Version classiqueVersion mobile

Les Mayas et Cancùn

 | 
Lucie Dufresne

Glyphes

Texte intégral

1Les culs-de-lampe et ornement typographique ont été dessinés par Normand Cousineau, d’après des glyphes mayas reproduits dans : Linda Schele et Peter Mathews, The Code of Kings. The Language of Seveti Sacred Maya Temples and Tombs, New York, Scribner, 1998; Christopher Jones, Deciphering Maya Hieroglyphs, University of Pennsylvania, 1984; John F. Harris, Understanding Maya Inscriptions. A Hyeroglyph Handbook, Philadelphie, University Museum of Archaelogy and Anthropology, 1992; Id., New and Recent Maya Hieroglyph Readings. A Supplément to Understanding Maya Inscriptions, Philadelphie, University Museum of Archaelogy and Anthropology, 1993.

Image 10000000000000300000000F9C6F0C6C.jpg passim Mol, la nuit ( ?). (Jones, 34)

Image 10000000000000300000001A9D27CE10.jpg p. 15 Ce glyphe correspond au zéro dans un des systèmes de notation des nombres. (Jones, 23)

Image 10000000000000270000001ED408C6CB.jpg p. 25 Balam, le jaguar. (Harris, 71)

Image 10000000000000280000002055CCFB90.jpg p. 37 K’ul Mutul Ahaw, le Saint Seigneur de Tikal. (Schele, 24)

Image 100000000000002600000024D099BC65.jpg p. 50 L’autel sur la place publique. (Harris 1993, 22)

Image 100000000000002600000021FA710ED4.jpg p. 63 Autre version de la place. (Schele, 172)

Image 100000000000001D00000023D419F97E.jpg p. 70 Chih, agave, henequén. On reconnaît une main tenant une pelote de corde. (Harris 1993, 23)

Image 1000000000000020000000260B861FFC.jpg p. 80 Zotz, la chauve-souris. Ce glyphe désignait aussi le quatrième « mois » de 20 jours du calendrier maya. (Jones, 33)

Image 100000000000002300000023BC8B1CDF.jpg p. 107 Satay, mourir. (Schele, ro6)

Image 100000000000002D00000026E18CAB9F.jpg p. 132 Ah Tz’ib, le scribe. La portion de droite du glyphe représente sans doute un encrier, taillé dans une calebasse. (Schele, 28)

Image 100000000000002A0000002B8681A7E9.jpg p. 141 U kabi, surveiller. La portion de droite représente une tête de guerrier (une sentinelle ?) coiffée de la tête d’une bête dont la dépouille lui sert de parure. (Schele, 106)

Image 10000000000000240000002936765DB0.jpg p. 159 Waybil, lieu où l’on rêve. (Schele, 41)

Image 1000000000000024000000214C3A07B4.jpg p. 177 Le jeu de balle. On reconnaît les gradins, un bras tendu et une balle. (Schele 1998, 209)

Image 100000000000002300000023B1F083CA.jpg p. 195 Chac, le dieu de la pluie. (Schele, 220)

Image 100000000000001F0000002BB4377B21.jpg p. 208 Le dieu du vent. Ce glyphe peut aussi désigner le nombre trois. (Jones, 24)

Image 10000000000000250000001F469AE23D.jpg p. 226 Tok, le nuage. (Harris 1993, 24)

Image 100000000000002C0000002085F1260C.jpg p. 242 Un autel public. (Schele, 154)

Image 100000000000002A000000238EBB96D1.jpg p. 254 Signe de l’année mexicaine, que les Mayas associaient au culte de Tlaloc (la planète Vénus) et au signe Puh qui signifie Tula. (Schele, 413)

Image 10000000000000200000002CCD8C2367.jpg p. 269 Le dieu des sacrifices. Ce glyphe peut aussi désigner le nombre deux. (Jones, 24)

Image 100000000000002A0000001DB35E7CAC.jpg p. 283 Puh, lieu couvert de roseaux, désigne le lieu d’origine de la civilisation, souvent Teotihuacan ou Tula. (Schele, 74)

Image 1000000000000025000000224A707B9C.jpg p. 290 Autre version de Puh, lieu couvert de roseaux. (Ibid.)

Image 100000000000001A0000002DA9CA7CE8.jpg p. 317 Itz, nectar, sève, miel, rosée. Ce glyphe désignait les maisons où l’on pratiquait la magie. (Schele, 265)

Image 10000000000000200000002E3168C2C9.jpg p. 332 La déesse Lune. Ce glyphe peut aussi désigner le nombre un. (Jones, 24)

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search