Version classiqueVersion mobile

Les Mayas et Cancùn

 | 
Lucie Dufresne

Avant-propos

Texte intégral

1L’IDÉE PRINCIPALE qui a guidé la rédaction du présent essai est de faire connaître à un le résultat de mes recherches seraient autre large public quiment restées confinées à un cercle restreint de lecteurs spécialisés. Ce livre est destiné à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Amérique, et plus particulièrement à celle de ses communautés autochtones. Il s’adresse en particulier aux étudiants en sciences humaines puisqu’il utilise des concepts et des méthodes propres à l’anthropologie, à la géographie, à l’histoire et à la sociologie. Il intéressera également les touristes qui fréquentent les sites archéologiques mayas et qui désirent faire le lien entre les « Mayas archéologiques » et ceux d’aujourd’hui.

*

2Je tiens à remercier d’abord les organismes qui ont financé ma recherche à différents degrés : le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (crsh), le Fonds fcac pour le soutien et l’aide à la recherche et l’Association des Anciens de l’Université Laval. Cet ouvrage a été publié grâce à une subvention de la Fédération canadienne des sciences humaines et sociales, dont les fonds proviennent du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

3Cet ouvrage présente le résultat de plusieurs années de recherche. De nombreuses personnes y ont généreusement collaboré. Je remercie les habitants de Dzonotchel, d’Akil et de Cancún qui ont supporté stoïquement et même avec le sourire mes interminables questionnaires. Ils m’ont reçue avec hospitalité, ils m’ont offert leur amitié et leur soutien dans les circonstances les plus diverses. J’ai aussi une dette intellectuelle envers certains fonctionnaires de Cancún qui m’ont expliqué les aléas du développement de la ville et qui m’ont ouvert leurs archives. J’exprime aussi ma vive reconnaissance à Mme Marie Lapointe, historienne de l’Université Laval, avec qui j’ai travaillé au Yucatân avec bonheur pendant des années. Je remercie enfin M. Pierre André, du département de géographie de l’Université de Montréal, qui a corrigé et commenté avec dévouement la version préliminaire de ce texte, ainsi que MM. Jean-Pierre Thouez et JeanMarc Carpentier.

4Par ce livre, je veux aussi rembourser ma dette auprès des contribuables canadiens et québécois qui ont subventionné une partie des recherches présentées ici.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search