Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 15. Autres questions

Texte intégral

Jean Le Rond dAlembert

15

1751 ?

1[...] quelques maîtres, & sur-tout ceux qui sont dans certains principes de rigorisme, voudraient que presque tout le tems destiné à l’étude se passât en méditations et en catéchismes ; comme si le travail & l’exactitude à remplir les devoirs de son état, n’étoit pas la priere la plus agréable à Dieu. Aussi les disciples qui soit par tempérament, soit par paresse, soit par docilité, se conforment sur ce point aux idées de leurs maîtres, sortent pour l’ordinaire du collége avec un degré d’imbécilité & d’ignorance de plus.

2Il résulte de ce détail, qu’un jeune homme, après avoir passé dans un collége dix années, qu’on doit mettre au nombre des plus précieuses de sa vie, en sort, lorsqu’il a le mieux employé son tems à la connoissance très-imparfaite d’une langue morte, avec des préceptes de Rhétorique & des principes de Philosophie qu’il doit tâcher d’oublier ; souvent avec une corruption des mœurs dont l’altération de la santé est la moindre suite ; quelquefois avec des principes d’une dévotion mal-entendue ; mais plus ordinairement avec une connoissance de la Religion si superficielle, qu'elle succombe à la première conversation impie, ou à la premiere lecture dangereuse.

Encyclopédie (vol. 1 : 635, article « Collège »).

Nicolas Chamereau

15

1737

3[...] j’ai crû rendre service au Public d’en donner une [grammaire] en Langue Danoise, d’autant plus qu’il n’y en a aucune capable d’instruire suffisamment ceux de cette Nation, qui veulent apprendre le François.

4Celle qui a paru il y a quelques années [de Daniel Matras (1642)] est à la vérité assez exacte, & composée avec assez de soin, mais trop confuse & nullement à la portée de tout le monde. D’ailleurs il n’y a ni vocables, ni dialogues, ni exercices pour ceux qui commencent, c’est pourquoi il est necessaire de mettre au jour une nouvelle Grammaire plus facile & plus achevée, où l’on puisse avoir les secours & les moyens d’apprendre tout ce qui regarde les principes & les fondemens de la langue Françoise. Ce que l’on trouvera abondamment dans celle-ci.

5Plusieurs se servent des Grammaires Allemandes, pour donner leurs leçons, ce qui est beaucoup embarrassant à ceux qui ne scavent point l’Allemand ou qui ne le savent pas assez. De sorte qu’ils ont double peine, étant obligés d’apprendre en meme tems les deux langues. Il est aussi certain que ceux qui veulent s’appliquer à une langue étrangere feront de plus grands progrés en l’aprenant en la leur propre, qu’avec une Grammaire d’une langue qui ne leur est point naturelle.

6On a encore eu égard aux personnes de l’autre sexe qui ignorent les Regles de la Grammaire & qui ont besoin d’une methode facile. C’est ce qu’elles trouveront dans cette Grammaire, & principalement dans les vocables & dans les Dialogues. On a aussi eu en vue d’aider les personnes étrangeres qui viennent en Dannamarc & qui auront un grand secours pour aprendre le Danois en peu de tems, ce qu’ils feront d’autant plus facilement qu’il y a beaucoup de conformité entre le Danois & le François, non seulement dans la construction, mais aussi dans la prononciation. C’est aussi pour cette même raison que les Danois apprennent avec plus de facilité & plus de perfection la langue Françoise que les autres nations.[...]

Grammaire nouvelle & facile [...] (Préface).

Étienne Bonnot de Condillac

15,5

1782 ?

C’est comme méthodes analytiques, qu’il faut considérer les langues

7Vous avez vu combien les signes artificiels nous sont nécessaires pour démêler dans nos sensations toutes les opérations de notre ame ; & nous avons observé comment nous devons nous en servir pour nous faire des idées de toute espece. Le premier objet du langage est donc d’analyser la pensée. En effet nous ne pouvons montrer, successivement aux autres, les idées qui coexistent dans notre esprit, qu’autant que nous savons nous les montrer successivement à nous-mêmes : c’est-à-dire, que nous ne savons parler aux autres, qu’autant que nous savons nous parler. On se tromperoit, par conséquent, si on croyoit que les langues ne nous sont utiles que pour nous communiquer mutuellement nos pensées.

8C’est donc comme méthodes analytiques, que nous les devons considérer ; & nous ne les connoîtront parfaitement que lorsque nous aurons observé comment elles ont analysé la pensée.

Comment les langues sont des méthodes analytiques plus ou moins parfaites

9Dans le peu que vous savez de votre langue, Monseigneur, vous voyez des mots pour exprimer vos idées, & d’autres mots pour exprimer les rapports que vous appercevez entre-elles. Vous concevez, qu’avec moins de mots, vous auriez moins d’idées, & vous découvririez moins de rapports. Il ne faut pour cela que vous rappeller l’ignorance où vous étiez, il n’y a pas long-temps. Vous concevez aussi qu’avec plus de mots que vous n’en savez, vous pourriez avoir plus d’idées & découvrir plus de rapports.

10Dans le françois, tel que vous l’avez su d’abord, vous pouvez vous représenter une langue qui commence & qui ne fait, pour ainsi dire, que dégrossir la pensée. Dans le françois, tel que vous le savez aujourd’hui, vous voyez une langue qui a fait des progrès, qui fait plus d’analyses, & qui les fait mieux. Enfin dans le françois tel que vous le saurez un jour, vous prévoyez de nouveaux progrès ; & vous commencez à comprendre comment il deviendra capable d’analyser la pensée jusques dans les moindres détails.

Cours d’étude [...] (1795 : 58-59).

César Chesneau Du Marsais

15, 1, 2

1721

11La raison des enfans est de même nature que la nôtre, et peut-être a-t-elle l’avantage de n’avoir encore été corrompue que par un petit nombre de préjugez. Mais elle n’a point encore la force de comprendre ce qu’on entend dans un âge avancé, soit par le petit nombre des idées qu’ils ont aquises, soit par le peu de consistance de leur cerveau.

12Si l’on veut se donner la peine de bien considérer ces deux principes, on conviendra qu’il n’y a que deux sortes de raisonnemens qui ne soient point à la portée des enfans.

13I. Les raisonnemens qui suposent des idées qu’ils n’ont point aquises, ou sur lesquelles on n’a pas pris la précaution de les faire réfléchir.

Exposition d’une méthode raisonnée [...] (1971 : 28).

14Ainsi avant que de faire observer aux enfans que le nom adjectif, par exemple, marque une qualité ou maniere d’être d’une chose, il faut prendre la précaution de leur donner des exemples de ces manieres d’être : prendre un morceau de cire, par exemple, et lui faire changer de figure pour leur expliquer que rond et quarré ne sont que des manieres d’être de cette cire.

Ibid. (29).

15II. La seconde sorte de raisonnemens qui ne sont point à la portée des enfans, ce sont ceux où il y a plusieurs combinaisons à faire, ces raisonnemens excitent une contention d’esprit que le cerveau des enfans n’est point encore en état de soutenir. Or les raisonnemens de la grammaire raisonnée sont très-simples et très-uniformes, comme j’espére qu’on le reconnoîtra dans le traité de la syntaxe [...].

16Un des points principaux de l’éducation, comme je l’ai déja dit, c’est de former l’esprit des enfans ; on doit même étudier autant pour se former l’esprit que pour aprendre.

Ibid. (32).

17Au reste, je ne dissimulerai point l’objection triviale que l’on fait contre toutes les méthodes nouvelles ; elles n’ont jamais de long succès, dit-on, et l’on est toujours obligé de revenir à la méthode ordinaire.

18Mais on ne prend pas garde que les méthodes réformées demandent des soins et des détails qui trouvent souvent des obstacles, et alors on retombe dans la méthode ordinaire, c’est-à-dire dans une certaine pratique où les choses vont comme elles peuvent.

19Ainsi ce n’est pas l’excellence de la méthode ordinaire qui triomphe de la réforme, c’est la négligence, l’incapacité, l’insuffisance, et souvent même, si je l’ose dire, une avarice qui ne connoît pas ses véritables intérêts, en refusant les petites dépenses nécessaires pour le détail.

20Il en est des méthodes comme des chemins : on marche plus aisément dans un chemin bien entretenu, où l’on a comblé les fossez et les ornieres, d’où l’on a ôté les pierres et les pointes des rochers ; mais si ceux qui sont préposez pour l’entretien des chemins manquent de soins, les voyageurs n’auront plus qu’une route difficile, et retrouveront le chemin tel qu’il étoit, ou plus mauvais qu’auparavant.

21Ainsi toute l’objection se réduit à prouver que peu de personnes ont l’esprit de détail, et sont capables de s’y prêter, et j’en conviens.

Ibid. (40-41).

Mat(t)hias, Cramer

15, 1, 2, 6, 8

1687

Au lecteur

22Il y a long tems que les Amateurs de la Langue Alemande soûpirent inutilement après une GRAMMAIRE ALEMANDE qui les puisse satisfaire en quelque maniere ; pour moy j’avoüe franchement qu’ils ont raison, sur tout à présent ou le besoin en semble si grand & si universel. Ce n’est pas qu’on manque de Livres qui portent ce Titre mais c’est parce que tous ceux qui se sont mêlez de donner des Grammaires Alemandes aux François, n’ont fait que rendre nôtre Langue plus difficile & que la mettre par là en mauvaise reputation auprès d’autres nations. Il est visible que quelques uns ont entrepris d’écrire sur la Langue Alemande sans être Alemands ; Quelques autres encore qu’Alemands, y ont mis la main sans avoir ny par nature ny par art ou par exercice l’Accent bon ny l’Orthographe correcte. La plûpart en ignorent eux-memes les véritables Principes, & ne sçavent non plus ce que c’est que la Methode, & que de proposer de bonnes Regles avec ordre & facilité ; de sorte que nous ne pouvons attribüer qu’à ces gens-là cet infame mepris que les Etrangers ont generalement pour nôtre belle Langue & la fausse opinion dont ils sont prevenus qu’elle ne sçauroit être ny enseignée ny apprise par Regles ou par Fondement comme la Françoise, Italienne & les autres.

  • 1 Vid Justi Georg Schottelii zehen Lob ( ?) Reden über die teutsche Sprach. Harsdorfferum, Botulium u (...)

23Cependant il n’y a rien de plus aisé que de soûtenir contre qui que ce soit, qu’il n’y a langue vivante au monde qui en soit plus capable & le Traité même, que je vous presente icy, mon cher Lecteur vous en fera toucher, comme je l’espere la verité. Je ne suis pas d’humeur de m’amuser icy à faire de longs Panegyriques.pour nôtre Langue, cela étant un sujet qui a occupé dêja les plus sçavantes plumes & les plus eloquentes bouches de notre siecle1. Dire qu’elle est une Langue Mere, une Langue Originelle, une Langue riche d’elle même, une Langue qui se fondant sur ses propres Racines ou Mots Radicaux enforge une si grande quantité d’autres, par ce divin Artifice de la Derivation & Composition qu’il n’il n’y a point de Substance soit naturelle soit artificielle dans toute l’etenduë de l’Univers qu’elle ne puisse nommer fort proprement & dont elle ne sçache marquer les Accidens d’uns façon inimitable à toutes les autres, une Langue enfin qui en cela & en tant d’autres preéminences l’emporte non seu ;ement sur la Latine, Françoise, & semblables, mais aussi sur la Grecque & Hebraïque, c’est tout dire. Il est vray, il y a du travail du coté & d’autre. Ceux qui montrent une Langue y trouvent leurs peines & leurs Difficultez aussi bien que ceux qui l’apprennent, & cela sans doute par un juste jugement de Dieu qui ne veut pas que la Confusion de Babel, & la punition qu’il exerça sur les premiers presomptueux du second monde nous tourne à pur plaisir, ni que la diversité des Langages qui servit autrefois pour abaisser l’orgueil des hommes, nous soit à présent un nouveau sujet de vanité. Il veut plûtôt que les mortels, en apprenant une langue qu’ils ne sçavent point, & dont la science leur est pourtant necessaire, se souviennent de leur misere, & que la difficulté qu’ils y trouvent, leur soit un exercice de patience aussi bien que d’humilité.

24Je ne m’étendray non plus sur les loüanges de cette Grammaire ; je diray seulement que j’aye taché de remedier aux erreurs des autres qui ont paru, & de suppléer tout ce qu’y manque. Or c’est à vous, mon cher Lecteur, de juger, sans passion si je suis reussi dans ce dessein. Pour ce qui est de son usage, il est à sçavoir qu’elle n’ait pas seulement été faite pour ceux qui ont le bien d’avoir un Maitre de langue qui leur l’explique ; mais aussi pour ceux qui ne pouvant pas jouir de cet avantage, sont bien aises de s’exercer eux-memes dans la Langue Alemande ; & je les assûre, pourvu qu’ils veuillent s’y appliquer un peu serieusement, aller par ordre, ne pas embrasser trop à la fois & mettre bien en usage ce qu’ils ont deja compris, qu’ils y feront en peu de tems de grands progres, par ce que j’ay pris un soin tout particulier de m’expliquer par tout fort clairement à fin que mon ouvrage fût utile à toutes sortes de personnes.

25Mais aux jeunes gens, aux femmes & à ceux qui pour n’avoir point d’étude, n’ont pas l’Esprit susceptible de beaucoup de Reflexions, je conseille de s’addonner seulement à l’apprentissage des Regles principales, & d’en remettre les Remarques à un tems plus commode, c’est à dire jusqu’à ce jusqu’à ce qu’ils auront acquis des connoissances un peu solides & fondamentelles.

26Voila, mon cher Lecteur, tout ce que j’ay jugé à propos de vous dire touchant cette nouvelle Grammaire Alemande ; si elle vous semble trop longue, souvenez vous, qu’il soit plus aisé de couper quelques rameaux à un arbre trop branchu que d’en attacher, ou il y en pourrait avoir faute. Adieu.

27Le Parfait Guidon de la Langue Alemande. Ouvrage Nouveau, Exact & Accompli. Composé pour le bien des François qui en ont besoin, & sur tout de ceux qui desirent de l’apprendre par Methode & sur de solides Fondemens, par MATHIAS CRAMER, Maître de Langues Ordinaire de l’Université ElectoralePalatine de Heidelberg. A Nuremberg, Chez Wolfgangue Maurice Endter, M.DC.LXXXVII.

François de Salignac de La Mothe Fénelon

1687

28On croit d’ordinaire qu’il faut qu’une fille de qualité qu’on veut bien élever apprenne l’italien et l’espagnol ; mais je ne vois rien de moins utile que cette étude, à moins qu’une fille ne se trouvât attachée auprès de quelque princesse espagnole ou italienne, comme nos reines d’Autriche et de Médicis. D’ailleurs ces deux langues ne servent guère qu’à lire des livres dangereux, et capables d’augmenter les défauts des femmes ; il y a beaucoup plus à perdre qu’à gagner dans cette étude. Celle du latin serait bien plus raisonnable, car c’est la langue de l’Église : il y a un fruit et une consolation inestimables à entendre le sens des paroles de l’office divin, où l’on assiste si souvent. Ceux mêmes qui cherchent les beautés du discours en trouveront de bien plus parfaites et plus solides dans le latin que dans l’italien et dans l’espagnol, où règnent un jeu d’esprit et une vivacité d’imagination sans règle. Mais je ne voudrais faire apprendre le latin qu’aux filles d’un jugement ferme et d’une conduite modeste, qui sauraient ne prendre cette étude que pour ce qu’elle vaut, qui renonceraient à la vaine curiosité, qui cacheraient ce qu’elles auraient appris, et qui n’y chercheraient que leur édification.

29Je leur permettrais aussi, mais avec un grand choix, la lecture des ouvrages d’éloquence et de poésie, si je voyais qu’elles en eussent le goût, et que leur jugement fût assez solide pour se borner au véritable usage de ces choses ; mais je craindrais d’ébranler trop les imaginations vives, et je voudrais en tout cela une exacte sobriété : tout ce qui peut faire sentir l’amour, plus il est adouci et enveloppé, plus il me paraît dangereux.

De l’éducation des filles (édition de 1838, t. II : 502).

Abbé Nicolas Gedoyn

15

1745

30[...] On peut dire que la langue Latine, malgré quelques persécutions, a fleuri en France jusque vers la fin du regne de Louis le Grand. Mais depuis cette fatale époque, elle est tellement tombée, que les questions les plus savantes, les plus épineuses, les plus abstraites, même celles de Religion, ne se traitent plus qu’en François, & que quiconque écrirait aujourd’hui en Latin, trouverait à peine des Imprimeurs & Lecteurs ; tant il est vrai que toutes les choses du monde n’ont qu’un temps, & que le sort des hommes est de ne pouvoir acquérir un avantage, qu’aux dépens d’un autre.

31[...] il semble que l’on n’écrive aujourd’hui que pour les femmes ou les ignorans ; on fait gloire d’éviter tout ce qui sent cette teinture d’érudition, qui sied néanmoins si bien aux honnêtes gens.

32[...] Pour moi je regarde comme un très grand malheur la décadence des belles-Lettres en France & dans les autres parties de l’Europe ; toute nation qui en perd le goût, est bien près de retomber dans la barbarie, d’où elle n’avoit été tirée que par leur secours. La Littérature Françoise & les belles-Lettres sont deux choses très différentes ; la première ne peut ni se perfectionner, ni même se soutenir qu’à l’aide de l’autre, & n’est véritablement estimable, qu’autant qu’elle part de la lecture & de l’imitation de ces grands modèles, qui vainqueurs des temps ne doivent leur durée qu’à leur ineffable beauté. On ne peut donc trop louer, trop encourager les Professeurs qui enseignent les langues savantes à la jeunesse ; mais [...] supposé même, ce qui n’est pas, que la langue Latine, fût aussi florissante en France qu’elle l’a été, il est hors de doute que dans nos Collèges on devrait joindre l’étude de la langue Françoise, à celle du Grec et du Latin.

De l’Éducation des Enfans (37-39).

* Thomas Jefferson

15

1825

[Éducation pour la vie publique]

33Je suppose que tu es à présent en train d’apprendre le français. Tu dois continuer ; car les livres qui seront placés entre tes mains quand tu passeras aux mathématiques, à la philosophie naturelle, à l’histoire naturelle, etc., seront pour la plupart en français, ces sciences étant mieux traitées par les Français que par les auteurs anglais. Notre future connexion avec l’Espagne fait de l’espagnol une des langues modernes les plus nécessaires après le français. Lorsque tu deviendras un homme public, tu pourrais avoir l’occasion de l’apprendre et le fait de posséder cette langue, pourrait t’assurer la préférence devant d’autres candidats [...].

Thomas Jefferson and Educationin a Republic, in Arrowood (dir.) (1930 : 164).

15,11

1818

* [De l’éducation des femmes]

34Un grand obstacle à une bonne éducation est leur passion démesurée pour les romans et le temps perdu à ces lectures, qui devrait être employé de manière instructive. Lorsque ce poison infecte l’esprit, il détruit sa vigueur et l’amène à se révolter contre une lecture salutaire. La raison et le fait, le simple et le naturel sont rejetés. Rien ne peut retenir l’attention à moins d’être revêtu de toutes les inventions de l’imagination, et rien de si paré ne se perd. Le résultat en est une imagination enflée, un jugement maladif, et le dégoût pour toutes les affaires réelles de la vie. Cet amas de camelote n’est pas toutefois sans quelque exception ; quelques uns [de ces textes], modelant leurs narrations, quoique factices, sur les incidents de la vie réelle, ont été capables de les rendre intéressantes et des véhicules utiles à une morale sensée. Telles sont, je pense, les nouvelles histoires morales de Marmontel, mais non ses anciennes, qui sont vraiment immorales. Tels sont les écrits de Mademoiselle Edgeworth, et certains de Madame Genlis. Pour la même raison, trop de poésie ne devrait pas être permise. Certaine est utile pour la formation du goût et du style. Pope, Dryden, Thompson, Shakespeare et parmi les Français, Molière, Racine, les Corneille, peuvent être lus avec plaisir et profit.

35La langue française, devenue celle des rapports généraux entre les nations et à cause de leur progrès et de leur avancement, le dépositaire maintenant de toute la science, fait partie, d’une manière indispensable, de l’éducation des deux sexes. Dans le catalogue ci-joint, j’ai cité indifféremment les livres des deux langues, en suivant ce que l’une et l’autre offrent de meilleur.

36Les ornements aussi, et les jeux de la vie, méritent leur part d’attention. Ceux qui conviennent à une femme sont la danse, le dessin et la musique. La première est un exercice sain, élégant et très attrayant pour les jeunes gens. Tout parent affectueux serait heureux de voir sa fille qualifiée à participer avec ses compagnons et sans maladresse, au moins dans les cercles de divertissement dont elle fait occasionnellement partie [...]. Le dessin est moins prisé dans ce pays qu’en Europe. C’est un amusement innocent et attrayant, souvent utile et une qualification qui ne devrait pas être négligée par celle qui deviendra mère et instructrice. La musique est inestimable là où la personne a de l’oreille. Dans le cas contraire elle ne devrait pas se laisser tenter [...].

Ibid. (177-179).

Joseph Jouvancy

11,15

1703

De la Tragédie

37Quand l’action qu’imite le poème dramatique est noble, grande, se rapportant à un personnage illustre, elle s’appelle tragédie. Si l’action est tirée de mœurs populaires et se rapporte à des hommes du commun, elle s’appelle comédie. On définit la tragédie un poème dramatique représentant quelque grande action d’un personnage illustre.

38En sus de ce que nous avons dit dans le précédent paragraphe, il faut dans la tragédie veiller surtout à ce que l’action du héros qui donne ordinairement son nom à la tragédie ne soit pas inconnue et tirée des ténèbres d’une histoire obscure. Ensuite, il faut que cette action puisse contribuer à former les mœurs ; c’est pourquoi on fera bien de la tirer du trésor si fécond des Saintes Écritures, et des annales de l’Église, où l’on trouve une grande abondance de faits utiles et admirables. Mais, quelle que soit la source d’où l’on tire un sujet, il faut qu’il soit toujours sérieux, grave et digne d’un poète chrétien. Une pièce brillante, et dans laquelle les mœurs sont habilement traitées, émeut le spectateur et produit souvent plus d’effet que le discours le plus savant et le plus éloquent. C’est pourquoi, on ne doit réserver aucune place à l’amour profane, alors même qu’il serait chaste, ainsi qu’aux rôles de femmes sous quelque habit qu’on les représente [Cette recommandation est reproduite dans le Ratio studiorum, règle 13 : Rector. Ce précepte ne s’applique toutefois qu’aux pièces représentées dans les collèges. H. Ferté]. Il faut songer que le feu qui couve sous la cendre ne peut être manié impunément, et que la braise, quoique éteinte, si elle ne brûle pas, salit tout au moins. Cette précaution aura pour un maître religieux l’avantage de le dispenser de lire certains poètes français qui se sont appliqués à donner à un tendre amour la première place dans leurs drames ; rien n’est plus funeste que cette lecture.

De la manière d’apprendre et d’enseigner [...] (1892 : 53-54).

Abbé Noël Antoine Pluche

15

1751

39(À propos des langues anciennes) Mal à propos donne-t-on ici le nom de muèts à des hommes dont les discours subsistent, & dont la voix se fait entendre. Car puisqu’on les ht, on les écoute encore : & si on leur préte l’oreille, on peut comprendre ce qu’ils disent. On peut donc parler d’après eux d’abord en petit, puis en grand par degré, & s’approprier habituellement le goût de leur langue. Mais c’est en cela même que l’usage consiste. Le bon usage n’est autre chose que ce qui vient d’être dit. Tout autre usage, de quelque cerveau, de quelque plume qu’il vienne, ne peut être qu’illégitime ou étranger. C’est une nécessité qu’il corrompe le goût, & l’infecte des défauts dont il est plein.

La mécanique des langues (1751 : 44).

* Joseph Priestley

15

1761

[Contre un organe qui décide sur la langue]

40Quant à une Académie publique investie de l’autorité de vérifier l’usage des mots, projet duquel certaines personnes attendent beaucoup, je la considère non seulement contraire au génie d’une nation libre mais aussi impropre à réformer et fixer une langue. Nous ne devrions pas douter que les meilleures formes du discours s’imposeront, à la longue, par leur propre excellence supérieure. Et dans toutes les controverses, il est préférable d’attendre les décisions du Temps, qui sont lentes et sûres, plutôt que celles des synodes, qui sont souvent hâtives et absurdes.

The Rudiments of English Grammar [...] (1761 : Préface).

15,3

1761

* [De la simplicité de l’anglais]

41L’auteur n’avait pas d’ambition plus élevée, dans ce qu’il présente maintenant au public, que de donner à la jeunesse un aperçu des principes fondamentaux de sa propre langue. La simplicité remarquable de sa structure, comparée à celle de la plupart des autres langues, anciennes ou modernes, lui a permis de renfermer dans un aussi petit volume, toutes les observations matérielles qui se rapportent à sa grammaire.

42[...] Car cette simplicité de la grammaire de notre langue provient de la rareté d’inflexions de nos mots et nous la devons à la longue barbarie ininterrompue des gens de qui nous l’avons reçue ; la sévérité de leur climat, et la difficulté à subsister, leur ont laissé peu de loisir pour polir, ou même vraiment utiliser leur langue. Alors que les habitants des climats méridionaux plus bénins étaient, depuis la plus haute Antiquité, conduits par la nature au luxe et au raffinement en toutes choses.

43Les mots que nous avons reçus de ces langues, quoiqu’ils représentent à présent plus de la moitié de la substance des nôtres, étaient comme une nourriture copieuse donnée à un corps émacié, qui avait atteint sa maturité et était devenu trop rigide pour admettre quelque modification de ses parties. Ils ont augmenté considérablement la masse et la grâce de notre langue, mais n’ont entraîné aucune altération à la simplicité de sa forme originelle [...].

Ibid.

Charles Rollin

15

1725

44L’éducation, à proprement parler, est l’art de manier et façonner les esprits. C’est, de toutes les sciences, la plus difficile, la plus rare, et en même temps la plus importante, mais qu’on n’étudie point assez. À en juger par l’expérience commune, on dirait que, de tous les animaux, l’homme est le plus intraitable...

Traité des études (édition 1884, t. III : 223).

45[...] Ils [les enfants] portent en eux les principes et comme les semences de toutes les vertus et de tous les vices. L’adresse est de bien étudier d’abord leur génie et leur caractère ; de s’appliquer à connaître leur humeur, leur pente, leurs talents, et surtout de découvrir leurs passions et leurs inclinations dominantes, non dans la vue ni dans l’espérance de changer tout à fait leur tempérament, de rendre gai, par exemple, celui qui est naturellement grave et posé, ou sérieux celui qui est d’un naturel vif et enjoué. Il en est de certains caractères comme des défauts de la taille, qui peuvent bien être un peu redressés, mais non changés entièrement.

Ibid. (225).

§ I. L’étude de la langue latine convient-elle aux filles ?

46La première question qui se présente à l’esprit est de savoir si l’on doit permettre aux filles d’apprendre la langue latine. On ne peut douter que parmi elles il n’y en ait beaucoup aussi capables de cette étude que les garçons : le sexe par lui-même ne met point de différence dans les esprits. On a vu des femmes réussir dans les sciences autant que les hommes. Pour ne point parler de beaucoup d’autres, madame Dacier, qui a illustré notre siècle, ne le cédait en rien à la vaste érudition de son mari, et, d’un consentement général, l’emportait beaucoup sur lui pour la finesse du goût et la délicatesse du style.

47Mais ce n’est point sur ce principe que la question dont il s’agit doit être décidée. Le monde n’est point gouverné au hasard : les différents États qui le partagent ne sont point abandonnés à notre caprice. Il y a une providence qui règle les conditions, et qui assigne à chacun ses devoirs. Parmi les hommes, plusieurs sont destinés à des emplois qui demandent une certaine étendue de connaissances pour en bien remplir les fonctions. Et comme les langues grecque et latine ouvrent l’entrée à toutes les sciences et en sont comme la clef, voilà pourquoi on les fait apprendre à ceux des jeunes gens que l’on prévoit devoir être un jour appelés aux emplois où ces connaissances sont nécessaires.

48Il n’en est pas ainsi des femmes. Elles ne sont point destinées à instruire les peuples, à gouverner les États, à faire la guerre, à rendre la justice, à plaider des causes, à exercer la médecine. Leur partage est renfermé dans l’intérieur de la maison, et se borne à des fonctions non moins utiles, mais moins laborieuses, et plus conformes à la douceur de leur caractère, à la délicatesse de leur complexion, et à leur inclination naturelle. Il faut bien que ce partage de fonctions entre les hommes et les femmes soit fondé dans la nature, puisqu’il est le même dans tous les temps et dans tous les pays. Il est vrai que l’histoire nous montre des femmes qui ont excellé dans le métier de la guerre, dans le gouvernement des États, dans l’étude des sciences : mais ces exemples sont rares, et ne doivent être regardés que comme des exceptions, qui, loin de détruire la règle générale, ne servent qu’à la confirmer.

49On peut donc conclure de tout ce que je viens de dire, que l’étude de la langue latine, généralement parlant, ne convient point aux personnes du sexe.

Ibid, (édition 1883, t. I : 75-76).

Prendre d’abord de l’autorité sur les enfants

50Cette maxime est de la dernière importance pour tous les temps de l’éducation, et pour toutes les personnes qui en sont chargées. J’appelle autorité un certain air et un certain ascendant qui imprime le respect et se fait obéir. Ce n’est ni l’âge, ni la grandeur de la taille, ni le ton de la voix, ni les menaces, qui donnent cette autorité ; mais un caractère d’esprit égal, ferme, modéré, qui se possède toujours, qui n’a pour guide que la raison, et qui n’agit jamais par caprice ni par emportement.

Ibid. (226).

* Benjamin Rush

15

1798

51Dans le but de répandre la connaissance à travers toutes les parties de l’État, je me permets de proposer le simple plan qui suit [...].

52I. Qu’il y ait une université dans l’État [de Pennsylvanie] et qu’elle soit sise dans la capitale. Que le droit, la physique, la théologie, les lois de la nature et des nations, l’économie, etc., y soient enseignés en conférences publiques durant la session d’hiver, à la manière des universités européennes, et que les professeurs reçoivent de l’État des salaires qui leur permettent de faire leurs conférences à un prix modéré.

53II. Qu’il y ait quatre collèges. Un à Philadelphie, un à Carlisle, un troisième pour le bénéfice de nos concitoyens allemands à Lancaster ; et un quatrième, quelques années plus tard, à Pittsburgh. Que dans ces collèges les jeunes gens soient instruits en mathématiques et dans les branches supérieures de la science, comme ils le sont à présent dans les collèges américains. Après avoir obtenu un certificat d’un de ces collèges, qu’ils complètent leurs études, s’ils peuvent se le permettre, en suivant pendant une saison ou deux des cours à l’université. Je préfère quatre collèges dans l’État plutôt qu’un ou deux, car il y a une taille pour les collèges comme il y en a une pour les villes et les armées, qui est la plus favorable à la morale et au bon gouvernement. Oxford et Cambridge en Angleterre sont des sièges de distraction, alors que les universités et collèges d’Écosse, plus nombreux et moins encombrés, se distinguent pour l’ordre, la diligence, et le comportement décent de leurs étudiants.

54III. Que dans chaque comté ou chaque district de cent familles, il y ait des écoles libres. Que dans ces écoles les enfants apprennent à lire et à écrire l’anglais et l’allemand et l’usage des chiffres. Ceux d’entre eux qui ont des parents qui peuvent se permettre d’envoyer les enfants loin de la maison, et qui sont disposés à prolonger leur éducation, peuvent les envoyer dans un des collèges.

55Grâce à ce plan, tout l’État sera uni par un système d’éducation. L’université fournira avec le temps des maîtres pour les collèges, et les collèges fourniront des maîtres pour les écoles libres, alors que les écoles libres fourniront à leur tour aux collèges et aux universités des savants, des étudiants et des élèves. Le même programme de grammaire, rhétorique et philosophie, sera enseigné dans chaque partie de l’État, et les lettrés de Pennsylvanie formeront ainsi une grande famille également éclairée.

56Mais comment couvrirons-nous le coût de ces grandes institutions littéraires ? Je réponds. Ces institutions réduiront nos taxes. Elles nous éclaireront sur les questions des finances et nous enseigneront à augmenter la capacité de l’État à entretenir le gouvernement, en augmentant les profits de l’agriculture et en promouvant les manufactures. Elles nous enseigneront tous les progrès modernes et les avantages de la navigation à l’intérieur du pays. Elles nous protégeront contre les expériences hâtives et coûteuses et en nous révélant les folies des temps passés et ainsi, au lieu d’augmenter nos taxes et nos dettes, elles nous fourniront le vrai secret conduisant à les diminuer et à nous débarrasser des deux.

57[...] Je crois qu’il peut être prouvé que les dépenses pour la détention, le jugement et l’exécution des criminels dépassent chaque année, dans la plupart des pays, les sommes d’argent qu’il faudrait pour le maintien de toutes les écoles qui seraient nécessaires dans chaque État. Les confessions de ces criminels nous montrent généralement, que leurs vices et leurs châtiments sont la conséquence fatale de l’absence d’une éducation appropriée dans les premières années de la vie.

An Essay on the Necessity, Advantages and Practicality of Reforming the Mode of Spelling, in Vassar (dir.) (1966, vol. 1 : 118-120).

1798

De la manière d’éduquer propre à une république

58Je conçois l’éducation des jeunes de ce pays comme particulièrement nécessaire en Pennsylvanie, où nos citoyens sont originaires de tant différents royaumes d’Europe. Nos établissements scolaires en dispensant une éducation générale et uniforme, rendront la masse du peuple plus homogène, et elle s’adaptera ainsi plus facilement à un gouvernement uniforme et pacifique.

59Je procède ensuite, à l’examen de la sorte d’éducation que nous adopterons afin d’assurer à l’État tous les avantages qui découlent de l’instruction adéquate des jeunes ; et, ici, je me permets d’observer qu’une éducation utile dans une république doit être fondée sur la seule base de la Religion. Sans cela il ne peut y avoir de vertu, et sans vertu il ne peut y avoir de liberté, et la liberté est l’objet et la vie de tout gouvernement républicain.

60Telle est ma vénération de toute religion qui révèle les attributs de la Déité, ou les récompenses et les châtiments futurs, que je préférerais voir les principes de Confucius ou de Mahomet inculqués à nos jeunes, plutôt que de les voir grandir totalement dépourvus d’un système de principes religieux. Mais la religion que j’entends recommander ici, est celle du Nouveau Testament [...]. Un chrétien ne peut pas ne pas être républicain [...].

61Que notre élève sache qu’il n’appartient pas à lui-même, mais qu’il est propriété publique. [...]

62Il doit être formé à amasser des richesses, mais seulement pour augmenter sa capacité de contribuer aux besoins et aux demandes de l’État. Il doit s’adonner à l’occasion à des amusements, mais il doit savoir que l’étude et le travail doivent être ses principaux objectifs dans la vie. [...]

63Il doit savoir qu’il ne peut y avoir de liberté durable que dans une république, et que le gouvernement comme toute autre science, est de nature progressive. Les chaînes qui entravaient cette science en Europe sont heureusement brisées en Amérique. [...]

64Des observations qui précèdent il est clair que je considère qu’il est possible de convertir les hommes en machines républicaines [« republican machines »]. Cela doit être fait si nous souhaitons qu’ils remplissent leurs rôles convenablement dans la grande machine du gouvernement de l’État. [...]

65Ayant indiqué les principes généraux qui devraient être inculqués pareillement dans toutes les écoles de l’État, je procède maintenant à l’esquisse de la méthode de conduire ce qu’on appelle communément, éducation libérale ou savante dans une république.

66Je commencerai cette partie de mon sujet en apportant un témoignage contre la pratique courante de tenter d’enseigner aux garçons les langues savantes et les arts et sciences trop tôt dans la vie. Les premières douze années de la vie suffisent à peine à enseigner à un garçon la lecture, l’écriture et l’arithmétique. Avec cela on peut lui apprendre ces langues modernes qui lui sont nécessaires pour parler. L’état de la mémoire, tôt dans la vie, est favorable à l’acquisition des langues, en particulier quand elles sont transmises à l’esprit par l’oreille. En outre, ce n’est que tôt dans la vie, que les organes de la parole se plient de telle manière qu’ils permettent la prononciation correcte des langues étrangères. [...]

Ibid. (121-129).

Noël François de Wailly

15

1754

67Le mot syntaxe vient d’un mot grec qui signifie arrangement, construction. La syntaxe, suivant le Dictionnaire de l’Académie, édition de 1762, est l’arrangement, la construction des mots et des phrases selon les règles de la Grammaire.

68Cet arrangement suppose dans toutes les langues, 1°. l’union, 2°. l’accord des mots.

  1. Quant à l’union des mots, la syntaxe françoise apprend en quels cas l’article et la préposition doivent accompagner le nom ; en quels cas ils doivent ou peuvent être supprimés ; elle enseigne la même chose pour les pronoms avant les verbe, etc.

  2. Par rapport à l’accord des mots, la syntaxe nous dit que l’article, l’adjectif, le pronom et quelquefois le participe doivent être au même genre et au même nombre que leur substantif ; que le verbe doit prendre la personne et le nombre de son nominatif ; que le mot régi doit paroître sans préposition ou avec une préposition, selon que l’exige le mot régissant, etc.

69En égard à ces différentes fonctions, nous disons que la syntaxe est l’union, l’accord et l’arrangement des mots, suivant le génie d’une langue, et conformément aux lois de l’usage.

70Du Marsais distingue la syntaxe de la construction. Nous n’avons pas adopté cette distinction, parce qu’elle est contraire à l’étymologie du mot syntaxe.

Principes généraux et particuliers [...] (1803 : 120).

* Noah Webster

15

1784

71On a le droit d’être surpris que des hommes qui ont fait des langues leur principal sujet d’étude, et qui toute leur vie ont été employés à instruire les jeunes, n’aient pas découvert que la grammaire d’une langue ne correspond pas à celle d’une autre. Mais cet étonnement cessera lorsqu’on réfléchira à ce que la nation anglaise dans son ensemble partageait jusqu’à récemment l’idée que notre langue était incapable d’être réduite en un système de règles et que même maintenant beaucoup d’hommes de culture classique soutiennent que le seul moyen d’acquérir une connaissance grammaticale de la langue anglaise est d’apprendre d’abord la langue latine. Qu’une telle idée stupide ait jamais pu prévaloir dans la nation anglaise — qu'elle puisse encore avoir des avocats, pour mieux dire, qu’elle soit encore mise en pratique, ne peut s’expliquer par une autre raison que par la stupéfiante influence de l’habitude sur l’esprit humain.

72Notre langue a atteint maintenant un grand degré de pureté et nombre d’écrivains des siècles passés et du siècle présent ont égalé ou surpassé en élégance et en style sublime les auteurs romains du temps d’Auguste. Élaborer une telle grammaire afin d’instruire nos jeunes ainsi que les étrangers dans cette pureté de style, est la tâche d’un grammairien, une tâche qui ne semble pas encore avoir été accomplie.

73[...] Dans le court traité présenté ici au public, j’ai essayé de jeter les principes de notre langue en un style et une méthode qui conviennent aux intelligences moyennes.

Grammatical Institute (Part II : Préface).

74* L’intention de l’auteur est certainement bonne — il souhaite rendre l’acquisition de notre langue facile et sa prononciation précise et uniforme. La nécessité de réformer la présente méthode d’instruction lui a été suggérée par sa propre expérience. Et le plan adopté ici a été poursuivi avec la conviction croissante, que s’il était bien exécuté il serait extrêmement utile. Il n’est pas sûr de ses capacités dans cette entreprise délicate et hardie, mais il est persuadé par l’opinion de meilleurs juges [que lui] à risquer une édition et à soumettre sa performance à un examen minutieux du public.

75L’auteur souhaite promouvoir l’honneur et la prospérité des républiques confédérées d’Amérique. Et jette joyeusement son obole dans le trésor commun des efforts patriotiques. Ce pays doit, dans un temps futur, être aussi distingué par la supériorité de ses progrès littéraires, qu’il l’est déjà par la libéralité de ses constitutions civiles et ecclésiastiques. L’Europe a vieilli dans la folie, la corruption et la tyrannie, les lois sont perverties, les manières licencieuses, la littérature en déclin et la nature humaine avilie. Pour l’Amérique, dans son enfance, adopter les présentes maximes du vieux monde, serait imprimer les rides d’un âge décrépit sur la fleur de la jeunesse et de planter les grains de la déchéance dans une constitution vigoureuse. La gloire américaine commence à poindre en une période favorable et sous des circonstances prometteuses.

Ibid. (Introduction : 13-14).

Notes

1 Vid Justi Georg Schottelii zehen Lob ( ?) Reden über die teutsche Sprach. Harsdorfferum, Botulium und andere..

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search