Version classiqueVersion mobile

Les nouvelles frontières de l’âge

 | 
Richard Lefrançois

Prologue. Le vieillissement en question

Texte intégral

  • 1 Alain (1985), Propos sur les pouvoirs, Paris, Gallimard.

« Il n’y a de pensée que dans un homme libre ; dans un homme qui n’a rien promis, qui se retire, qui se fait solitaire, qui ne s’occupe point de plaire ni de déplaire. »
Alain, Propos sur les pouvoirs1

1La problématique du vieillissement ne se comprend véritablement qu’en examinant les enjeux qui traversent la société et les mythes sur l’âge avancé. Tel est l’angle principal sous lequel est abordé cet essai. Il se présente par conséquent comme une lecture anthropologique et interdisciplinaire de la vieillesse et du vieillissement. Comme j’aurai l’occasion de le démontrer tout au long de l’ouvrage, la notion de vieillissement recouvre en fait trois vecteurs-clés : 1. le vieillissement comme phénomène collectif, à l’échelle donc du démographique et du géographique ; 2. le vieillissement comme expérience individuelle, c’est-à-dire sa réalité à la fois biologique, sociale, culturelle et psychologique ; et 3. le vieillissement sociétal, c’est-à-dire en tant que condition et procès de fonctionnement de la civilisation occidentale.

L’ossature du débat

2Les deux premiers vecteurs sautent aux yeux. C’est en effet un lieu commun d’avancer que, dans le monde moderne, l’espérance de vie à la naissance et la période de la retraite s’allongent, en même temps que montent en flèche les représentants du « troisième » et du « quatrième » âges. Nous devenons donc de plus en plus vieux à la fois comme individu et comme collectivité. Et l’avenir nous annonce, pour utiliser un oxymoron, une floraison encore plus importante de jeunes vieux. Ces bouleversements biologiques et démographiques retentissent forcément dans les multiples parcours de vie des aînés, tout comme dans celui des jeunes, induisant non seulement des attentes jusque-là inespérées, mais aussi des inquiétudes bien senties. Aussi n’est-il pas étonnant qu’au cours des 30 dernières années, cette vaste thématique ait donné lieu à tant de débats, réflexions et travaux empiriques, en gérontologie principalement.

3Malgré les progrès spectaculaires en matière de prévention et de soins de santé, personne de nos jours ne peut prédire si le temps de sa vieillesse se déroulera sous le signe de la douleur et de l’épreuve ou celui de l’allégresse et de la sérénité. Fort probablement un amalgame des deux. Sur le plan social, personne ne peut garantir que les valeurs sur lesquelles se fondent nos systèmes de protection sociale, qu’il s’agisse de la santé, de la qualité de vie, de l’équité en regard de la couverture financière des personnes retraitées et de l’accessibilité aux soins, ou de l’épanouissement personnel, vont persister ou s’effriter.

  • 2 Callahan, D. (1990), What Kind of Life : The Limits of Medical Progress, New York, Simon and Schus (...)

4Au regard de ces questionnements, le vieillissement humain se présente comme le laboratoire par excellence pour tester la solidité de nos valeurs et en même temps questionner nos pratiques. Car, dans les efforts de notre civilisation pour prolonger la vie et la soutenir, la machine médicale et technologique a été poussée aux limites de ses capacités. Pour elle, le vieillissement représente un défi de plus, mais aussi une occasion en or de s’approprier des ressources additionnelles. Le spécialiste des questions d’éthique médicale Daniel Callahan, dans What Kind of Life : The Limits of Medical Progress, nous a mis en garde contre un tel danger2. À constater les crises qui secouent nos établissements de santé et qui remuent tout le champ de la sécurité sociale, le temps est sans doute venu de nous demander quelle valeur nous attachons au vieillissement, comme individu et comme société.

5Ce qui vient d’être dit montre l’importance de bien saisir les défis individuels de l’âge avancé, de soupeser ses difficultés, ses risques et ses possibilités, puis d’indiquer le travail d’investissement, de détachement et de réinvestissement qu’impose cette étape de la vie. Par ailleurs, le reparamétrage actuel des cycles de la vie, qui transcende toute anticipation, délimite de nouvelles frontières individuelles et collectives dans l’exercice des rôles sociaux, insécurisant lourdement le présent et rendant périlleuse la planification de l’avenir. Dans le brassage social actuel, émergent des structures de cohésion sociale inédites qui reconfigurent les modalités de la solidarité intergénérationnelle. La révolution de la longévité se déploie forcément dans des cadres sociaux qu’on ne saurait passer sous silence.

6Mais il n’y a pas que la durée de vie biologique qui s’étire et qui vient brouiller nos repères sociaux : la société tout entière se transforme sous le coup de la postmodernité, actualisant des valeurs qui à leur tour déterminent de nouvelles aires d’incertitudes, lesquelles s’étendent inévitablement dans le champ de l’expérience des aînés. L’univers des valeurs de la culture occidentale, celle de l’instantané et du superflu, de l’obsolescence, de la négation de l’histoire, constitue ce troisième élément crucial qui intervient dans l’édification des sociétés sénescentes et dans le tracé du cours de la vieillesse.

  • 3 Snow, C. C. (1959, rééd. 1993), The Two Cultures and the Scientific Revolution, Cambridge (MA), Ca (...)

7Certains objecteront que plusieurs thèmes abordés dans ce livre ont été mille fois rebattus. Pourtant, ce qui fait toujours défaut, c’est une vision interdisciplinaire du phénomène, intégrant et critiquant les points saillants du débat sur la vieillesse. Une lecture qui se situerait idéalement au carrefour de la culture scientifique et de la culture humaniste, pour reprendre la typologie de l’écrivain anglais Sir Charles C. Snow3.

8Plus que jamais le temps paraît propice à un tel effort, à la nécessité d’éclairer différemment et globalement le phénomène du vieillissement, à relativiser les perceptions sur les nombreux enjeux en présence et à prêter attention aux véritables défis qu’il pose. En effet, la morphologie du vieillissement se complexifie au rythme des changements sociaux et sociétaux, en même temps que prolifèrent et s’affirment les analyses creuses qui nous font voir l’avenir uniquement en noir ou en rose.

9En ce début du XXIe siècle, le vieillissement biodémographique se présente comme un élément-clé de notre devenir collectif. Par conséquent, quiconque cherche à comprendre dans quelle direction évoluent les sociétés occidentales contemporaines ne peut éviter cette problématique des temps modernes. L’épineuse question qui traverse tous les esprits, question qui fait l’objet de ce livre, est de savoir si cette révolution de l’âge représente un bienfait pour l’humanité ou, à l’inverse, si elle risque de nous conduire tout droit à un désastre.

10À certains égards, l’image de la vieillesse qu’on inculque aux jeunes générations a quelque chose de troublant, voire de tragique. Tragique parce que les lectures sur les enjeux de la vieillesse se sont polarisées au point où le citoyen, même le plus attentif, ne perçoit que des rivalités et des positions tranchées. La vérité risque donc de lui échapper. Pour tenter de comprendre la signification de ce phénomène et se faire une idée la mieux éclairée, chacun s’efforce de frayer son chemin à travers le labyrinthe des analyses proposées, tiraillé entre des exposés rassurants et d’autres qui démonisent la vieillesse ou ses impacts socioéconomiques. Tragique également, car les images à la mode, qui décrivent les conditions de vie ou de santé résultant de la prolongation de la vie, demeurent vagues et ambiguës, laissant planer un mystère sur le sens de la vieillesse.

11Publié il y a bientôt 25 ans, l’ouvrage intitulé La France ridée se présente comme un vibrant plaidoyer en faveur de la jeunesse, en même temps qu’une condamnation, à peine voilée, de la vieillesse. En tant que phénomène démographique, le vieillissement est décrié dans ce livre comme étant une grande conspiration contre la vie, comme le vent de la mort des civilisations. Dans l’introduction de l’ouvrage, Gérard-François Dumont déclare ce qui suit :

  • 4 Dumont, G.-F. (1979), « Introduction », dans P. Chaunu, G.-F. Dumont, J. Legrand et A. Sauvy (dir. (...)

Le refus de la vie qui a pénétré l’esprit de nos sociétés est en réalité non l’acceptation de la mort née de notre propre vie mais la mort voulue totale et collective. Nos sociétés marchent à reculons au bord d’une falaise et affirment que c’est la fatalité seule qui les fera tomber dans l’abîme définitif4.

  • 5 Ibid., p. 15.

12Puis il poursuit dans ces termes qui font frémir : « Si l’homme ne naît plus, si l’homme n’est plus, c’est la vie qui n’est plus et les richesses léguées par notre passé ne signifieront plus rien5. » Faut-il endosser sans broncher un tel désaveu ?

13S’agissant maintenant des retombées sociétales de la vieillesse, les protagonistes de la thèse alarmiste brandissent le spectre d’une crise de générations et prévoient la faillite de nos systèmes de santé ainsi que l’effondrement des régimes collectifs de pension. D’autres, plus optimistes et sereins, anticipent au contraire que la société en sortira gagnante à long terme, tant socialement qu’économiquement, et qu’un équilibre harmonieux s’instaurera entre les générations. Quant au sort des personnes qui s’engagent sur le sentier de la longue vie, d’aucuns entrevoient des jours de misère et de souffrance, tandis qu’à l’opposé d’autres font miroiter un avenir radieux. Force est d’admettre que ces représentations polaires, ces ambivalences, sont bien compréhensibles. Car les transformations démographiques qui remodèlent la structure d’âge soulèvent des enjeux difficiles à cerner et annoncent des retombées comportant de nombreux impondérables.

Invitation à un dépassement

14C’est en grande partie à l’examen stéréoscopique de ces questions qu’est consacré cet ouvrage. Ce survol introductif m’amène maintenant à camper la démarche ou du moins le contenu que je présente dans cet essai. D’entrée de jeu, l’objectif visé est d’élargir le débat sur la vieillesse en invoquant d’autres dimensions que celles habituellement utilisées pour la décrire. Il s’agit, d’une part, de dénoncer certaines contrevérités et, d’autre part, de jeter de nouvelles passerelles entre le social et le biologique, tout en approfondissant des thèmes qui jusqu’ici ont échappé à l’attention des gérontologues. Ce faisant, et en sortant à l’occasion des sentiers battus, tout en étant conscient des risques encourus, le projet d’une anthropologie de la vieillesse à la fois transversale et évolutive peut s’esquisser, d’une anthropologie qui parle non seulement des cultures du vieillissement, mais du vieillissement de la culture. Car je persiste à croire que ce qui fait défaut dans le répertoire des travaux en gérontologie, c’est une lecture sociétale du vieillissement dans son ensemble, c’est-à-dire qui soit à la fois globale et dynamique. La compréhension du phénomène du vieillissement requiert un déchiffrage dialectique de l’entrechoc provoqué par l’entrée théâtrale, massive et historique, de cet acteur nouveau des temps modernes que j’appelle l’homo senectus.

15 Dans le monde actuel et dans notre vision de l’histoire, que signifie la conquête de la longévité ? Comment, malgré ce « progrès » de l’humanité, les parcours de la vieillesse risquent-ils d’être partiellement laminés par les valeurs de la postmodernité ? Comment situer les enjeux et défis du vieillissement dans un cadre qui fasse appel aux grands courants sociaux, culturels, économiques, politiques et idéologiques de notre temps ? Outre les difficultés que font subir aux personnes aînées les transformations sociales rapides, quels changements socioculturels majeurs le vieillissement démographique est-il susceptible d’induire en retour ? Ce sont ces principales interrogations qui inspirent le présent essai.

  • 6 Bachelard, G. (1938, rééd. 1993), La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, p. 13.

16En parcourant la documentation, je me suis rendu compte que parmi les écueils qui se dressent domine celui des représentations stéréotypées de la vieillesse, telles que véhiculées par des médias, certains écrits scientifiques ou des textes de vulgarisation. La prégnance de ces mythes a provoqué des réactions de contre-poids, au point où les descriptions de la vieillesse se sont cristallisées aux extrémités d’un même axe. On retrouve d’un côté le discours pathologisant ou sénilisant qui, associant la vieillesse à un déclin, la réduit à des déficits, à des incapacités ou à des pertes. À l’antipode, s’affiche le discours glorifiant qui adule les vieillards et magnifie les vertus de l’âge avancé. Tout au long de ce livre, une détermination demeurera omniprésente : celle de démonter les mythes de la vieillesse et les fantasmes entourant le vieillissement démographique. Permettre une lecture démystifiée du phénomène du vieillissement doit conduire à mettre à nu ce que le vulgum pecus, voire savant, paraît impuissant à déchiffrer ou résiste à révéler. Pour reprendre ce mot de Gaston Bachelard, « il n’y a de science que du caché6 ».

17D’entrée de jeu, comme je le mentionnais plus haut, je conçois le vieillissement comme un phénomène social total recouvrant trois entités structurantes caractérisant les sociétés sénescentes : 1. la réalité sociologique et démographique du vieillissement humain, vue comme phénomène collectif, enjeux, défis mais aussi comme projet de société à construire ; 2. la réalité individuelle ou vécue du vieillissement, à travers ses itinéraires de vie, ses expériences, ses épreuves, mais aussi ses possibilités insoupçonnées ; 3. le vieillissement sociétal, c’est-à-dire le procès de désagrégation des valeurs et de dégénérescence de la formation sociale qui se perçoit dans les pratiques culturelles de l’obsolescence et la dissolution des repères identitaires. L’analyse gérontologique recouvre cette trilogie, ces trois instances de la dynamique sociale, instances qui relèvent de la macro et de la microgérontologie. Ce triptyque réclame en retour une approche analytique dite de triangulation.

18Le premier registre englobe les particularités du vieillissement à l’échelle sociodémographique. C’est un phénomène typique des sociétés occidentales, mais qui s’étend rapidement à l’ensemble des nations du monde. Nous assistons véritablement à la mondialisation du vieillissement. À ce propos, j’estime qu’il est impératif d’ouvrir la présentation sur d’autres aspects souvent négligés, certains étant des champs périphériques à la gérontologie notamment : l’hétérogénéité des profils et trajectoires de la vieillesse, les transformations que subit l’âge, non seulement une fois qu’est franchi le seuil de la retraite, mais aussi aux autres étapes du cycle de vie. Ce premier volet doit mener à une discussion sur les enjeux et défis collectifs du vieillissement. D’un point de vue critique, sont examinés les impacts du vieillissement sur la santé, les pensions de retraite, le niveau de vie et les rapports intergénérationnels.

19Le second registre traite de la vieillesse comme expérience et parcours individuel. J’aborde ici la problématique que je qualifie de paradoxe du vieillissement, où l’on distingue le paradigme du déclin et celui du développement. Je me penche également sur le phénomène de la longévité en retraçant les éléments de notre évolution biologique et de notre histoire qui ont conduit aux espérances de vie que l’on connaît aujourd’hui. L’examen des itinéraires de vie des personnes aînées met l’accent sur les ressources personnelles et sociales qu’elles mobilisent pour négocier les virages et transitions ou surmonter les épreuves de la vie.

20Comme indiqué plus haut, le troisième volet est celui du vieillissement sociétal. Il renvoie aux contrecoups des transformations rapides et profondes qui marquent la civilisation occidentale contemporaine. En effet, les mutations accélérées qui ont cours ont pour conséquence de perturber notre perception de la durée, de déraciner nos repères identitaires et de généraliser le processus d’obsolescence. L’imprévisibilité du projet actuel de la société (si l’on excepte celui de la domination par le pouvoir de l’argent) a pour résultante d’empêcher que s’ancrent et se stabilisent les pratiques sociales, que s’incarnent les valeurs fondamentales dans des cheminements de vie qui cherchent désespérément à prendre sens.

21Lin dernier aspect retient mon attention : c’est celui du changement social vu sous l’angle de la postmodernité et du rôle du temps dans la vie contemporaine. En définitive, si l’avènement de la société sénescente est le reflet des changements technologiques et socioéconomiques intervenus au cours du dernier siècle, il est en même temps le moule dans lequel se transforme la société globale. La civilisation actuelle provoque en quelque sorte des remous dans toutes les couches de la société, en même temps qu’elle subit les contrecoups des changements qui surgissent au sein de l’une ou l’autre de ces différentes strates.

22Le vieillissement humain, démographique et sociétal est ainsi vu comme un faisceau comportant trois événements entrelacés. Cette mutation silencieuse balaie présentement de son souffle tout le monde occidental. Mais nous pouvons également avancer que ce sont des catalyseurs de réaménagements nécessaires ou favorables à l’essor d’un nouveau projet de société, comme à l’expression de son contenu. Tout discours sur la société postmoderne ne saurait donc s’enfermer dans une analyse qui exclurait d’emblée le phénomène du vieillissement. Une telle analyse ne dispense pas non plus d’une lecture critique qui engage à une mise en réciprocité des expériences de la vieillesse, examinées à travers les parcours individuels et la trajectoire démographique qui institue le vieillissement humain et sociétal comme phénomène global.

23En résumé, cette analyse nous convie à un examen critique de la dynamique du champ de la vieillesse, ce qui suppose un dépassement, un effort de désenclavement de la gérontologie actuelle qui paraît enfermée dans le langage technique du traitement des vieillards, comme parasitée par les nécessités de la pratique et de sa propre survie disciplinaire. L’analyse dialectique et bilatérale du rapport entre les personnes vieillissantes et les autres groupes d’âge oblige à braquer les projecteurs sur les multiples parcours des personnes vieillissantes, à détruire les mythes sur l’avancée en âge et à examiner l’interaction entre les personnes aînées et le reste de la société. En toute modestie, c’est à cette tâche que je me suis assigné dans le présent ouvrage.

24Voici comment est échafaudé cet essai. Une première partie, intitulée Portrait sociodémographique des sociétés sénescentes, décrit la morphologie des sociétés sénescentes dans un effort pour départager les mythes des faits de la vieillesse. Cette première partie, qui se présente en quelque sorte comme une topographie du vieillissement, scrute la société sénescente en fonction de sa prégnance sociologique et démographique, tel qu’évoqué plus haut. Deux chapitres structurent cette partie. Le premier, intitulé « Les métamorphoses de l’âge », aborde de façon globale la question du vieillissement en élargissant la perspective analytique. Sont passés en revue les traits macrodémographiques, l’hétérogénéité de la vieillesse, les bouleversements du cycle de vie — incluant le phénomène de la retraite flexible — et les manifestations de l’âgisme. Le chapitre 2, « La planète des vieillards », procède à l’anatomie des sociétés sénescentes en dégageant ses principaux traits démographiques et sociaux, puis en soulignant le phénomène de la mondialisation du vieillissement.

25La seconde partie de l’ouvrage, Portrait biologique de la vieillesse, examine le vieillissement en référence à l’allongement de l’espérance de vie. Le chapitre 3, « Homo senectus : une figure historique inédite », se penche sur la conquête de la longévité en proposant une lecture de l’âge avancé comme signe de distinction sociale. Le chapitre 4, « Sur les traces de la longue vie », traque les principaux facteurs ayant conduit aux espérances de vie d’aujourd’hui, en même temps qu’il décrit l’évolution de la longévité à travers les âges. Finalement, le chapitre 5, « Vulnérabilité et résistance du corps », discute de la reconfiguration de la santé et de l’incapacité et des possibilités nouvelles qu’offre la longue vie.

26La troisième partie, Enjeux et défis des sociàés sénescentes, réunit trois chapitres. Le chapitre 6, « Regards croisés sur des enjeux du vieillissement », aborde de façon globale les principaux défis posés par la vieillesse. Il est suivi de deux autres chapitres (le chapitre 7 : « Le malaise de la prise en charge » et le chapitre 8 : « L’avenir des régimes de retraite, de l’économie et de l’équilibre intergénérationnel ») qui présentent une analyse critique des craintes suscitées par le vieillissement démographique, c’est-à-dire les appréhensions au regard de la survie des systèmes de santé et des fonds de pension, de l’équilibre économique et intergénérationnel.

27La quatrième partie de l’ouvrage, Défis et ressources des personnes aînées, expose dans le chapitre 9, « Le paradoxe de la vieillesse », les deux grands paradigmes qui traversent la pensée gérontologique actuelle, celui sur le déclin et celui sur le développement ou si l’on préfère, l’épanouissement individuel. Le chapitre 10, « L’exposition aux épreuves et aux transitions de vie », dégage l’impact des événements de vie stressants, l’accent étant mis sur des thèmes tels que la retraite, la perte du conjoint, l’entrée en incapacité et la mort. Le chapitre qui suit, « Le potentiel de croissance et d’adaptabilité des personnes aînées », souligne l’importance des ressources personnelles et sociales dans tout effort pour surmonter les obstacles de la vieillesse.

28La cinquième partie, intitulée Les contours du vieillissement sociétal, comprend deux chapitres. Le chapitre 12, intitulé « Sociétés sénescentes et postmodernité », montre la dialectique du choc et de l’entrechoc socioculturel évoqué précédemment, c’est-à-dire comment les personnes aînées, comme entité individuelle ou collective, sont imprégnées par la société et comment celles-ci la façonnent en retour. Il s’ouvre sur une analyse des conditions socioéconomiques, technologiques et culturelles qui ont tracé le parcours des sociétés sénescentes jusqu’à l’ère de la postmodernité. Le chapitre 13, « Sénescence de la société et de la culture occidentales », situe la problématique du vieillissement au regard des autres enjeux de société et se penche sur le problème de la dégénérescence des institutions et des valeurs. Un dernier chapitre, « Le tortueux parcours de la gérontologie », brosse un rapide bilan de l’évolution de la gérontologie, insistant sur la nécessité de l’interdisciplinarité.

  • 7 L’étude longitudinale québécoise sur le vieillissement (1997-2003) ; voir le site Web à l’adresse (...)

29Pour clore cette introduction, je tiens à préciser que cet effort de synthèse et de réflexion n’est pas guidé par une quelconque méthode ou démarche particulière, comme on s’y attend habituellement dans les études empiriques. Il est pour l’essentiel le fruit de nombreuses lectures, d’échanges, d’observations sur le terrain et de travaux réalisés, seul ou en équipe, dans le cadre de plusieurs recherches, dont une étude longitudinale multicohortes sur le développement bio-psychosocial des personnes aînées7, une autre sur l’actualisation de la personne et une recherche sur la conduite automobile des personnes âgées (thème de l’adaptation). Et, il va sans dire, il puise abondamment dans l’expérience de la vie elle-même. Plus ou moins consciemment, ce livre entend rendre justice à la gérontologie aux prises avec des défis théoriques et analytiques difficiles. Toutefois, il entend surtout éclairer les personnes aînées qui abordent ce nouveau millénaire chargé d’espoir, mais aussi d’inquiétude.

30Je profite de cette occasion pour rendre hommage à mes collègues de travail, à mes étudiantes et étudiants ainsi qu’à mes proches pour leur soutien indéfectible tout le long de la rédaction de ce travail. Leurs conseils judicieux et éclairés m’ont été hautement profitables. Ma gratitude s’adresse en particulier à Léandre Bouffard, Ph.D., pour ses précieuses remarques et son encouragement. Merci également à Yzabelle Martineau, Ph.D., pour la qualité de la révision linguistique. Enfin, je tiens à remercier l’Université de Sherbrooke de même que les organismes de subvention, le Conseil québécois de la recherche sociale et le Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, pour leur contribution financière.

Notes

1 Alain (1985), Propos sur les pouvoirs, Paris, Gallimard.

2 Callahan, D. (1990), What Kind of Life : The Limits of Medical Progress, New York, Simon and Schuster. Ainsi ce passage que je traduis librement : « Il est dans la nature même du progrès médical de s’approprier plus de ressources que nécessaire, souvent plus que ce dont les individus ont besoin, et beaucoup plus que ce qui est socialement justifiable aux fins du bien commun. [The very nature of medical progress is to pull to itself many more resources than should rationally be spent on it, often more that can be of genuine benefit to many individuals, and much, much more that can be socially justifiable for the common good] », p. 21. À mes yeux, le même constat s’applique au domaine de la recherche qui, dans certains cas, sinon tous, semble être devenue un immense appareil bureaucratique destiné à attirer des fonds.

3 Snow, C. C. (1959, rééd. 1993), The Two Cultures and the Scientific Revolution, Cambridge (MA), Cambridge University Press.

4 Dumont, G.-F. (1979), « Introduction », dans P. Chaunu, G.-F. Dumont, J. Legrand et A. Sauvy (dir.), La France ridée, Paris, Librairie générale française, p. 11.

5 Ibid., p. 15.

6 Bachelard, G. (1938, rééd. 1993), La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, p. 13.

7 L’étude longitudinale québécoise sur le vieillissement (1997-2003) ; voir le site Web à l’adresse suivante : <http://www.callisto.si.usherb.ca/~grappa1/>.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search