Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Lexique des noms propres

Texte intégral

1Académie française. Fondée par Richelieu en 1634. Elle est composée de quarante membres, chargés de la rédaction et de la mise à jour du Dictionnaire de la langue française. La première édition en deux volumes parut en 1694.

2Aickin, Joseph. Maître d’école à London-Derry. Partisan de l’enseignement de la langue maternelle par règles. Auteur de The English Grammar, or English Tongue reduced to Grammatical Rules [...] (1693). Il est fortement influencé par Coménius et Locke. Il se sert d’illustrations pour enseigner la prononciation, par exemple de l’alphabet symbolique dans 1’Orbis Pictus de Coménius, sans toutefois mentionner l’auteur. Il pense que c’est la connaissance grammaticale de l’anglais qui rendra l’étude du latin plus facile et non l’inverse.

3Voir : Alembert, Jean Le Rond d’(1717-1783). Philosophe, mathématicien, secrétaire perpétuel de l’Académie française. Auteur de plusieurs ouvrages scientifiques, ainsi que du « Discours préliminaire » et autres articles dans 1’Encyclopédie, dont il fut avec Diderot le principal rédacteur.

4Voir : RDUNP.

5Antonini, Annibale. Abbé italien (1702-1755). Voyage à travers l’Europe (Allemagne, Angleterre), passe vingt-cinq ans à Paris avant de retourner finir ses jours à Naples, sa ville natale. En France il enseigne l’italien, traduit des auteurs classiques italiens en français et publie plusieurs manuels de langue : Traité de la grammaire italienne (1726), Grammaire italienne à l’usage des Dames (1728) qui, revue et corrigée, paraît à Paris en 1742 sous le titre de Grammaire italienne pratique et raisonnée (et en traduction allemande à Dresde, en 1771), Principes de la Grammaire française pratique et raisonnée (1753), qui sera traduite en italien. Il est également l’auteur d’un important Dictionnaire Italien, Latin et François (1735) et de sa version allemande : Nuovo dizionario italiano-tedesco, tedesco-italiano (1764).

6Voir: Mormile (1989: 145-148).

7Basedow Johann Bernhard (1724?-1790). Pédagogue allemand, fort influencé par Coménius, Locke et Rousseau. Études en théologie à Leipzig, puis gagne sa vie comme précepteur. En 1753, est nommé professeur de morale, rhétorique et théologie à l’Académie des nobles à Soroe, au Danemark En 1768, il lance un Appel aux amis de l’humanité dans lequel il développe sa conception d’un système d’éducation nationale où on utiliserait des méthodes nouvelles au niveau élémentaire et secondaire (pas de mémorisation, approche intuitive, apprentissage des langues par l’usage, etc.) et demande des subventions pour la rédaction de nouveaux manuels et de guides méthodiques.

8En 1774 paraît son Elementarwerk, un ouvrage illustré de 100 belles gravures, qui présente plusieurs ressemblances avec l’Orbis sensualium Pictus de Coménius, mais dont le but, le contenu et les principes sur lesquels il est conçu sont autres. L’Elementarwerk se compose de quatre volumes dans lesquels les élèves trouvent tout ce qu’ils auront à appprendre au cours de leurs études : des notions élémentaires sur le monde et sur les choses, une méthode de lecture, des connaissances physiques, naturelles, morales et philosophiques, une méthode d’instruction de la religion naturelle, des notions pratiques sur la société, le commerce, etc. La même année, Basedow crée à Dessau le Philanthropinum, un établissement scolaire avec internat qui devait accueillir des enfants de six à dix-huit ans et les éduquer d’après la méthode intuitive de son fondateur. Parallèlement il devait servir de séminaire pour la formation de maîtres. Quoique l’expérience s’avéra très tôt un échec, les principes philanthropinistes exercèrent une grande influence sur les pédagogues novateurs, en particulier sur les didacticiens des langues.

9Voir : DBE, Pinloche (1889).

10Bayle, Pierre (1647-1706). Érudit, critique et philosophe français. Protestant, il vint à l’âge de 34 ans s’établir à Rotterdam et y passer le reste de sa vie. Défenseur de la tolérance et de la liberté de pensée. Auteur du célèbre Dictionnaire historique et critique (1695-1697) en 4 volumes, publié plusieurs fois revu et augmenté.

11Voir : DBF, BUAM

12Beauzée, Nicolas (1717-1789). Étudia les mathématiques, puis s’intéressa à la grammaire. À la mort de Du Marsais, on lui confia la rédaction des articles sur la Grammaire dans l’Encyclopédie (Grammaire, Méthode, Thème, etc.). Professeur de grammaire à l’École royale militaire à Paris. Il est l’auteur d’une Grammaire générale ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues (1767).

13Voir : Besse (1996 : 61-85).

14Bencirechi, abbé. Originaire de Toscane. Membre de l’Académie des apatistes de Florence et de l’Académie des arcades de Rome. Il a longtemps enseigné l’italien à Vienne et à Paris, surtout aux dames de qualité. Auteur des Leçons hebdomadaires de la langue italienne à l’usage des Dames (1772) et des Étrennes italiennes, présentées aux Dames, qui désirent d’apprendre l’italien [...], 1783.

15Voir : Mormile (1989 : 151-154).

16Boileau, Nicolas (1636-1711). Écrivain, académicien, défenseur virulent du « bon goût ». Auteur de l’Art poétique (1674) qui résume les principes de l’art classique français.

17Voir: RDUNP.

18Buchanan, James. Important pédagogue anglais, auteur de The British Grammar or an Essay in Four Parts Towards Speaking and Writing the English Language Grammatically and Eloquently for the Use of the Schools of Great Britain and Ireland, and of Private Gentlemen and Ladies (1762).

19Buffier, Claude, S. J. (1661-1737). Né en Pologne de parents français. Il entra chez les Jésuites à l’âge de dix-sept ans. Il enseigna à Rouen et surtout à Paris, au collège Louis le Grand (pendant presque quarante ans). Il collabora au Dictionnaire de Trévoux et à l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke. Il est auteur de traductions, de biographies et de livres d’enseignement, dont les plus connus sont le Cours de Sciences sur des principes nouveaux [...] (1732) et, en premier lieu, la Grammaire françoise sur un plan nouveau [...] (1709).

20Buffier considère la grammaire comme la base des sciences et de l’apprentissage des langues. Il recommande aux maîtres de familiariser les enfants de manière générale avec les règles de grammaire et ensuite de leur montrer dans un livre au sujet « agréable et familier » comment elles doivent être appliquées.

21Voir : Kukenheim (1966), Chevalier (1968), Montgomery (1930).

22Chambaud, Louis. Maître de langue à Londres et auteur de plusieurs manuels de français pour les Anglais, très populaires dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : A Grammar of the French Tongue (1750a), Themes François & Anglais. Or French and English Exercises (1750b), Exercises to the Rules of Construction of French Speech (1750c), Fables Choisies à l’Usage des Enfans, [...] (1751a), The Idioms of the French and English Languages (1751b), The Elements of the French Language [...] (1762). Il a aussi publié un Dictionnaire François & Anglois (1761) qui eut plusieurs éditions. Chambaud est convaincu de « la nécessité d’apprendre une langue grammaticalement ».

23Chamereau, N. Auteur d’une Grammaire nouvelle & facile françoise-danoise avec des dialogues & un vocabulaire des Histoires, des lettres & Adresses de Lettres (1737) pour les Danois.

24Chantreau, Pierre Nicolas (1741-1808). Né à Paris, s’établit jeune en Espagne où il passe une vingtaine d’années. Enseigne le français à la Real Academia Militar d’Avila. Avant de rentrer en France, il publie à Madrid Arte de hablar bien francés (1781) qui connaîtra plus de quatre-vingts éditions. Dans les années qui suivent, il voyage en Angleterre et en Russie ( ?), revient en Espagne pendant la Révolution française comme espion, enseigne l’histoire à l’école militaire de Fontainebleau et écrit une quinzaine d’ouvrages sur ses voyages, l’histoire et l’éducation. En didactique des langues, il favorise l’approche mixte.

25Voir : Lépinette (1995 : 138-165), Tost-planet (1994 : 38-54), Reboullet (1992 : 7).

26Chompré, Pierre (1698-1760). Maître de pension à Paris, dont la manière d’enseigner les langues est généralement associée à celle de l’abbé Pluche. Il est l’auteur de Selecta latinis sermonis Exemplaria e Scriptoribus (1742), un recueil de morceaux choisis d’auteurs latins en sept volumes, d’introduction à la langue latine par la voie de la traduction (1751), de Moyens sûrs d’apprendre facilement les langues et principalement la latine (1757) — un essai de quarante-huit pages où il montre que la meilleure méthode d’apprendre les langues est la lecture des auteurs, sans analyse grammaticale, mais avec une traduction globale —, d’une Introduction à l’étude de la langue grecque (1758), etc.

27Voir : DBF, Colombat (1995).

28Clarke, John (1687-1734). Après des études à Cambridge (B.A., M.A.), il a été nommé maître au collège public de Hull et plus tard de Gloucester. Il a publié une sélection des Colloques de Cordier et une autre des Colloques d’Érasme, avec la traduction anglaise, toutes les deux rééditées plusieurs fois. Il est aussi l’auteur de An Essay upon the Education of Youth in Grammar Schools. In Which the Vulgar Method of Teaching is Examined, and a New One Proposed (1720a), de An Introduction to the Making of Latin (1720b, 3e éd. 1721) qui connut de dizaines d’éditions et une traduction française, parue en 1745 à Genève sous le titre de Introduction à la syntaxe latine, ainsi que de traductions d’auteurs classiques (Salluste, Suétone), etc. Il favorise l’approche bilingue, la progression méthodique, insiste sur l’importance de la répétition systématique, et les exercices de traduction.

29Voir : DNB.

30Condillac, Étienne Bonnot de (1715-1780). Philosophe sensualiste, influencé par Locke. Membre de l’Académie française et de l’Académie de Berlin. Auteur d’un Cours d’étude pour l’instruction du Prince de Parme (1782), dont il fut le précepteur, d’un Essai sur l’origine des connaissances humaines (1749) et d’un Traité des sensations (1755). Il insiste sur l’importance du principe de progression dans l’enseignement et l’apprentissage des langues et des sciences (« une suite d’échelons »).

31Voir : BUAM.

32Mat(t)hias, Cramer, (1640 ?-1730 ?)Mat(t)ias Cramer ou Kramer, érudit allemand, membre de la Société Royale Prussienne des Sciences, à Berlin) est né en Cologne vers 1640 et il est mort vers 1730 à Erlangen., maître d’italien, de français, de néerlandais et d’espagnol. Il a enseigné à son école à Nuremberg mais aussi à l’université d’Altdorf, à l’Académie équestre d’Erlangen et à l’Université Electorale-Palatine de Heidelberg. Il est auteur de nombreux manuels de langues (Le nouveau Parlement, 1696, Le Guidon de la langue allemande, 1687, Grammatica et syntaxis linguae hispanicae, 1711 et autres) et de dictionnaires (Das neue Dictionarium oder Wort-Buch, in Italiänisch-Teutscher und Teutsch-Italiänischer Sprach, 1672, Dictionnaire royal français-allemand et allemand-français, 1715).I1 subit l’influence de Coménius dont il publia une version révisée de YOrbus sensualium pictus Cramer visait principalement le public adulte et adaptait sa méthode d’enseignement aux besoins, aux intérêts et à la formation de ses élèves.

33Voir : Schröder (1987 : 256-263), Christ (1991 : 19-25).

34DeVillers, Charles François Dominique (1765-1815). Né en Lorraine. Auteur prolifique en français et en allemand. Dans la Lettre à Mademoiselle D.S. sur l’abus des grammaires dans l’étude du français, et sur la meilleure méthode d’apprendre cette langue (1797), il favorise la méthode de lecture.

35Voir : ADB (1895 : 708-714).

36Diderot, Denis (1713-1784). Principal représentant des Lumières françaises. Fut quelque temps précepteur. Auteur de nombreux essais philosophiques, de traités d’esthétique, de romans, de pièces de théâtre. Il dirigea l’Encyclopédie de 1747 à 1766. Entretenait une correspondance suivie avec Catherine II de Russie et rédigea à sa demande le Plan d’une Université pour le Gouvernement de Russie (1775) où il expose aussi ses idées sur l’enseignement et l’apprentissage des langues.

37Voir : Billy (1932), Encyclopedia Universalis.

38Du Marsais, César Chesneau (1676-1756). Études chez les Oratoriens à Marseille, Oratorien lui-même. Quitte la congrégation, vient à Paris en 1701, se marie et, en 1704, est reçu avocat. Déçu dans ses espérances, il gagne pendant de longues années sa vie comme précepteur, puis comme directeur d’une pension et à la fin comme professeur des langues privé. Il est l’auteur de 1’Exposition d’une Méthode raisonnée pour apprendre la langue latine (1722), du Traité des Tropes (1730), de la préface d’un ouvrage resté inachevé, intitulé Les Véritables principes de la grammaire, ou Nouvelle grammaire raisonnée pour apprendre la langue latine (1729), de la Logique ou Réflexions sur les principales opérations de l’esprit (1769) et d’environ 150 articles sur la grammaire pour l’Encyclopédie (1751-1778). Ces articles « forment la meilleure de son œuvre » (Sahlin, 1928 : x). Sa méthode d’enseignement des langues, connue comme la « méthode par la double version », jouissait d’une immense popularité en France jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

39Voir : Colombat (1996), Besse (1991), Chevalier (1968), Sahlin (1928), d’Alembert (1751).

40Ebers, Johann (1742-1818). Enseigna l’anglais à Kassel, à Braunschweig, à l’Université de Giessen et de Halle. Auteur de Englische Sprachlehre für Aie Deutschen nach Sheridan’s und Walter’s Grundsätzen (1792), Vollständiges Wôrterbuch der englischen Sprachefür die Deutschen (1793-1794), en deux volumes et d’une Collection or Choice of English Mercantile Letters [...] (1799).

41Voir : Strauss (1991 : 216-219), Schröder (1989 : 55-56).

42Faiguet de Villeneuve, Joachim (1703-1780). Économiste, considéré comme le créateur de l’économie politique en France. Professeur de lettres et maître de pension à Paris. Collabora avec l’équipe des encyclopédistes. Auteur de l’article « Étude » de 1’Encyclopédie. Pour le latin, il conseille « la lecture constante, l’explication et la traduction perpétuelle des auteurs de la bonne latinité » (Encyclopédie, vol. 6 : 88b). « Pour les enfants qui apprennent les langues vivantes des maîtres natifs qui après avoir enseigné les principes généraux de leur langue, parlent eux-mêmes et font leurs élèves parler et traduire beaucoup la langue étrangère. Pour les adultes la conversation avec des natifs et la lecture des gazettes. » Voir : BUAM, NBG,Besse (1991).

43Fénelon, François de Salignac de la Mothe (1651-1715). Né au château de Fénelon, en Périgord, quatorzième enfant d’un grand seigneur ruiné par les dettes. Après avoir reçu une éducation au château, il continue ses études collégiales à Cahors et à Paris, entre à la communauté de Saint-Sulpice (1672), prend les ordres. OEuvre pour la restauration de l’unité religieuse (la conversion des huguenots au catholicisme) et est nommé archevêque de Cambrai (1695). Il compose le Traité de l’Éducation des Filles (1687) et devient guide spirituel et confident de Madame de Maintenon. Louis XIV lui confie en 1689-1694 l’éducation de son petit-fils, le duc de Bourgogne, « un esprit du premier ordre » (Fleury). Il écrit pour lui Les Aventures de Télémaque (1699), un ouvrage qui déplut au roi, mais qui pendant plus de cent ans servit en Europe et en Amérique comme un de principaux outils pour l’apprentissage du français.

44Voir : BUAM.

45Franklin, Benjamin (1706-1790). Entre à huit ans au « grammar school » de Boston. L’année suivante, il quitte l’école (trop chère), et travaille à l’atelier avec son père. À douze ans, il devient apprenti typographe chez son demi-frère avec lequel il ne s’entend pas bien. Part pour la Philadelphie où il ouvre son imprimerie, apprend à écrire l’anglais littéraire en imitant le style d’Addison et publie sa propre gazette. À vingt-quatre ans, économiquement indépendant, se marie et fonde sa famille. Esprit universel, il se distingue comme journaliste, politicien, philosophe, inventeur (paratonnerre), fonde la Société philosophique américaine et l’Université de Pennsylvanie, passe seize ans comme représentant de la Pennsylvanie à Londres. De retour en Amérique, il prend une part active à la lutte pour l’indépendance, passe huit ans à Paris d’abord comme membre de la délégation américaine à la conférence de paix avec l’Angleterre, puis comme ambassadeur des États-Unis. En éducation, il s’intéresse particulièrement à l’instruction des jeunes qui ne se destinent pas aux professions libérales, il propose un programme d’études pratique, utilitaire et moderne en anglais. Il le décrit dans ses Proposais Relating to the Education of Youth in Pennsylvania (1749).

46Voir : DAB.

47Gattel, Claude Marie (1745-1812). Originaire de Lyon, études au séminaire de Saint-Sulpice à Paris. Il fit sa carrière de pédagogue à Grenoble d’abord comme professeur de philosophie au Collège royal, puis de grammaire générale à l’École centrale et finalement comme proviseur du lycée. Il est connu surtout comme auteur du Nouveau dictionnaire espagnol-français et français-espagnol (1797). Il est aussi l’auteur d’un Dictionnaire espagnol-anglais et anglais-espagnol (1803) ainsi que d’une version révisée de la Grammaire italienne de Veneroni (1800).

48Voir : BUAM.

49Gaullyer, Denis (1688-1736). Grammairien, professeur d’humanités au collège du Plessis jusqu’au moment où il devint fou. Il est l’auteur entre autres d’un Abrégé de grammaire française et d’une édition commentée de la Méthode pour commencer les humanités [...] de Lefèvre.

50Voir : DBF.

51Gedike, Fridrich (1754-1803). Important pédagogue allemand des langues classiques et vivantes, un des principaux représentants du mouvement néo-humaniste. Il est l’auteur de Französisches Lesebuch für Anfänger (1785, plus de 20 éditions) ; Franzosische Chrestomathie zum Gebrauch der höheren Klassen, [...] (1792); Englisches Lesebuch für Anfänger, nebst Wörterbuch und Sprachlehre (1795); Kurze franzosische Grammatik (1789). Influencé par la pédagogie philanthropinisite. Pour les langues vivantes, il recommande la méthode pratique de Basedow.

52Voir : DBF, Schröder (1989 : 131-132).

53Gedoyn, Nicolas abbé (1667-1744). Cousin de Ninon de Lenclos. Entre chez les Jésuites en 1684 mais n’y reste pas longtemps. En 1701, il est nommé par la cour prêtre de la Sainte Chapelle de Paris. Élu à l’Académie en 1711. Auteur de De l’Éducation des enfants (1730) qui connut un grand succès. Ses OEuvres diverses ont paru à Paris en 1745.

54Voir : DBF.

55Genlis, Stéphanie-Félicité, Madame de (1746-1830). Auteur de nombreux ouvrages pédagogiques influencés, entre autres, par Rousseau : Théâtre d’éducation (1779), Adèle et Théodore (1782), Veillées du château (1784). Elle a aussi laissé ses Mémoires inédits sur la révolution (1825), selon Lucas-Dubreton (1928) « la seule de ses œuvres — avec Mademoiselle de Clermont (1802) peut-être — qui soit digne d’être lue ».

56Elle fut amante de Mirabeau, dame d’honneur de la duchesse de Chartres et amante du duc de Chartres (qui deviendra duc d’Orléans, le futur Philippe-Égalité. Elle eut de ce dernier deux filles, qu’elle fit élever en Angleterre sous un autre nom). Le duc de Chartres lui confia non seulement l’éducation de sa fille mais aussi celle de ses deux garçons : le duc de Valois (plus tard roi Louis-Philippe et le duc de Montpensier). Madame de Genlis fit alors venir d’Angleterre sa fille Pamela pour que ses pupilles apprennent l’anglais en jouant avec une « native ». À la Révolution, elle adopte les nouvelles idées, abandonne le duc compromis et se consacre à l’éducation politique de son pupille, Louis-Philippe. Effrayée de la marche de la Révolution, elle quitte la France et erre quelque temps à travers l’Europe. Quand elle rentre en France en 1800, on lui concède un appartement à Paris, à l’Arsenal, et Napoléon la nomme inspectrice des écoles primaires. À la Restauration, elle est bourbonienne, mais ses relations avec la cour ne sont pas bonnes. Néanmoins à sa mort, Louis-Philippe, son ancien pupille, lui fit des funérailles splendides.

57Voir : J.Lucas-Dubreton (1928), RDUNP.

58Goebel (ou Göbel), Jean († 1817). Fut précepteur en Russie, directeur d’une école de jeunes nobles en Estonie, se rendit en Angleterre et à la fin s’établit en France, à Paris où il meurt en 1817. Il est l’auteur d’une Grammaire analytique et pratique de la langue allemande (1796) fort remarquée.

59Voir : Schröder (1989 : 142).

60Jablonski, Johann Theodor (1654-1731). Petit-fils de Jan Amos Coménius, conseiller d’État du royaume de Prusse, secrétaire de l’Académie des sciences de Berlin, pédagogue, historiographe, lexicographe. Il a passé son enfance dans la maison de son grand-père à Amsterdam, a fait ses études collégiales au gymnase Joachimstal à Berlin et universitaires à Königsberg et à Frankfort-sur-l’Oder. Fut longtemps maître de français de familles princières allemandes. Il publia pour ses élèves, sous le nom de Pierre Rondeau : Explication des Gallicismes (1704) ; Dictionnaire français-allemand, allemand-français, en deux volumes (1711) ; Parfaite Grammaire Royale (1713), version révisée et corrigée de la Grammaire royale française et allemande de des Pepliers.

61Influencé par son grand-père, Jablonski recommande la méthode mixte (« la grammaire ne fait pas tout, même si elle sert de base ou de fondement tant pour celui qui enseigne que pour celui qui apprend »), adaptée aux dons et inclinations de l’élève. Il conseille aussi l’utilisation de tous les moyens qui rendent l’étude de la langue étrangère facile et agréable.

62Voir : Caravolas (2000).

63Jefferson, Thomas (1743-1826). Homme d’État américain, diplomate, auteur, savant, architecte, défenseur vigoureux de la liberté et des Lumières. Études en droit. Participe activement à la révolution, rédige la Déclaration de l’Indépendance américaine. Passe plusieurs années à Paris, d’abord comme assistant de Franklin et de Adams aux négociations de paix avec les Anglais, ensuite comme ambassadeur. Président des États-Unis de 1801 à 1809. S’intéressait particulièrement à la modernisation du système américain d’éducation. Il crée au collège William and Mary en Virginie une chaire de langues vivantes, la première aux États-Unis. Il est aussi l’auteur de An Essay Towards Facilitating Instruction in the Anglo-Saxon and Modem Dialects of the English Language (1851).

64Voir : DAB.

65Johnson, Richard († 1721). Grammairien anglais, bachelier de Cambridge. Éminent latiniste, il est l’auteur, entre autres, de A Treatise of the Genders of Latin Noms, hy Way of Examination of Lilly’s Grammar Rule [...] (1703), Grammatical Commentaries; Being an Apparatus to a New National Grammar, by Way of Animadversion upon the Falsities, Obscurities, Redundancies and Defects of Lilly’s System Now in Use [...], (1706). Directeur de l’école libre de Nottingham. On a voulu le licencier en l’accusant d’être devenu fou par l’étude. Il est mort noyé dans le ruisseau qui traverse la ville.

66Partisan de la méthode grammaticale d’enseigner les langues. Il exige cependant que les règles soient enseignées dans la langue de l’élève, considérant les explications en latin comme « une faute impardonnable ». Critique sévèrement de la Grammaire de Lily qu’il qualifie d’« obscure et maladroite » et demande son remplacement par une autre qui tienne compte des travaux de Sanctius, de Schoppe, de Vossius et de la Grammaire générale (1660) de Port-Royal.

67Voir : DNB.

68Jouvancy, Joseph S. J. ou Jouvency, de Juvencius, forme latine de son nom. Né à Paris en 1645 et mort à Rome en 1719, éminent latiniste et un des meilleurs pédagogues de la Compagnie de Jésus. Il se distingue comme professeur de rhétorique aux collèges de Caen, de la Flèche et de Louis-le-Grand. Auteur de nombreux ouvrages pédagogiques, il est surtout connu pour son traité De Ratione Discendi et Docendi (De la manière d’apprendre et d’enseigner), publié pour la première fois à Paris en 1692 sans nom d’auteur ni d’éditeur. L’ouvrage était destiné aux maîtres de la Compagnie de Jésus. Cependant, Rome demande que l’ouvrage soit révisé par les professeurs des Belles-Lettres les plus habiles du Collège romain. Corrigé, il paraît à Florence en 1703, avec le nom de l’auteur. Il sert de complément officiel du Ratio Studiorum. Mais les temps n’étaient pas favorables au latin ni aux Jésuites et l’ouvrage de Jouvancy n’aura pas le succès qu’il mérite.

69Voir : Dainville (1951), Ferté (1892).

70Kant, Emmanuel (1724-1804). Célèbre philosophe allemand, auteur de la Critique de la raison pure (1781). Il commença sa carrière professionnelle comme précepteur (1746-1755) et passa le reste de sa vie à enseigner à l’Université de Königsberg, entre autres, la pédagogie. Les notes de ce cours furent plus tard publiées sous le titre de Réflexions sur l’éducation (1980). C’est dans cet ouvrage qu’on trouve exposée sa conception de l’enseignement et de l’apprentissage des langues. Sur plusieurs points, elle est proche de celle de Coménius et de Basedow.

71Voir : Philonenko (1980).

72Koraïs, Adamantios (1743-1833). Le plus important représentant des Lumières grecques. Après des études en médecine à Montpellier, il s’établit à Paris où il se distingue comme philologue, éditeur et commentateur des auteurs classiques. Proche des grammairiens-idéologues, auteur d’un projet de réforme de la langue grecque qui représente un compromis entre le grec classique et le grec populaire. Patriote ardent, il consacra sa vie à préparer avec ses livres, ses conseils et ses contacts la libération de son pays du joug turc.

73Voir : Dimaras (1969).

74Laffitau, Joseph François. Missionnaire — six ans avec les Hurons — voyageur, historien, connaisseur de plusieurs langues indiennes, auteur de Les Mœurs des sauuages ameriquains comparées aux mœurs des premiers tems (1724).

75Voir : Hanzeli (1984).

76La Veaux [ou Lavaux], Jean-Charles-Thibault de (1749-1794 selon Schröder, 1827 selon la NBG). Enseigne le français à Bâle, à Stuttgart et à Berlin. Fervent partisan de la Révolution française, il est expulsé de Berlin, retourne en France et s’établit d’abord à Strasbourg, puis à Paris. Il est l’auteur des Vrais principes de la langue française, oder neue franzosische Grammatik [...J (1785), des Leçons méthodiques de langue françoise pour les Allemands ; contenant tout ce qui est nécessaire pour apprendre et enseigner cette langue (1787), du Cours théorique et pratique de langue et de littérature françaises (1757). Il révise aussi le Dictionnaire à l’usage des deux Nations, rédigé par une Société de gens de lettres, (1790).

77La Veaux favorise l’approche inductive pour les débutants et l’approche éclectique pour les élèves avancés. Il recommande l’apprentissage des langues vivantes, d’abord par l’oreille et la pratique (phrases, dialogues, conversation), par la raison (les préceptes) ensuite. Il demande que l’enseignement soit dispensé par des maîtres instruits, qui possèdent la langue maternelle de l’élève, des connaissances linguistiques et générales solides et une bonne méthode.

78Voir : NBG,Weller (1990), Schröder (1989 : 14-16).

79Lefèvre Tannegui (1615-1672). Études au collège jésuite de la Flèche. Converti au calvinisme, il devient professeur à l’académie de Saumur. Il est l’auteur de nombreuses traductions du latin en français et d’une Méthode pour commencer les humanités grecques et latines, qui le rendit célèbre dans toute l’Europe. Dans cet ouvrage d’une soixantaine de pages, il explique comment sous sa direction son fils et sa fille, la future Madame Dacier, apprirent en peu de temps, parfaitement, sans règles de grammaire les langues classiques.

80Voir : BUAM.

81Lévizac, Jean-Pons-Victor Lecoutz de (1750 ?-1813). Noble languedocien, lettré, ecclésiastique. À la Révolution, il se réfugie en Hollande puis va s’établir à Londres où il passe le reste de sa vie à enseigner le français et à écrire des ouvrages grammaticaux et d’érudition. Outre le Theoretical and Practical Grammar of the French Tongue (1799) et L’art de parler et d’écrire correctement la langue française, ou grammaire philosophique et littéraire de cette langue (1801, 3e édition), il est l’auteur d’un Traité des sons de la langue française, suivi du Traité de l’Orthographe et de la ponctuation (1800), d’un Dictionnaire français et anglais (1808) et d’un dictionnaire des synonymes (1809). Ses manuels de français sont longtemps très populaires en Angleterre, en Amérique du Nord et en Russie. Lévizac favorise « la méthode des principes » : l’apprentissage des langues par l’usage est, dit-il, pour ceux qui se satisfont de connaissances superficielles.

82Voir : BUAM.

83Lhomond, Charles François, abbé (1727-1794). Principal du collège d’inville à Paris, où il fut élève, puis professeur au collège Cardinal-Lemoine à Paris où il enseigna pendant longtemps la classe de sixième. Professeur émérite de l’Université de Paris. Influencé par Rollin, il composa pour ses élèves des manuels sur l’histoire romaine et l’histoire sainte, ainsi que les Élémens de la grammaire française (1780) et les Éléments de la grammaire latine (1780), deux ouvrages qui lui assurèrent une grande réputation nationale et internationale. Il considère la connaissance des règles nécessaire et demande qu’on enseigne aux enfants la grammaire de leur langue maternelle avant celle du latin.

84Voir : BUAM.

85Luneau de Boisjermain (ou Boisgermain), Pierre-Joseph-François (1732-1801). Ancien Jésuite. Vient s’établir à Paris, donne des cours publics de grammaire, d’histoire et de géographie. Auteur de nombreux ouvrages littéraires et pédagogiques, dont le Cours de langue italienne, [...] (1783), le Cours de langue anglaise [...] (1784), le Cours de langue latine [...] (1787), et autres. Partage les idées de Radonvilliers et recommande d’enseigner la langue étrangère comme la langue maternelle, sans règles de grammaire ni de syntaxe. Il conseille de présenter à l’élève un texte dans la langue inconnue avec la traduction littérale dans la langue maternelle de tous les mots, ce qui lui éviterait la peine de consulter continuellement le dictionnaire.

86Voir : NBG,Mormile (1989 : 161-162), Titone (1980 : 41).

87Maupertuis, Pierre Louis Moreau de (1698-1759). Savant français, membre de l’Académie, appelé à l’Académie de Berlin (1741-1756). Il s’intéressait aussi à la linguistique et publia des Réflexions philosophiques sur l’origine des langues et la signification des mots (1748) et une Dissertation sur les différents moyens dont les hommes se sont servis pour exprimer leurs idées (1754).

88Voir : BUAM.

89Mauvillon, Eléazar (1719-1789). Écrivain, historien, grammairien, traducteur français. Émigre jeune en Allemagne où il enseigne le français, puis devient secrétaire intime de Frédéric-Auguste, électeur de Saxe et roi de Pologne, ensuite il est nommé professeur au collège Carolinum de Brunswick. Se retire à Leipzig où il meurt à l’âge de 70 ans. Ses ouvrages qui s’intéressent à l’histoire de la didactique des langues sont : Remarques sur les germanismes (1751-1755), en deux volumes, Traité général de style (1754) et surtout le Cours complet de la langue française (1754) en deux volumes.

90Mauvillon est partisan de la méthode grammaticale. Il enseigne les principes de la langue française en français et accorde une attention particulière à la prononciation, qu’il essaie de réduire en règles.

91Voir: BUAM.

92Mayans Y Siscar, Gregorio (1699-1781). Un des plus éminents érudits de l’Espagne du XVIIIe siècle. Il étudia au collège jésuite de Barcelone, puis entreprit des études en philosophie et jurisprudence à Valence qu’il compléta à Salamanque, où il obtint son doctorat en 1722. Il entretient des rapports avec les « novatores » de Valence. En 1723, il est nommé professeur de droit à l’Université de Valence. Sa demande d’enseigner le droit civil étant rejetée, il accepte le poste de bibliothécaire du palais (1733-1740) à Madrid et se fait remarquer, entre autres, pour ses éditions de livres rares. Son séjour au palais n’ayant pas abouti à l’avancement social et professionnel espéré, il retourne à Oliva, sa ville natale, près de Valence, s’occuper de sa propriété et écrire ses livres sur le droit, l’histoire littéraire de son pays, la linguistique et la pédagogie.
Les ouvrages de Mayans y Siscar qui s’intéressent à l’histoire de la didactique des langues sont : Origenes de la lengua española (1737), Retorica (1757), Gramática de la lingua latina (1768-1770), l’Abecé español, resté inédit jusqu’en 1991, et plusieurs de ses Cartas morales (1773), notamment la Carta-dedicatoria à Patiño où il expose sa conception de la réforme de l’enseignement. On lui doit également l’édition des Reglas de Ortografia de Nebrija (1735), des Opera omnia de Sanctius Brocensis (1766) et des Opera Omnia de Vivès (1790-1792).
Mayans y Siscar accorde une importance capitale à l’étude de la langue maternelle, à la simplification des règles de grammaire et de l’orthographe espagnoles. Il recommande l’enseignement de la grammaire latine en espagnol et l’étude exclusive des meilleurs auteurs classiques.

93Voir : Alcalde (1990), Morel-Fatio (1915).

94Perrin, Jean-Baptiste († après 1786). Français, émigre à Dublin où il devient maître de français. Il est l’auteur de nombreux manuels: The French Student’s Vade-mecum, or a View of the French Personal Pronoms (1770), A Grammar of the French Tongue (1768), Fables amusantes [...] (1771) des dizaines de fois réimprimées, Entertaining and Instructive Exercises with the Rules of the French Syntax (1768), The Elements of French Conversation (1774), Lettres choisies sur toutes sortes de sujets (1777), The Practice of the French Pronunciation Alphabetically Exhibited (1777), La Bonne Mère, contenant de petites pièces dramatiques (1786). Ses manuels connaissent un très grand succès en Irlande, en Angleterre et en Amérique du Nord. Perrin favorise l’approche bilingue.

95Voir : DNB.

96Philipps, Jenkin Thomas († 1755). Érudit, pédagogue, traducteur d’origine galloise. Historiographe et précepteur des enfants du roi Georges II (1727-1760). Il est l’auteur de A Compendious Way of Teaching Ancient and Modem Languages (2e édition 1723) et de An Essay towards a Universal and Rational Grammar together with Rules in English to Learn Latin. Collected from the Several Grammars of Milton, Shirley, Johnson, and Others (1726). Favorise l’approche bilingue, l’enseignement des règles de grammaire dans la langue de l’élève, la lecture de textes écrits dans la langue étrangère avec la traduction dans la langue maternelle en regard. Recommande l’usage de la Janua Linguarum (1611) de W. Bathe.

97Voir : DNB.

98Pline Le Jeune (61-v. 114). Orateur réputé en son temps, aujourd’hui apprécié surtout pour ses Lettres, réunies en dix livres. C’est dans le livre VII que se trouve sa célèbre épître adressée à Fusco, où il lui explique sa conception de l’apprentissage des langues, plus précisément du grec. Le principe de la traduction double (Utile in primis, et multi praecipiunt, vel ex Graeco in Latinum vel ex Latino vertere in Graecum), qu’il considère comme le plus important, fut adopté par d’innombrables pédagogues des langues, surtout au XVIIIe siècle. Pour cette raison, nous en reproduisons la traduction française au premier chapitre de la présente anthologie.

99Voir : BUAM.

100Pluche, Noël Antoine, abbé (1688-1761). Janséniste, dut abandonner son poste de principal du collège de Laon. Grâce à Rollin, il devient à Rouen précepteur du fils de l’intendant de la Normandie. Ensuite, il vient s’établir à Paris et rédige le Spectacle de la nature (1732), un gros ouvrage en huit tomes, et en 1751 la Mécanique des langues et Part de les enseigner. Il y développe sa « méthode naturelle » selon laquelle les langues s’apprennent par « l’usage, et ensuite si l’on veut par une étude réfléchie » des règles.

101Voir : BUAM,Titone (1980), Chevalier (1968 : 660-665).

102Priestley, Joseph (1733-1804). Théologien, savant, historien, pédagogue non conformiste. Destiné à la prêtrise, il apprend, outre le latin et le grec, l’hébreu et plus tard le chaldéen, le syriaque et l’arabe. À cause de sa mauvaise santé, on l’oriente vers le commerce et il apprend le français, l’allemand et l’italien. Rétabli, il étudie la théologie et est ordonné pasteur de l’Église presbytérienne. Sur les questions du dogme, il défend des idées hétérodoxes (arianisme, arminianisme). Il enseigne sans cesser de s’intéresser aux sciences naturelles. Fréquente Benjamin Franklin à Londres, écrit sur l’électricité, la chimie, la psychologie, l’histoire, la linguistique. En 1794, il émigre aux États-Unis où on lui offre la direction de l’Université de Pennsylvanie qu’il refuse. Il est l’auteur entre autres de Rudiments of English Grammar (1761), A Course of Lectures on the Theory of Languages (1762) et An Essay on a Course of Liberal Education (1765). En didactique des langues, il demande qu’on enseigne la langue maternelle par règles et de faire de la connaissance de la grammaire anglaise la base de l’étude des autres langues.

103Voir : DNB.

104Quand, Gottfried. Enseigna l’allemand à plusieurs seigneurs. Traduisit et adapta pour le public français la Grammaire allemande de M. Gottsched qui eut trois éditions en dix ans (1753, 1754, 1763).

105Voir : Levy (1950).

106Radonvilliers, Claude François Lizarde de (1709-1789). Membre de l’Académie française et conseiller d’état. Il quitta la Compagnie de Jésus et s’attacha à l’archevêque de Bourges. Il est nommé sous-précepteur des enfants de France. Auteur De la manière d’apprendre les langues (1768). Il recommande une version améliorée de la méthode interlinéaire de Du Marsais.

107Voir : BUAM,Besse (1996b).

108Restaut, Pierre (v. 1696-1764). Études au collège Louis le Grand. Avocat au Parlement de Paris. Sous l’influence de Rollin, il écrit les Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise [...] (1730), un ouvrage destiné principalement aux jeunes français qui fréquentent les collèges. Le manuel fut adopté par l’université et connut neuf éditions du vivant de l’auteur. Restaut publia aussi un Abrégé (1732) de sa grammaire, jugé trop succinct. Contrairement à Du Marsais, il utilise l’enseignement de la grammaire de la langue maternelle comme introduction à la grammaire latine et de toute langue étrangère.

109Voir : BUAM,Chevalier (1968 : 635-647).

110Rollin, Charles (1661-1741). Fils de coutelier, boursier au collège du Plessis où il fit de brillantes études. Après trois ans en théologie à la Sorbonne, il prend la tonsure, mais reste simple clerc. À l’âge de 23 ans, il est nommé professeur de rhétorique au collège du Plessis (1684-1693) et peu après professeur d’éloquence latine au Collège Royal (1688). En 1693, il découvre le jansénisme dont il deviendra le défenseur. Nommé recteur de l’Université de Paris (1694-1696), il procède à des réformes pour rétablir l’ordre et le niveau des études. Devient principal du Collège de Beauvais (1696-1712) où il applique certains principes qu’il développera dans son Traité des Études (1725), par exemple l’usage du français et les références à la littérature française. Obligé de quitter le collège pour ses idées jansénistes. En 1720, il est élu de nouveau Recteur de l’Université. Il publie l’Histoire ancienne (1730-1738), un gros ouvrage traduit en plusieurs langues. Gravement malade, il meurt en 1741. Un homme très respecté en France (par Racine, Montesquieu, Voltaire) et à l’étranger (par Frédéric II et le duc de Cumberland).

111Voir : Ferté (1902).

112Rousseau, Jean-Jacques (1712-1778). Écrivain et philosophe genevois. Collabora avec Diderot à l’Encyclopédie, mais se brouilla avec les philosophes. Son Émile, ou de l’éducation (1762), ouvrage pédagogique dans lequel il prône le retour à la nature, fut condamné aussi bien par l’Église protestante de Genève que par l’Église catholique à Paris, mais exerça néanmoins une immense influence sur ses contemporains.

113Voir : Encyclopedia Universalis.

114Roux, François (1674-1750). Études à Grenoble. Converti au protestantisme, il quitte la France et passe le reste de sa vie en Allemagne. Étudie le droit à Iéna, devient précepteur, maître de français, professeur en différentes universités. Il est l’auteur de plusieurs livres de français pour Allemands, dont un recueil de Dialogues familiers [...] (1712) et une Grammaire Ducale (1720) qui connaît plusieurs rééditions. Roux favorise la méthode mixte qu’il considère comme le chemin le plus sûr, court, aisé et le meilleur pour apprendre une langue.

115Voir : Schröder (1994).

116Ruddiman, Thomas (1674-1757). Philologue écossais, pendant quelque temps précepteur, puis bibliothécaire, traducteur, correcteur, éditeur, polémiste, journaliste et auteur de nombreux ouvrages d’érudition ainsi que de The Rudiments of the Latin Tongue (1714,24e édition en 1782), de Grammaticoe Latinoe Institutiones (1725-1731, 17e édition en 1815) ainsi que de A Dissertation upon the Way of Teaching the Latin Tongue ; Wherein the Objections Raised Against Mr. Ruddiman’s and Other Such Like Grammars [...] Are Answered and Confuted [...]. Together with Some Critical Remarks on the New Latin Grammar Composed by Mr John Clarke [...] (1733).

117Voir : DNB.

118Rush Benjamin (1745-1813). Patriote américain. Diplômé de Princeton, obtint son diplôme de médecin de l’Université d’Édimbourg en 1768. Professeur de chimie au Collège de Philadelphie. Signataire de la Déclaration de l’Indépendance. Anti-esclavagiste, fervent défenseur d’un système unifié d’éducation nationale et de l’éducation des femmes. Agite pour l’introduction au programme de matières pratiques et s’oppose farouchement à l’enseignement des langues anciennes à tous les élèves.

119Voir : DAB, Vassar (dir.) (1966).

120Stevens, John († 1726). Selon le DNB, il était Irlandais, catholique, et il vécut quelque temps en Espagne. Auteur d’un important dictionnaire: A New Spanish and English Dictionary [...] (1706).

121Voir: Martin-Gamero (1961).

122Stuve, Johann. Pédagogue philanthropiniste, protégé et collaborateur de Campe. Se sépare de Basedow et de Wolke sur la question de l’enseignement des langues par les images et par le jeu, ainsi que sur l’enseignement du latin par la méthode directe. Ses écrits furent publiés après sa mort dans un recueil intitulé : Kleine Schriften gemeinnützigen Inhalts, von Johann Stuve (1794).

123Voir : Pinloche (1889).

124Trapp, Ernest (1745-1818). Maître d’école au Philanthropinum de Basedow. Pédagogue philanthropiniste. Professeur de pédagogie à l’Université de Halle, ami et collaborateur de Campe. Auteur d’Essai d’une pédagogie (Versuch einer Pädagogik).

125Voir : Buisson (1911).

126Vernei (Verney), Luis Antonio (dit Barbadinho). Le plus éminent représentant des Lumières portugaises, né à Lisbonne de parents français établis au Portugal (Andrade 1965 : 6), élève chez les Oratoriens, étudie la philosophie à l’Université d’Evora, le droit et la théologie à l’Université la Sapienza de Rome. Il publie à Naples, Verdadeiro Método de Estudar (1746), à Rome De orthographia latina (1747) et à Barcelone sa Gramatica Latina (1758). L’ouvrage pour lequel il est souvenu est le Verdadeiro [...]. Dans ce traité Vernei critique sévèrement les programmes d’études et les méthodes d’enseignement dans les écoles portugaises. Il propose des changements pour rendre l’instruction plus efficace et plus adaptée aux besoins du pays : apprendre la langue maternelle par les règles, simplifier l’orthographe du portugais, enseigner le latin en portugais, remplacer la grammaire latine du jésuite Alvarez par un ouvrage plus moderne, insister sur la lecture de bons auteurs plutôt que sur l’expression orale en latin, réintroduire l’étude du grec et de l’hébreu, introduire l’étude des langues vivantes, enseigner les sciences, s’occuper de l’éducation des femmes, etc. L’ouvrage de Vernei fut violemment critiqué par les Jésuites. Ce n’est que vers la fin de sa vie que sa contribution à la culture portugaise est reconnue et récompensée par les autorités de son pays.

127Voir : De Andrade (1965).

128Wailly, Noël François de (1724-1801). Grammairien français auteur de Grammaire françoise ou la Manière dont les personnes polies et les bons auteurs ont coutume de parler et d’écrire (1754), dans les éditions suivantes intitulé Principes généraux et particuliers de la langue Françoise, suivis d’un abrégé de Versification. L’ouvrage connut une vingtaine d’éditions, fut traduit en plusieurs langues étrangères, éclipsa la Grammaire de Restaut et fut adopté par l’université. Wailly publia aussi L’Orthographe des Dames, ou l’orthographe fondée sur la bonne prononciation démontrée la seule raisonnable (1782), le Nouveau vocabulaire ou Abrégé du Dictionnaire de l’Académie (1801) et traduisit l’Introduction à la syntaxe latine (1779) [An Introduction to the Making of Latin] de John Clarke.

129Voir : NBG.

130Webster, Noah (1758-1843). Écrivain, linguiste, lexicographe, considéré par ses compatriotes comme le précepteur des États-Unis. Études de droit à l’Université de Yale, admis au barreau en 1781. Intérêt particulier pour la linguistique. Il est l’auteur du Grammatical Institute of the English Language qui se compose de trois parties : un Abécédaire (1782), une Grammaire (1784) et un manuel de lecture (1785). La plus grande originalité de cet ouvrage est d’être le premier de son genre rédigé par un Américain aux États-Unis. L’Abécédaire devient très vite le manuel le plus vendu au pays. Webster lui-même évaluait, déjà en 1837, à quinze millions le nombre de copies vendues.

131Webster favorise la simplification de l’orthographe, l’unification de la prononciation, la création d’une langue nationale, distincte de l’anglais d’Angleterre. À cette fin, il publie A Compendious Dictionary of the English Language (1806) qui, révisé, paraît en 1828 sous le titre de An American Dictionary of the English Language.

132Voir : DAB.

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search