Version classiqueVersion mobile

Histoire de la didactique des langues au siècle des Lumières

 | 
Jean-Antoine Caravolas

Deuxième partie. Anthologie thématique II

Thème 14. Apprendre à prononcer une langue étrangère

Texte intégral

Académie Française

1694

1[...] Car il faut reconnoistre l’usage pour le Maistre de l’Orthographe aussi bien que du choix des mots. C’est l’usage qui nous mene insensiblement d’une maniere d’escrire à l’autre, & qui seul a le pouvoir de le faire. C’est ce qui a rendu inutiles les diverses tentatives qui ont esté faites pour la reformation de l’Orthographe depuis plus de cent cinquante ans par plusieurs particuliers qui ont fait des regles que personne n’a voulu observer. Ce n’est pas qu’ils ayent manqué de raisons apparentes pour deffendre leurs opinions qui sont toutes fondées sur ce principe, Qu’il faut que l’Escriture represente la Prononciation ; Mais cette maxime n’est pas absolument veritable ; Car si elle avoit lieu il faudrait retrancher l’R finale des Verbes Aymer, Ceder, Partir, Sortir, & autres de pareille nature dans les occasions où on ne les prononce point, quoy qu’on ne laisse pas de les escrire. Il en estait de mesme dans la Langue Latine où l’on escrivoit souvent des lettres qui ne se prononçoient point. Je ne veux pas, dit Ciceron, qu’en prononçant on fasse sonner toutes les lettres avec une affectation desgoustante. Nolo exprimi litteras putidius. Ainsi on prononçoit Multimodis & Tectifractis, quoy qu’on écrivist Multis modis & Tectis fractis ; Ce qui fait voir que l’Escriture ne represente pas tousjours parfaitement la Prononciation ; Car comme la Peinture qui represente les Corps, ne peut pas peindre le mouvement des Corps, de mesme l’Escriture qui peint à sa maniere le Corps de la Parole, ne sçauroit peindre entierement la Prononciation qui est le mouvement de la Parole. L’Académie serait donc entrée dans un détail tres-long et très-inutile, si elle avoit voulu s’engager en faveur des Estrangers à donner des regles de la Prononciation. Quiconque veut sçavoir la véritable Prononciation d’une Langue qui luy est estrangere, doit l’apprendre dans le commerce des naturels du pays ; Toute autre methode est trompeuse, et pretendre donner à quelqu’un l’Idée d’un son qu’il n’a jamais entendu, c’est vouloir donner à un aveugle l’Idée des couleurs qu’il n’a jamais veuës. Cependant l’Académie n’a pas negligé de marquer la Prononciation de certains mots lors qu’elle est trop esloignée de la maniere dont ils sont escrits, et l’S en fournit plusieurs exemples ; C’est une des lettres qui varie le plus dans la Prononciation lors qu’elle precede une autre Consonne, parce que tantost elle se prononce fortement, comme dans les mots Peste, veste, funeste ; Tantost elle ne sert qu’à allonger la Prononciation de la syllabe, comme dans ces mots, teste, tempeste ; Quelquefois elle ne produit aucun effet dans la Prononciation, comme en ces mots, espée, esternuer ; c’est pourquoy on a eu soin d’avertir le Lecteur quand elle doit estre prononcée. Il y a des mots où elle a le son d’un Z, et c’est quand elle est entre deux voyelles, comme dans ces mots, aisé, desir, peser ; Mais elle n’est pas la seule lettre qui soit sujette à ces changements :

2[...] ce qui acheve de confirmer ce qu’on vient de dire que la Prononciation et l’Orthographe ne s’accordent pas tousjours, et que c’est de la Vive Voix seule qu’on peut attendre une parfaite connoissance de la Prononciation des Langues vivantes, et qu’on n’appelle Vivantes que parce qu’elles sont encore animées du son et de la voix des Peuples qui les parlent naturellement ; au lieu que les autres Langues sont appellées Mortes, parce qu’elles ne sont plus parlées par aucune Nation, et n’ont plus par consequent que des Prononciations arbitraires au deffaut de la Naturelle et de la veritable qui est totalement ignorée.

Dictionnaire de la langue française, (édition 1694, Préface : v-vi).

1740

3Il est comme impossible que dans une Langue vivante, la prononciation des mots reste toujours la même : cependant le changement qui survient dans la prononciation d’un terme, en opère un autre dans la manière d’écrire. Par exemple, quelque temps après avoir cessé de prononcer le B dans Obmettre, & le D dans Adjoûter, on les a supprimés en écrivant. En effet l’on ne pourrait apprendre qu’avec peine à lire les Livres écrits dans sa Langue naturelle, si l’usage ne changeoit pas quelque chose dans l’orthographe des mots dont il a changé la prononciation. Toute variable qu’est la prononciation, elle ne laisse donc pas de donner en quelques rencontres la loi à l’orthographe. Il est vrai seulement que cela n’arrive que par degrés. Voici quelle est, suivant les apparences, la cause d’un progrès si lent.

4Dès qu’une nouvelle manière de prononcer un mot s’est généralement établie, on est obligé de se conformer à l’usage reçu. On mériterait des reproches, si l’on s’obstinoit à conserver la prononciation qui a vieilli. Il n’en est pas de même des changements que l’usage introduit dans l’orthographe. On peut garder l’ancienne sans de grands inconvéniens, & les hommes faits ont de la répugnance à changer quelque chose dans celle qu’ils se sont formée dès leur première jeunesse, soit sur les leçons d’un maître beaucoup plus âgé qu’eux, soit par la lecture des Livres imprimés depuis plusieurs années. D’ailleurs il leur faudroit une attention pénible pour se conformer toujours aux règles d’une orthographe qu’ils n’auroient adoptée que dans un âge avancé. Ils prennent donc le parti de conserver celle à laquelle ils sont accoutumés, & ils la gardent, quoiqu’on en suive déjà une différente. Ce n’est qu’après qu’ils ne seront plus, que les changemens dont nous parlons, & qu’ils avoient refusé d’adopter, se trouveront généralement reçus.

Ibid. (ij).

* Joseph Aickin

1693

5Ce serait d’un grand secours aux enfants si toutes les lettres étaient appelées selon leur propre force et son. Mais on ne peut espérer un remède immédiat dans ce sens. D’ailleurs la manière générale d’enseigner aux enfants à épeler dans les manuels d’orthographe où les syllabes des mots sont séparées par des traits d’union, n’est ni sûre ni profitable. Car de même qu’il est impossible d’apprendre une langue par imitation en moins de vingt ans de conversation, il est impossible d’enseigner aux enfants à épeler correctement en un temps plus court. En effet, les enfants peuvent par ce moyen apprendre à parler la langue avec volubilité et souplesse [plyableness], mais cela ils peuvent l’apprendre également dans n’importe quel autre livre ; c’est tout l’avantage que j’ai trouvé dans l’enseignement des enfants selon ces manuels d’orthographe. Celui qui ne le croit pas, qu’il en fasse l’expérience et si, quand il met un autre livre entre leurs mains pour qu’ils épellent les mots sans l’aide de ces traits d’union, n’en trouve pas d’autre profit que la souplesse de leur langue, je reconnaîtrai mon erreur, et suivrai par la suite cette méthode. Elle est vraiment d’une grande facilité pour le maître, mais de peu de profit pour l’élève. L’imitation n’est une façon ni sûre ni profitable d’enseigner ; indépendamment de ce qu’affirme l’auteur d’un manuel d’orthographe paru récemment qui dit s’en être fait une réputation considérable, et bien que je ne suis pas au monde depuis aussi longtemps que lui, je peux néanmoins à partir de ma propre petite expérience affirmer le contraire. [...] The English Grammar (1693 : Préface).

Annibale Antonini

14

1753

6La quantité ffançoise, est une partie de la Grammaire, à laquelle les Étrangers & les François même ne sauraient s’appliquer avec trop de soin. En effet quoique peu sensible aux oreilles du vulgaire, c’est elle qui décide de la prononciation, & qui la règle ; en sorte que pour prononcer exactement, elle est absolument nécessaire. J’avoue qu’elle n’est pas aussi essentielle, qu’elle l’étoit parmi les Grecs & les Romains, chez qui, à mon avis, elle formoit en grande partie le caractère de la poësie. Cependant j’ose avancer, que dans aucune autre langue la quantité n’est peut-être aussi sensible que dans la françoise. Dans un mot françois de plusieurs syllabes, par exemple, je ne sens pas, à la vérité, un dactyle si formé, que dans le Grec, le Latin, ou même l’Italien, comme amabilis, crimine &c, mais je sens infiniment plus la longue dans pàte, & la brève dans patte, mots françois, que dans les dernières syllabes des mots latins triste & magis. [...] Je conviens qu’on a moins étudié cette partie de la grammaire dans les langues vulgaires, que dans les langues savantes. De là l’insensibilité, où l’on est dans celles-là sur la quantité, & le peu de règles qu’on y a sur cette matière.

Grammaire françoise [...] (1753 : 117).

Johann Bernhard Basedow

1770

7Eh quoi l’accent ! qu’importe l’accent ! quel mal peut-il y avoir pour un Allemand, aux yeux des gens raisonnables, à paraître toute sa vie ce qu’il est ?

Elementarwerk, cité dans Pinloche (1889 : 238).

Abbé Bencirechi

1772

8La manière de prononcer étant à toutes les Langues ce que la nécessité de bien solfier est à la Musique, je commencerai par cet objet [...].

Leçons Hebdomadaires [...] (1772 : 1).

* James Buchanan

14

1762

9[...] Mais en aucun cas les jeunes ne devraient déclamer en français, car cela sera la cause d’introductions fréquentes d’une monnaie basse et contrefaite et de contamination des sources pures de la diction anglaise, déjà trop polluée par l’ignorance de quelques traducteurs. Lesquels, étant déficients en leur propre langue sont contraints de compenser l’expression adéquate anglaise qui leur manque en faisant passer pour vraie un jargon gaulois.

The British Grammar or an Essay in Four Parts [...] (Préface : xvi-xxi).

Pierre-Nicolas Chantreau

1781

10La plus importante et la plus effective difficulté qu’il y a dans le français, ou dans n’importe quelle langue étrangère, que souvent le disciple appliqué et l’art du maître ne peuvent vaincre, c’est l’accent qu’on appelle national. Il consiste en ce que chaque nation a sa modulation particulière dans la manière de prononcer, mécanisme auquel se conforment les organes qui résistent ensuite à suivre d’autres voies, en dépit de l’empire que notre volonté semble exercer sur nos sens. De cette modulation particulière naît la difficulté, souvent insurmontable, qu’a un Espagnol à prononcer certaines lettres françaises comme le j ou le g suave et le ch ; et nous le j espagnol, et le x ou g forts, etc.

Arte de hablar [...] (1781 : Préface), in Tost-Planet (1994 : 47).

Charles François Dominique De Villers

14

1797

11Ce n’est pas tout encore. Il faudra plier vos organes à prononcer le français à-peuprès comme on le prononce en France, car il faudra vous contenter de l’à-peuprès... Quand vous parlerés, au lieu de vous reprendre sur la prononciation, votre maître fera mieux de répéter ce que vous aurés dit, en le prononçant bien. Il n’y a guères au reste que cinq ou six articulations principales où les Allemans défigurent la prononciation française. C’est l’affaire du maître d’y insister particulièrement, et de les faire remarquer à son écolière. — Cependant gardés plutôt la prononciation allemande, que d’en prendre une en français qui soit précieuse et affectée. On vous sifflerait, tout aimable que vous êtes, parce que l’affectation est sifflée partout ; mais personne ne s’avisera de trouver mauvais que vous soyes née en Saxe plutôt qu’en Touraine.

Lettre à Mademoiselle D. S. [...] (1899 : 91).

* Johannes Ebers

1794

Dialogue bettween a German and an Englishman.

Dialogue entre un Allemand et un Anglais.

E. You talk already a little English but your Pronunciation is not the best.

— Vous parlez un peu anglais mais votre prononciation n’est pas la meilleure.

G. But I had an Englishman to teach me, and he pretends to have the true Pronunciation.

— Mais j’avais un Anglais qui m’instruisait et il prétend qu’il a la vraie prononciation.

E. That he pretends it, is very natural, but’tis not directly the Case;

— Qu’il le prétende c’est tout à fait naturel, mais cela n’est pas automatiquement le cas.

for not every Englishman is perfect in his Mother-Tongue, the same as I find, that not every German spèaks his language properly; for almost every Province has an other Pronunciation.
You must therefore not wonder, if you have not been taught the best Pronunciation by a (native) born Englishman.
G. I think you are in the Right, and finding your Pronunciation to differ so greàtly front mine, I now begin to doubt whether I pronounce my English properly.

Car tout Anglais n’est pas parfait dans sa langue maternelle de même, comme je vois, chaque Allemand ne parle pas sa langue proprement. Car presque toute province a une autre prononciation. Vous ne devez donc pas être étonné si un Anglais natif ne vous a pas enseigné la meilleure prononciation.
— Je crois que vous avez raison, et en découvrant que votre prononciation diffère tellement de la mienne, je commence maintenant à douter si je prononce mon anglais proprement.

A German, who leárned his English in England, has indeed often told me that I have a bad Pronunciation, but I would never beliève him;
it bèing usually the Case, that we Germans have a strong prejudice against our Countrymen i[n] Point of Pronunciation of the English Tongue, and therefore have no Confidence in them.

Un Allemand qui a appris son anglais en Angleterre, m’a en effet souvent dit que j’avais une mauvaise prononciation, mais je ne l’ai jamais cru. C’est que d’habitude nous autres Allemands avons un fort préjugé contre nos compatriotes sur la question de la prononciation de la langue anglaise et par conséquent nous ne leur faisons pas confiance.

E. Thats often a false Prejudice; for I have known Germans in England, that talked our English Language perfectly well and better than many Englishmen of Condition.
Besides, I should think, a German that has a fondamental Knowledge of the English Tongue and who also spèaks and writes his own Language properly, should sooner be able to tèach the German English, than can be expected from an Englishman, that has perhaps but an indifferent Knowledge of his own Language and knows but very little, consequently not so much of the German, as is absolutely requisite for proper
Explanation.

— Cela est souvent un préjugé injustifié car j’ai connu des Allemands en Angleterre qui parlaient notre langue anglaise parfaitement bien et mieux que plusieurs Anglais de condition. Par ailleurs, je crois qu’un Allemand qui a une connaissance de base de la langue anglaise et qui parle aussi et écrit sa langue proprement devrait pouvoir enseigner l’anglais aux Allemands plus vite, qu’on ne peut s’attendre d’un Anglais qui a peut-être une connaissance quelconque de sa propre langue et qui sait très peu, donc pas tellement l’allemand, ce qui est une condition
absolument indispensable pour une bonne explication.

G. Yes, you are perfectly in Right in this; but tho’I don’t make any greàt Progresses in what you call the Genius of the Language, yet you will allow, that by being more obliged to talk English with an Englishman than what I should be with the German, I shall the sooner leàrn to spèak a little English.
E. Yes, if you are only for speaking a few Words sooner, and which indeed is all you can pretend to,

— Oui, en cela vous avez parfaitement raison. Mais quoi que je ne fasse pas tant de progrès en ce que vous appelez le génie de la langue, vous admettrez néanmoins qu’étant forcé de parler plus en anglais avec un Anglais que je ne ferai avec un Allemand, j’apprendrai plus vite à parler un peu d’anglais.
— Oui, si vous ne voulez qu’apprendre plus vite à dire quelques mots, ce qui effectivement est tout ce que vous pouvez espérer,

I then have no other Objections
but that I beliève, you might obtain the same just as soon and besides with more Regularity if the German but spèaks English fluently.

alors je n’ai pas d’autres objections,
mais je crois que vous pouvez atteindre cela aussi rapidement et en outre avec plus de régularité, si l’Allemand parle l’anglais couramment.

But you will meet with very few able Masters of Languages in England.

Mais vous rencontrerez très peu de bons maîtres de langue en Angleterre.

You must know, Sir, that it is but very rare to meet with an English Scholar at London that has also a perfect knowledge of the German Tongue; if he has, you may be sure, he is better provided for.

Vous devez savoir, Monsieur qu’il est très rare de rencontrer à Londres un maître anglais qui ait aussi une parfaite connaissance de la langue allemande. S’il en a, vous pouvez être sûr qu’il est mieux qualifié pour ce travail.

A German, if he is a Man of Parts and understands English well, will also meet with proper Encouragements in England and will not need to teach a Language.

Un Allemand s’il est un homme de valeur et comprend convenablement l’anglais trouvera aussi bien des encouragements en Angleterre et n’aura pas besoin d’enseigner une langue.

Englische Sprachlehre für die Deutschen [...] (260-262).

*Le texte original est en anglais et en allemand. La version française a été préparée par J. A. C.

Claude Marie Gattel

1789

12La prononciation est sans contredit une des plus grandes difficultés qu’offre l’étude des langues étrangères. Je ne parle pas seulement ici de ces sons distinctifs et vraiment nationaux, que chaque peuple attache à certains caractères, sons qui ne peuvent être saisis ni prononcés que par des organes exercés dès l’enfance, et qu’on regarde avec raison comme la pierre de touche, à l’aide de laquelle on distinguera toujours celui qui parle sa langue maternelle d’avec l’étranger qui la possède le mieux. [...]

13Je ne parle pas non plus de cet ensemble de prononciation propre à chaque idiome, qui affecte moins les lettres, les syllabes, les mots même en particulier, qu’il ne modifie toute la suite du discours, et sans lequel il est possible qu’on articule très-bien chaque son pris séparément, et qu’on conserve cependant dans la manière de parler une langue un accent tout à fait étranger. On sent que cette sorte d’articulation, ou plutôt d’accentuation générale, qui n’a le plus souvent ni principes ni règles, ne s’apprenant guère que par le secours de l’oreille, on ne peut s’en occuper ni dans une Grammaire, ni, à plus forte raison, dans un Dictionnaire.

14La seule difficulté relative à la prononciation, qu’un Lexicographe puisse travailler utilement à éclaircir, est celle qui naît ou de sons différens, affectés en certains cas au même caractère, ou d’un même son représenté dans d’autres par plusieurs signes qui n’ont entre eux rien de commun. Cette difficulté est d’autant plus réelle que, dans la plupart des langues vivantes, on n’a aucun principe certain qui puisse en faciliter la solution [...]. J’observerai seulement ici que l’auteur d’un Dictionnaire, où ces différences seraient les moindres possibles, où, par les marques particulières dont on affecterait un même caractère représentant plusieurs sons différens, on le ferait équivaloir à autant de caractères distincts, aurait fait un ouvrage infiniment utile, et rendu à la langue le service le plus important.

Dictionnaire français-espagnol [...] (édition de 1803,
Discours préliminaire : xii-xiii), cité dans Quémada (1968 : 108-109).

Eléazar Mauvillon

14

1754

15Pour enseigner notre prononciation aux Étrangers, il n’y a pas, à mon avis, de plus mauvaise méthode que de la leur représenter par des caractères différens de ceux que nous employons, caractères qui peuvent bien leur retracer leur prononciation, mais non pas la nôtre. C’est ainsi que Peplier dit aux Allemands que Page se prononce comme Pasche ; & de là vient que tant d’Allemands prononcent ge, gi, comme che, chi.

16Il en est des caractères par rapport à la prononciation comme des notes par rapport au chant & aux instrumens. Les notes marquent bien les tons que la voix ou les instrumens doivent exprimer ; mais non pas la douceur, la légéreté & les autres agrémens qu’un chanteur habile, un joueur d’instrumens qui a du goût, fait mêler à l’expression de ces tons.

17Quelque chose qu’on fasse, il sera impossible de représenter bien exactement par des caractères la maniere dont chaque nation prononce différemment les mêmes caractères, sans même en excepter les voyelles, qui semblent devoir être moins sujettes à cette différence, parceque les sons vocaux sont à peu près les mêmes chez tous les peuples ; ce qui n’empêche pas que les Anglois ne prononcent a comme e, i comme ei, e comme i, u comme iou dans la plûpart des mots de leur Langue ; & de-là vient que quand ils parlent Latin, aucune autre nation ne peut les entendre.

18Mais cette variété est encore plus grande dans les consonnes que dans les voyelles. Les Espagnols, les Italiens, les François, les Allemands 8c la plûpart des peuples de l’Europe prononcent de même a, i, o, indépendamment des consonnes qui peuvent les modifier, 8c des modifications qu’une voyelle peut apporter à une autre par leur jonction immédiate : mais il n’y a presque pas de consonne sur laquelle ils ne diffèrent. Il n’y a donc que la voix-même qui puisse enseigner le véritable son que chaque nation attribue aux caractères qu’elle emploie pour représenter la prononciation des mots de sa langue : 8c dès qu’une fois on connoit la valeur de chaque caractère, c’est-a-dire, le son qu’on lui attribue, on sait, à peu-près, la prononciation de chaque mot d’une langue, du moins en gros.

19De tout ce que nous venons de dire, il paraît que rien ne serait si inutile qu’un traité de la prononciation, si les mêmes caractères avoient toûjours le même son ; mais comme le nombre de ces caractères est petit en comparaison du nombre des sons, il arrive nécessairement que le même caractère sert à représenter plusieurs sons différens suivant les circonstances ; 8c c’est sur cela que doivent rouler nos observations.

20D’ailleurs il y a dans toutes les langues deux sortes de prononciation, l’une bonne 8c l’autre mauvaise ; & cette différence vaut bien la peine d’être remarquée.

21J’ajoute encore qu’on peut faciliter la prononciation en décrivant en détail les divers mouvemens de la langue & des lèvres ; 8c c’est ce que je me propose de faire, non pas pour ceux de ma nation, comme le Philosophe de Moliere ; mais pour les Étrangers, dont la plûpart ne prononcent mal plusieurs de nos voyelles & de nos consonnes, que par les faux mouvemens qu’ils font faire à ces organes. J’avertis même qu’à cet égard, je ne parlerai que des lettres que nous prononçons différemment des autres nations : car il serait inutile, 8c peut-être même ridicule de décrire l’opération des organes dans la prononciation des lettres a, o, i, l, m, n 8c semblables ; puisqu’il importe très-peu de quelle maniere cela se fasse, dèsqu’il n’y a de la difficulté pour personne. Ces sortes de recherches sont au fond plus curieuses qu’utiles, 8c paraissent puériles à la plûpart des bons esprits.

Cours complet [...] (Introduction : 1-4).

* Noah Webster

14

1784

22Cela ajouterait beaucoup à la réputation des Américains s’ils s’unissaient pour éliminer les distinctions locales et provinciales, pour résister au flot de corruption qui découle toujours de l’ignorance et de la vanité et pour établir une norme uniforme de prononciation élégante ; plutôt que de mélanger deux langues en appliquant des sons français à des mots anglais, de souffrir que la structure de notre langue subisse constamment des changements et que sa beauté soit défigurée par chaque petit-maître.

Grammatical Institute (Part II, introduction : 7).

23* [...] La plupart des instructeurs sont des gens illettrés et ont besoin d’un guide facile quant aux normes de la prononciation, qui n’est rien d’autre que la prononciation habituelle des auteurs les plus précis et des hommes de lettres. Une telle norme, employée universellement dans les écoles, détruirait avec le temps ces odieuses particularités des dialectes provinciaux, qui sont l’objet d’un ridicule réciproque aux États-Unis.

24Afin de rendre la prononciation des mots facile et naturelle aux enfants, il était nécessaire de modifier la méthode habituelle de diviser les syllabes. Cela s’est fait après mûre réflexion et avec modestie, mais avec la conviction entière qu’aussi bien la nécessité que l’utilité demandaient une modification. Par ailleurs, je me suis appuyé sur l’autorité de quelques-uns des plus éminents représentants littéraires d’Amérique et des meilleurs grammairiens anglais.

Ibid. (6).

© Presses de l’Université de Montréal, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search