Version classiqueVersion mobile

L’esprit et la nature

 | 
Daniel Laurier

Chapitre II. Fonction, normalité et temporalité

Résumé

J’examine différentes manières d’analyser le concept de fonction en termes de sélection naturelle, en montrant qu’il est possible de le faire tout en admettant une notion non statistique de normalité et en rendant compte de la possibilité qu’une chose acquière de nouvelles fonctions, ou perde des fonctions déjà acquises. Il y a plusieurs solutions possibles, mais je soutiens que la meilleure fait du concept de fonction un concept « orienté vers le présent », et non vers le passé, comme le pensent la plupart des sélectionnistes. Je conclus en soulevant ce qui semble être une difficulté de principe pour toute forme de naturalisation des concepts normatifs.

Texte intégral

Davantage d’avantages
avantagent davantage
Boby Lapointe

1. Introduction

  • 1 On peut citer, parmi les travaux les plus connus, ceux de Dennett (1987a), Dretske (1988c), Godfrey (...)

1Les Propositions visant à mettre le concept de fonction naturelle au service de la naturalisation des phénomènes sémantiques/intentionnels se multiplient depuis environ une quinzaine d’années1. J’aimerais contribuer à déterminer si cette prolifération peut être mise sur le compte de la « supériorité adaptative » de ce type d’approche, et plus spécifiquement, à clarifier la relation entre le programme de la « téléosémantique » et celui de l’interprétation radicale.

2La motivation principale du programme téléosémantique, ou du moins celle qui selon moi en fournit la meilleure justification, découle de la conviction que le caractère normatif des notions téléologiques pourrait permettre de rendre compte du fait qu’un agent peut avoir des croyances fausses, alors même que le contenu d’une croyance est sa condition de vérité. De même, intuitivement, que la fonction d’une chose est ce que cette chose est censée faire, bien qu’elle puisse ne pas le faire ou même, être incapable de le faire, de même le contenu d’une croyance pourrait être identifié à (ou défini en fonction de) ce que cette croyance est censée faire, bien qu’elle puisse ne pas le faire. On espère ainsi pouvoir exploiter l’analogie entre le fait qu’un agent puisse avoir une croyance même dans le cas où sa condition de vérité n’est pas réalisée et le fait qu’une chose puisse avoir une fonction sans pour autant la remplir. Or il se trouve que le programme de l’interprétation radicale est précisément fondé sur le caractère irréductiblement normatif des notions intentionnelles, de sorte qu’il n’est pas interdit de penser qu’il pourrait y avoir des relations intéressantes entre les deux types de programme. Mais le programme de l’interprétation radicale est aussi basé sur le principe selon lequel les agents doivent être interprétés de manière à les faire apparaître aussi rationnels que possible, ce qui exclut, du moins dans l’esprit de Davidson, qu’ils puissent être généralement irrationnels (ou généralement dans l’erreur). Or il n’est pas clair que ce principe de rationalité s’accorde avec ceux de la téléosémantique. Il est possible, d’autre part, que les téléosémanticiens et les « herméneutes radicaux » ne soient pas en mesure de partager le même optimisme concernant la naturalisation de l’intentionnalité.

3Puisqu’il s’agit d’évaluer la pertinence des notions téléofonctionnelles dans la perspective d’une explication des phénomènes intentionnels, je ferai autant que possible abstraction de la question de savoir en quoi consiste le fait d’avoir une fonction pour un artefact, pour me concentrer sur la notion de fonction naturelle, entendant par là toute fonction qui ne dérive pas directement des intentions d’un concepteur ou d’un utilisateur. Pour la même raison, la notion de « comportement orienté vers une fin », que je considère comme une notion intentionnelle, ne sera pas discutée.

4Il y a plusieurs manières d’approcher la notion de fonction. Il y a d’abord une distinction générale entre les approches qui visent à produire une analyse du concept de fonction du sens commun ou du langage ordinaire, et celles qui visent à caractériser un concept de fonction qui jouisse de certaines vertus théoriques, c’est-à-dire (sans jeu de mot), qui soit capable de remplir certaines fonctions théoriques. Une notion théorique peut s’éloigner de la notion correspondante du sens commun de diverses manières, et ne garder avec elle qu’une ressemblance de famille. Ceci a pour conséquence méthodologique qu’une analyse de ce deuxième type ne peut pas toujours être critiquée en faisant valoir que certaines de ses conséquences sont contraires à nos intuitions concernant l’application du concept de fonction. Une telle analyse doit surtout être critiquée sur la base du fait qu’elle permet ou non de faire en sorte que le concept de fonction puisse jouer le rôle qu’il est présumé devoir jouer. Il doit être clair que mon intérêt, ici, pour le concept de fonction est de ce deuxième type, ce qui complique un peu les choses, puisque deux analyses théoriques du concept de fonction ne sont en compétition que si elles visent à lui faire remplir le même rôle théorique, et qu’il y a, du moins en principe, une multiplicité de rôles qu’on pourrait vouloir lui faire remplir. Comme je l’ai indiqué plus haut, mon objectif est d’identifier ou de dégager une notion de fonction qui puisse jouer un rôle dans la caractérisation de la notion de contenu, et/ou qui permette d’évaluer les mérites respectifs de la téléosémantique et de l’interprétation radicale. De ce point de vue, le trait essentiel du concept de fonction est son caractère normatif ; mais même en limitant l’attention aux analyses qui satisfont cette condition, il y a plusieurs propositions à examiner, sans compter celles qui concernent, non pas la caractérisation du concept de fonction, mais la manière de le mettre en œuvre dans l’explication de la notion de contenu. Il faut, en particulier, distinguer entre les approches qui visent à montrer que le concept de fonction est un concept intrinsèquement explicatif et les autres, qui ne lui reconnaissent qu’une valeur descriptive, heuristique ou évaluative. Celles-ci sont apparemment toutes des variantes ou des modifications de la conception traditionnelle selon laquelle une chose a une fonction lorsqu’elle contribue à l’atteinte d’un but du système dont elle fait partie (Boorse 1976, Prior 1985 et Woodfield 1976) et seront ici mises de côté.

2. L’analyse de Wright et la normalité statistique

5La conception qui semble actuellement avoir la faveur d’une majorité de téléosémanticiens, bien que chacun en donne sa propre version, dérive principalement de l’analyse étiologique de Wright (1973, 1976). Deux caractéristiques de l’analyse de Wright sont généralement retenues, à savoir, qu’une attribution de fonction est intrinsèquement explicative, et fait référence à une certaine étiologie de la chose à laquelle une fonction est attribuée. La proposition de Wright est, en substance, que Y est une fonction de X si et seulement si (i) X cause ou tend à causer Y et (ii) l’existence de X est causée (en partie) par le fait que (i), ou en d’autres termes, Y est une fonction de X si et seulement si X existe en partie parce que X cause ou tend à causer Y.

6Cette analyse a fait l’objet de nombreuses critiques, en particulier celles de Boorse (1976), Prior (1985), Bigelow et Pargetter (1987) et Bedau (1991, 1992b), qui ont amené notamment Millikan (1989a) et Neander (1991a, 1991b) à se porter à la défense de la conception étiologique, tout en la modifiant. La confusion qui se dégage de ces échanges semble être due en partie au fait que les protagonistes ne s’entendent apparemment pas sur les conditions qui devraient être satisfaites par une analyse adéquate de la notion de fonction, et en partie au fait qu’ils ne distinguent pas tous systématiquement entre les fonctions des types et celles des tokens. Je ne mentionnerai ici que les critiques qui visent à montrer que la conception étiologique ne rend pas convenablement compte de la notion de fonction naturelle, par opposition à celles qui visent à montrer qu’elle ne convient pas à la notion de fonction non naturelle.

  • 2 Une analyse systémique de la notion de fonction se caractérise par le fait qu’elle ignore l’histoir (...)

7Je prendrai comme point de départ une objection de Prior (1985 : 318 - 320) qui concerne la capacité de la conception étiologique à rendre compte simultanément de la distinction entre une chose qui a une fonction et une chose qui n’en a pas et de la distinction entre une chose qui fonctionne normalement et une chose qui ne fonctionne pas normalement. On notera cependant que cette objection vise moins à prendre la conception étiologique en défaut qu’à montrer que contrairement à ce que ses défenseurs revendiquent pour elle, elle ne rend pas mieux compte du caractère normatif de la notion de fonction qu’une analyse systémique2.

8Il est clair que selon l’analyse de Wright, un organe ne peut avoir une fonction qu’à condition d’avoir actuellement tendance à produire l’effet qu’il a pour fonction de produire (condition (i)). Cela s’accorde avec le jugement selon lequel l’appendice, par exemple, n’a pas de fonction chez l’humain, car bien que l’appendice ait (présumément) été sélectionné parce qu’il décomposait la cellulose, les appendices contemporains n’ont plus cet effet. La condition (i) de l’analyse de Wright semble donc essentielle pour distinguer entre les organes qui ont une fonction et ceux qui n’en ont pas, ou qui n’en ont plus. Cependant, cette même condition l’empêche apparemment, selon Prior, de rendre compte de la distinction entre les organes (fonctionnels) qui fonctionnent normalement et ceux qui ne fonctionnent pas normalement, à moins d’être réinterprétée d’une certaine manière.

9En effet, si mon pancréas devient incapable de produire une quantité suffisante d’insuline, alors il n’a plus tendance à produire une quantité suffisante d’insuline, et ne peut donc plus selon l’analyse de Wright, avoir pour fonction de produire de l’insuline, même si le fait que j’aie un pancréas s’explique en partie par le fait que les pancréas de mes ancêtres produisaient de l’insuline. On peut éliminer cette difficulté en supposant que l’analyse de Wright fait implicitement référence non pas à ce que la chose à laquelle une fonction est attribuée a tendance à causer, mais à ce que la plupart des choses du même type causent ou ont tendance à causer. Mais cela ne suffit pas tout à fait, car dans l’hypothèse où une proportion suffisante de la population humaine deviendrait subitement aveugle, les yeux n’auraient plus tendance à produire, par exemple sur le cerveau, les effets qu’ils produisent normalement, et même ainsi modifiée l’analyse de Wright impliquerait (en vertu de la condition (i)) que les yeux n’auraient tout simplement plus pour fonction de produire ces effets (ni apparemment aucune autre fonction). On ne peut apparemment éviter cette conséquence qu’à condition d’élargir encore la caractérisation de Wright de manière à faire référence non seulement aux effets que les entités du type X produisent actuellement, mais aussi à ceux qu’elles ont eus dans le passé. Dans l’hypothèse qu’on vient d’imaginer, l’analyse ainsi modifiée permettrait de maintenir que les yeux ont actuellement pour fonction de stimuler le cortex visuel de telle ou telle manière, bien que la plupart d’entre eux en soient incapables, en raison du fait que la plus grande partie des yeux présents et passés ont ou ont eu tendance à produire cet effet et que les yeux existent actuellement parce qu’ils ont ou ont généralement eu cet effet.

10Il faut ici noter deux choses, à savoir qu’en réinterprétant l’analyse de Wright de cette manière (1) on admet que ce sont d’abord les types, et non les tokens, qui sont porteurs de fonctions naturelles (et qu’un token n’a de fonction naturelle que dans la mesure où il est d’un certain type), et (2) on invoque une notion apparemment purement statistique pour distinguer entre les items fonctionnels qui fonctionnent normalement et ceux qui ne fonctionnent pas normalement. Prior (1985 : 320) en conclut que les étiologistes comme Neander et Millikan ont tort de prétendre que la conception étiologique est en mesure de fonder la notion de fonction sur une notion de normalité non statistique. Elle soutient au contraire que l’approche étiologique n’a pas d’autre choix que d’avoir recours à une telle conception de la normalité si elle veut être en mesure de distinguer entre les choses qui ne remplissent pas leur fonction et celles qui la remplissent, sans pour autant compromettre sa capacité de distinguer entre celles qui ont une fonction et celles qui n’en ont pas (ou plus). Cette approche n’aurait donc, de ce point de vue, aucun avantage sur l’approche systémique que Neander et Millikan critiquent précisément sur ce point. Comme Prior croit être en mesure de montrer que les analyses étiologiques ne permettent pas de rendre compte (1) de la possibilité que la fonction d’une chose change avec le temps ou (2) de la possibilité qu’une chose qui n’a pas d’ancêtre (c’est-à-dire, d’histoire causale) ait des fonctions naturelles, elle conclut à la supériorité de l’approche systémique. Son rejet de l’approche étiologique repose donc essentiellement sur ces deux arguments supplémentaires (qu’on trouve aussi chez Boorse (1976) et Bigelow et Pargetter (1987)). Mais avant de les examiner, il faut se demander s’il est vrai que l’approche étiologique ne peut s’appuyer sur autre chose qu’une définition statistique de la normalité, et si cela est problématique.

3. Sélection naturelle et normalité statistique

  • 3 Il faut noter que Neander ne propose la première formulation que pour les fonctions naturelles. Sel (...)

11Millikan (1984,1989a) et Neander (1991a, 1991b) défendent deux versions de la conception étiologique qui, quoique différentes, ont en commun d’induire une notion non statistique de normalité et de ne faire aucune référence aux capacités ou dispositions présentes des items fonctionnels. Selon la version de Neander (1991b), Y est une fonction de X si et seulement si X a été sélectionné parce que ses ancêtres ont eu Y comme effet, ou en termes plus simples, les fonctions d’une chose sont ceux de ses effets pour lesquels elle (c’est-à-dire ce type de choses) a été sélectionnée3. Une fonction est naturelle lorsqu’elle résulte d’un processus de sélection non intentionnel, et non naturelle dans le cas contraire. On notera qu’il suffit, pour obtenir cette caractérisation à partir de celle de Wright, d’en supprimer la première condition et de faire explicitement référence, dans la deuxième, à un processus de sélection.

12En abandonnant la condition (i) de Wright, Millikan et Neander sont apparemment en mesure d’admettre qu’un type de choses peut avoir une certaine fonction même si seulement une minorité des choses de ce type la remplissent ou sont capables de la remplir. Même si toute la population du globe devenait subitement aveugle (ou si la Terre était subitement plongée dans une obscurité permanente), les yeux auraient encore comme fonction de stimuler le cortex visuel de la manière habituelle, car selon cette conception purement sélectionniste, la fonction d’une chose n’a strictement rien à voir avec ses dispositions présentes, mais dépend uniquement de son origine causale. Certes, pour qu’une chose ait pour fonction de produire Y, il faut qu’un certain nombre de ses ancêtres aient effectivement produit Y ; mais il peut s’agir d’une minorité, et il peut même, en principe, être le cas qu’une minorité de tous les items passés et présents de ce type produisent ou soient capables de produire Y, ou encore qu’aucun des items présents de ce type ne produisent ou ne soient capables de produire Y.

13On pourrait être tenté de contester cette possibilité, en faisant remarquer qu’un type d’item ne peut être sélectionné que s’il a des effets qui confèrent un avantage adaptatif à ceux qui le possèdent et que les effets qu’il acquière éventuellement la fonction de produire ne peuvent être que ceux qui confèrent un tel avantage, de sorte qu’il faut s’attendre à ce que le nombre d’items de ce type qui remplissent effectivement leur fonction finisse par dépasser celui de ceux qui ne la remplissent pas.

14Même si ce raisonnement était correct, il montrerait tout au plus qu’une analyse basée sur une notion statistique de normalité (indexée temporellement) peut conduire aux mêmes attributions de fonction qu’une analyse sélectionniste, sans toucher la question de savoir quels sont les critères qui légitiment une attribution de fonction (c’est-à-dire, la question de savoir de quelle nature sont les normes sur lesquelles se fondent les attributions de fonctions). Mais ce raisonnement n’est pas correct et ne doit son apparence de plausibilité qu’au fait qu’il repose sur des hypothèses implicites qui ne sont pas toujours vérifiées.

  • 4 Ce sont là trois facteurs qui, outre la sélection naturelle, sont susceptibles d’affecter l’évoluti (...)

15S’il est vrai qu’un type d’item ne peut être sélectionné que s’il a certains effets qui confèrent un avantage adaptatif à ceux qui le possèdent et que les effets qu’il peut acquérir la fonction de produire ne peuvent être que ceux pour lesquels il a été sélectionné, il ne s’ensuit nullement que le nombre d’items de ce type qui remplissent cette fonction doit finir par dépasser celui de ceux qui ne la remplissent pas, mais tout au plus que le nombre d’individus qui possèdent un item de ce type (qui fonctionne ou non) doit finir par dépasser celui de ceux qui ne le possèdent pas. Même cela n’est vrai qu’à la condition qu’un nombre suffisant d’items de ce type continuent à conférer un avantage adaptatif pendant suffisamment longtemps (c’est-à-dire, que la sélection en faveur de ce type d’item se maintienne pendant une période suffisante), que le fait d’avoir un item de ce type se transmette de génération en génération, et que la pression de la sélection naturelle ne soit pas contrecarrée par d’autres forces évolutionnistes comme la migration, la dérive génétique ou la mutation4. Un type d’item peut cesser de produire les effets pour lesquels il a été sélectionné, par exemple à cause d’une modification de l’environnement, et continuer à se transmettre par inertie (ou parce qu’il confère désormais un autre type d’avantage), de sorte que sur l’ensemble de la population, toutes générations confondues, seule une minorité des items de ce type produisent ou ont produit ces effets.

  • 5 Pour être rigoureux, il faudrait sans doute se limiter ici aux individus qui atteignent un certain (...)

16Peut-être peut-on soutenir au moins que si la sélection en faveur d’un type d’item se maintient pendant assez longtemps et pour la même raison, alors il y aura une suite (non nulle) de générations telle que le nombre d’individus appartenant à l’une de ces générations5 qui possèdent un item de ce type qui remplit sa fonction dépasse le nombre d’individus appartenant à l’une de ces générations qui possèdent un item de ce type qui ne remplit pas sa fonction. Mais outre le fait qu’il n’est pas évident que cela puisse être très utile à qui voudrait défendre une conception statistique de la normalité (car il ne serait pas possible d’utiliser cette hypothèse à moins de savoir exactement pendant quelle période l’item considéré a été favorisé par la sélection, ce dont l’analyse de Neander ne tient aucun compte), ce n’est probablement pas juste non plus.

17Millikan cite volontiers l’exemple des spermatozoïdes pour illustrer la possibilité qu’un type d’item ait une fonction bien que la majorité des items de ce type ne la remplissent pas. Il est en effet évident que la plus grande partie des spermatozoïdes historiquement produits n’ont fécondé aucun ovule, et même qu’à chaque génération il y a plus de spermatozoïdes qui ne fécondent pas d’ovule qu’il n’y en a qui le font, bien que ce soit apparemment là une de leurs fonctions. Je ne sais pas dans quelle mesure on doit être convaincu par cet exemple particulier, car il n’est pas clair que l’analyse sélectionniste permette de dire que chaque spermatozoïde a, individuellement, pour fonction de féconder un ovule. Millikan et Neander semblent généralement tenir pour acquis que lorsqu’un type d’item est sélectionné, il est dès lors fixé dans la population concernée, en ce sens que tous les membres de la population finissent par le posséder, ce qui n’est pas toujours le cas, notamment lorsque l’avantage adaptatif conféré par cet item dépend de sa fréquence dans la population. Or c’est justement le cas des spermatozoïdes, puisque seuls les mâles en produisent. Même en ignorant cette difficulté, il n’est pas clair que les fonctions des spermatozoïdes ne devraient pas être considérées comme des fonctions dérivées, au sens de Millikan, c’est-à-dire des fonctions héritées du fait qu’ils sont produits par des organes (à savoir les testicules) qui ont comme fonction de féconder des ovules, et même, de féconder des ovules en produisant des spermatozoïdes. Dans ce cas, on peut sans doute soutenir que les mâles qui ont eu des testicules qui ont produit des spermatozoïdes ont eu de ce fait un avantage adaptatif (et peut-être que ceux qui ont produit davantage de spermatozoïdes ont eu davantage d’avantages), ce qui permet de conclure que les testicules ont été sélectionnés parce qu’ils ont produit des spermatozoïdes, et qu’ils ont ainsi fécondé des ovules, et donc qu’ils ont comme fonction de produire des spermatozoïdes et de féconder des ovules. Peut-être cela suffit-il pour conclure que les spermatozoïdes ont collectivement pour fonction de féconder des ovules, mais on ne peut en conclure que chaque spermatozoïde a individuellement cette fonction sans invoquer autre chose que la sélection naturelle, comme par exemple le principe selon lequel si un dispositif a comme fonction de produire Y et si ce dispositif produit normalement Y en produisant Z, alors Z a comme fonction (dérivée) de produire Y.

18Si cet exemple me paraît contestable, il est quand même au service d’une juste cause, car il permet d’attirer l’attention sur le fait qu’il n’y a pas, en principe (et pour autant que la seule sélection naturelle soit concernée), de limite au nombre de tokens d’un type d’item donné qu’un individu peut posséder. Cela signifie qu’il serait très hasardeux de tirer des conclusions générales concernant la proportion d’items d’un certain type qui remplissent leur fonction à partir d’hypothèses concernant la proportion d’individus qui possèdent des items de ce type. Mais qu’en est-il dans le cas où chaque individu possède au plus un item du type considéré ? Ne peut-on alors maintenir qu’il doit y avoir une période pendant laquelle la majorité des items de ce type produisent les effets qu’ils ont comme fonction de produire ?

19Notons d’abord qu’il y a un sens dans lequel deux items ne peuvent pas être du même type s’ils n’ont pas les mêmes effets dans les mêmes environnements. Comme par hypothèse tous les membres d’une population soumise au même processus de sélection évoluent dans le même environnement, il semblerait qu’un type d’item ne puisse être sélectionné pour produire Y que si tous les items de ce type produisent effectivement Y. Mais cette conclusion repose sur une mauvaise appréciation de ce qui constitue un environnement. Un environnement est un ensemble de caractéristiques relativement stables, mais incomplètement déterminées, en ce sens que des individus qui évoluent dans le même environnement peuvent néanmoins se trouver dans des situations différentes. Il est difficile de dire exactement à quel moment des situations différentes commencent à appartenir à des environnements différents, mais il ne fait pas de doute qu’une telle distinction est nécessaire.

  • 6 On notera que cette discussion laisse toutefois intacte la question de savoir si un type d’item peu (...)

20Un individu peut ne jamais se trouver dans une situation dans laquelle l’item considéré produira Y, ou dans une situation dans laquelle le fait que cet item produise Y confère un avantage. Songeons par exemple à un mécanisme de détection des prédateurs. Il se peut que le détecteur de certains individus n’ait jamais l’occasion de fonctionner, parce qu’ils ont la chance de ne jamais se trouver dans le voisinage d’un prédateur, ou qu’il n’ait l’occasion de fonctionner que dans des situations où il n’y a pas en fait de prédateur. Supposons pour simplifier qu’il arrive que ce détecteur ne produise pas Y lorsqu’il y a un prédateur, mais qu’il produise Y seulement s’il y a un prédateur à proximité, de sorte que la deuxième possibilité soit exclue. La population se répartit en deux groupes : les membres du premier se trouvent parfois à proximité d’un prédateur, mais pas ceux du second, mais presque tous ont un mécanisme qui produit ou produirait Y seulement s’il y a ou s’il y avait un prédateur à proximité. Puisqu’il arrive qu’il y ait un prédateur sans qu’il soit détecté, il semble que les membres du second groupe ont plus de chances de survivre et de se reproduire que ceux du premier, et que l’item en question ne devrait donc pas être sélectionné pour produire Y. Mais ceci ne tient pas compte du fait que même les membres du second groupe, qui évoluent, par hypothèse, dans le même environnement que les autres, courent le risque de se trouver à proximité d’un prédateur (en d’autres termes l’appartenance à l’un ou l’autre groupe est aléatoire, ou sinon il pourrait y avoir deux processus de sélection distincts, et les deux groupes pourraient être considérés comme deux populations distinctes). Dans ces conditions, tous les membres de la population qui ont un item du type considéré ont un avantage adaptatif sur ceux qui n’en ont pas, même si les membres du premier groupe sont en minorité. Il est donc possible que ce type d’item soit sélectionné pour produire Y même si une minorité d’items de ce type produisent effectivement Y6. Il va de soi cependant que plus la proportion d’individus qui se trouvent parfois à proximité d’un prédateur diminue, moins il est avantageux de posséder l’item en question ; mais l’avantage peut être suffisant pour que la sélection favorise les individus qui possèdent cet item même dans le cas où la probabilité de rencontrer un prédateur est inférieure à 1/2. Cela signifie que l’hypothèse évoquée plus haut (selon laquelle, si un type d’items a pour fonction de produire certains effets, alors il y a eu une période pendant laquelle la majorité des items de ce type ont effectivement produit les effets qu’ils ont pour fonction de produire) doit être rejetée, même dans le cas favorable où les individus ne possèdent pas plus d’un item du type considéré. En d’autres termes, il est parfaitement possible qu’un type d’item soit ou ait été sélectionné pour produire un certain effet sans qu’à aucun moment, il ne soit le cas que la majorité des items de ce type produisent cet effet.

21Il faut aussi noter qu’il y a une ambiguïté dans la notion de normalité statistique évoquée dans cette discussion. On a supposé jusqu’ici que lorsqu’un item a une fonction, il la remplit ou ne la remplit pas, simpliciter. Or ceci ne tient pas compte du fait qu’un item fonctionnel donné peut tantôt produire l’effet qu’il a pour fonction de produire, tantôt ne pas le produire. Une approche purement statistique devrait donc conduire à la conclusion non pas simplement que la plupart des items qui ont une fonction la remplissent (à un moment ou à un autre), mais que la plupart des items qui ont une fonction la remplissent la plupart du temps. Mais il n’y a apparemment aucune raison de croire que l’effet pour lequel un type d’item est sélectionné doive faire partie de ceux que les items de ce type produisent la plupart du temps, ou même, de ceux que les items de ce type produisent le plus souvent. La capacité de produire un certain effet (comme d’effrayer un intrus ou de capturer une proie) une fois de temps à autre peut être suffisante pour conférer un avantage adaptatif à ceux qui la possèdent.

22Il semble donc bel et bien que la conception sélectionniste se distingue de toutes les autres (y compris celle de Wright) en rompant avec la tradition selon laquelle les choses qui ont une fonction remplissent généralement cette fonction, c’est-à-dire en admettant que les cas déviants peuvent être plus nombreux que les cas normaux, tout en préservant le caractère normatif de la notion de fonction.

  • 7 Ceci vaut aussi pour Millikan, bien que Prior ne semble pas en connaître les travaux
  • 8 En réalité, l’exemple de l’appendice est contestable. Selon Neander (communication personnelle), il (...)

23Prior (1985 : 319) ne conteste pas cette conclusion, mais soutient néanmoins que cette analyse est inférieure à celle de Wright, et que toute version de l’approche étiologique qui voudrait rendre compte de la distinction entre les choses qui ont une fonction et celles qui n’en ont plus est condamnée à s’appuyer sur une notion statistique de normalité. En abandonnant toute référence aux dispositions présentes des items fonctionnels, Neander7 est en effet amenée à soutenir que l’appendice a actuellement pour fonction de décomposer la cellulose, puisque c’est parce que les appendices ont décomposé la cellulose qu’ils ont été sélectionnés, alors que l’intuition de Prior (qui s’accorde apparemment avec le point de vue des physiologistes) est que cet organe n’a plus cette fonction8. En d’autres termes, la conception sélectionniste n’admet apparemment pas qu’un item puisse perdre une de ses fonctions. En effet, si un type d’item a été sélectionné parce que ses ancêtres ont eu un certain type d’effet, cela reste vrai même longtemps après que les items de ce type aient cessé de produire ce type d’effet.

4. L’indexation temporelle du concept de fonction

  • 9 Cela conduit d’autre part à admettre la possibilité qu’un type d’item ait simultanément plusieurs f (...)

24Le jugement de Prior permet d’attirer l’attention sur le fait qu’un item fonctionnel n’a généralement une fonction donnée que pendant une certaine période, et qu’une attribution de fonction doit par conséquent être indexée temporellement. Selon la conception purement sélectionniste mentionnée dans la section précédente, un type d’item peut acquérir une fonction, mais non cesser d’avoir une fonction, une fois qu’il l’a acquise. Cela s’accorde mal non seulement avec le sens commun, mais aussi avec la pratique des physiologistes9. Mais il y a d’autres manières de rendre justice à l’intuition selon laquelle une fonction doit être le fruit d’un processus de sélection sans pour autant admettre cette conséquence. La plus évidente consisterait tout simplement à rétablir la condition (i) de Wright, ce qui nous renverrait cependant à l’idée qu’un type d’item ne peut avoir une fonction que si la plupart des items de ce type la remplissent, et donnerait ainsi raison à Prior. Celle-ci prétend qu’aucune version de la conception sélectionniste ne peut éviter simultanément ces deux écueils. C’est ce qu’on ne pourra toutefois pas commencer à vérifier avant d’avoir déterminé quelles sont les analyses sélectionnistes possibles (ou puisqu’il n’est sans doute pas possible d’être exhaustif, quelles sont, parmi elles, les plus plausibles).

25Notons d’abord qu’une approche sélectionniste n’est pas tenue de limiter le processus de sélection qui confère une fonction à un type d’item au passé, ni de retenir tout le passé, même le plus lointain. Bigelow et Pargetter (1987) ont même proposé une analyse sélectionniste qui fait complètement abstraction de l’histoire passée des items fonctionnels pour s’appuyer uniquement sur la disposition ou la propension à être sélectionné. Cette proposition a été sévèrement critiquée par les étiologistes (Godffey-Smith 1991a, Millikan 1993b, Neander 1991a et Mitchell 1993), qui lui reprochent principalement de ne pas rendre compte de la valeur explicative du concept de fonction. Mais le problème de la valeur explicative sera abordé plus loin.

26Bigelow et Pargetter soutiennent que le concept de fonction est foncièrement orienté vers l’avenir (forward-looking), et non vers le passé comme le prétendent les étiologistes. Selon eux, un item fonctionnel ne tient pas sa fonction du fait qu’il a été sélectionné pour produire un certain effet, mais du fait qu’il confère à celui qui le possède une propension qui en augmente les chances de survie (a survival enhancing propensity) dans son habitat naturel, ou du fait qu’il a une propension à être sélectionné en vertu du fait qu’il produit ou est disposé à produire un certain effet (qu’il a par conséquent pour fonction de produire). Bigelow et Pargetter semblent tenir ces deux formulations pour équivalentes, bien que le fait qu’un item contribue positivement aux chances de survie (ou mieux, à la fitness) de certains individus ne signifie nullement qu’il sera sélectionné, ni même qu’il serait sélectionné si ces individus se trouvaient dans leur habitat naturel, du moins selon une certaine interprétation.

27La notion de contribution positive à la fitness semble en effet assez proproblématique ; c’est une notion comparative et contrefactuelle qui semble pouvoir s’interpréter d’au moins deux manières. Intuitivement, un item contribue positivement à la fitness de l’individu qui le possède si celui-ci a plus de chances de survivre et de se reproduire que s’il ne le possédait pas. Mais s’il ne le possédait pas, il y a un nombre indéfini d’autres items qu’il pourrait posséder à la place. Selon cette interprétation, un item ne contribue positivement à la fitness d’un individu que s’il est supérieur à tous les items que celui-ci pourrait avoir à la place, ce qui semble assez contraire à l’intuition, mais s’accorde apparemment avec l’idée que contribuer positivement à la fitness implique une propension à être sélectionné. Il va de soi qu’on ne peut comparer les effets de différents items sur la fitness que relativement à un environnement donné, d’où la nécessité pour Bigelow et Pargetter d’invoquer la notion d’habitat naturel.

28Mais selon l’interprétation la plus naturelle, il devrait être possible que deux items contribuent positivement à la fitness quoique à des degrés divers. Cela ne pose pas de difficulté lorsqu’il s’agit de deux items que le même individu peut posséder simultanément, mais dans ce cas l’un n’est pas sélectionné de préférence à l’autre. Il est tentant de comprendre qu’un item contribue positivement à la fitness de l’individu qui le possède lorsque celui-ci a plus de chances de survivre et de se reproduire que s’il était simplement privé de cet item, c’est-à-dire, lorsqu’il a un avantage adaptatif, non pas sur tous ceux qui ne le possèderaient pas, mais simplement sur ceux qui n’en diffèreraient que par le fait qu’ils ne le possèderaient pas. Mais l’idée qu’un individu puisse être identique à un autre sauf pour le fait qu’il ne possède pas un certain trait (c’est-à-dire l’idée que tous les individus qui diffèrent minimalement d’un individu donné ne diffèrent pas significativement entre eux, par exemple du point de vue de leurs chances de survie et de reproduction) est passablement douteuse. D’autre part, si on retenait l’idée qu’il suffit, pour être sélectionné, de contribuer positivement à la fitness, cette interprétation conduirait à la conclusion qu’un item peut être sélectionné même s’il est en fait moins avantageux qu’un autre item aussi présent dans une population donnée, ce qui s’accorde mal avec la théorie de la sélection naturelle. Il est en effet tout à fait possible que les individus qui possèdent un certain item A aient plus de chances de survivre et de se reproduire que ceux qui n’en diffèreraient que par le fait qu’ils ne le possèdent pas, mais moins de chances de survivre et de se reproduire que ceux qui possèderaient l’item B à la place. Dans ce cas, il faudrait admettre que même s’il y avait dans la population des individus qui possèdent l’item B, l’item A serait sélectionné (de même que l’item B) ! Cette interprétation ne pourrait donc être retenue qu’à condition de rejeter la seconde formulation de Bigelow et Pargetter, selon laquelle un item a une fonction lorsqu’il a une propension à être sélectionné. Je suis par conséquent enclin à penser que c’est la première interprétation qui correspond le mieux aux intentions de Bigelow et Pargetter, ou qui semble du moins la plus charitable.

29Comme le remarquent cependant Godffey-Smith (1991a : 36) et Millikan (1993b : 38-40) un item n’est pas sélectionné simplement en vertu du fait qu’il contribue positivement à la fitness de ceux qui le possèdent, c’est-à-dire (selon l’interprétation retenue) en vertu du fait que ceux qui le possèdent ont de meilleures chances de survivre et de se reproduire que tous ceux qui ne le possèderaient pas, mais plutôt en vertu du fait que ceux qui le possèdent ont un avantage adaptatif sur ceux qui ne le possèdent pas en fait. En d’autres termes, il n’y a pas de sélection sans compétition, et un item donné est en compétition avec ceux que certains membres de la population ont effectivement à la place, et non pas avec tous ceux qu’ils pourraient avoir à la place, quels qu’ils soient.

30Supposer que dire qu’un item a une propension à être sélectionné revient à dire qu’il serait sélectionné si la population concernée était dans son habitat naturel et s’il n’entrait jamais en compétition avec un item sur lequel il n’aurait pas l’avantage, aurait donc manifestement pour effet de trivialiser la proposition de Bigelow et Pargetter. Dans ces conditions, on doit comprendre que dire qu’un item a une propension à être sélectionné, ce n’est pas dire simplement qu’il serait sélectionné si la population concernée était dans son habitat naturel, c’est aussi prétendre qu’il n’entrerait alors jamais en compétition avec un item sur lequel il n’aurait pas l’avantage. Mais à moins de pouvoir montrer a priori que cet item est « le meilleur possible », rien ne permet d’exclure que l’évolution ne tombe un jour sur un item plus avantageux, ou que l’habitat naturel ne se modifie de manière à faire en sorte qu’un autre item soit plus avantageux (sans compter les effets possibles des autres forces évolutionnistes). Il s’ensuit que, correctement interprétée, l’approche de Bigelow et Pargetter dépend tout autant d’hypothèses historiques contingentes que l’approche étiologique, bien qu’il s’agisse d’hypothèses concernant l’avenir.

31Il est vrai qu’aussi longtemps qu’on n’identifie pas l’habitat naturel à l’environnement historiquement donné, ces hypothèses historiques restent contrefactuelles ; mais il n’y a justement pas d’autre manière plausible de comprendre la notion d’habitat naturel. Il serait certainement circulaire de prétendre que l’environnement naturel d’une population est celui dans lequel ses membres auraient les meilleures chances de survie et de reproduction, c’est-à-dire, celui dans lequel les traits qu’ils possèdent seraient sélectionnés (et seraient donc plus avantageux que tous leurs compétiteurs possibles). D’autre part, Bigelow et Pargetter sont implicitement engagés à soutenir que la fonction d’un item ne peut changer que si l’habitat naturel de la population donnée peut changer. Mais si l’habitat naturel peut changer, quel sens y a-t-il à dire qu’un certain item serait sélectionné si ceux qui le possèdent étaient dans leur habitat naturel ? Ce qui doit être considéré comme l’habitat naturel d’une population à un moment donné est certainement historiquement contingent.

32J’en conclus que l’interprétation la plus cohérente de la suggestion de Bigelow et Pargetter, mais non la plus fidèle, est celle selon laquelle un item a actuellement pour fonction de produire Y, s’il a actuellement une propension à être sélectionné pour produire Y, en ce sens qu’il sera sélectionné pour produire Y si l’environnement (historiquement) donné ne change pas de manière significative. Comme je l’ai souligné, cela implique qu’on fasse l’hypothèse qu’il ne se présentera pas, en fait, de compétiteur plus avantageux (à moins de changement dans l’environnement), et que la sélection naturelle ne sera pas contrecarrée par d’autres forces. Cette analyse diffère de l’analyse étiologique non seulement par le fait qu’elle fait référence à l’avenir là où celle-ci fait référence au passé mais aussi par le fait qu’elle postule explicitement la stabilité de l’environnement présent.

33En remplaçant simplement, dans l’analyse étiologique, la référence au passé par une référence à l’avenir, on serait conduit à l’idée selon laquelle un item a pour fonction de produire Y s’il est vrai qu’il sera éventuellement sélectionné pour produire Y, c’est-à-dire, si la population donnée se trouvera un jour dans un environnement dans lequel cet item sera sélectionné pour produire Y. Selon cette analyse, un item aurait actuellement pour fonction de produire tous les effets pour lesquels il sera éventuellement sélectionné, c’est-à-dire, tous les effets en vertu desquels il confèrera un avantage adaptatif à un moment ou à un autre, et cela avant d’être sélectionné pour les produire, et même avant de les avoir jamais produits. Le problème de cette analyse est l’inverse de celui de l’analyse étiologique : un item peut perdre une fonction, car il peut cesser d’être sélectionné pour produire un certain effet, mais il ne peut acquérir une nouvelle fonction. Il a déjà pour fonction de produire tous les effets pour lesquels il sera sélectionné.

34De même que l’approche de Bigelow et Pargetter suggère une analyse sélectionniste qui prolonge l’environnement présent dans l’avenir, de même l’approche étiologique pourrait être modifiée de manière à prolonger l’environnement présent dans le passé, en disant, par exemple, qu’un item a pour fonction de produire Y si et seulement si il a récemment été sélectionné pour produire Y dans un environnement semblable à l’environnement présent. On pourrait aussi ignorer complètement l’environnement présent, et faire uniquement référence au passé récent ou à l’avenir proche, ou encore se limiter au présent. Nous avons donc au moins sept analyses sélectionnistes possibles :

un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si
(1) il a déjà été sélectionné pour produire Y,
(2) il sera un jour sélectionné pour produire Y,
(3) il a récemment été sélectionné pour produire Y,
(4) il sera bientôt sélectionné pour produire Y,
(5) il a récemment été sélectionné pour produire Y et continue de l’être,
(6) il est actuellement sélectionné pour produire Y et continuera de l’être pendant un certain temps,
(7) il est actuellement sélectionné pour produire Y.

35On a déjà remarqué que les propositions (1) et (2) étaient incapables de rendre compte du fait qu’un item peut à la fois perdre une fonction et en acquérir une nouvelle. On notera cependant qu’elles doivent être comprises de manière à faire implicitement référence à l’environnement passé ou futur, sans présumer de sa ressemblance avec l’environnement présent. Elles sont à strictement parler équivalentes à :

(1’) un item a pour fonction de produire Y si et seulement si il y a un environnement dans lequel il a déjà été sélectionné pour produire Y,
(2’) un item a pour fonction de produire Y si et seulement si il y a un environnement dans lequel il sera un jour sélectionné pour produire Y.

36Les propositions (3) et (4) doivent être comprises de la même manière, et laissent donc, contrairement à (5) et (6), la possibilité que l’environnement du passé récent ou de l’avenir proche soient différents de l’environnement présent. Enfin les propositions (5), (6) et (7) révèlent qu’en dépit du fait que plusieurs auteurs utilisent l’expression « a été sélectionné » pour signifier que la sélection naturelle a conduit à la fixation d’un certain item au sein d’une population, la sélection naturelle est un processus qui s’étend sur une certaine période (et qui ne conduit pas nécessairement à la fixation de l’item sélectionné, c’est-à-dire, de l’item qui est favorisé par ce processus). Les propositions (1) - (4) souffrent potentiellement toutes de cette ambiguïté entre le résultat et le processus. Appelons (3r) et (4r), les interprétations qui font référence au résultat de la sélection, et (3p) et (4p), celles qui font référence au processus de sélection, c’est-à-dire, au fait que l’item en question soit favorisé par la sélection pendant la période considérée (ou de manière équivalente, au fait que l’item en question confère un avantage adaptatif à ceux qui le possèdent, en vertu du fait qu’il produit Y).

  • 10 Selon eux, les plumes ont eu à l’origine un rôle thermo-régulateur.

37Considérons maintenant (3r). Selon cette proposition, un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il s’est récemment fixé dans la population en vertu du fait qu’il produisait Y, c’est-à-dire, si et seulement si il a récemment été favorisé par la sélection naturelle parce qu’il produisait Y et si ce processus de sélection a conduit à sa fixation. Il est clair que cette analyse autorise un item à perdre une fonction qu’il a déjà acquise : un item n’a plus la fonction de produire Y lorsque le processus de sélection qui a conduit à sa fixation est lointain. Elle ne permet pas, cependant, qu’un item qui est déjà fixé dans la population acquière une nouvelle fonction (à moins qu’il ne cesse d’être fixé pour ensuite le redevenir). Or il n’y a aucune raison de croire que cela n’est pas possible. Une telle situation correspond, par exemple, à la conjecture de Gould et Vrba (1982 :7) concernant la fonction des plumes chez les oiseaux, selon laquelle les oiseaux auraient eu des plumes bien avant d’être capables de voler, bien qu’elles aient aujourd’hui pour fonction de leur permettre de voler10. Mais dans ce cas ce n’est pas le fait qu’elles permettent de voler qui expliquent la fixation des plumes chez les oiseaux, et comme celle-ci n’est pas récente, les plumes ne peuvent avoir aucune fonction, selon l’analyse (3r).

38Des remarques analogues s’appliquent à (4r), qui peut donc aussi être rejetée. Cela laisse en principe cinq propositions à considérer ((3p) - (4p), et (5) - (7)), c’est-à-dire cinq propositions qui semblent toutes autoriser un item à perdre et à acquérir une fonction, sans pour autant invoquer une notion statistique de normalité.

5. Le passé, le présent ou l’avenir ?

  • 11 Et à laquelle Millikan (1993b : 40) semble finalement se rallier, lorsqu’elle identifie la fonction (...)

39Considérons d’abord une analyse qui est très proche de celle défendue par Godfrey-Smith (1991a)11, à savoir (3p). Selon cette proposition, un item a pour fonction de produire Y si et seulement si il a récemment été favorisé par la sélection naturelle en vertu du fait qu’il produisait Y. Cette proposition ne se distingue de (5) que dans le cas où l’environnement s’est récemment transformé de manière à ce que l’item en question ne soit plus favorisé parce qu’il produit Y (soit qu’il ne le produit plus, soit que le fait qu’il le produise ne constitue plus un avantage). On ne doit donc préférer (3p) à (5) que si on admet qu’un item peut conserver la fonction de produire Y alors même qu’il n’est plus sélectionné pour produire Y. Si on admet cela, il faudra éventuellement se demander pendant combien de temps il peut la conserver. On ne peut pas dire qu’il la conserve indéfiniment sans la rendre à toutes fins pratiques équivalente à (1p). Plusieurs semblent avoir l’intuition qu’un item qui était jusqu’à récemment favorisé par la sélection pour produire Y, mais qui a maintenant cessé de l’être, conserve la fonction de produire Y au moins pendant un certain temps. Cette intuition peut s’appuyer sur le fait que la sélection a toujours un temps de retard sur l’évolution de l’environnement, et ne semble pas déraisonnable. Mais supposons qu’au moment où un certain item cesse d’être sélectionné pour produire Y, il commence à être sélectionné pour produire Z :

  • 12 On pourrait croire que l’objection que je m’apprête à formuler n’est pas fondée, puisque (3p) ne pe (...)

40Comme il n’y a généralement aucun problème à supposer qu’une chose a plusieurs fonctions12, on pourrait peut-être dire que cet item continue d’avoir pour fonction de produire Y, et commence à avoir pour fonction de produire Z. Mais il se pourrait que la production de Z soit incompatible avec celle de Y, ce qui soulève le problème mentionné dans la note 9, à savoir que l’item en question serait alors « censé faire » deux choses mutuellement incompatibles, au moins pendant un certain temps. Cette objection n’est peut-être pas décisive, dans la mesure où il n’y a aucune raison de penser que Mère Nature doive être cohérente.

41Mais il semble évident qu’il n’y a pas d’incohérence, dans ce cas, puisque les deux fonctions en question sont en quelque sorte imposées par deux environnements différents. Si je suis supposé faire deux choses incompatibles parce qu’une certaine personne me les a demandées, cette personne est incohérente ; mais si ce sont deux personnes différentes qui m’ont demandé ces choses, aucune d’elles n’est nécessairement incohérente. De la même manière, un item ne peut conférer d’avantage adaptatif à la fois en vertu du fait qu’il produit Y et du fait qu’il produit Z, s’il est impossible qu’il produise à la fois Y et Z, de sorte que si un item est sélectionné pour produire Y et pour produire Z, ce ne peut être que relativement à deux environnements différents. Or la proposition (3p) masque apparemment ce fait, ce qui me semble être une raison de lui préférer (5). Modifier (3p) de manière à exiger que l’item considéré soit sélectionné pour produire Y du début à la fin de la période visée permettrait de supprimer la difficulté, mais aurait pour effet que dans la situation décrite plus haut, l’item concerné n’aurait aucune fonction, ce qui n’est guère plus acceptable.

42Par parité, (6) semble préférable à (4p). Mais il pourrait aussi y avoir une raison supplémentaire en faveur de cette préférence. C’est que (4p) autorise un item à avoir pour fonction de produire Y non seulement avant de commencer à être sélectionné pour le produire, mais même avant de l’avoir jamais produit. Certes, (3p) autorise, à l’inverse, un item à avoir pour fonction de produire Y non seulement après avoir cessé d’être sélectionné pour le produire, mais même après avoir cessé de le produire ; mais cela n’est pas aussi choquant, et ne conduit en soi à aucune difficulté. Cela semble lié au fait qu’il est intuitivement plus acceptable de conclure qu’un certain item est actuellement supposé faire Y à partir du fait qu’il a été sélectionné pour le faire, que de le conclure à partir du fait qu’il le sera. Cette asymétrie s’explique sans doute par le fait qu’il est naturel, dans beaucoup de cas, de présumer qu’un item qui a récemment été sélectionné pour faire Y continue actuellement de l’être, et donc par le fait que (3p) est aisément confondu avec (5).

43Il semble donc judicieux de se concentrer désormais sur les propositions (5), (6) et (7). Ces trois propositions ne diffèrent que par leur orientation temporelle ; (5) est orientée vers le passé, (6) vers l’avenir et (7) vers le présent. Aucune n’implique une notion statistique de normalité. Elles ne s’accordent cependant pas toutes avec la même conception de la valeur explicative des attributions de fonction. Selon Neander, Millikan et Godfrey-Smith, seule une analyse orientée vers le passé permet de rendre justice à l’intuition selon laquelle attribuer une fonction à quelque chose équivaut à en expliquer causalement l’existence. Il semble en effet assez clair que s’il y a un sens dans lequel une attribution de fonction basée sur (6) ou (7) explique l’existence d’une chose, il ne s’agit probablement pas d’une explication causale. Mais on peut se demander si, et en quel sens, une attribution de fonction basée sur (5) explique causalement l’existence de l’item fonctionnel concerné.

44Selon cette analyse, un type d’item a actuellement pour fonction de produire Y si et seulement si il a récemment été sélectionné pour produire Y et continue actuellement de l’être. Or un type d’item est sélectionné pour produire Y seulement si au moins certains items de ce type produisent Y et si le fait qu’ils produisent Y confère un avantage adaptatif à ceux qui les possèdent, c’est-à-dire, seulement s’il est sélectionné parce qu’il produit Y. Comme un item ne peut produire quoi que ce soit à moins d’exister, le fait qu’il produise tel ou tel effet ne peut manifestement pas être la (ni même une) cause de son existence, si on entend par là le fait qu’il vienne à l’existence. Il est naturel d’interpréter une attribution fonctionnelle correspondant à la proposition (1) comme une explication du fait qu’un certain type d’item soit actuellement répandu (ou même fixé) dans une certaine population. Mais un item peut avoir une fonction dans le sens de (5) même s’il n’est pas encore très répandu, et même s’il ne le devient jamais.

45La seule chose que le fait qu’un certain type d’item soit sélectionné permet apparemment d’expliquer, c’est que ceux qui possèdent un item de ce type se reproduisent davantage que les autres. On notera que cette explication est indépendante de l’effet spécifique pour lequel ce type d’item est sélectionné. Dire qu’un type d’item est sélectionné parce qu’il produit Y, c’est dire que le fait que les items de ce type produisent Y confère un avantage adaptatif à ceux qui les possèdent. La relation entre le fait que ce type d’item produise Y et le fait que ceux qui possèdent un item de ce type soient avantagés n’est pas une relation causale, mais, pour ainsi dire, constitutive : le fait que ces individus soient avantagés (ou qu’ils aient tel ou tel degré de fitness) n’est pas causé par, mais consiste dans le fait qu’ils possèdent un item qui produit Y. Ainsi, le fait que l’item considéré produise Y est (en partie) constitutif du fait que les individus qui le possèdent ont un avantage adaptatif sur ceux qui ne le possèdent pas, qui explique, quant à lui, que ceux-ci se reproduisent davantage. Il n’est pas sûr que le lien explicatif entre le fait d’avoir un avantage et le fait de se reproduire davantage soit un lien causal, mais même si ce n’était pas le cas, il pourrait être possible de soutenir que le fait que cet item produise Y est (en partie) la cause du fait que ceux qui le possèdent se reproduisent davantage que les autres. Quoi qu’il en soit, admettons pour l’instant que dire qu’un item est sélectionné pour produire Y explique causalement (lorsque c’est vrai) pourquoi les individus qui le possèdent survivent et se reproduisent davantage que les autres.

46Ce qu’il y a de remarquable dans cette conclusion, c’est qu’elle n’est orientée ni vers le passé, ni vers l’avenir, sans pour autant enfreindre le principe selon lequel une cause doit précéder son effet. Tant qu’on insiste pour dire qu’une attribution de fonction doit expliquer causalement l’existence de l’item fonctionnel concerné, il est naturel d’exclure les analyses orientées vers le présent ou vers l’avenir. Car si on peut dire qu’un certain item existe parce qu’il est sélectionné ou parce qu’il sera sélectionné, cela ne peut être dans le sens causal. Mais le fait qu’un item soit sélectionné au temps t n’explique pourquoi cet item existe au temps t + x qu’en vertu du fait qu’il explique pourquoi les individus qui le possèdent se reproduisent plus que les autres, et il est apparemment possible d’interpréter cette explication comme une explication causale.

  • 13 Il ne faut naturellement pas oublier que les « moments du temps » mentionnés dans de tels contextes (...)

47Cette conclusion permet de soutenir que (7) est préférable à (5) et à (6). Notons d’abord que (7) et (6) ont exactement la même force explicative, car (6) ne diffère de (7) que par le fait qu’une attribution de fonction conforme à (6) inclut une prédiction selon laquelle les individus qui possèdent l’item en question continueront à se reproduire plus que les autres. Mais le plus gênant, c’est que selon l’analyse (6) il peut arriver un moment où l’item considéré cesse d’avoir pour fonction de produire Y, alors qu’il est encore sélectionné pour le produire (à savoir, lorsqu’il cesse d’être le cas qu’il continuera à être sélectionné pour produire Y). De la même manière, selon l’analyse (5), il y a un moment où l’item considéré n’a pas encore pour fonction de produire Y, alors qu’il est déjà sélectionné pour le produire (à savoir, lorsqu’il commence à être sélectionné pour produire Y). Soit t le moment où l’item en question commence à être sélectionné pour produire Y. En supposant que cet item continue à être sélectionné pour produire Y jusqu’au temps t + x, on se trouvera alors dans la situation suivante. Selon l’analyse (5), cet item a pour fonction de produire Y au temps t + x, mais pas au temps t, et selon l’analyse (6) il a pour fonction de produire Y au temps t, mais pas au temps t + x ; tandis que selon l’analyse (7), il a cette fonction au temps t + x et au temps t. Ainsi, les analyses (5) et (6) établissent une asymétrie entre le temps t et le temps t + x, alors que du point de vue de l’explication, il n’y a aucune différence significative. Le fait que l’item considéré soit sélectionné pour produire Y au temps t explique pourquoi les individus qui le possèdent se reproduisent davantage que les autres au temps t + Δt, exactement de la même manière que le fait qu’il soit sélectionné pour produire Y au temps t + x explique pourquoi les individus qui le possèdent se reproduisent davantage que les autres au temps t + x+ Δ(t + x)13. Mais dans ces conditions, ne faudrait-il pas que le concept de fonction s’applique ou ne s’applique pas de la même manière dans les deux cas ? Cela crée, me semble-t-il, une présomption en faveur de la conclusion que (7) est l’analyse qui rend le mieux compte de la valeur explicative de la notion de fonction : une chose a comme fonction de faire Y à partir du moment où elle commence à être sélectionnée pour le foire, et tant et aussi longtemps qu’elle est sélectionnée pour le faire.

6. Quelques questions embarrassantes

48Je pense avoir montré qu’il y a au moins trois manières d’analyser la notion de fonction en termes purement sélectionnistes, tout en évitant d’invoquer une notion statistique de normalité et en rendant compte de la possibilité pour un item d’acquérir et de perdre des fonctions. De ces trois analyses, il y en a deux, à savoir celle qui est orientée vers le passé et celle qui est orientée vers l’avenir, qui introduisent du point de vue explicatif une asymétrie qui semble arbitraire, de sorte qu’une analyse entièrement orientée vers le présent, telle que (7), semble préférable. Cela montre que (7) satisfait les contraintes admises jusqu’ici, mais non qu’elle constitue une analyse acceptable. Il s’agit maintenant d’examiner quelques-unes des particularités de cette analyse et de vérifier si elles militent en sa faveur.

49Examinons d’abord brièvement la dernière objection soulevée par Prior (1985 : 314) contre l’approche étiologique. Cette objection, qui est probablement la plus populaire, est anticipée par Wimsatt (1972 : 15) et on en trouve des formulations chez Boorse (1976 : 373) et Bigelow et Pargetter (1987 :188). Elle s’appuie sur l’intuition selon laquelle un type d’item qui n’aurait pas été sélectionné, et qui n’aurait donc pas d’histoire causale, pourrait néanmoins avoir des fonctions. Ainsi, il est tentant, à première vue, de soutenir avec ces auteurs que le cœur aurait pour fonction de faire circuler le sang même si le monde avait été créé il y a seulement cinq minutes, exactement dans l’état où il est actuellement. Neander et Millikan admettent que leurs analyses respectives entrent en conflit avec cette intuition, mais concluent que dans ce cas, c’est l’intuition qui doit être corrigée par la théorie, et non le contraire. Neander prétend d’autre part que seule une analyse purement étiologique permet de rendre adéquatement compte du caractère non statistique des normes biologiques ; mais j’ai montré que ce n’était pas le cas.

50Toutes choses égales, il est préférable de s’accorder avec une intuition que de s’y opposer. Or il semble bien que l’analyse (7) permette de rendre au moins partiellement justice à l’intuition invoquée par cette objection « créationniste ». On peut en effet présumer que le cœur commence à être sélectionné pour faire circuler le sang aussitôt que le monde commence à exister, s’il est vrai qu’il est créé exactement dans l’état où il se trouve actuellement (et que le cœur est actuellement sélectionné pour cela, au moins en partie). Certes, il ne peut y avoir de sélection dans le cas où le monde ne serait créé que pour être détruit dans la minute suivante, car un item ne peut être sélectionné pour produire un certain effet que s’il a au moins le temps de le produire, de sorte qu’il ne peut, selon cette analyse, y avoir de fonction sans une certaine durée. L’analyse (7) s’accorde en ce sens avec l’idée que le concept de fonction est en partie historique et non dispositionnel. Si ceux qui avancent l’objection « créationniste » (comme cela semble être le cas de Bigelow et Pargetter) entendent soutenir que le cœur aurait comme fonction de faire circuler le sang simplement en vertu du fait qu’il serait disposé à le faire circuler (et que cela ferait en sorte qu’il serait sélectionné, si le monde continuait à exister), alors il est clair que (7) ne s’accorde pas avec cette intuition. On aurait donc tort de prétendre que (7) marque un retour à une conception dispositionnelle, quoiqu’elle s’en rapproche.

51Selon (7), un type d’item a actuellement pour fonction de produire Y si et seulement si il est actuellement sélectionné pour produire Y. J’ai noté plus haut que contrairement à certaines des autres analyses sélectionnistes que j’ai mentionnées, l’expression « être sélectionné » ne pouvait, dans cette formulation, faire référence qu’au processus de la sélection naturelle et non à un résultat éventuel. J’ai admis, à toutes fins pratiques, que dire qu’un item est sélectionné revient à dire qu’il est favorisé par la sélection naturelle, ou qu’il confère à ceux qui le possèdent un avantage adaptatif sur ceux qui ne le possèdent pas. Mais ces reformulations ne sont peut-être pas équivalentes. Faut-il comprendre qu’un item est sélectionné seulement si ceux qui le possèdent se multiplient en fait davantage que les autres, c’est-à-dire seulement si la population évolue en fait sous la pression de la sélection naturelle, ou peut-on admettre qu’un item est sélectionné dès lors qu’il confère un avantage adaptatif à ceux qui le possèdent, même si d’autres forces évolutionnistes font en sorte que la proportion de ceux qui le possèdent n’augmente pas ? En d’autres termes, peut-on dire qu’un item a une fonction dès lors que la pression de la sélection naturelle le favorise, même si cette pression est annulée ou renversée par celles d’autres forces ? On notera que cette question a une incidence sur celle de la valeur explicative des attributions de fonction. Si on admet en effet la seconde possibilité, dire qu’un item est sélectionné ne constitue pas toujours une explication, même partielle, du fait que ceux qui le possèdent se reproduisent davantage que les autres, puisque cela peut ne pas être le cas.

52Il est bien connu que le cours de l’évolution n’est pas déterminé uniquement par la pression de la sélection naturelle, mais dépend aussi en partie de certains facteurs « aléatoires » tels que la mutation et la dérive génétique, qui peuvent faire en sorte qu’un item soit éliminé d’une population bien qu’il soit en fait plus avantageux que ses compétiteurs. Supposons qu’au temps t, l’item A soit en compétition avec l’item B, sur lequel il a l’avantage, mais que les individus qui possèdent l’item B se reproduisent davantage que ceux qui possèdent l’item A. Selon la manière dont (7) est interprétée, elle conduit dans ce cas à des verdicts différents concernant l’item A. S’il faut comprendre que la sélection naturelle doit effectivement se traduire par une augmentation relative du taux de reproduction des individus qui possèdent l’item le plus avantageux (interprétation (i)) par rapport à celui de tous les autres, alors il faut dire que l’item A n’a pas de fonction ; tandis que s’il suffit que l’item considéré soit effectivement plus avantageux que ses compétiteurs (interprétation (ii)), alors on peut dire que l’item A a une fonction. Selon l’interprétation (ii), un item qui a la fonction de produire Y cesse donc d’avoir cette fonction aussitôt qu’apparaît dans la population un item qui lui est supérieur, même si ce dernier est rapidement éliminé en raison d’autres facteurs évolutionnistes. Ces deux interprétations pourraient être formulées (approximativement) de la manière suivante :

(i) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il l’emporte effectivement sur ses compétiteurs en vertu du fait que produire Y lui confère sur eux un avantage adaptatif,
(ii) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si le fait qu’il produise Y lui confère un avantage adaptatif sur ses compétiteurs.

53Aucune de ces deux interprétations de (7) ne permet d’attribuer une fonction à l’item B, en dépit du fait qu’il y a des circonstances où on pourrait être tenté de le faire. Car le fait que la sélection naturelle ne soit pas la cause du fait que B surclasse A n’exclut pas qu’elle soit la cause du fait que B surclasse ses autres compétiteurs, ni par conséquent qu’il soit plus avantageux que ses autres compétiteurs. Et si c’était le cas, on pourrait être enclin à lui concéder la fonction de produire ceux de ses effets en vertu desquels il l’emporte sur ses compétiteurs (autres que A), ou en vertu desquels il a l’avantage sur eux (surtout si cette situation persiste assez longtemps, et si ces autres compétiteurs sont en nombre suffisant). En d’autres termes, cela soulève la question de savoir sur combien de compétiteurs un item doit avoir l’avantage, ou combien de compétiteurs il doit surclasser, pour avoir une fonction. On a jusqu’ici supposé qu’il s’agit de tous les compétiteurs (réels, et non possibles), mais peut-être devrait-on affaiblir cette exigence, ou même accepter de dire qu’un item n’a de fonction que relativement à certains de ses compétiteurs (à savoir soit ceux sur lesquels il l’emporte effectivement à cause de la sélection naturelle, soit ceux sur lesquels il a un avantage adaptatif, que celui-ci se traduise ou non par une augmentation relative du taux de reproduction). Cela fait apparaître au moins quatre ramifications possibles, pour chacune des deux interprétations distinguées plus haut :

(ia) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il l’emporte effectivement sur tous ses compétiteurs en vertu du fait que produire Y lui confère sur eux un avantage adaptatif,
(ib) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il l’emporte effectivement sur la plupart de ses compétiteurs en vertu du fait que produire Y lui confère sur eux un avantage adaptatif,
(ic) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il l’emporte effectivement sur certains de ses compétiteurs en vertu du fait que produire Y lui confère sur eux un avantage adaptatif,
(id) un item X a (actuellement) pour fonction de produire Y relativement à un certain item X’, si et seulement si il l’emporte effectivement sur X’ en vertu du fait que produire Y lui confère sur lui un avantage adaptatif,
(iia) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si le fait qu’il produise Y lui confère un avantage adaptatif sur tous ses compétiteurs,
(iib) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si le fait qu’il produise Y lui confère un avantage adaptatif sur la plupart de ses compétiteurs,
(iic) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si le fait qu’ü produise Y lui confère un avantage adaptatif sur certains de ses compétiteurs,
(iid) un item X a (actuellement pour fonction de produire Y relativement à un certain item X’, si et seulement si le fait qu’il produise Y lui confère un avantage adaptatif sur X’.

  • 14 Les formulations (iia) - (iid) introduisent apparemment un aspect contrefactuel qui pourrait être g (...)

54Il est important de noter que ces diverses possibilités sont tout à fait indépendantes du fait que (7) soit une analyse orientée vers le présent » et qu’elles ne mettent donc pas en cause les considérations invoquées jusqu’ici pour préférer (7) à (5), par exemple. Les sélectionnistes tiennent cependant généralement pour acquis que le processus de sélection auquel il est fait référence se traduit en fait par des effets tangibles sur le taux de reproduction (ce qui correspond aux formulations (ia) - (id)), sans doute parce que cas, de fonction de valeur explicative14.

55Godfrey-Smith (1991a : 73) considère brièvement, quoique en relation avec une analyse orientée vers le passé assez proche de (5), la possibilité de dire qu’un item n’a de fonction que relativement à ceux de ses compétiteurs sur lesquels il l’emporte effectivement à cause de la sélection naturelle. Il remarque que cette solution est sans doute celle qui respecte le mieux la logique des explications sélectionnistes, mais la rejette en invoquant le fait qu’elle s’accorde mal avec l’usage que font généralement les biologistes du concept de fonction, et qu’elle rendrait ce dernier difficile à manier. À ces deux raisons d’éviter autant que possible une telle relativisation, s’ajoute le fait que cela impliquerait une relativisation correspondante de la notion normative de « être supposé faire telle ou telle chose ». Or cette notion ne semble pas avoir ce genre de relativité.

56Après avoir considéré les options (ia) et (ic), Godfrey-Smith (1991a : 76 - 77) retient finalement l’option (ib), à savoir celle selon laquelle un item fonctionnel doit l’emporter effectivement sur la plupart de ses compétiteurs en vertu du fait que certains de ses effets lui confère sur eux un avantage adaptatif. Les options (ia) et (ic) sont jugées respectivement trop et trop peu exigeantes. La première signifie qu’un item n’a pas de fonction, dès lors qu’il y a un seul de ses compétiteurs sur lequel il l’emporte en raison d’un autre facteur que la pression de la sélection naturelle, et la seconde, qu’un item a une fonction aussitôt qu’il y a au moins un compétiteur sur lequel il l’emporte en raison de la sélection naturelle (même s’il l’emporte sur tous les autres en raison d’autres facteurs). Mais l’option (ib) pourrait aussi soulever une difficulté, puisqu’elle autorise (tout comme (ic) et (id) d’ailleurs) la possibilité que deux items en compétition aient simultanément une fonction. En effet, il est théoriquement possible que A et B l’emportent, en raison de la sélection naturelle, sur tous leurs autres compétiteurs, et que B l’emporte sur A en raison d’un autre facteur, bien qu’il soit moins avantageux que lui. Dans ces conditions, (ib) concéderait une fonction à la fois à A et à B ; mais ce n’est peut-être pas une conséquence inacceptable, d’autant plus que si cette tendance se maintient, il arrivera vraisemblablement un moment où A disparaîtra, et où B l’emportera sur tous ses compétiteurs en raison de la sélection naturelle.

57Des remarques analogues à celles des deux paragraphes précédents s’appliquent à (iia) - (iid).

58Je pense avec Godfrey-Smith que les options (ic) et (iic) sont probablement trop faibles, et que (id) ou (iid) ne devraient être acceptées qu’en dernier recours. Il se pourrait bien, cependant, que le concept de fonction ne soit tout simplement pas assez bien déterminé pour que le choix d’une des quatre autres options ne comporte pas une certaine part d’arbitraire.

7. Conclusions sceptiques

59Si la difficulté de choisir entre (ia) et (ib), ou entre (iia) et (iib), peut être imputée au caractère relativement vague ou peu rigoureux du concept de fonction, il pourrait y avoir une manière d’approcher l’opposition entre (ia)- (ib) d’une part, et (iia) - (iib) d’autre part, qui permette de justifier une préférence. On dira qu’il suffit pour cela de se rappeler que seuls (ia) (ib) garantissent le caractère explicatif des attributions de fonction, et que cela est un argument en leur faveur. Mais je ne suis pas tout à fait convaincu qu’il s’agisse là d’une vertu essentielle, spécialement dans la perspective d’une analyse téléofonctionnelle des états mentaux, s’il est vrai qu’une telle analyse viserait à rapprocher les concepts de fonction et de signification ; car l’idée que spécifier le contenu d’un état mental doit avoir la valeur d’une explication (causale) du fait qu’il existe, ou qu’il persiste, ou du fait que ceux qui le possèdent se reproduisent davantage que les autres, me semble assez confuse. Ce qui importe, dans la perspective téléosémantique, c’est d’abord le contenu normatif de la notion de fonction. Or il pourrait y avoir, de ce point de vue, une différence significative entre (i) et (ii).

60En effet, le fait que X a pour fonction de produire Y doit permettre de conclure que X est supposé produire Y. Si on retient l’analyse (ii), cela signifie qu’il faut admettre que

(Pii) si le fait qu’un item produise Y lui confère un avantage adaptatif sur (tous ou la plupart de) ses compétiteurs, alors il est supposé produire Y,

61tandis que si on retient (i), il faut admettre que

(Pi) si un item l’emporte effectivement sur (tous ou la plupart de) ses compétiteurs en vertu du fait qu’il produit Y, alors il est supposé produire Y.

62On notera que l’antécédent de (Pi) implique celui de (Pii), de sorte que si (Pii) n’est pas acceptable alors que (Pi) l’est, la validité de (Pi) doit reposer, au moins pour une part, sur cette partie de son contenu qui excède celui de (Pii), à savoir, sur l’existence d’une relation causale entre le fait d’être plus avantageux et celui de se reproduire davantage. Cela signifie que (i) sera préférable à (ii) si (mais pas seulement si) il y a des raisons de croire que l’existence d’une telle relation causale est nécessaire à la conclusion qu’un certain item est supposé faire telle ou telle chose. Dans le cas contraire, il faudra admettre que cette relation causale contribue uniquement au rôle explicatif des attributions fonctionnelles. Je doute fort, quant à moi, qu’on puisse trouver de telles raisons. Mais je suis tout aussi sceptique quant à la possibilité de soutenir que (Pii) est suffisant.

63Il me semble en effet que toute entreprise visant à naturaliser une notion normative de fonction soulève une difficulté de principe. En admettant la distinction entre les énoncés descriptifs et les énoncés normatifs, on peut poser le problème en disant que le lien entre l’analysans et le fait d’être « supposé » faire quelque chose, c’est-à-dire, les principes (Pi) et (Pii), ne peuvent être que descriptifs ou normatifs. S’ils sont descriptifs, ils doivent apparemment être soit purement logiques, soit analytiques, soit nomologiques, soit extensionnels (matériels), soit « métalinguistiques » (dans un sens que je préciserai dans un moment). À supposer que Yanalysans soit conforme au naturalisme, les deux premières options sont manifestement exclues, car elles seraient des exemplifications du sophisme naturaliste. Les deux options suivantes ne sont possibles qu’à condition d’être capable de déterminer ce qu’une chose est supposée faire, indépendamment de ses propriétés naturelles ; mais dans ce cas il n’y a pas réellement de naturalisation de la dimension normative du concept de fonction. Un principe tel que (Pi) ou (Pii), n’est plausible, du point de vue naturaliste, que s’il est compris de manière « métalinguistique », c’est-à-dire, comme une manière d’enregistrer le fait qu’il est largement admis au sein d’une certaine communauté. Une telle interprétation peut avoir un certain intérêt, selon l’identité de la communauté en question, mais laisse entière la question de savoir si le principe considéré est légitime.

  • 15 On trouvera, au chapitre IV, d’autres éléments susceptibles de motiver et de clarifier cette conclu (...)

64Il reste la possibilité que les principes en question soient normatifs, c’est-à-dire, qu’ils aient le statut de recommandations concernant la manière dont il convient d’utiliser le concept de fonction. Mais il y a alors un risque sérieux que l’explication du concept de fonction soit circulaire, qui ne sera évité que si on dispose d’une naturalisation indépendante de la notion de norme qui évite elle-même ce genre de circularité. Mais les perspectives en faveur d’une telle naturalisation sont pour le moins désespérantes, ce qui m’amène à penser qu’un naturalisme cohérent ne peut probablement être que radical, c’est-à-dire nier l’existence de normes naturelles15.

Notes

1 On peut citer, parmi les travaux les plus connus, ceux de Dennett (1987a), Dretske (1988c), Godfrey-Smith (1991a, 1991b), McGinn (1989), Millikan (1984, 1993c), et Papineau (1987).

2 Une analyse systémique de la notion de fonction se caractérise par le fait qu’elle ignore l’histoire causale des items fonctionnels et ne prend en considération que leurs pouvoirs causaux actuels. Cummins (1975) est un locus classicus de ce type d’analyse.

3 Il faut noter que Neander ne propose la première formulation que pour les fonctions naturelles. Selon Neander (1991a : 461 - 462), les fonctions non naturelles résultent elles aussi d’un processus de sélection, mais pas nécessairement d’un processus de sélection basé sur les effets passés des choses qui ont ces fonctions. Elle parle alors de « sélection intentionnelle ».

4 Ce sont là trois facteurs qui, outre la sélection naturelle, sont susceptibles d’affecter l’évolution des populations. Je renvoie à la première partie de Sober (1984) pour une présentation accessible et philosophiquement informée des principes de base de la théorie de l’évolution.

5 Pour être rigoureux, il faudrait sans doute se limiter ici aux individus qui atteignent un certain âge.

6 On notera que cette discussion laisse toutefois intacte la question de savoir si un type d’item peut être sélectionné pour produire Y lorsqu’une minorité d’items de ce type sont capables de produire Y. Le principe énoncé plus haut, selon lequel deux items ne peuvent pas être du même type s’ils n’ont pas les mêmes effets dans les mêmes environnements, semble exclure cette possibilité d’office. Mais ce principe est probablement mal formulé, puisqu’une chose n’appartient pas à un seul type, et qu’il est certainement possible que, de deux organes du même type, un seul soit capable de remplir sa fonction. On peut sans doute en conclure qu’il y a une différence physique entre eux, et donc qu’il y a un type physique auquel ils n’appartiennent pas tous les deux, mais apparemment pas qu’ils ne sont pas du même type biologique. Dans le contexte de la présente discussion, il serait circulaire de tenir la notion pertinente de type biologique pour une notion fonctionnelle. Dire qu’un type d’item est sélectionné, c’est dire (entre autres choses) que les items qui partagent certaines caractéristiques physiques/causales (et non pas ceux qui partagent une certaine fonction) confèrent un avantage adaptatif à ceux qui les possèdent. Si la notion de « cœur », par exemple, est une notion fonctionnelle, alors (il y a un sens dans lequel) il est circulaire de dire que le cœur est (ou a été) sélectionné pour faire circuler le sang.
Pour qu’il soit possible qu’un cœur donné ait pour fonction de faire circuler le sang bien qu’il en soit incapable, il faut qu’il appartienne au type « cœur » en vertu de caractéristiques autres que celle de faire circuler le sang. Est-il possible que les items de ce type (c’est-à-dire, ceux qui ont ces caractéristiques) soient sélectionnés pour faire circuler le sang bien que seuls une minorité d’entre eux soient capables de le faire ? Tout dépend bien sûr de la manière dont ce type est défini. Mais supposons que le type d’item X (c’est-à-dire, les items ayant la caractéristique X) soit sélectionné parce que certains de ses membres produisent Y, et que l’immense majorité des items de ce type soient capables de produire Y. À moins que toutes les entités ne soient du type X, il y aura toujours un type X’contenant tous les membres de X, plus un certain nombre d’autres, qui eux sont incapables de produire Y et qui peuvent être plus nombreux que les premiers. Aussi longtemps que les individus qui possèdent un item du type X’ ont, en moyenne, un avantage adaptatif sur les autres, rien ne s’oppose apparemment à ce qu’on admette que le type X’ est sélectionné, aussi bien que le type X. Et pour autant que je puisse en juger, il n’est pas impossible que cela soit le cas même lorsque la majorité des items du type X’ sont incapables de produire les effets pour lesquels ils sont sélectionnés. Je suis donc enclin à répondre positivement à la question posée plus haut.

7 Ceci vaut aussi pour Millikan, bien que Prior ne semble pas en connaître les travaux

8 En réalité, l’exemple de l’appendice est contestable. Selon Neander (communication personnelle), il y aurait des raisons de croire que notre appendice actuel n’a jamais eu la capacité de décomposer la cellulose et procède d’un génotype qui aurait été en compétition avec celui d’un autre organe, qui lui décomposait la cellulose. Mais la nature de l’exemple ne change rien à l’affaire. Il reste vrai qu’un seul et même trait ne peut, selon cette analyse, perdre une fonction qu’il a acquise.

9 Cela conduit d’autre part à admettre la possibilité qu’un type d’item ait simultanément plusieurs fonctions incompatibles, ce qui va à l’encontre du principe de logique déontique selon lequel l’obligatoire doit être possible. La « logique » des énoncés fonctionnels s’écarterait donc de celle des énoncés normatifs en général. Certes, on ne peut pas dire qu’un item qui a pour fonction de faire Y a de ce fait « l’obligation » de foire Y, mais il est légitime de dire qu’il est « censé » ou « supposé » faire Y, et il semblerait à première vue qu’un item ne puisse pas être supposé faire l’impossible.

10 Selon eux, les plumes ont eu à l’origine un rôle thermo-régulateur.

11 Et à laquelle Millikan (1993b : 40) semble finalement se rallier, lorsqu’elle identifie la fonction d’un item à ce qu’elle appelait en 1984 sa fonction propre la plus proche (most proximal proper function).

12 On pourrait croire que l’objection que je m’apprête à formuler n’est pas fondée, puisque (3p) ne permet apparemment pas de dire, dans la situation envisagée, que l’item en question acquiert la fonction de produire Z aussitôt qu’il commence à être sélectionné pour produire Z. Mais il est facile d’éliminer cette réticence en modifiant légèrement le cas. Il suffit de supposer que la période récente considérée inclut le moment où cet item cesse d’être sélectionné pour produire Y et commence à être sélectionné pour produire Z.

13 Il ne faut naturellement pas oublier que les « moments du temps » mentionnés dans de tels contextes sont plutôt dodus, et ne sauraient être mesurés en nanosecondes. Mais cela n’affecte pas le raisonnement.

14 Les formulations (iia) - (iid) introduisent apparemment un aspect contrefactuel qui pourrait être gênant. En effet, en supposant que « être sélectionné » est utilisé dans le sens « matériel » privilégié par les sélectionnistes, (iia) pourrait apparemment être rendue de la manière suivante :
(iia’) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il serait sélectionné pour produire Y contre tous ses compétiteurs, si la sélection naturelle était la seule force évolutionniste en présence.
Mais (iib) - (iid) ne peuvent guère se lire de manière analogue :
(iib’) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il serait sélectionné pour produire Y contre la plupart de ses compétiteurs, si la sélection naturelle était la seule force évolutionniste en présence,
(iic’) un item a (actuellement) pour fonction de produire Y si et seulement si il serait sélectionné pour produire Y contre certains de ses compétiteurs, si la sélection naturelle était la seule force évolutionniste en présence,
(iid’) un item X a (actuellement) pour fonction de produire Y relativement à un certain item X’, si et seulement si il serait sélectionné pour produire Y contre X’, si la sélection naturelle était la seule force évolutionniste en présence.
Car si la sélection naturelle est la seule force en présence, alors un item est sélectionné contre un autre si (et seulement si) il est plus avantageux. Dans cette hypothèse, (iib’) - (iid’) se réduisent donc à (iia’).

15 On trouvera, au chapitre IV, d’autres éléments susceptibles de motiver et de clarifier cette conclusion. Des ancêtres de ce chapitre m’ont fourni, en novembre et décembre 1993, la matière de trois exposés : le premier à au CRÉA, à Paris, le second à l’Université Paul-Sabatier, à Toulouse, et le troisième à l’Université du Québec à Trois-Rivières. J’aimerais remercier Éric Audureau, Pascal Engel, Nicolas Kaufman, Pierre Jacob, Martin Montminy, Karen Neander et Claude Panaccio d’avoir réagi à certaines de mes remarques.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/18052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search