Version classiqueVersion mobile

L’esprit et la nature

 | 
Daniel Laurier

Chapitre III. Indication, représentation et explication

Résumé

Fred Dretske est l’un de ceux qui ont le plus fait pour promouvoir l’idée que la notion de fonction naturelle a un rôle fondamental à jouer dans l’explication des phénomènes intentionnels. Il a développé une analyse naturaliste à la fois : i) de la notion de contenu mental et ii) de la manière dont le contenu des états mentaux contribue à l’explication des comportements. Dans ce qui suit, j’examine les deux questions, celle de la nature du contenu et celle de son pouvoir explicatif, pour conclure que le projet de Dretske échoue sur toute la ligne.

Texte intégral

Everybody knows the war is over
Everybody knows the good guys lost
Leonard Cohen

1. La notion d’indication

1 Comme L’écrit stich (1990b : 803), l’analyse de la notion de contenu intentionnel proposée par Dretske est à la fois ingénieuse, plausible et d’une simplicité désarmante. Elle repose sur une distinction entre ce qu’un événement ou état de choses indique et ce qu’il a pour fonction (naturelle) d’indiquer, et consiste essentiellement à dire qu’un événement ou état de choses (et en particulier un événement ou un état neurophysiologique) signifie ou représente ce qu’il a pour fonction (naturelle) d’indiquer. Pour qu’une telle analyse soit acceptable, il faut manifestement que les deux notions clés qu’elle invoque, celle de fonction et celle d’indication, soient à la fois compatibles avec le principe du naturalisme et suffisamment riches pour permettre de rendre compte des propriétés spécifiques des états intentionnels.

2Examinons d’abord la notion d’indication. Dretske (1981 : 242 n.10 ; 1986 : 20 ; 1988c : 55 - 56) laisse clairement entendre qu’il s’agit en quelque sorte d’une version de la notion de signification naturelle que Grice (1957) oppose à celle de signification non naturelle qu’il cherche à caractériser. Grice ne définit pas la signification naturelle, mais il met bien en évidence qu’un état de choses signifie naturellement que p seulement s’il est vrai que p. Cela vaut aussi pour la notion d’indication chez Dretske. Grice (1957 : 215) prend cependant soin de noter qu’un état de choses peut signifier naturellement quelque chose sans pour autant être un signe naturel de cette chose, ce qui laisse entendre que pour lui, un état de choses particulier (par exemple, le fait que Pierre ait en ce moment des rougeurs sur le corps) peut signifier naturellement quelque chose (par exemple, que Pierre a la rougeole) même si le type d’état de choses auquel il appartient n’a pas cette signification naturelle (c’est-à-dire, même si le fait que Pierre ait des taches rouges sur le corps ne signifie pas, en général, qu’il a la rougeole). En d’autres termes, Grice semble être disposé à parler de ce que signifie naturellement un token, et à admettre qu’un token peut signifier naturellement telle ou telle chose même lorsqu’il n’appartient à aucun type ayant cette signification. Ce n’est pas le cas de Dretske, qui insiste (1981 : 192 ; 1990c : 820) sur le fait qu’un token n’indique quoi que ce soit qu’en raison du fait qu’il est d’un type qui indique quelque chose. La relation d’indication est d’abord une relation entre types d’états de choses, et n’est que dérivativement une relation entre tokens. C’est dire qu’il n’y a pas d’indication sans régularité.

3Dretske (1986 : 19 ; 1988c : 58-59 ; 1990c : 819) tient explicitement la notion d’indication pour équivalente à celle d’information, qu’il a analysée dans les trois premiers chapitres de son (1981). Dire qu’un état de choses indique que p, c’est tout simplement dire, dans le vocabulaire d’après 1986, qu’il véhicule l’information que p. Dretske renvoie donc systématiquement à son (1981) pour une analyse détaillée de la relation d’indication, bien que certaines remarques, dans les textes plus récents, soient difficiles à concilier avec cette identification. Il est impossible de reprendre ici en détail l’analyse de la notion d’information proposée par Dretske, mais j’essaierai d’en faire ressortir les caractéristiques les plus importantes, avant d’aborder la question de savoir si, et en quoi, ses commentaires les plus récents introduisent des éléments nouveaux.

4Selon la définition officielle proposée en 1981 (65) :

(1) le fait que r soit G véhicule l’information (c’est-à-dire, indique) que s’est F si et seulement si la probabilité conditionnelle que s soit F, étant donné que r est G, et étant donné ce que le récepteur sait déjà concernant les états de choses possibles à la source, est égale à 1, alors que la probabilité conditionnelle que s soit F, étant donné seulement la connaissance préalable du récepteur, est inférieure à 1,

5ce qu’on peut exprimer de manière plus concise en écrivant :

(2) le fait que r soit G véhicule l’information que s est F si et seulement si Prob (s est F/ (r est G) et K)) = 1 et Prob (s est F/K) < 1 (où « K » représente la connaissance préalable du récepteur).

  • 1 Dans la même note où il donne ces précisions, Dretske souligne que puisque en termes de fréquence (...)

6Comme Dretske tient l’information pour une denrée objective (an objective commodity), en ce sens que la quantité et la nature de l’information qu’un signal véhicule à propos d’une source doivent être déterminées par les relations de dépendance entre cette source et ce signal, il faut comprendre que le concept de probabilité invoqué ici ne peut pas être le concept de probabilité subjective. Cela ne peut être que le concept de probabilité comme propension, ou celui de probabilité comme fréquence relative. Malheureusement, chacune de ces deux interprétations soulève apparemment des difficultés. En effet, il n’est pas clair qu’on puisse parler d’une « propension » du signal à provenir d’une certaine source, ce qui paraît exclure la première possibilité ; mais si, comme le suggère Dretske (1983b : 84), on retient la notion de probabilité comprise en termes de fréquence relative, alors il y a un risque que le fait d’avoir une probabilité de 1 ne garantisse pas l’existence du genre de lien que Dretske souhaite imposer entre le signal et la source. Car il est assez explicite (1981 : 245, n. 1) sur le fait qu’en imposant que la probabilité conditionnelle de la source, étant donné le signal, soit égale à 1, il vise essentiellement à assurer qu’il existe, entre la source et le signal, une relation de dépendance nomique, c’est-à-dire, une relation telle que le signal ne puisse (nomiquement) exister en l’absence de la source. Mais on ne voit pas quelle interprétation du concept de probabilité permet de garantir cela1.

7Si Dretske (1983b : 83 - 84 ; 1990c : 820 - 821) ne renie pas cette formulation probabiliste, en dépit du fait que bon nombre de commentateurs aient exprimé beaucoup de scepticisme quant à son usage des probabilités, il est apparemment disposé à concéder (1983b : 83) que l’information véhiculée par un signal pourrait aussi être caractérisée de manière satisfaisante sans invoquer la notion de probabilité, directement en termes de régularité ou de dépendance nomique. Mais cela ne va pas sans soulever quelques questions, particulièrement en ce qui concerne la relativité de l’information à la connaissance du récepteur. En effet, l’idée de base devrait apparemment être que

(3) le fait que r soit G véhicule l’information (c’est-à-dire, indique) que s est F si et seulement si il est nomiquement nécessaire que s soit F, si r est G,

8et Dretske semble en effet fonctionner, le plus souvent, avec cette définition. Mais dans cette reformulation, toute référence à la connaissance préalable du récepteur est disparue, ce qui donne à penser qu’elle ne correspond pas exactement à l’intention originale de Dretske.

  • 2 Dretske (1981 : 81) souligne que la connaissance d’arrière-fond du récepteur n’est pertinente que (...)

9Dretske justifie la relativisation de la notion d’information à l’aide d’exemples tels que le suivant. Deux personnes, A et B, savent qu’il y a une cacahuète dissimulée sous l’une des quatre coquilles placées sur la table devant eux. Mais A sait de plus (et B ignore) que la cacahuète n’est ni sous la coquille 1 ni sous la coquille 2, de sorte que lorsqu’ils regardent (ensemble) sous la coquille 3, et constatent que la cacahuète n’y est pas, ils ne reçoivent pas la même information. Pour A, le fait qu’il n’y ait rien sous la coquille 3 indique que la cacahuète est sous la coquille 4, tandis que pour B, cela indique seulement qu’elle est sous l’une des trois autres coquilles. Ainsi, le fait que A et B ne reçoivent pas la même information est lié au fait qu’ils ne savent pas la même chose concernant les diverses possibilités à la source2. De tels exemples suggèrent de distinguer entre deux types d’information (ou d’indication), à savoir, l’information qu’un signal véhicule simplicité, ou information absolue, et celle qu’il véhicule pour un récepteur donné, ou information relative.

  • 3 Certains commentaires de Dretske donnent d’ailleurs à penser que cela pourrait être ce qu’il a rée (...)

10Le simple fait de relativiser le contenu informationnel d’un signal à un récepteur ne suffit pas à en compromettre le caractère objectif ; mais ce qui fait problème c’est de le relativiser à la connaissance dont dispose le récepteur au moment où il reçoit le signal, car de l’avis même de Dretske, la connaissance est une forme de la croyance, de sorte qu’une telle notion de contenu informationnel relatif ne pourrait manifestement pas être utilisée dans une explication naturaliste de l’intentionnalité. Cependant rien ne s’oppose à ce qu’on dise que l’information qu’un signal communique à un certain récepteur (ou l’information qu’il véhicule pour un certain récepteur) est relative à l’information préalablement présente dans le récepteur3 (et à laquelle il peut ou non avoir un accès cognitif) ; à condition toutefois de pouvoir faire reposer cette notion relative sur une notion absolue qui puisse servir de base inductive, c’est-à-dire, à condition que cette notion d’information préalable soit éventuellement éliminable (faute de quoi on obtiendrait une définition circulaire).

11La notion d’information relative pourrait à première vue être caractérisée de la manière suivante :

(4) le fait que r soit G véhicule l’information (indique) que s est F pour un récepteur qui dispose de l’information que K si et seulement si il est nomiquement nécessaire que s soit F si (r est G et K), et il n’est pas nomiquement nécessaire que s soit F si K.

12Il est bon de noter que la notion de « disposer de l’information que K » n’a rien d’intentionnel et n’introduit aucune circularité puisqu’elle peut être inductivement éliminée ; un récepteur dispose de l’information que K, dans le sens pertinent, si et seulement si il est dans un état qui véhicule cette information pour un récepteur qui n’en dispose pas déjà, mais qui autrement dispose de la même information que lui. Il est naturel alors de poser que

(5) le fait que r soit G véhicule l’information (absolue) que s est F si et seulement si il véhicule cette information pour un récepteur qui ne dispose d’aucune information préalable (ou dont la seule « information » est tautologique).

13Mais il faut noter qu’on obtient ainsi une notion d’information absolue qui ne coïncide pas exactement avec (3), puisqu’elle exclut qu’un signal indique que p, s’il est logiquement vrai que p, quoiqu’elle ne soit pas intuitivement moins adéquate pour autant. On notera aussi que l’indication absolue est presque réflexive, alors que l’indication relative ne l’est pas du tout. L’indication absolue est « presque » réflexive, en ce sens que tout état de choses non tautologique s’indique absolument lui-même. En effet, il est nomiquement nécessaire que p si p, de sorte que le fait que p indique (absolument) que p, à condition seulement que p ne soit pas une nécessité logique (c’est-à-dire, à condition que p ne soit pas nécessité nomiquement par l’information nulle). D’autre part, l’indication relative n’est pas réflexive en raison du fait que pour un récepteur qui dispose de l’information préalable que p, le fait que p n’indique pas que p, puisqu’il faudrait pour cela qu’il soit nomiquement nécessaire que p si (p et p) et qu’il ne soit pas nomiquement nécessaire que p si p, ce qui ne peut être le cas. Il s’ensuit qu’il n’y a rien qu’un signal indique pour tous les récepteurs (ou en d’autres termes, qu’il n’y a aucun état de choses qui soit indiqué par un signal donné, pour tous les récepteurs) et qu’il serait donc stérile d’identifier l’information absolue véhiculée par un signal à l’information qu’il véhicule pour tous les récepteurs, en dépit du fait que cela serait une manière naturelle d’interpréter (3) et d’obtenir une notion absolue à partir de (4). Les deux relations sont cependant transitives.

14On aura noté que le caractère nomique de la relation d’indication en fait une notion intensionnelle, puisqu’il a pour effet qu’un état de choses peut indiquer que s est F sans indiquer que s est H, même dans le cas où tous les F sont H. Un état de choses peut en effet dépendre nomiquement du fait que s soit F sans dépendre nomiquement du fait que s soit H, bien que tous les F soient H, c’est-à-dire, bien qu’il y ait une corrélation entre être F et être H. L’intensionnalité de la notion d’information constitue indéniablement un avantage dans la perspective d’une naturalisation de l’intentionnalité. Or Savitt (1987 : 187) soutient, en s’appuyant sur certaines remarques de Dretske, qu’il y a un conflit entre la relativité de l’information et son caractère nomique.

15Lorsque la sonnerie d’un téléphone retentit, cela indique que quelqu’un a composé le numéro correspondant. Supposons qu’il y ait entre le téléphone de A et celui de B une corrélation fortuite telle que la sonnerie du premier retentisse si et seulement si celle du second retentit, et que A le sache. Dans ce cas, chaque fois que son téléphone sonne, A pourrait conclure que celui de B sonne aussi, et que quelqu’un a composé le numéro de B. Mais Dretske (1981 : 74 ; 1983a : 56) soutient néanmoins que A ne reçoit pas l’information que quelqu’un a composé le numéro de B, tandis que Savitt ne voit aucune différence pertinente entre cette situation et l’exemple de la cacahuète sous la coquille, que Dretske utilise justement pour montrer que l’information qu’on reçoit d’un signal dépend de ce que l’on sait (ou de l’information préalable dont on dispose). Il en conclut, à juste titre, que Dretske doit admettre qu’un état de choses peut en indiquer un autre pour un récepteur donné même quand il n’est pas vrai que le premier état de choses nécessite nomiquement le second.

16Mais cela ne remet en question ni la définition (4) ni la définition originale de Dretske, car la nécessité logique implique la nécessité nomique, de sorte qu’en l’occurrence, il esf nomiquement nécessaire que le téléphone de B sonne si le téléphone de A sonne et si le téléphone de B sonne chaque fois que celui de A sonne, et il n’est pas nomiquement nécessaire que le téléphone de B sonne si le téléphone de B sonne chaque fois que celui de A sonne. Il s’ensuit que le fait que le téléphone de A sonne indique, pour A, que celui de B sonne, et donc que quelqu’un a composé le numéro de B et qu’il est incohérent de la part de Dretske de le nier. Il est inutile d’ajouter que cela n’affecte évidemment en rien le fait qu’il est difficile d’imaginer que A puisse, en pratique, savoir ou acquérir l’information que le téléphone de B sonne chaque fois que le sien sonne, s’il est vrai que cette régularité est purement accidentelle. On notera d’autre part que cela n’abolit pas le caractère intensionnel de la notion d’information relative, car cette notion ne serait extensionnelle que si on pouvait conclure que, quels que soient r, G, s, F et X, si le fait que r est G indique que s est F pour X et si tous les F sont H, alors le fait que r soit G indique que s est H pour X, ce qui n’est évidemment pas le cas. Même pour un récepteur donné, toutes les substitutions ne seront permises que s’il est omniscient.

  • 4 C’est moi qui souligne.

17Selon Dretske, il n’y a pas que la connaissance ou l’information préalable du récepteur qui peut affecter l’information véhiculée par un signal ; celle-ci dépend aussi de ce qu’il appelle (1981 :115) le canal de communication, c’est-à-dire, de l’ensemble des conditions existentes dont dépend le signal et qui ou bien : 1) ne génèrent aucune information (pertinente) ou bien : 2) ne génèrent que de l’information redondante (du point de vue du récepteur4). Dretske (1981 :108-134) est amené à discuter longuement de cette notion, dans l’espoir d’éviter que son analyse de la notion de connaissance ne l’accule à une forme de scepticisme. En effet, selon l’analyse proposée par Dretske, un agent ne peut savoir que p que s’il dispose de l’information que p, c’est-à-dire s’il est dans un état interne qui indique que p (pour lui, c’est-à-dire, relativement à son information préalable). Mais il semblerait alors qu’un agent qui ne disposerait d’aucune information préalable ne puisse apprendre que p qu’en réalisant un état interne qui indique absolument que p (c’est-à-dire, tel qu’il soit nomiquement nécessaire que p, étant donné cet état interne, sans être logiquement vrai que p). Or cela ne peut apparemment être le cas que si le fait que p est lui-même cet état interne ou si le fait que p correspond à la disjonction de toutes les situations qui pourraient être nomiquement suffisantes pour que cet état interne soit réalisé, ce qui voudrait dire qu’un récepteur « vierge » ne peut être informé (au mieux) que de ses propres états internes ou d’une vaste disjonction de possibilités. Pour éviter cette conséquence, Dretske doit montrer qu’il y a, en pratique, des cas où un agent qui ne dispose d’aucune information préalable peut acquérir une information substantielle. C’est dans ce contexte qu’il invoque la notion de canal de communication, qui lui permet de soutenir qu’un signal n’indique pas, en fait, toutes les conditions dont il dépend nomiquement.

18Considérons un voltmètre utilisé pour mesurer la chute de voltage d’une résistance dans un circuit électrique. Une chute de voltage de 7 volts, par exemple, génère un courant dans le circuit interne du voltmètre, lequel produit un champ magnétique qui exerce une force sur un ressort qui actionne une aiguille qui se déplace sur une échelle graduée jusqu’au chiffre « 7 ». Lorsque le voltmètre fonctionne normalement, le fait que son aiguille pointe sur le « 7 » indique donc une chute de 7 volts dans la résistance à laquelle il est attaché. C’est du moins ainsi qu’il est utilisé. Mais il est clair qu’il n’y a de dépendance nomique entre le signal « 7 » et une chute de 7 volts que si certaines autres conditions sont satisfaites, comme par exemple que le circuit interne du voltmètre ne soit pas défectueux et que le ressort qui actionne l’aiguille ne soit pas usé, etc. Il y a en fait un nombre indéterminé de configurations d’états internes du voltmètre dans lesquelles le voltmètre pourrait se trouver sans que le fait que son aiguille pointe sur le « 7 » n’indique une chute de 7 volts dans la résistance en question. Dans ce cas, ne devrait-on pas dire que le fait que l’aiguille du voltmètre pointe sur le « 7 » indique (absolument) non pas qu’il y a eu une chute de 7 volts dans telle résistance, mais que ou bien 1) il y a eu une chute de 7 volts dans telle résistance et le voltmètre était attaché à cette résistance, et le circuit interne du voltmètre était dans tel ou tel état, et le ressort qui actionne l’aiguille était dans tel ou tel état, ou bien 2) il y a eu une chute de 10 volts dans telle résistance, et le voltmètre était attaché à cette résistance, et le circuit interne du voltmètre était dans tel ou tel état, et le ressort qui actionne l’aiguille était dans tel ou tel état, etc. ? Un moment de réflexion suffit pour réaliser qu’un signal dépend pratiquement toujours d’une vaste disjonction de conjonctions de conditions (c’est-à-dire, de la disjonction de tous les complexes d’états de choses qui pourraient être nomiquement suffisants pour l’existence de ce signal).

19Mais s’il n’est pas nomiquement nécessaire qu’il y ait une chute de 7 volts si l’aiguille du voltmètre pointe sur le « 7 », car il y a un nombre indéterminé d’autres situations possibles dans lesquelles cette aiguille pourrait pointer sur le « 7 », on devrait en conclure que le fait que l’aiguille pointe sur le « 7 » n’indique pas une chute de 7 volts. Dretske (1981) refuse cependant cette conclusion, en prétextant que ces autres situations possibles ne sont normalement pas des possibilités authentiques, ou pertinentes. Il soutient en d’autres termes qu’un signal ne véhicule pas d’information concernant toutes les conditions d’arrière-fond dont il dépend, et en particulier, qu’il ne transmet pas d’information concernant les conditions du canal de communication. Dans l’exemple du voltmètre, le fait que le voltmètre soit relié à telle résistance, le fait que le ressort qui actionne l’aiguille soit en bon état, etc., font partie de ces conditions stables qu’il est légitime de prendre pour acquises et à propos desquelles la position de l’aiguille ne transmet aucune information (c’est-à-dire, aucune information nouvelle).

20Adopter cette position revient apparemment, sinon à abandonner la notion d’information absolue, du moins à admettre qu’elle est superflue en pratique. En effet, la distinction entre la source et le canal de communication, c’est-à-dire entre les conditions dont dépend le signal et à propos desquelles il transmet de l’information et celles dont il dépend et à propos desquelles il ne transmet pas d’information, est fonction de l’information préalable dont dispose le récepteur (Dretske 1981 :119-120). Le fait que l’aiguille pointe sur le « 7 » n’indique une chute de 7 volts que pour un récepteur qui possède déjà l’information que le voltmètre est en bon état. Le fait qu’en pratique, la plupart des récepteurs qui utilisent un voltmètre possèdent normalement l’information pertinente ne change rien à l’affaire. En d’autres termes, parler du canal de communication n’est apparemment qu’une autre manière de parler de l’information préalable du récepteur, et n’introduit donc aucun élément nouveau. Il s’ensuit que si la critique évoquée plus haut, et selon laquelle un récepteur qui n’a aucune information préalable ne peut acquérir aucune information substantielle concernant le monde extérieur est fondée, alors Dretske est en mauvaise posture, et ce n’est pas la notion de canal de communication qui peut le sortir d’embarras. Car cette critique vise la notion d’information absolue, alors que la réponse de Dretske montre tout au plus que la notion d’information relative n’est pas triviale. Or il ne peut renoncer à la notion d’information absolue sans rendre circulaire sa caractérisation de l’information relative ; mais d’un autre côté, sa notion d’information absolue semble être menacée de vacuité, et celle d’information relative avec elle. On verra cependant plus loin que cette menace est illusoire.

21À partir de 1986, Dretske a commencé à caractériser la notion d’indication en termes quelque peu différents ; mais comme il a continué à se référer au traitement de 1981, il est difficile de savoir si ces changements dans l’expression sont censés correspondre à des changements substantiels. Ainsi, il a commencé à suggérer (1986 :19 ; 1988c : 57) que l’existence d’une simple régularité non nomique peut être suffisante pour parler d’un lien d’indication, et à proposer ce qui semble être une nouvelle interprétation de la notion de canal de communication, selon laquelle le canal de communication ne serait pas fonction de l’information préalable du récepteur.

22Selon Dretske, lorsque la sonnerie de la porte d’entrée d’une certaine résidence se fait entendre, cela indique qu’il y a quelqu’un à la porte d’entrée. La sonnerie indique la présence de quelqu’un, en vertu du fait qu’elle ne retentirait pas s’il n’y avait personne à l’entrée, et en dépit du fait qu’il n’y a aucune loi naturelle selon laquelle la sonnerie retentit seulement s’il y a quelqu’un à l’entrée. Cela semble, à première vue, être l’indice d’un changement significatif par rapport à la position défendue en 1981. Mais quand on y regarde de plus près, on se rend compte que si on peut dire que la sonnerie ne retentirait pas s’il n’y avait personne à l’entrée, c’est seulement en prenant pour acquis que les autres possibilités sont exclues (par exemple, qu’il n’y a pas de court-circuit, que les écureuils qui fréquentent le quartier ne rôdent pas près de la porte, etc.). Cet exemple n’est donc pas fondamentalement différent de celui de la cacahuète sous la coquille, ou de celui du voltmètre, sauf pour le fait qu’il ne fait qu implicitement référence à un récepteur en quelque sorte « désigné », à savoir nous-mêmes. Mais aucune de ces situations ne nous oblige à renoncer à l’idée que la relation d’indication repose sur une relation de dépendance nomique. Car si ce n’est pas une loi qu’il y a quelqu’un à la porte si la sonnerie retentit, c’en est vraisemblablement une qu’il y a quelqu’un à la porte si la sonnerie retentit, et qu’il n’y a pas de court-circuit, qu’il n’y a pas d’écureuil à la porte, etc. ; autrement dit, relativement à l’information préalable dont nous disposons, il est nomiquement nécessaire qu’il y ait quelqu’un à la porte si la sonnerie retentit. Il suffit ainsi d’admettre que la relation de dépendance nomique en question est relative, ou que les lois pertinentes peuvent être des lois ceteris paribus.

23Il apparaît donc que la notion d’indication peut maintenant être caractérisée en disant que

(6) le fait que r soit G indique (véhicule l’information) que s est F relativement à la condition K si et seulement si il est nomiquement nécessaire que s soit F si (r est G et K) et il n’est pas nomiquement nécessaire que s soit F si K,

24ce qui entraîne évidemment que

(7) le fait que r soit G indique absolument que s est F si et seulement si il l’indique relativement à la condition tautologique T.

  • 5 Cela élimine, du même coup, une difficulté au moins apparente de la précédente définition de la no (...)

25La « nouvelle » position de Dretske consiste donc, à toutes fins pratiques, à identifier le « canal de communication » à l’ensemble des conditions dont dépend le signal et à propos desquelles il ne nous communique pas d’information nouvelle. Mais ce faisant, il fait disparaître le caractère inductif de la notion d’indication relative, puisque le definiens de (6) ne fait plus du tout usage ni de la notion d’indication, ni de la notion d’information préalable (en d’autres termes, l’information relative n’est plus, explicitement du moins, relative à une forme d’information)5.

26Imaginons deux résidences identiques sauf pour le fait que l’une d’elles (la résidence B) est située dans un quartier où il arrive que des écureuils déclenchent la sonnerie de la porte d’entrée. Le fait que la sonnerie de la résidence A retentisse indique la présence d’une personne à la porte d’entrée, tandis que le fait que la sonnerie de la résidence B retentisse indique la présence d’une personne ou d’un écureuil. Dans les deux cas, il y a une possibilité physique qu’il y ait un écureuil à la porte (en ce sens que ce n’est incompatible avec aucune loi physique), mais, selon les termes de Dretske lui-même, cette possibilité n’est « authentique » ou « pertinente » que dans le deuxième cas (ce qui revient simplement à dire qu’elle n’est alors pas exclue par l’information préalable dont nous sommes censés disposer). Dans le premier cas, la sonnerie indique la présence d’une personne, bien qu’il ne soit pas strictement vrai que la sonnerie de la résidence A ne retentirait pas s’il n’y avait personne à la porte. Le mieux qu’on puisse dire c’est que dans l’état actuel des choses, étant donné certaines conditions d’arrière-fond (par exemple, le fait qu’il n’y ait pas d’écureuils dans le quartier, ou que les écureuils ne rôdent pas près de cette maison, etc.), la sonnerie ne se ferait pas entendre s’il n’y avait personne à la porte. Cela ne fait que confirmer qu’un seul et même type de signal (en l’occurrence, le type « sonnerie entendue dans la résidence A ou dans la résidence B ») peut indiquer, relativement à certaines conditions d’arrière-fond, quelque chose qu’il n’indique pas relativement à d’autres conditions d’arrière-fond.

27Dans le même ordre d’idées, la sonnerie de la porte d’entrée de la résidence A indique (en tant que type) la présence d’une personne seulement aussi longtemps que les conditions d’arrière-fond ne changent pas, c’est-à-dire, aussi longtemps que les écureuils n’ont pas pris l’habitude d’appuyer sur le bouton de la sonnette. Après qu’ils aient appris à le faire, la sonnerie indique la présence d’une personne ou d’un écureuil, mais non celle d’une personne. Mais dire que les conditions d’arrière-fond changent peut être vu comme une manière de dire qu’on n’a plus affaire au même type de signal. Plutôt que de dire que le type « sonnerie entendue dans la résidence A » indique la présence d’une personne lorsqu’il est réalisé avant le temps t (c’est-à-dire, relativement aux conditions qui sont réalisées avant le temps t), et n’indique pas la présence d’une personne lorsqu’il est réalisé après le temps t, on peut aussi bien dire que le type « sonnerie entendue dans la résidence A avant le temps t » indique (absolument) la présence d’une personne et pas celle d’un écureuil, et que le type « sonnerie entendue dans la résidence A après le temps t », de même que le type « sonnerie entendue dans la résidence A », indiquent (absolument) la présence d’une personne ou d’un écureuil, mais ni celle d’une personne, ni celle d’un écureuil. De manière générale, dire que le type X indique que p relativement à la condition K est ainsi équivalent à dire que le type X-dans-la-condition K indique absolument que p.

28L’avantage de cette manière de parler est qu’elle fait apparaître qu’il est théoriquement superflu de relativiser ce qu’un type de signal indique aux conditions d’arrière-fond ou à l’information préalable dont nous disposons, puisqu’on obtient le même effet en incluant cette information dans la caractérisation du type en question. Mais si c’est le cas, alors il est facile de voir que si la notion d’indication relative n’est ni vide ni triviale, alors la notion d’indication absolue ne l’est pas non plus, et que l’objection sceptique évoquée plus haut n’est pas fondée. En d’autres termes, si l’état de choses X véhicule une information substantielle relativement à la condition K, alors il y a au moins un type d’état de choses, à savoir le type X-dans-la-condition-K, qui véhicule la même information substantielle de manière absolue.

  • 6 Cela n’empêche pas qu’en pratique, on ne peut dire qu’un token indique telle ou telle chose (autre (...)

29On peut prendre pour acquis que pour chaque type de signal, il y a un ensemble stable de conditions d’arrière-fond, qui est défini par l’ensemble des conditions qui sont réalisées toutes les fois qu’un token de ce type est réalisé, et qu’un type de signal indique que p, relativement à ces conditions, si et seulement si tous les tokens de ce type l’indiquent aussi6 (relativement aux mêmes conditions). Mais il n’est pas le cas que si un token indique que p, alors tous les types auxquels il appartient l’indiquent aussi (bien qu’on puisse sans doute maintenir que si un token indique que p, alors il appartient à au moins un type qui indique que p), ni que si un token d’un certain type indique que p (relativement à telle ou telle condition), alors tous les tokens de ce type indiquent que p (relativement à la même condition).

30Il pourrait être utile d’illustrer davantage les remarques qui précèdent. Supposons que la sonnerie qui se fait entendre dans la résidence A le 4 janvier 1994 soit causée par un écureuil. Puisqu’il n’y avait personne dans les environs le 4 janvier, il est vrai que s’il n’y avait pas eu d’écureuil, la sonnerie ne se serait pas faite entendre. On doit donc en conclure qu’en tant que token du type « sonnerie entendue le 4 janvier 1994 dans la résidence A », elle indique la présence d’un écureuil. Mais puisque cette même sonnerie (token) appartient aussi à un type d’événement (à savoir le type « sonnerie entendue dans la résidence A en 1993-94 ») qui, sachant que c’est en 1993 que les écureuils ont pris l’habitude de déclencher la sonnerie, aurait pu être causé par une personne ou un écureuil, on doit aussi dire qu’en tant que token de ce type, elle indique la présence d’une personne ou d’un écureuil. En vertu de la transitivité de la relation d’indication, et du fait que la présence d’un écureuil implique logiquement (et donc indique) celle d’une personne ou d’un écureuil, on doit de toute manière conclure que si cette sonnerie indique la présence d’un écureuil alors elle indique celle d’une personne ou d’un écureuil. On ne peut cependant pas conclure, du fait que le type « sonnerie entendue dans la résidence A en 1993 - 94 » n’indique pas la présence d’un écureuil, que cette sonnerie, qui est pourtant de ce type, ne l’indique pas non plus. On peut dire tout au plus que si cette sonnerie indique la présence d’un écureuil, ce n’est pas en tant que sonnerie du type « sonnerie entendue dans la résidence A en 1993 - 94 », mais en tant que sonnerie du type « sonnerie entendue dans la résidence A le 4 janvier 1994 ».

  • 7 Sauf, évidemment, du fait qu’il ait été causé par un écureuil ; si nous sommes informés de toutes (...)
  • 8 Puisque la sonnerie du 4 janvier 1994 appartient à un type d’événement (à savoir, le type « sonner (...)

31Il est important de noter qu’il n’y a ici qu’un seul et même token, qui est réalisé dans un seul et même ensemble de circonstances bien déterminées. Si nous sommes informés de toutes ces circonstances7, il est facile de voir que cette sonnerie (token) n’aurait pas eu lieu s’il n’y avait pas eu d’écureuil, et qu’elle doit donc indiquer la présence d’un écureuil. Pour pouvoir dire qu’elle n’indique pas la présence d’un écureuil, mais seulement celle d’une personne ou d’un écureuil, il faudrait non seulement avoir l’information que les écureuils ont pris l’habitude de déclencher la sonnerie de la résidence A en 1993, mais aussi ne pas avoir l’information qu’en l’occurrence, il n’y avait personne à la porte le 4 janvier 1994. Comme on a cette information, on ne peut pas dire qu’une sonnerie entendue en 1993 - 94 n’indique pas la présence d’un écureuil, mais seulement qu’elle ne l’indique pas en tant que sonnerie de ce type. En disant qu’un type de signal indique telle ou telle chose, on affirme en fait que tous les tokens de ce type indiquent (au moins) cette chose, mais on n’affirme pas qu’ils indiquent seulement cette chose (ou que cette chose est la chose la plus spécifique qu’ils indiquent)8.

2. Qu’est-ce que le contenu ? Sélection et fonction d’indication

32Selon l’analyse de Dretske, un événement ou un état de choses (type) signifie ou représente que p si et seulement si il a pour fonction d’indiquer que p, de sorte que le contenu d’une représentation n’est rien d’autre que ce qu’elle a pour fonction d’indiquer. Curieusement, Dretske ne s’appuie, pour défendre cette conception, sur aucune analyse explicite de la notion de fonction, encore que ses illustrations dépendent assez clairement d’une notion étiologique de fonction, qui reste cependant à préciser. Dans sa réponse à Millikan (Dretske 1990c : 824), il reconnaît avoir soigneusement évité d’endosser une analyse théorique explicite de la notion de fonction, mais nie avoir besoin d’une telle analyse. Il lui importe seulement, écrit-il, de pouvoir montrer qu’un indicateur peut acquérir, par un processus naturel, la fonction d’indiquer quelque chose, en un sens du mot « fonction » qui permette de dire que si une chose a pour fonction de faire telle ou telle chose alors elle est supposée faire cette chose. Mais il est difficile de voir comment on peut espérer montrer cela sans s’appuyer, ne serait-ce que tacitement, sur une certaine compréhension du concept de fonction.

33On s’accorde généralement pour dire qu’une analyse adéquate de la notion de contenu doit (au moins) rendre compte de l’erreur et de l’intensionnalité, c’est-à-dire du fait qu’une représentation peut être fausse et du fait que deux représentations peuvent être nécessairement équivalentes sans pour autant avoir le même contenu. Si on n’utilise qu’une notion intuitive de fonction, il est assez facile de voir que la position de Dretske satisfait le second desideratum, car il est intuitivement clair qu’un état de choses peut avoir pour fonction d’indiquer que p sans avoir pour fonction d’indiquer que q, bien qu’il soit nécessaire que p si et seulement si q (et par conséquent impossible d’indiquer que p sans indiquer que q).

  • 9 Je reviendrai dans un moment sur le fait, que je note ici au passage, que cela n’est possible que (...)

34La notion intuitive de fonction se caractérise notamment par le fait qu’une chose peut, en principe, avoir une fonction sans la remplir, et même, sans être capable de la remplir. Appliqué au cas de la représentation, ce principe permet de conclure qu’une représentation peut avoir pour fonction d’indiquer que p sans pour autant indiquer que p, ou être capable d’indiquer que p. Mais cela ne suffit pas pour assurer qu’une représentation peut être fausse (et satisfaire ainsi le premier desideratum), c’est-à-dire, pour assurer qu’une représentation peut avoir pour fonction d’indiquer que p alors qu’il n’est pas le cas que p ; car du fait qu’un état de choses n’indique pas que p, on ne peut conclure qu’il n’est pas le cas que p. Supposons qu’un certain état interne E d’un organisme a pour fonction d’indiquer que p, que cet organisme est dans l’état E au temps t, et que ce token de E (appelons le Et) n’indique pas que p, bien qu’il soit le cas que p9. Comment faudrait-il décrire pareille situation ? Puisqu’il est le cas que p, et puisque l’organisme considéré a, par hypothèse, une représentation du fait que p (puisqu’il est dans un état qui a pour fonction d’indiquer que p), il ne semble pas y avoir d’autre choix que de dire que cette représentation est vraie. Ceci montre que le fait qu’une représentation ne remplisse pas sa fonction n’est (sous l’analyse de Dretske) qu’une condition nécessaire pour que cette représentation soit erronée ; ou en d’autres termes, qu’une représentation fausse est plus qu’une représentation qui ne remplit pas sa fonction (bien qu’elle soit au moins cela). Ces remarques suffisent à montrer que l’hypothèse selon laquelle un état de choses représente ce qu’il a pour fonction d’indiquer n’est pas a priori dépourvue de plausibilité et mérite d’être examinée en détail.

35Mais il y a apparemment une question préalable à élucider. La proposition de Dretske, je viens de le rappeler, est qu’une représentation est un état de choses qui a pour fonction d’indiquer quelque chose. Mais puisqu’un type d’état n’indique telle ou telle chose que relativement à une condition d’arrière-fond déterminée, de quelle manière faut-il comprendre l’idée qu’un état de choses aurait pour fonction d’indiquer tout court telle ou telle chose (car c’est bien de cette manière que Dretske s’exprime) ? Il faut avouer que Dretske ne donne guère d’éléments permettant de répondre à cette question.

36On peut toutefois noter que, s’il est vrai qu’un item qui a une fonction doit pouvoir ne pas la remplir, alors un signal (type) qui indique que p relativement à la condition K ne peut acquérir la fonction d’indiquer que p relativement à la même condition K, bien que Dretske dise régulièrement que ce sont des indicateurs qui acquièrent des fonctions d’indication, ce qui (d’une part, ne peut manquer d’être vrai, puisque tout état de choses est un indicateur, et d’autre part,) pourrait laisser croire qu’un tel signal devrait acquérir cette fonction. Cela découle immédiatement du fait qu’un type de signal indique que p relativement à une condition K si et seulement si tous les tokens de ce type (en tant que tokens de ce type) indiquent que p relativement à la condition K. Cela revient à dire qu’un signal (type) qui indique que p relativement à la condition K ne peut acquérir la fonction d’indiquer que p que relativement à une condition plus générale (incluant la condition K). De la même manière (et pour la même raison), un type de signal qui indique absolument que p ne peut acquérir ni la fonction d’indiquer absolument que p, ni celle d’indiquer que p relativement à quelque condition que ce soit. On ne passe ainsi de l’indication à une fonction d’indication qu’en vertu d’une sorte de généralisation inductive. Au moins à titre provisoire, on ne risque apparemment pas grand chose à supposer que dire qu’un état de choses a pour fonction d’indiquer que p revient à dire qu’il a pour fonction d’indiquer que p relativement à toute condition K* qui ne nécessite pas nomiquement que p.

37Comme le remarque Millikan (1990a : 128), en supposant qu’une chose peut avoir pour fonction d’indiquer quelque chose, Dretske s’éloigne de l’usage qui veut que la fonction d’une chose soit normalement de produire tels ou tels types d’effets, et non d’avoir telle ou telle propriété ou d’être dans tel ou tel état. Car avoir pour fonction d’indiquer que p c’est avoir pour fonction de (ou être supposé) nécessiter nomiquement le fait que p. Il n’est pas clair, à première vue, qu’il y ait beaucoup de sens à dire qu’une chose est supposée en nécessiter nomiquement une autre, sauf si le fait de nécessiter nomiquement cette chose peut être tenu pour responsable de la production de certains effets. Mais il semble possible d’interpréter les analyses de Dretske de manière à ce que cette condition soit satisfaite.

  • 10 Notamment, dans Dretske (1995).

38Dretske admet deux types de processus naturels capables de conférer la fonction d’indiquer quelque chose à un indicateur, c’est-à-dire de transformer un indicateur en une représentation (en quelque chose qui a un contenu, ou une signification). Il s’agit de la sélection naturelle et de l’apprentissage. L’approche est étiologique, ou historico-causale, dans les deux cas, bien qu’il y ait selon Dretske des différences significatives entre les représentations fondées sur la sélection naturelle (qu’il appelle maintenant10 des représentations phylogénétiques) et les représentations fondées sur l’apprentissage (ou représentations ontogénétiques). De plus, il est loin d’être clair que Dretske opère avec une notion univoque de fonction. Dans le cas des représentations ontogénétiques, l’idée de base est qu’un type d’état n’a la fonction d’indiquer telle ou telle chose que si le fait que les tokens de ce type ont indiqué cette chose explique causalement pourquoi ce type d’état a tels ou tels (ou certains) pouvoirs causaux. Mais la situation est plus trouble dans le cas des représentations phylogénétiques, en raison du fait que Dretske veut soutenir que ces représentations ne peuvent pas être de véritables croyances, parce qu’elles ne jouent pas de rôle dans l’explication des comportements.

39Il importe, pour apprécier correctement la situation, de résumer brièvement la problématique de Dretske (1988c), quitte à revenir plus loin sur certains points. Le principal objectif de Dretske, dans ce livre, est de montrer que les états intentionnels ont une efficacité causale, qu’ils l’ont en vertu de leur caractère intentionnel, et non pas simplement en vertu de propriétés qui ne sont pas intrinsèquement mentales, et que leur rôle explicatif se distingue donc de celui que jouent les états physiques dans l’explication causale des mouvements corporels.

40Il explique et défend dans les deux premiers chapitres une conception du comportement selon laquelle un comportement consiste dans le fait qu’un état ou événement interne d’un système cause un mouvement de ce système ou d’une de ses parties, ou quelque autre changement extérieur. Les comportements sont ainsi identifiés à des processus causaux dont le terme initial se situe à l’intérieur du système plutôt qu’à des événements, ce qui veut dire que le comportement se distingue à la fois de la cause interne du mouvement corporel et du mouvement corporel lui-même, qui en sont tous les deux des parties. Cette conception confère donc à la notion de comportement une extension extrêmement large, qui la rend applicable à la fois aux plantes, aux invertébrés, aux machines et aux humains. Une action proprement dite n’est en effet qu’un comportement d’une espèce particulière, un comportement où l’état interne qui cause le mouvement est un état intentionnel. La notion de comportement proposée par Dretske est à vrai dire tellement large qu’elle est menacée de vacuité, puisque comme il vient près de le concéder lui-même, la cause initiale ou principale du mouvement d’un système peut pratiquement toujours être située indifféremment à l’intérieur ou à l’extérieur du système, selon les intérêts de l’observateur. Cette stratégie permet cependant de mettre en évidence des analogies intéressantes entre l’explication des actions et l’explication d’autres types de comportements « plus primitifs ».

41Si le comportement est un processus, une explication causale d’un comportement devra identifier une cause de ce processus et non pas une cause de son résultat, c’est-à-dire (normalement) du mouvement corporel. C’est pour cette raison qu’identifier les causes internes (par exemple, neurophysiologiques) du mouvement corporel ne revient pas à donner une explication causale du comportement lui-même, mais seulement de son résultat. Une explication causale d’un processus consiste à en identifier soit une cause déclenchante, soit une cause structurante. Une cause déclenchante de la production du mouvement M par l’état interne C, c’est-à-dire du comportement consistant dans le fait que C cause M, n’est rien d’autre qu’une cause de C (et donc indirectement de M) qui est extérieure au système considéré. Par exemple, la chute de la température est une cause déclenchante du fait que le thermostat allume la fournaise, c’est-à-dire du fait qu’un certain état interne du thermostat cause l’allumage de la fournaise. Citer la chute de la température permet d’expliquer pourquoi le thermostat a allumé la fournaise à tel moment plutôt qu’à tel autre. Mais il arrive qu’on veuille savoir pourquoi tel état interne du thermostat a causé l’allumage de la fournaise plutôt que, par exemple, l’ouverture de la porte du garage. On cherche alors une cause structurante du comportement, une cause du fait que tel processus se produise plutôt que tel ou tel autre, c’est-à-dire, une cause du fait que C cause M.

  • 11 Il s’ensuit que l’analyse « componentielle » du comportement défendue par Dretske, et en vertu de (...)

42Dretske introduit (1988c : 39) la notion de cause structurante en faisant référence à la multiplicité des facteurs causaux, ou conditions d’arrière-fond, qui sont invariablement impliqués dans tout processus causal. Un état ou événement n’en cause un autre que lorsque certaines conditions sont réalisées ; par exemple, l’état C ne déclenche l’allumage de la fournaise que lorsqu’il est adéquatement relié à l’interrupteur de la fournaise et aux autres composantes du thermostat. Ces conditions d’arrière-fond, ou leurs causes, sont ce que Dretske appelle des causes (structurantes) de la production de M par C. Mais ces conditions peuvent aussi être (et sont couramment) décrites comme des causes partielles de M lui-même, et lorsqu’on ajoute le fait que l’opposition entre la cause principale et les facteurs causaux d’arrière-fond est d’ordre purement pragmatique, la distinction entre expliquer un processus et expliquer un événement et la distinction entre une cause déclenchante et une cause structurante paraissent bien minces. En d’autres termes, la cause structurante d’un processus peut aussi, comme Dretske (1991a : 197 ; 1993a : 124,126 note 7) le concédera plus tard, être décrite comme une cause (d’un certain type) du résultat de ce processus11. Mais Dretske préfère le plus souvent parler de la cause structurante comme de la cause d’un processus, et comme sa théorie du contenu est formulée dans ces termes, je m’en tiendrai à cette pratique.

  • 12 La question de savoir si, et en quoi, cette suggestion confère réellement une valeur explicative a (...)

43Le problème de l’efficacité causale des croyances devient ainsi (1988c : 84) celui de montrer que le fait qu’un état interne C ait pour fonction d’indiquer quelque chose peut être une cause structurante du fait que C cause le mouvement corporel M. Dretske suggère qu’une croyance est un type d’état (interne) qui acquiert la fonction d’indiquer quelque chose précisément lorsque le fait qu’il indique cette chose (ou plus exactement, le fait que les tokens passés de ce type ont indiqué cette chose) explique causalement le fait qu’il soit devenu une cause (partielle) de certains mouvements corporels12, pour soutenir ensuite que ce point de vue exclut les représentations dont la fonction d’indication est le fruit de la sélection naturelle, c’est-à-dire, les représentations phylogénétiques, de la catégorie des croyances. Selon lui, seules les représentations dont la fonction d’indication dérive d’un processus d’apprentissage individuel, c’est-à-dire, les représentations ontogénétiques, sont telles que le fait qu’elles indiquent quelque chose explique pourquoi elles causent certains mouvements corporels. Comme il admet explicitement que la sélection naturelle peut conférer des fonctions d’indication, il faut apparemment en conclure qu’il utilise alors le terme « fonction » d’une autre manière (et en particulier de telle manière qu’un type d’état interne puisse avoir une fonction d’indication sans pour autant contribuer à l’explication causale des mouvements corporels, ou sans que le fait qu’il ait cette fonction contribue à l’explication causale des mouvements corporels). Mais il est difficile de savoir de quelle manière il l’utilise exactement.

44Cette attitude revient à admettre qu’il y a deux types de contenus intentionnels : ceux qui ont une efficacité causale, et ceux qui n’en ont pas et sont par conséquent épiphénoménaux. Mais si les fonctions d’indication basées sur la sélection naturelle n’ont pas d’efficacité causale, pourquoi devrait-on en admettre l’existence ? Si Dretske tient tellement à montrer que les contenus de croyance ont une efficacité causale, c’est probablement en partie parce qu’il veut discréditer l’éliminationnisme des croyances ; mais il ne semble pas réaliser qu’une autre forme d’éliminationnisme pourrait s’appuyer sur le fait que les fonctions d’indication basées sur la sélection naturelle n’ont pas, selon lui, d’efficacité causale, pour en contester la réalité (ou du moins pour lui contester le droit d’en admettre la réalité).

45Voyons de plus près comment Dretske décrit les fonctions d’indication fondées sur la sélection naturelle. Le système auditif d’une certaine variété de papillon de nuit (noctuid moth), écrit Dretske, (1988c : 91-94) est « manifestement conçu » en fonction de son principal prédateur, la chauve-souris. Il y a un grand nombre de stimuli acoustiques normalement audibles aux autres organismes auxquels l’oreille de ce papillon ne réagit pas. Elle est cependant capable de détecter les « bouffées » d’ultrasons émises par les chauves-souris. Le comportement du papillon est alors commandé par les stimulations de son appareil auditif : il s’éloigne de la source des ultrasons lorsqu’ils sont de faible intensité, et se met à tournoyer sur lui-même lorsque celle-ci se rapproche (c’est-à-dire, lorsque l’intensité des ultrasons augmente). Le système nerveux du papillon est ainsi structuré de telle manière que les neurones moteurs qui contrôlent la direction du mouvement sont eux-mêmes contrôlés par des structures qui indiquent la localisation de la source sonore. En d’autres termes, il est structuré de telle manière qu’un certain type d’état (C) de l’appareil auditif qui indique la localisation d’une source d’ultrasons (F) cause un certain type de mouvement corporel (M). Les remarques de Dretske concernant ce type de cas ne vont pas toutes dans le même sens. Il écrit :

  • 13 « What the theory of evolution has to tell us about these cases [...] is that C’s production of M (...)

Ce que la théorie de l’évolution a à nous dire à propos de ces cas [...], c’est que la production de M par C est, au moins en partie, le résultat du fait qu’il indique F [c’est moi qui souligne]. M est produit par un indicateur de F parce qu’une telle organisation confère un avantage compétitif à celui qui la possède.13

46mais aussi :

  • 14 « In such cases an internal State, C, which means (indicates) that a hungry bat is approaching and (...)

Dans de tels cas, un état interne C, qui signifie (indique) qu’une chauve-souris affamée s’approche et qui (supposons) possède même la fonction d’indiquer cela (en vertu, disons, de son développement évolutionniste dans cette espèce de papillon de nuit), cause certainement une orientation et des mouvements d’ailes appropriés (à la fuite). Néanmoins, ce n’est pas le fait que C signifie ce qu’il signifie (c’est-à-dire, F) qui explique pourquoi il cause cela (A4).
Dans ce cas, l’état interne a bien un contenu sémantique [...] mais le fait qu’il indique cela, ou qu’il soit supposé indiquer cela, ne contribue en rien à faire comprendre pourquoi il fait ce qu’il fait.14

47En d’autres termes, le fait que C cause M devrait être le « résultat » du fait que C indique F, sans pour autant être expliqué par ce fait. À moins de sérieuse équivoque, l’une de ces affirmations est manifestement de trop, et il y a fort à parier, vu l’ensemble des commentaires de Dretske sur la question, que ce doit être la première. Mais cela soulève la question de savoir si une fonction d’indication peut résulter de la sélection naturelle sans qu’une affirmation de ce genre ne soit vraie.

48Selon l’analyse sélectionniste de Neander (1991a, 1991b), un type d’item X a pour fonction de produire Y si et seulement si le fait que des tokens du type X ont produit Y explique causalement pourquoi le type X a été sélectionné. Cela veut dire qu’un type d’état C a comme fonction d’indiquer que F si et seulement si le fait que des tokens de C ont indiqué F explique causalement pourquoi le type C a été sélectionné. Un item ne peut cependant être sélectionné pour indiquer quelque chose que si le fait d’indiquer cette chose procure un avantage adaptatif à ceux qui le possèdent, et le fait d’indiquer quelque chose ne peut conférer quelque avantage que ce soit que s’il produit des effets. Par conséquent, le fait que les tokens d’un certain type aient indiqué quelque chose ne peut expliquer pourquoi ce type a été sélectionné que s’il explique aussi pourquoi les tokens de ce type ont produit les effets qui les ont rendus avantageux (et pourquoi les effets qu’ils ont produits ont été avantageux). Il s’ensuit apparemment que si un type d’item a pour fonction d’indiquer quelque chose dans le sens sélectionniste de Neander, il doit aussi être le cas que le fait que les tokens de ce type ont indiqué cette chose a été causalement responsable du fait qu’ils produisent certains effets et du fait que ces effets ont été avantageux.

49Dans les termes de notre exemple, cela revient à dire que si l’état C doit avoir pour fonction d’indiquer F, il faut que le fait que des tokens passés du type C ont indiqué F ait conféré un avantage adaptatif aux papillons qui ont été dans cet état. Mais le fait d’indiquer F ne peut être avantageux que s’il a des effets, ce qui revient à dire, en l’occurrence, que l’état C ne peut être sélectionné pour indiquer F que s’il est aussi sélectionné pour produire M, si les tokens de C qui ont produit des tokens de M les ont produits parce qu’ils indiquaient F, et si la production de ces tokens de M a été avantageuse parce que ces tokens de C indiquaient F. Il s’ensuit que dans cette perspective, le type C ne peut avoir pour fonction d’indiquer F sans avoir aussi pour fonction de produire M, et que la sélection naturelle ne peut lui conférer cette double fonction s’il n’est pas déjà le cas, pendant la période de sélection, que les tokens de C qui causent des tokens de M le font (en partie) parce qu’ils indiquent F. Cela confirme apparemment que la sélection naturelle peut, en théorie du moins, conférer à C la fonction d’indiquer F. Mais peut-elle le faire sans qu’il soit le cas que le fait que C cause M « résulte » du fait que C indique F, comme le souhaiterait Dretske ?

50Notons d’abord que même si la réponse à cette question doit être négative, cela ne peut pas être en raison de la sélection naturelle ou de l’évolution que le fait que C cause M résulte du fait que C indique F. La sélection naturelle (ou la théorie de l’évolution) ne peut expliquer pourquoi les tokens de C qui causent des tokens de M le font parce qu’ils indiquent F, puisque c’est ce fait, au contraire, qui explique (en partie, et dans le meilleur des cas) pourquoi il y a sélection de C (pour indiquer F et causer M).

51On remarquera aussi que pour que le fait que C cause M résulte du fait que C indique F, il faut, à tout le moins, que C cause M et que C indique F. Or l’état C peut être ou avoir été sélectionné pour indiquer F et causer M, sans qu’il soit (ou ait été) le cas que C indique F ou que C cause M, c’est-à-dire, sans qu’il soit (ou ait été) le cas que tous les tokens du type C indiquent F ou causent des tokens du type M. La sélection naturelle « explique » au mieux pourquoi le type d’état C a actuellement pour fonction d’indiquer F et de causer un mouvement de type M (mais C peut, et doit pouvoir, avoir cette fonction sans indiquer F ou causer M). Il est donc possible que C ait pour fonction sélectionniste d’indiquer F sans qu’il soit le cas que le fait que C cause M résulte du fait que C indique F. Même en supposant qu’écrire « le fait que C cause M résulte du fait que C indique F » est pour Dretske une manière négligente d’écrire « le fait que C cause M résulte du fait que des tokens du type C ont indiqué F », la réponse reste la même, puisque C peut avoir pour fonction sélectionniste d’indiquer F sans que C cause M.

  • 15 Toute cette discussion n’a évidemment de sens que si on admet au point de départ qu’un type d’item (...)

52Ces remarques semblent donner raison à Dretske, mais ne tiennent pas compte du fait qu’en décrivant le système nerveux du papillon de nuit, celui-ci prend pour acquis que, dans l’état actuel des choses, un état de type C cause effectivement un mouvement de type M. Si on admet cela, et si on suppose que l’état C continue d’être sélectionné pour indiquer F (et causer M), alors il doit être le cas que les tokens de C qui causent des tokens de M le font parce qu’ils indiquent F. Comme par hypothèse tous les tokens de C causent des tokens de M, il s’ensuit 1) que les tokens de C causent des tokens de M parce qu’ils indiquent F (ce que je tiens pour équivalent, à toutes fins pratiques, à dire que le fait que C cause M résulte du fait que C indique F), cohtrairement à ce que prétend Dretske15, et 2) que tous les tokens de C indiquent F (car s’il y avait des tokens de C qui n’indiquent pas F, cela ne pourrait pas être parce qu’ils indiquent F qu’ils causent des tokens de M), ce qui est incompatible avec l’idée que C pourrait ne pas remplir sa fonction. Il faut en conclure que si l’analyse sélectionniste pertinente de la notion de fonction inclut la condition qu’un item ne peut avoir la fonction de produire Y au temps t que s’il est sélectionné, au temps t, pour produire Y, alors (dans la situation considérée) il n’est pas possible que C ait pour fonction d’indiquer F sans qu’il soit le cas que C indique F, et que C cause M parce que C indique F. Cette possibilité ne correspond donc certainement pas aux intentions de Dretske.

53Dans le cas où l’état C aurait cessé d’être sélectionné pour indiquer F et causer M, sans pour autant cesser de causer M, est-il légitime de dire que le fait que C cause (maintenant) M « résulte » du fait que des tokens de C ont indiqué F dans le passé ? Il semble bien que oui, puisque s’il est vrai maintenant que les tokens de C causent des tokens de M, c’est en partie parce que dans le passé, des tokens de C ont causé des tokens de M et que cela a procuré un avantage aux individus dans lesquels cela s’est produit. Mais par hypothèse, les tokens de C qui ont causé des tokens de M ne l’ont fait, et cela n’a été un avantage, que parce qu’ils ont indiqué F. Par transitivité, c’est en partie parce que des tokens de C ont indiqué F dans le passé que C cause maintenant M. Notons que cela reste vrai même dans le cas où tous les tokens de C n’indiquent pas F, c’est-à-dire, même s’il n’est pas le cas (maintenant) que C cause M parce que C indique F. Selon ce diagnostic, même une analyse sélectionniste entièrement orientée vers le passé, comme celle de Neander, ne pourrait faire en sorte que C ait pour fonction d’indiquer F sans que le fait que C cause M résulte (en partie) du fait que des tokens de C ont indiqué F.

  • 16 Nagel (1977), Cummins (1975) et Lewontin (1983) défendent une position semblable.

54Mais Dretske conteste précisément ce diagnostic, en invoquant la distinction de Sober16 (1984a : 147-155) entre une explication sélectionniste (ou « variationnelle ») et une explication développementale. Une explication sélectionniste se distingue d’une explication développementale par le fait qu’elle explique pourquoi une population donnée se compose d’individus ayant telle caractéristique, sans expliquer pourquoi chacun des individus qui compose cette population a cette caractéristique, c’est-à-dire, sans supposer que les membres individuels de cette population subissent des modifications significatives pendant leur existence. Il s’agit ni plus ni moins, selon la formule de Dretske (1988c : 93), de la différence entre expliquer pourquoi mes amis s’imbibent de martinis en donnant, pour chacun d’eux, les raisons pour lesquelles ils boivent des martinis (explication développementale), et l'expliquer en soulignant que je n’admets quelqu’un dans le cercle de mes amis que s’il boit des martinis (explication sélectionniste).

55Une explication développementale explique pourquoi tous les X ont le trait P en expliquant, pour chaque X individuellement, pourquoi il a (ou acquiert) le trait P ; elle prend pour acquis que l’ensemble des X se compose de certains individus déterminés, et que si les propriétés des membres de cet ensemble changent, ce doit être parce que les individus qui le composent se sont modifiés. Une explication sélectionniste, au contraire, suppose que la composition de l’ensemble des X se modifie avec le temps (en ce sens que cet ensemble se compose d’individus différents, à différents moments), mais n’exige pas que les individus qui lui appartiennent subissent des changements. Cela signifie que dans le cas, par exemple, du papillon de nuit, la sélection naturelle (par le biais du fait que des tokens de C ont indiqué F) explique pourquoi la population actuelle des papillons se compose d’individus dont le système nerveux est structuré de telle manière que C cause M, mais non pas pourquoi le système nerveux de tel ou tel papillon particulier est structuré de cette manière. Pour expliquer cela, il faut évoquer le génotype de ce papillon et les lois de l’hérédité et du développement embryologique : ce papillon est structuré de cette manière parce qu’il a hérité des instructions génétiques nécessaires.

56Sans mettre en question la validité de cette distinction entre explication sélectionniste et explication développementale, on peut toutefois se demander si elle justifie vraiment la conclusion que le fait que des tokens de C ont indiqué F n’explique pas causalement (même en partie) pourquoi C cause M. Il faut d’abord remarquer que Sober lui-même admet que la sélection naturelle peut réellement expliquer pourquoi tous les membres d’une certaine population ont un certain trait, et que rien ne permet de douter (comme Dretske (1988c : 93) semble le faire) qu’une telle explication soit une explication causale. Ce que Sober conteste, c’est qu’en expliquant cela, la sélection naturelle explique aussi pourquoi tel ou tel papillon est structuré de telle manière que C cause M. Ce faisant, il remet en question le principe, intuitivement plausible, selon lequel si une chose explique pourquoi tous les X ont le trait P, alors elle explique aussi pourquoi cet X a le trait P (qui en est une conséquence logique). Je n’ai toutefois pas l’intention d’attaquer Sober ou Dretske en me portant à la défense de ce principe général, bien qu’il me semble tout à fait correct. Il suffit de montrer qu’en l’occurrence, Sober et Dretske ont tort de prétendre que le fait que des tokens de C ont indiqué F ne joue aucun rôle dans l’explication du fait que ce papillon, appelons-le Clyde, soit structuré de telle manière que C cause M, c’est-à-dire, dans l’explication du fait que les tokens du type C-dans-Clyde causent des tokens du type M-dans-Clyde.

57En disant cela, je n’entends pas suggérer pour autant qu’ils auraient tort de soutenir qu’une explication génétique du fait que Clyde soit structuré de cette manière en soit une explication correcte. Le fait est qu’il peut y avoir plusieurs explications correctes, plus ou moins complètes, de la même chose. En particulier, il semble, comme le soutient Neander (1988), que le fait que C ait été sélectionné pour indiquer F et causer M soit en partie responsable du fait que Clyde a hérité des gènes correspondants. Clyde tient ces gènes de ses parents, qui les tiennent eux-mêmes de leurs parents, etc. Mais si ces gènes se sont transmis jusqu’à Clyde, c’est certainement en partie parce qu’ils ont conféré un avantage adaptatif à ceux qui les ont eus, c’est-à-dire, parce qu’ils ont été sélectionnés pour structurer les papillons de telle manière que C cause M. Puisque par hypothèse, ces gènes ont été sélectionnés, Clyde ne pouvait pas ne pas en hériter. Et s’ils n’avaient pas été sélectionnés, Clyde n’aurait pas pu en hériter (ce qui ne veut pas dire que Clyde n’aurait pas pu les avoir, par exemple à la suite d’une mutation ; dans ce cas la sélection naturelle n’aurait pas de rôle explicatif), ou aurait eu moins de chance d’en hériter. Il est donc possible de soutenir que la sélection naturelle contribue, dans certains cas, à expliquer causalement pourquoi les membres individuels d’une population ont telle ou telle caractéristique, et en particulier que le fait que des tokens de C ont indiqué F explique en partie non seulement pourquoi C cause M, mais aussi pourquoi C-dans-Clyde cause M-dans-Clyde.

58Dans le deuxième passage cité plus haut, Dretske semble contester que la sélection naturelle explique pourquoi C cause M, mais le fait qu’il invoque la distinction entre explication sélectionniste et explication développementale suggère qu’en réalité, il conteste seulement que la sélection naturelle explique pourquoi C-dans-Clyde cause M-dans-Clyde (c’est du moins tout ce que cette distinction lui permet de contester, comme je l’ai signalé plus haut). Cela veut dire que même si on lui concédait ce point, il devrait admettre que le fait que des tokens de C ont indiqué F explique en partie pourquoi C cause M, s’il est vrai que C cause M et que C a été sélectionné pour indiquer F et causer M, et par conséquent, que C ne peut pas avoir pour fonction sélectionniste d’indiquer F à moins que le fait que C cause M résulte en partie du fait que des tokens de C ont indiqué F. La question de savoir si la sélection naturelle explique pourquoi C cause M sans expliquer pourquoi C-dans-Clyde cause M-dans-Clyde n’est tout simplement pas pertinente de ce point de vue.

59Si une réponse positive à cette question permet de nier que le fait que des tokens de C ont indiqué F contribue à expliquer le comportement de Clyde, elle ne permet pas de nier que ce même fait contribue à expliquer le comportement du papillon de nuit. En d’autres termes, cela donnerait raison à Dretske de soutenir que la sélection naturelle n’explique pas le comportement individuel, mais non de soutenir qu’elle n’explique pas le comportement instinctif (c’est-à-dire, pourquoi les membres d’une certaine population ont un certain type de comportement).

60Dretske voudrait que la différence entre les fonctions d’indication qui sont fondées sur la sélection naturelle et celles qui sont fondées sur l’apprentissage tienne à ce que dans le deuxième cas, mais pas dans le premier, le fait qu’un état de type C cause un mouvement de type M (c’est-à-dire, un certain comportement) soit expliqué causalement (en partie) par le fait que des tokens du type C ont indiqué F. Mais il n’a pas besoin de nier que si C a pour fonction sélectionniste d’indiquer F, alors le fait que des tokens de C ont indiqué F explique pourquoi C cause M dans le papillon de nuit, ni même de nier que ce fait explique pourquoi C-dans-Clyde cause M-dans-Clyde, pour établir qu’il y a une différence significative entre les deux types de représentations qu’il veut distinguer. Ce qui importe en effet, c’est que si l’état C tient sa fonction d’indication de la sélection naturelle plutôt que de l’apprentissage individuel, alors le fait que C-dans-Clyde cause M-dans-Clyde n’est pas expliqué par le fait que des tokens de C-dans-Clyde ont indiqué F (car les tokens de C qui ont indiqué F et qui expliquent pourquoi C-dans-Clyde cause M-dans-Clyde doivent alors appartenir à des ancêtres de Clyde, non à Clyde lui-même). Il pourrait ainsi suggérer qu’un comportement d’un individu est proprement intentionnel lorsque sa cause structurante est elle-même à l’intérieur de l’individu. Il semble clair, en tout cas, que si les croyances ne peuvent pas (ou pas toutes) être des représentations phylogénétiques, cela n’est probablement pas parce que celles-ci ne peuvent pas contribuer à l’explication structurante des comportements.

  • 17 On notera que, dans toute cette discussion, je laisse entendre (comme Dretske d’ailleurs) que la s (...)

61Les principales conclusions qui se dégagent de cette discussion17 sont que :

(8) la sélection naturelle ne peut conférer à un type d’état C, la fonction d’indiquer F, sans lui conférer aussi la fonction de produire un certain effet M (à savoir l’effet que les tokens de C qui ont indiqué F ont produit dans le passé parce qu’ils indiquaient F, et en vertu duquel indiquer F a été avantageux),
(9) la sélection naturelle peut conférer à un type d’état C la fonction d’indiquer F (et de causer M) sans que le fait que C cause M résulte du fait que C indique F ou du fait que des tokens de C ont indiqué F (puisqu’elle peut le faire sans que C indique F ou que C cause M),
(10) mais si C cause effectivement M, et si C a pour fonction sélectionniste d’indiquer F (et de causer M), alors le fait que C cause M résulte en partie du fait que des tokens de C ont indiqué F.

62Il importe maintenant, à la lumière de ces résultats, d’examiner de quelle manière l’apprentissage est censé conférer des fonctions d’indication, selon Dretske.

3. Qu’est-ce que le contenu ? Apprentissage et fonction d’indication

63Dretske ne propose pas plus d’analyse explicite de la notion de fonction d’apprentissage que de celle de fonction sélectionniste, mais il semble prendre pour acquis qu’un état C-dans-X a pour fonction d’apprentissage d’indiquer F si et seulement si il y a un type de mouvement corporel M, tel que le fait que C-dans-X cause M-dans-X résulte en partie du fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F (ce qui implique une thèse analogue à la conclusion (10) ci-dessus). Cette position n’implique pas, mais n’exclut pas non plus, l’adoption d’un modèle « sélectionniste » de l’apprentissage qui ferait intervenir, sur le plan de l’histoire individuelle, un mécanisme comparable à celui de la sélection naturelle.

64Dans un modèle de ce type, l’état C-dans-X ne pourrait avoir la fonction d’apprentissage d’indiquer F, à moins que des tokens de C-dans-X n’aient indiqué F et que cela n’ait été « avantageux » (en un sens évidemment fort différent de celui utilisé dans le contexte de la théorie de l’évolution), ce qui ne peut être le cas que si ces tokens de C-dans-X ont eu des effets « avantageux » (par exemple, s’ils ont produit un certain type de mouvement corporel M), s’ils ont eu ces effets parce qu’ils indiquaient F, et si ces effets ont été « avantageux » parce qu’ils indiquaient F. L’état C-dans-X ne pourrait donc avoir pour fonction d’apprentissage d’indiquer F que s’il a aussi pour fonction de produire les effets en vertu desquels le fait d’avoir indiqué F a été « avantageux », et s’il a été le cas, pendant la période d’apprentissage/sélection, que les tokens de C-dans-X qui ont eu ces effets les ont eus en partie parce qu’ils indiquaient F et que ces effets ont été « avantageux » en partie parce que ces tokens de C-dans-X indiquaient F.

65Un tel modèle garantit que si C-dans-X a pour fonction d’indiquer F, alors il y a un type de mouvement corporel M tel que le fait que C-dans-X cause M-dans-X résulte en partie du fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F. Mais ce type de mouvement corporel doit aussi être tel que 1) des tokens de C-dans-X ont causé des mouvements de ce type, 2) ils les ont causés parce qu’ils indiquaient F, et 3) ces mouvements ont été « avantageux » parce qu’ils indiquaient F. Or, s’il est possible que le fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F explique pourquoi C-dans-X cause un certain type de mouvement M, sans que ces trois conditions ne soient satisfaites (ni par M, ni) par aucun type de mouvement, alors la position de Dretske est compatible avec la possibilité que C-dans-X ait pour fonction d’apprentissage d’indiquer F, sans avoir été sélectionné pour indiquer F. La notion de fonction d’apprentissage invoquée par Dretske serait alors plus large que celle qui découlerait d’une conception sélectionniste de l’apprentissage.

66Mais si les trois conditions mentionnées au paragraphe précédent, sans être satisfaites par M, devaient nécessairement être satisfaites par au moins un autre type de mouvement N, alors C-dans-X devrait avoir été sélectionné pour indiquer F et causer N, de sorte qu’il ne serait pas possible que le fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F explique pourquoi C-dans-X cause M-dans-X (c’est-à-dire, que C-dans-X ait pour fonction d’apprentissage d’indiquer F), à moins que C-dans-X n’ait été sélectionné pour indiquer F. Dretske pourrait alors, en principe, adopter une analyse sélectionniste des fonctions d’apprentissage, sans pour autant renoncer à dire qu’il est possible que C-dans-X ait pour fonction d’apprentissage d’indiquer F, et cause M-dans-X parce que des tokens de C-dans-X ont indiqué F, bien qu’aucun token de C-dans-X n’ait jamais causé de token de Mdans-X, et bien que C-dans-X n’ait pas pour fonction de causer M-dans-X. Or Dretske est (il est vrai, occasionnellement) assez explicite sur le fait que cela doit être une possibilité (il deviendra évident, plus loin, qu’il a besoin de cette possibilité pour défendre l’idée que les contenus intentionnels ont réellement une efficacité causale). En d’autres termes, les pouvoirs causaux que le fait d’avoir indiqué quelque chose est censé expliquer ne sont pas nécessairement, dans l’esprit de Dretske (1990c : 831 ; 1991a : 215 ; 1991b : 116117), ceux pour lesquels le type d’état concerné a été sélectionné (lorsqu’il y a sélection), ni même des pouvoirs causaux qui ont été exercés dans le passé. De plus, il ne s’agit pas nécessairement (1988c : 105 ; 1991a : 221, note 10) de pouvoirs causaux que le type d’état en question a pour fonction d’exercer.

67Les exemples discutés par Dretske suggèrent en fait que la forme d’apprentissage à laquelle il songe (à savoir l’apprentissage associatif par conditionnement opérant) retient certains éléments du modèle « sélectionniste » que je viens d’évoquer, et qu’il doit par conséquent souscrire à une thèse analogue à celle selon laquelle

(11) si le fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F explique en partie pourquoi C-dans-X cause M-dans-X, alors il y a un type de mouvement N (possiblement identique à M) tel que 1) des tokens de C-dans-X ont causé des tokens de N-dans-X, 2) ils les ont causés parce qu’ils indiquaient F, et 3) la production de ces tokens de N-dans-X a été « avantageuse » parce que les tokens de C-dans-X qui les ont causés indiquaient F.

68Cela ne peut évidemment être exactement cette thèse car il y a malgré tout une différence significative entre le mécanisme du conditionnement opérant et un mécanisme de sélection (du type « sélection naturelle »).

69Dretske (1988c : 96-101) présente le conditionnement opérant comme un mécanisme permettant de résoudre des « problèmes de conception » (design problems), c’est-à-dire, comme un mécanisme permettant de faire en sorte qu’un organisme individuel X produise un certain type de mouvement corporel M si et seulement si une certaine condition F est réalisée. Il faut naturellement pour obtenir ce résultat 1) que X soit gouverné par la loi de Thorndike, selon laquelle un renforcement positif augmente (et un renforcement négatif diminue) la probabilité que le comportement qui l’a produit se répète dans les mêmes circonstances, et 2) que des mouvements du type M-dans-X aient été positivement renforcés si et seulement si la condition F était réalisée, mais aussi 3) qu’au moins un des états dans lesquels X peut être, par exemple C, soit (pendant la période d’apprentissage) un indicateur de F (ou d’une condition G qui soit raisonnablement bien corrélée avec F, je reviendrai plus loin sur ce point). Si cette dernière condition n’était pas satisfaite, alors la production de M pourrait être renforcée si et seulement si F sans que cela ne modifie le comportement de X d’aucune manière.

70Dretske (1988c : 101) semble soutenir qu’il découle des faits mentionnés au paragraphe précédent, que si X a été conditionné pour produire M si et seulement si F, alors il y a un type d’état C de X qui a pour fonction d’indiquer F, c’est-à-dire, tel que C-dans-X cause M-dans-X en partie parce que des tokens de C-dans-X ont indiqué F :

  • 18 « when learning of this simple kind occurs, those results (bodily movements or the more remote eff (...)

lorsqu’un apprentissage élémentaire de ce genre a lieu, les résultats qui sont constitutifs du comportement renforcé (à savoir les mouvements corporels ou les effets plus lointains de ces mouvements corporels) sont progressivement mis sous le contrôle d’indicateurs internes (C) qui indiquent quand les conditions stimulatoires sont appropriées (F) pour la production de ces résultats. Faire en sorte que le renforcement de M dépende de la présence de F est une manière de résoudre le Problème de la Conception. Cela résout (pour les créatures capables de cette sorte d’apprentissage) le problème en faisant en sorte que C, un indicateur interne de F, devienne une cause de M. C est recruté comme cause de M à cause de ce qu’il indique concernant F, c’est-à-dire les conditions dont dépend le succès de M.18

71Mais quelques pages auparavant (1988c : 96), il se montre plus prudent, en affirmant simplement que :

  • 19 « Only (but as it turns out, not always) in this kind of learning do we find internal States assum (...)

C’est seulement lors de ce genre d’apprentissage qu’on trouve des états internes qui remplissent des fonctions de contrôle en raison de ce qu’ils indiquent concernant les conditions dans lesquelles le comportement se produit (mais il s’avère que ce n’est pas toujours le cas).19

72Il n’est heureusement pas nécessaire, me semble-t-il, de déterminer laquelle de ces affirmations est correcte ; car ce qui importe pour le point de vue de Dretske, c’est que l’apprentissage par conditionnement puisse, au moins dans certains cas, conférer des fonctions d’indication, c’est-à-dire faire en sorte que le fait que C-dans-X cause M-dans-X résulte en partie du fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F. Il suffit donc de décrire (au moins) une des manières dont cela peut se produire, ce qui n’est pas très difficile, mais néanmoins instructif.

73Supposons 1) que X est gouverné par la loi de Thorndike, 2) qu’au moins pendant une certaine période, la production (par X) d’un mouvement de type M a été positivement renforcée si et seulement si F, 3) que l’état interne C est, pendant cette période, le seul indicateur de F dont X dispose, et 4) que des tokens de M sont effectivement produits, pendant cette période, alors que C est réalisé. Puisque pendant cette période, C indique F et M est positivement renforcé chaque fois que F, il s’ensuit que M est positivement renforcé chaque fois que C est réalisé, et qu’il l’est en vertu du fait que C indique F. Or cela suffit apparemment pour faire en sorte qu’à la fin de cette période, C cause M et C cause M en partie parce que des tokens de C ont indiqué F (bien que cela ne suffise pas pour faire en sorte que X produise M si et seulement si F).

  • 20 En fait, la production de M dans ces conditions (lorsque C* est réalisé, mais qu’il n’est pas le c (...)
  • 21 Dretske dit aussi, à l’occasion, que C est alors « sélectionné » pour causer M, mais cette manière (...)

74En effet, chaque fois qu’un token de M est réalisé, ce token doit être causé par un état interne de X, sans quoi la production de M ne compterait pas (selon l’analyse de Dretske) pour un comportement de X, bien que différents tokens de M puissent être causés par différents types d’états internes de X. Or, ou bien (i) au moins certains des tokens de M qui (pendant la période considérée) ont été produits lorsque C était réalisé ont été causés par des tokens qui n’étaient pas du type C, ou bien (ii) tous ces tokens de M ont été causés par un token de C. Dans le premier cas, un token de M (produit lorsque C était réalisé, et pendant la période en question) qui n’a pas été causé par un token de C ne peut avoir été causé que par un token d’un état C* qui n’indique pas F. La production d’un tel token de M a forcément été renforcée, et avec elle le lien causal entre C* et M ; mais puisque C* n’indique pas F, il peut arriver que C* soit réalisé sans que F, que la production de M lorsque C* est réalisé ne soit pas positivement renforcée20 (et même qu’elle soit négativement renforcée), et par conséquent que le lien causal entre C* et M soit ainsi affaibli (éventuellement jusqu’à extinction). Si cela se produit suffisamment souvent pour tous les types d’états autres que C, dont des tokens causent (pendant la période considérée) des tokens de M lorsque C est réalisé, alors il y a des chances pour que C devienne une cause de M, et le demeure au moins aussi longtemps que la production de M lorsque F ne sera pas négativement renforcée. Il est donc plausible de dire qu’à la fin de cette période, l’état C a été « recruté »21 comme cause de M, et qu’il l’a été en partie parce que des tokens de C ont indiqué F (car s’ils n’avaient pas indiqué F, la production de M lorsque C n’aurait pas été renforcée) ; en d’autres termes, l’état C a acquis la fonction d’indiquer F. On se trouve alors dans une situation correspondant au deuxième cas distingué plus haut (à savoir le cas (ii), où tous les tokens de M sont causés par un token de C). Dans ce deuxième cas, l’état C est déjà une cause de M, mais le fait que la production d’un token de M soit positivement renforcée lorsque C est réalisé explique au moins pourquoi le lien causal entre C et M est maintenu. Or, par hypothèse, la production d’un token de M n’est renforcée lorsque C est réalisé qu’en raison du fait qu’elle est renforcée lorsque F, et que C indique F. Le fait que C indique F explique donc en partie pourquoi C cause M.

75Ceci semble confirmer que le conditionnement opérant peut, dans certaines circonstances, conférer à un état interne la fonction d’indiquer quelque chose et ainsi en faire une représentation ontogénétique. Il est important de noter que pour arriver à cette conclusion, il a suffi de s’appuyer sur l’hypothèse qu’un certain type de mouvement corporel a été positivement renforcé chaque fois qu’il s’est produit lorsqu’une certaine condition F était réalisé. En particulier, on n’a pas fait usage du fait que selon Dretske, le conditionnement opérant est un mécanisme qui fait en sorte qu’un individu produise un certain type de mouvement M si et seulement si une certaine condition F est réalisée, ce qui exige non seulement que la production de M soit renforcée si F, mais aussi qu’elle soit renforcée seulement si F. On n’a pas eu besoin de la supposition que la production de M est renforcée seulement si F, et même si on en avait fait usage, cela n’aurait pas nécessairement conduit au résultat que Xproduit M si et seulement si F. Car dire que la production de M est renforcée si et seulement si F revient simplement à dire que si un token de M est produit alors la pro duction de ce token est positivement renforcée si et seulement si F. Cela est parfaitement compatible avec la possibilité que la condition F soit satisfaite et qu’aucun token de M ne soit produit (ni par conséquent renforcé). Cette situation pourrait persister indéfiniment sans conduire à ce que M soit produit chaque fois que F. Elle ne pourrait conduire à ce résultat qu’à condition 1) que X soit dans un état interne qui indique F chaque fois que la condition F est satisfaite (ce qui n’est pas généralement le cas) et 2) que le fait de ne pas produire un token de M quand la condition F est satisfaite soit négativement renforcé. On ne peut que se réjouir de ce qu’il soit possible de montrer que le conditionnement opérant peut conférer des fonctions d’indication sans avoir à invoquer la conception particulièrement contraignante que Dretske semble en avoir.

76J’ai déjà brièvement noté qu’il n’est pas nécessaire, en fait, que X dispose d’un indicateur de F, pour qu’un de ses états internes acquière une fonction d’indication. Supposons que la production de M par X est positivement renforcée si et seulement si F, et que X ne dispose d’aucun indicateur de F. Dretske (1988c : 102-103) concède que dans ce cas, si un état C* de X indique (pendant la période d’apprentissage) une condition G qui est suffisamment bien corrélée avec F, alors C* sera éventuellement recruté comme cause de M, et acquerra ainsi la fonction d’indiquer G. En effet, si F est le cas presque toutes les fois que G est le cas, alors F est le cas presque toutes les fois que C* est réalisé, et la production de M lorsque C* sera donc presque toujours renforcée. Elle sera renforcée en partie parce que C* indique G et en partie parce que la condition F est satisfaite presque toutes les fois que G. L’état C* deviendra ainsi une cause de M en partie en vertu du fait que des tokens de C* ont indiqué G, c’est-à-dire qu’il deviendra une représentation du fait que G.

77L’ennui avec ce raisonnement, c’est qu’il risque de compromettre l’idée que la relation d’indication joue un rôle causal/explicatif dans la solution d’un « problème de conception » ou dans le processus de conditionnement. En effet, si la situation évoquée au paragraphe précédent est possible, alors la situation suivante doit l’être aussi. La production de M par X est renforcée si et seulement si F. Aucun état de X n’indique F, mais un état C** de X est tel que presque chaque fois qu’il est réalisé, la condition F est satisfaite. Il s’ensuit que la production de M sera positivement renforcée presque chaque fois que C** est réalisé, et que C** deviendra éventuellement une cause de M. Il deviendra une cause de M parce qu’il est suffisamment bien corrélé avec F, et non pas parce qu’il indique un état de choses qui est suffisamment bien corrélé avec F. Pourtant, C** indique bien un état de choses qui est suffisamment bien corrélé avec F, à savoir lui-même ; mais ce fait n’est apparemment pas causalement responsable du fait que C** soit recruté comme cause de M.

78Il y a donc trois types de cas où la production de M par X est renforcée chaque fois que F, et où un état interne de X est recruté comme cause de M. Dans le premier cas, un état de X devient une cause de M parce que (i) des tokens de cet état ont indiqué F, dans le deuxième cas, un état de X devient une cause de M parce que (ii) des tokens de cet état ont indiqué un état de choses qui était suffisamment bien corrélé avec F, et dans le troisième cas, un état de X devient une cause de M parce que (iii) cet état a été suffisamment bien corrélé avec F. On notera que (i) nécessite (ii), qui nécessite (iii), et que toutes choses égales, il est donc apparemment suffisant que (iii), pour qu’un état C soit recruté comme cause de M. Mais si c’est le cas, et puisque (i) nécessite (ii), qui nécessite (iii), alors il semble que le fait que (i), ou que (ii), ne puisse être responsable du fait que C devienne une cause de M qu’en vertu du fait qu’il nécessite (iii). En d’autres termes, il semble que la partie du contenu de (i) ou de (ii) qui excède celui de (iii) ne joue aucun rôle dans l’explication du fait que C soit recruté comme cause de M. Si c’est le cas, il est abusif de dire que la production de M lorsque C est renforcée parce que C indique F (ou un état de choses qui est corrélé avec F), puisqu’il suffit de dire qu’elle est renforcée parce que C est corrélé avec F (ce qui est le cas chaque fois que C indique F ou un état de choses qui est corrélé avec F). Et par conséquent, il est abusif de dire que le processus de conditionnement par lequel C est recruté comme cause de M lui confère la fonction d’indiquer quoi que ce soit.

79C’est abusif, à moins de soutenir que

(12) si P parce que T, et R nécessite T, alors (si R, alors) P parce que R

80ou que

(13) si le fait que T cause le fait que P, et si R nécessite T, alors le fait que R cause le fait que P.

81Dans la première hypothèse, il deviendrait alors possible de dire que si C est recruté comme cause de M parce que C a été corrélé avec F, alors, (si C indique F, alors) C est recruté comme cause de M parce que C a indiqué F (en d’autres termes, il devient possible de dire que le fait que C ait indiqué F contribue à expliquer, mais pas nécessairement causalement, le fait que C soit devenu une cause de M). La deuxième hypothèse, quant à elle, permettrait de dire que si le fait que C a été corrélé avec F a causé le fait que C soit recruté comme cause de M, alors le fait que C a indiqué F a causé le fait que C soit recruté comme cause de M. Il est difficile de dire si Dretske accepte ces hypothèses, mais il semble bien que le conditionnement opérant ne puisse conférer de fonction d’indication qu’à condition qu’au moins l’une d’elles soit vraie.

82Tout porte à croire que le mécanisme du conditionnement opérant est, selon Dretske, le seul type d’apprentissage capable de conférer des fonctions d’indication. Si c’est le cas, alors Dretske est aussi engagé à la thèse selon laquelle

(14) si le fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F explique en partie pourquoi C-dans-X cause M-dans-X (c’est-à-dire, si C-dans-X a pour fonction d’indiquer F), alors il y a un type de mouvement N (possiblement identique à M) tel que 1) des tokens de N-dans-X ont été produits lorsque C-dans-X était réalisé et 2) la production de ces tokens de Ndans-X a été positivement renforcée parce que les tokens de C-dans-X qui étaient réalisés indiquaient F.

83Si on admet que « être positivement renforcé » est analogue à « être avantageux », on voit que la thèse (14) est analogue à la thèse (11), au moins en ceci qu’elles nécessitent toutes les deux que

(15) si C-dans-X a pour fonction d’indiquer F, alors il y a un type de mouvement corporel N-dans-X qui a déjà été produit dans le passé, et dont la production a été « avantageuse » parce que des tokens de C-dansX ont indiqué F.

84Il apparaîtra dans la section suivante que cette thèse, de même que les principes (12) ou (13), contribuent à discréditer la prétention de Dretske selon laquelle son analyse confère une efficacité causale aux contenus intentionnels.

4. Que fait le contenu ?

85Je soutiendrai, dans cette section, que l’analyse de la notion de contenu intentionnel proposée par Dretske ne permet pas de résoudre le problème de l’efficacité causale/explicative du contenu. Je reviendrai ensuite, dans les sections suivantes, sur la question de savoir si elle permet tout au moins de traiter correctement le problème des représentations erronées et de l’individuation du contenu, c’est-à-dire, s’il est plausible d’identifier, comme le propose Dretske, le contenu intentionnel d’un état interne à ce que cet état a pour fonction (d’apprentissage) d’indiquer.

86La question de l’efficacité du contenu se présente principalement, chez Dretske, sous la forme de ce que Kim (1991 : 55) appelle le problème du « syntaxicalisme » et Horgan (1991 : 73 - 75), le problème du soprano. Il est clair que le fait que les sons émis par un soprano aient une signification ne contribue d’aucune manière à expliquer pourquoi ces sons ont fait éclater la coupe de cristal de la comtesse. Seules les propriétés physiques de ces sons sont pertinentes. Or on pourrait être amené à soutenir que c’est là une situation générale, et que le fait qu’une chose ait un contenu (ou le fait qu’elle ait tel ou tel contenu) ne peut tout simplement jamais contribuer à expliquer ou à causer quoi que ce soit, ce qui entre évidemment en conflit avec la conviction du sens commun selon laquelle le fait que nos états intentionnels aient un contenu (et le fait qu’ils aient tel ou tel contenu) joue un rôle essentiel dans l’explication de nos comportements. Quand je dis que Pierre a plongé dans la piscine parce qu’il croyait qu’elle était pleine, je n’entends pas dire simplement qu’il était dans un état interne ayant comme contenu que la piscine est pleine, et que cet état a causé (en partie) son plongeon ; je veux aussi dire que cet état a causé son plongeon parce qu’il avait comme contenu que la piscine était pleine. Il serait manifestement difficile de renoncer à cette conviction sans apporter de l’eau au moulin de l’éliminationnisme.

87Une théorie satisfaisante du contenu doit donc faire en sorte que le contenu qu’elle assigne aux états intentionnels puisse jouer un rôle causal/explicatif dans la production des comportements. Or il n’est pas clair qu’une théorie externaliste du contenu, comme celle de Dretske, puisse satisfaire cette contrainte. Une théorie externaliste du contenu implique en effet que le contenu d’un état intentionnel n’est pas déterminé par ses propriétés intrinsèques (non relationnelles), mais dépend au contraire (en partie) de ses relations avec l’environnement extérieur. Dans la perspective de Dretske, un type d’état a tel ou tel contenu (en partie) en raison du fait que dans le passé, des tokens de ce type ont indiqué tel ou tel état de choses (qui est généralement un état de choses extérieur). Il s’ensuit que deux individus qui auraient exactement les mêmes propriétés intrinsèques pourraient être dans des états qui n’ont pas le même contenu. Mais comme il est plausible de supposer que si deux individus ont les mêmes propriétés intrinsèques alors ils produisent les mêmes comportements, cela veut dire que le contenu de leurs états intentionnels ne peut jouer aucun rôle essentiel dans l’explication de leurs comportements. Selon Dretske, son analyse fournit une solution à ce problème, et permet justement de comprendre comment les propriétés sémantiques des états intentionnels contribuent à expliquer les comportements.

  • 22 Jacob (1993: 541), Baker (1991:108-109), Cummins (1991:106), Kim (1991: 62 - 63), Stampe (1990: 79 (...)

88Il est assez clair, à la lumière de la section précédente, qu’un état interne acquiert la fonction d’indiquer quelque chose, et devient ainsi une représentation, lorsque le fait qu’il ait indiqué cette chose contribue à expliquer pourquoi il joue un rôle causal dans la production des mouvements corporels. Mais comme l’ont souligné de nombreux critiques22, on voit mal en quoi cela suffit à conférer une efficacité causale/explicative au fait qu’un état représente quelque chose (ou au fait qu’il représente telle ou telle chose). Supposons en effet que l’individu X produit, au temps t, un mouvement corporel du type M, et que ce mouvement corporel est causé par un état interne de X du type C. Puisque Dretske identifie le comportement au fait qu’un état interne cause un mouvement corporel, et non au mouvement corporel lui-même, il faut, pour expliquer le comportement de X, expliquer pourquoi ce token de C cause ce token de M. Pour établir l’efficacité du contenu, il faut donc montrer que le fait que ce token de C ait pour fonction d’indiquer F (on supposera que c’est le cas) contribue à expliquer pourquoi il a causé ce token de M. Or selon l’analyse de Dretske, dire qu’un token de C a pour fonction d’indiquer F, c’est dire que le type C est devenu la cause d’un certain type de mouvement corporel (qui peut ou non être identique à M) et qu’il l’est devenu en partie parce que des tokens de C ont indiqué F. En d’autres termes le processus de conditionnement par lequel l’état C acquiert la fonction d’indiquer F en est un qui confère une certaine pertinence causale/explicative au fait que des tokens de C ont indiqué F, mais il reste encore à montrer qu’il confère aussi (pour ainsi dire, ipso facto) une pertinence causale/explicative au fait que C ait pour fonction d’indiquer quelque chose.

89Toujours en supposant que C a pour fonction d’indiquer F, au moment où un token de C produit un token de M, il y a deux cas à considérer : (i) celui où le fait que des tokens de C ont indiqué F explique pourquoi C cause M (c’est-à-dire, celui où C a été recruté comme cause de M), et (ii) celui où le fait que des tokens de C ont indiqué F explique pourquoi C cause un type de mouvement corporel N, distinct de M (c’est-à-dire, celui où C a été recruté comme cause de N).

90Examinons d’abord le cas (i). Prétendre que dans ce cas, le présent token de C cause le présent token de M parce que :

(16) C a pour fonction d’indiquer F

91revient tout simplement à prétendre que le présent token de C cause le présent token de M parce que

(17) le fait que C cause M (et donc le fait que ce token de C cause ce token de M) résulte en partie du fait que des tokens de C ont indiqué F.

92En d’autres termes, s’il faut en croire Dretske, une certaine proposition (à savoir (17)) disant que le fait que ce token de C cause ce token de M s’explique en partie par le fait que des tokens de C ont indiqué F, est censée expliquer, à son tour, pourquoi ce token de C cause ce token de M. Puisque (17) nécessite la proposition que

(18) des tokens de C ont indiqué F,

93il semble que Dretske doive ici encore invoquer l’un ou l’autre des principes (12) ou (13) de la section précédente. Le principe (12) permettrait en effet de tenir le raisonnement suivant :

(19) C cause M parce que (18),
(20) nécessairement, si (19) alors (18),

94donc, en vertu de (12),

(21) C cause M parce que (19),

95or, par hypothèse, (19) équivaut dans ce cas à

(16) C a pour fonction d’indiquer F,

96donc, par substitution,

(22) C cause M parce que (16).

97Comme ce token de C cause ce token de M parce que C cause M, il s’ensuit (par transitivité) que ce token de C cause ce token de M parce que C a pour fonction d’indiquer F, cqfd.

98Le principe (13), quant à lui, autoriserait le raisonnement analogue suivant :

(23) le fait que des tokens de C ont indiqué F a causé le fait que C cause M (24) nécessairement, si (23) alors des tokens de C ont indiqué F

99donc, en vertu de (13),

(25) le fait que (23) a causé le fait que C cause M.

100Or, par hypothèse, (23) équivaut dans ce cas à (16) ; donc, par substitution,

(26) le fait que (16) a causé le fait que C cause M.

101Certaines remarques de Dretske (1990c : 831) donnent à penser qu’il s’appuie implicitement sur un raisonnement de ce genre, et concèdent, à tout le moins, que l’efficacité causale/explicative que son analyse confère aux contenus intentionnels est au mieux redondante et indirecte :

  • 23 « Later tokens of C mean F if earlier tokens of C indicated F and, in virtue of this fact, structu (...)

Les tokens ultérieurs de C signifient F si les tokens antérieurs de C ont indiqué F et s’ils ont, en vertu de ce fait, structuré les relations causales des tokens ultérieurs (y compris ce token). Ainsi, si tout ce qui est expliqué par le fait que les tokens antérieurs ont indiqué F sera aussi expliqué (quoique de manière redondante et indirecte) [c’est moi qui souligne] par le fait que les tokens actuels signifient F. Expliquer le comportement par la signification actuelle consiste à expliquer quels faits indicationnels (concernant les tokens antérieurs) ont contribué à faire en sorte que la croyance actuelle (le token actuel de ce type) soit recruté pour ce genre d’office causal.23

102Même à supposer que ces raisonnements soient acceptables, il est donc loin d’aller de soi qu’une telle analyse puisse satisfaire ceux qui doutent de l’efficacité causale/explicative des contenus intentionnels, car on n’a certainement pas montré que le contenu intentionnel peut jouer un rôle essentiel dans l’explication du comportement. Mais il y a une difficulté plus sérieuse, que l’examen du cas (ii) permet de mettre en évidence.

103Il s’agit du cas où un token de C cause un token de M, bien que C n’ait pas été recruté comme cause de M, mais comme cause d’un autre type de mouvement corporel N. Dans ce cas, dire que le fait que C ait pour fonction d’indiquer F explique pourquoi ce token de C cause ce token de M revient à dire que le fait que C cause N parce que des tokens de C ont indiqué F explique pourquoi ce token de C cause (non pas un token de N, mais) ce token de M ! Mais il semble évident que le fait que C ait été recruté comme cause de N parce que des tokens de C ont indiqué F ne suffit généralement pas pour expliquer pourquoi un token de C cause un token d’un autre type de mouvement. Si c’était le cas, il faudrait apparemment en conclure que si C a la fonction d’indiquer F, alors chaque fois qu’un token de C cause un mouvement de quelque type que ce soit, cela s’explique (en partie) par le fait que C a la fonction d’indiquer F. Mais cela est inacceptable, en raison notamment de ce que les philosophes de l’action appellent le phénomène des chaînes causales déviantes. En d’autres termes, ce point de vue ne permettrait pas de distinguer entre les cas où le contenu d’une représentation a une efficacité causale/explicative et ceux où il n’en a pas ; or il est bien connu qu’une représentation peut causer un mouvement corporel sans le causer en vertu du fait qu’elle a un contenu (ou qu’elle a tel ou tel contenu). Il ne suffit pas qu’une représentation ait un contenu pour que ce contenu joue automatiquement un rôle dans la production des mouvements corporels. Cela suggère, incidemment, que ce qui fait qu’un état interne a un contenu ne peut pas être en même temps ce qui fait que ce contenu a une efficacité causale/explicative, et que la stratégie de Dretske est mal conçue.

104Il semble donc que, dans le meilleur des cas, l’analyse de Dretske ne confère une pertinence causale/explicative au contenu intentionnel que lorsqu’il s’agit d’expliquer pourquoi un token d’un état qui a été recruté comme cause d’un certain type de mouvement (et qui a été recruté parce que des tokens de ce type ont indiqué quelque chose) cause un mouvement de ce type. Et même dans ce cas, elle ne parvient pas à montrer que le contenu joue un rôle essentiel. Comme un type d’état ne peut avoir été recruté comme cause d’un certain type de mouvement que si ce type de mouvement a déjà été produit dans le passé, et comme il ne peut avoir été recruté parce que des tokens de ce type ont indiqué quelque chose que si la production de mouvements de ce type a été renforcée parce que ces tokens indiquaient cette chose, il s’ensuit que le point de vue de Dretske est incapable de conférer une pertinence au contenu intentionnel dans l’explication de comportements qui ne sont pas le résultat d’un conditionnement (ou qui n’ont jamais été produits auparavant).

105Dretske semble parfois (1990c : 831 ; 1991b : 115) se rendre compte de cette difficulté, et précise alors que ce qui confère à un état C la fonction d’indiquer F, ce n’est pas le fait qu’il ait été recruté comme cause d’un type de mouvement spécifique (en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F), mais simplement le fait qu’il ait été recruté comme cause du mouvement corporel en général, c’est-à-dire, le fait qu’il ait acquis un rôle causal/explicatif indéterminé, dans la production du comportement. Mais outre le fait que cette réponse semble relever de la pensée magique, et prête au conditionnement opérant des pouvoirs qu’il n’a certainement pas (puisque ce sont des mouvements corporels spécifiques qui sont renforcés, et non pas le « pouvoir » de causer des mouvements « en général »), elle nous renvoie, au mieux, au cas (i). Car elle consiste simplement à dire que le fait que C a indiqué F peut être causalement responsable du fait qu’un token de C cause un token d’un type de mouvement corporel qui n’a jamais été produit dans le passé. Peut-être cela suffit-il pour dire que C a alors la fonction d’indiquer F, mais cela ne suffit certainement pas pour montrer que le fait que C ait cette fonction contribue, de manière essentielle, à expliquer pourquoi ce token de C cause ce mouvement corporel (ou même un mouvement corporel). Il ne faut pas nécessairement en conclure que l’analyse de la notion de contenu défendue par Dretske est inadéquate, mais seulement que si elle est correcte, alors l’efficacité causale/explicative des contenus intentionnels est aussi mystérieuse que jamais.

106On dira que l’analyse de Dretske n’est tout de même pas sans mérite, puisqu’en montrant que le fait que des tokens d’un certain type d’état ont indiqué quelque chose peut expliquer pourquoi ce type d’état cause certains mouvements corporels, elle réussit au moins à montrer que des propriétés relationnelles (« extrinsèques ») d’un état interne peuvent avoir une efficacité causale/explicative, et ainsi que les préjugés internalistes ne sont pas fondés. C’est d’ailleurs la principale chose que Dretske (1989) revendique pour sa théorie. Mais la contribution de Dretske à ce chapitre doit être mise en perspective.

107En effet, les internalistes n’affirment pas nécessairement que les propriétés extrinsèques d’un état mental ne peuvent pas avoir d’efficacité causale/explicative du tout, mais seulement qu’elles ne peuvent avoir d’efficacité causale/explicative qu’en vertu des propriétés intrinsèques qu’elles déterminent, et qu’en ce sens, elles ne peuvent contribuer à expliquer quelque chose qui ne serait pas aussi expliqué par les propriétés intrinsèques quelles déterminent. Or l’analyse de Dretske s’accorde parfaitement avec cette position. Supposons en effet que l’état C cause le mouvement M, dans X, en partie en raison du fait (qui est un fait relationnel) que des tokens de C (dans X) ont indiqué F. Si X et Y ont les mêmes propriétés intrinsèques, alors l’état C cause aussi le mouvement M dans Y, de sorte que dans les deux cas, il est possible d’expliquer la production de M par le fait que C était réalisé. Cela est évidemment compatible avec le fait que dans Y, C ne cause pas M en vertu du fait que des tokens de C (dans Y) ont indiqué F, mais en vertu du fait que des tokens de C (dans Y) ont indiqué une autre condition G. Pour réfuter la thèse internaliste, il faudrait montrer que le fait que des tokens de C, dans X, ont indiqué F plutôt que G, crée une différence entre le comportement de X et celui de Y, en dépit du fait que X et Y ont les mêmes propriétés intrinsèques (c’est-à-dire, il faudrait montrer que le fait que des tokens de C, dans X, ont indiqué F, a des effets qui ne découlent pas des propriétés intrinsèques de X). Mais l’analyse de Dretske ne montre rien de tel. Elle ne montre pas, en d’autres termes, que les propriétés relationnelles permettent d’expliquer quelque chose de plus que les propriétés intrinsèques.

108En fait, si l’analyse de Dretske permet bien, apparemment, de maintenir que C-dans-X a pour fonction d’indiquer F et C-dans-Y pour fonction d’indiquer G, elle entraîne aussi que C (dans X et dans Y) doit avoir pour fonction d’indiquer F ou G. Pour montrer que si C-dans-X a pour fonction d’indiquer F, alors C-dans-X a pour fonction d’indiquer F ou G, il faut montrer que si C-dans-X a été recruté comme cause de M parce que des tokens de C-dans-X ont indiqué F, alors C-dans-X a été recruté comme cause de M parce que des tokens de C-dans-X ont indiqué F ou G.

109On doit d’abord noter qu’en vertu de la transitivité de la relation d’indication, et du fait que F indique (c’est-à-dire, nécessite nomiquement) F ou G, si des tokens de C-dans-X ont indiqué F, alors des tokens de C-dans-X ont indiqué F ou G. On a vu plus haut que si la production de M par X est renforcée chaque fois que F, alors la production de M lorsque C-dans-X sera aussi renforcée, si C-dans-X indique F, de sorte que C-dans-X sera recruté comme cause de M. Puisque F ou G n’implique pas nomiquement F, si la production de M est renforcée chaque fois que F, alors elle ne sera généralement pas renforcée chaque fois que F ou G (bien que C indique aussi F ou G). Mais dans le cas présent, nous avons fait l’hypothèse que, dans Y, C a été recruté comme cause de M parce que des tokens de C-dans-Y ont indiqué G. Chaque fois que la condition F ou G est réalisée sans que la condition F le soit, c’est que la condition G est réalisée. Puisque X et Y ont les mêmes propriétés intrinsèques, et puisque la production de M par Y est (par hypothèse) renforcée chaque fois que G, il s’ensuit que la production de M par X est aussi renforcée chaque fois que G. La production de M par X doit donc être renforcée chaque fois que F ou G, et par conséquent chaque fois que C. Il est difficile d’éviter la conclusion que C-dans-X acquiert alors la fonction d’indiquer F ou G (et par un raisonnement équivalent, que C-dans-Y acquiert celle d’indiquer F ou G). Il s’ensuit que si C-dans-X a pour fonction d’indiquer F, et C-dans-Y pour fonction d’indiquer G, et si X et Y diffèrent seulement par le fait que la condition F est satisfaite dans l’environnement de X si et seulement si la condition G est satisfaite dans l’environnement de Y, alors C-dans-X et C-dans-Y ont aussi pour fonction d’indiquer F ou G. L’intérêt de cette conclusion est que tout ce qui peut être expliqué par le fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F peut apparemment être expliqué par le fait que des tokens de C-dans-X ont indiqué F ou G. Les propriétés intrinsèques de X et de Y peuvent être imputées au même fait relationnel, à savoir, le fait que des tokens de C-dans-X-ou-Y ont indiqué F ou G. Dans ces conditions, le fait que des tokens de C-dans-X aient indiqué F, et non pas seulement F ou G, n’explique rien qui ne puisse être expliqué autrement (par une propriété relationnelle commune à X et Y).

5. Le problème de l’individuation du contenu

110J’ai montré dans la section précédente que l’analyse de Dretske ne confère aucune efficacité causale/explicative essentielle au contenu intentionnel. Si Dretske a raison de croire qu’une analyse de la notion de contenu ne peut être adéquate que si elle satisfait cette contrainte, alors cela montre que son analyse est défectueuse. Je préfère pour ma part laisser la porte ouverte à la possibilité qu’une analyse intuitivement adéquate de la notion de contenu ne lui confère pour autant aucune efficacité causale/explicative. Il reste donc à évaluer l’analyse de Dretske du point de vue de son adéquation intuitive, et en particulier à examiner comment elle rend compte du caractère intensionnel de la notion de contenu et du problème de l’erreur et de l’indétermination du contenu.

111Je voudrais d’abord faire une remarque d’ordre général concernant ce qu’on aurait appelé, il n’y a encore pas si longtemps, la « logique » des concepts de fonction et de signification, à savoir qu’une analyse adéquate de la notion de signification ou de contenu doit faire en sorte que les principes

(27) si un item signifie que A et signifie que B, alors il signifie que A et B,

112et

(28) si un item signifie que A et B, alors il signifie que A et il signifie que B

113ne soient pas valides. Or cela constitue à première vue un problème, dans la mesure où il semble intuitivement que

(29) si un item a pour fonction de faire A et pour fonction de faire B, alors il a pour fonction de faire A et B,

114et que

(30) si un item a pour fonction de faire A et B, alors il a pour fonction de faire A et pour fonction de faire B.

115Mais en réalité la validité de (29) et (30) dépend fortement de la manière dont la notion de fonction est elle-même analysée, et il faut donc se demander si l’analyse de Dretske valide les principes correspondants :

(31) si un item a pour fonction d’indiquer que A et pour fonction d’indiquer que B, alors il a pour fonction d’indiquer que A et B,

116et

(32) si un item a pour fonction d’indiquer que A et B, alors il a pour fonction d’indiquer que A et pour fonction d’indiquer que B.

117Il est assez clair que la réponse doit être négative dans le cas de (32). Supposons en effet que l’état C, dans X, a été recruté comme cause d’un mouvement M, en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué A et B. Cela signifie que la production de M a été renforcée chaque fois que A et B (et par conséquent chaque fois que C). Mais elle pourrait manifestement avoir été renforcée chaque fois que A et B sans avoir été renforcée chaque fois que A. Et dans ce cas, bien que les tokens de C qui ont indiqué A et B aient aussi indiqué A, cela ne peut pas être parce qu’ils ont indiqué A que C a été recruté comme cause de M. Il est donc tout à fait possible que le fait que des tokens de C aient indiqué A ne conduise pas au recrutement de C comme cause de quoi que ce soit, et que C n’ait par conséquent pas pour fonction d’indiquer A, tout en ayant pour fonction d’indiquer A et B.

  • 24 Je note cependant que le raisonnement qui invalide (28) fait aussi apparaître une difficulté, en m (...)

118Supposons maintenant que l’état C, dans X, a été recruté comme cause d’un mouvement corporel M, en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué A, et que le même état a aussi été recruté comme cause d’un mouvement corporel N, en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué B. Cela signifie que la production de M a été renforcée chaque fois que A, et la production de N, chaque fois que B, mais n’implique apparemment pas qu’il y ait un mouvement corporel donc la production a été renforcée chaque fois que A et B, ni par conséquent qu’il y ait un mouvement corporel donc la production a été renforcée lorsque C, parce que C indiquait A et B. On pourrait cependant faire valoir que si la production de M a été renforcée chaque fois que A, et la production de N chaque fois que B, alors la production combinée de M et N a été renforcée chaque fois que A et B (et par conséquent chaque fois que C, puisque si C indique A et C indique B alors C indique A et B). Mais même en admettant cela, il ne s’ensuit pas que C a été recruté comme cause de M et N, car il peut se faire que X ne puisse pas produire simultanément M et N, ou du moins qu’il n’ait jamais, en fait, produit simultanément M et N (ou produit M et N lorsque C). Dans ce cas, C n’aurait pas pour fonction d’indiquer A et B, bien qu’il ait pour fonction d’indiquer A et d’indiquer B ; ce qui invalide (31). Ces conclusions sont plutôt encourageantes24, mais il y a d’autres obstacles à surmonter.

119En apparence, l’intensionnalité de la notion d’indication garantit celle de la notion de fonction d’indication ; et il est en effet tout à fait juste qu’un état de choses peut avoir pour fonction d’indiquer que F sans avoir pour fonction d’indiquer que G, bien que F si et seulement si G. Cela découle en quelque sorte du fait qu’un état de choses peut indiquer que F sans indiquer que G, bien que F si et seulement si G. Mais, comme le remarquait déjà Dretske (1981 : 172-174) cela n’est pas suffisant pour garantir que la notion de fonction d’indication a le même degré d’intensionnalité que la notion de contenu ou de signification. En effet, aucun des deux principes suivants n’est intuitivement valide :

(33) si C signifie que F et il est nomiquement nécessaire que G, si F, alors C signifie que G,
(34) si C signifie que F et il est nomiquement nécessaire que F, si G, alors C signifie que G.

120Or il se pourrait que l’un ou l’autre des principes correspondants

(35) si C a pour fonction d’indiquer que F et il est nomiquement nécessaire que G, si F, alors C a pour fonction d’indiquer que G,

121et

(36) si C a pour fonction d’indiquer que F et il est nomiquement nécessaire que F, si G, alors C a pour fonction d’indiquer que G.

122soient valides, en vertu de l’analyse de Dretske. Et il suffit que l’un d’eux soit valide pour assurer que

(37) si C a pour fonction d’indiquer que F et il est nomiquement nécessaire que F si et seulement si G, alors C a pour fonction d’indiquer que G,

123et ainsi faire en sorte que si C signifie que F alors C signifie toutes les conditions nomiquement équivalentes à F.

124Supposons que C, dans X, a été recruté comme cause d’un mouvement corporel M en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F, et qu’il est nomiquement nécessaire que G, si F, c’est-à-dire, que F indique G. La production de M a été renforcée chaque fois que F, et donc chaque fois que C. Mais il ne s’ensuit pas qu’elle a été renforcée chaque fois que G, car bien que F (et donc C) indique G, il est possible que G soit réalisé sans que F ou C le soient. Mais si la production de M (ou de quelque autre mouvement) n’est pas renforcée chaque fois que G, alors ce ne sera pas parce que C indique G qu’il sera recruté comme cause de M, et C n’aura pas pour fonction d’indiquer G. Ceci montre que (35) n’est pas valide.

125Supposons maintenant que C, dans X, a été recruté comme cause d’un mouvement corporel M, en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F, et qu’il est nomiquement nécessaire que F, si G, c’est-à-dire, que G indique F. Par hypothèse, la production de M a été renforcée chaque fois que F, et par conséquent chaque fois que G. Mais il ne s’ensuit nullement que C aura pour fonction d’indiquer G, puisqu’il est possible que C indique F sans indiquer G, et par conséquent que les tokens de C qui ont indiqué F n’aient pas indiqué G. Ceci montre que (36) n’est pas valide.

126 So far, so good. Mais il reste la possibilité que (37) soit néanmoins valide. Supposons donc que C, dans X, a été recruté comme cause de M en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F, et qu’il est nomiquement nécessaire que F si et seulement si G, c’est-à-dire, que F et G s’indiquent mutuellement. Dans ce cas, la production de M a été renforcée chaque fois que F, et par conséquent chaque fois que G, et de plus, C indique G. Puisqu’il est nomiquement impossible que F sans G, ou G sans F, il semble que le fait que la production de M soit renforcée chaque fois que C puisse s’expliquer indifféremment par le fait que des tokens de C ont indiqué F ou par le fait que des tokens de C ont indiqué G, et que C aura donc pour fonction d’indiquer G. Il est intéressant de remarquer que même si on pourrait avoir envie de dire que la production de M est renforcée non seulement lorsque la condition F est réalisée, mais parce que la condition F est réalisée (et non parce que la condition G l’est), il resterait encore à trouver une manière d’interpréter ce « parce que ». Il est clair en tout cas, qu’on ne pourrait pas le traduire en termes de nécessité nomique, car s’il est nomiquement nécessaire que la production de M soit renforcée chaque fois que F, et si F est nomiquement équivalent à G, alors il est aussi nomiquement nécessaire que la production de M soit renforcée chaque fois que G. Il faut donc conclure que l’analyse de Dretske valide le principe (37), et qu’elle n’individue pas les contenus de manière aussi fine qu’il serait souhaitable.

127Il est en fait possible, sur la base de ce qui précède, d’établir quelque chose d’un peu plus fort, à savoir que

(38) si C a pour fonction d’indiquer que F, s’il est nomiquement nécessaire que F, si G, et si C indique G, alors C a pour fonction d’indiquer que G.

128Supposons en effet que C, dans X, a été recruté comme cause d’un mouvement corporel M, en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F, qu’il est nomiquement nécessaire que F, si G (c’est-à-dire, que G indique F), et que C indique G. Par hypothèse, la production de M a été renforcée chaque fois que F, et par conséquent chaque fois que G. Puisque C indique G, elle sera aussi renforcée chaque fois que C, de sorte que C serait recruté comme cause de M (en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué G), même si aucun token de C n’avait indiqué F.

  • 25 Dretske fait dépendre la conclusion que C a pour fonction d’indiquer G, et non pas d’indiquer F, d (...)

129Une objection soulevée par Stich (1990b : 805 - 806) s’appuie implicitement sur le fait que (38) est valide, et consiste à toutes fins pratiques à en décrire un exemple. Plus exactement, Stich décrit un cas où la production de M est renforcée chaque fois que F, G indique F, et C indique G (et donc F), et demande si dans ce cas, C acquiert la fonction d’indiquer F, celle d’indiquer G, ou les deux. Dretske (1990c : 825 - 826) a répondu qu’il fallait dire, dans ce cas (à supposer qu’aucun état de X n’indique F sans indiquer G), que C acquiert la fonction d’indiquer G et n’acquiert pas celle d’indiquer F25, tout en admettant que cette réponse ne découle pas des principes invoqués jusqu’ici pour expliquer la notion de contenu. Le problème, c’est qu’elle ne semble pas non plus être commandée par aucun autre principe, et qu’il n’est même pas évident qu’elle soit intuitivement correcte. Pourquoi, en effet, serait-il plus correct de dire que C a pour fonction d’indiquer G que de dire qu’il a pour fonction d’indiquer F, puisqu’après tout, la production de M est renforcée chaque fois que F ? Peut-être pourrait-on invoquer le fait que puisque C n’indique F qu’en vertu du fait qu’il indique G, il peut y avoir des cas où F est réalisé sans que G le soit. Bien que la production de M serait alors renforcée, le fait qu’elle soit renforcée ne pourrait cependant avoir aucun effet sur X, c’est-à-dire, ne pourrait pas contribuer au recrutement de C comme cause de M. Ainsi, le fait que C indique F ne permettrait d’expliquer rien de plus que le fait qu’il indique G. Ce raisonnement n’est peut-être pas sans mérite, mais il conduit apparemment tout droit à la conclusion qu’un état interne n’a pas d’autre fonction que celle de s’indiquer lui-même ! Supposons en effet qu’on accepte la suggestion de Dretske et qu’on dise que C acquiert la fonction d’indiquer G. De toute évidence, il y a au moins une autre condition qui indique G et que C indique (ou a indiqué), à savoir la condition C ellemême, de sorte qu’il faudrait conclure que C n’acquiert finalement que la fonction de s’indiquer elle-même. Non seulement cela contredit-il l’externalisme revendiqué par Dretske, mais de plus cela exclut qu’une représentation puisse ne pas remplir sa fonction d’indication. La réponse de Dretske est donc non seulement ad hoc, mais inadéquate.

130La conclusion s’impose apparemment, que l’analyse de Dretske est incapable d’individuer les contenus intentionnels de manière suffisamment fine pour rendre compte des intuitions communes concernant, par exemple, les contenus de croyance. Je suis toutefois enclin à minimiser l’importance de cette difficulté, dans la mesure où l’idée me paraît défendable, que tous les contenus intentionnels ne sont pas nécessairement individués de manière aussi fine. Dretske (1988c : 106-107) semble d’ailleurs disposé à admettre qu’il ne suffit peut-être pas qu’un état interne ait une fonction d’indication pour qu’il compte comme une croyance dans le sens plein du terme. Peut-être seuls les individus qui disposent d’un langage de communication (ou du moins, d’un véritable système de représentations) sont-ils capables d’avoir des croyances dans le sens plein du terme. Il m’apparaît en tout cas que la contribution de Dretske resterait significative si elle était au moins capable de rendre compte du problème de l’erreur. Mais c’est ce qui reste à vérifier.

6. Fonction, erreur et indétermination

  • 26 Voir par exemple Dennett (1987a) et Stalnaker (1984).

131Dans sa relativement brève discussion du problème de l’erreur, Dretske (1988c : 67 - 70) distingue trois manières dont une représentation « naturelle » peut ne pas remplir sa fonction d’indication. Il y a (1) le cas où un état C a la fonction d’indiquer F mais est incapable, et n’a jamais été capable, d’indiquer F, (2) le cas où C a déjà indiqué F, mais a cessé d’en être capable à cause d’une détérioration interne à l’organisme individuel dont il est un état, et enfin (3) le cas où les conditions environnementales se modifient de telle manière que C cesse d’indiquer F. Dretske ne distingue pas encore, dans ce contexte, entre les fonctions d’indication basées sur la sélection naturelle et celles qui résultent de l’apprentissage, de sorte qu’on pourrait croire que ces trois cas concernent indifféremment les deux types de représentations (phylogénétiques et ontogénétiques). Mais ce n’est pas le cas, car il est manifeste que le premier cas ne peut se présenter que pour les fonctions d’indication basées sur la sélection naturelle, et seulement dans le sens suivant. L’état C a été sélectionné pour indiquer F dans une certaine espèce animale, mais un membre de cette espèce, X, souffre d’une malformation telle que C-dans-X ne dépend pas nomiquement de F, bien qu’il évolue dans le même environnement que ses conspécifiques. Il faut cependant noter que dans ce cas, bien que C-dans-X n’ait jamais été capable d’indiquer F (comme le veut la remarque de Dretske), il reste que C-dans l’espèce-en-question ne peut avoir la fonction d’indiquer F que si des tokens de ce type ont déjà indiqué F (et ont donc déjà été capables de l’indiquer) ; or C-dans-X n’a la fonction d’indiquer F qu’en vertu du fait que X appartient à cette espèce et que ses tokens de C sont aussi des tokens de C-dans-cette-espèce. Mais il est faux de prétendre que le type C-dans-l’espèce-en-question peut avoir pour fonction sélectionniste d’indiquer F sans avoir jamais été capable d’indiquer F. Il faut donc exclure le cas (1). Les deux autres cas sont relativement bien répertoriés26 et correspondent à ce qu’il sera commode d’appeler, respectivement, des dysfonctionnenents « internes » (cas (2)), et des dysfonctionnements « externes » (cas (3)). De manière générale, un dysfonctionnement interne peut être imputé à une déficience, passagère ou non, de l’individu considéré, tandis qu’un dysfonctionnement externe est imputable à l’environnement. Par exemple, on a affaire à un dysfonctionnement interne lorsqu’une boussole n’indique pas le pôle nord magnétique parce que l’aiguille est détachée de son pivot, et à un dysfonctionnement externe lorsque cela est dû au fait qu’elle se trouve à proximité d’un aimant.

132Si on concède qu’une représentation est un état interne qui a pour fonction d’indiquer quelque chose, il s’ensuit immédiatement qu’il y a deux types de raisons pour lesquelles une représentation pourrait ne pas indiquer ce qu’elle est supposée indiquer. Mais comme je l’ai déjà souligné plus haut (section 2), toutes les représentations qui ne remplissent pas leur fonction d’indication ne sont pas pour autant fausses ou erronées ; ou en d’autres termes, tous les dysfonctionnements ne sont pas des erreurs, car une représentation vraie peut ne pas nécessiter nomiquement ce qu’elle est censée indiquer. Le dysfonctionnement n’est donc qu’une condition nécessaire pour qu’une représentation soit erronée. Cela veut dire que l’existence de représentations erronées ne découle pas simplement de celle de dysfonctionnements, et que pour montrer qu’un individu peut avoir des représentations fausses, il faut montrer spécifiquement qu’il peut être dans un état interne qui a pour fonction d’indiquer F alors qu’il n’est pas le cas que F. Mais cela ne semble pas soulever de difficulté particulière.

133La véritable difficulté soulevée par le problème de l’erreur vient plutôt du fait qu’une imputation de fausseté est manifestement relative à l’assignation d’une fonction d’indication, de sorte qu’un état interne ne peut avoir de valeur de vérité déterminée que s’il a une fonction d’indication déterminée. C’est d’ailleurs sur cette note que Dretske (1988c : 69-70) conclut sa discussion du problème, en promettant de montrer que son analyse permet d’assigner des fonctions d’indication déterminées ; une promesse qui n’est malheureusement pas tenue, puisqu’il ne fait plus allusion au problème par la suite.

  • 27 Cette remarque vise à souligner qu’il ne faudrait peut-être pas trop rapidement assimiler la quest (...)

134En d’autres termes, la difficulté n’est apparemment pas de montrer qu’une représentation peut être fausse, relativement à une assignation de fonction d’indication, mais de justifier une assignation de fonction unique de préférence à toutes les autres. La difficulté repose donc sur la présomption qu’une représentation ne peut pas ou ne doit pas être ambiguë. On dira que la possibilité qu’un état interne ait plusieurs fonctions d’indication ne devrait pas faire problème, puisqu’il n’est pas exceptionnel qu’un type d’item fonctionnel ait simultanément plusieurs fonctions. Lorsque cela se produit, toutes ces fonctions doivent toutefois être compatibles entre elles, et tous les tokens de ce type d’item ont simultanément les mêmes fonctions. Mais lorsqu’une représentation est ambiguë, ses différentes significations sont incompatibles entre elles, au moins en ce sens qu’un token donné de cette représentation ne doit normalement avoir qu’une signification. Si ce n’était pas le cas, il serait impossible, en principe (dans le contexte d’une théorie comme celle de Dretske), de connaître les raisons d’un agent (puisqu’il n’aurait pas de raisons déterminées d’agir). L’analyse de Dretske n’interdit pas, en principe, qu’un type d’état interne ait par exemple deux fonctions d’indication ; mais il faut alors que ce type puisse être subdivisé en sous-types non ambigus, et rien ne s’oppose à ce qu’on soutienne que ce sont ces sous-types qui tiennent réellement lieu de représentations. Il n’y a cependant aucune garantie que ces sous-types puissent être spécifiés sans faire référence à des propriétés relationnelles (extrinsèques) de l’individu considéré. En fait, Dretske ne dit à peu près rien de la manière dont les types d’états internes qui jouent le rôle de représentations sont censés être individués, mais il donne l’impression de croire qu’ils doivent être individués de manière intrinsèque. Si c’est le cas, alors il y a un risque que certaines représentations (tokens) soient irrémédiablement ambiguës. Cela signifie qu’elles n’auraient pas de fonction d’indication unique, mais peut-être pas qu’elles n’auraient pas de fonction d’indication déterminée27.

  • 28 Cela suggère, incidemment, que le problème de l’individuation du contenu n’est pas indépendant de (...)

135Quoi qu’il en soit, Dretske semble croire que son analyse permet, au moins dans le cas des fonctions d’indication basées sur l’apprentissage, d’assigner des fonctions d’indication uniques. J’ai déjà montré que ce n’était pas le cas en montrant, à la section précédente, qu’un état interne qui a pour fonction d’indiquer F doit aussi avoir pour fonction d’indiquer G, à condition seulement qu’il indique G et que G indique F (pendant la période d’apprentissage)28 ; mais je propose d’ignorer (provisoirement) cette objection pour rechercher d’autres sources d’indétermination.

  • 29 Il faut dire, à la décharge de Fodor, que le raisonnement que je lui prête ici n’est pas exactemen (...)

136Supposons que la production du mouvement M par l’individu X ait été renforcée si et seulement si F, pendant une période suffisante pour que l’état interne C devienne une cause de M en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F pendant cette période (c’est-à-dire, pour que C acquière la fonction d’indiquer F). Supposons maintenant qu’un token C1 de C soit causé par la condition G, alors que la condition F n’est pas satisfaite, de sorte que C1 indique G et n’indique pas F. Selon Fodor (1990a : 62), Dretske se trouve alors devant un dilemme. Car ou bien la situation G aurait pu causer un token de C si elle avait été réalisée pendant la période d’apprentissage, ou bien elle n’aurait pas pu. La première hypothèse est exclue parce qu’elle impliquerait que pendant la période d’apprentissage (et contrairement à ce qu’on a supposé plus haut), C n’indiquait pas F, mais seulement F ou G. L’état C n’aurait donc pas pu acquérir la fonction d’indiquer F. Fodor laisse entendre qu’il devrait alors avoir acquis celle d’indiquer F ou G, ce qui voudrait dire que C1 n’est pas erroné. Mais cela n’est pas plausible, parce que dans l’hypothèse où G aurait pu causer un token de C pendant la période d’apprentissage, C aurait certes indiqué F ou G (sans indiquer F), mais n’aurait pas pour autant été recruté comme cause de M (à moins de supposer de plus que la production de M aurait été renforcée si et seulement si F ou G). Étant donné que la production de M a été renforcée si et seulement si F, ce qui se serait produit, éventuellement, c’est qu’un autre type d’état aurait été recruté comme cause de M, parce que des tokens de ce type auraient indiqué F. Cette hypothèse est donc tout simplement incompatible avec la supposition que c’est bien l’état C qui a été recruté comme cause de M, en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F29. Il faut donc que la situation G ait été incapable de causer un token de C, pendant la période d’apprentissage. Mais dans ce cas, suggère Fodor, il n’y a aucune raison pour que G acquière le pouvoir de causer C après la période d’apprentissage, et par conséquent il n’y a aucune raison de croire ni que C puisse cesser d’indiquer ce qu’il indiquait pendant la période d’apprentissage, ni que C1 puisse avoir été causé par autre chose que F.

137Mais ce scepticisme n’est pas justifié. Entre la période d’apprentissage et le moment présent, les conditions d’arrière-fond relativement auxquelles C indiquait F peuvent changer de plusieurs manières, et de telle sorte que C cesse d’indiquer F. Selon que ces changements affectent les propriétés intrinsèques ou les propriétés relationnelles de l’individu concerné, ils pourront donner lieu à des erreurs internes ou à des erreurs externes. Rien n’interdit, en principe, que ces changements soient très ponctuels, de telle sorte que seulement quelques tokens de C n’indiquent pas F. Plus ces changements seront ponctuels, plus la dépendance nomique en vertu de laquelle C indiquait F apparaîtra cependant comme locale (c’est-à-dire, relative à des conditions d’arrière-fond très spécifiques).

138Le scepticisme de Fodor semblerait justifié, en un certain sens, si la dépendance nomique en vertu de laquelle les tokens passés de C ont indiqué F devait correspondre à ce que Davidson appellerait une « loi stricte », c’est-à-dire une loi absolument universelle, qui n’est limitée ni dans le temps ni dans l’espace, et qui ne souffre aucune exception. Il est clair en effet que si la relation d’indication entre C et F est absolue, et non relative (voir section 1), alors tous les tokens de C doivent, en tant que tokens de C, indiquer F. Mais c’est précisément pour cette raison qu’on ne pourrait pas dire, dans ce cas, que c’est le type C qui acquiert la fonction d’indiquer F ; il faudrait que ce soit un autre type C*, qui n’indique pas (absolument) que F, mais par exemple, que F ou G, mais dont les tokens ont indiqué F pendant la période d’apprentissage (c’est-à-dire, relativement aux conditions d’arrière-fond qui étaient réalisées pendant cette période). Certes, il y a en principe un nombre indéterminé de types qui satisfont cette condition, mais il s’agit alors, pour identifier le (ou les) type(s) pertinent(s), de déterminer lequel (ou lesquels) d’entre eux est recruté comme cause de M (et il doit y avoir une réponse déterminée à cette question, s’il est possible, en général, de déterminer la ou les causes internes d’un type de mouvement corporel, ce qui est évidemment une autre question).

139La fonction d’indication d’un type d’état dépend en partie de ce que ce type d’état a indiqué dans le passé, et ce qu’un type d’état indique à un moment donné dépend à son tour, en partie, de conditions d’arrière-fond qui ne peuvent généralement pas être spécifiées de manière explicite. Or si les remarques de Fodor ne permettent pas de conclure que l’analyse de Dretske est incapable de rendre compte de la possibilité de l’erreur, elles suggèrent quand même quelques questions embarrassantes concernant le principe de la distinction entre les conditions d’arrière-fond qui prévalent pendant la période d’apprentissage et celles qui prévalent après la période d’apprentissage. Il n’y a pas plus de distinction tranchée entre un avant et un après dans le cas de l’apprentissage, que dans le cas de la sélection naturelle, de sorte qu’on retrouve maintenant (sous une forme à peine différente) le problème du changement fonctionnel discuté au chapitre précédent.

  • 30 Il se pourrait, d’autre part, qu’il soit impossible d’indiquer simultanément F et F* ; et dans ce (...)

140Supposons que la production de M par X ait été renforcée si et seulement si F, pendant une période suffisante pour que C devienne une cause de M en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F pendant cette période (c’est-à-dire, pour que C acquière la fonction d’indiquer F). Il peut alors arriver (pace Fodor) que C cesse d’indiquer F sans pour autant cesser d’avoir pour fonction d’indiquer F. Mais pendant combien de temps C peut-il conserver sa fonction ? L’analyse de Dretske ne prévoit rien à ce sujet. Selon cette analyse, un état C a pour fonction d’indiquer F s’il y a un mouvement corporel comme cause duquel il a été recruté (en partie) en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F. Si on prend cela au pied de la lettre il faut conclure qu’un état interne qui a acquis la fonction d’indiquer F ne cesse jamais d’avoir cette fonction, ce qui est certainement inacceptable. Même en ajoutant la restriction que le recrutement de C comme cause de M doit avoir eu lieu dans le « passé récent », il resterait l’objection que C n’aura pas toujours une fonction unique. Supposons en effet qu’au moment où C cesse d’indiquer F, il commence à indiquer une condition F*, telle que la production de M* est renforcée si et seulement si F*, de sorte que C soit éventuellement recruté comme cause de M* en vertu du fait que des tokens de C auront indiqué F*. Rien n’empêche que le recrutement de C comme cause de M et le recrutement de C comme cause de M* aient eu lieu tous les deux dans le « passé récent », de sorte que C ait simultanément pour fonction d’indiquer F et d’indiquer F*30.

141On pourrait, en s’appuyant sur la discussion du chapitre précédent, suggérer que

(39) un état interne C, dans X, a pour fonction d’indiquer F si et seulement si il a récemment été recruté comme cause d’un mouvement corporel M en vertu du fait que des tokens de C ont indiqué F, et continue de l’être,

142ou que

(40) un état interne C, dans X, a pour fonction d’indiquer F si et seulement si il est « actuellement recruté » comme cause d’un mouvement corporel M en vertu du fait que des tokens de C indiquent F.

143Dire qu’un état interne est recruté comme cause de M en vertu du fait que des tokens de C indiquent F, revient tout simplement à dire, comme on l’a vu plus haut, que la production de M lorsque C’est réalisé est renforcée en partie parce que C indique F (c’est-à-dire, en partie parce que la production de M est renforcée si et seulement si F et que C indique F). Mais ces deux suggestions auraient des conséquences désastreuses (sans d’ailleurs être suffisantes pour garantir que C ait une fonction d’indication unique). Car alors, aussitôt que C cesse d’indiquer F, il cesse d’être recruté comme cause de quoi que ce soit en vertu du fait qu’il indique F. Même advenant que la production de M continue d’être renforcée chaque fois que C est réalisé, elle ne pourra pas l’être en vertu du fait que C indique F, mais en vertu du fait que C indique une autre condition F*, qu’il aura alors pour fonction d’indiquer (au lieu de F). L’état C ne pourrait donc avoir pour fonction d’indiquer F qu’aussi longtemps qu’il l’indique, et il n’y aurait aucune possibilité d’erreur.

144L’approche de Dretske débouche donc sur un cul-de-sac, si on continue de supposer que les tokens passés de l’état C qui ont indiqué F (et qui sont responsables du recrutement de C comme cause de M) doivent avoir indiqué F en tant que tokens du type C, c’est-à-dire, si on continue de supposer qu’il doit être le cas, pendant la période d’apprentissage, que le type C indique F. En abandonnant cette hypothèse, il devient apparemment possible qu’un type d’état C ait pour fonction d’indiquer F sans qu’il soit jamais le cas que C indique F. Supposons que la production de M par X soit renforcée si et seulement si F, et que pendant une certaine période, un certain nombre de tokens de C indiquent F (mais pas en tant que tokens de C). La production de M lorsqu’un token de C est réalisé sera alors positivement renforcée, si ce token de C indique F (ou si la condition F est satisfaite, bien que ce token de C ne l’indique pas) ; et elle sera négativement renforcée si la condition F n’est pas satisfaite. Rien n’interdit cependant que la somme des renforcements positifs excède celle des renforcements négatifs, de sorte que la production de M lorsque C est réalisé soit, globalement, positivement renforcée, et que le type C soit recruté comme cause de M. Si on admet cette possibilité, alors on peut accepter (39) ou (40) sans pour autant renoncer à rendre compte de la possibilité de l’erreur (et sans même avoir à accepter qu’une représentation n’est qu’exceptionnellement fausse, comme on l’a vu au chapitre précédent).

145Les remarques du paragraphe précédent suggèrent que les difficultés de Dretske pourraient être dues en partie à la manière dont il caractérise la notion fondamentale d’indication. L’approche de Dretske peut être vue comme une manière particulière de monnayer l’intuition selon laquelle un type d’état signifie quelque chose lorsqu’il a pour fonction d’être corrélé d’une certaine manière avec cette chose. Mais l’indication, ou la dépendance nomique, ne constitue pas la seule forme de corrélation possible. Dretske choisit de dire qu’un type d’état de choses véhicule l’information que p lorsqu’il est nomiquement nécessaire que la probabilité conditionnelle que p, étant donné cet état de choses, soit égale à 1. Il exige donc qu’un indicateur (type) soit parfaitement corrélé avec ce qu’il indique, ce qui est sans doute légitime dans le contexte d’une théorie fiabiliste de la connaissance du type de celle qu’il défend, mais semble plutôt faire obstacle à l’analyse téléologique de la notion de contenu intentionnel.

146On a déjà pu constater (section 3), d’autre part, qu’il suffit qu’un état interne soit raisonnablement bien corrélé avec une condition renforçante pour qu’il soit recruté comme cause d’un mouvement corporel, et que la relation d’indication ne joue dans ce processus aucun rôle essentiel. Il est tentant, dans ces conditions, d’affaiblir la notion d’indication de manière à ce qu’il soit suffisant, pour dire qu’un type de signal indique un état de choses (relativement à telle ou telle condition d’arrière-fond), que la probabilité conditionnelle de cet état de choses, étant donné un signal de ce type, dépasse un certain seuil. On n’aurait alors aucune peine à montrer qu’un état interne C peut être recruté comme cause d’un mouvement corporel M en vertu du fait qu’il indique ou a indiqué (dans ce nouveau sens) une certaine condition F. Mais il n’y aurait plus guère de sens à dire que C possède alors la fonction d’indiquer F, car cela voudrait tout simplement dire que C est supposé être suffisamment bien corrélé avec F. Or en cessant d’être suffisamment bien corrélé avec F, c’est-à-dire, en cessant de remplir sa fonction, il cesserait aussitôt d’être recruté comme cause de M (en vertu du fait qu’il est suffisamment bien corrélé avec F), et donc (sous les hypothèses (39) ou (40)) d’avoir pour fonction d’indiquer F. L’état C ne pourrait donc pas à la fois avoir pour fonction d’indiquer F et ne pas l’indiquer. D’autre part, il n’est pas clair qu’une telle analyse permette d’assigner une fonction aux tokens de C, car il n’est pas clair qu’il y ait un sens à dire qu’un token de C est supposé être « suffisamment bien corrélé » avec quoi que ce soit. Enfin, même si on parvenait à rendre intellibible une pareille attribution, on romprait apparemment le lien entre l’erreur et le dysfonctionnement, car manifestement C pourrait être réalisé alors que la condition F ne l’est pas, tout en étant suffisamment bien corrélé avec F, c’est-à-dire, tout en remplissant sa fonction d’indication. L’approche téléologique perdrait ainsi une grande part de son attrait.

7. De l’indication à la détection

  • 31 On trouvera une présentation de cette théorie dans Coombs, Dawes et Tversky (1970), chap. 6. On pe (...)

147J’introduis dans cette section une nouvelle forme de téléosémantique, inspirée de la théorie de la détection31 et proposée par Godfrey-Smith (1991a, 1991b) en remplacement de celle de Dretske. Cela se justifie par le fait que Godfrey-Smith s’inscrit explicitement dans la perspective ouverte par Dretske et admet avec lui qu’un état interne a le statut de représentation seulement s’il a été recruté comme cause du mouvement corporel à la suite d’un processus adaptatif de sélection ou d’apprentissage, tout en rejetant l’idée que le fait qu’un état interne indique ou ait indiqué quoi que ce soit joue un rôle privilégié dans ce processus, et que représenter quelque chose consiste à avoir pour fonction de l’indiquer.

148Sa critique consiste essentiellement à montrer qu’il y a des états internes qui sont recrutés comme causes du mouvement corporel, mais (i) qui ne sont pas recrutés parce qu’ils ont indiqué quoi que ce soit, et (ii) qui peuvent néanmoins être intuitivement assimilés à des représentations. Or il est bon de remarquer que Dretske n’a jamais soutenu que le fait qu’un état interne ait indiqué quelque chose devait nécessairement être un des facteurs responsables de son recrutement comme cause du mouvement corporel. Sa position n’exclut pas qu’un état interne soit recruté comme cause du mouvement sans être recruté parce qu’il a indiqué quoi que ce soit, elle exclut seulement que cet état ait alors un contenu sémantique. La pertinence des arguments avancés par Godffey-Smith, qui visent principalement à établir le point (i), repose donc presque exclusivement sur le point (ii), c’est-à-dire sur l’intuition ou la conviction (à première vue très contestable) qu’un état interne peut légitimement être considéré comme une représentation, dès lors qu’il est ou a été recruté comme cause du mouvement corporel à la suite d’un processus adaptatif de sélection ou d’apprentissage.

  • 32 Il serait en fait possible de fixer le degré de corrélation requis entre le signal et ce qu’il ind (...)

149Godfrey-Smith s’appuie sur une interprétation extrêmement libérale de la notion d’indication, selon laquelle un signal indique que p si et seulement si la probabilité conditionnelle que p, étant donné ce signal, est supérieure à 0,532, et vise à la fois (en théorie du moins) les fonctions d’indication sélectionnistes et les fonctions d’indication basées sur l’apprentissage, bien qu’il s’exprime essentiellement en termes sélectionnistes. Il commence par souligner (1992 : 298 - 299) qu’il est possible qu’un état interne C devienne la cause d’un mouvement corporel M en raison du fait qu’il est ou a été l’état (d’un certain individu ou d’un certain type d’individus) le mieux corrélé avec un certain état de choses F (c’est-à-dire, en raison du fait que la probabilité conditionnelle de F, étant donné C, est plus grande que la probabilité conditionnelle de F, étant donné n’importe quel autre état interne), et en dépit du fait qu’il n’indique pas et n’a jamais indiqué cet état de choses (c’est-à-dire, en dépit du fait que la probabilité conditionnelle de F, étant donné C, est inférieure à 0,5). Il est facile de se convaincre de cela en imaginant, par exemple, un prédateur qui ne disposerait d’aucun indicateur de sa proie (même dans le sens faible considéré par Godffey-Smith). Il est tout à fait plausible de supposer que dans ce cas, l’état C qui est le mieux corrélé avec la présence d’une proie (F) sera éventuellement recruté ou sélectionné comme cause d’un comportement agressif (M), ce qui n’est qu’une autre manière de rappeler (ce qui a déjà été souligné au chapitre précédent, à savoir) qu’en matière de sélection naturelle (et apparemment aussi en matière de renforcement), ce qui est déterminant c’est d’être plus « avantageux » que les compétiteurs disponibles.

150Comme je l’ai signalé plus haut (section 3), et comme Godffey-Smith (1992 : 304-305) ne manque pas de le faire remarquer, Dretske reconnaît lui-même une telle possibilité, mais soutient que même dans ce cas, l’état C n’est recruté comme cause de M que parce qu’il a indiqué une condition G qui est « suffisamment bien » corrélée avec F (la présence d’une proie), de sorte que C acquiert la fonction d’indiquer G, et devient ainsi une représentation de G et non pas de F. Mais ce faisant, il admet implicitement que c’est bien la corrélation entre C et F qui joue ici un rôle essentiel dans l’explication de son recrutement comme cause de M, que C ait ou non indiqué F dans le passé. Si l’intuition qui le guide est que le contenu d’une représentation est fonction de ce qui explique son recrutement ou sa sélection comme cause du mouvement corporel (ou plus généralement, de ce qui explique qu’elle ait acquis un rôle causal dans la production du comportement), alors il devrait admettre que l’état C est bien une représentation de F, et non de G. C’est en tout cas l’intuition sur laquelle s’appuie Godffey-Smith pour soutenir qu’une représentation n’a pas pour fonction d’indiquer ce qu’elle représente.

151Mais Godffey-Smith va plus loin, en montrant que l’état interne qui est recruté ou sélectionné comme cause du mouvement corporel (et qui acquiert par là un contenu) n’est pas toujours celui qui est le mieux corrélé avec la condition environnementale pertinente. Il montre, en d’autres termes, que la probabilité conditionnelle qu’un état de choses soit réalisé, étant donné un certain état interne, n’est qu’un des facteurs qui contribuent éventuellement à expliquer pourquoi cet état interne acquiert un certain rôle causal, de préférence aux autres états possibles.

  • 33 Cette terminologie s’inspire d’une distinction introduite par Anscombe (1957). Selon Anscombe (et (...)
  • 34 Voir aussi Fodor (1987) et Field (1990).

152Il est utile, avant de poursuivre, d’introduire un peu de terminologie en distinguant, d’abord, deux directions de corrélation entre états internes et états de choses. Étant donné un état de choses F et un état interne C, on dira (avec Field (1990) et Godfrey-Smith (1992 :286)) que 1) plus la probabilité conditionnelle de F, étant donné C, est élevée, plus la corrélation « tête-monde » entre C et F est fiable, et 2) plus la probabilité conditionnelle de C, étant donné F, est élevée, plus la corrélation « monde-tête » entre C et F est fiable. La relation d’indication définie par Dretske ne tient compte que de la corrélation tête-monde33, mais d’autres auteurs, dont Godfrey-Smith34, soutiennent que les deux directions de corrélation, ou les deux types de fiabilité, ont un rôle à jouer dans le recrutement adaptatif des états internes.

  • 35 Ces expressions traduisent, respectivement, les termes anglais suivants : « hit », « miss » (ou «  (...)

153Cette distinction en fait apparaître une autre, cette fois entre deux types d’erreurs, qui découle du fait que lorsqu’on soumet une certaine proposition au verdict d’un agent, on doit s’attendre à quatre résultats possibles : ou bien la proposition est vraie et acceptée, ou bien elle est vraie et rejetée, ou bien elle est fausse et acceptée, ou bien, enfin, elle est fausse et rejetée. Ces quatre résultats possibles sont donc l’acceptation correcte (AC), le rejet incorrect (RI), l’acceptation incorrecte (AI) et le rejet correct (RC)35. Je n’ai jusqu’ici fait allusion qu’aux erreurs du type AI, c’est-à-dire celles où un agent est dans l’erreur parce qu’il a une représentation de F alors qu’il n’est pas le cas que F ; mais il est clair qu’on est aussi dans l’erreur (en quelque sorte par omission) s’il est le cas que F, et qu’on n’a pas de représentation de F, c’est-à-dire, qu’il y a des erreurs du type RI. Le lien entre les deux directions de corrélation et les deux types d’erreur est intuitivement le suivant. Plus la corrélation tête-monde entre C et F est fiable, plus la probabilité de AI est faible, et plus la corrélation monde-tête est fiable, plus la probabilité de RI est faible. Soutenir (comme Dretske semble le soutenir) que l’état interne dont la corrélation tête-monde avec une certaine condition environnementale est la plus fiable est recruté comme cause d’un certain mouvement corporel revient ainsi à soutenir que l’état recruté est celui qui produit le moins d’erreurs du type AI (ou en d’autres termes, qu’il est invariablement plus « avantageux » de réduire le nombre de AI que de réduire le nombre de RI).

  • 36 Puisque Prob (A/B) = (Prob (B/A) x Prob (A))/Prob (B).

154Or Godfrey-Smith montre qu’il y a des cas où il est au contraire plus « avantageux » de recruter, comme cause d’un certain mouvement corporel, cm état interne dont la fiabilité tête-monde est moindre, mais la fiabilité monde-tête supérieure. Il apparaît, en particulier, qu’un état interne C, qui n’indique pas et n’a jamais indiqué F, peut devenir la cause d’un certain type de mouvement M de préférence à un indicateur de F, et en dépit du fait que la production de M lorsque F est « avantageuse ». Imaginons par exemple la situation suivante. La probabilité conditionnelle qu’un certain type de proie soit présente (F), étant donné qu’un organisme d’un certain type est dans l’état C* est de 0,8 (c’est-à-dire, Prob (F/C*) = 0,8), de sorte que l’état interne C* indique la présence d’une proie de ce type (F), alors que la probabilité conditionnelle qu’une proie soit présente (F), étant donné un autre type d’état C, n’est que de 0,25 (c’est-à-dire, Prob (F/C) = 0,25). Il ne va pas du tout de soi, dans une situation de ce genre, que c’est l’état qui indique F qui sera recruté ou sélectionné comme cause d’un comportement d’agression (M), car le degré de fiabilité de la corrélation tête-monde entre un état interne et un état de choses pertinent n’est pas le seul facteur à prendre en considération. Supposons en effet que la probabilité conditionnelle de l’état C*, étant donné F, ne soit que de 0,2, de sorte que 4 fois sur 5, l’état C* n’est pas réalisé bien qu’une proie soit présente, alors que celle de C, étant donné F, est de 0,4. En supposant que la probabilité qu’un organisme du type considéré se trouve, à n’importe quel moment, à proximité d’une proie (c’est-à-dire, Prob (F)) est de 0,1, la probabilité absolue que C* soit réalisé devrait alors être de 0,025, et celle que C soit réalisé, de 0,1636. On pourrait alors résumer la situation de la manière suivante. Sur un échantillon de 1000 occasions, produire M lorsque C* (en supposant que produire M lorsqu’il y a une proie conduit invariablement à sa capture et à sa consommation) donnerait heu à 20 repas (AC), 80 occasions de repas ratées (RI), 5 agressions inutiles (AI) et 895 abstentions correctes (RC), tandis que produire M lorsque C donnerait lieu à 40 repas (AC), 60 occasions de repas ratées (RI), 120 agressions inutiles (AI) et 780 abstentions correctes (RC) :

155La question de savoir s’il est plus avantageux de produire M lorsque C* ou de produire M lorsque C (et donc celle de savoir si C* ou C sera éventuellement recruté ou sélectionné comme cause de M) dépend évidemment, dans ces conditions, de la valeur ou de l’utilité relative de ces quatre résultats possibles. Ainsi, si on fixe (assez arbitrairement) l’utilité d’un repas à 40, celle d’une occasion de repas ratée à-2, celle d’une agression inutile à-10 et celle d’une abstention correcte à 1, on doit s’attendre à ce que l’indicateur de F, à savoir C*, devienne la cause de M, comme en témoigne la matrice suivante :

156Mais si (sans modifier les autres assignations) on augmente l’utilité d’une agression mutile à-4, alors on doit s’attendre à ce que l’état C soit plutôt recruté comme cause de M, de préférence à C* :

157Cet exemple présuppose que l’utilité de chacun des résultats possibles n’est pas affectée par le fait que ce soit C ou C* qui cause M. Mais cela n’est évidemment pas nécessaire. Ainsi, il est tout à fait possible qu’une agression inutile, par exemple, soit beaucoup plus coûteuse, en moyenne, dans le cas où C* cause M que dans le cas où C cause M. De même, il se pourrait que la probabilité que M conduise à la capture de la proie soit moindre lorsque M est causé par C*, que lorsqu’il est causé par C ; et dans ce cas recruter C* comme cause de M serait encore moins avantageux.

158En résumé, la corrélation tête-monde n’est qu’un des facteurs pertinents pour déterminer si une stratégie comportementale est plus avantageuse qu’une autre. Il faut aussi tenir compte de la corrélation monde-tête et de la valeur relative des conséquences attachées aux différents résultats possibles. Godfrey-Smith (1991a, 1991b) élabore, sur la base de ce principe, une sémantique « détectionniste » qui n’est pas sans analogie avec la téléosémantique de Millikan (1984), au moins en ceci que représenter un état de choses n’a plus qu’un rapport assez indirect avec le fait d’avoir telle ou telle fonction. En effet, il n’y a plus désormais aucun type de corrélation spécifique qu’une représentation serait censée avoir avec ce qu’elle représente. Le contenu d’une représentation (sa condition de vérité) ne peut plus être que la condition environnementale qui contribue le plus à expliquer son recrutement ou sa sélection comme cause d’un certain type de mouvement corporel.

8. Désir et renforcement

159La discussion de la section précédente pourrait laisser croire que la principale faiblesse de la théorie de Dretske est de négliger complètement le rôle des désirs et/ou des utilités dans les processus adaptatifs. Ce n’est pourtant pas le cas, bien que je n’aie pas encore fait allusion à cet aspect de la théorie de Dretske. J’ai tout de même signalé que si en devenant une cause du mouvement corporel M, l’état C acquiert selon Dretske la fonction d’indiquer quelque chose, il n’acquiert pas pour autant la fonction de causer M. La raison invoquée est que la production de M dépend en réalité non seulement de C et de ce qu’il indique, mais aussi d’un désir ou d’un état conatif pertinent. Cela revient tout simplement à dire que lorsqu’un état interne acquiert la fonction d’indiquer quelque chose, il devient tout au plus une cause partielle (ou une partie d’une cause) d’un certain mouvement corporel.

160Pour qu’un système apprenne à produire le mouvement M dans la situation F (la situation indiquée par C), il faut que la production de M dans cette situation ait des conséquences positives ; il faut en d’autres termes que la production de M lorsque F soit renforcée positivement. Or elle ne le sera que si le système, au moment de la production de M, est dans un certain état de réceptivité eu égard aux conséquences de M. Dans la terminologie de Dretske, un système est « réceptif » à la condition R si et seulement si il est dans un état D en vertu duquel R est un renforceur positif, c’est-à-dire en vertu duquel la condition R tend à faire augmenter la probabilité que les mouvements corporels dont elle résulte se reproduisent « dans les mêmes circonstances ». Il est clair que cette notion de « réceptivité » est implicitement présente depuis le début, par le biais de la loi de Thorndike. Il semblerait, d’autre part, que dans la mesure où il s’agit d’une notion purement causale/nomologique, qui n’a rien de téléologique, elle soit appelée à jouer, pour le désir, un rôle analogue à celui que la notion d’indication joue pour la croyance. Mais il aura apparemment fallu quelque temps, et l’intervention de Bratman (1990), avant que Dretske (1990c : 834) ne le réalise vraiment.

  • 37 Les désirs purs se distinguent des désirs dérivés, qui concernent des choses dont le système croit (...)
  • 38 On notera que Dretske admet aussi l’existence d’états conatifs phylogénétiques, qu’il appelle des (...)

161Car il a d’abord été tenté d’identifier (1988c : 110-111) ces états de réceptivité à ce qu’il appelle des désirs purs37, c’est-à-dire, de les considérer d’entrée de jeu comme des états intentionnels. Or, pareille identification introduit une asymétrie apparemment injustifiée entre le contenu intentionnel des croyances (ou des représentations ontogénétiques) et celui des désirs38 : les croyances sont des états qui acquièrent un contenu en vertu du fait qu’ils sont recrutés comme causes partielles du mouvement corporel, tandis que les désirs seraient des états qui ont un contenu avant même d’être recrutés comme causes du mouvement corporel (et qui sont recrutés en partie à cause de leur contenu). En d’autres termes, le contenu des désirs serait alors indépendant de tout processus adaptatif d’apprentissage ou de sélection. D’autre part, comme le remarquent Bratman (1990 : 798 - 799) et Dretske (1990c : 834), cette option aurait pour conséquence que le contenu actuel d’un désir pur ne pourrait pas être vu comme une cause structurante du comportement. Le fait que l’état D contribue actuellement à causer un certain type de mouvement s’expliquerait en partie par le fait que D a eu un certain contenu dans le passé (c’est-à-dire, par le fait qu’il a rendu le système réceptif à un certain type d’état de choses), mais non par le fait que D a actuellement tel ou tel contenu (qui peut d’ailleurs ne plus être le même). Pour maintenir le parallélisme entre les croyances et les désirs, il faut donc supposer qu’un état de réceptivité ne devient un désir (pur), et n’acquiert par conséquent un contenu intentionnel, que lorsque le fait qu’il ait rendu le système réceptif à telle ou telle condition contribue à expliquer son recrutement comme cause (partielle) d’un certain type de mouvement corporel.

162Le processus d’apprentissage par lequel des états internes acquièrent (selon Dretske) un contenu intentionnel serait donc plus complètement décrit de la manière suivante. Un système apprend à produire M dans la situation F en fonction des conséquences de M dans la situation F ; il doit donc être réceptif à ces conséquences, ce qui veut dire que ce que le système apprend en réalité, c’est à produire M lorsqu’il est simultanément dans un état C qui a indiqué la condition F et dans un état D qui l’a rendu réceptif aux conséquences de la production de M (dans la condition F). En d’autres termes, un état de réceptivité D devient une cause partielle du mouvement M en raison du fait que la production de M dans la condition F (et donc lorsque C est réalisé) a eu (suffisamment souvent) pour conséquence la réalisation de la condition R à laquelle D rendait le système réceptif. On peut alors dire que D est devenu un désir (pur) de R, et que la production de M (par C + D) est un comportement orienté vers une fin (goal-directed), et plus exactement vers la réalisation de R. Ainsi, le fait que D devienne une cause partielle de M s’explique par le fait que D a rendu le système réceptif à la condition R, ce qui constitue une explication structurante du fait que D contribue à causer M, de même que le fait que C devienne une cause partielle de M s’explique par le fait que C a indiqué la condition F (dans laquelle M produit R), ce qui constitue une explication structurante du fait que C contribue à causer M. Si cette symétrie entre l’analyse du désir et celle de la croyance est certainement bienvenue, il n’y a sans doute pas plus de raison de penser (pace Dretske) que cela confère une efficacité causale/explicative au contenu des désirs, que nous n’en avons trouvé de penser que cela en confère une au contenu des croyances.

163Dretske s’exprime souvent comme si un état de réceptivité ne rendait le système réceptif qu’à un seul état de choses bien déterminé, mais il n’y a pas plus de raison de croire cela, que de croire qu’un indicateur n’indique qu’un seul état de choses (ou qu’un état interne n’est corrélé qu’avec un seul état de choses). Pour maintenir l’analogie entre l’indication et la réceptivité, il faudrait de plus supposer que de même que la probabilité conditionnelle qu’une certaine condition F soit réalisée, étant donné un état interne C, peut changer avec le temps (et doit donc être relative à certaines conditions d’arrière-fond), de même le degré de réceptivité à un certain résultat R qu’un état interne D confère à système peut changer avec le temps (l’état D peut faire en sorte, pendant un certain temps, que le résultat R renforce positivement le comportement, pour ensuite faire en sorte, par exemple, qu’il le renforce négativement). Il est vrai que Dretske (1988c) ne semble pas comprendre la notion de réceptivité de cette manière, mais cela peut probablement être mis sur le compte du fait qu’il n’avait pas encore reconnu que les désirs (même les désirs purs) ne sont pas de simples états de réceptivité. On aura en effet noté que si l’analyse des désirs doit être parallèle à celle des croyances, il faut supposer que de même qu’une croyance est un état interne qui a pour fonction d’indiquer un certain état de choses, de même un désir (pur) devrait être un état interne qui a pour fonction de rendre le système réceptif a un certain état de choses. En d’autres termes, si un état C acquiert la fonction d’indiquer F lorsque le fait qu’il a indiqué F dans le passé explique pourquoi il a été recruté comme cause partielle du mouvement corporel, alors il faut penser qu’un état D acquiert la fonction de rendre le système réceptif à R lorsque le fait qu’il a rendu le système réceptif à R explique pourquoi il a été recruté comme cause partielle du mouvement corporel. Or il n’y a guère de sens, comme je l’ai déjà souligné, à supposer qu’une chose ait pour fonction de faire ce qu’elle ne peut manquer de faire, ce qui veut dire qu’un état interne doit pouvoir cesser de rendre le système réceptif à un état de choses donné (ou qu’il ne doit rendre le système réceptif à un état de choses donné que relativement à certaines conditions d’arrière-fond).

164Une telle analyse, selon laquelle un désir serait un état interne ayant pour fonction de rendre l’agent réceptif à un certain état de choses (c’est-à-dire, de faire en sorte que cet état de choses soit positivement renforçant) semble avoir d’étranges conséquences. Car on aurait envie de dire, intuitivement, que de même qu’une croyance est vraie lorsque son contenu est réalisé, de même un désir est satisfait lorsque son contenu est réalisé : avoir une croyance fausse est analogue à avoir un désir insatisfait. Mais si, sous l’analyse de Dretske, on peut dire qu’une croyance fausse est une croyance qui ne remplit pas sa fonction, on ne peut apparemment pas dire qu’un désir insatisfait est un désir qui ne remplit pas sa fonction. Un désir qui remplit sa fonction est simplement un désir qui rend le système réceptif à l’état de choses auquel il est supposé le rendre réceptif, ce qui peut être le cas aussi bien si cet état de choses est réalisé que s’il ne l’est pas : un désir pourrait donc être insatisfait et néanmoins remplir sa fonction (et satisfait sans pour autant la remplir). En d’autres termes, si le fait qu’une croyance ne remplisse pas sa fonction est une condition nécessaire (mais non suffisante) pour que cette croyance soit fausse, le fait qu’un désir ne remplisse pas sa fonction n’est ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante, pour que ce désir soit insatisfait. On peut alors se demander quel est l’intérêt d’invoquer la notion de fonction dans l’analyse du désir.

165Le fait que la réceptivité du système joue un rôle dans l’analyse de Dretske suggère qu’il a en fait la plupart des ingrédients requis par l’approche détectionniste de Godfrey-Smith à sa disposition, et qu’il pourrait peut-être s’engager dans cette voie sans trop de difficultés. La principale différence viendrait de ce que Dretske hésite à tenir explicitement compte du fait, qu’il reconnaît pourtant en théorie (1988c : 110-111), que la réceptivité a un pôle positif et un pôle négatif et peut avoir plusieurs degrés. Cela a pour conséquence que le recrutement d’un état de réceptivité D comme cause de M (dans la condition F) semble dépendre uniquement du fait que la production de M ait pour résultat l’état de choses R auquel D rend le système (positivement) réceptif (c’est-à-dire, du fait que D rend la production de M dans la condition F positivement renforçante), alors qu’il semblerait que le degré de réceptivité du système 1) aux conséquences de ne pas produire M (dans la condition F), 2) aux autres conséquences de la production de M dans la condition F et 3) aux conséquences de la production de M dans d’autres conditions, devraient aussi être pertinentes. En d’autres termes, il ne devrait pas être suffisant, pour que D soit recruté, qu’il rende le système réceptif à certaines conséquences R de la production de M dans la condition F, mais il devrait être nécessaire 1) que D rende le système plus réceptif à R qu’aux conséquences de ne pas produire M dans la condition F, 2) qu’il rende le système plus réceptif à R qu’aux autres conséquences de la production de M (dans la condition F), et/ou 3) qu’il rende le système plus réceptif à R qu’aux conséquences de la production de M dans d’autres conditions. Le cadre détectionniste de Godfrey-Smith, ou plus généralement toute approche qui utiliserait les instruments de la théorie de la décision, serait manifestement plus en mesure de tenir compte de ces facteurs.

  • 39 Cela pourrait sembler accréditer l’idée que la probabilité qu’un certain état interne cause un cer (...)

166D’un autre côté, il n’est pas évident qu’on puisse, sans aménagement, introduire la notion d’état de réceptivité dans le cadre détectionniste. On pourrait toutefois envisager d’identifier ce qu’on appelle alors l’utilité d’un état de choses (c’est-à-dire, son utilité « naturelle », puisque la notion d’utilité, dans ce contexte, ne doit pas être prise comme une notion intentionnelle), pour un système donné (au temps t), avec le degré auquel ce système est (positivement ou négativement) réceptif à cet état de choses (au temps t). L’utilité serait alors en quelque sorte une mesure de la « force » avec laquelle la réalisation d’un état de choses tend à faire augmenter ou diminuer la probabilité que le comportement dont il résulte se répète « dans les mêmes circonstances » (c’est-à-dire une mesure de la force avec laquelle un état de choses tend à renforcer positivement ou négativement le comportement dont il résulte)39. En d’autres termes, un état de réceptivité serait un état interne en vertu duquel les états de choses ont telle ou telle utilité.

167Il faut cependant prendre garde que dans ce contexte, un état de réceptivité n’est pas l’analogue conatif d’un indicateur ; car un état interne n’indique un certain état de choses que si son degré de corrélation tête-monde, avec cet état de choses, dépasse un certain seuil déterminé. L’analogue conatif d’un indicateur serait donc un état interne qui fait en sorte que le degré de réceptivité du système, pour un certain état de choses, dépasse un certain seuil. Mais il n’y a pas lieu de se demander quel pourrait être ce seuil, puisqu’aucune de ces notions ne joue de rôle fondamental dans le cadre détectionniste. L’analogie pertinente est plutôt entre le degré de corrélation tête-monde (ou monde-tête) et le degré de réceptivité. Mais c’est précisément cela qui risque de faire problème.

168Quels que soient l’état de choses F et l’état interne C, il y a une telle chose que la probabilité conditionnelle que F, étant donné C, ou la probabilité conditionnelle que C, étant donné F ; en d’autres termes, il y a un certain degré de corrélation tête-monde, et un certain degré de corrélation monde-tête, entre chaque état interne et chaque état de choses. Il semble que de la même manière, chaque état de réceptivité confère une certaine utilité (éventuellement nulle, ou négative) à chaque état de choses. Mais s’il n’y a aucune difficulté à supposer qu’un système donné puisse être simultanément dans deux états internes C et C* qui n’ont pas le même degré de corrélation avec les mêmes états de choses (car ces probabilités ne sont pas des probabilités subjectives !), il n’est apparemment pas possible de supposer, sans incohérence, qu’un système puisse être simultanément dans plusieurs états de réceptivité. Car supposer qu’un système donné puisse, par exemple, être simultanément dans deux états de réceptivité D et D* qui confèrent, respectivement, une utilité positive et une utilité négative au même état de choses, c’est supposer que la réalisation de cet état de choses pourrait être à la fois positivement et négativement renforçante. Manifestement, supposer que D confère à un certain résultat R une utilité de 5, et que D* lui confère une utilité de-5, revient en fait à affirmer que si le système concerné était simultanément dans l’état D et dans l’état D*, l’utilité de R serait alors de o (ou en d’autres termes que l’état D + D* confère à R une utilité de o).

169Il semble donc qu’un système donné ne puisse être, à tout moment, que dans un seul état de réceptivité global, qui confère une certaine « utilité » à chaque état de choses. Mais dans ce cas, comment pourrait-on être en mesure de dire, advenant qu’un tel état de réceptivité soit recruté comme cause partielle du mouvement M, qu’il est recruté parce qu’il confère telle utilité à un certain résultat du mouvement M, plutôt que parce qu’il confère telle autre utilité à tel autre résultat possible ? Si on revient un moment aux matrices de la section précédente, il est facile de voir que la distribution des utilités sur l’ensemble des résultats possibles joue un rôle déterminant dans le recrutement de l’état C ou de l’état C* comme cause de M, et que s’il y a un état de réceptivité qui est recruté en même temps que C ou C*, ce ne peut être qu’un état global, qui est responsable de cette distribution d’utilités. On peut certes supposer que cet état de réceptivité est un état complexe, qui se décompose en états plus simples dont chacun correspond « intuitivement » à un état de choses spécifique, mais ces états plus simples ne peuvent pas être eux-mêmes des états de réceptivité (au sens qu’on a défini). Dans ces conditions, il est difficile de dire de quoi exactement l’état de réceptivité qui est recruté est censé être un désir. Ces difficultés ne sont peut-être pas insurmontables, mais il faut reconnaître que le modèle détectionniste, dans la forme que lui donne Godffey-Smith, ne fournit aucune explication du contenu intentionnel des états conatifs, et ne possède donc pas d’avantage évident sur celui de Dretske.

9. Croyances implicites et désirs dérivés

  • 40 Le texte de ce chapitre m’a fourni la matière de différents exposés présentés à l’Université du Qu (...)

170J’aimerais attirer l’attention, pour conclure, sur le fait que même si on acceptait l’analyse des notions de représentation et d’état conatif (pur) proposée par Dretske, on serait encore très loin d’une explication satisfaisante des phénomènes intentionnels. Une partie de la difficulté vient de ce que Dretske (1988c : 116-118) est contraint d’admettre l’existence de ce qu’il appelle des croyances (ou des représentations) implicites, sans être en mesure de donner la moindre idée de la manière dont ces croyances pourraient être considérées comme des états qui ont acquis la fonction d’indiquer quelque chose, ou d’expliquer, en d’autres termes, en quoi consiste alors leur contenu. Dretske est amené à reconnaître ce type de croyances pour expliquer, par exemple, comment il se fait qu’un rat qui n’a pas appris à appuyer sur le levier pour obtenir de la nourriture lorsque s’allume un voyant lumineux, peut néanmoins croire que ce voyant est allumé et désirer de la nourriture. Le fait que cela soit possible montre qu’il ne suffit pas, pour expliquer pourquoi un certain rat produit un certain mouvement corporel (par exemple, poser la patte sur le levier) de mentionner le fait qu’il croit que le voyant lumineux est allumé et qu’il désire de la nourriture, mais qu’il faut aussi dire qu’il croit qu’appuyer sur le levier lorsque le voyant est allumé permet d’obtenir de la nourriture. Selon Dretske (1988c : 116-119), un système ne peut apprendre, par conditionnement, à produire un certain type de mouvement M lorsqu’il désire R et croit qu’une certaine condition F est réalisée, sans acquérir en même temps la croyance implicite que produire M lorsque F permet d’obtenir R. Ainsi, un système croit implicitement que produire M dans la condition F permet d’obtenir R si et seulement si il a acquis une disposition à produire M lorsqu’il croit que F est réalisée et désire R. Le problème posé par ce genre de croyances ne vient pas principalement de leur caractère implicite, bien qu’il soit en fait assez difficile d’expliquer en quoi consiste la différence entre une croyance implicite et une croyance explicite, mais plutôt du fait que si l’analyse téléologique du contenu intentionnel proposée par Dretske (ou celle proposée par Godfrey-Smith) doit avoir une validité un tant soit peu générale, alors on devrait pouvoir montrer que ces croyances implicites sont elles aussi des états internes qui ont pour fonction (ontogénétique) d’indiquer quelque chose (ou tout au moins, des états internes qui ont été recrutés comme cause partielle du mouvement corporel). Mais Dretske ne donne aucune indication en ce sens, et il est loin d’être clair que ces croyances puissent avoir pour fonction d’indiquer quoi que ce soit, dans le sens que Dretske donne à cette expression. Il en résulte apparemment que Dretske doit distinguer au moins deux catégories de croyances, sans pouvoir expliquer ce qui en fait deux catégories de croyances. De plus, cette difficulté se répercute en partie sur ce que Dretske appelle des désirs dérivés dans la mesure où ceux-ci (1988c : 146) sont censés être « dérivés » à partir de désirs purs et de croyances concernant les moyens d’obtenir tels ou tel résultat (qui peuvent n’être qu’implicites). Ainsi, un système qui désire purement R et croit que P est un moyen d’obtenir R, en viendra éventuellement à désirer dérivativement P. Mais Dretske ne donne aucune explication ni de la manière dont les désirs purs et les croyances instrumentales donnent naissance à des désirs dérivés (ni en particulier du rôle des contenus intentionnels dans ce processus), ni de la manière dont une croyance portant sur le moyen d’obtenir un certain résultat peut avoir acquis une fonction d’indication. Ce sont là, me semble-t-il des lacunes assez sérieuses, qui s’ajoutent à toutes les difficultés qui ont été mises en lumière dans les pages précédentes et permettent de douter de la viabilité de la forme de naturalisme défendue par Dretske40.

Notes

1 Dans la même note où il donne ces précisions, Dretske souligne que puisque en termes de fréquence relative, un état de choses peut avoir une probabilité de 1 sans pour autant se produire, sa définition de l’information ne peut reposer sur cette interprétation de la notion de probabilité. Dans son (1983b : 84), il ajoute qu’il ne serait pas non plus suffisant d’identifier la probabilité conditionnelle de la source étant donné le signal à une limite de fréquence relative, car celle-ci pourrait tendre vers 1 sans qu’il y ait pour autant de dépendance nomique entre le signal et la source. C’est pourtant dans ce même passage qu’il dit ne voir aucune raison de ne pas interpréter les probabilités dont il a besoin comme un genre de fréquences relatives ! Le moins qu’on puisse dire est que la question n’est pas claire.

2 Dretske (1981 : 81) souligne que la connaissance d’arrière-fond du récepteur n’est pertinente que dans la mesure où elle affecte la quantité d’information qui est générée à la source par l’existence d’un état de choses spécifique (et qui est elle-même fonction des autres états de choses qui pourraient être réalisés à la place). En particulier, le fait de savoir ou non que le canal de communication est fiable n’affecte ni la nature ni la quantité d’information reçue.

3 Certains commentaires de Dretske donnent d’ailleurs à penser que cela pourrait être ce qu’il a réellement en tête.

4 C’est moi qui souligne.

5 Cela élimine, du même coup, une difficulté au moins apparente de la précédente définition de la notion d’indication absolue (c’est-à-dire (5)), à savoir que puisque tout état non tautologique s’indique absolument lui-même, l'idée d’un récepteur qui ne disposerait d’aucune information préalable est assez suspecte.

6 Cela n’empêche pas qu’en pratique, on ne peut dire qu’un token indique telle ou telle chose (autre que sa propre existence), à moins de le rapporter à un type, c’est-à-dire, à moins d’être en mesure de dire qu’il l’indique en tant que token de tel ou tel type.

7 Sauf, évidemment, du fait qu’il ait été causé par un écureuil ; si nous sommes informés de toutes les circonstances, y compris celle-là, alors la sonnerie en question ne nous communique aucune information nouvelle, et n’indique rien d’autre qu’elle-même.

8 Puisque la sonnerie du 4 janvier 1994 appartient à un type d’événement (à savoir, le type « sonnerie entendue dans la résidence A en janvier ») qui, sachant que les écureuils ne sortent guère à cette période de l’année, ne pouvait pratiquement pas être causé par un écureuil, il semblerait qu’on puisse dire encore qu’en tant que sonnerie de ce type, elle indique la présence d’une personne, bien qu’il n’y ait personne en fait ? Or cela est incompatible avec le principe selon lequel si un signal indique que p, alors p. Il semble difficile de préserver ce principe, qui semble en effet essentiel à la notion d’indication, sans admettre que s’il y a, ne serait-ce que la plus infime possibilité qu’une « sonnerie de janvier » soit causée par un écureuil, alors le type « sonnerie de janvier » indique en fait la présence d’une personne ou d’un écureuil, et non pas celle d’une personne, ce qui revient à toutes fins pratiques à abandonner l’idée qu’il y a des possibilités qui sont « authentiques ou pertinentes » et d’autres qui ne le sont pas. Cela signifie que relativement à un type donné, l’ensemble des conditions d’arrière-fond qui définit l’espace des possibilités n’est rien d’autre que l’ensemble des conditions qui sont réalisées toutes les fois qu’un token de ce type est réalisé. Si le type « sonnerie de janvier » indique la présence d’une personne, alors le type « sonnerie du 4 janvier » doit aussi indiquer la présence d’une personne.

9 Je reviendrai dans un moment sur le fait, que je note ici au passage, que cela n’est possible que si E (en tant que type) n’indique pas que p.

10 Notamment, dans Dretske (1995).

11 Il s’ensuit que l’analyse « componentielle » du comportement défendue par Dretske, et en vertu de laquelle le comportement est identifié à un processus, a au plus une valeur heuristique, et ne joue aucun rôle essentiel dans sa théorie, contrairement à ce qu’il laisse parfois (1990c : 831 ; 199la : 216 ; 1991b : 117) entendre.

12 La question de savoir si, et en quoi, cette suggestion confère réellement une valeur explicative au contenu intentionnel sera discutée plus loin. Je note seulement ici qu’elle consiste apparemment à dire que le fait que C indique F explique à la fois pourquoi C cause M et pourquoi C représente (a pour fonction d’indiquer) F et que cela ne semble pas permette de conclure que le fait que C représente F explique pourquoi C cause M (sans parler de la question de savoir si cela l’explique causalement).

13 « What the theory of evolution has to tell us about these cases [...] is that C’s production of M is, at least in part, the resuit of its indication of F [c’est moi qui souligne]. M is produced by an indicator of F because such an arrangement confers a competitive advantage on its possessor. » (1988c: 92)

14 « In such cases an internal State, C, which means (indicates) that a hungry bat is approaching and which even (let us say) has the function of indicating this (in virtue, let us suppose, of its evolutionary development in this kind of moth), does, to be sure, cause orientation and wing movements of an appropriate (evasive) sort. C (something that indicates the approach of a bat) causes M (bat-avoidance movements). Nevertheless it is not C’s meaning what it does (F) that explains why it causes this (M). In this case the internal State has a semantics [...] but the fact that it indicates this, or is supposed to indicate this, is irrelevant to an understanding of why it actually does what it does. » (1988c: 95)

15 Toute cette discussion n’a évidemment de sens que si on admet au point de départ qu’un type d’item peut être sélectionné pour indiquer quelque chose, ce qui ne va pas de soi, et exige qu’on accepte l’idée que le fait d’indiquer quelque chose peut être causalement responsable de la production d’effets avantageux ou constituer lui-même un avantage.

16 Nagel (1977), Cummins (1975) et Lewontin (1983) défendent une position semblable.

17 On notera que, dans toute cette discussion, je laisse entendre (comme Dretske d’ailleurs) que la sélection naturelle opère directement au niveau des types d’états internes isolés. Si c’était réellement le cas il faudrait conclure que si un état C a pour fonction sélectionniste d’indiquer F, alors les individus appartenant à la population concernée possède une représentation (éventuellement, une croyance) innée de F. Cela n’est évidemment vrai que dans le sens où lesindividus ont dans leur répertoire la capacité de former une représentation de F, et non dans le sens où une représentation de F serait inscrite en eux en permanence et de manière innée. Le point de vue selon lequel la sélection naturelle pourrait conférer un contenu à certains états internes ne conduit donc pas nécessairement à la conclusion qu’il y a des représentations innées (dans le sens où on dirait qu’il y a des croyances innées), mais seulement à la conclusion que les individus naissent avec la capacité d’avoir des représentations de telles ou telles choses. En réalité, c’est sur le dispositif qui produit les représentations que la sélection naturelle opère.

18 « when learning of this simple kind occurs, those results (bodily movements or the more remote effects of bodily movements) that are constitutive of the reinforced behavior are gradually brought under the control of internal indicators (C), which indicate when stimulus conditions are right (F) for the production of those results. Making reinforcement of M contingent on the presence of F is a way of solving The Design Problem. It solves The Design Problem (for those creatures capable of this kind of learning) by promoting C, an internal indicator of F, into a cause of M. C is recruited as a cause of M because of what it indicates about F, the conditions on which the success of M depends. »

19 « Only (but as it turns out, not always) in this kind of learning do we find internal States assuming control fonctions because of what they indicate about the conditions in which behavior occurs. » [c’est moi qui souligne].

20 En fait, la production de M dans ces conditions (lorsque C* est réalisé, mais qu’il n’est pas le cas que F) ne peut être positivement renforcée, s’il est vrai que, pendant la période considérée, la production de M est positivement renforcée seulement si F. Mais cette dernière hypothèse n’est pas nécessaire. Il suffit en effet qu’aucun token de M ne soit positivement renforcé s’il est réalisé lorsque la condition F n’est pas satisfaite et s’il est causé par un token d’un type C** qui est parfois réalisé en même temps que C. Et cela peut être le cas même si certains tokens de M qui sont causés par des tokens d’un type autre que C sont positivement renforcés lorsque la condition F n’est pas satisfaite.

21 Dretske dit aussi, à l’occasion, que C est alors « sélectionné » pour causer M, mais cette manière de parler prête à confusion.

22 Jacob (1993: 541), Baker (1991:108-109), Cummins (1991:106), Kim (1991: 62 - 63), Stampe (1990: 790).

23 « Later tokens of C mean F if earlier tokens of C indicated F and, in virtue of this fact, structured the causal relations of later tokens (including this token). Hence, anything explained by the fact that earlier tokens indicated F will be explained (albeit redundantly and indirectly) [c’est moi qui souligne] by the fact that current tokens mean F. To explain behavior by current meaning is just to explain what indicational facts (about earlier tokens) were relevant in recruiting the current belief (the current token of this type) for this kind of causal service. »

24 Je note cependant que le raisonnement qui invalide (28) fait aussi apparaître une difficulté, en montrant que rien n’interdit apparemment qu’un seul et même type d’état soit recruté comme cause de deux types de mouvements différents, en vertu du fait que des tokens de ce type ont indiqué deux choses différentes. Cela suggère que l’analyse de Dretske ne peut être correcte que s’il est possible qu’un seul et même type d’état interne réalise simultanément deux croyances de contenus différents (c’est-à-dire, s’il est possible qu’une représentation mentale soit ambiguë), ce qui est pour le moins controversé.

25 Dretske fait dépendre la conclusion que C a pour fonction d’indiquer G, et non pas d’indiquer F, de l’hypothèse selon laquelle aucun état de X n’indique F sans aussi indiquer G. Mais cette hypothèse n’est pas nécessaire. Supposons qu’un autre état C* de X indique (ou ait indiqué) F, non pas en indiquant G, mais en indiquant une autre condition G*, qui elle-même indique F. Puisque la production de M est renforcée chaque fois que F, elle sera renforcée chaque fois que G*, et C* sera recruté comme cause de M. Le mouvement M aura donc tou simplement deux causes possibles, C et C*, et je ne vois pas comment éviter la conclusion que si C acquiert la fonction d’indiquer G, alors C* doit acquérir celle d’indiquer G*.

26 Voir par exemple Dennett (1987a) et Stalnaker (1984).

27 Cette remarque vise à souligner qu’il ne faudrait peut-être pas trop rapidement assimiler la question de l’indétermination des fonctions d’indication à celle de l’indétermination de la signification, telle qu’elle se pose dans le contexte des travaux de Quine et de Davidson. Cette thèse est essentiellement liée à celle du holisme sémantique, et indépendante de la question de l’ambiguïté. Elle affirme, approximativement, qu’il y a plusieurs manières légitimes, mais incompatibles entre elles, d’assigner une ou plusieurs significations à l’ensemble des éléments d’un système de représentation. Elle n’interdit pas qu’un manuel d’interprétation légitime compte éventuellement certaines représentations comme ambiguës. D’autre part, comme l’analyse de Dretske est atomiste, en ce sens que ce qu’un état interne a pour fonction d’indiquer ne dépend pas de ce que d’autres états internes ont pour fonction d’indiquer, il serait étonnant qu’on ait affaire ici au même genre d’indétermination.

28 Cela suggère, incidemment, que le problème de l’individuation du contenu n’est pas indépendant de celui de l’indétermination.

29 Il faut dire, à la décharge de Fodor, que le raisonnement que je lui prête ici n’est pas exactement celui qu’il tient, puisque la position de Dretske à laquelle il fait allusion dans le passage concerné n’est pas celle de (1988c).

30 Il se pourrait, d’autre part, qu’il soit impossible d’indiquer simultanément F et F* ; et dans ce cas l’analyse proposée prêterait le flanc à une version de l’objection formulée au chapitre précédent (section 5) contre l’hypothèse correspondante selon laquelle un item a actuellement pour fonction de produire Y si et seulement si il a récemment été sélectionné pour produire Y.

31 On trouvera une présentation de cette théorie dans Coombs, Dawes et Tversky (1970), chap. 6. On peut aussi consulter Macmillan et Creelman (1991).

32 Il serait en fait possible de fixer le degré de corrélation requis entre le signal et ce qu’il indique à n’importe quel niveau sans affecter son argumentation. On pourrait, en particulier, supposer qu’un signal indique que p si et seulement si la probabilité conditionnelle de p, étant donné ce signal est plus grande que la probabilité conditionnelle de tout autre état de choses, étant donné ce signal.

33 Cette terminologie s’inspire d’une distinction introduite par Anscombe (1957). Selon Anscombe (et plusieurs autres après elle), les croyances se caractérisent par le fait qu’elles sont des états mentaux qui sont supposés s’ajuster, ou correspondre, à l’état du monde, tandis que les désirs sont des états mentaux avec lesquels le monde est supposé s’ajuster. ainsi, les croyances ont une direction d’ajustement « tête-monde », tandis que les désirs ont une direction d’ajustement « monde-tête ». Il importe toutefois de ne pas confondre « direction de corrélation » et « direction d’ajustement ».

34 Voir aussi Fodor (1987) et Field (1990).

35 Ces expressions traduisent, respectivement, les termes anglais suivants : « hit », « miss » (ou « false negative »), « false alarm » (ou « false positive »), et « correct rejection ».

36 Puisque Prob (A/B) = (Prob (B/A) x Prob (A))/Prob (B).

37 Les désirs purs se distinguent des désirs dérivés, qui concernent des choses dont le système croit qu’elles permettent de satisfaire des désirs purs ou d’autres désirs dérivés et dont Dretske discutera plus loin.

38 On notera que Dretske admet aussi l’existence d’états conatifs phylogénétiques, qu’il appelle des pulsions (drives), de sorte que les deux niveaux, ontogénétique et phylogénétique, ont sensiblement la même structure, ce qui peut être une raison supplémentaire de penser que si l’un est intentionnel, l’autre devrait l’être aussi, et que la différence entre l’apprentissage et la sélection naturelle ne sépare pas l’intentionnel et le non intentionnel.

39 Cela pourrait sembler accréditer l’idée que la probabilité qu’un certain état interne cause un certain mouvement corporel dépend uniquement des conséquences de ce mouvement corporel (sans égard pour les autres possibilités) ; mais il n’en est rien.

40 Le texte de ce chapitre m’a fourni la matière de différents exposés présentés à l’Université du Québec à Trois-Rivières, à l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (Paris) et dans le cadre d’un atelier sur Dretske organisé par le CNRS à Lyon, en 1994. Je remercie Éric Audureau, Alain Boyer, Pascal Engel, Pierre Jacob, Max Kistler, Sylvie Lachize, Nenad Miscevic, Martin Montminy, Élisabeth Pacherie, Claude Panaccio, Joëlle Proust et Richard Vallée d’en avoir lu ou discuté avec moi différentes parties ou versions.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search