos jours occupe le haut du pavé et tire les ficelles ? À quelle génération appartiennent les dirigeants politiques ou économiques des sociétés modernes qui dans les coulisses du pouvoir tracent les destinées du monde ?

52Par ailleurs, la tenue d’un discours éthique et égalitaire sur l’âge avancé souligne le passage de la conscience morale vers la conscience sociale. Le souci est ici de préserver l’identité de la personne aînée, de protéger ses droits et ses acquis, de favoriser son intégration sociale. C’est au nom de l’injustice sociale et non de l’irresponsabilité morale que sont dirigées les actions de contestation et de revendication. On réclamera conséquemment l’adoption de mesures ou de politiques visant à promouvoir l’amélioration de la qualité de vie, ou à redresser des situations d’inégalité. Les groupes d’entraide, qui essaiment dans le domaine de la santé principalement, s’inscrivent résolument dans ce cadre de pensée.

53Éventuellement pourrait émerger une troisième phase dans l’évolution des mentalités qui consacrerait l’avènement de la conscience politique. Certaines formes de ce courant de pensée, telles les Panthères grises, arborent déjà leur enseigne. À cette étape, l’objectif à atteindre n’est plus seulement d’intégrer socialement les personnes aînées, mais de susciter une autoprise en charge, d’élever la participation au niveau des décisions et choix concernant le devenir des personnes aînées comme groupe influent et celui de la société dans son ensemble. Les associations chargées de défendre les droits et intérêts des aînés s’inscrivent carrément dans cette perspective.

54Tout indique donc que dans la nouvelle conjoncture sociétale, une nouvelle architecture de la vieillesse se dessine qui contribue à remodeler nos perceptions, nos représentations ainsi que les conduites en découlant. Il serait toutefois navrant, voire ce serait une imposture, que l’on reconnaisse les vertus de l’âge avancé par défaut. Autrement dit, que nous découvrions des vertus à la vieillesse seulement après avoir constaté son « poids démographique » ou l’influence politique, économique ou sociale qu’exercent les aînés sur le cours des sociétés. Pour sortir de l’âge noir et pénétrer dans l’ère de la nouvelle vieillesse, il paraît donc impératif que nos mentalités évoluent. Mais qu’elles changent au vu des nouvelles valeurs sociétales qui cherchent à s’affirmer et de l’éthique nouvelle qui prend forme, touchant notamment les droits et les interventions des aînés, des valeurs telles que la solidarité, l’affectivité, l’équité et l’entraide. Il est d’ores et déjà malvenu de décrire la vieillesse comme une totalité indissociable ou une contre-valeur, comme une période de la vie uniquement marquée par la dépendance, l’inutilité et l’incapacité dans toutes ses formes.

55Comme nous venons de le constater, le traitement social que nous appliquons à l’âge demeure imprégné d’un état d’esprit paternaliste. Il en va de même des tabous concernant la sexualité des personnes aînées, phénomène qui constitue sans doute le dernier bastion de l’âgisme. Mais ces tabous et représentations négatives de la vieillesse devraient s’estomper avec le temps. On peut également anticiper que l’image positive associée à l’idée de vieillesse ne sera plus simplement celle de la sagesse ou de la vie sereine. Au lieu d’être perçue comme une déchéance, la nouvelle vieillesse évoquera la possibilité d’un horizon meilleur. Vraisemblablement, on peut s’attendre à ce que la future génération d’aînés soit en mesure de s’actualiser même au grand âge, qu’elle sera socialement et politiquement active et s’engagera dans de nouveaux rôles valorisants et non dans des fonctions subalternes. Au lieu d’être un désert stérile, la vieillesse sera un terrain fertile en réalisations. Elle désignera encore la fin d’un long parcours, mais en même temps elle désignera le couronnement de toute une existence. La vieillesse étant une construction sociale en perpétuel remaniement, tout porte à croire que la jeune génération est mieux préparée à envisager de façon positive le vieillissement démographique.

56Conséquemment, les rôles et statuts assignés à l’âge devraient évoluer au même titre que ceux attribués au sexe. Si la prédominance mâle dans la civilisation occidentale tend à s’atténuer, comme l’indiquent des renversements dans les relations de pouvoir entre les hommes et les femmes, la prédominance actuelle de la jeunesse sera ou bien relayée à son tour par celle de la vieillesse, ou bien un nouvel équilibre des âges prévaudra.

  • 41 Les Principes des Nations Unies pour les personnes âgées ont été adoptés par l’Assemblée générale (...)

57Qu’en pensent les grands artisans du futur des personnes aînées ? Se faisant porte-parole des principes devant guider l’action gérontologique, l’Assemblée générale des Nations Unies déclarait 1999 l’Année internationale des personnes âgées. En adoptant pour thème Vers une société pour tous les âges, les Nations Unies se sont donné pour mission de sensibiliser le public quant au rôle prépondérant des aînés dans toutes les sphères d’activités41. Dans ce document, plusieurs actions sont mises de l’avant pour rehausser la qualité de vie des aînés. Le maintien de l’autonomie figure au premier rang des objectifs à atteindre. Rendre autonomes les personnes aînées signifie qu’il faut veiller au maintien de leur santé, leur offrir la possibilité de travailler, parfaire leur formation et vivre dans des environnements adaptés à leurs préférences personnelles, en tenant compte de leurs capacités. L’accès à des soins de santé de qualité et aux services sociolégaux demeure également essentiel pour assurer leur bien-être. En outre, est évoqué le besoin d’assurer la sécurité des personnes vivant dans des foyers d’accueil ou des établissements de soins.

58Dans le document, un autre principe mis de l’avant se lit dans l’invitation lancée aux aînés à participer aux prises de décision, tant au sein de la famille, de la collectivité que de la société, ceci afin de leur permettre de partager leurs connaissances et leur savoir-faire conformément à leurs intérêts et à leurs capacités. Le texte insiste également sur la nécessité de favoriser l’épanouissement personnel des personnes aînées, en leur permettant d’accéder aux ressources éducatives, culturelles, spirituelles et récréatives dont elles ont besoin. Finalement, la déclaration de l’ONU mentionne l’importance d’offrir aux aînés la possibilité de vivre dans la dignité sans être exploités ni soumis à des sévices physiques ou mentaux et d’être traités avec justice, quels que soient leur âge, leur sexe, leur race ou leur origine ethnique, leur handicap ou autres caractéristiques, qu’enfin ils soient appréciés indépendamment de leur contribution économique.

59De telles déclarations officielles, conjuguées aux apports des sciences du vieillissement, contribueront sans aucun doute à faire éclater de vieux mythes ancrés sur la vieillesse. Mais il ne faut pas se cacher que d’autres pourraient éventuellement poindre et se diffuser rapidement sous l’effet de l’expansion du vieillissement démographique.

60J’ai cependant certaines réserves à propos du texte de l’Assemblée générale des Nations Unies. On peut d’entrée de jeu déplorer que la problématique du vieillissement soit d’abord posée en termes individuels, que l’invitation lancée aux aînés de s’autodéterminer ne fasse référence qu’au partage du savoir-faire. Jamais il n’est question de mettre en relief le pouvoir réel dont disposent les aînés, ni le nouveau rapport de force qui s’établit, ou encore l’exigence d’autoprise en charge des personnes aînées. On ne mentionne pas non plus la complexité des nouveaux types de liens sociaux en émergence, qu’ils soient familiaux, collatéraux ou intergénérationnels, ni ne souligne l’apport ou la nécessité de renforcer les groupes d’entraide et les associations revendicatrices. Tout se passe comme si la promotion des aînés passait uniquement par l’affirmation de l’individu souverain. Finalement, le rapport ne souffle mot, ou insiste seulement de façon passagère, sur la situation des laissés-pour-compte et des inégalités devant la vieillesse dans l’axe Nord-Sud.

Notes

1 Bacon, F. (1625, rééd. 1948), Essais. Des innovations, traduction Maurice Castelain, Paris, Aubier.

2 Kahn, H. (1973), À l’assaut du futur, Paris, Robert Laffont.

3 Rebello, F. (2003), « Santé — Plus loin que le bout de nos souliers. Pourquoi il est urgent de constituer une caisse santé », Le Devoir, 8 mars.

4 Philibert, M. (1968), L’échelle des âges, Paris, Éditions du Seuil.

5 Bourdelais, P. (1997), L’âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la population, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 87.

6 Lire à ce propos: Stanford, E. P. (1994), « Diversity as a social force in an aging society », Diversity and Long-Term Care News, no 1, p. 1.

7 Wilde, O. (1920), Le portrait de Dorian Gray, Paris, Éditions Stock.

8 Le Conseil des aînés (2001), La réalité des aînés québécois, 2e édition, Québec, Publications du Québec, p. 35.

9 Voir l’ouvrage suivant : Harris, J. (1957), The Concept of Development, Minneapolis, University of Minneapolis Press. Cet auteur distingue les composantes suivantes du développement : 1. un organisme vivant ; 2. le temps ; 3. une complexification (aujourd’hui elle désigne le changement) ; 4. une hiérarchisation ; 5. l’évolution vers une stabilisation (autorégulation). De nos jours, on estime que cette étape se poursuit jusqu’à la mort.

10 Neugarten, B. L. et Datan, N. (1973), « Sociological perspectives on the life cycle », dans P. Baltes et K. W Schaie (dir.), Life Span Developmental Psychology, New York, Academic Press, p. 53-69.

11 Singer, C. (1984), Les âges de la vie, Paris, Albin Michel.

12 Schroots, J. J. F. (1988), « On growing, formative change, and aging », dans J. E. Birren et V L. Bengtson (dir.), Emergent Theories of Aging, New York, Springer.

13 Sheehy, G. (1982), Passages. Les crises prévisibles de l’âge adulte, Boucherville (Québec), Éditions de Mortagne. Voir aussi Sheehy, G. (1982), Franchir les obstacles de la vie, P. Belfond.

14 Gaullier, X. (1999), Les temps de la vie : emploi et retraite, Paris, Éditions Esprit.

15 Dirn, L. et Mendras, H. (1984), « Le troisième âge animera la société française », Futuribles, p. 3-26.

16 Hutton, W (1996), The State We’re in, Londres, Vintage, p. 106.

17 Castel, R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, p. 13.

18 Barel, Y. (1990), « Le grand intégrateur », Connexions, no 56, p. 85.

19 Van Daal, J. (1997), L’abolition du travail, Paris, L’Esprit frappeur.

20 Barlett, D. L. et Steele, J. B. (1996), America: Who Stole the Dream?, Kansas City, Andrews and McMeel; Rifkin, J. (1995), The End of Work: The Decline of the Global Labor Force and the Dawn of the Post-Market Era, New York, G. P. Putnam’s Sons.

21 Lasch, C. (1977), Heaven in a Heartless World: The Family Besieged, New York, Basic Books.

22 Bass, S. A., Caro, F. G. et Chen, Y. P. (1993), Achieving a Productive Aging Society, Wesport (CT), Auburn House.

23 De Rosnay, J. (1996), L’Homme symbiotique, Paris, Éditions du Seuil.

24 Cierna, J. P. (1985), « Myth about male midlife crises », Psychological Reports, no 56, p. 1003-1007.

25 Cardinal, L. et Lamoureux, C. (1990), « La crise de mi-carrière : état de la question », La revue de carriérologie, vol. 4, no 2, p. 73-89.

26 Gullette, M. M. (1997), Declining to Decline : Cultural Combat and the Politics of the Midlife, Charlottesville (VA), University Press of Virginia. Elle reprend cette analyse dans son dernier ouvrage intitulé Aged by Culture (2004), Chicago, University of Chicago Press.

27 Neugarten, B. (1980), « When age doesn’t matter », Newsweek, 11 août, p. 73.

28 Paillat, P. (1982), Vieillissement et vieillesse, Paris, Presses universitaires de France, collection « Que sais-je ? », p. 122.

29 Minois, G. (1987), Histoire de la vieillesse : de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, Fayard, p. 19.

30 Bourdelais, P., op. cit.

31 Robert Butler est directeur de l’International Longevity Center-USA à New York et professeur en gériatrie à l’École de médecine au Mont Sinaï.

32 Voir, en particulier, Troyansky, D. G. (1992), Miroirs de la vieillesse, en France au Siècle des lumières, Paris, Éditions Eshel. Également, De Beauvoir, S. (1970), La vieillesse, Paris, Gallimard.

33 Cumming, E. et Henry, W. E. (1961), Growing Old: The Process of Disengagement, New York, Basic Books.

34 De Beauvoir, S., op. cit.

35 Friedan, B. (1995), La révolte du troisième âge, Paris, Albin Michel.

36 Brault, M.-M. T. (1995), « L’exclusion de la vieillesse », dans F. Dumont, S. Langlois et Y. Martin (dir.), Traité des problèmes sociaux, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, p. 697-711. Faisant allusion aux pratiques de camouflage, Brault livre cette réflexion : « Les diverses stratégies utilisées pour dissimuler l’âge sont souvent semblables aux réactions des personnes victimes de discrimination à cause d’un stigmate physique, psychologique ou ethnique » (p. 701). Ce sont les trois catégories de stigmate définies par Irving Goffmann (1975) dans Stigmate, Paris, Éditions de Minuit.

37 Dubois, L. (1997), « La représentation du vieillissement à la télévision : des images de négation et d’exclusion, dans une logique de mise en marché », La Revue canadienne du vieillissement, vol. 16, no 2, p. 354-372.

38 Bourdelais, P., op. cit., p. 389.

39 Margolis, R. J. (1990), Risking Old Age in America, Boulder (CO), Westview Press.

40 De Beauvoir, S., op. cit., p. 90.

41 Les Principes des Nations Unies pour les personnes âgées ont été adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies (résolution 46/91) le 16 décembre 1991.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search